Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Première partie : L’Office franco-allemand pour la Jeunesse 1963-2008

Le bilatéralisme à l’épreuve de l’unification allemande, de l’européanisation et de la mondialisation

Hans Manfred Bock
Traduction de Gilbert Krebs

Texte intégral

  • 1 Cf. Tilo Schabert, Wie Weltgeschichte gemacht wird. Frankreich und die Deutsche Einheit, Stuttgart (...)
  • 2 Déclaration des ministres de la Jeunesse de la République fédérale d’Allemagne, de la République dé (...)
  • 3 Cf. Ingo Kolboom, Vom geteilten zum vereinten Deutschland, Bonn, 1991 et Roland Höhne, « Frankreich (...)
  • 4 Cf. Hans Manfred Bock, « Frankreich 1991/92. Europäische Herausforderung und nationale Ungewißheit  (...)
  • 5 Cf. dans une perspective comparatiste Gilbert Ziebura, « Frankreich am Beginn des 21. Jahrhunderts. (...)

1Alors que la fin de la Guerre froide et de la division de l’Allemagne aurait fort bien pu mettre en question les institutions créées au cours de plusieurs décennies et sur lesquelles reposaient les relations franco-allemandes, l’OFAJ a fait preuve d’une grande stabilité. Certes la classe politique française (en particulier le président François Mitterrand) a eu du mal à accepter la nouvelle constellation historique, avec une plus grande Allemagne au centre de l’Europe1. Mais les responsables de l’OFAJ ont été jusqu’à devancer le processus d’unification allemande en se fondant sur une décision ministérielle du 19 juin 1990 demandant «  d’étendre à la RDA les échanges de jeunes qui ont fait leurs preuves dans le cadre de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse  »2. En cela, ils étaient en accord avec l’opinion publique française, majoritairement favorable depuis l989 à la perspective d’une fin prochaine de la division de l’Allemagne3. Cette sympathie manifestée à l’égard des événements qui se déroulaient en Allemagne était, elle aussi, du moins en partie, une conséquence de quatre décennies d’échanges et de contacts touchant toutes les couches de la société française et allemande. D’autre part, la chute du Mur de Berlin a accéléré l’intégration européenne, une évolution acceptée et formalisée par les traités de Maastricht (1992) et d’Amsterdam (1999), mais qui a éveillé en France des doutes croissants quant à la capacité du pays à garder son rang, attisant du même coup sa peur de l’Allemagne4. De surcroît, la mondialisation économique des années 1990 a fait tomber les verrous et les frontières qui protégeaient les marchés nationaux, accélérant de ce fait les mouvements migratoires internationaux et contribuant à l’accroissement du chômage dans les deux pays5. En France comme en Allemagne, de nouveaux problèmes sociaux et politiques sont nés, touchant durablement les jeunes et obligeant une institution telle que l’Office franco-allemand à réagir.

  • 6 Cf. Joachim Schild, « Frankreich im Vorwahlkampf », in : Frankreich-Jahrbuch 2001, Opladen, 2001, e (...)

2Ces difficultés principalement exogènes se sont traduites dans la politique intérieure française (avant même la fin de l’ère Mitterrand en 1995) par une instabilité gouvernementale, marquée par deux phases de «  cohabitation  » (1993-1995 et 1997-2002). En Allemagne, après la formation du gouvernement de coalition SPD-Verts en 1998, le bilatéralisme que le président Mitterrand et le chancelier Kohl avaient réussi à établir solidement a cessé de fonctionner pour un temps et a fait place à un climat marqué par des irritations et des conflits d’intérêts. Alors que cette mésentente gouvernementale s’est prolongée jusqu’au sommet européen de Nice (décembre 2000)6, cette même année 2000 a vu cependant se concrétiser aussi les efforts du gouvernement de cohabitation Chirac-Jospin et de l’équipe gouvernementale du chancelier Schröder pour améliorer le climat de leurs relations et trouver un terrain d’entente sur la politique européenne. Ces efforts pour asseoir sur de nouvelles bases le bilatéralisme franco-allemand dans le contexte d’une constellation politique mondiale instable ont trouvé leur expression la plus visible dans les manifestations qui ont eu lieu en janvier 2003 à Berlin et à Paris pour célébrer le 40e anniversaire de la signature du traité franco-allemand du 22 janvier 1963. Dans leur «  déclaration commune à l’occasion du 40e anniversaire du traité de l’élysée  » les deux chefs de l’exécutif, Chirac et Schröder, ont rendu hommage à l’intensification de la communication et de la coopération obtenue grâce au traité du 22 janvier 1963, et constituant un socle pour la forme future des relations bilatérales. Le 22 janvier a été déclaré «  Journée franco-allemande  »  :

  • 7 DFI (éd.) : 40 Jahre Élysée-Vertrag im Spiegel der Presse, Ludwigsburg, 2003, p. 18.

Nous souhaitons que ce jour soit consacré, à l’avenir, dans tous les établissements de nos systèmes éducatifs à l’évocation de nos relations bilatérales, à la promotion de la langue du partenaire et à l’information sur les programmes d’échanges et de rencontres ainsi que sur les possibilités d’étudier et de travailler dans le pays partenaire7.

3Dans ce contexte, la création et l’action de l’OFAJ sont élevées au rang d’un symbole politique, même si au moment de rendre hommage à son importance historique l’Office est ensuite mentionné dans le même souffle que deux institutions beaucoup plus récentes dans le domaine du bilatéralisme puisqu’elles datent des années 1990  :

  • 8 Ibid., p. 15.

Nous saluons aussi le travail de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, qui a donné à plus de 7 millions de jeunes l’occasion de se rencontrer, celui de l’Université franco-allemande grâce à laquelle chaque année plus de 3000 étudiants suivent des cursus intégrés franco-allemands et celui de la station de télévision Arte, symbole de la volonté de coopération entre nos deux pays, qui a fêté récemment son 10e anniversaire8.

4Ces remerciements qui mettent plus ou moins sur le même plan les trois institutions ne sont pas conformes à la réalité, car l’OFAJ a été le protagoniste constant et efficace du dialogue franco-allemand depuis plus longtemps et dans une plus large mesure que les deux autres organismes socioculturels. C’est surtout à l’OFAJ qu’on peut appliquer le constat suivant  :

  • 9 Ibid., point 3 de la Déclaration commune.

Notre étroit dialogue et notre collaboration dans tous les domaines favorisent un échange de plus en plus intensif entre nos sociétés. Nous rendons aujourd’hui hommage à tous les acteurs qui ont contribué au développement et à l’approfondissement de ce dialogue  ; personnalités politiques, collectivités territoriales, entreprises, associations, écoles et autres établissements se consacrant à l’éducation, la science et la culture9.

5Cette manière de considérer indistinctement les acteurs du bilatéralisme franco-allemand dans les domaines de la société et de la culture quel que soit leur poids historique met toutefois en évidence, à juste titre, la multiplication des institutions actives dans ces domaines  ; d’ailleurs les chefs d’état et de gouvernement y ont ajouté encore d’autres institutions en annonçant la création d’un «  Chargé de mission pour la coopération franco-allemande  » (point 41) et d’une «  Conférence franco-allemande  » annuelle, réunissant les forces vives de la société civile (point 19).

Reconnaissance politique et administrative, transformation institutionnelle et réduction des ressources

  • 10 Entre autres Walter Döring, président du groupe parlementaire FDP à la Diète régionale de Bade-Wurt (...)
  • 11 Anthony Glees, « Ehe auf dem dritten Weg. Deutschland und Großbritannien sollten einen formellen Bu (...)
  • 12 À propos des actions de l’OFAJ dans cette région, voir : DFJW/OFAJ : Das DFJW in den fünf neuen Bun (...)
  • 13 « 30.000 deutsch-französische Ehepaare diesseits des Rheins », Berliner Morgenpost, 20 janvier 1993 (...)
  • 14 « Un mariage de raison plutôt qu’une passion folle », Le Monde, 23 janvier 1993.
  • 15 Les chiffres correspondants pour ARTE sont : 70 % des jeunes Allemands déclarent ne pas savoir vrai (...)

6Ainsi qu’on peut le lire dans la «  Déclaration commune  » de janvier 2003, l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, après plus de quarante ans d’existence, constitue, dans la perspective des gouvernements, une donnée fixe dans les relations bilatérales  ; dans la première décennie après la fin de la guerre froide il n’y a d’ailleurs eu aucune force politique sérieuse pour mettre en doute sa valeur symbolique et son utilité. Au contraire, au début des années 1990, après que l’OFAJ se fut ouvert aux nouveaux Länder et après l’instauration d’un Office germano-polonais pour la Jeunesse en 1992, des voix se sont même élevées pour demander la création d’autres Offices de Jeunesse bilatéraux, par exemple un Office germano-turc pour la Jeunesse10. Lorsqu’en 1998-1999 s’est dessinée entre les gouvernements Schröder et Blair une sorte d’axe germano-britannique, l’opinion publique britannique a appelé à la création d’un traité bilatéral à l’instar du traité de l’Élysée11. C’est en 1993 que l’OFAJ a atteint son point culminant dans l’intérêt public. Dans la perspective de la célébration du 30e anniversaire, la presse allemande et la presse française s’accordaient à dire que cette institution avait joué un rôle positif dans le processus de l’unification allemande et avait connu là une sorte de seconde jeunesse12. Dans les articles évoquant l’évolution globalement positive des relations bilatérales au cours des trente dernières années, on se plaisait souvent à signaler que 30 000 mariages franco-allemands avaient été célébrés au cours de cette période rien qu’en République fédérale13. Un article paru dans Le Monde nuança un peu cette image trop schématique en se fondant sur une enquête de l’IFOP à propos des relations franco-allemandes14. Dans le groupe des 15-24 ans, 62  % des jeunes Allemands avaient une «  bonne opinion  » de la France, mais seulement 32  % de leurs congénères français avaient une «  bonne  » opinion de l’Allemagne, 46  % d’entre eux déclarant qu’ils n’avaient du pays voisin ni une bonne, ni une mauvaise opinion. Pour ce qui est de l’OFAJ, ce même sondage montrait qu’en France seulement 20  % des jeunes interrogés savaient exactement ce qu’était cette institution, contre 42  % en Allemagne15. Une fois de plus on pouvait constater que l’Office était plus connu en Allemagne qu’en France.

  • 16 Sur les fonctions de ce chargé de mission, voir Christoph Merkel, « Der Bevoll-mächtigte der Bundes (...)
  • 17 Citations tirées dans cet ordre de : Adolf Kimmel, Pierre Jardin (éds) : Die deutsch-französischen (...)
  • 18 Procès-verbal de la 72e session du conseil d’administration, le 21 mai 1992 à Wiesbaden, p. 2.
  • 19 Ibid., p. 3.
  • 20 Cf. ci-dessus mon article sur l’évolution de l’OFAJ dans les années 1960.

7Contrairement aux premières années de l’OFAJ – où l’institution bilatérale était parfois utilisée pour témoigner de l’amitié franco-allemande lorsque sur le plan diplomatique il y avait des différends ou des conflits –, dans les années 1990, l’OFAJ apparaissait constamment comme un pilier institutionnel du bilatéralisme dans les communiqués des sommets périodiques. Dans les déclarations communes que publiaient, lors des réunions consultatives au sommet, le «  chargé de mission de la République fédérale pour les affaires culturelles dans le cadre du traité de coopération franco-allemand  »16 et (en règle générale) les ministres français de l’éducation ou de la Culture, les activités de l’OFAJ étaient mises en avant, soit comme exemples d’initiatives déjà couronnées de succès, soit comme vecteurs d’initiatives à développer. C’est ainsi qu’au sommet de Lille (mai 1991) des moyens supplémentaires étaient promis à l’OFAJ pour réaliser des échanges de jeunes et de scolaires avec les nouveaux Länder  ; à La Rochelle (mai 1992), il a été félicité pour son travail, qui avait permis de faire venir en France 8000 jeunes Allemands de l’Est  ; lors du 74e sommet (novembre 1999) à Paris c’était son travail en faveur de rencontres avec de jeunes professionnels du pays partenaire, entrepris en commun avec le «  secrétariat franco-allemand pour les échanges dans la formation professionnelle  » qui fut relevé  ; dans une déclaration du 77e sommet (juin 2001) au sujet de la «  lutte contre le racisme et la xénophobie  », on salua le fait que l’OFAJ avait fait de cet objectif une priorité dans ses programmes17. Lors de la 72e réunion du conseil d’administration de l’OFAJ à Wiesbaden, le secrétaire général Gert Hammer put signaler une nouvelle preuve de cette reconnaissance gouvernementale  : il rapporta qu’en application des décisions de la conférence franco-allemande des ambassadeurs à Weimar (1991) l’OFAJ a été invité «  en tant qu’instrument commun de la France et de l’Allemagne […] à s’employer particulièrement au développement d’échanges trilatéraux avec les pays du centre et de l’est de l’Europe  »18. Par là – et c’est ce qui est important – les programmes incluant des pays tiers ne sont pas seulement autorisés par les gouvernements, mais l’Office franco-allemand pour la Jeunesse est expressément mandaté de mettre en œuvre par ses programmes avec les pays tiers la volonté politique des gouvernements  : «  L’OFAJ contribue ainsi à l’amorce d’une politique culturelle commune franco-allemande19.  » Cette possibilité avait été évoquée dès les débuts de l’Office par Bruno Heck, alors ministre allemand de la Famille20.

  • 21 Il s’agissait de Roger Bambuck (juin 1988-mai 1991), Frédérique Bredin (mai 1991-avril 1992 et avri (...)
  • 22 Déclaration que la presse allemande ne manqua pas de relever. Ainsi, par exemple : « Mit dreißig Ja (...)
  • 23 Voir le résumé du rapport des deux experts Patrick Démerin et Michael Cares in : procès-verbal de l (...)
  • 24 Compte rendu de l’Assemblée nationale, 1re séance janvier 1999, p. 5-7 : Financement de l’Office fr (...)
  • 25 Procès-verbal de la 78e session du conseil d’administration les 15 et 16 novembre 1995 à Meaux, p.  (...)

8Même si, dans les années 1990, l’importance de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse était pleinement reconnue par l’opinion publique et par les gouvernements, il n’était pourtant pas entièrement épargné par les turbulences de cette période dans les domaines de la politique intérieure et extérieure. Entre le début des années 1990 et 2003 quatre femmes ont détenu en Allemagne le portefeuille de ministre de la Famille (Angela Merkel, Claudia Nolte, Christine Bergmann et Renate Schmidt), tandis qu’en France six titulaires se sont succédé à la tête du ministère de la Jeunesse et des Sports21. Il y a eu à Paris trois changements de majorité politique, tandis qu’en Allemagne il n’y en a eu qu’un seul après le succès de la coalition rouge-verte aux élections de 1998. Ces changements de cap politique dans les équipes gouvernementales ne sont pas restés sans influer sur le travail interne de l’OFAJ. Après son entrée en fonction comme ministre de la Jeunesse et des Sports en mars 1993, la gaulliste Michèle Alliot-Marie s’est fait remarquer en déclarant que l’OFAJ avait «  pris de l’âge  »22. Guy Drut, qui lui a succédé dans ses fonctions en 1995, a obtenu en tant que président du conseil d’administration de l’OFAJ qu’il soit procédé à une évaluation du travail de l’institution (dont le résultat ne fut d’ailleurs pas défavorable à l’Office23). Mais la ministre communiste de la Jeunesse et des Sports du gouvernement Jospin, Marie-Georges Buffet, a eu, elle aussi, des jugements critiques sur l’OFAJ, par exemple lorsqu’en 1999, interrogée en public sur la réduction des moyens accordés à l’institution franco-allemande, elle répliqua que l’Office franco-québecois, qui disposait de ressources financières bien moindres ne faisait pas non plus un mauvais travail «  en faveur de la francophonie  »24. Les alternances de la politique intérieure française dans les années 1990 ont touché au moins dans un cas aussi le travail du conseil d’administration. Après le changement de gouvernement en mai 1995, l’ancien secrétaire général Groscolas, qui siégeait à présent au CA en tant que représentant du Conseil des communes et des régions d’Europe, a fait une déclaration à titre personnel pour attirer l’attention sur le risque de l’abandon des principes de pluralisme et de représentativité qui avaient été observés jusque-là à l’OFAJ25. La raison de cette déclaration était la désignation de trois nouveaux membres du conseil d’administration qui étaient tous les trois membres du principal parti de la majorité gouvernementale  : ni le partenaire dans la coalition, ni l’opposition parlementaire n’étaient représentés. Malgré ces interférences de la politique intérieure française dans le travail des instances dirigeantes de l’OFAJ, celles-ci ont pu continuer à travailler pour l’essentiel de façon autonome. Mais on peut constater que, précisément à cause de sa reconnaissance politique et administrative et de la multiplication des nouveaux objectifs bilatéraux ou multilatéraux assignés à l’Office au cours des années 1990, ce dernier est davantage devenu aussi dans les deux pays un relais pour la réalisation d’objectifs politiques. Cette multifonctionnalité politique élargie est la principale raison du travail de reformulation des principes directeurs et des bases de l’organisation de l’OFAJ, travail qui s’est poursuivi tout au long des années 1990.

  • 26 Dossier « Nominations à l’OFAJ » - Archives de l’OFAJ, Paris. Également Süddeutsche Zeitung, 29 nov (...)
  • 27 Curriculum vitae, manuscrit archives de l’OFAJ, Paris.
  • 28 Cf. curriculum vitae conservé dans les archives de l’OFAJ à Paris. Les CEMEA sont caractérisés comm (...)

9Le secrétariat général bicéphale franco-allemand, qui constitue une sorte de charnière entre l’administration politique compétente et l’organe de direction de l’OFAJ, le conseil d’administration, est concerné au premier chef par ce repositionnement permanent de l’institution. Au cours de la quatrième décennie de l’OFAJ, après la fin du mandat de Gert Hammer, les titulaires de ces fonctions dirigeantes ont changé par deux fois. Hammer (né en 1942), après des études en science politique et après avoir travaillé au sein de la CDU et à la direction de l’Union des étudiants chrétiens-démocrates (RCDS) entre 1965 et 1967, était entré au secrétariat général de la CDU où il était chargé à partir de 1977 entre autres de la politique de la jeunesse et du sport. C’est ainsi qu’il est devenu en 1984 l’adjoint du secrétaire général socialiste Groscolas, auquel il a succédé en 1989. François Bellanger (né en 1941) qui fut nommé à la tête de l’OFAJ fin novembre 1993 avait suivi un parcours tout aussi typique de la culture politique de son pays que l’avait été celui de Hammer pour le régime des partis en République fédérale. Il n’appartenait à aucun parti et, après ses études à Sciences Po et à l’ENA, il avait choisi la carrière diplomatique, travaillant, entre autres, pendant cinq ans à l’administration centrale du Quai d’Orsay dans la section «  Relations culturelles scientifiques et techniques  ». Avant sa nomination, il avait été consul général à Munich et avait une longue expérience dans le domaine des échanges avec l’Allemagne au niveau de la société civile26. Son adjoint allemand fut Hartwig Möbes qui, après des études de droit et de sciences politiques, avait travaillé comme journaliste et en dernier lieu comme directeur de l’administration centrale au ministère fédéral des Femmes et de la Jeunesse. Avec ce binôme à sa tête, le flux de la communication avec les ministères compétents pour l’Office était assuré et apparemment le travail de cette équipe de dirigeants de l’OFAJ était davantage orienté vers les problèmes internes (les adaptations nécessaires à un nouvel environnement institutionnel) que vers l’extérieur et vers le grand public. Après le changement de gouvernement des deux côtés du Rhin en 1997-1998 et l’entrée en fonctions de deux gouvernements de gauche, le renouvellement des deux dirigeants de l’OFAJ fut de nouveau à l’ordre du jour fin 1998. Babette Nieder, nommée secrétaire générale pour la période 1999-2003, ne fut pas seulement la première femme à occuper ce poste, elle fut aussi la plus jeune titulaire dans cette fonction  ; de surcroît, le parcours de la nouvelle secrétaire générale présentait des caractéristiques binationales qui auraient de fait été impensables pour la génération précédente  : après des études de germanistique, de romanistique et d’histoire à Constance et Paris et avoir soutenu une thèse sur l’implémentation des nouveaux systèmes ferroviaires TGV et ICE (sous la cotutelle d’un historien de Constance et de Lyon), elle a enseigné en France puis fut appelée en 1991-1992 comme chargée de mission à l’Hôtel Matignon au cabinet d’Édith Cresson qu’elle a suivie à Bruxelles où l’ancien Premier ministre dirigea à partir de 1995 le commissariat pour l’éducation, la Recherche et la Jeunesse27. La nouvelle secrétaire générale, qui connaissait bien le contexte politique de l’Office franco-allemand par ses fonctions et ses activités à Bruxelles, devait finaliser le processus de transformation institutionnelle entamé depuis le début des années 1990. Le nouveau secrétaire général adjoint nommé par les deux ministères compétents fut Michel Cullin, universitaire germaniste, qui avait été attaché culturel à Vienne pendant quatre ans puis pendant quatre ans à Berlin. Il était engagé depuis 1971 dans les activités d’échanges de la société civile dans le cadre des Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (CEMEA) puis comme membre du Comité de soutien des CEMEA28. Alors que l’OFAJ avait suscité l’intérêt de l’opinion publique au moment où il avait étendu son activité aux nouveaux Länder et aux pays d’Europe centrale et orientale, on a l’impression que depuis le milieu des années 1990 il fait moins parler de lui dans les médias  : cela est dû principalement au processus difficile d’une nouvelle réforme et de l’inévitable adaptation aux nouvelles données politiques et socioculturelles.

  • 29 Sur ce premier « sommet culturel », voir les documents dans Kimmel, Jardin, Die deutsch-französisch (...)
  • 30 Erasmus : European Community Action Scheme for the Mobility of University Students.
  • 31 Cf. Reinhart Meyer-Kalkus, Die akademische Mobilität zwischen Deutschland und Frankreich (19251992 (...)
  • 32 Comett : Community Programm for Education and Training in Technology ; cf. également chez Reinhart (...)
  • 33 Cf. également DAAD (éd.) : Studienland EG. Geförderte Kooperationsprogramme deut-scher Hochschulen (...)
  • 34 Cf. l’étude de Corine Defrance dans le présent volume.
  • 35 Cf. Reinhart Meyer-Kalkus, op. cit., p. 163 sq.
  • 36 Cf. Thomas Berrang, Karl Ludwig Jüngst, Arne Auffeld, Deutsch-französischer Austausch in der berufl (...)

10La transformation la plus visible de l’environnement politique et institutionnel de l’OFAJ est due à la création de nouvelles institutions et structures dans le domaine des relations sociales et culturelles. La plupart d’entre elles avaient déjà été décidées dans les années 1980 (surtout à la suite du «  sommet culturel  » de Francfort/Main en 198629), mais c’est seulement au cours de la décennie suivante qu’elles ont trouvé leur profil spécifique et qu’elles ont commencé à peser en tant qu’institutions. D’une part, il y a eu les grands programmes communautaires de la CE ou de l’UE qui ont interféré aussi sur les domaines d’activités traditionnels de l’OFAJ. D’autre part, c’est surtout dans le domaine bilatéral que de nouvelles institutions d’échanges culturels et sociétaux ont vu le jour et ont occupé certaines parcelles de l’espace traditionnel des activités et des initiatives de l’OFAJ  : de ce fait, une concertation entre les différents acteurs devenait de plus en plus nécessaire. Les programmes communautaires d’éducation et de formation professionnelle créés par la CE au cours de la seconde moitié des années 1980 dans la perspective de l’achèvement du marché intérieur européen (prévu pour 1993) ont tous commencé à fonctionner pratiquement au tournant des années 1980 et 1990  : c’est ainsi que le programme Erasmus30 conçu par le Conseil des ministres de la CE pour accroître la mobilité des étudiants entre les pays membres a démarré en 1988-198931. Le programme Comett32, destiné à promouvoir la coopération entre établissements d’enseignement supérieur et entreprises dans le domaine de la technologie au sein des États de la CE et entre ces états, avait déjà démarré en 1987. Le programme Comett spécialement conçu pour répondre aux besoins des futurs enseignants de langue et de langues étrangères avait commencé en 1990-1991 son travail dans l’enseignement secondaire et supérieur33. Pour les mesures d’aide destinées aux jeunes chômeurs, le Fonds social européen dont les moyens doivent servir à améliorer la situation de l’emploi dans les États de la Communauté européenne a également pris une importance croissante pour l’OFAJ. Les programmes de l’Union européenne ont été regroupés au milieu des années 1990 pour constituer des programmes transnationaux plus vastes d’aide à la mobilité qui sont actuellement dans leur seconde phase d’expérimentation sous les noms de Socrates (programme de l’UE pour la coopération dans l’enseignement général) et de Leonardo (programme européen de formation professionnelle). Dans le domaine bilatéral, il existait dans les années 1990, en complément de ces nouvelles structures d’échanges et de soutien créées par la Communauté, puis l’Union européenne, de nouvelles créations qui se répercutaient encore plus directement sur le travail de l’Office. Dans l’enseignement supérieur – où il y avait déjà eu des précédents avec les programmes d’aide pour les germanistes/romanistes ainsi que pour les historiens, politologues et économistes, dont le financement initialement assuré par l’OFAJ avait été pris en charge ensuite par le DAAD34 – le travail de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse pour spécialiser ses programmes d’aide universitaires a été facilité par le programme Procope. Issu des efforts communs du ministère des Affaires étrangères français et du DAAD, ce programme qui a démarré en 1987 visait à intensifier les échanges scientifiques sur la base de projets35. Pour l’aide à la formation professionnelle, un secteur qui, dans la philosophie de l’OFAJ, a toujours servi à témoigner de son souci démocratique d’étendre son action à toutes les couches de la population, l’Office fut rejoint par le Secrétariat franco-allemand pour les échanges en formation professionnelle (SFA), Deutsch-Französisches Sekretariat für den Austausch in der beruflichen Bildung (DFS), fondé en 1981 à Sarrebruck, qui proposait des programmes de groupes pour cette catégorie de jeunes36. La possibilité d’une coopération institutionnelle plus étroite entre établissements d’enseignement supérieurs français et allemands sous la forme de cursus intégrés avait déjà été envisagée en 1986 lors du «  sommet culturel  » de Francfort par les deux chefs de gouvernement. De ces réflexions est sorti le projet d’un Collège franco-allemand d’enseignement supérieur (Deutsch-Französisches Hochschulkolleg DFHK) qui a commencé son travail en 1988 à Mayence et à Strasbourg et qui, en Allemagne, fut rattaché administrativement au DAAD. Doté d’environ 6,5 millions de DM par an, il avait pour mission

  • 37 Cf. Hermann Harder, « Le Collège franco‑allemand pour l’enseignement supérieur », in : François Gen (...)

de favoriser la mobilité des étudiants, des professeurs et des autres personnels scientifiques de l’enseignement supérieur entre les deux pays et d’aider les établissements d’enseignement supérieur à approfondir leurs relations et à nouer de nouvelles relations37.

  • 38 Ibid.
  • 39 Cf. Kimmel, Jardin, Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1963 (op. cit., note 17), p. 502 sq.

11Il devait soutenir prioritairement des cursus intégrés conduisant à des doubles diplômes dans des disciplines «  liées au développement de la technique et aux besoins de l’économie nationale des deux pays  »38. Sur la base des expériences récoltées avec le Collège franco-allemand, il a été possible de créer par la suite l’Université franco-allemande (UFA) – Deutsch-Französische Hochschule (DFH) – dont la fondation avait été décidée par les deux ministres des Affaires étrangères lors du «  sommet culturel  » de Weimar en 199739. L’UFA a commencé à fonctionner en mai 2000 à Sarrebruck. Toutes ces nouvelles initiatives et ces restructurations bilatérales ou européennes du champ des échanges socioculturels entre la France et l’Allemagne ont contraint l’OFAJ à redéfinir son rôle spécifique dans cet ensemble d’institutions.

  • 40 Lettre au département de politique culturelle extérieure du ministère des Affaires étran-gères, le (...)
  • 41 Le Haut Conseil culturel franco-allemand créé en 1988.
  • 42 Lettre du ministère à Gert Hammer du 22 janvier 1990 (archives de l’OFAJ, Paris).

12Dès le début des années 1990, le secrétaire général de l’époque, Gert Hammer, s’est attaqué au problème. Dans une lettre adressée en février 1990 au service culturel du ministère des Affaires étrangères allemand, il exprimait, à propos du Collège franco-allemand, la crainte que de nouvelles organisations chargées de favoriser les rencontres franco-allemandes conduisent à un «  éparpillement  » de la coopération universitaire et il plaidait pour une intégration de la nouvelle institution dans l’OFAJ  ; de manière générale, il estimait que «  l’évolution des dernières années recelait le danger que la coopération franco-allemande dans le domaine culturel soit éparpillée  »40. Dans des conversations entre le ministère fédéral pour la Jeunesse, les Femmes et la Santé et celui des Affaires étrangères, on a également évoqué, dans l’attente du prochain «  sommet culturel  » (qui finalement n’a eu lieu qu’en 1997), l’idée de confier à l’OFAJ une «  fonction de bureau de coordination  » vis-à-vis du Collège franco-allemand, du Conseil culturel bilatéral41 et du Secrétariat franco-allemand pour les échanges en formation professionnelle (SFA)42. Ces réflexions sont restées sans résultats pratiques, mais elles prouvent que dès le début des années 1990 les responsables de l’OFAJ étaient déjà conscients des nouvelles réalités institutionnelles. D’une façon générale, on peut constater que les perspectives de développement et la planification des activités de l’OFAJ étaient déterminées à partir des années 1990 par une double nécessité (pas toujours facile à concilier)  : différencier ses propres offres sur le terrain de plus en plus encombré de l’aide aux échanges transnationaux et en même temps mettre en évidence sa spécificité. Un examen des rapports d’orientation des secrétaires généraux de l’époque montre de quelle manière les instances dirigeantes de l’OFAJ ont cherché à résoudre ce double problème. Le secrétaire général Hammer, par exemple, ne mettait pas en question les effets positifs des programmes de la Communauté ou de l’Union européenne, mais plutôt la création des nouvelles structures bilatérales qui rendaient difficile la planification dans les différents secteurs d’activité de l’OFAJ et produisaient la confusion dans les groupes auxquels s’adressaient ces offres  :

  • 43 Rapport d’orientation 1994, Annexe au point 4 de l’ordre du jour de la 73e session du conseil d’adm (...)

Il convient par ailleurs de souligner que la définition et la mise en œuvre d’une politique logique et conséquente dans les divers secteurs devient de plus en plus difficile à mesure que sont créées de nouvelles institutions franco-allemandes dans le domaine culturel, avec des crédits nouveaux et une compétence propre. Ce fut le cas depuis 1980 pour la formation professionnelle, les universités et la culture. Des instances binationales comme les commissions d’experts pour l’enseignement général, l’enseignement supérieur et la formation professionnelle ont également une influence sur le développement de la coopération franco-allemande43.

  • 44 Rapport d’orientation 1997, Annexe au point 3 de l’ordre du jour de la 79e session du conseil d’adm (...)
  • 45 Ibid., p. 2 et 4.

13L’OFAJ siégeait depuis 1986 dans ces commissions binationales d’experts et c’est là-dessus que Hammer fondait son espoir de pouvoir compenser le «  manque de synergie  » entre les forces bilatérales au service des échanges. C’est sous son mandat que fut mis en place, fin 1991, le groupe de travail sur le thème «  L’avenir de l’OFAJ  » qui devait également réfléchir aux possibilités de mettre en corrélation l’Office et les autres institutions bilatérales ou européennes d’aide aux échanges. Arrivé à mi-mandat, le secrétaire général Bellanger décida d’activer les «  réflexions sur l’OFAJ, sa mission et ses perspectives d’action dans un environnement socioculturel en pleine mutation  »44. On trouve les résultats de ces réflexions dans le rapport d’orientation de 1997 qui estime que l’Office doit jouer, dans le nouvel environnement bilatéral et européen, le «  rôle d’institution centrale de la coopération franco-allemande  », en particulier «  de la coopération entre les jeunes citoyens des deux pays pour la mise en œuvre d’objectifs politiques bilatéraux et européens  »45. Si cette définition de ses fonctions devait servir à affirmer le profil de l’Office, son positionnement concret dans le champ de la coopération bilatérale et européenne visait à mettre en évidence et à justifier la spécificité de ses activités. On ne cachait pas le risque de duplication des efforts institutionnels et la confusion qui en résultait dans les groupes de jeunes auxquels ils s’adressaient. Le rapport constate que, dans le secteur des échanges de jeunes professionnels, l’OFAJ soutient 24 000 jeunes par an en vue de leur insertion professionnelle  ; de son côté, le Secrétariat franco-allemand pour la formation professionnelle subventionne annuellement environ 2000 échanges de jeunes.

  • 46 Ibid., p. 5. L’OFAJ assurait la formation linguistique des responsables de programmes du DFS.

Même si la durée des échanges (moins de trois semaines pour l’OFAJ et, en principe, plus de trois semaines pour le Secrétariat) constitue un critère distinctif des interventions respectives, on ne peut pas exclure une certaine confusion au niveau des organisateurs des échanges, qui sont les mêmes pour les deux institutions dans le domaine de la formation professionnelle46.

14S’agissant du Collège franco-allemand, le rapport reconnaît que la spécificité fonctionnelle de celui-ci réside dans la réalisation de cursus intégrés et signale également que cette institution universitaire se distingue de l’OFAJ du fait qu’elle n’est pas pleinement intégrée. Là aussi, une remarque critique  :

  • 47 Ibid., p. 5.

l’effet réel de synergie entre les systèmes de bourses nationales, le soutien binational apporté par l’OFAJ et enfin les initiatives de la commission franco-allemande pour l’enseignement supérieur, n’est pas toujours bien perçu par les étudiants et les professeurs concernés47.

15S’agissant de la coopération européenne et internationale, le rapport considère que la coopération avec les programmes d’aide de l’UE ne pose guère de problèmes  ; «  cohérence et complémentarité  » sont ici les principes qui guident le travail commun, et des accords de délimitation évitent ici (comme le montre le programme «  Jeunesse pour l’Europe  ») des recoupements indésirables. Cependant, ajoute-t-il, Bruxelles ne tient pas toujours suffisamment compte du «  statut spécifique de l’OFAJ et [de] ses expériences  »  ; de surcroît les relations avec l’UE – comme le montre de façon criante le Fonds social européen – sont également gênées par les différences de législation entre les deux pays, qui peuvent conduire à des blocages budgétaires. Le rapport Bellanger de 1996 mentionne enfin, à propos de l’environnement international de l’Office, la fructueuse collaboration avec le département de l’éducation au Conseil de l’Europe et la coopération pratique avec l’Office germano-polonais ainsi qu’avec l’Office franco-québecois pour la Jeunesse. Les efforts de positionnement de l’OFAJ qu’on peut reconnaître dans les rapports d’orientation des années 1990 peuvent se résumer dans les notions clés «  synergie  », «  réseau  » et «  complémentarité  » qui doivent mettre en évidence l’originalité de l’Office dans le contexte plus complexe des institutions transnationales d’aide aux échanges.

  • 48 Frankfurter Allgemeine Zeitung, 16 juin 1995.
  • 49 Cf. Budget 1991, archives de l’OFAJ, Paris, p. 1.
  • 50 Cf. Budget 1999, archives de l’OFAJ, Paris, p. 2.
  • 51 Cf. aussi l’étude d’Anne-Kathrin Auel dans le présent volume.
  • 52 Francis Bellanger in : procès-verbal de la 80e session du conseil d’administration le 10 décembre 1 (...)
  • 53 Bilan social 1990, annexe au point 5 de l’ordre du jour de la 69e session du conseil d’administrati (...)

16La plus grande difficulté structurelle rencontrée au cours des années 1990, alors que les attentes des milieux politiques devenaient de plus en plus pesantes et que l’obligation pour l’OFAJ de s’adapter structurellement devenait de plus en plus pressante, était le fait que ses ressources financières furent nettement réduites dans le contexte d’une politique de restrictions budgétaires pratiquée par les deux pays. Un article de la Frankfurter Allgemeine Zeitung a résumé en 1995 cette situation dans une formule lapidaire  : «  Tâches plus nombreuses, ressources inchangées  »48. Quelques chiffres de référence des années 1991 à 1999 font apparaître la stagnation des contributions gouvernementales au fonds commun de l’OFAJ  : en 1991, ces contributions étaient pour chaque pays de 20,41 millions de DM et le total, grâce à des recettes supplémentaires, atteignit 43,32 millions49. En 1999 les deux gouvernements contribuaient à hauteur de 19,10 millions de DM chacun, et le budget complété par diverses autres recettes était de 39,15 millions50. Les moyens supplémentaires venant de fonds spéciaux se montaient à 2,73 millions en 1991  ; en 1999 ils avaient presque doublé, atteignant 4,43 millions. Au total, l’OFAJ disposait donc en 1991 de 46,05 millions de DM et en 1999 de 43,58 millions de DM. L’augmentation des moyens en provenance de fonds spéciaux est un indice de l’accroissement des liens avec les programmes de l’UE. En 1991, l’OFAJ a reçu, dans le cadre de cette coopération, des versements du Fonds social européen et du programme d’artistes européanisé «  germinations  »51. En 1999 on retrouve ces deux sources, complétées par les ressources spécifiques européennes ou gouvernementales pour les programmes suivants  : Leonardo, Socrates, les primes d’expatriement pour les enseignants allemands du primaire, les programmes avec l’Europe centrale et orientale et les échanges régionaux Lorraine-Sarre. Pour l’année budgétaire 1997, les contributions des deux états au budget de l’OFAJ avaient été diminuées de 5  % par une décision du gouvernement français, ce qui signifiait une nouvelle réduction des moyens disponibles. Ceux-ci avaient déjà été diminués en 1996 à cause des critères de Maastricht. Le secrétaire général en exercice parlait d’un «  budget de misère  » qui, en volume, était inférieur au budget initial de 1963-1964 et dont le pouvoir d’achat atteignait moins de la moitié de la somme disponible à l’époque52. Il a fallu réduire les dépenses d’intervention de 6,2  % en moyenne. Après ce point le plus bas de l’évolution du budget de l’Office, le sommet gouvernemental franco-allemand de Potsdam en novembre 1998 lui a promis d’améliorer sa dotation. Le rapport d’orientation 2000-2002 a prévu, à la suite de cela, une augmentation graduelle des contributions gouvernementales de 21 millions d’euros (2000) jusqu’à 22,5 millions (2002). Au cours des années 1990, à cause de la stagnation des ressources de provenance gouvernementale, un problème supplémentaire devenait de plus en plus visible  : le budget de fonctionnement atteignait à présent 25  % du volume financier global et par contrecoup le budget d’intervention diminua en proportion. Cette diminution indirecte du budget d’intervention a fait l’objet de grands débats au cours de la session du conseil d’administration en novembre 1999 à Berlin et l’on s’est mis d’accord pour ne pas franchir à l’avenir la «  ligne magique  » des 25  % et de ne pas consacrer moins de 75  % du budget total aux dépenses d’intervention. L’accroissement des frais de fonctionnement n’était pas provoqué dans les années 1990 par le recrutement de nouveaux collaborateurs, mais par le renchérissement du coût de la vie, les augmentations de traitement à l’ancienneté et d’autres facteurs extérieurs. Les effectifs des collaborateurs étaient de 69 en 1991, de 70 en 1999  ; en 1991, 46 personnes travaillaient au siège de l’OFAJ à Bad Honnef, 23 à Paris53. Le travail administratif nécessaire pour traiter les demandes de subvention adressées à l’OFAJ dans le cadre des programmes d’échanges prévus et pour les nouvelles missions confiées à l’Office par les gouvernements dans les années 1990 n’a pu être maîtrisé en fin de compte, avec des effectifs identiques, qu’en transférant une partie du traitement des demandes aux partenaires publics ou privés organisateurs de ces programmes.

  • 54 Annexe au Rapport d’orientation 2000-2002. Nouveau dialogue franco-allemand.

17La proximité spatiale avec ces organisations et institutions partenaires a été un argument non négligeable pour résoudre un autre problème politique et administratif qui, vers la fin des années 1990, s’est trouvé de plus en plus au centre du processus de réforme institutionnelle de l’Office  : le déplacement du siège principal de l’OFAJ. Selon l’article 11 de l’accord du 5 juillet 1963 portant création de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, le siège du secrétariat général est fixé d’un commun accord par les deux gouvernements. Depuis la réforme de 1974, le siège du secrétariat général se trouvait à Bad Honnef et un bureau parisien situé dans le 6e arrondissement le représentait dans la capitale française et se chargeait du travail d’information et de relations publiques sur place. Par un accord entre les ministres de la Jeunesse Heiner Geißler et Edwige Avice, il fut décidé en 1984 que le siège principal resterait à Bad Honnef pour les dix années à venir. La question du siège, qui est sans aucun doute aussi une des causes du degré de notoriété différent de l’institution dans les deux pays, était donc de nouveau à l’ordre du jour en 1994. Par un échange de notes, les deux gouvernements convinrent en mai/juin 1996 de maintenir le siège de Bad Honnef jusqu’au déménagement du gouvernement fédéral à Berlin. Lors de la 84e session du conseil d’administration à Bad Honnef (21 décembre 1998), un groupe de travail fut chargé d’étudier toutes les solutions possibles  : il comprenait les secrétaires généraux, des représentants des deux ministères de la Jeunesse et des deux ministères des Affaires étrangères ainsi que des représentants du personnel de l’OFAJ. Dans le rapport final de cette commission54, l’hypothèse de base retenue fut la volonté des deux gouvernements de déplacer le siège en France, et comme conditions à respecter on arrêta  : l’absence de coût supplémentaire, la possibilité de poursuivre l’activité pendant la période de transition et la prise en compte des desiderata du personnel. En France, le ministère de la Jeunesse et celui de la Culture plaidaient pour Strasbourg, les ministères de l’éducation, des affaires étrangères et de l’économie préféraient Paris pour des questions de coût  ; la partie allemande opta pour Paris pour des considérations politiques et financières. Les raisons données pour le choix de Paris étaient  :

  • 55 Ibid., p. 2.

la proximité avec les institutions et organisations partenaires  ; l’insertion dans les milieux intellectuels français et franco-allemands  ; le renforcement de l’installation existante  ; la présence de nombreuses institutions culturelles allemandes dans la capitale55.

18Le groupe de travail recommanda de maintenir, à côté du siège principal de Paris, une représentation de l’OFAJ en Allemagne. Le conseil d’administration a approuvé en juin 1999 cette solution avec l’argumentation suivante  :

  • 56 Cf. Procès-verbal de la 85e réunion du conseil d’administration le 22 juin 1999 à Aubervilliers, p. (...)

Berlin et Paris auront un rôle important à jouer dans le siècle à venir. Il est préférable que le siège de l’OFAJ soit à Paris et non pas à Strasbourg où l’empreinte européenne est très forte. Il est de l’intérêt de l’OFAJ d’être à proximité des gouvernements, d’être bien visible dans les deux pays et d’être proche des centres de décision56.

  • 57 P. ex. Schaufenster Wochenblatt für Bonn, 30 juin 1999 ; General Anzeiger, Édition Bad Honnef, 24 j (...)
  • 58 Résumé des décisions de la 90e réunion du conseil d’administration le 1er avril 2003 à Berlin, ms., (...)

19à la suite de cette décision et malgré les vives protestations des représentants communaux et régionaux à Bad Honnef57, on commença le transfert  : abandon des locaux qui avaient abrité pendant de longues années l’OFAJ, déménagement à Paris et ouverture d’une succursale à Berlin (Molkenmarkt). Alors que fin 1999 lors de la session du conseil d’administration à Berlin, on était encore persuadé que cette partie des transformations de l’OFAJ pouvait être terminée pour l’été 2000, il est apparu que les difficultés étaient plus grandes que prévu aussi bien du côté des acteurs gouvernementaux (choix d’un siège à Paris) que du côté des collaborateurs concernés (contraintes liées au déménagement et au changement de tâches). Dans cette question importante pour la réorganisation politique et symbolique, autant que technique et administrative, de l’OFAJ, le conseil d’administration n’a pris les décisions d’application qu’en avril 2003 lors de sa réunion à Berlin  : le transfert de l’OFAJ à Montreuil-sous-Bois dans la périphérie est de Paris et la vente du siège administratif à Bad Honnef58.

«  Subsidiarité active  »  : continuité et changement dans les rapports de l’OFAJ avec les institutions et associations partenaires

20La décision finale quant au siège futur de l’OFAJ n’était qu’un des aspects de sa restructuration  ; un autre aspect, moins perçu dans le grand public, concerna une réforme structurelle qui a renouvelé d’une certaine manière les règles de la coopération de l’Office avec les organisateurs des programmes d’échanges. La nécessité de reformuler aussi les règles en vigueur pour tenir compte des changements intervenus dans la pratique de subventionnement s’est imposée au conseil d’administration au cours des années 1990 et a conduit à une nouvelle version des directives de l’OFAJ. Bien que les directives adoptées en 1974 (après que plusieurs versions successives eurent été en vigueur au cours des dix premières années) se fussent révélées très sensées et pratiques dans leur principe, leur actualisation fut envisagée pour la première fois par le secrétaire général en 1991. Par la suite, la première partie des directives, celle des «  principes  », n’a subi jusqu’à la version de 2003 que des modifications mineures d’ordre rédactionnel. Dès 1992 on avait constaté à ce sujet  :

  • 59 Mise à jour des directives. Annexe au point 5 de l’ordre du jour de la 72e réunion du conseil d’adm (...)

S’il est particulièrement réjouissant de constater que l’énoncé des principes régissant l’action de l’Office (chapitre 1) n’a rien perdu de son actualité, une lecture attentive du chapitre 2  : «  conception, organisation et évaluation  » et du chapitre 3 «  modalités d’intervention et procédure  » fait apparaître un besoin d’actualisation pouvant aller d’une simple «  mise à jour  » à des adaptations plus importantes59.

21Les modifications apportées ensuite à la deuxième et la troisième partie concernent d’une part l’introduction de nouveaux types de programmes (par exemple des échanges de plus longue durée et des programmes d’approfondissement) et l’abandon de programmes plus anciens (par exemple les séjours de repos familiaux ou les «  voyages d’études  »). D’autre part, dans les programmes modifiés on peut reconnaître la volonté d’accorder aux organisateurs d’échanges franco-allemands une plus grande marge de manœuvre, par exemple en confiant la formation des animateurs entièrement aux institutions et organisations compétentes.

  • 60 Au cours de plusieurs entretiens avec l’auteur dans les années 2002-2003.
  • 61 Cf. la bibliographie sur le CD-Rom ci-joint.

22Cependant, un aspect des modifications qui ont affecté les rapports de l’OFAJ avec ses partenaires dans l’administration et la société civile n’apparaît pas dans la nouvelle version des directives  : il est de nature sociologique. Rudolf Herrmann, coordinateur de l’OFAJ pendant de longues années et observateur attentif de son évolution sur la longue durée, a essayé de traduire ce genre de modification par le terme de «  subsidiarité active  »60. Subsidiarité active peut signifier que dans le sens vertical l’initiative va davantage de bas en haut ou bien de haut en bas dans la hiérarchie des niveaux de fonctionnement autonome  ; mais cela peut signifier aussi que chacun de ces niveaux de fonctionnement pris en lui-même et dans le sens horizontal fait preuve d’une plus grande dynamique. Pratiquement, la question de savoir quels sont les domaines où l’Office doit intervenir de sa propre initiative et sous sa propre responsabilité, question tellement controversée dans les premiers temps, a perdu progressivement de son acuité. Depuis la réforme de 1974 qui, contrairement aux réformes successives des années 1990, a été mise en œuvre en un temps relativement court, l’institution s’est chargée surtout de deux grandes tâches transversales, qui ont été développées avec une dynamique nettement plus grande au cours de la quatrième décennie de son existence  : d’une part les recherches sur la pratique des échanges et d’autre part les méthodes d’enseignement des langues étrangères. Les résultats de ces efforts sont visibles dans les brochures des «  Textes de travail  », dans les études sur l’interculturalité et dans les glossaires franco-allemands spécialisés61. Ces deux tâches transversales avaient déjà été formulées dans le chapitre «  principes  » des directives de 1974 de la manière suivante  :

  • 62 Directives de 1974, § 1-7 ; à l’exception d’une variante syntaxique, cette formulation est inchangé (...)

L’Office favorise en relation avec ses partenaires et à partir de l’expérience acquise une recherche qui réunira les experts tels que sociologues, psychologues, pédagogues, etc. Les recherches seront consacrées notamment aux rapports entre les cultures, au rapprochement des communautés par l’échange, aux relations internationales concernant la jeunesse, ainsi qu’aux méthodes et techniques de l’échange62.

  • 63 P. ex. Norbert Bieneck, « DFJW-Kongreß in Paris. Eine Herausforderung? Ein Riesen-Flop », in : Der (...)
  • 64 Le « Texte de travail » n° 8, L’OFAJ et les explorations interculturelles, y fait explicitement réf (...)

23La réalisation pratique de ce programme a été favorisée et soutenue au milieu des années 1980 par le développement de la discussion publique sur les questions de la «  communication interculturelle  » et à partir du milieu des années 1990 par les nouvelles alarmantes sur le recul de la connaissance du français en Allemagne et de l’allemand en France. Du côté des institutions et organisations partenaires de l’OFAJ, il y eut encore occasionnellement des signes d’incompréhension au cours des années 199063, mais plus de rejet frontal du travail scientifique sur les problèmes des rencontres interculturelles. Les chercheurs participant à ces travaux ont fait valoir entre autres que leurs réflexions reprenaient des desiderata souvent formulés au cours des quinze premières années par les représentants des organisations engagées très tôt dans le travail de rapprochement64.

24La modification des objectifs des «  programmes orientés vers la recherche  », à laquelle ont travaillé depuis 1984 certains membres du conseil d’administration et des chercheurs réunis dans un groupe de travail «  pratique et contenus des échanges  », a été résumée comme suit  :

  • 65 Ibid., p. 3.

Comment faire en effet pour passer de la phase inaugurale et indispensable des premières familiarisations réciproques, des échanges centrés sur les thèmes de la réconciliation, des pratiques de rencontres studieuses et de bon voisinage, à la phase des apprentissages internationaux et interculturels qui est celle d’un «  construire ensemble  » européen qui ne soit pas seulement scientifique, technique et économique, mais aussi pacifiquement interdépendant, coopérant et solidaire, c’est-à-dire essentiellement politique et conflictuel65  ?

  • 66 Pour l’analyse des présupposés méthodologiques de ces recherches (qu’il n’est pas possible d’approf (...)
  • 67 Le noyau central du groupe est constitué par Burkhard Müller (socio-pédagogue, Hildesheim), Hans Ni (...)
  • 68 Ibid., p. 179.

25C’était l’exigence d’une «  pédagogie réfléchie de l’échange international  » (Gilbert Ziebura) qui a été adoptée par un groupe relativement stable de chercheurs français et allemands pratiquant l’analyse des relations interculturelles principalement au moyen de méthodes qualitatives66. Ce travail scientifique s’adressait, dans le cadre de «  programmes de formation-recherche initiale ou continue  », aux responsables de la réalisation pratique de projets de rencontres transnationales en les associant partiellement aux réflexions communes. Le groupe de chercheurs franco-allemand qui s’est constitué par l’intermédiaire de l’OFAJ67, autour d’un noyau dur de sociologues et de spécialistes des sciences de l’éducation, a mené depuis le milieu des années 1990 une «  stratégie de publications offensive  »68 qui a contribué à la visibilité et à l’audience de l’OFAJ dans le vaste débat sur la «  communication interculturelle  ». De surcroît, ces chercheurs, en commun avec d’autres experts et avec des représentants de la pratique, ont assuré une partie des grands congrès par lesquels l’OFAJ a attiré dans les années 1990 l’attention du public sur des problèmes de société en général et plus particulièrement sur ceux qui concernent les échanges. Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut citer ici les congrès organisés ou coorganisés par l’OFAJ.

  • Mobilité et identité. Préparer la jeunesse pour l’Europe de 1993 (Bonn
    23-24 avril 1990)

  • Environnement 2000 (Aix-la-Chapelle 10-13 mars 1992)

  • La vague de xénophobie et de violence en Allemagne et en France (Lyon 21-23 septembre 1992)

  • Langue étrangère - langue du partenaire. Langue et apprentissage interculturel en Allemagne et en France (Berlin, 1er-3 février 1993)

  • Jeunesse  : intégration et exclusion (Berlin, 26-28 avril 1993)

  • Formation interculturelle  : défi de l’an 2000 (Paris, 2-4 novembre 1993)

  • Violence, racisme et xénophobie (Paris, 10-12 février 1994)

  • Harmonisation de la législation dans la lutte contre les drogues et le -combat anti-drogue au sein de la Communauté européenne (La Haye, 30 avril -5 mai 1996)

  • Les rythmes de vie des enfants en France et en Allemagne (La Rochelle 20-26 octobre 1996)

  • Le chômage des femmes en Europe (Biarritz 5-10 mai 1997)

  • Nouvelles cultures jeunes (Berlin 11-15 juillet 1997)

  • Formation professionnelle en France et en Allemagne (Paris 1er-2 décembre 1997)

  • L’accueil des sportifs de haut niveau dans la profession et la société (La Londe-les Maures 22-24 octobre 1997)

  • 69 Cf. Jacques Demorgon, « évolution, évaluation des échanges franco‑allemands », in : Allemagne d’auj (...)

26En organisant ces congrès qui donnaient aux chercheurs et aux praticiens des occasions de coopérer et de se confronter, l’OFAJ montrait qu’il ne se concentrait plus uniquement sur les études démoscopiques qu’il faisait faire dans les premières années et se tournait vers l’analyse approfondie de son champ de travail par les méthodes des sciences de la société et de la culture. Cependant on ne renonça pas complètement à des sondages d’opinion collectifs, on les espaça seulement69.

27La baisse de la connaissance de la langue du partenaire dans les relations franco-allemandes a été constatée au sein de l’OFAJ avant même que le grand public en soit conscient. Alors que la presse diffusait encore jusqu’au milieu des années 1990 des nouvelles plutôt positives sur les succès obtenus, dès la fin des années 1980 un débat interne s’est instauré au sein de l’OFAJ sur la manière de relancer la mission qui lui avait été donnée en 1963  : s’occuper du domaine extrascolaire non commercial de l’apprentissage des langues. Au début des années 1990, l’Office a fait une sorte d’autocritique en constatant qu’il avait fait passer au second plan le souci des compétences linguistiques bilatérales en privilégiant le thème de la communication interculturelle  :

  • 70 Rapport d’orientation 1986, annexe au point 3 de l’ordre du jour de la 58e session du conseil d’adm (...)

La réflexion de ces dernières années, notamment sur les objectifs culturels des échanges franco-allemands de jeunes, a permis une évolution qualitativement positive des rencontres, estompant parfois les réflexions dans le domaine linguistique, sans pour autant avoir d’effets importants sur le montant global des crédits affectés aux programmes de promotion linguistique70.

  • 71 Rapport d’orientation 1986, annexe au point 9 de l’ordre du jour de la 58e session du conseil d’adm (...)
  • 72 Cf. ci-dessus mon article sur l’évolution de l’OFAJ dans les années 1960.
  • 73 Cf. la bibliographie sur le CD-Rom ; on y trouvera aussi les rééditions des cahiers.

28Un appel fut lancé aux deux gouvernements leur demandant de prendre les mesures nécessaires pour promouvoir l’apprentissage scolaire du français en Allemagne, de l’allemand en France. Pour ce qui est du domaine d’intervention propre de l’OFAJ, le développement de l’apprentissage extrascolaire de la langue du partenaire, le secrétariat général a déjà défini en 1985 les grandes lignes des priorités de sa politique linguistique  : 1) le travail linguistique spécifique de l’Office dans le cadre de ses rencontres  ; 2) l’enseignement linguistique extrascolaire  ; 3) les contacts suivis avec les acteurs universitaires de la discussion didactique et civilisationniste71. Alors que l’Office avait initialement mis surtout l’accent sur l’amélioration de l’apprentissage extrascolaire non commercial des langues72, cette position est nuancée et élargie ici parce qu’on a constaté qu’il n’est pas judicieux de séparer le travail linguistique scolaire, extrascolaire et universitaire. Une conviction en particulier s’est imposée au début des années 1990  : on ne peut pas découpler, dans les relations franco-allemandes, l’apprentissage interculturel de l’apprentissage linguistique. Dans la première des trois nouvelles priorités de la politique linguistique de l’OFAJ, c’est-à-dire le travail linguistique spécifique des rencontres (que nous allons considérer ici pars pro toto), des impulsions ont été données qui se sont prolongées depuis les années 1990 jusqu’à aujourd’hui. Elles se sont surtout concrétisées dans la réalisation d’une série de glossaires destinés aux rencontres franco-allemandes  : 30 glossaires sont parus à ce jour73. Le programme de cette série de glossaires avait été élaboré à la fin des années 1980 avec la participation directe des organisations partenaires de l’OFAJ. Les principes directeurs étaient les suivants  : les groupes cibles devaient être

  • 74 Rapport d’évaluation des glossaires franco-allemands présenté le 15 avril 1988 à Bad Honnef (archiv (...)

des Français et des Allemands participant à des échanges et qui, lorsqu’ils ont des difficultés de communication avec des partenaires de l’autre pays représentant les mêmes intérêts et les mêmes professions, aimeraient pouvoir recourir rapidement à un glossaire spécialisé sur ces thèmes ou ces professions74.

  • 75 Sur le travail linguistique de l’OFAJ voir aussi l’interview de Fritz Kerndter, qui a dirigé pendan (...)
  • 76 Les résultats du congrès ont été publiés dans : DFJW/OFAJ (éd.) : Fremdsprache Partnersprache: Sp (...)
  • 77 Cf. Kimmel, Jardin, Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1963 (op. cit., note 17).
  • 78 La coopération avec les linguistes universitaires n’a pas été aussi fructueuse dans ce domaine que (...)
  • 79 Orientierungen. Orientations 2002-2005, p. 14.
  • 80 Cf. Kurt Brenner, « ,,Initiative Deutsch Mobil“. Eine Aktion der Föderation Deutsch-Französischer H (...)

29L’objectif premier des glossaires est l’amélioration des capacités réceptives des partenaires en situation de rencontres  ; ils devaient comporter, en règle générale, 300 entrées. Pour l’acquisition d’une compétence de maniement productif de la langue étrangère, on avait prévu initialement des dossiers d’«  animation linguistique  ». Avant d’être imprimés et diffusés, les glossaires devaient être soumis pour avis à des spécialistes ou des instances compétentes. Avec ces outils lexicaux, dont la production se poursuit toujours, l’Office franco-allemand pour la Jeunesse était bien armé pour entrer dans le débat public sur le déficit des pays de l’UE dans le domaine des langues étrangères75. Le grand congrès de Berlin en février 1993 sur le thème «  Langue étrangère – langue du partenaire  » a contribué aussi à élargir la politique des langues de l’OFAJ, initialement concentrée sur ses besoins propres dans le domaine extrascolaire76. Lorsque le sommet franco-allemand de Weimar en septembre 1997, dans sa «  Déclaration commune  », réclama des actes pour améliorer la connaissance de la langue du partenaire et des autres pays européens77, l’OFAJ avait déjà redéfini sa tâche en matière de politique linguistique78. Dans son rapport d’orientation 2003-2005, il assure que «  la première priorité des années à venir  » est de créer «  un nouvel intérêt pour la langue du partenaire et de nouvelles méthodes pour améliorer la compétence linguistique des jeunes  »79. Dans ce domaine, il est possible de «  créer de nouvelles synergies  » par la coopération avec les ministères compétents, les écoles, les grandes organisations, les instituts culturels et avec de nombreuses initiatives privées et le monde économique. On cherche ici à trouver une solution au problème général en se basant sur les méthodes développées pour l’apprentissage extrascolaire des langues étrangères  : apprentissage précoce des langues, méthode tandem, télétandem, concours linguistique pour les jeunes de 12 à 18 ans et pour les jumelages de villes, cours de langue spécifiques pour les collaborateurs des organisations partenaires, etc. Dans cette nouvelle activité comme organisateur de mesures destinées à promouvoir l’apprentissage de la langue du partenaire, l’Office est sponsorisé par des entreprises et, faute de ressources propres suffisantes, il inaugure ainsi un mode de fonctionnement inhabituel. Ce fut le cas, par exemple, avec «  France-Mobile  » en Allemagne et «  Deutsch-Mobil  » en France qui se consacrent à la propagande ambulante dans les écoles et les universités pour l’apprentissage de la langue80. Le travail linguistique en relation avec l’apprentissage interculturel est devenu un objectif tellement général que, à l’occasion de la nouvelle répartition des compétences au sein de l’OFAJ en 1998, le bureau spécialisé pour les questions linguistiques a été dissous et ses activités réparties comme un champ d’activité intégré dans les nouveaux bureaux.

30Avec les études sur l’interculturalité et la politique linguistique élargie, l’Office franco-allemand a sans doute relancé au cours des années 1990 des missions transversales ambitieuses qui, dans la mesure où elles concernent des problèmes généraux des sociétés, sont pris en charge aussi par d’autres institutions, mais il a été en mesure d’apporter dans la discussion sa propre contribution et son expérience pratique. Comparés à cette capacité de changement fonctionnel, les rapports de l’OFAJ avec ses partenaires institutionnels et sociaux pour la réalisation de programmes et de mesures semblaient dans la même période plutôt caractérisés par leur constance. Cette permanence marquée peut être illustrée et démontrée à l’aide de deux modes d’interaction habituels depuis longtemps entre l’OFAJ et les organisations et institutions partenaires  : la représentation de ces partenaires dans le conseil d’administration et leur part dans le volume financier global des programmes et mesures réalisés.

  • 81 Cf. Kimmel, Jardin, Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1963 (op. cit., note 17), p. 492. Da (...)
  • 82 Cf. ci-dessous les modifications des programmes.
  • 83 Ci-dessous, nous ne tenons compte que des membres titulaires du conseil d’administration, non des s (...)

31Les archives du conseil d’administration de l’OFAJ le montrent  : les organisations et institutions s’occupant de la politique de la jeunesse et de la politique de rapprochement ont toujours été très désireuses d’avoir un siège dans l’organe directeur de l’Office. Comme les membres du conseil d’administration sont, selon l’article 6 de l’accord du 5 juillet 1963, nommés respectivement par les gouvernements des deux pays, la manière dont ils sont choisis relève des arcanes de la politique et ne peut pas être reconstruit directement. Le groupe des membres du conseil d’administration qui nous intéresse ici – c’est-à-dire ceux qui n’appartiennent pas à l’administration publique – est choisi depuis 1983 parmi «  des personnalités qualifiées, des représentants des collectivités locales ou régionales, des dirigeants d’organisations de jeunesse et d’autres secteurs concernés par les activités de l’Office  »81. On peut supposer que suivant la culture politique des deux pays, les candidats au conseil d’administration de l’OFAJ font l’objet d’une présélection, à laquelle les ministères de la Jeunesse et celui des Affaires étrangères prennent une part déterminante. Cette compétence des représentants ministériels en matière de préselection repose sur leurs relations étroites avec les acteurs privés et publics de la politique de la jeunesse. Étant donné la survenue de nouveaux problèmes et champs d’action dans la politique de la jeunesse au cours des années 1990 – qui se reflètent clairement dans l’évolution des programmes d’échanges de l’OFAJ82 – on est en droit de se demander si ces changements se reflètent aussi dans la composition du contingent des membres non gouvernementaux du conseil d’administration. Dans les nouveaux mouvements sociaux des années 1980 (surtout en Allemagne) et dans les mouvements antiracistes et altermondialistes (surtout en France) ont émergé des acteurs politiques importants pour la politique de la jeunesse  ; s’ils étaient représentés dans le conseil d’administration de l’OFAJ, celui-ci pourrait actualiser sa perception des problèmes et des besoins d’action de la jeunesse. Un examen ponctuel qui ne prête nullement à une généralisation statistique, mais permet de voir comment se composait au début et à la fin des années 1990 le groupe des 2 fois 9 représentants de la société civile dans le conseil d’administration de l’OFAJ, renseigne aussi sur la capacité de celui-ci à s’adapter aux nouvelles formes et aux nouveaux contenus des problèmes qui s’expriment dans la société. Dans le groupe des membres non gouvernementaux du conseil d’administration nommés par le gouvernement allemand étaient représentées en 1990 les organisations et institutions suivantes 83 :

  1. Deutscher Gewerkschaftsbund

  2. Arbeitsgemeinschaft der Evangelischen Jugend in der Bundesrepublik Deutschland und Berlin-West e.V.

  3. Deutscher Sportbund

  4. Arbeitskreis Deutscher Bildungsstätten

  5. Deutscher Bundesjugendring/Deutsche Pfadfinderschaft Sankt Georg

  6. Oberbürgermeister von Speyer

  7. Direktor des Instituts für öffentliches Recht der Universität Bonn

  8. Internationaler Bund für Sozialarbeit – Jugendsozialwerk e.V.

    • 84 Annexe au Rapport d’orientation 1991, 67e session du conseil d’administration, les 18 et 19 juin 19 (...)

    Deutscher Industrie und Handelstag84

32En 1999, le même groupe, c’est-à-dire les représentants de la société civile nommés par l’Allemagne au conseil d’administration, était composé comme suit  :

  1. Jugendbildungsreferentin der Gewerkschaftsjugend

  2. Amt für Jugendarbeit der Evangelischen Landeskirche Baden

  3. Landesgeschäftsführer Evangelische Jugend Sachsens

  4. Direktorin des Instituts für Romanistik an der Universität Potsdam

  5. Bundesgeschäftsführer Arbeit und Leben

  6. Oberbürgermeister der Stadt Aachen

  7. Vorsitzender der Deutschen Sportjugend

  8. Weiterbildungsreferentin des Deutschen Industrie und Handelstages

    • 85 Annexe au Rapport d’orientation 2000, 85e session du conseil d’administration, le 22 juin 1999 à Au (...)

    Journalist beim Deutschlandfunk/Deutschland Radio85

  • 86 Annexe au Rapport d’orientation 1991, op. cit.,

33La plupart de ces représentants d’institutions et d’organisations appartenaient à des organismes partenaires qui ont coopéré avec l’OFAJ depuis la première décennie de son existence et qui étaient représentés, sinon en permanence, du moins régulièrement au conseil d’administration. Il s’agissait en l’occurrence en 1990 des six organisations partenaires suivantes  : DGB, Evangelische Jugend, Deutscher Sportbund, Deutscher Bundesjugendring, Internationaler Bund für Sozialarbeit – Jugendsozialwerk e.V. et le DIHT (comme organisation patronale). En 1999 le tableau n’est pas très différent  ; là aussi le conseil d’administration comprenait des représentants de  : Gewerkschaftsjugend, Evangelische Jugendarbeit, Arbeit und Leben, Deutsche Sportjugend et DIHT. Étaient nouveaux dans les années 1990 par rapport à la première décennie de l’OFAJ les représentants des collectivités territoriales (en l’occurrence les Oberbürgermeister) et ceux des universités et des médias. Le profil des membres du conseil d’administration nommés par la France et ne provenant pas de l’administration publique présente dans la dernière décennie du xxe siècle les mêmes caractéristiques de continuité qu’en Allemagne, mais sa composition est différente. Les 9 représentants de la société civile française étaient issus en 1990 des institutions et organisations suivantes86  :

  1. Ligue française de l’Enseignement et de l’Éducation permanente

  2. Club Léo Lagrange

  3. Assemblée nationale

  4. Université Paris IV

    • 87 Cf. ci-dessus note 28.

    Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation actives87

  5. Fédération de l’Éducation nationale

  6. Guides de France

  7. Comité national olympique et sportif français

  8. Administration du Centre d’information jeunesse de Marseille

  • 88 Annexe au Rapport d’orientation 2000, op. cit.,

34En 1999 la représentation des partenaires privés et publics de l’Office était assurée dans le conseil d’administration par les délégués des organismes et les personnalités suivantes  :88

  1. Association des amis du Roi des Aulnes

    • 89 Caractérisation ; « Les membres actifs des “équipes volantes” ont fondé PEC le 5 décembre 1944 à Gr (...)

    Peuple et Culture89

  2. Deputé-maire de Mulhouse

  3. Conseil général de Créteil

    • 90 « Les Francas » est l’abréviation pour « Les Francs et Franches Camarades » (FFC). À propos de son (...)

    Les Francas90

  4. Université Paris III

  5. Ambassadeur à la retraite

  6. Graphiste

  7. Comité national olympique et sportif français

35Dans le contingent des membres du conseil d’administration représentant la société civile, on retrouve dans le premier cas cinq organisations (les n° 1, 2, 5, 7 et 8) et dans le second cas trois organisations (n° 2, 5 et 9) qui étaient déjà là au moment de la création de l’Office. Ce qui est remarquable ici (surtout en 1999) c’est que les représentants des collectivités territoriales se sont apparemment assuré une place stable et qu’on y trouve plus de personnalités des milieux parlementaires ou culturels que parmi les membres allemands. Il est arrivé aussi en France que de nouvelles associations aient fait leur entrée (p. ex. l’Association des amis du Roi des Aulnes). Mais les nouveaux mouvements protestataires qui ont fait leur apparition au cours des vingt dernières années dans les deux pays n’ont pas fait jusqu’à présent leur entrée dans l’organe de direction de l’OFAJ, bien que celui-ci se soit résolument efforcé de tenir compte, dans sa programmation, des problèmes et des sujets de conflits qui ont donné naissance à des mouvements mobilisant principalement des jeunes.

  • 91 Informations selon « Liste des 50 principaux partenaires (par le volume des moyens accordés) » in : (...)

36Le tableau des organisations partenaires qui travaillent le plus activement avec l’Office franco-allemand se caractérise aussi par la continuité et la bonne entente. Les organisations bénéficiant des plus forts volumes de subventions sont pour la plupart aussi les partenaires les plus anciens de l’OFAJ pour la réalisation des programmes d’échanges et de rencontres. Une liste des 25 principaux bénéficiaires du financement par l’OFAJ dans les deux pays en 1993 et 1994 donne une idée de la nature et de la fonction des organisations partenaires91. En France les dix organisations les plus subventionnées étaient en 1993  :

  1. Peuple et Culture  : 2 169 participants (jeunes professionnels ou apprentis  ; rencontres culturelles  ; formation d’animateurs).

37CNOSF (Comité national olympique et sportif français)  : 4 675 participants (jeunes sportifs membres de clubs, hébergement familial, stages d’entraînement communs pour jeunes athlètes en tiers lieu).

  • 92 Cf. Pierre Tournemire, La Ligue de l’Enseignement, Toulouse, 2000.

38Ligue française de l’Enseignement et de l’Éducation permanente92  : 1 887 participants (camps de vacances pour jeunes  ; programmes pour jeunes professionnels ou en formation  ; jeunes sportifs).

  1. Conseil des Communes et Régions d’Europe. Échanges de jeunes franco-allemands  : 3 527 participants (groupes de jeunes dans le cadre de jumelages de villes, avec hébergement familial).

    • 93 À propos du Centre départemental d’échanges internationaux du Nord à Lille et de ses activités dans (...)

    Centre interrégional d’échanges Rhénanie-Westphalie/France du Nord93  : 1 643 participants (jeunes professionnels et jeunes en formation).

  2. ROUDEL (Relais d’ouverture et d’échanges culturels et linguistiques)  : 420 participants (jeunes professionnels et jeunes en formation  ; formation d’animateurs).

  3. Culture et Liberté  : 576 participants (jeunes professionnels et jeunes en formation).

  4. Association de Développement artistique  : 658 participants (rencontres culturelles ou artistiques).

  5. BILD (Bureau international de liaison et de documentation)  : 558 participants (séjours linguistiques dans les deux pays  ; formation à l’animation linguistique).

  6. CEMEA (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation actives)  : 696 participants (formation linguistique, jeunes professionnels et jeunes en formation).

Les subventions que l’OFAJ versait à ces organismes d’échanges en complément de leurs moyens propres, conformément aux directives, se situaient dans les exemples mentionnés dans des ordres de grandeur entre 1,189 million et 331 000 DM. En 1994 on retrouve 5 de ces organisations parmi les 10 principaux partenaires de l’OFAJ en France  : CNOSF (1re position), Peuple et Culture (2e), Ligue française de l’Enseignement et de l’Éducation permanente (3e), BILD (6e), Culture et Liberté (7e). Les cinq autres organisations les plus actives dans les échanges étaient  :

  1. Échanges franco-allemands (Orléans)  : 4 527 participants (groupes de jeunes dans le cadre de jumelages de villes, hébergement familial).

  2. Académie Nord de l’Europe (Lille)  : 1 182 participants (jeunes professionnels et jeunes en formation).

  3. Infac Europe (Pau)  : 640 participants (jeunes professionnels et jeunes en formation).

  4. Les Francas  : 669 participants (camps de vacances pour enfants et adolescents de milieux défavorisés).

  5. FNFR (Fédération nationale des Foyers ruraux)  : 606 participants (jeunes professionnels du secteur agricole et formation d’animateurs pédagogiques et linguistiques).

  • 94 Renseignements selon « Liste des 50 principaux partenaires… », op. cit.

39Les subventions de l’OFAJ atteignaient en 1994 entre 1,043 million et 226 000 DM. Parmi les 15 partenaires de l’Office en France mentionnés ci-dessus pour 1993 et 1994, il y avait 9 organisations qui collaboraient déjà avec l’OFAJ au cours de la première décennie de son existence. Une comparaison avec les organisations partenaires correspondantes en Allemagne pour les mêmes années permet de constater la dissemblance du monde associatif dans les deux pays, qui reflète en quelque sorte la physionomie de la société des deux nations. En 1993 les partenaires allemands de l’OFAJ étaient dans l’ordre des moyens accordés les suivants94  :

  1. DSJ (Deutsche Sportjugend). 3 742 participants (échanges de jeunes sportifs dans les clubs avec hébergement familial).

  2. Arbeit und Leben  : 1 082 participants (jeunes professionnels et jeunes en formation).

  3. Gesellschaft für Übernationale Zusammenarbeit (GÜZ)  : 875 participants (cours de langue binationaux, formation d’animateurs linguistiques).

  4. Internationaler Bund für Sozialarbeit – Jugendsozialwerk e.V.  : 701 participants (jeunes professionnels et jeunes en formation).

  5. Senat für Jugend und Familie Berlin  : 1 122 participants (centralise les demandes de subventions des organisateurs locaux dans les domaines jeunesse, jumelages, jeunes professionnels et jeunes en formation, culture, formation d’animateurs).

  6. Bayerischer Jugendring  : 2 903 participants (centralise pour la Bavière les demandes de subventions des organisateurs locaux dans les domaines jeunesse, jumelages, culture, ainsi que les demandes des écoles d’enseignement général et professionnel).

  7. DAAD (Deutscher Akademischer Austauschdienst)  : 483 participants («  programme germaniste  »).

  8. DSB (Deutscher Sportbund)  : 914 participants (stages d’entraînement communs pour jeunes athlètes).

  9. AEJ (Arbeitsgemeinschaft der Evangelischen Jugend in Deutschland)  : 1 037 participants (programmes de rencontres pour jeunes des milieux défavorisés, et pour jeunes professionnels et jeunes en formation).

  10. KAB (Institut für angewandte Kommunikationsforschung in der außer-schulischen Bildung e.V. (Bonn)  : 780 participants (jeunes professionnels et jeunes en formation).

40L’année suivante, en 1994, 7 de ces 10 partenaires se sont trouvés de nouveau parmi les organisations les plus actives et bénéficiant des plus fortes subventions  ; c’étaient dans l’ordre, de 1 à 9  : DSJ, GÜZ, Arbeit und Leben, Bayerischer Jugendring, AEJ, DSB, Internationaler Bund für Sozialarbeit, KAB et Berliner Senat für Jugend und Familie. Une seule organisation nouvelle apparaît dans cette liste  : la AWO (Arbeiterwohlfahrt), (organisatrice de camps de vacances pour enfants et adolescents de milieux défavorisés avec 692 participants). Les montants des subventions accordées aux différents partenaires variait en 1993 entre 772 000 et 265 000 DM et en 1994 entre 788 000 et 291 000 DM. En 1993, huit des dix principales organisations partenaires et, en 1994, 9 d’entre elles travaillaient déjà avec l’OFAJ dans les années 1960. On a l’impression que l’Office est lié en quelque sorte pour le meilleur et pour le pire à ses partenaires traditionnels, dans lesquels une relève des générations a eu lieu au cours de ces décennies ou est en train de se produire. Ce tableau d’une remarquable continuité dans la répartition subsidiaire des rôles entre l’Office et les organisations partenaires en France et en Allemagne doit pourtant être corrigé en signalant qu’il est fondé seulement sur l’analyse des 10 principaux bénéficiaires de subventions dans chacun des deux pays, alors que l’OFAJ coopère dans les deux pays avec des centaines d’institutions et d’organisations. Une analyse complémentaire qui les prendrait aussi en considération ferait sans doute apparaître une plus grande mobilité dans cette coopération. Dans l’évolution des organisations partenaires, il existe une tendance, liée à l’évolution de la société, à s’éloigner de leur fonction première d’agences de l’apprentissage interculturel et de transmission de la capacité de communication transnationale pour devenir des agences de voyage internationales de bon niveau pour les jeunes. Un collaborateur de la première heure de l’OFAJ a formulé cette tendance en 1998 non sans quelque inquiétude  :

  • 95 Fritz Kerndter, « Illusionen ausgeräumt und beglückende Perspektiven eröffnet… » (op. cit., note 75 (...)

Pour moi, il est symptomatique que dans les deux pays presque toutes les organisations de jeunesse qui, au début, étaient marquées idéologiquement sont devenues de véritables entreprises de voyages qui agissent dans le domaine international, sans aucune idéologie, pour des échanges qui, de loin, ne sont pas tous franco-allemands comme cela avait été le cas au milieu des années 6095.

41Si la tendance ainsi diagnostiquée est réelle et devait se renforcer, la version de la «  subsidiarité active  » ne serait sûrement pas inutile, car elle attribue à l’OFAJ dans les rapports avec les organisations partenaires un rôle de donneur d’impulsions de haut en bas qui garantit que les objectifs de l’apprentissage interculturel et du travail en partenariat ne seront pas jetés aux oubliettes.

Modifications des structures et des problèmes de la société et renouvellement des programmes de rencontres de l’OFAJ

  • 96 Cf. Wolfgang Neumann, « Jugendarbeitslosigkeit in Frankreich. Übergangs- oder Strukturproblem? », i (...)
  • 97 Jugend 2000. 14eétude Shell, Francfort/Main, 2001, p. 21.
  • 98 Thomas Gensicke, « Individualität und Sicherheit in neuer Synthese? », in : ibid., p. 139sq.
  • 99 Cf. Christian Baudelot, Roger Establet, Avoir 30 ans en 1968 et en 1998, Paris, 2000.
  • 100 Sur ces symptômes d’un nouveau modèle comportemental et sur ses propagandistes, cf. Hans Manfred Bo (...)

42Une part importante des efforts entrepris par l’OFAJ au cours des années 1990 pour refonder le bilatéralisme franco-allemand en l’actualisant a consisté, en interaction avec ses partenaires politico-administratifs et socio-culturels, à adapter ses programmes aux changements structurels de la société, aux modifications des conditions d’existence des jeunes et aux nouvelles cultures jeunes. Après plus de quarante ans d’existence, l’Office était confronté au plus grand défi qu’il ait connu depuis les années soixante-dix et a été obligé de s’adapter. Les bouleversements socio-économiques et socio-culturels de cette période se manifestent dans la jeune génération des années 1990 des deux côtés du Rhin par un important chômage des jeunes, par l’apparition d’une nouvelle relation à la politique et également par un nouveau regard sur les relations bilatérales. Le chômage des jeunes qui a quadruplé en France entre les années 1970 et les années 1990 et qui a fortement augmenté aussi en Allemagne96, a été dans les deux pays une des causes principales de nouveaux problèmes collectifs comme la xénophobie, la toxicomanie et le rejet de la politique. En Allemagne, par exemple, l’intérêt des jeunes de 12 à 25 ans pour la politique est passé de 57  % en 1991 à 34  % en 200297. La jeunesse des années 1990 envisage l’existence selon une nouvelle échelle des valeurs qui privilégie le pragmatisme, l’individualisme et le besoin de sécurité98. Ces valeurs spécifiques de la jeune génération constatées en 1998 différaient, en France tout autant qu’en Allemagne, des comportements de la génération de 196899. La somme de telles transformations et réorientations politiques et sociales a inévitablement modifié aussi les conditions objectives et subjectives pour les échanges et le dialogue entre jeunes Français et jeunes Allemands. Pour ce qui concerne l’engagement spécifique des jeunes générations dans les relations sociales et culturelles franco-allemandes, ces modifications signifient qu’il faut s’attendre une nouvelle fois à un changement du modèle de comportement. Après l’esprit de réconciliation qui a été déterminant pour la première génération de pionniers après 1945, après l’esprit d’entente sur la base d’une idéologie républicaine de gauche qui prédominait dans la génération de 1968, c’est une attitude pragmatique vis-à-vis de la France qui se dessine dans la «  génération de Berlin  », qui met en question la «  souveraineté morale  » des générations précédentes et s’oriente principalement selon des considérations d’opportunité individuelle100. Ci-dessous nous nous proposons d’analyser les réactions de l’OFAJ devant cette nouvelle donne de la fin du xxe siècle et nous montrerons les conclusions qu’il en a tirées pour redéfinir ses programmes bilatéraux de rencontres et d’échanges.

  • 101 Rapport d’orientation 1994, p. 8.

43Vers la fin de son mandat de secrétaire général, Gert Hammer a constaté que, faute d’une augmentation des contributions gouvernementales, une part importante des décisions retenues dans le rapport d’orientation n’ont pas pu être transformées en décisions budgétaires101. Il avait chaque année axé les rapports d’orientation sur la description sectorielle des principaux groupes cibles et secteurs de subventions et indiqué les desiderata de subventionnement  ; c’est sur cette base que le conseil d’administration de l’OFAJ décidait des actions prioritaires. Pour les années 1990-1991, les priorités thématiques arrêtées étaient «  la langue  », l’«  Europe de 1993  » et «  l’environnement  »  ; pour 1991-1992 c’était «  la promotion de la langue  », «  la préparation de l’Europe de 1993  » et «  l’utilisation des expériences franco-allemandes pour le processus de transformation des pays d’Europe orientale  »  ; en 1993-1994 les thèmes centraux étaient «  la promotion de la langue  », «  l’apprentissage interculturel et la vie quotidienne multiculturelle  » ainsi que «  la solidarité  ». C’est en réfléchissant à la manière de transformer effectivement ces thèmes en programmes concrets à réaliser par les organisations partenaires que le secrétaire général a rencontré ces nouvelles données sociales qui font obstacle à la réalisation des programmes. Par exemple lorsqu’il constate  :

  • 102 Rapport d’orientation 1996, p. 4.

On peut observer que l’évolution de la société a influencé les organisations de jeunesse en ce sens que des jeunes s’engagent de façon plus ponctuelle et que cela va de pair avec un changement du mode de fonctionnement des associations. Il en a résulté des nouvelles formes de rapports de ces organismes avec les jeunes qu’ils mobilisent. Quelques-uns des partenaires de l’Office se sont transformés de plus en plus en organismes de conseil et de service pour les échanges de jeunes franco-allemands ou internationaux ou pour des activités dans le cadre national. Cela signifie aussi que la proportion entre le nombre des rencontres de groupes fermés préconstitués et celui des groupes à recrutement ouvert était durablement changé102.

  • 103 Rapport d’orientation 1997, p. 2.

44Ces observations enregistrées ponctuellement par Hammer à propos des nouvelles conditions pour réaliser des objectifs politiques et pédagogiques dans les échanges transnationaux de jeunes ont été approfondies encore par son successeur. Les principaux thèmes définis comme prioritaires par le conseil d’administration sous le mandat de Francis Bellanger étaient par exemple pour 1995-1996  : «  mobilisation des moyens de l’Office et de ses partenaires institutionnels et associatifs au service de tous les projets répondant aux besoins de formation des jeunes et à leurs difficultés d’intégration sociale  », «  soutien de toutes les initiatives permettant une meilleure participation de jeunes des nouveaux Länder aux échanges et aux rencontres  », «  poursuite de la coopération avec les responsables des activités de jeunesse en Europe centrale et orientale  » et «  une meilleure prise en compte de la dimension linguistique et interculturelle dans les échanges et dans les rencontres  »103. En 1996-1997, l’OFAJ place en tête de ses priorités les secteurs suivants  : «  programmes qualifiants pour des jeunes en intégration sociale et professionnelle  » et «  intensification des échanges d’élèves d’écoles professionnelles, de jeunes en formation et de jeunes professionnels  ». Bellanger a entrepris un inventaire systématique de toutes les modifications affectant le domaine d’intervention de l’Office dans les années 1990  : on y trouve en 1996 non seulement «  un environnement socioculturel en mutation  » mais aussi les changements d’attitude de la génération des jeunes d’aujourd’hui  :

Les jeunes eux-mêmes ont changé. Certes, il est toujours hasardeux de vouloir faire le portrait d’une génération. Pourtant, force est de reconnaître que les jeunes que nous accueillons aujourd’hui dans nos rencontres sont différents de leurs prédécesseurs.

Nés dans des états en paix, démocratiques et prospères, ils ont bénéficié d’une meilleure formation intellectuelle et de possibilités d’ouverture sur le monde grâce aux médias modernes.

Ils ont donc évolué au rythme des transformations de nos sociétés. Aussi n’est-il pas étonnant qu’ils soient devenus aussi instables que le monde qui les entoure. En effet, toute formation ne donne plus automatiquement accès à un emploi. En outre, plus que d’autres groupes sociaux, les jeunes sont menacés par ces nouveaux fléaux que sont la drogue et le sida.

Dans un tel contexte, la tentation est grande de se replier sur soi-même et de chercher à s’en sortir seul par n’importe quel moyen. D’où certaines dérives, notamment dans les banlieues des grandes villes.

  • 104 Ibid., p. 9 sq.

Aussi avons-nous désormais affaire à une «  clientèle  », dont les motivations à l’échange et à la rencontre sont totalement différentes de celles des années 60 et 70. Les raisons politiques passent au second plan au profit de motifs strictement utilitaires  : à quoi sert l’échange  ? Que m’apporte cette rencontre  ? Cela représente-t-il un plus pour ma formation ou pour mon insertion professionnelle ou sociale104  ?

45Ces réflexions et d’autres émanant du secrétariat général et du conseil d’administration de l’Office, enrichies en particulier aussi par les colloques scientifiques organisés pendant les années 1990 sur le vaste thème «  jeunesse et société  », prouvent que les responsables de cette institution ont cherché à répondre, dans leurs objectifs pédagogiques et dans le choix de leurs moyens, au changement des structures et des problèmes de la société.

  • 105 Cf. les chiffres chez Janine Tavangarian, « Les programmes trilatéraux de l’Office franco-allemand (...)
  • 106 Cf. Ibid.
  • 107 C’est ainsi qu’il faut entendre p. ex. la remarque du secrétaire général Hammer à propos de l’impor (...)

46Les nouvelles tâches politiques de l’OFAJ, la transformation permanente de son contexte européen et bilatéral et les nouveaux problèmes affectant la société ont créé une obligation institutionnelle à réviser continûment ses programmes et ses actions. Il est remarquable que les réformes dans ce domaine – à l’instar des réaménagements des statuts et de l’organisation depuis le début des années 1990 – se soient accomplies pendant les mandats de plusieurs secrétaires généraux en allant toujours dans la même direction. Signalons à ce sujet quelques lignes d’évolution assez constantes. Après que l’OFAJ se fut chargé de participer à la reconstruction de la société civile dans les nouveaux Länder, dans les États d’Europe centrale et orientale et dans l’espace balkanique, malgré les fonds spéciaux des deux gouvernements, les programmes en direction des pays tiers ont dû être révisés. Le nombre des programmes trilatéraux avec les pays de la CE/UE est passé entre 1900 et 2000 de 225 à 48105. Les programmes associant des pays tiers d’Europe centrale et orientale sont passés de 13 à 205 entre 1990 et 1995 pour redescendre jusqu’en 2000 à 184. Après que les pays méditerranéens furent devenus depuis le milieu des années 1990 un domaine d’intervention spécifique pour des programmes trilatéraux106, le nombre des programmes dans ce secteur s’est accru de 19 en 1996 à 33 en 2000. Dans un segment tout à fait différent des programmes de l’OFAJ, on constate un déplacement d’accents tout aussi marqué. Alors que dans les années 1950, avant la création de l’OFAJ, les programmes d’échanges individuels, organisés principalement par des organismes privés ont joué un grand rôle, les rencontres de groupes ont nettement dominé dans les statistiques d’échanges de l’OFAJ jusque dans les années 1990. Même si, à l’occasion, il avait été envisagé de tenir davantage compte des demandes de jeunes n’appartenant à aucune organisation, cette idée ne fut pas suivie d’effet, entre autres à cause des objections des membres du conseil d’administration représentant les fédérations et associations. Mais dans la mesure où dans les années 1990 cette question fut de nouveau d’actualité à cause des tendance individualistes des jeunes107, il sembla finalement indiqué de répondre à cette demande d’échanges individuels. Le sommet franco-allemand de Potsdam en novembre 1998 annonça la création du programme Voltaire, cofinancé par l’OFAJ et sponsorisé par de grandes entreprises des deux pays  : il s’adressait à des élèves de 15 à 17 ans et proposait un échange de six mois avec accueil dans les familles participantes. Ses objectifs sont l’acquisition de la langue du partenaire et l’apprentissage interculturel  :

  • 108 KMK, Pädagogischer Austauschdienst : Présentation du programme VOLTAIRE, manuscrit. 7 p., ici p. 1.

Le programme Voltaire a pour objectif de procurer à des jeunes gens et jeunes filles dès leurs années d’école des expériences internationales pratiques et d’élargir ainsi leurs compétences et connaissances spécialisées et interculturelles108.

  • 109 DFJW : « Rapport final sur le programme Voltaire 2001-2002 », manuscrit, 4 p. ; l’auteur remercie M (...)

47Ce nouveau programme individuel a démarré en 2001-2002 avec 110 participants  ; il comptait 253 boursiers en 2002-2003, et le nombre de bourses allait être porté à 400 en 2003-2004109. En 2005-2006, le chiffre des participants au programme Voltaire atteignit 520 et, au total, depuis 2001 plus de 3000 écoliers français et allemands ont bénéficié du programme. Ce même souci constant de l’Office de former des médiateurs compétents se manifeste aussi dans le domaine de la formation professionnelle, initiale ou continue. Depuis le début des années 1990, il existe dans ce secteur plusieurs programmes visant à la qualification de «  médiateurs  » qui devaient développer dans leurs différents environnements socioprofessionnels des stratégies d’apprentissage pour l’acquisition d’aptitudes et de compétences interculturelles et pour l’apprentissage des langues étrangères. La notion de médiateurs spécifiques pour ce domaine apparaît déjà dans les rapports d’orientation du secrétaire général Hammer et se maintient jusqu’à aujourd’hui. Le profil de qualification complexe des médiateurs a été défini comme suit  :

  • 110 DFJW/OFAJ (éd.) : Documents. Materialien, Bad Honnef, Paris s.d. (1997), p. 61.

Il est notoire qu’il n’existe pas d’«  automatisme de la compréhension  », c’est-à-dire de garantie que des jeunes participant à un programme de rencontre se rencontrent vraiment, qu’ils apprennent les uns des autres et développent un sens de la «  relativité culturelle  ». À cela s’ajoute un fait d’expérience qui veut que l’apprentissage interculturel prenne toute son importance lorsque les participants sont concernés de manière existentielle et que des choses importantes sont en jeu, mais que c’est aussi là qu’il se laisse le moins décréter. Or c’est précisément dans ce type de situations que les différences culturelles entrent pleinement en jeu, qu’elles surgissent sous forme conflictuelle et souvent immédiate, spontanée et incontrôlable. C’est ce qui rend absolument irremplaçable le médiateur qualifié, personne capable d’aider les participants aux rencontres interculturelles à comprendre l’autre, tout autant que les processus de groupe dans lesquels ils sont impliqués avec les autres et sur lesquels ils influent ensemble, et donc, en fin de compte, eux-mêmes. Une telle activité de médiateur requiert d’avoir fait soi-même une expérience suffisante de la vie de groupe, mais aussi d’avoir les connaissances nécessaires en matière de civilisation (historiques, sociales, culturelles, etc.), de contenus et de méthodes pour mener une action pédagogique adaptée à la situation, souple et appropriée110.

48Ces trois exemples mentionnés qui concernent respectivement l’élargissement géographique, la technique des échanges et les stratégies de qualification témoignent du souci de l’Office entré dans sa cinquième décennie de se renouveler dans tous les secteurs et dénotent une volonté constante de réagir de manière productive aux nouvelles données politiques et sociales du présent. La loi qui régit ce travail d’adaptation productive de l’Office en tant qu’institution, loi non écrite, mais pourtant invoquée explicitement à l’occasion par les secrétaires généraux s’appelle «  continuité et innovation  ». Elle vaut aussi pour le développement des programmes de soutien dans les domaines d’échanges anciens (écoles, universités, profession, art, sport, jumelage de villes, etc.).

49Le besoin d’action, de renouveau et d’adaptation dans les secteurs traditionnels des rencontres bilatérales a été justifié en 1997 par le secrétaire général comme suit  :

  • 111 Procès-verbal de la 81e réunion du conseil d’administration le 1er décembre 1997 à Ilmenau, p. 12.

Monsieur Bellanger introduit le rapport en rappelant l’environnement de l’action de l’OFAJ  ; la mondialisation, le chômage, les difficultés sociales, le sentiment d’insécurité chez les jeunes, leurs aspirations multiples et parfois confuses. La conjoncture budgétaire tendue dans nos deux pays se cumule avec le recul des ressources des principaux partenaires de l’Office. L’OFAJ doit s’adapter en permanence, s’adresser à de nouveaux partenaires dans de nouveaux secteurs. Les initiatives dans le domaine de l’insertion sociale et professionnelle, la prévention contre la toxicomanie et le SIDA, les activités scientifiques et techniques des jeunes témoignent de cette adaptation. Il reste beaucoup à faire et il conviendrait également de relancer des programmes pour handicapés, le dialogue entre générations, de s’engager dans d’autres secteurs de la prévention comme la lutte contre l’alcoolisme, le tabagisme, de soutenir la coopération entre jeunes policiers, juges, travailleurs sociaux sur les problèmes des banlieues, de s’adresser aux jeunes entrepreneurs, aux jeunes juristes, etc. Il s’agit, en effet, tout en préservant nos échanges traditionnels, d’ouvrir de nouveaux champs d’action pour rester innovants111. 

  • 112 Cf. p. ex. Benoît Haudidier, Gérard Gabert, Begegnungen für arbeitslose Jugendliche. Bilanz und Per (...)
  • 113 Informations selon DFJW/OFAJ : Documents. Materialien, op. cit., p. 29 sq.
  • 114 Ibid., p. 35. En 1996 l’OFAJ a créé le « programme des 1000 chômeurs » : « Son objectif est de perm (...)
  • 115 à propos de cet « effet multiplicateur », voir ibid. p. 30 sq. En 1996 p. ex. 19 journalistes allem (...)
  • 116 Cf. ibid., p. 85. Les autres catégories de jeunes participants étaient des élèves de moins de 16 an (...)

50À cause du chômage des jeunes, les échanges de «  jeunes professionnels  » ont été particulièrement favorisés dans les années 1990. Bien qu’il ait été depuis les années 1960 un secteur très sollicité mais difficile, le besoin d’innovation y était traditionnellement grand et plus que jamais dans les années 1990. L’Office s’était consacré depuis la fin des années 1980 à une analyse approfondie de la situation des jeunes chômeurs en France et en Allemagne112 et avait offert des programmes adaptés à cette catégorie. Dans les années 1990, on développa surtout des segments qui comportaient des mesures de prévention (contre la violence, le racisme, les drogues), de réintégration de jeunes défavorisés et handicapés et de mobilisation de nouveaux groupes professionnels ayant des fonctions de multiplicateurs (dans les médias et la politique). À titre d’illustration  : en 1996 des séminaires bilatéraux et d’autres rencontres consacrées à l’«  apprentissage interculturel  » ont traité des sujets comme le racisme, le conflit des générations, l’écologie, la toxicomanie et la lutte contre le SIDA113. 158 programmes au total pour «  jeunes défavorisés  » avaient pour objectif de les aider à acquérir une qualification professionnelle, à choisir un métier ou rechercher un emploi114. Une mesure préparée depuis 1989 visait à mobiliser de nouveaux groupes professionnels dans le secteur des médias (libraires, journalistes, stagiaires dans les musées) pour activer les «  échanges culturels  » (avec un succès moyen)115. L’Office offrit à de futurs «  décideurs  » dans les partis et les syndicats des opportunités de rencontres, mais ces programmes comme d’autres dans ce même segment souffrirent du manque de temps disponible et de la difficulté à obtenir une mise en disponibilité. En 1996, sur les 152 570 jeunes participant aux programmes de toute nature dans tous les secteurs d’intervention, un participant sur quatre venait du secteur professionnel au sens large  ; 13,2  % étaient des jeunes professionnels en activité, 8,2  % des jeunes en formation et 2,1  % des jeunes chômeurs116. L’exemple du secteur des «  professionnels  » permet de percevoir de façon particulièrement nette la tendance à l’expansion et à la différenciation dans le développement des programmes au cours des années 1990. Aux objectifs d’apprentissage interculturel traditionnels des programmes (relativisation de sa propre identité culturelle nationale et acceptation de l’autre) venaient s’agglomérer d’autres intentions sociales (prévention, réintégration). On peut identifier ici le plus petit dénominateur commun du développement des programmes de l’OFAJ depuis les années 1990  : la tendance à se détourner des programmes définis de façon pragmatique par les modalités des échanges pour se tourner davantage vers des programmes définis par leurs objectifs et conformes aux grands problèmes de la culture jeune du présent.

  • 117 Cf. ci-dessus l’article de Katja Marmetschke.
  • 118 Cf. DFJW-Aktivitäten 2000, p. 44.
  • 119 Cf. Babette Nieder, « Zukunftswerkstatt Deutsch‑Französisches Jugendwerk (DFJW) », in : Französisch (...)
  • 120 Cf. Michel Cullin, « L’esprit de l’OFAJ dans les relations franco‑allemandes », in : Allemagne d’au (...)
  • 121 Cf Mathias Delori, « La pédagogie interculturelle entre travail de réconciliation et travail de mém (...)
  • 122 Michel Cullin, « L’esprit de l’OFAJ dans les relations franco‑allemandes » (op. cit.), p. 301 sq.

51Dans cette perspective, la décision de la secrétaire générale entrée en fonction en 1999 de changer la répartition des tâches entre les «  bureaux  » de l’OFAJ n’est pas vraiment une césure, car elle avait déjà été préparée par l’évolution réelle des domaines d’intervention. L’ancienne répartition des services administratifs de l’OFAJ correspondait aux grands secteurs de la pratique de subventionnement. C’est ainsi que l’organigramme de l’Office comprenait en 1989 les bureaux suivants  : «  rencontre de jeunes en général, écoles, sport, jumelages  », «  échanges spécifiques par profession et disciplines, universités  », «  formation pédagogique initiale et continue  » et «  langue  ». Ces services ont été complétés ensuite par «  administration et finances  », «  presse et information  » et «  programmes expérimentaux et études pédagogiques.  » Dans la réforme de 1973-1974, Pierre Gril s’était décidé en principe pour ce découpage des services en fonction des groupes visés, mais avait fait quelques concessions en faveur des missions de l’OFAJ qui dépassaient les limites des secteurs d’intervention117. Par suite de la mutation institutionnelle de l’OFAJ dans les années 1990 et des déplacements d’accents dans ses missions spécifiques, le nouveau secrétariat général opta pour la solution inverse, et a donc défini les services en fonction des objectifs. La restructuration de l’Office qui a eu lieu à partir de 1999 a concentré son administration dans 5 bureaux aux intitulés centrés sur les problèmes  : «  apprendre à connaître et découvrir  » (bureau II), «  profession et solidarité  » (bureau III) et «  avenir et société  » (bureau V)118. En réunissant la formation et le perfectionnement pédagogique avec la recherche et l’évaluation dans le bureau IV, intitulé «  formation interculturelle  », l’OFAJ a réuni dans un même service les grandes tâches transversales dans lesquelles il s’est de plus en plus clairement reconnu au cours de sa 4e décennie d’existence. Les questions des finances, de l’administration et du personnel, complétées par l’informatique qui fait partie de l’infrastructure, apparaissent sous le titre «  logistique  » (bureau I). Le bureau dont les attributions dépassent la sectorisation traditionnelle des programmes est le bureau V («  avenir et société  »). C’est là que les intentions à l’égard de la société civile en termes d’action et de profil se concentrent dans les trois sections  : «  Dialogue des sociétés civiles  », «  Projets pilotes et événements  » et «  Communication  ». Reprenant le mot d’ordre de la relance des relations franco-allemandes par l’implication de la société civile, qui avait été proclamé en 1998 par les chefs de l’exécutif lors de la rencontre de Potsdam, il s’agissait de concentrer surtout dans ce bureau la réflexion prospective, c’est-à-dire, selon Babette Nieder, qu’il devait devenir un «  atelier de l’avenir  »119. C’est dans ce contexte qu’a eu lieu aussi, à l’initiative de Michel Cullin120, la réintégration de l’histoire franco-allemande qui jusque-là n’avait pas trouvé véritablement sa place à l’OFAJ121. À travers le thème de la mémoire collective et des «  lieux de mémoire  » on a établi dans des colloques et d’autres rencontres les liens entre le passé national et l’avenir européen et discuté de l’élargissement de la bilatéralité en «  biculturalité  »122. De ces rêves d’une nouvelle dimension dans les relations franco-allemandes tous ne se sont pas réalisés (notamment à cause d’une accumulation de facteurs de stress dans l’OFAJ  : ressources insuffisantes, transfert du siège, crise de la société, réforme de l’organisation et des programmes, etc.). Mais pour l’instant, ce qui est plus important encore que leur réalisation, c’est le fait que cette nouvelle dimension ait été formulée comme perspective.

La réforme de l’OFAJ en 2005-2006

52La prolifération de travaux de toutes sortes, de bilans rétrospectifs et de plans d’avenir consacrés à l’institution bilatérale avant et après juillet 2003 n’a donc pas été déclenchée par la seule cause extérieure du 40e anniversaire de la création de l’OFAJ. Les raisons véritables des efforts déployés à l’occasion de ce jubilé pour réformer l’Office sont à chercher plus loin, dans la nécessité où il s’est trouvé de plus en plus souvent à partir des années 1990 de redéfinir ses programmes bilatéraux pour les intégrer et les adapter aux données extérieures changeantes. C’est cet ensemble de réformes qui a trouvé d’une certaine façon sa conclusion avec l’adoption, le 26 avril 2005, de la nouvelle version de l’accord créant l’OFAJ que nous allons esquisser et décrire ci-après en tenant compte aussi des jugements controversés qu’il a suscités.

  • 123 SOFRES, EMNID, 40 Jahre Deutsch-Französisches Jugendwerk. Repräsentations-befragung von Jugendliche (...)
  • 124 Cf. ibid., p. 23
  • 125 Cf. Hans Manfred Bock (éd.) : Deutsch-Französische Begegnung und europäischer Bürgersinn. Studien z (...)
  • 126 Cf. Henri Ménudier : L’Office franco-allemand pour la Jeunesse, Paris, 1988 ; id. : Das Deutsch-Fra (...)
  • 127 Le présent volume en constitue une version revue et augmentée.
  • 128 Cf. Activités OFAJ, DFJW-Aktivitäten 2003, s.l. (Paris, Berlin) 2004, p. 19.

53La première pierre de la transformation partielle de l’OFAJ avait été posée pendant le mandat des secrétaires généraux Babette Nieder et Michel Cullin, lorsque deux instituts de sondage, la SOFRES en France et Emnid en Allemagne, avaient été chargés d’une étude d’opinion sur la manière dont l’Office et son travail étaient perçus. Ce sondage, achevé fin 2002, portait sur la perception réciproque, sur la connaissance de l’autre, sur la maîtrise de la langue et sur l’image de l’OFAJ chez les jeunes Allemands et Français âgés de 15 à 30 ans123. En comparant les données statistiques de 2002 avec celles de 1976 on pouvait constater d’une façon générale de légères améliorations dans les domaines de la perception réciproque et de la connaissance de l’autre pays. Mais sur la question de la maîtrise de la langue du partenaire et sur celle de la notoriété de l’OFAJ dans les deux pays les écarts étaient très nets et l’Office ne pouvait éviter de chercher à y remédier. Ainsi par exemple 33  % des jeunes interrogés en Allemagne avaient des connaissances de français, ce qui faisait du français la deuxième langue étrangère après l’anglais. En France en revanche, l’espagnol, mentionné par 52  % des jeunes interrogés, avait supplanté l’allemand (35  %) comme deuxième langue vivante étrangère parlée. Le constat le plus inquiétant, compte tenu des objectifs de l’OFAJ (amélioration de la capacité de communication entre les deux nations dans une large partie de la société), était que les trois quarts des jeunes Allemands (75  %) et des jeunes Français (72  %) ne se disaient pas désireux d’acquérir ou d’améliorer leur connaissance de la langue du pays voisin124. En ce qui concernait la notoriété de l’OFAJ dans les deux pays, les résultats du sondage exigeaient aussi une action politique  : seulement 15  % des jeunes de 15 à 30 ans en Allemagne avaient entendu parler ou lu quelque chose à propos de l’institution binationale  ; en France, avec 11  %, ceux qui connaissaient l’existence de l’OFAJ étaient encore moins nombreux. À côté de ce sondage, qui ne portait que partiellement sur les effets à long terme de l’activité de l’OFAJ et permettait surtout de juger de l’état présent de la constellation bilatérale, le secrétariat général prit l’initiative, à l’occasion du 40e anniversaire en 2003, de suggérer la réalisation d’une étude diachronique sur la création et l’évolution de l’OFAJ, la première de ce genre125. Jusque-là l’Office pour la Jeunesse avait été principalement étudié sous l’angle de sa structure et de son mode de fonctionnement126. Les difficultés rencontrées par cette tentative d’étudier l’OFAJ à la fois dans sa dimension chronologique et systématique en se fondant sur des catégories historiques et sociologiques n’étaient pas seulement dues aux dysfonctionnements internes qui ont affecté l’institution entre 2002 et 2004 en corrélation avec le projet de transfert du siège de l’Office de Bad Honnef à Paris. Il a fallu également constater que les archives de l’OFAJ étaient en partie dispersées et lacunaires et n’étaient donc pas disponibles dans leur totalité pour des consultations ciblées. L’ouvrage qui a vu le jour dans ces conditions127 et qui a été présenté en juillet 2003 à l’occasion de la fête du 40e anniversaire à Sanary-sur-Mer a été qualifié dans le rapport d’activité de 2003 de «  première monographie scientifique consacrée à l’OFAJ  »128. Il a été conçu comme «  work in progress  », comme première tentative d’étudier l’histoire d’une institution sui generis, pour laquelle on ne disposait ni de modèles ni de concepts éprouvés.

  • 129 Sur la genèse et la chronologie de la réforme voir l’article très complet de Max Claudet et Eva Sab (...)

54Les rétrospectives et examens critiques entrepris par l’OFAJ lui-même dans le contexte de la célébration du 40e anniversaire, ainsi que les objectifs ambitieux annoncés par les deux chefs de gouvernement le 22 janvier 2003 dans leur «  déclaration commune à l’occasion du 40e anniversaire du traité de l’élysée  », ont été suivis d’autres procédures d’évaluation de l’Office effectuées à la demande des ministères de tutelle compétents dans les deux pays et des bureaux de l’Assemblée nationale et du Bundestag. Ces missions d’évaluation ont été achevées en mai 2004129. Les deux rapports d’évaluation ont été élaborés, d’une part, par un groupe d’experts composé de sociologues appartenant au Deutsches Jugendinstitut de Munich et de deux inspecteurs généraux du ministère français de la Jeunesse et de l’Éducation, et d’autre part par un groupe de députés français et allemands, nommés par les bureaux des deux assemblées. La mission du groupe parlementaire commun interfractionnel avait été décidée, entre autres raisons, pour réagir contre le fait que le conseil d’administration de l’OFAJ ne s’était pas réuni pendant plus de deux ans (de janvier 2001 à avril 2003) et après que le gouvernement français eut rejeté le projet du Bundestag en 2003 d’augmenter la dotation budgétaire de l’Office pour la Jeunesse de 3 millions d’euros. Le président de l’Assemblée nationale, Jean-Louis Debré, avait exigé une rénovation de l’institution pour lui redonner «  un dynamisme qu’elle n’a peut-être plus  ». Le président allemand de la mission d’information binationale, Andreas Schockenhoff, s’était associé à cette critique en constatant  :

  • 130 Bericht der Arbeitsgruppe der Assemblée nationale und des Deutschen Bundestages, 3 juin 2004, Bunde (...)

L’OFAJ du passé, un lieu d’expérimentation pour des projets innovants et des initiatives originales est devenu une institution un peu sclérosée, ses procédures sont souvent rigides et ses intérêts figés. En un mot, il n’est plus moderne130.

  • 131 Ces critiques (cf. p. 13-18) portaient surtout sur les grandes manifestations organisées au cours d (...)
  • 132 Cf. le tableau, ibid., p. 9-11.
  • 133 Deutsch-Französische Arbeitsgruppe : Evaluation des Deutsch-Französischen Jugend-werks, juin 2004. (...)
  • 134 Cf. ibid., p. 144sq. : « Schlußfolgerungen für die Programmpolitik und die Prioritäten-setzung sow (...)

55En exigeant cette modernisation, la mission d’information signalait que l’Office devait s’adapter aux changements de la «  culture jeune  » dans les deux pays, mais aussi qu’il devait faire preuve de plus de transparence et d’efficacité dans son travail. Comme le rapport d’évaluation des parlementaires ne s’intéressait pas prioritairement à la perspective diachronique, il ne rendait pas justice aux efforts permanents de l’OFAJ pour actualiser ses structures et ses programmes et n’analysait pas les causes de son manque présumé de «  modernité  », ou alors il en imputait une part de responsabilité aux secrétaires généraux dont le mandat venait de se terminer131. Les onze «  propositions  » présentées au Bundestag le 16 juin 2004 comportaient des recommandations concrètes pour une transformation des structures et des programmes de l’OFAJ  : globalement elles étaient destinées à donner à l’Office, compte tenu des nouvelles constellations internationales (et en particulier de l’entrée de dix nouveaux pays dans l’Union européenne, début 2004), non seulement une nouvelle capacité d’action mais aussi un surcroît de légitimité politique. Mais le rapport parlementaire ne s’est pas contenté de constater les insuffisances supposées ou réelles de l’Office pour la Jeunesse, il a également rappelé clairement que les structures de l’OFAJ étaient sans cesse surchargées par les missions nouvelles qui lui sont confiées alors que les moyens financiers mis à sa disposition par les gouvernements avaient été réduits, en pouvoir d’achat, à un tiers de leur valeur initiale132. L’évaluation commandée parallèlement par les ministères de tutelle français et allemand133 n’avait pas pour objectif principal de donner un supplément de légitimité politique à l’institution franco-allemande, mais visait davantage à améliorer sa capacité à se gérer lui-même en changeant ses procédures administratives. Ce rapport, élaboré entre octobre 2003 et mars 2004, était la première tentative d’évaluation par des experts extérieurs et non par l’OFAJ lui-même. Les deux groupes d’évaluation (l’un parlementaire, l’autre ministériel) ont eu des contacts ponctuels. Leurs recommandations convergeaient dans l’effort de «  modernisation  » demandé et dans l’exigence que l’institution se dote d’un système efficace d’évaluation externe et interne. Elles étaient distinctes en ce sens que la commission parlementaire cherchait à améliorer la «  conformité aux missions  », l’efficience et la transparence surtout en réformant l’organisation de l’Office, tandis que le groupe d’experts mandaté par les ministères privilégiait une réforme interne des procédures et des répartitions de compétences134.

56Au beau milieu de cette phase consacrée à diverses procédures de remise en question et de réorganisation – non pas de l’OFAJ dans son ensemble, mais de ses manières de fonctionner et de travailler – et alors que la question du futur siège principal de l’Office en France restait en suspens tout comme celle de l’augmentation de son financement par les gouvernements, un nouveau binôme de secrétaires généraux est entré en fonction à la tête de l’institution. Celle-ci est dirigée, depuis le début de 2004, par Max Claudet (né en 1963) et Eva Sabine Kuntz (née en 1967), deux personnalités parfaitement qualifiées pour assumer ces tâches, à la fois par leurs formations universitaires respectives de germaniste et de romaniste et par leur expérience de l’administration publique. Max Claudet avait été précédemment en poste à l’ambassade de France et directeur de l’Institut français de Berlin, Eva Sabine Kuntz avait été directrice de cabinet du porte-parole du gouvernement fédéral à Berlin. Tout comme leurs prédécesseurs à la tête de l’OFAJ, leurs parcours professionnels leur avaient permis de bien connaître les possibilités institutionnelles d’échanges entre la France et l’Allemagne. Leur mandat sera placé sous le signe de la finalisation et de l’implémentation de la réforme de l’OFAJ, après la signature solennelle du nouvel accord au cours du conseil des ministres franco-allemand du 26 avril 2005. Le but de cette réforme avait été énoncé de façon lapidaire par la porte-parole du groupe d’évaluation parlementaire, Monika Griefahn, à la fin d’avril 2005  :

  • 135 « Deutsch-Französisches Jugendwerk wird durch die Reform gestärkt », communiqué de presse OFAJ : ht (...)

Faire évoluer l’OFAJ pour l’adapter à son nouvel environnement (réunification, élargissement de l’UE, mondialisation). Redéfinir des objectifs de l’Office pour la Jeunesse afin de promouvoir les relations entre les jeunesses allemande et française dans le cadre d’une Europe élargie. Garantir une gestion efficace, ouverte et transparente de l’OFAJ135.

  • 136 Cf. Claudet, Kuntz, « Das „schönste Kind des Élysée-Vertrages“ – fit für die Zukunft. Neues Abkomme (...)

57La nouvelle version des statuts de l’OFAJ a été préparée par un groupe de travail gouvernemental, mis en place le 13 mai 2004 par les deux ministères compétents pour la Jeunesse. Il comprenait, outre les représentants de ces deux ministères responsables, des représentants du ministère de l’intérieur allemand et du ministère de l’éducation nationale français, des deux ministères des affaires étrangères et des deux ministères des finances. Les deux secrétaires généraux y participaient avec voix consultative et purent obtenir que dorénavant la position des deux secrétaires généraux soit égale en droit136. Les points décisifs de la réforme furent discutés à l’automne 2004 avec le conseil d’administration en exercice, au cours d’une session extraordinaire, et leur rédaction finale s’est prolongée jusqu’en avril 2005.

  • 137 Reinhard Wilke, « Zerschlagung des Deutsch-Französischen Jugendwerks? », in : Dokumente. Zeitschrif (...)
  • 138 Cf. ci-dessus mon article « Complications des relations politiques », 2e chapitre.

58Au cours de cette phase d’élaboration de la nouvelle version de l’accord sur l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, des réactions parfois véhémentes se sont manifestées, notamment au sujet de la restructuration de l’organe de direction  : le conseil d’administration (Kuratorium). À titre d’exemples, on peut citer la prise de position d’un ancien secrétaire général et le commentaire d’une des organisations partenaires de l’OFAJ dans la société civile, le Bund Deutscher Pfadfinder. Dans un article virulent137, Reinhard Wilke, secrétaire général entre 1980 et 1984, attaqua la réforme de l’organisation proposée dans le rapport du groupe de travail parlementaire parce que, selon lui, en scindant le conseil d’administration en deux nouveaux conseils comme le préconisaient les parlementaires, on aboutirait à une mainmise déguisée des gouvernements sur l’organe de direction de l’OFAJ, ce qui signifierait la fin de l’autonomie de l’institution binationale. Wilke estimait que la présence majoritaire des représentants gouvernementaux et parlementaires dans le nouveau «  conseil d’administration  » où les représentants de la société civile sont minorisés, et la fonction purement consultative mais non délibérative accordée au conseil d’orientation projeté, dans lequel les organisations partenaires étaient fortement représentés, signifiait le «  démantèlement  » d’une structure qui avait fait ses preuves. Il n’acceptait pas l’argument technique consistant à dire que dans l’ancien conseil d’administration les décideurs et les bénéficiaires de subventions publiques étaient parfois identiques et que cela contrevenait aux règles budgétaires en créant des «  fiefs héréditaires  ». Ce problème de la constitution de fiefs n’est pas nouveau  ; il avait déjà été abordé en 1969-1970 par le secrétaire général de l’époque138 dans sa réponse aux remarques des commissaires aux comptes et il n’a pas empêché pendant des décennies le pluralisme et la transparence dans l’attribution des subventions. Il semblait à Wilke que si on sacrifiait la représentation majoritaire de la société civile au sein du conseil d’administration pour obtenir cette clarification en termes de politique budgétaire, le prix à payer serait disproportionné  :

  • 139 Reinhard Wilke, op. cit., p. IV.

Si cela se faisait, l’OFAJ serait enfin, comme beaucoup le souhaitaient depuis longtemps, placé directement sous la férule des gouvernements, surtout des ministres de la Jeunesse et de l’administration qui détermineraient seuls le travail de l’OFAJ, et les secrétaires généraux ne seraient plus que les exécutants chargés d’appliquer les décisions des deux gouvernements. Ce résultat serait la fin d’un Office pour la Jeunesse binational indépendant, qui, malgré des difficultés de ces dernières années, est devenu un modèle renommé de travail interculturel sur la base du partenariat139.

59Cette même crainte s’exprime dans la prise de position publiée au nom du Bund Deutscher Pfadfinder  :

Le Bund Deutscher Pfadfinder(innen) (BDP) est opposé à la restructuration de l’OFAJ parce que les modifications envisagées […] sont une négation du droit démocratique à la participation  ; [parce que] l’OFAJ risque de dégénérer en un coûteux Office franco-allemand de divertissement  ; [et parce que] cela signifie le démantèlement des réseaux efficaces souvent nés sur la base du bénévolat.

  • 140 « Deutsch-Französisches Jugendbelustigungswerk. Stellungnahme des BDP gegen die Umstrukturierung de (...)
  • 141 Cf. cependant Bernard Lallemant, « Point de vue sur la société civile franco-allemande », in : Docu (...)
  • 142 Cf. Claudet, Kuntz, op. cit., p. 70, qui écrivent : « Des personnes plus ou moins bien informées se (...)

60En bref la critique se résumait à  : «  Trop d’état, pas assez de participation.  »140 En France, les réactions publiques des organisations partenaires de l’OFAJ dans la société civile à propos de la réforme de l’OFAJ ont été, semble-t-il, plus mesurées141. Sans aucun doute, les objections faites à la réforme étaient plus ou moins argumentées et justifiées142. Mais en fin de compte, elles n’étaient pas illégitimes dans la mesure où elles témoignaient de la vivacité et de la tension productive nécessaire entre la direction de l’OFAJ, les ministères compétents et les représentants de la société civile.

  • 143 Cf. à ce sujet les passages correspondants dans : Evaluation des DFJW, juin 2004, op. cit., p. 145, (...)

61La réforme de l’OFAJ n’a été parachevée que le 17 janvier 2006 avec l’adoption du nouvel accord par le Sénat français. La réforme proprement dite des structures et des objectifs de l’institution est allée de pair avec une révision du statut de son personnel et elle est entrée en vigueur le 15 février 2006. Les nouveautés les plus discutées dans le public concernaient la redéfinition de ses missions et la réorganisation de ses structures. Pour chercher à répondre à des recommandations formulées dans les deux évaluations de 2004 invitant l’OFAJ à recentrer davantage son travail sur l’essentiel de ses missions, le nouvel accord143 donne une définition détaillée de celles-ci  :

  • 144 OFAJ/DFJW : Accord. Abkommen, Paris, Berlin, 2006, p. 2.

L’Office franco-allemand pour la Jeunesse a pour mission d’approfondir les liens qui unissent les enfants, les jeunes, les jeunes adultes et les responsables de jeunesse des deux pays. À cet effet, il contribue à la découverte de la culture du partenaire, encourage les apprentissages interculturels, favorise les mesures de qualification professionnelle, renforce les projets communs d’engagement citoyen, sensibilise à la responsabilité particulière de la France et de l’Allemagne en Europe et incite les jeunes gens à apprendre la langue du pays partenaire. L’Office franco-allemand pour la Jeunesse est un centre de compétence pour les Gouvernements des deux pays. Il joue un rôle de conseiller et d’intermédiaire entre les collectivités locales et territoriales ainsi qu’entre les acteurs de la société civile en France et en Allemagne144.

  • 145 Cf. ci-dessus le chapitre « Les racines de l’OFAJ dans la société civile ».
  • 146 Ainsi p. ex. Claudet et Kuntz, op. cit., p. 75sq.
  • 147 Cf. ci-dessus le chapitre « Les complications croissantes dans les relations politiques ».
  • 148 Cf. la publication récente : OFAJ/DFJW, »Neue Brücken für den Balkan«. Die Südosteuropa-Initiative (...)

62Les missions définies dans cette nouvelle version de l’article 2 de l’accord sont à la fois plus abstraites et plus précises que le catalogue correspondant tel qu’il figurait dans la version de 1963, qui consistait principalement à énumérer les formes concrètes des rencontres qui étaient pratiquées en ce temps par les organismes de rencontres privés145. On y trouve en revanche une mission tout à fait nouvelle  : c’est celle de l’OFAJ comme «  centre de compétence  » pour les gouvernements, les collectivités territoriales et les acteurs de la société civile des deux pays. On peut y voir comme une reconnaissance de la compétence dont l’Office a fait preuve dans le contexte bilatéral  : en quelque sorte un adoubement administratif pour l’institution binationale146. Mais un regard critique peut aussi voir dans cette mission nouvelle une charge supplémentaire imposée à une institution relativement fragile avec ses 70 emplois permanents, une tentative élégante d’incorporation fonctionnelle dans l’administration publique. Sur ce point (et c’est vrai aussi de toutes les autres nouveautés essentielles) seule l’implémentation de la réforme prouvera si ces objectifs constructifs pourront ou non être atteints avec les moyens existants. Il y a dans la nouvelle description des missions un autre aspect qui mérite d’être relevé dans une perspective diachronique  : l’ouverture de la coopération bilatérale en direction de pays tiers (appartenant ou non à l’UE) qui, dans les débuts de l’OFAJ, avait été un sujet très controversé entre Allemands et Français147 est à présent explicitement préconisée (points 2 et 3 de l’article 2). Sur cette base, et en se fondant sur les expériences pratiques communes acquises dans les pays du Sud-Est européen148, les ébauches d’une politique culturelle extérieure coordonnée des deux pays pourront se stabiliser, alors que dans les premiers temps de l’Office elles étaient encore rejetées.

  • 149 Cf. Bericht der Arbeitsgruppe der Assemblée nationale und des Deutschen Bundestages, op. cit., p. 2 (...)

63La réorganisation structurelle, la partie la plus visible de la réforme de l’OFAJ, est détaillée dans le chapitre III de l’accord du 26 avril 2005. À la tête de l’institution on trouve à présent – suivant en cela dans une large mesure les conclusions du rapport d’évaluation de la commission parlementaire149 – un conseil d’administration qui compte moitié moins de membres que l’ancien Kuratorium. Il est composé des deux ministres chargés de la jeunesse et de 12 membres désignés à parité par les gouvernements respectifs, à savoir  : 6 représentants des administrations publiques (pour chacun des deux pays un représentant du ministère de la Jeunesse, du ministère des Affaires étrangères et du ministère des Finances), 2 parlementaires, 2 représentants des collectivités territoriales et deux jeunes entre 18 et 27 ans. C’est ce conseil qui définit les priorités d’action, qui décide des programmes et du budget de l’OFAJ et qui donne quitus au secrétaire général de sa gestion de l’exercice précédent. De ce fait, le conseil d’administration est l’organe de décision le plus important. Il est aidé dans son travail par un conseil d’orientation distinct qui n’a qu’une fonction consultative et se compose de 24 membres. Parmi ceux-ci, outre les deux représentants des ministères chargés de la jeunesse et quatre jeunes de moins de 27 ans, on trouve 16 représentants des secteurs suivants  : la société civile, l’éducation et l’université, la culture, l’économie et les institutions franco-allemandes (art. 10). Le conseil d’orientation élabore des avis et des recommandations concernant les orientations et les programmes de l’OFAJ, et les transmet au conseil d’administration. Il peut être saisi par le conseil d’administration de toute autre question concernant l’Office  :

  • 150 Les indications qui suivent sont tirées de : Activités OFAJ, DFJW-Aktivitäten, Paris, Berlin 2006, (...)

64Le conseil d’orientation mis en place en 2006 était composé comme suit150  :

  • représentants des deux ministères chargés de la Jeunesse  : 2 hauts fonctionnaires du ministère fédéral de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse, ainsi qu’un directeur et un représentant du ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’éducation populaire  ;

  • représentants de la société civile  : un représentant de chacune des organisations suivantes  : Bund der Deutschen Landjugend, Deutscher Sportbund, Evangelische Jugend Sachsen et Bundesvereinigung Kulturelle Jugend-bildung e.V. et du côté français un représentant du Secrétariat national de l’alliance nationale des UCJG-YMCA et un du Comité national olympique et sportif français (CNOSF)  ;

  • représentants de l’administration publique  : respectivement un représentant du ministère de l’Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement, du ministère de l’éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du ministère de la Culture et de la Communication (pour ce secteur, qui ne figure pas à l’article 10 du nouvel accord, il n’y a pas de nomination du côté allemand)  ;

  • représentants du secteur éducation et université  : respectivement un collaborateur de l’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD) et du Bundesausschuss Politische Bildung  ; pas de nomination française dans ce secteur  ;

  • représentants de la jeunesse  : respectivement un représentant de la Deutsche Sportjugend et de la Bundesvereinigung Kulturelle Jugendbildung e.V. ainsi que deux jeunes Français sans indication d’appartenance  ;

  • représentants de l’économie  : un représentant de la Fondation Robert Bosch ainsi que le secrétaire général du Conseil national des missions locales et un ancien grand patron de l’industrie automobile

  • représentants des institutions franco-allemandes  : le directeur de l’Institut franco-allemand de Ludwigsburg et le directeur général d’ARTE-France

  • représentants du secteur culturel  : une collaboratrice du JugendKunst und Kulturzentrum et le directeur adjoint de Radio France.

65Le fait que tous les secteurs prévus dans l’accord du 26 avril 2005 (art. 10) n’étaient pas encore complètement représentés un an après l’entrée en vigueur de la réforme est à attribuer aux difficultés initiales rencontrées par l’implémentation de celle-ci. Mais il apparaît ici clairement que, à la différence de ce qui s’était passé dans les années de démarrage de l’OFAJ, le vivier de ses partenaires n’était pas constitué par des organisations ayant fait leurs preuves ou du moins ayant participé à la pratique des rencontres franco-allemandes au niveau de la société  ; la composition du conseil d’orientation résulte d’un choix effectué parmi un groupe beaucoup plus large de personnes concernées par des relations franco-allemandes et dont certaines seulement ont été considérées comme importantes. Ce n’est pas la seule césure que l’on constate en ce qui concerne le système d’interaction étroite entre l’état, l’OFAJ et les organisations partenaires ou responsables des échanges  ; le changement le plus important est le découplage de ces organisations de la société civile par rapport à l’instance centrale de décision, le conseil d’administration. Il semble qu’après avoir eu initialement une réaction de dépit devant cette nouvelle répartition des compétences, quelques-unes de ces organisations aient repris leur coopération avec l’OFAJ. Bien des choses dépendront à cet égard de la manière dont s’établiront à l’avenir les relations entre le conseil d’administration et le conseil d’orientation. En attendant, de nombreux partenaires incontournables de l’OFAJ hésitent encore à porter un jugement définitif. Ce qu’en dit le rapport d’activité 2005-2006 du Deutscher Bundesjugendring est sans doute représentatif à cet égard  :

  • 151 « Die Arbeit des Deutschen Bundesjugendringes von Herbst 2005 bis Sommer 2006 », http://www.dbjr.de (...)

Depuis sa création en 1963, l’OFAJ a tenu bon dans la tempête, même lorsque la coopération franco-allemande connaissait une de ses nombreuses périodes orageuses – du moins jusqu’à ce que des députés des deux parlements et les deux gouvernements aient adopté il y a trois ans la réforme de l’OFAJ… […] Celle-ci modifie entre autres la structure des conseils de l’Office. Le Kuratorium actuel est remplacé en tant qu’instance de décision par un Conseil d’administration dominé par les deux gouvernements et secondé par un Conseil d’orientation. Pour le moment, on ne voit pas clairement quels effets cette réforme peut avoir concrètement, car les deux gouvernements étaient trop occupés par des questions juridiques, par les controverses à propos du nouveau statut du personnel et par d’autres conflits internes. Pour les organisations responsables des échanges, en particulier dans le secteur extrascolaire, cette période était caractérisée par des réductions de moyens et les incertitudes de la planification. La relation de confiance avec les partenaires, qui a permis de nombreux développements innovants dans les échanges franco-allemands, est perturbée. […] Il faut espérer qu’après ces années marquées par la discussion à propos de la réforme, l’OFAJ retrouvera des eaux plus calmes. Il est nécessaire de renforcer à nouveau, en coopération avec les organisations des deux pays, le travail concret en veillant à préserver la continuité. Dans le passé, c’était là une des forces de l’OFAJ. Le DBJR (Deutscher Bundesjugendring, H.M.B.] soutiendra dans les nouvelles instances dirigeantes une telle orientation151.

  • 152 Cf. à ce sujet : Max Claudet, Jérôme Clément, Claire Demesmay, Till Meyer, « Le couple franco-allem (...)

66La réforme de l’OFAJ ne réussira que si le renforcement entrepris des structures administratives de l’institution peut se faire sans affaiblir la motivation des acteurs sociaux152, c’est-à-dire des organisations responsables des échanges, dont l’engagement volontaire et souvent bénévole est le capital le plus précieux dont dispose la coopération franco-allemande.

Notes

1 Cf. Tilo Schabert, Wie Weltgeschichte gemacht wird. Frankreich und die Deutsche Einheit, Stuttgart 2002.

2 Déclaration des ministres de la Jeunesse de la République fédérale d’Allemagne, de la République démocratique allemande et de la République française en juin 1990 à Bad Honnef ; ms. archives de l’OFAJ, Paris.

3 Cf. Ingo Kolboom, Vom geteilten zum vereinten Deutschland, Bonn, 1991 et Roland Höhne, « Frankreich und die deutsche Einheit. Die Reaktion der Öffentlichkeit auf den Wiedervereinigungsprozeß im Jahre 1989/90 », in : Lendemains 62 (1991), p. 106-119.

4 Cf. Hans Manfred Bock, « Frankreich 1991/92. Europäische Herausforderung und nationale Ungewißheit », in : Frankreich-Jahrbuch 1992, Opladen, 1992, p. 9-33, et Robert Picht, « Angst vor Deutschland? Französische Bücher zur Berliner Republik », in : Frankreich-Jahrbuch 2000, Opladen, 2000, p. 251-258.

5 Cf. dans une perspective comparatiste Gilbert Ziebura, « Frankreich am Beginn des 21. Jahrhunderts. Zwischen Europäisierung, Globalisierung und nationaler Selbstbehauptung. Eine Problemskizze », in : Id., Frankreich. Geschichte, Gesellschaft, Politik. Ausgewählte Aufsätze, Opladen, 2003, p. 297-324.

6 Cf. Joachim Schild, « Frankreich im Vorwahlkampf », in : Frankreich-Jahrbuch 2001, Opladen, 2001, en particulier. p. 23 sq.

7 DFI (éd.) : 40 Jahre Élysée-Vertrag im Spiegel der Presse, Ludwigsburg, 2003, p. 18.

8 Ibid., p. 15.

9 Ibid., point 3 de la Déclaration commune.

10 Entre autres Walter Döring, président du groupe parlementaire FDP à la Diète régionale de Bade-Wurtemberg ; voir Journal am Sonntag, Böblingen, 10 déc. 1993.

11 Anthony Glees, « Ehe auf dem dritten Weg. Deutschland und Großbritannien sollten einen formellen Bund nach dem Muster des Élysée-Vertrags schließen », Die Zeit, 6 novembre 1998.

12 À propos des actions de l’OFAJ dans cette région, voir : DFJW/OFAJ : Das DFJW in den fünf neuen Bundesländern, Pressespiegel 1990/91, 1992.

13 « 30.000 deutsch-französische Ehepaare diesseits des Rheins », Berliner Morgenpost, 20 janvier 1993. Un groupe de chercheurs a consacré une étude à cette question et en a publié les résultats avec le concours de l’OFAJ : Gabrielle Varro, Gunter Gebauer, Les couples -mixtes et leurs enfants en France et en Allemagne, Paris, A. Colin, 1995.

14 « Un mariage de raison plutôt qu’une passion folle », Le Monde, 23 janvier 1993.

15 Les chiffres correspondants pour ARTE sont : 70 % des jeunes Allemands déclarent ne pas savoir vraiment ce qu’est cette institution binationale tandis qu’en France ce n’est le cas que pour 34 % des jeunes.

16 Sur les fonctions de ce chargé de mission, voir Christoph Merkel, « Der Bevoll-mächtigte der Bundesrepublik Deutschland für kulturelle Angelegenheiten im Rahmen des Vertrags über die deutsch-französische Zusammenarbeit », in : Die Öffentliche Ver-waltung 7 (1999), p. 292‑296.

17 Citations tirées dans cet ordre de : Adolf Kimmel, Pierre Jardin (éds) : Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1963. Eine Dokumentation, Opladen, 2002 p. 314, 325, 393 et 411.

18 Procès-verbal de la 72e session du conseil d’administration, le 21 mai 1992 à Wiesbaden, p. 2.

19 Ibid., p. 3.

20 Cf. ci-dessus mon article sur l’évolution de l’OFAJ dans les années 1960.

21 Il s’agissait de Roger Bambuck (juin 1988-mai 1991), Frédérique Bredin (mai 1991-avril 1992 et avril 1992-mars 1993), Michèle Alliot-Marie (mars 1993-mai 1995), Guy Drut (mai 1995-novembre 1995 et novembre 1995-juin 1997), Marie-George Buffet (juin 1997-mai 2002) et Jean-François Lamour (ministre des Sports à partir de mai 2002).

22 Déclaration que la presse allemande ne manqua pas de relever. Ainsi, par exemple : « Mit dreißig Jahren ein bißchen alt? Ungewisse Zukunft des deutsch-französischen Jugend-werks », Frankfurter Rundschau, 3 décembre 1993.

23 Voir le résumé du rapport des deux experts Patrick Démerin et Michael Cares in : procès-verbal de la 81e session du conseil d’administration le 1er décembre 1997 à Ilmenau, p. 3 sq.

24 Compte rendu de l’Assemblée nationale, 1re séance janvier 1999, p. 5-7 : Financement de l’Office franco-allemand, ici p. 6. L’Office franco-québécois a été créé en 1968.

25 Procès-verbal de la 78e session du conseil d’administration les 15 et 16 novembre 1995 à Meaux, p. 11.

26 Dossier « Nominations à l’OFAJ » - Archives de l’OFAJ, Paris. Également Süddeutsche Zeitung, 29 nov. 1993, Information AFP du 22 nov. 1993.

27 Curriculum vitae, manuscrit archives de l’OFAJ, Paris.

28 Cf. curriculum vitae conservé dans les archives de l’OFAJ à Paris. Les CEMEA sont caractérisés comme suit dans les publications spécialisées : « Depuis leur création en 1937, les CEMEA ont pour mission de former des éducateurs, professionnels ou béné-voles, pour les fonctions de responsables ou de directeurs de colonies de vacances laïques ». Cf. Jugendorganisationen in Frankreich, Bad Honnef, 1976, p. 77. Les CEMEA ont créé en commun avec la Jeunesse au plein air et la Ligue de l’Enseignement un centre d’études le CRIDOC (Centre de recherche, d’information et de documentation).

29 Sur ce premier « sommet culturel », voir les documents dans Kimmel, Jardin, Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1963 (op. cit., note 17), p. 265 sq.

30 Erasmus : European Community Action Scheme for the Mobility of University Students.

31 Cf. Reinhart Meyer-Kalkus, Die akademische Mobilität zwischen Deutschland und Frankreich (19251992), Bonn, 1994, p. 196 sq.

32 Comett : Community Programm for Education and Training in Technology ; cf. également chez Reinhart Meyer-Kalkus, op. cit., p. 198 sq.

33 Cf. également DAAD (éd.) : Studienland EG. Geförderte Kooperationsprogramme deut-scher Hochschulen 1992/93. ERASMUS, LINGUA, DFHK, Bonn, 1992.

34 Cf. l’étude de Corine Defrance dans le présent volume.

35 Cf. Reinhart Meyer-Kalkus, op. cit., p. 163 sq.

36 Cf. Thomas Berrang, Karl Ludwig Jüngst, Arne Auffeld, Deutsch-französischer Austausch in der beruflichen Bildung. Evaluation längerfristiger Erträge der vom Deutsch-Französischen Sekretariat (DFS/SFA) organisierten Maßnahmen, Bonn, 1997. En 1997 le DFS/SFA a réalisé 110 programmes d’échanges pour 2 600 apprentis et élèves de l’enseignement professionnel ainsi que 200 programmes de perfectionnement.

37 Cf. Hermann Harder, « Le Collège franco‑allemand pour l’enseignement supérieur », in : François Genton (éd.), FranceAllemagne. De Faust à l’université de masse, Grenoble 1995, p. 329‑341. Cité d’après DUZ-Special, France-Allemagne. 10 Jahre DFHK, Mainz, 1998, p. 11.

38 Ibid.

39 Cf. Kimmel, Jardin, Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1963 (op. cit., note 17), p. 502 sq.

40 Lettre au département de politique culturelle extérieure du ministère des Affaires étran-gères, le 15 février 1990 (archives de l’OFAJ, Paris).

41 Le Haut Conseil culturel franco-allemand créé en 1988.

42 Lettre du ministère à Gert Hammer du 22 janvier 1990 (archives de l’OFAJ, Paris).

43 Rapport d’orientation 1994, Annexe au point 4 de l’ordre du jour de la 73e session du conseil d’administration le 3 juin 1993 à Rügen, p. 4.

44 Rapport d’orientation 1997, Annexe au point 3 de l’ordre du jour de la 79e session du conseil d’administration le 11 juillet 1996 à Bad Honnef, p. 2.

45 Ibid., p. 2 et 4.

46 Ibid., p. 5. L’OFAJ assurait la formation linguistique des responsables de programmes du DFS.

47 Ibid., p. 5.

48 Frankfurter Allgemeine Zeitung, 16 juin 1995.

49 Cf. Budget 1991, archives de l’OFAJ, Paris, p. 1.

50 Cf. Budget 1999, archives de l’OFAJ, Paris, p. 2.

51 Cf. aussi l’étude d’Anne-Kathrin Auel dans le présent volume.

52 Francis Bellanger in : procès-verbal de la 80e session du conseil d’administration le 10 décembre 1996 à Paris, p. 6.

53 Bilan social 1990, annexe au point 5 de l’ordre du jour de la 69e session du conseil d’administration le 14 juin 1999 à Erfurt.

54 Annexe au Rapport d’orientation 2000-2002. Nouveau dialogue franco-allemand.

55 Ibid., p. 2.

56 Cf. Procès-verbal de la 85e réunion du conseil d’administration le 22 juin 1999 à Aubervilliers, p. 8 ; le représentant du ministère français de la Culture continue à voter pour Strasbourg comme futur siège de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse.

57 P. ex. Schaufenster Wochenblatt für Bonn, 30 juin 1999 ; General Anzeiger, Édition Bad Honnef, 24 juin 1999.

58 Résumé des décisions de la 90e réunion du conseil d’administration le 1er avril 2003 à Berlin, ms., p. 1.

59 Mise à jour des directives. Annexe au point 5 de l’ordre du jour de la 72e réunion du conseil d’administration, les 14 et 15 décembre 1992 à Créteil, p. 1.

60 Au cours de plusieurs entretiens avec l’auteur dans les années 2002-2003.

61 Cf. la bibliographie sur le CD-Rom ci-joint.

62 Directives de 1974, § 1-7 ; à l’exception d’une variante syntaxique, cette formulation est inchangée dans la version 2003 des directives.

63 P. ex. Norbert Bieneck, « DFJW-Kongreß in Paris. Eine Herausforderung? Ein Riesen-Flop », in : Der Pfeil 6/7 (1993) ; l’article se place dans la perspective des praticiens et de leur hostilité à l’égard d’une approche scientifique des problèmes.

64 Le « Texte de travail » n° 8, L’OFAJ et les explorations interculturelles, y fait explicitement référence. Cf. p. 17 sq.

65 Ibid., p. 3.

66 Pour l’analyse des présupposés méthodologiques de ces recherches (qu’il n’est pas possible d’approfondir ici) voir Andreas Thimmel, « Praxisforschung und konzeptionelle Beiträge im Kontext des Deutsch‑Französischen Jugendwerks », in : Id. : Pädagogik der internationalen Jugendarbeit. Geschichte, Praxis und Konzepte des Interkulturellen Lernens, Schwalbach/Ts., 2001, p. 169‑199.

67 Le noyau central du groupe est constitué par Burkhard Müller (socio-pédagogue, Hildesheim), Hans Nicklas (polémologue, Francfort) Jacques Demorgon, Édmond-Marc Lipiansky (sociologues, Paris) et Rémi Hess (sciences de l’éducation, Paris). Leurs principales publications réalisées en coopération avec l’OFAJ sont signalées dans la bibliographie sur le CD-Rom.

68 Ibid., p. 179.

69 Cf. Jacques Demorgon, « évolution, évaluation des échanges franco‑allemands », in : Allemagne d’aujourd’hui 162 (2002), p. 191‑204.

70 Rapport d’orientation 1986, annexe au point 3 de l’ordre du jour de la 58e session du conseil d’administration les 30 et 31 mai 1985 à Bad Honnef.

71 Rapport d’orientation 1986, annexe au point 9 de l’ordre du jour de la 58e session du conseil d’administration l.c., p. 17-25 : « Die Sprachpolitik des DFJW » ; voir également Fritz Kerndter, « Die Sprachpolitik des Deutsch‑Französischen Jugendwerkes (DFJW). Orientierung 1986 », in : Die Neueren Sprachen 85 (1986), n° 1, p. 115‑119.

72 Cf. ci-dessus mon article sur l’évolution de l’OFAJ dans les années 1960.

73 Cf. la bibliographie sur le CD-Rom ; on y trouvera aussi les rééditions des cahiers.

74 Rapport d’évaluation des glossaires franco-allemands présenté le 15 avril 1988 à Bad Honnef (archives de l’OFAJ, Paris, manuscrit 4 pages, ici p. 1).

75 Sur le travail linguistique de l’OFAJ voir aussi l’interview de Fritz Kerndter, qui a dirigé pendant de longues années le bureau linguistique. Cf Fritz Kerndter, « Illusionen ausgeräumt und beglückende Perspektiven eröffnet. Das DFJW und sein Sprachreferat. Rückblicke und Ausblicke », in : Zielsprache Französisch, 1998, p. 147‑152. Cf. aussi l’article de Solenn Kerneis dans le présent volume.

76 Les résultats du congrès ont été publiés dans : DFJW/OFAJ (éd.) : Fremdsprache Partnersprache: Sprache und interkulturelles Lernen in Deutschland, Frankreich und Europa. Langue étrangère langue du partenaire, Baden‑Baden, Nomos (Deutsch-französische Studien, vol. 4), 1995.

77 Cf. Kimmel, Jardin, Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1963 (op. cit., note 17).

78 La coopération avec les linguistes universitaires n’a pas été aussi fructueuse dans ce domaine que dans celui de la recherche sur l’interculturalité. Cf. aussi ce qu’écrit à ce sujet Fritz Kerndter, « Illusionen ausgeräumt und beglückende Perspektiven eröffnet… » (op. cit., note 75).

79 Orientierungen. Orientations 2002-2005, p. 14.

80 Cf. Kurt Brenner, « ,,Initiative Deutsch Mobil“. Eine Aktion der Föderation Deutsch-Französischer Häuser zur Förderung der deutschen Sprache und Kultur », in : Dokumente, 2003, p. 39‑42. L’initiative « Deutsch-Mobil » est sponsorisée par Daimler-Chrysler et par la Fondation Robert Bosch.

81 Cf. Kimmel, Jardin, Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1963 (op. cit., note 17), p. 492. Dans la nouvelle version de l’accord de 1983 le rapport entre représentants de l’administration et représentants de la société civile est fixé à 6/9.

82 Cf. ci-dessous les modifications des programmes.

83 Ci-dessous, nous ne tenons compte que des membres titulaires du conseil d’administration, non des suppléants. La liste mise à jour de tous les membres du CA est réguliè-rement jointe aux documents de travail pour les deux sessions annuelles du conseil.

84 Annexe au Rapport d’orientation 1991, 67e session du conseil d’administration, les 18 et 19 juin 1990 à Rhöndorf.

85 Annexe au Rapport d’orientation 2000, 85e session du conseil d’administration, le 22 juin 1999 à Aubervilliers.

86 Annexe au Rapport d’orientation 1991, op. cit.,

87 Cf. ci-dessus note 28.

88 Annexe au Rapport d’orientation 2000, op. cit.,

89 Caractérisation ; « Les membres actifs des “équipes volantes” ont fondé PEC le 5 décembre 1944 à Grenoble. L’association a rapidement pris une place de premier plan dans le domaine de l’animation culturelle et a été à l’initiative d’organismes les plus divers d’où sont sortis des animateurs d’un nouveau type : l’école des cadres d’Uriage, la Maison de la culture de Grenoble, le Centre d’information des combattants du maquis, où ont été expérimentés d’abord les cursus culturels qui constituent aujourd’hui la base immuable de l’éducation populaire et sont pratiqués par toutes les organisations de jeunesse ». Cf. Jugendorganisationen in Frankreich, Bad Honnef, 1976, p. 79 sq. Joseph Rovan a représenté PEC dans les premiers conseils d’administration de l’OFAJ. Voir aussi son esquisse dans Joseph Rovan, « Les associations de jeunes au service de l’entente franco-allemande », in : Passerelles et passeurs. Hommages à Gilbert Krebs et Hansgerd Schulte, Asnières, 2002, p. 289‑292.

90 « Les Francas » est l’abréviation pour « Les Francs et Franches Camarades » (FFC). À propos de son histoire : « Dès 1943, sous l’occupation, quelques enseignants, syndica-listes et responsables pédagogiques d’organisations de jeunesse laïques (p. ex. des éclai-reurs laïques et des CEMEA) qui travaillaient à l’époque dans la clandestinité ou dans les camps de prisonniers en Allemagne eurent l’idée de créer une organisation laïque pour les enfants afin de pouvoir proposer à ceux-ci lorsqu’ils n’ont pas classe (à l’époque le jeudi après-midi, maintenant le mercredi après-midi) des activités éducatives de valeur. C’est ainsi qu’est né le 9 novembre 1944 l’Association des francs camarades (FFC). » Jugend-organisationen in Frankreich, op. cit., p. 50. Cf. aussi Pierre De Rosa, Les Francas, d’aujourd’hui à demain, Paris, 1985.

91 Informations selon « Liste des 50 principaux partenaires (par le volume des moyens accordés) » in : annexe au point 2 de l’ordre du jour de la 75e session du conseil d’administration le 2 mars 1994 à Bad Honnef, et annexe au point 2 de l’ordre du jour de la 78e session du conseil d’administration le 16 novembre 1995 à Meaux.

92 Cf. Pierre Tournemire, La Ligue de l’Enseignement, Toulouse, 2000.

93 À propos du Centre départemental d’échanges internationaux du Nord à Lille et de ses activités dans le domaine des jumelages de villes, cf. Otto Letze, Deutsch-Französischer Jugendaustausch. Organisation und Interaktion, Thèse, Tübingen 1986.

94 Renseignements selon « Liste des 50 principaux partenaires… », op. cit.

95 Fritz Kerndter, « Illusionen ausgeräumt und beglückende Perspektiven eröffnet… » (op. cit., note 75), p. 148.

96 Cf. Wolfgang Neumann, « Jugendarbeitslosigkeit in Frankreich. Übergangs- oder Strukturproblem? », in : Frankreich-Jahrbuch 2000, Opladen, 2000, p. 225 sq.

97 Jugend 2000. 14e étude Shell, Francfort/Main, 2001, p. 21.

98 Thomas Gensicke, « Individualität und Sicherheit in neuer Synthese? », in : ibid., p. 139sq.

99 Cf. Christian Baudelot, Roger Establet, Avoir 30 ans en 1968 et en 1998, Paris, 2000.

100 Sur ces symptômes d’un nouveau modèle comportemental et sur ses propagandistes, cf. Hans Manfred Bock, « Baustellen transnationaler Öffentlichkeit, oder: Wozu deutsch-französische Zeitschriften? », in : Lendemains 100 (2000), p. 10‑25.

101 Rapport d’orientation 1994, p. 8.

102 Rapport d’orientation 1996, p. 4.

103 Rapport d’orientation 1997, p. 2.

104 Ibid., p. 9 sq.

105 Cf. les chiffres chez Janine Tavangarian, « Les programmes trilatéraux de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse », in : Allemagne d’aujourd’hui 162 (2002), p. 222‑235, ici p. 37 sq.

106 Cf. Ibid.

107 C’est ainsi qu’il faut entendre p. ex. la remarque du secrétaire général Hammer à propos de l’importance croissante de groupes « spontanés » pour les échanges bilatéraux ; voir ci-dessus note 101.

108 KMK, Pädagogischer Austauschdienst : Présentation du programme VOLTAIRE, manuscrit. 7 p., ici p. 1.

109 DFJW : « Rapport final sur le programme Voltaire 2001-2002 », manuscrit, 4 p. ; l’auteur remercie M. Conny Reuter, à l’époque OFAJ Berlin, pour ses indications et ses explications.

110 DFJW/OFAJ (éd.) : Documents. Materialien, Bad Honnef, Paris s.d. (1997), p. 61.

111 Procès-verbal de la 81e réunion du conseil d’administration le 1er décembre 1997 à Ilmenau, p. 12.

112 Cf. p. ex. Benoît Haudidier, Gérard Gabert, Begegnungen für arbeitslose Jugendliche. Bilanz und Perspektiven. Synthese der Auswertung von deutsch-französischen Austausch-programmen mit arbeitslosen Jugendlichen, erstellt im Rahmen von Begegnungen und Seminaren mit Verantwortlichen und Gruppenleitern dieser Art von Austausch-programmen (1991-1993), s.l., s.d. (Bad Honnef, Paris, 1994, 2e éd. 1997).

113 Informations selon DFJW/OFAJ : Documents. Materialien, op. cit., p. 29 sq.

114 Ibid., p. 35. En 1996 l’OFAJ a créé le « programme des 1000 chômeurs » : « Son objectif est de permettre d’ici à la fin 1999 à 1000 jeunes chômeurs allemands et français de trouver un emploi, grâce à des mesures de perfectionnement et de reconversion et à un stage pratique à l’étranger. Ce programme était destiné principalement à de jeunes chercheurs d’emplois dans l’hôtellerie et la restauration, ainsi que dans le tourisme et le travail de bureau. » Ibid., p. 36.

115 à propos de cet « effet multiplicateur », voir ibid. p. 30 sq. En 1996 p. ex. 19 journalistes allemands et 3 français ont bénéficié de bourses pour des séjours dans une rédaction du pays voisin.

116 Cf. ibid., p. 85. Les autres catégories de jeunes participants étaient des élèves de moins de 16 ans : 53 %, élèves de plus de 16 ans : 15 %, et étudiants : 7,9%.

117 Cf. ci-dessus l’article de Katja Marmetschke.

118 Cf. DFJW-Aktivitäten 2000, p. 44.

119 Cf. Babette Nieder, « Zukunftswerkstatt Deutsch‑Französisches Jugendwerk (DFJW) », in : Französisch heute, 2000, p. 365‑368.

120 Cf. Michel Cullin, « L’esprit de l’OFAJ dans les relations franco‑allemandes », in : Allemagne d’aujourd’hui, 2000, p. 301‑303 ; et Id., « Das Unbegreifliche begreifen und vermitteln. Zur Erinnerungsarbeit im Deutsch‑Französischen Jugendwerk », in : Claudia Lenz, e.a. (éd.) : Erinnerungskulturen im Dialog, Hamburg, Münster, 2002, p. 61‑66.

121 Cf Mathias Delori, « La pédagogie interculturelle entre travail de réconciliation et travail de mémoire », in : Allemagne d’aujourd’hui 162 (2002), p. 205‑221.

122 Michel Cullin, « L’esprit de l’OFAJ dans les relations franco‑allemandes » (op. cit.), p. 301 sq.

123 SOFRES, EMNID, 40 Jahre Deutsch-Französisches Jugendwerk. Repräsentations-befragung von Jugendlichen und jungen Erwachsenen in Deutschland und Frankreich. Eine Studie im Auftrag des DFJW, s.l. (Bielefeld), 2002.

124 Cf. ibid., p. 23

125 Cf. Hans Manfred Bock (éd.) : Deutsch-Französische Begegnung und europäischer Bürgersinn. Studien zum Deutsch-Französischen Jugendwerk 1963-2003, Opladen, 2003.

126 Cf. Henri Ménudier : L’Office franco-allemand pour la Jeunesse, Paris, 1988 ; id. : Das Deutsch-Französische Jugendwerk. Ein exemplarischer Beitrag zur Einheit Europas, Bonn 1991 ; cf. également Georg Walther Heyer, Das Deutsch-Französische Jugendwerk. Ziele, Möglichkeiten, Erfahrungen, Freudenstadt 1969, et Otto Letze, Deutsch-französischer Jugendaustausch. Organisation und Interaktion, thèse en études politiques, Tübingen, 1986.

127 Le présent volume en constitue une version revue et augmentée.

128 Cf. Activités OFAJ, DFJW-Aktivitäten 2003, s.l. (Paris, Berlin) 2004, p. 19.

129 Sur la genèse et la chronologie de la réforme voir l’article très complet de Max Claudet et Eva Sabine Kuntz, « Das „schönste Kind des Élysée-Vertrages“ – fit für die Zukunft. Neues Abkommen zum Deutsch-Französischen Jugendwerk », in : Dokumente. Zeitschrift für den deutsch-französischen Dialog 2 (2005), p. 69-78.

130 Bericht der Arbeitsgruppe der Assemblée nationale und des Deutschen Bundestages, 3 juin 2004, Bundestags-Drucksache 15/3326, Deutscher Bundestag, 15. Wahlperiode, p. 4.

131 Ces critiques (cf. p. 13-18) portaient surtout sur les grandes manifestations organisées au cours des années précédentes (Festival européen de la Jeunesse sur la Loreley du 28 au 30 juin 2002, DJ-contest, Paris-Berlin, etc.).

132 Cf. le tableau, ibid., p. 9-11.

133 Deutsch-Französische Arbeitsgruppe : Evaluation des Deutsch-Französischen Jugend-werks, juin 2004. Bericht zur Vorlage bei dem ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative und dem Bundesministerium für Familie, Senioren, Frauen und Jugend, s.l. 2004, 156 p.

134 Cf. ibid., p. 144sq. : « Schlußfolgerungen für die Programmpolitik und die Prioritäten-setzung sowie Zukunftorientierung und Konzeptionsentwicklung ».

135 « Deutsch-Französisches Jugendwerk wird durch die Reform gestärkt », communiqué de presse OFAJ : http://www.monikagriefahn.de/presse/pm2005_2.

136 Cf. Claudet, Kuntz, « Das „schönste Kind des Élysée-Vertrages“ – fit für die Zukunft. Neues Abkommen zum Deutsch-Französischen Jugendwerk » (op. cit., note 129), p. 70. Cette nouvelle règle a été entérinée par l’article 14 de l’accord du 26 avril 2005.

137 Reinhard Wilke, « Zerschlagung des Deutsch-Französischen Jugendwerks? », in : Dokumente. Zeitschrift für den deutsch-französischen Dialog 2 (2005), p. II-V (actuel : Bulletin der VDFG in Zusammenarbeit mit der FAFA).

138 Cf. ci-dessus mon article « Complications des relations politiques », 2e chapitre.

139 Reinhard Wilke, op. cit., p. IV.

140 « Deutsch-Französisches Jugendbelustigungswerk. Stellungnahme des BDP gegen die Umstrukturierung des DFJW », Landesjugendring Hamburg, Archiv, http://www.ljr-hh.de/data/archiv/dokument. php?useSpr=8IDD=

141 Cf. cependant Bernard Lallemant, « Point de vue sur la société civile franco-allemande », in : Documents 2 (2005), p. 82-86.

142 Cf. Claudet, Kuntz, op. cit., p. 70, qui écrivent : « Des personnes plus ou moins bien informées se sont livrées par avance à une multitude de spéculations sur le nouvel accord et sur la réforme fondamentale de l’OFAJ. Beaucoup ont évoqué le spectre d’une future école de langues, d’autres craignaient pour l’autonomie des secrétaires généraux et pour l’indépendance de l’Office qui, selon eux, allait être “gouverne-mentalisé”, d’autres encore redoutaient que la société civile soit exclue du travail de l’Office pour la Jeunesse. »

143 Cf. à ce sujet les passages correspondants dans : Evaluation des DFJW, juin 2004, op. cit., p. 145, et Bericht der Arbeitsgruppe der Assemblée nationale und des Deutschen Bundestages, op. cit., p. 22.

144 OFAJ/DFJW : Accord. Abkommen, Paris, Berlin, 2006, p. 2.

145 Cf. ci-dessus le chapitre « Les racines de l’OFAJ dans la société civile ».

146 Ainsi p. ex. Claudet et Kuntz, op. cit., p. 75sq.

147 Cf. ci-dessus le chapitre « Les complications croissantes dans les relations politiques ».

148 Cf. la publication récente : OFAJ/DFJW, »Neue Brücken für den Balkan«. Die Südosteuropa-Initiative des DFJW in 2006, Paris, Berlin, 2006, et la contribution de Carla Albrecht dans le présent volume.

149 Cf. Bericht der Arbeitsgruppe der Assemblée nationale und des Deutschen Bundestages, op. cit., p. 23sq.

150 Les indications qui suivent sont tirées de : Activités OFAJ, DFJW-Aktivitäten, Paris, Berlin 2006, p. 7883.

151 « Die Arbeit des Deutschen Bundesjugendringes von Herbst 2005 bis Sommer 2006 », http://www.dbjr.de/index.php?m=18id=23.

152 Cf. à ce sujet : Max Claudet, Jérôme Clément, Claire Demesmay, Till Meyer, « Le couple franco-allemand. Rôle des sociétés civiles après le référendum“, in : CERFA, 14 juin 2005 et Rudolf Herrmann, « Die Zivilgesellschaft und das DFJW », in : Deutsch-Französisches Forum. Forum franco-allemand, http://www.leforum.de/de/de-revue-culture13.htm

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540