Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Première partie : L’Office franco-allemand pour la Jeunesse 1963-2008

Continuité, renouveau et impératif européen : l’OFAJ dans les années 1980

François Beilecke
Traduction de Danielle Laforge

Texte intégral

Politique et société  : panorama des années 1980

  • 1 Almut Hauenschild, « Frau Minister und der Dickschädel », Die Welt, 7 novembre 1979. On trouve des (...)
  • 2 Helmut Scheffel, « Ein engeres Netz », FAZ, 3 février 1981.
  • 3 Cf. à titre exemplaire Der Tagesspiegel, 18 avril 1981 ; Jean-Jacques Bozonnet, « Un outil de récon (...)
  • 4 Reinhard Wilke, « Turnusmäßiger Wechsel der Generalsekretäre. Interview », in : I JAB-Informationen(...)

1Par opposition aux années soixante-dix marquées par des crises et des tentatives de réforme, l’OFAJ entra fin 1979, avec la prise de fonction de Reinhard Wilke en qualité de nouveau secrétaire général, dans une phase plus stable de son évolution. Comme le démontrent les réactions de la presse depuis cette époque jusqu’à la fin des années 1980, la réorganisation de l’Office pour la Jeunesse, initiée par Pierre Gril, avait permis d’évacuer les doutes quant au bien-fondé de la création de cette organisation. C’est ainsi que, dès novembre 1979, le quotidien Die Welt entre autres saisit l’occasion de la fin du mandat de Pierre Gril pour saluer de manière élogieuse les six ans qu’il avait passés à la tête de l’Office. D’après le journal, il avait «  bien mérité  » la croix d’or de l’Ordre du Mérite fédéral1. De la même façon prédominèrent au cours de toute la décennie des articles qualifiant en règle générale l’OFAJ d’«  institution modèle  »2 comme support à long terme d’une entente franco-allemande durable3. Si, à partir de 1980, l’Office ne constitua plus une pierre d’achoppement dans les débats publics et internes, il dut en priorité cette évolution au fait que Wilke, comme il l’a souligné lui-même à la fin de son mandat, avait pu s’appuyer sur l’efficacité du travail de son prédécesseur qui avait réussi à renforcer le rôle de l’OFAJ en tant qu’«  institution autonome et intégrée  »4.

  • 5 D’après Antje Huber, à l’époque ministre fédérale de la Jeunesse, de la Famille et de la Santé et j (...)
  • 6 Déclaration de Jean-Pierre Soisson, à l’époque ministre de la Jeunesse, des Sports et du Temps libr (...)

2C’est une satisfaction analogue qu’exprimèrent fin 1979 les co-présidents du conseil d’administration de l’OFAJ en parlant d’une institution dorénavant bien établie et «  pratiquement sans problème, au sein de laquelle règne un climat harmonieux  »5 et en soulignant l’«  aisance avec laquelle s’effectue aujourd’hui la passation des pouvoirs au sommet de l’OFAJ, un Office pour la Jeunesse qui se veut lui-même jeune et plein de vitalité  »6.

  • 7 Schmidt et Giscard d’Estaing ont donné à la CE des impulsions décisives : introduction de l’électio (...)
  • 8 Cf. les chiffres in : Henri Ménudier, L’Office francoallemand pour la Jeunesse. Une contribution e (...)

3Ce qui a toutefois contribué à stabiliser l’OFAJ dans les années 1980, ce sont les conditions générales tant au niveau gouvernemental qu’au niveau des institutions officielles. C’est ainsi que le partenariat franco-allemand, tel que n’ont cessé de le cultiver Valéry Giscard d’Estaing et Helmut Schmidt de 1974 à 1981, fut encore consolidé. Le «  tandem  » franco-allemand qu’incarnaient les deux hommes d’état et qui misait sur une étroite coopération, notamment dans le domaine de la politique de détente menée au niveau international et dans celui de la politique européenne7, eut encore au début des années 1980 des répercussions positives sur l’évolution du budget de l’OFAJ qui, profitant de la contribution croissante des États, vit son budget passer de 25,5 millions de DM en 1978 à 33 millions de DM en 19818.

4De plus, à Paris, lors du 37e sommet franco-allemand, dans le cadre de la «  Déclaration culturelle commune  » qui liait notamment l’approfondissement et l’élargissement de l’entente franco-allemande à l’amélioration de la connaissance de la culture du pays voisin, le chancelier allemand et le président français contribuèrent largement à valoriser le rôle de l’OFAJ  :

  • 9 Déclaration culturelle commune, reproduite dans : Kimmel, Jardin, Die deutsch-französischen Beziehu (...)

Ils [Schmidt et Giscard] rendent hommage à l’œuvre accomplie par l’OFAJ qui est un instrument important de l’entente franco-allemande et appellent de leurs vœux l’extension de son champ d’action9.

  • 10 Gilbert Ziebura, Die deutschfranzösischen Beziehungen seit 1945. Mythen und Realitäten, Stuttgart, (...)
  • 11 Cf. ici la « Déclaration finale commune des orateurs » dans le cadre du 51e sommet franco-allemand (...)
  • 12 Cf. ibid., p. 28.
  • 13 Cf. Rapport d’activité 1989, p. 11.
  • 14 Voir le fac-similé du discours de Kohl au sujet de Rovan dans Frédéric Hartweg (éd.), Joseph Rovan, (...)

5La première rencontre entre Helmut Kohl et François Mitterrand le 2 octobre 1982 améliora encore cet environnement politique déjà très favorable au travail de l’OFAJ. Le début de l’ère Kohl-Mitterrand donna le «  coup d’envoi d’une intensification des rencontres et des consultations au plus haut niveau politique, phénomène peu répandu dans les relations entre deux États, et qui relégua dans l’ombre la pratique existante, déjà extraordinairement développée  »10. En dépit de sensibilités politiques divergentes, une relation étroite s’est établie entre le chancelier et le président, qui s’est traduite entre autres par de très nombreuses rencontres entre les deux hommes, par la création de nouvelles institutions bilatérales (par exemple le Conseil de sécurité et de défense franco-allemand, le Conseil de l’économie et des finances ainsi que le Haut-Conseil culturel)11 sans oublier des échanges économiques et commerciaux renforcés12. Pour l’OFAJ, cette intensification du partenariat franco-allemand entraîna une augmentation régulière de la contribution des gouvernements, si bien qu’en 1989 enfin le seuil des 40 millions de DM fut une nouvelle fois atteint, ce qui correspondait à l’enveloppe budgétaire de 1963, année de la création de l’OFAJ13. Cette évolution est d’autant plus remarquable que l’augmentation du budget a lieu dans un contexte de chômage qui, de part et d’autre du Rhin, croît dramatiquement depuis 1981, entraînant la baisse des ressources fiscales, ce qui prouve bien la volonté politique des deux gouvernements de soutenir l’OFAJ. La raison principale en est que le chancelier fédéral allemand se sentait personnellement impliqué dans le projet de rapprochement franco-allemand. Helmut Kohl était allé rechercher Joseph Rovan comme conseiller spécial pour la France, c’est-à-dire l’un des protagonistes les plus connus de la politique du rapprochement franco-allemand et l’un des défenseurs les plus résolus du projet de l’OFAJ, signalant par là son attachement historique à l’idée de la rencontre entre la jeunesse allemande et française14.

  • 15 Cf. à titre d’exemple Sabine von Oppeln, Die Linke im Kernenergiekonflikt. Deutschland und Frankrei (...)
  • 16 Cf. Hans Josef Legrand, « Die bundesrepublikanische Friedensbewegung 1979-1988. Entstehung, Verlauf (...)
  • 17 Lors de la 48e séance du conseil d’administration, la ministre fédérale Antje Huber fut amenée à pr (...)
  • 18 Voir à ce sujet infra, « Réformes structurelles et orientation européenne sous Daniel Groscolas 198 (...)
  • 19 Pour cerner le sujet, voir à propos des années 1980 : Jürgen Zimmermann, Jugendkultur 1940-1985, éd (...)

6En dépit de ces conditions positives génératrices de continuité au niveau des instances officielles et gouvernementales, l’OFAJ dut, au cours des années 1980, faire face dans ses tâches à de nouveaux défis, essentiellement liés à des modifications intervenues dans quatre domaines de son champ d’action politique et social. Si l’on adopte une perspective chronologique, il s’agit d’abord du phénomène des Nouveaux Mouvements Sociaux (Neue Soziale Bewegungen ou NSB) qui, à la fin des années 1970 et au début des années 1980, investit massivement la conscience collective, se manifestant en priorité dans le domaine de la contestation antinucléaire en Allemagne et en France15, et des mouvements pour la paix en République fédérale (contestation de la double décision de l’OTAN autorisant le stationnement d’euromissiles nucléaires à moyenne portée avec délai minimal de pré-alerte)16. Tandis que l’inquiétude des milieux politiques français et d’une grande partie de l’opinion publique, suscitée par une éventuelle «  dérive  » à l’est d’une République fédérale pacifiste, alimentaient les discussions y compris au sein du conseil d’administration de l’OFAJ17, l’OFAJ et ses partenaires furent amenés, à partir du milieu des années 1980 surtout, à promouvoir de nouveaux thèmes et de nouveaux programmes capables d’enrayer d’éventuels malentendus franco-allemands, par exemple dans le domaine de l’écologie18. En second lieu, il a fallu tenir compte, toujours dans les années 1980, du changement global intervenu dans le domaine culturel de la jeunesse en Europe occidentale19. C’est ainsi que vingt ans après sa création, l’OFAJ a dû prendre conscience du fait que la jeunesse des années 1980 avait considérablement évolué dans la perception qu’elle avait d’elle-même  :

  • 20 Ibid., p. 328.

Les jeunes [de cette époque] sont des éléments constitutifs des «  pressure groups  » les plus influents quand il s’agit d’accentuer la pression sociale dans les domaines suivants  : individualisation du mode de vie et de la consommation, augmentation de la participation politique ou politisation du quotidien, extension du concept de travail au-delà du périmètre formel du travail, recours à de nouveaux media, élargissement du concept de culture au-delà de la tradition culturelle classique (par exemple en ce qui concerne la musique), etc…20.

  • 21 Pour les chiffres, voir Bettina Isengard, « Jugendarbeitslosigkeit in der Europäischen Union und in (...)
  • 22 À propos d’Erasmus (European Community Action Scheme for the Mobility of University Students) et de (...)

7Parallèlement à ce processus d’accession à l’autonomie politique et culturelle de la jeunesse, devenue un acteur social incontournable, le troisième facteur concerne l’impact de la croissance du chômage des jeunes sur les activités de l’OFAJ. Les répercussions du deuxième choc pétrolier (1979), de même que la politique d’inspiration néo-libérale menée en Allemagne depuis le début des années 1980 et aussi en France à partir de la première cohabitation (1986-1988) aboutirent à un dramatique accroissement du nombre des chômeurs, notamment en France où le chômage des jeunes franchit des limites encore jamais atteintes (25,8  % des moins de 25 ans en 1985 contre 9,8  % seulement en Allemagne la même année)21. Et quatrièmement, enfin, à partir du milieu des années 1980, l’OFAJ se vit confronté aux conséquences d’un nouveau pas franchi par l’intégration européenne, étape qu’avait d’ailleurs préparée le bon fonctionnement de la coopération franco-allemande, à savoir l’élargissement vers les pays méditerranéens de la CE avec l’entrée de l’Espagne et du Portugal, ce qui conduisit à la signature de l’Acte unique européen en 1986, visant à parachever le marché unique, ainsi qu’aux programmes de mobilité européenne créés en 1987 (entre autres YES pour les échanges d’apprentis et les programmes de coopération universitaire tels qu’Erasmus et Comett)22. En tant qu’organisation bilatérale à vocation européenne, l’OFAJ dut alors se poser la question de savoir dans quelle mesure il pouvait apporter une contribution originale à ce type d’initiatives européennes.

  • 23 Ces rapports d’orientation qui remplissaient une fonction d’agenda-setting pour la première des deu (...)

8En conséquence de quoi, au cours des années 1980, l’Office pour la Jeunesse et ses partenaires se retrouvèrent devant la tâche ardue de satisfaire aux exigences d’une multitude d’évolutions nouvelles tout en pratiquant leur politique de soutien et tout en restant dans la ligne de la coopération franco-allemande. Étant donné que, depuis l’introduction des rapports d’orientation annuels, les secrétaires généraux s’étaient vu attribuer un rôle déterminant dans le choix des thèmes appelés à servir de base aux prises de décisions23 du conseil d’administration, on présentera ici, en analysant les mandats de Reinhard Wilke (novembre 1979-décembre 1983) et de Daniel Groscolas (janvier 1984-décembre 1989), l’évolution des programmes des activités de l’OFAJ.

9Cette étude s’appuiera essentiellement sur les procès-verbaux du conseil d’administration des années 1979 à 1989 et aura pour objectifs de déterminer dans quelle mesure les changements intervenus dans l’environnement politique et social ont marqué de leur empreinte à la fois l’évolution institutionnelle de l’OFAJ et l’offre des programmes de soutien ainsi que de désigner les acteurs influents de ces nouvelles évolutions.

Instaurer le principe du dialogue et responsabiliser les partenaires  : les nouvelles orientations du mandat de Reinhard Wilke (1979-1983)

  • 24 Pour une présentation détaillée des modifications intervenues durant le mandat de Pierre Gril, voir (...)
  • 25 Cf. l’entretien avec Pierre Gril in : « Wachwechsel im Jugendwerk. Ernennung neuer Generalsekretäre (...)

10Lorsque Reinhard Wilke entama son nouveau mandat de secrétaire général de l’OFAJ le 9 novembre 1979, lui-même et son suppléant Bernard Lallement disposaient de bien meilleures conditions de travail que leurs prédécesseurs Pierre Gril et Wolfgang Linckelmann en 1973. Au cours de ses six ans de mandat, Gril avait doté l’OFAJ d’une structure administrative aux rouages bien huilés. Par ailleurs, il avait initié avec les organisations partenaires des mesures concrètes visant à améliorer la qualité des rencontres de jeunes subventionnées par l’OFAJ24. D’une part, la formation des professeurs de langue et la coopération avec des «  multiplicateurs  » (notamment de jeunes enseignants, des syndicalistes, des économistes, des journalistes, des représentants de diverses organisations pour la jeunesse, des responsables sportifs, des artistes) furent mieux intégrées dans la mise au point des programmes. D’autre part, Gril s’efforça de démocratiser les programmes d’échanges et il est avéré qu’à la fin de son mandat, 60  % environ des jeunes de plus de 16 ans qui avaient participé à des sessions d’échanges étaient de jeunes professionnels et des apprentis25.

  • 26 Pariser Kurier, 1-15 novembre 1979, p. 9.
  • 27 Op. cit.
  • 28 Wilke fut, entre autres, conseiller personnel du secrétaire d’État de l’époque, Horst Ehmke, et pri (...)
  • 29 Rapport d’orientation 1980, op. cit., p. 23 (mis en relief dans le texte original).
  • 30 Rapport d’orientation 1981, annexe au point 7 de la 48e session du conseil d’administration des 29 (...)
  • 31 Ibid., p. 4.
  • 32 Cf. Dietrich Thränhardt, Geschichte der Bundesrepublik Deutschland 1949-1990, Francfort/Main, 1996, (...)
  • 33 Rapport d’orientation 1981, op. cit., p. 2.
  • 34 Kimmel, Jardin, Die deutschfranzösischen Beziehungen (op. cit., note 7), p. 25.
  • 35 Rapport d’orientation 1981, op. cit., p. 4.
  • 36 Ibid., p. 5.
  • 37 Ibid.

11À l’adresse de son successeur, il recommanda de veiller avant tout à «  s’informer toujours davantage sur le pays voisin ainsi que de renforcer la coopération franco-allemande sur le terrain de la jeunesse et des arts  »26. De même, il fallait poursuivre le développement de la phase entamée en 1975 «  en vue d’une ouverture vers d’autres pays européens  » (les programmes dits des pays tiers) ainsi que le «  maintien et le soutien des cours de langue française et allemande  »27. En conséquence de quoi, lorsque Wilke, né en 1929, chef de division au ministère, tout d’abord juge au tribunal administratif et proche collaborateur de Willy Brandt de 1970 à 1976, puis chef de service au ministère fédéral de la Jeunesse, de la Famille et de la Santé de 1976 à 1979,28 reprit le poste en 1979, il en trouva le contenu déjà relativement bien structuré grâce au travail préalable de Gril. C’est cette volonté de continuité que reflète le premier rapport d’orientation rédigé sous la responsabilité de Wilke. Le principal souci du nouveau secrétaire général concernait le problème expressément soulevé par Gril, à savoir «  de quelle façon l’exigence d’une coopération permanente entre les partenaires, telle qu’elle s’est développée notamment dans le cadre des jumelages de communes, d’écoles et d’universités, était-elle en mesure de s’articuler avec le rôle de décideur de l’Office pour la Jeunesse et la priorité donnée au soutien de nouveaux partenaires  ?  »29. En conséquence, par le recours aux mots clés «  dialogue avec les partenaires »30 et «  auto-responsabilisation des partenaires  »31, Wilke a développé sa conception d’une politique de l’OFAJ orientée vers la coopération et l’échange des contenus et de ce fait appelée à refonder sur de nouvelles bases la coopération entre l’Office pour la Jeunesse et les organisations partenaires qu’il soutient. Que ce «  contact étroit […] n’ait pas le contrôle pour objectif, mais l’incitation et l’aide réciproques  » fait référence à l’adhésion de Wilke aux idées politiques majeures de l’ère Willy Brandt qui, sous la bannière «  oser plus de démocratie  », débouchaient prioritairement sur une plus grande participation des initiatives de citoyens et d’associations aux processus politiques de prise de décisions32. Cette ouverture d’esprit face aux exigences des acteurs de la société civile qui faisait partie du programme de Wilke et qui constituait également une réaction aux Nouveaux Mouvements Sociaux en formation, Wilke voulait qu’elle soit considérée comme la mise en œuvre d’une politique franco-allemande pour la jeunesse qui avait commencé de s’appuyer sur la «  reconnaissance de l’importance sociale des associations et des fédérations s’exprimant à travers un travail de partenariat avec l’État  »33. Parallèlement à cette référence à la politique gouvernementale de la jeunesse, le nouveau secrétaire général tenait à enraciner sa propre conception dans le terreau de la politique de «  concertation franco-allemande  »34 pour les questions européennes et internationales menée par le président Giscard d’Estaing et le chancelier fédéral Helmut Schmidt. Ainsi, en se réclamant de ce modèle politique d’une entente franco-allemande active, Wilke fondait en droit sa proposition d’instaurer une intensification et un élargissement des échanges entre le secrétaire général et tous les partenaires de l’OFAJ sur la question de la planification des programmes. Pour les programmes-types élaborés dans le cadre de cette procédure de dialogue, des montants devaient être fixés par une planification préalable et les partenaires pouvaient en disposer librement dans le respect des directives de l’Office pour la Jeunesse. En conséquence, l’initiative de Wilke avait pour objectif d’accorder aux collectivités de la société civile, par le biais de la responsabilisation et de l’autonomie, un droit de regard plus important sur la mise en œuvre, l’élaboration et le contenu des programmes de rencontres et d’échanges. Ainsi, l’Office pour la Jeunesse devait échapper au danger d’«  administrer la pédagogie de manière bureaucratique  »35. En revanche, la chance lui était donnée de «  satisfaire mieux que par le passé à ses devoirs de conseiller, de médiateur et de moteur  »36 tout en mettant «  les idées et les besoins des divers bénéficiaires et des divers groupes  »37 au service de l’amélioration de la qualité des programmes.

  • 38 Voir à ce sujet la contribution de Hans Manfred Bock, « Les racines de l’OFAJ dans la société civil (...)

12Si nous projetons sur cet arrière-plan la composition du conseil d’administration sous le mandat de Wilke (voir tableau 1), nous constatons que ce dernier pouvait escompter pour sa politique appui et soutien des représentants de la société civile. D’une part y était représenté tout un éventail d’organisations, allemandes essentiellement, qui pour des raisons politiques et des options philosophiques étaient proches des positions de Wilke, notamment les Jeunes Socialistes du SPD, la jeunesse socialiste allemande Die Falken, la Jeunesse solidaire allemande, de même que le DGB. D’autre part, étaient présents au sein du conseil d’administration divers acteurs qui, depuis la création de l’OFAJ, avaient émis des réserves38 quant à l’orientation exclusivement franco-allemande de l’Office et qui avaient sans cesse plaidé en faveur d’une ouverture de la politique de soutien de l’OFAJ à d’autres pays européens. C’était le cas par exemple de l’Arbeitsgemeinschaft der Evangelischen Jugend et de la Deutsche Pfadfinderschaft Sankt Georg, également représentés au sein du très européen Deutscher Bundesjugendring. Des organismes comme le Centre d’échanges internationaux, organisateur depuis sa création en 1947 et jusqu’à aujourd’hui de voyages linguistiques et d’échanges interprofessionnels pour jeunes Européens, ou encore la vaste association des Guides de France organisée depuis 1923 en un réseau mondial (mouvement scout catholique pour jeunes filles et jeunes femmes) se montraient eux aussi favorables à l’initiative européenne de Wilke.

  • 39 Les représentants administratifs issus du monde politique et siégeant au conseil d’administration d (...)

Tableau 1  : Les organisations de la société civile représentées au conseil d’administration de 1980 à 198339

Personnalités et organisations de la société civile

Années

Arbeitsgemeinschaft der Evangelischen Jugend

1980-1983

(Arbeitskreis Deutscher Bildungsstätten)

1980-1983

Bundesvereinigung der Deutschen Arbeitgeberverbände

1980-1983

(Centre de coopération culturelle et sociale)

1980-1983

Centre d’échanges internationaux

1980-1983

(Centre départemental d’échanges internationaux du Nord)

1980-1983

Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active

1980-1983

Chambre d’agriculture de Strasbourg

1980-1983

(Chambre de commerce de Strasbourg)

1980-1983

(Comité national olympique et sportif français)

1980-1983

(Deutsche Jungdemokraten)

1980-1982

(Deutsche Pfadfinderschaft Sankt Georg)

1980-1983

Deutsche Sportjugend

1980-1983

Deutscher Akademischer Austauschdienst

1980-1983

Deutscher Gewerkschaftsbund

1980-1983

École des parents et des éducateurs Paris

1980-1983

(Fédération nationale des centres d’information
et de vulgarisation ménager-agricole)

1980-1983

Fédération de l’Éducation nationale

1980-1983

Fédération sportive et culturelle de France

1980-1983

Guides de France

1980-1981

Jungsozialisten in der SPD

1980-1983

(Juniorenkreis der Deutschen Wirtschaft)

1980-1983

(Ligue française de l’Enseignement)

1980-1983

Prof. Dr. Werner Spies

1980-1983

(Solidaritätsjugend Deutschlands)

1980-1983

Sozialistische Jugend Deutschlands Die Falken

1980-1983

(Union française des centres de vacances et de loisirs)

1980-1981

Université de Haute Bretagne (Section d’Allemand)

1980-1983

(Université de Strasbourg III)

1980-1983

13Le plaidoyer de Wilke en faveur d’un resserrement des liens entre l’OFAJ et ses partenaires fut suivi par toute une série de propositions concrètes concernant l’évolution des programmes de l’Office, qui témoignent de la volonté du nouveau secrétaire général de s’inscrire dans le droit fil de la politique de son prédécesseur. Pour ce qui concerne la politique de soutien de l’OFAJ, il inscrivit sur l’agenda du conseil d’administration une nouvelle conception des échanges scolaires, la poursuite de l’action en faveur des jeunes actifs et des apprentis, une stimulation accrue des programmes de formation d’animateurs et de collaborateurs, l’aide à la recherche pédagogique, l’introduction de programmes individuels, l’intensification de programmes linguistiques extrascolaires, l’amélioration de la communication de l’OFAJ ainsi qu’un soutien supplémentaire aux programmes avec les pays tiers.

  • 40 Procès-verbal de la 48e session du conseil d’administration des 16 et 17 juin à Paris, p. 1.
  • 41 Ibid., p. 10 sq.
  • 42 Pour la liste complète, voir point 3 : Aus- und Weiterbildung der Verantwortlichen und Gruppenleite (...)
  • 43 Rapport d’orientation 1984, annexe au point 5 de la 54e session du conseil d’administration des 15 (...)
  • 44 Ibid.
  • 45 Cf. procès-verbal de la 50e session du conseil d’administration des 13 et 14 avril 1981 au Mont-Sai (...)
  • 46 Cf. Textes de travail de l’OFAJ n° 8 : L’OFAJ et les explorations interculturelles : des recherches (...)
  • 47 Point 4, rapport de la commission de la recherche, in : annexe à la 50e session du conseil d’admini (...)
  • 48 Procès-verbal de la 50e session du conseil d’administration, ibid., p. 8.
  • 49 Point 4, rapport de la commission de la recherche, ibid., p. 4.
  • 50 Rapport d’orientation 1983, annexe au point 3 de la 52e session du conseil d’administration des 6 e (...)
  • 51 Ibid., p. 2.
  • 52 Cf. ibid., p. 3 sq.

14Si l’on considère l’évolution de l’OFAJ dans les années 1980-1983 à la lumière de ces propositions, tant dans leurs principes que dans leur réalisation concrète, il apparaît immédiatement que le projet de Wilke visant à une plus grande responsabilisation des partenaires a rencontré l’assentiment général. Dès 1980, lors de la 48e session du conseil d’administration (16 et 17 juin 1980), le ministre de l’époque, Jean-Pierre Soisson, a exprimé sa totale adhésion à l’orientation donnée par le secrétaire général vers «  une plus grande flexibilité de l’administration et une responsabilité plus marquée des acteurs  »40. Au cours des discussions relatives au rapport d’orientation de 1981, le conseil d’administration s’est prononcé, au terme d’un débat rapide, en faveur d’une décision d’attribution simplifiée. À partir de ce moment-là, les grandes fédérations nationales obtinrent le droit de décider seules de la recevabilité des demandes, alors que, d’après l’ancienne réglementation, elles étaient tenues de centraliser toutes les demandes de leurs groupements locaux pour les envoyer ensuite à l’OFAJ qui décidait au coup par coup41. C’est ainsi que, grâce à ce gain d’autonomie et de liberté pour les partenaires de l’Office, un processus engagé dans les années 1970 visant à une amélioration des relations institutionnelles entre l’OFAJ et ses organisations partenaires se trouvait heureusement mis en pratique. Ce succès n’était pas de nature exclusivement technique et ne se limitait pas à la seule rationalisation de la décision d’attribution  : on en veut pour preuve la séance du conseil d’administration des 13 et 14 avril 1981 au Mont-Saint-Michel au cours de laquelle Wilke présenta un rapport circonstancié au conseil d’administration relatif à la formation initiale et permanente des responsables et animateurs de groupes des échanges franco-allemands. Ce rapport contenait les résultats d’un sondage effectué auprès d’importantes organisations partenaires françaises et allemandes. Il s’appuyait sur les réponses de 16 organisations qui, dans ce domaine, avaient mis des programmes sur pied et se déclaraient prêtes à présenter le détail des contenus, méthodes et objectifs de leur plan de formation. En faisaient partie l’organisation allemande Arbeiter-wohlfahrt, des organisations de jeunesse proches de l’Église telles que la Arbeitsgemeinschaft der Evangelischen Jugend (AEJ), l’Union chrétienne de jeunes gens, la Gesellschaft für übernationale Zusammenarbeit, des associations pour la formation et l’éducation telles que le Centre d’entraînement aux méthodes d’éducation active et la Ligue française de l’Enseignement, les syndicats français CFTC, CGT et Force ouvrière, les organisations de scouts, entre autres la Deutsche Pfadfinderschaft St. Georg et les Éclaireurs de France42. La façon de procéder suffit à elle seule à prouver que la proposition de Wilke d’accorder aux partenaires de l’OFAJ un vrai droit de regard sur le contenu des nouveaux programmes de rencontre, leur mise au point et leur évolution était devenue une réalité. Mais il est bien plus significatif encore de constater que, dans les réponses, parfois très détaillées, de certaines organisations, de nombreux points ont été abordés qui ont permis au conseil d’administration de prendre conscience du changement intervenu dans la vie quotidienne et la vie culturelle de la jeunesse. L’essentiel du message était aux yeux de Wilke qu’un nombre croissant de jeunes Français et Allemands, ayant pris part au début des années 1980 à des programmes d’échange, avaient «  de moins en moins de centres d’intérêt, d’interrogations et de problèmes “spécifiques à la jeunesse”  » et qu’ils ressentaient très tôt «  la montée en puissance de la pression imposée par l’esprit de compétition qui est le trait dominant de la société industrielle moderne  »43. À ces jeunes, participer à des programmes de rencontres franco-allemandes et internationales offrait avant tout une possibilité de travailler «  sur leur propre identité  » et «  sur le développement de leur personnalité, et ce aussi hors du cadre de la famille, de l’école et de la formation professionnelle  »44. Ce sont ces conclusions qui amenèrent le conseil d’administration à placer ces problèmes évoqués dans le «  Rapport sur la formation initiale et permanente des responsables et des animateurs dans les échanges franco-allemands  » au centre de la recherche pédagogique45. Les observations présentées par les organisations partenaires au conseil d’administration eurent nécessairement pour conséquence un renforcement du processus entamé avec la réforme des structures en 1973. Il avait été prévu que, dès sa création et dans le cadre d’une requalification des rencontres franco-allemandes, le bureau IV «  formation et recherche en didactique  », dont la tâche était de promouvoir la mise en place de programmes de formation pour les animateurs, devrait aussi inscrire ces programmes dans une dimension de recherche46. Afin de mieux coordonner le nombre croissant de programmes accueillant des chercheurs, une commission de recherche a été instituée en 1976 qui, avec la participation de représentants des deux ministères de la Jeunesse, avait pour objectif de formuler des recommandations à l’attention du conseil d’administration. Finalement, au début des années 1980, deux facteurs se conjuguèrent pour dynamiser durablement le domaine de la recherche pédagogique. D’une part, le conseil d’administration reconnut grâce au rapport des organisations partenaires indépendantes − qui du reste étaient elles-mêmes membres permanents du conseil d’administration comme par exemple l’AEJ, la Deutsche Pfadfinderschaft Sankt Georg, le CEMEA ou encore les Guides de France − la nécessité de donner une impulsion nouvelle aux échanges franco-allemands tels qu’ils étaient pratiqués sur le terrain par le biais d’une meilleure approche scientifique de la nouvelle culture de la jeunesse. D’autre part, la commission de la recherche présenta à son tour en avril 1981 un rapport47 d’où il ressortait que la mise en œuvre de programmes d’échanges pour la jeunesse permettait de développer des outils et des concepts pédagogiques. C’est au premier chef le «  lien constaté entre “l’animation culturelle” et la “recherche de l’identité”  »48 ainsi que l’annonce d’autres projets laissant augurer d’une «  rencontre culturelle effective  »49 entre jeunes Allemands et Français qui convainquirent le conseil d’administration qu’une recherche qui serait franchement orientée vers des applications pratiques et vers l’innovation pourrait considérablement améliorer la qualité des programmes de rencontres promus par l’OFAJ. Dès son deuxième rapport d’orientation, Wilke a fait mention de l’élan né de la conjugaison de ces deux facteurs en soulignant par exemple que «  les impulsions données au travail pédagogique grâce aux recherches menées sur la paix et les conflits […] ont fécondé l’animation des programmes et de leurs objectifs  »50. Évoquant des manifestations «  dont on n’aurait pas dit au départ − conçues qu’elles étaient comme des rencontres franco-allemandes de routine, dans le droit-fil d’une amitié superficielle de commande − qu’elles se mueraient au final en une approche patiente de la réalité du pays voisin  »51, il cite cinq exemples de réussite avérée  : le premier concernait deux colloques traitant des concepts de la formation politique et de l’«  éducation populaire  », organisés par des fédérations allemandes et françaises œuvrant dans les secteurs jeunesse et formation des adultes. Il s’agissait en second lieu d’un colloque mis sur pied par la fédération Léo Lagrange, en collaboration avec des experts et des représentants des gouvernements et des fédérations, sur le thème de la transition milieu scolaire / milieu professionnel et de la lutte contre le chômage des jeunes. Le troisième exemple était celui d’une documentation établie par un groupe de travail visant à alléger la charge pédagogique des communes partenaires lors d’échanges franco-allemands à destination des jeunes. Le quatrième point était l’annonce de la mise en place d’un groupe de travail chargé de réfléchir aussi, lors du remaniement des directives en vigueur pour les échanges scolaires, à l’intégration des méthodes de travail extrascolaires dans la conception de ces échanges. Enfin, le cinquième exemple concernait la création d’un groupe de travail, réunissant des représentants d’organisations sportives et de fédérations pour la jeunesse, chargé d’élaborer des modèles de contenus pour des rencontres franco-allemandes incluant des activités sportives52.

  • 53 Cf. OFAJ – bureau IV, « Recueil de textes d’un intérêt général pour les rencontres bi- ou plurinati (...)
  • 54 Cf. Bernard Lallement, Reinhard Wilke, Briefe des DFJW, mars 1981, n° 2, p. 1.
  • 55 Rapport d’orientation 1983, op. cit., p. 4.
  • 56 Rapport d’orientation 1984, op. cit., p. 14.
  • 57 Voir l’organigramme in : Henri Ménudier, Das DeutschFranzösische Jugendwerk. Ein exemplarischer Be (...)

15De plus, l’occurrence massive dans ce contexte de concepts tels que «  rencontre culturelle  », «  identité culturelle  » et «  communication interculturelle  »53 a attiré l’attention du conseil d’administration sur ce phénomène de l’accroissement de la demande en matière de programmes d’échanges consacrés au domaine artistique. Wilke, qui dans son premier rapport d’orientation n’avait pas encore pris en compte la question des programmes culturels, s’est donc vu dans l’obligation de souligner l’importance des activités culturelles dans le cadre des échanges54 à l’issue de la déclaration sur la culture promulguée par le sommet franco-allemand des 5 et 6 février 1981. C’est ainsi que le rapport d’orientation de l’année 1983 présenta officiellement «  l’ouverture de l’ensemble des échanges à plus de rencontres culturelles  » comme une innovation importante du travail de fond de l’OFAJ. À partir de ce moment-là, des programmes tels que le théâtre ouvrier amateur, les ateliers de pantomime, les ateliers photos, les ensembles de jazz franco-allemands, la musique chorale, etc. furent considérés comme partie intégrante d’un champ d’expérimentation pour de nouvelles activités de rencontres susceptible d’englober «  dans la réflexion franco-allemande toutes les tentatives, tous les media et toutes les formes d’échanges culturels  »55. Face à l’augmentation constatée dans ce domaine des aspirations artistiques des jeunes et de l’importance croissante que revêtaient des organisations à vocation culturelle et artistique lors de manifestations régionales, nationales et internationales (notamment lors de festivals à caractère culturel), l’OFAJ ne resta pas inactif. Début 1983, l’Office donna le coup d’envoi à une coopération entre la Bundesvereinigung Kulturelle Jugendbildung (BKJ) et l’Union nationale des associations à vocation artistique et culturelle (UNAVAC), afin de «  dynamiser les échanges franco-allemands dans tous les domaines de l’expression artistique  »56. On veut pour preuves de la réussite de cette initiative la nomination au conseil d’administration d’un représentant du BKJ en 1984 et d’un représentant de l’UNAVAC en 1987, ainsi que la décision prise en 1990, dans le cadre d’une restructuration interne de l’OFAJ, de charger officiellement le bureau III de la gestion des échanges d’organismes à vocation artistique et culturelle57.

  • 58 Rapport d’orientation 1981, op. cit., p. 9.
  • 59 De nombreuses entreprises n’étaient pas prêtes dans un premier temps à autoriser leurs -jeunes coll (...)
  • 60 Procès-verbal de la 52e session du conseil d’administration des 6 et 7 mai 1982 à Paris, p. 11.
  • 61 Une coopération renforcée avec les établissements d’enseignement professionnel, une implication plu (...)
  • 62 Rapport d’orientation 1984, op. cit., p. 8.
  • 63 Ibid., p. 10.
  • 64 Des étudiants germanistes français recevaient une bourse de l’OFAJ qui leur permettait de réaliser (...)
  • 65 Cf. à ce propos Meyer-Kalkus, Die akademische Mobilität (op. cit., note 22), p. 131-141.

16Ainsi se profile au sein de l’OFAJ une capacité d’adaptation à un nouvel environnement politique et socioculturel, mais il faut bien se garder d’imaginer que l’inflexion donnée par Wilke en faveur d’une relation de dialogue entre l’Office et les acteurs des échanges franco-allemands – et on en veut pour preuve l’analyse des procès-verbaux du conseil d’administration − fut considérée comme la panacée susceptible de régler tous les problèmes auxquels le conseil d’administration se trouva confronté au cours des années 1980-1983. Un exemple significatif nous est fourni par le développement du soutien au secteur «  professionnels et apprentis  », demandé sans cesse depuis les années 1970 par le conseil d’administration. Dès son premier rapport d’orientation, Wilke réclama lui aussi un effort accru en faveur d’une augmentation dans les échanges du nombre de jeunes actifs issus du milieu industriel58. Comme le prouvent les procès-verbaux des sessions du conseil d’administration et les rapports d’orientation des années 1981-1983, les progrès réalisés dans ce domaine sont en général restés en deçà des attentes. Outre le problème du manque de reconnaissance de ce type de programmes par le patronat59, ce que Wilke critiqua au premier chef lors de la 52e session du conseil d’administration, ce fut le faible engagement des fédérations de mouvements de jeunesse et des jumelages de communes pour l’élaboration d’activités de rencontres entre jeunes actifs ou apprentis et il invita les acteurs en question à «  impliquer dans les procédures d’échange plus de jeunes actifs que ce n’était le cas jusqu’à présent  »60. Dans ce domaine, et en dépit de diverses propositions61, les difficultés n’ont pu être aplanies durant le mandat de Wilke comme en témoigne son appel aux responsables des échanges dans le rapport d’orientation de 1984  : selon lui, l’objectif principal devait impérativement être d’«  éliminer les obstacles qui empêchent les jeunes actifs de participer aux rencontres franco-allemandes, étant donné que, dans le cas contraire, tous les efforts pour les inclure dans un échange seraient condamnés à l’échec  »62. En revanche, les propositions faites depuis 1981 par les ministres français et allemand de la Jeunesse en faveur de programmes destinés aux jeunes chômeurs connurent plus de succès. Dans son dernier rapport d’orientation, Wilke fait état de 29 et de 20 programmes respectivement mis sur pied par des acteurs allemands et français qui auraient ainsi offert à un total de 1541 participants l’opportunité «  d’améliorer leur insertion dans un processus de formation et un parcours professionnel  »63. Il convient cependant de noter que ce nouveau domaine auquel l’OFAJ apportait son soutien était favorisé par le fait qu’il s’agissait de programmes de rencontre de courte durée s’adressant à des chômeurs qui bénéficiaient déjà de mesures nationales, c’est-à-dire la plupart du temps de mesures instaurées par les agences nationales pour l’emploi. En conséquence de quoi, les acteurs indépendants des échanges franco-allemands n’étaient que peu impliqués dans l’organisation de ces actions. La question du programme pour les germanistes64 créé en 1967 et réalisé par le DAAD ne trouva pas elle non plus de réponse satisfaisante sous le mandat de Wilke. Depuis qu’en 1978-1979 le ministère fédéral de l’éducation et des Sciences avait décidé d’assumer les charges financières liées au programme pour les romanistes afin de soulager l’OFAJ, de nombreux membres du conseil d’administration ne cessaient d’insister pour détacher également du budget de l’Office le financement du programme pour les germanistes. La méthode de Wilke fondée sur le dialogue fut, sur ce sujet qui suscita parfois de vives controverses, mise en échec par le manque de volonté politique des ministres concernés de passer outre les obstacles administratifs. Mise à part une diminution des moyens consacrés à ces bourses en 1981, il fallut attendre 1985 et le mandat de Daniel Groscolas pour qu’une décision du conseil d’administration amène progressivement le ministère français des Affaires étrangères à prendre en charge le programme pour les germanistes65.

  • 66 Rapport d’orientation 1980, op. cit., p. 15. Cf. également Rapport d’orientation 1982, annexe au po (...)
  • 67 Procès-verbal de la 51e session du conseil d’administration des 17 et 18 novembre à Rhöndorf, p. 6.
  • 68 Pour plus de détails quant aux règlements concernant les pays tiers, voir la contribution de Carla (...)

17Wilke fut confronté à ces mêmes difficultés de négociation lorsqu’il proposa une aide plus substantielle aux programmes concernant les pays tiers. Durant tout son mandat, Wilke ne cessa de répéter qu’il était convaincu que «  dans le domaine d’une politique internationale de la Jeunesse […] on devait tirer tout le parti possible de l’exemple franco-allemand par une mise en commun des expériences d’apprentissage interculturel binational  »66. La valorisation de la dimension européenne de la politique de soutien de l’OFAJ souhaitée par Wilke et par de nombreuses fédérations, et à travers laquelle les succès enregistrés par l’Office en matière de bon fonctionnement binational devaient servir de modèle à d’autres pays, ne rencontra cependant pas d’écho favorable, du moins dans un premier temps, notamment auprès des instances gouvernementales. Les propositions que Wilke avait formulées dès 1980 en vue d’une «  ouverture des programmes en direction de la jeunesse des pays candidats à l’entrée dans la Communauté européenne  » et aussi en faveur d’un «  soutien à apporter à des programmes trilatéraux dans un pays tiers de la Communauté européenne  »67 furent certes soutenus par le conseil d’administration, néanmoins il n’y eut durant un certain temps aucune concertation en ce sens entre les deux ministères des Affaires étrangères qui étaient pourtant eux-mêmes membres du conseil d’administration. Ce n’est qu’en mai 1982, après que le président Mitterrand et le chancelier fédéral Kohl eurent déclaré leur volonté commune «  d’augmenter le poids de l’Europe dans le monde  » et d’œuvrer en faveur d’un «  renforcement de la solidarité et d’un élargissement  » de la Communauté européenne, que les conditions pour un amendement des règlements concernant les pays tiers furent globalement réunies, telles qu’elles sont consignées dans l’annexe 6 des directives. Lors de la 53e session du conseil d’administration, les deux représentants des ministres des Affaires étrangères déclarèrent que les modifications initiées par Wilke étaient adoptées, dans le respect de la règle des 5  %68. Désormais, la voie était libre pour la participation de jeunes Portugais et Espagnols, mais pas pour de jeunes Polonais comme l’ont constaté avec regret des représentants des fédérations allemandes et françaises.

  • 69 Cf. à ce sujet Ménudier, L’Office francoallemand pour la Jeunesse (op. cit., note 8), p. 70 sq.

18Cependant, c’est surtout la dernière année du mandat de Wilke qui fut marquée par des conditions résultant, au plan gouvernemental, des débuts de l’ère Mitterrand-Kohl. Le nouveau co-président du conseil d’administration de l’OFAJ, Heiner Geißler, imposa sans détour à l’Office une tâche de consolidation du partenariat franco-allemand, souhaitée par le nouveau gouvernement allemand. Il rebondissait ainsi sur le déséquilibre constaté par Wilke dès le début de son mandat entre le degré de notoriété de l’OFAJ en France et en Allemagne. La réforme des structures de 1974, qui avait transféré le siège principal de l’OFAJ ainsi que tous les services à Rhöndorf, avait du même coup marginalisé le rôle administratif du bureau de l’OFAJ de Paris. Outre le malaise que la concentration en Allemagne de toute l’activité administrative suscitait auprès de certains Français69, cette répartition des tâches avait une répercussion négative sur l’impact de l’OFAJ dans la conscience collective française. C’est la raison pour laquelle des critiques se firent entendre lors du bilan que Geißler présenta à la 55e session du conseil d’administration au sujet du travail d’information réalisé jusqu’alors. C’est en ces termes qu’il justifie la décision des gouvernements allemand et français de demander au futur secrétaire général quelles seraient ses propositions pour une nouvelle restructuration de l’Office pour la Jeunesse  :

  • 70 Procès-verbal de la 55e session du conseil d’administration du 23 novembre 1983 à Rhöndorf, p. 5.

La restructuration devrait tenir compte du fait que l’OFAJ n’est pas suffisamment connu du grand public français, que les organisations françaises n’ont pas dans leur propre pays d’interlocuteur investi des compétences nécessaires et que les méthodes de travail voire les modes de pensée sont trop influencés par le pays où sont implantées ces structures70.

  • 71 Cf. à ce propos les détails donnés par Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse (op. cit (...)

19Le traité du 5 juillet 1963 fut soumis pour la deuxième fois à une réforme le 25 novembre 1983, réforme qui, premièrement, allait dans le sens de la garantie, par la structure même de l’Office et par les méthodes de travail du secrétariat général, d’une harmonisation des missions de l’OFAJ entre les deux pays, et deuxièmement qui accordait aux villes et aux communes, qui le réclamaient depuis des années, de siéger au conseil d’administration de sorte que le nombre de ses membres passa de 28 à 3071. La mise en œuvre concrète de cette nouvelle réforme, notamment la question de la répartition équitable du travail de l’OFAJ entre l’Allemagne et la France, fut une des principales tâches auxquelles dut s’attaquer le nouveau secrétaire général Daniel Groscolas.

Réformes structurelles et orientation européenne sous Daniel Groscolas 1984-1988

  • 72 Gert Hammer, membre des jeunesses catholiques durant ses études secondaires à Mayence, avait été à (...)
  • 73 Cf. Alfred Fritsch, « Tauziehen zwischen Bonn und Paris », Allgemeine Zeitung (Mayence), 6 décembre (...)
  • 74 Ibid.

20Le mandat de Daniel Groscolas (né en 1938), nouveau secrétaire général de l’OFAJ, ne débuta pas à la date officielle de la passation traditionnelle des pouvoirs le 1er décembre 1983, mais un mois plus tard seulement. La raison en fut la nomination hâtive de son suppléant, le chrétien-démocrate Gert Hammer72 (né en 1942), protégé de Heiner Geißler et à ce titre soupçonné de vouloir entraîner l’OFAJ sur la voie de la politisation73. Sur ces entrefaites fut nommé du côté français Daniel Groscolas, dont l’engagement politique était bien connu aussi  : sa qualité de membre du parti socialiste et ses activités de longue date au sein de la Ligue française de l’Enseignement et de l’Éducation permanente ne laissaient aucun doute sur ses engagements laïques, si bien qu’il était perçu comme un «  socialiste militant et un idéologue  »74. Nonobstant les doutes émis de divers côtés quant à la nomination à la tête de l’OFAJ de personnalités dont les approches si contraires pouvaient conduire à un blocage des décisions, les deux gouvernements imposèrent leurs candidats et Groscolas et Hammer purent enfin se mettre au travail le 1er janvier 1984.

  • 75 Ibid., p. 15.
  • 76 Rapport d’orientation 1985, annexe au point 3 de la 56e session du conseil d’administration des 17 (...)
  • 77 Ibid., p. 15.
  • 78 Ibid.
  • 79 Ibid.

21Le premier rapport d’orientation75 de Groscolas fournit immédiatement la preuve que les craintes de nombreux observateurs étaient infondées. Groscolas évita toute attitude politicienne, souhaitant dans un premier temps «  examiner les activités de l’Office pour la Jeunesse pour en dresser le bilan et ainsi se faire une idée de l’impact des actions menées par l’OFAJ afin d’envisager son avenir  »76. Néanmoins77, il indiqua clairement dans ses considérations ultérieures que, tout en étant conscient de la nécessité d’assurer la pérennité du travail de l’Office78, il avait également l’intention de «  s’attaquer à de nouveaux projets  »79 adaptés au nouveau cadre des rencontres franco-allemandes  : Groscolas fit en effet remarquer qu’au terme de 20 années de travail fructueux,

[on peut] percevoir un certain renouvellement des générations  : les responsables des échanges ayant connu la dernière guerre ou l’immédiat après-guerre sont peu à peu remplacés par d’autres. Aujourd’hui, dans le domaine des relations franco-allemandes, on débat de problèmes d’actualité tels que la sécurité, la politique économique, l’état du marché du travail, les nouvelles technologies, la protection de l’environnement, etc… Et dans ce contexte, une responsabilité importante incombe à l’Office pour la Jeunesse et à ses partenaires. Il s’agit d’accompagner le quotidien des relations franco-allemandes par un engagement critique, étant donné que la coopération et la solidarité franco-allemandes exigent la contribution de la jeune génération elle aussi.

  • 80 Ibid., p. 2.
  • 81 Ibid., p. 5.
  • 82 Ibid., p. 7-9.

22Cette citation, dont on pardonnera la longueur, montre de manière explicite que Groscolas avait largement pris conscience du contexte politique, social et économique des années 1980 et qu’il entendait infléchir le travail de l’OFAJ dans un sens politique certes, mais non idéologique. Il commença cependant par mettre en avant les domaines dans lesquels il souhaitait la continuité. Les mesures concernant le domaine socio-économique ainsi que la communication et l’information, notamment en France, constituaient à ses yeux les deux priorités absolues80. Il insista particulièrement auprès de tous les partenaires de l’Office «  œuvrant dans le milieu socio-éducatif, c’est-à-dire auprès des organismes pour la jeunesse, des institutions liées à la formation de la jeunesse et à la formation permanente, des associations sportives et des jumelages de communes  »81 pour que les jeunes chômeurs aient la possibilité de participer à leurs propres programmes d’échanges. Ce faisant, il poursuivait la politique que le conseil d’administration avait mise en place dès avant le début de son mandat. En revanche, en ce qui concerne la politique d’information, Groscolas eut recours à des critères sensiblement différents. Se référant à la réforme structurelle de 1983, il n’eut pas pour objectif, comme cela avait encore été le cas de Wilke, de centrer sa mission sur la communication entre les partenaires, mais d’attirer beaucoup plus que par le passé l’attention de l’opinion publique sur l’OFAJ, notamment en France. Son ambition était de mieux faire connaître, en France d’abord, l’Office franco-allemand pour la Jeunesse en tant qu’institution, puis ses programmes et ses échanges de jeunes, et enfin de transmettre par des publications et des contacts avec des journalistes une information sur l’environnement socio-politique et culturel des jeunes dans le pays partenaire. Les outils qu’il préconisait pour parvenir à cette fin étaient entre autres un meilleur contact entre lui-même et les clubs de la presse pour la jeunesse, un soutien renforcé à la coopération entre la chaîne ARD et Radio-France et la poursuite du programme pour les journalistes, assorti de bourses pour financer des cours de langue et des séjours dans les rédactions82. Les autres domaines pour lesquels Groscolas souhaitait la poursuite de la politique menée jusqu’alors étaient la réforme des échanges scolaires et universitaires. D’une part, il invita le conseil d’administration à soumettre sans retard des critères pour réformer les contenus et le financement de la politique de soutien de l’OFAJ aux échanges scolaires. Le nouveau secrétaire général remit notamment en cause l’usage en vigueur qui voulait que, face au nombre croissant de programmes d’échanges scolaires, on réponde régulièrement par une baisse du montant de l’attribution par participant. En ce qui concerne les universités, Groscolas obtint que l’OFAJ soit définitivement déchargé du programme pour les germanistes, dans le but de pouvoir à l’avenir financer d’autres programmes du cadre universitaire. Comme on l’a vu précédemment, c’est un sujet qui ne fit plus débat à partir de 1985.

  • 83 Ibid., p. 12.
  • 84 Ibid., p. 13.
  • 85 Ibid.
  • 86 Ibid.
  • 87 Ibid.
  • 88 Ibid., p. 14.

23Quant à l’intégration de nouveaux thèmes dans la politique de soutien de l’OFAJ, Groscolas fut aidé par le fait que les Nations Unies avaient déclaré l’année 1985 Année internationale de la Jeunesse et l’avaient placée sous le signe «  de la coopération, du développement et de la paix  ». Début 1984, l’Office avait invité ses partenaires français et allemands à des débats prospectifs en les priant de «  lui soumettre à temps pour 1985 des projets franco-allemands adaptés ou encore des projets communs intégrant des pays tiers  »83. Il devient ainsi évident que, tout en tenant compte des facteurs conjoncturels, Groscolas aspirait avec cohérence et esprit de suite à la valorisation de programmes appelés à promouvoir l’internationalisation des programmes de rencontres franco-allemandes dans l’esprit de la réglementation élargie aux pays tiers de 1982. Ce faisant, il misait sur une attitude volontariste de l’OFAJ dans ses relations avec ses partenaires. Ce style de direction, qui représentait une rupture nette avec le principe de dialogue instauré par son prédécesseur, se traduisit également dans les contenus que Groscolas imposa aux partenaires lorsque vint pour eux le moment d’élaborer des programmes dans le cadre de l’Année internationale de la Jeunesse. Il manifesta sans ambiguïté son intention de retenir ceux des programmes qui correspondaient à ses thèmes de prédilection84. Quatre domaines lui parurent dignes de bénéficier d’un soutien à projets  : premièrement, l’OFAJ se devait de relever le défi lancé par la devise de l’Année internationale de la Jeunesse qui était «  de dépasser un certain “égoïsme binational des pays industrialisés” en soutenant des mesures et des projets franco-allemands en faveur du tiers-monde  »85. L’autre point d’ancrage que Groscolas proposa pour les projets qu’il voulait promouvoir fut de faire du «  problème de l’intégration sociale des étrangers vivant dans nos deux pays […]  » l’objet de programmes de rencontres «  dans lesquels ils seraient eux-mêmes impliqués  »86. Par ailleurs, il suggéra de placer l’organisation d’un Parlement franco-allemand de la jeunesse sous le signe de la devise de l’Année internationale de la Jeunesse et de prévoir, en liaison avec l’année 1985, déclarée Année européenne de la Musique, «  une importante rencontre dans le domaine artistique et culturel, à l’occasion de laquelle, et grâce au concours de l’OFAJ, on pourrait rattacher la devise de l’Année internationale de la Jeunesse à l’idée européenne  »87. C’est précisément cette dernière proposition que Groscolas reprit une nouvelle fois en invitant le conseil d’administration à mener pour les cinq années à venir une nécessaire et profonde réflexion sur les possibilités «  d’améliorer les actions européennes de l’Office pour la Jeunesse  »88.

24Si l’on considère la composition du conseil d’administration durant le mandat de Groscolas (tableau 2), on s’aperçoit au premier coup d’œil que, du côté allemand et dans le cadre des représentants de la société civile, il ne figurait dans cette instance pratiquement aucun organisme de la jeunesse appartenant à la mouvance social-démocrate ou socialiste.

  • 89 Les termes entre parenthèses signalent les membres du conseil d’administration qui, pour la période (...)

Tableau 2  : Les organismes de la société civile représentés au conseil d’administration de 1984 à 198889

Personnalités et organismes de la société civile

Années

(Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active)

1984-1986

(Éclaireurs et éclaireuses de France)

1984-1986

(Fédération unie des auberges de jeunesse)

1984-1986

Bundesvereinigung für kulturelle Jugendbildung

1984-1986

Chambre d’agriculture du Haut-Rhin

1984-1986

Fédération de l’Éducation nationale

1984-1986

Fédération des francs et franches camarades

1984-1986

Juniorenkreis der Deutschen Wirtschaft

1984-1986

Justus-Liebig-Universität Giessen (Institut für Philologie)

1984-1986

Ligue française de l’Enseignement

1984-1986

Maisons internationales de la jeunesse et des étudiants

1984-1986

(Arbeitskreis Deutscher Bildungsstätten)

1984-1988

(Association des maires de France)

1984-1988

(Rat europäischer Gemeinden)

1984-1988

Bundesvereinigung der Deutschen Arbeitgeberverbände

1984-1988

Centre de coopération culturelle et sociale

1984-1988

Centre d’échanges internationaux

1984-1988

Comité national olympique et sportif français

1984-1988

Conseil des communes (et régions) d’Europe

1984-1988

Deutsche Sportjugend

1984-1988

Deutscher Akademischer Austauschdienst

1984-1988

Deutscher Gewerkschaftsbund

1984-1988

Deutscher Sportbund

1984-1988

Deutscher Städtetag (Oberbürgermeister Speyer)

1984-1988

Union française des centres de vacances et de loisirs

1984-1988

Westdeutsche Rektorenkonferenz

1984-1988

(Dt. Jungdemokraten, rempl. en 1985 le Ring politischer Jugend)

1985-1986

Sozialistische Jugend Deutschlands Die Falken

1985-1986

Arbeitsgemein. der Ev. Jugend, rempl. Deutscher Bundesjugendring

1985-1988

Dt. Pfadfinderschaft Sankt Georg (rempl. en 87 Dt. Bundesjugendring)

1985-1988

(Association pour les loisirs, la formation et l’animation – ALFA 2000)

1987-1988

(Bundesarbeitsgem. Jugendaufbauwerk/Intern. Bund Jugendsozialwerk)

1987-1988

(Centre régional d’information jeunesse Alsace)

1987-1988

(École nationale d’administration)

1987-1988

(Europäische Akademie Otzenhausen)

1987-1988

(Institut de formation d’animateurs et collectivités)

1987-1988

Assemblée permanente des chambres des métiers, Paris

1987-1988

Bundesarbeitsgem. Jugendaufbauwerk/Verband Kathol. Mädchenarbeit

1987-1988

Bundesverband der Deutschen Industrie

1987-1988

Confédération générale du travail, Force ouvrière

1987-1988

Conférence nationale des présidents de centres d’information jeunesse

1987-1988

Johann-Wolfgang-Goethe-Universität, Lehrstuhl f. Romanische Phil.

1987-1988

Union nationale d’associations à vocation artistique et culturelle

1987-1988

Université de Paris X, Institut d’allemand

1987-1988

Verein zur Förderung Kath.-Sozialer Bildungswerke in der BRD e.V.

1987-1988

25Le renouvellement du conseil d’administration ayant lieu tous les trois ans, des organismes allemands issus du domaine de l’action catholique pour la jeunesse et le travail bénéficiaient désormais d’une représentation plus forte en son sein (entre autres le Verein zur Förderung Kath.Sozialer Bildungswerke in der BRD e.V. et la Bundesarbeitsgemeinschaft Jugend-aufbauwerk/Verband Kathol. Mädchenarbeit). On remarquera la présence renforcée d’organisations patronales et syndicales qui témoignent de la volonté des deux gouvernements de favoriser les échanges au niveau professionnel (y compris pour les chômeurs).

  • 90 Courrier d’invitation de Daniel Groscolas aux membres et aux membres suppléants du conseil d’admini (...)
  • 91 Cf. le procès-verbal de la 56e session du conseil d’administration des 17 et 18 mai à Lübeck, p. 6.
  • 92 Ibid., p. 9 et p.10.
  • 93 Cf. point 4 : Vorschläge des Generalsekretärs zur Umorganisation des DFJW, Annexe à la 56e session (...)
  • 94 Cf. le procès-verbal de la 58e session du conseil d’administration des 30 et 31 mai 1985 à Rhöndorf (...)
  • 95 Cette donation posthume faite par Jacqueline Heusch à l’OFAJ permit l’acquisition de l’immeuble par (...)
  • 96 Dans les archives de l’OFAJ, seul est accessible un petit nombre de procès-verbaux rendant compte d (...)

26On dira pour conclure que Groscolas bénéficia pour la réalisation de ses objectifs ambitieux de bonnes conditions initiales dont la mise en œuvre fut toutefois compliquée au cours des deux premières années par le fait qu’il dut dans le même temps régler en priorité et de manière efficace et sans délai le problème de la réorganisation de l’OFAJ. Pour faire aboutir les différents projets, le nouveau secrétaire général eut recours à la formation de groupes de travail, composés de membres du conseil d’administration ayant pour mission de «  conseiller et d’épauler le secrétaire général au moment d’élaborer certaines platesformes de décisions pour les futurs travaux du conseil d’administration  »90. Lors de la première séance du conseil d’administration de l’année 1984, le secrétaire général fut d’abord chargé de former cinq groupes de travail, qui traduisent du même coup les priorités du conseil d’administration dans la deuxième moitié des années 1980  : en premier lieu fut instauré le groupe de travail «  programme pour les germanistes  » qui avait d’une part pour but la rénovation éventuelle de ce programme et d’autre part l’élargissement de ses objectifs en direction d’autres groupes tels que les étudiants en médecine ou en technologie91. Un second groupe de travail devait se pencher sur «  le rôle de l’OFAJ dans le périmètre européen  »92 en général, sans perdre de vue une coordination des programmes franco-allemands avec d’autres pays de la Communauté européenne. Quelles possibilités s’offraient pour la refondation des échanges scolaires  : tel était l’objectif d’un troisième groupe de travail. Quant au quatrième groupe, il avait pour tâche de remplacer la «  commission de la recherche  » fondée en 1976 par une instance nommée à présent «  pratique et contenus des échanges  ». Enfin, le cinquième groupe de travail «  réorganisation de l’OFAJ  » devait se consacrer, sur la base d’un document93 présenté par Groscolas en mai 1984, à la mise en place de l’organisation du nouveau bureau de Paris. D’autres groupes furent constitués par la suite, notamment celui du «  domaine professionnel  » et celui des «  jeunes chômeurs  », groupes qui entrèrent en fonction au printemps 198594. C’est le secteur «  réorganisation de l’OFAJ  » qui fournit la meilleure preuve de l’efficacité de ces groupes de travail. Sur la base des travaux préliminaires de ce groupe, l’OFAJ parvint en deux ans à faire fonctionner le bureau de Paris, processus grandement facilité par un héritage providentiel de 4 millions de francs95. Si l’on considère par ailleurs les impulsions données par d’autres groupes de travail aux décisions du conseil d’administration, il devient évident que ce qui a marqué l’orientation générale des activités de l’OFAJ, c’est d’une part une meilleure prise en compte du contexte européen et d’autre part un recentrage sur le domaine «  formation et recherche  »96.

  • 97 Cf. le procès-verbal de la 58e session du conseil d’administration (op. cit., note 94), p. 7 et 13.
  • 98 Rapport d’orientation 1987, annexe à la 60e session du conseil d’administration des 26 et 27 mai 19 (...)
  • 99 Cf. Rapport d’orientation 1987 (op. cit.), p. 25.
  • 100 Cf. point 6 : annexe 2 du Rapport d’orientation 1988, in : 61e session du conseil d’administration (...)

27Sous le mandat de Groscolas, la question de l’adéquation entre la formation des animateurs des rencontres et des décideurs du domaine associatif d’une part et d’autre part la transmission des connaissances applicables sur le terrain grâce aux travaux de recherche devint un des thèmes clés de la politique de soutien menée par l’OFAJ. Le groupe de travail «  pratique et contenus des échanges  » reprit à son compte les impulsions qu’avait commencé à donner la commission de la recherche au début des années 1980. En 1985, le conseil d’administration approuva la proposition de Groscolas de basculer le centre de gravité de la recherche sur la création de documents de travail auxquels pourraient recourir les partenaires au moment de la conception de programmes d’échange97. En 1986 et au terme d’un bref débat, le conseil d’administration approuva une augmentation régulière des moyens financiers destinés à la formation des animateurs et des responsables des échanges de jeunes entre la France et l’Allemagne, de même qu’il soutint la proposition de Groscolas de «  mettre en relation des projets de recherche en France et en Allemagne qui cibleraient les jeunes  »98. En ce qui concerne ces projets, le secrétaire général envisageait d’apporter le soutien de l’OFAJ à des colloques ayant pour thème la protection de la jeunesse dans les media, la consommation médiatique des jeunes, les mesures visant à combattre le chômage des jeunes, l’intégration des enfants de travailleurs migrants et immigrés, ainsi que le système scolaire et éducatif99. Début 1987, le secrétaire général fut en mesure de présenter au conseil d’administration un rapport du groupe de travail qui faisait le point sur l’état des programmes de recherche concernant la formation initiale et continue au sein de l’OFAJ et englobant aussi les résultats obtenus. L’intérêt de ce texte de 45 pages réside d’une part dans ce qu’il présente une fois encore et sans ambiguïté une conception de l’apprentissage interculturel qui non seulement prend en compte les différences culturelles nationales irréductibles entre la jeunesse de France et d’Allemagne, mais considère aussi le potentiel de conflits qu’elles recèlent comme autant de chances pour l’apprentissage d’une gestion constructive des différences100.

  • 101 Ibid., annexe 2, p. 5 sq.

Tableau 3  : Programmes de recherche sur la formation initiale et continue mis en œuvre en 1987101

Nom du programme

Secteurs concernés

1. Arrière-plans culturels des jeunes actifs et élaboration de méthodes d’animation correspondant à leurs besoins

Secteur professionnel

2. Dynamique des groupes bilingues et identité nationale

Tous secteurs

3. À propos des «  différences  » dans les relations internationales et interculturelles

Tous secteurs

4. Répercussions des divers modes de socialisation des enfants et des jeunes sur leur capacité à établir des relations interculturelles et internationales

Échanges scolaires, centres de vacances

5. Communication entre personnes et groupes sociaux appartenant à des cultures différentes

Tous secteurs

6. Dimensions de l’apprentissage interculturel

Comités de jumelage, associations de jeunes

7. Le «  langage de l’ordinateur  »  : évolutions et répercussions sur la communication interculturelle

Tous secteurs

8. Les influences de la télévision et leurs répercussions sur les rencontres de jeunes

Associations de jeunesse

9. L’influence des découvertes scientifiques les plus récentes sur les systèmes éducatifs et de formation nationaux et sur l’avenir des échanges interculturels et internationaux

Tous secteurs

10. Éducation et formation des jeunes dans le contexte européen. Quels sont les processus nécessaires  ?

Échanges scolaires et universitaires, associations de jeunesse

11. Éducation de la petite enfance, acculturation et apprentissage au cours de la petite enfance dans un environnement interculturel

Tous secteurs

12. Cycle expérimental de formation des maîtres pour les échanges scolaires

Échanges scolaires

13. Socialisation des enfants à l’école élémentaire et ouverture à l’autre (autres pays, autres cultures, autres peuples)

Échanges scolaires

14. Fondements pour une pédagogie trans et interculturelle dans le contexte européen

Tous secteurs

28D’autre part, l’énumération des programmes de recherche sur la formation pour l’année 1987 (tableau 3) contenue dans le rapport prouve que les efforts de l’OFAJ dans ce domaine s’appliquaient de manière transversale à tous les champs balayés par les programmes sélectionnés, sans que pour autant les problèmes actuels soient occultés (par exemple les jeunes et la télévision, les jeunes et l’ordinateur, la formation des jeunes dans le contexte européen).

  • 102 Cf. le procès-verbal de la 57e session du conseil d’administration des 15 et 16 novembre à Paris, p (...)
  • 103 OFAJ (éd.), Die 15-24jährigen und der deutsch-französische Jugendaustausch, Dossier/ Dokumen-tation(...)
  • 104 Cf. Rapport d’orientation 1987 (op. cit., note 98), p. 11 sq.
  • 105 Ibid., p.13.
  • 106 Il recommandait parallèlement la création d’un Office européen de la Jeunesse qui, sur le modèle de (...)
  • 107 Ibid., p. 6.
  • 108 Ibid., p. 7.
  • 109 Cf. procès-verbal de la 60e session du conseil d’administration, op. cit., p. 15 sq.
  • 110 Cf. procès-verbal de la 61e session du conseil d’administration du 4 décembre 1986 à Paris, p. 14.
  • 111 Cf. point 1, procès-verbal de la 62e session du conseil d’administration des 16 et 17 novembre 1987 (...)
  • 112 Point 3, annexe 1 : Proposition d’introduction d’un nouveau type de programmes. Titre de travail pr (...)
  • 113 Procès-verbal de la 63e session du conseil d’administration du 19 octobre 1988 à Spire, p. 11.
  • 114 Tout d’abord le groupe de travail « évolution du travail associatif au niveau national, franco-alle (...)
  • 115 Ibid., p. 130 sq.

29Le contexte européen est mentionné deux fois dans les programmes de recherche répertoriés ci-dessus, et cela prouve s’il en était besoin que le deuxième des projets phares de Groscolas a effectivement trouvé et conforté sa place parmi l’ensemble des projets soutenus par l’OFAJ. Dans ce domaine également, la création d’un groupe de travail nommé «  dimension européenne des travaux de l’OFAJ  » (en abrégé groupe de travail «  Europe  ») a largement favorisé la prise en compte de la perspective européenne par des personnalités importantes des échanges franco-allemands et par le conseil d’administration lors de ses décisions. C’est ainsi que la première des tâches importantes à laquelle s’est consacré ce groupe de travail fut, à la demande du conseil d’administration, la discussion d’un projet proposé par l’OFAJ concernant une enquête d’opinion sur la dimension européenne de l’Office pour la Jeunesse afin de déterminer les groupes cibles et les questions essentielles à poser102. En juin 1985, les instituts ARCmc et Emnid furent chargés de la réalisation de cette enquête, et les premiers résultats furent présentés dès 1986103 à l’occasion de la 60e session du conseil d’administration, les 26 et 27 mai. L’enseignement le plus important que Groscolas retira de cette enquête et qu’il consigna dans son rapport d’orientation de 1987 fut d’une part que les jeunes Français avaient une mauvaise image de la République fédérale d’Allemagne, image qu’il s’agissait dès lors de corriger par des moyens appropriés104, et que d’autre part une majorité de jeunes appelaient de leurs vœux des échanges trilatéraux. C’est surtout ce dernier point qui parut important aux yeux de Groscolas, car cela lui permettait de tirer la conclusion que la vision des jeunes correspondait à la nécessité de «  conjuguer la structure d’échanges de l’OFAJ avec d’autres structures émergentes au niveau européen  »105. En conséquence, Groscolas put s’adosser au résultat de cette enquête pour détailler dans la première partie de son rapport d’orientation de 1987 l’un de ses objectifs principaux qui était de soumettre à la réflexion du conseil d’administration la politique de positionnement de l’OFAJ par rapport à la jeunesse, compte tenu des récentes initiatives prises par la politique européenne pour qu’émerge une Europe des citoyens. Il s’appuyait concrètement sur les propositions de février 1986, élaborées par la Commission européenne en faveur d’un «  Youth Exchange Schema for Europe  » (YES) et du programme Erasmus, et sur lesquelles le Conseil des ministres devait trancher. À cette occasion, Groscolas fit part de doutes sérieux qu’il avait envers ce type de programmes réalisés par des administrations nationales106 tout en soulignant que l’OFAJ était prêt à coopérer avec ces nouvelles institutions qui restaient à créer. Il laissa également entendre que «  l’OFAJ ne se bornera pas à travailler en parallèle et en coordination avec ces nouvelles structures, étant donné qu’il représente aussi un organisme commun à la France et à l’Allemagne  »107. Par ailleurs, il proposait d’ériger explicitement en exemples de la nouvelle politique européenne pour la jeunesse les programmes «  pays tiers  » de l’OFAJ et de transposer pour ces pays «  le rôle moteur que jouent la France et l’Allemagne dans le processus d’unification européenne  »108. Considérant que Groscolas outrepassait son domaine de compétence, les représentants des ministères de la Jeunesse des deux pays réservèrent à ses propositions un accueil mitigé lors de la 60e session du conseil d’administration  ; il n’en reste pas moins que les représentants des fédérations au conseil d’administration saluèrent tout particulièrement l’initiative du secrétaire général et chargèrent le groupe de travail «  Europe  » de débattre des propositions faites par l’OFAJ pour reconsidérer la politique à mener dans le cadre élargi de la politique européenne109. Une telle décision ainsi que l’examen des procès-verbaux des séances ultérieures du conseil d’administration suffit à prouver que, depuis 1985, Groscolas était parvenu à imposer durablement à l’OFAJ et à ses partenaires qu’ils inscrivent sur leur agenda la question de la dimension européenne des échanges. À titre d’exemple, Groscolas put, dans son rapport budgétaire de 1986, faire état d’une augmentation du nombre des participants issus de pays tiers européens, qui était passé de 589 en 1981 à 1384 en 1986110. Il existe une autre preuve du rôle prépondérant joué par la thématique européenne, à savoir l’apparition, à partir de 1987, du thème du «  grand marché européen 1992  » qui, dans le sillage de la promulgation de l’Acte unique européen, était devenu un sujet central dans les débats officiels. Dans ce contexte, le représentant du ministère français de la Jeunesse exigea, lors de la 62e session du conseil d’administration, que l’OFAJ, «  eu égard au marché unique de 1993, se fixe des priorités dans le secteur professionnel  »111. Pour la même année était prévue l’introduction d’un nouveau type de programmes sous l’appellation «  Les Rencontres de l’OFAJ  », dont l’objectif serait d’initier et de médiatiser de manière efficace des activités inédites à ce jour dans les rencontres, activités essentiellement regroupées autour du thème des «  perspectives du marché unique européen à partir de 1992  »112. Par ailleurs, les débats dont rend compte le dernier rapport d’orientation rédigé sous la responsabilité de Groscolas montrent clairement que la majorité des membres du conseil d’administration – sans prétendre sacrifier explicitement l’OFAJ en tant qu’institution binationale − étaient persuadés de la nécessité de soutenir prioritairement, «  parmi les programmes de l’Office pour la Jeunesse, ceux qui avaient pour vocation de promouvoir l’intégration européenne. Dans de nombreux domaines de la vie sociale s’est développée au cours des dernières années une identité franco-allemande qui doit à présent bénéficier à l’Europe  »113. La conscience européenne de l’OFAJ avait gagné en intensité et cela se traduisit aussi bien dans son organisation que dans les conclusions du colloque «  L’OFAJ a 25 ans  : bilan et perspectives  ». D’une part, on demanda à Gilbert Ziebura de s’exprimer sur le thème «  1992 − l’Allemagne, la France, l’Europe  : quelles perspectives pour l’OFAJ  ?  » et d’autre part, durant cette même session, deux groupes de travail furent invités à réfléchir de manière explicite sur la dimension européenne des activités de l’OFAJ114. Au cours des remarques finales, Gerhard Kiersch, qui présidait le colloque, déclara que, dans la perspective du grand marché européen qui allait s’ouvrir, l’OFAJ était l’une des principales institutions qui puisse servir de modèle pour la sauvegarde de l’identité européenne dans sa diversité tant culturelle que linguistique115.

L’OFAJ et le défi européen sous le mandat de Gert Hammer de 1989 à 1990

  • 116 DFJW (éd.), Die 15-24jährigen und der deutsch-französische Jugendaustausch (op. cit., note 103), p. (...)

30Lorsque Gert Hammer prit ses fonctions de secrétaire général au 1er janvier 1989, l’OFAJ se trouvait d’une part à la fin d’un processus de réforme institutionnelle qui, grâce aux efforts de ses prédécesseurs, avait conduit à implanter solidement en France et en Allemagne une structure intégrée de l’Office, et d’autre part, si l’on considère le profil des activités de l’OFAJ, on peut dire que Hammer reprenait la direction d’une institution dont la quête d’identité n’était pas encore achevée, compte tenu de la rapide mutation de la politique européenne et de la société dans leur ensemble. De ce point de vue, la deuxième grande réforme structurelle, élaborée à la demande et des membres français du conseil d’administration et des gouvernements français et allemand, ne porta pas immédiatement ses fruits. Elle allait plutôt servir à faire mieux connaître l’OFAJ en France. Ce processus, qui exigeait beaucoup du personnel et du budget, était cependant très éloigné de clarifier la question, essentielle depuis peu, de savoir comment l’Office pouvait se positionner face aux profonds changements intervenus depuis le début des années 1980 dans la culture des jeunes, de même que dans leur nouvelle perception des problèmes politiques et la manière de les exprimer. À partir de 1980, l’OFAJ et ses partenaires se trouvaient face à une génération qui n’avait plus aucune expérience personnelle de la guerre et des premières années de l’après-guerre, ce que corrobore parfaitement l’enquête ARCmc/Emnid de 1986 d’après laquelle, pour les jeunes, la signification du rapprochement franco-allemand et des rencontres binationales qui en découlent avait exactement la même valeur que celle de rencontres tri- ou multilatérales, sans oublier les considérations -touristiques fortement attachées à ce type d’activité116. Les principales expériences vécues par les jeunes de ces années-là sont à la fois la menace du chômage et, parallèlement, une conscience aiguë des grands thèmes d’actualité tels que les propagèrent les nouveaux mouvements sociaux (la pollution de l’environnement, les risques attachés à l’utilisation pacifique et militaire de l’énergie nucléaire, la problématique du tiers monde, etc.). La dynamique enclenchée au sein de la politique européenne de la Jeunesse par l’Acte unique européen représenta un défi au moins comparable  : tout en saluant cette entreprise, l’OFAJ la considérait néanmoins comme un projet concurrent. Les responsables de l’Office ont certainement craint que les gouvernements ne se désengagent, y compris financièrement, de l’OFAJ au profit du projet de l’Union européenne, ce qui a grandement contribué à renforcer l’orientation européenne de l’institution. C’est essentiellement cette nouvelle impulsion donnée au processus d’intégration européenne qui a placé brutalement l’OFAJ devant la question fondamentale (et récurrente) de savoir comment il pouvait donner un sens et un contenu à son rôle européen tout en conservant son autonomie en sa qualité d’institution binationale.

  • 117 Cf. également ses déclarations à propos des conclusions du colloque organisé à l’occasion du 25e an (...)
  • 118 Rapport d’orientation 1990, annexe à la 65e session du conseil d’administration du 27 juin 1989 à T (...)
  • 119 Ibid.

31Dès le début de son mandat, Gert Hammer avait pris conscience de l’ensemble de ces problèmes117 et c’est la raison pour laquelle il avait entièrement placé son premier rapport d’orientation sous l’égide de l’Europe. Avec pour devise «  Préparer l’Europe de 1993  », il avait consacré la première partie de son rapport aux objectifs généraux et la seconde aux objectifs particuliers que l’OFAJ s’était fixés sur cette question. Ce rapport inhabituellement détaillé innove dans la mesure où Hammer présente pour les cinq domaines à promouvoir − les échanges professionnels, l’apprentissage linguistique, la formation pédagogique initiale et permanente, les études pédagogiques et les rencontres expérimentales − un catalogue de propositions précises destiné aux rencontres franco-allemandes et exclusivement conçu dans une optique de «  compatibilité européenne  ». Des points tels que le soutien apporté aux jumelages de communes, aux échanges scolaires ou aux jeunes sportifs, qui jusqu’à présent avaient figuré de manière plus ou moins détaillée dans les rapports d’orientation, en étaient totalement absents. Avec ce rapport contenant un total de 40 propositions, Hammer avait donc opté pour une double stratégie  : d’une part, centrer délibérément les travaux de l’OFAJ sur les nouveaux défis de mobilité que l’Europe lançait aux jeunes, à savoir la possibilité d’effectuer leurs études de manière transfrontalière dans divers lieux d’études et d’apprentissage, et d’autre part miser sur les potentiels binationaux de l’Office qui, fort de ses expériences notamment dans les domaines de soutien ci-dessus évoqués, devait contribuer à ne pas transformer le concept de mobilité pour les jeunes en un «  synonyme de déracinement culturel  »118. Les programmes d’échanges que l’OFAJ allait dorénavant soutenir se devaient de transmettre aux jeunes Français et Allemands un minimum «  d’informations sur les valeurs et les structures de l’Autre, du partenaire, du voisin  », étant donné que c’était le seul fondement possible pour de «  nouvelles dimensions de la pensée induites par l’investissement de l’identité personnelle dans le contexte européen  »119. À partir de ces considérations, le nouveau secrétaire général proposa la mise en œuvre des moyens suivants afin d’aboutir à une «  mobilité réfléchie  »  : l’OFAJ devait consentir des efforts supplémentaires pour favoriser l’apprentissage de la langue du voisin, améliorer l’accompagnement pédagogique des échanges, s’engager plus délibérément dans le domaine des échanges professionnels et améliorer globalement l’information quant aux opportunités offertes aux jeunes intéressés par le pays voisin. Finalement, Hammer attachait beaucoup d’importance aux nouvelles orientations prises par les échanges de jeunes en général  :

  • 120 Ibid., p. 10.

L’intensité des relations entre les associations participant aux échanges est une incitation à inaugurer une nouvelle étape de la coopération basée sur une série de projets visant à une action commune solidaire ouverte à d’autres pays que la France et la République fédérale dans le domaine sociopolitique120.

  • 121 Ibid., p. 30.

32Ici, en dehors des manifestations centrées autour de «  l’apprentissage linguistique  », on pensait plus particulièrement à des projets d’une réelle envergure politique tel que la protection de l’environnement  : d’après le rapport d’orientation, les jeunes pourraient être invités à réfléchir à la problématique environnementale comme objectif d’avenir et à faire des propositions de nature politique pour une action politique  »121.

  • 122 Les noms entre parenthèses se rapportent aux membres du conseil qui, aux dates indiquées, avaient é (...)

Tableau 4  : Les organismes de la société civile représentés au conseil d’administration de 1984 à 1988122

Personnalités et organismes de la société civile (sélection)

Années

(Deutsche Sportjugend)

1989

(Institut de formation d’animateurs et collectivités)

1989

Assemblée permanente des chambres des métiers, Paris

1989

Bundesarbeitsgem. Jugendaufbauwerk/Verband Kath. Mädchenarbeit

1989

Bundesverband der Deutschen Industrie

1989

Centre de coopération culturelle et sociale

1989

Confédération générale du travail, Force ouvrière

1989

Johann-Wolfgang-Goethe-Universität, Lehrstuhl f. Romanische Phil.

1989

Union française des centres de vacances et de loisirs

1989

Union nationale d’associations à vocation artistique et culturelle

1989

Université de Paris X, Institut d’allemand

1989

Westdeutsche Rektorenkonferenz

1989

(Bundesarbeitsgem. Jugendaufbauwerk/Intern. Bund Jugendsozialwerk)

1989-1990

(Centre régional d’information jeunesse Alsace)

1989-1990

Arbeitskreis Deutscher Bildungsstätten

1989-1990

Comité national olympique et sportif français

1989-1990

Conférence nationale des présidents de centres d’information jeunesse

1989-1990

Deutscher Gewerkschaftsbund

1989-1990

Deutscher Sportbund

1989-1990

Dt. Pfadfinderschaft Sankt Georg, stellv. für Deutscher Bundesjugendring

1989-1990

Verein zur Förderung Kath.-Sozialer Bildungswerke in der BRD e.V.

1989-1990

(Association pour le développement culturel en région)

1990

(Deutscher Schwimmverband)

1990

(Deutsches Jugendinstitut e.V.)

1990

(Féd. nat. des centres d’inform. et de vulgarisation ménager-agricole)

1990

(Fédération des francs et franches camarades)

1990

(Fédération nationale des Foyers ruraux de France)

1990

(Junge Union Deutschlands)

1990

(Landesvereinigung Kulturelle Jugendbildung e.V. Baden-Württemberg)

1990

(Scouts de France)

1990

(Sozialistisches Bildungszentrum)

1990

(Union des foyers des jeunes travailleurs)

1990

(Zentralverband des Deutschen Handwerks)

1990

Amt für Jugendarbeit der ev. Landeskirche Baden

1990

Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active

1990

Deutscher Industrie- und Handelstag

1990

Fédération de l’Éducation nationale

1990

Fédération nationale Léo Lagrange

1990

Guides de France

1990

Institut für öffentl. Recht an der Rheinischen Friedrich-Wilhelm-Univ.

1990

Ligue française de l’Enseignement

1990

Université de Paris III

1990

33Il est intéressant de constater que, dans ce contexte et au début du mandat de Hammer, la mouvance de la protection de l’environnement et de l’écologie ne bénéficiait pas d’une surreprésentation dans la composition du conseil d’administration (tableau 4). Continuent à occuper une position dominante les syndicats, les associations patronales ainsi que les organisations engagées dans la formation de la jeunesse. Il est permis d’en conclure qu’une ouverture en direction de nouveaux groupes de réflexion autour des grands thèmes d’actualité ne figurait pas encore à l’ordre du jour des gouvernements français et allemand.

34Si, lors de la dernière séance du conseil d’administration des années 1980, on peut certes constater un consensus global autour des propositions du secrétaire général, consensus que l’on doit interpréter d’abord comme une disponibilité permanente de l’OFAJ à pouvoir et vouloir se remettre sans cesse en question pour instaurer de nécessaires réformes de fond, il n’en reste pas moins que les décisions du conseil d’administration reposaient encore en 1989 et dans leur grande majorité sur des considérations étrangères à la chute du Mur. On peut donc en conclure que les propositions de Hammer présentaient une remarquable continuité tant avec les considérations de Wilke (ouverture plus marquée en direction d’idées développées par le milieu associatif) qu’avec celles de Groscolas (ouverture européenne systématique). La nouvelle donne politique qui, avec la fin de la division de l’Allemagne et la fin du conflit Est-Ouest, entraîna à la fois dans les relations franco-allemandes et dans le processus d’intégration européenne de nouvelles évolutions et de nouvelles tensions, contraignit à son tour l’OFAJ à revoir plus rapidement qu’il ne l’avait souhaité et prévu la politique qui avait été la sienne dans les années quatre-vingt.

Notes

1 Almut Hauenschild, « Frau Minister und der Dickschädel », Die Welt, 7 novembre 1979. On trouve des prises de position également élogieuses à propos du travail fourni par l’OFAJ dans le Generalanzeiger du 18 octobre 1979 et dans le Pariser Kurier, 1-15 novembre 1979.

2 Helmut Scheffel, « Ein engeres Netz », FAZ, 3 février 1981.

3 Cf. à titre exemplaire Der Tagesspiegel, 18 avril 1981 ; Jean-Jacques Bozonnet, « Un outil de réconciliation », Le Monde, 8 décembre 1988 ; Henri Ménudier, « L’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse a 25 ans », in : Le Monde diplomatique, décembre 1988, p. 22 ; Laurent Leblond, « À la recherche d’une nouvelle jeunesse », Pariser Kurier, janvier 1989.

4 Reinhard Wilke, « Turnusmäßiger Wechsel der Generalsekretäre. Interview », in : I JAB-Informationen, 1983, n° 6, p. 2.

5 D’après Antje Huber, à l’époque ministre fédérale de la Jeunesse, de la Famille et de la Santé et jusqu’en 1981 co-présidente en fonction du conseil d’administration de l’OFAJ, cité d’après le Honnefer Volkszeitung du 19 octobre 1979.

6 Déclaration de Jean-Pierre Soisson, à l’époque ministre de la Jeunesse, des Sports et du Temps libre, relatée par le Honnefer Volkszeitung du 19 octobre 1979.

7 Schmidt et Giscard d’Estaing ont donné à la CE des impulsions décisives : introduction de l’élection au suffrage universel du Parlement européen, création d’un Conseil européen et du système monétaire européen (SME). Cf. à ce sujet Adolf Kimmel, Pierre Jardin, Die deutschfranzösischen Beziehungen seit 1963. Eine Dokumentation, Opladen, 2002, p. 23-27.

8 Cf. les chiffres in : Henri Ménudier, L’Office francoallemand pour la Jeunesse. Une contribution exemplaire à l’unité de l’Europe, Paris, 1988, p. 109.

9 Déclaration culturelle commune, reproduite dans : Kimmel, Jardin, Die deutsch-französischen Beziehungen (op. cit.), p. 233-235, ici 235.

10 Gilbert Ziebura, Die deutschfranzösischen Beziehungen seit 1945. Mythen und Realitäten, Stuttgart, 1997, p. 328. Pour une approche critique de l’« ère Kohl-Mitterrand » jusqu’en 1989, cf. ibid, p. 328-362.

11 Cf. ici la « Déclaration finale commune des orateurs » dans le cadre du 51e sommet franco-allemand placé sous le signe du 25e anniversaire du traité franco-allemand in : Kimmel, Jardin, Die deutschfranzösischen Beziehungen (op. cit., note 7), p. 280-282.

12 Cf. ibid., p. 28.

13 Cf. Rapport d’activité 1989, p. 11.

14 Voir le fac-similé du discours de Kohl au sujet de Rovan dans Frédéric Hartweg (éd.), Joseph Rovan, penseur et acteur du dialogue franco-allemand. Joseph Rovan, Wegbereiter und Akteur des deutschfranzösischen Dialogs, Paris, 1989.

15 Cf. à titre d’exemple Sabine von Oppeln, Die Linke im Kernenergiekonflikt. Deutschland und Frankreich im Vergleich, Francfort/Main, 1989.

16 Cf. Hans Josef Legrand, « Die bundesrepublikanische Friedensbewegung 1979-1988. Entstehung, Verlauf und Wirkungsaspekte einer neuen sozialen Bewegung », in : Ulrike C. Wasmuth (éd.), Alternativen zur alten Politik? Neue soziale Bewegungen in der Diskussion, Darmstadt, 1989, en particulier p. 219-231.

17 Lors de la 48e séance du conseil d’administration, la ministre fédérale Antje Huber fut amenée à prendre position sur les manifestations pacifistes en Allemagne qui, selon elle, sont un indice prometteur traduisant le sentiment de responsabilité de la jeune génération actuelle. Cf. le procès-verbal de la 50e séance du conseil d’administration des 13 et 14 avril 1981 au Mont-Saint-Michel, p. 2. À propos de la perception française de l’Allemagne dans le cadre des débats sur le réarmement des années 1980-1983, voir aussi Ziebura, Die deutschfranzösischen Beziehungen (op. cit., note 10), p. 336 sq.

18 Voir à ce sujet infra, « Réformes structurelles et orientation européenne sous Daniel Groscolas 1984-1988 ».

19 Pour cerner le sujet, voir à propos des années 1980 : Jürgen Zimmermann, Jugendkultur 1940-1985, éd. par l’Office pour la Jeunesse de Shell Allemagne (Jugendwerk der deutschen Shell), Opladen, 1987.

20 Ibid., p. 328.

21 Pour les chiffres, voir Bettina Isengard, « Jugendarbeitslosigkeit in der Europäischen Union und individuelle Risikofaktoren », in : DIW-Wochenbericht 4 (2001) (http://www.diw.de/ deutsch/publikationen/wochenberichte/docs/01-04-2.html). Contrairement à l’Allemagne, la France n’a pas mis en place un système d’apprentissage en alternance permettant au jeune salarié une insertion plus rapide dans la vie professionnelle. Voir aussi sur le même sujet : Wolfgang Neumann, « Jugendarbeitslosigkeit in Frankreich – Übergangs- oder Struktur-problem? », in : Frankreichjahrbuch 2000, Opladen, 2000, p. 225-236.

22 À propos d’Erasmus (European Community Action Scheme for the Mobility of University Students) et de Comett (Community Programm for Education and Training in Technology) du point de vue des initiatives universitaires franco-allemandes, voir Reinhart Meyer-Kalkus, Die akademische Mobilität zwischen Deutschland und Frankreich (1925-1992), Bonn 1994, p. 196-200.

23 Ces rapports d’orientation qui remplissaient une fonction d’agenda-setting pour la première des deux séances annuelles du conseil d’administration de l’OFAJ (la deuxième séance étant consacrée aux débats budgétaires) ont également été introduits par Pierre Gril et ont toujours été utilisés par ses successeurs pour structurer au préalable les thèmes des débats et les prises de décision au sein du conseil d’administration en fonction de leurs propres points de vue. Certes, il a été tenu compte des prises de position des chefs de bureau, mais c’est le secrétaire général qui décidait au final du texte ultime du rapport (informations transmises à l’auteur par Rudolf Herrmann dans une interview du 25 mars 2003). À propos de la composition et du mode de fonctionnement du conseil d’admi-nistration, voir Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse (op. cit., note 8), p. 73-81.

24 Pour une présentation détaillée des modifications intervenues durant le mandat de Pierre Gril, voir dans ce même volume la contribution de Katja Marmetschke.

25 Cf. l’entretien avec Pierre Gril in : « Wachwechsel im Jugendwerk. Ernennung neuer Generalsekretäre », Pariser Kurier, 1-15 novembre 1979, p. 9, de même que le bilan détaillé de Gril in : Rapport d’orientation 1980, Annexe à la 46e session du conseil d’administration les 21 et 22 mai 1979 à Dijon, p. 2-20.

26 Pariser Kurier, 1-15 novembre 1979, p. 9.

27 Op. cit.

28 Wilke fut, entre autres, conseiller personnel du secrétaire d’État de l’époque, Horst Ehmke, et prit en 1970 la direction du bureau du chancelier en qualité de conseiller personnel de Willy Brandt. Après le retrait de Brandt, il dirigea pendant deux années supplémentaires le bureau personnel de Willy Brandt à Bonn.

29 Rapport d’orientation 1980, op. cit., p. 23 (mis en relief dans le texte original).

30 Rapport d’orientation 1981, annexe au point 7 de la 48e session du conseil d’administration des 29 et 30 mai à Paris, p. 1.

31 Ibid., p. 4.

32 Cf. Dietrich Thränhardt, Geschichte der Bundesrepublik Deutschland 1949-1990, Francfort/Main, 1996, p. 198, 217 sq., 253.

33 Rapport d’orientation 1981, op. cit., p. 2.

34 Kimmel, Jardin, Die deutschfranzösischen Beziehungen (op. cit., note 7), p. 25.

35 Rapport d’orientation 1981, op. cit., p. 4.

36 Ibid., p. 5.

37 Ibid.

38 Voir à ce sujet la contribution de Hans Manfred Bock, « Les racines de l’OFAJ dans la société civile. Les initiatives privées de rapprochement en République fédérale et en France de 1949 à 1964 », dans ce même volume.

39 Les représentants administratifs issus du monde politique et siégeant au conseil d’administration de l’OFAJ ne sont pas mentionnés dans ce tableau non plus que dans les tableaux 2 et 4, étant donné qu’ils sont supposés connus (voir à ce propos Ménudier, L’Office franco--allemand pour la Jeunesse (op. cit., note 8), p. 73-81). Les noms mentionnés entre parenthèses se rapportent aux membres du conseil qui, aux dates indiquées, avaient été nommés au conseil en qualité de suppléant exclusivement. Ces données s’appuient sur les listes des participants aux diverses séances du conseil d’administration des années 1980-1983.

40 Procès-verbal de la 48e session du conseil d’administration des 16 et 17 juin à Paris, p. 1.

41 Ibid., p. 10 sq.

42 Pour la liste complète, voir point 3 : Aus- und Weiterbildung der Verantwortlichen und Gruppenleiter im deutsch-französischen Austausch, annexe à la 50e séance du conseil d’administration, ibid. p. 1 et 2.

43 Rapport d’orientation 1984, annexe au point 5 de la 54e session du conseil d’administration des 15 et 16 juin 1983 à Montpellier, p. 16.

44 Ibid.

45 Cf. procès-verbal de la 50e session du conseil d’administration des 13 et 14 avril 1981 au Mont-Saint-Michel, p. 8.

46 Cf. Textes de travail de l’OFAJ n° 8 : L’OFAJ et les explorations interculturelles : des recherches qui ouvrent de nouvelles perspectives en Europe, 1989 (réédition 1994), p. 15 sq.

47 Point 4, rapport de la commission de la recherche, in : annexe à la 50e session du conseil d’administration des 13 et 14 avril 1981 au Mont-Saint-Michel.

48 Procès-verbal de la 50e session du conseil d’administration, ibid., p. 8.

49 Point 4, rapport de la commission de la recherche, ibid., p. 4.

50 Rapport d’orientation 1983, annexe au point 3 de la 52e session du conseil d’administration des 6 et 7 mai 1982 à Paris, p. 3.

51 Ibid., p. 2.

52 Cf. ibid., p. 3 sq.

53 Cf. OFAJ – bureau IV, « Recueil de textes d’un intérêt général pour les rencontres bi- ou plurinationales », juillet 1983, 160 p.

54 Cf. Bernard Lallement, Reinhard Wilke, Briefe des DFJW, mars 1981, n° 2, p. 1.

55 Rapport d’orientation 1983, op. cit., p. 4.

56 Rapport d’orientation 1984, op. cit., p. 14.

57 Voir l’organigramme in : Henri Ménudier, Das DeutschFranzösische Jugendwerk. Ein exemplarischer Beitrag zur Einheit Europas, Bonn, 1991, p. 112.

58 Rapport d’orientation 1981, op. cit., p. 9.

59 De nombreuses entreprises n’étaient pas prêtes dans un premier temps à autoriser leurs -jeunes collaborateurs et apprentis à participer à ces rencontres en leur accordant un congé de formation.

60 Procès-verbal de la 52e session du conseil d’administration des 6 et 7 mai 1982 à Paris, p. 11.

61 Une coopération renforcée avec les établissements d’enseignement professionnel, une implication plus forte des Chambres de Commerce et d’Industrie dans les échanges, etc. Cf. Rapport d’orientation 1983, op. cit., de même que l’annexe 2 qui s’y rapporte « État et perspectives des échanges de jeunes actifs ».

62 Rapport d’orientation 1984, op. cit., p. 8.

63 Ibid., p. 10.

64 Des étudiants germanistes français recevaient une bourse de l’OFAJ qui leur permettait de réaliser un séjour de quatre mois et demi dans une université allemande pour pouvoir devenir, dans le cadre d’une conception élargie des études allemandes, des experts de l’Allemagne moderne, c’est-à-dire de son système politique et économique. Cf. à ce sujet la contribution de Corine Defrance dans ce même volume.

65 Cf. à ce propos Meyer-Kalkus, Die akademische Mobilität (op. cit., note 22), p. 131-141.

66 Rapport d’orientation 1980, op. cit., p. 15. Cf. également Rapport d’orientation 1982, annexe au point 5 de la 50e session du conseil d’administration des 13 et 14 avril 1981 au Mont-Saint-Michel, p. 11, et Rapport d’orientation 1983, op. cit., p. 9-10.

67 Procès-verbal de la 51e session du conseil d’administration des 17 et 18 novembre à Rhöndorf, p. 6.

68 Pour plus de détails quant aux règlements concernant les pays tiers, voir la contribution de Carla Albrecht dans ce même volume.

69 Cf. à ce sujet Ménudier, L’Office francoallemand pour la Jeunesse (op. cit., note 8), p. 70 sq.

70 Procès-verbal de la 55e session du conseil d’administration du 23 novembre 1983 à Rhöndorf, p. 5.

71 Cf. à ce propos les détails donnés par Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse (op. cit., note 8), p. 63-81.

72 Gert Hammer, membre des jeunesses catholiques durant ses études secondaires à Mayence, avait été à partir de 1965 président fédéral du Cercle des Étudiants chrétiens-démocrates (RCDS) et avait travaillé à partir de 1979 au bureau fédéral de la CDU.

73 Cf. Alfred Fritsch, « Tauziehen zwischen Bonn und Paris », Allgemeine Zeitung (Mayence), 6 décembre 1983.

74 Ibid.

75 Ibid., p. 15.

76 Rapport d’orientation 1985, annexe au point 3 de la 56e session du conseil d’administration des 17 et 18 mai 1984 à Lübeck, p. 1.

77 Ibid., p. 15.

78 Ibid.

79 Ibid.

80 Ibid., p. 2.

81 Ibid., p. 5.

82 Ibid., p. 7-9.

83 Ibid., p. 12.

84 Ibid., p. 13.

85 Ibid.

86 Ibid.

87 Ibid.

88 Ibid., p. 14.

89 Les termes entre parenthèses signalent les membres du conseil d’administration qui, pour la période donnée, avaient été nommés exclusivement à titre de suppléant au conseil d’administration. Les organismes mentionnés figurent sur les listes de participants aux séances du conseil d’administration correspondant aux années 1984-1988.

90 Courrier d’invitation de Daniel Groscolas aux membres et aux membres suppléants du conseil d’administration de l’OFAJ du 4 juin 1984, classeur L. Jülich, archives de l’OFAJ, Paris.

91 Cf. le procès-verbal de la 56e session du conseil d’administration des 17 et 18 mai à Lübeck, p. 6.

92 Ibid., p. 9 et p.10.

93 Cf. point 4 : Vorschläge des Generalsekretärs zur Umorganisation des DFJW, Annexe à la 56e session du conseil d’administration les 17 et 18 mai à Lübeck.

94 Cf. le procès-verbal de la 58e session du conseil d’administration des 30 et 31 mai 1985 à Rhöndorf, p. 10.

95 Cette donation posthume faite par Jacqueline Heusch à l’OFAJ permit l’acquisition de l’immeuble parisien de la rue de l’Amiral Mouchez, qui abrite aujourd’hui encore le bureau français de l’OFAJ. Voir également à ce sujet Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse (op. cit., note 8), p. 64 sq.

96 Dans les archives de l’OFAJ, seul est accessible un petit nombre de procès-verbaux rendant compte de ces discussions et des résultats auxquels elles ont abouti dans les groupes de travail au cours des années 1980. Toutefois, les procès-verbaux des séances du conseil d’administration ainsi que le bilan des activités de l’OFAJ dans les rapports d’orientation permettent de procéder à nombre de déductions avec un certain succès.

97 Cf. le procès-verbal de la 58e session du conseil d’administration (op. cit., note 94), p. 7 et 13.

98 Rapport d’orientation 1987, annexe à la 60e session du conseil d’administration des 26 et 27 mai 1986 à Brême, p. 25. À propos des décisions prises par le conseil d’administration, cf. le procès-verbal de la 60e session du conseil d’administration, op. cit., p. 15.

99 Cf. Rapport d’orientation 1987 (op. cit.), p. 25.

100 Cf. point 6 : annexe 2 du Rapport d’orientation 1988, in : 61e session du conseil d’administration des 25 et 26 mai 1987 à Paris. Les domaines mentionnés d’incompréhension réciproque entre Allemands et Français étaient l’environnement, l’énergie nucléaire et la paix.

101 Ibid., annexe 2, p. 5 sq.

102 Cf. le procès-verbal de la 57e session du conseil d’administration des 15 et 16 novembre à Paris, p. 14.

103 OFAJ (éd.), Die 15-24jährigen und der deutsch-französische Jugendaustausch, Dossier/ Dokumen-tation, 1986.

104 Cf. Rapport d’orientation 1987 (op. cit., note 98), p. 11 sq.

105 Ibid., p.13.

106 Il recommandait parallèlement la création d’un Office européen de la Jeunesse qui, sur le modèle de l’OFAJ, aurait fonctionné avec une structure intégrée. Cf. Rapport d’orientation 1987 (op. cit.), p.5.

107 Ibid., p. 6.

108 Ibid., p. 7.

109 Cf. procès-verbal de la 60e session du conseil d’administration, op. cit., p. 15 sq.

110 Cf. procès-verbal de la 61e session du conseil d’administration du 4 décembre 1986 à Paris, p. 14.

111 Cf. point 1, procès-verbal de la 62e session du conseil d’administration des 16 et 17 novembre 1987 à Berlin, in : 63e session du conseil d’administration du 19 octobre 1988 à Spire, p. 15.

112 Point 3, annexe 1 : Proposition d’introduction d’un nouveau type de programmes. Titre de travail provisoire : « Les rencontres de l’OFAJ » in : 62e session du conseil d’administration des 16 et 17 novembre 1987 à Berlin, p. 3.

113 Procès-verbal de la 63e session du conseil d’administration du 19 octobre 1988 à Spire, p. 11.

114 Tout d’abord le groupe de travail « évolution du travail associatif au niveau national, franco-allemand et européen », et ensuite le groupe de travail « échanges en milieu professionnel et l’échéance de 1992 ». Cf. OFAJ (éd.) : L’OFAJ a 25 ans : Bilan et perspectives. Colloque 7-9 décembre 1988. Rapport final, 1989, p. 33-42, 54-57 et 66-68.

115 Ibid., p. 130 sq.

116 DFJW (éd.), Die 15-24jährigen und der deutsch-französische Jugendaustausch (op. cit., note 103), p. 51-61.

117 Cf. également ses déclarations à propos des conclusions du colloque organisé à l’occasion du 25e anniversaire de l’OFAJ dans : OFAJ (éd.), L’OFAJ a 25 ans (op. cit., note 114), p. 3-5.

118 Rapport d’orientation 1990, annexe à la 65e session du conseil d’administration du 27 juin 1989 à Tübingen, p. 9.

119 Ibid.

120 Ibid., p. 10.

121 Ibid., p. 30.

122 Les noms entre parenthèses se rapportent aux membres du conseil qui, aux dates indiquées, avaient été nommés en qualité de suppléant exclusivement. N’apparaissent plus sur le listing le DGB (Deutscher Gewerkschaftsbund) non plus que les représentants des villes et des communes siégeant depuis 1984 comme membres permanents du conseil d’administration. Les organismes mentionnés figurent sur les listes de participants aux séances du conseil d’administration correspondant aux années 1989-1990.

Auteur

Né en 1965, politologue, Université de Kassel.

Danielle Laforge (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540