Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un normalien à Berlin

 | 
Pierre Bertaux

Troisième partie : 1929-1932 Le temps des désillusions et des choix

Chapitre 9 — Mars-avril 1929

Les adieux

Texte intégral

« Au fond, Berlin m’a assez vu … »
(Lettre du 19 mars)

*

Dimanche 3 mars [1929]

  • 1 Les Gespräche mit Goethe in den letzten Jahren seines Lebens (1823-1832) de Johann Peter Eckermann, (...)
  • 2 Carl Gustav Carus (1789-1869) publia en 1843 : Goethe. Zu dessen näherem Verständ­nis.

1[…] Je vais acheter et envoyer à Gide un exemplaire des « Ge­spräche »1, l’édition Hesse puisque tu la recommandes. Connais-tu un livre d’un certain Carus sur Goethe2, un physiologue qui raconte ses entrevues avec Goethe, sa correspondance avec lui sur des sujets scientifiques de 1822 à 1831, — qui rapporte des notes de Hufeland, le médecin de Goethe de 1783 à 1793 ; Hufeland admirait la façon dont l’organisme de Goethe savait se secourir lui-même dans les maladies, et s’en tirer tout seul […]

  • 3 Max Kommerell (1902-1944), ami de Stefan George et germaniste, avait publié en automne 1928 : Der D (...)

2Walter Benjamin m’a beaucoup recommandé un livre qu’il faut que je tâche de me procurer, si tu ne peux l’avoir toi-même : Max Kommerell : « Der Dichter als Führer in der deutschen Klassik. Klopstock, Goethe, Schiller, Novalis, Hölderlin », chez G. Bondi.3 Un type du George-Kreis, mais Benjamin prétend qu’il y a des choses uniques et très profondes sur Goethe à Weimar, ses rapports avec Carl-August, etc. À voir.

3Je ne sais plus quand je vous ai écrit. Vous ai-je dit que j’avais revu Becker jeudi ? Il est probable qu’il reste ; la Coalition tombe à l’eau. Cela a fait de l’impression à Becker que je lui aie dit que je suis heu­reux, que je n’ai besoin de rien, et que je n’ai rien à lui demander — ce qui est la stricte vérité. Mais en général les gens qu’il voit tâchent de l’apitoyer, ont besoin d’aide matérielle ou morale, geignent etc. Cela fait que nous pouvons parler facilement, librement, et sur un plan, oserai-je dire, d’égalité, qui fait que je n’ai pas l’impression d’être celui qui a quelque chose à demander (des conseils même) ou d’être le lapin en observation. Et cela fait plaisir de parler avec quel­qu’un de son niveau, non seulement intellectuel, mais « geistig ». D’ailleurs il ne faudrait pas exagérer. C’est beau pour un ministre d’en être là, mais quelquefois et rétrospectivement, je suis un peu agacé par tant de finesse. N’importe … Ce n’est pas notre idéal, voilà tout ; et, encore une fois, pour un ministre, c’est très bien.

  • 4 Sur l’écrivain et publiciste Wilhelm Emanuel Süskind cf. p. 132, note 42.
  • 5 Erika Mann.
  • 6 A la fin des années 1920, le directeur de l’hebdomadaire satirique Simplicissimus, fondé en 1896, s (...)

4Puis, ce même jeudi, soirée chez Fischer ; un de ces coups de rasoir … oh ! jusqu’à ce que Süskind4, de passage à Berlin, soit arrivé. Il est bien, ce petit Süskind, avec sa touchante énergie. Qui sait s’il n’a pas plus d’énergie que tant d’autres, de sortir d’un milieu ultra-bourgeois, et d’en sortir sans verser dans la « Bohème », sans y trop verser, du moins. Il y avait aussi Erika5 qui est « de jour en jour plus belle et revient de Pologne » (un alexandrin !), et il y avait le directeur du « Simplicissimus », Stein … quelque chose6, et cette atmosphère munichoise apportait un peu de vie … si peu ! dans la Erdenerstraße. Au fond, ce que j’em … tout ça ! Mais en riant — et ça m’amuse. Je suis bien disposé, en ce moment. Je me porte très bien, on m’en fait compliment ; il paraît que depuis un mois j’ai changé, et presque engraissé. D’ailleurs en ce moment je travaille moins — et mon diplôme n’avance plus guère. Il faut y donner encore un coup cette semaine.

5Golo partait vendredi matin, si bien que la soirée de jeudi s’est prolongée jusqu’à des heures impossibles ; nous dormions littérale­ment tous les deux et ne pouvions nous séparer. Il est vraiment gentil.

  • 7 Wilhelm Speyer (1887-1952), écrivain publiant depuis 1907 des romans et des drames ; après son livr (...)

6Vendredi soir aussi, la soirée a duré longtemps. J’avais invité à dîner chez moi Jourdan, Ellen Wohlgemuth et Viénot ; nous devions aller ensemble chez Benjamin après ; Viénot a eu mal à la tête et n’a pu venir. Ma petite dînette a été réussie. Jourdan est bien peu inté­ressant. Chez Benjamin, il y avait Franz Hessel, qui est très bien, de l’humour, de la bonhomie, de la finesse, le baron de Münchhausen, Wilhelm Speyer (« Kampf der Tertia ») qui est l’homme arrivé ; son dernier livre se vend si bien qu’il se garde d’en écrire un autre7, je comprends ça, avec la belle auto qu’il a. Soirée parfois intéressante, dont Goethe a à peu près fait les frais. Mais rien de particulier.

7Hier j’ai été à 5h chez Zimmermann, qui [a] fait un discours en français à un groupe d’études du Auswärtiges Amt, et qui avait besoin de mon secours, que je lui ai prêté volontiers. C’est une institu­tion curieuse que celle du Auswärtiges Amt, et j’ai l’impression que de la façon dont ça s’orientera dépendront bien des choses. Mais la façon dont ça s’orientera est elle-même dépendante de bien des choses : Stresemann, sa maladie, son successeur, la puissance des nobles, de la Reichswehr, etc. En tout cas, ils sont actifs, et s’occupent de préparer de nouvelles générations. Il y a vraiment en Allemagne des principes d’activité très puissants. La question est qu’ils trouvent à s’employer. Il faut 1) qu’ils en aient l’occasion, 2) que ce soit dans le bon sens. Et il est tellement facile de « umstellen » la propagande pangermaniste en propagande internationaliste, l’enthousiasme mili­tariste et impérialiste en un enthousiasme collectiviste (et peut être, mais that is the question, vice-versa — je ne crois pourtant pas) que l’on se demande si on ne peut imaginer que, peut-être sous l’im­pulsion de quelqu’un qui serait plus fort que Rathenau, qui aurait plus de Lénine, l’Allemagne ne pourrait retrouver à la fois unité et élan, et réaliser enfin quelque chose, réaliser quelque chose qui ne s’appellerait pas Deutschtum. Peut être le centre géographique ne serait-il pas Berlin, ou plutôt n’en serait-il pas unique, et Cologne, à égale distance, par avion, de Paris, de Berlin, de Londres, aurait-il une courbe propre d’évolution.

8En tout cas je suis content de voir un peu clair dans certaines choses ; ces mois-ci encore, j’ai beaucoup appris — des choses que je n’avais pas apprises avant ; et j’ai vu ce qu’il y a à apprendre. Peut-être après tout y a-t-il une carrière épatante à faire dans le germa­nisme. Ceci à une condition : que l’on garde une attitude qui ne soit ni francophile, ni germanophile. Sans parler d’impartialité, puis­qu’elle est décriée, il faut ne pas être suspect, ni d’indifférence, à l’égard des deux pays, ni de tendresse. Donc une attitude à créer, et pour l’instant, à réserver. Eviter de « sich äußern » trop tôt ; d’abord voir, apprendre beaucoup ; parler juste assez pour mettre les gens en confiance et les faire parler. J’irai à Londres en juin. Il faut que je connaisse Londres. Je ne parlerai pas de « la partie qui va se jouer », parce que c’est une partie qui ne cesse de se jouer, comme dit Goethe, sans que personne gagne ni ne perde — sinon soi-même. Et pour quelqu’un comme nous, ce qui importe, c’est moins d’agir que de savoir ; c’est à plus longue échéance, ça nous satisfait plus ; nous avons de la patience et nous n’avons pas la peau assez dure pour passer sous tous les buissons de la politique, du journalisme, de l’action. Il y a d’ailleurs un domaine de l’action intellectuelle … etc.

9Je vous demande pardon de bavarder avec vous de ces choses-là. Mais il faut qu’on en parle et avec qui sinon avec vous. Je pense d’ailleurs que ça vous intéresse. Moi, en ce moment, ça m’intéresse, parce que c’est de mon âge de supputer, d’estimer le moment où on pourra se placer, et de quelle façon, et quand, comment il faut se réserver, ou bien « sich einsetzen » — et j’arrive à la conclusion que j’ai le temps, qu’il faut que je travaille 1) à ne pas me casser la figure et à ne pas me compromettre d’aucune façon, prudence élémentaire, 2) à apprendre, à devenir quelqu’un. Et je suis convaincu que ma prudence n’est point lâcheté, ma réserve point paresse. Je vous prie de ne pas m’en vouloir de parler sérieusement, d’employer des mots qui sont grands. Mais ce sont tout de même les vrais mots, et employer des mots plus légers serait coquetterie. […]

*

Mercredi 6 [mars 1929]

  • 8 Compte rendu de Dix-huitième année de Jean Prévost par Félix Bertaux, dans : Nouvelle Revue Françai (...)
  • 9 Roman que Hermann Kesten avait publié en 1928.
  • 10 Julius Curtius, notaire et homme politique fut de 1926 à 1929 ministre de l’Eco­nomie et de 1929 à (...)

10Je vous écris de chez Viénot, où je viens de passer l’après-midi à lire la NRF et quelques journaux et revues. Il n’est plus nécessaire maintenant d’allumer avant 5 h ou 5 h 1/2. J’ai lu de près l’article de papa dans la NRF8 et je le trouve très, très bien ; exactement ce que j’aurais voulu dire sur les points où je connais. J’enverrai à papa le Kesten : « Josef sucht die Freiheit »9. (C’est Kesten son nom). Le Curtius qui a parlé devant les chambres de commerce italo-alle­mandes serait probablement non Ernst-Robi, mais le Ministre du Reich10. […]

  • 11 L’opéra jazz Johnny spielt auf (1927) était l’œuvre du compositeur d’origine autrichienne Ernst Kre (...)
  • 12 La « Deutsche Volkspartei » (DVP), l’aile droite du libéralisme de la Weimarer Republik, proche des (...)
  • 13 Peter Martin Lampel (1894-1965), peintre et écrivain, officier et journaliste, avait fait scandale (...)

11Dimanche à midi j’ai déjeuné chez Viénot ; le soir, j’ai été à l’Opéra, voir l’opéra en jazz « Johnny spielt auf »11, qui est amusant, joliment monté. Mise en scène amusante : l’intérieur d’une gare … Amusant, rien de plus. Lundi j’ai travaillé à mon diplôme, qui reste un peu en panne en ce moment ; il faut que le travail pour la suite soit encore un peu préparé. Mardi, j’ai été chercher mes papiers (certificat de bachot etc.) à l’université, beaucoup de formalités ; j’ai rendu des livres à la Staatsbibliothek. J’ai déjeuné avec Ellen W[ohlgemuth] que je vois souvent en ce moment. Puis j’ai été chez Heinrich Mann, qui avait des épreuves de ses articles et conférences en français à corriger, et qui a très peur d’une dictature, qui lui paraît inévitable. La Volks­partei12 la veut, les socialistes n’ont rien là-contre, le gouvernement ne peut se constituer de façon solide, les industriels sont tout-puis­sants. Il ne voit pas l’avenir en beau, voit la censure faire des progrès : on a interdit au public une représentation de la nouvelle pièce de Lampel « Giftgas über Berlin »13. Il dit : je vais encore faire paraître ce livre, et puis ce sera fini. Les soucis semblent beaucoup l’accabler. Il paraîtrait qu’il a obligé Mimi au divorce en se procurant la preuve de ses infidélités à elle d’ailleurs. Mimi, dit-on ces temps-ci, tous les matins téléphonait une heure à ses amis, pleurait comme une Madeleine, le soir allait au bal et s’amusait fort.

  • 14 René Trintzius, après son séjour en 1928, avait écrit un roman dont l’action se situait en Allemagn (...)

12Une lettre de Choublier, qui annonce son arrivée pour vers le 10. Je suis bien content. Je me suis occupé d’avoir un catalogue de chez Wertheim. Pour bien faire il faudrait aller chercher tout ça à la Leipziger Messe. Mais je vais m’en occuper ces jours-ci, puisque c’est déjà bientôt que je rentre. Je suis donc décidé à ne pas aller en Russie ; je tâcherai à voir encore Dresde et Cologne au mois d’avril et de rentrer vers le 20. Je pourrais envoyer une petite caisse de livres et de documents. J’ai envoyé l’Eckermann à Gide. Je vois qu’à la NRF on annonce déjà « Deutschland » de Trintzius14. Je vais aussi poursuivre mes informations pour le Goethe. […]

*

Samedi 9 mars [1929]

  • 15 Helmuth Petriconi : Die spanische Literatur der Gegenwart seit 1870, Wiesbaden, Dioskuren Verlag, 1 (...)

13[…] Oui, on partira « iensemblo » pour les monts espagnols, et on jouera Don Quichotte, avec notre 7CV Rossinante. Je ne sais pas si c’est le dégel, mais je me sentirais tout à fait en train pour une expédition dans la Sierra. Et puis c’est intéressant, ce que tu dis d’une influence allemande ; justement on signale ici un livre d’un certain Petriconi sur la littérature espagnole depuis 187015, qui souligne cette influence. Cela peut être intéressant. […]

  • 16 Joseph Roth : « Der stumme Prophet », in : Die Neue Rundschau, 1929, no 3, p. 344-357 ; le texte in (...)

14Reçu aussi une lettre (recommandée) de Roth qui me dit qu’il est hanté par l’idée que la poste ne marche pas. Je me souviens en effet qu’il avait dit une fois quelque chose de cet ordre. Je n’ai lu qu’une partie de ce qu’il donne à la « Neue Rundschau » : « Der stumme Pro­phet »16, ça m’a l’air très bien. […] J’ai entendu avant-hier avec Viénot Wladimir Horowitz, un pianiste russe de 24 ans. Je n’ai jamais entendu jouer comme ça ; ce n’est plus de la virtuosité, c’est du naturel qui confine au génie. Il a joué du Bach dans le style simple, avec des sonorités étonnantes, du Liszt, du Chopin, dont l’« Etude » que j’avais commencée, du Tchaïkowsky et du Dohnanyi ; puis en « Zugabe » (comment est-ce que ça s’appelle ?) du Schubert. Etourdis­sant, et d’un sens, d’une qualité musicale splendide. Le grand em­ballement.

  • 17 Jürgen Fehling (1885-1968), metteur en scène et acteur, débuta en 1920 à la « Berliner Volksbühne » (...)
  • 18 Reinhold Lenz (1751-1792) publia la pièce Die Soldaten en 1776.
  • 19 Fehling avait monté Ernst Barlach depuis 1923. Ernst Barlach (1870-1938), sculp­teur, dessinateur e (...)

15Après, dîner chez Viénot avec Fehling, un régisseur, second de Jessner17, celui qui a monté « Woyzek » que nous avons vu ensem­ble. Nous avons discuté mordicus sur Piscator, dont il disait : « Malgré l’horreur que j’ai pour ce mot, à cause de cette horreur : Piscator ist ein ‘Boche’. » D’ailleurs un type vraiment sympathique et intelligent ; il n’est pas acteur lui-même ; il est de Lübeck, pas Juif ; j’ai eu plaisir à faire sa connaissance et à parler avec lui ; un brave type. M’a parlé très intelligemment de Büchner. M’a recommandé « Die Soldaten » de Lenz,18 dont évidemment Büchner s’est inspiré. Ça permet de replacer Büchner dans un mouvement ; par conséquent de lui donner toute sa valeur originale. Il m’a parlé avec enthou­siasme de Barlach19, disant d’ailleurs combien c’est spécial, et qu’il a fallu qu’il soit Allemand du Nord, et qu’il relise plusieurs fois les pièces de Barlach et les mette en scène, pour les comprendre et y trouver plaisir. (J’y pense, Lenz est un dada de Lichtenberger, ou plutôt un sujet de cours favori ; j’ai entendu un cours de Lichten­berger sur Goethe et Lenz, mais j’ai l’impression qu’il n’a rien com­pris — et cela vient de ce qu’il ne comprend pas grand-chose, au fond, à l’Allemagne).

16Je travaille assez régulièrement ; j’avance, peu, mais toujours ; je vais finir aujourd’hui ou demain le T.E. II, il ne restera plus que le « Empedokles auf dem Ätna », qui ira plus facilement à cause du contenu idéologique et des travaux d’approche. Comme d’autre part je tiens ma conclusion, vous voyez que ça ne va pas mal. […]

  • 20 Une décision d’Andrée Mayrisch sur le mariage avec Pierre Viénot.

17Hier soir, après être resté à la maison toute la journée, j’ai dîné avec Viénot et je l’ai mené au train ; il va passer le week-end à Luxembourg, dans l’espoir d’une décision20. J’ai écrit hier à Super­vielle ; que deviennent ses projets de voyage ? J’ai acheté hier un journal espagnol, « El Sol », je comprends déjà un peu — pas beau­coup, mais quelque peu. […]

[Vendredi] 15 mars [1929]

18Voici quatre jours que je ne vous ai pas écrit. On n’a guère le temps pour l’instant, et ça me fait si plaisir de recevoir votre lettre que je vous écris tout de même un petit mot.

19Je ne suis d’ailleurs pas très à mon aise pour écrire, faisant entre temps la conversation. D’ailleurs il n’y a pas grand-chose à dire.

20Nous sommes sortis, nous avons vu des musées épatants, l’exposition chinoise, nous avons vu Becker, qui a été gentil comme tout, nous avons été hier soir chez Viénot, où il y avait Benjamin, etc. J’ai discuté très vivement avec Brentano, qui est un pauvre type. Je vous raconterai ça. Nous allons dimanche soir à l’Opéra. Demain nous déjeunons chez Tutti, nous dînons avec Viénot. Je ne sais pas encore ce que nous allons faire aujourd’hui. Il est 1 heure, j’ai dû faire un travail pour Zimmermann. Je n’ai naturellement plus travaillé à mon diplôme depuis quelque temps. E[ugène] pense partir lundi, ça me fera encore quelque temps à travailler ici. Mais c’est bientôt que je rentre et je rentrerai pour mettre la dernière main à mon diplôme.

21Il fait un temps de dégel bien déplaisant, un temps mou, — je me porte très bien et je suis content, content de rentrer. Je vais com­mencer mes visites d’adieu.

22Il est impossible d’écrire : au revoir […] (Qu’E[ugène] ne parle pas allemand me paralyse tout à fait).

*

Lundi 18 mars 1929, 8 h 1/2

  • 21 Il s’agit d’Eugène Choublier ; cf. p. 104, note 68.

23Je ne vous écris cette fois encore qu’un mot. Eugène21 part en avion tout à l’heure ; il mettra ceci comme pneu en arrivant, et vous aurez la lettre ce soir.

24Les derniers jours avec Eugène ont été très bien. Nous avons vu avec guide spécial les ruines de Pergame et nous avons dîné avec Viénot ; hier, nous avons fait une ballade au Stolpchensee (Wannsee) et nous avons été le soir à l’Opéra, les Noces de Figaro ; c’est grandiose. […]

*

[Mardi] 19 mars 1929

  • 22 L’Inspection des finances représentant, comme le Conseil d’Etat, un des « Grands Corps » et la pers (...)

25Voici longtemps — au moins huit jours — que je ne vous ai pas écrit sérieusement. C’était vraiment très gênant qu’Eugène ne sache pas un mot d’allemand ; il était impossible de le quitter un instant. Je suis bien content qu’il soit venu, et il est vraiment très gentil. Nous nous entendons parfaitement, et nous avons pu parler à cœur ouvert. Il m’a beaucoup parlé de son père, et de ses inquiétudes. Il m’a parlé de son Conseil d’Etat. Nous en avons parlé avec Viénot, et je m’aper­cevais que, une fois l’agrégation et le service faits, je peux encore faire l’inspection des finances22 si l’Université me dégoûte. Il faudrait d’ailleurs qu’elle me dégoûte bien beaucoup parce que j’ai tout de même de ce côté-là quelques atouts en main.

  • 23 L’auteur parle ici probablement de Robert Aron et non de son camarade Normalien Raymond Aron (1905- (...)
  • 24 Le Ketzer von Soana est une nouvelle de Gerhart Hauptmann, parue en 1918 chez Samuel Fischer.

26Avec Eugène, nous sommes pas mal sortis. Naturellement, un soir cafés et boîtes de nuit. Cinéma : un mauvais film autrichien tiré d’une nouvelle de Schnitzler « Fräulein Else », et un bon film français « L’Argent », de Marcel l’Herbier, qui a des passages excellents. Nous avons aussi longuement rendu visite à l’Aquarium, qui est un des plus beaux du monde ; des centaines de poissons, qui donnent sur la Vie en général et les formes qu’elle peut prendre bien des idées ; quand on voit tout ce qui vit … Nous avons déjeuné chez Tutti avec Klaus et Erika Mann, qui vont venir à Paris. Ils ne sont tout de même pas désagréables. Aron23 n’est pas encore à Berlin. J’ai vu un manu­scrit de la traduction du « Ketzer von Soana »24 que j’ai « abge­lehnt » — absolument impossible. Ces traductions sont invraisem­blables ; naïvité ou quoi ? Efraïm Frisch est ici, sans sa femme. Saviez-vous qu’il — ou plutôt sa femme — aurait une fille qu’on ne voit jamais ? Je l’ai appris d’Ellen Wohlgemuth. Fritz Strich va comme « Ordinarius » à Berne ; on lui a fait toutes les misères possibles à Munich, on l’a brimé de la façon la plus insensée parce que Juif et d’idées avancées. Golo m’écrit que son opération s’est bien passée ; il me parle assez en détail de lui-même ; à l’occasion de son opération, son père lui a rendu visite : « eigens mit dem Auto hergekommen ; es entspann sich eine ganz brauchbare Unterhaltung ; ein denkwürdiges Erlebnis ». Dieckmann m’écrit qu’il va aller à Paris ; je lui dis d’aller vous voir ; soyez gentils pour lui, il le mérite et en est très recon­naissant.

  • 25 Cf. les informations sur Louis Massignon, p. 204, note 51 et 362 note 16.

27Avec Eugène, nous avons aussi rendu visite à Becker, qui est comme à son habitude tout à fait gentil. Massignon25, le mystique, est un ami de Becker et du père Choublier. Becker a l’air de devoir tenir le coup encore cette fois-ci, et le budget a été voté sans incident. Il nous a donné une recommandation pour aller voir le directeur des Musées et pour aller voir l’autel de Pergame, qu’on ne peut voir que très difficilement, parce qu’on est en train de le reconstruire dans un musée que l’on bâtit exprès. Un temple grandeur nature dans un musée ad hoc … et on se balade dans le temple. Il y a des choses épatantes — et l’effet sera assez grand. Il y a de la place …

28Dimanche soir, nous avons été à l’Opéra entendre les « Noces de Figaro » — une représentation épatante, très emballante ; l’ensemble magnifique, des voix d’une pureté merveilleuse, l’orchestre parfait, et en harmonie avec les voix, ne les étouffant pas, mais les étoffant, et Mozart est épatant. Enfin l’enthousiasme. Eugène me disait : c’est la première fois que je vois un opéra digne de ce nom. Ça nous a inspirés pour faire ensuite un bon dîner accompagné de deux bonnes bouteilles. Le lendemain Eugène est parti en avion ; j’ai essayé de le détourner, mais je n’ai pas trop insisté ; il est parti sur un avion allemand, un Junkers à trois moteurs qui est très bien, et si j’en juge par l’absence de nouvelles il est bien arrivé ; je l’ai accompagné à l’aérodrome ; Tempelhof est assez grandiose. C’est quelque chose de curieux que ce port sans quais, qui s’ouvre, non sur la mer, mais sur le ciel. Une plaine immense, rendue plus immense par la brume, et rien que le bâtiment de l’aérodrome — et le ciel. C’est très beau, de voir les avions, de les voir évoluer, de les voir de près, et d’entendre les moteurs. […]

  • 26 « Des choses à prendre … » pour le Dictionnaire allemand-français que Félix Bertaux préparait.

29Je collectionne des catalogues, où il y a en effet pas mal de choses à prendre26, et je vais me remettre à mon diplôme. Il est temps … […]

30Je vais commencer à faire mes visites d’adieu. Une de mes pre­mières sera pour Wassermann, Frau Marta m’ayant téléphoné ce matin pour me demander d’un ton un peu vif comment il se faisait que je n’aie pas donné signe de vie. Au fond, Berlin m’a assez vu, et j’ai envie, quoique ce soit la troisième génération, d’y montrer la couleur du fond de mon pantalon home-spun ; je pense aller à Dresde dans les premiers jours d’avril, mais je déciderai encore. Et je reviendrai vers le 15 par Cologne, la Ruhr, Luxembourg peut être, et je serais vers le 22 ou 23 à Paris, donc dans un mois

*

[Vendredi] 22 mars 1929

31[…] Le printemps est en retard de six semaines, mais il a l’air de vouloir se rattraper.

32Je me suis remis au travail, et ce n’est pas facile ; il n’y a pas le moindre doute, la folie se fait déjà sentir dans le dernier fragment d’« Empédocle », et ce ne serait pas Hölderlin … D’ailleurs il y a des passages très beaux. Mais c’est fou tout de même ; Hölderlin y in­vente une révolution, un héros révolutionnaire qui est un artiste et un apôtre en même temps qu’un philosophe, qui est Rousseau et Platon en même temps que lui-même. Voici d’ailleurs comment il en arrive là : dans l’avant-dernier fragment, Empédocle dit : Wirken soll der Mensch … etc. Hölderlin reconnaît comment les hommes en général peuvent satisfaire à leur destinée en obéissant au Bildungstrieb. Il y a 12 beaux vers sur ce sujet, puis plus rien ; le manuscrit s’interrompt. Or ce qui devait suivre, c’est évidemment ceci : sans doute, c’est le sort commun, mais moi il ne me satisfait pas. Et Hölderlin n’arrive pas à se justifier cette insatisfaction (plus ou moins le complexe d’in­fériorité). Il arrête le travail, et le reprend plus tard sur ce thème : j’ai le droit d’avoir un destin unique, j’ai une mission (messianisme), et cette mission, c’est de faire la révolution, de détruire l’ancien monde (tendance apocalyptique). C’est le sujet du dernier fragment. Mais de se dire qu’il a une mission suprême n’est qu’un effort insensé pour s’affirmer à lui-même sa raison d’être. En somme, été trop faible pour supporter d’être un homme parmi les autres : fuite 1) dans la poésie, 2) dans la philosophie et le mysticisme révolutionnaire, 3) dans la maladie mentale. Mais le texte est enragé à débrouiller et à utiliser. Quand on y arrive, c’est amusant. J’espère finir la première rédaction de mon diplôme ici, quoique ce ne soit pas très facile ni très agréable en ce moment de travailler ici — et que je n’aie pas l’intention de rester bien longtemps. Il est possible que je quitte ma chambre dès le 1er, si Frl. Fränkel a un locataire, ce que je ne crois pas. En tout cas j’irai faire un tour à Dresde, peut-être pour Pâques, samedi, diman­che, lundi p.ex.

  • 27 Il est probablement question ici des articles de Jean-Richard Bloch sur l’Allemagne dans Europe.
  • 28 C’est le sujet qui sera au centre du livre de Pierre Viénot : Incertitudes allemandes. La crise de (...)

33Vous avez dû voir Eugène jeudi dernier ; vous a-t-il parlé de Berlin ? Peut être n’a-t-il pas pu venir à cause de je ne sais pas quelle cérémonie … Je n’ai pas encore lu le nouveau Bloch27, es hat noch Zeit. Deux fois j’ai été chez Viénot cette semaine ; deux longues séances pour l’aider à traduire une conférence qu’il va faire en allemand demain à Iéna. Il y a dedans des choses très bien, sur le facteur psychologique des relations internationales28. Il me raconte des histoires de presse, et il y en a de bien curieuses. C’est assez inextricable, ces mélanges de naïveté, de mauvaise foi, de ruse et d’inconscience. […]

34Dieckmann est à Paris. Je lui écris d’aller vous voir. Soyez gentils pour lui.

35[…] J’ai fait mon cours mercredi dernier (un seul cours de vacances) et c’est amusant comme tout ; un étudiant gentil, à qui j’ai expliqué que les Français n’étaient pas tous mondains ni classiques. […]

*

Dimanche 24 mars [1929]

36[…] Je n’ai pas quitté la chambre de toute la journée, pour tra­vailler et préparer mon travail de demain. J’en suis à la page 96 ; j’avance, mais en ce moment ça devient un peu barbant. Enfin, il y a encore une tâche amusante. C’est d’essayer de rendre compréhensible les essais de Hölderlin ou du moins de traduire ce que j’en com­prends. Il n’y en a plus pour très longtemps.

37Et c’est bientôt que je reviens. Eigentlich j’ai plutôt envie de rentrer chez nous que de toute autre chose. Mais ce n’est pas encore une raison suffisante pour rentrer. […]

38Hier, Wassermann, qui est ici pour quelque temps, und Frau. Pas bien intelligents tous les deux, mais elle passe les limites. J’ai été assez « scharf » dans la critique de son goût en matière littéraire, ce qui a fait dire à Jakob qu’il me trouvait très intelligent. Et pourtant je n’allais pas dans son sens à lui. C’est un brave type, un peu épaté de se voir réussir comme ça, mais persuadé que les gens ont raison de trouver sa littérature bonne, par conséquent profonde.

39Je devais aller voir Tutti, mais elle est très enrhumée, depuis plus de huit jours. […]

40Kracauer m’écrit qu’il sera à Paris vendredi. […]

*

Lundi [25 mars 1929] matin

41[…] Pour ce qui est de la fille de Martin du Gard, je peux écrire directement à Mme Strich, qui la recevra volontiers, si elle est là, ce qui n’est pas sûr. Quant à Fritz Strich (le beau-frère) il s’en va à Berne, bien content. Efraïm Frisch est ici ; je pourrai lui en parler. Quant à mon bibliothécaire, ce garçon très gentil (il a bien 35 ans, d’ailleurs, ou près de 40, mais très naïf et gentil), il m’a demandé de lui signaler si des Français viendraient à Munich pour qui il pourrait faire quelque chose. Golo même serait peut-être encore là.

  • 29 Rudolf Kassner (1873-1959), essayiste et philosophe, ami de Hugo von Hof­mannsthal, venait de publi (...)

42Quant à Paulhan et Rudolf Kassner29, c’est déjà dans « Com­merce » qu’a paru quelque chose de lui. On en reparlera quand il sera revenu de Port-Cros. […]

*

[Vendredi 29 mars 1929]

43[…] Il y a des moments où on est un peu meschugge ; mais es ist ganz piepe. Attendez voir, j’apprends l’argot berlinois. Savez-vous ce que c’est que Nepp ?

44Je me mets au dictionnaire aussi, et j’ai relevé 35 à 40 expressions concernant le téléphone. Il y aura un tri à faire. Je vous envoie aussi (une autre fois) des photos faites pendant le séjour d’Eugène et au moment de son départ. […]

  • 30 A propos de Werner Ziegenfuß cf. p. 292, note 55.

45Je suis bien installé, j’ai moins froid, il fait même bon maintenant ; j’ai lu du Ziegenfuß30, et du Hellingrath sur Hölderlin. C’est bien difficile de trouver un point de vue à la fois sensé et intéressant sur Hölderlin ; d’autant plus difficile qu’on sent que c’est possible et nécessaire, qu’on ne voudrait pas manquer …

  • 31 Félix Bertaux avait rendu compte du nouveau roman de Heinrich Mann (Eugénie, 1928) dans la Nouvelle (...)

46Hier, j’ai revu Heinrich Mann, qui m’a dit que vous lui aviez écrit.31 M’a emmené à Wannsee, où l’attendait Trude Hesterberg et une jeune Hongroise. J’ai donc eu l’honneur d’être présenté à Trude Hesterberg, affectation de popularité, familiarité, pas antipathique je dois dire, habile ; brave fille au fond, mais 1) gâtée sur les photos par un désir d’être belle (ce qu’elle n’est pas, mais ce n’est pas moi qui le lui reprocherai), 2) assez habile pour flatter Heinrich Mann en lui rappelant ses succès, etc. Au reste amusante, parlant l’argot et racon­tant des histoires de façon très drôle. Et Heinrich est heureux ! … Il a, dit-il, de bonnes nouvelles de Goschi. Nous avons pris le café à Wannsee, au Haus am See, style Réservoirs ; grand chic. Amusant. Hin- und Rückfahrt sur la route pour autos : Avus, pas fameuse. […]

47J’ai pris rendez-vous avec Becker ; je déjeune chez lui mercredi prochain. J’ai essayé de joindre Ziegenfuß. Je prépare le départ.

48Je sors de temps en temps avec Ellen Wohlgemuth, dont le père est médecin à Berlin ; ne vous l’avais-je pas dit ? […]

  • 32 Cf. Werner Ziegenfuß : Die phänomenologische Ästhetik, Berlin, A. Collignon, 1928.
  • 33 Il s’agit vraisemblablement de Walter Strich : Der irrationale Mensch. Studien zur Systematik der G (...)
  • 34 Hans Leisegang : Denkformen, Berlin, W. de Gruyter, 1928
  • 35 Norbert von Hellingrath : Hölderlin. Zwei Vorträge, München, Hugo Brinckmann, 1921

49J’ai pas mal de choses à « erledigen » ; un petit travail pour Zim­mermann, fait ; la dissertation de Ziegenfuß à lire d’ici demain ; déjà lue en partie, 150 pages d’une écriture philosophique serrée32. Mais intéressant, il fait le point sur le problème de l’esthétique phénomé­nologique et je voudrais le voir, je ne voudrais pas le revoir sans avoir lu « son œuvre ». C’est quelqu’un de bien, j’en suis persuadé. Je vou­drais lire un essai de Walter Strich sur « Wesen und Bedeutung der Geistesgeschichte »33, qui touche en somme au problème général de mon diplôme: quand on est en présence de quelqu’un comme Hölderlin, comment l’aborder, et qu’est-ce qu’il est intéressant d’en dire ? Je vais aussi parcourir les « Denkformen » de Leisegang34 avant d’aller voir Wechssler qui en est begeistert, ja, begeistert. Je vais essayer de finir mon diplôme, qui est bien avancé déjà, et voudrais lire les essais de Hellingrath35.

50Je voudrais « überhaupt » lire beaucoup. J’ai comme ça un senti­ment, je ne veux pas dire de vide, mais d’ignorance et besoin de tra­vailler à quelque chose, mais à quelque chose qui est quelque chose. Evidemment, la vie n’est actuellement pas facile, et il faut, que les conditions matérielles soient prospères ou contraires, un certain cou­rage. Dans le premier cas peut-être plus grand encore pour aller dans un sens — et cela sans aveuglement.

51La table est rase, les possibilités sont grandes et vont dans toutes les directions ; tout ce qui est fait montre tout ce qui est à faire ; le choix menace parfois d’entamer déjà le courage qu’il faudrait avoir intact afin d’aller le plus loin possible dans la direction que l’on choisit. Je pense beaucoup, en écrivant ceci, à Viénot, qui m’envoie un mot ; il reviendra à Berlin le 10, il est au Lac de Constance. Evi­demment, l’argent, la puissance, l’organisation, la valeur personnelle, la tranquillité, la réflexion, les choses et leur image …

52Quatsch. Je vais aller dîner, me coucher, garder mes réflexions pour moi ; c’est trop long à dire ; on se retrouve bientôt. […]

*

[Jeudi] 4 avril 1929

53[…] Je suis rentré hier soir de Dresde. […] J’ai vu, je crois, l’essen­tiel ; le Musée, le Zwinger, la Lichterchaussée, Frl. Brunnemann, qui a été très gentille, qui a parlé des heures inoubliables d’autrefois, qui m’a invité à revenir, et à habiter chez elle si son neveu est absent, qui étudie en ce moment à Fribourg. […]

54J’ai trouvé pour 4 Mark une chambre épatante au Savignyplatz (Pension Savignyplatz, Berlin W, Kantstraße 146 III) ; écrivez-moi donc là ; je pense m’y installer, et ma chambre, grande, comfortable, me donne envie d’y travailler […]

55Je vais organiser mon temps d’ici le retour, organiser le travail et les visites, qui serviront à la fois d’adieu et d’entretien. […]

*

[Mercredi], 10 avril [1929]

56[…] Donc Viénot est rentré hier ; je l’ai vu, parlé avec lui. J’ai promis le secret le plus absolu. Vous comprenez … et vous demande la même chose. Le premier résultat est d’ailleurs que je n’irai pas à Luxembourg. Viénot lui-même me demandant de ne pas y aller. Ça se retrouvera. Nous avons pas mal « gequatscht » ; mais c’est demain que nous aurons toute la soirée. Il va mieux, je crois, mais je le trouve un peu vieilli par ces derniers mois qu’il dit avoir été très durs pour lui. Je vous raconterai … ; je ne crois pas qu’il reste très longtemps ici.

57Aujourd’hui déjeuner chez Becker. Pendant que j’y pense m’a demandé si on trouverait une famille française qui prendrait son fils 5 semaines cet été, au mois de juillet — darauf hindeutend si nous ne pourrions le prendre comme paying guest — good paying guest. Je lui ai dit très franchement ce qui rendait cela très difficile, et nos projets, n’est-ce pas ? D’ailleurs Becker a été très chic. Je lui avais dit que je partais, il a décommandé ses invités (des gens de son ministère) pour que nous déjeunions ensemble et que nous causions ; ce que nous avons fait. Beaucoup bavardé avec lui, toujours de cette façon amusante et difficile ; il est malin, le vieux — on ne la lui fait pas, et à moi pas trop non plus. C’est drôle de jouer au plus fin. Mais il est très gentil. Il a l’air de tenir le coup ; la Grande Coalition a du mal de se former ; et même si elle se forme dans le Reich, elle reste improbable en Prusse ; et sa position est forte, malgré les attaques violentes dont il est l’objet. — Vous ne voyez pas de famille pour son fils ?

  • 36 A la galerie d’art d’Alfred Flechtheim à Berlin.

58J’avais été, entre mon cours et Becker, à une exposition Derain chez Flechtheim.36 Ça fait plaisir, de voir un type qui est quelqu’un, qui n’est pas génial, qui aime à être peintre, quoi — qui n’a pas à nous faire part d’un message mystique, et qui n’est pas fou. J’ai eu vraiment du plaisir.

  • 37 Gabriel Marcel (1889-1973), philosophe et auteur dramatique, se convertit au catholicisme en 1929 ; (...)

59A propos, Viénot m’a annoncé hier la conversion de Gabriel Marcel ; sur quoi j’ai dit : ah ! ce Du Bos ! — et il m’a dit : oui.37

60Dubos ou du Bos ou Dubos ou dubos n’est donc plus réduit à vendre ses exemplaires de Gide pour vivre à l’hôtel du Réservoir ? J’avais entendu dire que c’est un faux pauvre, un faux mal­heureux …

61Jean Schlumberger est retour de Ténériffe, ce paradis, qui manque un peu de serpents.

62Voilà, je voulais envoyer ma lettre hier, et je n’y suis pas arrivé. J’ai téléphoné à Wechssler, qui n’est pas encore rentré de vacances ; j’ai téléphoné à Ziegenfuß, à Frisch — la grande liquidation. Je pense que je rentrerai vers le 21 ou 22, parti le 19 de Berlin ; je ne prévois d’arrêt qu’un et court, à Cologne. […]

  • 38 Antonina Vallentin (cf. p. 85, note 18) épousa le directeur de l’« Institut international de Coopér (...)
  • 39 Hermann Kesten : Ein ausschweifender Mensch. Das Leben eines Tölpels, Berlin, Kiepenheuer, 1929.

63J’ai rencontré Hesnard à l’exposition Derain. Il faudra que j’aille lui dire au revoir. Je vous ai déjà dit que Frau Vallentin épouse Luchaire ?38 […] Hermann Kesten m’a envoyé « Ein ausschweifender Mensch »39, son dernier livre que je ne trouve pas bon. […]

*

[Samedi 13 et dimanche 14 avril 1929]

  • 40 Walter Strich, le jeune philosophe dont il avait fait la connaissance à Munich.
  • 41 Cf. les indications biographiques p. 272, note 2.

64[…] J’avais sommeil, ayant gebummelt tard avec Walter Strich40, rencontré hier soir chez Wohlgemuth où je dînais. A ce dîner était donc Walter Strich, avec qui j’ai beaucoup parlé et de façon très intéressante de la méthode qu’on peut employer dans ce domaine qu’est la Geisteswissenschaft, et où il faut se garder des extrêmes, le travail dit scientifique, et la critique d’esthète amateur. Il disait quelque chose de très juste sur la façon dont la méthode actuelle (sorbonnarde p.ex.) répond à une façon de penser et de vivre bour­geoise. Historisme, réduction à néant de l’élément personnel et per­turbateur, etc. Il y avait aussi Fritz Strich41. Ce sont des gens sympathiques, intelligents et gentils. Mais Walter Strich reste ici jusqu’à la fin du mois de mai peut-être, et sa femme, Martha, ne sera probablement pas à Munich avant la même date, étant en ce moment avec sa mère à Lugano. Donc pas d’intérêt pour la fille de Martin du Gard.

  • 42 Il n’y aura pas d’autres éditions à peu près complètes à l’occasion du centenaire de la mort de Goe (...)

65Je me suis occupé hier des éditions de Goethe, il n’y a pas grand chose de bien. L’Insel-Ausgabe, en Dünndruck — comme le « Faust » — 17 vol., toile 150, cuir 275 ; ça me paraît peu intéressant ; ça ne répond pas à la manière de Goethe. Propyläen-Ausgabe, grand format, très vilains caractères, 52 vol. dont 40 parus, toile 480 Mark. Reclam, mauvaise impression, 18 vol. 86 Mark. La vraie, c’est la grande édition de Weimar, la Jubiläumsausgabe. Mais c’est épuisé, et quand ça se trouve, ça doit valoir des prix fous. Ne pensez-vous pas qu’en 1931, pour le centenaire, il y aura des éditions convenables ?42 Il vaut peut-être mieux attendre.

66Maintenant je me suis aussi informé pour les dictionnaires. Il paraîtrait qu’il y aurait pour ce qui concerne les communications élec­triques à distance un très bon dictionnaire, cher (40 Marks) de Sattelberg. Maintenant il y a la série des dictionnaires Schlomann Oldenbourg en 16 vol. avec spécialement le n° 1 : « Maschinen­elemente » (6 Marks 50) et le n° 10 « Motorfahrzeuge » (auto, avion, etc.) (17,50 Marks). Le meilleur m’a paru être R. Schmidt « Vier­sprachiges autotechnisches Wörterbuch », édition de 1928 : fran­çais — allemand — anglais — italien, 5 Marks. Il m’a paru très bien, et j’avais envie de le prendre tout de suite. Dites-moi ce que je dois faire. Enfin le « Duden » éd. 1926 m’a paru être le plus à jour, quoique la nomenclature moderne y manque. Mais je ne sais pas où la trouver. Je regarderai s’il y a un petit « Brockhaus » récent. On est en train de sortir le « Große Brockhaus » en 20 vol. — Je pourrais ramener des revues techniques, si vous voulez.

  • 43 François Mauriac : Dieu et Mammon, Paris, Editions Le Capitole, 1929.

67Voilà. Et dans 8 jours, je pense que je serai peut-être à la maison. Ich freue mich darauf. Et on va bien travailler. En ce moment ich komme wenig dazu. L’autre jour, grande soirée avec Viénot, et discussion sur le « Dieu et Mammon » de Mauriac43, que Viénot trouve très bien. Moi aussi, ce que j’en connais, et rien ne montre mieux l’abîme qui nous sépare. Je suis content de rentrer, de trouver un peu de repos, et de tirer tout au clair. Je ne sais pas encore par quelles voies je rentrerai.

68[…] Rien de nouveau, sinon que, hier dimanche, je n’avais pas de timbres pour vous envoyer ma lettre ; alors j’ajoute un mot.

69Samedi, thé chez Viénot, soirée chez Ruhm, parent d’Ellen Wohlgemuth, avocat, très gentil, avec Fritz Strich.

70Hier, été avec Heinrich Mann à une représentation de la « Lustige Witwe » — avec Trude Hesterberg. Vraiment touchant et bête d’adoration. D’ailleurs Trude Hesterberg pas sans talent ; voix, jambes, caractère assez plaisants ; de l’allant, de la vie. Un repos, après les langueurs de Tante Mimi. Mais …

71Ce matin, j’ai été dire au revoir à Tutti, qui m’a chargé de trans­mettre à des parents, qui sont l’idéal des parents, toutes ses amitiés. Quelqu’un, elle ne sait plus qui, lui a parlé en termes extrêmement sympathiques de maman.

72Hier après-midi. Tout ça pêle-mêle. Avec Viénot chez Frau Sachs, une Viennoise extrêmement laide, intelligente, soucieuse malgré sa figure et sa bosse de garder sa Weiblichkeit. Un intérieur charmant, belle villa à Steglitz ; avec des quantités de meubles ; armoires style jésuite, pas trop de bibelots, du goût. Il faut que je pense à cette civili­sation viennoise ; soit Nestroy et Raimund, soit Lenz et Büchner ; époque 1840, qui reviendra sur l’eau.

73Je vais voir Walter Benjamin ; j’aurais encore à revoir Viénot, Becker, Wechssler, Gamillscheg, etc., etc.

74Je partirai vendredi soir, passerai le samedi à Cologne et serai sans doute dimanche (matin ou soir) à Paris. […]

Notes

1 Les Gespräche mit Goethe in den letzten Jahren seines Lebens (1823-1832) de Johann Peter Eckermann, publié en 1837 et 1848.

2 Carl Gustav Carus (1789-1869) publia en 1843 : Goethe. Zu dessen näherem Verständ­nis.

3 Max Kommerell (1902-1944), ami de Stefan George et germaniste, avait publié en automne 1928 : Der Dichter als Führer in der deutschen Klassik, Berlin, Bondi, 1928.

4 Sur l’écrivain et publiciste Wilhelm Emanuel Süskind cf. p. 132, note 42.

5 Erika Mann.

6 A la fin des années 1920, le directeur de l’hebdomadaire satirique Simplicissimus, fondé en 1896, s’appelait Peter Scher.

7 Wilhelm Speyer (1887-1952), écrivain publiant depuis 1907 des romans et des drames ; après son livre à succès Kampf der Tertia (1927), il fit paraître en 1929 la nouvelle Sonderlinge. En 1933, exil aux Pays-Bas, en 1936 en France, en 1940 aux Etats-Unis.

8 Compte rendu de Dix-huitième année de Jean Prévost par Félix Bertaux, dans : Nouvelle Revue Française, 1929, p. 269-272.

9 Roman que Hermann Kesten avait publié en 1928.

10 Julius Curtius, notaire et homme politique fut de 1926 à 1929 ministre de l’Eco­nomie et de 1929 à 1931 ministre des Affaires étrangères. Il n’était pas parent d’Ernst Robert Curtius.

11 L’opéra jazz Johnny spielt auf (1927) était l’œuvre du compositeur d’origine autrichienne Ernst Krenek (1900-1991) ; cette composition devint un succès mon­dial et fut souvent comparée à la Dreigroschenoper de Kurt Weill.

12 La « Deutsche Volkspartei » (DVP), l’aile droite du libéralisme de la Weimarer Republik, proche des intérêts de l’industrie.

13 Peter Martin Lampel (1894-1965), peintre et écrivain, officier et journaliste, avait fait scandale avec ses drames Revolte im Erziehungshaus (1927) et Giftgas über Berlin (1929).

14 René Trintzius, après son séjour en 1928, avait écrit un roman dont l’action se situait en Allemagne ; Trintzius était émerveillé par la modernité de ce pays et notamment par l’émancipation des femmes. Cf. René Trintzius : Deutschland. Roman, Paris, Gallimard, 1929 ; réédition : Paris, Phébus, 1995.

15 Helmuth Petriconi : Die spanische Literatur der Gegenwart seit 1870, Wiesbaden, Dioskuren Verlag, 1926.

16 Joseph Roth : « Der stumme Prophet », in : Die Neue Rundschau, 1929, no 3, p. 344-357 ; le texte intégral a été publié seulement en 1956.

17 Jürgen Fehling (1885-1968), metteur en scène et acteur, débuta en 1920 à la « Berliner Volksbühne » ; puis il fut collaborateur de Leopold Jessner au « Berliner Staatliches Schauspielhaus ».

18 Reinhold Lenz (1751-1792) publia la pièce Die Soldaten en 1776.

19 Fehling avait monté Ernst Barlach depuis 1923. Ernst Barlach (1870-1938), sculp­teur, dessinateur et écrivain ; il était l’auteur e.a. des drames: Der arme Vetter (1918), Die Sündflut (1924), Der blaue Boll (1926).

20 Une décision d’Andrée Mayrisch sur le mariage avec Pierre Viénot.

21 Il s’agit d’Eugène Choublier ; cf. p. 104, note 68.

22 L’Inspection des finances représentant, comme le Conseil d’Etat, un des « Grands Corps » et la perspective d’une grande carrière.

23 L’auteur parle ici probablement de Robert Aron et non de son camarade Normalien Raymond Aron (1905-1983), qui passera deux ans (1930-1931) à Cologne avant de venir, à son tour, à Berlin en 1932.

24 Le Ketzer von Soana est une nouvelle de Gerhart Hauptmann, parue en 1918 chez Samuel Fischer.

25 Cf. les informations sur Louis Massignon, p. 204, note 51 et 362 note 16.

26 « Des choses à prendre … » pour le Dictionnaire allemand-français que Félix Bertaux préparait.

27 Il est probablement question ici des articles de Jean-Richard Bloch sur l’Allemagne dans Europe.

28 C’est le sujet qui sera au centre du livre de Pierre Viénot : Incertitudes allemandes. La crise de la civilisation bourgeoise en Allemagne, Paris, Librairie Valois, 1931.

29 Rudolf Kassner (1873-1959), essayiste et philosophe, ami de Hugo von Hof­mannsthal, venait de publier Mythen der Seele (1927) et Narziss (1929).

30 A propos de Werner Ziegenfuß cf. p. 292, note 55.

31 Félix Bertaux avait rendu compte du nouveau roman de Heinrich Mann (Eugénie, 1928) dans la Nouvelle Revue Française, 1929, p. 409-415 : « Lectures allemandes ».

32 Cf. Werner Ziegenfuß : Die phänomenologische Ästhetik, Berlin, A. Collignon, 1928.

33 Il s’agit vraisemblablement de Walter Strich : Der irrationale Mensch. Studien zur Systematik der Geschichte, Berlin, Verlag L. Schneider, 1928.

34 Hans Leisegang : Denkformen, Berlin, W. de Gruyter, 1928

35 Norbert von Hellingrath : Hölderlin. Zwei Vorträge, München, Hugo Brinckmann, 1921

36 A la galerie d’art d’Alfred Flechtheim à Berlin.

37 Gabriel Marcel (1889-1973), philosophe et auteur dramatique, se convertit au catholicisme en 1929 ; l’auteur fait allusion ici au rôle présumé de Charles Du Bos dans cette évolution spirituelle de Gabriel Marcel.

38 Antonina Vallentin (cf. p. 85, note 18) épousa le directeur de l’« Institut international de Coopération intellectuelle », Julien Luchaire.

39 Hermann Kesten : Ein ausschweifender Mensch. Das Leben eines Tölpels, Berlin, Kiepenheuer, 1929.

40 Walter Strich, le jeune philosophe dont il avait fait la connaissance à Munich.

41 Cf. les indications biographiques p. 272, note 2.

42 Il n’y aura pas d’autres éditions à peu près complètes à l’occasion du centenaire de la mort de Goethe en 1932.

43 François Mauriac : Dieu et Mammon, Paris, Editions Le Capitole, 1929.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site