Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les jeunes dans les relations transnationales

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock
, 
Ulrich Pfeil
, 
et al.

Introduction

Hans Manfred Bock, Corine Defrance, Gilbert Krebs e Ulrich Pfeil

Testo integrale

  • 1 Cf. Hans Manfred Bock, « Zivilgesellschaftliche Beziehungen zwischen Deutschland und Frankreich », (...)
  • 2 Cf. Hans Manfred Bock, Reinhart Meyer-Kalkus, Michel Trebitsch (éds), Entre Locarno et Vichy. Les r (...)
  • 3 Cf. Corine Defrance, Ulrich Pfeil (éds), Le Traité de l’Élysée et les relations franco-
    allemandes 1
    (...)

1Depuis les années 1990, les relations culturelles et sociétales entre la France et l’Allemagne sont devenues un domaine de prédilection de la recherche scientifique1. Les études se sont d’abord concentrées sur l’entre-deux-guerres et l’immédiat après Seconde Guerre mondiale (1945-1949)2. Longtemps, la connaissance de ce niveau de relations trans-sociétales au fil des évolutions de la République fédérale d’Allemagne et de la IVe puis de la Ve République en France a surtout reposé sur des études qui étaient en réalité le témoignage de contemporains plus qu’elles ne se fondaient sur des recherches systématiques. L’Office franco-allemand pour la Jeunesse, des années durant, n’a guère fait l’objet de travaux scientifiques reposant sur l’exploitation des sources. Pourtant le sujet l’aurait mérité, car d’une part la fondation de l’OFAJ avait été précédée de longue date – de 1945 à 1963 – par des initiatives privées, nées dans la société civile pour contribuer à l’entente et au rapprochement franco-allemand ; d’autre part, le traité de l’Élysée du 22 janvier 1963 avait marqué une inflexion et un point d’accélération dans les rapports entre les deux sociétés3.

  • 4 Cf. Gabriele Metzler, Einführung in das Studium der Zeitgeschichte, Paderborn, 2004, p. 79.
  • 5 Cf. Eckart Conze, Ulrich Lappenküper, Guido Müller (éds), Geschichte der internationalen Beziehunge (...)
  • 6 Cf. Werner Faulstich, « Die neue Jugendkultur: Teenager und das Halbstarken-problem », in : Id. (éd (...)

2L’étude de cette institution est également stimulée par le courant historiographique récent qui vise à saisir le champ des relations internationales dans toute sa complexité en prenant en compte les interactions entre tous les types d’acteurs de la société, alors que les approches anciennes privilégiaient le rôle des gouvernements et des élites. Car, outre la relation des États, il existe au niveau infranational des coopérations entre des groupes sociaux, des organisations, des individus, qui aboutissent à la constitution de réseaux transnationaux4. C’est pourquoi la notion de « relations transnationales » est parfois préférée à celle de « relations internationales »5. Ce changement de perspective a conduit à reconsidérer et à mettre en valeur le rôle des sociétés civiles et aussi des différents groupes sociaux – dont les jeunes – dans ces relations. Bien plus que le temps entre l’enfance et l’âge adulte, le terme de jeunesse renvoie à l’apprentissage de la responsabilité et de l’indépendance ; ce n’est pas une donnée constante, mais une variable dépendante du contexte culturel et sociétal6.

  • 7 Cf. Rolf Schörken, Jugend 1945. Politisches Denken und Lebensgeschichte, Francfort/Main, 2005.
  • 8 Cf. Helmut Kohl, Erinnerungen 1930-1982, Munich, 2004, p. 76.
  • 9 http://www.regio-pamina.org/pamina/spip.php?article513
  • 10 Cf. Jürgen Reulecke (éd.), Rückkehr in die Ferne. Die deutsche Jugend in der Nachkriegszeit und das (...)

3La jeunesse de l’immédiat après-guerre, en France comme en Allemagne, était une génération marquée par la guerre et ses conséquences7, mais déjà un petit nombre de ces jeunes gens purent prendre part à des rencontres internationales de jeunesse vers la fin des années 1940, comme à Munich (1947 et 1948) ou Wetzlar (1949), pour discuter au niveau européen des possibilités d’une réconciliation. Dès cette époque, on vit aussi de jeunes Européens, animés par l’esprit fédéraliste, brûler symboliquement les barrières de bois à un poste-frontière franco-allemand (entre Wissembourg-Weiler et Bobenthal-St Germanshof) pour réclamer la création d’un parlement, d’un traité et d’un passeport européens. Cette action menée le 6 août 1950 fut la première manifestation européenne à laquelle les jeunes participèrent en grand nombre. L’un d’entre eux fut Helmut Kohl, le futur chancelier. Rétrospectivement, il fait remonter à cet événement fondateur son engagement pour l’intégration européenne8. L’inauguration d’un mémorial européen à l’été 20079 montre à quel point les jeunes sont considérés comme des acteurs transnationaux. Mais leur rôle reste encore trop mal connu jusqu’à présent10.

4Nul doute qu’en 1963, le chancelier Konrad Adenauer et le président Charles de Gaulle avaient pris pleinement la mesure du potentiel que représentaient les jeunes, quand ils annoncèrent dans le traité de l’Élysée la création à venir de ce qui allait être l’Office franco-allemand pour la Jeunesse. Quelques mois auparavant, lors de son voyage officiel en République fédérale, le président français s’était d’ailleurs spécifiquement adressé à la jeunesse allemande, à Ludwigsburg, le 9 septembre 1962, pour lui faire partager son rêve de faire venir un million de jeunes Allemands en France et un million de jeunes Français en Allemagne !

  • 11 Cf. Jürgen Reulecke (éd.), Generationalität und Lebensgeschichte im 20. Jahrhundert, Munich, 2003.
  • 12 Voir, entre autres, Hans Manfred Bock, « Jugend in den deutsch-französischen Bezie-hungen », in : F (...)
  • 13 Jean-François Sirinelli, « La jeunesse, du milieu des années cinquante aux années soixante. Entre s (...)

5Les travaux qui se sont récemment multipliés, depuis le début du siècle, sur la place de la jeunesse dans les sociétés françaises et allemandes ont mis en évidence les caractéristiques de cette catégorie de la population en tant que classe d’âge et de « génération »11, marquée par des expériences partagées et par une culture spécifique12. Car les processus générationnels, qui impliquent les héritages historiques et mentaux, transforment profondément les morphologies et les représentations collectives des sociétés et par conséquent les perceptions, réceptions et relations entre ces sociétés. Fondé le 5 juillet 1963, l’Office devait essentiellement s’adresser à la nouvelle génération de jeunes, particulièrement nombreuse – celle du « baby-boom » –, qui, en raison des phénomènes démographiques nationaux spécifiques à l’entre-deux-guerres et à la guerre (phénomènes d’échancrure démographique qui font des jeunes « une catégorie sociale par contraste »), se trouvait occuper une place majeure dans les deux sociétés. Elle développa une culture ou « subculture » beaucoup moins marquée par l’héritage des représentations des générations antérieures que par le champ des possibles ouvert par la société de consommation et de loisirs. Car il s’agit aussi d’une génération qui, éprouvée dans sa petite enfance (la brutalité de la guerre et la misère persistante de l’immédiat après-guerre), fit, depuis les années 1950, l’expérience de la prospérité naissante : le début de la « génération de l’argent de poche ». Enfin, c’était aussi, à partir des années soixante – après la fin de la guerre d’Algérie, côté français –, la génération de la « non-guerre » – une génération de la guerre froide certes, de la société déchirée côté allemand, mais aussi de la coexistence pacifique, une fois passée la crise de Cuba –, une génération que Jean-François Sirinelli qualifie de porteuse de « stéréotypes de société apaisée », désormais plus « aptes à recevoir [le] rapprochement franco-allemand »13. Non seulement les conditions étaient réunies pour que s’opère chez les jeunes une mutation profonde de la représentation du voisin, mais dans des sociétés caractérisées par « la montée des jeunes », cette nouvelle génération était en mesure d’imposer ses codes culturels et ses "images de l’autre » à ses aînés. En les gagnant à la cause de la réconciliation et de la coopération franco-allemandes, l’OFAJ avait donc l’opportunité d’agir aussi, indirectement, sur les générations précédentes.

  • 14 Hans Manfred Bock (éd.), Deutsch-französische Begegnung und europäischer Bürger-sinn. Studien zum D (...)

6Dans cet ouvrage sur l’Office franco-allemand pour la Jeunesse – acteur fondamental et très complexe des relations socioculturelles entre les deux pays – les contributions rassemblées appréhendent les fondements constitutifs, les structures et les formes d’actions et d’interactions de l’Office par une approche historique, politique et sociologique. Déjà en 2003, à l’occasion du 40e anniversaire de l’OFAJ, un ouvrage collectif dirigé par Hans Manfred Bock parut en allemand, présentant les grandes phases d’évolution de l’Office et quelques-uns de ses nombreux champs d’activité14. Le livre que nous présentons ici reprend, d’une part, l’ensemble des travaux de 2003 en les actualisant (jusqu’en 2008), ce qui implique la prise en compte de la réforme récente de l’OFAJ, et propose, d’autre part, une série d’études thématiques couvrant pratiquement l’ensemble des secteurs d’activité de l’OFAJ. Certes, l’ouvrage ne prétend pas à l’exhaustivité. Ainsi, par exemple, l’action de l’Office en faveur des jumelages – invention de l’après-guerre –, qui ne fait pas l’objet d’une contribution spécifique, est cependant traitée dans plusieurs articles, qu’il s’agisse de son intervention dans les partenariats régionaux, du soutien à l’insertion des jeunes professionnels et aux échanges sportifs dans le cadre des jumelages de villes ou de régions, des partenariats entre écoles ou universités de part et d’autre du Rhin, ou, bien entendu, dans le cadre des études diachroniques sur les évolutions générales de l’Office.

  • 15 Cf. Henri Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse, Paris, 1988 ; Id., Das Deutsch-Franz (...)
  • 16 Cf. Hans Manfred Bock, Versöhnung oder Subversion? Deutsch-französische Gesell-schafts- und Kulturb (...)
  • 17 Cf. Henri Tassin Adam, Les organismes internationaux spécialisés. Contribution à la théorie général (...)

7À la différence des travaux plus anciens qui avaient essentiellement mis l’accent sur la dimension institutionnelle et fonctionnelle de l’Office15, cet ouvrage, comme celui de 2003, vise à analyser principalement la position de l’OFAJ entre les institutions relevant de la politique culturelle extérieure de la France et de l’Allemagne et les acteurs – qu’il s’agisse d’institutions ou d’associations responsables des échanges de jeunesse transnationaux. C’est ce positionnement particulier qui fait principalement l’originalité de cette institution au large spectre d’action, dont l’objectif est de contribuer à la politique de compréhension entre les peuples en touchant particulièrement les jeunes. Dans l’entre-deux-guerres, il y eut certes des initiatives relevant d’une telle conception des échanges sur une large base entre les deux pays. L’étude historique des relations sociétales et l’histoire des idées en atteste16. Il fallut cependant attendre la situation historique particulière du début des années 1960 pour mettre en relation les conceptions de l’échange, que les précurseurs de l’Europe – essentiellement issus des milieux personnalistes et fédéralistes – avaient actualisées, avec les projets et les actions politiques du chancelier Konrad Adenauer et du président Charles de Gaulle (le traité de l’Élysée). C’est de cette corrélation que naquit l’OFAJ avec son statut binational spécifique et son ancrage profond dans la société de chacun des deux pays (par le biais de nombreuses ramifications institutionnelles et associatives). L’Office franco-allemand pour la Jeunesse fait partie de ces établissements internationaux, ayant un statut de droit international – comme les différentes organisations relevant des Nations-Unies17 –, qui misent sur les capacités des êtres humains à faire œuvre constructive dans les relations entre les pays et en appellent à leur engagement. Ils visent à renforcer la communication transnationale et interculturelle dans le système international, au sein duquel le recours à la force fut longtemps considéré – et le reste encore aujourd’hui – comme un mode de régulation des conflits. L’OFAJ fut fondé et expérimenté en un temps où les conceptions de la polémologie et de la communication interculturelle n’étaient encore guère développées. Dans son évolution, l’Office fut cependant confronté à des questions pratiques qui soulevaient précisément les problèmes qui, dans les années 1970 et 1980, suscitèrent les réflexions des politologues et des sociologues (polémologie et interculturalité). Aussi l’OFAJ, dans sa pratique quotidienne, prit bien évidemment en compte l’apport de ces nouveaux courants de recherche.

8Du double point de vue politique et sociologique, cette institution binationale présente une évolution particulièrement intéressante. Tant en raison de son groupe cible, les jeunes, que de son double lien structurel à l’administration politique, d’une part (avant tout aux ministères en charge de la Jeunesse), et aux organisations de jeunesse et de compréhension dans chacun des deux pays, d’autre part, elle est soumise aux défis des transformations politiques et sociétales, auxquels elle doit trouver des réponses productives. Tout manque d’adaptation ou d’esprit d’initiative face à l’évolution de la culture des jeunes, de l’administration publique et du monde associatif pourrait remettre en cause le sens même et la fonction de l’institution. Aussi, dans cette perspective, l’histoire de l’OFAJ est-elle une suite dynamique de projets plus ou moins réussis de renouvellement.

9C’est dans cette optique que les contributions ici réunies ont été élaborées par le groupe de recherche. Aussi, les problèmes purement techniques de l’échange et les questions de dynamique de groupe dans le travail de l’OFAJ ne sont-elles pas au cœur de l’étude, bien que leur légitimité soit tout à fait incontestable. Pour répondre à la problématique retenue, les auteurs s’appuient sur des sources considérables, qu’il s’agisse des archives, du matériel documentaire et des publications de l’OFAJ, auxquels ils ont eu libre accès dans les locaux parisiens et berlinois de l’Office. Cependant, le traitement systématique de cette masse de documents est encore loin d’être achevé. Les auteurs sont donc particulièrement reconnaissants envers tous les collaborateurs de l’Office, qui les ont informés et conseillés, et sans le dévouement desquels ce travail serait resté inachevé.

10Les 18 contributions de ce livre sont organisées en deux parties thématiques : les sept premières traitent des grandes phases de l’évolution de l’institution binationale, de sa « préhistoire » pendant les années 1950 jusqu’à 2008. Elles exposent de manière systématique les transformations institutionnelles et leurs causes endogènes et exogènes. Les onze contributions suivantes, sectorielles, analysent les activités de l’OFAJ et leurs fondements sociétaux, les programmes et mesures mis en place pour répondre aux attentes des sociétés, ainsi que les tentatives d’évaluation interne des actions entreprises. Les études par champ d’activités sont complétées par une étude de cas sur le rôle de l’OFAJ dans une coopération interrégionale ainsi que par une analyse des liens entre l’Office, la presse et l’opinion publique dans les deux pays.

11Les éditeurs et les auteurs de ce livre – au nombre desquels se trouvent tant des enseignants-chercheurs que des étudiants-chercheurs – espèrent avoir fait œuvre utile pour faire progresser la recherche et servir les praticiens des échanges transnationaux et de la communication interculturelle entre la France et l’Allemagne et peut-être même au-delà.

Note

1 Cf. Hans Manfred Bock, « Zivilgesellschaftliche Beziehungen zwischen Deutschland und Frankreich », in : Ingo Kolboom, Thomas Kotschi, Edward Reichel (éds), Handbuch Französisch. Studium, Lehre, Praxis, Berlin, 2002, p. 613-618.

2 Cf. Hans Manfred Bock, Reinhart Meyer-Kalkus, Michel Trebitsch (éds), Entre Locarno et Vichy. Les relations culturelles franco-allemandes dans les années 1930 (2 vol.), Paris, 1993. Pour la bibliographie, voir Marieluise Christadler, « Die deutsch-französischen Kulturbeziehungen 1945-1995 », in : Aus Politik und Zeitgeschichte B 3/1995, p. 35-44 ; DFI/IFA (éd.), Deutsch-französische Kulturbeziehungen seit 1945. Auswahlbibliographie. Relations culturelles franco-allemandes depuis 1945. Biblio-graphie sélective. Vorwort/Introduction de Marieluise Christadler, Stuttgart, 2001.

3 Cf. Corine Defrance, Ulrich Pfeil (éds), Le Traité de l’Élysée et les relations franco-
allemandes 1945 – 1963 – 2003
, Paris, 2005.

4 Cf. Gabriele Metzler, Einführung in das Studium der Zeitgeschichte, Paderborn, 2004, p. 79.

5 Cf. Eckart Conze, Ulrich Lappenküper, Guido Müller (éds), Geschichte der internationalen Beziehungen. Erneuerung und Erweiterung einer historischen Disziplin, Cologne, 2004. Voir notamment dans cet ouvrage, Guido Müller, « Internationale Gesellschaftsgeschichte und internationale Gesellschaftsbeziehungen aus Sicht der deutschen Geschichtswissen-schaft », p. 231-258 ; Eckart Conze, « Abschied von Staat und Politik? Überlegungen zur Geschichte der internationalen Politik », p. 15-43.

6 Cf. Werner Faulstich, « Die neue Jugendkultur: Teenager und das Halbstarken-problem », in : Id. (éd.), Die Kultur der 50er Jahre, Munich, 2002, p. 277-290 ; Jean-François Sirinelli, « Les jeunes », in : Id. avec Jean-Pierre Rioux (éds), La France d’un siècle à l’autre, 1914-2000 (vol. 2), Paris, 2002, p. 21-37 ; Id., Les baby-boomers. Une génération 1945-1969, Paris, 2003 ; Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Paris, 2001.

7 Cf. Rolf Schörken, Jugend 1945. Politisches Denken und Lebensgeschichte, Francfort/Main, 2005.

8 Cf. Helmut Kohl, Erinnerungen 1930-1982, Munich, 2004, p. 76.

9 http://www.regio-pamina.org/pamina/spip.php?article513

10 Cf. Jürgen Reulecke (éd.), Rückkehr in die Ferne. Die deutsche Jugend in der Nachkriegszeit und das Ausland, Weinheim, Munich, 1997.

11 Cf. Jürgen Reulecke (éd.), Generationalität und Lebensgeschichte im 20. Jahrhundert, Munich, 2003.

12 Voir, entre autres, Hans Manfred Bock, « Jugend in den deutsch-französischen Bezie-hungen », in : Frankreich-Jahrbuch 1989, Opladen, 1989.

13 Jean-François Sirinelli, « La jeunesse, du milieu des années cinquante aux années soixante. Entre subculture et groupe social en France et en Allemagne », in : Hélène Miard-Delacroix, Rainer Hudemann (éds), Wandel und Integration. Deutsch-Französische Annäherung der fünfziger Jahre. Mutations et intégration. Les rapprochements franco--allemands dans les années cinquante, Munich, 2005, p. 339-344, ici p. 343.

14 Hans Manfred Bock (éd.), Deutsch-französische Begegnung und europäischer Bürger-sinn. Studien zum Deutsch-Französischen Jugendwerk 1963-2003, Opladen, 2003.

15 Cf. Henri Ménudier, L’Office franco-allemand pour la Jeunesse, Paris, 1988 ; Id., Das Deutsch-Französische Jugendwerk. Ein exemplarischer Beitrag zur Einheit Europas, Bonn, 1991 ; Otto Letze, Deutsch-Französischer Jugendaustausch. Organisation und Interaktion (Thèse de doctorat), Tübingen, 1986 ; Georg Walther Heyer, Das deutsch-französische Jugendwerk. Ziele, Möglichkeiten, Erfahrungen, Freudenstadt, 1969.

16 Cf. Hans Manfred Bock, Versöhnung oder Subversion? Deutsch-französische Gesell-schafts- und Kulturbeziehungen in der Zwischenkriegszeit, Opladen, 2003.

17 Cf. Henri Tassin Adam, Les organismes internationaux spécialisés. Contribution à la théorie générale des établissements publics internationaux (3 tomes), Paris, 1965 ; Irmgard Heinemann, Le traité franco-allemand au 22 janvier 1963 et sa mise en œuvre sous le Général de Gaulle 1963-1969 (Thèse de troisième cycle), Nice, 1977.

Autori

Né en 1966, professeur d’études germaniques à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne, chercheur associé à l’Institut historique allemand de Paris.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540