Version classiqueVersion mobile

Passerelles et passeurs

Le troisième homme

Eva Carstanjen

Texte intégral

1Non, il ne s’agit ni d’Orson Welles, ni d'un homme politique, encore moins d’une femme qui pourrait être le troisième homme. Il s’agit d’un hommage rendu à trois hommes qui ont durablement marqué ma vie à l’Institut d’Allemand à Asnières.

2J’essaierai de faire un bilan des trois décennies de ma carrière d’ensei­gnante, qui correspondent à la rencontre avec trois hommes qu'on peut difficilement oublier : Pierre Bertaux dans les années 70, Gilbert Krebs dans les années 80, puis Hansgerd Schulte.

3On ne peut pas parler d’enseignants sans évoquer leur public, à savoir, ici, des étudiantes — même si parfois des étudiants se sont inscrits en germanistique. Ajoutons qu’en ce qui concerne le public féminin nous avons pu assister à un fulgurant changement de mentalités en trente ans, et ce changement semble aller de pair avec l’émancipation de la femme en général.

4Je ne voudrais pas retracer ici la vie universitaire depuis la création de l’Institut, mais isoler la petite parcelle dont on m’a attribué la responsa­bilité. Il s’avère après coup que chaque étape est attachée à un profes­seur-homme, puisqu’à l’époque un professeur-femme était chose exces­sivement rare, inexistante chez nous jusqu’en 1996.

Pierre Bertaux

5Pour commencer, il s’agit, bien sûr, de Pierre Bertaux dans les années 70. Il avait fondé l’Institut en 1969, c’est-à-dire un an après la révolte de mai.

6Pour les femmes, ces années 70 devaient apporter en France l’adop­tion de la loi Simone Veil sur l’interruption volontaire de la grossesse, après que la contraception à usage féminin eut été acquise dans les années 60. Ces bouleversements, sans doute irréversibles, qui accordent désor­mais à la femme un pouvoir dont aucune femme auparavant n’avait pu imaginer la réalisation, ont-ils eu accès à la conscience des étudiantes de l’époque ? Furent-elles conscientes de la liberté inouïe, inespérée et inimaginée par leurs aïeules, ainsi que du cortège des indépendances pos­sibles qui se présentaient à elles pour leur avenir ? A savoir : la première génération à pouvoir choisir non seulement délibérément la venue au monde d’un enfant, mais aussi l’homme qu’elle désignera comme père. Ce qui revient à dire que pour la première fois, depuis que le monde est monde, la femme est en mesure de considérer le futur comme une dimen­sion dont elle dispose, qu’elle peut planifier et sur laquelle elle peut agir à un degré plus élevé de la civilisation.

7Est-ce qu’au début des années 70 la prise de conscience de cette révo­lution pour la liberté de la femme fut générale ? Comme toute innovation, elle allait en titubant. S’y ajouta simultanément l’abrogation de l’autorité paternelle, chère au Code Civil : elle fut remplacée par la responsabilité parentale, accordant désormais aussi à la mère le droit d’intervenir dans des décisions concernant son enfant.

8Les adultes mesuraient certes mieux l’envergure du bouleversement des mentalités. En tout cas, ce fut vrai pour Pierre Bertaux. L’enseigne­ment qu’il proposa fut non seulement pluridisciplinaire ; en même temps il proposa aux étudiantes une « antenne de psychologie » dont il me chargea, à savoir un lieu d’écoute neutre de leurs problèmes et difficultés. Et elles en avaient ! Je me souviens du couloir devant mon bureau, rempli de jeunes, discutant de leur priorité d'accès à ma consultation en fonction de la « gravité » de leurs cas. Il est intéressant de se rappeler que la liberté d’expression fut loin d’être acquise sur le plan pratique : les étudiantes des années 70 n’avaient pas encore appris à formuler leurs émotions. Nombreuses furent celles qui se croyaient uniques au monde devant l’ambivalence de leurs sentiments à l’égard d’un proche. Elles ignoraient l’existence des mêmes sentiments chez la voisine.

9C’est ainsi que Pierre Bertaux m’incita à former des groupes d’ini­tiation, d’une part à la « psycho-pathologie de la vie quotidienne » (actes manqués, le rêve et son interprétation), d’autre part au développement affectif de l’enfant. Ces cours se sont avérés bénéfiques à double titre : les étudiantes germanistes eurent l’occasion de lire Freud dans le texte et elles se sentirent concernées par les différents sujets leur permettant de relativiser des expériences personnelles. Et ceci d’autant plus qu'elles pouvaient s'identifier à des personnages littéraires appropriés que j’avais choisis afin d’éviter l’unilatéralité d’un enseignement psychologique.

Gilbert Krebs

10Les années 80 s’inscrivirent pour les étudiantes dans l'optique de faire des études supérieures en vue d’un métier. Ce qui ne veut pas dire que les étudiantes de la décennie précédente n’envisageaient pas un métier pour obtenir l’indépendance matérielle, mais ce n'était pas l’objectif principal. Le cliché de la femme au foyer était encore trop présent pour ne pas vouloir l’imiter.

11Il est intéressant de constater que les nouvelles arrivantes, au début des années 80, montraient davantage de détermination à couronner leurs études par une carrière professionnelle, notamment celle de professeur des écoles. Les IUFM, récemment créés, attiraient de nombreuses candi­dates.

12Pour mieux les préparer à leur tâche ce fut Gilbert Krebs, successeur de Pierre Bertaux à la direction de l’Institut, qui suggéra d’introduire l’enseignement de la psychopédagogie dans l’éventail pluridisciplinaire. Autrement dit : étudier l’apport de la psychologie à la pédagogie.

13Rappelons que d’après William James (1898) « la psychologie est une science, la pédagogie un art ». L’enfant étant considéré dès l’âge de 7 ans comme un petit adulte, et ce, du Moyen Age jusqu’au xixè siècle, période où l’adulte n’avait pas de sentiments pour les jeunes enfants, il est inté­ressant d’étudier le changement d’attitude au cours des deux derniers siècles. C’est ainsi que les étudiantes ont fait la connaissance de l’enfant et sur le plan affectif et sur le plan cognitif (Piaget). S’y ajoute la réduc­tion des familles depuis le xixè siècle, à savoir moins d’enfants et davan­tage d’intérêt des adultes pour l’individu à part entière qu’est l’enfant.

14Le sujet attira beaucoup d’étudiantes et d’étudiants. Bien qu'au début l’enfant leur parût inhabituel comme objet d’études, ils découvrirent avec grand intérêt, par exemple, l’importance des années préscolaires dont les expériences affectives et cognitives influencent le caractère ultérieur de chacun. Ce n’est plus un secret pour personne que le vécu affectif de l’enfant se répercute invariablement sur l’adulte, voire sur la société : un enfant aimé aimera, un enfant battu battra — ce schéma simpliste se répète tous les jours devant nos yeux.

15Combien de fois les étudiants m’ont-ils demandé des « recettes » pour réussir l’éducation d’un enfant ! Or, si la pédagogie est un art, tous les pédagogues ne sont pas forcément des artistes ... Dans leur métier, ils sont bien obligés de s’occuper des enfants et souvent ils semblent trouver plaisir à le faire. En tant que parents, ils aiment souvent bien s’occuper de leurs enfants pour d’autres raisons ; d’une part cela leur donne des satis­factions narcissiques quand ils surestiment leurs enfants, d’autre part cela leur permet périodiquement de régresser, et enfin, les rapports avec leurs enfants autorisent l’exercice d’un pouvoir. Ces trois éléments existent d’une façon plus ou moins nuancée chez tout pédagogue et sont maniés avec plus ou moins d’habileté, voire d’art. S’y ajoutent d’autres facteurs, d’ordre socio-économique, politique et biographique, ce qui explique la difficulté de réussir l’éducation d’un enfant si une des composantes s’avère faible ou défaillante. C’est pourquoi il semble qu’une prise de conscience de la complexité de la psychopédagogie se soit révélée enrichissante pour les futurs enseignants et/ou parents.

Hansgerd Schulte - le troisième homme

16Dans les années 90 eut lieu un nouveau changement de directeur : Hansgerd Schulte succède à Gilbert Krebs. Grâce au nouveau directeur le programme pluridisciplinaire s’est enrichi d’une matière qui, depuis plu­sieurs années, avait déjà fait son entrée dans de nombreuses universités occidentales, mais à laquelle la nôtre a résisté d’une manière machiste : l’histoire des femmes.

17Ce séminaire, bien sûr, fut un défi pour moi : comment sensibiliser les étudiantes, qui estiment vivre d’une manière satisfaisante leur condition de femme, à leur propre histoire ? Car longtemps l’histoire fut celle des hommes qui se considéraient comme les représentants de l’humanité. De nombreux travaux ont pourtant montré que les femmes aussi ont une histoire et sont des acteurs historiques à part entière. De nos jours, il s’agit d’introduire dans l’histoire globale la dimension du rapport entre les sexes qui n’est pas un fait de nature, mais une relation sociale construite et constamment remodelée. Il va de soi que l’histoire des féminismes et des mouvements des femmes est partie intégrante de l’histoire politique occidentale.

18Aujourd’hui on croit à une mauvaise plaisanterie quand on pense aux règles, aux lois, aux interdictions décrétées par les hommes qui ont dirigé la vie de la moitié de l’humanité. Il est fascinant de se remémorer un passé qui n’est pas si lointain : en trente ans le destin des femmes a changé de sorte que nos étudiantes prennent pour Histoire celle de leurs mères et grands-mères. (A ce titre une anecdote : à ma question : Depuis quand la pilule existe-t-elle ? Réponse : Depuis Napoléon).

19Ce qui me tenait à cœur c’est de leur montrer à quel point la condition féminine a évolué depuis que les femmes, souvent soutenues par des hommes, l’ont prise en main. La déclaration des droits de la femme d’Olympe de Gouges en 1791, puis l’obtention du droit à la même for­mation scolaire et universitaire que les garçons, l’accès à l’activité sala­riée, l’obtention du droit de vote (en 1918 pour les Allemandes, en 1944 pour les Françaises) ne sont que quelques acquis sur le long chemin vers l’égalité des sexes telle qu’elle nous est presque devenue coutumière. Nous abordions aussi une comparaison de la condition féminine en France et en Allemagne sur la base de témoignages autobiographiques, littéraires et politiques.

20Les obstacles d’ordre politique, socio-économique et relationnel furent nombreux. Cependant les féministes ont réussi à les vaincre — non sans être aidées par les hommes, il faut le souligner. D’ailleurs et pour éviter tout malentendu : le féminisme signifie depuis la Révolution Fran­çaise le refus d’admettre une inégalité naturelle et nécessaire entre les facultés des femmes et celles des hommes. C’est ainsi que les étudiantes qui pensent que leur condition actuelle de femme existe depuis toujours ont pu prendre conscience des bouleversements nécessaires, assumés par des femmes courageuses, déterminées à lutter pour l’obtention des droits des êtres humains. De sorte que nous nous trouvons au début du xxie siècle devant une nouvelle génération de femmes : elles s’occupent elles-mêmes de leur existence. Si, il y a trente ans, le mouvement des femmes cherchait à éliminer le patriarcat, les femmes aujourd’hui préfèrent miner le système : elles s’infiltrent discrètement dans les positions de pouvoir. Celles qui n’avancent pas ne sont plus des victimes du système machiste, mais en portent elles-mêmes la responsabilité. Elles ne parlent plus d’émancipation — elles la vivent. Et représentent par là un nouveau modèle pour nos étudiantes.

21Pour conclure mon hommage aux trois hommes, qui ont marqué ma carrière d'une façon indélébile, je voudrais citer Norbert Elias :

« La plus grande révolution dans toute l’histoire des sociétés occidentales est, au cours du xxe siècle, l’accession des femmes à une identité qui leur soit propre, sans plus être celle de leur père ou de leur mari ».

22Und ich kann sagen, ich bin dabei gewesen — et cela, oui, grâce aux trois hommes que je viens d'évoquer.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search