Version classiqueVersion mobile

Passerelles et passeurs

De l’Euro au Teuro : un exemple d’analyse de contenu assistée par ordinateur

Michel Kauffmann

Texte intégral

  • 1 Kauffmann (1993, 1997).
  • 2 Kauffmann (1993, 1995).

1Introduite à l’initiative de Gilbert Krebs dès les années 1980, l’analyse des textes de presse à l’aide d’outils informatiques s’inscrit dans une des traditions de notre Institut, celle de l’utilisation des nouvelles technologies dans l’enseignement et la recherche en civilisation.1 S’inspirant de l’école américaine des études quantitatives en analyse de contenu (Harold Lasswell, George Gerbner) comme de la démarche lexicométrique « à la française » (André Salem, Pierre Lafon, Dominique Labbé), cette branche de l’informa­tique linguistique apporte un ensemble de méthodes statistiques et logi­cielles permettant d’opérer rapidement des relevés lexicologiques et des comptages de fréquences dans des ensembles textuels volumineux pour y déceler des régularités significatives ou des faits langagiers saillants, ceux-là même qui serviront de point de départ aux interprétations des chercheurs en civilisation ou en communication. Les travaux entrepris jusqu’ici dans notre Institut s’appuyaient principalement sur la méthode des « spécificités », au sens de Salem-Lafont, qui a pour principal objectif de détecter les variations lexicales au sein d’un corpus ou entre deux corpus qu’il s’agit de comparer. On a pu ainsi examiner les changements intervenus dans le vocabulaire du quotidien Neues Deutschland en 1989-90, et à nouveau entre 1990 et 1995.2

  • 3 Heringer (1999).
  • 4 Howard P. Iker, « A Computer Systems Approach Toward the Recognition and Analysis of Content » in  (...)

2L’étude présentée ici s’apparentera, elle, davantage à une analyse de contenu assistée par ordinateur. Des considérations pratiques amènent en effet à entreprendre une telle démarche : avec la généralisation d’Internet, le problème pour le civilisationniste n’est plus d’accéder à des sources média­tiques allemandes sous forme numérisée, mais au contraire de dominer la profusion de données, la quasi-totalité de la presse internationale étant désormais disponible sur le Web. L’objectif était de proposer une procédure simple à mettre en œuvre pour extraire, à partir d’un corpus correspondant à plusieurs dizaines de pages imprimées, le schéma sémantico-lexical imma­nent à cet ensemble textuel. La méthode choisie repose essentiellement sur la théorie des réseaux ou champs associatifs développée par Hans Jürgen Heringer dans son ouvrage Das höchste der Gefühle3, mais déjà annoncée par Howard P. Iker dans un article datant de 1969.4

  • 5 Heringer (1999, p. 10).
  • 6 Heringer (1999, p. 28).

3La méthode présentée par Heringer s’inspire de la sémantique distribu­tionnelle de Harris, théorie d’après laquelle la valeur sémantique d’un lexème peut se déterminer à partir sa distribution, c’est-à-dire de l’ensemble des contextes dans lesquels il est susceptible de figurer. L’analyse séman­tique partira donc du relevé empirique de l’ensemble des lexèmes ou syntagmes se présentant en co-occurrence avec le lexème étudié, dans la mesure où, comme l’écrit Heringer, « les significations se constituent dans le flux même du texte et peuvent donc en être extraites par distillation ».5 Une telle approche distributionnaliste, insistant sur le rôle du contexte dans la genèse de la signification, débouche logiquement sur une sémantique asso­ciative. Heringer, considérant que « le savoir sémantique d’un locuteur est structuré associativement »6 cite à ce propos Benveniste :

  • 7 Benveniste, cité par Heringer (1999, p. 32).

« Le ‘sens’ d’une forme linguistique se définit par la totalité de ses emplois, par leur distribution et par les associations qui en résultent »7.

4Ces analyses convergent vers la théorie selon laquelle l’étude des contextes habituels d’un mot permet de tirer des conclusions quant au sens de ce mot, que ce soit en langue, si le corpus est assez vaste, ou en discours, si l’on constitue un corpus limité à un genre de texte et/ou à une source institutionnelle ou idéologique précise. Heringer écrit ainsi

  • 8 Heringer (1999, p. 56).

« Aufgabe einer semantischen Untersuchung des Wortes Wo könnte sein festzustellen, mit welchen Nachbarn Äußerungen von Wo üblicherweise vorkommen und mit welchen Ereignissen die Vorkommen verbunden sind ».8

5et il présente ses résultats sous la forme graphique d’« étoiles séman­tiques », où le mot central objet de l’enquête est entouré de ses satellites, c’est-à-dire des mots qui statistiquement se présentent le plus fréquemment en co-occurrence avec lui. Pour un mot donné, une telle étoile fait donc apparaître ses emplois privilégiés par les locuteurs ou imposés par les usages linguistiques. En langue, on peut ainsi détecter les compatibilités idioma­tiques, en discours les notions que les locuteurs d’un groupe donné associent le plus fréquemment avec le terme considéré, par une approche analogue à celle des tests associatifs bien connus des psychologues. Une telle recherche peut donc aussi apporter sa contribution à l’étude des mentalités, notamment par la mise en évidence des stéréotypes langagiers. Dans tous les cas, les branches de l’étoile dessinent ce que l’on pourrait appeler les « valences sémantiques » d’un lexème.

6Or, si cette méthode a pour préoccupation initiale la détermination du sémantisme d’un mot donné, les schémas auquel elle aboutit peuvent finale­ment s’apparenter à des scénarios (des plots comme écrit Heringer) ou des frames dans l’esprit de la linguistique cognitive. Ce n’est plus seulement le mot placé au centre de l’étoile qui est éclairé par la mise en évidence de ses contextes les plus fréquents, mais l’ensemble du réseau qui fait sens : on peut y reconnaître des structures sémantiques complexes, voire y lire des trames de récits. C’est la totalité du « champ associatif » (pour reprendre l’expression de Charles Bally) qui se donne comme sémantiquement pertinente, et ce champ peut être considéré comme une représentation du schéma cognitif regroupé autour du « mot-pivot » dans le corpus.

  • 9 On désigne ainsi, habituellement, en analyse du discours, les mots porteurs de sens (noms, verbes e (...)
  • 10 « The basic assumption on which this system rests is that there exists suffficient meaning within t (...)

7D’ailleurs, dès 1969, Howard P. Iker était arrivé à des conclusions simi­laires par des voies un peu différentes, en proposant une méthode consistant à calculer les plus fortes corrélations entre les mots pleins9 d’un corpus, en vue de dégager les structures associatives caractéristiques de ce corpus. Ces relations associatives, empiriquement calculées par ordinateur, devaient selon lui permettre de mettre en lumière les dimensions sémantiques essen­tielles du texte.10

  • 11 Le lecteur pourra s’informer sur ce logiciel en consultant le site de l’ILPGA (Paris 3) : http//www (...)

8La procédure informatique pour parvenir à un tel résultat repose sur la méthode des « fenêtres » de contexte entourant les occurrences du mot-pivot sélectionné pour l’analyse. Un logiciel tel que Lexico 3, conçu par André Salem11, permet en effet d’extraire toutes les zones de contexte de n caractères à gauche et à droite d’un mot donné (on optera évidemment, si la recherche doit avoir quelque intérêt, pour un mot saillant, par exemple le mot plein le plus fréquent dans le corpus). Le même logiciel pourra ensuite produire une liste des mots présents dans ces contextes, par ordre de fréquence. Les fréquences les plus élevées signaleront alors les mots se présentant le plus souvent en co-occurrence — en association — avec le mot-pivot, qui figure au centre de tous les contextes.

  • 12 Labbé (1990).

9On a choisi, pour la présente étude, d’extraire par des moyens informa­tiques les environnements (dans la terminologie de Harris) ou univers lexi­caux (dans celle de Dominique Labbé12) du mot Euro dans deux corpus de presse allemande téléchargés sur Internet et provenant l’un de la Zeit, l’autre du Spiegel, durant la période 2001 - début 2002. Il s’agit donc ici de réseaux associatifs en discours, plutôt qu’en langue, car on pouvait bien évidemment s’attendre à l’émergence de configurations sémantico-lexicales très diffé­rentes, s’agissant du thème de la monnaie unique, dans ces deux hebdoma­daires.

10Dans un souci de simplification, on a par ailleurs choisi de considérer, au moins dans une première phase de l’analyse, que les textes de presse eux-mêmes pouvaient être considérés comme des fenêtres (un article de journal, même dans un hebdomadaire, ne saurait excéder une certaine longueur), les corpus se composant de contributions explicitement consacrées à la question de l’euro. On s’est en effet appuyé sur des ensembles de textes préselection­nés par les périodiques eux-mêmes :

  • la Zeit présente depuis plusieurs mois, sur sa page économie, un dossier spécial sur l’euro regroupant tous les articles consacrés par cet hebdoma­daire à la monnaie unique depuis l’année 2000. On a choisi, pour la présente étude, de télécharger tous les articles de ce dossier, du début de 2001 à mai 2002, en tout 32 articles (l’équivalent de quelque 60 pages imprimées), constituant ainsi un corpus de 31 161 occurrences et 7 758 formes lexicales, intitulé ci-après Eurozeit.

    • 13 Il serait évidemment naïf de considérer qu’un tel forum constitue la représentation exacte de l’opi (...)

    en janvier 2002, le Spiegel a ouvert à ses lecteurs13 un forum spécialement dédié à l’introduction de l’euro, forum qui à partir de mai s’est limité au débat sur le Teuro (l’euro-chéro). En effet, le 14 mai, dans une intervention télévisée, le Ministre des finances, Hans Eichel, avait dû admettre l’existence de quelques tensions inflationnistes lors de l’introduction de la monnaie unique. Il avait notamment accusé le commerce de détail — du moins certaines brebis galeuses (Schwarze Schafe) – de pratiquer des hausses de prix abusives lors de la conversion, et il avait suggéré l’arme du boycott aux consommateurs mécontents. Il semble que cet appel ait été entendu, puisque, le 11 juin, le Handelsblatt signale un recul assez marqué des ventes de détail en Allemagne, suite à une « grève des achats » imputable, d’après les écono­mistes, aux effets inflationnistes de l’euro, ou du moins à la méfiance des consommateurs. Les contributions à ce forum ont été téléchargées, du 7 jan­vier au 1er juin 2002, pour constituer le corpus Teuroforum, de 30 955 occurrences et 7 188 formes lexicales différentes. On remarque que les deux corpus sont assez proches par le volume, ce qui simplifiera les comparaisons de fréquences.

11On a alors procédé à un décompte des fréquences des formes lexicales de ces deux corpus au moyen du logiciel Lexico 3 pour obtenir le tableau ci-dessous, où l’on a fait figurer les mots pleins (noms, adjectifs qualificatifs, formes verbales à l’exception des auxiliaires) les plus fréquents, précédés de l’indication de leur fréquence dans le corpus considéré. On a également fait apparaître dans ces listes les pronoms ich et wir, marqueurs de la présence de l’énonciateur dans son discours. En revanche, les mots-outils habituellement considérés comme non-pertinents dans une analyse de contenu (articles, prépositions etc.) ont été effacés.

Eurozeit

Teuroforum

433 Euro

116 Mark

100 Währung

88 Prozent

86 Dollar

64 EU

56 Sie

50 Geld

49 Wirtschaft

wir

(64 en cumulant avec la graphie Wir)

46 USA

45 Europa

42 Deutschland

42 EZB

41 Jahr

41 können

39 Preise

39 Staaten

38 Länder

38 europäischen

36 muss

35 Jahren

33 Blair

31 müssen

30 Deutschen

30 Land

30 Währungsunion

30 neue

29 Ende

29 Padoa- Schioppa

28 Jahre

27 Bank

27 Briten

27 Pfund

27 wollen

26 Bundesbank

26 Wechselkurs

26 ich

26 neuen

25 DM

25 Milliarden

24 Euroland

24 Münzen

24 Zentralbank

23 Großbritannien

22 Beispiel

22 Einheitswährung

22 Jahres

22 Rolle

22 Umstellung

22 US

22 kommenden

21 europäische

21 ihr

20 Inflation

20 Januar

20 Kriterien

20 Präsident

20 Regierung

20 Zinsen

20 gilt

20 gut

20 will

19 Banken

19 Unternehmen

19 Woche

19 deutsche

19 gemeinsame

18 Europäischen

18 Frage

18 Frankreich

18 Geldpolitik

17 Einführung

17 Wachstum

17 Welt

17 Wir

17 politische

17 uns

16 Er

16 Europäische

16 Ich

16 Konjunktur

16 Macht

16 Menschen

16 Sterling

16 deutschen

16 schnell

16 vergangenen

16 Ökonomen

15 Währungen

15 einfach

15 großen

15 wenig

14 Anfang

14 Italien

14 Maastricht

14 Scheine

14 Zeit

14 nationalen

14 stark

13 Debatte

13 Fall

13 Hans

13 Hause

13 Inflationsrate

13 Leitwährung

13 Millionen

13 Vereinigten

13 Zahlungsmittel

13 Zukunft

13 amerikanischen

13 billiger

13 britische

13 sollte

13 sollten

12 Duisenberg

12 Eichel

12 Europäer

12 Gewicht

12 Kommission

12 Kosovo

12 Leute

12 Verbraucher

12 amerikanische

12 britischen

12 deutlich

12 höheren

12 internationalen

12 plus

12 schwer

12 soll

12 teurer

11 Bargeld

11 Chef

11 Deutsche

11 Jahreswechsel

11 Mal

11 Preis

11 Theorie

11 Zeiten

11 Zone

11 bekommen

11 gemeinsamen

11 konnte

11 kostet

11 meisten

11 möglich

11 nationale

11 schaffen

10 Banknoten

10 Bedeutung

10 Beitritt

10 Finanzminister

10 Handel

10 Händler

10 Insel

10 Ländern

10 Notenbank

10 Union

10 Vertrauen

10 Weg

10 bringen

10 dürfte

10 große

10 hohen

10 konnten

10 liegen

10 nächsten

10 politischen

10 rund

10 starken

10 steigt

10 wirtschaftliche

10 wohl

Euro

(247 en cumulant avec la graphie EURO)

ich

(314 en cumulant avec la graphie Ich)

173 man

117 mehr

103 Ich

Preise

(109 en cumulant avec la graphie preise)

98 aber

90 DM

wir

(92 en cumulant avec la graphie Wir)

52 Geld

45 mich

44 anderen

42 Eichel

37 Deutschland

37 erhöht

35 Bürger

33 sollte

33 sondern

32 Sie

31 Handel

31 Politiker

31 Preiserhöhungen

30 Regierung

30 Verbraucher

30 uns

29 Herr

26 natürlich

25 Jahr

25 Mark

25 Preis

24 Einführung

24 Einzelhandel

23 Beiträge

23 Man

23 teurer

22 Volk

22 muß

22 müssen

21 EURO

20 eigentlich

20 genau

20 kaufen

20 leider

20 muss

19 Euroeinführung

19 Politik

19 Teuro

19 Umstellung

19 kostet

18 Frage

18 Gastronomie

18 Preissteigerungen

17 Beispiel

17 Herrn

17 Währung

17 besser

17 weniger

16 Beitrag

16 Cent

16 Leute

16 Nicht

16 Preistreiberei

16 Problem

16 Unternehmen

15 Händler

15 früher

15 kleinen

14 Einzelhändler

14 Parteien

14 Staat

14 Wir

14 Wirtschaft

14 Zeit

14 schuld

14 sollen

14 tatsächlich

14 umgerechnet

14 unsere

13 Boykott

13 Fall

13 Seite

13 könnte

13 letzten

13 neue

13 sicher

13 zahlen

12 Aldi

12 EU

12 Inflation

12 Jahre

12 Thema

12 aller

12 vorhergehende

12 wenig

11 Berlin

11 Euroumstellung

11 Forum

11 Frau

11 Grund

11 Jahren

11 Land

11 Preiserhöhung

11 Preistreiber

11 Warum

11 Winter

11 deutsche

11 preise

11 wollen

10 ALDI

10 Art

10 Dinge

10 Kinzelbach

10 Markt

10 Menschen

10 Partei

10 Recht

10 Staaten

10 Waren

10 Warenkorb

10 bezahlt

10 billiger

10 gestiegen

10 kostete

9 Anbieter

9 Artikel

9 Aussage

9 Bargeld

9 Corin

9 Dollar

9 Frankreich

9 Geldbeutel

9 Geldmenge

9 Kunden

9 Lebensmittel

9 Mann

9 Nacht

9 Politikern

9 Schröder

9 Tag

9 Verantwortung

9 endlich

9 exakt

9 falsch

9 funktioniert

9 ganze

9 gegeben

9 kosten

9 möchte

9 rechnen

9 solche

8 Bier

8 Du

8 Ende

8 EUR

8 EZB

8 Finanzminister

8 Italien

8 Leben

8 Mal

8 Minister

8 Mio

8 Monate

8 Monaten

8 Münzen

8 Sache

8 Schuhe

8 Statistik

8 Steuer

8 Teil

8 Wahl

8 Zahlen

8 besonders

8 einzige

8 essen

8 euro

8 gute

8 interessiert

8 neuen

8 schlechter

8 sollten

8 vergessen

12On constate qu’Euro est bien le mot plein le plus fréquent dans les deux corpus, il peut donc légitimement être considéré comme le signifiant-noyau dans le cadre d’une analyse contextuelle. La fréquence des formes ich/Ich, plus élevée que celle d’Euro/euro dans Teuroforum s’explique avant tout, comme on le verra, par la situation de communication. Une première comparaison des deux listes fait apparaître des lexèmes communs — souvent avec des fréquences différentes — mais aussi des divergences marquées.

L’environnement d’Euro dans Eurozeit

13Il apparaît que trois sous-classes lexico-sémantiques dominent largement dans ce corpus : on y distingue en effet le champ de l’institution, celui de l’international et enfin celui de la politique économique et monétaire. En reportant les lexèmes les plus représentés (jusqu’à la fréquence 18 incluse), on obtient le tableau suivant :

Champ

Institution

International

Economie

64 EU

46 USA

116 Mark

42 Deutschland

45 Europa

100 Währung

42 EZB

39 Staaten

88 Prozent

26 Bundesbank

38 Länder

86 Dollar

24 Zentralbank

27 Briten

50 Geld

20 Präsident

38 europäischen

49 Wirtschaft

20 Regierung

24 Euroland

39 Preise

23 Großbritannien

30 Währungsunion

22 US

27 Pfund

18 Frankreich

26 Wechselkurs

25 DM

24 Münzen

22 Einheitswährung

22 Umstellung

20 Inflation

20 Kriterien

20 Zinsen

19 Banken

19 Unternehmen

18 Geldpolitik

12 Verbraucher

10 Handel

14L’interprétation que suggère le tableau ci-dessus est que la Zeit, lors­qu’elle traite de l’arrivée de la monnaie unique, se situe dans une perspective internationale et macro-économique. Le paradigme sous-jacent paraît être celui de la bonne gestion de l’euro dans un contexte international, gestion visiblement considérée ici comme relevant des acteurs institutionnels : la Bundesbank, la BCE, le/les gouvernements. Les consommateurs (Verbrau­cher) n’apparaissent qu’avec 12 occurrences, contre 30 dans l’autre corpus, le commerce (Handel) avec 10 contre 31. Le vocabulaire économique reste abstrait et globalisant, ou alors spécifique à la politique monétaire (Wechselkurs/Zinsen). Ce scénario n’exclut pas toute problématisation, puisque le danger d’inflation est évoqué (Preise/Inflation), mais avec une importance relative bien moindre que dans l’autre corpus.

15Un examen détaillé des contextes d’Euro dans le corpus montre que l’attraction constatée entre ce mot et Länder correspond en fait au composé Euro-Länder (5 occ.), auxquels on peut ajouter Euroland (24 occ.) et Euro-Zone (11 occ.). Les rédacteurs de la Zeit adoptent donc le point de vue de l’intégration européenne : ils considèrent comme un fait acquis l’émergence d’un Euroland(e) rassemblé autour de la monnaie unique. C’est même plus précisément la question de l’Europe-puissance qui transparaît dans un grand nombre de développements, comme l’indique la forte fréquence de Dollar (86 occ.), stark ressortant par ailleurs comme l’adjectif-adverbe le plus fré­quent (14 occ.), si l’on excepte großen (15 occ.), sémantiquement peu perti­nent.

L’euro actant

16En effet, si l’on procède, toujours à l’aide du logiciel Lexico 3 à une extraction des contextes immédiats d’Euro dans le corpus Eurozeit, en utilisant l’option « tri avant » pour faire apparaître les emplois du mot au nominatif (concrètement, dans le contexte der Euro), on relève un nombre relativement élevé de contextes ou Euro figure en position d’actant-sujet d’un scénario d’affrontement avec la monnaie américaine :

Kann der Euro es mit dem Dollar aufnehmen ?
So stark und so begehrt wie der Dollar wird bald auch der Euro
sein, hoffen die Europäer. Aber die neue Währung tut sich noch schwer …
Fast täglich erfährt die Fernsehrepublik in der Tagesschau, dass der
Euro gegenüber dem Dollar wieder an Wert verloren hat.
Tatsächlich ist der
Euro sogar weit davon entfernt, auf diesen Feldern dem Dollar wirklich Paroli zu bieten.
Ist der
Euro also auf bestem Wege, sich gegen den Dollar durchzusetzen ?
Werden die Verheißungen von Euro-Befürwortern wahr, und wird der
Euro zu einer der Leitwährungen neben dem US-Dollar ? Kann er ihn sogar als die Leitwährung in der Welt ablösen ? Der Wettstreit zwischen den Währungen entscheidet sich nicht von heute auf morgen.

17Les contextes métaphoriques mettant en scène une lutte entre monnaies pour l’hégémonie mondiale (es mit dem Dollar aufnehmen / dem Dollar Paroli bieten) montrent bien que l’Euro est perçu ici comme actant-sujet investi de la puissance de faire, et même de faire faire. Les contextes ci-dessous confirment cette tendance :

Der Euro lernt laufen
Auf dem Stockholmer EU-Gipfel müssen die Regierungschefs die gemeinsame Wirtschaftspolitik üben. Das ist neu — und richtig. Endlich wird die gemeinsame ökonomische Strategie […] zur Chefsache. Kanzler, Pre­miers und Präsidenten — sie alle üben nun den spröden Spruch von der « wirtschaftspolitischen Koordination ». Treibende Kraft dieser überraschen­den Volte ist der Euro. […]
In neun Monaten wird die Münze unter die Völker gebracht. Da prägt der Euro schärfer denn je das Bewusstsein der Politik. […]
Der Euro
treibt den Regierungschefs die Pflicht ins Gehirn.
Der Euro soll Europa
stärken. Denn Währung ist Macht — aber nur, wenn hinter dem Geld ein politischer Wille steht.
Der Euro
vergrößert den Wohlstand und das weltpolitische Gewicht
Im Laufe weniger Jahre wird der Euro
zu einem wesentlichen Faktor im Fortschritt der europäischen Integration werden. Er wird ziemlich schnell die nationalen Volkswirtschaften in eine gemeinsame große Volkswirtschaft zusammenfließen lassen, mit all den Vorteilen des großen Maßstabes.

18On voit que dans ces contextes, les verbes qui ont Euro comme sujet grammatical appartiennent au champ sémantique du dynamisme, de la puis­sance et même de la force contraignante. Par la mise en discours qui s’effec­tue ici, l’euro est doublement placé en position d’actant, par sa fonction grammaticale et par les verbes auxquels il est associé : verbes d’action ou même factitifs.

Le forum du Spiegel

19Dans ce forum consacré à la monnaie unique telle qu’elle est perçue par les consommateurs allemands en mai 2002, deux sous-classes lexico-séman­tiques se dégagent lors de l’examen des mots les plus fréquents : celle de la hausse des prix, le plus souvent imputée au passage à l’euro (ou Teuro), et celle de la vie économique au quotidien, décrivant notamment les opérations d’achat courantes des ménages.

L’effet Teuro

L’économie au quotidien

98 Preise

31 Handel

37 erhöht

30 Verbraucher

31 Preiserhöhungen

24 Einzelhandel

25 Preis

20 kaufen

23 teurer

18 Gastronomie

19 Teuro

15 Händler

18 Preissteigerungen

13 zahlen

16 Preistreiberei

12 Aldi

13 Boykott

11 Winter

12 Inflation

10 ALDI

11 Preiserhöhung

10 Markt

11 Preistreiber

10 Waren

10 gestiegen

10 Warenkorb

9 Artikel

9 Bargeld

9 Geldbeutel

9 Kunden

9 Lebensmittel

8 Bier

8 Schuhe

8 Steuer

  • 14 Nous n’avons pas les moyens de vérifier le bien-fondé des protestations des intervenants, que ne co (...)

20L’introduction de l’euro et la vie économique ne sont donc pas perçues ici à un niveau global et théorique, celui des décideurs (la BCEEZB n’apparaît que 8 fois, contre 42 dans l’autre corpus), en revanche, la panier de la ménagère (Warenkorb) et son porte-monnaie (Geldbeutel) sont au centre des préoccupations. La perspective purement nationale, voire indivi­duelle, est celle du consommateur de base. Le vocabulaire économique se signale par son caractère éminemment concret, surtout comparé à celui de la Zeit. Les participants au forum, confrontés au prix d’un certain nombre de produits courants (Lebensmittel / Bier / Schuhe) dénoncent les abus (Preis­treiberei) auxquels le commerce de détail (Einzelhandel), notamment les restaurateurs (Gastronomie), se seraient livrés en profitant de l’introduction de la monnaie unique14. Seule la chaîne de supermarchés Aldi échappe à la critique des intervenants au forum, qui louent en général sa politique de prix modérés.

21On peut alors dresser un schéma en étoile, sur le modèle de ceux de Hans Jürgen Heringer :

22Dans ce modèle, la densité des associations entre le mot-noyau et ses satellites est figurée — de façon approximative — par la proximité spatiale entre eux. Les mots les plus proches du terme central sont ceux qui appa­raissent le plus fréquemment en co-occurrence avec lui.

23Cette première présentation, centrée sur le mot-pivot Euro, laisse cepen­dant dans l’ombre deux dimensions importantes, celle de la présence des locuteurs eux-mêmes dans le discours, et celle du rôle des décideurs poli­tiques.

24Il convient en effet de s’intéresser aussi à l’auto-désignation des locuteurs dans leur discours. Il ne s’agit pas tant de la fréquence élevée de ich, qui s’explique évidemment par les conventions du forum sur Internet, forme de communication qui réunit des contributeurs individuels s’exprimant en leur nom propre, à la première personne. C’est plutôt la fréquence élevée de wir/Wir (92 occ. contre 64 dans le corpus Eurozeit) qui suscite l’interro­gation. Ce pronom n’est pas absent dans la Zeit, mais son emploi y paraît non spécifique : il y désigne tendanciellement tous les lecteurs, et même l’être humain en général (un grand nombre d’occurrences se trouve dans l’interview d’un psychologue qui décrit « notre » rapport à l’imaginaire de la monnaie). Dans Teuroforum, ce même pronom semble correspondre à un sentiment collectif précis, ou du moins au désir de le créer discursivement. Le wir est censé exprimer ici une identité, celle des Verbraucher (30 occ.), des Bürger (35 occ.) du Volk (22 occ.) s’opposant aux décideurs politiques et économiques. C’est le schéma bien connu en science politique « wir da unten / ihr da oben » qui structure ce comportement énonciatif (même l’expression kleiner Mann est réactivée à l’occasion).

25Un contributeur résume pertinemment cette attitude en écrivant avec ironie :

« Der Bürgerverbrauchersteuerzahlerabhängigbeschäftigter [sic] ist immer schuld, immer zu teuer, und als Melkkuh für die besondere Elite der Politiker und Unternehmer immer willkommen. »

26Ce forum — et le cas ne doit pas être isolé — subit indéniablement une certaine influence de l’idéologie du Stammtisch. La classe politique — unanimement jugée incompétente et coupée des réalités — y est régulière­ment fustigée, parfois dans les termes les plus vifs.

27Nous avions en effet laissé en réserve jusqu’ici une sous-classe de lexèmes désignant l’instance politique : Eichel (42 occ.), Politiker (31 occ.), Regierung (30 occ.), Staat (14 occ.), EU (12 occ.), Partei (10 occ.), Poli­tikern (9 occ.), Schröder (9 occ.) etc. Comme on peut s’en douter, les déci­deurs politiques ne sont pas investis du même rôle dans ce scénario du Teuro que dans les colonnes de la Zeit. Les intervenants jugent en général M. Eichel peu crédible dans sa lutte pour la stabilité des prix, ils le considèrent même comme co-responsable des dérapages inflationnistes, du fait des augmentations de taxes auxquelles il a procédé au début de l’année. Un contributeur écrit ainsi :

« Eichel reisst das Maul, dabei ist der Staat der grösste Preistreiber. Für die Ausstellung eines Reisepasses und Personalausweises habe ich Euro 90.- bezahlt ! Vorher waren es DM 90.- »

28un autre :

« Aber seinen [sic] wir doch mal eherlich [sic], wieso jammert die Regie­rung, wenn die Mineralölkonzerne die Preise um 3-5 Cent erhöht [sic], wo doch die Politdeppen [sic] mit der Ökosteuer pro Stufe mit 10-25 Cent zuschlagen … » .

29Une lecture des contextes de détail révèle d’ailleurs que les contribu­teurs — à partir d’une vision générale certes assez empreinte de l’esprit Stammtisch — ont une perception des phénomènes inflationnistes à la fois plus concrète et plus nuancée qu’on ne pouvait s’y attendre. Ils ne consacrent pas tant leurs interventions à dénoncer la « faiblesse » de l’euro, qui serait imputable à l’influence supposée des pays en proie au laxisme monétaire, qu’à relever les procédures micro-économiques par lesquelles le commerce de détail, mais aussi l’État, ont augmenté leurs prix à l’occasion de l’intro­duction de la monnaie unique.

« Also ich glaube nicht, dass der Euro für die Teuerung zuständig ist, sondern wohl eher die Wirtschaft (Handel/Dienstleister) als auch der Staat (Steuern) ».

30écrit un intervenant,

« Euro = Teuro ! Der Handel hat die Einführung des Euros schamlos aus­genutzt. »

31estime un autre participant.

32Fait surprenant dans les colonnes du Spiegel, le gouvernement français est en revanche loué d’avoir imposé un contrôle des prix aux commerçants. Comme on le verra encore plus en détail, l’euro n’est pas placé en position d’actant, ce sont en revanche des actants humains, ou du moins sociaux, qui sont réintroduits dans un scénario à trois termes : wir (die Verbraucher) / Eichel (der Staat) / der Einzelhandel. Ira-t-on jusqu’à conclure que la monnaie est ici perçue comme un rapport social, conception que la science économique rigoureuse ne renierait nullement ? On peut alors suggérer un autre scénario, structuré autour du noyau sémantico-pragmatique wir/ Verbraucher, placé en position de confrontation avec les actants Eichel / Politiker et Handel / Einzelhandel, confrontation dont l’euro constitue à la fois l’enjeu et le vecteur :

L’euro, un non-actant

  • 15 Les contributions ont été reproduites telles que nous les avons téléchargées sur le site du Spiegel(...)

33L’hypothèse selon laquelle l’euro ne serait pas considéré comme un véritable actant-sujet par les intervenants au forum du Spiegel se confirme si l’on examine les contextes étroits entourant le syntagme der Euro dans leurs contributions 15:

1) Der Euro wurde stark genutzt, um Preiserhöhungen durchzuführen.

2) Der Euro gibt den europäischen Staaten möglicher Weise den Anstoß weiter zusammenzuwachsen.

3) Der Euro hat ein paar Preiserhöhungen gebracht und nicht wenige Händler haben so kräftig zugelangt, dass diese nur vom Verbraucher per Konsum-Streik wieder auf den Boden zurückgeholt werden können.

4) Der Euro ist also nicht nur mit wirtschaftlich schwachen Ländern belastet worden.

5) Der Euro ist wie viele europäische Errungenschaften eine ideologische Kopfgeburt aus Wünschen und Erwartungen.

6) Der Euro führte bereits zu massiven Einbrüchen im Handelsumsatz, es gibt wahrscheinlich nur noch einen Ausweg : mit der Inflation leben lernen.

7) Der Euro verändert auf jeden Fall etwas an der Identität.

8) Der Euro wurde mit dem Hintergedanken eingeführt, daß dessen normative Kraft die Lösung völlig offener politischer Probleme der EU erzwingen werde.

9) Da der Euro bundesweit eingeführt wurde, muss die Bewertung bundes­weit erfolgen.

10) Das ganze war eine große Fehlentscheidung. Daß der Euro zumindestens KURZFRISTIG erst einmal nachteilig ist kann wohl auch nicht bestritten werden.

11) Lustiges Experiment, der Euro. Auf Kosten aller und ohne Rettungs­fallschirm.

12) Nur der Euro wurde weit vor 1998 geplant und ich denke mal nicht, dass man bei so einer komplexen Einführung einer Währung, noch auf die Kürze, gravierende Änderungen durchführen kann.

13) Ob der Euro der Wirtschaft Rückenwind verschaffen wird ? Keine Ah­nung , aber warum sollte er ?

14) Verfällt der Euro, wird jedes Gremium die Verantwortung auf ein ande­res schieben.

15) Was der Euro ansonsten für Vorteile bietet, falls überhaupt, und welche Ziele ein Euro hat, ist doch dem Volk zu Recht schnurzegal, solange er bei sich nur Nachteile des Euro feststellt.

16) Wird der Euro jetzt der Wirtschaft Rückenwind verschaffen, oder ist die Begeisterung nur ein ökonomisches Strohfeuer ?

17) Berücksichtigung der realistischen Möglichkeit eines baldigen Zerfalls der Euro-Zone, wobei der Euro je nach Nationalität voraussehbar unter­schiedliche Bewertungen erfahren wird.

18) Glaubt doch nicht, die DM stünde heute besser da als der Euro ! Das Gegenteil ist der Fall.

19) Schließlich kann man sich an die alten Preise erinnern, und da der Euro (im Kopf) mit 1 : 2 umgerechnet wird, fallen einem ausschließlich die Arti­kel auf, die teurer geworden sind.

20) Deshalb gehe ich davon aus, daß der Euro eben nicht so stabil sein wird wie die DM. Das ganze war eine große Fehlentscheidung.

21) Ich glaube nicht, daß der Euro so stabil sein wird wie die DM. Das Geld an sich ist doch nur wertloses Papier.

22) Industrie mit BeTEUERungen (selten war dieses Wort passender), daß der Euro kein TEuro werden würde. Wir, die Verbraucher wußten es besser, aber unsere Befürchtungen waren ja nur Panikmache.

23) Ansonsten zeigen schon die statistischen Berechnungen, dass der Euro Alles in Allem gar keine so große Teurung herbeigeführt hat. Also nicht meckern.

24) Gestern, seien nun 91 % der deutsche Bevölkerung der Meinung, dass der Euro ein TEuro sei. Es ist aber auch egal, ob dies 90 - 80 - 70 – 60 % oder wieviel.

25) Die Tatsache, dass der Euro eine europaweite Einheitswaehrung ist, hat aber mit alledem nichts zu tun.

26) Die Regierung hat 4 Monate lang geleugnet, dass der Euro ein TEuro ist. Nicht gerade zur Wahl motivierend.

27) Also ich glaube nicht, dass der Euro für die Teuerung zuständig ist, sondern wohl eher die Wirtschaft (Handel).

28) Und mit Chic hat der Euro nichts zu tun. Es macht sich auch bei mir keine Ernüchterung breit, selbst wenn ich keine Frau bin.

29) Im Grund hat der Euro bei Licht besehen bisher keine einzige nennens­werte Erwartung wirklich erfüllt.

30) Was hat der Euro gebracht ? Stulle statt Bratwurst. Am Wochenende sind 10 Euro 10 Mark.

31) Dass es eine überholte Wahnvorstellung ist, der Euro sei weicher als die DM, darauf wurde hier im Forum schon mehrmals hingewiesen.

32) Irgendwann ist der Euro bestimmt stärker als der Dollar … aber genau diese Stärke kann : cave 13 - die Schwäche bedeuten, denn das wird den USA wenig gefallen.

33) Auf Dauer muß der Euro zu sinkenden Preisen führen, die Möglichkeit die Preise europaweit vergleichen zu können wird ihre Wirkung zeigen !

34) Doch für viele Preissteigerungen ist nicht der Euro schuld. Inflation gab es schon immer, und Preissteigerungen auch.

35) Dabei ging es nicht unbedingt um die Frage, ob der Euro sinnvoll ist, sondern vielmehr um die Frage, wie er sinnvoll eingeführt werden kann.

36) Dafür ist aber m. E. nicht primär der Euro verantwortlich, sondern der Mechanismus UM den Euro bzw. der Einführung des Euro-Bargeldes.

37) Was soll nur werden, wenn der Euro da ist und auf den Wert einer Bananen-Republik-Währung fällt.

38) ohne dass dabei das Bargeld umbenannt wird (der Euro existiert seit 1999). Preiserhoehungen (und -senkungen) sind ein normaler marktwirt­schaftlicher Vorgang

39) Nicht nachvollziehbar ist für mich auch ein Argument von Ex-Bundes­kanzler Kohl, wonach der Euro eine gemeinsame europäische Identität erzeugen werde.

40) Hätte Deutschland seither die nötigsten Reformen angepackt, würde der Euro deutlich besser dastehen. Die « Germans Disease » hat aber den Euro befallen.

34Si l’on constate d’emblée la rareté des contextes clairement positifs, concernant l’euro, dans cet ensemble (on ne voit guère que les exemples 2, 18, 31 et 33 pour donner une image optimiste de la monnaie unique), ce sont cependant des considérations proprement linguistiques qui permettront une comparaison approfondie avec la Zeit. Il apparaît en effet que dans le forum du Spiegel, même employé au nominatif, Euro n’est que formellement, mais non logiquement en position d’actant-sujet dans la grande majorité des cas. Les constructions passives, interrogatives ou négatives prédominent, ainsi que les prédications par « ist » (exemples 5, 10, 11, 20-22, 24-27, 31, 32, 34-36), attribuant telle ou telle caractéristique à l’euro – en général celle d’être un Teuro. Lorsque exceptionnellement Euro est sujet d’un verbe d’action, les conséquences de l’action présentent régulièrement un aspect décevant (exemples 3, 6, 29 et 30). En simplifiant, on pourrait dire que la Zeit s’inspire d’un paradigme où l’euro est un acteur de plein droit dans les champs politique et économique, alors que pour le forum du Spiegel, il n’existe que comme un révélateur de tensions.

Bibliographie

À partir d’un calcul, simple à mettre en œuvre, des environnements les plus fréquents d’un lexème donné, on est donc bien arrivé à la mise en évidence des schémas cognitifs et pragmatiques immanents à deux corpus : force agissante dans le contexte international pour les rédacteurs de la Zeit, l’euro devient, pour les Allemands moyens qui s’expriment dans le forum du Spiegel, le vecteur des abus auxquels se livrent commerçants et décideurs politiques. L’instrument informatique réagit nettement à des ensembles tex­tuels différents tant par leur idéologie latente que par leurs modalités énon­ciatives. Le civilisationniste pourra se pencher sur la confrontation de deux mises en discours de l’introduction de l’euro, deux univers entre lesquels la communication paraît compromise.

Heringer, Hans Jürgen (1999) : Das höchste der Gefühle. Studien zur empi­rischen Linguistik, Tübingen, Stauffenburg.

Iker, Howard P. : « A Computer Systems Approach Toward the Recogni­tion and Analysis of Content » in : Gerbner, George (et al.) (1969) : The Analysis of Communication Content, New York, John Wiley.

Kauffmann, Michel (1993) : « Crise du discours officiel. Neues Deutsch­land d’octobre 1989 à janvier 1990 » in  : Mots, No 34, mars 1993.

Kauffmann, Michel (1995) : « L’évolution du discours de presse dans les journaux des nouveaux Länder » in Vaillant, Jérôme (éd.) : L’Allemagne unifiée cinq ans après, Valenciennes, AGES / PUV.

Kauffmann, Michel (1997) : « L’informatique au service de l’enseigne­ment et de la recherche en civilisation » in Cortes, Colette / Krebs, Gilbert (éds.) : Le territoire du germaniste, Asnières, AGES-PIA.

Labbe, Dominique (1990) : Le vocabulaire de François Mitterrand, Paris, Presses de la Fondation des Sciences Politiques.

Lafon, Pierre (1984) : Dépouillements et statistiques en lexicométrie, Paris, Slatkine-Champion.

Salem, André / Nazarenko, Adeline / Habert, Benoît (1997) : Les lin­guistiques de corpus, Paris, Armand Colin.

Notes

1 Kauffmann (1993, 1997).

2 Kauffmann (1993, 1995).

3 Heringer (1999).

4 Howard P. Iker, « A Computer Systems Approach Toward the Recognition and Analysis of Content » in  Gerbner (1969).

5 Heringer (1999, p. 10).

6 Heringer (1999, p. 28).

7 Benveniste, cité par Heringer (1999, p. 32).

8 Heringer (1999, p. 56).

9 On désigne ainsi, habituellement, en analyse du discours, les mots porteurs de sens (noms, verbes et adjectifs) par opposition aux mots-outils, sémantiquement vides.

10 « The basic assumption on which this system rests is that there exists suffficient meaning within the word and within the temporal associations among and between words to allow the elicitation of major content materials and categories » (Iker in : Gerbner 1969, p. 381).

11 Le lecteur pourra s’informer sur ce logiciel en consultant le site de l’ILPGA (Paris 3) : http//www.cavi.univ-paris3.fr/ilpga/tal/lexicowww/lexico3.htm

12 Labbé (1990).

13 Il serait évidemment naïf de considérer qu’un tel forum constitue la représentation exacte de l’opinion spontanée de « l’Allemagne d’en bas ». On a tout lieu de penser que les responsables du forum opèrent une certaine sélection dans les contributions. Il n’en reste pas moins que les thèmes du Teuro, de la Abzockerei (des profits abusifs) de la part des commerçants tiennent une grande place dans tous les médias à large diffusion — notamment dans la Bild-Zeitung — au printemps 2002.

14 Nous n’avons pas les moyens de vérifier le bien-fondé des protestations des intervenants, que ne confirment pas les statistiques officielles, mais leurs témoi­gnages se rejoignent pour dénoncer des cas de conversion mark / euro de 1 à 1, ce qui correspond à un quasi-doublement des prix, notamment dans la restauration courante (le Döner Kebab, sandwich gréco-turc bien connu de notre jeunesse urbaine, paraît constituer un produit sensible !).

15 Les contributions ont été reproduites telles que nous les avons téléchargées sur le site du Spiegel, sans chercher à corriger les négligences syntaxiques ou orthographiques, qui sont donc conformes à l’original.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search