Version classiqueVersion mobile

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Première partie : L’Office franco-allemand pour la Jeunesse 1963-2008

Crise et réorganisation de l’OFAJ dans les années 1970

Katja Marmetschke
Traduction de Bernard Ludwig

Texte intégral

L’OFAJ sous le feu de la critique des acteurs politiques, des chercheurs et de la société civile 1969-1973

  • 1 « Jugendwerk gefährdet », Donau-Kurier Ingolstadt, 9 août 1972.
  • 2 « Zum Geburtstag sollen die Totenglocken läuten », Frankfurter Neue Presse, 9 novembre 1972.
  • 3 « Wird Deutsch-Französisches Jugendwerk aufgelöst? », Schwäbische Zeitung Leutkirch, 14 novembre 19 (...)
  • 4 Le Figaro, 19 janvier 1973.
  • 5 « Deutsch-Französisches Jugendwerk: Wie lange noch? », Sonntagsblatt Hamburg, 28 janvier 1973.
  • 6 « Schwung dahin », Der Spiegel, 15 octobre 1973.

1Si l’on se fonde sur les articles parus dans la presse sur l’OFAJ pour se faire a posteriori une idée de l’évolution de l’Office pour la Jeunesse, les années 1972-1973 apparaissent clairement comme des sommets dans l’information du public sur ses activités. Presque jamais, au cours des quarante-cinq ans d’existence de cette organisation de médiation, la presse régionale et nationale n’a traité aussi intensivement de l’Office. Jamais, l’Office pour la Jeunesse ne donna lieu à des titres aussi alarmants que  : «  L’Office pour la Jeunesse en danger  »1, «  Pour son anniversaire sonnera le glas  »2, «  L’Office franco-allemand pour la Jeunesse sera-t-il dissous  ?  »3, «  L’Office franco-allemand pour la Jeunesse est-il condamné  ?  »4, «  L’Office franco-allemand pour la Jeunesse  : combien de temps encore  ?  »5, «  L’élan est perdu  »6. C’est sous ces titres ou d’autres encore que le sort de l’OFAJ fut discuté dans l’opinion. En effet, au début des années 1970, l’Office pour la Jeunesse traversait une des plus graves crises de son existence. Celle-ci se manifestait à plusieurs niveaux et, pire encore, touchait justement aux trois données fondamentales sur lesquels reposait le travail de l’OFAJ. C’était, d’une part, sa dépendance par rapport aux décisions et péripéties officielles et gouvernementales, ensuite la coopération avec les acteurs de la société civile et enfin l’évolution interne de l’OFAJ comme organisation binationale investie d’une mission politico-pédagogique. Ces trois éléments nous serviront de grille pour analyser la crise du début des années 1970 qui finalement a conduit, en 1973-1974, à réformer l’administration et l’organisation de l’Office et à reformuler sur le fond ses directives.

  • 7 Cf. Gilbert Ziebura, Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1945, Stuttgart, 1997, p. 225-259.
  • 8 Cf. Henri Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse, Paris, 1988, p. 103.

2La phase de crise de l’OFAJ entre 1969 et 1973, alors que Albrecht Krause et Marcel Jaurant-Singer étaient les secrétaires généraux, coïncidait à peu près, sur le plan politique, aux mandats de Georges Pompidou et de Willy Brandt (1969-1974). Même si l’on ne peut pas considérer les activités de l’Office pour la Jeunesse comme une simple fonction dérivée des rapports officiels franco-allemands, on reconnaît nettement, lors de cette phase, les conséquences que les tensions au sein des relations bilatérales ont eues pour le travail de l’Office. Tandis qu’Adenauer et de Gaulle ne cessèrent de souligner le caractère particulier de la relation franco-allemande en Europe, du temps de Pompidou et de Brandt c’est un ton neutre et dépassionné qui fit son entrée dans le discours politique officiel, où il était maintenant de plus en plus question des intérêts nationaux, en Allemagne comme en France7. Ni Brandt ni Pompidou ne manifestaient un intérêt particulier pour les questions franco-allemandes et leurs divergences de vues à propos d’une politique européenne et monétaire commune eurent indirectement des répercussions sur les attitudes respectives des deux gouvernements à l’égard de l’OFAJ. Ceci transparaît essentiellement dans la dotation financière de l’Office pour la Jeunesse. Tandis qu’au début de l’ère Brandt l’économie allemande poursuivait sa croissance, la France se trouva après mai 1968 dans une situation de crise économique, qui conduisit le gouvernement français à réduire sa dotation au budget de l’Office pour l’année 1969 de 25 à 23,5 millions de francs. Conformément aux dispositions de l’accord sur l’Office franco-allemand pour la Jeunesse du 5 juillet 1963, la partie allemande devait suivre et réduisit sa contribution de 20 à 18 millions de DM. C’est cependant la crise monétaire internationale déclenchée en août 1971 par la décision du président américain Nixon d’annuler les accords de Bretton-Woods qui déséquilibra définitivement les dotations gouvernementales. Les stratégies divergentes par lesquelles l’Allemagne et la France réagirent aux turbulences monétaires et au choc pétrolier n’entraînèrent pas seulement de profondes différences dans la recherche d’une politique monétaire européenne commune, mais plongèrent aussi l’Office dans une situation financière difficile  : la dévaluation du franc par rapport au mark et la baisse du pouvoir d’achat de la monnaie française réduisit considérablement le budget de l’OFAJ, dans la mesure où le gouvernement français n’était pas prêt, vu la solidité du DM, à revoir sa dotation à la hausse. De 1972 à 1977, le gouvernement français gela sa dotation à 23,6 millions de francs, ce qui correspondait du côté allemand à des contributions annuelles d’environ 13 à 14 millions de marks8. Après les larges dotations financières de la phase de fondation, qui permettaient une politique de subvention très généreuse, l’OFAJ se vit pour la première fois contraint à faire des économies massives dans son budget d’intervention et de fonctionnement – une tendance qui marqua la politique budgétaire sur l’ensemble des années 1970. Les raisons pour lesquelles les gouvernements étaient moins enclins à accorder des financements ne s’expliquent cependant pas seulement par des facteurs économiques externes, mais furent surtout conditionnées par des raisons politiques. L’autonomie de l’institution était en effet une épine dans le pied du gouvernement français. Ainsi le secrétaire d’État à la Jeunesse, aux Sports et aux Loisirs, Joseph Comiti, qui en assumait la tutelle, ne mâcha pas ses mots au début des années 1970 lors de la discussion publique sur l’avenir de l’Office pour la Jeunesse. En présentant son budget pour l’année 1973, il constata devant l’Assemblée nationale  :

  • 9 Journal Officiel de la République Française. Débats parlementaires. Assemblée Nationale, n° 85, 28 (...)

Au terme de dix ans d’activité, on peut considérer que l’Office franco-allemand pour la jeunesse aura atteint la plupart, sinon la totalité des objectifs qui lui avaient été assignés au départ. Le succès même de l’entreprise doit nécessairement nous conduire à un réexamen non seulement de la finalité et des méthodes de l’Office, mais aussi des moyens financiers qui doivent lui être attribués par les deux gouvernements. […] Pour ma part, j’estime que l’immobilisme et la permanence d’habitudes acquises sont le plus sûr moyen d’amener progressivement l’extinction de l’Office franco-allemand pour la jeunesse. Grâce à une réflexion en commun et sans remettre en cause en aucune façon la coopération franco-allemande en matière de jeunesse, mon collègue du gouvernement fédéral chargé de la Jeunesse et moi-même examinerons, après les élections du 19 novembre, comment nous pouvons, au terme de dix années d’expérience, donner une nouvelle impulsion à cet Office9.

  • 10 Le Monde, 15 novembre 1972 et Stuttgarter Zeitung, 14 décembre 1972.
  • 11 Le Monde, 4 novembre 1972.
  • 12 Le Monde, 26 janvier 1973.
  • 13 Le Monde, 15 novembre 1972. Sur l’évolution des programmes avec les pays tiers, cf. l’article de Ca (...)
  • 14 Bulletin des Presse- und Informationsamtes der Bundesregierung, n° 70, 16 mai 1972, p. 1003. L’Offi (...)
  • 15 Cf. Rudolf Herrmann, « Deutsch-Französisches Jugendwerk. Stürmischer Herbst oder stille Agonie? », (...)
  • 16 DFJW/OFAJ, 1968 Kongreß DFJW - Colloque OFAJ, Paris, s.d. (1969). Cf. Surtout le rapport de la comm (...)
  • 17 Les contributions du colloque ainsi que les résumés des groupes de travail sont publiés dans Revue (...)
  • 18 René Cheval, à l’initiative du colloque, caractérisa ainsi l’atmosphère de travail de la ren-contre (...)
  • 19 Cf. Gilbert Ziebura, « Die Funktion der Diskussion politischer Themen innerhalb der deutsch-französ (...)

3De plus, Comiti prévoyait encore une réduction d’environ 1,6 million de francs dans le budget de l’Office pour l’année 1973. Il voulait l’utiliser en partie pour la création d’un «  Centre d’échanges internationaux de jeunes  », dont les activités devaient se concentrer sur des voyages d’étude à caractère économique et technologique10. Pour la réorganisation de l’OFAJ, il pensait au modèle de l’Office franco-québecois pour la Jeunesse (OFQJ) qui avait été fondé en 196811. Contrairement à l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, celui-ci n’avait pas à sa tête un secrétariat général autonome ou un conseil d’administration composé de représentants des organisations de jeunesse, mais comportait deux sections nationales, dont les directeurs étaient nommés par les gouvernements respectifs. Comiti ne parvint cependant pas à faire adopter ces propositions et la réduction du budget qu’il avait prévue fut annulée sur ordre venu de très haut12. Par ailleurs, le secrétaire général allemand, Albrecht Krause, s’éleva dans une lettre ouverte contre les accusations de gaspillage des moyens et reprocha à ses partenaires français de trop considérer l’Office pour la Jeunesse comme un instrument bilatéral d’échanges, qui se fermait systématiquement à l’ouverture à des pays tiers13. Or, c’est justement cette volonté qui se trouvait au centre des intérêts du gouvernement allemand qui, au début des années 1970, s’employait surtout à mettre en place des programmes européens de rencontres de jeunes. Dès 1964, le Bundestag s’était ainsi prononcé presque à l’unanimité pour la création d’un office européen pour la jeunesse dont la fondation fut décidée le 15 mai 1972 par le Comité des ministres du Conseil de l’Europe14. Et même si la ministre fédérale pour la Jeunesse, la Famille et la Santé d’alors, Käte Strobel, soulignait de façon récurrente que l’Office européen pour la jeunesse ne serait pas en concurrence avec l’OFAJ, la nouvelle priorité du gouvernement allemand était claire. En effet, ce n’est certainement pas un hasard si la ministre, dans un bilan intermédiaire de sa politique en faveur de la jeunesse, insista longuement sur l’Office européen pour la jeunesse, sans mentionner l’OFAJ15. Les buts divergents des deux gouvernements au début des années 1970 – réduction de l’autonomie institutionnelle d’une part, souhait d’ouverture européenne de l’autre – étaient certes dans l’ensemble un obstacle pour l’élaboration d’une politique commune de rencontres franco-allemandes de la jeunesse, néanmoins ils ne constituaient pas la raison majeure pour la restructuration de l’OFAJ en 1973-1974. La principale critique envers l’OFAJ, qui s’exprimait aussi bien au sein des gouvernements que des organisations de jeunesse, concernait d’une part les programmes du travail de rapprochement et d’autre part l’appareil administratif de l’OFAJ. «  Trop touristique et pas assez politique  » – tel était en résumé le principal reproche à l’encontre des programmes de rencontres de l’OFAJ. Déjà en novembre 1968, lors du colloque «  Cinq ans d’échanges franco-allemands de la jeunesse  », différents spécialistes des rencontres bilatérales – notamment Alfred Grosser et Gilbert Ziebura – avaient demandé que les programmes d’échanges de l’OFAJ s’ouvrent davantage à des sujets politiques et fait remarquer que l’OFAJ passait à côté des réalités de la vie des jeunes gens en persistant dans son système de subventionnement apolitique, surtout après les événements de mai 196816. Cette recommandation ne fut cependant mise en pratique que partiellement dans les années qui suivirent. À l’automne 1972, le conseiller culturel de l’ambassade de France à Bonn, René Cheval, invita à nouveau chercheurs et acteurs des échanges franco-allemands à discuter sur la politique d’échange de l’OFAJ autour du thème «  Problèmes psychologiques de la rencontre franco-allemande  »17. Dans une atmosphère générale d’«  insatisfaction constructive  »18, Gilbert Ziebura critiqua la conception de la politique sur laquelle l’Office fondait ses activités  : il n’utilise pas suffisamment les impressions et expériences subjectives récoltées par les jeunes dans leurs contacts avec le pays voisin pour réfléchir systématiquement, lors de rencontres de groupes, aux problèmes socio-politiques des deux pays. En fait, lors «  d’échanges de jeunes conduits essentiellement de façon apolitique  », on ne fait voir aux participants que l’apparence extérieure de l’autre pays, et les connaissances ainsi acquises n’excèdent guère le niveau touristique19. Dans sa conclusion, Gilbert Ziebura souligna que l’Office pour la Jeunesse, dans son propre intérêt, se devait de délaisser cette dimension apolitique de l’échange  :

  • 20 Ibid., p. 303.

Si ces réflexions devaient avoir la moindre chance d’être incorporées au travail de l’Office pour la Jeunesse, une réflexion fondamentale sur cette institution est nécessaire dix ans après sa fondation. Dans cette réflexion, on devrait tenir compte des processus de mutation internes et externes et analyser leur importance pour une action, appropriée et financièrement justifiable, auprès de la jeunesse. Je ne sais pas si l’OFAJ en est capable. Il se pourrait cependant qu’en poursuivant dans la voie d’un pragmatisme irréfléchi l’Office pour la Jeunesse se trouve marginalisé et apparaisse, un jour ou l’autre, comme superflu. Je sais que l’Office pour la Jeunesse n’est lui-même qu’une partie des structures et des intérêts supérieurs. Néanmoins, il doit, lorsqu’il s’agit de ses propres objectifs, développer de son côté un potentiel autonome. Ainsi la question de la discussion politique au sein des échanges franco-allemands conduit à s’interroger sur l’identité politique de cette institution20.

  • 21 Cf. Herrmann, « Deutsch-Französisches Jugendwerk » (op. cit., note 15), p. 389.

4À cette critique de fond sur le travail de l’OFAJ s’ajoutèrent, du côté des organisations de jeunesse, de violents reproches à l’encontre de l’administration de l’Office pour la Jeunesse et de la manière dont celui-ci concevait son propre rôle, hésitant entre instrument de subvention et instrument de créativité21. Lors d’une réunion de travail entre des organisations allemandes de jeunesse et des représentants de l’Office en juin 1971, les représentants des organisations critiquèrent le fait que

  • 22 Jahrbuch des Deutsches Bundesjugendrings 1971, p. 90 et DBJR-Information, 18e année, mai-août 1971, (...)

les activités propres de l’OFAJ s’orientent essentiellement selon les besoins de l’administration de l’OFAJ et non selon les besoins des organisations de jeunesse et des jeunes, qui, d’après les statuts de l’OFAJ, sont en fait les véritables partenaires de l’OFAJ22.

  • 23 Ibid.
  • 24 Alfred Grosser fut membre du conseil d’administration de 1965 à 1971 en tant que personnalité et pa (...)

5La rencontre des organisations de jeunesse allemandes et françaises, qui eut lieu à Marly-le-Roi juste avant la 27e réunion du conseil d’administration en juin 1971, alla dans le même sens. Dans un communiqué de presse commun, les représentants du Deutscher Bundesjugendring (DBJR) et du Comité pour les relations internationales des associations françaises de jeunesse et d’éducation populaire (CRIF) constatèrent qu’il subsistait un profond déséquilibre entre les activités de l’OFAJ et les activités des organisations de jeunesse et que, de surcroît, les programmes propres de l’Office bénéficiaient de subventions plus généreuses que des programmes tout aussi valables organisés par les partenaires. Le mécontentement des organisations de jeunesse culminait finalement dans la question suivante  : «  dans quelle mesure le conseil d’administration, en tant qu’instrument politique de décision, est-il encore en état de déterminer et de contrôler le travail de l’administration  »23. Ce dernier reproche paraît étonnant au premier regard – car finalement les fédérations mentionnées ci-dessus ainsi qu’une partie des organisations qu’elles regroupaient faisaient justement partie de cette instance dirigeante dont ils remettaient désormais publiquement en cause le pouvoir de décision. Ceci vaut aussi pour les représentants des milieux politiques et scientifiques évoqués plus haut, qui, comme membres du conseil d’administration, pouvaient également influencer le travail de l’OFAJ24. Cependant, si l’on cesse de juger de l’extérieur et si l’on se concentre sur le plan interne de la collaboration entre la direction de l’OFAJ et le conseil d’administration, on constate que ces conflits ont également marqué les réunions du conseil d’administration et que la crise de l’OFAJ était aussi une crise de confiance entre le secrétariat général et le conseil d’administration. Mais il apparaît également qu’il existait, au sein même de l’OFAJ, des tentatives constructives pour dépasser ces problèmes.

Tensions internes entre le conseil d’administration et le secrétariat général au début des années 1970

6Lors de la 27e réunion du conseil d’administration, en juin 1971, Alfred Grosser formula sa critique en mots très durs  :

  • 25 PV de la 27e réunion du conseil d’administration les 28-29 juin 1971 à Bordeaux, p. 5.

Il faut voir ici que l’irritation ressentie par beaucoup de mouvements de jeunesse […] est une irritation qui est commune à beaucoup de membres du conseil d’administration […]. Ce ne sont pas seulement d’innombrables petites frictions, l’impossibilité d’obtenir l’actualisation des décisions prises en conseil […] ou la possibilité d’avoir les papiers promis et que l’on n’obtient jamais  ; il s’agit de quelque chose de beaucoup plus profond, d’une crise de confiance du conseil d’administration à l’égard du secrétariat général. Si nous avions un système parlementaire au sein de l’Office, […] il y aurait une motion de censure qui serait déposée et qui, dans l’état actuel de mon information, serait votée25.

  • 26 Ainsi la ministre fédérale pour la Jeunesse, la Famille et la Santé, Käte Strobel. PV de la 25e réu (...)
  • 27 Jean Maheu fut membre du conseil d’administration de 1968 à 1973 par sa fonction de directeur de la (...)
  • 28 Cf. PV de la 25e réunion du conseil d’administration, p. 32.
  • 29 Cf. point 5 : « Zusammenarbeit mit den Verbänden. Bericht der Kommission », in : PV de la 28e sessi (...)
  • 30 Cf. « Les grandes lignes de la politique budgétaire de l’OFAJ pour l’année 1973 », Annexe de la 29e(...)
  • 31 Fin 1970, cette critique fut essentiellement exprimée par le secrétaire d’État français Joseph Comi (...)

7Même si tous les membres du conseil d’administration ne se rallièrent pas à la position de Grosser, son intervention montre très bien l’atmosphère tendue entre le conseil d’administration et le secrétariat général au début des années 1970. Déjà lors de la 25e réunion du conseil d’administration, en novembre 1970, le travail d’Albrecht Krause et de Marcel Jaurant-Singer avait été mis en cause  : on estimait que les rapports présentés par eux «  manquaient d’un certain élan  » et qu’en les lisant, on avait l’impression qu’«  une grande partie des responsables ne s’occupait que d’administration  »26. Jean Maheu, membre du conseil d’administration en tant que représentant du ministère français pour la Jeunesse27, constata lors de cette réunion un besoin urgent de réformes sur quatre plans. Il résuma ainsi les principaux points qui étaient, de façon répétée, au centre de la critique du conseil d’administration. Pour que l’OFAJ devienne un «  lieu de rayonnement  » plutôt qu’un lieu d’administration, il devait y avoir une synergie entre différents éléments  : on avait besoin, premièrement, de directives claires, qui se traduisent dans les programmes et la pédagogie, deuxièmement d’une comptabilité et d’une gestion appropriées, troisièmement d’une organisation adéquate des services et, enfin, quatrièmement, d’une coopération souple mais stimulante avec les grandes associations28. Même si une part importante de ce programme ne fut réalisée que sous le mandat de Pierre Gril (1974-1979), le conseil d’administration se mit déjà à chercher des solutions sous le mandat d’Albrecht Krause comme secrétaire général. Elsbeth Rickal, directrice fédérale du Bund der Deutschen Katholischen Jugend et présidente d’un groupe de travail créé par le conseil d’administration, avança lors de la 28e session de ce dernier, en novembre 1971, trois propositions en vue d’améliorer la coopération entre l’OFAJ et ses partenaires. Premièrement, l’évaluation des programmes devait être vérifiée et rendue utilisable pour la préparation de nouvelles activités. Deuxièmement, l’OFAJ devait perfectionner sa politique d’information et mettre à la disposition des organisations de jeunesse partenaires des documents pour les aider dans la préparation des rencontres de groupes (par exemple sous forme de «  Cahiers de travail de l’OFAJ  »). Troisièmement, le processus de planification devait être amélioré. Il devait être organisé de façon à permettre un dialogue permanent entre l’administration et les organisations et éviter «  que la discussion sur les contenus et les financements des programmes [n’ait lieu qu’au] conseil d’administration lors du vote du budget  »29. Le secrétariat général a effectivement tenu compte d’une partie de ces propositions, ce qui se traduisit essentiellement dans la politique budgétaire. Dans son projet concernant «  les grandes lignes de la politique budgétaire de l’OFAJ pour l’année 1973  » Albrecht Krause fixa quatre axes principaux qui devaient être subventionnés de façon prioritaire malgré la diminution des dotations publiques  : 1. formation et perfectionnement des animateurs  ; 2. amélioration et accroissement des programmes incluant le perfectionnement linguistique  ; 3. amélioration de la coopération institutionnelle  ; 4. recherche, information et documentation. Il prévoyait en revanche d’importantes coupes pour les échanges d’élèves et d’étudiants et pour les programmes uniquement consacrés aux activités de loisirs30. Le secrétaire général intensifia ses efforts surtout en matière de relations publiques, domaine dans lequel on avait demandé à Krause d’être «  plus dynamique  »31. Pour améliorer le flux d’informations entre l’OFAJ et ses partenaires, on publia, entre 1973 et 1976, un «  Bulletin de liaison  » et, à partir de mai 1971, le secrétaire général ou son représentant organisèrent avec les directeurs nationaux des «  journées d’informations  » dans des petites et moyennes villes, pour faire connaître le travail de l’OFAJ.

  • 32 Sur cette tendance cf. la contribution de Hans Manfred Bock sur le développement de l’Office pour l (...)
  • 33 « L’Office est l’instrument gaulliste d’une politique européenne fondée sur l’entente franco-allema (...)
  • 34 Cf. Rapport final du secrétaire général sur l’année budgétaire 1969, Annexe pour la 25e session du (...)

8Cependant, ces tentatives pour améliorer la coopération avec les représentants des organisations de jeunesse et développer le travail de relations publiques n’apportèrent pas de solution aux problèmes fondamentaux que connaissait l’OFAJ au début des années 1970, c’est-à-dire le manque de coordination au sein même de l’appareil administratif et l’orientation imprécise sur le fond de l’institution bilatérale. Le fait – souvent critiqué par le conseil d’administration et par les milieux politiques – que le secrétaire général manquait d’autorité s’expliquait cependant aussi par des facteurs structurels, indépendants de la personne du secrétaire général. Au sein de l’organisation, Albrecht Krause se trouvait, en effet, face à deux directeurs nationaux agissant en grande partie de façon autonome et sous la responsabilité desquels se trouvaient les administrations respectives à Paris et à Bonn. Or, il était souvent en conflit avec eux à propos des domaines de compétence. L’organisation des services par domaines d’intervention, en fonction des groupes cibles, tant du côté allemand que du côté français, faisait passer les objectifs politico-éducatifs généraux de l’Office à l’arrière-plan et renforçait dans certains services la tendance à une étroite proximité avec les organisations partenaires32. La communication était également difficile entre Krause et son adjoint, Marcel Jaurant-Singer, qui, dans une tradition gaullienne, voyait dans l’OFAJ un instrument de la politique culturelle extérieure et de diffusion de la langue française33. Enfin, c’est également pendant le mandat d’Albrecht Krause, qu’eut lieu le coûteux déménagement du secrétariat général de Bad Honnef dans le nouveau bâtiment à Versailles, qui greva lourdement le budget de l’OFAJ et fit exploser les dépenses d’investissement et d’administration34.

  • 35 En 1971, fut proposé le premier cours type sur le thème « L’Homme et son environ-nement ». Cf. Rapp (...)

9Le problème central de l’OFAJ était cependant l’absence d’orientations concernant sa politique des programmes pour les années à venir. Les anciens programmes phares «  Nous découvrons l’Allemagne  » et «  Connaissance de la France  » ne pouvaient plus, avec leur caractère plutôt touristique et apolitique, servir de projets-modèle pour les rencontres transnationales de jeunes, même s’ils furent proposés pour la première fois, à partir de 1971, en mettant l’accent sur des thèmes socio-économiques et socio-politiques35. De plus, comme l’OFAJ, malgré sa longue expérience des échanges, ne s’était pas préoccupé jusque-là de développer de façon systématique une pédagogie de l’échange et de la rencontre, il avait omis d’élaborer une base théorique et de fixer les critères qui lui auraient permis de procéder à l’indispensable amélioration de la qualité des programmes. Or précisément cela faisait partie des missions de l’Office, comme le constatait le secrétaire d’État français, Joseph Comiti, en 1971  :

  • 36 PV de la 27e session du conseil d’administration, p. 68.

Effectivement, on comprendrait très mal qu’une organisation comme la nôtre disposant de moyens puissants, […] ne puisse pas étudier les échanges et la pédagogie et, de ce fait, je voudrais simplement vous rappeler le titre de la presse locale de ce matin qui est bien l’illustration de ce que pensent les gens  : «  l’OFAJ à la pointe de la pédagogie, cherchant une pédagogie d’avant-garde  ». C’est bien naturel, on attend de l’OFAJ que nous définissions dans cette matière qui est très mouvante une doctrine, je pense que les citoyens nous reprocheront de ne pas l’avoir fait et d’avoir été simplement des distributeurs, étant donné que cela n’exclut pas, bien entendu et au contraire, les associations36.

  • 37 PV de la 29e session du conseil d’administration, p. 2.
  • 38 PV de la 33e réunion du conseil d’administration les 22-23 juin 1973 à Rhöndorf, p. 3.
  • 39 À propos des déclarations de Davezac, cf. compte rendu détaillé des débats concernant le point 9 de (...)
  • 40 Cf. le point 1.3 (« das Jugendwerk als Erprobungsfeld für europäische Jugendarbeit ») et le point 2 (...)
  • 41 Cf. PV de la 34e réunion du conseil d’administration le 19 octobre 1973 à Versailles.
  • 42 Cf. Directives. Document de travail soumis à la ratification du conseil d’administration de l’OFAJ, (...)

10Les directives constituent la base la plus importante pour les contenus du travail de l’Office et de ses partenaires, car elles définissent les missions et les objectifs généraux de l’OFAJ, ainsi qu’une typologie des programmes et des critères de subventionnement permettant leur mise en œuvre. Le conseil d’administration, à qui appartient l’élaboration de ces directives, peut grâce à elles avoir une grande influence sur l’orientation thématique et le travail concret de l’Office pour la Jeunesse. Les formulations encore très vagues et très générales des directives dans leur version de novembre 1969 tout comme les règles de subventionnement encore relativement rigides ne constituaient plus vraiment une base appropriée pour donner au travail de l’OFAJ de nouvelles impulsions. C’est pourquoi le conseil d’administration décida, en juin 1972, la création d’une commission des directives37 qui, après un an de travail, présenta son rapport lors de la 33e session du conseil d’administration en 197338. Georges Davezac, membre du conseil d’administration, secrétaire général de la Ligue française de l’Enseignement et de l’Éducation permanente et président de la commission, signala les principales modifications par rapport à la version de 196939. Il fit remarquer que la commission s’était explicitement efforcée de concevoir les directives comme un outil au service des organisations partenaires et avait renoncé à décrire les processus administratifs internes à l’OFAJ, tels qu’on pouvait encore les trouver dans les anciennes directives. En outre, elle avait rendu les directives plus souples, en stipulant que le montant de certaines aides financières (comme par exemple les frais de transport) pouvait être fixé et ajusté annuellement par le conseil d’administration. À côté de ces critères formels, Davezac signala aussi les deux idées-forces qui avaient guidé le travail de la commission  : d’abord on a voulu, grâce à ces nouvelles directives, encourager la participation active des jeunes aux programmes. Ensuite, l’Office ne devait pas rester exclusivement dans le cadre franco-allemand, mais s’ouvrir à des activités multilatérales et servir de laboratoire aux rencontres européennes de jeunes. C’étaient surtout ces deux derniers points qui constituaient une importante nouveauté pour le travail de l’OFAJ. Ils furent pleinement intégrés dans la version définitive des directives40 qui entra en vigueur le 1er janvier 197441. Il faut également remarquer que les objectifs de l’Office pour la Jeunesse étaient formulés de façon nettement plus politique dans la nouvelle version, dans la mesure où la découverte mutuelle, le rapprochement, la solidarité et la coopération furent déclarés «  objectifs permanents  » de l’Office pour la Jeunesse. De plus, pour la première fois, trois grands types de programmes furent clairement définis  : 1) programmes d’information et de contact  ; 2) programmes à thématique restreinte, permettant un débat approfondi  ; 3) séjours longs d’étude et de travail. Ces directives, en vigueur depuis 1974, constituent encore aujourd’hui, dans une forme légèrement modifiée, la base du travail de l’OFAJ42. Et surtout, les travaux de la commission des directives montrent qu’il existait, au sein du conseil d’administration, des forces qui se sont unies afin de s’employer pour une refondation constructive de l’œuvre de rapprochement. Mais 1974 ne constitue pas seulement un tournant dans l’évolution de l’OFAJ à cause de l’entrée en vigueur des nouvelles directives  ; d’autres changements décisifs ont également eu lieu sur le plan politique, administratif et au niveau des personnes, et c’est seulement la conjonction de ces facteurs qui créa la base d’un nouveau départ pour l’OFAJ.

Réformes de la tête et des membres  : les processus d’évolution en 1973-1974

  • 43 Pour la coopération entre Schmidt et Giscard d’Estaing cf. Adolf Kimmel, Pierre Jardin (éds), Les r (...)
  • 44 Cf. Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse (op. cit., note 8), p. 125.

111974 fut tout d’abord l’année du changement politique en France et en Allemagne. Helmut Schmidt et Valéry Giscard d’Estaing se connaissaient déjà par leur collaboration en tant que ministres des Finances de leurs pays respectifs et parvinrent très rapidement, surtout sur les questions économiques et financières, à des positions concordantes qu’ils ont su faire triompher sur le plan européen avec la création du système monétaire européen. Sur le plan politique aussi ces deux hommes d’État jouèrent un rôle pionnier pour l’unification de l’Europe par la création, en 1974, du «  Conseil européen  » et en s’engageant pour l’élection au suffrage direct du Parlement européen, décidée par le Conseil des ministres de la CEE en 197643. Ce changement qualitatif au sein de la coopération franco-allemande eut également des répercussions positives sur le travail de l’OFAJ car, contrairement à l’ère Pompidou-Brandt, son existence n’était désormais plus remise en cause publiquement et l’idée d’une ouverture européenne de l’OFAJ s’insérait dans les activités pro-européennes de Schmidt et Giscard d’Estaing. En outre, avec Antje Huber et Jean-Pierre Soisson comme présidents du conseil d’administration, il y avait à la tête de ce conseil deux figures politiques qui prenaient très à cœur les intérêts de l’Office. Ainsi Jean-Pierre Soisson, après des années de stagnation des contributions du gouvernement français, put imposer une augmentation annuelle de 10  % pour les années 1978-1981, grâce à laquelle la situation budgétaire de l’OFAJ se décrispa44.

  • 45 Sur ce point, cf. l’interview de Heinz Westphal, secrétaire d’État parlementaire pour la Jeunesse, (...)
  • 46 Cf. Le Monde, 26 janvier 1973. En signe de protestation contre la nouvelle réduction de moyens par (...)
  • 47 Sur ces modifications, voir aussi Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse (op. cit.), p (...)
  • 48 Cf. Le Monde, 23 janvier 1973.

12La nouvelle version de l’accord sur l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, encore décidée sous les gouvernements Brandt-Pompidou, constitua une base importante pour la réorganisation de l’OFAJ après 1974. À cause de la critique de plus en plus forte à l’encontre de l’OFAJ, les deux gouvernements s’étaient déjà mis d’accord, au cours de discussions internes lors des 20e consultations franco-allemandes, en 1972, et avaient décidé qu’il fallait vérifier du côté français et allemand quelles nouvelles impulsions pourraient éviter à l’OFAJ de sombrer dans la routine45. À l’occasion du sommet pour le 10e anniversaire du traité de l’Élysée, en janvier 1973, Brandt et Pompidou annoncèrent qu’une commission allait présenter sous peu des mesures concrètes pour réorganiser l’OFAJ. Parallèlement, le gouvernement français fit savoir que les coupes budgétaires initialement prévues par Comiti pour l’année 1973 n’auraient pas lieu46. Le 22 juin 1973 fut signé le nouvel accord sur l’Office franco-allemand pour la Jeunesse entraînant des modifications décisives pour le travail de l’Office47. Elles concernaient en premier lieu sa structure administrative  : les sections nationales organisées en parallèle à Paris et à Bonn furent dissoutes au profit d’une administration intégrée commune, qui dépendait directement du secrétaire général et partageait le siège de ce dernier. Bonn fut choisi comme siège permanent du secrétariat général, de façon à éviter les déménagements liés à chaque alternance. À Paris ne subsistait qu’un bureau de liaison avec huit collaborateurs. Cette restructuration facilita la coordination des activités au sein de l’Office pour la Jeunesse et renforça la position du secrétariat général, qui pouvait désormais exercer une influence directe sur les contenus et sur le travail administratif des services et n’avait plus en face de lui deux directeurs et leurs administrations agissant de façon indépendante. Cependant, ce regroupement administratif entraîna une importante réduction du personnel  : entre 1970 et 1973, l’Office réduisit son personnel de 112 à 96 collaborateurs, dont un tiers encore dut quitter l’Office48. Les modifications de l’accord concernèrent également la composition du conseil d’administration. Selon le traité du 5 juillet 1963, il se composait de dix membres français et dix membres allemands  ; quatre d’entre eux, respectivement, étaient issus d’administrations publiques et six d’organisations privées œuvrant dans le domaine de la jeunesse. De plus, pour chaque membre était nommé un suppléant, qui ne participait pas aux votes mais pouvait assister aux sessions du conseil d’administration. Comme ces suppléants venaient souvent d’autres organisations de jeunesse que les membres titulaires, ils étaient très désireux de participer aux sessions, si bien que, lors des réunions de cette instance de décision, quarante personnes étaient généralement présentes. La nouvelle règle de l’accord de juin 1973 stipulait que désormais les suppléants ne pourraient participer aux sessions qu’en cas d’absence des titulaires. En contrepartie, le nombre de membres du conseil d’administration fut augmenté  : il comprenait à présent quatorze membres français et quatorze membres allemands, parmi lesquels six venaient des administrations publiques et huit des organisations partenaires des activités de jeunesse. En même temps, il fut décidé que, pour valider les décisions, la majorité des deux tiers était suffisante, contre trois quarts auparavant, ce qui, ajouté à la réduction du nombre de participants, facilita sensiblement la prise de décision au sein du conseil d’administration.

  • 49 Sur la critique de cette démarche, cf. le communiqué de presse commun de deux fédérations d’organis (...)
  • 50 Wolfgang Linckelmann, né en 1936, fit des études de droit à Fribourg, Münster et aux États-Unis. Co (...)
  • 51 Pierre Gril (1924-1995) fit des études d’allemand à Toulouse et fut lecteur en Allemagne de 1947 à (...)
  • 52 Comme sélection des nombreux articles : Le Monde des 15, 22 et 29 septembre 1973 et du 21-22 octobr (...)

13La modification de l’accord, qui avait en fait été décidée au plus haut niveau sans consultation préalable du conseil d’administration ou du secrétariat général, créa les conditions49 pour une réorganisation réussie de l’Office pour la Jeunesse. Sa mise en œuvre concrète incombait quant à elle au nouveau secrétaire général, cette fois désigné par le gouvernement français. Or, tandis que la partie allemande trouva rapidement son candidat pour le poste de secrétaire général adjoint en la personne de Wolfgang Linckelmann, âgé de 37 ans et collaborateur, depuis 1968, du service de politique internationale du ministère fédéral de la Jeunesse, de la Famille et de la Santé50, le gouvernement français, à cause de divergences internes, ne put s’accorder sur un candidat consensuel qu’au bout de la troisième tentative. Ce fut Pierre Gril, à l’époque directeur des services d’enseignement français en Allemagne51. Âgé de 49 ans, il n’appartenait à aucun parti, mais était un fidèle soutien du gouvernement gaulliste. Les conditions étaient peu favorables lors de son entrée en fonction, le 9 novembre 1973  : la presse des deux pays avait suivi avec beaucoup d’attention (mais en partie avec sarcasme) les querelles politiques autour de la nomination du secrétaire général52, alors qu’en interne, le candidat par défaut se devait d’imposer des réformes administratives fort peu appréciées, en particulier du personnel de l’Office.

La réorganisation de l’Office pour la Jeunesse sous le mandat de Pierre Gril (1974-1979)

  • 53 Cf. Interview sur l’OFAJ avec son secrétaire général Gril, in : Deutsche Jugend 23 (1975), p. 40-41
  • 54 Cf. point 2 : Organigramme et conséquences pour le personnel, in : PV de la 35e réunion du conseil (...)
  • 55 Cf. point 3 : Organigramme, in : PV de la 37e réunion du conseil d’administration le 10 -décembre 1 (...)
  • 56 Gril avait à l’origine prévu aussi que ce bureau assurerait la « coordination entre les services », (...)
  • 57 Cf. PV de la 38e réunion du conseil d’administration les 26-27 mai 1975 à Paris, p. 7.

14Dans une interview avec la revue Deutsche Jugend, Pierre Gril annonça clairement son programme de travail pour les débuts de son mandat  : l’année 1974 serait pour lui celle de la réorganisation, 1975 celle des innovations53. En effet, Pierre Gril s’attela de façon très déterminée et en concertation avec le nouveau conseil d’administration à la restructuration de son organisation. Pour commencer, il fallait résoudre trois problèmes  : d’une part, il fallait trouver des solutions de transition, socialement acceptables, pour les collaborateurs dont on se séparait  ; ensuite, il fallait créer des possibilités suffisantes pour la qualification linguistique du personnel restant et, enfin, il fallait réorganiser les services au sein de la structure intégrée. Sur ce dernier point, la question était surtout de savoir si, pour assurer les missions de l’Office en coopération avec les partenaires, il était préférable d’adopter une structuration sectorielle des services (c’est-à-dire correspondant aux différentes cibles  : jeunes travailleurs, élèves, étudiants, etc.) ou plutôt une organisation par objectifs, c’est-à-dire selon les types de programmes et les objectifs généraux54. Lors de la réunion du conseil d’administration en décembre 1974, on fit finalement le choix d’un organigramme construit sectoriellement en fonction des groupes cibles, tout en tenant compte aussi des objectifs généraux et transversaux55. Une importante nouveauté était la création du bureau IX «  planification et coordination  », qui devait être dirigé par deux coordinateurs, un Français et un Allemand. Son domaine de compétence recouvrait la coordination des questions fondamentales, la planification et l’évaluation d’ensemble des mesures de l’OFAJ, ainsi que les projets transversaux56. En créant ce bureau, le secrétaire général se heurta cependant à d’importantes résistances au sein du conseil d’administration, qui y vit la résurgence du système des directeurs de sections, abandonné parce qu’il n’avait pas fait ses preuves, et qui craignit que la création d’une instance intermédiaire fasse à nouveau écran entre les bureaux et le secrétariat général. C’est seulement en insistant sur le fait que les coordinateurs n’avaient pas le pouvoir de prendre des décisions et de donner des instructions aux autres bureaux que Gril put convaincre le conseil d’administration d’adopter à contrecœur sa proposition57.

  • 58 PV de la 37e réunion du conseil d’administration, p. 5. Lors de la réunion suivante du conseil d’ad (...)
  • 59 Cf. Rapport d’orientation 1980, Annexe de la 46e réunion du conseil d’administration les 21-22 mai (...)
  • 60 Cf. propositions d’orientations 1979, annexe de la 44e réunion du conseil d’administration les 15-1 (...)
  • 61 Cf. L’OFAJ 1979, Documentation OFAJ, p. 13.

15Le deuxième grand dossier auquel Gril s’attaqua dans cette phase de réorganisation de l’OFAJ fut le réaménagement du budget qui devait désormais être plus transparent et adapté aux nouvelles directives. En collaboration avec le conseil d’administration, Gril élabora une structure claire correspondant aux types de programmes et fixa les proportions à respecter entre les différents postes. La proportion entre les moyens affectés aux programmes d’information et de contact (postes I et II du budget) et ceux consacrés aux programmes thématiques d’approfondissement de la coopération (poste III) fut fixé à 70  % contre 30  %. L’importance que l’on donnait ainsi aux programmes d’échanges extensifs par rapport aux programmes d’approfondissement prenait surtout en compte les exigences du conseil d’administration, pour qui, malgré des ressources déclinantes, «  l’Office pour la Jeunesse a toujours vocation à subventionner de larges échanges. Les programmes de qualification n’ont de sens que s’ils vont de pair avec un travail de base bien portant  »58. Cette priorité absolue pour les activités de l’Office, définie par le conseil d’administration en 1974, fut respectée rigoureusement pour la répartition des moyens pendant la période 1974-197959. De plus, on s’accorda sur le principe de répartir l’ensemble des moyens budgétaires selon les proportions suivantes  : 80  % pour les postes I‑V contre environ 20  % pour les postes VI-X  ; cette répartition fut, elle aussi, assez bien respectée pendant la période 1974-197960. À titre d’exemple, le tableau suivant montre la répartition par poste des moyens pour l’année 1979 (tableau 1), pour un budget d’intervention de 23 865 000 DM61.

Tableau 1  : Ventilation du budget d’intervention par postes en 1979

Poste budgétaire

Répartition des moyens

I Programmes d’information et de contact

35,03  %

II Programmes d’information et de contact comprenant
une formation linguistique

11,20  %

III Programmes thématiques pour approfondir la coopération

17,07  %

IV Séjours d’étude et de travail de longue durée
pour multiplicateurs

12,93  %

V Formation linguistique

5,41  %

VI Formation et perfectionnement de l’encadrement
et des collaborateurs

5,64  %

VII Coopération institutionnelle

8,11  %

VIII études et recherches

1,38  %

IX Information

2,60  %

X Documentation et assurances

0,63  %

  • 62 Pour l’année 1979, les chiffres se rapportent à un budget d’intervention de 23 865 000 DM. Cf. L’OF (...)
  • 63 Il faut cependant remarquer ici que l’OFAJ avait en 1971 un budget global plus important à sa dispo (...)

16En 1975, on put également s’entendre sur la ventilation des moyens entre les différents secteurs d’activité de l’Office pour la Jeunesse, question qui avait jusqu’alors donné lieu à de violentes disputes au sein du conseil d’administration. Une comparaison entre les années 1977 et 1979 (tableau 2) montre que la politique budgétaire se concentrait de façon ostensible sur les programmes à orientation professionnelle et sur les activités en faveur de la jeunesse des organisations publiques et privées62. La liste ci-dessous a été complétée par quelques chiffres pour 1971 afin de montrer les tendances de l’évolution sur une plus longue durée63.

  • 64 Bien que la part des échanges purement scolaires ne représentât que 10 %, les élèves étaient, comme (...)

Tableau 2  : Répartition comparée des moyens du budget d’intervention64

Secteurs d'activité

1971

1977

1979

Programmes à orientation professionnelle

15,94  %

19,1  %

20,99  %

Échanges scolaires 64

9,3  %

10,58  %

Échanges universitaires

10,3  %

10,08  %

Actions auprès de la jeunesse des
organisations publiques et privées

22,68  %

25,0  %

23,76  %

Échanges sportifs

13,90  %

10,2  %

9,89  %

Jumelages de villes

3,96  %

3,2  %

4,69  %

Formation linguistique

7,09  %

6,0  %

5,40  %

Formation de l’encadrement des groupes

6,2  %

5,64  %

Éducateurs d’organisations privées

4,3  %

4,36  %

Recherche et études

2,7  %

1,38  %

Information

1,35  %

2,8  %

2,60  %

  • 65 Cf. Rapport d’orientation 1980, annexe de la 46e réunion du conseil d’administration.

17Les données du budget 1979 peuvent être lues comme une sorte de bilan de la politique de subvention de l’OFAJ sous Pierre Gril, qui, dans un rapport final sur son action en tant que secrétaire général, cita sept axes majeurs de la politique menée par le conseil d’administration depuis 1974  : 1) priorité aux échanges de masse  ; 2) amélioration de la formation et du perfectionnement des collaborateurs et de l’encadrement  ; 3) aide à la recherche  ; 4) coopération institutionnelle  ; 5) aide spécifique aux multiplicateurs  ; 6) aide à l’apprentissage des langues  ; 7) presse et information65. Tandis que le point 7 correspond aux importantes activités de l’OFAJ en matière de presse et de documentation et qu’on peut voir dans le point 6 plutôt une invitation adressée au conseil d’administration de se préoccuper davantage à l’avenir d’un domaine jusqu’alors négligé dans le travail de l’OFAJ, les cinq premiers points résument de façon concise mais exacte le travail de l’Office sur la période 1974-1979. Cette énumération servira de grille pour analyser la politique de subvention de l’OFAJ pendant cette période. Une attention particulière sera accordée à la coopération entre conseil d’administration et secrétariat général, qui, dans cette période aussi, ne s’effectua pas toujours sans frictions.

Objectifs et principaux axes thématiques de la politique de l’OFAJ entre 1974 et 1979  : mesures pour une amélioration qualitative des programmes d’échanges

  • 66 PV de la 36e réunion du conseil d’administration le 27 septembre 1974 à Paris, p. 6.

18Pierre Gril avait annoncé dans une interview que 1975 allait devenir l’année des innovations  : la promesse fut tenue. Dans son projet de budget pour 1975, il énonça deux principes qui devaient être au centre de sa politique  : d’une part «  l’idée de la coopération  » et d’autre part «  l’idée de rencontre  »66. Alors que le premier principe se rapportait à la collaboration entre l’OFAJ et ses organisations partenaires, le second mettait en jeu la qualité des programmes pour les groupes de jeunes. Ces derniers devaient seulement être subventionnés par l’OFAJ,

lorsqu’on peut être sûr qu’il s’agit d’une véritable rencontre, c’est-à-dire dans le cas de programmes qui se déroulent dans un endroit indépendant ou de programmes où la présence d’un vrai partenaire est assurée.

  • 67 Les grandes lignes du budget 1975, annexe de la 36e réunion du conseil d’administration, p. 2.
  • 68 PV de la 37e réunion du conseil d’administration, p. 4-5, ici p. 5.
  • 69 Ibid., p. 5.
  • 70 Cf. PV de la 38e réunion du conseil d’administration, p. 3. Ce fut seulement un an plus tard, lors (...)
  • 71 Rétrospective in : Rapport d’orientation 1980, annexe de la 46e réunion du conseil d’administration (...)
  • 72 PV de la 40e réunion du conseil d’administration, p. 4.
  • 73 Dans la catégorie des apprentis et jeunes actifs entrent les jeunes à partir de 16 ans.
  • 74 Pour les chiffres de 1977 cf. L’Office franco-allemand pour la Jeunesse 1979, Docu-mentation OFAJ, (...)
  • 75 Rapport d’orientation 1980, Annexe de la 46e réunion du conseil d’administration, p. 6. Le secrétai (...)

19Un tel critère de sélection serait nécessaire «  pour garantir un minimum de qualité à ces programmes d’information et de contact, dont le nombre était, par ailleurs, en recul sensible  »67. La tentative du secrétaire général, lors du vote du budget pour 1975, de faire adopter un déplacement des moyens consacrés aux programmes d’information et de contact (postes I+II) vers les programmes d’approfondissement (poste III) échoua cependant face à la résistance du conseil d’administration. Malgré l’argument de Gril, selon lequel «  environ 10  % des programmes subventionnés au titre des postes I et II ne correspondaient pas aux directives et pouvaient être considérés comme du simple tourisme  »68, le conseil d’administration se prononça, dans sa décision de principe de décembre 1974 déjà évoquée, pour donner la priorité aux échanges extensifs  : au lieu de transférer ces moyens sur d’autres types de programmes, il fallait plutôt travailler à l’amélioration des programmes d’information et de contacts69. Pierre Gril se trouvait ainsi devant la tâche difficile d’imposer l’amélioration qualitative – nécessaire et urgente – des programmes dans l’esprit des directives, malgré des moyens budgétaires toujours très réduits et l’insistance du conseil d’administration sur les échanges extensifs70. Il s’y employa d’abord sur deux plans71  : d’une part, concernant les groupes cibles, il demanda à ce que les apprentis et les jeunes professionnels soient davantage intégrés à ces programmes, ce qui répondait aussi au souhait d’augmenter globalement la présence de ces groupes dans les programmes de l’OFAJ  ; concernant l’amélioration générale des programmes, d’autre part, Gril obtint en avril 1976 l’introduction du «  principe de la réciprocité de l’échange  » comme critère de subvention, «  afin de favoriser des rencontres qui, dans le cadre d’une coopération institutionnelle, offraient la garantie pour une vraie coopération de travail  »72. Par cette mesure, on souhaitait aussi atteindre un meilleur équilibre dans le rapport entre participants allemands et français, de même qu’entre les programmes qui avaient lieu dans les deux pays et dont la balance ne penchait pas, depuis le début des activités de l’OFAJ, en faveur de la partie française. Finalement Gril ne parvint que partiellement à atteindre ses objectifs. En effet, la proportion de jeunes professionnels ou d’apprentis participant aux programmes de l’OFAJ dans la période allant de 1977 à 1979 resta relativement constante73  : en 1977, ils représentaient 38,92  % (soit 38 014 personnes), en 1978, 36,51  % (soit 34 270 personnes) et en 1979 seulement 35,69  % (soit 31 748 personnes). Le déséquilibre entre le nombre de participants français et allemands aux programmes d’information et de contacts sans apprentissage linguistique (poste I) n’enregistra lui non plus pratiquement aucune modification  : en 1977, 30 361 Allemands et 20 819 Français prirent part à ce type de programme et le nombre de programmes subventionnés sur ce poste était de 569 en Allemagne et de 889 en France. En 1979, il y eut dans des programmes de ce type 26 219 participants allemands contre 19 302 français  ; 606 programmes se déroulèrent en Allemagne et 881 en France74. C’est pourquoi Gril souligna, dans son bilan de fin de mandat, qu’il fallait appliquer le critère de réciprocité de façon encore plus stricte qu’auparavant aux échanges et que, pour les échanges de masse, il fallait réexaminer les pratiques différentes de l’OFAJ en matière de subventions envers les organisateurs allemands et français75.

  • 76 PV de la 40e réunion du conseil d’administration, p. 4 et Orientations du budget 1977, annexe de la (...)
  • 77 Cf. le paragraphe « Formation de cadres » dans le Rapport d’activité 1963-1973, p. 35-42 ainsi que (...)
  • 78 Sur la mission du bureau IV, cf. l’organigramme, annexe de la 37e réunion du conseil d’administrati (...)
  • 79 Sur ce point, cf. la critique déjà évoquée sur le travail pédagogique de l’Office pour la Jeunesse (...)
  • 80 Sur l’histoire des programmes de formation expérimentaux et de formation-recherche, cf. aussi Texte (...)
  • 81 Cf. types de programmes, annexe de la 40e réunion du conseil d’administration, p. 33.
  • 82 Cf. PV de la 40e réunion du conseil d’administration, p. 9-10, 13.
  • 83 Ibid., p. 10.

20Le deuxième axe de travail prioritaire de l’OFAJ sous le mandat de Pierre Gril, à savoir la formation initiale et continue binationale des animateurs et collaborateurs, visait lui aussi l’amélioration qualitative des programmes d’échange dans le sens des directives. Dans les «  orientations du budget 1977  », Gril souligna la nécessité absolue de développer en commun une politique de formation des cadres et des animateurs des programmes franco-allemands, tant en matière de pédagogie que sur le plan linguistique. Le premier objectif – pour lequel Gril proposa aussi de travailler en étroite collaboration avec les chercheurs – devait donc être «  de développer en commun, en étroite collaboration entre l’administration de l’Office pour la Jeunesse, les membres du conseil d’administration et les principales organisations d’échange, un programme de formation approprié  »76. En fait, l’OFAJ avait déjà commencé dans les années 1960 à proposer aux animateurs français et allemands des programmes communs de formation. Par rapport aux méthodes actuelles, ceux-ci étaient de nature plutôt pragmatique et technique et ne s’inscrivaient pas encore dans les recherches des sciences de l’éducation77. Ce fut seulement en 1974 que l’on tint compte explicitement de la dimension pédagogique que comporte la mission de l’OFAJ, en créant un service pédagogique qui, selon les termes officiels, «  prépare et évalue tous les programmes pour la formation de l’encadrement des programmes de groupe  » et dont le domaine de travail comprenait «  la conception et la réalisation de programmes expérimentaux, l’élaboration du matériel pédagogique et des études accompagnant les programmes  »78. Avec la mise en place de ce service, l’OFAJ prit un rôle pionnier dans l’étude de la pédagogie de l’échange binational, ce que certains critiques lui avaient déjà demandé de faire depuis la fin des années 196079. Cela vaut tout particulièrement pour les programmes de formation et de perfectionnement expérimentaux ou de formation-recherche qui débutèrent fin 1974 et furent réalisés en coopération avec diverses universités80. Contrairement aux séminaires de perfectionnement des organisations de jeunesse, qui se concentraient généralement sur le travail avec la jeunesse au plan national, il était ici pour la première fois possible d’explorer de façon plus systématique les particularités de la pédagogie des rencontres transnationales en reliant théorie et pratique81. L’existence de ces programmes, tout comme le souhait explicite du secrétaire général de proposer désormais aux animateurs de rencontres davantage de cycles de formation comportant une dimension binationale renforcée, engendra de violentes discussions au sein du conseil d’administration82. Alors qu’on avait pu s’entendre relativement vite pour organiser désormais des programmes franco-allemands spécifiques pour l’encadrement, en coopération avec l’Office et les organisations parte-naires du pays voisin, les séminaires de perfectionnement proposés par l’OFAJ suscitaient des inquiétudes parmi les membres du conseil d’administration. L’on craignait par exemple que l’OFAJ n’essaie par ces programmes «  de développer une pédagogie propre à l’Office pour la Jeunesse et d’imposer cette conception au détriment des conceptions pédagogiques des associations  »83. La situation s’apaisa seulement après que le secrétaire général eut déclaré qu’en améliorant la formation des animateurs par l’expérimentation et des études scientifiques, l’OFAJ ne souhaitait nullement remettre en cause la collaboration avec ses partenaires de longue date.

  • 84 PV de la 36e réunion du conseil d’administration, p. 6.
  • 85 Cf. Das DFJW 1975. Bulletin de Liaison, octobre 1975, p. 57.
  • 86 PV de la 41e réunion du conseil d’administration des 25-26 octobre 1976 à Rhöndorf, p. 9-13. La com (...)
  • 87 Ibid., p. 12.
  • 88 Rapport de la commission recherche au conseil d’administration, annexe de la 46e réunion du conseil (...)
  • 89 Cf. Max Pagès, Burkhard Müller, L’animation des rencontres interculturelles. Le « manifeste de l’an (...)
  • 90 Cf. aussi Andreas Thimmel, « Praxisforschung und konzeptionelle Beiträge im Kontext des Deutsch-Fra (...)
  • 91 Thèse 1 du Manifeste de l’animation existentielle (op. cit.), p. 21.
  • 92 Thèse 5, ibid.
  • 93 Thèse 100, p. 80.
  • 94 Sur les réactions de la commission recherche Cf. Müller, Pagès, L’animation des rencontres intercul (...)
  • 95 La position du conseil d’administration se raccrochant aux pratiques antérieures peut aussi s’expli (...)

21Cependant, les efforts de l’OFAJ pour faire progresser, en coopération avec les universités et les chercheurs, les recherches en matière de pédagogie, négligées jusqu’alors, restèrent encore un thème très controversé lors des réunions du conseil d’administration dans la seconde moitié des années 1970. Contrairement à son prédécesseur, Gril ne ménagea pas ses efforts pour une collaboration plus étroite entre l’OFAJ et les universités. Ainsi, par exemple, il annonça dans son projet de budget pour 1975 un «  projet de recherches pluriannuel sous la direction conjointe de deux sociologues allemand et français, qui devait apporter de nouvelles connaissances destinées à améliorer les programmes de rencontre sur le plan pédagogique  »84. Il parlait, en l’occurrence, du projet porté par le sociologue Burkhard Müller de l’institut de pédagogie de l’université de Tübingen et le sociologue Max Pagès du laboratoire de changement social de l’université Paris-Dauphine, qui entreprirent en commun le premier grand projet scientifique soutenu par l’OFAJ dans le domaine de la recherche sur la pédagogie de l’animation85. Lors de la 41e réunion du conseil d’administration, en octobre 1976, on décida de créer une commission de recherche qui devait définir des critères pour la sélection de projets scientifiques et s’assurer du lien entre la recherche et la pratique des échanges de l’OFAJ86. Les membres du conseil d’administration considéraient qu’une meilleure sélection et un meilleur contrôle des projets de recherche financés par l’OFAJ étaient nécessaires, d’autant plus que le premier rapport intermédiaire du groupe Müller-Pagès était aux yeux de la plupart des membres du conseil «  inacceptable tant sur le plan du fond que de la forme  »87. La pratique qui se développa par la suite était la suivante  : la commission recherche émettait des avis sur les projets déposés par les universités, et le conseil d’administration accordait ou non la subvention. Dans l’ensemble, cette procédure prenait beaucoup de temps et ne satisfaisait personne  : on reprocha ainsi de façon répétée à la commission de recherche que les dossiers qu’elle transmettait au conseil ne permettaient pas de se faire une opinion, tandis que la commission elle-même critiquait le côté vague et théorique des demandes et des rapports intermédiaires qui lui parvenaient. En fait la commission de la recherche occupait une position-charnière  : elle devait faire le lien entre les praticiens des échanges franco-allemands et la recherche universitaire en sciences de l’éducation, et il n’était pas facile de mettre d’accord ces deux groupes sur une problématique commune et d’établir un lien entre théorie et pratique. La principale critique était que les résultats des recherches n’étaient pas applicables concrètement aux échanges de jeunes, et, désabusé, le président de la commission, Werner Lichtwark, constata, en 1979, «  qu’un certain nombre de projets terminés n’avaient pas réussi à satisfaire aux critères établis par la commission et le conseil d’administration pour des projets de recherche  »88. Paradoxalement, ce fut justement le projet le plus controversé – celui de Max Pagès et de Burkhard Müller – qui eut a posteriori le plus d’impact. En 1978, ils rendirent à la commission de la recherche leur rapport final, sous le titre Manifeste de l’animation existentielle. Les deux chercheurs y avaient résumé en cent «  thèses  » les conclusions qu’ils tiraient des discussions du «  groupe d’innovation  »89. Ce groupe franco-allemand comprenait une vingtaine de personnes environ (permanents pédagogiques de l’OFAJ, praticiens des échanges de jeunes et jeunes chercheurs) qui s’étaient régulièrement retrouvées pendant à peu près trois ans depuis 1974, pour réfléchir aux méthodes d’animation dans les échanges de jeunesse. Le concept d’«  animation existentielle  » que Müller et Pagès présentèrent comme résultat de ce processus de réflexion commun proposait d’adopter une approche exploratoire lors des rencontres et cherchait une rupture par rapport aux méthodes traditionnelles de l’encadrement des groupes90. Dans leur texte, les auteurs partent de l’idée qu’initialement chaque participant «  poursuit un projet concernant son existence  »91, c’est-à-dire une recherche personnelle de sens dans l’action individuelle et collective. Le but de leur conception de l’animation est donc «  de permettre à chacun de prendre conscience des contradictions qu’il met en jeu dans l’animation et, en travaillant sur elles, de développer son projet et de le mettre en œuvre  »92. Pour atteindre ces objectifs derniers, il faut briser la relation traditionnelle entre l’animateur et les participants («  déprofessionnalisation du travail d’animation  ») et créer une atmosphère ouverte («  modification des formes et des sources de sécurité  »), afin, que tout en ayant conscience des situations conflictuelles, tous les participants, dans un processus autogéré, découvrent finalement «  le sens personnel, culturel et politique de leur vie commune  »93. Au lieu de voir le Manifeste dans l’esprit de ses auteurs comme une proposition courageuse, une incitation à développer de nouveaux concepts de rencontre, la commission recherche ressentit le résultat du projet comme une offense94, car le texte mettait en cause sciemment les objectifs qui avaient jusqu’alors déterminé le travail pédagogique de l’Office  : au lieu de l’idée de rapprochement, c’est celle du conflit qui dominait chez Pagès et Müller  ; au lieu de la formation d’animateurs qualifiés, ils réclamaient une «  déprofessionalisation du travail d’animation  »  ; au lieu de rencontres à thème bien préparées, ils souhaitaient que chacun puisse se découvrir lui-même à travers des discussions de groupes spontanées. Malgré l’opposition du conseil d’administration95, l’impulsion donnée par ce Manifeste formulé de manière provocante se manifesta dans le long terme  : Max Pagès, Burkhard Müller et une grande partie des membres du «  groupe d’innovation  » poursuivirent leur collaboration avec l’OFAJ. De plus en plus étroite dans les années 1980 et 1990, elle aboutit notamment à la collection, subventionnée par l’OFAJ, «  Bibliothèque européenne d’études interculturelles  » des éditions Campus.

22Qualification des échanges de masse, formation binationale des animateurs, renforcement des recherches en matière de pédagogie  : ce furent les trois principaux efforts qu’entreprit l’OFAJ dans la seconde moitié des années 1970 pour améliorer la qualité des échanges de jeunes dans le cadre des programmes de masse. À côté de ces trois axes majeurs, Gril mit également l’accent sur deux autres aspects, dont les effets ciblaient des points faibles du travail de l’OFAJ jusqu’alors  : le soutien aux multiplicateurs et le renforcement de la coopération institutionnelle avec les organisations partenaires de l’OFAJ.

L’aide de l’OFAJ aux multiplicateurs et l’amélioration de la coopération institutionnelle

  • 96 Cf. § 2.2.3. des directives du 1er janvier 1974.
  • 97 Cf. PV de la 42e réunion du conseil d’administration les 6-7 juin 1977 à Strasbourg, p. 14-16.

23Sur le plan formel déjà, deux indicateurs soulignent l’importance particulière accordée à l’aide aux multiplicateurs au sein de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse depuis le milieu des années 1970. En premier lieu, on créa, dans le cadre de la réorganisation administrative de l’OFAJ, un bureau spécifique pour ce groupe (bureau III  : formation et perfectionnement des multiplicateurs) et on introduisit, en second lieu, dans le cadre de la restructuration du budget, un poste budgétaire propre (titre IV  : séjours d’étude et de travail de longue durée pour les multiplicateurs), qui, bénéficiant en 1979 de 12,93  % des crédits d’intervention, était relativement bien doté. Dans les directives en vigueur depuis 1974, les multiplicateurs n’apparaissaient cependant pas encore en tant que tels, mais seulement comme un terme englobant «  collaborateurs permanents du travail de jeunesse, jeunes actifs et étudiants  » auxquels l’Office voulait s’adresser avec ses programmes de séjours d’étude et de travail de longue durée96. À l’initiative de Pierre Gril, le conseil d’administration décida ainsi, en juin 1977, une définition plus précise du terme, selon laquelle les multiplicateurs regroupaient trois groupes de personnes  : 1) responsables et animateurs des programmes franco-allemands dans tous les domaines  ; 2) jeunes adultes qui jouent ou joueront à l’avenir un rôle dans les structures des deux sociétés  ; 3) futurs et jeunes enseignants, qui participeront aux activités d’échanges97.

  • 98 § 2.2.3 des directives du 1er janvier 1974.
  • 99 Cf. Propositions d’orientation 1978, annexe de la 42e réunion du conseil d’administration, p. 12.
  • 100 PV de la 42e réunion du conseil d’administration, p. 15-16. Ceci ne signifie pourtant pas que les j (...)
  • 101 Sur les programmes pour le domaine universitaire, cf. aussi l’article de Corine Defrance dans ce vo (...)
  • 102 En 1974, la vente du nouveau bâtiment de fonction construit à Versailles rapporta 13 millions de fr (...)

24Ces trois groupes cibles, toujours définis de façon assez large, furent subventionnés dans le cadre de programmes très différents. Les subventions au premier groupe, c’est-à-dire aux praticiens des échanges franco-allemands, purent assez facilement être intégrées au travail de l’OFAJ, car ce groupe pouvait être en partie financé par le biais du poste budgétaire VI (formation et perfectionnement des animateurs et collaborateurs). Les deux dernières catégories et, en leur sein, surtout les séjours de travail de longue durée pour les jeunes actifs engendraient cependant plus de difficultés. Au sens des directives, les multiplicateurs étaient surtout ceux des jeunes actifs «  de qui on pouvait attendre, qu’à l’avenir, ils motiveraient d’autres jeunes actifs à prendre part aux échanges franco-allemands et se déclareraient eux-mêmes prêts à y prendre part  »98. Comme le remarquait Gril, la réalité était cependant très différente dans ce domaine  : les jeunes actifs (à 70  % des secrétaires et des employés d’administration) ne jouaient quasiment pas leur rôle de multiplicateurs et la formation professionnelle restait la principale motivation des participants99. Sur proposition du secrétaire général, le conseil d’administration décida donc, en juin 1977, de réduire progressivement ces programmes coûteux100. Cela donna une marge de manœuvre pour financer sur ce poste un groupe cible que Gril souhaitait soutenir en priorité  : les multiplicateurs au sens restreint. Selon la définition, il s’agissait surtout de futurs décideurs au sein de l’économie, de la politique et de l’administration tout comme de jeunes enseignants ou candidats à l’enseignement. L’OFAJ avait déjà, par le passé, subventionné avec succès des programmes pour ces groupes101, qui progressivement furent pris en charge par d’autres institutions  : le programme d’études à l’École nationale d’administration, développé par l’OFAJ pour de jeunes fonctionnaires allemands, fut ainsi placé, à partir de 1975, sous la responsabilité du Deutscher Akademischer Austauschdienst (DAAD) et le coût pour le programme à destination des romanistes fut également entièrement supporté, à partir du début de l’année universitaire 1978-1979, par le DAAD. Il y avait deux raisons différentes à cette délégation  : d’un côté, l’OFAJ avait rempli avec succès son rôle d’initiateur de programmes modèles, de sorte que c’était désormais au tour d’autres organismes de reprendre ces programmes qui fonctionnaient bien  ; d’un autre côté, la situation budgétaire tendue de l’OFAJ contraignait à transmettre quelques programmes qui avaient fait leurs preuves à des organisations partenaires. Grâce au fonds d’innovation, qui avait recueilli le produit de la vente du bâtiment de l’OFAJ à Versailles102, l’OFAJ avait à sa disposition, malgré la situation budgétaire tendue, une ressource lui permettant de créer de nouveaux programmes en faveur des multiplicateurs et de les soutenir dans leur phase initiale, comme par exemple le programme pour jeunes historiens, économistes et politistes, qui eut lieu la première fois en 1975-1976 et put être financé par les postes budgétaires réguliers après la reprise par le DAAD du programme des romanistes en 1978. Dans le cadre des subventions aux multiplicateurs, on utilisa également le fonds d’innovation afin de financer de façon ciblée de petits projets pilotes à destination de jeunes adultes au sein des syndicats et des partis politiques.

  • 103 Cf. Rapport d’orientation 1980, annexe de la 46e réunion du conseil d’administration, l.c., p. 9.
  • 104 Cf. Propositions d’orientation 1978, annexe de la 42e réunion du conseil d’administration, l.c., p. (...)
  • 105 PV de la 43e réunion du conseil d’administration les 29-30 novembre 1977 à Berlin, p. 14.

25Ces mesures prises entre 1974 et 1979 pour améliorer les programmes de masse et des programmes plus ciblés étaient rendues possibles grâce à un principe fondamental que Pierre Gril avait érigé en ligne directrice de son travail dès la présentation de son budget de 1975  : «  l’idée de coopération  » qui concernait à la fois la coopération de l’Office pour la Jeunesse avec ses partenaires et la collaboration entre ces partenaires. À cet effet avait été introduit pour la première fois en 1974 un poste budgétaire intitulé «  coopération institutionnelle  » (titre VII) dont les moyens budgétaires avaient augmenté continuellement d’année en année de 1974 (1,75 million de DM) à 1978 (2,2 millions de DM)103. Ces moyens servaient à deux choses différentes. D’abord, ils permirent de financer un grand nombre de colloques lors desquels se rencontrèrent soit l’OFAJ avec ses partenaires, soit les partenaires entre eux, afin de mettre en accord leurs programmes sur le fond et sur le plan de l’organisation. Ces rencontres régulières eurent une fonction importante pour l’établissement de solides structures de coopération bilatérale au niveau des organisations et contribuèrent largement à décrisper les relations entre l’OFAJ et ses organisations partenaires. Sur le plan formel également, Gril essaya de rendre moins compliquée la collaboration avec les principaux partenaires de l’OFAJ, en proposant une procédure plus simple de demande de subvention104. Des fédérations qui organisaient depuis des années un certain volume minimal de programmes d’échange et avec lesquelles une coopération sur le fond semblait utile devaient à l’avenir – dans la limite des sommes mises prévisionnellement à leur disposition par l’Office – traiter sous leur propre responsabilité les demandes de leurs groupes locaux, de façon à ce que l’OFAJ ne décide plus de façon solitaire quelle suite serait donnée aux demandes centralisées par les fédérations. Cela devait réduire les frais d’administration pour l’OFAJ et de surcroît renforcer la co-responsabilité pédagogique des fédérations. Le conseil d’administration accueillit cette proposition avec scepticisme, estimant qu’elle pouvait conduire à une distinction entre partenaires fiables et moins fiables et que l’on risquait de «  pratiquement donner un chèque en blanc  » à certaines organisations105. L’on concéda toutefois au secrétaire général de pouvoir essayer cette procédure avec certaines organisations centrales au cours d’une phase test. De réelles mesures de simplification administrative du traitement des demandes ne furent entreprises que sous le mandat de Reinhard Wilke (1980-1983).

  • 106 Paragraphe 3.1.7 des directives du 1er janvier 1974 (« Subventions pour frais d’administration et d (...)
  • 107 Ces données se rapportent seulement à des organisations qui de 1974 à 1979 purent, grâce à des subv (...)
  • 108 Cf. Rapport du secrétaire général sur les premiers résultats de la mise en œuvre des nouvelles dire (...)
  • 109 Adaptation des directives, annexe de la 37e réunion du conseil d’administration, p. 2-4. Lors de ce (...)
  • 110 Cf. Subventions pour collaborateurs pédagogiques, annexe de la 54e réunion du conseil d’administrat (...)
  • 111 Le rapport d’activité de l’OFAJ pour 1975 cite trois principaux groupes cibles : 1. les -jeunes act (...)

26Le second domaine important alimenté par les moyens du budget «  coopération institutionnelle  » fut celui des subventions destinées à couvrir une partie des frais d’administration et des coûts des permanents pédagogiques employés par les organisations partenaires. Depuis sa création, l’OFAJ subventionnait ses partenaires pour leur frais d’administration et de personnel, mais l’utilisation de ces aides fut précisée par les directives de 1974. On y établissait, premièrement, qu’«  on accorde aux organisations indépendantes des subventions pour les coûts d’administration et de personnel jusqu’à hauteur de 10  % de la subvention pour les frais de séjour  » et que, deuxièmement, «  les organisations privées qui, grâce à leur solide expérience, sont particulièrement performantes dans le domaine des échanges franco-allemands, obtiennent des subventions pour les collaborateurs pédagogiques, qui travaillent exclusivement pour les échanges franco-allemands et sont particulièrement qualifiés pour cette tâche  »106. Ce second point permettait pour la première fois à l’OFAJ de cofinancer directement des permanents pédagogiques employés par les organisations partenaires et de garantir ainsi un lien étroit entre ses activités et celles des organisations. De 1974 à 1979, la part du budget consacré à ces collaborateurs était d’environ 4  % (presque 1 million de DM) de l’ensemble du budget d’intervention. Cela permit de financer de façon continue sur cette période un permanent pédagogique auprès de quatorze organisations françaises et de dix organisations allemandes107. L’application littérale des directives entraîna cependant, dès la première année, des difficultés, car seule une minorité des partenaires de l’OFAJ employait des collaborateurs qui – comme le prévoyaient les directives – s’occupaient exclusivement d’échanges franco-allemands de jeunes108. En décembre 1974, le conseil d’administration entreprit une adaptation des directives en stipulant que les subventions pouvaient être accordées si les collaborateurs consacraient la majeure partie de leur temps aux échanges franco-allemands (au moins 60  % de leur travail). De surcroît, on définit des critères concernant les qualifications pédagogiques souhaitées pour ces collaborateurs et l’on définit les missions qu’ils devaient assumer dans le cadre de leur travail109. La part de la rémunération du collaborateur prise en charge par la subvention de l’OFAJ devait être complétée par l’organisation pour une part appropriée, qui ne pouvait être inférieure à 15  %. Comme, en pratique, l’existence des permanents pédagogiques s’est révélée très utile, on a aussi, dans certains cas exceptionnels, renoncé à appliquer trop strictement ces critères110. Dans l’ensemble, les collaborateurs pédagogiques représentent, par leur statut particulier, un lien important entre l’OFAJ et ses partenaires dans la société civile, et dans les années 1970 ils ont été également un important groupe cible pour les programmes de l’OFAJ dans le domaine de la formation et du perfectionnement tout comme dans celui de la recherche pédagogique111.

27Si l’on tente une évaluation finale de la restructuration et des réformes entreprises par Gril, on peut constater qu’après la grave crise que l’OFAJ avait connue au début des années 1970, il a remis l’institution à flot et lui a fixé un nouveau cap  : la réorganisation interne a été achevée avec succès, la collaboration avec les organisations et le conseil d’administration s’est nettement améliorée et les mesures pour la qualification des programmes d’échange ont permis de profiler plus clairement ses programmes. Dans ce dernier domaine quatre stratégies ont été utilisées – généralement en invoquant la nécessité d’adapter les programmes aux directives et à la situation budgétaire tendue. En premier lieu, on améliora la qualité des programmes qui devaient continuer à être financés en priorité, comme par exemple les programmes de contact et d’information pour les échanges de masse. Deuxièmement, on procéda à une élimination des programmes qui apparemment ne donnaient pas les résultats escomptés et ne correspondaient donc plus aux directives, comme ce fut le cas par exemple pour les séjours de travail de longue durée pour jeunes actifs dans le programme pour les multiplicateurs. Troisièmement, on décida pour quelques programmes leur délégation à des organisations partenaires, ce qui permit de soulager l’OFAJ surtout dans le domaine des échanges universitaires. La quatrième et dernière stratégie fut l’innovation, dans le cadre de laquelle on développa par exemple de nouveaux programmes pour les multiplicateurs. Cette recherche systématique des points faibles dans les programmes et les activités de l’OFAJ ne rencontra cependant pas toujours l’approbation du conseil d’administration, pour qui certaines réformes proposées par Gril allaient trop loin. Contrairement à la période 1970-1973, pendant laquelle le conseil d’administration avait toujours critiqué le manque d’esprit d’initiative du secrétaire général, c’était désormais l’instance de décision elle-même qui était source de conservatisme. L’insistance du conseil d’administration sur l’importance des échanges de masse ne s’explique pas seulement par le fait que la plupart des mesures mises en œuvre par les organisations de jeunesse concernaient justement ce type de programme et que les représentants des organisations craignaient une réduction de leurs moyens. La question des échanges de masse ou de l’aide aux élites était surtout cruciale pour la mission politique et pédagogique de l’Office pour la Jeunesse. Il s’agissait justement d’atteindre avec les programmes de rencontres franco-allemands les jeunes qui auparavant n’avaient guère les moyens d’apprendre à connaître le pays voisin et de s’y intéresser. L’opinion a toujours mesuré et mesure encore le succès de l’Office pour la Jeunesse à l’aune de son intervention dans des secteurs aussi larges que possible de la société civile. Alors que dans les premières années plus de 250 000 jeunes participèrent aux programmes de l’Office, ce chiffre se réduisit, à cause des restrictions financières dans les années 1970, à environ 100 000 jeunes par an, et ce chiffre reste jusqu’à aujourd’hui comme un seuil sous lequel les activités d’échange de l’OFAJ ne doivent pas passer.

Notes

1 « Jugendwerk gefährdet », Donau-Kurier Ingolstadt, 9 août 1972.

2 « Zum Geburtstag sollen die Totenglocken läuten », Frankfurter Neue Presse, 9 novembre 1972.

3 « Wird Deutsch-Französisches Jugendwerk aufgelöst? », Schwäbische Zeitung Leutkirch, 14 novembre 1972.

4 Le Figaro, 19 janvier 1973.

5 « Deutsch-Französisches Jugendwerk: Wie lange noch? », Sonntagsblatt Hamburg, 28 janvier 1973.

6 « Schwung dahin », Der Spiegel, 15 octobre 1973.

7 Cf. Gilbert Ziebura, Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1945, Stuttgart, 1997, p. 225-259.

8 Cf. Henri Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse, Paris, 1988, p. 103.

9 Journal Officiel de la République Française. Débats parlementaires. Assemblée Nationale, n° 85, 28 octobre 1972, p. 4455 et Le Monde, 11 octobre 1972.

10 Le Monde, 15 novembre 1972 et Stuttgarter Zeitung, 14 décembre 1972.

11 Le Monde, 4 novembre 1972.

12 Le Monde, 26 janvier 1973.

13 Le Monde, 15 novembre 1972. Sur l’évolution des programmes avec les pays tiers, cf. l’article de Carla Albrecht dans cet ouvrage.

14 Bulletin des Presse- und Informationsamtes der Bundesregierung, n° 70, 16 mai 1972, p. 1003. L’Office européen pour la Jeunesse entra en fonction le 1er janvier 1973 et fut doté d’un budget de 3 millions de francs. Pour le travail de jeunesse européen, cf. Heidemarie Wieczorek-Zeul, Die Jugendpolitik in den europäischen Institutionen, Bonn, 1980.

15 Cf. Rudolf Herrmann, « Deutsch-Französisches Jugendwerk. Stürmischer Herbst oder stille Agonie? », in : Deutsche Jugend 1972, p. 388-392 et Bulletin des Presse- und Informationsamtes der Bundesregierung, n° 99 (4 juillet 1972), p. 1313-1320.

16 DFJW/OFAJ, 1968 Kongreß DFJW - Colloque OFAJ, Paris, s.d. (1969). Cf. Surtout le rapport de la commission I « Les rapports franco-allemands dans la réalité politique et la façon dont les jeunes les conçoivent » (Rapporteurs A. Grosser et H. J. Haubold), p. 26‑32.

17 Les contributions du colloque ainsi que les résumés des groupes de travail sont publiés dans Revue d’Allemagne, 5, 1973, p.209-304.

18 René Cheval, à l’initiative du colloque, caractérisa ainsi l’atmosphère de travail de la ren-contre. Cf. Le Monde, 4 novembre 1972 et Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 30 octobre 1972.

19 Cf. Gilbert Ziebura, « Die Funktion der Diskussion politischer Themen innerhalb der deutsch-französischen Begegnung », in : Revue d’Allemagne, 5 (1973), p. 298-304, ici p. 300.

20 Ibid., p. 303.

21 Cf. Herrmann, « Deutsch-Französisches Jugendwerk » (op. cit., note 15), p. 389.

22 Jahrbuch des Deutsches Bundesjugendrings 1971, p. 90 et DBJR-Information, 18e année, mai-août 1971, p. 11.

23 Ibid.

24 Alfred Grosser fut membre du conseil d’administration de 1965 à 1971 en tant que personnalité et par sa fonction de secrétaire général du Comité français d’échanges avec l’Allemagne nouvelle. René Cheval fut membre du conseil d’administration, comme suppléant entre 1967 et 1973, en tant que conseiller culturel de l’ambassade de France. Gilbert Ziebura n’a jamais appartenu au conseil d’administration, mais a toujours suivi attentivement le travail de l’Office pour la Jeunesse.

25 PV de la 27e réunion du conseil d’administration les 28-29 juin 1971 à Bordeaux, p. 5.

26 Ainsi la ministre fédérale pour la Jeunesse, la Famille et la Santé, Käte Strobel. PV de la 25e réunion du conseil d’administration les 26-27 novembre 1970 à Versailles, p. 30.

27 Jean Maheu fut membre du conseil d’administration de 1968 à 1973 par sa fonction de directeur de la jeunesse et des activités socio-éducatives au secrétariat d’État auprès du Premier ministre, chargé de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs.

28 Cf. PV de la 25e réunion du conseil d’administration, p. 32.

29 Cf. point 5 : « Zusammenarbeit mit den Verbänden. Bericht der Kommission », in : PV de la 28e session du conseil d’administration les 25 et 26 novembre 1971 à Düsseldorf, p. 160-164.

30 Cf. « Les grandes lignes de la politique budgétaire de l’OFAJ pour l’année 1973 », Annexe de la 29e réunion du conseil d’administration les 27-28 juin 1972 à Versailles. Lors de la 31e réunion du conseil d’administration, le 15 septembre 1972 à Versailles, le conseil d’administration adopta, à quelques modifications près, les propositions du secrétaire général, que celui-ci avait une nouvelle fois faites en accord avec la commission des directives (cf. ci-dessous) créée en juin 1972.

31 Fin 1970, cette critique fut essentiellement exprimée par le secrétaire d’État français Joseph Comiti : « Le secrétariat doit faire preuve de plus de dynamisme dans son travail d’information du public. Il faut saisir chaque occasion en France et en Allemagne pour faire la publicité de l’OFAJ. » PV de la 25e réunion du conseil d’administration, p. 23.

32 Sur cette tendance cf. la contribution de Hans Manfred Bock sur le développement de l’Office pour la Jeunesse dans les années 1960 et en particulier le rapport qu’il cite : « Rapport des commissaires aux comptes pour les années budgétaires 1969 et 1970 », Annexe pour la 28e session du CA, p. 15-28.

33 « L’Office est l’instrument gaulliste d’une politique européenne fondée sur l’entente franco-allemande et respectueuse de l’identité des nations ; et c’est un moyen efficace de défense de notre langue », Marcel Jaurant-Singer dans sa lettre du 2 février 1973 au député de l’Aisne, G. Sabatier. Carton : Autorités publiques-interventions-contacts-A.N. ; 1972/73 + 1986/88: Min. A/F, archives de l’OFAJ, Paris.

34 Cf. Rapport final du secrétaire général sur l’année budgétaire 1969, Annexe pour la 25e session du CA. En 1969, la construction du nouveau siège engloutit environ 1,4 million de DM. La relation peu favorable entre dépenses de fonctionnement et dépenses d’intervention se poursuivit au début des années 1970. Tandis qu’entre 1966 et 1968, les dépenses d’intervention représentaient annuellement environ 90 % des dépenses totales, en 1969, à cause de dépenses d’administration et d’investissement croissantes (respecti-vement 11,31 % et 4,01 % des dépenses totales), les dépenses d’intervention n’attei-gnaient plus que 84,68 %. En 1970, 77,56 % seulement des dépenses étaient des dépenses d’intervention ; 11 % des dépenses totales étant consacrés à l’administration et 11,44 % aux investissements. Cf. Rapport des commissaires aux comptes pour les années budgétaires 1969 et 1970, Annexe pour la 28e session du CA, p. 5.

35 En 1971, fut proposé le premier cours type sur le thème « L’Homme et son environ-nement ». Cf. Rapport d’activité 1963-1973, p. 80. Dès le début des années 1970, les associations critiquèrent fortement les cours « Wir entdecken Deutschland » et « Connaissance de la France », qui étaient organisés depuis 1964 en régie propre par l’OFAJ en tant que programmes spécifiques. Cf. Elsbeth Rickal, « Das Deutsch-Französische Jugendwerk. Entwicklung und Tendenz », in : Außerschulische Bildung 2 (1972), p. B49-B52.

36 PV de la 27e session du conseil d’administration, p. 68.

37 PV de la 29e session du conseil d’administration, p. 2.

38 PV de la 33e réunion du conseil d’administration les 22-23 juin 1973 à Rhöndorf, p. 3.

39 À propos des déclarations de Davezac, cf. compte rendu détaillé des débats concernant le point 9 de l’ordre du jour : Rapport de la commission des Directives, Annexe au PV de la 33e réunion du conseil d’administration, ibid., p. 1-3.

40 Cf. le point 1.3 (« das Jugendwerk als Erprobungsfeld für europäische Jugendarbeit ») et le point 2.1 (« Mitwirkung des Jugendlichen ») des directives du 1er janvier 1974.

41 Cf. PV de la 34e réunion du conseil d’administration le 19 octobre 1973 à Versailles.

42 Cf. Directives. Document de travail soumis à la ratification du conseil d’administration de l’OFAJ, janvier 2002.

43 Pour la coopération entre Schmidt et Giscard d’Estaing cf. Adolf Kimmel, Pierre Jardin (éds), Les relations franco-allemandes, Paris, 2001, p. 23-27, 197-199, ainsi que Ziebura, Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1945 (op. cit., note 7), p. 260-327.

44 Cf. Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse (op. cit., note 8), p. 125.

45 Sur ce point, cf. l’interview de Heinz Westphal, secrétaire d’État parlementaire pour la Jeunesse, la Famille et la Santé, in : Deutsche Jugend, 20, 1972, p. 339.

46 Cf. Le Monde, 26 janvier 1973. En signe de protestation contre la nouvelle réduction de moyens par Comiti, même la commission des directives avait cessé son travail. Cf. Süddeutsche Zeitung, 19 janvier 1973.

47 Sur ces modifications, voir aussi Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse (op. cit.), p. 86-89, 91, 104-105.

48 Cf. Le Monde, 23 janvier 1973.

49 Sur la critique de cette démarche, cf. le communiqué de presse commun de deux fédérations d’organisations de jeunesse françaises du 24 septembre 1973 et Le Monde du 29 septembre 1973. Même au sein du conseil d’administration, ce procédé fut critiqué. Cf. point 6 : Amendement à l’accord portant création de l’OFAJ, in : PV de la 33e session du conseil d’administration, p. 1-3.

50 Wolfgang Linckelmann, né en 1936, fit des études de droit à Fribourg, Münster et aux États-Unis. Comme collaborateur du service pour le travail international de jeunesse du ministère fédéral pour la Jeunesse, la Famille et la Santé, il avait grandement participé aux négociations sur la fondation d’un Office européen pour la Jeunesse à Strasbourg.

51 Pierre Gril (1924-1995) fit des études d’allemand à Toulouse et fut lecteur en Allemagne de 1947 à 1949. En tant que fonctionnaire du ministère de l’Éducation, il avait été, à la fin des années 1950, directeur de l’enseignement français au Tchad et au Togo. Depuis 1963, il occupait le poste de directeur de l’enseignement français pour les Forces françaises en Allemagne. Il était également président de la Société franco-allemande locale à Baden-Baden, son lieu de travail.

52 Comme sélection des nombreux articles : Le Monde des 15, 22 et 29 septembre 1973 et du 21-22 octobre 1973 ; Le Figaro du 15-16 septembre 1973 et du 20-21 octobre 1973 ; Die Welt du 17 septembre 1973 ; Frankfurter Allgemeine Zeitung du 18 septembre 1973 et des 6 et 23 octobre 1973. Dans son édition du 19 septembre 1973 même Le Canard Enchaîné -s’empara du sujet. La candidature de Pierre Gril fut particulièrement attaquée par un article du Spiegel du 15 octobre 1973.

53 Cf. Interview sur l’OFAJ avec son secrétaire général Gril, in : Deutsche Jugend 23 (1975), p. 40-41.

54 Cf. point 2 : Organigramme et conséquences pour le personnel, in : PV de la 35e réunion du conseil d’administration le 12 mars 1974 à Rhöndorf, p. 3-5 et l’annexe s’y rapportant : Le nouvel organigramme de l’OFAJ.

55 Cf. point 3 : Organigramme, in : PV de la 37e réunion du conseil d’administration le 10 -décembre 1974 à Paris, p. 2-3 et l’annexe s’y rapportant : Organigramme. L’organigramme voté par le conseil d’administration (mais également approuvé par le personnel administratif) s’articulait en neuf bureaux. I. Rencontres générales de jeunesse, II. Échanges professionnels et disciplinaires, III. Formation et perfectionnement de multiplicateurs, IV. Pédagogie, V. Langue, VI. Information, VII. Budget et finances, VIII. Administration, IX. Planification et coordination. Au milieu des années 1970, cet organigramme fut légèrement modifié : le bureau « budget et finances » fusionna avec le service administratif, baissant ainsi le nombre de services de neuf à huit. Le bureau I s’appela dorénavant « échanges socio-éducatifs/Informations- und Kontaktprogramme im schulischen und außerschulischen Berich ». Cf. l’organigramme in : Das DFJW 1976/77. Jugend in der deutsch-französischen Zusammenarbeit. Berichte und Materialien, 1977, n° 3, p. 135.

56 Gril avait à l’origine prévu aussi que ce bureau assurerait la « coordination entre les services », mais dut y renoncer à la demande du conseil d’administration. Cf. point 3 : Organigramme, in : PV de la 37e réunion du conseil d’administration, p. 2-3 et l’annexe s’y rapportant : Organigramme, p. 3.

57 Cf. PV de la 38e réunion du conseil d’administration les 26-27 mai 1975 à Paris, p. 7.

58 PV de la 37e réunion du conseil d’administration, p. 5. Lors de la réunion suivante du conseil d’administration, les membres confirmèrent encore une fois cette décision. Cf. PV de la 38e réunion du conseil d’administration, p. 2.

59 Cf. Rapport d’orientation 1980, Annexe de la 46e réunion du conseil d’administration les 21-22 mai 1979 à Dijon, p. 2, où se trouve une répartition exacte pour cette période.

60 Cf. propositions d’orientations 1979, annexe de la 44e réunion du conseil d’administration les 15-16 juin 1978 à Paris, p. 1.

61 Cf. L’OFAJ 1979, Documentation OFAJ, p. 13.

62 Pour l’année 1979, les chiffres se rapportent à un budget d’intervention de 23 865 000 DM. Cf. L’OFAJ 1979, Documentation OFAJ, p. 12. Pour l’année 1977, ils se rapportent à un budget d’intervention de 24 471 000 DM. Les pourcentages pour 1977 sont cités dans plusieurs sources comme statistiques officielles pour les quinze ans d’existence de l’OFAJ en 1978. Cf. L’Office franco-allemand pour la Jeunesse 1978, Information OFAJ, service de presse et de relations publiques, p. 2.

63 Il faut cependant remarquer ici que l’OFAJ avait en 1971 un budget global plus important à sa disposition que dans les années suivantes. Les chiffres pour 1971 sont extraits du rapport d’activité 1963-1973.

64 Bien que la part des échanges purement scolaires ne représentât que 10 %, les élèves étaient, comme on peut s’y attendre par la pyramide des âges des personnes subventionnées, le plus important groupe professionnel subventionné par l’OFAJ. Cf. L’OFAJ 1979, Documentation OFAJ.

65 Cf. Rapport d’orientation 1980, annexe de la 46e réunion du conseil d’administration.

66 PV de la 36e réunion du conseil d’administration le 27 septembre 1974 à Paris, p. 6.

67 Les grandes lignes du budget 1975, annexe de la 36e réunion du conseil d’administration, p. 2.

68 PV de la 37e réunion du conseil d’administration, p. 4-5, ici p. 5.

69 Ibid., p. 5.

70 Cf. PV de la 38e réunion du conseil d’administration, p. 3. Ce fut seulement un an plus tard, lors de la 40e réunion du conseil d’administration les 26-27 avril 1976 à Nice, que le conseil d’administration se rallia à une partie des propositions du secrétaire général concernant l’amélioration de la qualité des programmes de masse.

71 Rétrospective in : Rapport d’orientation 1980, annexe de la 46e réunion du conseil d’administration, p. 2-6.

72 PV de la 40e réunion du conseil d’administration, p. 4.

73 Dans la catégorie des apprentis et jeunes actifs entrent les jeunes à partir de 16 ans.

74 Pour les chiffres de 1977 cf. L’Office franco-allemand pour la Jeunesse 1979, Docu-mentation OFAJ, et pour les chiffres de 1979 : L’Office franco-allemand pour la Jeunesse 1981, Documentation OFAJ.

75 Rapport d’orientation 1980, Annexe de la 46e réunion du conseil d’administration, p. 6. Le secrétaire général avait déjà insisté sur ce point dans ses propositions d’orientation pour 1979. Cf. PV de la 44e réunion du conseil d’administration, p. 7-8.

76 PV de la 40e réunion du conseil d’administration, p. 4 et Orientations du budget 1977, annexe de la 40e réunion du conseil d’administration, p. 6-8.

77 Cf. le paragraphe « Formation de cadres » dans le Rapport d’activité 1963-1973, p. 35-42 ainsi que la contribution de Hans Manfred Bock sur le développement de l’OFAJ dans les années 1960 dans ce volume.

78 Sur la mission du bureau IV, cf. l’organigramme, annexe de la 37e réunion du conseil d’administration, p. 3.

79 Sur ce point, cf. la critique déjà évoquée sur le travail pédagogique de l’Office pour la Jeunesse et le rapport de la commission II : « Quelle influence l’action de l’O.F.A.J. exerce-t-elle sur la pédagogie des rencontres internationales ? » in : DFJW/OFAJ, 1968 Kongreß DFJW - Colloque OFAJ (op. cit., note 16), p. 33 sq.

80 Sur l’histoire des programmes de formation expérimentaux et de formation-recherche, cf. aussi Textes de travail de l’OFAJ n° 8 : L’OFAJ et les explorations interculturelles : des recherches qui ouvrent de nouvelles perspectives en Europe, Bad Honnef 1989 (nouvelle édition 1994).

81 Cf. types de programmes, annexe de la 40e réunion du conseil d’administration, p. 33.

82 Cf. PV de la 40e réunion du conseil d’administration, p. 9-10, 13.

83 Ibid., p. 10.

84 PV de la 36e réunion du conseil d’administration, p. 6.

85 Cf. Das DFJW 1975. Bulletin de Liaison, octobre 1975, p. 57.

86 PV de la 41e réunion du conseil d’administration des 25-26 octobre 1976 à Rhöndorf, p. 9-13. La commission comportait respectivement 3 membres français et 3 membres allemands du conseil d’administration et un représentant des ministères pour la Jeunesse respectifs. Elle était présidée par Werner Lichtwark de l’Arbeitsgemeinschaft der Evangelischen Jugend.

87 Ibid., p. 12.

88 Rapport de la commission recherche au conseil d’administration, annexe de la 46e réunion du conseil d’administration, p. 2.

89 Cf. Max Pagès, Burkhard Müller, L’animation des rencontres interculturelles. Le « manifeste de l’animation existentielle », Textes de travail de l’OFAJ, n° 15, réédition Bad Honnef, 1997. Le volume comporte aussi une introduction et des commentaires des deux auteurs, dans lesquels ils décrivent a posteriori l’histoire de la naissance et de la réception du manifeste au sein de l’OFAJ.

90 Cf. aussi Andreas Thimmel, « Praxisforschung und konzeptionelle Beiträge im Kontext des Deutsch-Französischen Jugendwerks », in : Id., Pädagogik der internationalen Jugendarbeit, Schwalbach/Ts., p. 170-173.

91 Thèse 1 du Manifeste de l’animation existentielle (op. cit.), p. 21.

92 Thèse 5, ibid.

93 Thèse 100, p. 80.

94 Sur les réactions de la commission recherche Cf. Müller, Pagès, L’animation des rencontres interculturelles (op. cit.).

95 La position du conseil d’administration se raccrochant aux pratiques antérieures peut aussi s’expliquer par la composition sociologique de ses membres qui, en tant que représentants du travail associatif en faveur de la jeunesse, réagirent avec circonspection à la liberté avec laquelle les jeunes adultes revendiquèrent leur droit à la gestion autonome et à la codécision dans les années 1970.

96 Cf. § 2.2.3. des directives du 1er janvier 1974.

97 Cf. PV de la 42e réunion du conseil d’administration les 6-7 juin 1977 à Strasbourg, p. 14-16.

98 § 2.2.3 des directives du 1er janvier 1974.

99 Cf. Propositions d’orientation 1978, annexe de la 42e réunion du conseil d’administration, p. 12.

100 PV de la 42e réunion du conseil d’administration, p. 15-16. Ceci ne signifie pourtant pas que les jeunes actifs sortaient complètement du cadre des subventions destinées aux multiplicateurs. Dans son rapport d’orientation pour 1980, Gril constatait que de longs séjours de travail pour les jeunes actifs avaient désormais eu lieu dans le cadre de partenariats franco-allemands (au niveau des communes ou des chambres) et que les expériences avec ces programmes décentralisés avaient été bonnes. Dans leur phase initiale, ils étaient en partie financés par le fonds d’innovation (cf. supra). Cf. Rapport d’orientation 1980, annexe de la 46e réunion du conseil d’administration, p. 13.

101 Sur les programmes pour le domaine universitaire, cf. aussi l’article de Corine Defrance dans ce volume.

102 En 1974, la vente du nouveau bâtiment de fonction construit à Versailles rapporta 13 millions de francs. Il en resta 9 millions après impôts et après avoir payé le déménagement et l’emménagement du petit bureau parisien. Cf. PV de la 36e réunion du conseil d’administration, p. 1-2.

103 Cf. Rapport d’orientation 1980, annexe de la 46e réunion du conseil d’administration, l.c., p. 9.

104 Cf. Propositions d’orientation 1978, annexe de la 42e réunion du conseil d’administration, l.c., p. 14.

105 PV de la 43e réunion du conseil d’administration les 29-30 novembre 1977 à Berlin, p. 14.

106 Paragraphe 3.1.7 des directives du 1er janvier 1974 (« Subventions pour frais d’administration et de personnel »).

107 Ces données se rapportent seulement à des organisations qui de 1974 à 1979 purent, grâce à des subventions de l’OFAJ, financer de façon constante un collaborateur pédagogique. À la fin des années 1970, quelques autres, venant d’autres organisations, s’y ajoutèrent. Cf. la liste des collaborateurs pédagogiques 1975-1982, qui fut établie en 1983 sur demande des commissaires aux comptes pour des besoins internes. Classeur 1966-1983, archives CA, archives de l’OFAJ, Paris.

108 Cf. Rapport du secrétaire général sur les premiers résultats de la mise en œuvre des nouvelles directives, Annexe de la 36e réunion du conseil d’administration, p. 4-5.

109 Adaptation des directives, annexe de la 37e réunion du conseil d’administration, p. 2-4. Lors de cette même réunion, le conseil d’administration se rallia à la proposition du secrétaire général.

110 Cf. Subventions pour collaborateurs pédagogiques, annexe de la 54e réunion du conseil d’administration les 15-16 juin 1983 à Montpellier.

111 Le rapport d’activité de l’OFAJ pour 1975 cite trois principaux groupes cibles : 1. les -jeunes actifs, 2. les élèves et étudiants, 3. les collaborateurs pédagogiques. Cf. L’OFAJ 1975. Bulletin de liaison, octobre 1975, p. 40.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search