Version classiqueVersion mobile

Passerelles et passeurs

“ Dur, dur d’être un bébé dans le XIVe ! ”

Ou : comment traduire des énoncés averbaux contenant un groupe infinitif

Irmtraud Behr

Texte intégral

1. Introduction

1La traduction est un exercice qui réserve bien des surprises. C’est en traduisant que l’on saisit avec netteté les similitudes mais aussi les subtiles différences entre les langues, et qu’on mesure le poids des aspects stylis­tiques et pragmatiques – bref, tout le poids des savoirs annexes qui fondent une culture.

2Traduire des “ quatrièmes de couverture ” exige que l’on respecte les exigences bien précises auxquelles ces textes répondent : brièveté et incom­plétude quant aux informations données aux éventuels lecteurs, expression d’un jugement positif sur le livre sur lequel ils figurent. Les affiches collées aux murs de villes répondent aux mêmes critères de brièveté, elles doivent surprendre et interpeller le passant, l’inciter à la lecture, voire à une action ultérieure.

3Nous reproduisons ci-après les exemples servant de point de départ à notre réflexion ;

(1) 4ème de couverture
Donna Léon
Péchés mortels
Premiers jours du printemps à Venise. La vie s’écoule trop calmement, et le commissaire Brunetti trouve le temps long à la questure. Jusqu’au mo­ment où entre dans son bureau Suor’Immacolata, aujourd’hui défroquée et redevenue Maria Testa. Elle vient demander l’aide de la police parce qu’un certain nombre de morts suspectes sont survenues dans l’institution où elle travaillait. Est-ce un effet de son imagination débordante ou se passe-t-il réellement des choses effrayantes autour de ces personnes âgées qui lèguent leur fortune à diverses congrégations religieuses ?
Brunetti va enquêter et découvrir qu’une institution toute puissante tire les ficelles avec l’aide de certains prêtres fanatiques. Difficile de se battre contre une société secrète, même lorsqu’on décide de se servir des armes de l’adversaire.
[(1997) Calmann Lévy pour la traduction française, 2000]

(2) affiche apposée aux murs du 14ème arrondissement de Paris à l’automne 2001 
Dur, dur d’être un bébé dans le XIVe !
Venez nombreux défendre auprès des élus un projet destiné aux enfants du quartier : halte-garderie, ludothèque, jardin d’enfants …(…)

4Nous avons trouvé des énoncés allemands qui semblent être bâtis sur le même modèle :

(3) Lächerlich diesen jungen Kerl mit der landläufigen Phrase “ er hat ein bißchen Talent ” abzuspeisen. (Grass : 370)

(4) Für echte Hitchcock-Aficionados hat in seinen Filmen alles Bedeutung, der scheinbar einfachste Handlungsverkauf verbirgt unerwartete philoso­phische Delikatessen (das vorliegende Buch nimmt, sinnlos es zu leug­nen, uneingeschränkt an diesem Wahn teil). (Zizek : 12)

(5) Unnötig also weiterhin Zuflucht zu dystopen Visionen eines Los Angeles im Jahr 2020 zu nehmen, wie in blade runner(Zizek : 198)

  • 1 La plupart de nos informateurs ont récusé cette traduction.

5Ce n’est pas pour autant que les énoncés averbaux français se laissent traduire “ tels quels ” en allemand. En effet, Dur, dur d’être un bébé dans le XIVème arrondissement ! pose le double problème de l’exclamation et de la structure “ adjectif + de + infinitif ”. Par ailleurs, on se rend compte qu’une transposition mot à mot heurte les habitudes stylistiques de l’allemand :peut-on vraiment traduire Difficile de se battre contre une société secrète, même lorsqu’on décide de se servir des armes de l’adversaire par ? ? Schwer1, * schwierig, einen Geheimbund zu bekämpfen, … . ? à propos d’habitudes stylistiques : on rendrait volontiers l’énoncé adjectival Dur ! du texte (6) par un Schwer zu ertragen !

(6) 4ème de couverture
Jean-Claude Izzo
Total Khéops
Du Panier aux quartiers nord, du Vieux Port à l’Estaque, nous suivons les pérégrinations de Fabio Montale, flic déclassé de la Brigade de sur­veillance des secteurs, fils d’immigrés italiens qui aime les poètes des Cahiers du Sud, la pêche, la soupe au pistou de la vieille Honorine, les bouteilles de Lagavulin, les femmes et Marseille bien sûr.
Il y a vingt ans, il y avait Lole, la belle Gitane, et, autour d’elle, Manu, Ugo, et Fabio. À présent ses deux potes de braquage sont morts d’une balle dans la peau : une pour Manu, puis une pour Ugo venu le venger L’enquête de Fabio le plonge dans son passé trouble et les plaies à refermer se multiplient. D’autant qu’une de ses amies se fait violer et assassiner.
Dur ! “ Total Khéops ” comme le chante le groupe IAM. Autrement dit, bordel généralisé, fange pestilentielle dont on ne sort pas.
[(1995) Éditions Fleuve Noire, 1998]

6Nous passerons en revue les aspects strictement linguistiques avant de faire une proposition raisonnée de traduction.

2. Prédications averbales

7Le cadre de notre réflexion sera celui de la prédication averbale en alle­mand et en français. On postule qu’existent dans les deux langues des modèles phrastiques réguliers qui ne sont pas basés sur un verbe conjugué et qui, sans être grammaticalisés au sens stricte du terme, présentent un certain degré de “ routine ” qui fait que certaines formulations sont “ acceptables ” et d’autres non.

  • 2 Behr / Quintin 1996, Lefeuvre 1999, mais aussi Bally 1965, Bühler 1934.
  • 3 Voir aussi Zemb 1978 (thème et rhème), Fourquet 1979, Benveniste 1966, ainsi que nos articles relat (...)
  • 4 Bühler 1934, Bally 1965.

8Les énoncés qui actualisent ces modèles se construisent selon une tension entre deux entités,2 dont l’une sert de point d’ancrage, de point de départ de la relation prédicative, l’autre étant constitué de “ ce qu’on en dit ”.3 Les deux entités ne sont pas nécessairement présentes dans le cadre même de la “ phrase ”, mais dans la mesure où on peut les inférer à partir du contexte ou de la situation4, on postule leur présence déterminante et constitutive de l’acte de prédication. C’est cette relation fondamentale entre le “ posé ” – qu’il figure dans le cadre même de l’énoncé ou dans le contexte linguistique, voire, par un procédé de sélection, dans la situation – et “ ce qu’on en dit ” qui sous-tend également les structures syntaxiques qui nous intéressent ici.

  • 5 Pour les langues à phrase nominale grammaticalisée : Benveniste 1966, Fourquet 1979, Goesse à paraî (...)
  • 6 Behr / Quintin 1996, Lefeuvre 1999, Benveniste 1966, Fourquet 1979.

9Généralement, c’est-à-dire dans environ neuf cas sur dix en ce qui con-cerne l’allemand, c’est un verbe conjugué qui assure la fonction prédicative. S’il n’y a pas de verbe conjugué, la fonction prédicative est remplie par une forme nominale : un substantif, un adjectif, un adverbe, un groupe préposi­tionnel, ou encore un infinitif.5 Plutôt que de parler de prédication nominale, trop restrictive, nous parlerons de prédication averbale, en concédant ainsi au verbe conjugué deux fonctions : assurer le marquage temporel, modal et personnel de l’acte de prédication, et organiser la syntaxe des énoncés selon des normes qui lui sont propres. En effet, les énoncés qui ne comportent pas de verbe conjugué obéissent à des régularités de linéarisation tout aussi contraignantes, mais qui ne correspondent pas toujours à celles des énoncés “ verbaux ”.6

10Que se passe-t-il donc si un énoncé comporte un Groupe Infinitif, mais pas de verbe conjugué ? Trois possibilités sont à envisager :

  1. le Groupe Infinitif constitue seul l’énoncé (il est alors rhématique ou plus rarement thématique)

  2. le Groupe Infinitif fait partie du rhème ou constitue le rhème d’un énoncé averbal à deux termes

  3. le Groupe Infinitif constitue le thème ou fait partie du thème d’un énoncé averbal à deux termes

11Nous présenterons par la suite les trois types d’énoncé tels qu’ils se pré­sentent en allemand et en français.

3. Les trois types d’énoncé averbaux contenant un infinitif

3.1 Le Groupe Infinitif constitue seul l’énoncé

  • 7 Voir aussi Quintin 1994.

12Il s’agit alors de ce que Schanen/Confais (1989) appellent un Groupe Infini­tif “ en fonction d’énoncé ”.7 Ce sont en règle générale des énoncés rhéma­tiques pour lesquels le thème-sujet doit être construit dans chaque situation. Ces énoncés peuvent constituer un ordre ou une prière :

Einsteigen ! Bitte weitergehen !

13Le slogan des antimondialistes se laisse également interpréter sur ce modèle :

„Global denken, lokal handeln“

14Ces énoncés correspondent plutôt à une habitude allemande ; en français, la politesse exprimée en allemand par le retrait du sujet-énonciateur n’est pas perceptible et on préfère des formes plus personnalisées ou alors des expres­sions figées qui contiennent un infinitif dépendant d’un nom :

Avancez s’il vous plaît ! Vérifiez votre monnaie !

merci de venir à l’heure ; prière de vérifier sa monnaie

15Mais l’infinitif peut aussi constituer le thème proposé à une prédication ultérieure (même si celle-ci n’est pas toujours exprimée), une exclamation ou un souhait :

Hier lagen oft Steinchen am Straßenrand und er konzentrierte sich auf den unmittelbaren Abschnitt vor seinem Rad. So sah er erst spät den verunglückten Motorradfahrer auf der leicht erhöhten Kurvenseite liegen. Bremsen oder beschleunigen ? Ein Mann stand beim Verunglückten und machte heftige Gesten, er möge weiterfahren, als sei sein verlangsamtes Heranrollen eine Gefährdung (Jägersberg : 161)

Voir Naple et mourir ! / Me tuer ! Ma foi, non ! (FL : 210)

16La plupart du temps, il s’agit dans ces constellations d’un infinitif présent, qui renvoie à un état ou à une action à réaliser. Le “ sujet ” est à inférer à partir des données de la situation ou du contexte linguistique : il est non spécifié ou alors contenu dans la proposition (souvent verbale) de référence.

17L’infinitif peut constituer un rhème dont on nie “ qu’il convient ” au thème qui se trouve dans l’énoncé précédent, créant ainsi un fort sentiment de cohésion sémantico-syntaxique :

Der Kranke kann allein nicht mehr vor die Tür, weil er fürchtet, zusammenzubrechen ; Dienstreisen oder Verwandtenbesuche sind nur möglich, wenn es entlang der Route Kardiologen gibt. Urlaub auf der Alm oder der Hallig Hooge? Nicht daran zu denken, kein Arzt weit und breit. (Stern 14 / 2002)

18Entre l’infinitif ou le Groupe Infinitif constituant seul un énonce, doté de toutes les marques d’énonciation, se trouvant en relation inter-phrastique étroite avec un énoncé de son contexte immédiat et certaines formes d’extra­position (thématique ou rhématique), il y a visiblement un continuum :

Être ou ne pas être - là est la question !

Sein oder Nichtsein – das ist hier die Frage !

Hart durchgreifen, das wollte Hoover erkennbar nicht. (Der Spiegel 28/2002)

19Les exemples suivants illustrent l’ouverture interprétative relative des énoncés averbaux. En effet, il est possible de comprendre les énoncés comportant un infinitif comme des énoncés existentiels, ne prédiquant rien d’autre que la pure existence d’un objet ou, comme ici, d’un fait plus ou moins complexe :

Jeden Montag werden im Wandsbeker Bundeswehrkrankenhaus Pilot und Mechaniker der SAR-Teams ausgetauscht. Eine Woche lang leben sie in der obersten Etage des Rettungszentrums, 50 Meter vom Hubschrauber-Landeplatz und -zig Kilometer von ihren Frauen und Kindern entfernt. Dienstzeit ist von Sonnenauf- bis Sonnenuntergang: Warten, Sofa, Kaffee, Stullen. Dann Alarm, im Schnitt vier- bis fünfmal am Tag. Adrenalin von Null auf volle Dosis. Und hinterher wieder von vorn : Warten, Sofa, Kaffee, Stullen. (Stern 14 / 2002)

20Si l’infinitif code ainsi une action, un procès ou un état comme une donnée du monde, la question des modalités concrètes (déjà réalisé ? à réaliser ? par qui ? sur initiative de qui ? …) ne trouvera sa réponse qu’en contexte.

21La celèbre formule de Lénine

Was tun ? / Que faire ?

22est composée d’un élément potentiellement phorique (tun / faire) qui doit être rempli sémantiquement ; il ne renvoie à aucune réalisation d’une action quelconque mais constitue un moule sémantiquement vide. Le pronom inter­rogatif remplit le rôle de l’objet syntaxiquement nécessaire (tun et faire sont des verbes transitifs) et ne constitue donc pas un thème, un point de départ d’une relation prédicative à proprement parler. Il s’agit donc d’énoncés rhématiques, à valeur interrogatives. Il est par ailleurs intéressant à noter que des connecteurs peuvent figurer dans ce type d’énoncé :

Merkels gelassene Reaktion („Ein interessanter Vorschlag für Haar­styling“) bewies bloß, was Politiker außer ihrem Bekanntheitsgrad so attraktiv für Werber macht : Sie können sich selten wehren.

Wer in der Spaßgesellschaft nicht als Humorbremse dastehen will, kann kaum anders, als gute Miene zur frechen Kampagne zu machen. Erst recht nicht im Wahljahr, für das Branchenkenner einen Boom der Politi­kerwerbung prophezeien. Zurzeit mißbraucht Ikea Polit-Prominenz wie Gregor Gysi. Was also tun ?

In die Offensive gehen, sagt sich der Grünen-Abgeordnete Cem Özdemir und posiert in Strellson-Anzügen. (Der Spiegel 13/2002)

3.2. Le Groupe Infinitif constitue le thème ou fait partie du thème

23Les grammaires mentionnent la possibilité qu’a un infinitif simple ou com­plexe de constituer le sujet d’une phrase verbale :

Sich regen bringt Segen.

Arriver à l’heure est quand même la moindre des choses !

24L’infinitif peut également remplir cette fonction dans le cadre d’un énoncé averbal. Nous emploierons par la suite les termes “ sujet / prédicat ” pour l’analyse des exemples français, et “ thème / rhème ” pour l’analyse des exemples allemands. Ces deux couples recouvrent grosso modo des réalités syntaxiques équivalentes, cependant il a semblé préférable de respecter la terminologie des traditions respectives et de rester dans la continuité des écrits antérieurs (Behr : 1992 ; Behr / Quintin : 1996 ; Lefeuvre : 1999).

3.2.1 Relations équatives ou attributives

25Si l’on suit l’analyse de F. Lefeuvre (1999), on peut considérer les énoncés

Difficile de se battre contre une société secrète, même lorsqu’on décide de se servir des armes de l’adversaire. (1)

Dur, dur d’être un bébé dans le XIVe ! (2)

26comme constitués d’un “ sujet explicite ” qui est fourni par l’infinitif, et d’un “ prédicat ” constitué par l’adjectif. Cette forme de prédication fonc­tionne avec une série d’adjectifs caractérisés par leur valeur “ subjective ”, et souvent négative :

Inutile de parler de moi à ton entourage (FL : 75, 173)

Impossible de parler, fini de rire, interdit de fumer (FL : 154)

Pas facile de rester / faire mieux

27On rencontre également des substantifs à valeur prédicative :

Dommage de ne pas aimer les gâteaux (FL : 75)

Folie d’espérer que … (FL : 165)

Pas la peine de réciter votre petite leçon … (FL : 166)

Quelle chose admirable que se parler à cœur ouvert (FL : 166)

28L’ordre prédicat–sujet, s’il est plus fréquent, entre en concurrence avec l’ordre sujet–prédicat :

Faire autrement, impossible (FL : 173)

Ne plus aimer, ne plus comprendre … ô prodige ! (FL : 177)

29Le prédicat, dans les phrases averbales françaises, porte les marques de la subjectivité :

  • évaluation d’un état de fait ou d’une action, le plus souvent négative (dommage, folie)

  • négation syntaxique (pas facile, pas la peine) ou morphologique (impossible, inutile)

  • modalité exclamative

30Par ailleurs, le prédicat, et surtout le prédicat adjectival, peut être précédé d’un circonstant :

Dans ces conditions, difficile de faire beaucoup mieux que les 15 % annoncés.

31Mais le circonstant peut aussi se glisser entre le prédicat et l’infinitif :

Difficile, dans ces conditions, de faire beaucoup mieux que les 15 % annoncés.

32Ce sont là des tournures qui s’entendent assez souvent à la radio.

33S’appuyant sur l’analyse zembienne de la phrase allemande, on peut analyser les énoncés allemands d’une façon analogue : l’adjectif-adverbe ou le GN constituent le rhème et l’infinitif introduit par zu le thème.

Sinnlos es zu leugnen (4)

Verdammt noch mal, ein Bug. Und aus ist’s mit der Ruhe. Gar nicht so einfach, den Bug zu reproduzieren. (Internet)

Lächerlich diesen jungen Kerl mit der landläufigen Phrase er hat ein bißchen Talent abzuspeisen. (3)

Unnötig also weiterhin Zuflucht zu dystopen Visionen eines Los Angeles im Jahr 2020 zu nehmen, wie in blade runner(5)

Welche Lust, sich in die unaufhörliche Gegenwart alles bisherigen Lebens zu stürzen, jederzeit parat in Nonpareille, Cicero, Antiqua, sogar Fraktur. (Kunert : 8)

Ein hartes Brot, mit einer schweren Mappe voller Muster, die die breite Fächerung der von der New Union Press hergestellten Druckarbeiten und deren Qualität beweisen sollten, bei einer Firma vorzusprechen, meit cold, wie man das nannte, das heißt ohne Empfehlung von irgendeiner Seite und ohne bei dem prospektiven Kunden eingeführt worden zu sein, und immer wieder hören zu müssen : Sorry, Mister, aber wir haben lange schon eine feste Verbindung mit einer anderen Druckerei und sind auch ganz zufrieden mit dem Service dort ; … (Heym :187)

Unsere Aufgabe : Sie so gut zu bedienen wie nur möglich

Sie so gut zu bedienen wie nur möglich – unser höchstes Ziel

({Welch / was für} eine) gute Idee, heute Abend ins Restaurant zu gehen.

34On constate grosso modo les mêmes caractéristiques que pour le français, et plus particulièrement une forte coloration “ subjective ” des rhèmes :

  • rhème à valeur “ négative ”, la négativité pouvant résulter d’une néga­tion syntaxique (gar nicht so einfach) ou morphologique (sinnlos, un­nötig), ou alors par la valeur axiologique (lächerlich)

  • il est cependant possible de construire des rhèmes “ positifs ”, alors que le français ne le fait pas : (wie) nett (von Ihnen), an meinen Geburtstag gedacht zu haben !

  • caractéristiques grammaticales des GN rhématiques : indétermination ou adétermination (ein hartes Brot, gute Idee), modalité exclamative (welche Lust), sens métaphorique (ein hartes Brot),

  • l’ordre rhème – thème est l’ordre préféré

35Buscha (1988) établit une liste des prédicats possibles avec un sujet infinitival, sans tenir compte de la possibilité d’avoir des prédications averbales. Il semble cependant qu’un certain nombre des adjectifs et noms qui figurent dans le groupe “ Kopulaverb + Adjektiv / Nomen ” puisse constituer le rhème d’un énoncé averbal comportant un thème infinitival. La concurrence entre Groupe Infinitif et GV introduit par daß existe pour un certain nombre d’adjectifs :

(Wie) nett (von Ihnen), an meinen Geburstag gedacht zu haben ! / Angenehm, sich mal wieder zu sehen !

(Wie) nett (von Ihnen), daß Sie an meinen Geburtstag gedacht haben ! / ? Angenehm, daß man sich mal wieder sieht.

36Il ne s’agit cependant pas, pour les prédications averbales, de simples ellipses de la copule, car de telles ellipses devraient fonctionner avec la quasi-totalité des prédicats comportant une copule et un pronom. Au contraire, les prédications averbales françaises et allemandes semblent suivre un certain nombre de règles qui leur sont propres.

3.2.2 Autres relations prédicatives

37F. Lefeuvre (1999) cite d’autres types d’énoncés dans lesquels l’infinitif joue le rôle de sujet ; si l’ordre prédicat – sujet est prépondérant, l’ordre sujet – prédicat se rencontre également :

Calculer nos chances, à quoi bon ? (FL : 173)

À quoi bon parler du passé (FL : 154)

Aux chevaux de boire !(FL :199)

Libre à vous de tout oublier (FL :154)

À vous de les détruire (FL : 201)

Autant mourir (FL : 205)

38Les actions codées par les infinitifs sont présentées comme point de départ de la relation prédicative, qui peut exprimer

  • une modalité finale ou injonctive indirecte

  • une modalité comparative

39L’allemand ne semble pas disposer d’autant de possibilités. Citons néan­moins :

Seit dem 7. März wird nun auch in Pommern den Apothekern nahegelegt, Gift an Frauen rezeptfrei abzugeben – und zwar großzügig. Wozu noch Vorräte horten, wenn morgen die Welt untergeht ? (Der Spiegel 13 / 2002)

3.3 Le Groupe Infinitif fait partie du rhème ou constitue le rhème

3.3.1 Relations équatives ou attributives

40Mais l’infinitif peut aussi faire partie du rhème (ou du prédicat), comme dans les énoncés suivants où les infinitifs constituent un complément de l’adjectif en fonction prédicative :

Charmé de vous voir

Sehr erfreut, Sie hier begrüßen zu dürfen

41Dans d’autres cas, les infinitifs semblent remplir le même schéma syn­taxique, mais sémantiquement, ils constituent le noyau de la prédication, on ne peut pas les omettre :

Les dealers ? Facile à recruter. (FL : 72)

Plastic – beinahe unzerbrechlich und leicht zu reinigen (Internet)

Leicht zu trüben, schwer zu schützen : das Karstwasser (Horizonte, Nr. 26)

Die Beiträge sind gut redigiert - eine Freude zu lesen. (Internet)

Ausschuß für Arbeit und Sozialordnung : Selbständigkeit schwierig zu definieren (Presseerklärung)

Deutsche Post : 2001er Überschuß schwierig zu halten. (Presseerklärung)

42Ces rhèmes comportant un infinitif ont souvent un caractère de routine, ou alors ils s’intègrent à une série de qualifications :

Was hat die früher mal gekostet ? Schwer zu schätzen, sagte Leo, Vor­kriegsware. Für die Ewigkeit gebaut. Solideste Ausführung. Reine Zweckform, sagte der Kunde anerkennend. (Jägersberg : 80)

Zweite Nacht im Zug. Schlecht zu ertragen. ( Fröhlich :131)

Und da, die Rettung: eine trendige Billiguhr mit Quarzwerk, Zifferblatt und Armband als optische Einheit, rationell zu produzieren (54 Teile), Zielgruppe: jung. (Die Zeit, 12.2.1993)

Er war einfach und treu wie ein Pferd, treu sich selbst, seinen wenigen Freunden, seinen einmal gefaßten Überzeugungen, die keine braune Tunke vertrugen, und auch den Pinten, die er regelmäßig nach der Schule frequentierte. Ein prächtiger Brauner, schwer in Trab zu bringen, langsam denkend, immerhin denkend. In einer Großstadtschule hätte man ihn vielleicht das Roß genannt oder den Gaul oder Buzephalos. In Waren­dorf fiel er nicht auf. (Schallück : 180)

43Dans le cadre d’un énoncé verbal, il est possible de disloquer les constituants de ce complexe rhématique, ce qui n’est pas possible avec les infinitifs – sujet :

parce que à prononcer vos noms sont difficiles (Aragon)

nur schwer war er in Trab zu bringen

44Dans les énoncés averbaux, les deux linéarisations sont réalisées : rhème –thème (leicht zu trüben, schwer zu schützen : das Karstwasser) et thème – rhème (Selbständigkeit schwierig zu definieren), l’ordre “ canonique ” thème – rhème étant l’ordre préféré. Le rhème est en fait un jugement sur une action réalisée ou à réaliser : l’action ou le procès visé par l’infinitif s’applique, d’une manière spécifiée par l’adjectif-adverbe, à un objet qui figure dans l’énoncé même ou dans son contexte et qui y remplit la fonction de thème / de sujet. Dans certains cas, la manière peut être exprimée par un Groupe nominal approprié.

45L’analyse de certains énoncés averbaux se révèle moins aisée. Les énoncés suivants ne se laissent guère expliquer dans le cadre d’une théorie de l’ellipse de la copule :

Nicht zu vergessen der verschmitzte Knabe, der in der Tiefgarage eines Ärztehauses mit gekonntem Griff ein sehr altes, hinfälliges Weiblein aus dem Pkw hievte (S.Z., 9.11.90)

Maradona nicht zu vergessen, der den Sinnspruch „Gott lenkt, der Mensch denkt“, leicht verfälschte. (S.Z. n° 124 / 93, Beilage)

46Un thème au nominatif est mis en relation avec un rhème négatif ; la néga­tion syntaxique se situant, comme dans l’énoncé verbal, à gauche du com­plexe rhématique. Le rhème ainsi constitué, largement routinisé, peut précéder le thème ou lui être postposé

3.3.2 Autres relations prédicatives

47à côté des énoncés équatifs et attributifs, il y a des énoncés existentiels comportant un noyau rhématique pronominal :

Nach zwanzig Kniebeugen Blutdruckmessung mit nachfolgendem Kopf­schütteln : Nichts zu finden. Fährst du nicht gern nach Mexiko, Uwe? (Kunert : 8)

Rien à dire.

48L’infinitif est commutable avec des relatives, par exemple, ce qui atteste son caractère secondaire :

(Da war / ist ) nichts, das man finden könnte

(Il n’y a) rien qu’on puisse dire / redire à cela

49L’infinitif peut constituer le noyau rhématique de propositions qui entrent dans une construction hypothétique ou conditionnelle :

Die 16-jährige Jessica Sirio hat schon einen Bikiniwettbewerb gewonnen. Trotzdem lässt sich die Tänzerin bei Dr. Ripetta den Busen vergrößern [Bild] „Wenn schon untergehen, dann wenigstens hübsch“ (Stern 14 / 2002)

(Werbung im Stern für Abonnements) Jetzt Stern lesen, 8 % sparen und die Mini-Kamera gratis! (Stern 14 / 2002)

4. Retour à la traduction

50Ayant décrit les structures averbales françaises et allemandes comportant un infinitif, il est possible de proposer des traductions pour les phrases qui posaient problème (textes 1, 2, 6). Les possibilités purement structurelles semblent largement équivalentes pour les deux langues, ce qui constitue à première vue une excellente base pour la traduction et invite à tenter une transposition mot à mot. Cependant, deux difficultés surgissent pour les textes qui nous intéressent ici :

  • une particularité grammaticale des adjectifs concernés, à savoir difficile et dur

  • l’expressivité des énoncés originaux

51On s’aperçoit que les adjectifs difficile et dur font partie d’une petite liste d’adjectifs qui participent des deux sous-ensembles : infinitif comme thème ou partie du thème / infinitif comme rhème ou partie du rhème. En effet, à côté de difficile de faire mieux, on trouve difficile à dire ; dur, dur d’être un bébé dans la XIVème arrondissement ! côtoie les durs à cuire, mais aussi dur à supporter.

52Le changement de proposition (de / à) va de paire, pour cette série d’ad­jectifs, avec la différence de fonction : thème (sujet) ou encore complément d’un adjectif. Or, l’allemand ne dispose pas de cette possibilité lexicalisée pour distinguer l’emploi subjectival d’un infinitif d’un emploi prédicatif : il faut donc d’autres routines grammaticales et stylistiques.

53Par ailleurs, on s’aperçoit que l’expressivité des énoncés originaux doit être prise en compte et que c’est souvent elle qui “ bloque ” la transposition pure et simple. Trois aspects sont à prendre en compte dans la traduction :

  • le respect de la brièveté de l’expression originale due à l’organisation syntaxique

  • l’aspect sémantique

  • l’aspect proprement stylistique, qui doit tenir compte des habitudes pragmatiques, des préférences de codage de chaque langue

  • 8 On connaît “ das Gesetz der wachsenden Glieder ” de Behaghel qui postule que les termes les plus “  (...)

54Certes, difficile et dur se laissent traduire par schwer, schwierig. L’emploi d’adjectifs monosyllabiques comme schwer, schlecht semble cependant plus aisé, en allemand, avec un infinitif simple qu’avec un infinitif complexe. La solution consiste donc à rendre plus sensible le caractère prédicatif de ces adjectifs. Pour cela, il faut conserver le contenu sémantique, à savoir le jugement subjectif. Mais en vertu de la loi de l’équilibre des termes,8 il faut également augmenter le “ poids ” stylistique du rhème qui peut être obtenu par une augmentation du signifiant. Plus de signifiant signifie en général plus de signifié, plus de sens ; pour rester fidèle à l’original, on choisira donc entre une des possibilités suivantes :

  • une stratégie de déplacement : on respecte le sens dénotatif mais on en rajoute au niveau des relations interpersonnelles, ce qui correspond de surcroît à une habitude allemande, en ajoutant une particule illocutoire, un modulateur de mise en relief, etc.

  • une périphrase, en niant, par exemple, l’antonyme

  • l’emploi d’un groupe nominal qui comporterait un substantif assez abstrait mais qui donnera une place structurelle à un adjectif correspondant au sens de l’adjectif rhématique de la phrase originale

55Ce qui donnerait les traductions suivantes :

56Difficile de se battre contre une société secrète, même lorsqu’on décide de se servir des armes de l’adversaire.

Ganz schön schwer,

einen Geheimbund zu bekämpfen, selbst wenn man beschlossen hat, sich der selben Waffen zu bedienen wie seine Gegner.

Nicht einfach / gar nicht so einfach,

(Schon) eine schwierige Sache,

57Dans notre second exemple, c’est le redoublement de l’adjectif qui fonde l’expressivité et donc la possibilité pour cet adjectif monosyllabique de figurer ici en fonction rhématique. Les difficultés que pose l’infinitif “ être un bébé dans le XIVème arrondissement ”, qui n’est pas transposable tel quel en allemand, doivent être résolues conjointement avec celles résultant de la structure syntaxique qui est plus fréquente, donc plus banale, en français qu’en allemand.

58Les mêmes stratégies que ci-dessus peuvent donc être employées :

59Dur, dur d’être un bébé dans le XIVe !

60Gar nicht so einfach für ein Baby, im XIV. Arrondissement zu leben !

61On arrive avec cet exemple à la limite de ce que le respect de la syntaxe peut exiger par rapport aux aspects stylistiques et pragmatiques, ce qui nous conduit à proposer encore d’autres traductions :

Ganz schön kompliziert, das Leben eines Babys im XIV. Arrondisse­ment !

O wie kompliziert ist doch das Leben eines Babys im XIV. Arrondisse­ment !

Was für ein kompliziertes Leben führen doch die Babys im XIV. Arron­dissement !

62Favorisant l’aspect pragmatique (conformité avec les idiomatismes de la langue d’arrivée), on pourra même s’éloigner de la “ forme ” pour ne garder que le “ fond ” :

Im XIV. Arrondissement haben es die Babys ganz schön schwer!

Bibliographie

Adamczewski, Henri, 1991. Le Français déchiffré. Paris : Armand Colin.

Askedal, John, 1989. „Über den Infinitif ohne bzw. mit ‘zu’ im heutigen Deutsch : Klassenbildung regierender Lexeme und Hauptzüge der Distri­bution.“, in : DaF 1 : 2-7, DaF 2 : 103-106.

Bally, Charles, 41965. Linguistique générale et linguistique française. Bern : Francke .

Behaghel, Otto, 1923-32. Deutsche Syntax. Eine geschichtliche Dar­stellung. 4 Bde. Heidelberg : Carl Winter.

Behr, Irmtraud, 1994. „Können selbständige Partizipialsätze ein Subjekt haben?“, in : Daniel Bresson / Martine Dalmas (Hrsg.) : Partizip und Partizipialgruppen im Deutschen. Tübingen : Narr, 231-246.

Behr, Irmtraud, 1992. “ A propos d’un type particulier d’énoncés sans verbe : les énoncés existentiels. ”, in : NCA 92/4, 383-392.

Behr, Irmtraud, 1999. “ Réflexion à partir d’un article de Jean Fourquet : la notion du verbe ”, in : Colette Cortès / André Rousseau (éd.), 1999 : Catégories et Connexions. Lille : Presses Universitaires du Septentrion, 107-114.

Behr, Irmtraud / Quintin, Hervé, 1996. Verblose Sätze im Deutschen. Tübingen : Stauffenburg.

Behr, Irmtraud / Quintin, Hervé, 1994. “ De la phrase nominale à l’énoncé sans verbe. À propos d’un corpus d’énoncés non verbaux en allemand ” in : Emile Benveniste vingt ans après. Colloque de CERISY. Sous la direction de Claudine Normand et Michel Arrivé. Numéro Spécial de LINX, 73-79.

Benveniste, Emile, 1966. “ La phrase nominale ”, in : Problèmes de linguistique générale I, Paris : Gallimard : 151-167.

Bühler, Karl, 1934 (1965, 1987). Sprachtheorie. Die Darstellungsfunktion der Sprache. Frankfurt/Main, Berlin, Wien : Ullstein (3392).

Buscha, Joachim, 1988. “ Der Infinitiv als Subjekt ”, in : DaF 5/ 1988 : 257- 260.

Eisenberg, Peter, 1994. Grundriß der deutschen Grammatik. Stuttgart : Verlag J.B. Metzler.

Fourquet, Jean, 1979 : “ La notion de verbe ”, in : Recueil d’études (lin­guistique allemande et philologie germanique, littérature médiévale) réunies par Danielle Buschinger et Jean-Paul Vernon, Paris : Librairie Honoré Champion, 1979.

Gouesse, Marie Josèphe, à paraître. “ La phrase nominale hongroise : encore des questions ”.

Helbig / Buscha, 1989. Deutsche Grammatik, Leipzig : VEB Verlag Enzy­klopädie.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine, 1980. L’énonciation de la subjectivité dans le langage. Paris : Armand Colin.

Le Goffic, Pierre, 1993. Grammaire de la phrase française. Paris : Hachette.

Lefeuvre, Florence, 1999. La phrase averbale en français. Paris : L’Har­mattan.

Quintin, Hervé, 1994. “Infinitive, ohne Ende.”, in : Eugène Faucher / René Métrich / Marcel Vuillaume (Hrsg.) : Signans und Signatum. Auf dem Weg zu einer semantischen Grammatik. Festschrift für Paul Valentin zum 60. Geburtstag. Tübingen: Narr, 157-175.

Schanen, François / Confais, Jean-Paul, 1989. Grammaire de l’allemand. Formes et fonctions. Paris: Nathan-Université.

Zemb, Jean-Marie, 1978 / 1984. Vergleichende Grammatik. Französisch-Deutsch. Bd.I & II. Mannheim: Dudenverlag.

Les exemples sont extraits de :

Image 10000000000000EC0000014CDC01458D.jpgAffiche de l’Association de Défense de la Villa Moderne, ADVM, novembre 2001

Der Spiegel 13/ 2002 ; 28/ 2002 

Die Zeit, 12.2.1993 

Fröhlich, Katharina 1963. Aufzeichnungen 1939-1945. Frankfurt/Main : Fischer.

Grass, Günter, 1995/ 1997 : Ein weites Feld. München : dtv.

Heym, Stefan, 1988. Nachruf. Lizenzausgabe des Deutschen Bücherbundes. Stuttgart München.

Horizonte, Nr. 26 (Internet).

Internet (recherche google, mai 2002).

Izzo, Jean Claude, 1995. Total Khéops. Éditions Fleuve Noire, 1998.

Jägersberg, Otto, 1988. Der Herr der Regeln. Zürich : Diogenes.

Kunert, Günter, 1970. Die Beerdigung findet in aller Stille statt. München: Hanser Verlag.

Lefeuvre, Florence, 1999. La phrase averbale en français. Paris : L’Harmattan (FL).

Léon, Donna (1997). Péchés mortels. Calmann Lévy pour la traduction française, 2000.

Presseerklärung im deutschen Bundestag, 4.11.99.

Süddeutsche Zeitung, 9.11.90 ; n° 124 / 93 Beilage.

Schallück, Paul, 1965. „Warendorfer Pferde“ In : atlas. Zusammengestellt von deutschen Autoren, mit 43 Figuren. Frankfurt am Main / Wien / Zürich : Büchergilde Gutenberg : 175 – 184.

Stern 14 / 2002.

Zizek, Slavoj, u.a., 2002. „Was Sie schon immer über Lacan wissen wollten und Hitchcock nie zu fragen wagten Frankfurt am Main : Suhrkamp, stw1580.

Notes

1 La plupart de nos informateurs ont récusé cette traduction.

2 Behr / Quintin 1996, Lefeuvre 1999, mais aussi Bally 1965, Bühler 1934.

3 Voir aussi Zemb 1978 (thème et rhème), Fourquet 1979, Benveniste 1966, ainsi que nos articles relatifs aux travaux de Benveniste (Behr / Quintin 1994) et Fourquet (Behr1999) et l’interprétation du schéma zembien dans le cadre des énoncés averbaux (Behr / Quintin 1996).

4 Bühler 1934, Bally 1965.

5 Pour les langues à phrase nominale grammaticalisée : Benveniste 1966, Fourquet 1979, Goesse à paraître, pour les langues sans phrase nominale grammaticalisée : Behr 1992, 1994 ; Behr/Quintin 1996, Lefeuvre 1999, Le Goffic, 1993.

6 Behr / Quintin 1996, Lefeuvre 1999, Benveniste 1966, Fourquet 1979.

7 Voir aussi Quintin 1994.

8 On connaît “ das Gesetz der wachsenden Glieder ” de Behaghel qui postule que les termes les plus “ lourds ” de la phrase allemande doivent se trouver en position finale. Cependant, un certain équilibre doit être respectée, sinon on a un effet très désagréable qui n’est pas sans rappeler les balançoires où l’une de deux extrémités touche à terre et l’autre reste suspendue en l’air …

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search