Version classiqueVersion mobile

Passerelles et passeurs

La dynastie des Turckheim au temps de Goethe

Roland Edighoffer

Texte intégral

Introduction : Poésie et vérité

1Le drame intitulé Stella, rédigé au printemps de l’année 1775, reflète la vie sentimentale tumultueuse du jeune Goethe, son besoin de vivre en dehors des normes éthiques de son époque, et en même temps le désir de confesser son originalité. On imagine volontiers l’effet que put produire en particulier le dénouement de cette pièce dans sa version première sur beaucoup des contemporains de Goethe. Le volage Fernando, qui vient de retrouver réu­nies son épouse Cécile et sa maîtresse Stella, ne peut se résoudre à quitter l’une pour l’autre, et les dernières répliques de la pièce sont les suivantes :

  • 1 Trad. H. Lichtenberger in : Goethe. Drames de jeunesse. Paris 1929, p. 110.

« Fernando (les enlaçant toutes deux). — Tu es à moi ! à moi !
Stella (saisissant sa main et se suspendant à lui). — Je suis à toi !
Cécile (prenant sa main et se pendant à son cou). — Nous sommes à toi ! »1.

  • 2 Cf. R. Minder. Allemagnes et Allemands. Paris 1948, p. 307.

2Bien que le Souabe Wieland, élevé dans la pratique piétiste, bien que Sophie von Laroche, ex-fiancée de Wieland, ou encore le prédicateur luthé­rien Herder n’aient pas trouvé condamnable cette évocation d’un « ménage à trois », d’autres la jugèrent immorale. Le Rhénan Fritz Jacobi, que Goethe trouvait « trop spiritualiste »2, opposa à la « bigamie » suggérée dans le dénouement de Stella sa propre vision des choses dans Freundschaft und Liebe (1777), puis dans son roman intitulé Woldemar (1779), où le héros, dont l’épouse est parfaite, entretient avec une autre femme une liaison certes platonique, mais qui provoque chez ces trois personnes un vrai cas de conscience. La solution prônée par Jacobi est le renoncement à la dictature du cœur.

  • 3 Lichtenberger, op. cit., p. XXXV

3Dans un public plus large, la désapprobation de Stella provoqua dès 1776 la publication d’œuvres parodiques « peut-être édifiantes, mais à coup sûr d’une platitude et d’une puérilité affligeantes », à savoir un sixième acte moralisateur adjoint à Stella par le pasteur Franger et une Stella Nummer Zwei qui ajoutaient à l’œuvre de Goethe une conclusion conforme à l’éthique sociale traditionnelle.3

  • 4 Gœthes Werke, hrsg. Von Emil Ermatinger, 32. Bd., S. 483.

4Bien des années plus tard, Goethe, devenu « le Sage de Weimar », admit qu’il ne pouvait pas maintenir la conclusion de son drame de jeunesse Stella. Dans ses Notes sur le théâtre, rédigées en 1815, il rapporte en effet que Stella fut représentée le 15 janvier 1806 avec un nouveau dénouement : « Selon nos mœurs », explique-t-il alors, « qui se fondent sur la monogamie, il n’était pas possible de représenter les rapports d’un homme avec deux femmes différentes dans les conditions de la pièce ».4 C’est pour ces raisons d’éthique et de bienséance que la nouvelle version de 1806 se terminait par le double suicide de Fernando et de Stella. Mais avec un tel remaniement, la pièce conçue par lui au temps du Sturm und Drang avait perdu son origi­nalité. Ce nouveau dénouement l’assimilait à un banal drame passionnel.

5En revanche, la version originale de Stella n’était pas une littérature de convention, mais l’œuvre de confession d’un écrivain jeune, séduisant, engagé dans des aventures sentimentales multiples, à Sesenheim en Alsace avec Friederike Brion qui lui inspirera le poème Willkommen und Abschied, à Wetzlar avec Charlotte Buff qui sera l’héroïne des Leiden des jungen Werther, à Francfort, où il va se fiancer en 1775 avec Anna Elisabeth, dite Lili Schönemann : c’est à ce moment qu’il écrit son drame Stella, et la pre­mière rencontre, décrite dans l’acte IV, est idéalisée par la musique : Stella est séduite par le jeune violoniste Fernando, tout comme Gœthe, invité à Francfort chez le banquier Schönemann, avait été charmé par Lili jouant du clavecin.

  • 5 Vierter Teil. Siebzehntes Buch
  • 6 Vgl. E. Dürckheim. Lilis Bild. Nördlingen 1879, p. 14.
  • 7 Op. cit., 4e partie, Livre XVII.

6Dans la quatrième partie de Dichtung und Wahrheit, Gœthe décrit ainsi sa première rencontre avec cette jeune fille « belle, aimable, cultivée » qui « avait grandi dans la jouissance de tous les avantages sociaux et des plaisirs mondains ».5 Par cette remarque, Goethe mettait en lumière la différence d’origine sociale entre Lili et lui. Le père de la jeune fille, Johann-Wolfgang Schönemann, avait fondé à Francfort une banque qui jouissait encore au temps de Goethe d’une solide réputation et, dans sa maison, « la représen­tation était considérée comme un devoir »6, c’est pourquoi Goethe, dans Dichtung und Wahrheit, constate que si Lili avait voulu continuer en quelque façon son genre de vie, elle n’en aurait trouvé dans la maison bourgeoise du poète « ni l’occasion ni le lieu ».7

  • 8 Ibid. Livre XX.

7En dépit de ces différences sociales et financières, une amie commune, Mademoiselle Delf, avait négocié et obtenu les fiançailles de Lili, qui avait alors 17 ans, avec le jeune Goethe qui en avait 26. Mais Cornelia, la sœur de Goethe, avait conscience de tous les obstacles susceptibles d’empêcher une telle union, et elle en fit part à son frère. Dans Dichtung und Wahrheit, Goethe reconnaît qu’elle l’avait convaincu, et dans les pages suivantes, il décrit les doutes partagés par les deux amants et leur résolution mutuelle de se séparer, approuvée d’ailleurs par Mademoiselle Delf.8 Cette décision fut aussi douloureuse de part et d’autre. En 1830, lors d’une conversation avec Eckermann, Goethe évoque encore Lili, qui était morte en 1817, et il con­state :

  • 9 J. P. Eckermann. Gespräche mit Gœthe. Den 5. März 1830

« Elle fut en fait la première que j’aie aimée profondément et réellement. Je peux même dire qu’elle fut la dernière ».9

  • 10 Cf. A. Bielschowsky. Friederike und Lili, fünf Gœthe-Aufsätze, München 1906, p. 140 – J. Keller, Li (...)

8Quant à Lili, elle semble n’avoir jamais oublié ses brèves relations avec le génial et enthousiaste poète de Francfort.10

9Qui donc était cette famille Schönemann, avec laquelle le jeune Gœthe avait failli s’allier ? Sa mère était une demoiselle d’Orville, originaire de l’Artois ; les persécutions religieuses des Espagnols avaient contraint ses ancêtres réformés à émigrer à la fin du xvie siècle et ils étaient allés s’établir en Allemagne. Le père de Lili était banquier à Francfort, et c’est dans cette banque alors florissante que le jeune Bernard-Frédéric de Turckheim (1752-1831) vint s’initier au métier de la finance entre 1766 et 1770, après de brèves études à l’université de Strasbourg.

Un destin : la famille de Turckheim

10La famille de Turckheim, originaire de Bitche, vivait à Strasbourg depuis le xve siècle. Le père de Bernard-Frédéric de Turckheim, qui avait été nom­mé baron d’Empire par l’empereur Joseph II, était un luthérien convaincu qui avait eu cinq enfants en troisièmes noces.

  • 11 Jules Keller, op. cit., p. 37.

« Il était de ces Strasbourgeois de vieille souche prêts à élever de leurs mains des bastions contre toute influence extérieure néfaste à leur particularisme dont ils étaient fiers ».11

11Ses trois filles épousèrent, l’une un baron originaire de Poméranie, offi­cier français demeuré fidèle au roi Louis XVI en 1792, l’autre un professeur de médecine dont la famille strasbourgeoise était connue de Goethe, et la troisième un des plus riches banquiers de Strasbourg. Leur frère Jean, né la même année que Goethe, ami du poète Lenz et correspondant de Voltaire, vit sa carrière diplomatique anéantie par la Révolution française. Il acheta dans le pays de Bade, à Altdorf, une propriété où il s’installa avec son épouse, la fille d’un riche marchand de Francfort, et il se mit au service du duc de Hesse-Darmstadt. Mais il garda toujours la nostalgie de Strasbourg.

12Son frère cadet, Bernard-Frédéric (1752-1831) était tout juste adolescent quand il fut envoyé en 1766 à Francfort pour s’initier aux techniques fidu­cières dans la banque Schönemann, puisqu’il n’avait alors que quatorze ans. Il y resta jusqu’à l’âge de dix-huit ans. Quant à Lili, elle n’avait que huit ans lorsqu’il arriva et douze ans quand il quitta Francfort pour se rendre à Rouen, à Nantes, à Bordeaux, Montpellier, Lyon et Paris. Il ne rentrera à Strasbourg qu’en 1775, l’année même où Goethe, à Francfort, faisait la connaissance de Lili.

13C’est vraisemblablement en 1777 que Bernard-Frédéric retourna à Franc­fort et qu’il revit Lili, dont les fiançailles avec Goethe étaient déjà rompues, et que des liens affectifs s’établirent entre eux. Mais le père de Bernard-Frédéric, qui avait lui-même créé à Strasbourg une banque importante et flo­rissante, n’approuvait pas ce projet de mariage, dans la mesure où les affaires de la banque Schönemann, à Francfort, battaient fortement de l’aile. Avec son habituelle rudesse de langage, il écrivit à son fils le 30 janvier 1778 :

  • 12 Cité par J. Keller, op. cit., p. 75.

« Je serais fâché que vous précipitassiez aucun engagement […]. Je vous renverrais en campagne où l’oiseau fait son nid avant que de pondre des œufs et le paisan (sic) sensé songe à l’écurie, avant que d’acheter vache (sic) ».12

14Il exigea donc un délai de réflexion de six mois avant de consentir à ce mariage, ce qui ne plut guère à madame Schönemann. C’est seulement le 20 juillet 1778 qu’il donna son accord, mais on notera qu’aucun représentant de la famille de Turckheim ne fut présent à la cérémonie nuptiale qui eut lieu le 9 août 1778 à Francfort. Peu après ce mariage, la banque Schönemann et Heyder fit faillite, de sorte que la dot prévue pour Lili ne fut jamais versée.

Lili Schönemann

  • 13 ibid. p. 108

15La nature ardente et passionnée de Lili se serait mieux accommodée du génie de Goethe que du tempérament calme et raisonnable de Bernard-Frédéric de Turckheim. Après vingt années de mariage, elle confiait encore à Lavater, le fondateur de la physiognomonie, qu’elle avait été trop souvent contrainte de se taire, de se replier sur elle-même, sans avoir pu vraiment donner à son cœur l’occasion de s’épancher librement.13 Très attirée par le piétisme, elle avait également écrit à Lavater :

  • 14 Lettre du 1er février 1791.

« Liebe bessert, und beseeliget den Menschen indem sie ihn Gott nähert ».14

  • 15 Cf. K. Hildebrandt. Gœthe. Seine Weltweisheit im Gesamtwerk. Leipzig 1941, p. 175.

16On retrouve des échos du destin de Lili dans le drame bourgeois Hermann und Dorothea, que Goethe rédigea dans sa période weimarienne, en 1796-1797, et qu’il situa dans le contexte de la Révolution française. Dorothée fait partie d’un convoi de fugitifs que les révolutionnaires ont chassés de la rive gauche du Rhin, et le jeune Hermann, fils d’un hôtelier de la rive droite, s’éprend d’elle, mais son père ne veut pas accueillir dans la famille une inconnue sans le sou : « …J’espère que […] tu amèneras chez moi une fiancée avec une belle dot » (Chant II). On sait que le père de Bernard-Frédéric de Turckheim avait réagi de façon semblable, et Goethe avait pu en être informé dans la mesure où il avait rencontré en 1795 à Weimar une amie de Lili, Henriette von Egloffstein, qui avait connu le jeune couple Turckheim à Erlangen, où il s’était réfugié depuis 1792. En effet, le banquier Bernard-Frédéric de Turckheim était mal vu par les partisans de la Révolution, et le conflit atteignit son paroxysme lorsqu’il devint maire de Strasbourg en 1792. Un mandat d’amener délivré contre lui, la perspective d’un emprisonnement et peut-être de la guillotine décida la famille à franchir le Rhin. Lili, déguisée en paysanne, le plus jeune de ses enfants sur le dos, partit alors à pied au milieu d’un groupe de fugitifs, comme Dorothée dans le drame de Goethe.15 C’est seulement en 1795 que le couple Turckheim put regagner l’Alsace avec ses enfants.

17Leur tâche fut alors de reconstituer le patrimoine familial très entamé par les événements politiques. La remise en route de la banque de Turckheim n’alla pas sans de grosses difficultés. Bernard-Frédéric se serait laissé facile­ment décourager si le tempérament actif et fougueux de Lili ne lui était pas venu en aide. À partir de 1800, l’aisance était revenue et le couple Turck­heim acquit alors deux propriétés, l’une à Truttenhausen, près de Heiligen­stein, à l’est du mont Saint Odile, l’autre à Krautergersheim, à une douzaine de kilomètres au sud-ouest de Strasbourg. C’est là que la famille s’installa jusqu’à ce que Bernard-Frédéric soit nommé en 1809 ministre des finances à la Cour de Bade.

18Karlsruhe, où le couple Turckheim dut alors résider, permit à Lili de retrouver le train de maison qu’elle avait connu dans sa jeunesse à Francfort, au temps de l’idylle avec Goethe. Les fastes de la Cour, les nombreuses réceptions n’abusèrent pourtant pas Lili, baronne de Turckheim : 

« Cette eau bénite de la cour exerce une influence bien dangereuse sur quiconque s’éloigne de la vraie philosophie »,

19écrit-elle, et elle observe avec ironie dans une autre lettre datée de 1809 :

  • 16 Cf. J. Keller, op. cit., p. 99. L’orthographe de Lili a été maintenue.

« Jajouterai que je suis prevenus (sic) très favorablement pour la bonne société de C (=Carlsruhe) quoiquon m’assure qu’on s’entredèchire le plus chrétienement possible ».16

20Au bout d’un an, Bernard-Frédéric démissionna de la charge de ministre, et la famille retourna à Krautergersheim. C’est là qu’elle vécut les événe­ments de la défaite napoléonienne et l’occupation par les armées alliées. Tandis que Turckheim, à Paris, tentait d’obtenir quelques avantages pour l’Alsace, notamment le droit de planter du tabac, Lili, demeurée au pays, y subissait de nombreuses vexations. Après avoir rejoint son mari pour quelques mois dans la capitale française, elle revint à Krautergersheim, tom­ba gravement malade et y mourut en 1817.

21Bien qu’elle n’ait jamais oublié son amour à l’âge de dix-sept ans pour le génial Goethe, et malgré les vicissitudes d’une vie particulièrement agitée, elle a formé avec Bernard-Frédéric de Turckheim un couple harmonieux : « Du, nur du allein kannst mich vollkommen beglücken », lui écrira-t-elle un jour. Pourtant sa vie à Strasbourg, dans la maison des Turckheim au n° 1 de la rue Brûlée, c’est-à-dire entre la place Broglie et la cathédrale, n’avait pas toujours été facile. On connaît les réticences manifestées par son beau-père lors de son mariage : en 1785 elle avait écrit à Lavater :

  • 17 Ibid., p. 79.

« Aux yeux de mon beau-père, la place que je devais le plus de m’efforcer de remplir demeurait celle de première domestique dans la maison ».17

22à cette tension s’ajoutait la mésentente avec sa belle-sœur, l’épouse de Jean de Turckheim, fille d’un riche marchand de soieries de Francfort. Quant à Bernard-Frédéric, dont l’activité et les revenus dépendaient de l’entreprise familiale, il était partisan d’atténuer les tensions par la souplesse et la diplo­matie, ce qui ne correspondait évidemment pas au tempérament spontané et primesautier de Lili.

23C’est dans ses enfants qu’elle trouva le vrai bonheur. Elle en eut six, une fille et cinq garçons. Marie-élisabeth, l’aînée, appelée aussi Lili, épousera le fils d’un célèbre helléniste. Jean-Frédéric de Turckheim (1780-1850) étudia d’abord successivement dans les universités d’Erlangen, de Strasbourg et de Paris, puis fit divers stages bancaires à Brême et à Amsterdam. Associé à la banque paternelle en 1806, il contribua à sa prospérité, puisqu’on estime qu’en 1815, il était à la tête de la septième fortune de Strasbourg. Comme il s’intéressait également à l’agronomie, il organisa sur le domaine de la Thu­menau une des plus belles exploitations agricoles d’Alsace. D’abord conseil­ler général du Bas-Rhin, il succéda en 1824 à son père comme député. Devenu maire de Strasbourg, il s’intéressa particulièrement aux problèmes sociaux, organisa des maisons d’accueil pour les indigents et des écoles pour les enfants pauvres ainsi qu’une institution pour le perfectionnement des artisans. Il contribua activement à la création en 1834 d’une Caisse d’épar­gne à Strasbourg et entreprit également d’importants travaux d’urbanisme. Luthérien engagé, il succéda en 1831 à son père comme président du direc­toire de l’église de la Confession d’Augsbourg et il accomplit cette tâche avec tellement de zèle qu’il en négligea son entreprise bancaire et connut dans ce domaine de sérieux revers qui ternirent la fin de son existence.

24Son frère Jean-Charles de Turckheim (1783-1862) apprit le métier de la banque à Francfort chez le beau-frère de Suzette Gontard, l’égérie de Hölderlin, qui la célébra dans son roman Hyperion sous le nom de Diotima. Rappelons que Hölderlin avait, en 1793, planté un arbre de la liberté à Tübingen. Jean-Charles de Turckheim dirigera ensuite avec son frère aîné la banque familiale à Strasbourg.

25Frédéric-Guillaume de Turckheim (1785-1831), le quatrième enfant de Lili, fut un personnage plus haut en couleurs. Après des études mouvemen­tées à Göttingen, il travailla un certain temps à Paris au ministère de l’Intérieur, puis opta pour la carrière militaire. En 1808, il devint aide de camp du général Rapp (1772-1821), lui-même Alsacien, originaire de Colmar, et participa avec lui aux campagnes napoléoniennes d’Espagne et de Russie. Assiégé durant un an à Danzig après la retraite de Russie, prisonnier à Kiev, revenu ensuite en Alsace, il participa aux Cent-Jours, de sorte qu’il devint après la Restauration un des nombreux demi-soldes que décrira Balzac, notamment dans le Colonel Chabert. Retiré dans le domaine familial de Truttenhausen, il y mourut des suites de nombreuses blessures reçues sur différents champs de bataille.

26François-Louis de Turckheim ne vécut que trois ans (1788-1791). Quant au dernier fils de Lili, Henri de Turckheim (1789-1849), il eut un parcours assez semblable à celui de Frédéric-Guillaume : il fit des études à l’univer­sité de Göttingen puis entra dans l’armée sous Napoléon en 1813, mais y resta ensuite et finit colonel en 1841. Sa descendance actuelle réside au châ­teau de Dachstein, qui avait été édifié en 1574 pour l’évêque de Strasbourg, Jean IV von Manderscheid-Blankenheim, et qui échut en 1718 à un subor­donné du Cardinal de Rohan avant d’appartenir à la famille de Turckheim.

  • 18 Johann Heinrich Jung’s, genannt Stilling, sämmtliche Werke. Stuttgart 1841, 6. Bd, p. 158-184.
  • 19 Ibid., p. 369.

27Les tendances piétistes de Lili lui avaient rendu sympathique le jeune médecin, théosophe, économiste et écrivain Johann Heinrich Jung-Stilling (1740-1817), originaire de Westphalie, qui séjourna à Strasbourg en 1770 et y devint un commensal du jeune Goethe à la pension tenue par les sœurs Lauth, que fréquentait également le théosophe Frédéric-Rodolphe Saltzmann (1749-1821). Dans son récit intitulé Theobald oder die Schwärmer, Jung-Stilling évoque à plusieurs reprises la « gnose » rosicrucienne, et il décrit l’itinéraire de Christian Rosenkreuz selon le récit de la Fama Fraternitatis.18 Dans le même ouvrage, un interlocuteur fait devant Theobald l’éloge de la Franc-Maçonnerie, un Ordre qui, selon lui, « n’a pas d’autre but que d’in­citer l’homme à devenir meilleur, à perfectionner son intelligence afin de le rendre plus apte au service de Dieu et de l’humanité ».19

Les Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte.

28Les deux frères Jean et Bernard-Frédéric de Turckheim avaient été inté­ressés par cet Ordre philanthropique et chrétien auquel appartenaient des princes tels que Ferdinand de Brunswick et Charles de Hesse-Cassel. Par ailleurs, ils étaient en relation avec le Lyonnais Jean-Baptiste Willermoz, et ils furent en grande partie les artisans de l’Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte que Willermoz put faire prévaloir au fameux Convent de Wilhelmsbad, réuni par le duc de Brunswick durant l’été 1782, et auquel participèrent les deux frères Turckheim. À Francfort, le père de Lili, Johann Wolfgang Schönemann, son oncle Jacob Philippe d’Orville, et son frère Jean-Noé Schönemann, étaient également membres d’une loge maçonnique. On sait d’autre part que Goethe, depuis 1780, était affilié à la loge Amalia de Weimar où son fils August le rejoignit en 1815, et à laquelle appartenait l’écrivain Johann Joachim Christoph Bode (1730-1793), dont certaines lettres ont été retrouvées dans le fonds Turckheim à Dachstein.

  • 20 Cf. R. Le Forestier, op. cit., p. 769, n° 23.
  • 21 Cf. Klaus H. Kiefer, « Balsamo, Giuseppe », in : Goethe Handbuch, Bd 4/1, Stuttgart 1998, S. 96.
  • 22 Cf. R. Le Forestier, op. cit., p. 769-775.

29En cette même année 1780, Joseph Balsamo, alias comte de Cagliostro (1743-1795), se trouvait à Strasbourg où il sut obtenir la protection du car­dinal de Rohan, évêque de Strasbourg, et grand aumônier de France. Le prince avait été subjugué par une « initiation spirituelle » que prétendait lui avoir donnée le thaumaturge, si bien qu’il se proposait de faire signer par Louis XVI une patente royale autorisant Cagliostro à exercer officiellement ses pouvoirs de guérisseur.20 Certes, le célèbre roman d’Alexandre Dumas prête à Joseph Balsamo des pouvoirs politiques qu’il n’a pas exercés, mais c’est tout de même sous son influence que le naïf cardinal de Rohan s’enga­gea dans la fameuse affaire du collier de la Reine. C’est à Strasbourg que Cagliostro semble avoir inventé et établi sa Maçonnerie égyptienne. Le but de l’initiation au grade de Maître égyptien était, selon Cagliostro, de rendre à l’homme déchu les pouvoirs conférés par Dieu à Adam avant la chute. À la régénération spirituelle que les Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte pré­tendaient conférer, il entendait joindre une régénération physique. Le 3 mars 1781, Johann Caspar Lavater décrivit dans une lettre à Goethe sa rencontre à Strasbourg avec Cagliostro. Il le présentait comme un « Parazelsischer Sternnarr », un « Arkanist », un antiphilosophe.21 L’opinion de Willermoz, que Cagliostro tenta de séduire à Lyon, ne fut pas plus favorable22, et la Mère-Loge de Rite égyptien créée par le Grand Cophte à Lyon en 1784 ne survécut guère au scandale du Collier de la Reine. On sait que cette duperie fut utilisée par Goethe dans sa pièce intitulée Der Groß-Cophta (1791), où il tentait de défendre l’honneur de Marie-Antoinette. Entre-temps Cagliostro avait été enfermé à la Bastille, puis expulsé de France, arrêté par la Sainte Inquisition et condamné par la justice pontificale à la détention à vie.

30Entre 1784 et 1788, L’Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte allait cependant connaître une crise grave qui provoqua dans la famille de Turckheim d’importantes réactions. Sous l’influence du Souabe Franz Anton Mesmer (1734-1815), installé à Paris depuis 1778, et de son mémoire publié en 1779, la théorie dite du magnétisme animal connut une vogue considé­rable. Mesmer concevait l’être humain comme un aimant bipolaire par lequel passent des flux magnétiques. Le « baquet » de Mesmer, installé à Paris, était censé guérir toutes sortes de maladies et connut un succès considérable. J. N. Dufort, comte de Cheverny (1731-1802), introducteur des ambassa­deurs à la Cour, raconte dans ses Mémoires sa visite chez Mesmer à Paris et décrit non sans humour l’installation d’un « baquet » à Cheverny, non loin de son château :

  • 23 J. N. Dufort, comte de Cheverny. Mémoires sur les règnes de Louis XV et Louis XVI et sur la Révolut (...)

« Les boiteux, les paralytiques des deux bourgs (Cheverny et Cour-Cheverny) furent invités […]. La magnétisation et toutes les simagrées que nous avions vu faire furent employées sans succès, sans obtenir le moindre effet. […] Aussi, un mois après, il n’en fut plus question. Le sable fut rendu au jardin, les bouteilles à la cave, et le fer à une destination plus utile. Sans nous disputer avec les fous ou les têtes exaltées, nous savions à quoi nous en tenir, et c’était suffisant pour nous »23

  • 24 Ibid., p. 794 sq.
  • 25 Lettre de Willermoz du 10 décembre 1785. Cf. J. Keller, op. cit., p. 576.
  • 26 Ibid., p. 161.

31à Lyon, on semble avoir été plus crédule. Dès 1784, Willermoz et bien d’autres se convertirent au magnétisme mystique. Des voyantes somnam­bules faisaient à leurs magnétiseurs des révélations étranges. L’une d’entre elles, surnommée l’Agent inconnu, était une chanoinesse du chapitre de Remiremont, Madame de Vallière, qui inonda de messages mystérieux la loge créée par Willermoz pour les commenter24 et qui prétendait lever le voile sur le caractère secret du vrai christianisme. Les Strasbourgeois n’étaient pas ignorés par l’Agent inconnu, puisqu’une lettre de Willermoz à Bernard-Frédéric de Turckheim en date du 26 juin 1785 lui annonce qu’il avait été élu comme initié, ainsi que Saltzmann et le pasteur luthérien Laurent Blessig. Ce dernier demeura méfiant, mais les deux premiers purent avoir connaissance de la « doctrine de la vérité ».25 Dans une lettre à Charles de Hesse du 26 février 1787, Bernard-Frédéric de Turckheim raconte qu’à Lyon, « des hommes respectables l’assurèrent […] qu’ils avaient reçu com­munication de l’Initiation que N. S. J. Chr. donna à ses apôtres »26. Mais ces prétendues révélations et ces vaticinations avaient éveillé chez lui et chez ses amis strasbourgeois, notamment chez le pasteur Blessig, des interrogations, voire des doutes et de sérieuses réserves. Dans une note du 13 août 1786, Bernard-Frédéric de Turckheim consigna la liste des affirmations de la voyante sur lesquelles il avait achoppé :

  • 27 Ibid. p. 576. Orthographe de B. F. de Turckheim.

« 1. Primauté de l’église de Rome et de son Chef visible, Centre commun de l’église ; primauté légitime dans l’ordre hyérarchique, qui tient par son Essence à la forme de la société chrétienne. 2. Concile centre commun de la chrétienneté seul juge competent en matière de foy […]. 3. Secours et conso­lation attachées à la Messe basse. 4. Expiation Purgatoriale commentée et appuyée par l’œuvre de purification, que le Christ opéra dans les 7 Planètes […] ».27

  • 28 Cité par R. Le Forestier, op. cit., p. 806.
  • 29 Ms. 5868, n° 68. Cité par J. Keller, op. cit., p. 576.

32Turckheim se souvenait qu’à Lyon, lorsqu’il avait assisté à des séances de magnétisme, des amis protestants avaient été « exhortés par des som­nambules chrysiaques dirigées par Willermoz […] à faire abjuration pu­blique de la foi protestante ».28 Pour toutes ces raisons, les Strasbourgeois luthériens se sentaient mal à l’aise. Dans une lettre du 21 novembre 1785, dont la copie manuscrite existe encore à la Bibliothèque de la ville de Lyon29, Bernard-Frédéric de Turckheim exposa donc à Willermoz à la fois ses doutes envers les prétendues révélations de l’Agent inconnu et envers les positions ecclésiales du groupe de Lyon, puisqu’il affirmait la primauté absolue du pontife de Rome et le droit à la « défense de la Religion par l’épée », ce qui ne pouvait que raviver chez les protestants de Strasbourg les souvenirs des guerres de religion.

La liberté du chrétien

  • 30 Lettres publiées par Antoine Faivre in : Renaissance Traditionnelle, n° 36, octobre 1978, p. 289 sq (...)

33Déjà dans une lettre à Bernard-Frédéric datée du 4 juillet 1784 et retrou­vée dans le fonds Bernard de Turckheim30, Willermoz avait, tout en accusant Rome d’être une « Cour plus dépravée que bien d’autres », critiqué les chrétiens qui s’en étaient séparés « pour réformer des abus et des innovations qui méritaient de l’être », mais qui, « emportés par leurs passions sont allés se heurter contre d’autres extrêmes », de sorte que « la vérité est restée isolée au milieu de toutes les confessions chrétiennes qui ont cru la posséder ». Quant à lui, Willermoz, même s’il ne faisait pas « profession publique d’être attaché à la communion romaine », il estimait néanmoins que sans être « dans le centre même, [elle] en est cependant beaucoup plus rapprochée que celles qui sont plus modernes ».

  • 31 Cf. J. Keller, ibid., p. 577.
  • 32 Lettre du 10 décembre 1785, p. 19. Cité par J. Keller, op. cit., p. 165.

34La missive de Bernard-Frédéric de Turckheim du 21 novembre 1785, qui défendait la cause protestante, mit le feu aux poudres. Willermoz, touché au vif, répondit par une lettre de trente-deux pages, datée du 10 décembre 1785 et dont une copie est conservée à la Bibliothèque de Lyon.31 Après avoir tenté de justifier les révélations extatiques de l’Agent inconnu, il s’étend largement sur « la primauté de l’église de Rome et de son chef ». En dépit de certaines faiblesses, il ne met pas pour autant l’autorité papale en doute, et il critique sans ambages les Réformateurs qui, selon lui, ne furent guidés que par l’orgueil et la passion : « …une séparation fondée sur des passions et sur l’anéantissement des dogmes les plus essentiels n’a pu produire un culte vray et pur »32.

  • 33 Cf. J. Keller, op. cit., p. 578.

35Bernard-Frédéric de Turckheim, qui allait devenir président du consis­toire Général de l’église de la Confession d’Augsbourg, ne pouvait évidem­ment pas souscrire aux arguments développés par Willermoz dans sa longue lettre du 10 décembre 1785. Ni la théurgie dont on s’enthousiasmait à Lyon, ni le papisme professé par Willermoz n’étaient en mesure de le satisfaire. Certes son frère Jean de Turckheim, tout comme Frédéric Rodolphe Saltzmann, étaient assez favorables à une ouverture œcuménique qui tendrait à réaliser un christianisme transcendant les frontières confessionnelles. Mais Jean de Turckheim dut reconnaître beaucoup plus tard, dans une lettre à Willermoz du 19 février 1822, que sa position l’exposait au soupçon de cryptocatholicisme.33 Quoi qu’il en soit, le chapitre provincial d’Alsace an­nonça en 1788 sa rupture avec l’Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte, et Bernard-Frédéric de Turckheim, dans une lettre du 11 août 1785, exposait déjà à Charles de Hesse son désir de revenir

  • 34 Ibid, p. 169. Cf. R. Le Forestier, op. cit., p. 808.

« à la simplicité de l’Enfant Chrétien, qui, oubliant les Types et les Emblèmes, croit que la lumière luit sur tous les hommes qui adorent Dieu en Esprit et vérité et confessent que le Christ est le fils du Dieu vivant notre Redempteur et la voye du Salut sans science qui abrègera la route pour arri­ver au royaume des Cieux »34.

36Saltzmann partageait cette conviction. Dans une lettre adressée en février 1817 à Jean de Turckheim, il écrivait :

  • 35 Cité par R. Le Forestier p. 916.

« La science divine a une tout autre marche que les sciences humaines ; elle agit dans l’intérieur et par des voies secrètes et toutes spirituelles. Les hommes n’en peuvent être que les instruments passifs ».35

37Dans un tel contexte, on comprend le succès qu’avait pu avoir, dès 1767, le mystérieux Martinès de Pasqually avec son Traité de la Réintégration. Le titre même de cet ouvrage en indiquait la signification. Grâce à un processus théurgique, les émules étaient censés retrouver les vertus spirituelles primi­tivement accordées par Dieu à l’ancêtre du genre humain. Ceux qui étaient parvenus à cette régénération recevaient le titre suprême de Réaux-Croix, une dénomination vraisemblablement dérivée du mot hébreu H¡AØR (réau) qui signifie « le voyant », et qui, d’autre part, pouvait rappeler le nom bien connu depuis 1614 de la fraternité des Rose-Croix. À propos du Traité de la Réintégration, Willermoz écrivait à Jean de Turckheim que, pour être en mesure de le comprendre, il devait s’y préparer spirituellement, le lire quoti­diennement et n’en communiquer la substance qu’à des hommes aptes à la recevoir. Cependant Jean de Turckheim était un peu déconcerté par l’emploi fréquent, en ce qui concernait Pasqually, du terme « magie » ; dans une lettre à Willermoz du 12 août 1821, il exprime un certain scepticisme à ce sujet :

  • 36 Cité par J. Keller, op. cit., p. 362. Orthographe de Jean de Turckheim.

« Comme ces mots trainent toujours après eux quelques signes, quelqu’idée de misticité et d’obscurité que je n’aime guère quand on veut se faire entendre… ».36

En revanche, Jean de Turckheim et les martinésistes alsaciens imprégnés de pensée piétiste croyaient à la réintégration finale en Dieu de la création tout entière, comme l’indiquait Jean de Turckheim dans une missive à Willermoz du 4 août 1821 :

  • 37 Cf. J. Keller, op. cit., p. 501 et 699.

« La question de l’apocastasis ou réintégration finale de tous les êtres ne m’a été inspirée que, parce que je la croyais, dans une certaine mesure, conforme à l’idée de la miséricorde infinie qui dépasse encore sa justice ».37

Conclusion

  • 38 Cf. J. Keller, op. cit., p. 42.

38Le destin de la dynastie des Turckheim résume à la fois la grandeur et les drames de l’Europe au temps de Goethe. La famille d’Orville, chassée de France à cause des persécutions infligées aux protestants, réfugiée à Franc­fort, alliée avec la famille Schönemann, travailla dans le secteur bancaire avec Bernard-Frédéric de Turckheim à Strasbourg. Jean-Frédéric Schöne­mann avait épousé en 1787 la parente de Suzette Gontard, célébrée par le poète Hölderlin sous le nom de Diotima. Lili Schönemann, on l’a vu, avait été fiancée à Goethe avant d’épouser Bernard-Frédéric de Turckheim, grand voyageur à travers la France, mais la tourmente révolutionnaire l’avait contrainte à franchir le Rhin. Son beau-frère Jean était lié d’amitié avec le poète Lenz (1751-1792) et avait été en relations avec Voltaire (mort en 1778). Ecrivain, il avait écrit une Histoire de la Maison princière de Hesse et envisagé la publication de la correspondance de Montalembert. Il fut con­traint par la Révolution française de s’installer dans le pays de Bade. Après la Restauration, il avait rêvé de finir ses jours en Alsace, au pied des Vosges.38 Ainsi l’histoire avait obligé la famille de Turckheim à vivre alter­nativement de part et d’autre du Rhin, que Victor Hugo, en 1838, nommera un fleuve « providentiel » et « symbolique » :

  • 39 Victor Hugo : Le Rhin, lettre XIV.

« dans sa pente, dans son cours, dans les milieux qu’il traverse, il est, pour ainsi dire, l’image de la civilisation, qu’il a tant servie et qu’il servira encore. Il descend de Constance à Rotterdam[…], de la cité des papes, des conciles et des empereurs au comptoir des marchands et des bourgeois, des Alpes à l’Océan, comme l’humanité elle-même est descendue des idées hautes, im­muables, inaccessibles, sereines, resplendissantes, aux idées larges, mobiles, orageuses, […] insondables, […], de la théocratie à la diplomatie, d’une grande chose à une autre grande chose »39.

39Pour la famille des Turckheim, partagée entre Strasbourg et Francfort, entre les propriétés de Truttenhausen, Dachstein et Altdorf, le Rhin fut à la fois un rempart et un lien entre deux cultures et deux langues. Contraints par les vicissitudes de l’histoire, ses membres se sont répartis de part et d’autre du grand fleuve. Les descendants de Jean habitent dans le pays de Bade, où un Freiherr von Türckheim réside au château d’Altdorf. Certains des arrières-petits enfants de son frère Bernard-Frédéric sont demeurés alsaciens et habitent encore dans les demeures familiales, tandis que d’autres membres de la famille se sont installés en région parisienne. Les uns et les autres sont porteurs et gardiens d’une riche tradition héritée des contemporains de Goethe.

Notes

1 Trad. H. Lichtenberger in : Goethe. Drames de jeunesse. Paris 1929, p. 110.

2 Cf. R. Minder. Allemagnes et Allemands. Paris 1948, p. 307.

3 Lichtenberger, op. cit., p. XXXV

4 Gœthes Werke, hrsg. Von Emil Ermatinger, 32. Bd., S. 483.

5 Vierter Teil. Siebzehntes Buch

6 Vgl. E. Dürckheim. Lilis Bild. Nördlingen 1879, p. 14.

7 Op. cit., 4e partie, Livre XVII.

8 Ibid. Livre XX.

9 J. P. Eckermann. Gespräche mit Gœthe. Den 5. März 1830

10 Cf. A. Bielschowsky. Friederike und Lili, fünf Gœthe-Aufsätze, München 1906, p. 140 – J. Keller, Lili Schönemann, baronne de Turckheim. Berne 1987, op. cit., p. 108. La présente contribution doit beaucoup à cette excellente étude qui repose sur des lettres inédites, le journal intime et divers documents émanant de la famille de Turckheim, retrouvés par Antoine Faivre en 1967 : cf. « Le fonds Bernard de Turckheim (domaine français) », in : Revue de l’Histoire des Religions, Paris, janvier-avril 1969, p. 47-67) – « Le fonds Bernard de Turckheim (domaine alle­mand) », en collaboration avec Jules Keller, in : Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, février 1969, fascicule 5. – « Lettres inédites de J.B. Willermoz et de quelques autres… », in : Renaissance Traditionnelle, Clichy 1978, n° 35, p. 171-184 (lettres de Willermoz à Turckheim) – n° 36, p. 281-294 (lettres de Willermoz à Turckheim) – 1979, n°38, p. 112-127 (lettres de Henri de Virieu à Willermoz) – 1979, n° 39, p. 181-199 (lettres de H.I. Schröder, Esmonin de Dampierre, etc., à Turckheim) – 1982, n° 49 à 52 (Le fonds Bernard Turckheim) – Cf. Antoine Faivre : Le fonds Bernard Turckheim (1752-1831) (ouvrage en préparation).

11 Jules Keller, op. cit., p. 37.

12 Cité par J. Keller, op. cit., p. 75.

13 ibid. p. 108

14 Lettre du 1er février 1791.

15 Cf. K. Hildebrandt. Gœthe. Seine Weltweisheit im Gesamtwerk. Leipzig 1941, p. 175.

16 Cf. J. Keller, op. cit., p. 99. L’orthographe de Lili a été maintenue.

17 Ibid., p. 79.

18 Johann Heinrich Jung’s, genannt Stilling, sämmtliche Werke. Stuttgart 1841, 6. Bd, p. 158-184.

19 Ibid., p. 369.

20 Cf. R. Le Forestier, op. cit., p. 769, n° 23.

21 Cf. Klaus H. Kiefer, « Balsamo, Giuseppe », in : Goethe Handbuch, Bd 4/1, Stuttgart 1998, S. 96.

22 Cf. R. Le Forestier, op. cit., p. 769-775.

23 J. N. Dufort, comte de Cheverny. Mémoires sur les règnes de Louis XV et Louis XVI et sur la Révolution. Paris 1886, t. II, p. 7.

24 Ibid., p. 794 sq.

25 Lettre de Willermoz du 10 décembre 1785. Cf. J. Keller, op. cit., p. 576.

26 Ibid., p. 161.

27 Ibid. p. 576. Orthographe de B. F. de Turckheim.

28 Cité par R. Le Forestier, op. cit., p. 806.

29 Ms. 5868, n° 68. Cité par J. Keller, op. cit., p. 576.

30 Lettres publiées par Antoine Faivre in : Renaissance Traditionnelle, n° 36, octobre 1978, p. 289 sqq.

31 Cf. J. Keller, ibid., p. 577.

32 Lettre du 10 décembre 1785, p. 19. Cité par J. Keller, op. cit., p. 165.

33 Cf. J. Keller, op. cit., p. 578.

34 Ibid, p. 169. Cf. R. Le Forestier, op. cit., p. 808.

35 Cité par R. Le Forestier p. 916.

36 Cité par J. Keller, op. cit., p. 362. Orthographe de Jean de Turckheim.

37 Cf. J. Keller, op. cit., p. 501 et 699.

38 Cf. J. Keller, op. cit., p. 42.

39 Victor Hugo : Le Rhin, lettre XIV.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search