Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Première partie : L’Office franco-allemand pour la Jeunesse 1963-2008

L’Office franco-allemand pour la Jeunesse : une fondation controversée

Ansbert Baumann

Texte intégral

  • 1 Journal Officiel du 3 septembre 1963, p. 8028-8029.
  • 2 Dieter Tiemann, Deutsch-französische Jugendbeziehungen der Zwischenkriegszeit, Bonn, 1989, p. 16.
  • 3 Stefan Zauner, Erziehung und Kulturmission. Frankreichs Bildungspolitik in Deutschland 1945-1949, M (...)
  • 4 Michel Guervel, « Le BILD de Jean du Rivau à Joseph Rovan », in : Henri Ménudier (éd.) Le couple fr (...)
  • 5 Alfred Grosser, « Emmanuel Mounier und das Comité Français d’échanges avec l’Allemagne nouvelle », (...)

1Le traité de l’Élysée1, signé le 22 janvier 1963, prévoyait la création d’un organisme chargé de soutenir et de développer les échanges entre les jeunes de République fédérale d’Allemagne et de France. Certes, l’idée de favoriser l’entente entre les peuples allemand et français par le biais d’échanges de jeunes n’avait pas vu le jour avec ce traité  : les premières initiatives en ce sens remontent au début du xxe siècle2. Après la Seconde Guerre mondiale, les premières rencontres de jeunesse franco-allemandes eurent lieu dès 1945 dans la zone d’occupation française3. Tout comme dans les années 1920, le cadre de ces rencontres était donné par des initiatives individuelles. C’est ainsi que le père jésuite Jean du Rivau, aumônier militaire dans la zone d’occupation française, fonda dès le printemps 1945 une organisation d’échanges franco-allemands agissant en France sous le nom de «  Bureau international de liaison et de documentation  » (BILD) et, en Allemagne, sous celui de «  Gesellschaft für übernationale Zusammenarbeit  » (GÜZ). Cette organisation avait pour objectif de favoriser les échanges entre les deux peuples et commença dès 1945 à publier deux revues d’information sur le pays voisin, Dokumente en Allemagne et Documents en France4. Un autre exemple de cet engagement de la société civile fut la fondation en juin 1948 du «  Comité français d’échanges avec l’Allemagne nouvelle  », à l’initiative d’Emmanuel Mounier, rédacteur en chef de la revue catholique Esprit5.

  • 6 Kirsten Hoyer, « Deutsche Jugendorganisationen und deutsch-französische Jugend-
    kontakte in der Nach
    (...)
  • 7 Corine Defrance, « Éléments d’une analyse de la politique culturelle française en Allemagne à trave (...)
  • 8 Statut d’occupation du 10 avril 1949, in : Europa-Archiv, 1949, p. 207-208.
  • 9 Hans Manfred Bock, « Zur Perzeption der frühen Bundesrepublik Deutschland in der französischen Dipl (...)
  • 10 Corine Defrance, « Éléments d’une analyse de la politique culturelle française en Allemagne à trave (...)

2Mais à la différence du premier après-guerre, ces initiatives furent fermement soutenues par l’État. Dès 1946, la section «  Jeunesse et Éducation populaire  » du gouvernement militaire français à Baden-Baden organisa elle-même les premières rencontres entre jeunes Allemands et Français, considérant qu’elles avaient un rôle important à jouer pour la rééducation de la population allemande6. C’est la raison pour laquelle, dans les premières années d’après-guerre, Paris mit à disposition des moyens financiers considérables pour ce type de projets7. La création de la République fédérale changea profondément les conditions générales de l’action de la France, car, dans le statut d’occupation, la politique culturelle ne faisait pas partie des droits réservés aux alliés, mais était de la compétence des Länder8. De ce fait, les possibilités d’action de la politique culturelle française s’en trouvèrent considérablement réduites9. C’est pourquoi, entre 1950 et 1955, le budget du service culturel de l’ambassade de France à Bonn fut très fortement diminué10. Bien que 1951 vît la réalisation d’un projet très spectaculaire avec la grande rencontre européenne de jeunesse à la Loreley, au cours des années suivantes, les dépenses pour les rencontres de jeunes durent elles aussi être réduites dans des proportions considérables.

  • 11 Sur la situation particulière des mouvements de jeunesse catholique, qui parvinrent à conserver des (...)
  • 12 Kirsten Hoyer, « Deutsche Jugendorganisationen und deutsch-französische Jugend-
    kontakte in der Nach
    (...)
  • 13 Hans Manfred Bock, Projekt deutsch-französische Verständigung. Die Rolle der Zivilgesellschaft am B (...)
  • 14 Ulrich Lappenküper, « Wilhelm Hausenstein – Adenauers erster Missionschef in Paris », in : Viertelj (...)

3Côté allemand aussi, diverses organisations sociales, associations et personnes privées s’engagèrent activement dès le lendemain de la guerre en faveur des échanges de jeunes, s’inscrivant souvent – ce fut le cas pour les milieux catholiques – dans une certaine continuité avec les efforts transnationaux de l’entre-deux-guerres11. C’est ainsi que plusieurs rencontres franco-allemandes de jeunes avaient eu lieu avant 1949 grâce aux efforts d’organisations de jeunesse catholiques12. En 1948, fut fondé l’Institut franco-allemand de Ludwigsburg, qui acquit très vite un rôle de premier plan dans les échanges franco-allemands. Les programmes d’échanges de cet institut furent lancés à l’été 1950 et, dès 1951, ils permirent le séjour dans des familles des deux pays de 161 jeunes à titre individuel, et de 247 dans le cadre de groupes13. Au printemps 1951, le gouvernement fédéral commença aussi à soutenir officiellement les échanges d’écoliers et d’étudiants à l’aide de fonds publics14.

  • 15 La Documentation française (Articles et documents), n° 0.125, 23 octobre 1957 (Accord culturel fran (...)
  • 16 Marie Cécile Azam, « Annäherungen – Jugendtreffen und Städtepartnerschaften », in : Haus der Geschi (...)

4Dans l’accord culturel franco-allemand du 23 octobre 1954, les deux gouvernements convinrent de développer des échanges de jeunes. Pour y parvenir, il leur fallait favoriser la «  coopération des organisations de jeunesse reconnues dans chacun des deux pays, ainsi que les rencontres de jeunesse ayant un caractère éducatif, social ou professionnel  »15. De fait, la collaboration des organisations de jeunesse reconnues dans les deux pays avait déjà enregistré des résultats appréciables. C’est ainsi qu’en 1951, grâce à la coopération entre le BILD et la GÜZ, près de 400 enfants allemands avaient passé leurs vacances d’été en France, un chiffre qui atteignit même 900 en 195216. Les organisations de médiation de la société civile constituaient ainsi le principal pilier des échanges franco-allemands de jeunesse.

Les efforts interétatiques en faveur des échanges de jeunes après 1959

  • 17 Documents Diplomatiques Français (DDF) 1959, tome II, Doc. 233/III, p. 656-665, ici p. 664.
  • 18 Ulrich Lappenküper, Die deutsch-französischen Beziehungen 1949-1963. Von der Erbfeindschaft zur Ent (...)
  • 19 Une note contemporaine de Maurice Herzog préconise déjà le développement des rencontres de jeunesse (...)
  • 20 Lettre du ministre français de l’éducation, Pierre Sudreau, au ministre des Affaires étrangères, Ma (...)

5Au plan gouvernemental, on se préoccupa à nouveau de façon accrue de la question des échanges de la jeunesse à partir du printemps 1959. Dans son entretien avec le général de Gaulle du 2 décembre 1959, le chancelier Adenauer expliqua qu’il souhaitait intensifier les rencontres de jeunes17, et en avril 1960, le haut-commissaire français à la Jeunesse et aux Sports, Maurice Herzog, et le ministre fédéral de la Famille et de la Jeunesse, Franz Josef Würmeling, -entamèrent des échanges de vues sur ce qu’il était possible de faire en la matière18. Ces plans se concrétisèrent ensuite dans le sillage du rapprochement politique de l’été 196219 et, avant même sa visite d’état de septembre 1962 en RFA, de Gaulle informa son ministre de l’Éducation qu’il désirait une intensification des contacts personnels entre Allemands et Français et qu’un rôle clé reviendrait en l’occurrence aux rapprochements entre jeunes des deux peuples20. Il s’exprima dans ce sens à l’occasion de son célèbre discours à la jeunesse allemande, prononcé à Ludwigsburg, le 4 septembre 1962  :

  • 21 Charles De Gaulle, Discours et messages: Pour l’effort. Août 1962 – Décembre 1965, Paris, 1970, p.  (...)

Tandis qu’entre les deux états la coopération économique, politique et culturelle ira en se développant, puissiez-vous pour votre part, puissent les jeunes Français pour la leur, faire en sorte que tous les milieux de chez vous et de chez nous se rapprochent toujours davantage, se connaissent mieux, se lient plus étroitement  !21

6De Gaulle présenta le lendemain ses idées au chancelier Adenauer. On pourrait à l’avenir

  • 22 Konrad Adenauer, Erinnerungen 1959-1963. Fragmente, Stuttgart, 1968, p. 179-180.

organiser de grandes rencontres de jeunes. Il ne devrait pas être difficile de faire venir en un an un million de jeunes Allemands en France et, l’année suivante, un million de jeunes Français en Allemagne. Il suffirait de les inviter et l’on pourrait les loger dans des écoles et, si nécessaire, sous la tente. Il serait aussi possible de mieux organiser les relations entre les universités allemandes et le système éducatif français22.

7Les conceptions de De Gaulle furent reprises dans le mémorandum du gouvernement français du 18 septembre 1962, qui établissait les résultats des entretiens  : le but de la coopération franco-allemande est

  • 23 Mémorandum du gouvernement français du 18 septembre 1962 « secret » (MAE, Europe 1961-1965, Allemag (...)

la participation des échanges de jeunes à des voyages éducatifs organisés, destinés à faire connaître l’Allemagne aux jeunes Français et la France aux jeunes Allemands  ; le développement des échanges de jeunes pendant les périodes de vacances, en particulier dans le cadre des colonies de vacances  ; l’organisation de stages de préparation de moniteurs et directeurs de colonies françaises et allemandes destinés à encadrer ces colonies  ; l’aide aux mouvements de jeunesse français et allemands pour leur permettre d’accroître leurs échanges23.

8Dans le mémorandum du 8 novembre 1962 adressé en guise de réponse par le gouvernement fédéral à la partie française, ces idées furent commentées avec une certaine retenue  :

  • 24 Mémorandum du gouvernement fédéral du 8 novembre 1962 (PA/AA, Referat 600, B 90, vol. 411 ; HStASt, (...)

Les propositions du gouvernement français dans le domaine de la jeunesse et des sports ont aussi l’approbation du gouvernement fédéral. Il faudra les examiner plus avant au cours des négociations entre le délégué général français et le représentant allemand en charge des questions de jeunesse et des sports, afin de déterminer quelles mesures particulières il conviendra de prendre dans les deux pays pour leur mise en œuvre24.

  • 25 Note de la direction générale des Affaires culturelles & techniques du 21 novembre 1962 : « Note su (...)

9La direction des Affaires culturelles du ministère français des Affaires étrangères estima que cette réaction n’était pas assez concrète. Les structures de la politique de jeunesse étaient si différentes dans les deux pays que, pour assurer une coopération efficace, le développement de nouvelles méthodes de collaboration était indispensable25.

10Au cours des négociations intergouvernementales de décembre 1962, en vue de préparer la rencontre entre Adenauer et de Gaulle, les deux parties tombèrent d’accord sur la nécessité de procéder ainsi. L’idée d’un «  organisme d’échange et de promotion  » apparut le 16 janvier 1963 dans un projet du gouvernement fédéral en vue de l’accord qui devait être signé à l’occasion de la rencontre d’État  :

  • 26 Projet de déclaration commune du chancelier de la République fédérale d’Allemagne et du président d (...)

Il faut offrir toutes les possibilités aux jeunes allemands et français de resserrer les liens qu’ils ont noués et d’approfondir leur compréhension mutuelle. Il s’agit en particulier de poursuivre le développement des échanges de groupes de jeunes. Un «  organisme d’échange et de promotion  » binational sera mis en place avec à sa tête un conseil indépendant. Cet organisme disposera d’un fonds commun franco-allemand au service des échanges d’écoliers, d’étudiants, de jeunes artisans et de jeunes travailleurs26.

  • 27 Le seul changement concerna l’usage du fonds commun qui devait servir aux « échanges entre les deux (...)

11Cette formulation fut effectivement reprise quelques jours plus tard dans le programme du traité de l’Élysée27.

  • 28 Hermann Kusterer, Der Kanzler und der General, Stuttgart, 1995, p. 316.
  • 29 Ibid., p. 316.
  • 30 Note sur l’entretien entre Heck et Herzog du 22 janvier 1963 (MAE, Europe 1961-1965, Allemagne, vol (...)

12Le cadre de ce nouvel organisme d’échange et de promotion avait déjà été fixé à l’occasion de la conférence de Paris. Au cours des discussions du 21 janvier, en présentant ses propositions pour le développement des contacts entre jeunes des deux pays, le ministre fédéral de la Famille, Bruno Heck, avait fait remarquer que «  le fonds d’échange et de promotion visé […] devait être doté de moyens suffisants  »28. Le ministre des Affaires étrangères Gerhard Schröder expliqua que le gouvernement fédéral avait prévu un fonds de 20 millions de DM, somme que de Gaulle, manifestement déçu, considéra comme trop faible. Mais Adenauer fit remarquer calmement que «  l’accord du ministre fédéral des Finances pour une somme de 20 millions pouvait très bien être interprété comme représentant la seule contribution allemande, si bien que le fonds disposerait au total de 40 millions  »29. Outre les moyens financiers, on discuta des principales structures de la nouvelle institution, à propos desquelles le haut-commissaire à la Jeunesse et aux Sports, Maurice Herzog, et le ministre fédéral de la Famille et de la Jeunesse, Bruno Heck, tombèrent d’accord le 22 janvier30. Le principal organe de décision serait un conseil paritaire réunissant dix Français et dix Allemands à raison, pour chaque pays, de trois membres représentant la puissance publique et sept venus d’organisations privées. Deux secrétaires généraux, un allemand et un français, devaient organiser et contrôler la mise en œuvre des décisions du conseil.

13En s’appuyant sur ces principes, un accord fondant l’organisme d’échange devait être élaboré dans les prochains mois, de manière à être signé à l’occasion des prochains entretiens périodiques entre les gouvernements français et allemand.

Du traité de l’Élysée à la création de l’Office pour la Jeunesse

  • 31 Jacqueline Plum, « Jugend und deutsch-französische Verständigung. Die Entstehung des Deutsch-Franzö (...)
  • 32 Protocole de la réunion de la « Commission interministérielle française » du 18 février 1963 (MAE, (...)
  • 33 Jacqueline Plum, « Jugend und deutsch-französische Verständigung. Die Entstehung des Deutsch-Franzö (...)
  • 34 Compte rendu de la réunion de la « Commission interministérielle française » du 22 avril 1963 (MAE, (...)

14Après la signature du traité, la partie française s’engagea très vite dans l’élaboration d’un accord créant l’organisme d’échange visé. Pour commencer, Robert Brichet, chef de la section Jeunesse et Éducation populaire du haut-commissariat à la Jeunesse et aux Sports, devait examiner les éventuels problèmes de droit avec la division juridique du Quai d’Orsay31. Celle-ci avait en effet fait d’emblée le constat que la mise en place d’une telle institution interétatique, pour laquelle il n’existait aucun précédent, ne pouvait se faire sans la conclusion d’un nouvel accord binational32. Fin mars, Brichet présenta un premier projet d’accord qui prévoyait deux sections nationales largement indépendantes l’une de l’autre et disposant chacune d’un secrétariat général. Le projet ne fut pas approuvé par la direction des Affaires culturelles du ministère des Affaires étrangères, pour qui une telle structure n’offrait pas les conditions d’une bonne coopération et serait source de conflits. Il fallait donc, dans tous les cas de figure, privilégier un secrétariat général unique33. Conformément à ces principes, le Quai d’Orsay présenta son propre projet à la mi-avril, si bien que la commission interministérielle qui siégea le 22 avril disposa de deux textes à partir desquels elle formula un projet français définitif qui allait servir de base de discussion avec la partie allemande34  : les dix membres du conseil nommé par chaque pays devaient l’être par leurs gouvernements respectifs pour une durée de deux ans et l’organisation serait dirigée par un secrétaire général nommé pour cinq ans et chargé de coordonner les deux sections nationales.

15Les divergences apparues du côté français entre le haut-commissariat à la Jeunesse et aux Sports et le ministère des Affaires étrangères furent donc surmontées assez rapidement. Côté allemand, la question des compétences se posa de façon bien plus complexe. D’abord les intérêts du ministère fédéral de la Famille et de la Jeunesse s’opposèrent aux conceptions du ministère des Affaires étrangères, puis se posa le problème de la compétence des Länder et enfin il fallut veiller à associer au processus les organisations de la société civile déjà engagées dans le secteur des échanges de jeunes et qui avaient atteint un développement institutionnel bien plus important en Allemagne qu’en France.

  • 35 Jacqueline Plum, op. cit., p. 93-94.
  • 36 Compte rendu de l’entretien du mardi 23 avril 1963 à 16 heures, au ministère allemand des Affaires (...)
  • 37 Note sur la rencontre entre Sattler et Basdevant du 21 mai 1963 (PA AA, Referat 600, B 90, Nr. 547)
  • 38 Jacqueline Plum, « Jugend und deutsch-französische Verständigung. Die Entstehung des Deutsch-Franzö (...)
  • 39 La direction des Affaires culturelles du ministère des Affaires étrangères se prononça pour Sarrebr (...)

16Au sein du gouvernement fédéral, les plans du ministère de la Famille et de la Jeunesse prévoyaient, par principe, la nomination de deux secrétariats généraux, car «  il fallait qu’il y ait une organisation allemande indépendante notamment à cause du caractère décentralisé de tout ce qui concernait la jeunesse en Allemagne  ». Le ministère des Affaires étrangères était à l’inverse en faveur d’un seul secrétariat général35. La situation initiale était donc comparable à celle de la partie française. Il n’en demeure pas moins qu’au cours de la réunion du 23 avril entre les représentants des deux ministères, il fut impossible de concilier ces points de vue divergents36. Ainsi, lorsque le 21 mai, le directeur général des Affaires culturelles et techniques du Quai d’Orsay, Maurice Basdevant, présenta pour la première fois le projet de protocole français37 à Dieter Sattler, directeur général des Affaires culturelles du ministère allemand des Affaires étrangères, celui-ci ne disposait toujours pas d’un texte approuvé par l’ensemble du gouvernement fédéral. Dans un avis du 30 mai, cette même direction culturelle expliqua donc à nouveau que, de son point de vue, la création de deux secrétariats généraux était en contradiction avec le caractère interétatique que devait revêtir l’Office pour la Jeunesse selon les dispositions du traité de l’Élysée. C’est pourquoi elle proposa de créer un seul secrétariat général, auquel seraient subordonnées deux sections nationales38. En définitive, après la présentation officielle, le 31 mai, de la proposition française, les deux ministères s’accordèrent le 5 juin sur un projet commun prévoyant un seul secrétariat général, mais en laissant subsister quelques divergences de vue – entre autres, la question du futur siège du secrétariat demeura controversée39.

  • 40 Projet du 10 juin 1963 (PA AA, Referat 600, B 90, Nr. 497) ; compte rendu de la séance de la commis (...)
  • 41 Herzog avait été nommé secrétaire d’État le 11 juin 1963.
  • 42 Lettre de Josef Jansen, directeur de la 2e section du ministère des Affaires étrangères, au ministr (...)
  • 43 Accord portant création de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse entre le gouvernement de la Ré (...)

17Quoi qu’il en soit, les parties allemandes et françaises purent s’entendre le 10 juin sur un projet d’accord, afin de fonder l’Office franco-allemand pour la Jeunesse – pour la première fois désigné en ces termes – avec un secrétariat général auquel deux sections nationales, l’une à Paris et l’autre à Bonn, devaient être subordonnées40. Au cours des négociations menées les 18 et 19 juin par le secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports41 Maurice Herzog et le ministre fédéral Bruno Heck, on parvint à élaborer un projet de protocole42 approuvé par les deux parties. Il prévoyait un secrétariat général dont le siège restait à définir et deux divisions nationales à Paris et Bonn. Dans le cadre des premières consultations intergouvernementales après la signature du traité de l’Élysée à Bonn, Herzog et Heck se rencontrèrent une nouvelle fois le 4 juillet et arrêtèrent le texte définitif de l’accord. Le 5 juillet eut lieu la signature solennelle de l’«  accord portant création de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse  »43 par les ministres des Affaires étrangères Maurice Couve de Murville et Gerhard Schröder en présence de Konrad Adenauer et de Charles de Gaulle.

  • 44 Ibid., p. 7255, Art. 13.
  • 45 Ibid., p. 7255, Art. 11 et 12.
  • 46 Ibid., p. 7254, Art. 6.
  • 47 Comme les suppléants pouvaient aussi assister aux séances du conseil, dans les années qui suivirent (...)
  • 48 La proposition de Franz Josef Röder, ministre-président de Sarre, du 2 août 1963, de faire de Sarre (...)

18Le nouvel organisme se vit doté d’une triple structure plutôt complexe  : deux instances nationales, avec chacune un directeur à Paris et à Bonn44, et un secrétaire général incarnant à la fois l’instance de coordination des deux sections nationales et l’organe exécutif du conseil placé à la tête de l’ensemble, tout en assurant la représentation de l’Office à l’extérieur45. Le conseil devait comprendre dix membres allemands et dix français, soit, à chaque fois, quatre représentants de l’administration publique et six membres choisis parmi les «  personnalités qualifiées et les dirigeants d’organisations de jeunesse  »46. Pour chaque membre du conseil, nommé pour deux ans, on désignerait un suppléant47. Le premier secrétaire général devait être un Français auquel, après cinq ans de mandat, succéderait son suppléant allemand. Par un accord subsidiaire, le siège du secrétariat général fut d’abord fixé à Bonn avant d’être transféré à Paris au moment de l’entrée en fonction du secrétaire général allemand48.

Conflits entre l’État fédéral, les Länder et les communes

  • 49 Résolution de la 93e séance commune des ministres de l’éducation et des Cultes (Kultus-ministerkonf (...)
  • 50 Débat du Bundesrat, minutes sténographiées, 254e séance du 1er mars 1963, p. 25 C.

19Pour les Länder, la signature de l’accord fondateur de juillet n’avait en rien résolu le problème que leur posait l’Office franco-allemand pour la Jeunesse. Dès le 15 février 1963, la conférence des ministres de l’éducation et des Cultes avait souligné dans ses recommandations à la commission des Affaires culturelles du Bundesrat qu’elle voyait de sérieuses objections à propos de la fondation de cet organisme d’échange et de promotion. Une telle institution faisait à l’évidence partie du domaine de compétence des Länder et c’est la raison pour laquelle les ministres de l’éducation et des Cultes des Länder devaient être représentés au conseil d’administration de l’Office49. Le porte-parole de la commission des Affaires culturelles, le sénateur de Brême Willy Dehnkamp, qui était aussi le président en exercice de la conférence des ministres de l’éducation et des Cultes, avait défendu cette position au cours du débat au Bundesrat du 1er mars sur le traité de l’Élysée50.

  • 51 Lettre du ministère allemand des Affaires étrangères du 8 février 1963 à la commission des Länder ( (...)
  • 52 Lettre du ministère allemand des Affaires étrangères (Josef Jansen) au président de la commission d (...)
  • 53 Compte rendu de la séance de commission des Länder du mercredi 3 juillet 1963 à Bonn, p. 3 (BayHStA (...)

20Les gouvernements des Länder eurent par la suite l’impression croissante d’être insuffisamment informés de l’état des négociations sur la création de l’Office pour la Jeunesse, même si, depuis le 8 février, ils étaient officiellement associés à la mise en œuvre des dispositions du traité de l’Élysée, transmis, conformément à la convention de Lindau, à la commission permanente des Länder sur les traités (Ständige Vertrags-kommission)51. C’est seulement le 24 juin 1963 que Josef Jansen, directeur général de la division politique du ministère des Affaires étrangères, adressa un courrier à Franz Heubl, président de la commission et ministre d’État de Bavière, pour l’informer du résultat des négociations franco-allemandes de Bonn des 18 et 19 juin 1963 et pour lui communiquer le projet d’«  accord entre le gouvernement de la République fédérale d’Allemagne et le gouvernement de la République française portant création de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse  »52. La commission des traités, réunie le 3 juillet, décida de surseoir à l’examen de cette question, «  puisqu’en raison du retard mis par le ministère des Affaires étrangères à communiquer ce projet, divers points nécessitaient un éclaircissement définitif  »53. Les représentants des Länder considéraient que,

  • 54 Ibid., p. 3.

sans invoquer les dispositions légales découlant de la convention de Lindau, les seules conséquences d’un tel accord imposaient, dans l’intérêt de toutes les parties, que le gouvernement fédéral associât les Länder dans les meilleurs délais à la préparation et à la rédaction de tous les traités touchant à leur compétence ou à leurs intérêts fondamentaux54.

  • 55 Ibid., p. 3-4.

21Il convenait en outre de préciser la responsabilité pénale et civile du futur Office dans les délits commis, en son nom, au détriment d’un tiers et de définir «  les principes de désignation des membres allemands du conseil d’administration et la façon dont le gouvernement fédéral comptait procéder pour assurer aux Länder une représentation adéquate dans le conseil prévu par l’article 6 du projet  »55.

  • 56 Lettre du ministre fédéral de la Famille et de la Jeunesse, Bruno Heck, au chancelier Adenauer, du (...)
  • 57 Lettre du secrétaire d’état français à la jeunesse et aux sports, Maurice Herzog, au chancelier Ade (...)
  • 58 Décret du 11 septembre 1963 (Journal Officiel du 12 septembre 1963).
  • 59 Lettre de Bruno Heck au secrétaire d’état à la chancellerie Hans Globke, 4 octobre 1963, p. 3 (BA K (...)
  • 60 Présentation du directeur général Barth au cours de la séance de la commission des Länder du 5 sept (...)
  • 61 Ibid., p. 2.
  • 62 Lettre du chancelier Adenauer aux chefs de gouvernement des Länder, 8 septembre 1963 (BA KO, B 136 (...)

22La tactique dilatoire choisie par les Länder mit les autorités fédérales dans l’obligation d’agir car, peu de temps après la signature de l’accord, Paris avait commencé à désigner les représentants français au conseil56. Le 7 septembre 1963, le secrétaire d’État Herzog informa le chancelier que tous les membres français du conseil avaient été nommés57, information officiellement confirmée par un décret gouvernemental en date du 11 septembre58. Côté allemand, à l’inverse, la composition du conseil fut un sujet de conflit entre les Länder et les autorités fédérales. Le gouvernement fédéral revendiquait deux des quatre sièges réservés à la puissance publique (ils devaient être occupés par le ministère fédéral de la Famille et de la Jeunesse et par celui des Affaires étrangères)59. Les deux sièges restants devaient revenir à des représentants des Länder, voire être partagés entre un représentant des Länder et un représentant des communes, une solution qui avait, en particulier, la préférence du ministère fédéral de la Famille60. C’est pourquoi, au cours de la session suivante de la commission des traités, le 5 septembre 1963, Heinrich Barth, directeur général et représentant du ministère, insista pour qu’une solution soit trouvée rapidement  : l’Office devait commencer à fonctionner le plus tôt possible  ; certes, pour des raisons juridiques, cela n’était pas possible avant la session du Bundesrat, prévue fin octobre, mais «  si les Länder en étaient d’accord  », on pouvait sans attendre désigner les membres du conseil61. C’est pourquoi le chancelier allait s’adresser dans les jours suivants aux ministres-présidents pour les prier de désigner deux représentants des pouvoirs publics. De fait, le 8 septembre 1963, le chancelier envoya un courrier dans ce sens aux gouvernements des Länder62.

  • 63 Minutes de la séance de la commission des Länder du jeudi 5 septembre 1963, à Bonn, p. 7 (BayHStA, (...)
  • 64 Télex des ministres-présidents à la chancellerie (BA KO, B 136 /5531).
  • 65 Télex du ministre-président de Hesse au chancelier fédéral (ibid.).
  • 66 Lettre de Heinrich von Bechtolsheim au secrétaire d’État à la chancellerie Hans Globke, 16 septembr (...)

23Afin de garantir la nomination de deux représentants des Länder, la commission des traités conseilla aux gouvernements des Länder d’en faire une condition sine qua non de leur acceptation du texte63. Ce fut en effet l’attitude préconisée avec fermeté par le ministre-président du Bade-Wurtemberg Kurt Georg Kiesinger, le ministre-président de Basse-Saxe Georg Diederichs et le maire de Berlin Willy Brandt64. Le ministre-président de Hesse alla même plus loin. Selon lui, l’essentiel du travail de l’Office tombait dans le domaine de compétence exclusif des Länder, si bien que ces derniers devaient disposer de deux représentants au conseil, les autorités fédérales et les communes n’ayant droit qu’à un seul représentant65. Cette réaction du gouvernement de Hesse fut jugée «  particulièrement inamicale  » par la chancellerie66.

  • 67 Compte rendu de la réunion des ministres-présidents du 3 octobre 1963, Bonn, Bundesrat (Landesarchi (...)
  • 68 Télex du ministre-président de Sarre Franz Josef Röder au chancelier Konrad Adenauer, 3 octobre 196 (...)
  • 69 Lettre de Bruno Heck au secrétaire d’État à la chancellerie Hans Globke, 4 octobre 1963, p. 3 (ibid (...)

24Le 3 octobre 196367, les ministres-présidents s’accordèrent sur les deux représentants et les deux suppléants qu’ils allaient proposer pour une nomination au conseil et communiquèrent sans délai leur proposition au gouvernement fédéral68. Pourtant, le lendemain, le ministre fédéral de la Famille, Bruno Heck, fit une proposition qui allait à l’encontre de la position des Länder69. Il estimait qu’en dehors des représentants du gouvernement fédéral (ministère de la Famille et de la Jeunesse et ministère des Affaires étrangères), il convenait de ne nommer qu’un seul représentant des Länder  ! Le quatrième siège devait être réservé à un représentant des communes, en la personne d’Arnulf Klett, président du Congrès des maires allemands et maire de Stuttgart. En réaction à la résolution formulée la veille par les ministres-présidents, Heck conclut que,

  • 70 Ibid., p. 4.

si le gouvernement fédéral se rangeait à l’opinion des Länder, le Dr. Klett ne pourrait être nommé comme représentant de la puissance publique. Or, eu égard à la triple articulation des institutions de la République fédérale et à l’activité déployée précisément par les communes dans le domaine des échanges de jeunesse franco-allemands, je ne pense pas pouvoir me passer de la contribution d’un représentant de l’administration communale, d’autant que le Dr. Klett occupe une place importante dans les échanges de jeunesse au niveau communal, comme président de 1’Union internationale des maires70.

  • 71 Note de la chancellerie fédérale, 22 juin 1964 (BA KO, B 136 /5531).

25Mais Heck ne parvint pas à imposer ses vues et, le 9 octobre, le gouvernement fédéral décida d’accéder au souhait des Länder et de nommer au conseil d’administration de l’Office les représentants proposés par les ministres-présidents71.

  • 72 Programme de la première session du conseil, les 29 et 30 octobre 1963 à Paris (PA AA, Referat 600, (...)
  • 73 Lettre d’Arnulf Klett, président du Congrès des maires allemands, à Ludwig Erhard, 10 janvier 1964 (...)

26Les communes ne firent donc pas partie du conseil qui entra en fonction le 29 octobre 196372. Klett s’en plaignit le 10 janvier 1964 au chancelier Erhard en se référant à une résolution du Congrès des maires qui avait clairement pris position73  :

Les communes et en particulier les villes ont été ces dernières années les principaux initiateurs des échanges internationaux de jeunesse et en particulier des échanges avec la France. Ce sont elles qui ont eu un rôle pionnier dans l’évolution actuelle et ont accumulé une expérience dont on ne saurait se passer pour la mise en œuvre des nouveaux projets. […] Dans les conflits entre le gouvernement fédéral, les Länder et les grandes associations de jeunesse, ces faits ont été négligés. Avec cette décision, des considérations politico-administratives ont eu le pas sur les considérations pratiques. Du côté allemand, le conseil d’administration de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse a pris un mauvais départ. Dans l’intérêt des échanges de jeunesse franco-allemands, les Unions de communes déplorent cette évolution. Elles s’efforceront, pour leur part, de limiter les conséquences néfastes des décisions du gouvernement fédéral.

27Klett demanda au chancelier de réexaminer la décision du gouvernement «  de façon à ce que les souhaits justifiés des communes puissent être pris en compte au plus tard à la fin du premier mandat [du Conseil]  ». Erhard répondit le 27 janvier sur un ton conciliant  :

  • 74 Lettre de Ludwig Erhard à Arnulf Klett, président du Congrès des maires d’Allemagne, 27 janvier 196 (...)

Je n’oublierai pas votre souhait bien compréhensible et, à l’expiration des fonctions des représentants nommés au Conseil, je m’entretiendrai avec les Länder pour voir dans quelle mesure l’on pourra satisfaire à votre demande74.

28Quand, à l’été 1965, le premier mandat du conseil toucha à sa fin, l’Union fédérale des associations de communes rappela cette promesse au ministre de la Famille, Bruno Heck :

  • 75 Lettre de l’Union fédérale des associations de communes à Bruno Heck, du 28 juillet 1965, citée dan (...)

Le chancelier, dans une lettre du 27 janvier 1964, tout comme vous, dans un entretien du 27 novembre 1963, aviez reconnu le bien-fondé de notre demande et déclaré qu’elle serait examinée à nouveau avec bienveillance après expiration du mandat des actuels membres du Conseil75.

29Quelques jours plus tard, au ministère de la Famille et de la Jeunesse, le secrétaire d’État responsable de ces questions, Heinrich Barth, fit remarquer à Reinhold Mercker, directeur général à la chancellerie fédérale, que le «  ministre fédéral Heck ne s’était jamais exprimé en ce sens  ». Il ajouta  :

  • 76 Lettre de Heinrich Barth à Reinhold Mercker, 4 août 1965 (ibid.).

Je vous serais reconnaissant de m’indiquer ce que Monsieur le chancelier a déclaré le 27 janvier 1964 à ce sujet à l’Union fédérale des associations de communes76.

30Cette réaction indiquait qu’au ministère de la Famille on n’était plus favorable non plus à la participation des communes, une position qui ressortait aussi d’une réunion interne du 12 novembre 1965  :

  • 77 Note de la chancellerie fédérale à propos des entretiens au ministère fédéral de la Famille et de l (...)

Le responsable ministériel Ludwig du ministère fédéral de la Famille a indiqué qu’il semblait exclu de répondre au souhait des associations de communes de disposer d’un siège au Conseil, souhait soumis de façon informelle au chancelier, début 1964. Les Länder, représentés par deux membres, issus respectivement d’un gouvernement SPD et CDU, n’accepteraient jamais une réduction de leurs sièges. Quant à l’admission des associations de communes au détriment du gouvernement fédéral, solution qui aurait à l’évidence la préférence des Länder, elle est exclue, car ce dernier ne saurait en aucun cas consentir à une diminution de son influence au sein du Conseil77.

  • 78 Lettre du chancelier Erhard aux chefs de gouvernement des Länder du 5 octobre 1965 (ibid.).
  • 79 Lettre du ministre-président de Bavière Alfons Goppel au chancelier Erhard, 26 octobre 1965 (ibid.)

31Les communes furent donc victimes du conflit de compétence entre les autorités fédérales et les Länder. Dès le 5 octobre 1965, le chancelier Erhard avait prié les chefs de gouvernement des Länder de lui faire des propositions pour nommer deux nouveaux représentants au conseil, dont le mandat prenait fin le 18 octobre78. Le 26 octobre, le ministre-président de Bavière Goppel, en qualité de président de la Conférence des ministres-présidents, fit savoir que les dirigeants des Länder avaient décidé de proposer de reconduire, pour un nouveau mandat de deux ans, les membres nommés au conseil le 3 octobre 196379. Le gouvernement fédéral accéda à ce souhait et les communes en furent pour leurs frais.

32Le successeur de Klett à la présidence du Congrès des maires allemands, Alfred Dregger, s’adressa le 2 juin 1966 au chancelier Erhard en manifestant sa colère  :

  • 80 Lettre du président de l’Union des communes allemandes (Deutscher Städtetag), Alfred Dregger, au ch (...)

Dans votre lettre du 27 janvier 1964, vous avez assuré au Dr. Klett que vous connaissiez et appréciez les réalisations des villes allemandes dans le domaine des échanges internationaux de jeunes. Vous avez aussi bien voulu promettre de ne pas oublier notre souhait bien compréhensible après expiration du premier mandat des membres du conseil et de débattre avec les Länder sur la manière d’y satisfaire. Depuis, nous avons appris que la désignation des nouveaux membres du Conseil a eu lieu. Les anciens membres ont été reconduits dans leurs fonctions. Bien que notre demande ait été rappelée en temps voulu par l’Union fédérale des associations communales au ministre de la Famille et de la Jeunesse (lettres du 28 juillet et du 8 octobre 1965), elle a été une fois de plus ignorée. Je vous prie donc à nouveau d’user de votre influence pour que les associations de communes obtiennent un siège au Conseil d’administration de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse. La possibilité d’amener les Länder à renoncer à un de leurs sièges existe toujours80.

33Le chancelier répondit de façon plutôt évasive, en renvoyant la balle dans le camp des communes  :

  • 81 Lettre du chancelier Ludwig Erhard au président de l’Union des communes allemandes (Deutscher Städt (...)

Au regard de la situation actuelle, il me semblerait plus productif pour les associations de communes d’essayer de trouver un accord avec les Länder, pour que ces derniers intègrent un représentant des communes dans leur proposition81.

  • 82 En 1973, le nombre des membres du conseil fut porté à 28, celui des représentants de l’administrati (...)

34C’est ainsi que, jusqu’à la réforme de l’Office en 1973, la composition de son conseil d’administration resta inchangée82.

  • 83 « Un comité consultatif peut être constitué à l’initiative de chacun des gouvernements auprès de la (...)

35Le comité consultatif, qui devait être créé comme instance d’orientation selon l’article 1683 de l’accord du 5 juillet 1963, fit aussi l’objet de conflits, en particulier entre le gouvernement fédéral et les Länder. Le 5 septembre 1963, le directeur général Barth du ministère fédéral de la Famille déclara devant la commission permanente des traités que

  • 84 Minutes de la séance de la commission permanente des traités du jeudi 5 septembre 1963 à Bonn, p. 4 (...)

la partie allemande prévoyait la création d’un comité consultatif conformément à l’article 16 de l’accord. Ce comité réunirait des personnalités disposant d’une expérience pratique dans le domaine des activités et des échanges de jeunes et devrait comprendre une trentaine de membres. Les Länder seraient largement représentés au sein du comité84.

  • 85 Minutes de la séance de la commission permanente des traités du mercredi 3 juin 1964 à Bonn (BayHSt (...)

36Le 3 juillet 1964, Barth présenta le projet du gouvernement fédéral à la commission permanente des traités, et dut constater que les Länder souhaitaient une représentation plus forte au sein du comité que celle prévue par les autorités fédérales. Au lieu d’un effectif de 26 membres, les Länder préconisaient un total de 30 membres pour le comité et souhaitaient disposer d’au moins 7 sièges85. Barth promit à la commission de soumettre la position des Länder au gouvernement fédéral pour examen et de lui communiquer immédiatement le résultat de cette évaluation. Mais le 17 février 1965, les représentants des Länder constatèrent que

  • 86 Minutes de la séance de la commission permanente des traités du mercredi 17 février 1965 à Bonn, p. (...)

le secrétaire d’État Barth (ministère fédéral pour la Famille et la Jeunesse), en dépit des assurances qu’il avait données lors de la session du 3 juin 1964 de la Commission permanente des traités, n’avait toujours pas informé celle-ci du résultat de ses négociations relatives à la composition du comité consultatif prévu par l’article 16 de l’accord du 5 juillet 1963, portant création de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse86.

  • 87 Lettre de Franz Heubl, représentant de l’État libre de Bavière auprès des instances fédérales, au s (...)
  • 88 Lettre de Heinrich Barth à Franz Heubl, 23 février 1965 (ibid.).
  • 89 Ansbert Baumann, Begegnung der Völker? Der Élysée-Vertrag und die Bundes-republik Deutschland. Deut (...)

37C’est pourquoi le président de la commission demanda au secrétaire d’État de prendre position87, à quoi ce dernier répliqua que la composition du comité consultatif devait faire l’objet d’un accord entre l’État fédéral et les Länder88. Ainsi, la question de la participation des Länder au travail de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse fut incluse dans les négociations entre les Länder et l’État fédéral en vue d’une convention sur la mise en application du traité de l’Élysée, négociations qui se prolongèrent jusqu’au 6 février 196989.

  • 90 Bundesanzeiger 110 du 21 juin 1969, p. 1 : Accord entre le gouvernement fédéral et les gouvernement (...)
  • 91 Henri Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse (op. cit., note 47), p. 85.

38Mais dans l’article 15 de la convention État - Länder du 6 février 1969, censée régler définitivement la collaboration des Länder à l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, le comité consultatif n’était plus mentionné90, si bien qu’au moment de la réforme de 1973 ce comité fut abandonné, tout comme les deux sections nationales, et les services de l’Office furent rassemblés au siège du secrétariat général91.

Les organisations de la société civile en marge des événements  ?

  • 92 Astrid Köstinger, Das Deutsch-Französische Institut in Ludwigsburg. Zur Geschichte, Struktur und Fu (...)
  • 93 Rapport d’activité de l’Institut franco-allemand pour l’année 1963 (ibid., p. 47).
  • 94 Voir les multiples requêtes et demandes d’aide en rapport avec la création de l’Office, adressées a (...)

39Lorsque les efforts des États dans le domaine des échanges de jeunesse, perceptibles depuis la fin des années 1950, trouvèrent un aboutissement inédit avec la signature du traité de l’Élysée, les organisations de la société civile déjà engagées dans cette voie se sentirent confortés dans leur travail92, mais observèrent aussi cette évolution avec une certaine inquiétude. On craignait notamment que les politiques s’intéressent davantage à la quantité qu’à la qualité des échanges, au point de les dénaturer en «  un phénomène de masse purement touristique  »93. Plus inquiétante encore était la perspective de voir les nouveaux organismes d’échanges attirer à eux l’essentiel des subsides de l’État  ! Comme le soutien des moyens publics était indispensable à la plus grande partie des institutions existantes et considérant les 40 millions de DM dont on allait doter l’Office, les représentants de nombreux groupements de la société civile estimèrent qu’il était essentiel pour eux de mettre en évidence leurs propres engagements dans le domaine des échanges de jeunesse franco-allemands94. Parmi ces institutions de la société civile, un rôle éminent revenait toujours à l’Institut franco-allemand de Ludwigsburg.

  • 95 Note confidentielle du président de l’Institut franco-allemand Fritz Schenk au fonctionnaire gouver (...)
  • 96 Ibid., annexe 5.

40À l’occasion d’un congrès réunissant les représentants de diverses organisations du 22 au 24 juin 1962, l’Institut fut chargé de rassembler des données pour une présentation générale des contacts franco-allemands95. Dans le sillage des développements politiques de la fin 1962, le gouvernement fédéral manifesta lui aussi un intérêt accru pour une telle présentation. C’est pourquoi, le 19 novembre 1962, Josef Jansen, chef de la Direction politique du ministère des Affaires étrangères, adressa une lettre à Fritz Schenk, directeur de l’Institut, pour lui demander de mener cette étude à bien96. Programmée à l’origine pour novembre, une rencontre d’experts avec la participation du ministère des Affaires étrangères fut annulée, car Jansen eut un empêchement de santé.

41Dans les semaines qui suivirent, Schenk n’en noua pas moins des contacts avec de nombreuses organisations de la société civile. Le 12 mars 1963, il rendit visite au ministre plénipotentiaire Alois Mertes à l’ambassade de la République fédérale d’Allemagne à Paris, lequel écrivit le jour même à Jansen  :

Je viens d’avoir la visite du Dr. Schenk, directeur de l’Institut franco-allemand de Ludwigsburg. Monsieur Schenk s’est entretenu ici avec plusieurs personnalités qui – comme lui et son Institut – ont non seulement déployé une intense activité dans le domaine des relations franco-allemandes, mais ont aussi fait largement leurs preuves. Au cours de ces conversations, Monsieur Schenk a eu une impression qui confirme la mienne. Les pionniers, toujours actifs, de la réconciliation franco-allemande, qui ont depuis 1945 construit l’importante et solide infrastructure des relations franco-allemandes, craignent que les exigences du traité franco-allemand (paragraphe C  : éducation et Jeunesse) ne conduisent au «  mouvement pour le mouvement  ».

  • 97 Lettre d’Alois Mertes (ambassade d’Allemagne à Paris) à Josef Jansen, 12 mars 1963 (HStASt, EA 3/50 (...)

Autrement dit, que l’importance des moyens financiers, dont la presse ne cesse de se faire l’écho, ne conduise bientôt des gens à agir (avant tout pour avoir leur part du gâteau) sans être en rien qualifiés pour mettre en œuvre les dispositions du traité, ni par leur connaissance des hommes et de la situation, ni par leur conviction profonde à l’égard de la relation franco-allemande ou leur expérience en la matière. Chaque nouvel ami des relations franco-allemandes est le bienvenu et doit être encouragé. Monsieur Schenk et ses interlocuteurs français et allemands sont toutefois, comme je le suis moi-même, persuadés que les personnalités distinguées pour leur action en faveur de la réconciliation franco-allemande, ainsi que leurs institutions, ont non seulement le droit d’être associés à l’intensification des relations franco-allemandes prévue par le traité, mais que soutenir en premier lieu, de façon officielle et avec des moyens supérieurs, les forces ayant depuis de nombreuses années fait la preuve de leur engagement et de leur efficacité correspond à l’esprit du texte et permet de le servir de façon bien plus judicieuse. C’est pourquoi, l’institution prévue par le traité devrait non seulement rassembler des représentants officiels, dirigeants et directeurs des diverses administrations – nombre d’entre eux ne sont que des «  bleus  » – mais compter obligatoirement les personnalités mentionnées plus haut. Comme me l’a dit Monsieur Schenk, vous en êtes, vous aussi, convaincu […]. Une […] réunion d’experts devrait se tenir le plus tôt possible côté allemand en en confiant éventuellement la responsabilité – pour ce qui est des organismes privés et non officiels – à l’institut franco-allemand de Ludwigsburg, neutre tant sur le plan politique que confessionnel. Monsieur Schenk travaille en très bonne entente avec l’ensemble des organisations concernées97.

  • 98 Compte rendu des résultats des entretiens avec les représentants des principales organisations fran (...)
  • 99 Ibid., p. 1-2.

42Le 28 mars, une telle réunion d’experts eut effectivement lieu au ministère des Affaires étrangères. Elle confirma «  l’importance particulière à accorder aux organisations privées franco-allemandes ayant déjà enregistré de nombreux succès dans ce domaine  ». Il fut précisé que le gouvernement fédéral avait l’intention de «  soutenir et de promouvoir les initiatives privées  », mais «  qu’à la faveur de l’intensification de la coopération franco-allemande, il ne s’agissait pas de créer de nouvelles organisations responsables, celles qui existent déjà devant se charger du travail supplémentaire  »98. On cita nommément l’Institut franco-allemand, les sociétés franco-allemandes de diverses villes allemandes et 1’Union internationale des maires, en enjoignant l’Institut de Ludwigsburg de mener rapidement à son terme «  l’inventaire des résultats obtenus dans la coopération franco-allemande depuis 1945  ». Ce dernier constituerait d’une part «  un suivi de l’utilisation des fonds publics mis à leur disposition  » et, de l’autre, un point de départ pour définir les besoins financiers des diverses organisations99.

  • 100 Note confidentielle du président de l’Institut franco-allemand Fritz Schenk au fonctionnaire gouver (...)

43Le 10 avril, Schenk informa le ministre de l’éducation et des Cultes du Bade-Wurtemberg des «  résultats de cette discussion particulièrement fructueuse  »100. Il souligna que, dans son enquête, l’Institut franco-allemand pourrait officiellement se prévaloir de «  l’accord des ministères fédéraux concernés et, en particulier, de celui des Affaires étrangères  » et que le ministère de la Famille serait informé,

  • 101 Ibid., p. 3.

par la voie officielle […] des résultats de la discussion […], notamment de la proposition d’impliquer les organismes privés ayant fait leurs preuves, avec à leur tête l’Institut franco-allemand de Ludwigsburg, dont le directeur était appelé à devenir membre du Conseil indépendant de l’Office franco-allemand, la désignation de Monsieur Schenk ayant en outre reçu l’approbation du «  Groupe de travail pour les échanges culturels internationaux  » et du «  Cercle de travail des institutions privées pour les rencontres internationales et l’action culturelle  »101.

  • 102 Lettre de Fritz Schenk à Bruno Heck, 26 avril 1963 (HStASt, EA 3/505, Nr. 327/2).
  • 103 Circulaire du président de l’Institut franco-allemand Fritz Schenk, mai 1963 (HStASt, EA 3/505, vol (...)

44Quelques jours plus tard, Schenk s’adressa aussi, par mesure de précaution, au ministre fédéral de la Famille et de la Jeunesse Bruno Heck et sollicita un entretien pour lui «  exposer le point de vue de l’Institut et d’autres organismes de coopération privées  »102. À cette occasion, il rappela que, dans le domaine de l’entente franco-allemande, l’Institut de Ludwigsburg avait réalisé un «  travail précurseur  » et ajouta que le choix de Ludwigsburg par le général de Gaulle pour prononcer son discours à la jeunesse du 9 septembre 1962 ne devait rien au hasard. Au mois de mai, l’Institut adressa donc une circulaire à diverses institutions auquel était joint un questionnaire visant à préciser la nature des activités franco-allemandes engagées jusqu’alors103.

  • 104 L’Institut franco‑allemand prévoyait à l’origine d’évaluer les résultats en vue d’une nouvelle renc (...)
  • 105 Jacqueline Plum, « Erziehung zum Frieden. Das Deutsch-Französische Jugendwerk » in : Die politische (...)
  • 106 Lettre au chancelier Adenauer du mouvement de jeunesse catholique du Land à Lüttringshausen, 5 juil (...)
  • 107 Voir le dossier correspondant de la chancellerie fédérale (ibid.).

45Il est vrai que la rapidité avec laquelle l’affaire fut menée ne favorisa pas l’examen approfondi des résultats de l’enquête104. En raison de l’émergence de tensions de plus en plus fortes dans la relation franco-allemande, le gouvernement fédéral voulut au moins ne pas compromettre le succès de l’Office pour la Jeunesse et insista pour accélérer la prise de décisions105. Qui plus est, on vit augmenter le nombre d’organisations désireuses de faire valoir leur engagement francophile auprès des autorités fédérales, effet amplifié jour après jour après la signature de l’accord du 5 juillet. C’est ainsi que le jour même de la fondation de l’OFAJ, le mouvement de jeunesse rurale catholique de Lüttringshausen s’adressait au chancelier Adenauer en lui demandant un soutien financier pour un voyage en France et, trois jours plus tard, le chancelier recevait une lettre du club de sport et de gymnastique de Ludwigstadt sollicitant des subventions pour une rencontre sportive en France106. II semblerait que le gouvernement fédéral ait jugé ces requêtes de plus en plus embarrassantes107.

  • 108 Protocole du comité de direction de l’Institut franco-allemand du 18 novembre 1963, p. 2 (voir Astr (...)
  • 109 Ibid., p. 47.
  • 110 Ibid., p. 47.

46En définitive et malgré des efforts passionnés de son directeur Fritz Schenk, l’Institut franco-allemand ne fut précisément pas pris en compte dans la composition du conseil, et ce, à l’inverse d’autres organismes actifs dans les échanges de jeunesse comme la Gesellschaft für übernationale Zusammenarbeit, gratifiée d’un siège du seul fait qu’on en avait accordé un à son partenaire français, le Bureau international de liaison et de documentation. À Ludwigsburg, la réaction fut plutôt vive. On souligna que l’Institut avait été négligé, bien que Schenk eût reçu le soutien officiel du ministère des Affaires étrangères, du ministère fédéral de l’Intérieur, du ministre de l’Éducation et des Cultes du Bade-Wurtemberg, Storz, et de quantité d’autres organisations. Tout cela laissait à penser que «  la composition du conseil avait obéi à une répartition proportionnelle entre partis et confessions religieuses  »108. Le comité de direction s’inquiéta même «  de savoir si, l’Institut ayant été écarté, il ne serait pas privé de la part du fonds de 20 millions de DM à laquelle il avait droit  »109. Mais cette crainte se révéla injustifiée et, dès 1963, l’Office accorda à l’Institut une subvention à hauteur de 29 120 DM110.

  • 111 Dieter Tiemann, Deutsch-französische Jugendbeziehungen der Zwischenkriegszeit (op. cit., note 2), p (...)
  • 112 Roland Ray, Annäherung an Frankreich im Dienste Hitlers? Otto Abetz und die deutsche Frankreichpoli (...)

47Considérée à plus long terme, l’intégration au travail de l’OFAJ des organismes d’échange de la société civile fut toutefois un incontestable succès. L’Office réussit à s’inscrire dans une longue tradition, tout en échappant au soupçon d’un contrôle étatique. Cette institution binationale ouvrit une nouvelle page de l’histoire des échanges de jeunesse franco-allemands. Après la Première Guerre mondiale et dans l’esprit de Locarno, les rencontres de jeunesse promues par des organismes de la société civile avaient, il est vrai, connu un certain essor, mais «  pendant tout l’entre-deux-guerres – surtout en raison de fâcheuses difficultés matérielles plus ou moins entretenues – elles restèrent sous le signe de l’exception, de la menace permanente et de la fragilité  »111. On en prit conscience pour la première fois après la prise de pouvoir par les nazis, quand les contacts entre jeunes devinrent, dans un sens particulièrement négatif, un instrument de la politique étrangère de l’État112. Après 1945, les organisations de la société civile jouèrent aussi un rôle pionnier dans les efforts en faveur des échanges, mais des instances étatiques soutinrent efficacement ces initiatives, en particulier parce que les autorités françaises d’occupation considéraient les échanges de jeunesse comme un élément important de la rééducation politique. En créant l’Office, les États s’impliquèrent directement dans les activités existantes et mirent sur pied un organisme qui, au fil des décennies, fut en mesure de stimuler les échanges de manière tout à fait inédite. À n’en pas douter, la création de l’OFAJ constitue donc la conséquence immédiate la plus réussie du traité de l’Élysée.

Notes

1 Journal Officiel du 3 septembre 1963, p. 8028-8029.

2 Dieter Tiemann, Deutsch-französische Jugendbeziehungen der Zwischenkriegszeit, Bonn, 1989, p. 16.

3 Stefan Zauner, Erziehung und Kulturmission. Frankreichs Bildungspolitik in Deutschland 1945-1949, Munich, 1994, p. 183-200 ; Corine Defrance, La politique culturelle de la France sur la rive gauche du Rhin 1945-1955, Strasbourg, 1994, p. 121-122 et 193-196 ; Monique Mombert, « Les Français et la jeunesse en Zone Française d’Occupation de 1945 à 1955 », in : Stefan Martens (éd.) Vom Erbfeind zum Erneuerer. Aspekte und Motive der französischen Deutschlandpolitik nach dem Zweiten Weltkrieg, Sigmaringen, 1993, p. 175-199 ; Jean-Charles Moreau, « Jugendarbeit und Volksbildung in der französischen Besatzungszone », in : Jérôme Vaillant (éd.), Französische Kulturpolitik in Deutschland 1945-1949, Constance, 1984, p. 23-41 ; Jacqueline Plum, Französische Kulturpolitik in Deutschland 1945-1955. Jugendpolitik und internationale Begegnungen als Impulse für Demokratisierung und Verständigung, Wiesbaden, 2007.

4 Michel Guervel, « Le BILD de Jean du Rivau à Joseph Rovan », in : Henri Ménudier (éd.) Le couple franco-allemand en Europe, Asnières, 1993, p. 299-313.

5 Alfred Grosser, « Emmanuel Mounier und das Comité Français d’échanges avec l’Allemagne nouvelle », in : Deutsch-Französisches Institut (éd.), Über die Freundschaft hinaus. Deutsch-französische Beziehungen ohne Illusionen, Stuttgart, 1988, p. 21-30.

6 Kirsten Hoyer, « Deutsche Jugendorganisationen und deutsch-französische Jugend-
kontakte in der Nachkriegszeit 1945-1955.
Ein Überblick », in : Lendemains. Études comparées sur la France. Vergleichende Frankreichforschung, 84, 1996, p. 110-125, ici p. 111-112.

7 Corine Defrance, « Éléments d’une analyse de la politique culturelle française en Allemagne à travers son financement, 1945-1955 », in : Revue d’Allemagne, 1991, p 499-518, ici, p. 499-502.

8 Statut d’occupation du 10 avril 1949, in : Europa-Archiv, 1949, p. 207-208.

9 Hans Manfred Bock, « Zur Perzeption der frühen Bundesrepublik Deutschland in der französischen Diplomatie: Die Bonner Monatsberichte des Hochkommissars André François-Poncet 1949 bis 1955 », in : Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, vol. 15 1987, p. 579-658, ici p. 642.

10 Corine Defrance, « Éléments d’une analyse de la politique culturelle française en Allemagne à travers son financement, 1945-1955 » (op. cit., note 7), p. 510-511 et p. 517 (tableau).

11 Sur la situation particulière des mouvements de jeunesse catholique, qui parvinrent à conserver des structures à caractère associatif jusqu’à la fin 1936 et eurent aussi pour partie un rôle d’opposant, voir Arno Klönne, « Jugend im Dritten Reich », in : Karl Dietrich Bracher, Manfred Funke, Hans‑Adolf Jacobsen (éds), Deutschland 1933-1945. Neue Studien zur nationalsozialistischen Herrschaft, 2e édition, Düsseldorf, 1993, p. 218-239 et 234-335.

12 Kirsten Hoyer, « Deutsche Jugendorganisationen und deutsch-französische Jugend-
kontakte in der Nachkriegszeit 1945-1955.
Ein Überblick » (op. cit., note 6), p. 114-116.

13 Hans Manfred Bock, Projekt deutsch-französische Verständigung. Die Rolle der Zivilgesellschaft am Beispiel des Deutsch-französischen Instituts in Ludwigsburg, Opladen, 1998, p. 94.

14 Ulrich Lappenküper, « Wilhelm Hausenstein – Adenauers erster Missionschef in Paris », in : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 43e année, 1995, p. 635-678, ici p. 662.

15 La Documentation française (Articles et documents), n° 0.125, 23 octobre 1957 (Accord culturel franco-allemand du 23 octobre 1954, article 5).

16 Marie Cécile Azam, « Annäherungen – Jugendtreffen und Städtepartnerschaften », in : Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland (éd.) : Vis-à-vis : Deutschland und Frankreich, Cologne, 1998, p. 103-110, ici p. 107.

17 Documents Diplomatiques Français (DDF) 1959, tome II, Doc. 233/III, p. 656-665, ici p. 664.

18 Ulrich Lappenküper, Die deutsch-französischen Beziehungen 1949-1963. Von der Erbfeindschaft zur Entente élémentaire, Munich, 2001, tome 2, p. 1711.

19 Une note contemporaine de Maurice Herzog préconise déjà le développement des rencontres de jeunesse en une coopération plus étroite des responsables de jeunesse des deux pays (note sur la coopération franco-allemande en matière de jeunesse : ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques (MAE), Série : Europe 1961-1965, Sous-série: Allemagne, vol. 1578).

20 Lettre du ministre français de l’éducation, Pierre Sudreau, au ministre des Affaires étrangères, Maurice Couve de Murville, du 3 septembre 1962 (ibid.).

21 Charles De Gaulle, Discours et messages: Pour l’effort. Août 1962 – Décembre 1965, Paris, 1970, p. 15-17, ici p. 16.

22 Konrad Adenauer, Erinnerungen 1959-1963. Fragmente, Stuttgart, 1968, p. 179-180.

23 Mémorandum du gouvernement français du 18 septembre 1962 « secret » (MAE, Europe 1961-1965, Allemagne, vol. 1598).

24 Mémorandum du gouvernement fédéral du 8 novembre 1962 (PA/AA, Referat 600, B 90, vol. 411 ; HStASt, EA 3/505, Nr. 327/1 ; traduction française : MAE, Europe 1961-1965, Allemagne, vol. 1598).

25 Note de la direction générale des Affaires culturelles & techniques du 21 novembre 1962 : « Note sur la réponse allemande du 6 [sic!] novembre au mémorandum français sur les questions éducation et jeunesse » (MAE, Europe 1961-1965, Allemagne, vol. 1665).

26 Projet de déclaration commune du chancelier de la République fédérale d’Allemagne et du président de la République française à la suite de la conférence des 21, 22 et 23 janvier 1963 à Paris (MAE, Europe 1961-1965, Allemagne, Bd. 1598).

27 Le seul changement concerna l’usage du fonds commun qui devait servir aux « échanges entre les deux pays d’écoliers, d’étudiants, de jeunes artisans et de jeunes travailleurs » (traité entre la République fédérale d’Allemagne et la République française sur la coopération franco-allemande, II C 2 ; Journal Officiel du 3 septembre 1963, p. 8029).

28 Hermann Kusterer, Der Kanzler und der General, Stuttgart, 1995, p. 316.

29 Ibid., p. 316.

30 Note sur l’entretien entre Heck et Herzog du 22 janvier 1963 (MAE, Europe 1961-1965, Allemagne, vol. 1600).

31 Jacqueline Plum, « Jugend und deutsch-französische Verständigung. Die Entstehung des Deutsch-Französischen Vertrages und die Gründung des Deutsch-Französischen Jugendwerkes », in : Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte 26/3, 1999, p. 77-108, ici p. 85.

32 Protocole de la réunion de la « Commission interministérielle française » du 18 février 1963 (MAE, Europe 1961-1965, Allemagne, vol. 1600).

33 Jacqueline Plum, « Jugend und deutsch-französische Verständigung. Die Entstehung des Deutsch-Französischen Vertrages und die Gründung des Deutsch-Französischen Jugendwerkes » (op. cit., note 31), p. 91.

34 Compte rendu de la réunion de la « Commission interministérielle française » du 22 avril 1963 (MAE, Europe 1961-1965, Allemagne, vol. 1600).

35 Jacqueline Plum, op. cit., p. 93-94.

36 Compte rendu de l’entretien du mardi 23 avril 1963 à 16 heures, au ministère allemand des Affaires étrangères (PA AA, Referat 600, B 90, Nr. 497).

37 Note sur la rencontre entre Sattler et Basdevant du 21 mai 1963 (PA AA, Referat 600, B 90, Nr. 547).

38 Jacqueline Plum, « Jugend und deutsch-französische Verständigung. Die Entstehung des Deutsch-Französischen Vertrages und die Gründung des Deutsch-Französischen Jugendwerkes » (op. cit., note 31), p. 94.

39 La direction des Affaires culturelles du ministère des Affaires étrangères se prononça pour Sarrebruck tandis que la direction politique préconisa Bonn. Le ministère fédéral de la Famille, jusqu’alors aussi en faveur de Bonn, ajouta Trèves à la liste des possibilités. (ibid., p. 94).

40 Projet du 10 juin 1963 (PA AA, Referat 600, B 90, Nr. 497) ; compte rendu de la séance de la commission interministérielle du 14 juin 1963 (Archiv für Christlich-Demokratische Politik (ACDP), Nachlass Friedrich Karl Vialon, 1-475-021/2).

41 Herzog avait été nommé secrétaire d’État le 11 juin 1963.

42 Lettre de Josef Jansen, directeur de la 2e section du ministère des Affaires étrangères, au ministre d’État Franz Heubl, président de la commission permanente des Länder sur les traités, datée du 24 juin 1963 (Bayerisches Hauptstaatsarchiv München (BayHStA), Staatsministerium für Unterricht, Kultus, Wissenschaft und Kunst, vol. 65911).

43 Accord portant création de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse entre le gouvernement de la République fédérale d’Allemagne et le gouvernement de la République française (Décret n° 63-791 du 31 juillet 1963 ; Journal Officiel du 4 août 1963, p. 7254-7255).

44 Ibid., p. 7255, Art. 13.

45 Ibid., p. 7255, Art. 11 et 12.

46 Ibid., p. 7254, Art. 6.

47 Comme les suppléants pouvaient aussi assister aux séances du conseil, dans les années qui suivirent, celles-ci rassemblèrent jusqu’à 40 membres soit un groupe relativement lourd. La réforme du 22 juin 1973 se saisit de ce problème. Il fut décidé que les suppléants ne participeraient aux réunions qu’en cas d’empêchement du titulaire (voir Henri Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse, Paris, 1988, p. 74).

48 La proposition de Franz Josef Röder, ministre-président de Sarre, du 2 août 1963, de faire de Sarrebruck le siège du secrétariat général fut écartée par le chancelier Adenauer (voir la lettre de Röder à Adenauer du 2 août 1963, le dossier de la chancellerie et la réponse d’Adenauer du 22 août 1963 : Bundesarchiv Koblenz (BA KO), B 136/15531).

49 Résolution de la 93e séance commune des ministres de l’éducation et des Cultes (Kultus-ministerkonferenz) à Hanovre les 14 et 15 février 1963 (BayHStA, Staatsministerium für Unterricht, Kultus, Wissenschaft und Kunst, Nr. 65911).

50 Débat du Bundesrat, minutes sténographiées, 254e séance du 1er mars 1963, p. 25 C.

51 Lettre du ministère allemand des Affaires étrangères du 8 février 1963 à la commission des Länder (HStASt, EA 3/505, Nr. 327/1, 24 ; HSTAD, Kultusministerium NW 69199, 3 ; BayHStA, Staatsministerium für Unterricht, Kultus, Wissenschaft und Kunst, vol. 65911).

52 Lettre du ministère allemand des Affaires étrangères (Josef Jansen) au président de la commission des Länder, le ministre d’État, Franz Heubl, 24 juin 1963 (BayHStA, Staatsministerium für Unterricht, Kultus, Wissenschaft und Kunst, vol. 65911).

53 Compte rendu de la séance de commission des Länder du mercredi 3 juillet 1963 à Bonn, p. 3 (BayHStA, Staatskanzlei, Nr. 13 142).

54 Ibid., p. 3.

55 Ibid., p. 3-4.

56 Lettre du ministre fédéral de la Famille et de la Jeunesse, Bruno Heck, au chancelier Adenauer, du 16 août 1963 (BA KO, B 136 /5531).

57 Lettre du secrétaire d’état français à la jeunesse et aux sports, Maurice Herzog, au chancelier Adenauer, 7 septembre 1964 (ibid.).

58 Décret du 11 septembre 1963 (Journal Officiel du 12 septembre 1963).

59 Lettre de Bruno Heck au secrétaire d’état à la chancellerie Hans Globke, 4 octobre 1963, p. 3 (BA KO B 136 /5531).

60 Présentation du directeur général Barth au cours de la séance de la commission des Länder du 5 septembre 1963 (minutes de la séance de la commission permanente des Länder sur les traités du jeudi 5 septembre 1963, à Bonn, p. 3 ‑ BayHStA, Staatskanzlei, vol. 13142).

61 Ibid., p. 2.

62 Lettre du chancelier Adenauer aux chefs de gouvernement des Länder, 8 septembre 1963 (BA KO, B 136 /5531).

63 Minutes de la séance de la commission des Länder du jeudi 5 septembre 1963, à Bonn, p. 7 (BayHStA, Staatskanzlei, Nr. 13142).

64 Télex des ministres-présidents à la chancellerie (BA KO, B 136 /5531).

65 Télex du ministre-président de Hesse au chancelier fédéral (ibid.).

66 Lettre de Heinrich von Bechtolsheim au secrétaire d’État à la chancellerie Hans Globke, 16 septembre 1963 (ibid.).

67 Compte rendu de la réunion des ministres-présidents du 3 octobre 1963, Bonn, Bundesrat (Landesarchiv Saarbrücken (LA SB), Staatskanzlei /MPK 1963 SB).

68 Télex du ministre-président de Sarre Franz Josef Röder au chancelier Konrad Adenauer, 3 octobre 1963 (BA KO, B 136 /5531).

69 Lettre de Bruno Heck au secrétaire d’État à la chancellerie Hans Globke, 4 octobre 1963, p. 3 (ibid.).

70 Ibid., p. 4.

71 Note de la chancellerie fédérale, 22 juin 1964 (BA KO, B 136 /5531).

72 Programme de la première session du conseil, les 29 et 30 octobre 1963 à Paris (PA AA, Referat 600, B 90, vol. 412).

73 Lettre d’Arnulf Klett, président du Congrès des maires allemands, à Ludwig Erhard, 10 janvier 1964 (BA KO, B 136/5531).

74 Lettre de Ludwig Erhard à Arnulf Klett, président du Congrès des maires d’Allemagne, 27 janvier 1964 (BA KO, B 136 /5531).

75 Lettre de l’Union fédérale des associations de communes à Bruno Heck, du 28 juillet 1965, citée dans une lettre du secrétaire d’État Heinrich Barth (ministère fédéral de la Famille et de la Jeunesse) à Reinhold Mercker (directeur général à la chancellerie fédérale), 4 août 1965 (ibid.).

76 Lettre de Heinrich Barth à Reinhold Mercker, 4 août 1965 (ibid.).

77 Note de la chancellerie fédérale à propos des entretiens au ministère fédéral de la Famille et de la Jeunesse du 12 novembre 1963 (ibid.).

78 Lettre du chancelier Erhard aux chefs de gouvernement des Länder du 5 octobre 1965 (ibid.).

79 Lettre du ministre-président de Bavière Alfons Goppel au chancelier Erhard, 26 octobre 1965 (ibid.).

80 Lettre du président de l’Union des communes allemandes (Deutscher Städtetag), Alfred Dregger, au chancelier Ludwig Erhard, datée du 2 juin 1966 (ibid.).

81 Lettre du chancelier Ludwig Erhard au président de l’Union des communes allemandes (Deutscher Städtetag), Alfred Dregger, datée du 19 septembre 1966 (ibid.).

82 En 1973, le nombre des membres du conseil fut porté à 28, celui des représentants de l’administration publique passant de quatre à six (Henri Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse (op. cit., note 47) p. 74).

83 « Un comité consultatif peut être constitué à l’initiative de chacun des gouvernements auprès de la section intéressée. Il a pour mission de donner un avis sur la mise en pratique du programme adopté par l’Office chaque fois que le directeur de la section l’estime nécessaire. La durée des fonctions de membre du comité consultatif est de deux ans. »

84 Minutes de la séance de la commission permanente des traités du jeudi 5 septembre 1963 à Bonn, p. 4 (BayHStA, Staatskanzlei, vol. 13142).

85 Minutes de la séance de la commission permanente des traités du mercredi 3 juin 1964 à Bonn (BayHStA, Staatskanzlei, Nr. 13142; HSTAD, Kultusministerium NW 257-99).

86 Minutes de la séance de la commission permanente des traités du mercredi 17 février 1965 à Bonn, p. 12 (BayHStA, Staatskanzlei, Nr. 13143).

87 Lettre de Franz Heubl, représentant de l’État libre de Bavière auprès des instances fédérales, au secrétaire d’État auprès du ministère fédéral de la Famille et de la Jeunesse, Heinrich Barth, datée du 18 février 1965 (ibid.).

88 Lettre de Heinrich Barth à Franz Heubl, 23 février 1965 (ibid.).

89 Ansbert Baumann, Begegnung der Völker? Der Élysée-Vertrag und die Bundes-republik Deutschland. Deutsch-Französische Kulturpolitik von 1963 bis 1969, Francfort/Main, 2003. p. 132-181.

90 Bundesanzeiger 110 du 21 juin 1969, p. 1 : Accord entre le gouvernement fédéral et les gouvernements des Länder pour la mise en œuvre du traité sur la coopération franco-allemande du 22 janvier 1963, Art. 15 : « Deux des représentants allemands des administrations au Conseil de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse ainsi que leurs suppléants seront nommés par le gouvernement fédéral sur proposition des gouvernements des Länder. Ils ne pourront être relevés de leur fonction sans l’accord des gouvernements des Länder. Le gouvernement fédéral devra aussi donner aux gouvernements des Länder la possibilité de s’exprimer sur les autres nominations. Cette disposition s’appliquera aussi à la nomination des six membres du Conseil et de leurs suppléants qui occupent des positions dirigeantes dans les organisations de jeunesse indépendantes, et à celle du secrétaire général de l’Office, de son suppléant et des directeurs des divisions [nationales]. Dans la mise en œuvre de l’accord sur l’Office franco-allemand de la Jeunesse du 5 juillet 1963, le gouvernement fédéral prendra garde que, par principe, l’Office ne fera que stimuler et soutenir les rencontres et les échanges de jeunesse sans en prendre lui-même la direction. »

91 Henri Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse (op. cit., note 47), p. 85.

92 Astrid Köstinger, Das Deutsch-Französische Institut in Ludwigsburg. Zur Geschichte, Struktur und Funktion einer Mittlerorganisation, Diplomarbeit, Kassel, 1991, p. 46.

93 Rapport d’activité de l’Institut franco-allemand pour l’année 1963 (ibid., p. 47).

94 Voir les multiples requêtes et demandes d’aide en rapport avec la création de l’Office, adressées au ministère des Affaires étrangères par les organisations les plus diverses (PA AA, Referat 600, B 90, vol. 497).

95 Note confidentielle du président de l’Institut franco-allemand Fritz Schenk au fonctionnaire gouvernemental Piazolo du ministère de l’éducation et des Cultes du Bade-Wurtemberg, 10 avril 1963, annexe 1 (HStASt. EA 3/505, vol. 327/2). Étaient présents à la réunion : Eitel Viktor Couchoud (ambassade d’Allemagne, Paris) ; Heinz Engelhard (Union internationale des maires pour le rapprochement franco-allemand et la coopération entre les peuples) ; Hans‑Heinz Krill‑Caspello (Office allemand d’échanges universitaires) ; Claus Müller‑Dahn (Fonds allemand pour la science) ; Fritz Schenk (Institut franco-allemand).

96 Ibid., annexe 5.

97 Lettre d’Alois Mertes (ambassade d’Allemagne à Paris) à Josef Jansen, 12 mars 1963 (HStASt, EA 3/505, Nr. 327/2).

98 Compte rendu des résultats des entretiens avec les représentants des principales organisations franco-allemandes du 28 mars 1963 au ministère des Affaires étrangères (BA KO, B 106 /34564).

99 Ibid., p. 1-2.

100 Note confidentielle du président de l’Institut franco-allemand Fritz Schenk au fonctionnaire gouvernemental Piazolo du ministère de l’éducation et des Cultes du Bade-Wurtemberg, 10 avril 1963, p. 3 (HStASt, EA 3/505, Nr. 327/2).

101 Ibid., p. 3.

102 Lettre de Fritz Schenk à Bruno Heck, 26 avril 1963 (HStASt, EA 3/505, Nr. 327/2).

103 Circulaire du président de l’Institut franco-allemand Fritz Schenk, mai 1963 (HStASt, EA 3/505, vol. 327/2).

104 L’Institut franco‑allemand prévoyait à l’origine d’évaluer les résultats en vue d’une nouvelle rencontre d’experts, le 12 juillet à Ludwigsburg (note du ministère de l’éducation et des Cultes du Bade-Wurtemberg du 12 juin 1963 : HStASt, EA 3/505, vol. 327/2).

105 Jacqueline Plum, « Erziehung zum Frieden. Das Deutsch-Französische Jugendwerk » in : Die politische Meinung, 2003, p. 48-54, ici p. 52.

106 Lettre au chancelier Adenauer du mouvement de jeunesse catholique du Land à Lüttringshausen, 5 juillet 1963 ; lettre au chancelier Adenauer du club de sport et de gymnastique de Ludwigstadt, 8 juillet 1963 (BA KO, B 136/5530).

107 Voir le dossier correspondant de la chancellerie fédérale (ibid.).

108 Protocole du comité de direction de l’Institut franco-allemand du 18 novembre 1963, p. 2 (voir Astrid Köstinger, Das Deutsch-Französische Institut in Ludwigsburg. Zur Geschichte, Struktur und Funktion einer Mittlerorganisation (op. cit., note 91), p. 47).

109 Ibid., p. 47.

110 Ibid., p. 47.

111 Dieter Tiemann, Deutsch-französische Jugendbeziehungen der Zwischenkriegszeit (op. cit., note 2), p. 375.

112 Roland Ray, Annäherung an Frankreich im Dienste Hitlers? Otto Abetz und die deutsche Frankreichpolitik 1930-1942, Munich, 2000; Rita Thalmann, « Du Cercle de Sohlberg au Comité France-Allemagne : une évolution ambiguë de la coopération franco-allemande », in : Hans Manfred Bock, Reinhart Meyer-Kalkus, Michel Trebitsch (éds) : Entre Locarno et Vichy. Les relations culturelles franco-allemandes dans les années 1930, Paris, 1993, p. 67-86.

Auteur

Né en 1967, historien, Université de Tübingen.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site