Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passerelles et passeurs

Une entreprise franco-allemande : la traduction des classiques français par les classiques allemands

Isabelle Vodoz

Texte intégral

1On ne s’étonnera pas que, dans des mélanges destinés à célébrer deux carrières de germanistes, on puisse être tenté de revenir sur son propre parcours. En ce qui me concerne, mon premier contact avec la “ recherche ”, la traditionnelle maîtrise, appelée autrefois DES, se fit sous la direction du professeur Ayrault, qui m’incita à m’intéresser à Schiller traducteur et à m’interroger sur ce qu’on pouvait conclure du traitement qu’il réserve d’une part au Macbeth de Shakespeare, à la Phèdre de Racine d’autre part. Bien que ne disposant à l’époque d’aucun outil linguistique, cette discipline ne faisant pas encore partie du cursus universitaire normal, je m’étais attaquée à la question avec les moyens du bord et j’avais été amenée à conclure que les libertés que Schiller se permet dans son adaptation de Macbeth étaient la marque d’un certain éloignement vis-à-vis de Shakespeare, tandis que la scrupuleuse exactitude dont il fait preuve dans sa traduction de Phèdre, témoignait d’un réel intérêt pour Racine.

2Laissant pour l’instant de côté le problème du rapport, ô combien complexe, des Allemands, et sans doute des Français, à Shakespeare, je voudrais questionner les rapports franco-allemands à partir des liens entre classicisme allemand et classicisme français. Je reprendrai donc des élé­ments de ce travail d’étudiante d’il y a quarante ans, travail dont il est fort probable que, sans que j’en sois consciente au moment même, il a déterminé en grande partie mes orientations ultérieures de germaniste, à savoir mon intérêt pour la linguistique appliquée à la littérature d’une part, mon goût pour la traduction de l’autre.

3Après un bref historique des relations entre classiques allemands et clas­siques français, dont il faut rappeler que, par suite du décalage temporel, elles ne fonctionnent bien évidemment qu’à sens unique, je centrerai, pour des raisons dont je m’expliquerai, mon étude plus spécifiquement sur l’histoire de la traduction de Phèdre, ainsi que sur la conception schillérienne de la traduction, avant de proposer quelques remarques plus linguistiques, suscitées par la comparaison des deux textes.

  • 1 Toutes les traductions des textes de Goethe et de Schiller sont de moi.

4On sait que les classiques allemands, suivant en cela la voie tracée par Lessing, ont manifesté vis-à-vis des classiques français une hostilité, sans doute teintée de jalousie, et ne leur ont pas ménagé leurs critiques. Ainsi Schiller, déclarant en 1781, dans la “ Préface non publiée des Brigands ” que les personnages du théâtre français sont “ les spectateurs glacés de leur rage et les doctes professeurs de leur passion ”1 Treize ans plus tard, dans Ueber das Pathetische (1794), il n’est guère plus tendre, quand, parlant de la nécessité pour le héros tragique de se présenter comme être souffrant, car sinon il risquerait d’être taxé d’indifférence, il poursuit :

Tel est le cas dans la tragédie des anciens Français, où ce que nous voyons est fort rarement, et pour ainsi dire jamais, la nature souffrante, mais où nous est offert le spectacle de la froideur déclamatoire du poète ou celui d’acteurs montés sur des échasses.

5Cependant, à y regarder de plus près, on s’aperçoit que les choses ne sont pas aussi simples. En effet, artistes concernés de près par le développement d’un théâtre national, Goethe et Schiller voient très tôt ce que le théâtre français est susceptible d’apporter à la scène allemande. C’est ainsi que, dès 1784, le jeune Schiller — il n’a que vingt-cinq ans ! — écrit à Dalberg, intendant du théâtre de Mannheim :

Je nourris en secret un petit espoir, celui de procurer avec le temps à la scène allemande, par l’installation sur notre sol des pièces classiques de Corneille, de Racine, de Crébillon et de Voltaire, une acquisition importante.

6Le rapprochement de ces quatre noms peut surprendre le spectateur d’aujourd’hui, mais il faut savoir que Prosper Jolyot, sieur de Crais-Billon, dit Crébillon (1674-1762), fut considéré jusqu’à Voltaire, comme le plus grand auteur tragique français après Corneille et Racine. Or, qui connaît encore son Rhadamiste et Zénobie de 1711, et ne serait tenté de lui attribuer plutôt la paternité des romans de mœurs de son fils (1707-1777) ! Quant aux tragédies de Voltaire, qui bénéficièrent d’un succès certain en leur temps, il n’en reste pratiquement que les titres, et qui, à part les spécialistes, peut se vanter d’avoir vu, ou même lu Zaïre (1732), Mahomet (1741) ou Tancrède (1760) ?

7Si, en 1784, Schiller se préoccupe déjà d’étendre le répertoire du théâtre de Mannheim, cette préoccupation se renforce à partir du moment où se développe son amitié avec Goethe et où, quittant Iéna pour Weimar, il est amené à collaborer avec lui aux destinées du théâtre de la cour. Le goût du duc pour le théâtre français, et le désir donc de lui complaire, ne seront pas étrangers aux décisions prises de traduire telle ou telle pièce. Quelques repères chronologiques : Goethe traduit le Mahomet de Voltaire en octobre 1799, puis, en juillet 1800, il s’attaque à la traduction de Tancrède, Schiller, pour sa part, traduit la Phèdre de Racine en janvier 1805.

8Mais les désirs du duc de Weimar et les besoins du répertoire n’ex­pliquent pas tout et, à côté de critiques sévères et répétées à l’endroit des classiques français, existe un intérêt réel plus ou moins sous-jacent. Il faut également souligner que c’est en général à des moments où ils éprouvent, dans leur propre production, un certain nombre de difficultés de création, que tant Goethe que Schiller se tournent vers la traduction. Ainsi, Goethe, qui s’est rendu pour quelque temps à Iéna, écrit-il, le 25 juillet 1800, non sans un certain humour :

Considérant la brièveté et la fugacité de la vie humaine (je commence ma lettre comme un testament) et ne sentant pas bien ma propre production, je me suis rendu dès mon arrivée, mardi soir, à la bibliothèque Büttner, j’y ai emprunté un volume de Voltaire et j’ai commencé à traduire Tancrède.

9Et Schiller, le 14 janvier 1805, parlant de sa traduction de Phèdre, qu’il qualifie de “ travail à demi mécanique ” :

Je suis maintenant tout à fait heureux d’avoir pris et maintenu la décision de m’occuper d’une traduction. Ainsi, cette période misérable aura tout de même produit au moins quelque chose, et pendant ce temps-là j’aurai quand même vécu et agi.

10On ne peut d’ailleurs qu’être stupéfait devant la puissance de travail des deux amis : Goethe achève ses traductions de Mahomet puis de Tancrède en l’espace de quelques semaines et Schiller traduit Phèdre en moins d’un mois. Il est également difficile de ne pas être admiratif devant leur connaissance du français, qui est telle qu’on peut certes relever dans leurs traductions des passages plus ou moins heureux, mais en tout cas ni contresens, ni erreurs grossières. Cependant, c’est ici le lieu de noter une différence fondamentale entre le travail de Goethe et celui de Schiller, différence que la mise en parallèle de deux citations de Schiller suffira à caractériser.

1118 octobre 1799 : Schiller renvoie à Goethe la traduction qu’il lui a soumise :

Je vous renvoie le Mahomet avec quelques remarques que j’ai faites au cours de ma lecture. Elles concernent en majeure partie l’original lui-même et non pas votre traduction, je crois qu’il faut absolument apporter en la matière des améliorations à l’original.

1220 janvier 1805 : à Körner, à propos de sa propre traduction de Phèdre :

Je l’ai traduite en utilisant les iambes ordinaires non rimés, avec une fidélité scrupuleuse et sans me permettre la moindre modification.

13Deux démarches donc, dont la raison est manifestement à chercher ailleurs que dans les capacités respectives des traducteurs, qui possèdent tous deux une solide connaissance du français en même temps qu’une grande maîtrise du vers allemand. Goethe traduit (il dit lui-même parfois bearbeiten = adapter) avec une fidélité toute relative, supprimant des vers, en ajoutant d’autres, changeant le nom d’un personnage. Il ne s’embarrasse pas obligatoirement de rendre les images voltairiennes, même discrètes. Un seul exemple, tiré de la scène 6 de l’acte II :

Séide est tout en proie aux superstitions ;
C’est un lion docile à la voix qui le guide.

14devient en allemand :

Seide hegt die Glut des Aberglaubens
In seinem Busen ; anzufachen ist
Sie leicht.

15Par ailleurs, s’il n’a finalement que très modérément recours aux boulever­sements suggérés par Schiller, qui pourtant semblent le convaincre dans un premier temps, ce n’est certainement pas au nom d’une fidélité à l’original, qu’il ne revendique à aucun moment.

16Sa traduction de Tancrède sera faite dans le même esprit, ce que Schiller constate avec satisfaction dans une lettre du 30 juillet 1800 :

Je vous félicite des progrès de votre travail. Les libertés que vous me semblez prendre vis-à-vis de l’original français me paraissent un bon signe de votre humeur productive et laissent augurer d’une avancée supplémentaire par rapport à Mahomet.

17À quoi Goethe répond dès le surlendemain en donnant des indications plus précises sur l’avancement de ses travaux ainsi que sur la façon dont il les conçoit :

Grâce à cela je me suis assuré, à ce qu’il me semble, du noyau [Eingeweide] noble de la pièce, à laquelle il faut maintenant que j’ajoute quelques éléments qui l’animent, afin de conférer au début et à la fin plus de plénitude que dans l’original.

18La conséquence en est que le lecteur, devant des textes qui se lisent au demeurant fort agréablement, n’éprouve ni plus ni moins d’ennui que de­vant ceux de Voltaire. Et c’est sans doute là que le bât blesse. Reconnaissons qu’il est difficile d’exiger d’un traducteur qu’il rende intéressant un texte dont il faut bien admettre que l’histoire a eu raison de le reléguer au second plan, voire dans l’oubli !

19Il en va tout autrement de la Phèdre de Schiller : le plaisir qu’on éprouve à se retrouver plongé dans l’une des plus belles tragédies de Racine se redouble de celui de voir comment un grand poète s’y prend pour rendre justice à l’œuvre d’un autre grand poète. On comprendra donc que je laisse Mahomet ou Tancrède à l’histoire littéraire pour me consacrer exclusi­vement à Phèdre.

20La traduction de Phèdre intervient, on l’a vu, cinq ans après les traduc­tions de Voltaire. La position des deux amis vis-à-vis des classiques français s’est-elle transformée dans l’intervalle ? Ce serait beaucoup dire. On perçoit cependant, dès 1799, au moment où Goethe s’attaque à Mahomet, que quel­que chose a commencé à bouger. Schiller, qui travaille à l’époque sur Wallenstein, est amené à relire les classiques français, les “ vrais ”, à savoir Corneille et Racine. Son jugement sur Corneille est toujours aussi dur et ses reproches toujours aussi injustes : manque d’invention, maigreur et séche­resse des caractères, froideur, caractère artificiel des personnages féminins ; seul trouve grâce à ses yeux le traitement cornélien du véritable héroïsme. Et de poursuivre :

Racine est sans conteste beaucoup plus proche de l’excellence, bien qu’il conserve tous les défauts de la manière française et qu’il soit dans l’ensemble un peu faible. Je suis curieux maintenant de voir la tragédie de Voltaire car, à en conclure des critiques qu’il adresse à Corneille, il connaît très bien les défauts de ce dernier. [31 mai 1799]

21Même si l’irritation vis-à-vis de la “ manière française ” — je choisis de rendre ainsi “ französische Manier ”, de préférence à “ style ” (trop neutre) ou à “ maniérisme ” (trop péjoratif) — persiste, on sent, et la correspon­dance en témoigne, que Voltaire n’est plus exactement sur le même plan ; quant à Crébillon, son étoile a nettement pâli. Goethe, qui le relit dans le cadre de son travail sur Mahomet, écrit à Schiller le 23 octobre 1799 :

Celui-ci [Crébillon] présente une étrange bizarrerie. Il traite les passions comme des cartes à jouer qu’on peut mélanger, jouer, remélanger et rejouer sans qu’elles se transforment le moins du monde. […] Cette manière nous serait globalement insupportable ; simplement, j’ai pensé qu’on pourrait — et qu’on devrait peut-être — y avoir avantageusement recours dans des compo­sitions de second ordre comme des opéras, des drames de chevalerie ou des féeries.

22L’échelle de valeurs adoptée se rapproche de plus en plus de celle que l’histoire littéraire a retenue. Il ne sera plus question de Crébillon et, quel­ques jours avant sa mort, le 25 avril 1805, Schiller écrit à Goethe :

En déniant à Voltaire toute profondeur, vous avez certes mis l’accent sur un de ses défauts principaux…

23Mais il faut revenir à Phèdre. On sait que le choix de Schiller fut loin d’être entièrement libre. Le duc de Weimar souhaitait en effet voir cette pièce représentée, et même très précisément pour l’anniversaire de la duchesse, le 30 janvier 1805. Ce n’est pas la première fois que le goût du duc pour ce qui vient de France contraint Schiller à des tâches dont il s’acquitte en maugréant :

À part cela j’ai été occupé avec les récentes acquisitions théâtrales françaises de la bibliothèque, que le duc voulait que je lise. Je n’y ai encore rien trouvé qui me comble. [26 janvier 1803]

24Outre le désir du duc, le choix de Phèdre a probablement été influencé par une lecture de la pièce faite en 1804, lors du passage de Madame de Staël à Weimar. Schiller commence néanmoins par traduire quelques pages de Britannicus, puis renonce, justifiant son choix par le désir de contenter une actrice, dont il écrit qu’“ en réalité c’est principalement pour elle ” qu’il a donné la préférence à Phèdre.

25Cependant, une fois plongé dans sa traduction, il semble bien que les réticences de Schiller disparaissent, comme en témoigne sa correspondance avec ses divers amis. Il écrit ainsi à Körner que c’est là

“ une pièce qui a bien des mérites, et qui, si l’on veut bien en accepter la manière, pourrait même être qualifiée de remarquable ”.

26à Humboldt, il confesse que “ ce travail, qui est loin d’être facile, ” a représenté pour lui “ un exercice agréable ”. Et la notion “ d’exercice ” n’a rien de dévalorisant, ce que confirme une lettre à Iffland, où Schiller déclare sans ambages que la pièce “ est du plus haut intérêt dramatique ” et qu’il s’est attaché à ce travail “ avec le soin le plus extrême et avec amour ”.

27Pour en terminer avec cet aspect des choses, rappelons que Schiller achève sa traduction de Phèdre entre le 17 décembre 1804 et le 14 janvier 1805, que la pièce est jouée, comme prévu, le 30 janvier 1805 — c’est un succès — et sera utilisée en mai 1805 pour introduire aux cérémonies pour la mort de Schiller. On ne peut pas vraiment dire que Phèdre ait acquis véri­tablement droit de cité sur les scènes allemandes mais la traduction conti­nuera à être jouée jusqu’à l’apparition en 1948, 1956, 1958, 1988 puis 1995 de traductions diverses adoptant tel ou tel procédé, dactyles à quatre pieds, alexandrins, prose et vers alternés, etc.

28Sur la traduction de Schiller, les opinions varient du tout au tout. Dans l’introduction au volume III de l’édition complète des œuvres parue chez Hanser, — celui qui contient les traductions et les adaptations — Herbert G. Göpfert soutient, entre autres à partir de l’exemple de Phèdre, l’idée que Schiller traduirait avec d’autant plus de fidélité qu’il se sent plus loin de l’original. Si l’on se reporte aux déclarations tant de Schiller que de Goethe, ce trop séduisant paradoxe me paraît difficile à défendre. Ma thèse est au contraire que la fidélité dont fait preuve Schiller porte témoignage d’une proximité inconsciente, voire refoulée, vis-à-vis de l’original. Mais, à l’op­posé, cette fidélité se trouve contestée par Wolf Steinsiek qui, dans la post­face à sa propre traduction en prose de Phèdre, parue en 1995 chez Reclam, soutient pour sa part que “ Schiller a créé sa propre Phèdre ”. J’espère arriver à montrer dans ce qui suit que ce jugement repose sur une erreur d’appréciation.

29“ Ce travail, qui est loin d’être facile ” (diese nicht so ganz leichte Arbeit). C’est ainsi que Schiller qualifie sa traduction. Il est en effet on ne peut plus conscient de l’impossibilité qu’il y a à rendre pleine justice à l’original. Il suffit sur ce point de relire ce qu’il écrit à Goethe au moment où celui-ci traduit Mahomet :

La particularité qu’a l’alexandrin de se diviser en deux moitiés égales, de même que la nature de la rime, qui a pour effet de former couple à partir de deux alexandrins, sont déterminantes non seulement pour toute la langue, mais également en profondeur pour l’esprit général de ces pièces, pour les caractères, les sentiments, les comportements des personnages. Tout est placé ainsi sous la règle de l’opposition, et de même que le violon du musicien dirige les mouvements des danseurs, la nature doublement articulée de l’alexandrin dirige les mouvements de l’âme et les pensées. L’intelligence est perpétuellement sollicitée, et tout sentiment, toute pensée, est contraint de s’inscrire dans cette forme comme dans le lit de Procruste.

Étant donné que, dans la traduction, la suppression de la rime ruine toute la base sur laquelle reposaient ces pièces, il n’en reste que des décombres. On ne comprend plus l’effet, dans la mesure où la cause a disparu. [15 octobre 1799]

30Malgré ce défaitisme affiché, Schiller se trouve donc, cinq ans plus tard, dans la situation d’avoir à traduire Phèdre. On ignore toutefois pourquoi il choisit de ne pas avoir recours à la rime, alors même que Körner suggère timidement que, dans certains cas, celle-ci serait du plus heureux effet. Le vers iambique retenu présente l’inconvénient d’être relativement court, ce qui va poser un double problème. Un premier, dont témoigne une lettre de Goethe, laquelle mérite d’être citée assez longuement. Le 14 janvier 1805, celui-ci renvoie à Schiller le début de sa traduction :

J’ai lu avec grand intérêt les trois actes. L’exposition de la pièce est brève et heureuse et la passion persécutée lui donne de la vie. J’en attends beaucoup. à cela s’ajoute que quelques-uns des passages principaux, une fois le sujet admis, doivent faire un effet remarquable. Dans ces passages, votre texte est admirablement réussi. J’avais d’ailleurs commencé à noter çà et là quelques modifications. Mais elles ne portent que sur les cas assez fréquents où se produit un hiatus, ou bien ceux où l’on rencontre deux syllabes brèves (ano­dines) à la place d’un iambe ; à chaque fois cela a pour effet de rendre le vers encore plus court qu’il n’est déjà, or, j’ai remarqué lors des représentations que, dans ce genre de passages, en particulier quand ils sont pathétiques, l’ac­teur pour ainsi dire trébuche et se trouve désarçonné. Vous aurez peu de mal à améliorer ces quelques endroits. Ayez par ailleurs l’obligeance de faire accélérer au maximum la copie des rôles, car la pièce doit encore être apprise et répétée.

31Ce passage appelle quelques commentaires. Il permet d’une part de prendre la mesure du rythme accéléré — pour ne pas dire de la précipita­tion — dans lequel se déroule l’ensemble de l’entreprise : nous sommes le 14 janvier, et même si Schiller a terminé, il n’y a, de toute évidence, encore que trois actes qui soient sortis de la plume du copiste, or, la pièce sera effectivement représentée le 30 janvier ! On constate d’autre part que, contrairement à ce que nous signalions à propos des deux tragédies de Voltaire, Goethe se borne à des remarques purement formelles ; à aucun moment il n’est question de modifications de fond, mais on sent bien plutôt une grande admiration pour l’original. Enfin, les remarques sur la “ longueur ” du vers iambique soulignent le second inconvénient de cette forme, à savoir que, sauf cas exceptionnel, ce vers ne saurait contenir autant de mots que l’alexandrin. De fait, la Phèdre de Schiller comporte 144 vers de plus que celle de Racine. Cette différence en faveur de l’allemand, qui est à peu de chose près de 10 %, est assez inattendue, puisque, en règle générale, une traduction française, à tout le moins d’un texte de prose, est plus longue d’un tiers que l’original.

32C’est maintenant à cette différence de longueur que je voudrais m’atta­cher. Plutôt que de dresser une liste d’exemples, par la force des choses relativement brefs, prélevés sur l’ensemble de la tragédie, j’ai choisi d’em­prunter à une seule scène des citations plus longues, dans le but de mieux faire sentir le mouvement des deux textes. J’ai retenu, pour ce faire, la scène 3 de l’acte I, celle où Phèdre fait à Œnone l’aveu de son amour pour Hippolyte, scène splendide, qui, de plus, contient certains des vers les plus célèbres de Racine. Notons, d’entrée de jeu, que cette scène confirme les 10 % de longueur supplémentaire que j’avançais, puisqu’elle commence au vers 153 chez Racine, alors que Schiller en est déjà au vers 167, et qu’elle se termine en français au vers 316, en allemand au vers 347.

33Écoutons tout d’abord les reproches d’Œnone à sa maîtresse :

(1)

Ah ! s’il vous faut rougir, rougissez d’un silence

Qui de vos maux encore aigrit la violence.

Rebelle à tous nos soins, sourde à tous nos discours,

Voulez-vous sans pitié laisser finir vos jours ?

Quelle fureur les borne au milieu de leur course ?

Quel charme ou quel poison en a tari la source ?

Mußt du erröten, über dieses Schweigen

Erröte, diesen strafbaren Widerstand,

Der nur die Stacheln deiner Schmerzen schärft.

Willst du, von unserm Flehen ungerührt,

Hartnäckig, alle Hülfe von dir stoßen

Und rettungslos dein Leben schwinden sehn ?

Was für ein Wahnsinn setzt ihm vor der Zeit

Ein frühes Ziel ? Was für ein Zauber, welch

Ein heimlich Gift macht seine Quellen stocken ?

34Puis Phèdre décrivant sa passion malheureuse :

(2)

Mon mal vient de plus loin. A peine au fils d’Egée

Sous les lois de l’hymen je m’étais engagée,

Mon repos, mon bonheur semblait être affermi,

Athènes me montra mon superbe ennemi.

Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue ;

Un trouble s’éleva dans mon âme éperdue ;

Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler ;

Je sentis tout mon corps et transir et brûler.

Schon früher fing mein Unglück an. Kaum war

Dem Sohn des Aegeus meine Treu verpfändet,

Mein Friede schien so sicher mir gegründet,

Mein Glück mir so gewiß, da zeigte mir

Zuerst Athenä meinen stolzen Feind.

Ich sah ihn, ich errötete, verblaßte

Bei seinem Anblick ; meinen Geist ergriff

Unendliche Verwirrung, finster wards

Vor meinen Augen, mir versagte die Stimme,

Ich fühlte mich durchschauert und durchflammt

35On sent, dans les deux cas, que Schiller a été touché par l’intensité des sentiments exprimés, intensité qui est encore soulignée par l’aspect concen­tré, presque massif, du français du xviie, mais que l’outil dont il dispose ne lui permet pas la même concision. Comment, en effet, rendre pleinement justice à ce phénomène qu’il soulignait si justement cinq ans auparavant, cette opposition interne propre à l’alexandrin, ainsi qu’au couple formé par deux alexandrins ? La tâche semble parfois impossible. Ainsi :

(3)

Mais ne différez point : chaque moment vous tue.

Jetzt aber eile — jeder Augenblick,

Den du versäumst, bringt näher dich dem Tode.

36C’est pourquoi on ne peut qu’admirer des passages où l’allemand, non content de retrouver le mouvement du français, est presque plus accompli, comme dans ce bref échange entre Phèdre et Œnone :

(4)

PHEDRE

Quand tu sauras mon crime, et le sort qui m’accable,

Je n’en mourrai pas moins, j’en mourrai plus coupable

ŒNONE

Madame, au nom des pleurs que pour vous j’ai versés,

Par vos faibles genoux que je tiens embrassés,

Délivrez mon esprit de ce funeste doute.

PHÄDRA

Weißt du mein Unglück, weißt du meine Schuld,

Nicht minder sterb ich drum, nur schuldger sterb ich.

ŒNONE

Bei allen Tränen, die ich um dich weinte,

Bei deinem zitternden Knie, das ich umfasse,

Mach meinem Zweifel, meiner Angst ein Ende !

37Et, dans un éclair de génie, Schiller va même être plus racinien que Racine :

(5)

Grâces au ciel, mes mains ne sont point criminelles.

Plût aux dieux que mon cœur fût innocent comme elles !

Die Hand ist rein. Wär es mein Herz wie sie !

38Mais le caractère presque formulaire du français des tragédies du grand siècle n’est pas seulement dû à l’usage de l’alexandrin, il s’explique égale­ment par sa proximité syntaxique avec le latin, lequel demeure, pour nos classiques, une langue bien plus familière qu’elle ne l’est pour nous. Cette proximité se manifeste en particulier dans l’usage, fréquent chez Racine, des propositions participiales — l’ablatif absolu n’est pas loin ! —, singulièrement des participiales à participe présent. Permettant de faire l’économie d’une conjonction de subordination, elles fonctionnent comme un raccourci et obligent donc le traducteur qui ne dispose pas des mêmes facilités à expliciter la relation. En voici un exemple saisissant :

(6)

Que ces vains ornements, que ces voiles me pèsent !

Quelle importune main, en formant tous ces nœuds,

A pris soin sur mon front d’assembler mes cheveux ?

Wie diese schweren Hüllen auf mir lasten,

Der eitle Prunk ! Welch ungebetne Hand

Hat diese Zöpfe mir künstlich geflochten,

Mit undankbarer Mühe mir das Haar

Um meine Stirn geordnet ? [Muß sich alles]

39Il est rare, en effet, que ces participiales puissent être rendues en alle­mand par un participe I. Sur les 11 occurrences qu’on relève dans cette seule scène, Schiller a choisi une unique fois de calquer rigoureusement le texte allemand sur le texte français (“ Vous-même, condamnant vos injustes des­seins ” vs “ Dein trauriges Beginnen widerrufend ”). Dans les autres pas­sages, on observe deux cas de figure. Ou bien Schiller privilégie l’exacti­tude, avec, semble-t-il, une préférence pour le recours à la parataxe, comme ci-dessus ou dans l’exemple qui suit, mais alors il ne peut éviter des allon­gements :

(7)

Quand ma bouche implorait le nom de la déesse,

J’adorais Hippolyte, et le voyant sans cesse,

Même au pied des autels que je faisais fumer,

J’offrais tout à ce dieu que je n’osais nommer.

In meinem Herzen herrschte Hippolyt,

Wenn meine Lippe zu der Göttin flehte.

Ihn sah ich überall und ihn allein,

Am Fuße selbst der rauchenden Altäre

War er der Gott, dem ich die Opfer brachte.

40Ou bien, pour éviter l’écueil de l’allongement, il se résout à sacrifier la fidélité au texte et procède à des condensations, voire à des suppressions. Il est à noter que les remarques qu’on peut faire sur les participes présents sont également valables pour les cas plus rares de propositions adjectivales — comme on a pu le constater dans l’exemple (1) — ou de participes passés. Voici un exemple amusant où, confronté à deux participiales successives, Schiller ne maintient la frappe du français qu’en sacrifiant l’une des deux :

(8)

Soumise à mon époux, et cachant mes ennuis,

De son fatal hymen je cultivais les fruits.

Und unterwürfig meiner Gattinpflicht

Pflegt ich die Pfänder unsrer Unglücksehe !

41L’exemple (9) nous permettra, tout en réécoutant deux vers fameux, d’admirer l’habile remaniement que Schiller leur fait subir, même si l’on ne peut s’empêcher ici de regretter l’absence de la rime.

(9)

Ariane, ma sœur, de quel amour blessée

Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !

O Ariadne, Schwester ! Welch Geschick

Hat Liebe dir am öden Strand bereitet !

42Que penser enfin de ces trois vers de Racine, ramenés à deux par Schiller ?

(10)

Quoi ! vous ne perdrez point cette cruelle envie ?

Vous verrai-je toujours, renonçant à la vie,

Faire de votre mort les funestes apprêts ?

Weh mir, noch immer nährst du, Königin,

Den traurgen Vorsatz und entsagst dem Leben ?

43On a le sentiment que si la participiale a pu être conservée grâce à la coordination, ce n’est qu’au prix d’une condensation particulièrement dras­tique du co-texte, dont la retransposition en français aide à prendre la mesure (“ Hélas, tu continues, reine, à nourrir ton triste projet et à renoncer à la vie. ”).

44Pour une oreille française, le dernier vers appelle, par la rime, le passage admirable qui le suit, passage très justement célèbre, où Phèdre exprime toute sa nostalgie, et qui, lui aussi, contient une participiale. Or, sans avoir recours au participe I allemand, sans allonger le texte, mais tout en y restant cependant absolument fidèle, Schiller a écrit trois vers qui, à mon avis, sont en tout point dignes de ceux de Racine et que je souhaiterais citer en ter­minant, afin de rendre hommage à une traduction qui contient beaucoup d’autres réussites du même genre :

(11)

Dieux ! que ne suis-je assise à l’ombre des forêts !

Quand pourrai-je, au travers d’une noble poussière,

Suivre de l’œil un char fuyant dans la carrière ?

O säß ich draußen in der Wälder Grün ! —

Wann wird mein Aug auf der bestäubten Bahn

Des raschen Wagens flüchtgen Lauf verfolgen ?

45Dira-t-on que le poète allemand a été séduit par un hymne à la nature, inattendu chez un de ces Français si fréquemment accusés d’intellectualisme et de sécheresse ? Ce serait un peu facile. Il est certain que les vers les plus lyriques de Racine sont souvent ceux qui ont le plus inspiré Schiller. J’en veux pour preuve, toujours dans cette scène, l’admirable et mélancolique “ In Unschuld flossen meine stillen Tage ”, pour rendre l’émouvant “ Mes jours moins agités coulaient dans l’innocence ”.

46Sans doute est-ce le fait que cette traduction soit dans l’ensemble aussi belle, qui a pu donner consistance à l’affirmation selon laquelle Schiller au­rait créé sa propre Phèdre. En ce qui me concerne, je suis bien plutôt frappée par la scrupuleuse fidélité à laquelle s’efforce le traducteur, par l’ingéniosité avec laquelle il s’emploie à résoudre les problèmes posés, et ce, à propos d’un texte qu’il abordait avec méfiance, mais pour lequel il semble bien qu’il ait, au cours de son travail, éprouvé une affinité et une admiration gran­dissantes.

47Comme on le voit, les relations entre classiques allemands et classiques français pourraient représenter une sorte de paradigme des relations franco-allemandes passées ou présentes, relations qui conjuguent incompréhension et méconnaissance avec proximité profonde et intérêts communs, et qui, si l’on travaille à leur développement, ne peuvent, en tout état de cause, qu’être bénéfiques pour les deux parties.

Notes

1 Toutes les traductions des textes de Goethe et de Schiller sont de moi.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540