Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Première partie : L’Office franco-allemand pour la Jeunesse 1963-2008

Les racines de l’OFAJ dans la société civile

Les initiatives privées de rapprochement en République fédérale et en France de 1949 à 1964

Hans Manfred Bock
Traduction de Bernard Ludwig

Texte intégral

  • 1 Cf. l’étude de Stefan Zauner, Erziehung und Kulturmission. Frankreichs Bildungs-politik in Deutschl (...)
  • 2 Cf. ibid., p. 102 sq.
  • 3 Voir Corine Defrance, « éléments d’une analyse de la politique culturelle française en Allemagne à (...)

1Les effets de la nouvelle forme de relations culturelles entre Français et Allemands développée en zone française d’occupation dans les années 1945-1949, notamment par la section Jeunesse et Sports du gouvernement militaire et par des groupes privés engagés dans le rapprochement1, ne se manifestèrent pas immédiatement après la fondation de la RFA, mais agirent à plus long terme. À la fin de la période d’occupation militaire, les protagonistes des rencontres et de la communication bilatérales s’étaient regroupés en plusieurs associations : Bureau international de liaison et de documentation (BILD), Gesellschaft für übernationale Zusammenarbeit (GÜZ), Comité français d’échanges avec l’Allemagne nouvelle et Deutsch-Französisches Institut (DFI)2. D’autres poursuivirent leur travail (avec des moyens plus restreints3) jusqu’en 1955, dans le cadre du service culturel du haut-commissariat français.

  • 4 Sur le rôle de la « Mission Hausenstein » cf. surtout Peter Matthias Reuss, « Die Grün-dung eines d (...)

2Le fait qu’au début des années 1950 la République fédérale ne disposait ni d’une politique culturelle extérieure institutionnalisée ni d’une ambassade en France4 explique l’importance fonctionnelle des activités des organisations non officielles dans ce domaine. Début 1956, un diplomate, membre fondateur du DFI de Ludwigsburg, caractérisait ainsi le travail de ces organisations privées au service du rapprochement :

  • 5 Lettre de Hanns-Erich Haack à Fritz Schenk du 6 janvier 1956, archives de l’Institut franco-alleman (...)

Tous les spécialistes sont d’accord pour dire que l’Institut franco-allemand de Ludwigsburg, aux côtés de la Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit, qui maintenant a déménagé d’Offenburg à Cologne, a fait un travail très précieux pour le maintien et le développement des relations culturelles en France5.

  • 6 Sur ce point cf. Zauner, Erziehung und Kulturmission (op. cit., note 1), p. 312 sq.
  • 7 Elle rendit compte de la naissance de cette association dans : Die Bedeutung der privaten Initiativ (...)
  • 8 Sur ce point cf. Joseph Rovan, « Les associations de jeunes au service de l’entente franco-allemand (...)

3Jusqu’au milieu des années cinquante, en effet, d’anciens membres des services culturels de l’administration d’occupation retournèrent en France et y poursuivirent leurs efforts au profit des échanges et du dialogue franco-allemands, soit au sein d’administrations ministérielles, soit dans le secteur éducatif. Quelques exemples pour le premier cas de figure : Jean-Charles Moreau, ancien directeur du bureau de la Jeunesse du gouvernement militaire français, fut ensuite en poste à la direction générale des Affaires culturelles et techniques du ministère des Affaires étrangères, de même César Santelli, qui, venant du ministère de l’Éducation nationale, avait été chargé, en 1949, par le Quai d’Orsay d’une mission de politique culturelle en Allemagne et redevint par la suite inspecteur général de l’Instruction publique à Paris6, ou encore Geneviève Carrez, longtemps collaboratrice de Jean-Charles Moreau. Elle retourna, en 1954, dans l’enseignement secondaire à Besançon et y fonda une très active organisation internationale en faveur du rapprochement7. Elle montre, tout comme Joseph Rovan, comment l’impulsion donnée au rapprochement dans l’immédiat après-guerre se traduit dans les années 1950 par un patient travail quotidien dans le champ des échanges institutionnels et privés entre les deux pays. En 1948, Joseph Rovan, persécuté et déporté par le régime hitlérien, avait rejoint en tant que représentant de l’organisation de formation pour adultes « Peuple et Culture » le service culturel du gouvernement militaire à Baden-Baden puis du haut-commissariat à Mayence ; en 1954 il rentra à Paris pour y continuer son travail d’éducation sociale au service des relations franco-allemandes8.

  • 9 Comme première approche (quoique théoriquement et historiquement insuffisante)
    cf. Victoria Znined- (...)
  • 10 Les acteurs institutionnels comme le bureau du DAAD à Paris et l’Institut Goethe ne débu-tèrent leu (...)
  • 11 Ainsi par exemple l’expérience du publiciste francophile Paul Distelbarth à la fin des années 1940  (...)
  • 12 Sur ce point cf. le dossier de la revue Lendemains : « Deutsch-französische Kultur-beziehungen 1949 (...)

4Après la fondation de la République fédérale, une des principales tâches de la politique culturelle extérieure de la France était de créer en Allemagne occidentale, au-delà de l’ancienne zone française d’occupation, une base institutionnelle nécessaire aux échanges culturels et à la diffusion de la culture française. À l’époque où François-Poncet était haut-commissaire, cela fut fait surtout par la mise en place d’un réseau d’Instituts Français et d’autres institutions officielles assurant la présence culturelle de la France9. Sur ce plan des relations socioculturelles avec la France, la tâche prioritaire pour la République fédérale était, au seuil des années 1950 – ne serait-ce qu’à cause du petit nombre d’acteurs officiels disponibles10 –, de développer et de stabiliser les organisations capables de susciter l’intérêt pour la France et d’établir les contacts avec elle. Alors qu’il était encore difficile en principe pour des Allemands, jusqu’en 1948-1949, de prendre eux-mêmes l’initiative de nouer des contacts11 sans y être invités par les Français, de nouvelles structures d’échanges naquirent dans la société allemande au cours des années 1950. Elles aidèrent à dépasser ce seuil d’inhibition. Des partenariats franco-allemands de communes, d’écoles et d’universités ainsi que des Deutsch-Französische Gesellschaften12 furent créés – en règle générale (avec des exceptions cependant) sur initiative allemande – et rejoignirent les rangs des organisations de rapprochement plus anciennes (Comité français d’échanges, BILD, GÜZ, DFI, etc.). Le maillage de communication et de relations franco-allemandes se densifia ainsi essentiellement à l’initiative de la société civile.

Le regroupement des organisations d’échanges non officielles, gage de leur efficacité politique

  • 13 En complément, la synthèse de Hans Manfred Bock, « Kalter Krieg und „deutsche Gefahr“. Politisch-ge (...)
  • 14 Bernd Van Deenen, « Die Vereinigung Deutsch-Französischer Gesellschaften in Deutschland und Frankre (...)
  • 15 Cf. Ulrich Barth, « Der CarolusMagnusKreis und seine Funktion im deutsch--französischen Assistent (...)
  • 16 Cf. Corine Defrance, « Les relations universitaires entre la République Fédérale d’Allemagne et la (...)

5Le réseau des institutions de médiation socioculturelle entre la République fédérale et la France resta encore peu dense dans la première moitié des années 1950, ne serait-ce qu’à cause des débats autour de la CED qui avaient réveillé les anciennes inimitiés. Après les accords de Paris et surtout après le règlement de la question sarroise, aussi bien le nombre des agences de rapprochement que le volume des programmes de rencontres s’accrurent sensiblement13. Dans cette phase d’expansion des organisations privées de médiation, on a cherché, de diverses parts, à rassembler sur le plan fédéral les institutions nées d’initiatives locales ou régionales pour promouvoir les relations franco-allemandes ; l’objectif de ces efforts de fédération était de toute évidence de soulager les organisations de base, de multiplier les nouvelles créations et surtout de pouvoir représenter en commun leurs buts et leurs intérêts à l’extérieur. Dans la plupart de ces tentatives de fédération des organisations privées, l’initiative vint du côté allemand. Mais généralement, le succès des efforts pour créer des organisations centrales en République fédérale a conduit à des créations parallèles en France. C’est le cas par exemple pour la Vereinigung Deutsch-Französischer Gesellschaften, à laquelle correspondait en France la Fédération des associations franco-allemandes14, ou le Carolus-Magnus-Kreis, rejoint en France par l’Association des anciens lecteurs, assistants et boursiers français en Allemagne15, ou encore la Deutsch-Französische Rektorenkonferenz16; toutes ces structures fédératives naquirent dans la seconde moitié des années cinquante.

  • 17 Le sigle APIIBB, choisi ici, n’était pas courant pendant l’existence de l’Arbeitskreis et est utili (...)

6L’Arbeitskreis der privaten Institutionen für internationale Begegnung und Bildungsarbeit, fondé en 1954 à l’instar d’une fédération déjà existante en France et ayant le même but, est une de ces tentatives pour fédérer des organisations privées de médiateurs en RFA. Discret lors de sa fondation et dans son travail, il a été ignoré jusqu’à présent. Pour plusieurs raisons cependant, ce type d’organisation est d’un grand intérêt pour comprendre les spécificités structurelles des relations socioculturelles entre la République fédérale et la France au seuil des années 1960 et donc aussi pour saisir le contexte sociétal dans lequel a eu lieu la création de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse. La première raison pour examiner de plus près l’Arbeitskreis der privaten Institutionen (APIIBB)17 réside dans le fait que la tentative qu’il a faite, pendant plusieurs années, de fédérer toutes les associations privées agissant dans le contexte franco-(ouest-)allemand donne un aperçu unique de la mouvante diversité de ce milieu travaillant au rapprochement franco-allemand au sein de la société civile. La deuxième raison de s’intéresser à cette tentative de fédération tombée dans l’oubli est qu’elle fait apparaître avec une clarté particulière une nouvelle conception des relations culturelles internationales, apparemment consensuelle vers la fin des années 1950, qui peut se résumer par la « notion élargie de culture ». Troisièmement, cet Arbeitskreis mérite une analyse plus approfondie dans l’histoire des relations culturelles bilatérales, parce que, dans ses activités et ses réflexions, s’affirmait le désir de rapprocher les organisations privées au service de l’entente des institutions publiques de la politique culturelle extérieure. Or, on peut y voir l’anticipation d’une caractéristique, qui allait jouer un grand rôle dans la conception du futur conseil d’administration de l’OFAJ.

  • 18 Bock (éd.), Projekt deutsch-französische Verständigung (op. cit., note 1), p. 96 sq.
  • 19 Sur les origines de l’accord cf. Ulrich Lappenküper, « ,,Sprachlose Freundschaft“? Zur Genese des d (...)
  • 20 Cf. Horst Möller, Klaus Hildebrand (éds), Die Bundesrepublik Deutschland und Frankreich. Dokumente (...)

7L’APIIBB fut créé en mars 1954 avec la participation déterminante de Winfried Böll, expert des échanges internationaux, et du directeur du DFI de Ludwigsburg, Fritz Schenk. Deux raisons jouèrent un rôle lors de sa fondation. D’une part, le directeur du DFI avait, dès la création de l’Institut en 1948-1949, caressé l’espoir que ce lieu de rencontre franco-allemand situé en zone d’occupation américaine puisse devenir une instance de coordination supra-régionale pour des entreprises similaires18. Puis les organisations d’échange privées eurent l’impression, en particulier après l’accord culturel franco-allemand d’octobre 1954 – conclu parallèlement aux accords de Paris19 –, que désormais les relations culturelles et sociétales entre les deux pays allaient principalement être régies par l’État, et elles craignaient aussi de perdre par là le quasi monopole qu’elles avaient exercées en la matière depuis la fin des années 1940, ainsi que les subsides qui y étaient liés. On avait en effet, d’une part, conféré à la « commission mixte permanente » prévue par l’accord culturel du 23 octobre 1954 (art. 16) le pouvoir de décider de l’opportunité de subventionner une partie des manifestations culturelles (art. 9). D’autre part, les catégories à favoriser dans les échanges, selon l’art. 3 (« professeurs, intellectuels, lecteurs, assistants ainsi que les dirigeants responsables de groupes culturels non universitaires »)20, ne correspondaient pas aux priorités des associations déjà actives depuis plus longtemps dans les échanges franco-allemands. La crainte de voir leur marge de manœuvre diminuée et d’être d’une façon générale réduites à un rôle de second plan à cause de l’accord intergouvernemental, et ce, malgré les succès de leur travail, était partagée par la plupart de ces associations. Mais, comme la constitution de la commission mixte s’avéra très difficile et que son travail, qui ne débuta qu’en mars 1957, se révéla pratiquement peu contraignant, la principale raison de la constitution de la fédération (APIIBB) fut bientôt caduque et son activité se ralentit en conséquence au tournant des années 1950-1960. Elle restait cependant un forum pour discuter avec les représentants de l’État de la politique culturelle extérieure. Ainsi les organisations privées participaient en quelque sorte à la définition des relations bilatérales des sociétés et des cultures. La fédération assura aussi la représentation de leurs intérêts et les défendit par un lobbying suivi auprès des élus au Bundestag à Bonn et par le contact avec les représentants de l’administration ministérielle.

  • 21 Die Bedeutung der privaten Initiative für die deutschfranzösische Verständigung (op. cit., note 7) (...)
  • 22 « Liste der französischen Organisationen. Mitglieder des ”Comité de coordination des Associations d (...)

8La phase constitutive de l’Arbeitskreis s’étendit de mars 1954 à mai 1957. Même si le nom de la fédération se réfère aux « rencontres et à la formation internationales » en général, le travail de rapprochement avec la France eut dès le départ un caractère d’exemplarité. Un des premiers présidents de l’Arbeitskreis, le directeur du DFI de Ludwigsburg, rappela que, lors du premier colloque (en janvier 1955) à Ludwigsburg, c’est déjà à partir du « modèle France-Allemagne » que « […] les différentes formes de l’échange » avaient été l’objet des discussions21. En mai 1955, l’Arbeitskreis rencontra les responsables du Comité de coordination des associations d’échanges internationaux à Marly-le-Roi. Cette institution disposait déjà d’une plus longue expérience tant organisationnelle que pédagogique en matière d’échanges internationaux d’adultes et de jeunes. Ce comité, dont le siège était à Paris, comprenait à l’époque quinze organisations membres, parmi lesquelles certaines existent encore aujourd’hui, tandis que beaucoup d’autres ont disparu22. Elles mettaient clairement l’accent sur le travail en faveur des jeunes : Éducation et échanges, présidents : M. Debré, Ph.  Viannay ; Accueil familial des jeunes étrangers, présidents : Mme Devaud, Mme Dausset ; Association internationale des étudiants en sciences économiques et commerciales, présidents : M. Herscher, P.  Rose ; Entr’aide universitaire française, présidents : B.  Dorival, Appia ; Fédération française des maisons des jeunes et de la culture, présidents : A. Philip, Léger ; Jeunesse et reconstruction, présidents : A. Rosier, E. Rossignol ; Organisation centrale des camps et activités de jeunesse, présidents : M.  Cayron, A. Guignand. Dans les activités de rencontres transnationales d’adultes et d’intellectuels, deux organismes membres du Comité de coordination des associations d’échanges internationaux se sont particulièrement distingués : le Centre d’échanges internationaux (président : R. Millot, H. Dufresne) dans le 3e arrondissement de Paris et le Cercle culturel de Royaumont, prestigieux lieu de débats philosophiques et artistiques au nord de Paris. Tandis que toutes ces associations françaises concevaient les contacts et les échanges avec l’étranger sur la base du multilatéralisme, il existait déjà au milieu des années 1950 un nombre considérable d’organisations qui s’occupaient de façon occasionnelle ou permanente d’établir des relations bilatérales entre la France et la République fédérale. La visite exploratoire du délégué de l’Arbeitskreis en France, en mai 1955, servit aussi à prendre connaissance de cet ensemble, déjà difficile à démêler, d’institutions à l’œuvre dans la société. Il permit ainsi de préparer le grand congrès des délégués français et allemands d’associations internationales d’éducation de jeunesse et d’adultes qui eut lieu en mai 1957 à Ludwigsburg et qui fut de toute évidence le sommet des activités de l’Arbeitskreis. C’est seulement après ce colloque que l’Arbeitskreis, à l’occasion d’une réunion à Bonn, le 2 septembre 1957, entreprit de se constituer juridiquement sous la forme d’une association inscrite au registre des associations à Cologne.

9Les statuts qui furent adoptés lors de cette rencontre des présidents des associations membres comportaient les règles essentielles suivantes. Pour pouvoir être membre de l’Arbeitskreis, les associations devaient prouver qu’elles étaient privées, n’avaient pas de buts lucratifs et œuvraient pour l’entente entre les peuples :

  1. Elle doit être privée, c’est-à-dire indépendante, et agir de sa propre initiative ;

  2. elle doit être à but non lucratif au sens de la loi sur l’impôt et correspondre [dans] ses objectifs au §12 des directives sur les associations d’utilité publique édictées par le ministère fédéral des Finances ;

    • 23 Parmi les associations encore actives aujourd’hui, on compte par exemple l’Association internationa (...)

    ses missions doivent être de favoriser les rencontres internationales, de travailler à ce que les peuples apprennent à mieux se comprendre et à ce que se développe un esprit tolérant et supranational dans tous les domaines de la vie culturelle23.

10L’action de l’Arbeitskreis fut définie de la façon suivante : Il devait « avoir pour objectif de préparer, de réaliser et d’exploiter des manifestations dans le domaine culturel et éducatif, international et supranational ».

  • 24 « Satzung des Arbeitskreises der privaten Institutionen für internationale Begegnung und Bildungsar (...)

L’Arbeitskreis sert à échanger des expériences, à s’informer mutuellement et à délimiter les domaines d’intervention. Plus généralement, la fédération représente les intérêts communs et l’opinion des membres sur les questions fondamentales pour le travail international culturel et éducatif au sens large. L’Arbeitskreis a pour objectif en particulier de garantir au travail de ses membres la sécurité et les ressources matérielles suffisantes, tout en respectant leur entière liberté et leur responsabilité propre. L’Arbeitskreis soutient essentiellement des échanges de groupes et individuels24.

  • 25 Ibid., § 3 et 4.

11Ces statuts énoncent clairement les deux raisons principales du regroupement. Il s’agissait d’éviter toute instrumentalisation politico-administrative ou partisane des organisations de rapprochement privées, tout comme on essayait de garantir, voire d’améliorer, l’accès à des ressources (financières) publiques. Lors du colloque de Bonn, les présidents de deux autres associations membres furent désignés pour succéder au directeur du DFI comme président de l’Arbeitskreis. Le nouveau président, Walther Karbe, collaborateur de la Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik, un organisme de conseil politique à Bonn, représentait sans doute le Europäischer Austausch-dienst e.V. de Francfort-sur-le-Main. Son suppléant était Eitel-Victor Couchoud, gérant de la Gesellschaft für übernationale Zusammenarbeit (GÜZ). L’Arbeitskreis tint encore, à la fin des années 1950 et dans les années 1960, une série de colloques relativement importants sur des questions concernant les échanges internationaux culturels et sociaux. Il resta en contact épisodique avec son pendant français, le Comité de coordination des associations d’échanges internationaux, jusqu’à la dissolution de celui-ci fin 1971. Il connut de son côté une situation très précaire au début des années 1970, à cause de la baisse d’activité des associations membres. Mais il continua de subsister formellement avec cependant – surtout à partir du milieu des années 1970 – une capacité d’initiative réduite, jusqu’à sa radiation du registre des associations en 200225.

L’éventail des organisations privées dans les échanges franco-allemands au seuil des années 1960

  • 26 Sur ce point, voir les remarques de Katja Marmetschke, « Mittlerpersönlichkeiten. Neuere biographis (...)

12Si la tentative entreprise par l’Arbeitskreis de fédérer les organisations privées de médiation pour en faire des acteurs politiques se focalisait à ce point sur les relations franco-(ouest-) allemandes, c’était parce qu’au cours des années 1950, ce fut surtout dans ce secteur des échanges transnationaux que se constituèrent les organisations les plus nombreuses et les plus durables. Toutefois, les associations nées en RFA et en France ne reposaient pas toutes sur des fondements solides, et certaines disparurent ou fusionnèrent rapidement après leur naissance. L’on peut mentionner au moins trois conditions sociologiques à la pérennité des organisations d’échange. En règle générale, la stabilité d’une telle organisation dépend très étroitement de l’engagement indéfectible d’individus doués d’un talent prononcé pour la communication et d’une aussi bonne aptitude à l’intégration ; des personnes qui, souvent, considèrent cette activité de médiateur comme l’œuvre de leur vie26. L’expérience montre que les structures socioculturelles dans le domaine international attirent assez souvent aussi des personnes qui agissent par opportunisme politique ou principalement par besoin de reconnaissance personnelle ; leur engagement est révocable et les actions qu’ils entreprennent sont par conséquent éphémères. Un deuxième facteur pour la stabilité des institutions transnationales de rencontre est à chercher dans leurs affinités avec certains groupes sociaux ou certains mouvements plus vastes (par exemple, les mouvements pour l’unité européenne dans le cas des associations franco-allemandes) : l’identité au moins partielle des objectifs garantit un soutien matériel et moral. Enfin, la troisième condition d’un travail associatif dans la durée est la reconnaissance de principe et le soutien du pouvoir politique et de l’administration, car c’est justement dans le cadre des relations transnationales entre les sociétés que les options de politique étrangère d’un gouvernement peuvent être favorisées ou contrariées.

  • 27 Ce fut par exemple l’association DGAP, proche des milieux politiques, qui fut prise en considératio (...)
  • 28 Elles sont présentées dans la brochure Arbeitskreis privater Institutionen für inter-nationale Bege (...)

13Les conditions évoquées pour la stabilité et la continuité des associations travaillant dans le domaine transnational sont toutes réunies dans les organisations franco-allemandes ; mais la disparition d’une de ces conditions peut signifier la fin de la structure concernée (en règle générale déjà fragile au niveau du personnel et des conditions matérielles). Cette instabilité structurelle des organisations travaillant à l’international peut expliquer pourquoi elles n’ont jusqu’à présent guère retenu l’attention des chercheurs27. Cependant la liste des associations membres de l’Arbeitskreis et de leurs partenaires français permet d’embrasser l’éventail des organisations franco-allemandes à la fin des années 1950 et de tenter d’en recenser les activités dans le domaine de la politique de la jeunesse. Des neuf associations fondatrices de l’Arbeitskreis28, le DFI et la GÜZ étaient complètement centrés sur la France ; pour la Deutsche Auslandsgesellschaft Lübeck et la Carl Duisberg-Gesellschaft für Nachwuchsförderung e.V., la France était un des objectifs de leur travail de médiation à côté d’autres pays d’Europe occidentale. L’Institut für Internationale Begegnung e.V. (Bonn), créé au début des années 1950, l’Europäischer Austauschdienst e.V. (Francfort-sur-le-Main), né en 1952, et le Bund für internationale Kulturarbeit e.V. (Reutlingen) n’affichaient qu’une faible spécialisation en ce qui concerne le ou les pays visés. Seuls deux organisations ciblaient prioritairement les pays anglo-saxons : la Deutsch-Englische Austauschstelle (GER) e.V. (Bonn) et l’Experiment. Vereinigung für praktisches Zusammenleben der Völker e.V. (Bonn), en fait la section allemande de l’association créée aux États-Unis Experiment in International Living et déjà présente dans environ vingt pays. Toutes les associations s’occupaient de mettre sur pied des échanges individuels et collectifs ; certaines essayaient aussi d’informer au-delà des frontières de leur Land par le biais de revues (GÜZ avec Dokumente, le DFI avec la collection de livres Deutschland – Frankreich. Ludwigsburger Beiträge zum Problem der deutsch-französischen Beziehungen, la Lübecker Auslands-gesellschaft avec le périodique Ausblicke). Quatre des neuf associations considéraient clairement le travail en faveur de la jeunesse comme leur priorité, deux autres (l’Europäischer Austauschdienst et la Lübecker Auslandsgesellschaft) invitaient avec insistance les jeunes à participer à leurs programmes. La GÜZ mettait nettement l’accent sur les parties de son programme consacrées à la jeunesse :

  1. Échange international de jeunes dans les secteurs suivants : a) Échange individuel de famille à famille, b) Hébergement dans une famille, au pair ou comme hôte payant, c) Échange de stagiaires, d) Échange de groupes, e) Voyages et rencontres de groupe.

    • 29 Ibid., p. 1.

    […] Séminaires de travail et voyages d’étude […] pour étudiants29.

14Le programme à destination des jeunes de la Deutsch-Englische Austausch-stelle (GER) était en revanche très spécialisé. L’association prévoyait :

  • 30 Ibid., p. 6.

2. d’organiser la participation d’étudiants allemands aux camps d’aides à la moisson du ministère britannique de l’Agriculture. Les étudiants seront pris en charge par la branche britannique et auront la possibilité d’être hébergés dans des familles britanniques (en 1954 : 497 étudiants de 63 établissements d’enseignement supérieur dans 17 camps)30.

  • 31 Elsie Kühn-Leitz, « So fing es an. Gründung und Zusammenschluß Deutsch-Franzö-sischer Gesellschafte (...)
  • 32 Pour l’entre-deux-guerres cf. Ina Belitz, Befreundung mit dem Fremden. Die Deutsch-Französische Ges (...)
  • 33 Cf. Nass (éd.), Elsie KühnLeitz (op. cit., note 14), p. 388 sq.
  • 34 Liste der privaten zwischenstaatlichen deutsch-französischen Vereinigungen im Bundes-gebiet, archiv (...)
  • 35 Cette organisation, qui défendait une conception fédéraliste de l’Europe et avait son siège à Stutt (...)
  • 36 Il est remarquable que ces associations ne furent pas créées seulement après la « crise purificatri (...)

15Jusqu’en 1957, quelques autres associations d’échange rejoignirent encore l’Arbeitskreis, notamment un Informationsbüro für internationale Begegnungen à Berlin et l’Internationaler Arbeitskreis Sonnenberg, actif dans la région de Braunschweig-Wolfenbüttel. Schenk, qui présida l’Arbeitskreis pendant un certain temps, fit aussi enregistrer des organisations qui existaient en dehors de la fédération parce que son objectif à long terme était de fédérer toutes les associations privées. Dans ce domaine, la Vereinigung Deutsch-französischer Gesellschaften (VDFG), préparée depuis février 1956 et officiellement créée en juin 1957, apparaissait comme une entreprise parallèle et concurrente. Cette fédération avait été créée par la fille d’un industriel de Hesse, directement encouragée, à titre privé, par le chancelier Adenauer31. Vraisemblablement, ce fut cette proximité avec le milieu chrétien-démocrate qui explique l’hostilité du directeur du DFI. L’Arbeitskreis devait en effet, de par ses statuts, agir en dehors de tout lien avec des partis politiques. De surcroît les Deutsch-französische Gesellschaften représentaient un type d’organisation qui reposait traditionnellement sur des milieux de l’élite cultivée32 : or ceux-ci ne devaient plus être les seuls, ni même les principaux groupes cibles dans la stratégie des organisations membres de l’Arbeitskreis. À côté des 21 Sociétés franco-allemandes qui se fédérèrent en 1957 à Wetzlar33, il y eut sept « associations et sociétés dont le travail ne se limite pas à la France, mais qui tiennent pourtant largement compte des questions franco-allemandes et qui ne font pas partie de l’Arbeitskreis »34. C’était le cas du Carolus-Magnus-Kreis. Vereinigung ehemaliger Lektoren, Assistenten und Studenten in Frankreich (siège : Ludwigsburg, président : R.  Hoffmann), la Gesellschaft für Auslandskunde (siège : Munich, président : Lenz), le Auslandsinstitut der Stadt Dortmund (président : Stephan Albring), la Internationale Bürgermeisterunion für deutsch-franzö-sische Verständigung und europäische Zusammenarbeit35, la Deutsch-französische Juristenvereinigung (siège : Dietz/Lahn, président : C.  Roediger, juge constitutionnel), la Deutsch-Französische Gemeindepart-nerschaft (siège : Ettlingen, président : A. Bran) et le Bayerischer Jugendring (siège : Munich, président : Fortunat Weigel). Si toutes ces organisations sont proches de l’Arbeitskreis ce n’est de toute évidence pas le fait du hasard : c’est parce que les promoteurs de l’Arbeitskreis les considèrent par principe comme des initiatives de même inspiration et comme des membres potentiels. L’ensemble des 38 associations régionales regroupées en 1957-1958 dans la VDFG et l’Arbeitskreis, ou au moins proches d’eux, prouve en tout cas l’étendue de l’éventail d’organisations d’échanges privées qui, à la fin des années 1950, s’occupaient exclusivement ou en partie des échanges entre la France et l’Allemagne36.

  • 37 Cf. sur ce point mon étude : Bock, Projekt deutsch-französische Verständigung (op. cit., note 1), p (...)

16En France aussi un nombre non négligeable d’organisations d’échange s’étaient constituées à cette époque, à l’initiative de la société civile. En dehors des quinze associations membres du Comité de coordination des associations d’échanges internationaux, avec qui les fondateurs de l’Arbeitskreis étaient en contact suivi, d’autres associations apparaissaient de façon plus que sporadique dans les programmes d’échange entre la France et l’Allemagne. Parmi ces vingt acteurs transnationaux qui n’appartenaient pas au Comité de coordination, c’était surtout le Comité français d’échanges avec l’Allemagne nouvelle (présidents : Jean Schlumberger et Edmond Vermeil, secrétaire général : Alfred Grosser), qui entretenait des relations privilégiées avec le DFI de Ludwigsburg37. Quatre autres organismes de ce genre concentraient leurs activités sur les échanges bilatéraux :

  • le Comité d’études allemandes (président : Roger Millot, secrétaire générale : Mlle Weydert, siège : Paris) ;

  • le Comité français d’accueil et d’échanges avec l’Allemagne (président : général Béthouard, secrétaire général : Delobel, siège : Paris) ;

  • le Bureau de liaison franco-allemand (président : M. J. Bassot, délégué général : Roland Muesser, siège : Paris)

  • le Bureau franco-allemand de liaison et de documentation (président : J.-J. Baumgartner, siège : Lyon).

17Toutes les autres associations s’occupaient en principe d’organiser des échanges internationaux avec plusieurs pays. La plupart d’entre elles étaient des organismes créées à cet effet par des institutions de formation, des groupes de pression, syndicaux ou autres, et par des organisations de loisirs. Pour la première de ces trois catégories, on peut compter les offices suivants :

  • le Cité-Club universitaire (président : J. Gilibert, secrétaire général : Bastard, siège : Paris) ;

  • l’Association franc-comtoise de culture (président : Risset, secrétaire : Geneviève Carrez, siège : Besançon) ;

  • la Ligue française de l’Enseignement. Office central des œuvres laïques à l’étranger (président : A. Bayet, Pierre Olivier Lapie, siège : Paris) ;

  • le Centre d’entraînement aux méthodes d’éducation active (président : M.  Kergomard, délégué général : Laborde, siège : Paris).

18Dans la catégorie des organismes assurant les contacts vers l’étranger pour le compte des grands groupes de pression, les suivants étaient particulièrement actifs dans le domaine franco-allemand :

  • le Conseil français des mouvements de jeunesse (président : Castagnet, secrétaire général : Paul Rendu, siège : Paris) ;

  • le Comité national d’action jeune du mouvement européen (président : André Philip, secrétaire général : J. Eugène, siège : Paris) ;

  • le Conseil des communes d’Europe (président : Gaston Defferre, secrétaire : Bareth, siège : Paris) ;

  • l’Union internationale des maires (président : Alain Poher, secrétaire : R.  Lafosse, siège : Paris) ;

  • les deux syndicats Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) et Confédération générale du travail-Force ouvrière (CGT-FO), ayant toutes deux leur siège à Paris.

19Au seuil des années 1960, les organisations de loisirs suivantes travaillant en France entretenaient des rapports avec la République fédérale :

  • l’Office du tourisme universitaire (président : Mlle Aviet, siège : Paris) ;

  • l’Union française des colonies de vacances (catholique) : (secrétaire général : Stassinet, siège : Paris) ;

  • le Comité protestant des colonies de vacances (président : pasteur Lesnebach, secrétaire général : Walter, siège : Paris) ;

  • l’Union nationale des centres de montagne (président : Tulbin, secrétaire général : Franco, siège : Paris).

20Lorsqu’on additionne les associations membres du Comité de coordination des associations d’échanges internationaux à Paris et les autres structures d’échange citées ici pour l’espace franco-allemand, on arrive presque au même total (35) que le nombre d’organismes d’échanges bilatéraux connus en République fédérale (38). La différence structurelle la plus marquée de ces organisations de rapprochement est qu’en Allemagne leur rayon d’action était local ou régional, alors qu’en France presque toutes les organisations étaient centrales et avaient leur siège à Paris. Des 35 associations en France, six, appartenant au Comité de coordination des associations d’échanges internationaux, mettaient clairement l’accent sur le travail en faveur de la jeunesse ; sur les associations restantes, huit au moins, d’après leurs noms, avaient les jeunes pour principale cible.

  • 38 Elles sont enregistrées dans les archives de l’APIIBB, classeur 1 : Liste der französischen Organis (...)

21Le grand congrès réuni en mai 1957 à Ludwigsburg, à l’invitation de l’Arbeitskreis, fut la plus vaste rencontre de toutes ces associations d’échange privées en République fédérale et en France. Du côté allemand, 31 organisations étaient représentées au congrès par 43 délégués, tandis que 33 participants représentant 25 organisations étaient venus de France. Les délégués français appartenaient presque sans exception aux associations membres du Comité de coordination des associations d’échanges internationaux ou aux 20 organisations d’échanges internationaux entre la France et la RFA38. Les participants allemands se recrutaient parmi les associations de l’Arbeitskreis, mais l’on comptait également trois représentants des Deutsch-Französische Gesellschaften (Gießen, Heidelberg et Stuttgart) ou d’autres associations ayant des objectifs pédagogiques internationaux (comme le Deutscher Volkshochschulverband notamment). Les deux thèmes centraux de cette tentative des associations d’échange franco-allemandes pour clarifier leurs positions et leurs objectifs étaient d’une part la notion de culture, qui devait déterminer autant les objectifs d’apprentissage que les méthodes de ces rencontres internationales et, d’autre part, la clarification des rapports entre les agences privées d’échange et les représentants institutionnels de la politique culturelle extérieure.

La « notion élargie de culture » comme base du consensus des organisations privées d’échange en République fédérale et en France

22Lors des débats du colloque de Ludwigsburg, en mai 1957, les délégués français tout comme les Allemands se référaient à une notion de culture plus large, notamment, que celle qui avait cours dans l’entre-deux-guerres : elle ne devait plus se limiter aux élites culturelles et aux réalisations de la « haute culture » des deux pays, mais englober de plus larges secteurs de la population et des manifestations culturelles prises dans un sens plus large. Il est remarquable que dans presque toutes les contributions une sorte de consensus régnait d’emblée à ce sujet. Si l’on veut remonter à la source de cette « notion élargie de culture », on constate que tous les indices concordent pour la situer dans l’entourage du Comité français d’échanges avec l’Allemagne nouvelle, marqué par le personnalisme d’Emmanuel Mounier. Celui-ci avait expressément rappelé dans un texte programmatique paru dans le bulletin de l’association que les principes qui avaient présidé au rapprochement franco-allemand dans l’entre-deux-guerres, visant à approfondir la communication entre les seules élites, ne pouvaient plus être aujourd’hui une stratégie appropriée pour un renouveau des relations entre les deux peuples. Son mot d’ordre pour l’avenir de ces relations était entre autres :

  • 39 Emmanuel Mounier, « Présentation », in : Allemagne. Bulletin d’information du Comité français d’éch (...)

Il faut mettre Français et Allemands en situation de réaliser des œuvres communes, depuis un camp d’écoliers jusqu’à la paix du monde […] Mais nous soulignons que nous comptons avant tout sur la jeunesse allemande, quelles qu’aient été hier ses illusions, si elles ont été généreuses, car il s’agit avant tout d’avoir, dans le temps qui vient, le cœur hardi et pas trop de nostalgie39.

23Le secrétaire général du comité fondé par Mounier décrivit plus concrètement encore une alternative au modèle devenu inutilisable pour les efforts en faveur des échanges et rencontres franco-allemands :

  • 40 Alfred Grosser, « Rencontres et échanges », in : Allemagne 2 (1949).

L’autre conception est celle de contacts en profondeur s’adressant aussi bien aux mouvements de jeunesse qu’aux écrivains et artistes, aux syndicats qu’aux universités. Une telle action peut être particulièrement utile si elle s’exerce sur ce qu’on appelle en Allemagne « la jeune génération », c’est-à-dire les jeunes gens entre 18 et 30 ans environ. […] Il semble bien qu’il nous soit possible d’aligner dans les secteurs les plus divers de la vie sociale, intellectuelle et spirituelle, des personnalités ou des groupes susceptibles d’apporter à leurs interlocuteurs allemands non seulement un élargissement de leurs perspectives mais bien souvent des techniques d’action mises au point pendant les quinze dernières années et par suite ignorées d’eux. Les participants français ont, de leur côté, beaucoup à apprendre eux aussi de ces rencontres40.

24La conception des échanges transnationaux que l’on peut reconnaître ici – et qui, comme Grosser le rappelle à juste titre dans son article, a joué un grand rôle dans l’action culturelle de l’administration française d’occupation – comprenait les idées directrices suivantes : les organisateurs des rencontres bilatérales devaient réunir des groupes et des personnes appartenant à divers secteurs d’activité de la société, qui pourraient se rapprocher les uns des autres sans grandes phrases, en discutant de problèmes et d’espoirs qu’ils partagent dans leurs vies respectives. Au lieu d’une « propagande culturelle » nationale dans le pays partenaire, cherchant à donner une image bien définie de sa propre identité et de celle de l’autre, il faut créer, grâce aux échanges organisés à titre privé, un espace d’expérience inter- et supranational, dans lequel les points communs seraient davantage mis en avant que les différences. Compte tenu de la diversification des groupes sociaux impliqués dans les échanges franco-allemands, il ne faut plus centrer le dialogue transfrontalier sur les éléments canoniques des cultures nationales, mais essayer de communiquer aux partenaires de l’autre pays des vues aussi nombreuses que possible sur les réalités de la vie dans son propre pays. C’était surtout ce dernier aspect de la « notion élargie de culture » que les principales organisations de rapprochement en France et en République fédérale (Comité Grosser, BILD, GÜZ, DFI) mettaient en avant dans les années 1950, lorsqu’elles se présentaient elles-mêmes.

25Les deux colloques des organisations françaises et allemandes d’échanges en 1955 et 1957 permettent de suivre avec précision la manière dont le « concept élargi de culture » s’est diffusé et enraciné. En République fédérale, le directeur du DFI, Fritz Schenk, qui depuis 1948 était en dialogue permanent avec le comité d’Alfred Grosser, joua un rôle déterminant pour la diffusion et l’adaptation du concept ; les premiers programmes d’échange du DFI, par exemple l’échange de stagiaires avec la France, s’inséraient complètement dans la « notion élargie de culture ». Dans une présentation des objectifs de l’Arbeitskreis privater Institutionen devant des députés au Bundestag, en mars 1956, Schenk présenta la spécificité de son activité de la façon suivante :

  • 41 Manuscrit du discours, archives de l’APIIBB, classeur 2, ici p. 5 sq.

une augmentation des échanges et des rencontres avec des ressortissants d’autres pays. […] Mais par échange il ne faut pas penser seulement aux échanges d’élèves, il faut considérer aussi les échanges d’adultes, les échanges intellectuels, le dialogue entre Allemands et étrangers. Mesurer statistiquement le travail réalisé jusqu’à présent par nos membres est extrêmement difficile, précisément parce que, pour nous, l’échange est une notion aussi vaste41.

26Concernant les activités des associations membres, il ajouta :

  • 42 Ibid., p. 6 sq.

Ce n’est pas seulement un travail culturel, mais aussi politique et éducatif. Si, à travers nos organisations, nous procurons à des jeunes un séjour plus ou moins long en tant qu’élève, apprenti ou stagiaire, nous l’aidons à vivre ses années d’apprentissage et de voyage, nous participons à son éducation, nous développons en lui sa compréhension pour la manière de vivre d’autres peuples. – Lorsque nous amenons des étrangers en Allemagne, dans le cadre d’un échange ou d’un groupe d’étude comme participant à une rencontre (d’enseignants, d’écrivains, d’ingénieurs, d’agriculteurs, de journalistes, d’hommes politiques etc.), lorsque nous les invitons à une conférence sur leur pays et ses problèmes, et que parmi eux se trouvent des étrangers qui n’étaient encore jamais venus en Allemagne, nous accomplissons un acte politique et contribuons au renforcement de la conscience européenne […]. En tant qu’institution privée, nous ne sommes pas « dirigés » par qui que ce soit. Nous entrons dans des familles étrangères avec lesquelles l’ambassade n’a aucune relation ; nous invitons à faire des conférences ou des voyages d’étude des étrangers qui ne donneraient jamais suite à une invitation « officielle ». Ils peuvent venir chez nous, car nous leur offrons des tribunes libres et indépendantes où ils peuvent s’exprimer librement42.

27Dans un projet de directives de l’Arbeitskreis pour le travail culturel international, projet non signé datant du milieu des années 1950, on voit bien à quel point les conceptions de l’Arbeitskreis en matière d’échanges internationaux sont proches des principes énoncés dans le programme des Français et aussi comment ces principes sont adaptés aux réalités ouest-allemandes. On peut y lire :

  • 43 « Leitsätze », manuscrit dactylographié, archives de l’APIIBB, classeur 2, 6 p., ici p. 2.

Le contraire de l’orientation pédagogique décrite ici serait : a) une organisation de masse ne cherchant pas une saine appréciation mais une adhésion inconditionnelle ; b) un travail « culturel » au sens le plus étroit du terme, purement intellectuel, consacré aux œuvres de l’héritage culturel, aux problèmes de cercles ésotériques et de zélateurs exaltés ; c) un choix des participants limité aux cercles de la « bonne société » ou du moins tendant à le faire ; d) une entreprise culturelle portée sur les « effets » et les « gros titres » ; e) un pot-pourri aléatoire qui propose plus de divertissements intéressants dans le domaine du travail culturel international que de confrontations avec des vérités désagréables, de débats tendus et de réalités complexes43.

28Lors du colloque commun de l’Arbeitskreis avec les organisations françaises d’échanges internationaux, mi-mai 1955, à Marly-le-Roi, Alfred Grosser et Fritz Schenk firent les exposés introductifs. Grosser constata que, dans leur champ de travail commun, le besoin de légitimation était plus important pour des organisations privées que pour la politique culturelle extérieure de l’État. Il leur est possible de répondre à cette exigence en continuant à jouer leurs rôles d’« avant-garde » et d’« expérimentateurs » de façon conséquente et inventive. Pour cela, le mot d’ordre devait rester la « notion élargie de culture », telle que l’a résumée le procès-verbal de la conférence :

  • 44 « Bericht über unsere Tagung mit den Mitgliedern des Comité de coordination des associations d’écha (...)

Les voyages d’études techniquement et thématiquement bien préparés ainsi que le dialogue entre des groupes professionnels identiques sont aujourd’hui les formes les plus appropriées à une rencontre internationale. Il est aujourd’hui davantage nécessaire de s’informer sur les problèmes sociaux du pays partenaire que sur Goethe ou Voltaire. – De surcroît, les rencontres de personnes ayant des intérêts plus ou moins communs par leurs professions favorisent le dialogue et surtout le maintiennent dans le concret. En tout cas, il reste à l’initiative privée encore un vaste champ d’action et un certain nombre de choses peuvent y être faites qui seraient plus difficiles aux organismes officiels. La chose importante est surtout l’intensification et beaucoup moins le nombre des séjours à l’étranger44.

29Fritz Schenk soutint explicitement ces idées et témoigna de la collaboration prometteuse avec le Comité français d’échanges avec l’Allemagne nouvelle. Il regretta cependant que le travail des associations privées d’échange n’ait pas encore pris pied dans la province française. Lors de la rencontre suivante des organisations de rapprochement françaises et allemandes, en mai 1957, à Ludwigsburg, il résuma ainsi le consensus relatif à la manière de réaliser des échanges transnationaux :

  • 45 Die Bedeutung der privaten Initiative (op. cit., note 7), p. 2.

Avant que ces traités [les accords commerciaux et culturels franco-allemands, H.M.B] aient été signés, un certain nombre d’organisations en France et en Allemagne avaient déjà commencé avec succès à organiser un genre de rencontres entre Français et Allemands qui n’existait pas pendant l’entre-deux-guerres. C’étaient des rencontres libres et vivantes, en grande partie fondées sur une base professionnelle, qui dépassèrent largement les formes passées, uniquement axées sur les échanges universitaires45.

  • 46 Ibid., p. 4.

La notion « d’échanges culturels » s’est élargie. On a commencé à donner aux échanges et aux rencontres un nouveau contenu, à ne pas les limiter à la langue et à la littérature mais à les étendre à tous les domaines. La politique, l’économie et les questions sociales en font également partie. Nous sommes d’accord avec beaucoup de nos amis français pour dire que l’objectif de l’échange doit être de mieux faire connaître aux Français la réalité allemande et aux Allemands la française, de les dégager de leurs illusions et de supprimer les préjugés et la méfiance – qui existent encore46.

30Dans la résolution prise en commun par les associations françaises et allemandes en faveur de l’éducation internationale de la jeunesse et des adultes, on pouvait lire, dans l’esprit de la « notion élargie de culture » mise en avant par Schenk :

  • 47 Ibid., p. 74.

La formation de nouveaux regroupements et ordres supranationaux ne concerne pas seulement les structures politiques, mais intègre par de multiples relations personnelles et objectives les pyramides sociales des peuples de la base au sommet. – Il découle de cet objectif que l’aide aux échanges internationaux ne doit pas aller prioritairement ou exclusivement à la culture « représentative », l’art, la recherche et les institutions de formation classiques, de préférence universitaires. – Les nombreux efforts doivent avant tout se faire au bénéfice des groupes clés pour la formation de l’opinion publique, indifféremment des métiers, des milieux socioculturels ou des classes d’âge. La nécessaire concentration des efforts doit tenir compte des méthodes et des institutions qui ont fait leurs preuves pendant de longues années de travail47.

31Si la « notion élargie de culture » dans les relations internationales ou dans les échanges franco-allemands fut acceptée de façon générale comme prémisse au colloque de Ludwigsburg en 1957 et si elle fut considérée comme préalable aussi bien par les délégués des associations privées que par ceux des organismes publics, on peut y voir une importante étape dans le processus de mise au point des modalités de la coopération socioculturelle concrétisée par le traité franco-allemand et par l’accord portant création de l’OFAJ de 1963. D’ailleurs, deux concepteurs de la « notion élargie de culture » issus de l’administration d’occupation, qui avaient entre-temps intégré le domaine de l’action publique, étaient présents lors du colloque de l’Arbeitskreis à Ludwigsburg : Jean-Charles Moreau prit la parole en tant que représentant de la Direction générale des Affaires culturelles et techniques du ministère des Affaires étrangères français, tandis que Geneviève Carrez, pendant plusieurs années sa collaboratrice au bureau de la Jeunesse à Baden-Baden et Mayence, y fit, en tant que présidente d’un comité d’échanges internationaux, de l’Association franc-comtoise de culture à Besançon, un exposé particulièrement éclairant sur les conditions de création et de travail des organisations privées de rapprochement. Lors de cette conférence franco-allemande, trois groupes de travail s’intéressèrent aux méthodes et aux moyens des échanges bilatéraux (sur lesquels on ne peut davantage s’étendre ici), en particulier au domaine de la politique de la jeunesse dans le cadre de la pédagogie internationale. On créa par ailleurs des « commissions spécialisées » sur les problèmes de méthodes concernant les rencontres d’adultes, de jeunes et des échanges de famille.

Imbrication fonctionnelle des organisations privées d’échanges et des structures administratives publiques

32Le consensus durable des participants au sujet de la redéfinition de la notion de culture dans les échanges internationaux, c’est-à-dire son élargissement à des domaines en dehors de la « haute culture » et à des groupes extérieurs aux milieux universitaires, est un excellent exemple de définition programmatique dans le champ de la politique culturelle extérieure au seuil des années 1960 : non seulement elle était connue des décideurs publics en France et en Allemagne, elle y comptait aussi de chauds partisans. Une autre question structurelle importante de la politique culturelle extérieure et des rencontres internationales organisées était au centre des thèmes de la conférence franco-allemande d’avril 1957 : le rapport des organismes privés d’échange avec les représentants publics dans ce champ politique. À la fin des années 1950, le débat sur ces relations était devenu inévitable pour deux raisons : d’une part, dans l’esprit de la réconciliation et du rapprochement, l’extension des relations culturelles bilatérales au sein de la société signifiait pour les acteurs étatiques de la politique culturelle extérieure une surcharge, c’est-à-dire en particulier un problème de ressources ; d’autre part, les protagonistes des organisations privées de rencontres bilatérales craignaient depuis l’accord culturel franco-allemand d’octobre 1954 que leur rôle ne soit désormais réduit au profit d’institutions gouvernementales (par exemple la commission culturelle mixte). Ces deux raisons, manque notoire de ressources d’un côté et peur concernant leur statut de l’autre, mirent ce thème à l’ordre du jour à la fin des années 1950. La conférence du printemps 1957 des Cercles français et allemand pour les échanges internationaux montra que, pour des raisons qui leur étaient propres, les deux côtés, le privé et l’officiel, acceptaient de dépendre l’un de l’autre.

33Les mots clés les plus utilisés dans les interventions à ce sujet étaient « coopération », « interdépendance » et « harmonie ». En voici quelques exemples : Le président du Deutscher Volkshochschul und Privatschul-verband, Hellmut Becker, développa sa thèse sur « l’école administrée » et demanda en ce qui concerne les échanges interculturels :

Nous devons obtenir d’une façon générale que l’octroi d’argent ne soit pas assorti d’une recommandation détaillée quant à son utilisation dans le domaine culturel. À cause de la concentration du pouvoir financier qu’il a opérée de nos jours à son profit, l’État a ici une responsabilité particulière, et cette responsabilité signifie, comme je l’ai déjà exprimé, qu’il doit lui-même financer la liberté.

  • 48 Ibid., p. 13.

34Dans ces conditions, il n’était plus acceptable que l’État « agisse de façon dirigiste et décide que celui qui finance détermine également ce qui se passe »48. Ce souci d’indépendance des associations privées dans le travail culturel international, malgré le financement public, correspondait chez les délégués des associations françaises à une demande instante de décentralisation de leur travail de formation interculturelle. Au souci, du côté allemand, que les initiatives de rapprochement se voient mettre des « brides en or » par des institutions publiques, correspondait, du côté français, la crainte d’être étouffé, voire paralysé, par la « tutelle » centraliste. Selon Geneviève Carrez, dans le travail culturel international les institutions privées et publiques devraient agir de manière complémentaire. Dans son exposé à la fois précis et clair, elle misait essentiellement sur la dynamique propre de ce que nous appelons aujourd’hui la société civile, tout en reconnaissant cependant la nécessité pour l’État de définir des règles et d’en contrôler le respect.

  • 49 Ibid., p. 29.

Un organisme privé se trouve bien placé pour mettre en branle les forces vives d’une ville, d’une région : mouvements de jeunesse, associations de culture, comités divers, œuvres sociales, groupements professionnels, milieux du commerce et de l’industrie, bref tout cet univers que l’on appelle le secteur privé49.

35D’un autre côté, il est du devoir des pouvoirs publics de négocier et de garantir le cadre de ces mouvements d’échange :

  • 50 Ibid., p. 32.

Les dispositions légales concernant le franchissement des frontières, l’obtention des devises, les contrats de travail, l’équivalence des diplômes, les échanges de fonctionnaires et que sais-je encore, ne pourront être prises que par les instances nationales et internationales habilitées à légiférer dans ces domaines50.

36Les représentants de la politique culturelle de l’état présents au colloque n’approuvaient certes pas toutes les revendications concrètes découlant de cette affirmation de « l’importance de l’initiative privée pour le rapprochement franco-allemand », mais ils en admettaient volontiers le principe. Jean-Charles Moreau, prenant la parole à Ludwigsburg en tant que représentant du Quai d’Orsay, vit dans le déroulement même du colloque la preuve d’une répartition raisonnable du travail entre acteurs publics et privés dans la politique culturelle internationale :

  • 51 Ibid., p. 53.

[…] notre réunion ici même aujourd’hui prouve surabondamment que la coexistence et la coopération de l’État et des groupes privés sont possibles, existent et sont même fécondes. C’est, en effet seulement cette coopération – ceci est hors de doute – qui a permis l’effort tout à fait exceptionnel entrepris dès la fin de la guerre pour organiser cette confrontation d’idées, de préoccupations, de méthodes, d’expériences qui a caractérisé la reprise des relations franco-allemandes et a constitué en outre une expérimentation de nouvelles formes d’échanges culturels particulièrement poussée51.

37César Santelli, directeur du bureau des Affaires allemandes au ministère français de l’Éducation nationale depuis 1945 et venu à Ludwigsburg en sa qualité d’inspecteur général de l’Instruction publique, émit un avis favorable, mais non dépourvu de certaines critiques, sur l’organisation du rapport public-privé dans la politique culturelle extérieure. Il attira l’attention – tout comme Hellmut Becker – sur le problème de la transparence des bailleurs de fonds publics et privés pour les efforts en faveur des échanges internationaux : d’un côté la provenance des fonds publics était transparente, de l’autre ceux provenant du privé souvent opaques. Malgré cela,

  • 52 Ibid., p. 62.

[…] je crois qu’il est indispensable que l’initiative privée et l’État laissent tomber leurs préjugés […] et essaient quand même de créer ensemble l’œuvre que nous voulons construire52.

38La légère réserve que l’on décèle chez Santelli n’apparaissait absolument pas chez les représentants allemands du secteur gouvernemental. Le président de la commission culturelle mixte franco-allemande (qui venait d’être créée), le romaniste Gerhard Hess, plaida en faveur de la tolérance et de la confiance entre les deux niveaux d’exercice de la communication internationale, entre l’initiative privée et publique ; il réitéra sa thèse, déjà formulée au sein du Comité culturel franco-allemand, selon laquelle la communication transnationale, contrairement à l’entre-deux-guerres, n’était plus seulement une affaire d’élites universitaires, mais une question vitale pour toutes les couches de la population. L’argument de l’insuffisance des ressources des institutions publiques dans ce domaine fut principalement mis en avant par Gerhard Neumann, le directeur de l’Office allemand d’échanges pédagogiques auprès de la Conférence des ministres de l’Éducation et des Cultes des Länder (KMK). De son expérience des échanges bilatéraux de professeurs et d’élèves, il déduisit que

  • 53 Ibid., p. 69.

l’État seul n’est pas en mesure de venir à bout de cette tâche. J’en viens donc à parler de l’importance des organisations privées d’échange et de leur collaboration avec l’État. Non seulement nous avons constamment besoin des correctifs qu’apportent les expériences individuelles des professeurs et des élèves, mais tout autant de la collaboration avec des organisations privées. Ceci est au moins valable pour la République fédérale. Nous n’avons ni au Pädagogischer Austauschdienst, ni au sein des différents ministères de l’Éducation et des Cultes assez de personnes compétentes pour établir et maintenir toutes les relations nécessaires. C’est pourquoi, nous avons déjà recouru dans plusieurs cas, avec grand succès, à la collaboration avec les organisations privées existantes53.

  • 54 Selon l’Accord entre le gouvernement de la République fédérale d’Allemagne et le gouvernement de la (...)
  • 55 L’adresse du « bureau de liaison » était Bonn, Noeggerathstraße 35.
  • 56 « Bericht über unsere Tagung mit den Mitgliedern des Comité de coordination des associations d’écha (...)
  • 57 Bock (éd.), Projekt deutsch-französische Verständigung (op. cit., note 1).

39Ces bonnes dispositions à l’égard de la coopération entre les organisations privées et les représentants des structures étatiques, qui se manifestent dans les exemples ci-dessus, n’ont pas tout de suite fonctionné à la perfection, et l’apprentissage a été plus long en Allemagne qu’en France. En République fédérale, la prise de contact entre les représentants des institu-tions privées d’échange et la sphère parlementaire voire ministérielle à Bonn s’effectua de deux manières. D’une part, les différentes organisations approchèrent individuellement et au cas par cas des députés ou des fonctionnaires ministériels, pour faire connaître les services qu’elles pouvaient rendre à la collectivité et faire valoir leur qualité d’association d’utilité publique. Ainsi, par exemple, le président de la GÜZ, Josef Winkelheide, adressa en juin 1963 un mémorandum détaillé au président du groupe parlementaire du SPD, Fritz Erler. Il y souligna l’expérience que son organisation avait accumulée depuis quinze ans en matière de politique de la jeunesse et plaida ainsi manifestement pour que son organisation ne soit pas oubliée lors de l’attribution imminente des sièges réservés aux associations dans le conseil d’administration de l’OFAJ54. Mais les interventions de la fédération Arbeitskreis privater Institutionen constituaient un moyen plus sûr que ces tentatives formelles ou informelles de se rappeler au bon souvenir des décideurs politiques, en tant qu’association particulière. Dans les années 1950, cette fédération possédait à Bonn un bureau, dont les affaires courantes (c’est-à-dire la défense des intérêts et la représentation commune des associations membres) étaient gérées par Winfried Böll, un des principaux collaborateurs de la Carl-Duisberg-Gesellschaft55. Les membres, dont certains ont été plusieurs fois réélus au sein du « triumvirat » dirigeant l’Arbeitskreis, se flattaient d’organiser avec les représentants des groupes parlementaires au Bundestag des entretiens pour plaider leurs dossiers et obtenir directement des fonctionnaires ministériels des accords pour des subventions. La présence d’un nombre non négligeable de représentants du monde politique aux deux grandes conférences des associations d’échange françaises et allemandes, en mai 1955 et en mai 1957, peut être considérée comme un signe du succès de leurs efforts. Lors du colloque à Marly-le-Roi, par exemple, étaient présents, du côté français, Michel Debré (sénateur à l’époque et plus tard Premier ministre de De Gaulle) ainsi que des représentants du Quai d’Orsay (Jean-Charles Moreau), de l’Éducation nationale (Gilette) et du ministère du Travail (M. Mondon) ainsi que les conseillers culturels des deux ambassades56. Lors du congrès suivant, à Ludwigsburg, ce cercle de représentants de la politique s’élargit encore. Le monde politique allemand était représenté par une partie du bureau culturel du ministère des Affaires étrangères et du ministère fédéral de l’Intérieur, auxquels s’étaient joints des représentants des ministères de l’Éducation et des Cultes de Stuttgart et Mayence, de l’Office d’échanges pédagogiques de la KMK et de la commission culturelle franco-allemande ; tandis que venaient de France deux délégués du ministère de l’Éducation, un fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères et un autre de l’Office national des universités et écoles françaises (ONUEF)57.

  • 58 Cf. Accord entre le gouvernement de la République fédérale d’Allemagne et le gouvernement de la Rép (...)
  • 59 Cf. ibid., p. 989.
  • 60 Cf. Les Associations du Comité de Coordination et l’Office Franco-Allemand de la Jeunesse, Texte im (...)

40Tandis qu’en 1963 les experts privés et publics des échanges avaient déjà appris à se connaître depuis longtemps dans le cadre national et international et savaient ce qu’il fallait penser les uns des autres, l’intégration fonctionnelle des deux niveaux déjà pratiquement esquissée sur la base du traité de l’Élysée ne se fit pourtant pas sans problèmes ni conflits. Car même si les principes de la « notion élargie de culture » et des synergies entre les acteurs privés et publics ont été manifestement intégrés dans l’organisation institutionnelle de l’OFAJ58, la politique institutionnelle et étatique avait pris en charge, par le traité du 22 janvier 1963 et l’accord du 5 juillet 1963, un terrain qui jusqu’alors avait été occupé en grande partie par les seules organisations privées d’échange. Du côté français comme du côté allemand, cette nouvelle situation et ce nouveau rapport de forces – en principe comme lors de l’accord culturel franco-allemand d’octobre 1954 – entraîna des réactions de crainte. En général, elles furent justifiées par l’impression que la création de l’OFAJ était politiquement une naissance mal venue, allant de pair avec une tendance à évincer et à éliminer les organisations pionnières en matière d’échanges franco-allemands. La crainte s’amplifia entre juillet et octobre 1963, lorsque les ministères compétents dans les deux pays s’apprêtèrent à nommer les candidats destinés à occuper les sièges du conseil d’administration (qui devaient majoritairement être des représentants d’organisations de la société civile)59. Les deux fédérations, l’Arbeitskreis en République fédérale et le Comité de coordination des associations d’échanges internationaux présentèrent à ce moment les bilans de leur longue expérience en matière d’échanges bilatéraux60. Ils furent déçus quand leurs associations membres furent tout simplement ignorées lors de la première nomination aux postes du conseil d’administration. Le conflit ne passa pas inaperçu dans l’opinion. Dans Le Monde, Jacques Nobécourt écrivit, le 14 octobre 1963 :

  • 61 Jacques Nobécourt, « L’Office franco-allemand pour la jeunesse va prochainement entrer en fonction  (...)

On relèvera une absence très regrettable : celle d’un des pionniers des échanges franco-allemands universitaires et politiques. Depuis quinze ans, en effet, les résultats acquis en ce domaine ont posé les jalons les plus solides et préparé le terrain sur lequel peut s’édifier le nouvel office. Il eût donc été pleinement justifié que le Dr. Fritz Schenk, directeur de l’Institut franco-allemand de Ludwigsburg, ou son homologue français, le professeur Alfred Grosser, secrétaire général du Comité d’échanges avec l’Allemagne nouvelle, figurassent parmi les membres du conseil d’administration61.

  • 62 Protokoll der Vorstandssitzung des DFI vom 18.11.1963, manuscrit dactylographié, archives du DFI, p (...)
  • 63 Pour un résumé des critiques accumulées cf. par exemple : « Jugendwerk mit Kinder-krankheiten. Deut (...)

41La raison de l’absence initiale des protagonistes des organisations d’échange se trouve sans doute essentiellement dans le fait que les ministères de tutelle de l’OFAJ, le ministère fédéral pour la Famille et la Jeunesse ainsi que le secrétariat d’État à la Jeunesse et aux Sports, choisirent d’abord six représentants du domaine associatif en fonction de leurs logiques politiques dominantes. Sans doute, le directeur du DFI, Schenk, avait-il bien compris cette situation, lorsqu’il déclara dans une réunion du conseil d’administration de son institut le 18 novembre 1963 qu’il avait été, avec sa candidature au conseil d’administration de l’OFAJ, victime « des répartitions politiques et confessionnelles », alors même qu’il avait le soutien du ministère des Affaires étrangères et du ministère fédéral de l’Intérieur62. Mais le Comité de coordination français tout comme l’Arbeitskreis allemand et leurs associations membres s’avérèrent très vite indispensables : les premiers programmes de l’OFAJ furent sans tarder critiqués dans l’opinion, qui constata leur manque de conceptions et d’organisation63. La solution à ce conflit, paralysant pour l’ensemble des participants vers la fin de 1963, fut finalement apportée par une conférence commune des organisations membres de l’Arbeitskreis de Cologne et du Comité de coordination parisien, qui se tint en janvier 1964 au château Lerbach près de Bergisch-Gladbach. Les 65 organisations d’échanges participantes y discutèrent ensemble et de façon constructive avec le premier secrétaire général de l’OFAJ, François Altmayer, et avec d’autres collaborateurs de la nouvelle institution, responsables des échanges de jeunesse, au sujet des directives pour son travail. L’imbrication fonctionnelle entre les organisations privées et les administrateurs institutionnels des échanges franco-allemands se stabilisa davantage à partir de 1964 dans le cadre de l’OFAJ. De nombreux signes dans le courrier de l’Arbeitskreis tendent à le prouver. Par exemple, le directeur adjoint de la section allemande de l’OFAJ, lors d’un colloque d’experts sur les questions des échanges individuels franco-allemands en octobre 1965, exprima ainsi l’estime, entre-temps habituelle, que l’Office avait pour les organisations privées :

  • 64 Ergebnisprotokoll der Sitzung über Deutsch-Französischen Einzelaustausch am 7. Oktober 1965 in den (...)

Dans sa réponse M. Jülich met en avant le fait que l’OFAJ a délibérément recherché la collaboration des organisations privées d’échange afin de tirer profit de leur expérience et ainsi construire sur ce qui existait déjà. Il souligne que l’OFAJ avait confiance dans le sérieux du travail de ces organisations. C’est pourquoi, il était d’avis que les différentes associations devaient, dans le cadre des directives élaborées conjointement avec l’OFAJ, puis approuvées par lui, autant que possible, décider seules64.

42à peu près en même temps, le directeur-adjoint de l’Arbeitskreis constatait, lors de sa conférence annuelle en octobre 1965 :

  • 65 Protokoll der Mitgliederversammlung des Arbeitskreises der privaten Institutionen […] am 27. Oktobe (...)

que la collaboration entre l’Arbeitskreis et l’OFAJ est bien rodée. Il rappelle en particulier le colloque des associations privées d’échange françaises et allemandes, en janvier 1964, au château Lerbach, qui se tint sur une initiative particulière de l’Arbeitskreis. Les recommandations sur les échanges franco-allemands qui y furent rédigées ont bien été intégrées par l’OFAJ qui a repris beaucoup de choses dans ses directives. Dans de nombreuses réunions, on avait, par la suite, pu utiliser l’expérience rassemblée dans les échanges pour faire des propositions à l’OFAJ65.

Notes

1 Cf. l’étude de Stefan Zauner, Erziehung und Kulturmission. Frankreichs Bildungs-politik in Deutschland 1945-1949, Munich, 1994, et la synthèse de Hans Manfred Bock (éd.), Projekt deutsch-französische Verständigung. Die Rolle der Zivilgesellschaft am Beispiel des Deutsch-Französischen Instituts in Ludwigsburg, Opladen, 1998, en particulier p. 59-102.

2 Cf. ibid., p. 102 sq.

3 Voir Corine Defrance, « éléments d’une analyse de la politique culturelle française en Allemagne à travers son financement, 1945-1955 », in : Revue d’Allemagne 23 (1991) 4, p. 499‑518.

4 Sur le rôle de la « Mission Hausenstein » cf. surtout Peter Matthias Reuss, « Die Grün-dung eines deutschen Hilfsvereins Entr’Aide Allemande », in : Id., Die Mission Hausenstein (1950-1955), Sinzheim, 1995, p. 89‑193, et Ulrich Lappenküper, « Wil-helm Hausenstein, Adenauers erster Missionschef in Paris », in : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte 43 (1995) 4, p. 635-678.

5 Lettre de Hanns-Erich Haack à Fritz Schenk du 6 janvier 1956, archives de l’Institut franco-allemand à Ludwigsburg. La « Gesellschaft für Internationale Zusammen-arbeit » correspond à la GÜZ.

6 Sur ce point cf. Zauner, Erziehung und Kulturmission (op. cit., note 1), p. 312 sq.

7 Elle rendit compte de la naissance de cette association dans : Die Bedeutung der privaten Initiative für die Deutsch-Französische Verständigung. Referate und Ergebnisse der Ludwigsburger Tagung 1957, [sans date, ni lieu] (Ludwigsburg 1958), p. 34-38.

8 Sur ce point cf. Joseph Rovan, « Les associations de jeunes au service de l’entente franco-allemande », in : Passerelles et passeurs. Hommages à Gilbert Krebs et Hansgerd Schulte, Asnières, 2002, p. 289‑292. Rovan s’était fait remarquer par un article pro-grammatique pour les débuts du rapprochement franco-allemand, « L’Allemagne de nos mérites », paru dans la revue d’Emmanuel Mounier, Esprit 115 (1945). Cf. aussi Carlo Diaz : Une biographie : Emmanuel Mounier, Madrid, 2000.

9 Comme première approche (quoique théoriquement et historiquement insuffisante)
cf. Victoria Znined-Brand, Deutsche und französische auswärtige Kulturpolitik. Eine vergleichende Analyse. Das Beispiel der GoetheInstitute in Frankreich sowie der Instituts und Centres Culturels Français in Deutschland seit 1945, Francfort/Main, 1999. Cf. aussi Defrance, « éléments d’une analyse de la politique culturelle française » (op. cit., note 3 ci-dessus).

10 Les acteurs institutionnels comme le bureau du DAAD à Paris et l’Institut Goethe ne débu-tèrent leur travail qu’en 1963 ; sur ce point cf. Eckard Michels, « Vom Glück der verspäteten Arbeitsaufnahme. Die Anfänge des Goethe‑Instituts in Paris », in : Lendemains 103/104 (2001), p. 97‑107 et mon étude : Hans Manfred Bock, « Der DAAD in den deutsch‑französi-schen Beziehungen », in : Peter Alter (éd.), Der DAAD in der Zeit. Geschichte, Gegenwart und zukünftige Aufgaben. Vierzehn Essays, Bonn, 2000, p. 196‑219 ; Ulrich Pfeil, « Die Pariser DAAD-Außenstelle in der ,,Ära Schulte“ (1963-1972). Die Institutionalisierung der transnationalen Wissenschaftskooperation in den westdeutsch-französischen Beziehungen », in : Francia 32/3 (2005), p. 51-74 ; Id., « ,,Dynamische, expansive Austauschpolitik auf allen akademischen Gebieten“. Die DAAD-Außenstelle in Paris », in : Id. (éd.), Deutsch-französische Kultur- und Wissenschaftsbeziehungen im 20. Jahrhundert. Ein institutionengeschichtlicher Ansatz, Munich, 2007, p. 197-222.

11 Ainsi par exemple l’expérience du publiciste francophile Paul Distelbarth à la fin des années 1940 ; cf. Paul H. Distelbarth, Das andere Frankreich. Aufsätze zur Gesellschaft, Kultur und Politik Frankreichs und zu den deutsch-französischen Beziehungen 1932-1953, Berne, Berlin, 1997, p. 76 sq.

12 Sur ce point cf. le dossier de la revue Lendemains : « Deutsch-französische Kultur-beziehungen 1949-1955 », in : Lendemains 84 (1996), p. 58-125.

13 En complément, la synthèse de Hans Manfred Bock, « Kalter Krieg und „deutsche Gefahr“. Politisch-gesellschaftliche Motive französischer Deutschland-Wahrnehmung und ihres Wandels in den fünfziger Jahren », in : SOWI. Sozialwissenschaftliche Information 1 (1999), p. 43-51.

14 Bernd Van Deenen, « Die Vereinigung Deutsch-Französischer Gesellschaften in Deutschland und Frankreich e.V. (VDFG). Versuch einer Standortbestimmung », in : Klaus Otto Nass (éd.), Elsie KühnLeitz. Mut zur Menschlichkeit. Vom Wirken einer Frau in ihrer Zeit, Bonn, 1994, p. 249 sq.

15 Cf. Ulrich Barth, « Der CarolusMagnusKreis und seine Funktion im deutsch--französischen Assistentenaustausch », in : Jürgen Olbert (éd.), Le Colloque de Stras-bourg 1977. Die erste Begegnung deutscher Französischlehrer und französischer Deutschlehrer, Francfort/Main, 1979, p. 189‑192.

16 Cf. Corine Defrance, « Les relations universitaires entre la République Fédérale d’Allemagne et la France. Impulsions institutionnelles et initiatives privées », in : Lendemains 107/108 (2002), p. 202‑219.

17 Le sigle APIIBB, choisi ici, n’était pas courant pendant l’existence de l’Arbeitskreis et est utilisé ici pour éviter de lourdes répétitions de nom. Les archives de l’Arbeitskreis se trouvent au DFI à Ludwigsburg. Je dois la référence et l’accès à ce fonds comprenant 7 classeurs à l’ancien directeur de la bibliothèque du DFI, Monsieur Dieter Menyesch, et Madame Hannelore Braun du DFI.

18 Bock (éd.), Projekt deutsch-französische Verständigung (op. cit., note 1), p. 96 sq.

19 Sur les origines de l’accord cf. Ulrich Lappenküper, « ,,Sprachlose Freundschaft“? Zur Genese des deutschfranzösischen Kulturabkommens vom 23. Oktober 1954 », in : Lendemains 84 (1996), p. 6782.

20 Cf. Horst Möller, Klaus Hildebrand (éds), Die Bundesrepublik Deutschland und Frankreich. Dokumente 1949-1963, tome 3, Munich, 1997, p. 184 sq.

21 Die Bedeutung der privaten Initiative für die deutschfranzösische Verständigung (op. cit., note 7), p. 2.

22 « Liste der französischen Organisationen. Mitglieder des ”Comité de coordination des Associations d’échanges Internationaux“ », manuscrit dactylographié, archives de l’APIIBB.

23 Parmi les associations encore actives aujourd’hui, on compte par exemple l’Association internationale des étudiants en sciences économiques et commerciales (AIESEC).

24 « Satzung des Arbeitskreises der privaten Institutionen für internationale Begegnung und Bildungsarbeit », manuscrit dactylographié, archives de l’APIIBB, 1, § 6.

25 Ibid., § 3 et 4.

26 Sur ce point, voir les remarques de Katja Marmetschke, « Mittlerpersönlichkeiten. Neuere biographische Arbeiten zur Mittlerfunklion zwischen Frankreich und Deutsch-land », in : Lendemains 98/99 (2000), p. 239257.

27 Ce fut par exemple l’association DGAP, proche des milieux politiques, qui fut prise en considération, au détriment d’autres organisations possédant des relais dans la société. Cf. Daniel Eisermann, Außenpolitik und Strategiediskussion. Die Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik 1955-1992, Munich, 1999.

28 Elles sont présentées dans la brochure Arbeitskreis privater Institutionen für inter-nationale Begegnung und Bildungsarbeit, [sans date, ni lieu d’édition] (1957), 10 p. Elle fut, par la suite, plusieurs fois actualisée.

29 Ibid., p. 1.

30 Ibid., p. 6.

31 Elsie Kühn-Leitz, « So fing es an. Gründung und Zusammenschluß Deutsch-Franzö-sischer Gesellschaften nach dem Zweiten Weltkrieg », in : Nass (éd.), Elsie KühnLeitz (op. cit., note 14), p. 399.

32 Pour l’entre-deux-guerres cf. Ina Belitz, Befreundung mit dem Fremden. Die Deutsch-Französische Gesellschaft in den deutsch-französischen Kultur- und Gesellschafts-beziehungen der Locarno-Ära, Francfort/Main, Berne, 1997.

33 Cf. Nass (éd.), Elsie KühnLeitz (op. cit., note 14), p. 388 sq.

34 Liste der privaten zwischenstaatlichen deutsch-französischen Vereinigungen im Bundes-gebiet, archives de l’APIIBB, classeur 1, 6 pages dactylographiées ; ici p. 1.

35 Cette organisation, qui défendait une conception fédéraliste de l’Europe et avait son siège à Stuttgart, constituait le lien le plus fort de l’Arbeitskreis (particulièrement, dans ce cadre, du DFI à Ludwigsburg) avec le mouvement pro-européen et celui des jumelages.

36 Il est remarquable que ces associations ne furent pas créées seulement après la « crise purificatrice » de la CED, c’est-à-dire après 1954, mais s’étaient développées durant l’ensemble des années 1950. Les jumelages franco-allemands au niveau des communes (environ 100 à la fin des années 1950) complètent, sur le plan local, ce travail de rapprochement.

37 Cf. sur ce point mon étude : Bock, Projekt deutsch-französische Verständigung (op. cit., note 1), p. 83 sq.

38 Elles sont enregistrées dans les archives de l’APIIBB, classeur 1 : Liste der französischen Organisationen, manuscrit dactylographié, 4 p.

39 Emmanuel Mounier, « Présentation », in : Allemagne. Bulletin d’information du Comité français d’échanges avec l’Allemagne nouvelle 1 (1949). Sur Mounier, cf. Christiane Falbisaner, « Emmanuel Mounier et l’Allemagne », in : Revue d’Allemagne 21 (1989), p. 257‑279.

40 Alfred Grosser, « Rencontres et échanges », in : Allemagne 2 (1949).

41 Manuscrit du discours, archives de l’APIIBB, classeur 2, ici p. 5 sq.

42 Ibid., p. 6 sq.

43 « Leitsätze », manuscrit dactylographié, archives de l’APIIBB, classeur 2, 6 p., ici p. 2.

44 « Bericht über unsere Tagung mit den Mitgliedern des Comité de coordination des associations d’échanges internationaux », archives de l’APIIBB, manuscrit dactylographié, 8 p., ici p. 3 sq.

45 Die Bedeutung der privaten Initiative (op. cit., note 7), p. 2.

46 Ibid., p. 4.

47 Ibid., p. 74.

48 Ibid., p. 13.

49 Ibid., p. 29.

50 Ibid., p. 32.

51 Ibid., p. 53.

52 Ibid., p. 62.

53 Ibid., p. 69.

54 Selon l’Accord entre le gouvernement de la République fédérale d’Allemagne et le gouvernement de la République française portant création de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse du 5 juillet 1963, Article 6, parmi les dix membres respectifs du conseil d’administration, quatre devaient représenter les administrations publiques et six « être des personnalités qualifiées et des dirigeants d’organisations de jeunesse ». Cf. Möller, Hildebrand (éds), Die Bundesrepublik Deutschland und Frankreich, tome 2 (op. cit., note 20), p. 989. Cf. les extraits du Mémorandum de la GÜZ dans ibid., vol. 3, p. 1001-1008.

55 L’adresse du « bureau de liaison » était Bonn, Noeggerathstraße 35.

56 « Bericht über unsere Tagung mit den Mitgliedern des Comité de coordination des associations d’échanges internationaux », op. cit.,

57 Bock (éd.), Projekt deutsch-französische Verständigung (op. cit., note 1).

58 Cf. Accord entre le gouvernement de la République fédérale d’Allemagne et le gouvernement de la République française portant création de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (op. cit., note 54), p. 988 sq.

59 Cf. ibid., p. 989.

60 Cf. Les Associations du Comité de Coordination et l’Office Franco-Allemand de la Jeunesse, Texte imprimé (6 p.) sans indication bibliographique de provenance, Pressearchiv de l’OFAJ (Berlin), 1er Semestre 1963, et Zwanzig Jahre deutsch-französisches Institut Ludwigsburg. Gegründet 1948. Rechenschaftsbericht, s.l., s.d. (1963), au sujet de l’Arbeitskreis cf. p. 60.

61 Jacques Nobécourt, « L’Office franco-allemand pour la jeunesse va prochainement entrer en fonction », Le Monde, 14 octobre 1963.

62 Protokoll der Vorstandssitzung des DFI vom 18.11.1963, manuscrit dactylographié, archives du DFI, p. 2.

63 Pour un résumé des critiques accumulées cf. par exemple : « Jugendwerk mit Kinder-krankheiten. Deutsch-französisches Austauschprogramm mit Geld allein nicht an-zukurbeln », Rhein-Neckar-Zeitung, 6 mars 1964 et « Geburtswehen eines Jugend-werkes. Das deutsch-französische Austauschprogramm soll nicht in Massentourismus ausarten », Süddeutsche Zeitung, 15 janvier 1964.

64 Ergebnisprotokoll der Sitzung über Deutsch-Französischen Einzelaustausch am 7. Oktober 1965 in den Räumen von Inter Nationes, Bonn, archives de l’APIIBB, classeur 4, p. 1.

65 Protokoll der Mitgliederversammlung des Arbeitskreises der privaten Institutionen […] am 27. Oktober 1965, archives de l’APIIBB, classeur 4, manuscrit dactylographié de 5 p., ici p. 2.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site