Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Première partie : L’Office franco-allemand pour la Jeunesse 1963-2008

Complication des relations politiques et consolidation de l’OFAJ au cours des années 1960

Hans Manfred Bock
Traduction de Dominique Bosquelle

Texte intégral

  • 1 Concernant les nombreuses études sur le préambule au traité voté par le Bundestag et les répercussi (...)
  • 2 Pour un jugement (controversé) des relations entre Charles de Gaulle et Konrad Adenauer ainsi que s (...)
  • 3 Cf. Lappenküper, Die deutschfranzösischen Beziehungen (op. cit.), p. 1840 sq. ; concernant l’orien (...)
  • 4 Voir à ce sujet, dans une perspective comparatiste, les contributions publiées par Ingrid Gilcher-H (...)

1Alors que les relations entre les gouvernements français et ouest-allemand s’étaient dégradées très rapidement dès la signature du traité franco-allemand du 22 janvier 1963 en raison des discussions qui accompagnèrent la ratification1, la volonté de compromis de la partie allemande et de la partie française, qui avait prévalu lors de la préparation du traité, resta forte lors des négociations préparatoires à l’accord portant création de l’OFAJ, qui entra en vigueur le jour de sa signature le 5 juillet 1963. Cette asymétrie foncière entre le niveau intergouvernemental des relations et celui des relations socioculturelles entre les deux pays fut une constante jusqu’à la démission du général de Gaulle de la présidence de la République au mois d’avril 1969. Les divergences d’intérêt en politique étrangère sur la CEE et l’OTAN, qui avaient leur origine dans la position internationale de la France et de la République fédérale et qui s’exprimaient entièrement dans les orientations de politique étrangère des deux pères politiques du traité franco-allemand2, avaient été relativisées et en partie ignorées par le chancelier Adenauer  ; sous le gouvernement du chancelier Ludwig Erhard (octobre 1963-décembre 1966), ces divergences devinrent patentes aux yeux de l’opinion, aboutissant dans les années 1964 à 1966 à un point mort dans les relations politiques entre les deux États3. Durant la Grande Coalition gouvernementale menée par le chancelier Kurt Georg Kiesinger de décembre 1966 à octobre 1969, les conflits prirent un tour nouveau et allèrent s’intensifiant du fait de la politique différente menée par les deux gouvernements vis-à-vis du bloc soviétique, à laquelle s’ajouta, à partir de 1969, un déséquilibre croissant entre la situation économique de chacun des deux pays. En même temps, touchant directement au cœur du domaine d’activités de l’OFAJ, la révolte étudiante des années 1965 à 19684 remettait en cause la société et exprimait un désir de changements profonds qui, à partir de 1969, exposèrent la routine institutionnelle, les programmes de rencontres en cours et les objectifs généraux de l’OFAJ à un questionnement de plus en plus critique. Ce fut le début d’une série de restructurations institutionnelles par lesquelles l’organisme binational de type nouveau essaya dans les années suivantes, sous l’impulsion de forces internes et externes, d’adapter sa mission politique – resserrer les liens et favoriser la compréhension mutuelle entre la jeunesse des deux pays – en fonction des changements intervenus dans la constellation politique et dans les deux sociétés.

Des options politiques divergentes, mais un cadre commun pour l’avenir de l’OFAJ

2La mission politique permanente de cet organisme destiné à développer la coopération mutuelle entre les deux pays et à promouvoir les échanges avait été esquissée dans le traité de coopération du 22 janvier 1963 par la formule  :

  • 5 Cf. Pierre Jardin, Adolf Kimmel (éds), Les relations franco-allemandes, Paris, 2001, p. 56.

Toutes les possibilités seront offertes aux jeunes des deux pays pour resserrer les liens qui les unissent et pour renforcer leur coopération mutuelle5.

3L’accord du 5 juillet 1963 portant création de l’OFAJ reprenait cette définition en l’élargissant  :

  • 6 Ibid., p. 93-95.

L’Office a pour objet de resserrer les liens qui unissent les jeunes des deux pays, de renforcer leur compréhension mutuelle et, à cet effet, de provoquer, d’encourager et, le cas échéant, de réaliser des rencontres et des échanges de jeunes6.

  • 7 Ce que j’ai montré dans ma contribution au présent ouvrage : « Les racines de l’OFAJ dans la sociét (...)
  • 8 Ibid., 3e partie : « La “notion élargie de culture” comme base du consensus des organisations privé (...)

4L’accord sur l’OFAJ du 5 juillet 1963 reprenait également, dans sa définition des publics cibles de jeunes devant bénéficier de cette aide, la déclaration principale du traité en la précisant. Le traité désignait les bénéficiaires du fonds commun franco-allemand  : écoliers, étudiants, jeunes artisans et jeunes travailleurs (II C 2). Dans le texte de juillet 1963, cette définition pour ainsi dire sociologique («  Rencontres et échanges d’écoliers, d’étudiants et de jeunes travailleurs  », Art. 2) était reprise et complétée par un catalogue élargi de modalités d’échanges et de rencontres  : «  Déplacements de groupes, manifestations sportives et de jeunesse  », «  Colonies, centres et maisons familiales de vacances  », «  Échanges et stages en vue de la formation de cadres sportifs et de jeunesse, entraînement commun pour les jeunes athlètes  », «  Connaissance réciproque des deux pays par une action d’information, l’organisation de voyages et de séjours d’études, de séminaires, de manifestations artistiques et la rencontre de responsables d’organisations de jeunesse  », «  Développement des institutions extrascolaires qui se consacrent à la diffusion de la langue de l’un ou de l’autre pays  » ainsi que «  Enquêtes et recherches scientifiques dans le domaine de la jeunesse  ». Sans que l’on puisse déterminer quels furent les auteurs qui rédigèrent ce catalogue de types de rencontres, on peut supposer que ses contenus ne furent pas élaborés dans le cabinet d’un ministère, mais qu’ils étaient le fruit de la longue coopération entre les représentants des administrations et ceux des diverses organisations d’échange7. Il est également indéniable qu’ici, dans le document qui fonde l’OFAJ, on trouve non seulement une autre définition, mais une définition élargie des organisations de la communication transnationale issues de la société civile, par rapport à ce qui était encore dit par exemple dans l’accord culturel franco-allemand d’octobre 1954. Avec l’accord du 5 juillet 1963, la «  notion élargie de culture  »8, en discussion depuis les années 1950, prenait ainsi place dans la définition juridique des domaines d’activité de l’OFAJ.

  • 9 Voir à ce propos Heinemann, Le traité francoallemand (op. cit., note 1), p. 311 sq.
  • 10 Dépêche de l’AFP in Le Monde, 19 juin 1963, p. 2.
  • 11 Heinemann, Le traité francoallemand (op. cit.), p. 316.

5Les conceptions politiques différentes du gouvernement gaulliste en France et du gouvernement chrétien-démocrate en République fédérale ne restèrent pas sans conséquences sur le processus d’élaboration de l’accord commun portant création de l’OFAJ. Au cours du premier semestre 1963, ces divergences se manifestèrent sur deux points en particulier  : sur la question de la personnalité juridique de l’Office et sur la question de savoir si le caractère bilatéral de l’Office pouvait être infléchi ou s’il devait être entendu dans un sens strict. Entre la signature du traité le 22 janvier 1963 et sa ratification le 5 juillet 1963, il y eut dans les débats parlementaires en France des tentatives gaullistes pour reconsidérer le principe de l’indépendance de l’organisme d’échanges projeté9. Les 17 et 18 juin encore, lors d’une rencontre entre le secrétaire d’état Maurice Herzog et le ministre fédéral de la Famille Bruno Heck, l’antagonisme des positions fut manifeste  : du côté français on souhaitait que le fonds commun franco-allemand fût partagé en deux et que chaque part fût administrée nationalement par son propre secrétaire général  ; côté allemand, on exigeait le respect de l’accord tel qu’il avait été formulé au point C 2 du texte du traité, qui prévoyait l’indépendance de la direction de l’Office par la nomination d’un secrétaire général unique10. Dans cette controverse, ce fut la conception allemande qui s’imposa, sans doute sur la base de l’argument que l’Office en tant que personnalité juridique ne pourrait que gagner en prestige et efficacité en disposant d’une autonomie de gestion et d’administration11. La conception défendue par les gaullistes, selon laquelle la nouvelle institution était une affaire strictement bilatérale et non l’amorce d’une institution plus large, d’un office européen pour la jeunesse, était totalement opposée à la conception qui dominait, au-delà des clivages politiques, en République fédérale. Dans le texte de la Déclaration, l’antagonisme fut neutralisé à l’article 2 par une déclaration d’intention  :

Dans l’accomplissement de ces tâches, l’Office applique les principes de coopération et de compréhension qu’il convient de développer parmi les jeunes tant à l’égard des pays européens que des autres pays du monde libre.

  • 12 Ibid. p. 324. L’auteur y démontre entre autres que les tentatives du ministre allemand de la Famill (...)

6Lors du sommet franco-allemand de février 1964, le ministre Bruno Heck obtint l’accord de son homologue français pour qu’à titre exceptionnel on puisse intégrer à des programmes de rencontres de l’OFAJ des jeunes originaires d’autres pays d’Europe de l’Ouest12. Le Bundestag exprima son point de vue sur cette question en février 1964 en se prononçant à l’unanimité en faveur de la création d’un Office européen pour la Jeunesse (qui fut effectivement décidée plus tard, en 1972). Ces deux options différentes quant à l’autonomie juridique et au caractère bilatéral de l’OFAJ ne relevaient pas simplement des aspirations des deux partis au pouvoir, mais étaient durablement ancrées dans la culture politique de la Ve République et de la République fédérale. C’est la raison pour laquelle elles allaient ultérieurement ressortir à plusieurs reprises dans l’histoire de l’institution binationale, tant dans la gestion quotidienne que dans la discussion des programmes et des orientations.

  • 13 Voir à ce sujet leur esquisse dans la contribution d’Ansbert Baumann au présent ouvrage.
  • 14 Cf. ma contribution « Les racines de l’OFAJ dans la société civile » dans cet ouvrage.
  • 15 Le premier chargé des relations publiques de l’OFAJ résuma un jour ainsi ces traditions opposées : (...)
  • 16 Voir sur ce point la contribution dans cet ouvrage d’Ansbert Baumann.
  • 17 Conformément à l’article 6, paragraphe 2 de la version modifiée en date du 25 novembre 1983 de l’ac (...)
  • 18 Voir dans le même ouvrage les trois versions de l’accord portant création de l’OFAJ, p. 483-493. El (...)

7Des éléments de compromis entre des options politiques discordantes et des pratiques traditionnellement différentes dans les administrations publiques des deux pays transparaissent également dans la composition du conseil d’administration et le mode de désignation de ses membres (chapitre III de l’accord du 5 juillet 1963). Après avoir songé à d’autres configurations13, la proportion de quatre représentants de l’administration publique et de six représentants de la société civile (des «  personnalités qualifiées  » et des «  dirigeants d’organisations de jeunesse  ») fut retenue  ; ces derniers étaient nommés au conseil d’administration pour une durée de deux ans par chacun des deux gouvernements. La répartition inégale entre une majorité de représentants de la société civile et une représentation minoritaire de l’administration publique reflète la volonté des gouvernements de limiter eux-mêmes leur influence au sein du conseil d’administration  ; cette discrétion trouvait son origine dans l’imbrication fonctionnelle déjà bien rodée avant 1963 entre les acteurs publics et privés des échanges internationaux14 et la politique de jeunesse propre à chaque pays. Dans ce dernier champ, qui dans le cadre de l’OFAJ prenait naturellement une dimension particulière, la France et l’Allemagne connaissaient des traditions administratives opposées de centralisme et de fédéralisme15, qui régirent encore longtemps les relations pratiques entre les ministères de tutelle (en France, le haut-commissariat puis le secrétariat d’état à la Jeunesse et aux Sports, en République fédérale d’Allemagne le ministère de la Famille et de la Jeunesse) et les conseils d’administration successifs. Si dans l’accord du 5 juillet 1963 les deux gouvernements se contentaient – au bénéfice des représentants de la société civile – d’une minorité de sièges réservés aux ministères, ils se réservèrent cependant (conformément à l’art. 10 de l’accord) l’instrument d’une minorité de blocage  : le conseil d’administration devait prendre ses décisions à la majorité qualifiée des trois quarts, et les représentants des gouvernements français et allemands avaient en tout huit sièges sur vingt. Lors de la première séance du conseil d’administration le 30 octobre 1963, la règle suivante fut arrêtée pour la désignation des délégués des ministères  : en France, le secrétariat d’état à la Jeunesse et aux Sports, le ministère des Affaires étrangères et celui de l’éducation nationale nommaient les quatre membres représentant l’état dans le conseil  ; la République fédérale déléguait un représentant du ministère de la Famille et de la Jeunesse et un autre du ministère des Affaires étrangères, ainsi que deux représentants de gouvernements régionaux (tandis que le troisième niveau, celui des communes16, ne fut pas évoqué avant 1983)17. Ces règles initiales concernant la composition et le mode de fonctionnement du conseil d’administration furent modifiées par la suite, en particulier en 1973 et en 1983 par des amendements à l’accord. La même évolution se produisit pour l’organe de représentation et de décision de l’OFAJ, le secrétariat général18.

8Les deux gouvernements devaient, conformément à l’article 11 de l’accord de juillet 1963, nommer d’un commun accord le secrétaire général et son adjoint, après avis du conseil d’administration. Ces deux représentants les plus en vue de l’OFAJ étaient désignés pour cinq ans et devaient être de nationalité différente. Comme, lors de leur installation en 1963, l’influence des gouvernements fut déterminante (et elle le sera par la suite aussi), le secrétaire général et son adjoint faisaient preuve d’une affinité politique marquée pour la majorité gouvernementale en place dans leur pays au moment de leur désignation. Cette affinité fut dès le départ largement commentée dans la presse, mais joua bien moins dans l’exercice de la fonction que leur capacité à s’imposer et à faire preuve d’initiatives. Le secrétaire général représentait l’institution binationale à l’extérieur et devait préparer les sessions du conseil d’administration, lui présenter les rapports et lui soumettre les projets de budget. Aux deux premiers secrétaires généraux, François Altmayer et Albrecht Krause, revint en outre, jusqu’à la réforme de 1973, la mission de coordonner et contrôler les deux sections de Bonn et de Paris, respectivement dirigées par un directeur français et un directeur allemand nommés pour cinq ans. Stipulé aux articles 13 à 16 du document fondateur de l’OFAJ de juillet 1963, ce dédoublement national de la partie administrative en deux sections sous la coordination commune du secrétariat général était vraisemblablement le fruit d’un compromis politique entre les conceptions françaises, encore attestées en juillet 1963, qui tendaient à une répartition nationale du fonds commun franco-allemand et à sa gestion séparée, respectivement par un secrétaire général français et par un autre allemand, et les conceptions allemandes, qui aspiraient à une administration unifiée, commune et bilatérale. Les dirigeants de l’OFAJ justifièrent dans les années soixante cette construction plutôt compliquée par la nécessité de faciliter dans un premier temps, par l’existence des deux sections, la communication et la coopération avec les organisations partenaires issues de la société civile de chacun des deux pays, et de préserver néanmoins, grâce au secrétariat général commun, l’unité de l’institution  :

  • 19 Heyer, Das deutschfranzösische Jugendwerk (op. cit., note 15), p. 29 sq.

Loin de favoriser le processus d’intégration interne, la nécessité de mettre en place deux sections distinctes l’a rendu plus difficile. Si cette intégration a néanmoins été possible en un temps étonnamment court, c’est grâce aux contacts étroits volontairement entretenus entre les sections, pourtant distantes de 600 km, et plus encore grâce à leur mission commune, avec ses attraits et ses difficultés, qui a éveillé chez tous les participants un sentiment de communauté auquel des restes de difficultés linguistiques occasionnelles n’ont pu porter atteinte19.

9Les auteurs de la réforme administrative de l’OFAJ en 1973 furent par la suite convaincus que les raisons qui avaient conduit à maintenir la double structure opérationnelle de Bonn et de Paris étaient dépassées et que le temps était venu d’une direction complètement intégrée.

  • 20 Le Monde, 14 octobre 1963 ; Frankfurter Allgemeine Zeitung, 14 octobre 1963.
  • 21 DFJW-Pressedienst, n° 1, p. 4 sq.
  • 22 Jacques Nobécourt in Le Monde, 4 juillet 1964.

10Le siège du secrétariat général fut fixé conformément à l’article 11 de l’accord du 5 juillet 1963 par accord entre les gouvernements français et allemand. Comme le premier secrétaire général devait être français, il paraissait évident de prévoir le siège du secrétariat général en Allemagne. Avant même la première séance du conseil d’administration en octobre 1963, le site d’un ancien hôtel de Rhöndorf avait été retenu  ; un choix auquel on peut prêter une signification symbolique cachée du fait de sa proximité avec le Rhin et avec la résidence privée de l’ancien chancelier Adenauer. Les membres français du secrétariat et du conseil d’administration furent nommés plus vite que leurs homologues allemands. Mi-octobre, François Altmayer était pressenti pour le secrétariat général, tandis que pour son adjoint allemand, quatre candidats étaient encore en lice. La liste des membres français du conseil d’administration avait été publiée au Journal Officiel du 11 septembre 1963, celle des représentants allemands ne fut connue que dans la deuxième semaine d’octobre20. Les quatre membres de la première équipe de direction de l’OFAJ étaient tous nés entre 1920 et 1922 et donc en mesure, du fait de leur relative jeunesse, d’infirmer l’accusation de gérontocratie surtout portée par la presse allemande. Le secrétaire général François Altmayer (1922-2002) était ancien élève de Saint-Cyr et de l’école nationale d’administration  ; résistant, il fut déporté sous l’occupation, puis, au début des années cinquante, il intégra le corps diplomatique et consulaire  ; avant sa nomination à la tête de l’OFAJ, il dirigeait depuis 1961 le service de l’information économique au sein de la Direction centrale du commerce extérieur du Quai d’Orsay21. Albrecht Krause, l’adjoint d’Altmayer (qui devint son successeur à la fin du mandat français), était né à Hambourg en 1920 et, après avoir combattu pendant la guerre, avait étudié le droit et notamment le droit constitutionnel à Hambourg, Strasbourg, Oxford, Londres et Paris  ; après avoir obtenu son second examen d’état en droit, il était entré au ministère fédéral de l’Intérieur où, de 1953 à 1958, il fut conseiller spécial du ministre Gerhard Schröder. Avant sa nomination à l’OFAJ, il avait été chargé des questions constitutionnelles et de l’éducation civique au ministère de l’Intérieur, et à ce titre, l’un des responsables de la Bundeszentrale für politische Bildung. Les deux directeurs des sections de l’Office à Bonn et à Paris étaient également des juristes connaissant bien la haute fonction publique. Le directeur de la section de Paris, Robert-Yves Clément, né en 1922, avait assuré, après divers postes diplomatiques dans les ambassades françaises en Afrique, la direction du service des questions de jeunesse et des contacts internationaux de jeunes au secrétariat d’état à la Jeunesse et aux Sports. Son homologue allemand à la direction de la section allemande de l’OFAJ à Bonn, Otto Werner Gehring, né en 1921, était depuis 1957 en charge des questions de jeunesse et du Bundesjugendplan au ministère de l’Intérieur, après avoir travaillé dans l’administration publique dans le sud-ouest de l’Allemagne. Les deux directeurs de section furent reconduits dans leurs fonctions en 1969. Dans le cadre des mutations et des nouvelles nominations au sein de la direction de l’OFAJ en 1969, Marcel Jaurant-Singer, né en 1920, fut le seul nouveau venu  : il était auparavant directeur général à la Haute-Autorité de la CECA. La presse allemande et française, qui suivait généralement avec beaucoup d’attention les premiers pas de cette institution originale, commenta non sans une certaine méfiance l’action à la tête de l’OFAJ du premier secrétaire général et de son adjoint. Le Monde suspecta ainsi par exemple le ministre des Affaires étrangères Gerhard Schröder d’exercer «  un contrôle très attentif, par l’intermédiaire d’un des plus hauts fonctionnaires allemands, sur l’Office  »22. La presse allemande rapportait à peu près à la même époque que «  selon des sources gouvernementales  », l’architecture de la direction n’avait pas fait ses preuves  :

  • 23 « Jugendwerk politisch gefärbt. Nicht im Sinne der Verständigung. Altmayer soll abgelöst werden », (...)

Le représentant allemand devrait jouir au moins des mêmes droits que le représentant français. Le fait que les échanges franco-allemands souffrent d’un déséquilibre considérable en faveur de certains groupes politiques et confessionnels, ce qui avec le temps est préjudiciable à l’ensemble du programme d’échanges, est à mettre au compte de l’action du Secrétaire général français23.

11Dans ces deux exemples de critiques, la suspicion portait sur l’instrumentalisation à des fins de politique nationale et sur le favoritisme supposé du partenaire  ; du fait du caractère binational de l’Office et de son statut international, cette suspicion était inévitable. Elle fut par la suite plus rarement exprimée en public, mais elle accompagna cependant de manière latente toute l’histoire de l’Office. Finalement, c’est seulement en faisant sans cesse la preuve de sa réussite évidente que l’OFAJ a pu désarmer ces soupçons.

L’OFAJ et les organisations d’échanges transnationaux issues de la société civile  : incitation, soutien et initiatives propres

12Une fois arrêté son cadre politique et juridique, ce qui fut terminé pour l’essentiel par le décret fédéral du 23 décembre 1963, cette organisation qui n’avait alors aucun équivalent au plan international devait apporter la preuve de sa capacité d’agir et d’inciter à agir. Cela signifiait avant tout qu’il fallait créer les conditions pour transposer dans les faits l’objectif d’élargissement et d’amélioration des rencontres franco-allemandes de jeunes. Ce défi concret comprenait trois volets. Il fallait d’abord clarifier les rapports entre l’Office et les associations non gouvernementales qui, dans les deux pays, organisaient des échanges internationaux, notamment pour les jeunes. De leur participation dépendait la programmation concrète des rencontres. Il fallait ensuite formuler les directives sur les actions à mener par l’Office et les mettre à l’épreuve des faits, ce qui ne pouvait se faire avec succès sans la participation des organisations de jeunesse des deux pays et des associations d’échanges franco-allemands. Enfin, il s’agissait pour la direction et le conseil d’administration de répartir et gérer un budget, énorme pour l’époque, de 40 millions de marks pour susciter et soutenir les initiatives des organisations partenaires ainsi que les initiatives propres de l’Office.

13Une base de coopération, décidée d’un commun accord entre l’Office et les associations des deux pays spécialisées dans les échanges et la politique de la jeunesse, était un préalable indispensable à toute programmation et mise en place de procédures concrètes. La phrase déterminant le principe de cette obligation de coopérer se trouve énoncée à l’article 2 de l’accord portant création de l’Office  :

L’Office a pour objet de resserrer les liens qui unissent les jeunes des deux pays, de renforcer leur compréhension mutuelle, et, à cet effet, de provoquer, d’encourager, et, le cas échéant, de réaliser des rencontres et des échanges de jeunes.

14Une première application de ce principe se lisait dans la modestie du budget de fonctionnement des services administratifs et la faiblesse relative des effectifs du personnel du secrétariat général. En ouvrant la première séance du conseil d’administration, le secrétaire général avait déclaré que  :

  • 24 Procès-verbal de la 1re séance du conseil d’administration, Paris, 30 octobre 1963, p. 1.

l’Office franco-allemand pour la jeunesse n’a pas été créé pour se substituer aux groupes qui organisent déjà des échanges franco-allemands. L’Office franco-allemand pour la jeunesse est né pour renforcer leurs moyens d’action et pour susciter des échanges plus larges – toujours à travers des organisations indépendantes par rapport à lui – dans des domaines où l’on a fait pour le moment le moins d’effort24.

  • 25 Pierre Mauroy, Mémoires, Paris, 2003, p. 67.

15Comme les premières réactions à la fondation de l’Office ne furent pas unanimement positives de la part du secteur associatif français et allemand, la direction de l’Office se vit contrainte d’engager le dialogue avec les associations de jeunesse et les organisations de rapprochement. Cela fut sans doute relativement facile pour les organisations de jeunesse avec lesquelles les deux directeurs de section, à Bonn et à Paris, avaient déjà été en contact auparavant en tant que hauts fonctionnaires. Néanmoins, là aussi l’accord ne se réalisait pas sans heurts. Pierre Mauroy, qui siégea à plusieurs reprises au conseil d’administration au cours des années soixante en tant que représentant du Club Léo Lagrange, proche des socialistes, et qui par la suite deviendra le premier Premier ministre du président Mitterrand, était à l’époque de la création de l’OFAJ, avec Joseph Rovan et d’autres, un des dirigeants du Groupement d’études et de rencontres des organisations de jeunesse et d’éducation populaire (Gerojep). Il parle dans ses mémoires de «  l’opposition que l’ensemble des mouvements de la jeunesse et d’éducation populaire manifestait à l’égard du Général depuis son accession au pouvoir  »25. Même l’invitation de ce groupement à l’Élysée par le général de Gaulle ne changea rien à cette attitude. Il semble que la méfiance des organisations de jeunesse n’était pas seulement due à l’opposition gauche-droite, mais qu’elle trouvait aussi sa source dans l’idée que les fortes subventions prévues pour l’OFAJ pourraient servir, en dépit des assurances données, à assujettir les organisations privées à l’état. On retrouve également cet argument chez les organisations de jeunesse en République fédérale, mais toujours associé à des craintes concernant la construction de l’Europe. Le président du Deutscher Jugendring écrivait par exemple dès la mi-mars 1963  :

  • 26 Hans-Georg Binder, « Noch mehr Jugendaustausch », Welt am Sonntag, 10 mars 1963.

Des millions pour les échanges de jeunes avec la France  ? Rien à redire  ! Mais pourquoi ne pas consacrer aussi des millions pour les échanges de jeunes avec l’Angleterre, la Hollande, l’Italie et les pays scandinaves  ? S’il s’agit de revenir sur un passé empoisonné, dans ces pays aussi, il y a de quoi faire  !26

  • 27 Les discussions entre l’administration politique, les représentants de l’OFAJ et ceux des instituti (...)

16Face aux 20 millions de marks prévus côté allemand pour l’Office, il n’y aurait eu, affirmait-il, que 80 millions de marks pour l’ensemble des échanges internationaux de jeunes, une disproportion qui ne pouvait que générer la méfiance des autres partenaires européens. Cette position se retrouve dans la publication du Deutscher Jugendring, la Deutsche Jugend des années 1963-1964. Au cours des années soixante, les réserves exprimées par les associations de jeunesse vis-à-vis de l’Office purent être levées pour l’essentiel, grâce à la répartition équitable des subventions et à la modération de l’OFAJ dans ses initiatives propres, mais elles ne disparurent jamais entièrement27.

  • 28 Cf. à ce sujet, ci-dessus, la contribution sur les négociations qui ont précédé la création de l’OF (...)
  • 29 Les recommandations faites à l’OFAJ à l’issue de la rencontre des associations sont repro-duites in (...)
  • 30 Allocution de Monsieur Altmayer, secrétaire général de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, l (...)

17Plus difficile encore fut la tâche de trouver une base de travail commune avec les organisations franco-allemandes de rapprochement, qui, elles, disposaient de quelque quinze années d’expérience dans le champ bilatéral ainsi que de la compétence technique en matière d’échanges. Dans ce domaine, la rencontre organisée au château Lerbach à Bergisch Gladbach en janvier 1964 à l’initiative des deux organismes centraux, le comité de coordination des associations d’échanges internationaux et l’Arbeitskreis der privaten Institutionen, avait signifié le premier geste de rapprochement28. Les recommandations qui y furent élaborées au sein de sept commissions par les associations et présentées à l’équipe de direction de l’Office, venue au grand complet, représentaient une sorte de manuel technique des échanges, faisant ressortir aussi les besoins matériels29. Les organisations de rapprochement de France et d’Allemagne fédérale, déjà implantées de longue date, furent non seulement entendues par les responsables de l’Office, mais elles bénéficièrent également d’un large soutien financier lors des premiers programmes de rencontres de l’OFAJ. Le secrétaire général François Altmayer visita quelques-unes de ces associations bilatérales au cours de l’année 1964 et leur rendit hommage en tant que pionnières et moteurs de l’action de l’Office. Le 3 juin 1964, il déclara par exemple à l’Institut franco-allemand de Ludwigsburg (DFI) que l’Office s’attaquait à un chantier plus vaste que celui du DFI, mais qu’il devait s’inspirer des principes et des exigences de qualité définis par ce dernier30. Et effectivement, les organisations d’échanges bilatéraux plus anciennes estimaient que leur rôle vis-à-vis de la nouvelle institution bilatérale était celui d’observateurs attentifs et critiques quant à la qualité des rencontres subventionnées ou proposées pour une subvention. Le comité de coordination, qui avait présenté en septembre 1963 un bilan de ses réalisations dans le domaine des échanges franco-allemands, se plaignait encore au printemps 1964 de ce que l’Office ait insuffisamment tenu compte de ses compétences  :

  • 31 « Les associations du Comité de coordination et l’Office franco-allemand de la Jeunesse », in : édu (...)

Tout d’abord il est inutile de rappeler ici combien, malgré une mise en place tardive, l’Office franco-allemand de la Jeunesse a considérablement augmenté le courant des échanges de jeunes entre la France et l’Allemagne. Il importe toutefois de signaler que par la force des choses, les associations d’échanges internationaux étant pratiquement les seules techniquement prêtes à les réaliser, elles ont dû faire face à une demande très fortement accrue sans trouver aucunement, auprès de l’Office, l’aide qu’elles étaient en droit d’espérer eu égard aux services rendus31.

  • 32 Ibid., p 5.

18Le comité de coordination avertissait l’Office de ne pas augmenter à tout prix le nombre des jeunes échangés, mais de donner aux associations ayant fait leurs preuves les crédits nécessaires pour augmenter le nombre de rencontres préparées de manière responsable et compétente. Cela pouvait se faire à bon escient sous trois formes  : 1. en accordant les subventions nécessaires au renforcement des secrétariats franco-allemands des associations  ; 2. en investissant dans l’amélioration des conditions d’accueil des jeunes Français et Allemands  ; 3. en favorisant la formation des experts en rencontres bilatérales, formation qui doit se faire au sein même des associations32. Le problème ici évoqué de la relation entre quantité et qualité fut volontiers repris les premières années par la presse dans ses critiques à l’égard de l’Office. C’est ainsi qu’il fut fait un large usage des formules acérées d’Alfred Grosser, qui avait par exemple dit qu’une rencontre mal préparée faisait plus de dégâts que pas de rencontre du tout. Cet écho dans la presse conféra une grande portée aux critiques faites en interne à l’Office de la part des organisations de rapprochement plus anciennes. Ce sont justement les acteurs du mouvement de rapprochement privé d’avant 1963 qui vont s’ériger en instance critique à partir de 1964 dans les débats du conseil d’administration, mais aussi dans les rencontres d’experts destinées à évaluer les actions entreprises.

  • 33 Cf. « Vorläufige Richtlinien des Deutsch-Französischen Jugendwerks », in : Deutsche Jugend 2 (1964) (...)
  • 34 Ibid., p. 89.

19L’adoption de «  directives  » pour le travail de l’OFAJ était un pas important dans l’interaction pratique entre la direction de l’Office et les associations organisatrices. Une première version de ces directives fut approuvée lors de la troisième séance du conseil d’administration qui se tint à Paris les 23 et 24 janvier 1964. Ce texte reprenait les résultats des discussions bilatérales avec les associations qui avaient eu lieu auparavant à Bergisch Gladbach. Les directives informaient sur la manière dont l’institution se voyait elle-même et son rôle (Principes), sur la pratique du subventionnement et sur la procédure de candidature33. Le premier paragraphe précisait une fois de plus la relation avec les associations  : l’Office soutiendrait les programmes ayant pour objet de consolider l’amitié franco-allemande comme base de l’intégration européenne et de renforcer l’esprit de liberté et la démocratie dans les deux pays. L’Office pour la Jeunesse poursuivrait et intensifierait le travail effectué depuis 1945 dans le domaine des rencontres et des échanges entre la jeunesse allemande et la jeunesse française34.

20La répartition des tâches entre le niveau institutionnel et le niveau associatif était fixée comme suit  :

Ne peuvent être organisateurs de programmes susceptibles d’être soutenus par l’OFAJ que des personnes physiques ou morales capables d’assumer la responsabilité juridique et pédagogique de l’exécution des programmes subventionnés. Ces personnes doivent posséder une expérience particulière dans le domaine des activités de jeunes et présenter toutes garanties quant à l’utilisation des subventions conformément à leur destination, dans un esprit d’économie et de rentabilité, et présenter des comptes en bonne et due forme. – L’Office franco-allemand pour la Jeunesse ne devra organiser qu’exceptionnellement lui-même des programmes et des actions. L’Office n’a pas l’intention de prendre la place des organisateurs qui travaillent déjà dans le domaine de la jeunesse (point 5, trad. de l’allemand).

  • 35 Cela peut-être vérifié à travers les différentes versions des directives élaborées entre 1965 et 19 (...)

21Pour fixer la limite d’âge des participants aux programmes et aux actions, on convint d’une formule élastique en parlant de jeunes de moins de 30 ans. Aucun âge limite n’est fixé pour ceux qui participent aux programmes «  destinés aux collaborateurs, spécialistes et personnes chargées de l’encadrement des jeunes  ». Les directives dans leur première version se référaient à cinq domaines d’échanges, définis conformément au catalogue de mesures de l’article 2 de l’accord du 5 juillet 1963, mais tenaient aussi compte, dans la forme et le fond, des propositions que les associations avaient faites en janvier 1964. On y distinguait au chapitre II entre «  rencontres de groupes et échanges de jeunes  », «  Colonies, centres et maisons familiales de vacances franco-allemands  », «  Séminaires, rencontres et échanges d’animateurs et de cadres du secteur éducatif  », «  Séjours d’études  » et, pour finir, «  Autres programmes  ». Cette partie des directives, qui concernait les programmes et activités de rencontres pouvant bénéficier de subventions, a subi le plus grand nombre des refontes et modifications jusqu’à la fin des années 196035, car elle avait un intérêt pratique immédiat pour l’octroi de subventions aux projets d’échanges présentés. Cette fonction distributrice suscitait immanquablement un grand intérêt et un interventionnisme important de la part des associations, dont les critiques se retrouvaient dans les reformulations des directives. L’accord du 5 juillet 1963 qui créait l’OFAJ avait donné dans son article 9 au conseil d’administration compétence pour formuler les directives. La version de 1969 des directives distinguait de manière plus claire entre les subventions pour 1) »  la jeunesse  »  ; 2) «  les cadres  »  ; 3) «  la recherche  »  ; 4) «  les autres programmes  » et 5) «  les subventions exceptionnelles  ». Contrairement à la partie 2 des directives, qui changea assez souvent, la partie 3 qui comprenait les procédures de demande ne subit que des modifications légères. Le principe des «  instances centrales  » y était inscrit, dont la formulation la plus ancienne était  :

  • 36 Directives provisoires (op. cit.), p. 92.

Les institutions centrales et les collectivités (par exemple aussi les Länder en République fédérale) réunissent les prévisions annuelles de leurs affiliés, y compris les plans de financement, en un plan d’ensemble qu’ils soumettent avant le 1er décembre pour l’année à venir. – Des personnes physiques ou morales qui ne font pas partie d’une association, collectivité ou institution centrale présentent leurs prévisions (y compris les plans financiers) directement36.

22En cas de recours à une «  organisation centrale  », cette dernière devait respecter les directives et les faire respecter par les associations qui lui étaient rattachées.

  • 37 Rapport des commissaires aux comptes sur les exercices 1969 et 1970. Annexe pour la 28e session du (...)

23Après cette répartition générale des rôles entre l’Office et les organisations partenaires spécialisées dans les échanges de jeunes des deux pays, et l’établissement des règles de travail de la nouvelle institution sous forme de directives, celle-ci devait donner vie à cet ensemble de règles et les appliquer dans la pratique de ses actions d’incitation et de soutien aussi bien que dans ses propres initiatives. Si, jusqu’à la fin des années soixante, les conditions financières de cette transposition dans la pratique furent bonnes, ce ne fut en revanche pas le cas des conditions administratives. Le cadre financier pour le travail concret de l’Office avait été estimé plus généreusement au départ que sa capacité administrative à utiliser judicieusement ce financement. Après un budget 1963-1964 atypique car portant sur quatorze mois, d’octobre 1963 à décembre 1964, les moyens financiers dont disposait l’Office au titre du budget d’intervention évoluèrent dès 1967 à la baisse37.

1967

1968

1969

1970

Bureau de Bonn (en millions de DM)

18,6

20,4

16,8

14,5

Bureau de Paris (en millions de F)

25,6

24,1

19,8

19,9

  • 38 Ibid., p. 4.

24La réduction de 10  % du volume global décidée par le gouvernement français en 1969 et que le gouvernement fédéral dut suivre, l’inflation, ainsi que l’augmentation du budget administratif, très modeste au début, sont responsables de cette diminution des moyens financiers affectés aux différents programmes de rencontres. Dans ce même laps de temps, les dépenses administratives, qui étaient de 7,72  % en moyenne pour les années 1966 à 1968, atteignirent 11,31  % en 1969 et 11  % en 197038. Cette croissance des dépenses d’administration correspondait à un besoin croissant en personnel de bureau, causé par une avalanche de demandes et de projets soumis à l’Office à partir de 1964, ainsi qu’au déménagement du nouveau secrétaire général, l’Allemand Albrecht Krause, qui, conformément aux termes de l’accord, dut emménager à Paris. Tout particulièrement les premières années, l’administration de l’Office était obligée de mettre en relation les organisations partenaires similaires de France et d’Allemagne. Fin 1965, le compte rendu financier mentionnait à ce propos  :

  • 39 Rapport sur l’année budgétaire 1963-1964, aux archives de l’OFAJ à Paris, dactylographié, p. 1.

Dans les deux pays, où les échanges franco-allemands préexistants avaient eu un faible volume par rapport à celui qu’ils ont atteint dès 1964, rares étaient les associations ou mouvements qui connaissaient des partenaires dans l’autre pays  : d’où la nécessité de prises de contacts mais aussi quelques échecs39.

  • 40 Ibid., p. 17. L’Office essaya de faciliter la prise de contact entre futures organisations partenai (...)
  • 41 Pour plus de détails sur ces organisations, voir Internationaler Jugendaustausch- und Besucherdiens (...)
  • 42 Rapport sur l’année budgétaire 1963-1964, p. 20.

25De ce point de vue, les organisations de rapprochement les plus anciennes bénéficiaient d’un avantage naturel dû à leur expérience des échanges bilatéraux, et il n’est pas surprenant que ce même compte rendu attribue un rôle particulièrement actif au Comité de coordination des associations d’échanges internationaux en ce qui concerne la mise sur pied de rencontres40. Ce groupement, qui avait déjà exercé un rôle moteur dans les échanges franco-allemands des années cinquante, constituait, avec le Conseil français des mouvements de jeunesse et le Comité pour les relations internationales des mouvements de jeunesse et d’éducation français (CRIJEF), l’un des trois partenaires de l’Office pour les rencontres – et le segment quantitativement le plus important des échanges. En République fédérale, le Bundesjugendring, le Arbeitskreis zentraler Jugendverbände et le Ring politischer Jugend jouaient le même rôle41. Les sections de l’Office à Bonn et à Paris avaient établi fin 1965 des contacts avec plus de 1250 partenaires, qualifiés d’organisations «  majoritairement publiques ou privées, travaillant au niveau national et régional, mais aussi au niveau local  »42. En dépit de ce grand nombre de mises en relation entre les deux pays, il s’établit au seuil des années 1970 un phénomène de concentration parmi des organismes partenaires de l’OFAJ. Ce phénomène, dénoncé dès 1970 par les commissaires aux comptes, provoqua un débat qui n’est pas sans anticiper par certains aspects les arguments «  pour ou contre  » des décennies ultérieures. Le problème fut évoqué très directement  :

  • 43 Rapport des commissaires aux comptes sur les exercices 1969 et 1970, p. 15.

L’essentiel des activités d’échanges de l’Office est confié à des associations ou à des organismes qui se comptent par centaines. Toutefois l’examen des documents statistiques et comptables fait ressortir, d’une manière plus marquée à Bonn qu’à Paris, qu’un nombre très limité et relativement stable de ces partenaires reçoivent pour eux-mêmes ou leurs affiliés une partie considérable des subventions imputées aux titres I à X43.

  • 44 Ibid., p. 16.
  • 45 Cependant le pluralisme ainsi compris ne concernait que les forces politiques adhérant à la démocra (...)

26Les commissaires aux comptes précisaient que parmi les organisations relevant de la section de Paris, il y en avait 43 ayant reçu plus de 100 000 francs chacune en 1968  ; en 1969 elles étaient encore 40 et, en 1970, 38. Cela correspondait à 63  %, 58  % et 53  % du total des dépenses d’intervention de ce bureau. Les chiffres correspondants donnés pour le bureau de Bonn étaient de 38 en 1968, 35 en 1969, et de 30 en 1970, ce qui revenait à constater que les grands consommateurs de subventions de l’Office en République fédérale bénéficiaient d’un pourcentage constant de 67  % des dépenses d’intervention44. Le secrétaire général tenta dans sa réponse d’expliquer les raisons de cette concentration et fit en outre valoir que le principe de pluralisme était respecté par la direction de l’Office dans sa coopération avec les associations45.

  • 46 Explications du secrétaire général en réponse aux remarques des commissaires aux comptes sur les ex (...)

Ces organisations présentent plusieurs avantages  : généralement très bonnes assises en province, permanents administratifs, recherche pédagogique de valeur et, pour certaines d’entre elles, rayonnement international. Leur action, en outre, s’exerce au travers de toutes les activités de l’Office, promotion linguistique, formation des cadres, voyages d’études, recherches pédagogiques, etc., ce qu’une petite association locale ne peut malheureusement pas faire. – Ceci dit, l’Office ne tend pas à une trop grande concentration et le nombre des associations moyennes et des petites associations reste et restera considérable. Le respect du pluralisme constitue un impératif pour l’action de l’Office46.

  • 47 Voir à ce sujet la contribution d’Ulrich Pfeil dans ce volume.

27Le débat s’envenima surtout du fait que la presse, dans des commentaires souvent d’une grande superficialité, accusa l’OFAJ de partialité dans sa politique de financement, c’est-à-dire de faire preuve, dans l’attribution de ses subventions, de préférences durables en fonction de critères idéologiques. En dépit d’une coloration chrétienne-démocrate et gaulliste de la philosophie de l’OFAJ dans les années soixante, la pratique de l’Office ne révèle aucune violation flagrante du principe du pluralisme, à condition de faire abstraction du fait que les organisations communistes ne faisaient pas partie de ce consensus. Cependant ces dernières ne manifestèrent de leur côté jamais le moindre intérêt pour participer aux activités d’échanges patronnées par l’Office47.

Fixation de priorités dans la politique de subvention de l’Office dans les années soixante

  • 48 Rapport d’activité de l’OFAJ 1963-1968, p. 23 et p. 10.
  • 49 Untersuchung über den zahlenmäßigen Stand und die Art des deutsch-französischen Jugendaustauschs vo (...)
  • 50 Ibid., p. 10.
  • 51 L’ouvrage de Beate Klarsfeld, Jeunes Allemandes au pair à Paris. Guide et manifeste, Paris, 1964, d (...)
  • 52 OFAJ (éd.), « Organisation de l’accueil et du placement des jeunes filles au pair », s.l., s.d. (da (...)
  • 53 Nombre calculé d’après les chiffres cités in Untersuchungen über den zahlenmäßigen Stand und die Ar (...)

28La politique d’attribution de subventions de l’Office dans les années soixante répondait à des priorités qui, pour certaines d’entre elles, se sont révélées durables tandis que d’autres firent les frais de l’auto-évaluation menée par l’OFAJ et des critiques subies après mai 1968. La plupart des programmes réalisés par les associations grâce au soutien de l’Office se sont révélés solides à travers le temps sur le plan de la réciprocité et constants quant à leur nature et à leurs priorités. En revanche, nombre de programmes conçus et conduits en régie directe par l’Office furent remis en question et connurent une existence en pointillés. Au total jusqu’à la fin 1967, c’est-à-dire durant les quatre premiers exercices, pas moins de 1 080 540 jeunes ont été concernés par ces programmes à travers 16 359 rencontres en France et 11 792 en Allemagne48. Ces chiffres déjà en soi très impressionnants doivent être comparés au nombre de rencontres de jeunes entre la France et la République fédérale avant 1963. Sur ce point, le premier conseil d’administration avait déjà cherché à obtenir une vue d’ensemble par des enquêtes chiffrées. Un sondage systématique des organisations concernées (des organisations d’échanges internationaux jusqu’aux jumelages de villes, sans oublier les écoles et universités) permit d’établir que le nombre d’échanges organisés (à l’exclusion des échanges totalement privés) de jeunes Français vers l’Allemagne s’était élevé à 200 000 pour les années 1945 à 196349. Les années 1959 à 1963, pour lesquelles on disposait des données les plus fiables, ont non seulement vu le plus grand nombre de voyages organisés de jeunes Français de la tranche 12-30 ans en Allemagne (plus de 60  % des séjours de ce type eurent lieu dans les cinq années précédant la création de l’OFAJ), mais aussi une augmentation rapide du nombre de participants d’une année sur l’autre (ce nombre a doublé entre 1959 et 1963, passant de 15 395 à 33 85950). Alors que l’enquête prévue sur les voyages organisés de jeunes Allemands en France avant 1963 ne vit pas le jour, le conseil d’administration s’intéressa à la catégorie des jeunes filles au pair en France (et plus particulièrement à Paris) et en Allemagne, catégorie qui depuis 1963 faisait souvent l’objet de récits à sensations dans la presse des deux pays51. Le nombre des jeunes filles au pair qui venaient en France n’était pas vérifiable et était estimé très approximativement à 10 000 par an au milieu des années soixante. Le travail des sections de l’Office à Bonn et à Paris, en coopération avec les associations concernées (trois en Allemagne et quatre en France), visa à améliorer les conditions d’accueil et de placement de ces échanges qui concernaient en tout cas des milliers de participantes. Cette action eut pour effet de dynamiser la demande de places de jeunes filles au pair en Allemagne de la part des Françaises52. La hausse attestée aussi bien à grande échelle que dans le détail des échanges bilatéraux était donc chose déjà acquise à la fin des années soixante. Si l’on prend pour base le nombre moyen de jeunes qui ont participé à des échanges organisés entre les deux pays pour les années 1959-1963, qui est de 23 28453, et si on le compare au nombre moyen des participants aux rencontres subventionnées par l’Office de 1964 à 1967, c’est-à-dire environ 270 000, on constate que la fréquence des échanges a été multipliée par plus de dix depuis la création de l’OFAJ.

  • 54 Les voyages de groupe comprenaient les catégories : rencontres ; congrès et réunions ; voyages d’ét (...)
  • 55 Ibid., p. 9 sq.
  • 56 Voir leur liste in : DFJW-Pressedienst, 2 (juillet 1964), p. 18-22.
  • 57 Ibid., p. 21 sq.
  • 58 DFJW-Pressedienst, 4 (décembre 1964), p. 14.

29Si l’on regarde les priorités qui se dessinent à la fin des années soixante dans la façon dont l’Office, en coopération avec les associations et autres institutions, attribue ses subventions, on voit apparaître une hiérarchie des différents secteurs (en fonction du nombre de programmes et manifestations et du nombre de participants) qui reste assez stable. Déjà la première étude sur les formes de rencontres entre jeunes Français et Allemands avant la création de l’OFAJ avait révélé que les voyages de groupes54 représentaient environ 80  % du total, les 20  % restants étant des voyages individuels (de famille à famille, comme hôte payant, jeune fille au pair, stages professionnels, bourses d’études)55. Le conseil d’administration, en donnant plus de poids à certains postes du budget lors de sa préparation, pouvait modifier le rapport entre les différents secteurs subventionnés et créer ainsi des incitations à développer le volume des rencontres de certains secteurs. Une forme particulière de répartition des compétences se mit très vite en place entre l’Office et les associations organisatrices  : en Allemagne par exemple, les demandes d’échanges de groupes étaient essentiellement le fait des adhérents des trois grandes organisations de jeunesse, qui regroupaient en 1964 une quarantaine d’associations politiques, religieuses ou sportives, ou bien émanaient des directions régionales de la jeunesse, qui relevaient généralement de leur ministère de l’éducation respectif56. L’échange individuel, qui, avec les échanges dans le cadre scolaire ou d’un jumelage, représentait la forme la plus importante de rencontre pour les jeunes n’appartenant à aucune organisation, fut presque exclusivement le fait des premières organisations de rapprochement, et leur liste était complètement identique à la liste des membres du Arbeitskreis der privaten Institutionen für internationale Begegnung und Bildungsarbeit57. À l’automne 1964, la section de Bonn de l’Office entreprit une consultation marathon avec les représentants des associations, organisations et institutions actives dans les échanges de groupe et les échanges individuels. Il s’agissait des organisations d’échanges privées, des associations caritatives, des associations de jeunesse du Bundesjugendring, des organisations sportives, des ministères de l’éducation des Länder, des organisations rurales, des spécialistes de la formation des moniteurs et des associations en charge des œuvres de jeunesse58.

  • 59 Cette catégorie comporte la restriction statistique suivante : « Dans la mesure où cela ne concerne (...)
  • 60 Rapport d’activité 1963-1968, p. 13.
  • 61 Ibid., annexe (non paginée mais de fait p. 92).
  • 62 Rapport des commissaires aux comptes sur les exercices 1969 et 1970, p. 15 sq. Ibid. pour la suite.

30La lecture des chiffres affichés au budget pour les différents secteurs d’échange et des chiffres des subventions effectivement utilisées à cet effet permet de reconnaître les priorités déclarées et effectivement atteintes dans la politique de subventionnement de l’Office. Le budget pour 1965 prévoyait par exemple la ventilation suivante entre les différents secteurs à subventionner  : rencontres et échanges de groupes 40,5  % 59 ; jeunes professionnels 12  %  ; jeunes sportifs 11  %  ; groupes scolaires et universitaires 10,5  %  ; «  autres formes de rencontres  » (c’est-à-dire ici les échanges individuels) 4  %. Dans le projet de budget pour 1968, les chiffres des différents postes étaient légèrement réduits, mais les proportions restaient presque inchangées  : échanges de groupes 33,55  %  ; jeunes professionnels 10,72  %  ; jeunes sportifs 13,39  %  ; groupes scolaires et universitaires 13,04  %  ; «  autres formes d’échanges  » 4,29  %60. En ce qui concerne les sommes effectivement versées, elles étaient en 1965 de 41,11  % pour les groupes de jeunes (32,63  % en 1968), de 10,9  % pour les professionnels (8,75  % en 1968), de 12,04  % pour les sportifs (15,43  % en 1968), de 10,07  % pour les scolaires et universitaires (14,32  % en 1968) et de 4,92  % pour les autres formes d’échanges (3,99  % en 1968)61. En France, les organisations suivantes avaient obtenu les plus forts financements et fourni aussi par conséquent les plus grands contingents de participants dans le secteur des échanges de groupes  : Club Léo Lagrange, Peuple et Culture, et Union chrétienne des jeunes gens de France  ; en 1970, par exemple, elles reçurent 43  % des subventions de ce secteur62. Dans le secteur des sports, la Fédération française d’athlétisme et l’Union nationale des centres sportifs de plein air (UCPA) étaient particulièrement présentes  ; dans le secteur du placement des professionnels, c’était l’Union française des jeunes travailleurs (UFJT). En République fédérale, pour la même période, 11,5  % des crédits d’intervention affectés aux échanges scolaires étaient versés à cinq ministères de l’éducation  ; les autres grands bénéficiaires réguliers étant la Carl-Duisberg-Gesellschaft et le Jugendsozialwerk (surtout pour les échanges de professionnels), la Deutsche Sportjugend, la Deutsche Gesellschaft für Internationalen Jugendaustausch – Bonn, et le DAAD à Bad Godesberg (pour les échanges universitaires).

31Un autre type de financements pratiqué par l’Office dans les premières années relevait moins de mesures sectorielles d’incitation et de soutien que de missions transversales jugées prioritaires par la direction de l’Office et qui, de ce fait, étaient réalisées principalement en régie directe. Les relations publiques de l’OFAJ, la formation des cadres et animateurs de rencontres, l’encouragement donné aux échanges de groupes sociaux notoirement sous-représentés comme les jeunes professionnels, l’intensification de l’enseignement de la langue du partenaire dans le cadre extrascolaire et l’entretien d’une curiosité générale chez les jeunes pour les réalités actuelles du pays voisin faisaient partie de ces missions. Dans ces domaines d’intervention définis par l’Office lui-même, certaines missions étaient étroitement liées à la situation de départ de la nouvelle institution, d’autres resteront jusqu’à nos jours des problèmes structurels pour l’action de l’Office.

  • 63 Par exemple Echanges. Zeitschrift des DFJW, dont un seul numéro-spécimen est paru en février 1970 c (...)
  • 64 Avant même que l’Office ne commence son travail, les analyses suivantes avaient été effectuées en s (...)
  • 65 Les résultats de l’enquête furent présentés dans les deux langues mais sous un même titre : Einstel (...)
  • 66 Yvon Bourdet, Préjugés français et préjugés allemands, Étude empirique concernant un millier de jeu (...)
  • 67 Ibid., p. 1.
  • 68 Cf. à ce sujet, pour un premier aperçu sur ces études, Andreas Thimmel, « Praxis-forschung und konz (...)

32Parmi les échéances des débuts, il y avait la nécessité de faire connaître l’OFAJ à un large public ainsi qu’aux groupes potentiellement intéressés. C’est dans ce but que fut publié de mai 1964 à avril 1968 le Service de presse, organe bilingue dont il existe au total 16 éditions  ; d’octobre 1969 à juin 1971, cet organe d’auto-promotion de l’OFAJ, dactylographié, fut reconduit sous le titre DFJW-Informationen/OFAJ-informations. On pouvait y lire des résumés des débats du conseil d’administration ainsi que des rapports sur les différents secteurs d’activité de l’Office. Des tentatives ultérieures de la part de l’Office pour monter une plateforme promotionnelle qui puisse servir aux journalistes sont restées à l’état de projet63. Une série d’enquêtes, dont le secrétaire général avait passé commande à la demande du conseil d’administration, devait servir à cerner l’image de l’Office dans l’opinion publique et à avoir une connaissance plus précise de la perception réciproque des Français et des Allemands64. Deux fois par an, en 1965 et 1966, puis une seule fois en 1967 et 1968, deux instituts de sondages, emnid en République fédérale et ipsos en France, réalisèrent des instantanés de l’opinion sur les transformations des représentations collectives et des préjugés chez les jeunes Allemands à l’égard de la France et vice-versa65. Ces enquêtes, influencées par les recherches sur les stéréotypes psychosociaux, courantes à l’époque, interrogeaient entre autres aussi sur le degré de notoriété de l’OFAJ et elles enregistrèrent en France comme en Allemagne une première atténuation des préjugés grâce aux rencontres directes  ; de ce fait, elles avaient également une fonction légitimatrice, mais ne constituaient pas un début de recherche scientifique accompagnant les activités d’échanges. Une étude de ce type, consistant en une étude de cas empirique sur la structure des préjugés des quelque mille participants français et allemands aux camps de vacances en commun (réalisée en 1966 et publiée en 1971)66, resta isolée et sans lendemain. Le souhait émis par l’auteur de l’étude que «  les sciences sociales en plein essor  » puissent contribuer un jour à résoudre les problèmes pratiques auxquels les responsables de rencontres de jeunes se trouvaient confrontés67 ne fut repris et réactualisé que dans les années 1980, et dans une perspective essentiellement pédagogique68.

  • 69 Klaus Rauschert, « Die deutschfranzösische Zusammenarbeit in der Moniteur---ausbildung », in : Deu (...)
  • 70 Rapport d’activité 1963-1968, p. 120.

33Le déficit en personnel d’encadrement et de direction suffisamment formé se posait pour tous les types de rencontres et tous les secteurs des échanges organisés. La longue expérience acquise dans la formation des «  moniteurs  » en France pouvait apporter des solutions à ce problème pratique. Le mouvement des colonies de vacances, une spécificité française qui datait de la fin du xixe siècle, avait permis d’accumuler une expérience considérable dans la formation des responsables de groupes de jeunes, les «  moniteurs  ». Avant même la création de l’OFAJ, des experts allemands des questions de jeunesse avaient manifesté dans les années 1958-1963 leur intérêt pour une telle formation de moniteurs  ; en 1957, il y eut à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire de Marly-le-Roi un colloque franco-allemand et, dès avant 1963, entre 500 et 800 Allemands avaient participé aux formations destinées à acquérir le certificat de moniteur69. Cela ne représentait cependant qu’un faible socle pour les multiples activités d’échanges que l’Office allait soutenir par la suite. Sous le titre «  Programmes pour animateurs et cadres  », l’OFAJ subventionna dans les cinq premières années de son existence la formation de quelque 56 000 participants en France et de quelque 51 000 futurs moniteurs en Allemagne70. Les participants provenaient d’organismes publics des deux pays mais aussi d’organisations d’échanges. Voici ce que le bilan de l’année 1968 disait à propos de ces dernières  :

Les associations d’accueil et d’échanges (la Deutsche Gesellschaft für Internationalen Jugendaustausch et le B.I.L.D. entre autres) organisent également des sessions de formation de cadres. Certaines de ces organisations disposent d’un nombre particulièrement important de guides-accompagnateurs bilingues.

  • 71 Ibid., p. 118.

En ce qui concerne les colonies et centres de vacances, la formation des moniteurs est assurée depuis longtemps en France par les Centres d’Entraînement aux Méthodes d’éducation Active (C.E.M.E.A.), par les colonies de vacances et les camps d’adolescents de l’Union Française des Colonies de Vacances et œuvres de Grand Air (U.F.C.V.), le Comité Protestant des Colonies de Vacances (C.P.C.V.) et la Fédération des Colonies de Vacances Familiales (F.C.V.F.). Depuis 1957, de plus en plus de jeunes Allemands (environ 350 à l’heure actuelle) s’inscrivent chaque année aux stages de préparation au diplôme de moniteur. Ces jeunes sont le plus souvent d’excellents cadres des rencontres franco‑allemandes et leur activité ne se limite, en général, nullement aux colonies de vacances71.

  • 72 Horst Friese, « Der Austausch junger Berufstätiger », in : Deutsche Jugend, 2 (1966), p. 6570.
  • 73 Cf. l’esquisse, ibid., p. 68 sq.
  • 74 DFJW-Pressedienst, 15 (octobre 1967), p. 10.
  • 75 Cf. Rapport d’activité 1963-1968, p. 53.

34Outre ces problèmes généraux, en partie dus aux difficultés à démarrer de l’institution binationale, il y eut dès le départ des difficultés inhérentes à la mission de l’Office, impossibles à résoudre rapidement et qui sont aujourd’hui encore une priorité des négociations institutionnelles. L’intégration de très nombreux jeunes professionnels dans les échanges était l’un des objectifs affichés dans l’acte fondateur de l’OFAJ. Ces jeunes professionnels constituaient une catégorie très peu concernée par les échanges franco-allemands de l’entre-deux-guerres et de l’immédiat après-guerre. Comme il n’y avait donc pratiquement pas d’expériences bilatérales auxquelles se rattacher, il fallut initier un large processus de négociations en vue d’un accord entre les organismes de parrainage de jeunes professionnels, les associations d’éducation populaire, les associations de jeunes professionnels d’une part, et les représentants des syndicats, des associations patronales, des chambres de métiers, des associations professionnelles d’autre part72. La structure des programmes pour jeunes professionnels ainsi élaborée prévoyait quatre formes d’échanges dans les années soixante. La formation et la certification de cadres pour ces rencontres était la tâche la plus urgente. La deuxième était de subventionner de courtes rencontres entre jeunes professionnels d’une même profession, cette dernière constituant le sujet des discussions. La troisième tâche était de favoriser des rencontres sous forme de séminaires interprofessionnels. Enfin, la plus ambitieuse des variantes consistait à organiser des stages professionnels de longue durée dans l’autre pays73. Les échanges de professionnels, qui constituaient très certainement la pierre de touche de la démocratisation des échanges, furent généreusement dotés dans le projet de budget où ils représentaient en 1965 12  % et en 1968 10,72  % des dépenses d’intervention. Les séjours de longue durée, la part la plus coûteuse du programme, enregistraient dès 1967 leur millième participant, un technicien en télécommunications de Francfort qui partit un an à la Compagnie française du téléphone à Paris. Le budget de 1968 prévoyait un séjour d’un an de ce type pour 250 jeunes Allemands et 250 jeunes Français74. Parmi les grandes associations organisatrices de cette époque, les associations nationales de la jeunesse rurale, les associations rattachées aux syndicats et celles de jeunes travailleurs jouaient le rôle le plus important  ; les chambres de métiers et les organisations privées d’échanges (entre autres la Carl-Duisberg-Gesellschaft et le Centre d’études françaises pratiques) n’entraient que pour 20  % dans ces programmes75. Un des axes des échanges passait par l’organisation Arbeit und Leben et les Clubs Léo Lagrange. Toute une série de raisons firent que le succès, en dépit des efforts considérables de l’Office pour augmenter le volume des participants à ces programmes, ne fut pas au rendez-vous, même à terme. Outre l’incompatibilité des systèmes de la formation professionnelle (posant des problèmes pour la reconnaissance du temps de travail passé à l’étranger), le rapport d’activité de 1973 énumère rétrospectivement les facteurs suivants  :

  • 76 Rapport d’activité 1963-1973, p. 55.

Il faudrait aller encore plus loin, mais on se heurte là à des obstacles importants  : le nombre encore insuffisant de cadres des associations  ; le manque de connaissances linguistiques en général parmi les jeunes travailleurs  ; la brièveté des vacances des jeunes salariés – par rapport à celles des scolaires et des étudiants – ainsi que le manque de générosité de la législation en matière de congés culturels76.

  • 77 Cf. l’étude d’Ansbert Baumann, Begegnung der Völker? Der ElyséeVertrag und die Bundes-republik Deu (...)
  • 78 Cette étude n’a pu être retrouvée dans les archives de l’OFAJ. Ses résultats sont cités d’après Hey (...)
  • 79 Il n’y avait à cette époque qu’un seul Institut Goethe en France, ouvert en 1960 à Marseille. Voir (...)
  • 80 Cf. Rapport d’activité 1963-1968, p. 113 sq. ; voir aussi Heyer, Das deutschfranzösische Jugendwer (...)
  • 81 Bergsteigen/Alpinisme, s.l., s.d., 46 pages, 2 éditions ; Deutsch-französische Reitfach-ausdrücke, (...)
  • 82 Voir à ce propos dans cet ouvrage la contribution de Solenn Kerneis.

35Si ce secteur connut donc rapidement une accumulation de facteurs défavorables à la communication, le problème linguistique lui était néanmoins commun avec tous les autres secteurs des échanges. Face à cette question essentielle de la capacité à communiquer malgré les barrières linguistiques, il était clair dès le départ que l’Office ne pourrait compenser la décision des ministères de l’éducation des Länder déclarant l’anglais première langue étrangère dans le secondaire77. Par conséquent, l’Office concentra ses efforts en vue d’améliorer les compétences en allemand en France et de français en Allemagne sur l’apprentissage des langues en dehors de l’école. Cette décision avait été précédée d’un relevé statistique des offres en la matière78. Il révéla qu’en France au début des années soixante 3 800 personnes suivaient des cours d’allemand en dehors du système scolaire, et qu’en République fédérale quelque 50 000 personnes apprenaient le français sans passer par des écoles privées payantes. Outre les Instituts Goethe79, on estimait à 25 pour la France les organismes délivrant un enseignement d’allemand de façon non lucrative. En République fédérale, le français pouvait être appris dans plus de mille succursales des universités populaires, les Volkshochschulen, ainsi que vingt Instituts et Centres français. Afin de répondre à l’ampleur de cette tâche consistant à promouvoir l’apprentissage de la langue du voisin en dehors du système scolaire, le budget de l’Office fut provisionné en moyenne dans les années soixante à hauteur de 7  % des dépenses d’intervention. Pour vérifier le bien-fondé de l’utilisation des fonds, l’Office mit en place en 1964 une commission consultative de scientifiques, mais le résultat de ses travaux ne fut pas diffusé par le Service de presse. La direction de l’Office concentrait les subventions sur l’équipement des écoles de langue en matériel technique et en personnel car c’était la grande époque des laboratoires de langue. Au cours des années soixante, les dépenses de l’Office témoignent d’un changement dans l’attribution des soutiens à l’enseignement extrascolaire de la langue du partenaire  : en 1964, la création et le perfectionnement de l’équipement des centres de langues est à son apogée, en 1965 et 1966, on investit relativement beaucoup dans l’élaboration de matériel pédagogique nouveau et, en 1967, près des quatre cinquièmes des fonds sont utilisés pour des cours de langue et des bourses individuelles80. Pour ce qui est des mesures visant à améliorer les connaissances de l’allemand, toute une série d’organisations de jeunesse et d’institutions entrèrent en lice en France  ; en 1968, la Fédération Léo Lagrange, les maisons des jeunes, les amicales laïques, les associations rurales et les fédérations de scouts furent nommément mentionnées comme contribuant à améliorer l’offre en cours de langue. Si l’équipement des institutions pour l’enseignement de l’allemand en dehors du cadre de l’école pouvait apparaître comme sous-développé en France par rapport à la situation allemande, il y avait cependant des pistes intéressantes en didactique des langues et en linguistique, qui furent accueillies avec beaucoup d’intérêt en République fédérale. L’intérêt se portait en premier lieu vers les méthodes d’enseignement et les matériels d’enseignement du Centre de recherche et d’études pour la diffusion du français (CREDIF). Toutes ces mesures de soutien aux langues devaient servir directement pour les rencontres de jeunes. Faute de méthodes et de matériels pédagogiques suffisamment spécialisés pour l’apprentissage de la langue du partenaire, on fit dès les années soixante d’une nécessité une vertu et on se mit à établir des lexiques à visée pratique (p. ex. pour l’alpinisme, la voile ou l’équitation)81. Ces expériences ont été poursuivies à un autre niveau et à une plus grande échelle par l’OFAJ dans les années 199082.

  • 83 Cet apprentissage collectif réciproque au sein de l’OFAJ mériterait à lui tout seul une petite étud (...)
  • 84 Helga Cording, « Wir entdecken Deutschland », in : Deutsche Jugend 2 (1966), p. 77.

36Pour comprendre la pédagogie de l’interculturel qui fut mise en place par l’OFAJ dans les dix premières années, le programme «  Connaissance de la France  » / »  Wir entdecken Deutschland  » élaboré par la direction de l’Office est essentiel. Ce programme très coûteux est en même temps un exemple éminent prouvant que les programmes élaborés par l’institution elle-même ont une durée de vie limitée et que l’OFAJ est capable de les remettre en question. Ce «  programme particulier  » reprenait un projet français d’éducation populaire internationale qui avait été mis sur pied en 1960 par le haut-commissariat à la Jeunesse et aux Sports de l’époque sous le titre «  Connaissance de la France  »  ; de ce point de vue, il s’agissait d’une forme supplémentaire d’apprentissage mutuel des institutions dans le cadre bilatéral, dont les premières années de l’OFAJ regorgent d’exemples83. En France, le projet qui était à l’origine destiné aux jeunes Français de 18 à 25 ans fut très vite ouvert aux jeunes étrangers. L’Office y vit un moyen de concevoir un programme de rencontres très larges84 pour jeunes Français et Allemands permettant d’offrir aux participants une sorte de vue régionale intérieure du pays voisin, dans des groupes accueillant aussi des jeunes du pays hôte. Voici comment étaient perçus les avantages et particularités de ces cours quant à leur organisation et à leur fondement méthodologiques  :

  • 85 Ibid.

Dans ces cours, les participants, entre 40 et 60, armés d’appareils photo, de carnets de croquis et de magnétophones, passent en revue une région sous ses divers aspects. Les principaux thèmes sont les questions économiques, sociales, culturelles et historiques. Les jeunes de 18 à 25 ans issus de toutes les couches sociales et professionnelles et de toutes les régions de France et de l’étranger peuvent participer à ces cours. La pédagogie pratiquée combine les méthodes éprouvées des scouts sur la reconnaissance de terrain avec des éléments modernes de la pédagogie de groupe. L’un des objectifs principaux est de laisser une large place à l’initiative et aux goûts personnels de chaque participant afin de l’amener à collaborer activement85.

  • 86 Cf. à ce sujet Walter Gagel, Geschichte der politischen Bildung in der Bundesrepublik Deutschland 1 (...)
  • 87 »Wir-entdecken-Deutschland«-Kurse, die das DFJW 1968 in Zusammenarbeit mit verschiedenen örtlichen (...)
  • 88 P. ex. : Wir entdecken Deutschland, Bonn, 1965, 32 pages, et 1966, 48 pages ; Wir -
    ent-decken Deuts
    (...)
  • 89 Rapport d’activité 1963-1968, p. 38.
  • 90 Rapport d’activité 1963-1973, p. 80.

37Ces cours de «  découvertes  », qui ne sont pas sans rappeler par certains aspects les cours d’éducation civique en République fédérale dans les années cinquante86, ont été pris à partir de 1964 comme modèle pour créer le programme parallèle en République fédérale sous le nom «  Wir entdecken Deutschland  ». Une reprise directe du modèle français était néanmoins impossible du simple fait qu’il n’existait pas en Allemagne l’échelon administratif intermédiaire des inspecteurs départementaux de la jeunesse et des sports qui avaient en France la responsabilité d’organiser le programme. En République fédérale, il fallut d’abord chercher des organisateurs pour «  Wir entdecken Deutschland  » parmi les organisations d’éducation civique, les associations de jeunesse ou d’échanges, et les impliquer dans le programme. Les organisateurs locaux du programme de 1968 de «  Wir entdecken Deutschland  » qui comprenait 62 manifestations étaient par exemple le Internationaler Bund für Sozialarbeit – Jugendsozialwerk (pour cinq sites), des échelons locaux des œuvres pour la jeunesse, des centres de vacances et de loisirs, des universités populaires, la Deutsche Gesellschaft für internationalen Jugendaustausch e.V. – Bonn (sur trois sites), la Deutsche Auslandsgesellschaft Lübeck87. Ces organisateurs très hétérogènes des manifestations représentaient pour les responsables de l’Office un problème permanent, car les objectifs pédagogiques de l’Office comptaient manifestement bien moins pour les organisateurs locaux sur place que leurs propres objectifs. Des animateurs bilingues formés par l’Office et du matériel didactique88 préparé par lui étaient censés à partir de 1964 contrer cette dérive touristique des cours. De 1 000 à 1 500 jeunes Français et Allemands ont participé chaque année de 1964 à 1968 aux «  sessions franco-allemandes  » des cours «  Connaissance de la France  ». Pour les cours «  Wir entdecken Deutschland  », il y eut 689 participants allemands et 709 français en 1965, 1 000 participants allemands et 950 français en 196889. L’évaluation en interne, très critique à propos de l’effet d’apprentissage interculturel de ces cours généralistes en France et en Allemagne, ainsi que la critique très virulente qui commença avant même mai 1968 à l’égard du caractère apolitique des activités de l’Office ne conduisirent certes pas à la suppression des programmes «  Connaissance de la France  » / «  Wir entdecken Deutschland  », mais à la reformulation de leur contenu. À partir de 1970, la direction de l’Office fit une concession à l’air du temps en donnant davantage d’importance aux aspects de «  communication biculturelle et binationale  »90 par rapport aux connaissances relativement plus contemplatives de géographie physique et humaine transmises par les cours de «  découverte  ». La rencontre de caractère généraliste devait évoluer en intégrant des «  problématiques socio-économiques et socio-politiques  », ressemblant de plus en plus à un séminaire d’études. En 1971 fut organisée la première manifestation exemplaire de ce type sous le titre «  Les hommes et leur milieu  ». Le rapport d’activité pour les dix premières années expliquait ainsi la nouvelle structure du programme de rencontres  :

  • 91 Ibid.

… en 1970, le Conseil d’Administration de l’OFAJ a décidé de compléter la série de sessions «  Connaissance de la France  » et «  Wir entdecken Deutschland  » par des rencontres à thèmes socio‑économiques et socio‑politiques. En 1971, un premier thème expérimental fut choisi  : l’homme et l’environnement. Dès 1972, la thématique fut largement ouverte à de nombreux problèmes socio‑politiques actuels. Le grand intérêt montré par les jeunes pour ces séminaires (parfois itinérants) a conduit à intégrer, en nombre à peu près égal, sous le nom de «  programmes spéciaux  », deux éléments  : d’une part les anciennes sessions franco‑allemandes «  Connaissance de la France  » et «  Wir entdecken Deutschland  », destinés à favoriser une première rencontre avec le pays voisin et ses habitants  ; d’autre part de véritables séminaires ou, au moins, des rencontres plus ambitieuses et plus exigeantes cherchant à approfondir un grand problème actuel ayant des incidences sur la vie française et allemande d’aujourd’hui91.

  • 92 Procès-verbal final de la 17e session du conseil d’administration le 18 juin 1968 à Paris, p. 7.
  • 93 Cf. plus haut la note 51.
  • 94 Cf. Die Welt, 12 juin 1968 et 22 juin 1968, General-Anzeiger (Bonn), 6 juin 1968 et 25 juin 1968.

38L’Office fut directement touché par les révoltes étudiantes de 1968. L’impulsion socioculturelle qui était à l’origine de la révolte de la jeunesse des deux pays, aspirant à la participation politique et à une transformation de la société, fut cependant plus durable que les événements de mai 1968 proprement dits. Durant les troubles politiques de mai-juin 1968, l’OFAJ fut à plusieurs reprises impliqué ou plutôt frappé par les événements. La 17e séance du conseil d’administration, le 18 juin 1968 à Paris, fut loin de réunir le quorum. Le secrétaire général y expliqua qu’une centaine de programmes avaient dû être annulés par la section de Paris, une cinquantaine d’autres modifiés, que la section de Bonn avait les mêmes problèmes dans les mêmes proportions et que les locaux de la section de Paris avaient été occupés les 29 et 30 mai par un groupe mené par «  M. et Mme Klarsfeld  »92. Beate Klarsfeld avait été embauchée par l’Office suite à sa publication sur les jeunes filles au pair à Paris93. L’Office dut un temps déconseiller les voyages en France et se proposa d’aider toutes les personnes en difficulté. L’expulsion spectaculaire de seize jeunes Allemands de France début juin 1968 provoqua de violentes réactions dans la presse allemande94. Ces irritations se calmèrent vite, mais les thèmes mis à l’ordre du jour lors de la révolte de mai 1968 dominèrent, dès sa phase préparatoire, le grand colloque d’évaluation prévu pour la fin de l’année afin de commémorer les cinq premières années d’existence de l’Office. Ce colloque, qui avait été préparé par Alfred Grosser à la demande du conseil d’administration et qui s’est tenu du 21 au 23 novembre à l’Hôtel Lutetia à Paris, réunissant, outre les personnels de l’Office, plus de 250 représentants des organisations partenaires, constituait une tentative de bilan afin de définir de nouvelles orientations.

  • 95 DFJW/OFAJ, 1968. Kongreß des DFJW. Colloque OFAJ, Paris, s.d. (1969), p. 4.
  • 96 Les rapporteurs de la commission n°1 étaient Alfred Grosser (qui fut pendant des années spiritus re (...)
  • 97 Cf. dans le présent ouvrage ma contribution sur les origines de la fondation de l’OFAJ ; ce consens (...)
  • 98 Voir à ce sujet l’esquisse autobiographique de Gilbert Ziebura, « (Um)Wege zu einer sozialwissensch (...)

39Les axes thématiques de cette grande manifestation étaient les suivants  : 1. Les rapports franco‑allemands dans la réalité politique et la façon dont les jeunes les conçoivent. – 2. Quelle influence l’action de l’OFAJ exerce-t-elle sur la pédagogie des rencontres internationales  ? – 3. Quelles répercussions l’action de l’OFAJ exerce-t-elle sur les structures sociales des deux pays  ?95 Le choix des rapporteurs pour ces trois commissions96 ainsi que le procès-verbal des travaux mettent une fois de plus clairement en lumière l’importance déterminante des représentants des organisations bilatérales de rapprochement pour garantir la qualité et évaluer les rencontres de l’OFAJ. Jamais plus ils ne seront aussi présents, de par leur nombre et la qualité de leurs interventions, que lors de ce colloque de 1968. Sous l’influence directe de l’effet de politisation généré par la révolte de mai 1968 chez les jeunes de l’époque, mais aussi en lien avec leurs propres objectifs plus larges d’intégration européenne, ils plaidèrent avec force pour davantage d’ambition politique dans le travail de l’OFAJ. Leur référence commune était le consensus personnaliste et fédéraliste de la fin des années quarante et du début des années cinquante97, à l’aune duquel l’action de l’OFAJ était mesurée et ses prochains objectifs fixés. Gilbert Ziebura, qui du temps où il était étudiant était proche de ce courant98, formula au sein de la commission n°  1 la critique la plus sévère quant au caractère apolitique de l’action de l’Office  :

  • 99 DFJW/OFAJ, 1968. Kongreß des DFJW, Colloque OFAJ (op. cit., note 95), p. 21.

M. Ziebura approuve les critiques exprimées contre la politique actuelle de l’OFAJ. Jusqu’à présent, l’OFAJ est resté trop réservé vis-à-vis des questions politiques. Cette réserve est une des causes de la pauvreté des connaissances dans ce domaine et du peu d’attrait qu’exercent les discussions de thèmes politiques. Mais il ne faudrait pas que des changements d’orientation de la part de l’OFAJ aboutissent à dénaturer les initiatives très variées, portant sur l’ensemble des aspects particuliers de la politique, prises par les jeunes des deux pays. Il se demande dans quelle mesure les événements de mai-juin en France ou les démonstrations de Pâques et des jours précédant la Pentecôte en RFA ont influencé la politique de l’OFAJ. Une partie des contacts – contacts certes très politiques – pris depuis lors, l’ont été en dehors de l’OFAJ. Si l’OFAJ souhaite ménager sa place à ces nouvelles tendances, il faut qu’il élargisse sa politique de subvention et imagine d’autres conditions à remplir par les rencontres. Des conflits surgiraient plus vite que jusqu’alors. Sinon, le danger de conformisme, d’étroitesse de vues et d’isolement par rapport à la jeunesse est inévitable99.

  • 100 Die inhaltliche und methodische Behandlung politischer Probleme im deutsch-franzö-sischen Jugendaus (...)
  • 101 Selon Ziebura dans l’une de ses premières analyses critiques des relations franco--allemandes de l’ (...)
  • 102 Selon Albrecht Krause dans la préface de DFJW/OFAJ, 1968. Kongreß des DFJW, colloque OFAJ (op. cit. (...)

40La critique concernant l’apolitisme de l’Office avait déjà incité le conseil d’administration à instaurer dès 1967 une commission à ce sujet, dont les résultats furent réunis dans un rapport final en mai 1967100. À cet égard, la caractéristique la plus surprenante – vue d’aujourd’hui – du programme de cours collectifs de l’OFAJ conçu avec tant d’efforts comme «  Connaissance de la France  » / «  Wir entdecken Deutschland  » était, par exemple, qu’on n’y recommandait jamais de s’intéresser au passé récent des relations franco-allemandes, si lourd de conflits. Après les événements de mai 1968, cette question se posa avec une acuité accrue, et le colloque de novembre 1968 mit à l’ordre du jour la nécessité de ne plus éluder les sujets conflictuels dans les débats, d’élaborer une «  pédagogie bien pensée des rencontres  »101, de mettre à profit les acquis des sciences sociales et des sciences de l’éducation pour les rencontres organisées par l’Office, des recommandations qui furent intégrées au processus de rénovation de l’Office dans les années 1970. Les résultats des travaux des commissions n°  2 et n°  3 de ce colloque contenaient de nombreux conseils pratiques sur la façon de mener les programmes d’échanges, et celles-ci furent reprises en partie dans les nouvelles «  directives  » adoptées par le conseil d’administration du 14 novembre 1969102.

  • 103 Rückblick und Ehrung. 14 octobre 1972, manuscrit des discours prononcés à l’occasion du départ de F (...)

41La critique articulée sans aucune ambiguïté lors du colloque de novembre 1968 à l’égard des cinq premières années de l’Office était très certainement nécessaire et salutaire, parce qu’elle introduisit son premier grand processus de rénovation qui conduisit en 1973-1974 à de nouvelles structures et à une nouvelle perception d’elle-même de l’institution binationale. Cette critique ne tient cependant pas compte des actions indéniablement constructives qui furent réalisées dans les premières années de vie de l’Office. Le simple fait que l’institution, construite à partir de rien et sans aucun modèle existant à imiter, ait pu déployer une nouvelle structure et une dynamique propre qui lui permirent d’être ni un simple exécutant de l’administration politique, ni un simple pourvoyeur de subventions aux associations de jeunesse et de rapprochement doit être porté au crédit du travail fourni dans les années soixante. Rapportés à l’aune de cette action consolidatrice des secrétaires généraux Altmayer et Krause, les erreurs (telles que la double direction opérationnelle de l’OFAJ) et les ratés (comme la politique pédagogique des programmes «  Connaissance de la France  » et «  Wir entdecken Deutschland  ») comptent moins. Du fait de cette structure particulière et du dynamisme propre qu’elle induisait, l’Office put dès la deuxième moitié des années soixante remplir une fonction dans les relations franco-allemandes qu’Alfred Grosser fut le premier à observer et que Fritz Schenk formula plus tard en estimant que, dans des périodes de «  refroidissement politique entre Bonn et Paris  », l’activité de l’Office prenait la signification d’un contrepoids  ; «  les échanges et les rencontres pouvaient, avec l’aide matérielle de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, parfois même s’intensifier. Ce travail s’accomplissait en dehors de la politique du moment  »103.

Notes

1 Concernant les nombreuses études sur le préambule au traité voté par le Bundestag et les répercussions du préambule sur les relations bilatérales, cf. Johannes Bauer, Die deutsch-französischen Beziehungen 1963-1969. Aspekte der Entwicklung nach Abschluß des Vertrages vom 22. Januar 1963 (Thèse de doctorat), Bonn, 1980 ; Irmgard Heinemann, Le traité -francoallemand du 22 janvier 1963 et sa mise en œuvre sous le Général de Gaulle 19631969 (Thèse de troisième cycle), Nice, 1977 ; Manfred Steinkühler, Der deutschfranzösische Vertrag von 1963. Entstehung, diplomatische Anwendung und politische Bedeutung in den Jahren 1958 bis 1969, Berlin, 2002 ; Ulrich Lappenküper, Die deutschfranzösischen Beziehungen 1949-1963. Von der »Erbfeindschaft« zur »Entente élémentaire«, Munich, 2001, 2 tomes ; Corine Defrance, Ulrich Pfeil (éds), Le Traité de l’Élysée et les relations franco-allemandes 1945 – 1963 – 2003, Paris, 2005.

2 Pour un jugement (controversé) des relations entre Charles de Gaulle et Konrad Adenauer ainsi que sur la compatibilité de leurs objectifs politiques, voir Gilbert Ziebura, Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1945. Mythen und Realitäten, Stuttgart, 1997 et Lappenküper, Die deutschfranzösischen Beziehungen (op. cit.).

3 Cf. Lappenküper, Die deutschfranzösischen Beziehungen (op. cit.), p. 1840 sq. ; concernant l’orientation prise par Ludwig Erhard en politique extérieure, voir aussi Volkhard Laitenberger, Ludwig Erhard. Der Nationalökonom als Politiker, Göttingen, Zürich, 1986, et Ulrich Lappenküper, « ,,Ich bin wirklich ein guter Europäer“. Ludwig Erhards Europapolitik 1949-1966 », in : Francia, 18/3 (1991), p. 85-121.

4 Voir à ce sujet, dans une perspective comparatiste, les contributions publiées par Ingrid Gilcher-Holtey (éd.), 1968. Vom Ereignis zum Gegenstand der Geschichtswissenschaft, Göttingen, 1998.

5 Cf. Pierre Jardin, Adolf Kimmel (éds), Les relations franco-allemandes, Paris, 2001, p. 56.

6 Ibid., p. 93-95.

7 Ce que j’ai montré dans ma contribution au présent ouvrage : « Les racines de l’OFAJ dans la société civile », en particulier dans la 4e partie « Imbrication fonctionnelle des organisations privées d’échanges et des structures administratives publiques ».

8 Ibid., 3e partie : « La “notion élargie de culture” comme base du consensus des organisations privées d’échange en République fédérale et en France ». L’idée selon laquelle la « notion élargie de culture » ne serait devenue un concept majeur de la politique culturelle officielle à l’étranger qu’avec le gouvernement de coalition SPD et FDP (voir Heinz L. Kretzenbacher, « ,,Der erweiterte Kulturbegriff“ in der außenkulturpolitischen Diskussion der Bundesrepublik Deutschland », in : Jahrbuch Deutsch als Fremdsprache, 1992, p. 170‑195) ne peut être défendue. Si, à cette époque, Ralf Dahrendorf a bien introduit cette notion dans le débat officiel, elle n’en était pas moins dès les années cinquante d’un usage courant dans les relations franco-allemandes, en théorie comme en pratique.

9 Voir à ce propos Heinemann, Le traité francoallemand (op. cit., note 1), p. 311 sq.

10 Dépêche de l’AFP in Le Monde, 19 juin 1963, p. 2.

11 Heinemann, Le traité francoallemand (op. cit.), p. 316.

12 Ibid. p. 324. L’auteur y démontre entre autres que les tentatives du ministre allemand de la Famille Bruno Heck pour obtenir de son homologue français une politique commune en direction de la jeunesse des pays d’Afrique (1965) et des pays de l’Est (1967) ont échoué, notamment parce que la partie française la percevait comme revenant à supprimer le bilatéralisme strict de l’Office.

13 Voir à ce sujet leur esquisse dans la contribution d’Ansbert Baumann au présent ouvrage.

14 Cf. ma contribution « Les racines de l’OFAJ dans la société civile » dans cet ouvrage.

15 Le premier chargé des relations publiques de l’OFAJ résuma un jour ainsi ces traditions opposées : « Côté allemand, les associations et organisations de jeunesse, du moins la plupart d’entre elles, disposaient grâce au Bundesjugendplan d’une expérience administrative d’au moins quinze ans et avaient en général aussi les structures et le personnel requis. Pour elles, ce n’était pas un problème de remplir correctement des formulaires de comptabilité et des demandes de subvention. Il s’agissait donc surtout de développer des structures supplé-mentaires permettant de toucher, dans un pays à structure fédérale, la totalité des groupes intéressés par des échanges. – Pour la partie française, les échanges internationaux de jeunes que l’Office développait désormais à grande échelle étaient encore en grande partie quelque chose de nouveau. Très peu d’organisations françaises répondaient aux conditions nécessaires pour maîtriser la gestion administrative des nouvelles missions. […] D’un autre côté, la structure administrative française très centralisée avec ses ramifications ministérielles jusqu’au niveau des départements facilitait aussi les choses. » Georg Walther Heyer, Das deutschfranzösische Jugendwerk. Ziele, Möglichkeiten, Erfahrungen, Freudenstadt, 1969, p. 30 sq.

16 Voir sur ce point la contribution dans cet ouvrage d’Ansbert Baumann.

17 Conformément à l’article 6, paragraphe 2 de la version modifiée en date du 25 novembre 1983 de l’accord du 22 juin 1973, des « représentants de collectivités locales ou régio-nales » pouvaient désormais aussi faire partie du conseil d’administration, mais uniquement dans le groupe des représentants non gouvernementaux. Cf. Jardin, Kimmel, Les relations franco-allemandes (op. cit., note 5), p. 492.

18 Voir dans le même ouvrage les trois versions de l’accord portant création de l’OFAJ, p. 483-493. Elles figurent également sur le CD-Rom inclus dans le présent ouvrage.

19 Heyer, Das deutschfranzösische Jugendwerk (op. cit., note 15), p. 29 sq.

20 Le Monde, 14 octobre 1963 ; Frankfurter Allgemeine Zeitung, 14 octobre 1963.

21 DFJW-Pressedienst, n° 1, p. 4 sq.

22 Jacques Nobécourt in Le Monde, 4 juillet 1964.

23 « Jugendwerk politisch gefärbt. Nicht im Sinne der Verständigung. Altmayer soll abgelöst werden », Westfälische Rundschau, 11 mai 1964.

24 Procès-verbal de la 1re séance du conseil d’administration, Paris, 30 octobre 1963, p. 1.

25 Pierre Mauroy, Mémoires, Paris, 2003, p. 67.

26 Hans-Georg Binder, « Noch mehr Jugendaustausch », Welt am Sonntag, 10 mars 1963.

27 Les discussions entre l’administration politique, les représentants de l’OFAJ et ceux des institutions et organisations de jeunesse telles que rapportées par le DFJW-Pressedienst furent particulièrement utiles pour lever ces réserves internes, surtout dans la première phase de la vie de l’Office.

28 Cf. à ce sujet, ci-dessus, la contribution sur les négociations qui ont précédé la création de l’OFAJ.

29 Les recommandations faites à l’OFAJ à l’issue de la rencontre des associations sont repro-duites in Allemagne. Bulletin du Comité français d’échanges avec l’Allemagne nouvelle, 1964, n° 83, p. 1 et 6 sq. ; rééditées in Hans Manfred Bock, « Private Verständigungsinitiati-ven in der Bundesrepublik Deutschland und in Frankreich 1949 bis 1964 als gesellschaftliche Entstehungsgrundlage des DFJW », in : Lendemains 107/108 (2002), p. 146176.

30 Allocution de Monsieur Altmayer, secrétaire général de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, le 3 juin 1964 devant l’assemblée générale annuelle de l’Institut franco-allemand, s.l. s.d. (Ludwigsburg, 1964), dactylographié.

31 « Les associations du Comité de coordination et l’Office franco-allemand de la Jeunesse », in : éducation. Bulletin du Comité de coordination des associations d’échanges internationaux 25 (1964), p. 2.

32 Ibid., p 5.

33 Cf. « Vorläufige Richtlinien des Deutsch-Französischen Jugendwerks », in : Deutsche Jugend 2 (1964), p. 89-93.

34 Ibid., p. 89.

35 Cela peut-être vérifié à travers les différentes versions des directives élaborées entre 1965 et 1969 ; la version de 1974 resta ensuite valable dans ses grandes lignes jusqu’à nos jours. Sont parues, à la suite des Directives provisoires de 1964 : Richtlinien des DFJW. Directives de l’OFAJ, 1re édition en allemand, 1965 (12 pages), 1re édition en français 1965 (12 pages), [ces deux premières éditions sont dactylographiées] ; 2e édition 1er janvier 1968 bilingue français-allemand (27 pages) ; 3e édition Bonn 1969 bilingue français-allemand (28 pages).

36 Directives provisoires (op. cit.), p. 92.

37 Rapport des commissaires aux comptes sur les exercices 1969 et 1970. Annexe pour la 28e session du conseil d’administration des 25-26 novembre 1971 à Düsseldorf, p. 7.

38 Ibid., p. 4.

39 Rapport sur l’année budgétaire 1963-1964, aux archives de l’OFAJ à Paris, dactylographié, p. 1.

40 Ibid., p. 17. L’Office essaya de faciliter la prise de contact entre futures organisations partenaires en éditant des tableaux synoptiques sur la vie associative du pays voisin. Cf. à ce sujet Austausch mit Frankreich. Französische Jugend- und Austausch-Organisa-tionen, Troyes, 1966 (102 pages), et : échanges avec l’Allemagne. Associations allemandes de jeunesse et d’échanges, Niort, 1969 (108 pages).

41 Pour plus de détails sur ces organisations, voir Internationaler Jugendaustausch- und Besucherdienst der Bundesrepublik Deutschland (éd.), Verbände und Institutionen der Jugendarbeit, Munich, 1980, p. 21 sq., 28 et 32 sq.

42 Rapport sur l’année budgétaire 1963-1964, p. 20.

43 Rapport des commissaires aux comptes sur les exercices 1969 et 1970, p. 15.

44 Ibid., p. 16.

45 Cependant le pluralisme ainsi compris ne concernait que les forces politiques adhérant à la démocratie parlementaire et excluait les extrêmes.

46 Explications du secrétaire général en réponse aux remarques des commissaires aux comptes sur les exercices 1969 et 1970. Annexe au compte rendu de la 28e session du conseil d’administration, op. cit., p. 6.

47 Voir à ce sujet la contribution d’Ulrich Pfeil dans ce volume.

48 Rapport d’activité de l’OFAJ 1963-1968, p. 23 et p. 10.

49 Untersuchung über den zahlenmäßigen Stand und die Art des deutsch-französischen Jugendaustauschs vor Gründung des DFJW. Aufenthalt junger Franzosen in Deutschland, manuscrit (13 p.), archives de l’OFAJ, Paris, ici p. 8.

50 Ibid., p. 10.

51 L’ouvrage de Beate Klarsfeld, Jeunes Allemandes au pair à Paris. Guide et manifeste, Paris, 1964, dont il existe une traduction allemande, Deutsche Mädchen au pair in Paris, Bad Godesberg, 1965, y avait (parmi d’autres) beaucoup contribué.

52 OFAJ (éd.), « Organisation de l’accueil et du placement des jeunes filles au pair », s.l., s.d. (dactylographié) 40 pages ; à la page 2 est indiqué que le nombre des jeunes Françaises qui se rendaient en République fédérale pour un séjour au pair était passé de 38 en 1965 à 571 en 1970.

53 Nombre calculé d’après les chiffres cités in Untersuchungen über den zahlenmäßigen Stand und die Art des deutsch-französischen Jugendaustauschs vor Gründung des DFJW, op. cit., p. 10.

54 Les voyages de groupe comprenaient les catégories : rencontres ; congrès et réunions ; voyages d’étude ou séminaires ; cours d’été ; camps de vacances et foyers pour jeunes ; échanges sco-laires ; manifestations artistiques, sportives et chantiers internationaux de jeunes (ibid., p. 3).

55 Ibid., p. 9 sq.

56 Voir leur liste in : DFJW-Pressedienst, 2 (juillet 1964), p. 18-22.

57 Ibid., p. 21 sq.

58 DFJW-Pressedienst, 4 (décembre 1964), p. 14.

59 Cette catégorie comporte la restriction statistique suivante : « Dans la mesure où cela ne concerne pas les rencontres et les échanges d’élèves, d’étudiants, de jeunes professionnels, de jeunes sportifs et de jeunes dans le cadre des jumelages entre communes », DFJW-Pressedienst, 5 (mars 1965), p. 3.

60 Rapport d’activité 1963-1968, p. 13.

61 Ibid., annexe (non paginée mais de fait p. 92).

62 Rapport des commissaires aux comptes sur les exercices 1969 et 1970, p. 15 sq. Ibid. pour la suite.

63 Par exemple Echanges. Zeitschrift des DFJW, dont un seul numéro-spécimen est paru en février 1970 chez Europa-Verlag à Cologne.

64 Avant même que l’Office ne commence son travail, les analyses suivantes avaient été effectuées en septembre 1963 : Zum deutsch-französischen Jugendaustausch. Emnid-Institut für Meinungsforschung, Bielefeld, 3 tomes (dactylographié) ; le tome 1 est paru en français : Les échanges franco-allemands de jeunes. Enquête spéciale. Tome 1. Commentaire rédigé par EMNID, 37 pages (dactylographié), ainsi que : Les jeunes de 15 à 24 ans et les rapports franco-allemands. Institut Français d’Opinion Publique, 75 pages (dactylographié).

65 Les résultats de l’enquête furent présentés dans les deux langues mais sous un même titre : Einstellungen der Bevölkerung zum Verhältnis Deutschland – Frankreich (dactylo-graphié).

66 Yvon Bourdet, Préjugés français et préjugés allemands, Étude empirique concernant un millier de jeunes Allemands et de jeunes Français des deux sexes vivant ensemble dans des camps de vacances, Versailles, 1971.

67 Ibid., p. 1.

68 Cf. à ce sujet, pour un premier aperçu sur ces études, Andreas Thimmel, « Praxis-forschung und konzeptionelle Beiträge im Kontext des DeutschFranzösischen Jugend-werks », in : Id., Pädagogik der internationalen Jugendarbeit. Geschichte, Praxis und Konzepte des Interkulturellen Lernens, Schwalbach/Ts., 2001, p. 169199. Cf. aussi l’étude de Gilbert Krebs consacrée à ce sujet dans le présent volume.

69 Klaus Rauschert, « Die deutschfranzösische Zusammenarbeit in der Moniteur---ausbildung », in : Deutsche Jugend, 1964, p. 131136.

70 Rapport d’activité 1963-1968, p. 120.

71 Ibid., p. 118.

72 Horst Friese, « Der Austausch junger Berufstätiger », in : Deutsche Jugend, 2 (1966), p. 6570.

73 Cf. l’esquisse, ibid., p. 68 sq.

74 DFJW-Pressedienst, 15 (octobre 1967), p. 10.

75 Cf. Rapport d’activité 1963-1968, p. 53.

76 Rapport d’activité 1963-1973, p. 55.

77 Cf. l’étude d’Ansbert Baumann, Begegnung der Völker? Der ElyséeVertrag und die Bundes-republik Deutschland. Deutsch-französische Kulturpolitik von 1963 bis 1969, Francfort/Main, 2003, p. 184-231, et Id., « Der sprachlose Partner. Das Memorandum vom 19. September 1962 und das Scheitern der französischen Sprachenpolitik in der Bundesrepublik Deutschland », in : Revue d’Allemagne 34 (2002) 1, p. 5576.

78 Cette étude n’a pu être retrouvée dans les archives de l’OFAJ. Ses résultats sont cités d’après Heyer, Das deutschfranzösische Jugendwerk (op. cit., note 15), p. 73 sq.

79 Il n’y avait à cette époque qu’un seul Institut Goethe en France, ouvert en 1960 à Marseille. Voir à ce sujet Eckard Michels, « Vom Glück der verspäteten Arbeits-aufnahme. Die Anfänge des Goethe-Instituts in Paris », in : Lendemains 103/104 (2001), p. 97107.

80 Cf. Rapport d’activité 1963-1968, p. 113 sq. ; voir aussi Heyer, Das deutschfranzösische Jugendwerk (op. cit., note 15), p. 75.

81 Bergsteigen/Alpinisme, s.l., s.d., 46 pages, 2 éditions ; Deutsch-französische Reitfach-ausdrücke, s.l., s.d., 4 pages ; Deutsch-französische Segelfachausdrücke, s.l., s.d., 4 pages.

82 Voir à ce propos dans cet ouvrage la contribution de Solenn Kerneis.

83 Cet apprentissage collectif réciproque au sein de l’OFAJ mériterait à lui tout seul une petite étude. Outre les retombées positives dans l’administration des œuvres pour la jeunesse, on peut évoquer la formation des moniteurs, le concept de sport en plein air, la méthode d’enseignement des langues étrangères du CREDIF, le principe de subsidiarité, etc. ; l’apprentissage rime ici rarement avec copiage, il s’agit bien plutôt d’une modifi-cation de traditions natio-nales en même temps que leur modernisation.

84 Helga Cording, « Wir entdecken Deutschland », in : Deutsche Jugend 2 (1966), p. 77.

85 Ibid.

86 Cf. à ce sujet Walter Gagel, Geschichte der politischen Bildung in der Bundesrepublik Deutschland 1945-1989, Opladen, 1995, p. 77 sq.

87 »Wir-entdecken-Deutschland«-Kurse, die das DFJW 1968 in Zusammenarbeit mit verschiedenen örtlichen Trägern durchführt, s.l. s.d., archives de l’OFAJ, Berlin.

88 P. ex. : Wir entdecken Deutschland, Bonn, 1965, 32 pages, et 1966, 48 pages ; Wir -
ent-decken Deutschland. À
la découverte de l’Allemagne. Connaissance de la France. Frankreich kennenlernen, Bonn, 1967, 24 pages.

89 Rapport d’activité 1963-1968, p. 38.

90 Rapport d’activité 1963-1973, p. 80.

91 Ibid.

92 Procès-verbal final de la 17e session du conseil d’administration le 18 juin 1968 à Paris, p. 7.

93 Cf. plus haut la note 51.

94 Cf. Die Welt, 12 juin 1968 et 22 juin 1968, General-Anzeiger (Bonn), 6 juin 1968 et 25 juin 1968.

95 DFJW/OFAJ, 1968. Kongreß des DFJW. Colloque OFAJ, Paris, s.d. (1969), p. 4.

96 Les rapporteurs de la commission n°1 étaient Alfred Grosser (qui fut pendant des années spiritus rector du Comité français d’échanges avec l’Allemagne nouvelle, dissous en 1967) et Hans-Joachim Haubold (Verband Deutscher Studentenschaften) ; les porte-parole de la commission n° 2 étaient Jean Rigal (Scouts de France) et Manfred Müller (Oberkirchenrat), tous deux issus par conséquent du milieu associatif de la jeunesse ; enfin, les rapporteurs de la commission n° 3 étaient à nouveau deux pionniers du rapprochement, Joseph Rovan (qui représentait à l’époque Peuple et Culture) et Hellmut Becker (qui présidait le Deutscher Volkshochschulverband). La liste complète des participants avec mention de l’association ou institution qu’ils représentent se trouve in : DFJW/OFAJ, 1968. Kongreß des DFJW, Colloque OFAJ (op. cit.), p. 88-94.

97 Cf. dans le présent ouvrage ma contribution sur les origines de la fondation de l’OFAJ ; ce consensus a donné lieu essentiellement à la naissance de la « notion élargie de culture » ; Fritz Schenk a défini en 1972 le milieu franco-allemand des années cinquante comme étant essentiellement européen et fédéraliste. Cf. la note à destination de son successeur à la tête de l’Institut franco-allemand, aux archives du Arbeitskreis à Lud-wigsburg.

98 Voir à ce sujet l’esquisse autobiographique de Gilbert Ziebura, « (Um)Wege zu einer sozialwissenschaftlichen Frankreich-Forschung », in : Id., Frankreich. Geschichte, Gesellschaft, Politik. Ausgewählte Aufsätze, Opladen, 2003, p. 9-17.

99 DFJW/OFAJ, 1968. Kongreß des DFJW, Colloque OFAJ (op. cit., note 95), p. 21.

100 Die inhaltliche und methodische Behandlung politischer Probleme im deutsch-franzö-sischen Jugendaustausch, document dactylographié, 12 pages, archives de l’OFAJ, Paris.

101 Selon Ziebura dans l’une de ses premières analyses critiques des relations franco--allemandes de l’après-guerre. Gilbert Ziebura, Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1945. Mythen und Realitäten, Pfullingen, 1971, p. 155 ; cf. également Gilbert Ziebura, « Die Funktion der Diskussion politischer Themen innerhalb der deutsch-französischen Begegnung », in : Revue d’Allemagne 5 (1973), p. 298304.

102 Selon Albrecht Krause dans la préface de DFJW/OFAJ, 1968. Kongreß des DFJW, colloque OFAJ (op. cit., note 95), p. 5.

103 Rückblick und Ehrung. 14 octobre 1972, manuscrit des discours prononcés à l’occasion du départ de Fritz Schenk, 61 pages, archives de l’Institut franco-allemand ; citation p. 20.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540