Version classiqueVersion mobile

Passerelles et passeurs

« Trotzbuben » et « Johannes der Täuscher » ou : le dernier texte de Karl Kraus est-il vraiment écrit en « langue compréhensible » ?

Gerald Stieg

Texte intégral

  • 1 Gustav Janouch, Gespräche mit Kafka. Francfort, Fischer, 1981, p. 107.

1Parmi les « contradictions » de l’archisatiriste de langue allemande, il en est une que ses adversaires ne manquaient jamais de relever, à savoir que l’ennemi juré du journalisme nourrissait son œuvre essentiellement d’une lecture obsessionnelle des journaux. Kafka a trouvé une boutade qui résume le problème : « Seul un braconnier rusé peut faire un garde-forestier si efficace et sévère. »1 Et pourtant, Kraus et ses admirateurs n’ont jamais douté du fait qu’il était l’incarnation de la Loi absolue et du génie inaltérable de la langue allemande. Chaque procès instruit par Kraus avait donc valeur exemplaire et définitive. Le moindre fait divers jugé par lui subissait une métamorphose extraordinaire : le plus banal fait de la vie quotidienne perdait son caractère contingent, historique et temporel. Partant, Kraus était convaincu que la forme satirique allait consumer totalement le côté « journalistique » des faits et que, par exemple, les noms historiques se transformeraient en signes intemporels. Autrement dit, Karl Kraus prédisait à son œuvre née du jour(nal) une postérité artistique durable. Et il faut admettre que les grands satiristes d’Aristophane à Molière et de Swift à Kraus, tous profondément impli­qués dans les affaires de leur temps, ont souvent réussi ce pari de la sur­vie. Leur vis comica est telle qu’elle semble avoir réellement consumé les causes occasionnelles dont leur satire se nourrissait pour ne faire subsister que des « constantes anthropologiques ».

  • 2 Die Fackel 917-922, février 1936, p. 94-112. La Fackel sera désormais citée dans le texte sous la f (...)
  • 3 Elias Canetti, Karl Kraus, Schule des Widerstands., in : E.C., Das Gewissen der Worte. Munich, Hans (...)
  • 4 Volksstimme spezial, Vienne, le 15 octobre 1998.

2Seulement, ce processus ne fonctionne pas toujours, et souvent le temps historique réclame sa part en rendant les textes littéraires opaques, voire incompréhensibles comme si la matière première prenait une sorte de revanche sur la volonté et la puissance transformatrice de l’art. Le dernier texte publié par Kraus de son vivant et intitulé Wichtiges von Wichten (littéralement Des choses importantes sur des gens sans impor­tance)2 semble appartenir à cette catégorie et donc être irrémédiable­ment condamné par le temps. Ironie de l’histoire : ce texte était juste­ment assorti du sous-titre « In verständlicher Sprache » (« En langue compréhensible »). Pour Kraus, une des fonctions de cette polémique était donc de rendre sa pensée particulièrement « claire et compréhen­sible » à un public qui, visiblement, avait du mal à suivre son argumen­tation politique depuis la parution en juillet 1934 de la Fackel (890-905) intitulée Warum die Fackel nicht erscheint (« Pourquoi la Fackel ne paraît pas »). Avant de s’interroger sur les causes qui ont rendu « incom­préhensible » ce texte rédigé de manière ostentatoire dans une (préten­due) « langue compréhensible », il faut tout d’abord poser la question « à qui Kraus avait-il adressé Wichtiges von Wichten ? ». La réponse est assez simple : ce texte s’adressait aux lecteurs — souvent jeunes — habi­tuels de la Fackel qui étaient en même temps les auditeurs de ses lectures publiques. Pour être tout à fait précis : il visait une catégorie bien définie de lecteurs/auditeurs, à savoir les lecteurs/auditeurs sociaux-démocrates et communistes qui avaient formé une partie non négligeable de ses admi­rateurs les plus fidèles et inconditionnels et qui, depuis 1934, doutaient de leur ancienne idole. Il s’agissait donc de connaisseurs intimes de la Fackel. Autrement dit : au moment de sa parution ce texte était effective­ment parfaitement limpide pour le public habituel du satiriste. Kraus, sa revue, l’institution des lectures publiques et son public fidèle formaient un véritable système de communication dont Elias Canetti a donné une description précise.3 Il va de soi que la disparition du système ou d’élé­ments essentiels de son fonctionnement altèrent, voire détruisent les bases de la compréhension. Ce qui explique pourquoi, par exemple, les essais politiques de Thomas Mann ou de Bertolt Brecht rencontrent relative­ment peu d’obstacles chez le lecteur posthume, car, grosso modo, leur production et diffusion correspondaient déjà aux règles du monde mé­diatique moderne. D’où le reproche, fait à Kraus, d’avoir opté pour une écriture satirique hermétique. Ce reproche s’explique partiellement par le fait que l’œuvre la plus controversée et la plus « hermétique » de Kraus, La Troisième Nuit de Walpurgis (rédigée en 1933/1934) — dont la con­naissance est indispensable pour l’exégèse de Wichtiges von Wichten — n’a été publiée qu’en 1952. Michael Scharang4 explique le « refoule­ment » de ce « livre fulgurant sur le national-socialisme » ainsi :

« Après 1945, c’était un livre fort désagréable pour des gens qui défendaient la thèse selon laquelle on ne pouvait pas savoir ce qui s’était passé sous le régime nazi. Et voilà qu’apparaît quelqu’un qui écrit en 1933 comme s’il avait écrit après 1945, quelqu’un donc qui a tout su. C’est pour cela que ce livre garde encore aujourd’hui un côté d’inquiétante étrangeté ».

3Il faut toutefois ajouter que le « système Kraus », nécessaire à la com­préhension du tissu référentiel particulièrement dense de ce livre, avait disparu depuis 1936. Le reproche d’avoir écrit de façon hermétique, formulé par la recherche krausienne est d’ailleurs partagé entre admira­teurs et adversaires. Trois exemples illustrent bien ce phénomène : Caro­line Kohn, admiratrice inconditionnelle de Kraus, après avoir paraphrasé Wichtiges von Wichten, avoue son désarroi :

  • 5 Caroline Kohn, Karl Kraus, Stuttgart, Metzler, 1966, p. 184.

« Que voulait suggérer Kraus ? Comment comptait-il poursuivre sa polé­mique ? Personne ne le sait. Peu de temps après, ce fut le silence définitif. »5

  • 6 Alfred Pfabigan, Karl Kraus und der Sozialismus. Eine politische Biographie. Vienne, Europa, 1976, (...)
  • 7 Cité d’après Pfabigan, l.c., p. 339.
  • 8 Franz Leschnitzer, Der Fall Karl Kraus (primitivement « Sakrileg » an Karl Kraus), in : NDL. Neue d (...)
  • 9 Volksstimme spezial, l.c.
  • 10 Ibidem.
  • 11 Elias Canetti, Die Fackel im Ohr. Lebensgeschichte 1921-1931. Munich, Hanser, 1980, p. 79.
  • 12 Ce phénomène est rendu très bien « visible » grâce à Werner Welzig (ed.), Wörterbuch der Redensarte (...)

4Sous la plume de Caroline Kohn, ce « Personne ne le sait » est erroné mais de bonne foi, contrairement à l’affirmation d’Alfred Pfabigan : « L’œuvre de sa dernière période est par endroits pratiquement incom­préhensible. »6 Et Hans Weigel, dont Pfabigan se réclame, considère que des œuvres comme Troisième Nuit de Walpurgis et La langue n’ont d’intérêt que pour la « pathographie »7 de Kraus. Dans le cas de Weigel et de Pfabigan qui traite de Karl Kraus et le socialisme, il est évident que l’épithète « incompréhensible » n’est pas le résultat d’un processus de réception perturbé par l’histoire, mais s’applique déjà aux textes au moment de leur parution. Kraus n’a donc même pas l’excuse de la dens edax temporis. Il aurait tout simplement abusé de son penchant pour le jeu de mots. Le communiste Franz Leschnitzer, dans la version remaniée en 1956 de son règlement de compte avec Kraus de 1935, se sert du même argument : selon lui, l’esprit de Kraus aurait sombré dans une ma­nie de produire des calembours (« Kalauerei »).8 On peut affirmer sans risque de se tromper que les lecteurs de la Fackel étaient d’ordinaire friands de jeux de mots dont les « calembours » faisaient partie comme c’était le cas chez Nestroy. Pfabigan qui fait sien le point de vue du parti social-démocrate agit comme un héritier qui découvre un fait gênant et douloureux dans l’histoire familiale. Cette histoire familiale est en effet celle de la social-démocratie autrichienne et de sa relation fort complexe avec Karl Kraus. Wichtiges von Wichten est à cause de la mort de Kraus le dernier mot dans une longue série d’affrontements entre lui et les dirigeants du parti social-démocrate qui s’est soldée par une rupture totale que scelle le dernier mot de la Fackel, « Trottel » (« crétin »), une injure en « langue parfaitement compréhensible » qui vise la social-démocratie vaincue. Sans exagérer, on peut parler d’une « Wunde Kraus » chez les sociaux-démocrates autrichiens. La profondeur de la blessure est encore sensible dans les propos de Bruno Kreisky dont la bibliothèque contenait, en place bien visible, une collection de la Fackel L’ancien chancelier était déchiré entre admiration et condamnation totale : « Kraus fut la grande déception de notre vie. »9 Comme Kreisky, Oscar Pollak (rédacteur en chef du Arbeiter-Zeitung en 1933 et de nouveau en 1945) traite Kraus de « lâche » et l’accuse de « flagornerie » à l’égard des « puissants » (i.e. Dollfuß)10. En traitant le dernier texte de Kraus d’« incompréhensible », Pfabigan occulte délibérément les raisons profondes de cette blessure. D’ailleurs, ni Kreisky ni Pollak parlent de faiblesses stylistiques, mais d’un désastre moral et politique. Et rien n’empêche aujourd’hui un chercheur de réunir les connaissances histo­riques, politiques et littéraires nécessaires pour rendre à nouveau compré­hensibles les passages qui ont besoin d’un rappel des circonstances auxquelles répondait le texte. Lors de la première lecture de la Fackel, Elias Canetti avait eu l’impression de se trouver face à un fatras « impénétrable »11. Il découvrit rapidement le code interne de la revue qui, en réalité, dans une sorte d’analyse psychosociologique et psycho­linguistique, rend les choses plutôt « sur-compréhensibles » (en cela com­parable à la technique de décryptage psychanalytique). En effet, l’anti-journal de Kraus représentait un système avec des règles précises dont les jeux de mots et des leitmotive faisaient partie dès sa création en 1899. La Fackel formait un réseau dynamique de plus en plus dense d’allusions et d’associations que Kraus modifiait et intensifiait au fil des années.12 Et surtout : la Fackel était un lieu de mémoire impitoyable, comparable à un dossier de justice. La moindre parole y était consignée comme pour un jugement dernier. Ainsi peut-on affirmer que le dernier texte de Kraus ne pouvait être compris véritablement que par un lecteur régulier et attentif de la Fackel depuis 1925 ou du moins 1927. Mais il y a aussi quelques aspects d’actualité aujourd’hui totalement oubliés qui « infor­ment » le texte. Par exemple, certains passages font appel à une émission radiophonique de Franz Leschnitzer réalisée en 1935 par Radio Moscou et également publiée sous le titre « Sakrileg » an Karl Kraus dans la revue communiste Internationale Literatur, « organe central de l’Asso­ciation Internationale des écrivains Révolutionnaires ». Certaines particu­larités phonétiques (saxonnes) de Leschnitzer ont heurté l’oreille de Kraus (« Dischkuschion », « materialeschtesch », « authentesch », et sur­tout la Fackel qualifiée de « fascheschtes Hetschblatt »). Kurt Krolop qui a connu Leschnitzer personnellement atteste la justesse de l’oreille de Kraus. D’ailleurs, « le sacrilège » commis par Leschnitzer contre Kraus ajoute encore au contentieux entre Kraus et la social-démocratie, car parmi les mérites indéniables de Kraus, l’auteur communiste retient sans réserves ses attaques contre l’embourgeoisement et la « trahison de classe » du parti social-démocrate ouvrier autrichien (SDAPÖ).

5Le but des réflexions qui suivront se veut modeste : tenter de rendre de nouveau « compréhensible » le début de Wichtiges von Wichten que voici :

Wichtiges von Wichten

(In verständlicher Sprache)

Manche Richtigstellung ist nicht so wichtig wie jene Rekla-

mation des Kommas, über die sich die Trotzbuben aufgeregt

haben, und dennoch wichtiger als das Werk, dem sie ob-

lügen. Sollte man es für möglich halten, daß ein anonymer

5 Schmierfink, der sich freilich der Schreibmaschine bedient (und

den man beinahe hat), unfrankierte Briefe herumschickt, die vom

Hausbesorger übernommen werden, hinten den Absendernamen

eines Wiener Richters tragen und nichts enthalten als den Brünner

Wisch, dessen sinnlose Herstellung noch immer aus den Mitteln

10 der ahnungslosen Wiener Arbeiterschaft erfolgt ? Strafporto

ist das Ziel dieser Vendetta ; oder doch eines der Mittel, die

Weltgeschichte vorwärts zu bringen : Scherflein zu dem « großen

Zahltag », den der Wahn entmachteter Schreiberhirne verheißt ;

und an dem sie viel schuldig bleiben werden. Aber

15 wenn die heimlichen Trotzbübereien nicht aufhören und auch

die öffentliche Anonymität nicht zum Kuschen zu bringen ist, welche

behauptet, man sei in « Starhembergs Arme geeilt », weil man

ihn nun einmal, mag er vorher wie immer erschienen oder gewesen

sein, für keinen Spiegelberg hält, doch für einen mutigeren,

20 phrasenloseren und volkstümlicheren « Kämpfer » als das halbschlächtige

Geschlecht, das dem Hitler die Bahn gebrochen hat — wie man

ja auch ehedem einen Schuhmeier einem Otto Bauer vorzog,

und weil adelige Geburt just kein Nachteil gegenüber verfehltem

Advokatenberuf bilden muß — ; wenn also da nicht endlich

25 Ruhe wird, dann wird sich doch eine fürchterliche Musterung

(inklusive Paßrevision) in den Reihen jener als notwendig erweisen,

die einem, der kein Karl Moor ist, zum gegönnten Fortkommen

in die böhmischen Wälder verholfen haben. Die Bevor-

zugung Starhembergs vor sozialdemokratischen Führern ist

30 mindestens schon in der Zeit nachweisbar, da er das Wort

von « Johannes dem Täuscher » prägte, und sie in dessen

stets weit geöffnete Arme eilten (damals, als sie sich von

ihm zur Überwindung der « Unüberwindlichen » in der Berliner

Volksbühne gebrauchen ließen). Allerdings, die Enttäuschung,

35 erleben zu müssen, daß die ‘Fackel’ nicht für Parlamen-

tarismus und Preßfreiheit entbrennt — selbst dann nicht,

wenn sie ihr selbst entzogen würde, was in Notzeiten vorstellbar

wäre —, und daß sie (Widerspruch !) gleichwohl in der Neuen

Freien Presse annoncieren läßt : das ist schon etwas Umstürzen-

40 des, Intelligenzverwirrendes.

6Il est évident que ce texte est fondé sur un « système de conditions préalables » (« Voraussetzungssystem ») que le lecteur doit maîtriser s’il veut suivre l’argumentation de Kraus.

7Ces conditions préalables sont de nature fort différente :

8la première en est la connaissance des événements historiques y compris de la chronique de la vie quotidienne, des journaux et de la radio comme sources d’informations, c’est à dire d’éléments d’abord externes à la Fackel.

9On pourrait ainsi résumer ce type d’informations :

10À Vienne, des lettres non affranchies avec un faux nom d’expéditeur contiennent le « Brünner Wisch », c’est-à-dire l’édition clandestine du Arbeiter-Zeitung, imprimée à Brünn (Brno) où se trouve l’Auslandsbüro der österreichischen Sozialdemokratie (ALÖS). Kraus constate un abîme entre ces pratiques à ses yeux puériles et le langage grandiloquent des sociaux-démocrates exilés qui rêvent toujours d’un tournant favorable de la « Weltgeschichte » en leur faveur, d’une sorte de grand règlement de comptes historique. À côté des ces « heimliche Trotzbübereien » (faire payer les frais de port) dont Kraus (et pas seulement lui) a été victime, il y a une « öffentliche Anonymität » qui accuse Kraus (« man ») de « s’être précipité dans les bras de Starhemberg », c’est-à-dire le prince Rüdiger von Starhemberg, à l’époque vice-chancelier et dirigeant du « Front Patriotique » (« Vaterländische Front »), le parti unique de l’état corporatiste. Il s’agit d’articles anonymes ou pseudonymes de la presse sociale-démocrate en Tchécoslovaquie qui font de Kraus un partisan déclaré du « clérico-fascisme » (terme que Kraus récuse). Kraus prend en effet la défense de Starhemberg contre Otto Bauer en ironisant sur le « conflit de classe » qui les oppose : ici l’aristocrate qui ne mâche pas ses mots contre Hitler, là le bourgeois social-démocrate qui a raté sa vraie vocation, celle d’avocat. Schuhmeier était un député social-démocrate d’avant 1914, connu pour son parler grossier et direct, donc représentant le contraire du subtil dialecticien Otto Bauer. Le « gegönntes Fort­kommen » fait allusion à l’exil tchécoslovaque d’Otto Bauer. Kraus « se réjouit » de la « survie » (Fortkommen signifie ici autant « départ » que « survie ») d’Otto Bauer. Mais l’ironie de ce « gegönnt » contient en fili­grane le reproche adressé aux dirigeants sociaux-démocrates d’avoir pris la fuite tandis que bon nombre d’insurgés de la guerre civile de février 1934 ont été tués au combat ou condamnés à mort et exécutés. Puis Kraus rappelle à ses lecteurs que son estime pour le style oratoire de Starhemberg ne date pas de ses prises de position contre Hitler, mais de la période où le « Führer » des Heimwehren avait traité le chancelier Johannes Schober de « Johannes der Täuscher ». Ce jeu de mots se réfère au fait que Schober (chancelier, vice-chancelier et ministre des affaires étrangères entre 1929 et 1932), souvent présenté comme le parangon de la fidélité allemande, avait approuvé en privé les velléités anti-républi­caines et putschistes des Heimwehren tout en s’en démarquant en public. Ce rappel est assorti d’un autre rappel fort douloureux pour la conscience sociale-démocrate. La pièce Die Unüberwindlichen (1929) traitait des événements de juillet 1927 et du rôle peu glorieux du préfet de police Johannes Schober, communément appelé « assassin d’ou­vriers » par la presse sociale-démocrate. Entre l’année du grand deuil (1927-1928) et la nomination de Schober comme chancelier fédéral en 1929, la direction sociale-démocrate avait cherché un rapprochement avec Schober dont la politique en faveur de l’Anschluß — il était l’arti­san de l’Union douanière — convenait aux convictions « großdeutsch » des dirigeants sociaux-démocrates. Pour Kraus, le signe le plus voyant de cette compromission était l’interdiction des Unüberwindlichen à Berlin avec l’aval de la social-démocratie berlinoise et le silence du Arbeiter-Zeitung viennois.

11La « contradiction » (« Widerspruch » !) est le maître-mot des polé­miques sociales-démocrates contre Kraus, de 1933/34 à Kreisky et Pfabigan. La première contradiction est que la Fackel, le journal le plus libre que l’on puisse imaginer, serait prête à se faire interdire par la « dictature des troglodytes » (F 827-833, février 1930) en « temps de détresse ». La deuxième est que Kraus avait fait passer des annonces pour ses lectures publiques dans la Neue Freie Presse, objet de prédilection de sa satire contre les médias. On voit très bien que Kraus entreprend dans Wichtiges von Wichten une leçon politique à l’adresse des « Trotz­buben » pour leur apprendre le b.a.-ba politique, qu’il y a un abîme entre la « petite dictature » autrichienne et l’empire du « Jaguar ». Les mots-valises « Trotzbuben » et « Trotzbübereien » formés de « Trotz » (dépit) et « Rotzbuben » (morveux) et « Lausbuben » (galopins) ont pour but de faire apparaître les positions politiques sociales-démocrates (et communistes) comme l’expression d’une immaturité lamentable doublée d’un discours grandiloquent et dénué de sens sur le cours de l’histoire. Mais, avec « Trotzbuben » nous rentrons dans le champ particulièrement complexe de l’intratextualité et de l’auto-référentialité de la Fackel.

12Le système même que formait la revue engendre un taux extrême­ment élevé de références intratextuelles dont la perception est la deu­xième condition d’une lecture adéquate de Wichtiges von Wichten. La première phrase est aujourd’hui la plus énigmatique. « La réclamation de la virgule » renvoie à la polémique déclenchée par le poème Man frage nicht. (F 888, 1933). Il fut souvent interprété comme une déclaration de faillite du satiriste. Dans certaines reproductions du poème (par ex. dans Der Gegenangriff) le vers « Kein Wort, das traf » avait été cité sans la virgule. Kraus a exigé dans un droit de réponse le rétablissement de cette virgule. (Voir F 889, juillet 1934, 9-12. Ce numéro, intitulé Nécrologies, est exclusivement composé de citations tirées de la presse anti-fasciste de l’émigration). L’usage de « Trotzbüberei » (« zum Trotz der Trotz­büberei », F 912-915, 70; « Trotzbuben (2x), Trotzbüberei », F 916, 7-8 ; « Trotzbuben », F 917-922, 93, donc immédiatement avant Wichtiges von Wichten ) prouve que ce terme s’applique directement au public habituel de Kraus qu’il provoque doublement : d’abord en réduisant son pro­gramme aux œuvres d’Offenbach et de Shakespeare au lieu d’offrir sa propre parole tant désirée, ensuite en transformant « zum Trotz einer Trotzbüberei » une lecture de Macbeth en Requiem solennel pour Dollfuß (F 912-915, 69-72). On imagine aisément les sentiments de ce public ...

13Il s’agit donc littéralement d’une leçon de politique adressée aux anciens disciples récalcitrants dont Kraus veut se démarquer, voire débar­rasser. À propos de la lecture de Macbeth en novembre 1934, il écrit :

« wie konnte sich Trotzbüberei besser bewehren als durch die Lust, mit der treugebliebenen Halbscheit halbschlächtigen Wesens sich den geschätzten Sprecher Shakespeares anzuhören ? » (F 916, novembre 1935, 7).

  • 13 Karl Kraus, Gedichte. Francfort, Suhrkamp, 1989, p. 582.

14Le terme « halbschlächtig », lié par un jeu de mots à « Geschlecht », fait partie de l’analyse satirique du comportement social-démocrate à partir de Vom Zörgiebel (F 827-833, 1929, 38 : « Halbschlächtigkeit »), puis surtout depuis Hüben und drüben (F 876-884, oct 1932), l’un des hypotextes (avec Warum die Fackel nicht erscheint ) centraux de Wich­tiges von Wichten. L’accusation « das dem Hitler die Bahn gebrochen hat » se trouve déjà dans Hüben und drüben : « Und wenn die Welt voll Hakenkreuzler wär’ — an deren Erschaffung ja der Sozialdemokratie, hüben und drüben, das Hauptverdienst gebührt — », ainsi démarrait cette philippique mémorable contre la manie pangermaniste et la « Halb­schlächtigkeit » sociale-démocrate avec sa « faculté d’obtenir des dé­faites » et son rôle absurde d’« institution autorisée par l’état pour absorber les énergies révolutionnaires ». Dans un épigramme intitulé « Sozialdemokratie » (1930)13, il est également question de « halb­schlächtig mit ganzer Niederlage ». Et ce parti ose accuser Kraus de s’être jeté dans les bras de Starhemberg, donc d’avoir accepté la « Gleichschaltung » avec l’idéologie de l’austro-fascisme et d’avoir glo­rifié la prose du colonel Adam, traité de « Goebbels autrichien » par la presse des émigrés. C’est à cet endroit que Kraus se sert du jeu de mot « Johannes der Täuscher » que Starhemberg avait forgé pour caractériser le comportement politique de Schober. Mis à part cette formule que Kraus juge digne de faire partie d’un dictionnaire des « geflügelten Worte » et qu’il utilisera à plusieurs reprises dans son combat contre Schober (par ex.1931 : F 864-867, 1 ; 1932 : F 868-872, 55) Starhem­berg représente pour Kraus les différents « ressorts de Heimatwehr, Heimatbund, -block, -schutz, -trutz und –schmutz », autrement dit « le réveil des troglodytes », donc des « ennemis naturels » de Kraus (F 845-846, décembre 1930, 1-2.) Contrairement à Schober, Starhemberg a tou­jours affiché publiquement ses intentions politiques que Kraus, le « Timon de Vienne », résume parfaitement par des vers tirés du Timon d’Athènes de Shakespeare :

« Vernehmet denn : Schlägt Alcibiades
das Vaterland, laßt ihn von Timon wissen :
den Timon läßt das kalt. Schleift er Athen
und zupft die Senatoren an den Bärten,
so laßt ihn wissen — sagt ihm, Timon sagt es —
aus Mitleid mit den Greisen läßt’s ihn kalt... »
(F 845-846, décembre 1930, 3)

15Starhemberg-Alcibiade et ses Heimwehren se sont fait élire au Parle­ment avec l’intention proclamée de détruire la République parlementaire de l’intérieur. Schober, « fidèle à tous les partis », avant de redevenir Chancelier fédéral (du 26 septembre 1929 au 20 juin 1930) et de se comporter en défenseur de la constitution, avait partagé avec Starhemberg le plan suivant : faire de Kremsmünster (en Haute-Autriche, le fief de Starhemberg) le siège du Parlement soumis à la pression des Heimwehren, occuper l’Hôtel de Ville de Vienne et remplacer la munici­palité sociale-démocrate par un « commissaire » du gouvernement. (F 857-863, 21) (Chose faite en 1934). Mais finalement, Schober aurait obtenu des excuses des sociaux-démocrates pour les attaques contre sa personne après le 15 juillet 1927. En 1931, Starhemberg a publiquement critiqué le « Verrat an den Hochverrätern » dans des termes peu amènes : « Erzlump », « Gauner » et, surtout, « Johannes der Täuscher », mais a finalement accepté un compromis avec Schober pour éviter un procès. Ce qui irrite le plus Kraus, c’est la connivence nouvelle entre le SDAPÖ et Schober dont une conséquence est le changement de l’attitude du Arbeiter-Zeitung à l’égard de la Fackel. Voici un exemple qui, à lui seul, pourrait expliquer le courroux qui anime Wichtiges von Wichten : étant donné que le journal avait commencé d’appliquer à Kraus la « Tot­schweige-Technik » de la presse bourgeoise, celui-ci avait eu recours à une ruse : il fit annoncer ses œuvres dans l’AZ : le 11 mai 1929 les Unüberwindlichen, le 23 mai 1929 Les derniers jours de l’humanité, annonce comprenant des « jugements émanants de personnalités socia­listes ». Suivirent des éloges de Karl Seitz (1919 et 1924), Otto Bauer (1923), de l’AZ (1924,1925), puis un extrait d’un article d’Oscar Pollak (futur rédacteur en chef de l’AZ), paru en mai 1929 dans Der Kampf, qui en traitant de livres sur la guerre, osait affirmer « Es gibt kein öster­reichisches Kriegsbuch, das diesen (Barbusse, Remarque) vergleichbar wäre. » (F 811-819, 61-62). Pour Kraus, désormais le AZ, en pratiquant comme le parti une sorte de « Selbstwegwurf » (F 811-19,9) faisait partie de la « presse bourgeoise » ce qui rend particulièrement ridicule le reproche d’avoir annoncé ses lectures dans la Neue Freie Presse. Le terme « Kämpfer » est également lourd de signification ironique. L’or­gane théorique du SDAPÖ portait le titre Der Kampf, le mot faisant partie de la rhétorique socialiste. En accordant au comparatif (« mutiger, phrasenloser, volkstümlicher ») ce titre d’honneur à Starhemberg, Kraus opère un renversement total de l’échelle de valeur politique au profit du prince « putschiste ». La raison en est le discours (suivi d’actions) anti-national-socialiste radical de Starhemberg que Kraus approuve sans réserves.

  • 14 Il n’est pas à exclure que Kraus joue avec la prononciation de Leschnitzer ce qui créérait un lien (...)
  • 15 Malgré leur caractère apologétique évident les Mémoires de Starhemberg, notam­ment le chapitre sur (...)

16Aux procédés intratextuels très denses de la polémique qui donne presque à chaque mot une résonance considérable Kraus ajoute un jeu intertextuel perfide qui, lui aussi, est contraire à l’attente du lecteur. Il s’agit d’une série d’allusions aux Brigands de Schiller dont la pointe est l’opposition entre Starhemberg et Otto Bauer sous la forme « kein Spie­gelberg » versus « kein Karl Moor ». C’est l’exil tchécoslovaque (« Fort­kommen in die böhmischen Wälder ») qui semble être à l’origine de cette comparaison étonnante ex negativo. (« Fürchterliche Musterung » est une autre allusion toute aussi déroutante aux Brigands, acte II, scène 3). Il n’est pas aisé de trouver une explication qui dépasse le niveau du jeu de mots « Spiegelberg-Starhemberg », car la structure dramatique des Brigands n’est en rien applicable à la tragédie politique de l’Autriche de 1934. Aux yeux des vaincus de la guerre civile, une opposition Franz Moor (Starhemberg) : Karl Moor (Otto Bauer) aurait eu un sens symbo­lique fort. Visiblement, Kraus cherche à infliger une humiliation supplé­mentaire au SDAPÖ : le « Kämpfer » pour un ordre social plus juste (Otto Bauer), n’est que l’homme d’une parole sans conséquences qui produit un journal d’utilité sociale nulle (« Wisch »)14 Au début de la pièce de Schiller, Karl Moor tient des discours grandiloquents provo­quant l’ironie de Spiegelberg qui prône l’action. Ironie extrême de Kraus : Starhemberg qui a failli choisir le camp de Hitler15 est devenu (malgré son passé de putschiste national-socialiste de 1923) un homme d’action patriotique sans faille. La menace « furchtbare Musterung » dans la bouche de Karl Moor vise chez Schiller le comportement abject de Schufterle et Spiegelberg, Kraus critique le comportement de ceux (journalistes et politiciens sociaux-démocrates tchèques) qui ont permis à Otto Bauer de se sauver. Celui-ci utilise cette liberté pour attaquer la « petite dictature » et son « petit » chancelier (Dollfuß), pourtant victime du « jaguar » Hitler.

17Citons un dernier point de la stratégie ironique de Kraus : dans Wich­tiges von Wichten il remplace systématiquement le pronom personnel « je » par « on » ou des constructions impersonnelles :

« Und so glaubt denn einer, der nicht zu diskutieren wünscht und darum peinlich vermieden hat, in der Ich-Form zu sprechen — er macht alles, nichtwahr, nur persönlich kann er nicht hervortreten —, so glaubt er denn, einmal in verständlicher Sprache gesprochen zu haben. »

18Cette phrase, notamment l’affirmation « nur persönlich kann er nicht hervortreten », se réfère — comble de renversement de perspective ! — à « Johannes der Täuscher » sur lequel on peut lire dans F 868-872, mars 1932, 54-55, dans une « Zeitstrophe » : « Nennt sich Johann Sebastian Perger (un pseudonyme de Schober qu’il a utilisé pour son autoglori­fication, G.S.) / macht alles und tritt nicht hervor » ou « (ich) rate ihm, / nur ja nicht persönlich hervorzutreten » ou « Der alles konnt’ machen, nur nicht gehn ».

19Ce jeu de masques, parfaitement perceptible par le public visé, prouve à quel point la rupture de Kraus avec la social-démocratie était déter­minée par la compromission de celle-ci avec le « Treue Eckart » pan­germaniste (F 857-863, juillet 1931, 20).

  • 16 Voir : KARL KRAUS. Eine Ausstellung des Deutschen Literaturarchivs im Schiller-Nationalmuseum Marba (...)

20Face au « Ereignis, durch das Erpressung weltpolitisch wurde », c’est-à-dire le régime national-socialiste, Kraus, le critique le plus radical de son pays (« der Anti-Österreicher »), s’est mué en patriote autrichien ex­clusif, en « Nur-Österreicher » (Berthold Viertel).16 Wichtiges von Wich­ten en explique les raisons, dans une langue qui, en 1936, était en effet « compréhensible ».

21* Le présent article est le pâle reflet d’un séminaire qui a eu lieu à Vienne en octobre 2001. Kurt Krolop, Werner Welzig et moi-même avions l’intention de rendre parfaitement lisible Wichtiges von Wichten, la dernière polémique de Kraus. Loin d’être arrivés à ce but, nous avons au moins pu — notamment grâce au travail documentaire extraordinaire de Kurt Krolop — définir les démarches nécessaires à une telle entreprise dont la réalisation minutieuse demanderait des centaines de pages.

Notes

1 Gustav Janouch, Gespräche mit Kafka. Francfort, Fischer, 1981, p. 107.

2 Die Fackel 917-922, février 1936, p. 94-112. La Fackel sera désormais citée dans le texte sous la forme F 917-922, 94.

3 Elias Canetti, Karl Kraus, Schule des Widerstands., in : E.C., Das Gewissen der Worte. Munich, Hanser, 1975, p. 39-49.

4 Volksstimme spezial, Vienne, le 15 octobre 1998.

5 Caroline Kohn, Karl Kraus, Stuttgart, Metzler, 1966, p. 184.

6 Alfred Pfabigan, Karl Kraus und der Sozialismus. Eine politische Biographie. Vienne, Europa, 1976, p. 355.

7 Cité d’après Pfabigan, l.c., p. 339.

8 Franz Leschnitzer, Der Fall Karl Kraus (primitivement « Sakrileg » an Karl Kraus), in : NDL. Neue deutsche Literatur 11, 1956, Berlin (Est), Aufbau, p. 59-82, ici p. 79-80.

9 Volksstimme spezial, l.c.

10 Ibidem.

11 Elias Canetti, Die Fackel im Ohr. Lebensgeschichte 1921-1931. Munich, Hanser, 1980, p. 79.

12 Ce phénomène est rendu très bien « visible » grâce à Werner Welzig (ed.), Wörterbuch der Redensarten zu der von 1899 bis 1936 herausgegebenen Zeitschrift ‘Die Fackel’, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1999.

13 Karl Kraus, Gedichte. Francfort, Suhrkamp, 1989, p. 582.

14 Il n’est pas à exclure que Kraus joue avec la prononciation de Leschnitzer ce qui créérait un lien phonétique ludique entre « Wi(s)chtiges von Wi(s)chten » et « Wisch ».

15 Malgré leur caractère apologétique évident les Mémoires de Starhemberg, notam­ment le chapitre sur sa dernière rencontre avec Hitler en 1932 qui précéda la rupture définitive avec l’idéologie nationale-socialiste, sont un document historique exceptionnel : Ernst Rüdiger Starhemberg, Memoiren. Vienne, Amalthea, 1971, p. 118-157.

16 Voir : KARL KRAUS. Eine Ausstellung des Deutschen Literaturarchivs im Schiller-Nationalmuseum Marbach 1999, p. 481.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search