Version classiqueVersion mobile

Passerelles et passeurs

Le « Beruf », un paradigme allemand

Alain Lattard

Texte intégral

1Au jardin des malentendus franco-allemands, Bildung est une notion particulièrement en vue. Produit exclusif du biotope allemand, elle est trahie par les termes français d’éducation ou de culture, et tout aussi mal rendue par celui de formation. Et quel équivalent trouver p. ex. au composé Bildungsbürgertum, qui double la spécificité philosophique d’un Sonderweg socio-historique ?

2Avec le Beruf, le malentendu est plus discret, mais n’en obscurcit pas moins le dialogue entre Marianne et Germania. Car Beruf signifie pour les Allemands bien plus que profession ou métier ; et si l’on fait derechef le test des mots composés, qui oserait prétendre que Berufsmensch est plus facile­ment traduisible en français que Bildungsbürger ?

  • 1 Georg Bollenbeck, Bildung und Kultur. Glanz und Elend eines deutschen Deutungsmusters, Francfort/M. (...)

3La notion de Beruf mérite d’autant plus qu’on s’y arrête qu’à bien des égards, elle est à la fois antagoniste et complémentaire de celle de Bildung. Et pour peu qu’on y voie, comme Georg Bollenbeck l’a fait pour cette dernière1, le vecteur d’une perception collective de la réalité, un Deutungs­muster au sens de véritable paradigme socioculturel, sa compréhension peut aussi éclairer quelques aspects essentiels de la singularité allemande.

4Dans ce qui n’est ici qu’une esquisse, nous déclinerons son évolution en partant du terreau culturel primitif, puis en distinguant trois étapes princi­pales, qui rendent compte à la fois de son rôle dans le monde des repré­sentations, mais aussi de son effet sur l’organisation sociale. Car l’histoire du Beruf illustre à merveille la thèse d’arnold Gehlen selon laquelle une idée n’a d’impact sur l’histoire que si elle se matérialise dans des institutions.

I

  • 2 Pour cette section, la référence centrale est Werner Conze, « Beruf » in Otto Brunner et al., Gesch (...)
  • 3 Le passage le plus souvent cité 1 co. VII, 17 : « Ein jeder bleibe in dem Berufe, dazu er berufen i (...)

5Au commencement était le Verbe, certes, mais traduit par Luther2. C’est au réformateur que l’on doit en effet l’adoption en allemand d’un seul terme, Beruf, pour désigner à la fois l’appel de Dieu au croyant, la vocatio spirituelle, et son activité dans le monde temporel, l’occupatio. Ce choix de traduction, en particulier dans le Siracide et la première Lettre aux Corinthiens3, manifeste une rupture avec la tradition catholique, pour laquelle la foi la plus pure exigeait la fuite du monde et l’ascétisme mo­nastiques.

6Pour Luther, le croyant, instrument de Dieu dans la poursuite de la création, ne peut mieux servir qu’en accomplissant fidèlement son devoir dans la fonction temporelle que lui a impartie la volonté divine. Par ailleurs, en exerçant son métier, le chrétien œuvre dans le monde, faisant preuve d’amour pour son prochain et se rendant utile à la société. Le luthéranisme fonde donc une nouvelle éthique du travail, qui, dans ses deux dimensions, spirituelle et temporelle, débouche sur une sacralisation du métier.

7La force de cette tradition apparaît dans la persistance des connotations religieuses associées au Beruf. Deux siècles après, schiller s’en fait encore le chantre en écrivant dans Das Lied von der Glocke

« Von der Stirne heiß,
rinnen muß der Schweiß,
soll das Werk den Meister loben,
doch der Segen kommt von oben ».

8Et malgré l’irrépressible mouvement de sécularisation, les deux dimensions du Beruf précédemment citées perdurent dans la société allemande moderne. La référence au choix personnel se substitue à l’invocation de l’appel divin et l’insertion dans la société bourgeoise à la place impartie dans l’ordre temporel, mais dans ses fonctions morales et sociales, le métier garde une place tout aussi centrale. C’est lui qui confère l’identité individuelle en offrant une possibilité d’accomplissement personnel dans le travail ; c’est lui aussi qui détermine la position sociale en ouvrant l’accès au statut d’hono­rable artisan.

9Certes, rien ne garantit que la vocation coïncide avec la position sociale. Mais les penseurs de l’idéalisme résolvent le problème en substituant la Raison à l’injonction divine de la théologie luthérienne. Ainsi, chez le Fichte de Das System der Sittenlehre, chacun doit certes envisager son métier en fonction de ses capacités personnelles, mais en définitive, au nom du devoir, subordonner sa préférence aux objectifs fixés rationnellement pour la collectivité. Dans la société industrielle naissante du siècle suivant, les Arbeitswissenschaftler voudront arbitrer le dilemme en testant les salariés. Dans un environnement différent, le recours à la psychotechnique, c’est-à-dire à une ingénierie sociale chargée de rendre compatible besoins du marché et satisfaction des individus au travail sert, toutes choses inégales par ailleurs, le même idéal, hérité de la tradition luthérienne : préserver l’inté­grité du Beruf avec sa promesse d’harmonie individuelle et collective.

10Cette continuité est d’autant plus singulière que l’idéal du métier a pris sa consistance à l’âge pré-moderne et qu’il est donc imprégné de représenta­tions issues du monde artisanal. Vocation individuelle et état social, l’idéal-type du Beruf est, au plein sens du terme, le pivot d’un ordre statique : il est Lebensberuf parce qu’on n’a dans sa vie qu’un seul métier, que ce métier est un ensemble complet de savoirs et de savoir-faire, ancrés dans une tradition à laquelle on s’identifie et qui détermine un mode de vie ; le Beruf va aussi de pair avec l’appartenance à une corporation, qui assure à la fois une protection économique, une considération sociale et même, jusqu’au début du XIXe siècle, des droits politiques en conférant le statut de citoyen reconnu d’une ville. Enfin, le Beruf intègre les mécanismes de reproduction de l’ordre dont il est issu, puisque la formation des apprentis est partie inté­grante de l’économie domestique et du système social dans laquelle il s’exerce.

II

11En Allemagne, comme ailleurs, l’importance croissante de l’économie monétaire et la multiplication d’activités non-corporatives sous l’impulsion des politiques caméralistes de l’absolutisme éclairé ébranlent cet ordre an­cien dès le XVIIIe siècle. Et le XIXe, avec l’industrialisation et la constitution de systèmes éducatifs sous la responsabilité de l’état semblent annoncer un dépérissement inéluctable du Beruf.

  • 4 Pour ce qui suit, cf. entre autres Herwig Blankertz, Bildung im Zeitalter der großen Industrie. Päd (...)

12En l’occurrence, son avenir semble particulièrement compromis par l’émergence du paradigme de la Bildung4. Concevant l’Université, au lende­main des humiliantes victoires napoléoniennes, comme le levier du redresse­ment national, ses promoteurs prennent naturellement le contre-pied du modèle d’Ancien Régime. À rebours de l’utilitarisme pédagogique des Lumières, qui éduquait à un rang social ou en vue de l’exercice d’une profession, ils prônent une Allgemeinbildung désintéressée, une formation de soi par les humanités, car, pour eux, la société a besoin non plus de sujets efficaces, mais de citoyens actifs et responsables.

13Wilhelm von Humboldt et ses émules ne sont pas en principe hostiles à la vie pratique, d’autant que, selon l’utopie néo-humaniste originelle, il faut, dans une société de citoyens égaux, que chacun accède à la Bildung. La for­mation au Beruf est légitime, toutefois elle ne peut venir qu’en deuxième lieu, puisqu’elle ne s’attache qu’à une activité spécialisée et limitée de la personne, donc seulement à une part de son humanité.

14Dans le climat de restauration qui suit le Congrès de Vienne, ce n’est toutefois plus la raison, mais l’église et les idéologies conservatrices qui tiennent le haut du pavé. En outre, il faut en rabattre de l’utopie de la klassenlose Bürgergesellschaft. Si bien que la mise en place d’un système scolaire public à partir des années 1830 inscrit dans les faits – et ancre dans les têtes – l’opposition entre l’Allgemeinbildung, apanage de l’école secon­daire, et la Berufsbildung, qui n’y a pas sa place. Par conséquent, on voit s’installer non seulement une dichotomie, mais aussi, comme la höhere Schule est l’école de l’élite, une hiérarchie entre les deux références.

  • 5 Sur la naissance du système dual d’apprentissage, les meilleures références sont Karlwilhelm Stratm (...)

15Cela dit, du côté de la Bildung, on est loin de l’idéal initial, puisque les humanités, au lieu d’être une fin en soi, tendent plus prosaïquement à deve­nir le moyen d’accéder à des carrières et à un statut social, en particulier à certains emplois publics et au grade prestigieux d’officier de réserve. Quoi qu’il en soit, dans la nouvelle société méritocratique, la référence est de plus en plus la formation générale, de moins en moins le métier. Si ce dernier pré­serve finalement en Allemagne son rôle et son prestige propres, il le doit paradoxalement à l’exclusivité du système d’enseignement public et aux effets de l’industrialisation sur une société aux traditions corporatives encore vivaces5.

  • 6 Les règlements prussiens d’octobre 1853 sur la Volksschule sont explicites à ce sujet : « Der Gedan (...)

16Exclusif, l’enseignement public l’est socialement et intellectuellement, au sens où il ne développe l’école du peuple que pour transmettre le bagage minimal nécessaire dans un monde du travail qui se modernise, et surtout pas la Bildung !6. Mais le fait qu’au regard de cette dernière le Beruf soit rejeté dans les ténèbres extérieures signifie aussi, a contrario, que les poli­tiques publiques n’investissent pas l’espace éducatif qui le sous-tend. Les formations techniques pratiques (c’est-à-dire non scientifiques) et surtout l’apprentissage en entreprise continuent de ressortir à l’initiative privée. Et même s’il existe une frange d’interférence entre public et privé, avec les diverses écoles techniques non supérieures, qui peuvent faire l’objet des sollicitudes de la Gewerbeförderung, les pouvoirs publics n’empiètent pas sur le terrain de la formation professionnelle de base, fondée sur le métier.

17La pérennité de celui-ci s’explique sinon par un autre phénomène struc­turel, qui est la persistance, à l’ère de l’industrialisation, d’organisations et de traditions corporatives. Alors qu’en France, la Révolution a fait, sur ce point, table rase de l’Ancien Régime, en Allemagne, la « révolution par en haut » impulsée par les réformateurs prussiens a préféré le changement graduel. Non seulement l’introduction de la liberté d’entreprendre s’éche­lonne, selon les états, entre le début et le dernier tiers du XIXe siècle, avant que la législation ne soit unifiée par la Gewerbeordnung de la Confédération d’Allemagne du Nord, mais dans la plupart des cas, l’adhésion obligatoire aux Zünfte a beau être abolie, celles-ci n’en continuent pas moins d’exister. Les libéraux, moins radicalement individualistes qu’en France, espèrent que les corporations se transformeront en organisations collectives des intérêts économiques, conformes à leur conception du mutualisme et de l’action coopérative.

18De ce fait, au moment où l’Allemagne connaît son décollage industriel, en dépit de la liberté d’entreprise, il n’y a pas, au niveau des institutions et des représentations, de vraie rupture de continuité avec le passé artisanal : les formes d’organisation corporatives, quelles que soient l’ampleur et la nature – variables selon les régions ou les métiers – de leur activité, existent encore, porteuses de mémoire et d’identité. Sans elles, l’émergence, à partir du milieu, mais surtout des deux dernières décennies du siècle, d’un mouvement artisanal (Handwerkerbewegung) protestant contre la concur­rence des fabriques ne serait pas compréhensible.

  • 7 Ainsi, l’institution d’un « Grand certificat d’aptitude » (Großer Befähigungs­nachweis), qui subord (...)

19Or, dans les revendications de ce mouvement, qui conteste le passage à la liberté d’entreprise, mais exprime aussi plus généralement l’angoisse devant la rapidité et la radicalité du changement social, le Beruf joue un rôle pri­mordial. On le comprend à un niveau rationnel, dans la mesure où les questions de formation, en rejaillissant sur la qualité et la quantité de la main-d’œuvre disponible ainsi qu’en limitant la concurrence, peuvent contri­buer à redresser la situation économique de l’artisanat7. Mais les artisans jouent aussi sur un registre bien plus irrationnel en exploitant la valorisation du Beruf, cette éthique du travail diffusée dans la société toute entière par le truchement de l’église et de l’école, entretenue par la tradition corporative dont nous avons souligné la persistance, et d’ailleurs rehaussée au début du siècle par l’idéalisation des romantiques. Dans le discours protestataire, le déclin de l’artisanat est présenté en définitive comme la fin prochaine du travail bien fait, celle de l’honnêteté en affaires et des bonnes mœurs en général.

20Surtout, l’avenir du métier paraît un enjeu crucial sur deux questions qui trouvent dans les années 70 une résonance considérable. La première est la compétition économique avec les autres puissances industrielles, dont, dans un contexte de montée du nationalisme, la multiplication des expositions universelles fait prendre conscience. Or, à l’époque, les produits allemands ont plutôt mauvaise presse – n’oublions pas que l’Angleterre introduit l’identification made in pour permettre aux consommateurs de distinguer les produits nationaux des imitations allemandes réputées de mauvaise qualité. Pour beaucoup d’observateurs, cette image négative s’explique par le déclin de l’apprentissage, indéniable au vu d’enquêtes parlementaires et scientifi­ques détaillées.

  • 8 Cette question, Wie ist unsere männliche Jugend von der Entlassung aus der Volksschule bis zum Eint (...)

21L’autre grande préoccupation dont le mouvement artisanal saura tirer parti est l’intégration sociale de la jeunesse ouvrière. À une époque de crois­sance démographique et d’urbanisation galopantes, la concentration de popu­lation juvénile pauvre dans les centres industriels effraie. Elle est source de délinquance et fait, bien sûr, craindre un renforcement du mouvement socialiste. Cela permet au Handwerkerbewegung de fustiger les effets socia­lement délétères d’une production industrielle qui privilégie la main-d’œuvre non qualifiée et laisse la jeunesse livrée à elle-même au sortir des ateliers. En revanche, l’artisanat, inculquant les vertus du métier et préservant l’apprenti dans le giron de l’entreprise familiale, serait le seul capable « d’éduquer au civisme (la) jeunesse masculine entre la fin de l’école primaire et l’entrée au service militaire »8, pourvu qu’on lui en donne les moyens.

22Dans ce contexte on ne peut plus favorable, le basculement des majorités politiques du libéralisme vers le conservatisme à la fin des années 70 permet à l’artisanat d’obtenir satisfaction. De 1878 à 1908, les retouches successives apportées à la Gewerbeordnung lui donnent des organisations corporatives (les chambres d’artisanat) et une compétence exclusive en matière d’appren­tissage, car seul un maître artisan peut embaucher des apprentis et seule la Handwerkskammer peut organiser les examens et certifier la qualification. Derrière le rideau de fumée idéologique d’un artisanat proclamé éducateur de la jeunesse ouvrière, il y a donc un fait réel d’importance, l’établissement du métier comme référence conceptuelle et institutionnelle de la formation professionnelle. C’est à ce moment que, sans que les contemporains en prennent probablement pleinement conscience, s’implante sur le terrain non investi par l’école publique un système éducatif à la fois complémentaire et alternatif – doublement alternatif même – par rapport au système éducatif d’état, puisqu’il est centré sur l’entreprise, non sur l’institution scolaire, et bâti sur le Beruf non sur la Bildung.

23Cette opposition n’est pas contredite par l’adjonction de l’école profes­sionnelle à l’entreprise formatrice. Certes, dans une évolution chronologi­quement parallèle, ce qui n’était jusque-là qu’une école de perfectionnement du dimanche (Fortbildungsschule), destinée à pallier les carences de forma­tion générale et morale de la Volksschule, est peu à peu reconnu comme complément nécessaire de la formation par le travail. Mais, d’une part, le temps qui lui est consacré reste minime, d’autre part, il ne s’organise pas selon une logique autonome, mais, vers le tournant du siècle, prend le métier pour référence didactique. Dans la formation professionnelle, l’école a donc un rôle accessoire et subordonné par rapport à l’entreprise, que le qualificatif de Berufsschule sanctionne après la Première Guerre mondiale.

24Cette affirmation d’une sphère éducative autonome propre au Beruf a beau être très fonctionnelle sur le plan idéologique et social, elle dérange la hiérarchie des valeurs pédagogiques, dominée par les idéaux néo-huma­nistes. Il faudra donc s’évertuer à montrer en quoi, à l’inverse de l’énoncé Humboldtien, la formation au Beruf peut participer d’une démarche de Bil­dung. Kerschensteiner ouvre la voie en affirmant notamment que la connais­sance profonde de son métier, l’exercice du jugement, de la volonté et de la force qu’occasionne la pratique de celui-ci sont pour l’individu la première étape menant vers la Bildung : en ce sens « die Berufsbildung steht an der Pforte der Menschenbildung ». Spranger définira plus généralement encore une gradation de la Bildung, dont le premier niveau, inscrit dans l’horizon immédiat de vie incluerait la maîtrise du métier. Quant à l’acception la plus noble de l’Allgemeinbildung, même si elle transcende cette « culture de proximité », elle ne pourrait être abordée dans son infinitude qu’en passant par un centre où l’individu trouve ses repères, là encore le métier.

25Malgré leur intérêt philosophique, ces constructions, qu’on qualifie bien­tôt de Berufsbildungstheorie, n’ont guère d’effet pratique. Mais elles four­nissent un alibi idéologique à la coupure réelle entre les deux ordres éduca­tifs du général et du professionnel et, à cet égard, sont un signe supplé­mentaire de l’autonomie pédagogique reconnue au métier en cette fin de XIXe siècle. En niant vainement la polarité entre Bildung et Beruf, on en fait mieux ressortir la réalité.

III

26Le paradoxe apparent de l’histoire du Beruf, c’est que sa consolidation repose sur des privilèges corporatifs concédés à l’artisanat au moment même où le pays connaît un démarrage industriel foudroyant. Le métier comme principe de formation se serait donc institutionnalisé dans un mode de production promis au déclin. Cette conviction était largement répandue à l’époque dans les milieux universitaires : la mort prochaine de la petite entreprise était annoncée non seulement par Marx, mais aussi par la plupart des économistes du Verein für Socialpolitik.

27Après la guerre, dans un contexte de rationalisation industrielle, l’idée s’impose aussi chez les pédagogues socialistes comme Siemsen, Blonsky ou Barschak. Elle conduit ces auteurs, qui anticipent une taylorisation totale de la production, à faire leur deuil de la qualification professionnelle. Et comme ils ne veulent pas refuser un progrès, qui, dans une première phase, promet augmentations de salaire et réductions du temps de travail et, à plus long terme, fonde les espoirs en l’avènement d’un au-delà du capitalisme, ils inscrivent leur projet éducatif dans le cadre d’une école unique, sous les auspices d’une émancipation ouvrière par l’accès au savoir et une pédagogie réformée.

  • 9 Cf. les développements qui consacrés au Beruf par Max Weber dans Wirtschaft und Gesellschaft (1921) (...)
  • 10 Nous faisons allusion à la mise en place d’une administration du travail et, plus spécifiquement, d (...)

28Bien que cette abolition de la référence au métier reflète un courant extrême, une approche plus prosaïque du Beruf, plus axée sur l’occupatio, fait, dans les années vingt, indéniablement son chemin. La place croissante du progrès technique dans la vie quotidienne, le nouveau regard rationaliste des sciences sociales9, tout comme l’organisation du marché du travail par l’état social weimarien10, sont trois facteurs, parmi d’autres, expliquant cette sorte de « nouvelle objectivité ». Au début du Xxe siècle, l’évolution des structures économiques comme celle des mentalités paraissent donc pro­gressivement saper l’éthique traditionnelle du métier.

29En fait, ce diagnostic est prématuré. D’abord parce qu’entre temps, nous savons que la mort annoncée de la petite entreprise n’a pas eu lieu. Même si depuis le dernier tiers du XIXe siècle l’essor économique de l’Allemagne est basé sur l’industrie, ce secteur porteur n’a jamais cessé de cohabiter avec, et même de s’appuyer sur un secteur artisanal resté quantitativement très fort. Qui plus est, nous savons aussi que jusque dans les années 60 du Xxe siècle, une bonne partie de ce monde artisanal n’entre que lentement dans la moder­nité. Un dualisme des structures économiques perdure donc, qui explique en partie la pérennité du Beruf, dans sa réalité comme dans ses valeurs.

30Mais le paradoxe de l’histoire allemande du métier ne se dissipe pas seulement avec l’illusion d’optique d’une industrialisation rapide et com­plète. Non seulement, le mode de production artisanal, milieu naturel du Beruf, ne disparaît pas comme l’annonçaient les Cassandre, mais l’industrie s’approprie progressivement la tradition du Beruf.

31Les diatribes des agitateurs artisanaux contre l’industrie destructrice du métier ne sont certes pas dénuées de fondement. Au début du siècle, le comportement le plus répandu dans les grandes fabriques consiste soit à ignorer la formation – le peu de main-d’œuvre qualifiée requise étant débau­chée de l’artisanat – soit, lorsqu’une formation est pratiquée, à l’affranchir des normes traditionnelles. Mais au même moment, il est déjà patent que, pour une frange de l’industrie, la rationalisation de la production ne fait pas que détruire les métiers traditionnels. En particulier dans la construction mécanique et l’électrotechnique, elle fait parallèlement émerger de nouveaux besoins de qualification. Dès lors, s’amorce à partir de ces branches une dialectique d’émancipation et d’imitation de la formation artisanale.

32L’émancipation est clairement nécessaire, et ce, à plusieurs niveaux. Elle concerne d’abord la teneur de la formation, car les connaissances tradi­tionnelles et la mentalité artisanale conviennent souvent mal aux besoins de grandes entreprises industrielles dont les techniques sont novatrices. Mais elle touche aussi à la méthode d’apprentissage. Dans l’industrie, l’apprentis­sage ne peut, comme dans l’artisanat, s’effectuer par transmission d’une tradition professionnelle qui détermine l’ensemble de l’activité. D’une part, l’entreprise associe une pluralité de métiers, d’autre part le processus de pro­duction y est beaucoup plus marqué par la division du travail. Pour former ses propres apprentis, l’industrie devra donc innover, ses apports fondamen­taux étant l’adoption de l’atelier d’apprentissage, la mise au point d’une démarche pédagogique réfléchie (au lieu de la simple imitation) et l’élabo­ration d’une systématique des métiers industriels.

33L’industrie a besoin de s’émanciper de l’artisanat à un troisième niveau, celui de la certification. En effet, les dispositions de la Gewerbeordnung, en institutionnalisant le rôle de l’artisanat dans la formation, lui ont accordé des privilèges qui nuisent à la diffusion de la formation dans l’industrie, le point essentiel étant ici le monopole de certification donné aux Handwerks­kammern. De ce fait, soit les formations industrielles doivent être avalisées par les chambres d’artisanat – ce qui, compte tenu du hiatus culturel entre les deux secteurs, mais souvent aussi d’une situation de réelle concurrence sur le marché du travail, est source de nombreux conflits – soit l’industrie renonce à donner une formation « diplomante », ce qui rend son offre peu attrayante pour les jeunes.

  • 11 Littéralement « zur Hebung des Berufs- und Standesbewußtseins beitragen », cf. Franz Schürholz, « H (...)

34Car lorsqu’elle veut recruter pour former de la main-d’œuvre qualifiée, l’industrie est confrontée à la tradition du Beruf. Pour surmonter la dévalua­tion symbolique, morale et sociale du travail industriel, elle n’a d’autre choix que de chercher à donner à celui-ci un statut l’élevant au rang du métier artisanal. L’institution d’un examen spécifique de l’ouvrier industriel, orga­nisé et contrôlé par les Chambres de commerce et d’industrie en est le moyen, car il égalise le niveau des formations d’une entreprise à l’autre, garantit donc la qualité globale de la formation, et parce que, aux dires mêmes de ses promoteurs, il doit rehausser la fierté d’avoir un métier et le sentiment d’appartenir à une catégorie particulière, celle de l’ouvrier professionnel11.

35Dans cette démarche, il y a à la fois effort de singularisation et nécessaire mimétisme. les nouvelles qualifications sont innovantes non seulement par leur teneur, mais aussi par leur mode de construction, l’effort de standardi­sation et la démarche pédagogique qui les sous-tendent. Toutefois, cela ne suffit pas à représenter une alternative crédible aux métiers traditionnels. Pour concurrencer efficacement ces derniers, elles doivent suffisamment leur ressembler. C’est pourquoi la qualification de Facharbeiter est consciem­ment construite par l’industrie en jouant sur les deux dimensions fondatrices du Beruf, l’identification personnelle au travail et la valorisation sociale par celui-ci. cette greffe des valeurs artisanales prendra, grâce à la spécialisation de l’industrie allemande, compatible avec une place importante du travail qualifié, mais aussi grâce à une réussite économique éclatante magnifiant le travail industriel. Ainsi naîtra la figure sociale du Facharbeiter qui, en la renouvelant, s’inscrit pleinement dans la continuité de celle de l’honnête compagnon.

36En somme, le véritable paradoxe de l’histoire du Beruf est celui d’une involontaire modernisation conservatrice. en cherchant à confisquer la tradi­tion pour se protéger de l’industrie, l’artisanat provoque son assimilation par celle-ci. Il contribue indirectement à la diffusion de ce qu’il voulait mono­poliser et à la modernisation de ce qu’il voulait conserver.

37Si le moment fondateur de l’apprentissage artisanal moderne est claire­ment datable, puisqu’il coïncide avec l’adoption des nouvelles moutures de la Gewerbeordnung entre 1878 et 1908, l’appropriation de la tradition par l’industrie est un processus de plus longue haleine. À la pointe des initiatives industrielles en matière de formation, on trouve un petit comité réunissant avant tout des ingénieurs et des représentants des secteurs demandeurs de formation, le Comité allemand pour l’enseignement technique Deutscher Ausschuß für das technische Schulwesen), qui est actif dès avant la Première Guerre mondiale. Mais la précocité, la rigueur et la modernité de ses travaux ne doivent pas tromper : globalement, l’engagement du monde industriel dans l’apprentissage est lent et plutôt hésitant et c’est seulement sous le « IIIeReich » que, qualitativement et quantitativement, le point de non retour apparaît dépassé.

  • 12 Qui subordonne le droit de fonder une entreprise artisanale à la possession du titre de maître-arti (...)

38Un facteur clé est la pacification des relations entre industrie et artisanat. Après avoir accordé à ce dernier le « Grand certificat d’aptitude »12, le régime nazi reconnaît aux Chambres de Commerce et d’Industrie le droit de décerner leurs propres certificats de formation professionnelle. Un verrou institutionnel est donc débloqué. Toutefois, la motivation jusqu’ici bien faible de larges pans de l’industrie ne serait pas explicable sans des conjonctures fortement incitatives au niveau économique et démographique.

39La reprise fait en effet apparaître un manque de main-d’œuvre qualifiée alors que les classes d’âges arrivant sur le marché du travail ne sont pas aussi nombreuses que celles nées avant la guerre. Face à la rareté de la main-d’œuvre, les entreprises peuvent augmenter la formation pour proposer une offre attractive ; elles peuvent aussi rationaliser la production pour écono­miser cette force de travail si difficile à trouver. Cette deuxième méthode est pratiquée tout au long du « IIIeReich », mais la gestion autoritaire du marché du travail, engagée avec le lancement du plan de 4 ans en 1936, fait surtout ressortir – et même gonfle artificiellement – la première. L’affectation priori­taire par l’état de la main-d’œuvre aux emplois qualifiés pousse les branches industrielles à définir au plus vite des diplômes professionnels (Ausbildungs­berufe) pour être bien servies. Du même coup, l’apprentissage industriel ne cesse de prendre de l’ampleur et atteint enfin, après la stagnation de la période Weimarienne, la masse critique.

  • 13 Pour reprendre les termes de Robert Ley : « Der Deutsche ist als Kuli zu schade, als Facharbeiter e (...)

40Le « IIIeReich » sert donc en ce sens l’idée de Beruf, mais il est vrai qu’il s’en sert aussi. Le « Front du travail » joue abondamment sur sa dimension communautaire à l’appui de l’idée de Betriebsgemeinschaft, tandis que pour capter l’assentiment de la classe ouvrière, il s’emploie à la fois à héroïser au nom du « socialisme » le travail manuel et, dans sa rhétorique « nationale », à présenter la qualification professionnelle comme le propre d’un peuple supérieur13.

IV

41Alors que dans la première moitié du Xxe siècle, le Beruf connaît une modernisation plus ou moins souterraine et, avant l’épisode du « IIIeReich », pour le moins incertaine, dans sa deuxième moitié il fait figure de référence solidement établie.

42Sur le plan quantitatif, le fait est indubitable, car à côté de l’artisanat, l’industrie et le commerce renforcent leur implication. L’offre croissante rencontrant une demande correspondante, la part des jeunes salariés non qualifiés ne cesse de baisser et, à partir des années 60, la part des apprentis dans une classe d’âge au sortir du système d’enseignement général repré­sente constamment plus de 60 %. C’est dire quelle place centrale les forma­tions basées sur le métier occupent dans le système éducatif.

43Qualitativement, on passe d’une l’adhésion sur le mode traditionnel au Beruf dans les années 50 à son invocation sous les auspices les plus moder­nistes pour les formations rénovées de la métallurgie à la fin des années 80 et cette mutation inclut des phases d’incertitude et même de remise en cause radicale. Mais surtout, sur cette période contrastée et complexe, le paradigme du métier apparaît d’emblée considérablement renforcé par le ralliement du syndicalisme.

  • 14 Dès cette époque, les compagnons s’occupent d’apprentissage dans les Gesellen­ausschüsse des Handwe (...)

44Son investissement dans la gestion de l’apprentissage à partir des années 50 n’est, en fait, pas une nouveauté. Il correspond à la familiarité naturelle de la génération la plus ancienne de cadres et de militants, pour une bonne part issus de l’artisanat, avec un mode de formation dans lequel ils baignent depuis la fin du XIXe siècle14. Ce qui est nouveau, c’est l’adhésion aux valeurs du Beruf du syndicalisme industriel dans le secteur technologique­ment et économiquement en pointe, la métallurgie, une attitude qui montre d’ailleurs rétrospectivement qu’entre le discours fataliste sur la disparition du métier des pédagogues socialistes des années 20 et 30 et le vécu des ouvriers à la même époque, il y a un décalage certain. Cet engagement syn­dical peut s’exprimer dans un contexte où le patronat se fait socialement plus conciliant et la revendication générale de Mitbestimmung à tous les niveaux de l’économie, déjà formulée dans l’entre-deux-guerres, gagne en légitimité. En matière de formation professionnelle, après avoir été freinée par les gou­vernements Adenauer, elle aboutit sous la grande Coalition. Avec l’adoption du Berufsbildungsgesetz en 1969, l’implication syndicale dans le système de formation est désormais institutionnellement garantie.

  • 15 Dénomination, durée de l’apprentissage, profil de la qualification (Berufsbild) et structure du cur (...)

45Bien que cette loi soit par la suite contestée par les syndicats eux-mêmes, on ne saurait en sous-estimer l’importance. Dans les diverses modalités de participation des représentants salariés, qu’il est inutile de détailler ici, l’essentiel est le « principe de consensus ». Selon ce Konsensprinzip, les caractéristiques fondamentales de chaque règlement central de formation15, propre à un métier, doivent résulter d’un accord paritaire entre patronat et syndicats de la (ou des) branche(s) d’activité concernée(s). Le fait que le cœur du métier relève ainsi de la codécision des partenaires sociaux s’inscrit dans la continuité des époques fondatrices évoquées plus haut, puisqu’il confirme l’ancrage de la formation professionnelle dans la Wirtschaft au sens allemand du terme, c’est-à-dire dans l’économie comme champ d’inté­rêt organisé et sphère de la société civile, donc à l’écart de l’état. Mais l’association du syndicalisme, alors que jusqu’ici les questions de métier n’étaient du ressort que du patronat, marque en même temps la moder­nisation de cette tradition et, par l’adaptation à une société qui se découvre peu à peu adepte de l’économie sociale de marché, sa consolidation.

46Cela dit, la montée en puissance quantitative de l’apprentissage et l’élar­gissement de son assise corporative n’empêchent pas des remises en cause profondes, qui confrontent la tradition du métier au double défi des exi­gences pédagogiques nouvelles et de l’évolution technique. L’Allemagne des années 60, où le « miracle économique » repose sur l’expansion industrielle, commence à sortir mentalement d’une après-guerre où, pour mieux se démarquer de la période nazie, on avait tendance à rechercher ses repères moraux dans le passé. Le discours présentant ainsi l’apprentissage artisanal classique comme un cadre éducatif moralement sain, car préservant les jeunes d’un univers massifié, ne tient bientôt plus face aux préoccupations nées de la rationalisation industrielle.

47Le modèle artisanal est-il encore valide alors que l’automation semble exiger une différenciation verticale des qualifications (moins de manœuvres, davantage de professionnels de haut niveau et surtout beaucoup plus d’OS) et que la rapidité des changements techniques conduit nécessairement à des reconversions, donc à une mobilité horizontale des salariés dans leur champ professionnel ? Manifestement, une partie de l’industrie se sent désormais à l’étroit dans le paradigme du Beruf, dont elle souhaite un double assouplis­sement : en quelque sorte dans le sens de la largeur, avec le regroupement des métiers par familles pour assurer une formation générale de base, avant que ne s’opère une spécialisation progressive dont chaque palier, faisant l’objet d’une certification spécifique, pourrait aussi devenir une sortie de formation – l’assouplissement toucherait ici la longueur des parcours d’ap­prentissage.

48Ce modèle, dit de formation graduelle ou par niveau (Stufenausbildung), reflète également l’autre grande préoccupation du temps, qui est la politique scolaire. Après une décennie d’immobilisme gouvernemental en la matière, des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour réclamer des réformes, notamment un allongement de la scolarité minimale afin de mieux tenir compte du développement psychologique de l’enfant, d’améliorer son orientation et de donner aux sortants de la Volksschule une meilleure forma­tion générale, base nécessaire aux nouvelles qualifications que requiert l’économie. Les projets de Stufenausbildung intègrent cette montée des préoccupations pédagogiques non seulement en prônant une didactisation plus systématique de l’apprentissage, mais aussi, en promettant, par le prin­cipe même de la gradation des niveaux de sortie, d’offrir des parcours de formation aussi différenciés que les capacités des jeunes qui s’y engagent.

49C’est précisément sur cette interférence entre logique scolaire et logique de formation dans la production qu’achoppent les projets de Stufenausbil­dung. Acceptés initialement, ils sont finalement rejetés par les syndicats, par peur que les entreprises ne pratiquent une sélection au service de leurs besoins, et non en fonction des capacités réelles des candidats. Cette issue est significative, car à travers le refus d’une sélection jugée arbitraire, elle manifeste la pression à l’allongement des parcours de formation, symétrique de celle, déjà à l’œuvre, de l’allongement de la scolarité. Et plus générale­ment, elle annonce un conflit programmé entre les partisans du primat du pédagogique et ceux du primat de la fonctionnalité économique.

50Ce conflit, qui caractérise la seconde phase de remise en cause de la formation professionnelle par apprentissage après la guerre, entre 1968 et 1975, débouche sur une remise en cause radicale de la référence au Beruf. Les tenants de la Stufenausbildung tablaient sur un l’effacement progressif du métier dans sa conception traditionnelle (plus de Lebensberuf et plus d’activité étroitement circonscrite), mais continuaient de fonder une forma­tion en entreprise sur sa définition rénovée ; les réformateurs de la fin des années 60, qui sont bientôt en charge de la politique de formation pro­fessionnelle du second gouvernement Brandt vont beaucoup plus loin. Pour eux le Beruf ne peut plus être la référence éducative. Le principe premier est l’éducation des jeunes à l’autonomie par la mise en place d’une pédagogie de l’émancipation. Celle-ci ne peut prendre place que dans l’espace scolaire, parce qu’il est socialement neutre et parce que les évolutions techniques laissent attendre une déqualification du travail ouvrier. Le pouvoir d’identi­fication individuelle et les vertus d’intégration sociale du métier sont donc complètement niés. Certes, l’entreprise resterait lieu de formation, pour que soit gardé un lien avec la pratique, mais dans le cadre du second cycle d’une école unique, donc sous l’égide d’une logique scolaire. Le programme sous-jacent est à cet égard sans ambiguïté, car il s’agit d’intégrer formation géné­rale et formation professionnelle, donc de dépasser la polarité entre Bildung et Beruf.

  • 16 Cette réforme réalise une partie des objectifs de la Stufenausbildung, instituant notamment une for (...)

51Comme on le sait, cette réforme échoue d’un cheveu grâce à l’opposition du Bundesrat, où les chrétiens-démocrates ont la majorité, et on assiste dans les années suivantes à une restabilisation rapide du Système d’apprentissage dual. Un certain nombre de facteurs expliquent ce retournement : il y a d’abord la venue au pouvoir d’une coalition chrétiens-démocrates/libéraux, qui écarte définitivement le spectre d’une réforme misant sur le « tout scolaire » ; puis l’autodiscipline des entreprises, qui permet, sans interven­tion de l’état, de surmonter le déficit de places d’apprentissage ; ensuite – et nous retrouvons davantage le cœur de notre propos – une rénovation négociée entre partenaires sociaux des règlements de formation de la métal­lurgie, qui manifeste la capacité d’adaptation d’une formation basée sur le Beruf16 ; enfin, le renouveau de l’apprentissage resterait incompréhensible si l’on n’évoquait pas le tournant néo-libéral qui, prenant le contre-pied des échauffements marxisants de la décennie précédente, réhabilite l’entreprise et, par là-même le principe d’une formation en son sein fondée sur l’idée de métier.

  • 17 Telle est la thèse défendue par les sociologues Horst Kern et Michael schumann dans Das Ende der Ar (...)

52Mais la réhabilitation de la berufliche Ausbildung, surtout au sein des milieux syndicaux qui s’étaient laissés entraîner à la dénigrer, tient fonda­mentalement à la redécouverte de ses avantages intrinsèques pour l’insertion sur le marché du travail. La force de la relation formation-emploi, dont le faible chômage des jeunes est un indicateur, ne peut que plaider pour la formation en entreprise et l’attachement au Beruf, d’autant qu’au milieu des années 80, certaines études de sociologie du travail évoquent la possibilité d’une évolution des modes de production permettant une « reprofessionna­lisation » du travail ouvrier17. Il est très significatif que le syndicalisme invoque largement de telles recherches : en captant la valorisation tradition­nelle du métier, elles apportent une légitimation supplémentaire à sa volte-face.

*
* *

53Y a-t-il pour autant un retour à la normale et faut-il conclure, de ce fait, à la pérennité du paradigme professionnel allemand ? Rien n’est moins sûr. Les débats suscités récemment par la réapparition de graves déséquilibres sur le marché de l’apprentissage révèlent en effet une perte de consistance du Beruf. Manifestement, le métier comme moyen de réalisation personnelle et comme vecteur d’intégration sociale a perdu de sa force. Certes, la fierté du travail bien fait et le sentiment qu’avoir un métier confère déjà une position sociale sont encore relativement présents dans la société allemande. Mais pour combien de temps encore ? La tradition ne peut se perpétuer que si, par delà les mutations économiques et sociales, elle s’adapte pour conserver un sens.

54Or, aujourd’hui, la réussite individuelle passe de plus en plus par l’argent, et la réussite sociale par la carrière. Comme, en la matière, l’apprentissage d’un métier après une filière scolaire courte ouvre indéniablement moins de perspectives que des études universitaires, son attractivité s’amoindrit. Certes, nombreux sont encore ceux qui font un apprentissage avant de devenir étudiant. Mais le brevet d’apprentissage donne alors une sécurité en cas d’échec à l’Université, il n’est pas un but en soi. En d’autres termes, le statut de Facharbeiter, longtemps figure sociale essentielle après celle de l’artisan, perd de sa centralité, car ce qu’il représentait de promotion sociale pour les enfants du peuple n’est désormais plus une perspective suffisante.

55Plus fondamentalement, au-delà des représentations sociales, c’est le fondement même du métier, sa fonction de qualification qui semble devenir problématique. La mue réussie du Beruf au moment de l’industrialisation avait consisté à passer du savoir-faire artisanal traditionnel, réalité écono­miquement et socialement statique, au standard de qualification conçu par l’ingénieur, permettant au contraire la mobilité de la force de travail d’un secteur à l’autre. Quelle métamorphose opérer à l’âge des services et de l’économie de l’information, alors que la mobilité touche désormais la substance même du travail ? Si celui-ci exige de moins en moins la maîtrise d’un domaine professionnel défini, mais plutôt une capacité d’adaptation continue, une recomposition permanente du profil de compétences, le métier laisse la place à un patch-work de qualifications : la standardisation, matrice du Beruf industriel, cède sous les coups de boutoir de la flexibilité.

56Corrélativement, une déstructuration semble s’esquisser aussi dans l’or­dre éducatif. L’obsolescence relative du métier comme standard s’observe dans le basculement progressif de l’activité des entreprises de l’appren­tissage initial vers la formation continue, ce qui change l’équilibre tradition­nel du système dual. Et surtout, l’exigence d’adaptabilité des qualifications redonne sa légitimité à une formation générale préalable de plus haut niveau. La fonctionnalité économique conforte donc les évolutions sociologiques pour inciter de plus en plus de jeunes à choisir les filières longues au détri­ment de l’apprentissage : dans le système éducatif, la sphère de la Bildung prend donc progressivement le pas sur celle du Beruf.

57Malgré cette expansion du secteur général et universitaire, la mort du système dual n’est pas pour demain. Car si le Beruf n’est plus, comme avant, vivant dans les mentalités et les représentations, il reste solidement ancré dans le jeu institutionnel. Les partenaires sociaux, en particulier les syndi­cats, sont trop conscients des avantages que présente un standard de qualifi­cation défini de concert avec le patronat pour ne pas tenter de consolider et réformer l’apprentissage en entreprise.

58À l’émergence du paradigme du Beruf, les valeurs (l’éthique protestante du travail) avaient permis la cristallisation d’institutions professionnelles ; aujourd’hui, au terme d’un cycle historique où la sécularisation tend à gommer la spécificité allemande, ce sont ces institutions qui, provisoirement, survivent à leur disparition.

  • 18 Nous faisons allusion ici au livre, entre temps très populaire, de Dietrich Schwanitz, Bildung : Al (...)

59Les nostalgiques pourront toutefois se consoler, le paradigme de la Bildung a, lui aussi, perdu de son éclat. Car qu’y a-t-il de plus prosaïque : passer du statut de métier-vocation à celui de Ausbildungsberuf, instrument de régulation du marché du travail ou, après avoir prétendu être voie d’accès à l’humanité retomber au niveau d’un vademecum culturel (Bildung : Alles, was man wissen muß)18 ?

Notes

1 Georg Bollenbeck, Bildung und Kultur. Glanz und Elend eines deutschen Deutungsmusters, Francfort/M. Leipzig 1994.

2 Pour cette section, la référence centrale est Werner Conze, « Beruf » in Otto Brunner et al., Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, Stuttgart 1972.

3 Le passage le plus souvent cité 1 co. VII, 17 : « Ein jeder bleibe in dem Berufe, dazu er berufen ist » n’est pas traduisible autrement que par « Que chacun vive selon la condition dans laquelle il se trouvait quand Dieu l’a appelé ».

4 Pour ce qui suit, cf. entre autres Herwig Blankertz, Bildung im Zeitalter der großen Industrie. Pädagogik, Schule und Berufsbildung im 19. Jahrhundert, Hanovre et al. 1969.

5 Sur la naissance du système dual d’apprentissage, les meilleures références sont Karlwilhelm Stratmann/ Manfred Schlösser, Das duale System der Berufsausbildung. Eine historische Analyse seiner Reformdebatten, Francfort 1990 et Wolfdietrich Greinert, Das deutsche System der Berufsausbildung. Tradition. Organisation. Funktion, Baden-Baden 1998.

6 Les règlements prussiens d’octobre 1853 sur la Volksschule sont explicites à ce sujet : « Der Gedanke einer allgemein menschlichen Bildung durch formelle Entwicklung der Geistesvermögen an abstraktem Inhalt hat sich durch die Erfahrung als wirkungslos oder schädlich erwiesen. Das Leben des Volkes verlangt seine Neugestaltung auf Grundlagen und im Ausbau seiner ursprünglich gegebenen und ewigen Realitäten auf dem Fundament des Christentums, welches Familie, Berufskreis, Gemeinde und Staat in seiner kirchlich berechtigten Gestaltung durchdringen, ausbilden und stützen soll ».

7 Ainsi, l’institution d’un « Grand certificat d’aptitude » (Großer Befähigungs­nachweis), qui subordonne le droit de fonder une entreprise artisanale à la possession du titre de maître-artisan permet de limiter la concurrence ; et le « petit certificat d’aptitude » (Kleiner Befähigungsnachweis), qui limite le privilège du maître au droit de former des apprentis, revient à un contingentement de la main-d’œuvre qualifiée.

8 Cette question, Wie ist unsere männliche Jugend von der Entlassung aus der Volksschule bis zum Eintritt in den Heeresdienst am zweckmäßigsten für die staatsbürgerliche Gesellschaft zu erziehen, fait l’objet en 1901 d’un concours de l’académie des sciences d’intérêt général (Akademie gemeinnütziger Wissen­schaften) d’Erfurt. Le prix est gagné par le pédagogue Kerschensteiner, qui répond : « par l’éducation professionnelle ».

9 Cf. les développements qui consacrés au Beruf par Max Weber dans Wirtschaft und Gesellschaft (1921) ou l’article correspondant (rédigé par Werner Sombart) du dictionnaire de sociologie de Vierkandt (1931).

10 Nous faisons allusion à la mise en place d’une administration du travail et, plus spécifiquement, d’un réseau de bureaux de placement et d’orientation profession­nelle conformément à la loi dite Arbeitsnachweisgesetz de juillet 1922, ainsi qu’à l’élaboration parallèle d’un répertoire systématique des métiers.

11 Littéralement « zur Hebung des Berufs- und Standesbewußtseins beitragen », cf. Franz Schürholz, « Handwerk und Industrie - Zur Berufspolitik dieser Wirt­schaftszweige », Technische Erziehung n° 7, 1927, p. 89 sq.

12 Qui subordonne le droit de fonder une entreprise artisanale à la possession du titre de maître-artisan.

13 Pour reprendre les termes de Robert Ley : « Der Deutsche ist als Kuli zu schade, als Facharbeiter erobert er sich die Welt » - Arbeitertum 4 (1934), Folge 15, p. 3.

14 Dès cette époque, les compagnons s’occupent d’apprentissage dans les Gesellen­ausschüsse des Handwerkskammern, ainsi que comme formateurs ou comme membres des jurys d’examen.

15 Dénomination, durée de l’apprentissage, profil de la qualification (Berufsbild) et structure du cursus de formation.

16 Cette réforme réalise une partie des objectifs de la Stufenausbildung, instituant notamment une formation de base commune à plusieurs métiers apparentés, mais préserve l’intégrité du Beruf en refusant sa stratification par niveaux.

17 Telle est la thèse défendue par les sociologues Horst Kern et Michael schumann dans Das Ende der Arbeitsteilung ?, Munich 1984.

18 Nous faisons allusion ici au livre, entre temps très populaire, de Dietrich Schwanitz, Bildung : Alles, was man wissen muß, Francfort 1999. Pour ne pas alourdir cette contribution, nous avons renoncé à donner des indications bibliographiques détaillées. Par respect pour la Wissenschaft, instrument de la Bildung, ainsi que pour le métier d’universitaire (auch ein Beruf !), nous renvoyons toutefois les lecteurs intéressés à notre thèse d’habilitation : Contribution à l’étude des relations du travail et de la formation professionnelle en Allemagne, Université Paris III-Sorbonne nouvelle, multigr. décembre 2000).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search