Version classiqueVersion mobile

Passerelles et passeurs

La LTI et les Tagebücher 1933-1945 de Victor Klemperer : notes d’un philologue ou analyse du discours avant la lettre ?

Gunhild Samson

Texte intégral

Lingua Tertii Imperii [] ihr Objekt im Zustand einer halb vollzogenen Meta­morphose [], halb als konkreten Erleb­nisbericht und halb schon in die Begriff­lichkeit der wissenschaftlichen Betrachtung eingegangen. (LTI, 25)

1Lorsque, à la fête de Noël à l’Institut d’Allemand d’Asnières en 1996, Hansgerd Schulte m’a offert les Tagebücher 1933-1945 de Victor Klemperer, il savait que ce cadeau m’aiderait à surmonter une période difficile. Il ne se doutait pas qu’il m’inciterait à relire, attentive et fascinée, LTI, Notizbuch eines Philologen à la lumière des Tagebücher, inaugurant ainsi une longue et enrichissante fréquentation de Victor Klemperer. Que Hansgerd Schulte trouve ici le témoignage de ma gratitude.

  • 1 Victor Klemperer (1881-1960) a tenu un journal intime pendant 68 ans de sa vie. Les premiers journa (...)

2Avec ses carnets, Victor Klemperer, qui avait tenu un journal intime depuis ses seize ans,1 nous fournit des documents essentiels pour la compré­hension de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle. Au fil des notes prises au jour le jour et destinées tout d’abord à lui-même, ce sont quatre époques, la fin de l’Empire wilhelminien, la République de Weimar, le national-socialisme et l’après-guerre en zone soviétique et en RDA, qui sont évoquées dans leurs dimensions historiques, sociologiques, culturelles et linguistiques. L’intention première de Klemperer, qui était de consigner uniquement les événements de sa vie,a bientôt été relayée par le souci d’informer sur les différentes époques et de porter témoignage à partir du récit de son expérience vécue.

3Dès 1933, Klemperer pressent que l’écriture devient pour lui le dernier refuge face à l’hostilité du régime comme aux brimades quotidiennes. De culture allemande, Allemand, mais exclu de la société allemande car déclaré juif par les nazis, il est chassé de son poste de professeur à l’Université technique de Dresde en 1935. Peu après, privé de l’accès aux bibliothèques, il poursuit son travail scientifique en observant et en notant dans ses carnets tout ce qu’il voit et entend : les faits de sa vie quotidienne et de celle des autres juifs de Dresde, certains protégés comme lui de la déportation par un mariage « mixte » avec un conjoint « aryen », mais exposés par suite des lois raciales aux humiliations, vexations et persécutions. Depuis son poste d’observation, il enregistre également les particularités du langage national-socialiste qu’il appellera « LTI, Lingua Tertii Imperii », la langue du Troisième Reich. Il note non seulement l’usage que font les nationaux-socialistes de la langue allemande, mais aussi les effets de cet usage sur le langage public et privé.

  • 2 Victor Klemperer,: LTI (Lingua Tertii Imperii). Notizbuch eines Philologen. Leipzig : Reclam 199616(...)
  • 3 Klemperer explique la raison d’être de ce livre par une anecdote. Une ouvrière berlinoise, réfugiée (...)

4Dès la fin de la guerre, miraculeusement sauvé des dernières déporta­tions par les bombardements de Dresde, Klemperer reprend ses journaux, préservés également. Il en extrait les notes concernant le langage national-socialiste pour en faire un livre, LTI, Notizbuch eines Philologen,2 dont la visée est essentiellement didactique, comme le font comprendre les derniers mots de l’épilogue wejen Ausdrücken3 : il faut rendre la jeune génération consciente du danger d’un discours totalitaire et faire en sorte que personne ne soit plus persécuté pour des mots.

  • 4 Cf. Margret Jäger / Siegfried Jäger, qui rapprochent ses analyses de celles faites dans le cadre de (...)

5Le sous-titre du livre LTI, « Notizbuch eines Philologen » est modeste. Cependant, derrière chacun des trois termes, « LTI », « Notizbuch », « Philo­loge », se cache un ensemble de concepts et de conceptions qu’il me semble utile d’éclairer. Comment un « philologue », nourri de la philosophie du siècle des Lumières, formé par les courants philologiques de son époque et défendant une conception idéaliste de la langue, a-t-il pu réaliser une étude sur la langue du IIIe Reich que l’on peut considérer aujourd’hui comme une analyse du discours avant la lettre ?4

6Cette interrogation servira de fil conducteur à ma contribution dont le but est double. Dans un premier temps, il importera de comprendre le position­nement de Klemperer par rapport au discours qu’il analyse, positionnement que l’on peut considérer comme la résultante de sa participation à plusieurs discours. Parmi ceux-ci, je ne citerai que ceux qui me semblent décisifs pour lui et son écriture pendant les années 1933-1945 : d’un côté, les discours scientifiques de l’époque de Weimar concernant sa discipline de recherche, la philologie et la Kulturwissenschaft, où il occupait une position importante et qui guideront l’élaboration de la future LTI, et de l’autre, le discours du juif allemand, d’abord pénétré de sa germanité (sein Deutschtum), mais marqué bientôt par sa position de persécuté, d’exclu. Le paria qui ne reçoit du discours officiel que des messages d’exclusion, des ordres, interdictions et menaces, et qui se sent obligé de porter témoignage sur le sort des juifs de Dresde en se faisant le chroniqueur des temps sombres.

7Après avoir passé en revue les facteurs qui conditionnent l’écriture de Klemperer, j’étudierai dans un deuxième temps leur impact sur son projet et sur la réalisation de celui-ci. Le fait d’écrire dès 1933 sur la « LTI » le conduit à revoir certaines des conceptions qu’il a défendues jusque-là, et sa position de paria, avec ses conditions de vie et d’écriture, limite la réalisation de son projet ambitieux tout en lui conférant une ampleur imprévue. Certes, ce qui se voulait une étude totale de l’idéologie du IIIe Reich à travers l’analyse de son langage restera finalement à l’état fragmentaire, mais au bout du compte, ces limites ne sont-elles pas plutôt une source d’enrichis­sement en raison de la variété des « paroles » qu’il capte et présente ? Les textes très divers rassemblés et commentés par lui sous le sigle « LTI » ne sont-ils pas des fragments du discours d’une époque totalitaire qui, par leur diversité, donnent une image multiforme du discours hégémonique comme de celui du discours des exclus ?

1. LTI - livre d’un « philologue » ?

  • 5 Voir à ce sujet l’article de Nicole Fernandez-Bravo :  « LTI. Caractéristiques linguistiques d’un l (...)
  • 6 Je renvoie sur ce point à l’article d’Isabelle Vodoz : « Des Journaux 1933-1945 à LTI », in : Germa (...)

8Le linguiste d’aujourd’hui, formé à l’école structuraliste, est quelque peu déconcerté lorsqu’il compare le sous-titre du livre, Notizbuch eines Philolo­gen, avec les titres des chapitres comme Zehn Jahre Faschismus, Fanatisch, An einem einzigen Arbeitstag, Der jüdische Krieg, Boxen, et qu’il s’engage dans la lecture de LTI. Il est tout d’abord intrigué par l’emploi du terme « philologue », car il s’agit là d’un travail ne s’apparentant ni à la philologie positiviste des néogrammairiens (Junggrammatiker) de la fin du XIXe siècle, ni à la philologie classique en tant qu’étude critique de textes. Il ne s’agit pas non plus d’analyses linguistiques telles qu’on les attendrait aujourd’hui. On a plutôt affaire à une collection de textes divers, comportant certes des études relevant du lexique spécifique du national-socialisme et des changements sémantiques intervenus,5 mais également des textes d’élaboration littéraire,6 des analyses sociologiques ou portant sur l’histoire des idées, ainsi que des récits d’expérience vécue. Klemperer cherche à ancrer chaque terme, chaque texte dans l’histoire sociale et politique, à en dégager la fonction et à en étudier les répercussions sur les consciences. À différentes reprises, Klemperer dit : Auch das gehört wohl zur LTI, montrant ainsi que la délimitation de son champ d’observation est délicate, même s’il affirme catégoriquement vouloir ne s’attacher qu’à la langue :

« und so war es denn buchstäblich und im unübertragen philologischen Sinn die Sprache des Dritten Reiches, woran ich mich aufs engste klammerte » (LTI, 20).

9Le lecteur actuel se demande alors si la fascination qu’exerce la lecture de la LTI ne vient pas justement de ce mélange de compositions diverses et si cette conception très large de la langue et du langage ne mérite pas que l’on s’y attarde un instant.

1.1. Le philologue de la nouvelle philologie idéaliste et son champ d’action

  • 7 Cf. Frank-Rutger Hausmann : « ‘Wir wollen keine Positivisten sein.’ Victor Klemperers Briefwechsel (...)

10L’examen de la place que Klemperer occupe dans les discussions des années vingt autour des buts et des méthodes de la philologie et la lecture de sa correspondance avec Voßler7, son maître, apportent un éclairage nouveau sur ses conceptions et sur la façon dont il a forgé ses instruments d’analyse. Car c’est avec ces instruments qu’il rédigera ses notes sur la langue du IIIe Reich dans ses carnets et dans la LTI.

  • 8 Cf. Gerhard Helbig : Geschichte der neueren Sprachwissenschaft, Leipzig, VEB Bibliographisches Inst (...)
  • 9 Karl Voßler : Positivismus und Idealismus in der Sprachwissenschaft, Heidelberg 1904.
  • 10 Idealistische Neuphilologie, Festschrift für Voßler, éd. par Klemperer et Lerch, Heidelberg 1922, p (...)
  • 11 Jahrbuch für Philologie, édité par Klemperer et Lerch, Hueber 1925. Bien malgré lui, il doit accept (...)

11Klemperer est le fils spirituel de Karl Voßler, professeur de langues et littératures romanes à l’Université de Munich, avec qui il s’est habilité sur Montesquieu. Il est comme lui un représentant de la Idealistische Neuphilo­logie qui s’oppose violemment aux néogrammairiens positivistes de la fin du XIXe siècle et à leur postulat : étudier les langues avec les méthodes des sciences naturelles.8 Les positivistes s’attachent à découvrir des lois im­muables des langues, comme les lois phonétiques, qui régissent leur évo­lution. En n’étudiant que des traits formels isolés, des sons et des formes morphologiques, ils accumulent certes des études de détail, mais négligent les aspects sémantiques et communicatifs de la langue. Cette lacune pro­voque l’émergence de contre-mouvements. À leur tête Voßler9 qui leur reproche d’évacuer les idées et de se désintéresser des synthèses et reven­dique le retour à des préoccupations philosophiques et esthétiques grâce à une « philologie idéaliste ». Klemperer fait siennes les positions de son maître en déclarant, par exemple, dans la préface au livre Idealistische Neu­philologie, que le mérite de Voßler est d’avoir fait passer la philologie de l’analyse néo-grammairienne à la synthèse philosophique (« die Sprachwis­senschaft von der junggrammatischen Analyse zur philosophischen Synthese geführt zu haben »).10 C’est avant tout cette idée de synthèse philosophique qui caractérise la nouvelle conception « idéaliste » de la philologie. Elle signifie qu’il s’agit d’étudier la langue et la littérature en relation avec « l’ensemble des  contenus intellectuels » d’une époque, comme Klemperer le dit dans la préface du premier tome de la revue Jahrbuch für Philologie11 qu’il édite avec le romaniste Lerch. Sa critique de la pratique de la philologie contemporaine positiviste est à la fois prudente et catégorique : étudier des faits isolés fournit certes une base indispensable, mais revient à faire de la pédanterie (Schulmeisterei):

  • 12 Préface au 1er tome du Jahrbuch für Philologie, Hueber 1925, cité d’après Hausmann (1996 : 80), (so (...)

« Der Begriff ‘Philologie’ ist heute doppelt anrüchig : einmal riecht er nach Schulmeisterei, zum andern nach jener positivistischen Sprach- und Litera­turwissenschaft, die uns zwar als unentbehrliche Grundlage gilt, keineswegs aber als Ziel. Wir möchten das Wort in dem alten, groen und geistigen Sinn nehmen, den es bei den Humanisten hatte, als sie in die ‘Philologia sacra et profana’ die gesamten geistigen Inhalte der Vergangenheit gossen. » 12

  • 13 Il faut prendre ces termes dans le sens allemand : « Kultur : Gesamtheit der gei­stigen (Wissenscha (...)

12La philologie dont se réclament les représentants de la Idealistische Neu­philologie doit étudier la langue et la littérature en relation avec l’histoire culturelle d’un pays (Kulturgeschichte13). Et Voßler, comme Klemperer le dit à son sujet lorsqu’il le propose pour le titre de « doctor honoris causa » de l’Université de Dresde, a réussi le premier à atteindre son objectif : élever la philologie au rang des sciences humaines en la mettant au service de la connaissance de la culture :

  • 14 Lettre du 9.5.1926 à Voßler, cité d’après Hausmann (1996 : 70), (souligné par G.S.).

« weil Sie ‘als Erster innerhalb der modernen Sprachwissenschaft [] die Philologie aus einer Fachdisciplin zu einer Geisteswissenschaft gemacht und Sie in den Dienst der Kulturerkenntnis gestellt’ haben. »14

1.2. Notizbuch ou geschlossenes Ganzes : Aus ihrer Sprache ihren Geist feststellen

  • 15 Au sujet de la discussion autour de la « Kulturkunde », voir deux articles dans lendemains 82/83, 1 (...)

13La « philologie idéaliste », mise au service de la Kulturkunde15 et consi­dérée comme Geisteswissenschaft, occupe la scène de la Romanistik des années vingt et aura une influence décisive sur Klemperer. Ses principes le guideront de façon conséquente lorsqu’il élaborera seize ans plus tard le plan de son œuvre future, la LTI. Condamné en juin 1941 à huit jours de prison pour avoir oublié d’obscurcir ses fenêtres, il réfléchit sur ses travaux et cherche en particulier à ordonner ses idées concernant la LTI et à en dégager l’idée maîtresse. Celle-ci émane du programme de la « philologie idéa­liste » : saisir l’esprit de la LTI à partir de la langue de la LTI :

« Und endlich ist das dritte Opus da, halb noch ein Plan, halb schon im Werden. [] Aus ihrer Sprache ihren Geist feststellen. Das mu den allgemeinsten, den untrüglichsten, den umfassendsten Steckbrief ergeben. » (TB I, 20.7.1941, 621 ; souligné par G.S.).

  • 16 En français dans le texte (TB I, 622).

14Après avoir évoqué un instant la possibilité de faire un Dictionnaire philosophique16 ce qui lui permettrait d’y placer les chapitres déjà rédigés, il rejette cette idée, car l’atomisation serait contraire à son ambition de consti­tuer un ensemble cohérent, voire systématique, à partir de tous les aspects culturels qu’il envisage :

« Aber es führt doch mit Notwendigkeit zum Zerstückeln und Wiederholen, es wird unmöglich ein geschlossenes Ganzes Wieweit könnte ich aus dem bisher Gesammelten und Durchdachten ein systematisch Ganzes herstellen. Wie sähe die Disposition aus ? » (TB I, 20.7.41, 622, souligné par G.S.)

15Il conçoit un plan de grande envergure, qu’il rédige après sa libération le 20 juillet 1941, où l’idée d’une synthèse à partir de l’histoire des idées pré­domine. Pour obtenir cette synthèse il oppose deux métaphores, l’ancre (Anker/verankern) et les rouages de l’horloge (Rädchen), symbole du mouvement perpétuel et donc de l’inquiétude, qui permettent de subsumer tous les aspects de la langue et de l’idéologie nationales-socialistes sous deux concepts représentant deux pôles opposés dont il cherche les origines dans l’histoire des idées :

« Verankern und Unruhe, das sind die beiden Ausgangspunkte meiner Sprache des Dritten Reiches []. Aus dem Bedürfnis des Verankerns erwächst die Sprache der Disziplin, die Führersprache, der Übergriff des Militärischen auf buchstäblich alle Lebensgebiete. Das ‘buchstäblich alle’ ist Punkt für Punkt auseinanderzulegen : Politik, Literatur (Unterabteilungen !), Wirtschaftsleben, Alltag, alltäglichster und intimster LTI (schöne gelehrte Abkürzung für Lingua tertii imperii, künftig zu benutzen). [] Verankern als Traditionswille []. Besinnung auf umgrenztes Volkstum, Grundschlagwort Blut und Boden, engstes Verhältnis zur deutschen Romantik [] die Unter­scheidung zwischen deutscher und teutscher Romantik ausbauen. » (TB I, 20.7.41, 622-623)

16Nourri des idées du siècle des Lumières, il voit la source de Verankern dans le romantisme allemand (« teutsche » Romantik) dont l’idée de Volks­tum serait dénaturée dans la théorie de Blut und Boden, et il trouve celle de Unruhe aussi bien dans Rousseau que dans l’expressionnisme allemand ou dans les emprunts à l’étranger. Unruhe conduit directement à l’exaspération de la volonté, à l’action, à la foi et, par opposition, à la haine de la raison et des sciences :

  • 17 Allusion au nom de l’écrivain expressionniste Fritz von Unruh dont Klemperer s’approprie le jeu de (...)

« Dann beim Übergang zur Sparte Unruh17 beziehe ich wohl sogleich die Neuromantik und den Expressionismus mit ein. Feindschaft gegen die Vernunft, Betonung und Überbetonung des Wollens, des Handelns. Feind­schaft gegen die Wissenschaft. Wissenschaften und Künste im einzelnen durchgehen. Scientia ancilla theologiae. Die neue Theologie, der deutsche Glaube. Romantik ist nicht nur das Ausschalten des Fremden national. Sie greift auch nach dem Fremden, um das Eigene zu bereichern. Die fremden Vorbilder der LTI [] » (TB I, 20.7.41, 623).

  • 18 Voir également sur l’ambiguïté de ses positions philologiques et idéologiques : André Combes : « Ei (...)

17Ces réflexions de Klemperer sur les origines du fascisme allemand, dans lesquelles on ne le suivra pas forcément jusqu’au bout, se retrouvent de façon plus élaborée dans deux chapitres de la LTI : Zehn Jahre Faschismus (LTI, 68 sq.) et Die deutsche Wurzel (LTI, 167 sq.). Elles éclairent ses posi­tions, mais ne lèvent pas toutes les ambiguïtés inhérentes à sa pensée.18 Klemperer renie certes une Kulturkunde proche de la Völkerpsychologie de Wundt, à laquelle il avait adhéré un certain temps, mais qu’il juge mainte­nant mensongère en raison de l’introduction d’idées racistes par les nationaux-socialistes :

Und als ich dann mit ansah, wie schmählich die Nationalsozialisten mit einer durch und durch verlogenen Kulturkunde ihr Geschäft betrieben, den Deutschen zum Herrenmenschen von Gottes und Rechts wegen zu erheben, die andern Völker zu Kreaturen niederer Art herabzudrücken, da habe ich mich oft verzweifelt geschämt, eine Rolle, und sogar eine führende, in dieser Bewegung gespielt zu haben. (LTI, 168)

18Mais par ailleurs il n’abandonne pas la recherche des « traits éternels », der ewigen Charakterzüge. L’essentiel pour lui est de saisir l’esprit du fas-cisme, de trouver ses principes généraux et générateurs dans la culture allemande :

« Damals leuchtete mir ein, daß Bestes und Schlimmstes innerhalb des deutschen Charakters doch wohl auf einen gemeinsamen und dauernden Grundzug zurückzuführen seien, daß es einen Zusammenhang gebe zwischen den Bestialitäten der Hitlerei und den faustischen Ausschweifungen deut­scher klassischer Dichtung und deutscher idealistischer Philosophie. » (LTI, 169)

  • 19 Cf. A. Combes (2000 : 96) : « Hier findet kein Rückfall in die traditionelle Völkerpsychologie stat (...)

19« Ce trait général et durable », il le trouve dans la « démesure » des Alle­mands, der Maßlosigkeit, der Mißachtung jeder Grenze (LTI, 169), der Grenzenlosigkeit (LTI, 182) caractéristique des Germains déjà relevée par Tacite, trait fondamental des romantiques dont se nourrit le national-socia­lisme. Ce genre de synthèse transhistorique, propagée par la « philologie idéaliste » et fondée sur l’histoire des idées, ne peut rendre compte de la réalité du fascisme.19 Elle risque en outre d’être récupérée par le discours national-socialiste, comme Klemperer le constate lui-même après la lecture d’un article sur la philosophie du langage dans la Dresdener Zeitung du 26.4.1944 :

« Entscheidender Satz : ‘Im nationalsozialistischen Staate gilt die Sprache nicht mehr als ein Mechanismus, sondern sie wird erkannt und gewertet als Gestalt von eigenem Wesen, als Ausprägung des Seelentums der biologisch-geistigen Gemeinschaft Volk und Mensch.’ Sieht man von dem Phrasen­schwall ab, so will die neue Sprachphilosophie nichts anderes als die « idea­listische » Philologie, als Vossler, Spitzer und ich wollen. Nur : Sie will unwissenschaftlich sein. Sie will der Politik dienen. » (TB II, 26.4.44, 507)

20Par moments, Klemperer est même pris de doutes. L’histoire des idées ne prend-elle pas le pas sur son étude de la langue ? Et il s’exhorte à s'intéresser davantage à celle-ci :

« Ich lese Arthur Eloesser, ‘Vom Ghetto nach Europa’. Das ist ein beson­deres Kapitel, die Einwirkung der LTI auf die Juden. Aber wieweit wird meine Sprachgeschichte doch nur ‘getarnte’ Geistesgeschichte sein. Nein, ich mu immer daran festhalten : in lingua veritas. Die Veritas gehört der Geistesgeschichte an ; die Lingua bietet eine allgemeine Bestätigung des interessierenden Faktums.» (TB II, 28.4.1942,75 ; souligné par G.S.)

21Mais ce souci ne prédomine pas toujours. Au contraire, au-delà d’une histoire généalogique des idées menant au fascisme, le Notizbuch et les notes des Tagebücher se présentent comme l’ébauche d’une étude ambitieuse englobant toutes les sciences humaines. Ceci devient manifeste lorsqu’en 1946, rédigeant la LTI pour la publication, il constate avec résignation que l’œuvre envisagée n’a pu être accomplie, qu’elle est restée fragmentaire. En énumérant tous les domaines de la connaissance, des langues modernes et de l’histoire jusqu’à l’économie, le droit, la théologie, la technique et les sciences naturelles, pour lesquels il faudrait des études de détail, il laisse entendre qu’il avait envisagé sous le sigle LTI une œuvre totale (« ein geschlossenes wissenschaftliches Werk, die Lingua Tertii Imperii in ihrer Gesamtheit ») dépassant largement le cadre d’une étude purement linguistique :

« heute weiß ich, da ich nun doch nicht imstande sein werde, meine Beobachtungen, meine Reflexionen und Fragen zur Sprache des Dritten Reichs aus dem Zustand des Skizzenhaften in den eines geschlossenen wissenschaftlichen Werks hinüberzuführen.

Dazu würde mehr Wissen und wohl auch mehr Lebenszeit gehören, als mir, als (vorderhand) irgendeinem einzelnen zur Verfügung stehen. Denn es wird sehr viel Facharbeit auf verschiedensten Gebieten zu leisten sein, Germa­nisten und Romanisten, Anglisten und Slawisten, Historiker und National­ökonomen, Juristen und Theologen, Techniker und Naturwissenschaftler werden in Exkursen und ganzen Dissertationen sehr viele Einzelprobleme zu lösen haben, ehe ein mutiger und umfassender Kopf es wagen darf, die Lingua Tertii Imperii in ihrer Gesamtheit, der aller armseligsten und aller reichhaltigsten Gesamtheit, darzustellen. » (LTI, 24 ; souligné par G.S.)

22Bien qu’il regrette que ce travail en soit resté au stade de métamorphose à demi achevée, à mi-chemin entre récit d’une expérience vécue et concep­tualité d’une observation scientifique  (« halb als konkreten Erlebnisbericht und halb schon in die Begrifflichkeit der wissenschaftlichen Betrachtung eingegangen » ; LTI, 25), Klemperer est conscient de la valeur de ces pre­miers tâtonnements et questionnements pour le travail des chercheurs futurs. Et il n’abandonne pas l’espoir que la synthèse dont il a rêvé se fera un jour.

2. LTI et Tagebücher : éléments d’une analyse du discours de la « tyrannie du quotidien »

2.1. Porter témoignage sur la « tyrannie du quotidien »

23Cherchant à étudier la Lingua Tertii Imperii in ihrer Gesamtheit, Klem­perer est cependant entravé dans ses recherches par sa position d’exclu de la société. L’interdiction d’utiliser les bibliothèques et de lire des livres écrits par des « aryens » le prive des sources pour remonter aux « racines » de l’idéologie (« wo ich ins Wurzelwerk einer Frage eindringen wollte » ; LTI, 23). La collecte de matériel s’avère extrêmement difficile, même l’achat de journaux lui est interdit. Ce n’est que grâce à sa femme Eva qu’il peut se procurer des livres comme Der Mythus des 20. Jahrhunderts d’Alfred Rosenberg, ouvrage avec lequel un sbire de la Gestapo pourtant le cognera un jour : « Wie kannst du Judenschwein dich unterstehen, ein solches Buch zu lesen ? » (LTI, 23). Ne pouvant faire de véritables recherches, Klemperer entreprend de noter tout ce qu’il voit et entend autour de lui concernant le discours national-socialiste :

  • 20 Son travail sur le XVIIIe siècle français.

« Aber dann traf mich das Verbot der Bibliotheksbenutzung, und damit war mir die Lebensarbeit20 aus der Hand geschlagen. Und dann kam die Aus­treibung aus meinem Haus, und dann kam alles übrige, jeden Tag ein wei­teres Übriges. Jetzt wurde die Balancierstange mein notwendigstes Gerät, die Sprache der Zeit mein vorzüglichstes Interesse.» (LTI, 22 ; souligné par G.S.)

24La « LTI », objet de ses études, aura bientôt deux fonctions supplémen­taires et essentielles : la première concerne sa propre survie et la sauvegarde de sa liberté intérieure, la deuxième étant tournée vers les autres humiliés, en tant que témoignage de leurs souffrances. Ce mécanisme de défense, consti­tué par l’observation distanciée du scientifique, qui lui sert à affronter les humiliations, est, dans un premier temps, primordial pour Klemperer. La métaphore du funambule qui se tient au-dessus du vide à l’aide du balancier : « meine Balancierstange, ohne die ich hundertmal abgestürzt wäre » (LTI,19), dit de façon imagée combien son travail d’observation et d’écri­ture, à l’instar de la perche de l’équilibriste, est à la fois précaire et salvateur. Mais la deuxième fonction, celle de porter témoignage, prendra bientôt le dessus. Sachant qu’il risque la mort si la Gestapo trouve ses carnets, il écrit en 1942, après une razzia dans « la maison des juifs » (Judenhaus):

« Aber ich schreibe weiter. Das ist mein Heldentum. Ich will Zeugnis ablegen, und exaktes Zeugnis. » (TB II, 27.5.1942, 99 ; souligné par G.S.)

25Obligé de vivre au milieu des autres juifs ou couples « mixtes », Klemperer s’engage dans un processus qui remet en question son identification à la germanité et lui permet de s’ouvrir aux autres, le conduisant à devenir par là même le chroniqueur des souffrances des juifs de Dresde :

« ‘Schreiben Sie - das müssen Sie aufschreiben !’ Und dann folgte, mit gleichem Affekt vorgetragen, die neueste Haussuchung, der neueste Selbst­mord, die neueste Streichung einer Kartenration. Sie glaubte an mein Chro­nistenamt, und in ihrem Kindersinn schien es sich so darzustellen, als würde kein anderer Chronist dieser Zeit auferstehen als nur ich, den sie so häufig am Schreibtisch sah. » (LTI, 362 ; souligné par G.S.)

26Porter témoignage consiste justement pour Klemperer à transmettre à la postérité la tyrannie exercée au quotidien, « les mille piqûres de mousti­ques » qui, sinon, risqueraient de tomber dans l’oubli :

« Es kommt nicht auf die groen Sachen an, sondern auf den Alltag der Tyrannei, der vergessen wird. Tausend Mückenstiche sind schlimmer als ein Schlag auf den Kopf. Ich beobachte, notiere die Mückenstiche. » (TB II, 8.4.44, 503 ; souligné par G.S.)

27En observant, écoutant et notant tout ce que disent les gens autour de lui, les habitants des Judenhäuser, les ouvriers juifs et non juifs à l’usine, les conducteurs de tramway, les commerçants, les rares amis qui lui sont restés, la Gestapo, il écrit l’histoire de la vie quotidienne en Allemagne comme personne d’autre n’aurait pu le faire. Lorsqu’un habitant du Judenhaus lui reproche de ne noter que la banalité du quotidien, les coups, les crachats, l’obligation d’aller à pied à l’usine, des faits auxquels personne ne s’inté­resse plus et qui ne sont pas d’un intérêt historique, il ne se laisse pas détour­ner de son projet :

« Ich lie mich damals nicht irrmachen, ich stand jeden Morgen um halb vier auf und hatte den vorigen Tag notiert, wenn die Fabrikarbeit begann. Ich sagte mir : du hörst mit deinen Ohren, und du hörst in den Alltag, gerade in den Alltag, in das Gewöhnliche und das Durchschnittliche, in das glanzlose Unheroische hinein Und dann : ich hielt ja meine Balancierstange, und sie hielt mich ». (LTI, 363 ; souligné par G.S.)

2. 2. Textes et « analyse du discours »

28Avec sa devise : « du hörst in den Alltag, gerade in den Alltag, in das Gewöhnliche und das Durchschnittliche, in das glanzlose Unheroische hinein », Klemperer fait de nécessité vertu. Il examine et commente dans la LTI et les Tagebücher un très grand nombre de textes, non seulement des textes officiels, mais également des textes semi-officiels ainsi que des textes et mots de la vie quotidienne dont la diversité nous stupéfie. Bien que la collecte de matériel se fasse au jour le jour, intuitive et non systématique, le corpus de Klemperer constitue un ensemble impressionnant de textes dont chacun révèle la pénétration de la vie publique et privée par le discours national-socialiste.

  • 21 Michel Foucault : L’archéologie du savoir. Paris : Gallimard 1969 ; L’ordre du discours, Paris  : G (...)
  • 22 Cf. Dominique Maingueneau : « L’intérêt qui oriente l’analyse du discours, c’est en effet de n’appr (...)

29Au-delà de la diversité des thèmes traités, ces textes entretiennent des relations d’intertextualité et renvoient par leurs modes d’expression à ce discours global. Ce renvoi ne se fait cependant pas uniquement à partir des particularités lexicales qu’ils contiennent, et dont on peut établir la régularité ou la ressemblance, ni du réseau qu’ils forment entre eux, mais avant tout parce que ces textes sont l’expression de l’activité de sujets inscrits dans des situations. Selon « l’analyse du discours », à partir de l’orientation que lui a donné Michel Foucault,21 tout texte est un produit social dans son contexte social, car il s’inscrit dans une réalité sociale. Il est le représentant de cette structure communicative plus vaste dans laquelle il s’inscrit et qui le détermine. Dans cette articulation entre modes d’organisation textuels et pratiques sociales,22 les conditions de production des textes prennent une importance capitale.

  • 23 Klaus Brinker : Linguistische Textanalyse. Eine Einführung in Methoden und Grundbegriffe. Berlin : (...)
  • 24 Ulla Fix : « Textsorte-Textmuster-Textmustermischung ». In : Pérennec, Marie-Hélène (éd.). Textling (...)

30étant donné que tous les textes produits sous le national-socialisme sont tributaires des conditions de communication spécifiques de la dictature, ils se caractérisent en majorité par l’identification totale au discours officiel et par l’acceptation de ses normes, ce qui entraîne des modifications à plusieurs ni­veaux textuels. Si l’on définit un genre textuel (Textsorte) comme une classe de textes formant un modèle conventionnel d’actions discursives complexes23 avec des caractéristiques thématiques, fonctionnelles-pragmatiques et for­melles-stylistiques24 réunies dans un modèle textuel (Textmuster), il est cer­tain que la contrainte exercée par le discours totalitaire entraîne des modifi­cations des modèles textuels et par là même des genres textuels. L’intro­duction massive, au niveau formel-stylistique, du lexique nazi dans tous les domaines thématiques ainsi que, au niveau pragmatique, le détournement des fonctions du texte au profit de la propagande, mènent à une uniformisation générale des textes.

31Klemperer met en lumière ce processus lorsqu’il dénonce la pauvreté du langage nazi qui, en s’emparant de la vie publique et privée, en a appauvri et uniformisé la langue. Passer en revue tous les domaines de la culture revient à nommer implicitement les textes qui en relèvent, pour déplorer leur extrême pauvreté et uniformité :

« Die LTI ist bettelarm. Ihre Armut ist eine grundsätzliche. [] ‘Mein Kampf ‘, die Bibel des Nationalsozialismus, begann 1925 zu erscheinen, und damit war seine Sprache in allen Grundzügen fixiert. Durch die ‘Macht­übernahme’ wurde sie aus einer Gruppen- zu einer Volkssprache, dh. sie bemächtigte sich aller öffentlichen und privaten Lebensgebiete : der Politik, der Rechtsprechung, der Wirtschaft, der Kunst, der Wissenschaft, der Schule, des Sportes, der Familie, der Kindergärten und der Kinderstuben. []

32Klemperer perçoit clairement l’articulation entre langage et pouvoir et sa répercussion sur les textes lorsqu’il dit que la « LTI » tire son pouvoir justement de cette uniformisation :

« Bis in das Jahr 1945 hinein [] wurde eine Unmenge Literatur jeder Art gedruckt. Flugblätter, Zeitungen, Zeitschriften, Schulbücher, wissenschaft­liche und schöngeistige Werke. In all dieser Dauer und Ausbreitung blieb die LTI arm und eintönig [] und gerade durch ihre Armut allmächtig. » (LTI, 31-32 ; souligné par G.S.)

33Avec un certain dégoût, il compare l’imposition de normes du langage officiel à une sauce brune qui submergerait toute parole, écrite et orale :

« alles, was in Deutschland gedruckt und geredet wurde, war ja durchaus parteiamtlich genormt ; was irgenwie von der einen zugelassenen Form abwich, drang nicht an die Öffentlichkeit ; Buch und Zeitung und Behörden­zuschrift und Formulare einer Dienststelle - alles schwamm in derselben braunen Soße. (LTI, 22; souligné par G.S.)

2.3. Le corpus

34Le champ de Klemperer est vaste. C’est comme s’il avait voulu décrypter tout le système national-socialiste par les textes qu’il a engendrés. Son corpus comprend en effet un énorme éventail de textes ou genres textuels reliés entre eux en réseau par les mêmes conditions de production et renvoyant par leurs modes d’expression et leur fonction au même discours totalitaire, même si la thématique en est différente. On peut dresser une sorte de catalogue, non exhaustif, de textes collectés par Klemperer, qui va des textes où le discours totalitaire se manifeste le plus massivement, à ceux où il s’infiltre insidieusement.

2.3.1. Textes officiels, textes des médias, slogans et affiches

35Dans son désir d’appréhender la LTI dans sa totalité et de saisir toutes les dimensions de l’antisémitisme, Klemperer commence par lire et commenter des textes qu’il considère comme les racines (Vorbilder, Wurzeln) du national-socialisme, les écrits de Schlegel, Bopp, Arndt, Gobineau, Chamberlain (LTI, 179), et il lit les textes fondateurs, comme Mein Kampf ou Der Mythus des 20. Jahrhunderts de Rosenberg (LTI, 23), où l’anti­sémitisme est déjà flagrant.

36Il étudie également les médias qui, totalement assujettis à la norme, imposent le discours nazi de façon brutale et immédiate ; il s’oblige à écouter à la radio les discours de Goebbels et de Hitler et à lire dans des journaux comme Das Reich les éditoriaux de Goebbels dont il analyse les procédés de propagande et la structure argumentative (par ex. : TB II, 9.1.43, 307-309 ; TB II, 7.6.43, 390 ; TB II, 24.5. 44, 518 ss. ; TB II, 20.8.44, 577). Il démonte en particulier l’argumentation antisémite qu’il rencontre dans des articles comme Die Urheber des Unglücks der Welt de Goebbels, paru dans le Reich du 21.1.1945 (LTI, 230), ou encore Schuld ist der Jude d’un certain professeur Leer, paru dans le Freiheitskampf. Klemperer, en appelant Leer « Durchschnittsstimme aus dem Nationalismus der Tonangeber Goebbels, Rosenberg usw », montre que ce sont justement des gens comme lui qui sont responsables de la diffusion générale du discours antisémite dans la population :

« Argumentation : Die Juden haben den ersten Weltkrieg vorbereitet. [] Feststellung : ‘Hätte man den Juden nicht die Staatsbürgerschaft gegeben, sondern sie im Ghetto gelassen, so hätten sie die Revolte von 1918 nicht anzetteln und uns nicht zu Fall bringen können.’ An allem also nur der Jude schuld. Wir müssen ihn in Europa ausrotten. Das mag schrecklich sein, ist aber Vergeltung und Notwehr ‘seiner Mordlust gegenüber.’ » (TB II, 29.5.43,385 ; souligné par V. Klemperer)

37Il lit tous les journaux, même le papier d’emballage pour le poisson ou la viande, ce qui l’amène à constater qu’ils ont tous été mis au pas. Il suit également dans les médias les manifestations de masse avec leurs slogans scandés par les manifestants dont il souligne la fonction d’instrument de propagande, par exemple, à propos de l’article sur Stalingrad dans la Frank­furter Zeitung du 5.2.1943. Il le cite avant de dénoncer le caractère mensonger des nouvelles du front et la manipulation par la mise en scène des Sprechchöre :

« ‘Als der Gegner am 9. Januar zum wiederholten Male den Versuch zur Unterhandlung machte, haben Sprechchöre aus den vorderen deutschen Linien geantwortet, man wolle keine Verhandlungen, man wolle den Sieg.’ - Der Sprechchor ist das Propagandamittel der Kampfzeit im Innern, der Sprechchor ist höchste Theatralik. er bezeichnet am stärksten das NS-Element in der Armeesprache. » (TB II, 11.2.43, 327) 

38à plusieurs reprises Klemperer étudie le pouvoir de manipulation des affiches et fait une analyse sémiotique du rapport entre texte et image:

  • « Feder kam sehr down zur Arbeit : In der Wiener Straße klebe ein neues Plakat : ein Stürmerjude mit Stern, Inschrift : ‘Wer ist schuld am Krieg ? - Der hier !’ » (TB II, 21.7.43, 406)

  • « Seit einer reichlichen Woche an allen Schaufenstern, an den Scheiben der Trambahnen, in den Ecken der Zeitungen schwarz aufschabloniert die Gestalt des massigen Mannes mit Schlapphut, von hinten gesehen. Er ist seitlich geneigt, der linke Arm mit halboffener Hand hängt herunter, er schleicht oder lauert. Darunter ein weißes Fragezeichen. Irgend etwas Unheimliches, Dämonisches geht von der Gestalt aus. Ästhetische Frage : wieso ? [] Bei Thiemig & Möbius hängt das Bild schon als Plakat. Da trägt es schon die Unterschrift : « Feind hört mit ! » (TB II, 23.1.44,566 ; aussi : LTI, 114)

39L’emprise que le pouvoir exerce grâce aux affiches est pour lui signifi­cative. C’est pourquoi un chapitre entier de LTI, rédigé à partir d’une note dans les Tagebücher : Wenn du unartig bist, steckt dich der Kohlenklau in den Sack. (TB II,19.8.44,564), est consacré à l’affiche Kohlenklau (« chip’ charbon »). En décrivant la réaction affolée d’un enfant devant la menace proférée par sa mère, Klemperer démontre l’efficacité redoutable de ce moyen de pression (LTI, 115sq.).

2.3.2. Textes scientifiques, textes de vulgarisation et manuels scolaires

40Klemperer, philologue, porte un intérêt particulier à des textes scienti­fiques ou de vulgarisation, car il y détecte l’infiltration du domaine des sciences par le lexique de l’idéologie nazie. Même des journaux plus libéraux comme la Dresdner Zeitung se font les porte-parole des sciences manipulées. Il le constate en avril 1944 lorsqu’il lit un article de fond sur la philosophie du langage. Ses propres conceptions concernant la « philologie idéaliste » ont été récupérées au service d’une propagande pour la biolo­gisch-geistige Volksgemeinschaft :

  • 25 Cf. la citation entière ci-dessus dans mon chapitre 1.2.

« Sprache [gilt] als Ausprägung des Seelentums der biologisch-geistigen Gemeinschaft Volk und Mensch. [] Die neue Sprachphilosophie [] will unwissenschaftlich sein. Sie will der Politik dienen. [] Es handelt sich bei den Nationalsozialisten um bewute Verdrängung und Versklavung der Wissenschaft. » (TB II, 26.4.44,507 ; souligné par GS.)25

41Les trois lieux où il avait trouvé asile après sa fuite de Dresde, bombardé le 13 février 1945, le village de Piskowitz en pays sorbe, la ville de Falken­stein dans le Vogtland et le village d’Unterbernbach en Bavière, vont lui fournir l’occasion de lire des textes auxquels il n’avait pas eu accès jusque-là. Dans la pharmacie de son ami Hans à Falkenstein, il lit en particulier des livres et des revues pharmaceutiques et médicales et constate l’uniformi­sation que font subir au discours scientifique des modes d’expression venus de la « LTI » :

[] überall stie ich auf die gleiche Stilart und die gleichen Stilblüten. Ich notierte mir : ‘Gedenke der nordischen Mathematik [], vergi nicht, andere Zweige der Naturwissenschaften auf die LTI-Seuche zu untersuchen.’ » (LTI, 334 ; souligné par G.S.)

42Un petit livre banal, Das ärztliche Teerezept, herausgegeben von der deutschen Apothekerschaft, lui semble être symptomatique, car il en recopie de larges extraits vantant l’utilisation des herbes dans la pharmacopée et la médecine :

« ‘Kräuter und Kräutergemische, die aus unseren Wiesen und Wäldern stammen, haben sicher für jeden auch etwas Vertrautes und Unverfälschtes. Ihre arzneiliche Verwendung bestätigt traditionelle Heilerfolge aus grauer Vorzeit, und der Gedanke der Verbundenheit von Blut und Boden stützt das Vertrauen zu heimischen Kräutern.’» (LTI, 332/333, souligné par G.S.)

43Il commente ensuite ces extraits en notant combien le discours scientifique est infiltré :

« es ist komisch, wie hier die allgemeinen Schlagworte und Anschauungen des Nazismus in den wissenschaftlichen Spezialtext eingewirkt werden. [] Unter dem Deckmantel des germanischen Traditionalismus, der Naturnähe und des Antiintellektualismus, dazu mit dem immer wieder verfangenden Gerede von der ‘Giftigkeit chemischer Mittel’ blüht das Kurpfuschertum, macht Geschäfte mit kritiklos zusammengebrauten deutschen Heiltees (LTI, 332/333, souligné par G.S.)

44D’autres textes lui paraissent encore plus dangereux : ce sont les manuels scolaires qu’il examine avec un grand souci de pédagogue. Il démonte leur structure générale qui repose sur une ou deux idées réductionnistes sorties de l’idéologie nazie. Le manuel Geschichte der deutschen Literatur de Linden, par exemple, qui définit chaque auteur ou chaque ouvrage par rapport à leur caractère volkhaft et arthaft (LTI, 340). De même, celui de Stieve Geschichte des deutschen Volkes dont les termes clef sont ewig, Stimme des Blutes, unbändige Kraft  (LTI, 336 sq.) et où l’histoire des Allemands est ramenée exclusivement au « sentiment » :

« Stieves Stil [ist] ausschlielich gekennzeichnet durch die einseitige Betonung des Gefühls, da er alles und jedes aus dieser glorifizierten und privilegierten Haupteigenschaft der Germanen ableitet. » [LTI, 337]

45Klemperer finit par constater l’extrême pauvreté d’un lexique nazi dont le pouvoir ne consiste que dans la répétition et le martèlement de la même idée :

« sie ist nun einmal arm, sie will und kann nicht anders als arm sein, und Verstärkung erzielt sie nur durch Wiederholen, durch Einhämmern des immer Gleichen. » (LTI, 335).

2.3.3. Textes de la vie quotidienne

46En lisant et en commentant tous les textes du discours officiel, Klemperer tente d’appréhender l’idéologie nazie, son esprit à l’état pur (« aus ihrer Sprache ihren Geist feststellen »), alors que, en collectionnant textes et mots de la vie quotidienne, il entreprend de saisir l’emprise de l’idéologie sur l’usage de la langue, son pouvoir de manipulation jusque dans le camp des victimes.

« Ich beobachtete immer genauer, wie die Arbeiter in der Fabrik redeten und wie die Gestapobestien sprachen und wie man sich im Zoologischen Garten der Judenkäfige ausdrückte. Es waren keine großen Unterschiede zu merken ; nein, eigentlich überhaupt keine. Fraglos waren alle, Anhänger und Gegner, Nutznießer und Opfer, von denselben Vorbildern geleitet. » (LTI, 22 ; souligné par G.S.)

47En ce qui concerne les textes écrits, c’est surtout au travers de petits genres textuels conventionnels que Klemperer analyse la normalisation et la manipulation du langage quotidien : Je n’en donnerai ici que deux exem­ples : les annonces de décès dans les journaux et les plaques de portes indi­quant le nom de l’occupant.

48Plusieurs notes dans les Tagebücher et un chapitre entier de la LTI (Familienanzeigen als kleines Repertorium der LTI, 155-161) sont consa­crés aux annonces de décès, significatives pour l’évolution des mentalités pendant la guerre. Klemperer note d’abord l’emploi massif de stéréotypes comme sonnig (radieux) et lebensfroh (heureux de vivre) utilisés pour évoquer la vie d’un soldat mort au front, qui renvoient aux mythes païens et à la roue du soleil (la croix gammée) :

« LTI. Todesanzeigen unter dem Hakenkreuz : ‘Sonnig’, das in den ersten Tagen florierte, erscheint auch jetzt, aber seltener. ‘Lebensfroh’ steht in mindestens vier von fünf Anzeigen, und ebensooft ist die Nachricht, die man tieferschüttert erhält, ‘unfabar’. » (TB II, 27.3. 42, 57)

49Mais la réglementation va plus loin. Klemperer rapporte un mois plus tard comment les instances officielles ont coupé court à toute tentative d’introduction d’éléments personnels dans l’annonce de la mort d’un proche. Probablement pour éviter qu’une opinion défaitiste ne s’installe, un soldat « en première ligne » se plaint dans une lettre fictive que ce genre d’an­nonces l’humilie et rabaisse son sacrifice. Ainsi, l’appel à l’héroïsme de la Heimat, permet d’imposer des normes officielles. L’adaptation se fera immé­diatement : l’annonce de décès ne contiendra plus que l’expression du don « au Führer et à la patrie » et de la fierté du deuil :

« Eine sehr häufig wiederkehrende Fassung der Kriegstodesanzeigen lautet seit sechs Monaten : ‘Tieferschüttert und noch unfabar erhielten wir die schmerzliche Nachricht’ ‘Sein heiester Wunsch, seine Lieben wiederzu­sehen, blieb unerfüllt.’ Vorgestern nun erschien der Brief eines Frontoffiziers ‘aus vorderster Linie’ : Mit diesem ‘heiesten Wunsch’ entstelle und ernie­drige man das Opfer des Soldaten, der drauen vor allem an seine Helden­pflicht denke. Die Heimat möge sich gleichfalls heroisch fassen. – Der Brief ist fraglos bestellte Arbeit, erscheint fraglos in allen deutschen Zeitungen und wird fraglos Wirkung tun. Von nun an wird die Fassung : ‘Für Führer und Vaterland’ - ‘in stolzer Trauer’ dominieren. (TB II, 8.5.42, 80-81)

50à l’aide d’un autre genre textuel, tout à fait mineur, Klemperer montre jusqu’à quel degré de perversité la manipulation par le langage peut mener : ce sont les plaques de portes indiquant le nom de l’occupant. Dans les « mai­sons des juifs » où habitent les couples « mixtes », l’époux juif doit signaler son appartenance « ethnique » par l’étoile jaune collée à côté de son nom, alors que l’épouse doit indiquer la sienne par l’ajout « aryenne ». La perver­sité de cette obligation est flagrante : alors qu’une épouse courageuse comme Eva ne place qu’une petite carte de visite à côté du nom de Klemperer, une autre femme, Frau Kreidl, supportant mal le sort réservé aux épouses « aryennes » dans un mariage « mixte », inscrit ce qualificatif en grandes lettres sur un grand carton, montrant ainsi qu’elle se désolidarise de son mari (TB II, 19.4.42, 67) On voit bien que le discours nazi se fait sentir ici plus médiatisé, l’identification totale avec lui n’est pas exigée, une certaine marge de manœuvre est laissée malgré les normes officielles.

51Un autre emploi des noms sur les portes avec sa manipulation perverse n’échappe pas à la perspicacité de Klemperer. Un jour, il aperçoit sur les portes d’une « maison des juifs » des morceaux de papier signalant, unique­ment par l’emploi du prétérit, que l’occupant a été déporté et que ses meu­bles ont été confisqués :

« ‘Hier wohnte der Jude Weiler.’ - ‘Hier wohnte die Jüdin ’ Das sind die Evakuierten, deren Mobiliar versiegelt ist und allmählich abgeholt wird. » (TB II, 16.3.42, 47)

  • 26 Cf. Hannes Heer : « Vox populi. Zur Mentalität der Volksgemeinschaft ». In : H. Heer (1997 : 122-14 (...)

52à côté des petits textes de la vie quotidienne, Klemperer, tout au long des Tagebücher, fait entendre les paroles prononcées. Il transcrit le concert des voix de la population allemande, la vox populi,26 notant l’usage de la langue que font les locuteurs de toutes les couches sociales, juifs et non juifs, gens de la rue ou de l’usine. Grâce à la transcription de ces voix, il écrit une sorte d’histoire des mentalités sous le national-socialisme. Klemperer les interroge souvent, inquiet de son propre sort, car ces voix anonymes lui semblent être l’écho de l’évolution de la situation politique. Mais, même si, par moments, il croit percevoir des signes d’une certaine insatisfaction, la vox populi exprime surtout l’antisémitisme latent, l’adhésion progressive à l’idéologie nazie et au culte du Führer. S’y mêlent les rumeurs variables selon les péri­péties de la guerre (par ex. TB II, 28.12.42,297), l’enthousiasme lorsque l’armée allemande est victorieuse, l’amertume ou même le désespoir pendant les bombardements, les craintes concernant l’approche de l’armée russe au début de l’année 1945 (par. ex. TB II, 635-657), des moqueries ou plaisan­teries à propos des dirigeants et, jusqu’au bout, l’expression de la foi infail­lible en Hitler (LTI, 139 sq.). Ces « voces populi » sont incertaines, comme le constate un Klemperer désabusé en 1946, lors de la rédaction de la LTI ; elles n’ont finalement aucune valeur de vérité immédiate :

« Aber es gibt keine vox populi, sondern nur voces populi, und welche von diesen verschiedenartigen Stimmen nun die wahre, ich meine : die den Gang der Ereignisse bestimmende ist, das lät sich immer nur hinterher fest­stellen. » (LTI, 285)

53Le flou des rumeurs vaut aussi pour le sort des juifs déportés. Alors que le camp de concentration de Theresienstadt est connu depuis longtemps, les informations concernant l’existence des camps d’Auschwitz et de Buchen­wald semblent ne circuler dans les milieux juifs qu’à partir de mars 1942 :

« Als furchtbarstes KZ hörte ich in diesen Tagen Auschwitz [] Berg­werksarbeit, Tod nach wenigen Tagen [] Nicht unbedingt und sofort töd­lich soll Buchenwald bei Weimar sein ‘Zwölf Stunden Arbeit unter SS’, sagt Selikson ... » (TB II, 16.3.42, 47)

54Le simple fait que des rumeurs existent permet à Klemperer de déduire que des événements graves se sont passés, comme ce sera par exemple le cas à propos du soulèvement du ghetto de Varsovie (TB II, 1.6.43,386).

55Le caractère incertain de la vie quotidienne des couples « mixtes », faite de rumeurs et d’angoisse, est dû principalement aux exactions de la Gestapo. Dès le matin, la journée est dominée par la peur des perquisitions : « Im Auf­wachen : werden ‘sie’ heute kommen ? » (TB II, 20.8.42, 215). Klemperer note scrupuleusement dans les Tagebücher, surtout dans les feuillets de l’année 1942, l’arbitraire qui décide des convocations à la Gestapo et la brutalité des exactions lors des razzias effectuées dans les maisons des juifs. Vols, coups, crachats, cris, invectives et insultes accompagnent invariable­ment ces visites imprévisibles et n’ont qu’un but, celui d’humilier les juifs. Quelques exemples de leurs propos – que Klemperer d’ailleurs n’a pas repris dans la LTI – donneront une image de la bestialité du langage qui accom­pagne la vie quotidienne des quelques juifs épargnés, au moins pour un certain temps, de la déportation :

  • « Warum werdet ihr alle so alt ? Hängt euch doch auf, macht doch den Gashahn auf. » (TB II, 8.2.42, 20)

  • « ‘Du Judensau wirfst ja doch nur Junge, um sie zu Hetzern groß­zuziehen !’ Ausspruch der Gestapo zu der ‘hinbestellten’ siebzigjährigen Frau Kronheim. » (TB II, 8.5.42, 79)

  • «  Zu Frau Pick unter Ohrfeigen : ‘Hast du Kinder ? – Und außer daß du diese Miststücke in die Welt gesetzt hast, hast du nie gearbeitet ?’ » (TB II, 24.542, 96)

  • « Die Reihe der unflätigen Schimpfworte war eigentlich eng. Immer wieder ‘Schwein’, ‘Judenschwein’, ‘Judenhure’, ‘Sau’, ‘Miststück’ – mehr fällt ihnen nicht ein. » (TB II, 11.6.42, 119)

  • « Wenn ich eine Verwandte hätte, die sich mit einem Juden abgibt, die würde ich aufs tiefste verachten. Sie artvergessenes Weib. » (TB II, 11.6.42, 120)

  • « Die Behandlung in der Bismarckstraße (siège de la Gestapo ; G.S.) ähnlich wie vor zwei Jahren [] Ein Gestapokerl neben dem Schalter : ‘Scher dich nach hinten, du Schwein !’ [] Ein kleiner Kerl in der Tür höhnisch und grob : ‘Du hast laut und deutlich zu sagen : ‘Ich bin der Jude Victor Israel Klemperer.’ » (TB II, 2.8.43, 414)

56Les insultes et invectives ne sont cependant pas uniquement l’apanage des sbires de la Gestapo. Pour les juifs restés en Allemagne, la stigmatisa­tion par le port de l’étoile jaune à partir du 19 septembre 1939 est l’ordre le plus machiavélique que les nazis aient imposé. Du jour au lendemain, ils se voient exposés à des insultes, à des menaces proférées par des passants. On leur adresse certes aussi des mots d’encouragement, mais ceux-ci risquent malheureusement de leur valoir la déportation. Klemperer note au jour le jour dans les Tagebücher les messages qu’on lui adresse dans la rue. En les résumant dans le chapitre Der Stern de LTI (LTI, 214 sq.), il fait l’inventaire de ces actions langagières de la population allemande face aux mesures antisémites :

57Un homme à l’air brave qui tient un enfant par la main :

« Sieh dir den an, Horst !- der ist an allem schuld ! »

Un monsieur soigné, à la barbe blanche, traverse la rue, salue et dit :

« Sie kennen mich nicht, ich muß Ihnen nur sagen, daß ich diese Methoden verurteile. »

Un officier SS qui s’amuse comme on taquine un chien en m’empêchant de monter dans le tramway :

« Lauf doch zu Fuß, ist dir viel gesünder. »

Une voiture qui s’arrête, une tête qui se penche par la fenêtre et me lance :

« Lebst du immer noch, du verdammtes Judenschwein ? Totfahren sollte man dich, über den Bauch. »

Un déménageur que je connais bien me dit à haute voix sans se rendre compte combien c’est dangereux :  

« Nu, Herr Professor, lassen Sie bloß den Kopf nicht hängen. Nächstens haben sie doch abgewirtschaftet, die verfluchten Brüder. » (LTI, 214-215)

  • 27 Hans-Jochen Gamm : Der Flüsterwitz im Dritten Reich, München : Piper, 1993, p. 231.

58On ne peut clore ce chapitre sur les textes et propos de la vie quotidienne sans parler des mots d’esprit. Les Witze faisaient partie de la vox populi et circulaient aussi bien parmi la population juive que non juive. Les propager était interdit, comme dans toute dictature, et les peines prévues par « la loi contre la diffamation » de 1934 (Heimtückegesetz)27 pouvaient aller de quelques jours de prison, jusqu’à la déportation en camp de concentration et même jusqu’à la peine de mort. Raconter des Witze ne constituait en soi pas un acte de résistance, mais permettait de compenser l’absence de liberté par l’humour et le rire. Comme les Witze révèlent la contradiction entre la propagande et la réalité d’un état totalitaire, le pouvoir nazi surveille leur diffusion de près. Klemperer note des Witze tout au long des Tagebücher et dans LTI, car il les considère, telle la vox populi, comme le baromètre de l’opinion publique. Je n’en donne ici que quelques exemples.

59Tout d’abord, il remarque que l’humour noir (Galgenhumor) permet de prendre ses distances par rapport à la réalité et de la mieux supporter : « es ist nur eine Flucht, eine Erholung ». (LTI, 236), c’est le cas pour des expres­sions euphémiques comme « Ich trage den ‘Pour le sémite’ » pour le port de l’étoile jaune (LTI, 218) ; les termes de Konzertlager pour Konzentrations­lager, holen pour être déporté, melden pour être convoqué à la Gestapo. De même les expressions Jüdische Märchenagentur ainsi que son abréviation JMA permettent de se moquer gentiment de la crédulité des juifs.

60Les Witze des « aryens » sont d’abord des plaisanteries à propos des dirigeants, mais avec l’évolution fatale de la guerre, ils reflètent le sentiment amer du peuple d’être abandonné par les gouvernants. Ainsi la devinette à propos du Volkssturm : « Was hat Silber im Haar, Gold im Mund und Blei in den Gliedern ? » (LTI, 331) tourne en dérision l’idée qu’on pourrait gagner la guerre avec des vieux. La volonté des nazis de minimiser les bombar­dements de Berlin est à l’origine du Witz : « Was ist feige ? - Wenn sich einer von Berlin weg zur Front meldet. » (LTI, 161) et l’abri aérien LSR (Luftschutzraum) deviendra à l’approche de l’armée russe : Lernt schnell Russisch ! 

Conclusion

61L’ambition de Klemperer est grande : saisir l’idéologie du IIIe Reich dans sa totalité par l’analyse de ses modes d’expression. Engagé lui-même dans des discours variés, discours scientifique, discours de juif persécuté, et confronté au discours national-socialiste, il tente, à partir de là, de dominer ce dernier en le prenant comme objet d’étude.

62Représentant fervent de la « philologie idéaliste » et de la Kulturkunde des années vingt, Klemperer conçoit l’étude de la langue non pas comme un relevé des formes, ainsi que l’avaient fait les néogrammairiens, mais comme une étude tendant à saisir « l’esprit » de l’époque au travers de ses contenus intellectuels et culturels. Cette conviction le conduit à élaborer une synthèse de l’idéologie national-socialiste en partant de l’étude de ses racines diverses et de leur déploiement dans le discours hégémonique de son époque. Ce qu’il tente ainsi, c’est d’opposer une étude totalisante au discours totalitaire. Mais le projet annoncé en 1941 ne pourra se réaliser intégralement. Ses conditions de vie d’exclu de la société, auquel on a soustrait ses outils de travail de chercheur, sa situation de juif exposé à des persécutions quotidiennes et dont le sort est incertain, lui font porter le regard vers la « tyrannie du quotidien ». Ainsi, cette limitation s’avère finalement une source d’enrichissement, car Klemperer est amené à noter, avec le soin scrupuleux du « philologue », toutes les manifestations de l’idéologie nazie dans la vie et le langage quotidiens. Partant des textes dont le nombre et la variété attestent son désir d’atteindre une vision globale, et de la transcription des propos recueillis au jour le jour, il rassemble sous le sigle LTI des fragments du discours totali­taire qui s’est emparé de l’Allemagne. Ce travail constitue une sorte d’« ana­lyse de discours » avant la lettre, car ce qu’il démontre à l’aide des textes et propos de tous les jours, ce sont les mécanismes par lesquels le discours national-socialiste exerce son pouvoir et s’insinue dans la conscience des locuteurs. Klemperer parvient ainsi à éclairer parfaitement l’articulation entre pouvoir et langage.

Notes

1 Victor Klemperer (1881-1960) a tenu un journal intime pendant 68 ans de sa vie. Les premiers journaux, de 1897-1918, ont été réécrits par lui sous le titre Curriculum vitae et publiés en 1989 par W. Nowojski, Berlin : Rütten & Loening. Les autres journaux ont été publiés à partir de 1995 :

Leben sammeln, nicht fragen wozu und warum. Tagebücher 1918-1932. Berlin : Aufbau-Verlag, 1997.

Ich will Zeugnis ablegen bis zum letzten. Tagebücher 1933-1945. Berlin : Aufbau-Verlag, 2 tomes, 1995 ; tome I : 1933-1941, cité TB I ; tome II : 1942-1945, cité TB II.

So sitze ich denn zwischen allen Stühlen. Tagebücher 1945-1959. Berlin : Aufbau-Verlag, 2 tomes, 1999 ; tome I : 1945-1949, tome II : 1950-1959.

2 Victor Klemperer,: LTI (Lingua Tertii Imperii). Notizbuch eines Philologen. Leipzig : Reclam 199616  [1947]. Pour distinguer les deux sigles « LTI », je noterai en italique le livre, la LTI, et en caractères normaux la matière de la LTI, la langue du Troisième Reich, objet d’études de Klemperer.

3 Klemperer explique la raison d’être de ce livre par une anecdote. Une ouvrière berlinoise, réfugiée comme lui à la fin de la guerre en Bavière, lui avait répondu, pour expliquer pourquoi elle avait fait de la prison sous le régime nazi, que cela avait été ‘pour des mots’ : « ’Weswegen haben Sie denn gesessen ?’ fragte ich. ‘Na, wejen Ausdrücken ‘. (Sie hatte den Führer, die Symbole und die Ein­richtungen des Dritten Reiches beleidigt.) Das war die Erleuchtung für mich. Bei diesem Wort sah ich klar. Wejen Ausdrücken. Deswegen und daherum würde ich meine Arbeit am Tagebuch aufnehmen. » (LTI, 364)

4 Cf. Margret Jäger / Siegfried Jäger, qui rapprochent ses analyses de celles faites dans le cadre de l’analyse du discours actuelle : « Klemperers konkretes analy­tisches Vorgehen [kommt] dem ziemlich nahe, wie heute Diskurs- bzw. Dispo­sitivanalysen angefertigt werden. » (Gefährliche Erbschaften. Die schleichende Restauration rechten Denkens. Berlin : Aufbau-Verlag, 1999, p. 15-16).

Cf. également Susanne zur Nieden : « die Gesichtspunkte seiner Interpretationen von Alltagsphänomenen [erinnern] zuweilen an strukturalistische und diskurs­theoretische Ansätze. » (« Aus dem vergessenen Alltag der Tyrannei. Die Auf­zeichnungen V. Klemperers im Vergleich zur zeitgenössischen Tagebuchlite­ratur. » In : Hannes Heer, Hrsg., 1997 : Im Herzen der Finsternis. Victor Klemperer als Chronist der NS-Zeit. Aufbau-Verlag, p. 120).

5 Voir à ce sujet l’article de Nicole Fernandez-Bravo :  « LTI. Caractéristiques linguistiques d’un langage ‘inhumain’ », in : Germanica, 27/2000, p.147-174, qui analyse les aspects sémantiques, mais aussi ceux relevant de l’énonciation, de la pragmatique et de la rhétorique national-socialiste.

6 Je renvoie sur ce point à l’article d’Isabelle Vodoz : « Des Journaux 1933-1945 à LTI », in : Germanica, 27/2000, p. 175-192, qui étudie l’élaboration littéraire dans la LTI de passages des journaux.

7 Cf. Frank-Rutger Hausmann : « ‘Wir wollen keine Positivisten sein.’ Victor Klemperers Briefwechsel mit Karl Vossler ». In : lendemains 82/83/1996, p. 54-85.

8 Cf. Gerhard Helbig : Geschichte der neueren Sprachwissenschaft, Leipzig, VEB Bibliographisches Institut 1986, p.14 ss.

9 Karl Voßler : Positivismus und Idealismus in der Sprachwissenschaft, Heidelberg 1904.

10 Idealistische Neuphilologie, Festschrift für Voßler, éd. par Klemperer et Lerch, Heidelberg 1922, p. VI, cité d’après Helbig (1986 : 23).

11 Jahrbuch für Philologie, édité par Klemperer et Lerch, Hueber 1925. Bien malgré lui, il doit accepter le titre de « Philologie » alors qu’il défendait celui de « Idealistische Neuphilologie ». 

12 Préface au 1er tome du Jahrbuch für Philologie, Hueber 1925, cité d’après Hausmann (1996 : 80), (souligné par G.S.).

13 Il faut prendre ces termes dans le sens allemand : « Kultur : Gesamtheit der gei­stigen (Wissenschaft, Kunst, Ethik, Religion, Erziehung, Sprache) sozialen (Politik, Gesellschaft) und materiellen (Technik, Wirtschaft) Formen der Lebens­äußerungen der Menschheit. Kulturgeschichte : geschichtlicher Ablauf und Wand­lung einer Kultur (Brockhaus/ Wahrig : Deutsches Wörterbuch).

14 Lettre du 9.5.1926 à Voßler, cité d’après Hausmann (1996 : 70), (souligné par G.S.).

15 Au sujet de la discussion autour de la « Kulturkunde », voir deux articles dans lendemains 82/83, 1996 : Hans Manfred Bock : « Zur Stellung Victor Klemperers in der kulturkundlichen Frankreichdiskussion », p. 96-116 ; Henning Krauss : « Victor Klemperer und «’das weitmaschige Wort Kulturkunde’ », p. 116-126.

16 En français dans le texte (TB I, 622).

17 Allusion au nom de l’écrivain expressionniste Fritz von Unruh dont Klemperer s’approprie le jeu de mots : « ‘Unruh heiß ich, wie das Rädchen an der Uhr’, schreibt Fritz von Unruh (TB I, 20.7.41, 622).

18 Voir également sur l’ambiguïté de ses positions philologiques et idéologiques : André Combes : « Ein Gezeichneter zeichnet auf : Subjektivierungsprozesse in Victor Klemperers Tagebüchern 1933-1945 ». In : Germanica 27/2000, p. 94-95.

19 Cf. A. Combes (2000 : 96) : « Hier findet kein Rückfall in die traditionelle Völkerpsychologie statt, sondern eher eine ideengeschichtliche Interdiskursivität, die jedoch klarmacht, da die nach wie vor transhistorische, von der konkreten Geschichte abstrahierende und an der konservativen Kultur- und Geschichtsphilo­sophie geschulte Denkweise Klemperers [...] eins nicht zu leisten vermag : den mit solchen geistesgeschichtlichen Genealogien nicht zu erklärenden ’Zivilisa­tionsbruch’ in seiner ganzen Tragweite zu denken. »

20 Son travail sur le XVIIIe siècle français.

21 Michel Foucault : L’archéologie du savoir. Paris : Gallimard 1969 ; L’ordre du discours, Paris  : Gallimard 1971.

22 Cf. Dominique Maingueneau : « L’intérêt qui oriente l’analyse du discours, c’est en effet de n’appréhender ni l’organisation textuelle en elle-même, ni la situation de communication, mais de penser le dispositif d’énonciation qui lie une organisation textuelle et un lieu social déterminé. » (L’analyse du discours. Paris : Hachette 1991, p. 13).

23 Klaus Brinker : Linguistische Textanalyse. Eine Einführung in Methoden und Grundbegriffe. Berlin : Schmidt 19974, p. 132-133.

24 Ulla Fix : « Textsorte-Textmuster-Textmustermischung ». In : Pérennec, Marie-Hélène (éd.). Textlinguistik : An - und Aussichten, Cahiers d’études Germaniques n°37, 1999/2, p.16.

25 Cf. la citation entière ci-dessus dans mon chapitre 1.2.

26 Cf. Hannes Heer : « Vox populi. Zur Mentalität der Volksgemeinschaft ». In : H. Heer (1997 : 122-143).

27 Hans-Jochen Gamm : Der Flüsterwitz im Dritten Reich, München : Piper, 1993, p. 231.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search