Version classiqueVersion mobile

Passerelles et passeurs

Les associations de jeunes au service de l’entente franco-allemande

Joseph Rovan

Texte intégral

1Au lendemain de la fin des combats, la division de l’Allemagne vaincue en zones d’occupation attribue à la France le sud des anciens Länder de Bade et de Wurtemberg (avec un petit bout de Bavière qui, en passant par Lindau, rejoignit les parties de l’Autriche sous l’occupation française, elles aussi) ainsi que le Palatinat et la rive gauche du Rhin jusqu’au sud de Cologne (mais sans cette dernière ville). À côté des struc­tures purement militaires, le haut commandement français créa, pour gérer ces pays, une administration civile qui comprenait une direction générale de l’éducation et de la culture à la tête de laquelle fut placé l’Inspecteur Général Schmittlein, qui se fit appeler « Général », les admi­nistrateurs civils étant assimilés à des grades militaires. Selon le modèle de Paris, qui avait maintenu l’existence d’un service de la Jeunesse et des Sports (la jeunesse comprenant l’éducation populaire selon le modèle créé en « zone non occupée » entre 1940 et 1942), le directeur général, qui résidait d’abord à Baden-Baden puis se transféra à Mayence à la fin de 1948, mit sur pied une direction « Jeunesse et Sports » qui fut confiée à Jean-Charles Moreau (qui vient de mourir au printemps 2002). Moreau issu du mouvement de l’action catholique avait été responsable du même service à Vichy et à Paris où il avait été maintenu pour des activités de résistance. Sans expérience directe des choses allemandes, il se donna comme adjointe sa belle-sœur Geneviève Carrez, agrégée d’allemand.

2Comme j’avais publié en automne 1945 dans la revue Esprit un texte intitulé « L’Allemagne de nos mérites », suivi d’autres articles de la même veine, je commençais à être connu dans les milieux qui s’intéressaient aux choses d’Allemagne. Or, à mon retour de déportation, j’avais trouvé à Paris un organisme créé par des mouvements de résistance qui s’intitulait « Travail et Culture » et qui avait pour objectif de développer des activités de jeunesse et d’éducation populaire qui avaient été organisées en Zone libre par des militants chrétiens et laïques issus pour ces derniers avant tout des Auberges de Jeunesse organisée sous le couvert de Vichy dans un mouvement « Camarades de la route » dont j’avais fait partie — motivé par mon appartenance au « Contadour » de Jean Giono en 1938 et 1939 (Giono lui-même s’étant bêtement compromis dans des publica­tions proches de la collaboration, mais je fus de ceux qui le firent remettre en liberté) et aussi de la Ligue de l’Enseignement qui eut alors quelques difficultés à redémarrer et garda une réputation quelque peu d’avant-guerre.

3Cependant « Travail et Culture » fut très vite colonisé par le Parti Communiste comme beaucoup d’organismes issus de la Résistance ou convertis après la Libération. Tout en me sentant fortement attiré par le marxisme et par un parti où militaient beaucoup de mes camarades de résistance, je me refusais à une adhésion qui se serait mal coordonnée avec mon option pour la religion catholique effectuée dans la prison de Fresnes et qui ne pouvait pas non plus se concerter avec ma présence dans l’équipe d’Esprit dont je fus le secrétaire de rédaction en été et en automne 1945, « chauffant » la place pour Jean-Marie Domenach qui voulait passer auparavant son agrégation de philo. Parallèlement à « Tra­vail et Culture » s’était constitué après la Libération un mouvement « Peu­ple et Culture » qui se préoccupait de la formation des cadres et publiait une revue et une collection « Regards Neufs » aux éditions du Seuil issus des milieux proches de ceux que j’avais fréquentés dans la Résistance.

4Je rejoignis « Peuple et Culture » dans ses bureaux de la rue Monsieur le Prince à la fin de 1945 (nous y restâmes jusqu’en 1962) où j’eus également à lutter contre une emprise communiste dont je réussis à limi­ter les effets bien que les principaux dirigeants de « Peuple et Culture » à l’époque fussent alors membres d’un parti communiste qu’ils devaient abandonner progressivement dans les années qui suivirent (rappelons nous qu’en 1945 des communistes étaient encore membres du gouver­nement de de Gaulle).

5Un jour à « Peuple et Culture » je reçois la visite d’un homme très grand et très fort qui ne s’était pas annoncé mais qui était accompagné d’une très jolie jeune femme. C’était Jacques Deshayes « capitaine » res­ponsable du service Jeunesse et Sports pour le pays de Bade-Sud avec siège à Fribourg. Il avait lu mon article d’Esprit et il avait appris l’exis­tence de « Peuple et Culture ». Il m’expliqua qu’il voulait réunir dans sa région les responsables des mouvements de jeunesse et des universités populaires avec des dirigeants français des groupements analogues pour leur faire connaître les nouveaux contenus et les nouvelles méthodes qui prévalaient maintenant en France dans la suite de la Résistance, alors qu’en Allemagne les universités populaires et les mouvements de jeunesse n’avaient encore pour modèles que ce dont certains se rappelaient de la période d’avant 1933.

6Cette rencontre eut lieu dans une belle Auberge de Jeunesse sur les hauteurs de la Forêt Noire près du Titisee. Nos invités allemands furent profondément marqués par les nouveautés que leur apportaient les Français ; quant à moi j’eus un long entretien avec le général Schmittlein qui me proposa d’entrer dans son service comme responsable de la culture populaire à laquelle il entendait donner un important développe­ment. « Peuple et Culture » pouvait se prévaloir de ma présence régulière tout en faisant très fréquemment venir en Allemagne nos principaux responsables pour des tournées de conférences et pour des sessions. Dans le même esprit, je fis venir en Allemagne Emmanuel Mounier qui fit de brillantes conférences à Fribourg, à Baden, à Mayence et à Francfort. Grâce à l’action de la direction Schmittlein, Esprit commençait à être connu en Allemagne.

7La rencontre de Titisee avait eu lieu en 1947. C’est en 1948 que je m’installais au Golf Hotel à Baden-Baden pour aller ensuite avec la direction Schmittlein m’établir à Mayence à partir de l’été 1948. J’habitais d’abord un très joli hôtel-restaurant dans l’arrière-pays, sur les hauteurs qui surplombent le Rhin à Gonsenheim, pour aller ensuite occu­per une agréable villa toute neuve au-dessus de la route d’Alzey où ma mère vint tenir mon ménage où je devais rester jusqu’au printemps 1952. Dans le cadre de l’action que je pouvais développer sous la protection de Schmittlein et de Jean-Charles Moreau, je fis venir à Paris pour la pre­mière fois en 1948 un groupe de dirigeants des universités populaires allemandes après que, dès 1947, nous avions fait inviter à Besançon des enseignants de français des universités populaires. De tels développe­ments, si peu de temps après la fin de la guerre, eurent un réel reten­tissement dans une Allemagne qui, du fait de l’hitlérisme triomphant et vaincu, se sentait encore très réellement exclue de la communauté des nations civilisées. Pour donner à cette réinsertion morale et, sinon poli­tique, du moins pré-politique, une apparition visible dans toute l’Europe démocratique ou redémocratique, «Jeunesse et Sports » organisé en 1948 une vaste rencontre de militants français et allemands au lieu symbolique de la Loreley, qui eut un grand retentissement.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search