Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Première partie : L’Office franco-allemand pour la Jeunesse 1963-2008

L’intégration des nouveaux Länder dans les structures et les programmes de l’OFAJ

Ulrich Pfeil
Traduction de Chantal Philippe

Texte intégral

  • 1 Cf. Ulrich Pfeil, « Les réactions de la RDA à la création de l’OFAJ », in : Documents 52 (1997) 4, (...)
  • 2 Berichtsentwurf der 5. Europäischen Abt./Sektion II zum Besuch Adenauers in Paris und zum Abschluss (...)

1Le traité de l’Élysée signé le 22 janvier 1963 par la France et la République fédérale d’Allemagne a suscité une vive réaction des gouvernements de Moscou et de Berlin-Est, qui qualifièrent l’accord conclu par de Gaulle et Adenauer d’«  acte d’agression  »1. Il n’avait pas échappé au SED, parti au pouvoir en RDA, que ce traité prévoyait la création de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) destiné à rapprocher les jeunes des deux pays. Pour les dirigeants de Berlin-Est, il s’agissait en fait d’une «  offensive idéologique […] visant à masquer les objectifs agressifs et dangereux  »2 du traité de l’Élysée. Avec leurs partenaires de Paris, ils entreprennent alors de saper l’OFAJ dont ils attaquent en premier lieu l’esprit, fondé sur le mot d’ordre de «  réconciliation  ». Ils accusent les hommes politiques des deux pays d’abuser de cette notion, arguant qu’une «  véritable réconciliation  » n’est possible qu’avec l’intervention de la jeunesse des deux États allemands  :

  • 3 Cf. Konzeption der Abt. Internationale Verbindungen des ZK der SED für das »Auftreten bei den Bespr (...)

Aux objectifs revanchistes et militaristes de cet Office pour la Jeunesse issu du pacte Bonn-Paris, nous devrions opposer l’exigence d’un rapprochement et d’une coopération libres de la jeunesse pour la paix, la démocratie, la détente et la compréhension entre les États3.

  • 4 Cf. Ulrich Pfeil, « Störmanöver aus dem Osten. Wie die DDR das Deutsch-Französische Jugendwerk verh (...)

2Cependant, dans le conflit germano-allemand, cette argumentation n’est pour le SED qu’un moyen de contester un succès indiscutable de la politique étrangère ouest-allemande. Les dirigeants de Paris et de Bonn, ayant également perçu les intentions propagandistes de l’Est, ne se laissent pas déstabiliser par les manœuvres de Berlin-Est4. Jusqu’à la chute du Mur de Berlin, l’OFAJ persiste à ne pas associer de jeunes de RDA aux échanges avec la France, ce que Gert Hammer, son secrétaire général, justifiera après la réunification  :

  • 5 Cf. Jochen Schuchardt, « Den großen Wissensdurst stillen helfen. Deutsch-Französisches Jugendwerk ( (...)

Cela aurait été totalement impossible, et en contradiction avec l’esprit de notre organisation fondé sur la libre circulation des individus. Nous ne pouvions ni ne voulions nous exposer à la censure ou à des mesures dictatoriales ou dirigistes5.

3Tandis que les rencontres s’intensifient rapidement entre Français et Allemands de l’Ouest, la construction du Mur de Berlin et l’isolation croissante imposée par le SED rendent la France de plus en plus inaccessible à ceux de l’Est. À la chute du Mur, le 9 novembre 1989, une double connaissance de la France apparaît, héritage de la double histoire de l’Allemagne d’après-guerre.

(Mé)connaissance de la France en RDA

4Quelques jours après la réunification, l’OFAJ organise une table ronde à Paris le 9 octobre 1990 dans le cadre des 10e rencontres franco-allemandes. Les participants allemands et français réunis à la Maison de Radio-France abordent notamment les relations culturelles après 1945, et la présence de participants des nouveaux Länder ne tarde pas à révéler les différences. Christel Gersche, traductrice littéraire (Denis Diderot, Guy de Maupassant, Alexandre Dumas, Robert Merle), fait remarquer que nombre de mouvements de la littérature française moderne ne sont pas parvenus jusqu’en RDA. Par ailleurs, les Allemands de l’Est, confrontés à des problèmes bien plus existentiels, n’ont pas perçu les courants récents qui auraient pu franchir le Mur. L’écrivain Joachim Walter évoque la difficulté à accéder à des biens culturels occidentaux  :

Étudiants, nous voulions évidemment lire Camus, surtout le Mythe de Sisyphe, et nous devions nous le procurer par des voies illégales grâce à nos camarades de Berlin-Ouest. C’était de la contrebande, comme l’aurait dit Heine.

5Au cours de cette table ronde, Gustav Just, traducteur, fait état de l’immense retard à combler en RDA, mais aussi des expériences des jeunes qui pourraient s’intégrer au dialogue franco-allemand  :

  • 6 « Die deutsch-französischen Kulturbeziehungen und der Wandel in Europa », 10. Deutsch-Französisches (...)

Chez nous, la masse de la population ne sait pas grand-chose de la France. Cela concerne en particulier la jeunesse […]. C’est justement dans ces nouveaux Länder qu’il faut développer les échanges de jeunes, d’enseignants, créer un tourisme qui ne consiste pas en excursions d’une journée, mais qui soit un tourisme culturel, afin que ceux de chez nous découvrent vraiment l’Europe occidentale […]. Et je ne répéterai jamais assez que nous avons aussi quelque chose à apporter, les contacts culturels et économiques que nous entretenons depuis des décennies avec la Tchécoslovaquie, la Pologne, la Hongrie, l’Union soviétique etc.6

6Des «  enfants de la zone  », ont essayé avant 1989 de compenser ces manques, comme le fait notamment Jana Hansel en s’efforçant d’imaginer Paris depuis son lit de camp de vacances  :

  • 7 Jana Hensel, Zonenkinder, Reinbek, 2002, p. 129.

Je rêvais de joggings et de baskets français aux belles couleurs, et vers minuit, je me forçais à repenser à Pawel, Agnieska ou Leschek qui eux aussi étaient là7.

  • 8 « Luis de Funès prägte lange Frankreich-Bild im Osten », Freie Presse, 21 janvier 2003.
  • 9 « DFJW geht in die DDR », Tagesspiegel, 5 juillet 1990.
  • 10 Cf. Gérard Foussier, « Modifier une image de la France trop stéréotypée. L’OFAJ et les jeunes de l’ (...)

7À l’occasion du 40e anniversaire du traité de l’Élysée, le Märkische Allgemeine du 22 janvier 2003 écrit  : «  Les Allemands de l’Est ont une image de la France marquée par des films comme L’Aile ou la Cuisse avec Louis de Funès, et par la nostalgie de la Tour Eiffel  »8. De tels exemples, comme d’autres cas de (mé)connaissance de la France, confortent les collaborateurs de l’OFAJ dans leur impression que l’Est a de la France une image correspondant à celle des années 1920 et 1930, où le Français se reconnaissait à son béret et à sa baguette sous le bras9. Dans un appel à débarrasser les nouveaux Länder de leurs stéréotypes concernant la France, Gérard Foussier, journaliste à la Deutsche Welle, imagine le désarroi d’un jeune Allemand de l’Est visitant le Futuroscope de Poitiers avec une idée de la France nourrie des romans de Zola10.

8Les premiers contacts sont suivis d’impressions hâtives et de jugements caricaturaux qui ne tiennent pas compte d’un fait sur lequel Ingo Kolboom n’est revenu que récemment  :

  • 11 Ingo Kolboom, « Frankreich und die neuen Bundesländer. Verpasste Chancen nach der Wende », in : Dok (...)

Parmi les États de «  l’étranger capitaliste  », la France était le pays avec lequel la RDA entretenait les relations culturelles les plus étroites […]. L’image que la France donnait d’elle-même, celle d’une nation républicaine dans la tradition des Lumières, de la Révolution, de la Commune de Paris, du Front populaire, de la résistance et de l’antifascisme, était favorablement accueillie. Mais la France gaullienne avec sa critique de l’Amérique rencontrait aussi de la sympathie11.

  • 12 Christine Maack, « Allons enfants von Meißen nach Vitry », Saarbrücker Zeitung, 28 juillet 1990.
  • 13 Lutz Rathenow, « Die süßeste Versuchung, seit es Klassenfeinde gibt. Gedanken zum 40. Jahrestag des (...)
  • 14 Cf. « Deutsch-deutsch-französische Fortbildungsprogramme: Gemeinsame- Identitäts-suche », in : Euro (...)
  • 15 Je remercie Rudolf Herrmann (coordinateur de l’OFAJ) et Gérard Gabert (directeur du domaine Dialogu (...)

9Le manque de connaissance fait aussi omettre un certain nombre de questions  : quelles sont les conséquences du fait que les manuels scolaires présentent aux élèves de l’Est les effets négatifs de l’organisation capitaliste de la société, tout en suggérant par ailleurs que l’on vit en France comme en RDA  : «  on y parle simplement une autre langue  »  ?12 Pourquoi – selon l’écrivain Lutz Rathenow – la France est-elle, par comparaison avec la République Fédérale, la «  forme la plus sympathique  » de société occidentale aux yeux d’un partisan convaincu du SED, ou bien dans le langage publicitaire «  la plus douce tentation depuis qu’il y avait des ennemis de classe  »  ?13 Pendant les quarante ans d’existence de la RDA, de nouveaux clichés de la France, comme «  zone érogène de la société occidentale  » (Lutz Rathenow), n’ont-ils pas remplacé d’anciennes images progressistes de ce pays  ? Ces questions suffisent à souligner que non seulement l’Ouest est alors terra incognita pour les Allemands de l’Est, mais que la RDA l’est aussi pour l’Ouest, si bien que l’OFAJ – mais il n’est pas le seul – ne dispose pas d’instruments qui lui permettraient de comprendre les particularités et les modèles comportementaux caractéristiques des jeunes de l’Est. Il est donc difficile pour l’Office d’apprécier ce que ces jeunes attendent de rencontres franco-allemandes, de prévoir le «  fonctionnement  » des groupes franco-germano-allemands et d’estimer les spécificités du futur partenaire que constituent les régions orientales de l’Allemagne14. C’est pourquoi il convient dans cet article de se pencher avant tout sur la contribution de l’OFAJ au processus d’unification de l’Allemagne15. Ce faisant, il semble particulièrement intéressant d’examiner les stratégies auxquelles il a recouru pour familiariser les jeunes de l’Est avec les modes de rencontres pratiqués dans les relations franco-allemandes.

L’OFAJ dans le climat de défiance franco-allemand après la chute du Mur

  • 16 Cf. Andreas Meier, « Reverenz an ,,nichtamerikanisierte Deutsche“. Deutsch-Französisches Jugendwerk (...)
  • 17 Cf. bref aperçu in : Henri Ménudier, Das Deutsch-Französische Jugendwerk. Ein exemplarischer Beitra (...)
  • 18 Cf. Roland Kaehlbrandt, « Gruppenbild mit Dame. Das Deutsch-Französische Jugendwerk in der DDR », i (...)
  • 19 C’est ainsi que des jeunes de Thuringe furent invités en juillet 1990 à un stage de canoë sur la La (...)
  • 20 Cf. Rapport d’activité 1989 ; Roland Kaehlbrandt, « For ever young ? L’Office franco--allemand pour (...)

10À l’époque du Mur de Berlin, les voyages à l’Ouest étaient réservés à un cercle restreint de membres «  fiables  » de la FDJ (Freie Deutsche Jugend, organisation de jeunesse de l’ancienne RDA), aussi les jeunes de l’Est ne tiennent-ils plus en place lorsque les frontières s’ouvrent en novembre 198916. Ce tournant inattendu de l’Histoire représente également un nouveau défi pour l’OFAJ qui réagit aussitôt en associant les jeunes de l’ensemble du pays à la coopération franco-allemande17. Alors qu’auparavant les jeunes de l’Est ne pouvaient pas participer aux activités de l’OFAJ, le conseil d’administration réuni à Nantes les 11 et 12 décembre prit une résolution courageuse et perspicace  : sous l’égide de Roger Bambuck, secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports auprès du ministre de l’Éducation, et d’Ursula Lehr, ministre fédérale de la Jeunesse, de la Famille, des Femmes et de la Santé, il fut décidé que 50  % des places réservées aux Allemands dans les échanges bilatéraux seraient dès à présent mises à la disposition de jeunes de RDA, lesquels ne devraient pas être traités comme des «  citoyens de pays tiers  »18. Cette précision était d’autant plus nécessaire qu’en définissant ses trois priorités lors de son congrès (préparation des jeunes Français et Allemands à l’élargissement du champ d’action et de liberté dans la Communauté européenne à partir de 1993 par une concentration accrue des rencontres et des échanges d’apprentis et de jeunes travailleurs, mesures de sensibilisation à la langue du partenaire et intensification des actions pour la protection de l’environnement19), l’OFAJ a tenu compte des changements intervenus dans l’ensemble de l’Europe de l’Est et a voulu que son action contribue à combler les fossés spirituels entre les citoyens de l’Est et de l’Ouest et à promouvoir une conscience européenne globale20. Depuis 1976, l’OFAJ pouvait affecter 5  % des subventions aux échanges avec des jeunes des pays de la Communauté européenne, cette disposition est désormais étendue aux pays d’Europe centrale et orientale, ainsi que d’Europe méridionale (300 jeunes sur 6 000).

  • 21 Pressedienst des Bundesministers für Jugend, Familie, Frauen und Gesundheit, n° 276/13 décembre 198 (...)

11Cependant la définition d’autres modalités visant à renforcer la participation de jeunes de RDA est remise à la réunion suivante du conseil d’administration, en juin 1990, «  afin d’attendre l’évolution de la situation en RDA et la mise en place de structures démocratiques  »21. En fait, le manque d’interlocuteurs, dû à l’absence d’orientation et de structures de l’organisation de la jeunesse dans cette période de mutation, entraîne l’échec pratique du «  principe des 50  %  ».

  • 22 Cf. « Die Diskussion von François Mitterrand mit den Studenten der Leipziger Karl-Marx-Universi-tät (...)
  • 23 BAB, DC 20/I/3/2876, Bl. 275-283.
  • 24 Cf. Ulrich Pfeil, « La portée du voyage de François Mitterrand en RDA (20-22 décembre 1989) – éclai (...)
  • 25 Cf. Hauptabteilung Schulbildung (Renate Beyer) à Heidemarie Peschke le 26 février 1990 ; BAB, DR 2/ (...)

12Dans le contexte de la dissolution de l’État SED, la position du président Mitterrand n’a pas manqué d’agacer  : contrairement à son secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports, il persiste à prendre en considération la frontière entre les deux Allemagnes et, lors d’une visite officielle en RDA du 20 au 22 décembre 198922, il conclut encore avec l’État moribond un accord bilatéral de gouvernement23 prévoyant l’échange annuel de mille jeunes de RDA et de France24. Dès que Mitterrand fait cette proposition en visitant l’université de Leipzig, des centaines de jeunes s’adressent à l’administration de la Jeunesse et des Sports, à l’ambassade de France à Berlin-Est25 ainsi qu’à l’OFAJ, afin de se renseigner sur les modalités d’un voyage en France. Comme l’Office a déjà fait un pas en avant à Nantes et se trouve prêt à traiter de manière égale les demandes d’inscription aux camps de vacances et aux cours de langues déposées par des candidats des deux parties de l’Allemagne, le principe des deux États allemands que Mitterrand continue d’appliquer semble presque anachronique.

  • 26 Cf. Kaehlbrandt, « For ever young ? » (op. cit., note 20).
  • 27 Cf. « Sous le signe de l’unification. Le 55e sommet franco-allemand », Le Monde, 26 avril 1990.
  • 28 Cf. « DDR beim deutsch-französischen Jugendaustausch », FAZ, 20 juin 1990.

13Poursuivant néanmoins ses efforts dans l’ensemble de l’Allemagne26, l’OFAJ se heurte dans un premier temps à des obstacles politiques. Tandis que la partie occidentale du pays progresse de plus en plus vite vers la réunification, les jeunes de l’Est, contraints d’obtenir un visa que l’administration française continue d’exiger dans les premiers mois de 1990, ne sont pas encore sur un pied d’égalité en ce qui concerne la participation aux programmes de l’OFAJ27. À cela s’ajoutent des difficultés financières dues à la non convertibilité de la monnaie est-allemande, si bien que jusqu’en mai 1990 seuls 130 jeunes de RDA peuvent participer aux programmes d’échange28.

14Mais en mai 1990, dans le cadre d’une coopération renforcée dans le domaine linguistique avec les pays d’Europe centrale et orientale, et d’un «  processus d’élargissement progressif du système de coopération existant entre la France et la RFA en vue de la réunification  », le gouvernement français prend des mesures d’allégement. L’effectif des participants de RDA augmente aussitôt et, jusqu’en août 1990, 503 jeunes ont participé à 48 programmes franco-allemands.

  • 29 Cf. Ministerium für nationale Erziehung, Jugend und Sport du 27 mai 1990 : « Vorschläge für die Zus (...)

15Le ministère français de l’Éducation finance également entre autres 73 bourses d’études, se déclare prêt à accueillir 30 enseignants dans des établissements français pendant une année, réserve sept postes de lecteurs et 23 postes d’assistants linguistiques à la RDA pour l’année scolaire 1990-1991, et invite dix collaborateurs du ministère allemand de l’Éducation à un stage de formation continue29.

L’OFAJ à la recherche de partenaires en Allemagne de l’Est

  • 30 La première DFG, créée dans l’ex-RDA en mai 1990 à Potsdam et soutenue ensuite par son équivalent d (...)

Alors qu’en RFA et en France l’OFAJ pouvait depuis longtemps compter sur un riche réseau d’organismes destinés à la jeunesse ou à la formation des adultes, de jumelages (communes et établissements scolaires), et d’Associations franco-allemandes (AFA)30, il se heurte dans la RDA encore existante aux conséquences d’une politique de jeunesse marquée par le «  centralisme démocratique  ». Avec l’implosion de la RDA, les organismes officiels concernés, l’agence de voyages Jugendtourist qui collabore avec la Liga für Völkerfreundschaft der DDR (Ligue pour l’amitié entre les peuples) et la FDJ, sont en voie de dissolution ou discrédités, si bien que l’OFAJ semble de plus en plus devoir intervenir directement pour que soient tenues les promesses des responsables français et allemands. Mais avant d’agir, il lui faut d’abord sonder les structures, nouvelles ou en mutation. C’est pourquoi les organisations partenaires traditionnelles de l’OFAJ prennent contact avec les groupements qui ont participé à la «  Table ronde de la jeunesse  » de RDA et se sont réunis en un Bund demokratischer Jugend der DDR (Fédération de la jeunesse démocratique de RDA).

  • 31 Interview de Gert Hammer, « Zweistaatliches Unikum. Deutsch-Französisches Jugendwerk startet in den (...)

Au cours de nombreuses discussions avec leurs nouveaux interlocuteurs, les responsables peuvent percevoir l’élan et le dynamisme de la «  révolution pacifique  » en RDA, mais se voient en même temps confrontés à des difficultés d’organisation, à un manque d’informations et à une connaissance insuffisante de la langue française. Alors que jusque-là l’OFAJ avait pour principe de ne pas organiser lui-même de programmes, mais de les soutenir «  quand d’autres voulaient faire quelque chose  »31, il doit faire exception dans les nouveaux Länder et fonctionner non seulement comme intermédiaire, mais aussi comme organisateur. L’un des deux coordinateurs de l’OFAJ est spécialement chargé de cette mission par le secrétaire général Hammer, et au ministère des Affaires étrangères de Bonn est constitué un groupe de travail interministériel franco-allemand, réunissant en présence de l’OFAJ des représentants des ministères des Affaires étrangères et de l’Éducation, des deux ambassades, de la Kultusministerkonferenz (Conférence permanente des ministres de l’Enseignement et des Cultes des Länder de RFA), le coordinateur de chaque pays ainsi que le plénipotentiaire de RFA, afin de réfléchir aux moyens d’intégrer les nouveaux Länder à la coopération franco-allemande.

L’intégration des nouveaux Länder dans les structures de l’OFAJ

  • 32 Cf. « Teilnahme am deutsch-französischen Jugendwerk angeregt », in : Tagesspiegel, 11 mai 1990.
  • 33 Cf. Jochen Schuchardt, Gothaer Neue Zeitung, 5 février 1991.

16Après l’intervention de Hans Misselwitz, secrétaire d’État du ministère des Affaires étrangères de Berlin-Est, suggérant d’intégrer officiellement les jeunes de RDA aux échanges franco-allemands et proposant en outre d’associer des jeunes de RFA à la coopération entre la RDA et la Pologne32, l’OFAJ est soumis à une pression accrue pour tenir compte de façon officielle de la nouvelle situation. Pour répondre à cette nouvelle attente, Roger Bambuck et Ursula Lehr invitent Cordula Schubert, ministre (CDU) de la Jeunesse et des Sports du gouvernement de Lothar de Maizière, à la réunion du conseil d’administration du 19 juin 1990 à Bad Honnef, devançant ainsi la réunification, comme Roland Kaehlbrandt, chef du service de presse de l’époque, le remarque dans sa rétrospective33.

  • 34 Rapport d’activité 1990, p. 7.
  • 35 Cf. Roland Kaehlbrandt, « L’unification allemande : un nouveau défi pour l’OFAJ », in : Henri Ménud (...)

17Le premier gouvernement de RDA issu d’élections libres ayant suspendu l’application de l’accord sur la jeunesse signé par Mitterrand et les anciens dirigeants de Berlin-Est, les trois ministres réunis pour la première et la dernière fois à Bad Honnef invitent l’OFAJ, dans leur déclaration commune, à étendre les échanges franco-allemands de jeunes à la RDA. L’OFAJ est donc officiellement chargé de s’occuper des nouveaux Länder et «  trois mois et demi avant la réunification, [la mission qu’il reçoit] concerne clairement l’ensemble de l’Allemagne  »34. Cette décision abroge en même temps la «  disposition des 50  %  » fondée sur le principe de l’existence de deux États allemands35.

18Les termes de cette mission seront précisés les 10 et 11 septembre 1990 à Berlin-Est par un groupe de travail mis en place dans ce but par l’OFAJ, avec des délégués d’organismes démocratiques et d’associations de la «  Table ronde de la jeunesse  », et du ministère de la Jeunesse et des Sports de RDA. Il ressort des débats que l’accent devrait désormais être mis sur la formation des nouveaux responsables de programmes d’échange dans les domaines de la pédagogie et de la connaissance de la langue et du pays, ainsi que sur l’information concernant les échanges.

19Après la rencontre au sommet du 18 septembre 1990 où François Mitterrand et Helmut Kohl ont une fois de plus souligné l’importance des échanges de jeunes pour l’intégration des Allemands de l’Est à la même «  communauté de valeurs  », le conseil d’administration de l’OFAJ réuni le 9 novembre 1990 à Lille débat des moyens de mettre à profit ce soutien moral «  venu d’en haut  » pour la mise en œuvre pratique des buts qu’il s’est fixés. D’après les règles en vigueur, il faut attendre les prochaines élections au conseil d’administration, prévues en 1993, pour intégrer des représentants de l’Est. L’OFAJ propose que si des membres se retirent, ils soient remplacés par des candidats est-allemands. Mais le cas ne se présente pas, et c’est seulement en 1993 que le conseil d’administration accueille son premier membre venu de l’Est, en la personne de Gerda Hassler, professeur de romanistique à Potsdam.

Finances et statistiques

  • 36 Cf. Rapport d’activité DFJW 1990, p. 67.

20Si le nombre de participants aux programmes de l’OFAJ augmente de 1985 à 1989 (de 129 876 à 146 274), les subventions des gouvernements restent constantes, si bien que le financement devient une question clé des actions à mener à l’Est. Les aides gouvernementales sont fixées environ six mois avant le début de l’année budgétaire, et, comme en juin 1989 personne ne pouvait prévoir la chute du Mur, les comptables doivent faire preuve d’imagination pour financer les activités de 1990. À l’aide de redéploiements ils parviennent à augmenter de 2,4 millions de DM les crédits qui s’élèvent alors à 43 885 311 DM. Le report de l’excédent de recettes de l’année précédente sur l’année en cours leur permet d’augmenter les moyens d’intervention de près de deux millions par rapport à l’année précédente36.

21Les jeunes de l’Est ne disposant pas d’autant d’argent pour un voyage d’échange que ceux de l’Ouest ou les Français, la RFA est prête à consentir des exceptions temporaires au plan financier. Allemands et Français souhaitent conserver le principe de parité dans leurs actions  : même nombre de jeunes et même montant de subventions pour chaque pays. Les deux parties s’accordent sur une augmentation de 6  % des aides gouvernementales qui s’élèvent alors à 23 millions de DM (154 millions de francs). À la satisfaction de l’Allemagne, le supplément sera affecté à l’échange de jeunes des nouveaux Länder.

  • 37 Cf. Brigitte Mohr, « Niemand spricht deutsch. Pläne des Deutsch-Französischen Jugend-werks », FAZ, (...)
  • 38 « Erste Station ist Berlin. Deutsch-Französisches Jugendwerk auf Informationstour », Neue Zeit, 22  (...)

22Les activités de 1991 ne requièrent pas les mêmes acrobaties financières, car avec 46 785 708 DM l’Office dispose de la somme la plus importante de son histoire. Les deux gouvernements ont augmenté leurs aides de 2,4 millions de DM, mais une certaine amertume subsiste  : cette somme ne représente en fait que 42  % de l’aide reçue en 1963. Pour les travaux d’organisation dans les nouveaux Länder, le ministère fédéral des Femmes et de la Jeunesse met à la disposition de l’OFAJ en mars 1991 une enveloppe exceptionnelle de 1,2 millions de DM par an pour 1991 et 1992. Cette aide supplémentaire doit servir à compenser la différence de revenus entre les anciens et les nouveaux Länder, ce qui permet de diminuer l’apport personnel des jeunes de l’Est. En outre les enseignants de l’Est qui participent à des échanges pour l’enseignement des langues dans les classes primaires pourront désormais subvenir à leur logement et à leur entretien en France aussi bien que leurs collègues de l’Ouest. Outre les échanges scolaires et la participation de 1600 jeunes de l’Est à des rencontres sportives en France, de jeunes chômeurs que l’état catastrophique du marché du travail en ex-RDA oblige à se reconvertir pourront, notamment grâce à des aides du Fonds social européen, effectuer des stages pratiques dans la restauration en France37. Comme les échanges franco-allemands sont déjà le pain quotidien de nombreux jeunes de RFA, Gert Hammer, secrétaire général de l’OFAJ, promet que les jeunes de l’Est auront la priorité en 1991  : «  Si on se retrouve à l’étroit, les jeunes de l’Ouest devront céder la place38  ».

23Plus de mille Allemands de l’Est ont participé aux 100 programmes de l’année 1990, mais l’année suivante, la suppression du visa et l’unification monétaire de l’Allemagne confrontent l’Office à de nouvelles exigences. Grâce à de meilleures conditions financières, à un dynamisme comparable à celui des années 1950 – dû cette fois à la réunification – en Allemagne comme en France, à la présence active aux rencontres interrégionales de partenaires français issus d’organisations de jeunesse d’obédience politique ou religieuse, ainsi qu’au dévouement des collaborateurs de l’OFAJ, 8537 jeunes et multiplicateurs des nouveaux Länder participent aux programmes de 1991.

Activités et domaines

  • 39 Jusqu’à la fin d’octobre 1991, sur les 250 programmes, 30 échanges universitaires avec des partenai (...)
  • 40 Cf. Catherine-Marie Degrace, « ,,Bonjour, la France!“ Jugendaustausch jetzt auch in den neuen Bunde (...)

24En 1991, l’OFAJ affecte une grande partie des fonds dont il dispose à l’organisation de manifestations dans chacun des cinq nouveaux Länder et à Berlin. Cette tournée d’information qui a lieu de janvier à avril 1991 a été décidée par le conseil d’administration réuni à Lille, dans le but d’initier les futurs partenaires au travail de l’OFAJ, de renforcer les liens avec les partenaires des services de la jeunesse, de l’éducation, de la formation professionnelle, des universités39, des organisations de jeunesse et des associations sportives, de trouver de nouveaux partenaires, et de donner des renseignements pratiques concernant les rencontres franco-allemandes40. Même si dans cette phase initiale l’OFAJ ne veut pas susciter de faux espoirs, ses buts sont ambitieux  :

  • 41 Rapport d’activité 1989, p. 7.

Soutenir de toutes nos forces l’autonomie d’action des responsables dans les nouveaux Länder, combler l’insuffisance d’informations, créer un climat d’écoute, de compréhension et de dialogue41.

  • 42 Cf. « Das Deutsch-Französische Jugendwerk wird auch in den neuen Bundesländern wirksam. Information (...)

25Au cours de sa tournée d’information, l’OFAJ ne cesse de souligner que s’il peut offrir une aide au démarrage, les initiatives devront désormais «  venir d’en bas  »42. Une des attractions de la tournée est la présence des «  grands maîtres  » des relations franco-allemandes, notamment Alfred Grosser, Joseph Rovan, Rudolf von Thadden, Ernst Weisenfeld, garants de crédibilité par leur histoire personnelle, et dont les interventions comme médiateurs doivent faire comprendre aux Allemands des nouveaux Länder les particularités des relations franco-allemandes dans l’après-guerre. Or, avec l’idée qu’ils ont encore de la France, les Allemands de l’Est se sentent rarement concernés par la rétrospective, souvent empreinte de romantisme, du processus de réconciliation entre la France et l’Allemagne de l’Ouest. Aussi, afin d’accentuer le caractère de dialogue de ces manifestations, Manfred Stolpe et Angela Merkel siègent-ils à la tribune respectivement aux réunions de Potsdam et de Schwerin.

26Environ 1500 jeunes de l’Est ont assisté à ces réunions et se sont informés par des brochures, au cours d’entretiens personnels ou dans des ateliers, sur les buts, les actions et les méthodes de l’OFAJ dans les échanges de jeunes, les échanges scolaires et universitaires et l’aide aux jeunes travailleurs  ; ils ont également saisi cette occasion pour prendre contact avec la vie associative française et les divers domaines d’éducation populaire. Ces faits témoignent du vif intérêt que les nouveaux Länder portent encore à cette époque aux échanges franco-allemands et à l’OFAJ.

  • 43 Rapport d’activité 1992, p. 7.

27Le résultat des divers débats permet en 1992 à l’OFAJ de consolider les premiers acquis, de normaliser les méthodes de travail et d’associer les nouvelles autorités régionales aux responsabilités communes. L’augmentation du nombre de participants de l’Est soutenus par l’Office (8537 en 1991, 8675 en 1992) montre que celui-ci a atteint le but qu’il s’était fixé «  de mettre de plus en plus de jeunes des nouveaux Länder directement en contact avec des Français  »43. Cette évolution positive est cependant remise en question lorsque le gouvernement fédéral décide de ne pas proroger le fonds exceptionnel pour 1993. De plus, la défaillance de la vie associative à l’Est rend difficile la recherche d’organisations partenaires adéquates, si bien que les institutions communales de jeunesse interviennent plus souvent qu’à l’Ouest comme organismes responsables. En 1992 l’organisation est assurée à 45  % par des institutions communales et à 55  % par des organismes privés. En termes d’effectif et d’organisation, l’année 1992 représente également le sommet de l’action de l’OFAJ dans les nouveaux Länder, car le dynamisme qui s’était manifesté immédiatement après le changement de régime ne se retrouvera pas par la suite. Signe de cette apparente normalisation, le chapitre «  L’OFAJ dans les nouveaux Länder  » n’est plus présenté à part dans le rapport d’activité de 1993, bien que son action subisse encore l’effet des différences d’organisation et de mentalité.

  • 44 Cf. Jochen Schuchardt, Gothaer Neue Zeitung, 5 février 1991.
  • 45 Cf. Sylvia Jahn, « Mehr Austausch mit den ostdeutschen Ländern. Kongress des deutsch-französischen (...)
  • 46 En 2001-2002 41,8 % des lycéens à l’Est et 42,7 % à l’Ouest apprenaient le français ;
    cf. -Marcus R (...)

28L’enseignement du français étant très peu répandu en RDA, il devient urgent de le promouvoir et d’instaurer en même temps des jumelages scolaires à partir de 1989-1990. Le fait que, dès 1990, 10  % des élèves de l’Est apprennent le français, et que les échanges scolaires s’amorcent entre 30 établissements français et 60 des nouveaux Länder peut être considéré comme encourageant. Pour pallier la connaissance insuffisante de la France, le gouvernement français propose dès la chute du Mur des échanges de professeurs de langues vivantes, proposition à laquelle les enseignants de l’Est répondent aussitôt activement. Pendant l’année scolaire 1991-1992, 15 enseignants de l’Est sont intégrés sous l’égide de l’OFAJ au programme d’échange pour l’enseignement des langues dans le primaire, tandis que 15 instituteurs français vont exercer dans les nouveaux Länder44. L’OFAJ prête une attention particulière aux professeurs de russe dont les compétences ne sont plus nécessaires dans les nouvelles conditions d’enseignement des langues après le changement de régime  ; des stages accélérés de six semaines leur permettent de se «  recycler  » en français afin de conserver leur poste et de répondre à la demande croissante dans cette matière45. Si les professeurs de français diplômés manquent d’expérience concrète du pays, leurs collègues «  recyclés  » doivent surtout combler des lacunes dans les connaissances linguistiques et culturelles. Leur intégration répond à une nécessité sociale mais reste problématique dans la pratique quotidienne de l’enseignement. Leur engagement permet de débloquer au moins en apparence la situation de l’enseignement du français dans l’Est  ; à cette amélioration a également contribué la mutation d’un nombre non négligeable de professeurs de français ouest-allemands que la perspective d’une promotion, celle de continuer à percevoir un salaire «  occidental  » augmenté d’une prime, ainsi que la situation critique du chômage des enseignants en RFA ont incités à cette démarche46.

  • 47 Rapport d’activité 1991, p. 8.

29Il subsiste cependant des difficultés, car à la fin de l’année 1991, les deux gouvernements n’ont toujours pas tenu la promesse faite à Lille lors du sommet franco-allemand des 29 et 30 mai 1991 de mettre à disposition de l’OFAJ les moyens nécessaires pour pallier le déficit de l’enseignement du français47. Pour employer le plus efficacement possible les moyens dont il dispose, l’OFAJ abandonne dès 1992 le «  principe du saupoudrage  » dans son soutien de l’enseignement des langues et ne consent plus que des aides ciblées, si bien qu’il se concentre davantage sur la formation et le recyclage de professeurs de français pour le domaine extrascolaire (p. ex. les universités populaires), et réserve désormais les bourses pour des cours de langue au personnel d’encadrement. De plus, les échanges scolaires ayant évolué de manière satisfaisante en 1992, c’est la formation extrascolaire qui vient en tête de liste des priorités.

30La formation scolaire et extrascolaire dans les nouveaux Länder met l’accent sur la pédagogie de l’apprentissage interculturel que les enseignants de l’Est n’avaient pas pu acquérir à l’époque où l’Allemagne était divisée. L’approche interculturelle souligne l’importance des différences, considérées comme un enrichissement susceptible d’instaurer des tensions incitant à une réflexion personnelle ou commune sur la vie individuelle et collective, tandis que la pédagogie soviétique, de par son caractère normatif, visait à confirmer l’idéologie marxiste-léniniste  ; l’interculturalité ne pouvait que remettre en question le monopole d’interprétation du SED au pouvoir et saper sa prétention à définir les fondements universels de l’évolution de la société.

  • 48 Cf. « Deutsch-deutsch-französische Fortbildungsprogramme: Gemeinsame Identitätssuche », in : Europä (...)
  • 49 Rapport d’activité 1992, p. 8.

31Même si on ne pouvait pas prévoir que la réalité extra-scolaire ne correspondrait pas toujours aux directives venues d’en haut, les expériences sont néanmoins différentes dans ce domaine. D’après les collaborateurs de l’OFAJ, les enseignants de l’Est s’engagent dans les échanges avec un certain manque de confiance en eux48. Il importe de surmonter ces disparités, de «  conforter et de stabiliser la conscience de soi des cadres pédagogiques des nouveaux Länder  »49. Cependant l’expérience de l’altérité ne doit pas servir de manière unilatérale, mais être transmise en même temps aux participants français et ouest-allemands comme un processus de découverte réciproque ou comme la composante d’un nouvel apprentissage interculturel qui leur permette de découvrir des réalités existentielles et des prérequis culturels nouveaux pour eux.

32Toutefois ces nouvelles situations d’expériences et d’apprentissage requièrent, précisément au début, une phase où chacun se situe par rapport aux autres. Le rapport d’activité de 1991 fait état du souhait exprimé à plusieurs reprises par les Français de pouvoir établir des contacts avec des Allemands de l’Est exclusivement, «  ce qui permettrait une approche bien plus immédiate – on a en effet souvent constaté que les participants des anciens et des nouveaux Länder débattaient entre eux tandis que les Français restaient à l’écart, pour ainsi dire en spectateurs  ». En même temps on a aussi noté «  que la présence des Français agissant comme catalyseur dissipait l’espèce d’embarras que les Allemands des deux régions semblaient ressentir les uns envers les autres  ». Roland Kaehlbrandt décrit cette situation  :

  • 50 Thomas Bleskin, « Interkulturelles Lernen für Europa », Neues Deutschland, 22 février 1992.

Dans nos programmes d’échanges de l’an dernier nous devions distinguer trois «  nationalités  », les Allemands de l’Est, les Allemands de l’Ouest et les Français. Les jeunes Français ont joué un rôle inattendu  : on leur a inconsciemment donné celui de médiateur en les plaçant entre les Allemands de l’Est et de l’Ouest50.

33Des enseignants ouest-allemands ont pour leur part observé que dans les établissements français visités, leurs collègues de l’Est retrouvaient le centralisme de RDA et faisaient des expériences comparables à celles que Karl Heinz Götze décrit trois ans après la réunification  :

  • 51 Karl Heinz Götze, Französische Affairen. Ansichten von Frankreich, Francfort/Main, 1995, p. 37.

Une amie est-allemande m’a raconté qu’en traversant la RFA lors de son premier voyage à Paris, elle avait trouvé que tout y était étranger, mais une fois la frontière passée elle avait de nouveau eu l’impression que c’était un peu comme en RDA. La France, pays où les blessures sont encore visibles51.

34Une des caractéristiques de ces relations triangulaires après 1989-1990 est que leur architecture, au lieu d’être statique, doit réagir avec flexibilité aux expériences de rapprochement et d’éloignement.

  • 52 Klaus J. Schwehn, « Der deutsch-französische Jugendaustausch – ein Modell für Europa », Der Tagessp (...)
  • 53 Rapport d’activité 1991, p. 9.

35En outre, l’OFAJ constate chez les participants de l’Est la capacité, acquise à l’époque de la RDA, de récupérer et d’utiliser les informations recueillies pour leur formation initiale et continue. Il note en même temps qu’ils n’ont pas su se libérer totalement de l’attitude de consommation passive acquise au fil des années, si bien qu’à partir de 1992, l’Office insiste pour que les responsables de programmes élaborent les activités de manière autonome. Cette première phase connaît encore des tabous et des malentendus, qui doivent cependant être compris comme faisant partie de l’apprentissage interculturel au cours du «  difficile processus de découverte mutuelle  ». Avant même les manifestations de violence xénophobe de Hoyerswerda (20 septembre 1991), Rostock (22-25 août 1992) et Mölln (22-23 novembre 1992), certains partenaires de l’OFAJ proposent comme thème de travail la situation comparable dans les grandes villes de France et d’Allemagne52. À la fin de 1991, l’OFAJ constate sans illusions «  que les différences consolidées au fil de nombreuses années détermineront encore longtemps la réalité des rencontres, et qu’elles ne sont pas seulement un obstacle, mais aussi une chance pour le dialogue  »53.

Craquements dans la charpente et sable dans l’engrenage

36Au cours des rencontres de jeunes comme d’animateurs, les différences entre les deux parties de l’Allemagne n’ont pas pu être gommées, et le silence s’est installé  :

  • 54 Dagmar Sinz, « Das Gespenst der Utopielosigkeit. Deutsch-französische Gespräche », Pariser Kurier, (...)

Les Français ont réagi avec une certaine incertitude au fait que s’ils étaient désormais face à une seule Allemagne, les deux parties du pays cherchaient leur identité par des voies différentes. Et c’est sans bien comprendre qu’ils ont enregistré les nouveaux problèmes qui pouvaient surgir alors que les Allemands de l’Ouest perdaient leur «  contre-image  »54.

37Les réalités mentales n’ont pas saisi que, dès 1990, Roger Bambuck tenait la réunification pour acquise et déclarait qu’il n’y avait plus qu’une seule Allemagne. En revanche, le conseil d’administration de l’OFAJ considère à l’unanimité que les programmes doivent tenir compte de l’asymétrie de l’Allemagne. Mais dans cette situation se pose le problème, dû au principe de parité, du financement de mesures exceptionnelles comme l’ouverture d’une antenne à Berlin-Est. Lorsque ce projet est temporairement mis de côté en été 1990, on a, surtout en Allemagne, le sentiment que la politique ne réagit pas à la mesure de la demande, et l’opinion publique allemande exprime une critique qui touche moins l’OFAJ que le manque de volonté politique des dirigeants. On leur reproche par exemple de mesurer chichement les aides à l’OFAJ et de répondre aux nouvelles attentes «  avec nonchalance et une certaine indifférence  ». On déplore surtout que le projet de bureau d’information à Berlin ait tout de suite été classé  :

  • 55 Hans Bartsch, « Geldnöte beim Jugendwerk. Bisher nur wenige junge DDR-Bürger in Frankreich », Stutt (...)

Mais parmi les responsables, personne ne semble avoir vraiment conscience du grand intérêt que manifestent les jeunes de RDA et du peu d’argent de poche mis à disposition. Quoi qu’il en soit, aucune mesure financière d’envergure n’est en vue55.

  • 56 Cf. Hans Bartsch, « Im bürokratischen Trott? Deutsch-französisches Jugendwerk -verschläft seine Cha (...)
  • 57 Cf. Das DFJW. Neuer deutsch-französischer Dialog. Orientierungen 2000-2002, Paris, Bad Honnef, 1999 (...)
  • 58 Cf. Eberhard Nitschke, « Jugendwerk-Programme offen für DDR-Jugend », Die Welt, 19 décembre 1989.

Les critiques visent surtout le sacro-saint principe de parité appliqué par la France et l’Allemagne pour l’organisation et le financement, qui dans la situation exceptionnelle du processus de réunification semble manquer de souplesse compte tenu de l’immense besoin de rattrapage des jeunes de l’Est56. À la lecture des rapports d’activité de la décennie 1990, l’impression s’impose que les responsables de l’OFAJ parlaient déjà d’une normalisation des relations pour ne pas avoir à remettre à l’ordre du jour le principe de parité, et pour éviter de s’entendre reprocher que le côté allemand (de l’Est) était trop favorisé lors de la répartition des moyens. Ainsi c’est, semble-t-il, de façon préventive qu’est soulignée en 1994 l’extension de la présence de l’OFAJ en France. De même, le fait que les régions de France éloignées de la frontière allemande soient mentionnées en même temps – sans doute en raison du principe de parité –, afin que la «  perspective européenne  » soit également sensible partout, paraît aussi quelque peu artificiel57. Pourtant, dès 1989 le Languedoc-Roussillon partageait avec l’académie de Nantes la première place pour les échanges de travailleurs58.

  • 59 Cf. Klaus J. Schwein, « Förderung für Jugend in neuen Ländern », Die Welt, 9 novembre 1990.
  • 60 Cf. « Kulturaustausch Paris-Berlin », Neue Zeit, 9 avril 1991.

Ce qui en revanche parle en faveur de la détermination de l’OFAJ est qu’au deuxième semestre de 1990, malgré des difficultés financières, le projet du bureau à Berlin-Est est repris, pour obtenir finalement59 la création à partir du 11 décembre 1990 d’un bureau central d’information destiné à faciliter la coordination des nouvelles missions dans l’ex-RDA. Mais il est prévu que ce service sera fermé après la tournée d’information  : le conseil d’administration ne veut pas alourdir les dépenses d’administration de l’OFAJ, les contraintes budgétaires laissant peu de place aux idées visionnaires et le principe de parité ne concédant qu’une étroite marge de manœuvre. Quoi qu’il en soit, au cours de son travail quotidien au bureau provisoire d’information, Gérard Gabert, secondé par un collaborateur de l’OFAJ et deux secrétaires temporairement mises à disposition par le gouvernement militaire français de Berlin, peut mettre à profit son expérience de la RDA acquise alors qu’il enseignait au Centre culturel français de Berlin-Est avant 1989-1990. Les demandes augmentent constamment, le retard des Allemands de l’Est en ce qui concerne la France n’est pas encore comblé, et d’autres organisations de réseau franco-allemand font aussi appel à l’OFAJ. Ainsi en avril 1991, après avoir décidé d’intégrer les nouveaux Länder aux échanges culturels entre les deux pays, le Conseil culturel franco-allemand invite le Collège franco-allemand pour l’Enseignement supérieur ainsi que l’OFAJ à s’engager dans une coopération60.

  • 61 Cf. DFJW-Aktivitäten 2001, p. 31.
  • 62 Cf. Reinfried, Kosch, « Sprachvermittlung in der Krise? Die Entwicklung des Französischunterrichts (...)
  • 63 « Für die DDR-Bürger war Frankreich ein Traumland », Märkische Allgemeine, 22 janvier 2003.

Mais depuis le milieu des années 1990 on note un fléchissement de l’intérêt des nouveaux Länder pour les programmes soutenus par l’OFAJ, et dix ans après la réunification leur participation reste marginale, bien que l’OFAJ ait poursuivi ses efforts pour leur assurer l’égalité dans les mentalités, et ait mis en avant leurs liens historiques avec la France (Huguenots), comme dans le cas du Brandebourg61. Malgré tous les efforts, la ventilation des bourses de l’Université franco-allemande, à Sarrebruck, met en lumière la différence entre anciens et nouveaux Länder  : 24  % des participants aux programmes viennent du Bade-Wurtemberg, 19  % de Rhénanie-Westphalie, 10  % de la Sarre, mais seulement 7  % de Saxe et 4  % du Brandebourg et de Thuringe62. Les Allemands de l’Est sont également sous-représentés dans les programmes d’échanges de l’OFAJ de l’année 2000. Sur les 200 000 participants aux programmes annuels, seuls 10 000 viennent de l’Est63.

  • 64 Kolboom, « Frankreich und die neuen Bundesländer. Verpasste Chancen nach der Wende » (op. cit., not (...)

Ces chiffres ne doivent pas être interprétés comme un constat d’échec de l’OFAJ, car les divers documents étayant cet article confirment ce que remarque Ingo Kolboom  : dans la période qui a suivi le changement de régime, les collaborateurs de l’OFAJ ont «  fourni un travail admirable  »64. Ces résultats sont davantage un indice de la méfiance que les jeunes de l’Est nourrissent à l’égard des organismes de jeunesse après leurs expériences de la FDJ et du SED, ainsi que des faiblesses du processus d’unification de la société, conséquence du manque de volonté politique des dirigeants qui n’ont pas placé les rencontres de jeunes de France et d’Allemagne au centre de leur action. Bien que les différences de mentalité entre l’Est et l’Ouest soient apparues de plus en plus nettement après 1992 et aient aussi été diagnostiquées par l’OFAJ comme une constante pour les années suivantes, la politique a constamment réduit les moyens, supprimé des aides à l’emploi en RFA, limitant ainsi la capacité des échanges franco-allemands de jeunes à fonctionner comme un champ d’expérience qui permettrait d’abattre les «  murs dans les têtes  ». Le fait qu’en 1999 un participant sur six aux programmes de l’OFAJ soit issu des nouveaux Länder est cependant encourageant pour l’avenir, car il suffit d’un sur cinq pour respecter la parité interne de l’Allemagne. La réalisation de cet objectif exigera encore longtemps une bonne dose d’engagement social et de bénévolat.

Notes

1 Cf. Ulrich Pfeil, « Les réactions de la RDA à la création de l’OFAJ », in : Documents 52 (1997) 4, p. 72-79 ; Id., Die »anderen« deutsch-französischen Beziehungen. Die DDR und Frankreich 1949-1990, Cologne, 2004, p. 375 sq. ; Corine Defrance, Id., « Le Traité de l’Élysée et les relations franco-allemandes : une introduction », in : Id. (éds), Le Traité de l’Élysée et les relations franco-allemandes 1945 – 1963 – 2003, Paris, 2005, p. 7-41, ici p. 17 sq.

2 Berichtsentwurf der 5. Europäischen Abt./Sektion II zum Besuch Adenauers in Paris und zum Abschluss des westdeutsch-französischen Vertrages über Zusammenarbeit, 22.1.1963, 26.1.1963; Politisches Archiv des Auswärtigen Amts [PA/AA], Bestand MfAA/A 12112, Bl. 1-10.

3 Cf. Konzeption der Abt. Internationale Verbindungen des ZK der SED für das »Auftreten bei den Besprechungen über westdeutsch-französisches Jugendwerk« vom 9.1.1964; Stiftung Archiv der Parteien und Massenverbände der DDR im Bundesarchiv Berlin [SAPMO-BArch], DY 30/IV A2/20/460.

4 Cf. Ulrich Pfeil, « Störmanöver aus dem Osten. Wie die DDR das Deutsch-Französische Jugendwerk verhindern wollte », in : Die Politische Meinung 48 (2003), p. 55-60.

5 Cf. Jochen Schuchardt, « Den großen Wissensdurst stillen helfen. Deutsch-Französisches Jugendwerk (DFJW) stellte sich vor – Partnersuche stand bei dreitägigem Treffen in Erfurt im Mittelpunkt », Gothaer Neue Zeitung, 5 février 1991.

6 « Die deutsch-französischen Kulturbeziehungen und der Wandel in Europa », 10. Deutsch-Französisches Gespräch, 19. Oktober 1990, Maison de Radio France, Paris, Bad Honnef, Paris, 1991, p. 15 sq.

7 Jana Hensel, Zonenkinder, Reinbek, 2002, p. 129.

8 « Luis de Funès prägte lange Frankreich-Bild im Osten », Freie Presse, 21 janvier 2003.

9 « DFJW geht in die DDR », Tagesspiegel, 5 juillet 1990.

10 Cf. Gérard Foussier, « Modifier une image de la France trop stéréotypée. L’OFAJ et les jeunes de l’ex RDA », Pariser Kurier, janvier-février 1991.

11 Ingo Kolboom, « Frankreich und die neuen Bundesländer. Verpasste Chancen nach der Wende », in : Dokumente 59 (2003), p. 46-50, ici p. 46.

12 Christine Maack, « Allons enfants von Meißen nach Vitry », Saarbrücker Zeitung, 28 juillet 1990.

13 Lutz Rathenow, « Die süßeste Versuchung, seit es Klassenfeinde gibt. Gedanken zum 40. Jahrestag des deutsch-französischen Freundschaftsvertrages », Berliner Morgenpost, 22 janvier 2003.

14 Cf. « Deutsch-deutsch-französische Fortbildungsprogramme: Gemeinsame- Identitäts-suche », in : Europäische Zeitung, juillet-août 1990.

15 Je remercie Rudolf Herrmann (coordinateur de l’OFAJ) et Gérard Gabert (directeur du domaine Dialogue entre sociétés civiles à l’OFAJ) pour les entretiens des 8 et 23 avril 2003.

16 Cf. Andreas Meier, « Reverenz an ,,nichtamerikanisierte Deutsche“. Deutsch-Französisches Jugendwerk schloss in Potsdam seine Antrittsbesuche ab », Neue Zeit, 30 avril 1991.

17 Cf. bref aperçu in : Henri Ménudier, Das Deutsch-Französische Jugendwerk. Ein exemplarischer Beitrag zur Einheit Europas, Bonn, 1991, p. 227 sq.

18 Cf. Roland Kaehlbrandt, « Gruppenbild mit Dame. Das Deutsch-Französische Jugendwerk in der DDR », in : Dokumente 46 (1990), p. 398-399 ; « Rapport d’activité 1990 de l’Office franco-allemand pour la jeunesse », in : Allemagne d’aujourd’hui 117 (1991), p. 86-91.

19 C’est ainsi que des jeunes de Thuringe furent invités en juillet 1990 à un stage de canoë sur la Lahn : « La participation aux divers ateliers donna lieu à des échanges d’idées où les différences culturelles et sociales entre la RFA, la RDA et la France ainsi que les différents points de vue sur la protection de l’environnement intervinrent pour une part importante », in : « Kanuten aus der DDR paddeln auf der Lahn. Deutsch-französische Begegnung zur Umweltproblematik », FAZ, 6 juillet 1990.

20 Cf. Rapport d’activité 1989 ; Roland Kaehlbrandt, « For ever young ? L’Office franco--allemand pour la jeunesse », in : Henri Ménudier (éd.), Le couple franco-allemand en Europe, Paris, 1993, p. 121-131 ; Id., « L’OFAJ a trente ans. De la réconciliation à l’inter-culturel », in : Allemagne d’aujourd’hui 125 (1993), p. 27-30.

21 Pressedienst des Bundesministers für Jugend, Familie, Frauen und Gesundheit, n° 276/13 décembre 1989.

22 Cf. « Die Diskussion von François Mitterrand mit den Studenten der Leipziger Karl-Marx-Universi-tät », in : Henri Ménudier (éd.), La RDA 1949-1990 du stalinisme à la liberté, Asnières, 1990, p. 244-254.

23 BAB, DC 20/I/3/2876, Bl. 275-283.

24 Cf. Ulrich Pfeil, « La portée du voyage de François Mitterrand en RDA (20-22 décembre 1989) – éclairages multiples », in : Anne Saint Sauveur-Henn, Gérard Schneilin (éds), La mise en œuvre de l’unification allemande 1989-1990, Asnières, 1998, p. 325-340.

25 Cf. Hauptabteilung Schulbildung (Renate Beyer) à Heidemarie Peschke le 26 février 1990 ; BAB, DR 2/D/1377.

26 Cf. Kaehlbrandt, « For ever young ? » (op. cit., note 20).

27 Cf. « Sous le signe de l’unification. Le 55e sommet franco-allemand », Le Monde, 26 avril 1990.

28 Cf. « DDR beim deutsch-französischen Jugendaustausch », FAZ, 20 juin 1990.

29 Cf. Ministerium für nationale Erziehung, Jugend und Sport du 27 mai 1990 : « Vorschläge für die Zusammenarbeit zwischen Frankreich und der DDR auf dem Gebiet der Grundaus-bildung » ; Ministerium für Bildung an Magistrat von Berlin du 25 juillet 1990 ; BAB, DR 2/A. 3038.

30 La première DFG, créée dans l’ex-RDA en mai 1990 à Potsdam et soutenue ensuite par son équivalent de Bonn ; « Deutsch-Französische Gesellschaft gegründet », Bonner Generalanzeiger, 26 mai 1990.

31 Interview de Gert Hammer, « Zweistaatliches Unikum. Deutsch-Französisches Jugendwerk startet in den neuen Ländern eine Informationstour », Junge Welt, 25 janvier 1991.

32 Cf. « Teilnahme am deutsch-französischen Jugendwerk angeregt », in : Tagesspiegel, 11 mai 1990.

33 Cf. Jochen Schuchardt, Gothaer Neue Zeitung, 5 février 1991.

34 Rapport d’activité 1990, p. 7.

35 Cf. Roland Kaehlbrandt, « L’unification allemande : un nouveau défi pour l’OFAJ », in : Henri Ménudier (éd.), L’Allemagne, de la division à l’unité, Asnières, 1991, p. 235-240.

36 Cf. Rapport d’activité DFJW 1990, p. 67.

37 Cf. Brigitte Mohr, « Niemand spricht deutsch. Pläne des Deutsch-Französischen Jugend-werks », FAZ, 12 décembre 1991.

38 « Erste Station ist Berlin. Deutsch-Französisches Jugendwerk auf Informationstour », Neue Zeit, 22 janvier 1991.

39 Jusqu’à la fin d’octobre 1991, sur les 250 programmes, 30 échanges universitaires avec des partenaires d’Allemagne de l’Est ont été réalisés grâce au soutien de l’OFAJ ; le 22 octobre 1991 le Centre national des œuvres universitaires et sociales (CNOUS) et le Deutsche Studentenwerk se sont mis d’accord sur un programme d’échanges et de formation comprenant 15 partenaires de l’Est, cependant dans le rapport d’activité de 1992, l’OFAJ s’est déclaré déçu par les résultats ; cf. OFAJ Actuel. Informations de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse n° 3, novembre 1991, p. 11 sq.

40 Cf. Catherine-Marie Degrace, « ,,Bonjour, la France!“ Jugendaustausch jetzt auch in den neuen Bundesländern », Berliner Zeitung, 22 janvier 1991.

41 Rapport d’activité 1989, p. 7.

42 Cf. « Das Deutsch-Französische Jugendwerk wird auch in den neuen Bundesländern wirksam. Informationsveranstaltung in Erfurt », Harz Kurier, 6 février 1991.

43 Rapport d’activité 1992, p. 7.

44 Cf. Jochen Schuchardt, Gothaer Neue Zeitung, 5 février 1991.

45 Cf. Sylvia Jahn, « Mehr Austausch mit den ostdeutschen Ländern. Kongress des deutsch-französischen Jugendwerks – Im Osten zu wenig Französisch-Lehrer », Badische Nachrichten, 8 décembre 1990.

46 En 2001-2002 41,8 % des lycéens à l’Est et 42,7 % à l’Ouest apprenaient le français ;
cf. -Marcus Reinfried, Arlette Kosch, « Sprachvermittlung in der Krise? Die Entwicklung des Französischunterrichts in Deutschland seit dem Élysée-Vertrag », in : Dokumente 59 (2003), p. 17-25, ici p. 19.

47 Rapport d’activité 1991, p. 8.

48 Cf. « Deutsch-deutsch-französische Fortbildungsprogramme: Gemeinsame Identitätssuche », in : Europäische Zeitung, juillet-août 1990.

49 Rapport d’activité 1992, p. 8.

50 Thomas Bleskin, « Interkulturelles Lernen für Europa », Neues Deutschland, 22 février 1992.

51 Karl Heinz Götze, Französische Affairen. Ansichten von Frankreich, Francfort/Main, 1995, p. 37.

52 Klaus J. Schwehn, « Der deutsch-französische Jugendaustausch – ein Modell für Europa », Der Tagesspiegel, 6 juillet 1991.

53 Rapport d’activité 1991, p. 9.

54 Dagmar Sinz, « Das Gespenst der Utopielosigkeit. Deutsch-französische Gespräche », Pariser Kurier, novembre 1990.

55 Hans Bartsch, « Geldnöte beim Jugendwerk. Bisher nur wenige junge DDR-Bürger in Frankreich », Stuttgarter Nachrichten, 5 juillet 1990.

56 Cf. Hans Bartsch, « Im bürokratischen Trott? Deutsch-französisches Jugendwerk -verschläft seine Chancen », Bremer Nachrichten, 5 juillet 1990.

57 Cf. Das DFJW. Neuer deutsch-französischer Dialog. Orientierungen 2000-2002, Paris, Bad Honnef, 1999, p. 10 sq.

58 Cf. Eberhard Nitschke, « Jugendwerk-Programme offen für DDR-Jugend », Die Welt, 19 décembre 1989.

59 Cf. Klaus J. Schwein, « Förderung für Jugend in neuen Ländern », Die Welt, 9 novembre 1990.

60 Cf. « Kulturaustausch Paris-Berlin », Neue Zeit, 9 avril 1991.

61 Cf. DFJW-Aktivitäten 2001, p. 31.

62 Cf. Reinfried, Kosch, « Sprachvermittlung in der Krise? Die Entwicklung des Französischunterrichts in Deutschland seit dem Élysée-Vertrag » (op. cit., note 46), p. 21.

63 « Für die DDR-Bürger war Frankreich ein Traumland », Märkische Allgemeine, 22 janvier 2003.

64 Kolboom, « Frankreich und die neuen Bundesländer. Verpasste Chancen nach der Wende » (op. cit., note 11), p. 47.

Auteur

Né en 1966, professeur d’études germaniques à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne ; chercheur associé à l’Institut historique allemand de Paris.

Chantal Philippe (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540