Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un normalien à Berlin

 | 
Pierre Bertaux

Première partie : Octobre-décembre 1927 La conquête de Berlin

Chapitre 2 — Novembre 1927

De salles de cours en salons

Texte intégral

« … ça m’amuse de tâcher de faire mon chemin
dans cette forêt, de m’y faire ma place »
(lettre du 21 novembre 1927)

*

  • 1 Pour le texte original en allemand, cf. ci-dessous, p. 393.

Mercredi 2 novembre 1927, 11 h1

1Je n’écris que quelques lignes étant donné que je dois encore appeler Hesnard (dans le dictionnaire il y a : anrufen (téléphoner) appeler quelqu’un mais il faudrait aussi y faire figurer : jemanden anrufen — téléphoner à qn). Ce matin, j’étais assis devant mon téléphone comme un général avant la bataille et je faisais mon «Plan de Campagne ». Peu à peu, ça finit par se tasser : j’arrive déjà à travailler un peu (sur Crémieux). Mais il me manque presque tout. Je pourrais trouver la N.R.F chez Wechssler, mais je n’aime pas le lui demander. Ce sera sans doute plus facile aux éditions Fischer.

  • 2 Alexander Granach (1890-1949), acteur berlinois spécialisé dans l’interprétation des pièces de théâ (...)

2Je n’ai aucune nouvelle de la N.R.F ni des Nouvelles littéraires. Je ne sais pas du tout ce qui se passe en France. La presse ne parle que de cette action de Mussolini à Tanger, du Congrès des radicaux, de la montée du Cartel des gauches (le Berliner Tageblatt semble être très « francophile » et saisit toutes les occasions où l’on parle de l’Allemagne en France !). Hier, tandis que je déjeunais chez Hahnen, j’ai vu Wilhelm Herzog. Puis sont arrivés Heinrich Mann et Granach2, qui joue le rôle principal dans Hoppla ! Granach est sympathique — pour un acteur. On remarque à peine qu’il est acteur. C’est en fait un Juif, originaire de Cracovie peut-être. Wilhelm Herzog semble être quelqu’un d’assez fin.

3Le 7 aura lieu à l’ambassade soviétique une fête où on pourra voir le « tout Berlin ». Je pourrais certainement obtenir une invitation — mais le smoking est obligatoire —et enfin il n’est pas indispensable que j’y aille.

  • 3 La « Volksbühne » était une association, issue du mouvement ouvrier en 1890, qui cherchait à facili (...)

4Je raconte tout en vrac : Heinrich Mann est revenu d’une séance de répétition de Raspoutine, la dernière pièce de Piscator (d’Alexandre Tolstoï en fait). Le théâtre du Nollendorf-Platz n’est que provisoirement le théâtre de Piscator. On lui reproche que les prix des places sont inabordables pour des ouvriers ; mais sur les 1000 places, 300 sont réservées chaque fois à la « Volksbühne »3 et 50 à des chômeurs. […]

5Hier, traduit pour Zimmermann un rapport de la « Confédération Internationale des Etudiants » avec Fräulein Masson, qui a une existence étrange : ses grands-parents, Lyonnais, y sont encore. Son père échappé du couvent, se fait Brésilien, épouse là-bas la fille d’un patricien de Hambourg. Fräulein Masson elle-même, réclamée à sa naissance par les grands-parents qui veulent la mettre au couvent — comme Brésilienne internée pendant la guerre en Allemagne, doit aller au Danemark ! ! ! Le public des Levantins de la Humboldt [-Stiftung] n’est pas sympathique ; d’ailleurs on vole beaucoup ; tout disparaît, jusqu’aux machines à écrire qu’il faut enchaîner !

  • 4 Il s’agit de Klaus et Erika Mann qui ont fait ensemble un voyage autour du monde dont le récit a ét (...)
  • 5 Kurt Göpel succéda à Walter Zimmermann au secrétariat de la Alexander-von-Humboldt-Stiftung en 1928

6Curieuses existences, celle de Fräulein Masson, celle de Granach, celle du vieux Samuel Fischer, qui, à 18 ans illettré, quittait son pate­lin des « Carpathes » ! Klaus et Erika en U.S.A. (Hollywood) et le père qui fait un article.4 Le « beau monde » qui se donne rendez-vous à l’ambassade des Soviets, qui — Fräulein Masson le dit — ressemble à une étable à cochons. Les grands gestes des Polizisten quand il ne passe pas d’autos, et leur emm… — dès que deux autos doivent se croiser, ce qui ne peut se passer sans leur intervention. Un Gamillscheg que je vous ai dit assez réfrigérant. Steinbömer que je « anrufe » (J’ai laissé mon Baedeker chez lui) tout à fait charmant. Göpel, sur certains points d’idées très avancées, écrit une petite sottise sur « Hoppla ! » bêtement réactionnaire, dans les « Deutsche Stimmen ».5 Au fond, tout ça vaut le jus, si vous m’écrivez de temps en temps […]

*

  • 6 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 394.

[Mercredi] 2 novembre, 8 h [du soir]6

7[…] Je suis quand même allé chercher ce matin le Baedeker que j’avais oublié chez Steinbömer, puis j’ai déjeuné à la Fondation Humboldt ; à 3 heures et demie je suis allé chez Hesnard, puis je me suis fait enregistrer au consulat, j’ai parlé ensuite un peu avec le consul — et je suis rentré à la maison.

8Hesnard : je préfère ne rien en dire, de même que du consul Binet. Ai­mable cependant : « J’ai moi-même quelques relations avec l’université » … pompier-pompier. Tout ce qu’il y a, c’est une lettre pour Remme, l’un des bras droits de Becker, signée Prof. Dr. Hesnard. Puis au consulat : ces Pseudo-Français. Des Suisses ou quelque chose comme ça. Le consul, un sot qui parle à peine allemand, ne connaît rien de la vie d’ici … Une impression pitoyable, qui contribue à m’accabler …

*

  • 7 Pour le texte original en allemand, cf. ci-dessous, p. 395.

[Jeudi] 3 novembre 1927 (8 h du matin)7

  • 8 Quelques jours après l’assassinat de Walther Rathenau (le 24 juin 1922) Harden fut la victime d’un (...)

9J’ai peut-être été un peu méchant hier avec Hesnard et avec les autres. Et pourtant, quand on songe au rôle qu’ils jouent, ou qu’ils pourraient jouer. Hesnard disait dans son style très très pompier : « S’il y a une généralisation que j’ose avancer, c’est celle-ci : le peuple allemand n’a pas de nerfs ». Peut-être y a-t-il quelque vérité là-dedans, mais ils sont excités d’une bien étrange façon : par exemple, la manière dont beaucoup ont réagi pour ou contre le Hoppla ! Ou bien encore la manière dont ils pensent de façon permanente à la révolution, aux attentats politiques. Avant-hier, nous sommes allés avec Madame Bermann nous promener à Grunewald, elle m’a montré la maison de Rathenau et m’a raconté comment ça s’était passé et la façon dont elle l’avait vécu. A midi, j’étais avec Heinrich Mann, Granach et Wilhelm Herzog qui parlèrent de l’attentat contre Harden8 etc.

*

  • 9 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 395.

Vendredi 4 novembre 19279

  • 10 Célestin Bouglé (1870-1940), professeur de sociologie, fondateur du « Centre de do­cumentation soci (...)
  • 11 Heinrich Mann : « Zwischen Ost und West. Das Land der Mitte », in : Berliner Tage­blatt du 27 octob (...)

10[…] Hier — c’était jeudi — je suis allé déjeuner à la Humboldt, puis je suis allé avec Denoyer (Sciences Po) au Café Wien. Très agréable de s’y reposer, de lire les journaux, les Nachrichten de Munich ou celles de Dresde — et également quelques journaux français : L’Humanité et Le Temps avec un article d’Hippolyte Parigot(lo) sur l’Ecole Normale !!!! Povre Eco-le ! Povre Eco-le ! Mais ne dit pas grand chose au sujet de Vessiot et de Bouglé. Donc : Vessiot directeur, Bouglé10 directeur adjoint, si j’ai bien compris ! Puis je suis allé à la « Maison du Livre ». Changement à vue : Crémieux a l’intention de faire deux conférences à la Maison du Livre ; il ne sera donc pas nécessaire de faire, en plus, une conférence sur lui. Je ferai cependant la conférence, mais devant des lycéens plus avancés : 17-20 ans. A vrai dire, je préfère de loin 1) parce que je préfère ce public aux vieilles dames et aux Pollaks, 2) parce que ce sera beaucoup plus facile. […] Ensuite je suis allé voir Madame Rosenthal, sympathique crapaud avec un jeune garçon pâle […]. D’un très bon naturel, son thé est bon ; elle m’a donné un essai de Heinrich Mann dans le Berliner Tageblatt11 sur l’Allemagne (entre l’Est et l’Ouest) qui est très bon et que je devrais envoyer tout de suite à Tonnelat. Elle voudrait que Tonnelat fasse une conférence au séminaire de romanis­tique. Mais 1) je préfèrerais que ce soit toi qui le fasse 2) 1000 Mark avaient été mis à la disposition du séminaire de romanistique et c’est moi qui vais les avoir. Y a-t-il autre chose ?

  • 12 Selon Pierre Bertaux, Linder occupait alors le poste de lecteur d’allemand à Paris.

11Ce matin j’ai fait mon courrier. Depuis mon départ j’ai écrit à Paulhan, Aron, Soupault (déjà répondu), Crémieux, Godart, Dion, Isler, Lejeune, Harnois, Dion, Baillou, Dieckmann, Madame Förster-Nietzsche, Madame Heinrich Mann et Tonnelat. J’ai écrit ce matin à Tonnelat, je lui ai beaucoup parlé de la gentillesse de Wechssler et j’ai fait dire à Wechssler combien il était regrettable qu’aucun échange de lecteur n’ait été possible jusqu’à aujourd’hui. Il faut secouer l’arbre en tous sens pour qu’enfin Max Linder12, le Bâlois, finisse par tomber.

12J’ai déjeuné chez Hahnen, je suis allé à l’université, mais les « Vorle­sungsverzeichnisse » étaient déjà épuisés ! J’ai réussi à apprendre que Gamillscheg se charge plutôt de la partie philologique et Wechssler juste­ment de la partie littéraire. Il y a un lecteur (vraisemblablement un Suisse) qui s’appelle Dr. Olivier Henrion. Il y a aussi un Français, un étudiant de la Sorbonne que je ne connais pas, Charles Besson, qui propose des cours à 2 Marks 50. Les Bermann ont parlé d’une relation qui voudrait peut-être aussi apprendre le français : mais mon prix, s’il me convient, est de 15 marks. Cela ne fait même pas 100 francs et c’est ce qu’on touche — parfois - en France. Puis j’ai flâné sans but précis sur Unter den Linden, la Wilhelmstrasse et la Potsdamerstrasse. […]

  • 13 Friedrich Wilhelm von Prittwitz und Gaffron (1884-1955) entra dans la carrière diplomatique en 1908 (...)

13Je n’ai pas de chance : je devais voir Maximilian Harden — et il vient de mourir ! Maintenant c’est trop tard! Je devais voir le Baron von Prittwitz und Gaffron (international mind, l’homologue de Lichtenberger)13 : il se repose à Lugano et sera vraisemblablement nommé ambassadeur à Washing­ton ! Est-ce que ce sera la même chose avec de Margerie ? J’attendrai quand même le retour de Viénot. […]

  • 14 En novembre 1927, parut le premier numéro de la Revue d’Allemagne ; Félix Bertaux était membre de l (...)

14Cela m’a fait plaisir de recevoir la lettre et les Nouvelles littéraires (les Bermann se sont également réjouis de ta lettre). Les Nouvelles Littéraires sont intéressantes : qu’en est-il de la Revue d’Allemagne ? Pourrais-je peut-être avoir un numéro ?14

15Lundi ou mardi : peut-être la première de Raspoutine, si j’obtiens un billet,

16Je sens déjà que je parle plus facilement allemand. Ca viendra !

17Demain samedi matin : Inscription à l’Université,

18Dimanche : invité à déjeuner chez Fischer,

19Vendredi : conférence (la date a été modifiée),

20Dans la semaine : université, séminaire de romanistique ...

21Au séminaire de romanistique :

22Wechssler le ponte,

23Assistant : Volkmann,

24Gamillscheg second couteau

25Assistant : Reichenkron

26Lecteur : Dr. Olivier Henrion

27Et moi ! qui n’aurai que les 15 meilleurs étudiants !

  • 15 Le roman de Thomas Mann Der Zauberberg avait été publié à la fin 1924 chez Samuel Fischer.

28Ce soir je vais quand même lire quelques pages de la Montagne magique15 ; je connais mal ce roman à vrai dire. […]

29Toujours pas de mal du pays. Ce n’est peut-être pas nécessaire que ça se produise. J’ai toujours quelque chose à faire, quelque chose à méditer. C’est un changement énorme que d’avoir du matin au soir toujours et sans cesse matière à penser, des choses à régler. On fait l’apprentissage de la vie.

30Je pense beaucoup à La Source et j’écris trop souvent, n’est-ce pas ?

  • 16 Félix Bertaux avait été inscrit à l’Université de Berlin entre 1903 et 1905.

31Où est-ce que Papa a habité à Berlin16, que je puisse y aller un de ces jours ?

32Hesnard m’a dit : vous êtes germaniste ; quel est votre violon d’Ingres ? Vous n’avez pas de violon d’Ingres ? J’ai attendu et j’ai dit après une pause : J’ai beaucoup de violons d’Ingres. Mais il poursuivait déjà : il faut que vous vous cherchiez un violon d’Ingres. Houhou-houhou! […]

*

Dimanche [6 novembre 1927] 10 h du soir

33J’écris encore ce soir, mais en français ; je suis un peu fatigué de ma journée. Ce matin, 2 lettres, une de chacun, 1 lettre de Baillou, 1 de Dion gentille, et les Anthologies Kra. à 2 heures, déjeuner chez Fischer avec un certain M. Hübsch, Américain, qui est en rapport d’affaires avec Fischer. Très intéressant, j’ai appris beaucoup sur la façon dont marche l’édition en U.S.A., les copyright, les sommes d’ar­gent proposées aux auteurs, les intermédiaires entre les maisons d’édition aux U.S.A. et l’Allemagne. Organisé méthodiquement : Cur­tiss Brown, Pinker — on tend à ce que ces gens-là aient les droits et les recèdent, revendeurs en quelque sorte. Mais Samuel Fischer ne marche pas. Que de fois lui ai-je entendu dire aujourd’hui qu’il fallait toujours se réserver le droit de se retirer — freibleibend ! Comment s’appelle donc le Français qui fait cela pour les U.S.A. et l’Angleterre ?

  • 17 Les textes d’André Gide ; cf. p. 1, note 59 et p. 65, note 66.

34L’impression qu’il n’y a rien à faire pour moi chez Samuel Fischer, ou difficilement ; ils sont butés, et il y a Freissler, dont je reparlerai. Chez les autres éditeurs, je voudrais voir, mais Aron n’envoie ni bouquins, ni les tuyaux promis sur les éditeurs, les contrats faits, les personnes en relation, etc. Voici 3 semaines que je devais avoir tout ça, il a mon adresse, je ne vois rien venir. Allégret parti hier soir, désagréments pour son film, je crois, reviendra dans 15 jours. Doit m’envoyer le « Congo-Cameroun »17 à moi, j’ai spécifié.

  • 18 Antonina Vallentin (1893-1957), auteur d’une biographie sur Stresemann, dont elle était personnelle (...)
  • 19 Nord und Süd était une des plus anciennes revues culturelles en Allemagne, fondée par Paul Lindau e (...)

35Après, les Bermann-Fischer m’ont emmené chez Frau Vallentin, la maîtresse de Stresemann, traductrice de je ne sais qui18 (Upton Sinclair, ou quoi ?) animatrice de « Nord und Süd », la revue de Prof. Ludwig Stein,19 que je dois voir aussi. Arrivé là, voici les gens repé­rés : des Français, M. et Mme Wilhelm (je ne garantis pas l’ortho­graphe), Mlle Britton, journaliste qui te connaît, prétend écrire pour les « Nouvelles Littéraires ». Je l’ai prévenue. Ecrit surtout pour une revue nouvelle, dont Paulhan m’avait passé un numéro, qui était dans ma chambre avec un Ghéon. Elle demande si trois semaines suf­fisent à bien connaître Berlin. L’ambassadeur de Grèce ; un jeune journaliste du « Chicago Daily News ».

36Freissler, qui est depuis 1 an chez Samuel Fischer, qui a la spécia­lité de lire extrêmement rapidement, me disait d’un air fin : on dis­tingue illico le bon du mauvais, dans le mauvais, le difficile est de savoir ce qui prendra. Au reste, je crois, l’homme qui lit le plus et sait le moins, — buté, borné, sûr de lui, — on le prendra en douceur, il n’y a rien d’autre à faire. […]

37Mme Bermann a fini par me dire qu’elle n’avait pas beaucoup aimé « Si le grain ne meurt », qu’elle le trouvait trop long — après avoir dit longtemps à peu près le contraire ! Mais je m’en doutais.

  • 20 Leonhard Frank (1882-1961), écrivain pacifiste et antibourgeois, se réfugia en Suisse en 1915 ; en (...)
  • 21 Wilhelm Haas (1893-1956) était professeur à la « Hochschule für Politik » (cf. p. 64, note 60), res (...)
  • 22 Helene von Nostitz-Wallwitz (1878-1944) avait passé une partie de sa jeunesse à Paris chez son gran (...)

38Vu aussi Leonhard Frank,20 l’air d’un vieux beau, puant et répu­gnant. Causé aussi avec Prof. Haas, de la Hochschule [für Politik]21, que je devais aller voir, — intéressant ; un point de vue. Présenté à Mme de Nostitz,22 à qui on (Viénot ?) avait déjà parlé de moi ; m’in­vite pour mercredi 6 heures.

  • 23 Il s’agit de la famille de banquiers, dont la renommé fut fondée par Gerson von Bleichröder (1822-1 (...)

39Tombé sur Hesnard, un peu flanqué sur le cul de me voir là. Quel gros âne ! Il m’a d’ailleurs chargé de bien des choses pour papa, qu’il tâchera d’aller voir : souvenir attendri de l’époque de la rue des Ursu­lines. J’ai entrevu Ludwig Stein ; j’aurai l’occasion de le revoir. Haas m’a dit de lui téléphoner. En somme intéressant ; presque unique­ment des gens que je connaissais déjà de nom. Aussi un Bleichröder, famille de banquiers, un Graf Montgelas — on connaît ce nom-là.23 — Je commence à connaître des gens. J’admire l’habileté de Frau Vallen­tin qui tout de suite savait mon nom, ce que je faisais, me présentait aux gens intéressants.

  • 24 Cf. les romans de Hans Meisel : Torstenson. Entstehung einer Diktatur, Berlin, Fischer Verlag, 1927 (...)

40Les Bermann et les Samuel Fischer lui avaient parlé de moi, je pense. La lettre leur a fait grand plaisir. Au retour, 8 heures, le père Samuel Fischer m’a invité à dîner avec eux. Il faut que demain je leur fasse envoyer des fleurs ; je ne sais comment les remercier. C’est très intéressant, de voir et d’entendre. Cette année, si tu as vu l’« Alma­nach », ils sortent quelques jeunes, Schlüter, Meisel etc.24 Mais je crois que c’est le dernier effort. Heinrich Mann me disait que l’idée pre­mière de Bermann en entrant dans la maison était d’en faire une librairie médicale ! Au fond, je crois qu’il tient beaucoup à l’argent, surtout à cela.

41Je lis le « Zauberberg ». C’est épatant comme vulgarisation psy­chologique, littéraire etc., et on me disait quelque part : la littérature allemande, c’est Thomas Mann ! Mais je tiens que c’est de la vulgari­sation, que ça ne vivra pas, que Thomas Mann lui-même s’en rend compte par moments. Je tâcherais de dégotter la « Literarische Welt », avec une interview de Heinrich Mann, pas très intéressante d’ailleurs, pour vous.

42En somme, tout va très bien ici. Les gens sont très gentils, et je me débrouille pas trop mal ma foi ! Amusant le jeu des relations qui se poussent les unes les autres. […]

43Demain, je vais passer chez Reichenstein où il y a une lettre de Crémieux pour moi, j’irai voir Remme, le sous-Becker, et peut-être Lauret, qui, selon Allégret, est gentil. Mardi grosse journée à l’uni­versité, mercredi Nostitz, jeudi peut-être Université.

*

Mardi soir [8 novembre 1927], avant et après l’Abendbrot

44Fini la rigolade ! Voici le travail. Je suis un peu flapi ce soir, j’écris en français, j’ai beaucoup parlé allemand, ébloui de tout ce que j’au­rai à faire, content d’avoir un programme.

  • 25 Benjamin Crémieux (1888-1944), écrivain et critique littéraire, était alors le repré­sentant frança (...)

45Historiquement : hier, passé chez Reichenstein, où une lettre de Crémieux m’attendait, très gentille. Dans la lettre que je viens de lire, vous me conseillez la sympathie, mais elle était venue d’elle-même (tant que je n’avais pas lu le « Premier de la classe »25) et je n’ai pas du tout l’intention d’en faire un abattage. […] Il me passe tous les tuyaux suffisants.

46Voici la nouvelle construction, historique :

  1. Il a d’abord pensé au roman (introduction, sa vie dans le Midi, son existence universitaire, le « Premier » — et un topo sur ses idées, sur le roman, qu’il m’a envoyé (10 minutes).

  2. Critique, sa tournure d’esprit. Ce que vous me dites —, le xxe siècle et ce qu’il en voit (le morceau de résistance) (30 minutes). —

  3. Conclusion : s’oriente vers le théâtre, comme il me l’écrit (n° d’oc­tobre, je crois, de la NRF aussi ; théâtre et critique théâtrale) ; alors, l’avenir ? Lui-même doit parler du théâtre en France chez Reichen­stein ; comme ça j’introduis (10 minutes). —

47D’ailleurs, le fait que je parle devant des jeunes gens, élèves, me facilite la chose ; je devine mieux ce qu’il leur faut, j’ai plus de sym­pathie pour eux.

48Puis essayé de voir Willy Haas, mais il n’était pas à la « Litera­rische Welt » ; à remettre.

49Puis Lauret, très gentil ; prise de contact. Rien de compromettant de part et d’autre. M’invitera à déjeuner. M’offre des cartes de théâtre.

  • 26 Frank Harris (1856-1931), écrivain anglais, ami de George Bernard Shaw et Oscar Wilde ; Fischer pub (...)

50Le soir « Frank Harris »26 avec les Bermann. Pas fatigant, fini à 9 h 30, retour en auto, re-thé et pain-fromage, au lit à 10 h 30. Revu Frau Vallentin, qui m’a reconnu. Elle sait y faire, probablement.

  • 27 Arthur Hübner (1885-1937) avait fait ses études en philologie allemande à Berlin ; il avait travail (...)

51Aujourd’hui 8 novembre un cours de Hübner. Nouveau à Berlin, prend la philologie à Hermann, hors d’âge.27 Une révélation. Jeune, dans les 40-45, parlant facilement, solide et clair, sur l’histoire de la Germanistik : Herder, Klopstock, l’intérêt pour l’Allemagne d’autrefois, Goethe etc., pas trop « deutsch », même pas du tout, fait la part belle aux Celtes. Je vais le suivre, et tâcher d’entrer en rapport. Puis l’immatriculation, de 10 h à 1 h ! Paperasses, paperasses. Pas perdu mon temps : parlé allemand tout le temps avec un Bâlois d’origine qui a longtemps vécu en Allemagne et qui voulait parler français. Très gentil, intelligent, s’intéresse aux questions d’édition, de littérature, travaille au séminaire de romanistique et sera un de mes élèves. Il me disait (je lui parlais dans le vague de traductions) le difficile pour les faire accepter, c’est que dans toutes les maisons d’édition, il y a un comité qui n’a jamais le cran ; une seule maison n’a pas de comité, c’est Samuel Fischer.

  • 28 Le « Reichsbanner » (« La Bannière d’Empire ») plus précisément le « Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold. (...)

52Une fois immatriculé, j’ai été déjeuner à la Humboldt[-Stiftung] où c’est plus copieux et meilleur qu’il y a même 8 jours. Puis j’ai été me tasser un bon mélange au « Café Wien » et j’ai été à pied à l’Uni­versité (footing), au séminaire des romanistes plutôt. Là j’ai retrouvé mon Suisse, Hess, j’ai dit bonjour à Wechssler, j’ai fait connaissance avec Volkmann, son assistant, l’air pas désagréable, un insigne à la boutonnière — Reichsbanner28 ou quoi ? Je m’informerai […]

53En somme, j’aurai, en comptant le dimanche, 2 jours (dimanche et vendredi) complètement libres, et 3 après-midis en plus. J’ai eu du mal à les obtenir, j’ai dû me raidir et ne pas faire le complaisant, parce que ça arrangeait mieux les étudiants romanistes ; j’ai un sale carac­tère trop accommodant qu’il faut que je dresse. D’autant que j’ai maintenant une dignité à faire respecter, d’autant plus que je serai plus jeune que tous mes étudiants. Volkmann m’a aidé à garder mes libertés, d’ailleurs. Mais le principal (en général) est de savoir ce qu’on veut ; on arrive bien à l’imposer. Apprendre à dire : Es tut mir leid …

54Quelques précisions : C’est à Gamillscheg que je dois ces quatre séances. 10 minutes avant, Wechssler n’en demandait que 3. 5 étu­diants au maximum par séance. I’ll do my bit, comme disait Frank Harris parlant de Frank Harris, mais je ne me claquerai pas. […]

  • 29 Il s’agit d’un échantillon des nouvelles publications de Gallimard. Jean Prévost (1901-1944), disci (...)

55Hier, je regardais les librairies. Les « Falschmünzer » de Gide, sortis en même temps que « Leben der Termiten » de Maeterlinck à la Deutsche Verlagsanstalt, qui a un bureau à Berlin maintenant. Reçu bouquins d’Aron : Emile Zavie : « La coupe aux rebelles » = 0, Maurice Bedel : « Jérôme, 60o latitude Nord », pas coupé encore, mais ça a l’air fort, Jean Prévost : « Merlio »,29 première impression bien, bien, « il y a quelque chose », c’est même bon ; mais il y a je ne sais quoi qui me le fait trouver « pas venu ». Les éditeurs qui entrent en ligne de compte : Propyläen, Schmiede, Kiepenheuer, Rowohlt, K. Wolff, Deutsche Verlagsanstalt, ce sont les principaux. Puis, romans-feuilletons ou populaires : Universitas (donne Jack London), E. P. Tal et Co. (donne du Somerset Maugham). Mon Suisse me dit que chez Rütten und Loening (Heidelberg) il y a un certain Ostwald très bien disposé, assez influent. Mais Aron, s’il m’envoie les livres, ne m’envoie pas les tuyaux, et c’est ce qui presse. […]

56Non, vraiment, Crémieux critique m’est sympathique et je me garde bien de le démolir, tout en pensant qu’il est plus sympathique et clairvoyant que transcendant. […]

57Pour la première fois, je vais faire un travail pour de l’argent au Seminar. Je suis content de la perspective de ne pas trop vous coûter, en dehors de l’Ausstattung du départ. […]

*

  • 30 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 397.

Vendredi, 11 novembre 1927 (8 h)30

  • 31 Karl Remme était un des cinq membres du comité directeur de la Alexander-von-Humboldt-Stiftung, aut (...)

58[…] Mercredi matin (depuis je n’ai plus écrit), je suis allé au cours magistral de Hübner. Toujours très bon. […] A 2 heures, je me suis précipité chez Remme qui dirige l’Office central des étudiants étrangers en Prusse. Très aimable, m’a donné un livre de lui sur « Les établissements d’ensei­gnement supérieur en Allemagne. Un guide à travers l’histoire, les régions, les études — édition pour étrangers » 31. Je n’ai pas encore trouvé le temps d’y jeter un coup d’œil. […]

  • 32 Les Décades de Pontigny ont été organisées depuis 1912 par l’« Union pour la véri­té », fondée par (...)

59Puis je suis allé chez Reichenstein pour lire un essai de Crémieux, et à 18 heures je suis allé voir Madame la Baronne von Nostitz. Je pensais que ce serait une réception-grand-gala ; mais non, je me suis retrouvé seul avec cette Française, Mademoiselle Bricon ou quelque chose comme ça, et un Allemand dont je ne connais pas le nom bien que je l’aie distinctement en­tendu, qui était autrefois à Pontigny32 — aucun intérêt de le revoir. Ma­dame de Nostitz a surtout parlé de Potsdam (c’était très instructif pour moi….) et elle m’a invité à nouveau pour dimanche (cette fois tralala) ; je ne pense guère y aller. Madame Bermann m’avait déjà dit auparavant que les Bermann et Madame von Nostitz sont en très mauvais termes et j’avais remarqué chez Madame Vallentin qu’ils ne s’étaient pas salués. Je suis enfin rentré chez moi et j’étais fatigué. C’est là que j’ai trouvé une lettre de Tonnelat ; il écrit :: « Mon cher ami, je vous remercie de votre lettre alerte et vivante. Elle montre que vous avez bien débuté à Berlin et elle fait prévoir une année fructueuse. Puisque vous avez approché Heinrich Mann, peut-être pourriez-vous me renseigner un peu sur son séjour projeté à Paris, la date du voyage, sa durée, le sujet de la ou des conférences qu’il se propose de faire à la Sorbonne. Car je ne sais rien de tout cela. M. Lichtenberger est actuellement à Vienne. Avant de partir, il m’a dit ce qu’il savait, mais c’était fort peu de chose. Si l’on veut avoir un public, il faut prendre soin de le prévenir un peu à l’avance. Savez-vous si Heinrich Mann parlera en français ou en allemand ? Je crois pour ma part qu’il y aurait plus de monde dans le deuxième cas. Mais ce seraient surtout des universitaires et peut-être vise-t-il un public plus large. Ce qu’il m’importerait surtout de savoir — car après tout ce n’est pas à moi qu’on s’adressera pour régler cette question des conférences de Sorbonne — c’est de savoir quand Heinrich Mann arrivera et s’il pourrait nous réserver un Dimanche. Car dans ce cas-là, je suis en mesure de lui faire préparer au cercle « Autour du Monde » une réception qui, je crois, lui ferait plaisir. Mais ces choses-là ne s’improvisent pas, il faut pouvoir prendre ses dispositions un peu à l’avance. Bien entendu, je ne vous demande ces renseignements que pour le cas où il vous serait pos­sible de vous les procurer facilement. Sinon, ne vous mettez pas en peine. Je tâcherai de me débrouiller autrement. Mais s’il est vrai, comme on me l’a dit, qu’il s’agisse déjà du début décembre, on risque de se trouver pris de court. »

  • 33 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 398.

60Je ne peux pas lui dire grand-chose de plus pour le moment. Ne sentez-vous pas comme une amertume, particulièrement ici ? Ce serait une occasion pour lui faire plaisir et je crois qu’il était déjà question auparavant d’«Autour du Monde».[…]33

61Jeudi — c’était hier — j’ai commencé mes cours de conversation. Il n’y avait que 3 étudiants sur les 5 inscrits ; deux étudiantes, un étudiant qui a été à Paris et qui a parlé à Boorsch. Tous les 3 assez sympathiques, ont déjà au moins 7 ou 8 semestres derrière eux. J’ai commencé par m’informer, je voulais savoir ce dont parlait Wechssler. L’an dernier, un exercice au Sémi­naire sur les Faux-Monnayeurs, Le Songe (Montherlant), Le Désert de l’Amour (Mauriac). Apprécie beaucoup Gide. Je ne sais pas si cette admi­ration est répandue dans le Séminaire comme ils le prétendent ; si c’est vrai, on connaît son nom, on est curieux, on attend quelque chose de lui. En effet, dans chaque librairie je vois les Faux-Monnayeurs et partout où on trouve des livres français, il y a aussi Voyage au Congo. Je crois que ce serait bête de la part de Fischer de ne pas saisir cette occasion ; mais si ça ne marche pas avec lui, j’essaierai ailleurs. — J’espère que je recevrai bientôt le livre et les épreuves de Congo-Cameroun.

62Ce qu’il y a d’étrange : on entend tout le temps parler de cliques et de chapelles littéraires unanimistes, surréalistes etc. J’espère qu’il ne s’agit que d’un «procédé d’enseignement».

  • 34 Julius Petersen (1878-1941) était le directeur de l’Institut d’études germaniques à l’Université de (...)

63Ensuite, de 11 à 1 heure, Petersen34 — cours sur Schiller — deux fois plus ennuyeux que Petersen sur un autre sujet ou quelqu’un d’autre sur Schiller. Mais plus de 500 auditeurs ! J’y apprendrai bien quelque chose.[…]

  • 35 Il s’agit d’Alfred Fabre-Luce (1899-1983). Issu de la grande bourgeoisie et élève de l’Ecole libre (...)
  • 36 Il est question ici de la « Fédération internationale des Unions intellectuelles », fondée par l’ar (...)
  • 37 Alfred von Nostitz-Wallwitz (1870-1953), le mari de Mme von Nostitz, était le pré­sident de la sect (...)
  • 38 Le mouvement pan-européen du comte autrichien Richard Coudenhove-Kalergi était plus proche des orga (...)

64Pouvez-vous m’en dire plus sur Alfred Fabre-Luce ?35 Serait-il un im­posteur? J’aimerais le savoir car la Droite Nouvelle ramène sa fraise ; mon voisin, le Dr. Baerwald (que je connais à peine [mais] qui a l’air sympa­thique), me disait que les mouvements de jeunesse attendaient beaucoup de la Droite Nouvelle et de Fabre-Luce, mais ils ne savent pas quel Fabre-Luce. Il semble que le Mouvement de Rohan36 a un certain nombre de fidèles : Madame von Nostitz37 etc. On dit qu’il est beaucoup plus pratique, vrai­ment plus efficace que Coudenhove qui est « coulé » ici. 38 […]

*

  • 39 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 400.

Dimanche [13 novembre 1927] midi et demie 39

  • 40 L’ancien secrétaire d’Etat au Ministère des affaires étrangères Theodor Lewald était, en effet, le (...)

65[…] Vendredi 5 heures, réception donnée par le Prinzgemahl de Hollande (je ne sais pas s’il faut dire des Prinzen-Gemahls ou quelque chose comme ça). C’est très drôle ; rien que l’idée. Position sociale : mari de la reine de Hollande. Ressemble à Lichtenberger, en plus gras, plus rou­geaud, plus blond, beaucoup plus bête. Göpel a déclaré : il y a de quoi devenir républicain. Poignée de mains : Vous êtes Français ? J’ai vu les champs de bataille, il y a deux années, la Somme, Verdun, les Vosges, — et les grandes usines Hispano-Suiza à Bois-Colombes. J’ai également été présenté à son Excellence Lewald, Secrétaire d’État et Président (?) de la Humboldt : un gros bonnet donc. 40

66Puis, je me suis esquivé pour donner ma conférence à 18 heures : le public entre 15 et 19 ans dont certains ont quand même compris, l’ont du moins trouvée très bien — et 10 Marks. […]

  • 41 Le Dictionnaire allemand-français que Félix Bertaux préparait ; cf. p. 59, note 40.

67Je lis à présent la Montagne magique et je note beaucoup de mots, surtout pour apprendre, mais je fais ça aussi pour le dictionnaire41 ...

68Je trouve tout de même qu’il y a quelque chose de vulgaire dans le « Zauberberg » — au sens de vulgarisation. C’est de la psychologie, de la métaphysique, de la politique, de la sociologie etc. vulgarisée. Je comprends que le grand public y morde, il a l’impression d’appren­dre quelque chose, ou plutôt de tout y apprendre ; c’est une espèce de « Somme » de St. Thomas, de « Miroir du Monde », d’Encyclopédie romancée et mise à la portée du grand public, — instruit en amusant, demande aux gens du monde juste l’effort intellectuel qui leur est agréable, qui les fait se rendre compte qu’ils ont une intelligence ; au fond, rien de neuf, les topos sur le temps de Bergson, de Proust (déjà deux philosophes mondains […] !) et pas même la puissance d’orga­niser ce matériau, de le construire, de créer une perspective. Avec tout ça, très agréable : comme les vins qu’on boit ici, pseudo-Bor­deaux agréables, doux et un peu fades, vins qui n’en sont pas ; je ne sais vraiment pas avec quoi ils peuvent couper nos vins — peut-être avec de gros vins italiens. […]

  • 42 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 400.
  • 43 François Porché avait parlé de « Paul Valéry et la poésie pure ».

69[…]42 Mercredi soir a eu lieu la conférence de Porché chez Wechssler.43 Je n’en ai eu que très peu d’échos ; on dit que c’était complètement raté ; qu’il a parlé pendant des heures du rythme d’un vers ou d’une phrase de Valéry. J’en saurai plus demain. Lauret vient de m’appeler pour savoir si je voulais aller chercher Crémieux à 18 heures au Bahnhof Zoo ; car tous les Allemands ont dit non, ont quelque chose à faire ; on ira donc…. Il est censé parler demain chez Wechssler ; j’irai. […]

70J’attends toujours Congo-Cameroun ainsi que les papiers d’Aron. Je lui écrirai demain et je commanderai xxe Siècle pour mes étudiants. […]

71C’est merveilleux de se promener dans Grunewald bien que la forêt elle-même ne soit pas ravissante ; mais les lacs sont beaux. Hier soir l’atmosphère était si agréable que je suis allé à pied au cinéma (20 minutes) et que j’en suis revenu de la même manière. Mais je n’irais pas me promener la nuit ; les gens sont très craintifs, car on voit tous les 100 mètres un gardien de nuit et je trouve ça inquiétant, car chacun d’eux possède un revolver et a peur. Récemment, il y a quatre jours, ma logeuse a entendu six coups de revolver dans la rue ; je ne voulais pas le croire mais cette nuit à deux heures j’ai été à nouveau réveillé par des salves de revolver. Ils sont très nerveux ici, même si Hesnard ne veut pas le croire. Il faut se tenir sur ses gardes. Mais c’est idiot que je vous raconte ça ; vous allez tout de suite croire que c’est mortellement dangereux de vivre ici, mais ça n’est absolument pas vrai.[…]

  • 44 Texte d’André Gide, publié en 1924. Le « xxe Siècle » était une anthologie publiée par Benjamin Cré (...)

72C’est décidé, je prends le « xxe Siècle » avec mes étudiants. Plus tard, on pourra peut-être prendre « Incidences ».44 Lauret et Cré­mieux m’affirmaient que presque tout Gide est traduit ; à ma connais­sance il n’y a que les « Falschmünzer » et le « Retour de l’enfant prodigue » ; peut-être encore autre chose, mais quoi ? Crémieux doit achever et remettre à son retour la fin de son « Panorama ».

73Naturellement, je ne me fais pas d’illusions : Le « Berliner Tage­blatt » et la « Vossische [Zeitung] » sont plutôt francophiles ; les films vus sont plutôt « franzosenfreundlich gesinnt », — mais … par exem­ple, on n’applaudit pas, ou si peu aux films. Il ne faut rien exagérer.

74Ça m’embête que Heinrich Mann soit engagé dans cette affaire de Sorbonne avec Soupault qui n’y connaît pas grand-chose et Lichtenberger qui s’en fout, et Tonnelat qui « veulte bien », mais qui ne « peuvte pas ». […]

75Lauret dit que la conférence de Soupault ici était très faible. Main­tenant qu’est-ce que Lauret ? Il paie un loyer de 400 Mark par mois ; ce n’est pas « Comœdia » qui paie — le « Matin » ?

76Achevé ce soir le « Zauberberg » — avec l’impression de ne pas m’être trompé ; et tout y passe ; jusqu’au spiritisme. Et toujours tous les vieux thèmes. […]

77Je m’arrange bien avec Göpel et la clique Humboldt, qui s’inté­ressent à moi. On se sent plus près tout de même qu’avec tous ces Balkaniques […]

Dimanche soir.

78Je me suis reposé aujourd’hui, mais demain j’aurai à faire encore je ne sais combien de formalités à l’Université, — tâcher de joindre Freisssler ou le père Fischer (les Bermann sont partis aujourd’hui pour Dresde voir Gerhart Hauptmann, et ne reviennent que dans quelques jours) pour que Crémieux voie Freissler et tâche de l’ai­guiller un peu. Peut-être y aurait-il moyen d’agir sur Freissler ? Ensuite que je tâche de joindre Katz au Nollendorfplatz-Theater, qu’il me donne des photos de « Hoppla ! » pour l’«Art Vivant », peut-être un billet pour « Rasputin » — que je vous envoie vivement quelque chose pour les « Nouvelles Littéraires ». Ensuite 6-8 ma Debattier­übung, puis à 8 h la conférence de Crémieux.

79Crémieux arrive ce soir. Thé chez les Lauret, vu Mme Lauret. Quelques tuyaux sur Wilhelm, ce type de l’Ambassade vu chez Vallentin, — un type louche, à tout faire, fait des fiches sur tout, sait tout etc. — avec l’aide de sa femme qui a l’air aussi d’un drôle de per­sonnage. Il semble que les Reichenstein (Maison du livre) ne soient pas subventionnés (quoiqu’on ait dit à Paris à Crémieux : ce sont des espions). Mais cela peut être ainsi : espérant une subvention, ils ont monté cela ; ne recevant rien, ils vivotent. En tout cas, pas milieu inté­ressant en dehors de quelques demoiselles franco-suisses et des Matouchka qui prennent leur thé sans sucre ; je crois que c’est exacte­ment zéro. Je m’en doutais : Mme Lauret bavarderait : 300 Mark chez Wechssler, 2 conférences chez Reichenstein à 100 Mark l’une plus la moitié des bénéfices, conférence à Leipzig, Prague, Dresde. Voilà le programme de Crémieux. Dans 8 jours ce serait Duhamel ? Porché aurait fait cette tournée pour faire de la réclame à sa femme, une actrice dont je ne sais pas le nom. […]

80Viénot doit être rentré. Demain, je lui téléphone. Utilisé avec prudence, il est très gentil et aimable. Il faut aussi que je me dépêche de voir de Margerie. […]

*

  • 45 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 401.

Mardi matin, 8 h [15 novembre 1927]45

  • 46 Cf. p. 68, note 75.

81[…] Oui, Samuel Fischer semble encore très jeune, mais on sent combien les gens de son entourage font attention et cherchent un appui, surtout Bermann, comme les gens dans l’autobus sur le point de démarrer. — Il n’y a rien à en tirer mais si je veux malgré tout faire quelque chose, il faut que je le fasse avec Bermann ; c’est celui qui est à même de s’intéresser à la même chose que nous ; et je ne serai jamais « commis-voyageur en Claude Anet »46, pas pour le moment. Je cherche un annuaire des éditeurs et je vais commencer à aller les voir sans attendre qu’Aron m’envoie les informations.

  • 47 Ernst Robert Curtius, avec lequel le père de Pierre Bertaux avait eu une contro­verse idéologique e (...)

82Je n’ai pas encore lu Ernst Robi47, mais je crois tout à fait ce que vous m’en dites. Vous avez certainement su que lors d’une promenade avec Dieckmann je suis passé devant la maison de Curtius ; Dieckmann est entré, voulait m’emmener également, mais j’ai attendu dans la rue. Wechssler, par contre, est vraiment sympathique et extraordinairement capable — mais plus tard je vous en dirai un peu plus sur lui. […]

  • 48 Rudolf Kayser (1889-1946), publiciste qui avait rejoint l’équipe de la maison Fischer en 1919 ; de (...)
  • 49 Cf. André Maurois : La vie de Benjamin Disraeli, Paris Gallimard, 1927, et André Maurois, Benjamin (...)
  • 50 Roman de Suzanne Normand ; cf. p. 65, note 67. Freissler lui-même se chargea de la traduction allem (...)

83Donc, à présent je raconte : 1) Freissler. Lorsque je suis allé le voir, il y avait Rudolf Kayser48 ; très peu parlé avec lui ; j’espère que ce sera encore possible jeudi. J’ai en effet arrangé les choses de telle sorte que Crémieux vienne jeudi à 12 heures ou 11 heures 30 chez Fischer. Peut-être que les Fischer seront là (donc Fischer et Bermann) ; en tout cas Kayser et Freissler. Freissler m’a dit la chose suivante : la belle littérature n’est plus que l’ombre d’elle-même ; si j’étais libre, c’est-à-dire tout-puissant ici, on n’éditerait plus aucun roman psychologique ; quoi qu’il en soit, les romans psychologiques étrangers n’ont aucun intérêt pour moi. Je sais bien que je suis nouveau ici et que je suis sous les ordres de Fischer et de Bermann; mais aucun roman psychologique étranger n’est publié chez nous et c’est grâce à moi ; des romans nous en avons par-dessus la tête. La seule chose qui m’intéresse en France c’est la « biographie » comme Disraeli ou la Vie de Lawrence49, car nous ne connaissons pas ça en Allemagne, ce genre à mi-chemin entre un livre scientifique et une biographie romancée. Eh bien, ça m’intéresse, et aussi Cinq femmes sur une galère, bien que ce ne soit, littérairement parlant, pas tout à fait du meilleur niveau50 ; mais les problèmes sociaux … juste la vie, la vie actuelle, le travail quotidien, non pas l’exceptionnel, mais l’humain en général, c’est ça qui m’intéresse … l’avenir : l’Amérique, l’Es­pagne peut-être. Plus personne n’a aujourd’hui le droit de dire, comme avant la guerre : je suis le seul à … Non, il doit être un homme comme les autres ; par exemple, ce boxeur américain qui ne sait sans doute pas écrire, mais qui m’intéresse passionnément. André Gide, c’est un esthète ; de plus, presque toute son œuvre est traduite. Naturellement s’il y avait quelque chose de sublime dans la littérature française, je le conseillerais immédiatement. Alors moi : les Nourritures terrestres — Ah ! oui … maaais c’est une loi de la maison que de ne s’intéresser qu’aux hommes et pas aux livres, et qui veut que l’on édite tout ou rien d’un auteur, et tellement de choses de Gide ont déjà été publiées par d’autres éditeurs … et … Eh ! bien il s’est fait avoir ! Pour Congo-Cameroun, j’arriverai bien à négocier avec Bermann ; quant à Freissler, je me contenterai de le ménager et de me montrer aimable avec lui. Et Supervielle ? « Voyez-donc ce que j’ai écrit sur Le Voleur : peut-être suis-je un peu dur, mais l’art pour l’art est quelque chose de mort et cette histoire … qu’est-ce que Supervielle veut montrer par là ? Quel est son but ? A quoi sert ce roman ? » (Je pensais à Théophile Gautier : Mais non, épais bourgeois, un roman n’est pas un porte-monnaie sans couture, ni une épopée une machine à faire de la soupe …). J’ai essayé de lui expliquer que ce n’est pas absolument nécessaire qu’un roman soit la représentation d’un problème social et propose une solution adéquate ; que la vie moderne ce n’est peut-être pas seulement la vie dans la rue, dans les ateliers, sur le ring. Mais il conti­nua … et songea brusquement qu’il n’avait jamais dit tout cela aussi claire­ment à Samuel Fischer … Et je compris qu’il ne l’aurait jamais dit s’il avait été prudent — mais trop tard c’était fait. Il me dit à la fin combien il avait été heureux de discuter avec moi et que je devrais passer un soir chez lui ; il vit tout seul dans une pension. J’irai un de ces jours. […]

  • 51 Il s’agit de Gerhard Hess (1907-1983), qui devait faire une carrière universitaire dans l’Allemagne (...)

84Puis je suis allé au Séminaire de romanistique, j’ai parlé avec Volkmann ; très sympathique. Ensuite j’ai pris le thé avec Hess, un Suisse, Séminaire de romanistique, avec lequel j’avais déjà parlé ; fin, intéressant, connaît déjà beaucoup de choses, s’intéresse beaucoup à la littérature. 51 Puis mes exer­cices de conversation ; ça se passe assez bien. Puis Crémieux sur « Le sens de la vie et le sens de l’homme dans la littérature française » : pas mal. Vu Viénot, m’a invité à dîner aujourd’hui à une heure et demi avec un certain Berger (?), il m’a dit : il faut que nous parlions un de ces soirs tranquille­ment. Ensuite Wechssler : Lundi Duhamel, vous viendrez prendre une tasse de thé avec nous.— Puis Mme von Nostitz : vous n’êtes pas venu dimanche. Bon, j’espère avoir plus de temps dans les semaines à venir. Hesnard : je me moque de cette logomachie, je ne coupe pas dans les ponts de ces petits fai­seurs à la Soupault qui vous trouvent tous les matins une métaphysique nouvelle ; alors qu’il y a tant de belles choses chez Mauriac ! Aaaaah ! Enfin, il faut faire ça pour la France ; n’empêche que j’aurais mieux aimé aller au théâtre. Il était furieux contre cette logomachie (prononcée comme : ça me fait chier !) De Margerie était là; on m’a présenté ; m’a dit : téléphonez à Roland. — Crémieux m’a demandé de venir ce matin pour se balader dans Berlin. […]

*

Mercredi [16 novembre 1927] 4 h.

  • 52 L’épouse de Balder Olden ; cf. p. 54, note 21.

85D’abord, Mme Olden52 m’a téléphoné presque affolée : Peter, qui travaille pour le réactionnaire « Lokal-Anzeiger » ne va pas pouvoir y rester : prétexte pas de travail pour lui, il tape trop lentement etc. Raisons : il y a une dactylo viennoise à mettre à sa place. Il aura dû se montrer trop de gauche etc. Alors, il est désolé ; cherche une place à Paris, mais il ne peut guère en avoir que chez des Allemands ; or, au « Berliner Tageblatt » rien à faire ; pour Ullstein, Olden s’est fait la réputation d’être de droite ( !) ce qui rend difficile de renouer avec Ullstein. Il veut à tout prix rester à Paris, et ne sait comment faire. Je l’adresse à vous, je ne vois pas trop ce que vous pourriez faire ; en tout cas, il pourra au moins vous raconter. — Mme Olden m’a invité à dîner chez elle demain, me charge de vous remercier d’être si gentil (rührend) avec son fils. […]

86Il paraît que Wechssler est très content de moi, de quoi ? De ma seule présence peut-être ? Il paraît aussi que Mme de Nostitz dit : « notre étudiant français ». ça fait prime sur le marché ! […]

  • 53 Le bureau du Comité Mayrisch se trouvait Matthäikirchstraße 12, Berlin-W.

87Hier matin mardi, ballade avec Crémieux dans Berlin. Deux choses surtout, un formidable rayon de saucisses chez Wertheim, et le musée égyptien. Très gentil avec moi, et sympathique à le voir de plus près ; en tout cas très clairvoyant, et je crois qu’il sent aussi le vent qui tourne, l’orientation nouvelle que j’attends chez nous. Content de sa conférence chez Wechssler ; 400 personnes à peu près, public qui rendait. — Puis déjeuner chez Viénot, avec ce Berger (« je suis au plan Dawes ») et cette Mlle Bricon, qui fait une « enquête » à Berlin. — Viénot très bien ; je suis content de voir confirmer par lui certaines impressions. Rapporte un mot de Seydoux : Poincaré, c’est en fer, c’est une girouette, ça tourne — et ça grince. Me parlait des Nostitz ; ce qu’il en dit les rend sympathiques : sincères, à peu près sans argent, font ce qu’ils peuvent. Elle ne ressemble plus que de très loin à son portrait reçu ce matin. Je tâcherai tout de même de rester en contact ; il paraît d’ailleurs que j’ai fait bonne impression. — Viénot m’a montré la salle de lecture, où personne ne vient, mais qui me sera utile.53 Parti le dernier, 5 minutes après Mlle Bricon. — Viénot me retenait, m’a dit en substance ceci : quelle barbe que Mlle Bricon […] Je ne comprends pas l’ambassade de la mettre en relation avec des grands pontifes, de l’A.E.G. (électricité), par ex. ; elle n’a rien à leur apporter, les tanne etc. — On m’a dit partout du bien de vous, à Berlin — à Paris, Gide et Schlumberger entre autres ; d’ailleurs, je n’ai pas besoin qu’on me dise du bien de vous ; je suis heureux de voir que nous avons les mêmes intérêts, les mêmes préoccupations ; je voudrais vous parler de plusieurs choses ; venez dîner demain soir chez moi ; nous serons seuls ; j’ai semé Mlle Bricon. — En passant dans la salle de lecture : il y aurait une Revue des Revues allemandes à faire, qui serait intéressante, pas longue … — Je suis très curieux de voir ce qu’il va me dire ce soir : s’il pense à une collaboration possible, à quoi ? En tout cas, je vais venir, et je ne veux pas « ablehnen » a priori. D’ailleurs, pour l’instant il est très chic et me tuyaute épatam­ment. Je crois que c’est son caractère d’être gentil. Seulement je prends l’habitude de me méfier, quoique je sois touché par sa façon d’être.

  • 54 Louis Eisenmann était le directeur adjoint de l’« Office national des universités et des écoles fra (...)

88Puis mes étudiants de 6 h 15 à 8 h moins le quart. 3 seulement, dont 2 enseignent déjà ; sur les 10 que j’ai vus, il y en a bien 4 qui ont dans la trentaine et qui enseignent. Certainement il n’y en pas de plus jeune que moi. Mais j’ai de l’autorité (ne riez pas) et c’est moi qui mène la conversation. D’ailleurs, dès la troisième fois, je me sens plus d’assurance, d’autorité intérieure et extérieure. — Ça ne sert à rien de faire le doux, l’accommodant : un « flegme autoritaire » est ce qui leur impose, surtout quand ils sentent derrière une culture et des connais­sances. Sans éloignement, il est bon de marquer une distance. Très amusant de faire sa propre éducation. Me demandent tous des adresses à Paris, mais avec Viénot nous allons tâcher de faire organi­ser par Eisenmann (slavisant Sorbonne)54 une centrale de renseigne­ments parallèle à ce qu’il fait déjà.

89Puis la conférence de Crémieux à 8 h devant le public de la Maison du livre ; pas brillant le public ; la conférence : leçon d’agrégation sur l’esprit européen dans la littérature française contemporaine — ne rendait pas, Crémieux dégoûté. (A propos Viénot traite Wechssler de fou, de ballot, d’idiot). […]

90Ce matin, ballade en auto (l’auto de Margerie) avec Mme Lauret, Crémieux, et un jeune Français nouvellement arrivé, sans intérêt, à Potsdam et toute cette banlieue de Berlin. Très belle ballade. Et puis causé avec Crémieux. […]

  • 55 André Germain (1882-1976), issu de la famille des fondateurs du Crédit Lyonnais, menait une vie de (...)
  • 56 La Revue Européenne avait été lancée en 1923 par la maison d’édition Kra et avec l’aide financière (...)

91Me disait hier que je devrais faire pour l’Allemagne ce qu’il a fait pour l’Italie ; s’informer, être le type qui connaît. Il a peut-être raison. Mais ça ne doit pas faire oublier l’agrégation et le passé de l’Alle­magne. […] Et ce soir, Viénot. (A propos, secret : André Germain — qui a distribué 7000 (3 zéros) exemplaires de son bouquin55 ici — a proposé à Lauret de mener la « Revue Européenne », trois mois pour réfléchir, Lauret a refusé.) Crémieux a fait un abattage de la « Revue Européenne ».56

  • 57 Jean Champetier de Ribes (1882-1947) était le fondateur du Parti démocrate populaire, inspiré par l (...)
  • 58 Roger Martin du Gard (1881-1958) faisait partie du cercle autour de la NRF depuis 1913 et était un (...)

92Réflexion d’ordre général : quand on a 1 relation, on peut en avoir 2 ; mais quand on en a 2, en en jouant, on peut en avoir 5. De même pour les renseignements : tous les tuyaux que j’ai, que je peux utiliser, me servent à en avoir d’autres ; j’ai déjà épaté Viénot par ce que je savais, — et il me renseigne. Il faut que nous nous aidions tous les trois, les renseignements qu’on se passe sont extrêmement précieux. Exemple : Champetier de Ribes57 viendra ici ; Viénot me parle de lui ; impromptu, je parle de la candidature Martin du Gard.58 — Com­ment savez-vous ? … Oh, dans les Pyrénées … […]

  • 59 L’auteur parle ici de Julius Curtius (1877-1948), de 1926 à 1929 Ministre de l’éco­nomie et, de 192 (...)

93Je suis frappé de (ce que je devine seulement) ce nouveau type : industriel ou banquier, directeur de trust, de GmbH ou de quelque grosse affaire, avec relations et position intellectuelle et politique plus ou moins ouverte, et surtout énorme influence secrète. Curtius … 59 Tâchez, si vous pouvez, de me donner quelques tuyaux, autres que ceux de Viénot, sur son Comité, qui n’a d’autre raison sociale, d’autre mission ouverte que son nom : Deutsch-Französisches Komitee … ! ! !

94[…] Il me faut beaucoup de prudence ici pour éviter les recoupements : Nostitz, Viénot, Curtius, de Margerie, Lauret — Fischer, Thomas Mann etc., Heinrich Mann, milieu Piscator etc. […]

95N’envoyez pas la « Revue d’Allemagne » ; si je la reçois, bien ; sinon je la verrai chez Viénot. Ça n’a aucune importance, que les Fischer et les Nostitz ne soient [ne s’entendent] pas bien, je m’ar­range.[…]

*

  • 60 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 403.

Vendredi 18 novembre 192760

  • 61 Adrien Robinet de Cléry était un des présidents de la « Ligue d’études germa­niques » (cf. p. 33, n (...)
  • 62 Viénot avait été membre du cabinet civil du Résident Général de France au Maroc, Hubert Lyautey (18 (...)
  • 63 La fille unique d’Emile et Aline Mayrisch, Andrée, était liée avec Viénot, qui allait l’épouser — a (...)
  • 64 Ivan Goll (1891-1950), écrivain d’origine alsacienne écrivant en français et en allemand ; vécut de (...)

96J’avais oublié de vous dire que j’ai vu avant-hier Robinet de Cléry61 chez Crémieux : un vieil homme, petit et chauve, qui parle avec une petite voix suave — comme un enfant. M’a donné son adresse, j’irai, mais c’est sans intérêt. Sa mère donne souvent des conférences à la Maison du livre, sur les sujets les plus effroyables. Dîner avec Viénot. Nous avons discuté jusqu’à une heure avancée de la nuit ; m’a beaucoup parlé de sa vie au Maroc ; très ami avec Lyautey62 ; il semble malgré tout que la République ait été solide, même si nous n’avions pas eu un dictateur pendant la guerre. Puis nous avons parlé du Comité franco-allemand ; il semble qu’il en soit le fondateur, avec à l’arrière-plan les figures de Mayrisch, de Madame Mayrisch et de sa fille. 63 Ivan Goll64 a également essayé de soutirer de l’argent au Comité. — J’en apprendrai plus sur les mouvements de jeunesse par lui.

  • 65 C’est-à-dire Ernst W. Freissler, le responsable de la littérature étrangère chez Fischer.
  • 66 Rudolf Kayser : Stendhal. Das Leben eines Egoisten, Berlin, Fischer Verlag, 1928.

97Hier matin au séminaire. Ensuite Crémieux aux éditions Fischer ; tandis que je l’attendais dans la rue, j’ai vu quelqu’un le déposer en voiture : Hans Jacob. Discuté avec Freissler au siège des éditions Fischer (il est de bonne composition au fond, mais il a ses idées et sent particulièrement qu’il est le « chien de garde » de la maison et il aboie ; par ailleurs, un livre de lui est paru). 65 Discuté avec Kayser, le gendre d’Einstein (le vrai, Albert), qui écrit quelque chose sur Stendhal66 et que je reverrai. Discuté avec Saenger, vieux raseur, mais pas idiot. Et Bermann est également venu nous voir. C’était très drôle et intéressant, mais tout de même pas si terriblement intéressant que ça pour moi ; je sais à présent très bien que ce sera difficile. J’écris ce matin à Aron.

  • 67 Cf. Marcel Proust : Im Schatten der jungen Mädchen. Übersetzt von Walter Benjamin und Franz Hessel, (...)

98J’écris en français pour accélérer le rythme. Conférence de Crémieux sur le théâtre, longue infiniment. Lauret ronflait comme un bienheureux. Hans Jacob y était, à côté de moi : peloteur, malin, très déplaisant ; nous en reparlerons. Présenté à J. Crepet, qui est quelque chose à l’ambassade, à Mme Blum, femme du correspondant du « Matin » je crois, ou du « Journal » plutôt ; Lauret est pour quel journal ? Je ne sais plus. Et puis un certain Walter Benjamin (« Lite­rarische Welt »), traducteur de Proust ? ? ? 67 Et puis dîner chez Mme Olden. […]

99Viénot trouve qu’il y a un peu beaucoup de conférenciers français en ce moment : deux ou trois par semaine, Duhamel, Anatole de Monzie, Champetier de Ribes , peut-être Bernard Faÿ, un protégé de Mme l’Ambassadrice. […]

  • 68 Deux amis de Pierre Bertaux, à peu près de son âge ; Eugène Choublier était au début d’une carrière (...)
  • 69 Les premiers volumes du roman de Roger Martin du Gard ; cf. p. 102, note 58.
  • 70 Pour le texte original en allemand, cf. ci-dessous, p. 404.

100Une lettre de Choublier, de Baillou,68 une tout à fait gentille de Mme Heinrich Mann, une d’Allégret avec un mot de Gide. Was mir Allégret schreibt : Gide a modifié la 2e partie, il faut attendre de nou­velles épreuves. Possibilité d’établir à frais communs (Gallimard et Samuel Fischer Verlag) des clichés d’illustrations. — Gide propose deux coupures, attend qu’on lui en propose d’autres, mais réserve son veto. — J’en parlerai à Bermann, sans passer par le chien de garde. Mais cela ne donnera pas grand chose. Surtout les « Thibault » n’ont aucune chance au S. Fischer Verlag : même Crémieux l’a déconseillé.69 Isadora con­vient bien mieux. Je ne sais pas encore comment Bermann en a entendu parler, mais je le découvrirai […] 70

101Rien qu’un mot, que m’inspire votre lettre : je crois que Lichten­berger qui d’ailleurs aime beaucoup Thomas Mann, aimerait étran­gler Heinrich Mann, que ce n’est que pour ça qu’il s’en occupe.

*

Samedi [19 novembre 1927], 5h et demie

  • 71 Roland de Margerie (1899-1990) était le fils de l’Ambassadeur de France à Berlin, en poste jusqu’en (...)

102J’écris encore en français, parce que j’ai beaucoup de choses à faire, que ça ira plus vite et mieux. Pour commencer par la fin, je sors de chez Roland de Margerie.71 Tout à fait gentil, affable, a l’œil, — m’a invité à déjeuner lundi chez lui. Tuyaux intéressants : un certain Schmid qui est quelque chose à l’Institut de Droit international (« Institut für Völkerrecht ») désire me voir ; il paraît que c’est un jeune, dans les 25 ans, très désireux de contact avec des Français. D’ailleurs « national » ; le mot d’ordre dans les relations avec les Allemands et je crois avec l’Allemagne : ne pas les écœurer par du « rapprochementisme » et le cœur sur la main ; parler avec les plus « nationaux » du ton de gens qui restent sur leurs positions mais s’intéressent l’un à l’autre. C’est une façon de voir et pour l’instant je crois qu’il faut que ce soit mon attitude : surtout éviter de se compro­mettre d’une façon quelconque en semblant « politisch gesinnt » d’une façon marquée. Je suis frappé de l’intensité, à la fois du « rap­prochementisme » (je vous demande pardon de ce mot que je forge, mais la chose existe) de certains, Nostitz, Wechssler par exemple (avec nuances), et [du] mot « deutsch » qui revient toujours dans la bouche ou sous la plume des autres — quelquefois des mêmes, des Jugendbewegten p. ex., sans que ce soit ce qui serait chez nous du nationalisme. — Eviter d’avoir l’air de vouloir leur apporter quelque chose (même des livres à traduire), être curieux d’eux et de ce qu’ils font ; [ils] sont, la plupart du temps, prêts à parler d’eux. Sans doute, ils sont curieux de l’étranger mais … mais il y a la nuance que je trouverai une autre fois. —

  • 72 Roland de Margerie.
  • 73 Cf. p. 85, notes 18 et 19.
  • 74 Anton Kippenberg (1874-1950), éditeur et écrivain ; après des études littéraires, il prit la direct (...)
  • 75 Le roman de Louis Aragon paru en 1926.
  • 76 Il s’agit probablement des mémoires d’Isadora Duncan (1878-1927), la danseuse américaine d’avant-ga (...)

103Revenons à Roland.72 Parlé de Mme de Nostitz ; la note : bonne volonté, touchante, naïve, à encourager. Mme Antonina Vallentin, qui mène « Nord und Süd » avec le professeur Ludwig Stein73 — dange­reuse, donne ici du fil à retordre. Wechssler, un fou, bien gentil, mais un fou etc … Et puis alors, la grande révélation : hier déjeunait chez lui Kippenberg74 (je ne sais si c’est l’orthographe), patron de l’Insel-Verlag, retour de Paris, avec quantité de contrats en poche, une liste d’une cinquantaine d’ouvrages à paraître en poche aussi, qu’il veut donner. Roland de Margerie a vu la liste, mais ne se souvient pas, sait seulement qu’il n’y a pas le « Paysan de Paris »,75 qu’il a recommandé à Kippenberg. Kippenberg a son gîte habituel à Leipzig, mais je tâcherai de le voir. En tout cas, c’est par une heureuse inspiration que je n’ai pas encore envoyé ma lettre à Aron ; je vais lui faire une jolie petite lettre. Il verra au moins que je suis renseigné, pas par lui. Je tâcherai de savoir quelque chose sur ce Kippenberg par les Bermann que je vois ce soir, et tâcherai aussi de savoir (prudemment) si c’est la NRF qui leur a proposé Isadora.76

  • 77 Otto Grautoff (1876-1937), historien de l’art et critique littéraire, était à l’époque en train de (...)
  • 78 Joseph Chapiro (né en 1893), d’origine russe, tenait un salon littéraire à Berlin très prisé ; aute (...)
  • 79 Jean-Marie Carré : La vie de Goethe, Paris, Gallimard, 1928.

104C’est très amusant, toutes ces histoires, mais je ne veux pas y perdre de temps, car il est difficile de faire quelque chose. Et puis il y a trop d’aigrefins, de filous : Grautoff77, Hans Jacob, Chapiro78 dont Bermann affirme que malgré les apparences c’est un « ehrlicher Kerl » ; quelques autres encore comme Goll etc — et vous savez bien qui (à un tout autre propos, Groethuysen est très, très bien avec Wechssler) ; que tous ces gens se démerdent entre eux ; je tâcherai de m’en amuser, de m’en occuper dans la mesure où ça me fera voir des gens etc. Mais je crois ne rien devoir à Aron, bien qu’il m’ait envoyé encore la « Vie de Goethe » par Jean-Marie Carré,79 — pas mal, d’ail­leurs. Du coup, je vais lire « Dichtung und Wahrheit ».

  • 80 Le « Comité franco-allemand d’information et de documentation ».
  • 81 Il s’agit de Victor Bruns, professeur de droit international à l’Université de Berlin. L’assistant (...)
  • 82 C’est-à-dire les boursiers français de l’Ecole libre des Sciences politiques et de la Fondation Roc (...)

105Rapports de Viénot et de l’ambassade quelque chose de curieux ; personnellement très bien, et rôle politique de Viénot, dont je ne puis vous parler. Très symptomatique, d’ailleurs, qu’on passe par-dessus l’ambassade. Le plus rigolo, c’est que je ne sais toujours pas ce que c’est que ce Comité.80 Je sais que ce Schmid qui veut me voir est un sous-ordre de Bruns81 (je ne sais comment ça s’écrit), directeur de cet Institut et membre du Comité. En décembre, Viénot ira pour quelque temps à Paris. Les Sciences-po et Rockefeller82 qui sont ici sont des ballots d’étudier ce qu’ils font, ou plutôt ils ne s’attaquent pas au problème central : le gouvernement des banquiers, des industriels, des directeurs de journaux et des « intellectuels » à la solde. Il est vrai que c’est un gros morceau, parce que ce n’est qu’un début, à un stade pas encore différencié. […]

  • 83 Ramon Fernandez (1894-1944), essayiste et l’un des plus constants collaborateurs de la Nouvelle Rev (...)
  • 84 Max Rychner (1897-1965), historien de la littérature et écrivain suisse, directeur de la revue Neue (...)
  • 85 Jean Schlumberger (1877-1968) comptait parmi les responsables des Décades de Pontigny, auxquelles H (...)

106Je ne sais si je vous ai raconté que Viénot me parlait du suicide de la Sévrienne ; il en accusait en somme Pontigny, semblant dire que c’était presque attendu depuis plusieurs années et que certains, Fer­nandez83 entre autres, y jouaient un jeu assez déplaisant. Vous ai-je dit que Herbert Dieckmann en savait quelque chose, mais n’en disait rien et que Max Rychner84 aussi devait savoir ? Il paraît que Dieck­mann a été remarqué à Pontigny, par Schlumberger en particulier.85

  • 86 C’est-à-dire les deux principaux représentants de la germanistique à la Sorbonne ; cf. p. 61, notes (...)

107Pêle-mêle : je redis que Lichtenberger veut étrangler Heinrich Mann, et il ne faut pas laisser faire ça, que Heinrich Mann parle devant 2 pelés, 3 tondus des Tchéco-Slovaquesses et des Yougo-Slavines. Je sais bien que c’est dur, surtout à cause du tandem Lichtenberger-Tonnelat.86 […]

  • 87 Sur Bernard Faÿ, cf. p. 68, note 76.

108Donc hier soir, dîner chez Wechssler. Convoqué à 7h 30 ; je me méfie du coup ; j’arrive à 8 h moins cinq et je suis le premier arrivé. Pas Juifs, à la façon dont ils parlent des Juifs ; je sais que Harden n’estimait, je crois, au monde que les Juifs antisémites. — Très cordiaux, accueillants ; 3 étudiantes et 3 étudiants, plus moi. Mme Wechssler a beaucoup causé avec moi, très gentiment. Lui ne fait pas du tout le pontife, mais plaisante, rit plus fort que les autres, crie, hurle, roule des yeux, parle alternativement de blackbottom, de con­tresens dans un texte altprovenzalisch, de littérature française con­temporaine, de bière et de vin, de mise à la retraite, de conférences, etc. Viénot m’avait demandé de faire un sondage pour Bernard Faÿ87. Wechssler ne réagit pas, trouve son livre abominable (15 secondes), abominable (15 secondes) oui, abominable. Les trois Philologinnen n’avaient aucune espèce d’intérêt ; l’une exprimait ses regrets de ne pas avoir fait de la théologie, l’autre : « Comme je voudrais aller à Paris ! ». L’un des étudiants est aussi sans intérêt, le deuxième est ce Hess, que je vois ailleurs plus librement et le troisième est intéres­sant ; il est le chef d’un groupe de Jugendbewegten, et ne demande pas mieux que d’en parler. Ce qu’il y a d’étrange dans ces mouve­ments, c’est aussi peut-être caractéristique d’ici : rien d’un mouve­ment d’idées, que je m’attendais à trouver, rien de philosophique, pas de pensée de conscience ou de sagesse : une métaphysique, sous les dehors de culture physique, et « besoin de faire une race forte », une Allemagne forte, même chez ceux qui ne pensent pas à une revanche. Mais ils pensent encore tout à fait selon la forme : nation, deutsch, deutsch, deutsch toujours, parce qu’ils n’ont pas l’occasion de penser à autre chose, sous une autre forme. Ceci n’est pas clair, il vaut mieux que ça ne le soit pas pour l’instant, ou ne le paraisse pas parce que ça ne l’est pas. […]

109Mme Reichenstein me canule pour que je recommence ma confé­rence sur Crémieux, mais je lui envoie promesses, aussi gentiment que possible. Elle canule Duhamel pour qu’il parle chez elle … Duhamel loge chez Wechssler. […]

  • 88 Le « Europäischer Kulturbund » était la dénomination des sections allemande et autrichienne de la t (...)
  • 89 La Fondation Carnegie, dont la centrale européenne se trouvait à Paris et dont Henri Lichtenberger (...)
  • 90 La « Coopération intellectuelle » était la « Commission Internationale de Coopéra­tion Intellectuel (...)

110En relisant la lettre de notre pépère, reçue ce matin, je ne m’y retrouve plus : 1.) Le Kulturbund, c’est bien Rohan, n’est-ce pas ?, 2.) l’Union intellectuelle,88 [3.] Carnegie,89 [4] la Coopération intellec­tuelle,90 Genève, etc. ? Je refais la salade, alors que l’autre jour j’avais tiré au clair. […]

*

  • 91 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 404.

Lundi, 21 novembre 1927.91

111Demain, cela va faire un mois que je suis arrivé [...]

112Ce matin Hübner ; assez intelligent, parfois « brillant » ; ce matin par exemple : parallèle entre les frères Grimm ; j’en retire beaucoup de choses, je comprends presque tout : mais j’ai quand même du mal à noter correctement l’essentiel [...]

  • 92 Walter Hasenclever (1890-1940) écrivain (drames), vivait depuis 1925 en France.
  • 93 Friedrich Würzbach (né en 1886) était le directeur de la « Nietzsche-Gesellschaft » à Berlin-Charlo (...)
  • 94 Félix Bertaux avait commencé une étude sur la pensée de Friedrich Nietzsche qu’il abandonna et qui (...)
  • 95 Le n° 1 de la Revue d’Allemagne parut en novembre 1927 ; cette revue était princi­palement consacré (...)
  • 96 Edmond Vermeil (1878-1964), germaniste disciple de Charles Andler, avait publié dans le premier num (...)
  • 97 Le professeur à l’Ecole libre des Sciences politiques André Siegfried (1875-1959) avait publié Les (...)

113Puis, à midi Roland de Margerie. J’étais assis à la droite de Madame de Margerie. Etaient présents : Mariotte qui travaille sur la S.D.N en Allemagne, Berger (un jeune Français, déjà vu chez Viénot), Hesnard, Renoir, le fils du peintre, et sa femme, - Lili Turel ex-femme de Hasenclever92 et une Madame Graupel (ou quelque chose comme ça). Beaucoup parlé avec les De Margerie. Ils étaient curieux : lui, parce qu’on lui a demandé ici et là mon adresse (par exemple ce Schmid, de l’Institut de droit international). — Elle, parce que : « qui est ce jeune Français que je ne connais pas et qui parle avec Madame de Nostitz ? » En vrac : Groethuysen ? Apprendrai-je quelque chose ? Vient très souvent à l’ambassade voir De Margerie quand il est à Berlin ???? Un type prodigieusement habile. Nous avons parlé de la Princesse Bratiano (on dit Batiano, sans -r) des Archives Nietzsche, de Madame Förster-Nietzsche, qui était prodigieusement francophobe il y a deux ans. Le président est un dénommé Würzbach93 ou quelque chose comme ça : Est-ce que tu le connais ? Affirme qu’il y a 150 pages inédites qui seraient très importantes et montreraient un Nietzsche intéressé par la biologie. Tu connais le prix décerné au meilleur travail sur les influences de la littérature française sur Nietzsche ? Ou plutôt les deux prix, dont l’un est censé être accordé à un Français. Dans le jury : Thomas Mann, président d’honneur, du côté français Lichtenberger, Andler et Alain. Du côté allemand ?? Cela m’a fait penser à ton travail sur Nietzsche 94…Qui est ce Raoul Patry (Revue d’Allemagne) ? A déjà travaillé sur « la religion en Allemagne ». Roland dit du premier numéro 95: gris, solide, ferme ; Vermeil96 : tendancieux ; curieux comme il a l’air déçu, désemparé, de mauvaise humeur ; je signale à Boucher une conférence de Hof­mannsthal que je vais vous prêter ; nous avons toute une équipe de germanistes épatants, à qui ils n’ont que Curtius à comparer ; Siegfried (« Les Etats-Unis »)97 va faire un ouvrage de premier ordre sur l’Allemagne ; Pernot …

  • 98 Joseph Arthur Comte de Gobineau (1816-1882), écrivain et diplomate ; auteur de : Essai sur l’inégal (...)

114J’ai bien résisté à ce petit examen qu’il m’a fait passer, me coinçant dans un salon à part pour trois quarts d’heure et parlant tout le temps. Grand rôle des relations, plaisir à trouver des noms connus des deux parts. Figari : parle de Supervielle. — Arrangerait volontiers quelque chose pour lui, sauf entre le 25 décembre et le 6 janvier. — Il faut que je lise un peu de Gobineau ;98 ce sera vite fait, une heure ou deux … Roland sait tout ce qui se passe dans toutes les ambassades depuis toujours ; il est né dans la carrière. Du point de vue mondain, ça a l’air bien mené, quoique le buffet soit moins réputé que le buffet russe […]

*

Lundi [21 novembre 1927] minuit

  • 99 L’auteur donne le surnom de « Salavin » à Georges Duhamel, en se servant du nom du personnage centr (...)
  • 100 Werner Mahrholz (né en 1891) était critique littéraire et directeur de la revue Hochschule ; il ava (...)

115[…] Salavin99 a parlé ; il a parlé du roman et de la vie ; un peu de pathos à bon marché, de pathétique facile : je pars, je vous aime, bon public, je ne vous reverrai jamais plus ; (à partir d’ici, je brode) ; je suis ému, vous êtes émus, je ne peux pas vous embrasser tous — Une foule bœuf, une vache foule de 600 personnes, une cohue, s’entassant, piétinant, claquant. Hans Jacob, enveloppant, insinuant, monoclé et puant, me réinvite, ne me lâche pas d’une semelle, connaît tout le monde, même Esther Olden, la sœur de Peter, à qui j’avais passé une invitation. Reconnu dans l’assistance Mahrholz, — tu sais, Pen-Club, histoire de la littérature allemande.100 […]

116L’important Hesnard, un vieux singe à qui on n’apprend pas à faire des grimaces […] Mes élèves. Et reconnu aussi ce sacré Salavin, toujours le même, un peu sententieux, effroyablement bon, tendre, bête, gros. — L’inévitable « femme avec qui Rilke a passé huit années de sa vie » ; je voudrais savoir combien il y en a au kilomètre carré en Europe ; — Mlle Bricon, Briton, Britton aussi, — on les reconnaît à ce qu’elles boitent et que ce sont d’abominables vieux tableaux. Celle-ci, en l’espèce, courait après Duhamel pour le dessiner — car elle a « un joli coup de crayon. »

  • 101 Personnage non identifiable ; d’après les allusions aux activités de Richard Schade dans les autres (...)

117Puis, couronnement, un Teeabend au séminaire sous la présidence de Wechssler, — à peine 100 personnes. Encore conversation avec Roland de Margerie. Kippenberg a acheté tous les Mauriac — grand bien lui fasse ! — et le prochain Aragon. On me serre la main affec­tueusement : Richard Schade, que je reconnais avec peine.101 — Mme Wechssler, très gentille. Wechssler me bourre de gâteaux. — Coincé dans un canapé, à un moment, à côté de Duhamel, — parle de votre entrevue, de l’Europe qu’il vient de voir, aura tout vu quand il aura été en Hongrie et en Roumanie. Il est tout de même un peu trop Salavin — ce sacré Salavin, il n’en fait jamais d’autres — il vous force un peu trop à vous incliner devant son immense amour de l’huma­nité, qu’il connaît très, très bien. De Margerie père me reconnait, me demande d’aller le voir. Visite à faire aux prochains jours. — Un vieux raseur, idéaliste et naïf, veut faire à Paris des séances en alle­mand avec conférences, projections, tombola, Lieder zur Laute. Je l’envoie à Lautman, et je préviens Lautman. — Une demoiselle me demande de parler à Duhamel d’une traduction qu’elle fait. Moi, homme d’affaires moderne : Avez-vous un éditeur ? Non, mais une recommandation de Rabindranath Tagore. Très bien, je vais en parler à Duhamel. Un tour de salle. — Hélas, Mademoiselle, des pourparlers sont engagés … — Hans Jacob se précipite sur moi : cher ami, mon bon ami … venez chez moi un de ces jours, je vis très simplement, je finis ce soir un scénario de film exécrable, c’est pour gagner ma vie (il hérisse son monocle, se drape dans son manteau : face glabre, regard dominateur à 1m 50 du sol) ; voulez-vous me présenter à M. Roland de Margerie ? Un tour de table, il recommence : cher ami, pourquoi, enfin pourquoi ne fait-on pas de conférences allemandes à Paris ? Je voudrais faire quelque chose ; j’ai parlé déjà en français ici ; j’aimerais parler en allemand à Paris. Je vous demande pardon, mon ami M. Löser … un tour de table et je fous le camp. — Je vous jure que ça vaut douze, mais ne pas en abuser. Duhamel repart demain. Anatole de Monzie, Maritain, moins emballant. […]

118Roland de Margerie est charmant avec moi, — plus que diplomate, ce qui m’étonne. Ça lui fait un peu d’effet que je connaisse tant de gens. En dehors de l’intérêt, ça m’amuse de tâcher de faire mon chemin dans cette forêt, de voir le jeu de choses, de m’y faire ma place. […]

119Golo Mann m’a téléphoné ce matin. Je ne l’ai encore jamais vu. L’air embarrassé. Ne veut à aucun prix donner son adresse […]

120Déjeuner avec Viénot. […] J’apprends beaucoup d’un article sur les associations extra-parlementaires : Stahlhelm, Jungdeutscher Or­den, Wiking, etc. que je vais résumer pour Viénot.

*

  • 102 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 405.

[Jeudi] 24 novembre 1927102

121[…] Mes occupations d’hier et d’aujourd’hui ! Hier matin : Hübner, Séminaire. Mes étudiants sont bien gentils et parlent déjà bien français. Très amusant de voir comment on peut intéresser et animer un tel groupe !

122Déjeuner à la Humboldt, mais pas assez copieux — Puis Café Wien avec Denoyer.

  • 103 Georges Bonnet (1889-1973), homme politique, représentant du radicalisme, venait d’entrer dans sa c (...)

1235 heures : Avec Viénot nous sommes allés chez les De Prévaux. Il y avait : les De Prévaux, des gens bien sympathiques — la Baronne von Nostitz qui m’a invité à nouveau. Le Baron Alfred von Nostitz, insignifiant. Le comte Montgelas, le Prof. W. Haas (Ecole supérieure de Sciences poli­tiques) ; j’ai parlé à nouveau avec lui : intéressant, mais « à utiliser avec prudence ». Madame Alexander (je croyais tout d’abord qu’elle était Fran­çaise en l’entendant parler français), un Roumain bizarre comme sorti d’un « roman-feuilleton ». Viénot, Madame Roland de Margerie, très gentille avec moi, Gaillet-Billoteau (Plan Dawes, archicube, le meilleur connaisseur des questions financières de la Prusse), Hesnard : il faut manger — et boire du vin, et le ponte : Georges [Bonnet]103. C’est de la politique secrète dont je ne sais pas grand-chose : tentative de conciliation, de rapprochement, quoi exactement ? (Initiative du Comité — par-dessus l’ambassade !! Très cu­rieux, phénomène caractéristique.).

  • 104 Ephraim Frisch (1873-1942), écrivain et critique littéraire d’origine autrichienne. Après des étude (...)
  • 105 Il s’agit de Hans Reisiger (1884-1968) écrivain (romancier et traducteur) vivant en Italie, en Suis (...)

124Puis repas du soir à la Humboldt, et un trio de Tchaïkovski chez les Bermann. Les personnes qui jouaient avec Madame Bermann étaient : un violoncelliste insignifiant et la fille de Cassirer (Bruno sans doute ?) qui publie Zénobie d’Ephraïm Frisch. 104 Il n’y avait que les Fischer (le vieux Fischer est quand même formidable ! je vous l’avais déjà dit !) et Reisin­ger ( ?)105 qui était à Berlin en visite ; un homme fin, assez à gauche et pacifiste, mais pas « pacifiste bêlant », « pacifiste pathétique et facile ». J’aurais bien aimé parler plus avec lui et notre conversation semblait l’intéresser, mais il part aujourd’hui en voyage. […]

*

Dimanche 27 novembre 1927

  • 106 Ernst Toller : Hoppla, wir leben !
  • 107 Ernst Toller : Hinkemann, drame expressionniste écrit en 1921/22 durant sa captivité.

125[…] Reçu une lettre tout à fait charmante (!) de [Robert]Aron : bousculé … chaque lettre une victoire … les renseignements vien­dront bientôt … Kippenberg veut avoir « Si le grain » et rien d’autre (à propos : jamais Samuel Fischer ne prendrait « Si le grain » pour l’instant). Pour Isadora, renvoie à Bradley. Voudrait avoir la pièce de Toller.106 Alors voici pour ce rayon : j’ai téléphoné vendredi au Theater am Nollendorfplatz où la secrétaire de Piscator a répondu très gentiment : Piscator en voyage. Théâtre Alfred Jarry déjà deman­dé les droits. (Je voudrais quelques tuyaux sur le Théâtre Alfred Jarry, surtout sur le machin d’Aron). […] Maintenant pour les droits, c’est Kiepenheuer qui les a et ce me sera l’occasion de me mettre en rapport avec Kiepenheuer cette semaine, sans que j’en attende grand-chose d’ailleurs, ni pour les traductions, ni pour « Hoppla ! ». Mainte­nant on va faire des tournées en Allemagne avec « Hoppla ! », peut-être à l’étranger. Ensuite j’irai voir « Hinkemann »107 de Toller dont on dit que c’est bien meilleur, qui se monterait peut-être à moins de frais. […]

  • 108 Cela veut dire Ernst Robert Curtius.
  • 109 Leopold von Hoesch (1881-1936), ambassadeur d’Allemagne à Paris de 1924 à 1932, avait donc donné so (...)

126Le duo : Wechssler-Viénot, — ça peut aller sans discordances, avec prudence. Et je n’oublie pas Ernst Robi108, membre du Comité, ami intime de Viénot, qui, peloteur, me mène au concert, etc. Un jour, scène énorme : il joue le grand jeu, fait le bien informé ; je lui ai parlé de la Humboldt[-Stiftung] : « quand on est recommandé par Thomas Mann et von Hoesch ! »109 ; moi, je joue l’épaté : d’où saviez vous … Alors lui : « Oh … ce n’est pas difficile à deviner ! » Veut laisser en­tendre qu’il sait beaucoup de choses ; moi, je sais qu’il a deviné, qu’il ne sait pas : il aurait dit aussi Heinrich Mann, dont il n’a pas d’Ahnung que je le connais. […]

  • 110 C’est-à-dire le « Comité Mayrisch ».

127L’intérêt aussi du Comité110 : approcher les industriels, des gens comme ça. Mon impression : au xixe siècle, le ton donné dans l’évo­lution politique par la France. Deux éléments opposés : les démo­crates et les (antidémocrates) réactionnaires. Opposition sur ce point : la démocratie fait que les deux mouvements opposés aboutissent … à l’évolution de la démocratie, qu’ils lui soient favorables ou hostiles. Depuis la guerre, ici, tout au moins chez les industriels, le commu­nisme est le point brûlant. Mais par cela même qu’on s’oppose au communisme, on en tient compte, on utilise ses méthodes. — L’évo­lution actuelle de l’industrie, si elle continue, aboutit à ce que les hommes, les têtes, les chefs sont submergés : on n’administre pas 1 milliard 200 millions de Marks = env. 7 milliards de Francs ! ! ! C’est le plus gros capital ici ; mais beaucoup de sociétés oscillent autour du milliard, Siemens-Schuckert, l’AEG, l’IG, etc. — La société tend à se confondre, par le fait même de la concentration, avec la Société ; — l’économie devient un pouvoir public, les journaux parlent des conseils d’administration comme chez nous des conseils des ministres.

128Voilà une impression qui repose sans doute sur peu de choses, surtout qui est très personnelle peut-être comme explication : le communisme des anticommunistes, et pourtant je vois que c’est quelque chose d’exact. — Mais alors tout ça passera par-dessus les Ernst Robi, Groethuysen, etc. — Indication : un type qui voit tout ça de l’extérieur, par ce que pense l’opinion publique, me disait : Robi, il paraît que c’est un type très antipathique ; il disait aussi, après la lecture des « Preußische Jahrbücher » sans doute : Heinrich Mann, je n’aime pas les hommes qui ont une haine. C’est donc ainsi qu’on le présente : un homme qui hait — les gens bêlants, ce ne sont plus les pacifistes et les tolérants, ce sont les catholiques ! […]

  • 111 Il s’agit encore d’Ernst Robert Curtius.

129Wechssler : si tu lui écrivais un mot, je crois que ça lui ferait plai­sir ; simplement un petit écho de ce qu’il fait pour les Français — sympathique cordialité — grand œuvre. Il n’est pas formaliste, et serait assez touché. A vous de voir. C’est vrai qu’il est toqué, mais si sympathique. (Prof. Wechssler, Berlin — Schlachtensee, Albrecht­straße 33), plus sympathique que le vieux renard du Neckartal …111 […]

  • 112 Alix Guillain (1876-1951), la compagne de Bernard Groethuysen depuis 1912, était journaliste et tra (...)

130Viénot a tâché de savoir quelque chose sur Alix Guillain112. Le rôle de Groethuysen s’éclaircit — et se complique. Surtout se renseigner les uns les autres et ne pas débiner le truc. […]

*

Lundi soir, 28 [novembre]1927

131[…] Je veux vous écrire, c’est le meilleur, de faire un peu avec vous le bilan 

  • 113 Ernst Robert Curtius, Charles Du Bos et l’abbé Henri Brémond constituent — d’après l’auteur — un gr (...)
  • 114 Jean Schlumberger (1877-1968), écrivain et critique littéraire d’origine alsacienne, était un des p (...)

132[…] D’abord, ce que vous dites du vieux renard du Neckartal : je n’ai pas parlé plus de Dieckmann parce que j’ai eu au fond une impression assez pénible de le sentir courageux, mais malade, mais surtout bouclé entre Curtius, Du Bos et Brémond113 — et rien à faire pour l’en sortir en 3 jours ; et je ne crois pas qu’il ait auprès de lui l’aide qu’il faudrait pour réagir par lui-même. Il paraît (tuyau Viénot) que Jean Schlumberger114 a remarqué le topo de Dieckmann à Pontigny.

133Evidemment ce n’est pas très gai : la clique du renard, avec tous ceux que vous savez, la clique Goll-Jacob etc., les gens qui ne savent pas ce qu’on fait pour eux, les menteurs, les étrangleurs, les canailles et autres. Non seulement c’est dur à manœuvrer, mais c’est décou­rageant — plutôt ça le serait, ça le sera peut-être, ça ne l’est pas pour moi pour l’instant. […] Il faut se faire sa place, c’est amusant quoique et parce que dur, une fois qu’on a fait le sacrifice que tout n’irait pas tout droit — et on a bien quelques joies aussi.

  • 115 Golo Mann (1909-1994), historien et publiciste, se lia à Berlin d’amitié avec Pierre Bertaux pour t (...)

134Je reprends pêle-mêle : j’ai déjeuné avec Golo Mann115 et passé l’après-midi avec lui ; Mme Thomas Mann ne l’aime guère : enfant renfermé et méchant … Il ne se présente pas bien, l’air d’être tout de travers, bossu et raide — froid d’abord. Au fond (après quelques heures mais c’est déjà ça) le plus chic de la famille ; intelligent, jugeant bien, il a du cœur, je crois, il a l’air fin ; en tout cas, il paraît tout cela, quand on s’attend à trouver « quelqu’un de la famille ». J’ai eu plaisir à passer l’après-midi avec lui. Assez solitaire, ne se débrouille pas facilement ; change trois fois de chambre en un mois ! J’ai eu de la chance pour la mienne. Je le reverrai volontiers. […]

  • 116 émile Mayrisch (1852-1928), le fondateur du « Comité franco-allemand d’infor­mation et de documenta (...)

135Hier soir, passé l’après-midi avec Viénot, dîné avec lui, passé la soirée. A beaucoup parlé. Quoiqu’il en soit, il est intéressant. Très pour nous, la suite : parlé de son Comité, noyauté autour de Mayrisch et de Peyerimhoff,116 pour qui il a la plus grande estime ; affaire conclue entre Peyerimhoff (houillères) et, je crois, l’IG (Farben­industrie) ou autre affaire pour la Verflüssigung von Kohle (très secret ! ! !) pour se rendre indépendant des pétroles d’USA et russes. Un milliard et demi pour commencer ; de Peyerimhoff donne 50 000 par an au Comité, mais celui-ci ne tient que par miracle (!) ou artifices de Viénot.

  • 117 Jacques Seydoux, diplomate et directeur de la commission du commerce inter­national au Quai d’Orsay (...)
  • 118 Gustav Krukenberg (1888-1980), juriste et officier de carrière, occupa après 1918 des postes de res (...)
  • 119 L’Evêque d’Arras, Monseigneur Julien était le seul représentant du clergé au sein du Comité franco- (...)

136Toujours incidents : avant-hier, article de Seydoux117 (du Comité) : que les Allemands désarment ! Membres allemands prennent la mouche. Viénot, Krukenberg118 combinent quelque chose, mais ils ne savent pas quoi. — Un jour Mgr. Julien119 (du Comité) parle des atro­cités saxonnes dans l’Artois. Nostitz (ultrasaxon) prend la mouche. Viénot écrit une lettre de Mayrisch, falsifie ( ! ! !) des lettres, des textes, truque des documents, manœuvre les gens les uns par les autres par des procédés qu’il reconnaît petits. — D’ailleurs, le Comité en a pour deux ans. Après, bonsoir. Voudrait qu’on fonde alors un Institut français à Berlin, un Institut allemand à Paris, et me propose de m’en occuper : dans 2, 3, 4 ans. Prendra une retraite provisoire, et puis alors — la grande vie. Part mercredi soir pour Paris, reviendra dans le courant du mois. […]

137Maritain va être bien accueilli, j’irai rigoler un coup. Sa venue a d’ailleurs été bien préparée par Crémieux, qui a un peu éreinté les écrivains catholiques — du moins de telle sorte qu’on semble s’en souvenir. […]

  • 120 Cet amalgame est l’expression du laïcisme rigoureux des Bertaux, père et fils.
  • 121 Arnold Bergsträsser (1896-1964), politologue, était à cette époque en train de pré­parer son habili (...)

138Viénot s’est décidé à s’occuper lui-même de Faÿ auprès de Wechssler. La communion des Saints, ça pue le Pontigny-NRF-Claudel-Copeau-Jean Schlumberger120 même. Viénot en parle quoi­que totalement incroyant. Il y a des malfaiteurs publics et ce pauvre Dieckmann est mal pris, comme une taupe aveugle, — ça le tirera peut-être de là. Il vaut mieux, à tout point de vue, — pour moi — que je ne sois pas à Heidelberg. Viénot est en relations constantes avec plusieurs milieux de Heidelberg, en particulier un certain Berg­strässer121 que je dois rencontrer. […]

Notes

1 Pour le texte original en allemand, cf. ci-dessous, p. 393.

2 Alexander Granach (1890-1949), acteur berlinois spécialisé dans l’interprétation des pièces de théâtre expressionnistes.

3 La « Volksbühne » était une association, issue du mouvement ouvrier en 1890, qui cherchait à faciliter l’accès au théâtre à la population moins fortunée ; elle possé­dait ses propres théâtres ; à Berlin, la « Volksbühne » comptait 120.000 adhérents en 1920.

4 Il s’agit de Klaus et Erika Mann qui ont fait ensemble un voyage autour du monde dont le récit a été consigné dans un livre. Le père qui écirt un article sur ce voyage est évidemment Thomas Mann.

5 Kurt Göpel succéda à Walter Zimmermann au secrétariat de la Alexander-von-Humboldt-Stiftung en 1928.

6 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 394.

7 Pour le texte original en allemand, cf. ci-dessous, p. 395.

8 Quelques jours après l’assassinat de Walther Rathenau (le 24 juin 1922) Harden fut la victime d’un attentat perpétré par des forces de la droite.

9 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 395.

10 Célestin Bouglé (1870-1940), professeur de sociologie, fondateur du « Centre de do­cumentation sociale » à l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, fut élu direc­teur adjoint à l’ENS en 1927, directeur de l’ENS en 1935. Il joua un rôle important à partir du milieu des années 1920 dans les tentatives pour rétablir les relations de l’ENS avec l’Allemagne.

11 Heinrich Mann : « Zwischen Ost und West. Das Land der Mitte », in : Berliner Tage­blatt du 27 octobre 1927.

12 Selon Pierre Bertaux, Linder occupait alors le poste de lecteur d’allemand à Paris.

13 Friedrich Wilhelm von Prittwitz und Gaffron (1884-1955) entra dans la carrière diplomatique en 1908 ; partisan de la coalition de Weimar (SPD, Zentrum, DDP), il fut nommé en 1921 ambassadeur à Rome, en 1927 ambassadeur à Washington ; il fut le seul ambassadeur allemand à donner sa démission lors de la prise de pou­voir par Hitler en 1933. L’homologue d’Henri Lichtenberger était plutôt son frère Erich von Prittwitz und Gaffron ; tous les deux faisaient partie du réseau euro­péen de la Fondation Carnegie œuvrant pour la réconciliation internationale.

14 En novembre 1927, parut le premier numéro de la Revue d’Allemagne ; Félix Bertaux était membre de l’équipe rédactionnelle de ce mensuel consacré à la vie culturelle et politique de l’Allemagne, complété par la Deutsch-Französische Rundschau pu­bliée à Berlin, à partir de janvier 1928.

15 Le roman de Thomas Mann Der Zauberberg avait été publié à la fin 1924 chez Samuel Fischer.

16 Félix Bertaux avait été inscrit à l’Université de Berlin entre 1903 et 1905.

17 Les textes d’André Gide ; cf. p. 1, note 59 et p. 65, note 66.

18 Antonina Vallentin (1893-1957), auteur d’une biographie sur Stresemann, dont elle était personnellement et politiquement très proche, tenait un salon très connu à Berlin au cours des années 1920 ; elle se maria à Paris en 1929. Elle avait traduit entre autres (avec Oskar Loerke) Frank Harris : Mein Leben.

19 Nord und Süd était une des plus anciennes revues culturelles en Allemagne, fondée par Paul Lindau en 1877. Passée sous la direction du sociologue Ludwig Stein (1859-1930) en 1912, elle fut relancée avec la collaboration d’Antonina Vallentin en mai 1927, après une interruption de plusieurs années.

20 Leonhard Frank (1882-1961), écrivain pacifiste et antibourgeois, se réfugia en Suisse en 1915 ; en 1918 un recueil de nouvelles (Der Mensch ist gut !, Zürich) ouvrit une série de publications pacifistes, dont le drame Karl et Anna, qui fut représenté avec succès, simultanément à Berlin et à Paris en 1926 ; Frank dut s’exiler en 1933 ; il passa par la France et s’installa aux Etats-Unis ; en 1950 il rentra en Allemagne et vécut à Munich.

21 Wilhelm Haas (1893-1956) était professeur à la « Hochschule für Politik » (cf. p. 64, note 60), responsable des relations extérieures ; il était aussi membre de la section allemande du « Comité Mayrisch ».

22 Helene von Nostitz-Wallwitz (1878-1944) avait passé une partie de sa jeunesse à Paris chez son grand-père, ambassadeur d’Allemagne ; elle était l’amie de Hugo von Hofmannsthal, Rainer Maria Rilke et d’Auguste Rodin. (Elle lui consacra en 1927 un livre : Rodin in Gesprächen und Briefen, Berlin, Dresden, Verlag W. Jess, 1927). Son mari était le président de la section allemande du Comité franco-allemand d’information et de documentation. Helene von Nostitz-Wallwitz tenait un des plus prestigieux salons à Berlin.

23 Il s’agit de la famille de banquiers, dont la renommé fut fondée par Gerson von Bleichröder (1822-1893), financier et homme de confiance de Bismarck. Le comte Montgelas mentionné est probablement Maximilian von Montgelas (1860-1938), officier de carrière, qui dirigeait l’édition de la documentation Die deutschen Doku­mente zum Kriegsausbruch 1914.

24 Cf. les romans de Hans Meisel : Torstenson. Entstehung einer Diktatur, Berlin, Fischer Verlag, 1927, et de Herbert Schlüter : Kinderhochzeit, Berlin, Fischer-Verlag, 1927. En 1927, Meisel avait 26 ans, Schlüter en avait 21.

25 Benjamin Crémieux (1888-1944), écrivain et critique littéraire, était alors le repré­sentant français du PEN-Club international (fondé en 1921). L’auteur fait allusion au roman de Benjamin Crémieux, Le Premier de la classe, Paris, Grasset, 1922.

26 Frank Harris (1856-1931), écrivain anglais, ami de George Bernard Shaw et Oscar Wilde ; Fischer publia en 1926/27 ses mémoires ; cf. Frank Harris : Mein Leben.

27 Arthur Hübner (1885-1937) avait fait ses études en philologie allemande à Berlin ; il avait travaillé sur la littérature du « Deutscher Orden » et sur des langues et littératures régionales en Allemagne ; professeur à l’université de Münster depuis 1924, Hübner venait d’être nommé à Berlin en 1927.

28 Le « Reichsbanner » (« La Bannière d’Empire ») plus précisément le « Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold. Bund deutscher Kriegsteilnehmer und Republikaner » fut fon­dé en 1924 par des sociaux-démocrates comme organisation de vigilance répu­blicaine.

29 Il s’agit d’un échantillon des nouvelles publications de Gallimard. Jean Prévost (1901-1944), disciple d’Alain et normalien, fut critique littéraire à la NRF de 1924 à 1940, auteur de romans et de recueils de poèmes ; résistant dans le maquis du Ver­cors en 1943/44, il fut fusillé en août 1944. Il s’agit ici du roman : Merlio petites amours profanes, Paris, Gallimard 1927.

30 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 397.

31 Karl Remme était un des cinq membres du comité directeur de la Alexander-von-Humboldt-Stiftung, auteur de : Die Hochschulen Deutschlands. Ein Führer durch Ge­schichte, Landschaft, Studium, Berliner Schriften des Akademischen Auslandsamtes an der Universität Berlin, 1926.

32 Les Décades de Pontigny ont été organisées depuis 1912 par l’« Union pour la véri­té », fondée par le philosophe Paul Desjardins (1859-1940), en collaboration avec le cercle autour d’André Gide et la NRF. Après la guerre, le rythme régulier des Décades annuelles reprit à partir de 1922, et beaucoup d’intellectuels allemands y assistèrent au cours des années 1920.

33 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 398.

34 Julius Petersen (1878-1941) était le directeur de l’Institut d’études germaniques à l’Université de Berlin depuis 1920.

35 Il s’agit d’Alfred Fabre-Luce (1899-1983). Issu de la grande bourgeoisie et élève de l’Ecole libre des Sciences politiques, il se fit connaître par son livre La Victoire (Paris, Gallimard, 1924) qui suscita beaucoup d’intérêt en Allemagne ; influencé par Nietzsche et obsédé par la crainte du déclin de la France, Fabre-Luce préco­nisait l’indépendance de l’Europe par rapport aux Etats-Unis aussi bien que par rapport à l’URSS. Difficilement classable du point de vue politique, il sera « munichois » en 1938 et « vichyssois » de 1940 à 1943. Après la Deuxième Guerre mondiale, un des grands publicistes d’orientation libérale-conservatrice.

36 Il est question ici de la « Fédération internationale des Unions intellectuelles », fondée par l’aristocrate autrichien Karl Anton Rohan ; cette Fédération avait tenu son premier congrès à Paris en 1924 ; elle comptait une dizaine de fédérations nationales en Europe et elle tenait des congrès, réunissant des intellectuels de haut niveau, jusqu’en 1932. Son chef de file, le Prince Rohan, adhéra au national-socialisme, à partir de 1933.

37 Alfred von Nostitz-Wallwitz (1870-1953), le mari de Mme von Nostitz, était le pré­sident de la section allemande du Comité Mayrisch, et avait des liens idéologiques et personnels avec la mouvance du Prince Rohan.

38 Le mouvement pan-européen du comte autrichien Richard Coudenhove-Kalergi était plus proche des organisations et des valeurs démocratiques que la « Fédé­ration internationale » élitiste du Prince Rohan.

39 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 400.

40 L’ancien secrétaire d’Etat au Ministère des affaires étrangères Theodor Lewald était, en effet, le président de la Humboldt-Stiftung.

41 Le Dictionnaire allemand-français que Félix Bertaux préparait ; cf. p. 59, note 40.

42 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 400.

43 François Porché avait parlé de « Paul Valéry et la poésie pure ».

44 Texte d’André Gide, publié en 1924. Le « xxe Siècle » était une anthologie publiée par Benjamin Crémieux : xxe Siècle. 1ère série. Marcel Proust, Jean Giraudoux, Henri Duvernois, Pierre Hamp, Valery Larbaud, Pierre Benoît, Jules Romains, Pierre Mac-Orlan, Paul Morand, Pierre Drieu La Rochelle, Jean Paulhan, Luc Durtain, Henri Pourrat, Paris, Gallimard, 1924.

45 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 401.

46 Cf. p. 68, note 75.

47 Ernst Robert Curtius, avec lequel le père de Pierre Bertaux avait eu une contro­verse idéologique et personnelle véhémente, est très souvent appelé ironiquement « Ernst Robi ». Le livre auquel l’auteur fait allusion ici est probablement Ernst Robert Curtius : Französischer Geist im neuen Europa, Stuttgart, Berlin, Leipzig, Deutsche Verlags-Anstalt, 1925.

48 Rudolf Kayser (1889-1946), publiciste qui avait rejoint l’équipe de la maison Fischer en 1919 ; de 1922 à 1933, il fut le directeur de la revue culturelle de cette maison Die Neue Rundschau ; après 1933 exil aux Etats-Unis.

49 Cf. André Maurois : La vie de Benjamin Disraeli, Paris Gallimard, 1927, et André Maurois, Benjamin Disraeli, Lord Beaconsfild. Sein Leben, Berlin, Fischer Verlag, 1928.

50 Roman de Suzanne Normand ; cf. p. 65, note 67. Freissler lui-même se chargea de la traduction allemande de ce roman.

51 Il s’agit de Gerhard Hess (1907-1983), qui devait faire une carrière universitaire dans l’Allemagne d’après-guerre, notamment comme président de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), l’organisme allemand le plus important pour le financement de la recherche scientifique. C’est une des nombreuses personnalités, dont Pierre Bertaux avait fait la connaissance à Berlin et avec lesquelles il a entre­tenu des liens amicaux tout au long de sa vie.

52 L’épouse de Balder Olden ; cf. p. 54, note 21.

53 Le bureau du Comité Mayrisch se trouvait Matthäikirchstraße 12, Berlin-W.

54 Louis Eisenmann était le directeur adjoint de l’« Office national des universités et des écoles françaises », un organisme de la politique culturelle extérieure.

55 André Germain (1882-1976), issu de la famille des fondateurs du Crédit Lyonnais, menait une vie de dilettante intellectuel, voyageant entre les capitales euro­péennes. Le livre mentionné était vraisemblablement André Germain : Pélerinages européens, Paris, Editions du Sagitaire, 1924, ou bien Chez nos voisins, Paris, Rieder, 1927.

56 La Revue Européenne avait été lancée en 1923 par la maison d’édition Kra et avec l’aide financière d’André Germain (cf. note précédente) ; son premier directeur (jusqu’en 1926) fut Philippe Soupault.

57 Jean Champetier de Ribes (1882-1947) était le fondateur du Parti démocrate populaire, inspiré par le catholicisme social ; il était disciple d’Albert de Mun et sympathisant du « Sillon » de Marc Sangnier ; il devait faire une carrière politique comme Sous-secrétaire d’Etat et Ministre durant la Troisième République.

58 Roger Martin du Gard (1881-1958) faisait partie du cercle autour de la NRF depuis 1913 et était un des piliers des Décades de Pontigny ; l’écrivain travailla à son cycle romanesque Les Thibault de 1920 à 1933 ; prix Nobel de littérature en 1937. Nous n’avons pas pu savoir de quelle « candidature » de l’écrivain il s’agit ici.

59 L’auteur parle ici de Julius Curtius (1877-1948), de 1926 à 1929 Ministre de l’éco­nomie et, de 1929 à 1931, Ministre des Affaires étrangères.

60 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 403.

61 Adrien Robinet de Cléry était un des présidents de la « Ligue d’études germa­niques » (cf. p. 33, note 52) et ami de sociaux-démocrates à Berlin.

62 Viénot avait été membre du cabinet civil du Résident Général de France au Maroc, Hubert Lyautey (1854-1934), d’octobre 1920 à la fin 1922.

63 La fille unique d’Emile et Aline Mayrisch, Andrée, était liée avec Viénot, qui allait l’épouser — après de longues hésitations de la part des Mayrisch — en juillet 1929.

64 Ivan Goll (1891-1950), écrivain d’origine alsacienne écrivant en français et en allemand ; vécut de 1919 à 1939 à Paris, s’exila aux Etats-Unis et rentra à Paris en 1947. Il a joué, avec sa femme Claire, un rôle important dans les milieux littéraires franco-allemands et a provoqué, entre autres, un conflit violent avec Paul Celan qu’il accusait de plagiat.

65 C’est-à-dire Ernst W. Freissler, le responsable de la littérature étrangère chez Fischer.

66 Rudolf Kayser : Stendhal. Das Leben eines Egoisten, Berlin, Fischer Verlag, 1928.

67 Cf. Marcel Proust : Im Schatten der jungen Mädchen. Übersetzt von Walter Benjamin und Franz Hessel, Berlin, Die Schmiede, 1927.

68 Deux amis de Pierre Bertaux, à peu près de son âge ; Eugène Choublier était au début d’une carrière au Conseil d’Etat ; Jean Baillou (né en 1905), élève de l’Ecole Normale Supérieure, fit une carrière dans les services culturels du Quai d’Orsay.

69 Les premiers volumes du roman de Roger Martin du Gard ; cf. p. 102, note 58.

70 Pour le texte original en allemand, cf. ci-dessous, p. 404.

71 Roland de Margerie (1899-1990) était le fils de l’Ambassadeur de France à Berlin, en poste jusqu’en 1931 ; il était lui-même entré dans la carrière diplomatique dès 1922 ; après 1945 il devint Ambassadeur au Saint-Siège de 1956 à 1959, à Madrid de 1959 à 1962, et à Bonn de 1962 à 1965.

72 Roland de Margerie.

73 Cf. p. 85, notes 18 et 19.

74 Anton Kippenberg (1874-1950), éditeur et écrivain ; après des études littéraires, il prit la direction de la maison d’édition « Die Insel » à Leipzig, en 1905. Cette maison était connue depuis la période avant la guerre par ses éditions d’œuvres complètes et bibliophiles.

75 Le roman de Louis Aragon paru en 1926.

76 Il s’agit probablement des mémoires d’Isadora Duncan (1878-1927), la danseuse américaine d’avant-garde, qui venaient d’être publiés en anglais.

77 Otto Grautoff (1876-1937), historien de l’art et critique littéraire, était à l’époque en train de lancer la revue Deutsch-Französische Rundschau (paraissant à partir de jan­vier 1928) et de jeter les bases pour l’organisation de la « Deutsch-Französische Gesellschaft » (DFG), très active dans les années suivantes ; cf. aussi p. 302, note 72. — Hans Jacob (1896-1961), écrivain et traducteur ; auteur d’une biographie de Rimbaud (1921) et traducteur de Jacques Rivière, Anatole France, Paul Morand, Raymond Radiguet entre autres. Pierre Bertaux devait plus tard travailler étroitement avec Hans Jacob à la radio au cours de la deuxième moitié des années 1930.

78 Joseph Chapiro (né en 1893), d’origine russe, tenait un salon littéraire à Berlin très prisé ; auteur, chez Fischer, d’un volume : Gespräche mit Gerhart Hauptmann.

79 Jean-Marie Carré : La vie de Goethe, Paris, Gallimard, 1928.

80 Le « Comité franco-allemand d’information et de documentation ».

81 Il s’agit de Victor Bruns, professeur de droit international à l’Université de Berlin. L’assistant de Bruns était Karl (Carlo) Schmid, qui travaillait au « Kaiser-Wilhelm-Institut für ausländisches öffentliches Recht und Völkerrecht » à Berlin depuis août 1927. Carlo Schmid (1896-1979), qui devint un des principaux hommes politiques des premières décennies de la République fédérale d’Allemagne, resta en contact suivi avec Pierre Bertaux.

82 C’est-à-dire les boursiers français de l’Ecole libre des Sciences politiques et de la Fondation Rockefeller séjournant à Berlin. La fondation Rockefeller jouait un rôle important de mécène des sciences sociales en France durant les années 1920.

83 Ramon Fernandez (1894-1944), essayiste et l’un des plus constants collaborateurs de la Nouvelle Revue Française depuis 1923 ; à partir de 1934, orientation de plus en plus nette vers la droite politique et, de 1940 à 1944, engagement dans les rangs de la collaboration.

84 Max Rychner (1897-1965), historien de la littérature et écrivain suisse, directeur de la revue Neue Schweizer Rundschau de 1922 à 1932 ; Rychner était membre du réseau international de la NRF et participait aux Décades de Pontigny.

85 Jean Schlumberger (1877-1968) comptait parmi les responsables des Décades de Pontigny, auxquelles Herbert Dieckmann (cf. p. 49, note 5) avait donc assisté.

86 C’est-à-dire les deux principaux représentants de la germanistique à la Sorbonne ; cf. p. 61, notes 49 et 50.

87 Sur Bernard Faÿ, cf. p. 68, note 76.

88 Le « Europäischer Kulturbund » était la dénomination des sections allemande et autrichienne de la très élitaire « Fédération internationale des Unions intellec­tuelles », fondée par le Prince Rohan (cf. p. 93, note 36) ; la section française s’appellait « Union intellectuelle ».

89 La Fondation Carnegie, dont la centrale européenne se trouvait à Paris et dont Henri Lichtenberger était le principal représentant en France, constituait un réseau particulier, favorisant des groupements pacifistes.

90 La « Coopération intellectuelle » était la « Commission Internationale de Coopéra­tion Intellectuelle » (CICI), créée en août 1922 comme organe subsidiaire de la So­ciété des Nations (SDN) ; en 1925 fut ouvert à Paris (au Palais Royal) l’«Institut International de Coopération intellectuelle » (IICI), dépendant de la CICI, mais subventionné par le gouvernement français.

91 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 404.

92 Walter Hasenclever (1890-1940) écrivain (drames), vivait depuis 1925 en France.

93 Friedrich Würzbach (né en 1886) était le directeur de la « Nietzsche-Gesellschaft » à Berlin-Charlottenburg. Après une interprétation européenne de Nietzsche, il le présentait comme précurseur du « Troisième Reich » à partir de 1933.

94 Félix Bertaux avait commencé une étude sur la pensée de Friedrich Nietzsche qu’il abandonna et qui n’a jamais été publiée.

95 Le n° 1 de la Revue d’Allemagne parut en novembre 1927 ; cette revue était princi­palement consacrée à la vie culturelle et littéraire de l’Allemagne et, dans une moindre mesure, à la politique et l’économie de ce pays.

96 Edmond Vermeil (1878-1964), germaniste disciple de Charles Andler, avait publié dans le premier numéro (p. 28-46) de la Revue d’Allemagne un article : « La démo­cratie en Allemagne ».

97 Le professeur à l’Ecole libre des Sciences politiques André Siegfried (1875-1959) avait publié Les Etats-Unis aujourd’hui, Paris, Armand Colin, 1927 ; ce livre a fait connaître Siegfried au grand public ; il est devenu un livre de reférence dans le grand débat sur « l’américanisme » en Europe ; le livre sur l’Allemagne mentionné ici, n’a jamais été écrit.

98 Joseph Arthur Comte de Gobineau (1816-1882), écrivain et diplomate ; auteur de : Essai sur l’inégalité des races humaines, 1851-1855, qui devint une référence majeure de l’idéologie raciste.

99 L’auteur donne le surnom de « Salavin » à Georges Duhamel, en se servant du nom du personnage central d’un roman de celui-ci. Georges Duhamel (1884-1966), médecin et écrivain, débutant dans la littérature dans le cercle autour de Jules Romains ; auteur du cycle romanesque Vie et aventures de Salavin, 1920-1935, 5 vol. ; Duhamel parla le 21 novembre 1927 au Romanisches Seminar sur « Le roman et la vie ».

100 Werner Mahrholz (né en 1891) était critique littéraire et directeur de la revue Hochschule ; il avait publié entre autres : Deutsche Dichtung der Gegenwart. Probleme, Ergebnisse, Gestalten, Berlin, Wegweiser Verlag, 1926.

101 Personnage non identifiable ; d’après les allusions aux activités de Richard Schade dans les autres lettres de Pierre Bertaux, il était professeur dans l’enseignement secondaire.

102 Pour le texte original cf. ci-dessous, p. 405.

103 Georges Bonnet (1889-1973), homme politique, représentant du radicalisme, venait d’entrer dans sa carrière ministérielle ; il était en mission à Berlin.

104 Ephraim Frisch (1873-1942), écrivain et critique littéraire d’origine autrichienne. Après des études de philosophie et littérature à Vienne, Berlin et Kiel (économie politique), Frisch fut lecteur et conseiller des maisons d’édition Cassirer, Fischer et Bloch Erben. De 1919 à 1925, directeur de la revue culturelle Der Neue Merkur à Munich. Exil en Suisse à partir de 1933 et contributions dans la presse allemande en exil. Son roman Zenobi fut publié en 1927 à Berlin.

105 Il s’agit de Hans Reisiger (1884-1968) écrivain (romancier et traducteur) vivant en Italie, en Suisse et à Munich ; entre autres, auteur d’une biographie de Walt Whitman (1922).

106 Ernst Toller : Hoppla, wir leben !

107 Ernst Toller : Hinkemann, drame expressionniste écrit en 1921/22 durant sa captivité.

108 Cela veut dire Ernst Robert Curtius.

109 Leopold von Hoesch (1881-1936), ambassadeur d’Allemagne à Paris de 1924 à 1932, avait donc donné son appui à la demande de bourse de Pierre Bertaux auprès de la Humboldt-Stiftung.

110 C’est-à-dire le « Comité Mayrisch ».

111 Il s’agit encore d’Ernst Robert Curtius.

112 Alix Guillain (1876-1951), la compagne de Bernard Groethuysen depuis 1912, était journaliste et traductrice (entre autres la première traductrice de Georg Simmel en France) ; elle adhéra au Parti Communiste durant les années 1920.

113 Ernst Robert Curtius, Charles Du Bos et l’abbé Henri Brémond constituent — d’après l’auteur — un groupe catholisant.

114 Jean Schlumberger (1877-1968), écrivain et critique littéraire d’origine alsacienne, était un des principaux organisateurs des Décades de Pontigny.

115 Golo Mann (1909-1994), historien et publiciste, se lia à Berlin d’amitié avec Pierre Bertaux pour toute la vie. Après des études de philosophie chez Karl Jaspers, il s’orienta vers l’histoire en travaillant sur la biographie de Wallenstein. Exilé en 1933, il vécut en France, puis, de 1937 à 1940, en Suisse et de 1940 à 1958 aux états-Unis. Rentré en Europe, il joua durant 30 ans un rôle important de commentateur et d’historien en République fédérale d’Allemagne.

116 émile Mayrisch (1852-1928), le fondateur du « Comité franco-allemand d’infor­mation et de documentation » et Henri de Peyerimhoff (1871-1953), un des plus puissants membres de la section française du « Comité Mayrisch ».

117 Jacques Seydoux, diplomate et directeur de la commission du commerce inter­national au Quai d’Orsay, devait quitter le Comité Mayrisch dès 1928.

118 Gustav Krukenberg (1888-1980), juriste et officier de carrière, occupa après 1918 des postes de responsabilité dans l’administration publique et privée ; il était, en tant que représentant allemand du Comité Mayrisch à Paris, l’homologue de Viénot à Berlin.

119 L’Evêque d’Arras, Monseigneur Julien était le seul représentant du clergé au sein du Comité franco-allemand d’information et de documentation.

120 Cet amalgame est l’expression du laïcisme rigoureux des Bertaux, père et fils.

121 Arnold Bergsträsser (1896-1964), politologue, était à cette époque en train de pré­parer son habilitation à Heidelberg ; il avait fait la connaissance de Pierre Viénot en 1924 ; il avait été bien accueilli à Paris en 1925 où il venait pour se documenter pour sa thèse d’Etat. Bergsträsser devint un des pères fondateurs des Sciences politiques en Allemagne après 1945.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site