Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passerelles et passeurs

Les trois mythes démographiques du « Troisième Reich »

Michel Hubert

Texte intégral

« Mythe est le nom de ce qui n’existe et ne subsiste qu’ayant la parole pour cause » Paul Valéry

1Le Troisième Reich occupe encore et toujours une place considérable dans l’histoire allemande. En dépit de sa brièveté, il demeure pour une grande partie du public et même pour les jeunes de la génération actuelle une allégorie, un résumé symbolique de ce qui pourrait constituer une identité allemande. Cela s’explique par la brutalité des événements poli­tiques, par la barbarie de l’idéologie, par la cruauté de ses conséquences et par l’atmosphère fantasmatique, voire démoniaque dans laquelle baigne la période.

  • 1 Michel Hubert, L’Allemagne en mutation. Histoire de la population allemande depuis 1815, Paris, Pre (...)

2Cette courte séquence des douze années de national-socialisme, phéno­mène « ni proprement accidentel, ni foncièrement inéluctable »1, constitue néanmoins une rupture apparente avec l’histoire allemande qui précède. Ceci vaut au plan politique, économique et social, c’est également le cas dans les domaines culturel et administratif. Mais, sous l’apparente rupture se cache en réalité un soubresaut de l’ordre ancien qui opère, grâce à un contexte conjoncturel favorable, une synthèse entre la technicité héritée d’une révolution industrielle particulièrement réussie et un rejet de la morale humaniste. Ainsi s’instaure une forme de totalitarisme qui ajoute une variante à celles d’un xxe siècle déjà bien pourvu.

  • 2 Au total, environ 5,5 millions de personnes entre 1815 et 1914, MH, ibid, p. 255.

3Du point de vue démographique, le tournant de 1933 intervient au moment où s’achève une transition qui, en Allemagne, frappe par son carac­tère tardif, mais aussi par sa brièveté et sa violence. Là où, sous l’effet des transformations de son économie et de sa société, la France met près d’un siècle et demi pour modifier radicalement l’attitude de sa population face à la procréation, l’Allemagne effectue son changement de régime démo­graphique en un peu plus d’une génération. Dans un pays qui connaît une industrialisation trop rapide et trop massive, qui se rallie au libéralisme économique en se voyant privé du libéralisme politique, la croissance industrielle s’accompagne d’une augmentation particulièrement forte de la population : il s’ensuit une urbanisation massive et rapide entraînant le déracinement de millions de personnes, le surplus s’écoulant vers l’outre-mer jusqu’à l’apogée de l’industrialisation.2 à ces facteurs structurels, les conséquences de la Première Guerre mondiale vont ajouter des facteurs conjoncturels plus généralement évoqués lorsque l’on tente d’expliquer la montée du nazisme. Ce sont les frustrations découlant d’une défaite militaire, au reste « refoulée », après la montée en puissance d’une idée nationaliste d’autant plus violente qu’elle s’était affirmée tardivement depuis l’apogée du régime impérial. Ce sont également les erreurs des Alliés de Versailles, vainqueurs méprisés par le vaincu, mais imposant à une Allemagne fraîchement unifiée d’humiliantes amputations territoriales au profit des anciennes minorités.

4Dès leur arrivée au pouvoir, les nationaux-socialistes vont mettre en place une politique « démographique » préparée de longue date, s’appuyant sur une administration disposant d’un outil statistique de grande qualité et servie par des démographes dévoués. Les deux piliers de cette politique sont le natalisme et l’eugénisme : trois objectifs lui sont assignés.

5Il s’agit, tout d’abord, de favoriser une reprise de l’expansion démogra­phique du « peuple allemand », par réaction envers ce que l’on considère de façon schématique comme la « décadence » induite par le système de Weimar.

6Il importe également de faire en sorte que ce peuple reprenne l’expansion géographique qui avait été la sienne depuis le début du Moyen-Age.

7Enfin, en corollaire, s’affirme un troisième objectif : celui de la régéné­ration de ce peuple par l’élimination des éléments « étrangers » ou « mal­sains », en opposant ainsi la nouvelle Allemagne aux nations « décadentes » (France, Grande-Bretagne) ou aux « races inférieures » (monde slave).

  • 3 Sur la liste de ces mesures, cf., par exemple, MH, ibid., p. 346-363.

8À ces trois objectifs vont répondre très vite un ensemble de mesures natalistes, eugénistes et raciales qui s’échelonnent de l’hiver 1933 aux der­niers mois de la Seconde Guerre mondiale. La plupart d’entre elles sont bien connues, tout comme les conséquences tragiques qu’elles ont pu avoir.3 Ce qui frappe, c’est la cohérence de ces mesures avec trois axes idéologiques qui, si on les soumet à l’analyse démographique, révèlent leur caractère irréel et mythique, bien conforme avec cette séquence de l’histoire allemande.

Le premier mythe est celui d’une expansion démographique du peuple allemand

  • 4 Nombre de naissances vivantes intervenues en une année pour 1 000 habitants.
  • 5 Cf. tableau 1 et graphique 2.

9Il est certes exact que 1933 représente, dans l’histoire démographique de l’entre-deux-guerres, l’année où est enregistré le taux de natalité4 le plus bas, soit 14,7 ‰ contre 25 ‰ en 1921 et 20 ‰ dans les années calmes de la République de Weimar. Or, en 1934, débute une reprise des naissances qui se maintient jusqu’en 1940-1941. Ce tournant qui coïncide avec l’arrivée au pouvoir des nationaux-socialistes est, en apparence, spectaculaire. En chiffres absolus, les naissances augmentent en une année de 23,6 %5, tandis que l’excédent des naissances sur les décès double pour se situer autour de 500 000 personnes, chiffre qui restera stable jusqu’en 1940. La question de la corrélation entre l’avènement du « Troisième Reich » et ce brusque changement appelle trois observations.

10Il est tout d’abord indéniable qu’un lien existe entre les diverses mesures natalistes et ce redressement de la natalité. Toutefois la simplification est abusive. En effet, la remontée des naissances intervient de fait, si l’on exa­mine les statistiques trimestrielles, dès le deuxième trimestre de 1933 (avril-juin 1933), au moment où, en juin 1933 sont mises en place les premières mesures d’encouragement au mariage (Ehestandsdarlehen). À moins de considérer ces enfants qui naissent en plus grand nombre dès avant avril 1934 (soit 9 mois après juin 1933) comme de singuliers prématurés, il faut constater que la reprise de la natalité est perceptible en Allemagne près d’un an avant sa mise en œuvre par des mécanismes tangibles. Il est donc hasar­deux de l’imputer en bloc au nouveau régime. L’explication est alors qu’il y a eu, dès l’été 1932, un début de rattrapage des naissances auparavant diffé­rées par la crise massive, un rattrapage qui se déclenche au moment où la population perçoit que l’on va vraisemblablement sortir du marasme grâce à la relance conjoncturelle prévue par Brüning, esquissée par von Papen, mise en place par Schleicher et ... massivement appliquée par Hitler.

  • 6 Cf. tableau 2 et graphique 1.
  • 7 Cf. tableau 2 et Statistisches Bundesamt (ed.), Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Stuttgart/Mai (...)

11La deuxième observation concerne la nature des mesures prise et leur impact. Lorsque, à partir de 1934, l’arsenal de mesures natalistes donne plei­nement son effet, cette politique entraîne à court terme trois conséquences. Elle va, en premier lieu, accélérer les mariages. Le taux de nuptialité6 qui se situait en moyenne autour de 8 ‰ entre 1925 et 1929 était descendu à 7,9 en 1932. Il remonte ensuite dès 1933 à 9,7 ‰, puis à 11,2 en 1934 pour se stabiliser ensuite à un taux légèrement supérieur à celui de Weimar, avec une brève remontée en 1938. Cette politique de primes à la nuptialité va également provoquer, par ses dispositions financières, une anticipation des naissances dans le couple, et ce, en suscitant un abaissement de l’âge moyen à la conception qui, chez les femmes mariées, passe de 30 à 28 ans. Enfin, les autres mesures prises tendent à lutter contre l’avortement et, la reprise économique aidant, à diminuer les naissances illégitimes. Celles-ci avaient brusquement augmenté durant la Première Guerre mondiale en passant de 85 ou 95 pour 1 000 naissances vivantes avant 1914 à 111 en 1915, puis même à 130 durant la dernière année du conflit. Le taux de naissances illégitimes était resté élevé sous Weimar (105 entre 1921 et 1924), puis 120 jusqu’en 1931. En 1934, il s’abaisse brusquement à 85, pour se situer au-dessous de 80 ensuite.7

  • 8 Calculé sur la base des naissances vivantes intervenant en une année pour 1 000 femmes âgées de 15 (...)
  • 9 L'indice synthétique de fécondité ou « sommes des naissances réduites » (en allemand : « Gesamtfruc (...)
  • 10 Cf. tableau 3, ainsi que Patrick Festy, La fécondité des pays occidentaux de 1870 à 1970, Paris INE (...)
  • 11 Ainsi, la famille allemande qui, en moyenne comptait 4 enfants vers 1900, n’en a plus que 3 à 2,5 e (...)

12La troisième observation est que cette politique provoque, certes, une hausse du taux de natalité et une augmentation apparente du taux de la fécondité générale.8 Cependant, ces mesures incitatives ont leurs limites. En effet, l’examen de l’indice synthétique de fécondité qui reflète dans le long terme l’aptitude au renouvellement d’une génération9 indique qu’il poursuit finalement son recul entamé autour de 1891-1900 : il passe de 2,05 en 1932 à 1,95 en 193910, et ce en dépit de la propagande officielle et malgré un ajustement dans les mesures natalistes, révisées en 1938.11 Ce recul durable de la fécondité semble paradoxal si on le confronte à la natalité ascendante, mais, pour la période considérée, il ressort finalement que les couples ont anticipé à la fois les unions et les naissances afin de profiter des incitations financières, sans modifier en profondeur leur fécondité à long terme. La politique nataliste du « Troisième Reich » a, somme toute, suscité une « reprise à crédit » de la natalité : les écrits et discours officiels, tout comme les représentations plastiques de ces mères allemandes glorifiées comme de fécondes pouliches par Arno Breker sont donc les produits de l’un de ces trois mythes.

Le deuxième mythe est celui d’une nécessaire expansion géographique du peuple allemand.

13Cette conception est souvent résumée par le thème de l’« espace vital », de la place due au peuple allemand. C’est un thème récurrent avant et après 1933 ; il durera jusqu’à la découverte de l’hiver russe et de la débâcle. Le mythe puise son origine dans l’euphorie et le vertige éprouvés à la fin du xixe siècle par les tenants du pangermanisme, qu’ils soient politiciens, uni­versitaires, industriels ou ecclésiastiques. Selon eux, l’Allemagne unifiée depuis 1871 et en pleine expansion tant industrielle que démographique se devait de revendiquer une « place au soleil », c’est-à-dire des territoires situés par-delà les frontières du moment. Cette prétention se fondait sur trois types de considérations.

  • 12 « Allemagne » considérée dans les futures frontières de 1871.
  • 13 Entre 1890 et 1896, l’Allemagne enregistre en moyenne annuelle 1 900 000 nais­sances contre 850 000 (...)

14La première justification était d’ordre démographique : l’Allemagne avait, il est vrai, triplé sa population, passant de 23 millions d’habitants en 181512 à près de 68 en 1913. Il convenait donc d’assurer l’épanouissement dans l’espace d’une population en plein accroissement13 et qui se sentait à l’étroit dans un territoire dont le centre et l’ouest étaient de surcroît en proie à une urbanisation massive et brutale. À cela s’ajoutait un argument culturel, voire idéologique. L’Allemagne impériale, fière de ses réalisations scienti­fiques et artistiques aspirait à diffuser sa culture de par le monde, à rayonner comme une sorte de réincarnation moderne de la civilisation hellénique. Enfin, la forte croissance économique, qui s’accélère encore vers 1894-1895 avec l’entrée des pays industrialisés dans un cycle long d’expansion, exi­geait de l’Allemagne une intensification de ses échanges économiques, tant pour écouler ses produits finis que pour se procurer les matières premières nécessaires à l’industrie, ainsi que les produits alimentaires indispensables à la subsistance d’une population croissante dans un pays dont l’agriculture n’assurait plus l’autosuffisance depuis 1875 environ.

15L’issue de la Première Guerre mondiale semble devoir ruiner cette aspi­ration à un espace géographique élargi. Néanmoins le thème resurgit chez les nationalistes allemands dès le lendemain de la défaite. Il se fonde alors sur la densité de population, accrue après 1920 par les amputations territo­riales décidées à Versailles et par le retour de plus d’un million d’Allemands de souche dans un Reich géographiquement réduit de 13 %. S’y ajoute l’humiliation ressentie par la confiscation des colonies allemandes, le faible nombre des anciens colons rapatriés étant inversement proportionnel à leur morgue pangermaniste. Le thème de l’« espace vital » est alors popularisé par le titre d’un roman (Volk ohne Raum), au reste fort indigeste, que publie Hans Grimm en 1926.

  • 14 Cf. Michel Korinman, Quand l’Allemagne pensait le monde, Paris, Fayard, 1990, 413 p.

16C’est donc au moment où la démographie allemande décline de façon grave et irréversible que, par une sorte de compensation fantasmatique, se diffuse et se popularise une théorie qui assigne au peuple allemand un nou­veau destin d’expansion géographique et de colonisation, appuyé sur les minorités allemandes et sur une diaspora parfois séculaire établie en Europe centrale ou orientale et dans l’ancienne Russie. On voit alors la géographie politique devenir la géopolitique14 et s’échafauder la vision d’une Eurasie qui ferait de l’espace slave, prétendument peuplé de « sous-hommes », une sorte d’Afrique allemande, ce qui justifie alors tous les irrédentismes.

17Le choc avec la réalité, c’est-à-dire la Seconde Guerre mondiale, consé­quence elle-même de ces manipulations de minorités et de ces sphères d’influence convoitées, va mettre le mythe à l’épreuve.

  • 15 Cf. Yves Durand, Le nouvel ordre européen nazi, Bruxelles, Ed. Complexe, 1990, p. 70-77.

18Cela débouchera d’abord sur un exemple de réalisation concrète : la Pologne et surtout le Gouvernement Général. Dès la signature du pacte germano-soviétique, scrupuleusement appliqué pendant près de deux années par les deux comparses, le « Troisième Reich » peut récupérer les provinces orientales perdues à Versailles, puis établir autour de Cracovie une sorte d’avant-poste de la germanité triomphante, du même type que le Banat, la Slovénie du Nord ou, plus tard, la Crimée.15 Mais, très vite, la fonction du Gouvernement Général déchoit pour le transformer en une sorte de « déver­soir humain » dans lequel on déporte les populations vaincues, « inutiles » ou « nuisibles » : dans les camps qui sont installés en son sein ou à sa péri­phérie, l’on parque pour les faire travailler les éléments provisoirement valides, tout en assassinant les autres de façon organisée et méthodique.

  • 16 Cf. Ulrich Herbert, Geschichte der Ausländerpolitik in Deutschland, München, Beck, 2001, chap. III, (...)

19Mais, ce mythe grinçant de l’«espace vital» trouve une autre illustration, économique cette fois. Dès le début du conflit mondial, l’Allemagne réalise qu’elle manque de main-d’œuvre, la mobilisation de ses soldats venant s’ajouter à l’impact démographique des classes d’âges moins nombreuse nées après 1900 et surtout après 1914. L’« espace vital », destiné à accueillir un surplus de populations allemandes à l’étroit, devient alors, par un curieux retournement, le réservoir dans lequel on puise pour importer une main-d’œuvre forcée16. En août 1944, les travailleurs forcés venus de l’étranger et, en majorité des territoires slaves provisoirement asservis, représentent un potentiel de 8 millions de personnes, constituant 20 % de la main-d’œuvre totale mobilisé par l’appareil de production du « Grand Reich ».

20En se souvenant que l’emploi de cette force de travail va contribuer à accroître l’efficacité de l’industrie allemande sur laquelle, quelques années plus tard, on fondera, dans la partie occidentale du pays, un autre mythe, celui du « miracle économique », on ne peut s’empêcher de se poser la question : un « espace vital » pour qui ?

Le troisième mythe est celui d’une menace juive pour le peuple allemand.

21Sans qu’il soit question ici de remonter aux sources de l’antisémitisme dans le monde germanique ni dans les autres sociétés européennes, il est clair que l’instauration du « Troisième Reich » implique que, dès janvier 1933, ou, au plus tard en avril 1933, la minorité israélite allemande se trouve diabolisée, persécutée, puis exterminée. De longue date, l’idée d’une menace représentée par cette minorité s’appuie sur de multiples arguments allant du religieux à l’économique en passant par la biologie.

22Or, en la matière, la démographie démontre à quel point les fondements du mythe peuvent être fragiles dans le cas d’une minorité qui a quasiment diminué de moitié en 100 ans et qui, au moment où on la traque, se trouve largement assimilée.

  • 17 « Allemagne » considérée dans les futures frontières de 1871.
  • 18 Cf. tableau 4.

23En 1850, près d’un siècle auparavant, la minorité israélite d’Alle­magne17, constitue environ 1,3 % de la population totale.18 En janvier 1933, l’on compte 530 000 juifs pour un chiffre global d’habitants de 65,2 millions, la part des israélites étant donc de 0,81 % de l’ensemble. Lors du recensement de juin 1933, ce pourcentage descend à 0,77, 30 000 juifs ayant entre-temps émigré dès les premières persécutions.

24Les causes de cette forte diminution de la minorité israélite en Alle­magne sont doubles. La première explication réside dans une propension plus forte que la moyenne à l’émigration, le flux migratoire étant princi­palement tourné vers les États-Unis, puis vers les voisins occidentaux de l’Allemagne et, plus tard seulement, vers la Palestine. La seconde raison de ce net affaiblissement de la minorité juive en Allemagne se trouve dans une fécondité plus faible que la moyenne, liée à un développement précoce du contrôle des naissances. Ce phénomène procède de trois motifs. À l’origine figure la composition sociologique de cette minorité, essentiellement urbaine, donc plus encline à réduire sa descendance. S’y ajoute la position socio-économique de cette minorité, dans laquelle les professions libérales, le commerce et l’industrie, l’administration et les activités artistiques sont sur-représentées, toutes catégories qui, très tôt, vont connaître un recul de leur fécondité. Enfin, la troisième explication constitue en même temps un argument supplémentaire pour fonder la vanité du mythe de la menace juive : c’est le relâchement des liens religieux, attesté par le contrôle des naissances et vérifié par la multiplication des mariages mixtes.

25La fréquence de ces unions, débouchant sur la naissance de 300 000 à 450 000 « métis » (Mischlinge) recensés encore en 1942 selon la termino­logie de l’administration national-socialiste, témoigne, si besoin était, de l’assimilation de cette minorité israélite allemande, même si, depuis des années, la propagande nazie insiste sur la présence à Berlin et dans quelques grandes villes d’une communauté juive plus orthodoxe, venue d’Europe orientale.

  • 19 « Allemagne » considérée dans les frontières de 1937.

26C’est donc une minorité israélite en rétraction depuis des décennies, très largement intégrée et constituant à plus d’un égard l’élite de la population du pays, qui sera dénoncée comme une menace pour le peuple allemand. Sur environ 500 000 juifs d’Allemagne19, 300 000 émigreront – quitte à être rattrapés ultérieurement dans l’Europe occupée – , et les 200 000 demeurés en Allemagne seront exterminés.

27Les conséquences humaines de l’interprétation de ce troisième mythe à l’échelle de l’Europe entière sont suffisamment connues pour rendre toute conclusion superflue.

Tableau 1. évolution de l'excédent des naissances en Allemagne (1933-1942)

1933

227 500

1938

549 300

1934

465 800

1939

558 900

1935

472 000

1940

516 700

1936

482 800

1941

463 800

1937

482 700

1942

208 100

Source : M. H., d'après Statistisches Bundesamt (ed.), Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Stuttgart, Kohlhammer, 1972, p. 102-103.

Tableau 2. évolution du taux de nuptialité (1) et du taux de naissances illégitimes (2)

Année

1

2

Année

1

2

1933

9,7

107

1938

9,4

76

1934

11,2

85

1939

11,2

-

1935

9,7

78

1940

8,8

-

1936

9,1

77

1941

7,2

-

1937

9,1

77

1942

7,4

-

Source : M. H., d'après Statistisches Bundesamt (ed.), Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Stuttgart, Kohlhammer, 1972, p. 102-103 et 108 ; D. Petzina, W. Abelshauser, A. Faust, Sozialgeschichtliches Arbeitsbuch III, München, Beck, 1978, p. 32.

Tableau 3. Natalité et fécondité en Allemagne (1924-1940)

Taux de natalité

(naissances vivantes pour 1000 habitants)

Indice synthétique de fécondité

(nombre de naissances par femme, selon la fécondité de l'année prise pour référence)

1924

20,5

2,26

1932

15,5

2,05

1934

18,0

2,0

1936

19,0

1,95

1940

20,0

1,94

Source : M.H, L'Allemagne en mutation, op. cit., p. 349 et note 108 p. 463.

Tableau 4. Part de la population israélite dans la population totale de l’Allemagne(1852-1933)

Population juive recensée

en % de la population totale

1852 (frontières de 1871)

462 000

1,29

1871

512 000

1,25

1910

615 000

0,95

1925

564 000

0,90

1933

499 000

0,77

Source : MH, d'après Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, p. 97 et Usiel O. Schmelz, « Die demographische Entwicklung der Juden in Deutschland », Zeitschrift für Bevölkerungswissenschaft, 1/1982, p. 39.

Notes

1 Michel Hubert, L’Allemagne en mutation. Histoire de la population allemande depuis 1815, Paris, Presses de Sciences Po, 1995, p. 283 (MH).

2 Au total, environ 5,5 millions de personnes entre 1815 et 1914, MH, ibid, p. 255.

3 Sur la liste de ces mesures, cf., par exemple, MH, ibid., p. 346-363.

4 Nombre de naissances vivantes intervenues en une année pour 1 000 habitants.

5 Cf. tableau 1 et graphique 2.

6 Cf. tableau 2 et graphique 1.

7 Cf. tableau 2 et Statistisches Bundesamt (ed.), Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Stuttgart/Mainz, Kohlhammer, 1972, p. 102.

8 Calculé sur la base des naissances vivantes intervenant en une année pour 1 000 femmes âgées de 15 à 45 ans. En 1928, ce taux est de 71 ; il descend à 59 en 1932, passe à 60 en 1933, puis progresse à 73 en 1934 pour atteindre 81 en 1938 (Statistisches Bundesamt (ed.), ibid., p. 109).

9 L'indice synthétique de fécondité ou « sommes des naissances réduites » (en allemand : « Gesamtfruchtbarkeitsziffer ») indique combien d'enfants vont naître de 1 000 femmes dans l'hypothèse où celles-ci conserveraient la fécondité de leur classe d'âges observée lors de l'année de référence et en l'absence de mortalité. Par souci de clarté, l'indice est généralement rapporté à 1 femme, ce qui permet d'illustrer la perspective de renouvellement des générations dans une population donnée, un renouvellement ne pouvant être assuré que par un indice de l'ordre de 2,1.

10 Cf. tableau 3, ainsi que Patrick Festy, La fécondité des pays occidentaux de 1870 à 1970, Paris INED/PUF, 1979, Travaux et documents, Cahier n° 85, p. 222, ou encore John E. Knodel, dans The Decline of Fertility in Germany, 1871-1939, Princeton, Princeton University Press, 1974, p. 87 et 247.

11 Ainsi, la famille allemande qui, en moyenne comptait 4 enfants vers 1900, n’en a plus que 3 à 2,5 en 1913 ; en 1933, cette famille compte au mieux 2 enfants.

12 « Allemagne » considérée dans les futures frontières de 1871.

13 Entre 1890 et 1896, l’Allemagne enregistre en moyenne annuelle 1 900 000 nais­sances contre 850 000 en France, soit un rapport de 22 à 10.

14 Cf. Michel Korinman, Quand l’Allemagne pensait le monde, Paris, Fayard, 1990, 413 p.

15 Cf. Yves Durand, Le nouvel ordre européen nazi, Bruxelles, Ed. Complexe, 1990, p. 70-77.

16 Cf. Ulrich Herbert, Geschichte der Ausländerpolitik in Deutschland, München, Beck, 2001, chap. III, ou MH, L’Allemagne en mutation, op. cit., p. 344-345.

17 « Allemagne » considérée dans les futures frontières de 1871.

18 Cf. tableau 4.

19 « Allemagne » considérée dans les frontières de 1937.

Auteur

Université Paris III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540