Version classiqueVersion mobile

Passerelles et passeurs

Les Ex-Fremdwörter

Jean-Marie Zemb

Texte intégral

1Le composé Fremdwort n’est pas un « Fremdwort », eût noté, plus amusé que perplexe, le surréaliste belge. L’Ex-Fremdwort l’est-il davantage ? Le trait d’union obligatoire lui confère-t-il un air de Lehnwort, soit d’un emprunt dont la prononciation, l’orthographe et la flexion — ce sont les trois critères traditionnels — ont été assimilés ? En admettant que le terme d’ex-jésuite soit apparu après la dissolution de la Compagnie en 1773 (hypothèse que l’édition du Grand Larousse Encyclopédique que j’ai consultée ne per­met pas de vérifier aisément, car ‘jésuite’ y renvoie à ‘Compagnie’ et ‘Com­pagnie’ à ‘jésuite’ ... qui ne bénéficie d’ailleurs pas d’une entrée au pluriel), et se soit maintenu après le rétablissement de la Compagnie par le pape en 1814), le formant ex semble moins prolifique en français qu’en allemand. En soi, cela n’a rien de choquant, mais le préfixe latin ex avait une signification plus riche et tellement fondue dans le mot intégré qu’un trait d’union éton­nerait après ex non seulement dans exact, examinateur et exemplaire, mais aussi dans excessif (vs. concessif), exception (vs. acception), exhibition et exhumation (vs. inhibition et inhumation), dans excentré (vs. décentré), exclamation (vs. proclamation), exonder (vs. inonder). Dans la plupart des mots français commençant par ex, ce ‘préfixe’ (?) ne peut en effet s’échanger contre un autre.

2L’ex spécifiquement temporel, sur lequel peut se greffer une connotation qualitative, est séparé du reste du mot en français comme en allemand, où les autres mots en ex sont également soudés, p. ex. Exekutive, Exilant, Exkavator, exorbitant, exponieren, exerzieren, exzentrisch. Ces mots ne sont d’ailleurs pas des néologismes, contrairement à ce que serait Ex-Fremdwort, voire, horresco scribens, *Exfremdwort.

3En dépit de l’expression « für jemanden ein Fremdwort sein » pour une expression dont on ignore le sens, le Fremdwort n’est pas un mot étranger, mais allemand, à moins de dire que la langue allemande ne comprend pas les 48 000 mots qui figurent dans le Fremdwörterbuch (Duden, vol. 5), sans compter quelques milliers d’autres termes techniques qui fournissent au moins les trois quarts de la prose scientifique. Il convient donc de dire que la langue allemande comprend — au moins — deux lexiques. Certains révolu­tionnaires de l’orthographe allemande — mais que les réformateurs en cours d’exercice n’ont heureusement pas suivis — voulaient abolir, notamment à coups de h et de i ou de ü grecs, la distinction graphématique entre les deux lexiques. On notera au passage le caractère paradoxal du chambardement évoqué, car ses partisans invoquaient volontiers l’utilité d’une *« ortografe fonétic » unifiée, alors que les deux sous-lexiques allemands se distinguent justement par la prononciation, plus précisément par l’accentuation, ce qui rend si précieux le rappel graphématique de cette opposition, fût-il ténu. Tout comédien allemand qui devait jadis jouer l’estranger, den Elenden !, que ce fût l’émissaire d’une Cour étrangère, le proscrit ruiné ou le simple aventurier, savait déplacer opportunément, voire systématiquement, l’accent tonique des polysyllabiques, étant entendu que ses caricatures seraient encore plus criantes de vraisemblance si cet accent ne serait à sa bonne place ni dans les « Fremdwörter » ni dans les ... « autres » mots — disons, pour relativiser les connotations, ni dans les mots « xénochtones » ni dans les mots « autochtones » (à noter que l’allemand écrit encore « xenochthon » et « autochthon » , le premier figurant même dans le Wörterverzeichnis de la amtliche Regelung publiée chez Gunter Narr en 1996). De nos jours, sur les planches ou dans la lucarne, de telles parodies seraient indubitablement considérées comme des délits de xénophobie, voire, malgré Lessing, de racisme.

4En quantité absolue comme en fréquence, même en comptant les mots d’origine arabe, espagnole, italienne, néerlandaise, russe etc., mais en lais­sant provisoirement de côté l’apparition massive de mots et de phrasèmes anglais, le corpus des mots allemands xénochtones consiste essentiellement en formants gréco-latins d’origine ancienne ou récente. Ces formants comprennent des bases et, dit-on, des affixes. Ces derniers, suffixes comme préfixes, ne devraient, de l’avis des puristes, se combiner qu’avec des bases de même origine. Mais pour des raisons diverses, les créateurs de néo­logismes n’ont pas toujours respecté ce que les brasseurs et buveurs de bière appellent le Reinheitsgebot. Il arrive même souvent qu’un affixe xénochtone s’accommode d’une base autochtone, ce dont la formation des verbes en –ieren offre un exemple probant non exclusif, comme le fit remarquer Rolf Bergmann à propos des internationalismes ou plus exactement des euro­péanismes. Au milieu de milliers de dérivés xénochtones, tels que florieren, kompilieren, oxydieren, spionieren, temperieren, se cachent des dérivés autochtones courants, tels que halbieren et schmieren, ou rares, comme europäisieren, rastrieren, schnabulieren, voire irrlichterlieren. Ces verbes supportent d’ailleurs la mixité des déterminants : abpatrouillieren, desorga­nisieren, dissimulieren, entsolidarisieren, hinausmanövrieren, para- und periphrasieren, umstrukturieren, vertechnisieren, wegoperieren, comme si les ‘préfixes’ se comportaient autrement que les ‘suffixes’, en tout cas d’une manière plus indépendante qu’eux. Plus généralement, on sait que la ‘com­position’ n’est pas astreinte à des règles aussi puristes et utopiques, l’assem­blage des déterminants comme des déterminés pouvant y être des formants autochtones ou xénochtones, comme le montrent les quatre variétés cou­rantes de AA, AX, XA et AA : Friedenspfeife (le calque), Kohlenladung, Panzerlurch ; Arbeitsmethode, Übungskurs, Angriffstaktik; Injektivlaut, Nettogewicht, Totempfahl ; Hyperoxyd, Superoxyd, Xenoglossie. Le voca­bulaire de la féminisation montre que la suffixation de -in ne s’embarrasse pas de la provenance autochtone ou xénochtone : Abenteuerin, Dozentin, Ministerin (et Exministerin), Lektorin et Rektorin, Beamtin et Referentin, Genossin et même Herrin, sans oublier Botin, Patin et Gattin. En la matière, le français a les coudées moins franches : *professeure paraît superfétatoire, *professeuse incongru, sans compter les épicènes comme secrétaire et Secrétaire, pacifiste et pianiste, pilote et camarade, Belge et Suisse. Com­ment appeler l’homme qui a passé le concours des sages-femmes ?

5En français comme en allemand, la langue familière a substantivé l’exder (ou die) Ex pour désigner d’ancien(ne) conjoint(e). Les substantifs du type ex-muse ou expatrier, Ex-DDR ou Ex-spion ont-ils été créés – ou empruntés – ici ou là ? Seule leur datation permet de le savoir. Qu’il y en ait davantage dans telle langue ne permet pas d’inférer un âge plus grand du procédé dans cette langue, car les descendants expatriés peuvent être plus prolifiques que leurs parents. Dans les deux langues, les mêmes signifiés peuvent se greffer sur des signifiants divers, p.ex. antérieur (postposé), précédent, ancien (antéposé), [professeur] honoraire, [adjudant] en retraite, [général] C.R., ci-devant [sans-culotte] ; vormalig-, früher-, verflossen-, gewesen-, [Prof.] emer., [Richter] i.R., Altkanzler, Vorgänger(in). On devine quelles recherches et quelles réflexions sont indispensables pour ranger les mots allemands xénochtones parmi les Fremdwörter ou parmi les Lehn­wörter quand leur seule intonation n’offre pas de critère, ce qui est le cas pour cet ex- dont l’intonation peut à l’occasion traduire une intention. Le trait d’union — ou plutôt de séparation, quand on songe à Exarchat, Existenz, explizit, explosiv ou exportieren, qui n’en souffriraient pas, malgré la réécriture occasionnelle de *Eksistenz — ne permet pas vraiment d’esti­mer qu’il s’agit d’une absence provisoire d’intégration ; quant à la flexion, le Deutsches Universalwörterbuch ne mentionne pas de forme spécifique de pluriel pour l’Ex isolé, sans interdire un seine ou ihre Ex[e(e)] (n)] satirique, analogue à « un(e) singleton(ne) ».

6Plus difficile à trancher sera la question de savoir s’il s’agit d’un phéno­mène éphémère, d’un simple acte de parole, d’une mode qui passe et non d’une innovation qui affecte durablement la langue — sans compter que les intérêts peuvent être capitalisés. S’agit-il, se demandera-t-on à l’Institut d’allemand d’Asnières, d’un phénomène franco-allemand, voire européen (comme pour les ex-monnaies nationales) ?

7L’attention portée conjointement dans ces lieux sur la littérature, sur la civilisation et sur la linguistique conduit à se demander s’il ne s’agit pas des effets de la fièvre trépidante de la nouvelle Fremdwörterei, ce qui relèverait plus de la sociologie, voire de la politique culturelle, que de la lexicologie épistémique, bien qu’elle se soit étendue à ces imitateurs imités que sont devenus les remplaçants des maîtres, les médias (ex-media).

8Tous les observateurs notent qu’une série de domaines où l’autochtone régnait presque sans partage sont envahis, et ce presque à tous les niveaux, notamment sur les perchoirs des assemblées parlementaires, par des bribes de langage xénochtone qui n’ont vraiment rien de ‘scientifique’, ni dans les termes ni dans les locutions. La réaction des grammairiens et plus générale­ment des scribes à ce sabir néologique — si facile à parodier, soit dit en passant — devient très intéressante, voire révélatrice, lorsqu’elle est mise en rapport avec les réactions positives ou négatives au septennat expérimental de la Neuregelung de l’orthographe appelée par certains « Neuschreibe ».

9Le croisement des deux réactions + et au changement de l’écriture (cité en premier pour des raisons de chronologie), O, et à l’avalanche d’anglo-américanismes qui font moderne, up to date, voire *top-postmoderne, A, donne un tableau à quatre cases non vides : O+A+ , O+A–, O–A+, O–A–. Des nuances intermédiaires permettent sans doute d’affiner l’appréciation des néologismes, et plus particulièrement de ceux qui utilisent comme éléments déterminants ex-, inter-, neo-, pro- et contra-, et comme élément déterminé -(o)manie, pour m’en tenir à des phénomènes auxquels s’est attachée exemplairement Gabriele Hoppe, dans la section de l’IDS consacrée à l’étude des Lehnwörter au sein du département « Lexik » (anciennement « Grammatik und Lexik »). Ces phénomènes se manifestent également en français, sauf que le français entend, même dans le contexte d’une campagne électorale par « un pro » un « professionnel », en allemand « ein Profi ».

10En parcourant le volume édité en 1997 sous la direction de Hans-Werner Eroms et de Host-Haider Munske et publié à Berlin par l’ESV, « Die Rechtschreibreform » avec l’annonce emblématique « Pro und Kontra », ce K- signant l’emprunt, on verra qu’une étude différenciée de l’accueil mitigé de la petite réforme de l’orthographe allemande permettrait de consacrer un long chapitre à O± et les Actes du Colloque de l’IDS en l’an 2000 encourageraient un examen plus approfondi de l’alamodisme contemporain A±. L’expérience corrigera ce que le tableau peut avoir de trop carré, et le patronage de La Bruyère rendra peut-être le lecteur indulgent pour des carac­térisations qui ne font appel ni à Freud, ni à Adler ni à Jung, encore qu’en cette matière aussi, la réalité peut dépasser la fiction. On peut accepter ou honnir la *Neuschreibe et la *Neurede, soit les deux ensemble, soit seulement l’une ou l’autre. Les logiciens n’apprécient généralement guère les signifiants « ou » qui ne distinguent pas les deux signifiés de  et de  , mais en l’occurrence, il n’est pas sot de faire de vice (± ?) vertu (± ?).

11Fait qui ne surprend pas tout le monde en dehors de l’hexagone : les Oui-Oui existent. Ces usagers s’inspirent de l’exemple politiquement correct des décideurs. Ce sont essentiellement des institutionnels. Exerçant un certain pouvoir et vivant soit de subventions soit de rétributions, ils n’ont guère besoin d’argumenter. Quand ils le font néanmoins, c’est pour parler au nom d’une prétendue autonomie du langage réel, de ses caprices, mais aussi du dynamisme qui l’opposerait à la pesanteur archaïque et aux velléités des protecteurs ou autres interventionnistes, fussent-ils gens de plume libres ou correcteurs patentés.

12Tous les partisans de la petite réforme récente et même tous les partisans de diverses grandes réformes avortées ne sont pas systématiquement favo­rables à l’accueil massif de cette naturalisation d’un anglais approximatif qui ressemble à une américanisation rampante de la modernité. Le clan des OUI-NON paraît même assez nombreux. Il rassemble à la fois des réformateurs convertis à la prudence, des réfractaires de la dernière heure qui trouvent l’altération des lexèmes beaucoup plus dévastatrice que la conversion de quelques graphèmes et des allergiques au xénochtone qui se réclament volontiers de l’exemple du philosophe, au demeurant grand connaisseur du xénochtone, du grec comme du latin scolastique, qui a voulu non seulement écrire, mais aussi penser en autochtone. On notera en passant le malheur qui frappa cette tentative de transcendance immanente de Heidegger quand ses traducteurs rivalisèrent de jargon xénochtone pour rester fidèles à la simplicité rustique du xénochtone. Mettant immanquablement les rieurs de son côté, l’argumentation de ces OUI-NON ne manque pas d’intérêt, mais elle se dispense trop volontiers d’un examen de conscience, sinon elle n’entérinerait pas si facilement sa propre abstention, voire sa neutralité, lors de la bataille de l’orthographe, car on peut estimer que c’était déjà en grande partie la même guerre : l’aggiornamento à l’inexorable mondialisation ou globalisation. Mais pourquoi le cordonnier est-il donc si mal chaussé ? Est-ce pour se distancer de l’ex-Sprachverein, accusé de tous les maux, que la nouvelle organisation, qui est certes aussi une organisation nouvelle, a choisi pour enseigne le triplet presque agrammatical, en tout cas ni tout à fait autochtone ni tout à fait xénochtone « Verein Deutsche Sprache » ?

13Le troisième groupe est moins fourni. Pour dire NON-OUI, il fallait et il faut encore beaucoup de courage, si ce n’est de la témérité de parieur. En effet, il faut considérer comme artificielle l’adaptation forcée de l’ortho-graphe à la 1984 et comme naturelle l’évolution, fût-elle débridée et galo-pante, vers une Weltsprache hégémonique. Des esprits éminents et compé­tents soutiennent cette conception du long terme qui doit régler le tir et les perspectives. En dépit de sa sympathie et de son respect pour ceux qui associent ainsi l’ouverture franche et réfléchie aux anglo-américanismes de la génération internet et l’opposition la plus virulente et combative aux ex-(?)-Absichtserklärungen des commis officiels signataires (le 1er juillet 1996) de la amtliche Neuregelung der deutschen Rechtschreibung, l’auteur consi­dère d’une part qu’il y a du bon et du mauvais dans un système graphé­matique (resté) perfectible et d’autre part que tout en tolérant des modes plus ou moins éphémères, la nature n’aime pas plus le trop-plein que le vide. La syntaxe n’est pas prête à laisser le dernier mot au lexique : WeltspracheSprachwelt.

14Les Non-Non se sont pas une fiction, à l’instar des « fausses fenêtres » qu’Arthur Schopenhauer dénonçait dans les Tables des concepts et des jugements de Kant. L’inertie produite par l’habitude et largement requise par la communication peut conduire à la fois à refuser les [dé]régulations du système graphématique et à refuser ou du moins à contrôler l’invasion du patrimoine langagier par des codes de génération ou d’opinions qui favori­seraient une espèce particulièrement détestable de fracture sociale jusque dans les familles et les classes (d’école, évidemment). Les partisans du Non-Non sont-ils des récalcitrants précautionneux sans avenir ou, dans les rangs clairsemés qui prônent l’attention au détail, des esprits critiques particuliè­rement attentifs aux motivations et peu enclins à considérer la langue comme un collectif monadique qui finit toujours, naturellement, par s’imposer une fois que l’école et la presse se sont accordées au diapason du O+A+?

15Ces quatre quartiers idéologiques sont assez artificiels, idéologiques et schématiques pour que personne ne puisse s’y reconnaître, voire s’y sentir mis en examen. De ce fait ils invitent à une étude minutieuse et approfondie, bref à une casuistique philologique, en d’autres termes à des méthodes qui paraissent plus ex que in à la linguistique j’allais dire officielle ou orthodoxe. On ne s’étonnera donc pas de lire justement dans la Zeitschrift für deutsche Philogie, sous la signature d’Alan Kirkness, une recension très élogieuse de l’ouvrage de Gabriele Hoppe paru en 1999 à Tübingen chez Gunter Narr, Des Präfix ex-, et dont le sous-titre modeste, Beiträge zur Lehn-Wortbildung, annonce la précision et le sérieux, relevés également par Peter Eisenberg dans le premier volume [“Das Wort”] de son Grundriß der deutschen Grammatik (pp. 240-242), dont on se demande toutefois si le choix de l’orthographe ancienne, Grundriß au lieu de Grundriss, fut celui de l’éditeur (J.B. Metzler, Stuttgart/Weimar) ou celui de l’auteur qui fut avant d’en démissionner non sans fracas, l’un des spécialistes les plus écoutés parmi les membres de cette commission de réforme qui fera peut-être parler, après 2005, des ex-commissionnaires de l’ex-réforme. A l’origine, un conseil scientifique avait orienté le travail des lexicologues de l’Institut für deutsche Sprache (Mannheim) en lui apportant une garantie scientifique de poids. Appartenaient à cette instance présidée par le professeur Peter von Polenz les professeurs Johannes Erben (Bonn), Manfred Höfler (Düsseldorf) et Horst Munske (Erlangen), ce dernier ayant, comme après lui Peter Eisenberg, renoncé à collaborer à la Neuregelung de l’orthographe dès qu’il devenait patent que cette pseudo-réforme appauvrirait le lexique alle­mand en renonçant à différencier l’adverbe et l’attribut de l’objet, ce dernier ayant été traditionnellement marqué par la ligature en laquelle Horst Munske voyait le signifiant de l’Univerbierung.

16La qualité proprement exemplaire de la monographie consacrée à ex- fut confirmée par une [re?]censeure ou -euse pressée qui publia dans Info Daf [sic] un éreintement que l’on n’ose pas dire ‘en règle’, car il comportait notamment le reproche à l’auteur de ne pas avoir mentionné des occurrences postérieures à la composition de l’ouvrage, mais qui disait que « für Wort­schatz-Arbeit, Purismus-Diskussion, Sprachgeschichte, Text-Aktualisierung, Erschließung der Gegenwartssprache, Sprachkontakt und Sprachvergleich in Lehrbüchern und Kursstunden braucht der Unterricht in DaF und [?] in Deutsch/Fremdsprachen [sic, ou est-ce une application de la syntaxe du DaF ?] allgemein, eine fundierte wissenschaftliche Erforschung der Wort­bildung — aber nicht dieses Buch ». [Wie da Elke Sommer anmaßend in den Wald oder in die Wüste hineinruft, so schallt es unwillkürlich trans­formiert heraus : ist das die Ankündigung eines opus magnum zu all diesen Zwecken ? — on excusera l’écho de ne pas avoir changé de langue !]

17A l’IAA, et de manière plus générale, dans les milieux germanistes étrangers, les programmes ne visent pas du tout un allemand réduit — j’allais écrire « au contraire » —, mais l’allemand ut sic, dans toutes ses dimensions synchroniques et diachroniques, y compris dans les domaines économiques, sociaux et politiques. L’IDS ayant retenu pour 2002 comme sujet du Congrès international annuel « Deutsch von außen », les délais de livraison des contributions aux présents Mélanges m’interdisent d’en dire beaucoup plus sur l’acception reçue d’une expression que j’ai toujours trouvée ambiguë — ambigüe, si l’on suit les règles recommandées par l’Académie en 1990 — comme j’ai toujours trouvé ambigu le terme de « contrastif » préconisé par l’IDS pour dédouaner une entreprise compa­ratiste qui préférait l’être au paraître. Il me semble en effet que dans le DaF — la minuscule médiane tirant sa légitimité de la diachronie — le souci essentiel de la politique culturelle ainsi que de la culture politique résidait dans l’aide à l’assimilation de millions d’immigrés hétérophones et prolifiques. Comment comprendre autrement les nombreuses créations de chaires affectées à cette discipline didactique, voire technologique ? Ce nouveau Fach attira certes beaucoup de bons et grands esprits, lesquels y virent une occasion presque inespérée de liberté de pensée et de recherche.

18La Lehnwort-Bildung n’en demeure pas moins intéressante pour la lexicologie classique et pour la linguistique comparatiste, et par voie de conséquence pour tous ceux qui s’attachent à faciliter la communication avec les allophones et désireux de profiter des internationalismes.

19Entendue comme une discipline englobante, la philologie s’intéresse au plus haut chef à la distinction entre l’alamodisme éphémère et ce qui s’ap­pelle également dans d’autres domaines de production le développement durable. Les études de motivation sont à cet égard capitales. L’ouvrage de Gabrielle Hoppe en regorge, s’attachant même à l’usage (discriminatif ou accidentel ?) du trait d’union. Embrassant deux siècles et demi, l’auteur décèle sous plusieurs centaines d’emplois l’émergence d’un nouveau signifié stable.

20Ce signifié est-il de l’ordre de l’être ou de l’agir ? Pour -manie, le comportement dominera, mais pour ex- ce sera l’être, bien que ce préfixe puisse déterminer aussi des verbes. Peut-on parler sérieusement d’instabilité stable ? Sans doute, la permanence du mouvement a longtemps — jusqu’à la découverte de l’inertie — gêné les physiciens, les astronomes et les philo­sophes, lesquels avaient autant de peine à la concevoir qu’à l’imaginer. De nos jours — et la longévité croissante permet de penser que cela va durer — on change de plus en plus souvent de métier, de profession, de demeure, de patrie, voire de continent, de préjugés et d’appartenance à des clans et des partis, de loisirs, de goûts parfois, et même de sexe (encore qu’il semblât que les transsexuels ne puissent en changer qu’une seule fois). Bref, souvent état varie. On est toujours aussi ex-quelque chose, voire ex-quelqu’un. Dans ces conditions, un signifiant aussi accommodant que ex- prend naturellement la place d’anciens prototypes d’un changement d’état qui, comme on dit depuis longtemps, laisse des traces : « Non », chantait Edith Piaf, « je ne regrette rien ! ». En termes de culture, on parlera plutôt de « lieux de mémoire ».

21Ces Mélanges offerts à deux ex-directeurs de l’IAA au sein d’un établissement qui préféra l’euphémisme de Sorbonne Nouvelle à quelque ex-Sorbonne numérotée ne devraient pas raviver, si l’on peut dire, la pâleur de l’amertume ni vanter l’ivresse fallacieuse d’une Spätlese adoucie par le nouvel état de l’é-méritat. Aussi bien voudrais-je leur rappeler d’autres modalités de la catégorie ontologique de l’ EX. à Gilbert Krebs, les vertus de l’art photographique qui permet de fixer comme Lamartine l’ex-instantané. À Hansgerd Schulte, les délices de l’art gastronomique qui sait dégager, dans le cuit, la saveur et l’énergie de l’ex-cru.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search