Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un normalien à Berlin

 | 
Pierre Bertaux

Avant-propos

Hans Manfred Bock, Gilbert Krebs et Hansgerd Schulte

Texte intégral

1En arrivant le 22 octobre 1927 à Berlin par le train de 15 h 44 en provenance de Weimar, Pierre Bertaux (1907‑1986) sait qu’il va vivre une période décisive de sa jeune existence et il est bien décidé à profiter pleinement de ces mois qu’il va passer dans la capitale allemande. Ce qu’il ne peut pas encore savoir c’est à quel point ce séjour marquera durablement sa vie.

2C’est un très jeune homme — il vient tout juste d’avoir vingt ans. Parti de Paris huit jours auparavant, il a d’abord visité quelques « lieux saints » des germanistes : Heidelberg, puis Francfort et enfin Weimar où, après avoir rendu hommage à la mémoire de Goethe, il a été reçu au Nietzsche-Archiv, grâce à la recommandation de son maître Lichtenberger, par la sœur du philosophe, qui veillait jalou­sement sur les souvenirs de son frère.

3Le séjour qu’il s’apprête à faire à Berlin est d’abord destiné à satis­faire au règlement de l’Ecole Normale Supérieure, qui prévoit pour ses élèves l’obligation d’un séjour à l’étranger. Mais il correspond aussi et surtout à la volonté et au désir profond du jeune étudiant lui-même. D’une certaine manière, il met ses pas dans les pas de son père, Félix Bertaux, qui avait lui-même étudié à Berlin avant la Première Guerre mondiale.

4Dès 1925, Pierre Bertaux avait accompagné son père dans un premier périple outre-Rhin, principalement en Allemagne du Sud et en Autriche, voyage mémorable qui lui avait permis de rencontrer notamment Thomas Mann, Jakob Wassermann et l’éditeur Samuel Fischer … sans oublier la fille de ce dernier, Brigitte, dite Tutti. Ces personnalités joueront un rôle déterminant pour la réussite du séjour de Pierre Bertaux à Berlin en lui ouvrant l’accès à des cercles qui, sinon, lui serait restés fermés.

5Cette fois-ci le père est resté en France et ce sera le premier long séjour du jeune Pierre Bertaux loin de sa famille. Pourtant le lien familial n’est pas rompu pour autant grâce à la correspondance suivie qui s’installe aussitôt et que nous publions ici. Le milieu familial de Pierre Bertaux ne vivait que pour la littérature et pour les études. Son père, Félix Bertaux, a mené de front une double activité : d’une part comme enseignant d’allemand, auteur de manuels et d’un célèbre dictionnaire bilingue, et d’autre part, comme critique littéraire, spé­cialiste de littérature allemande à la NRF, traducteur d’écrivains alle­mands contemporains et auteur d’un Panorama de la littérature alle­mande contemporaine qui a fait autorité. Au cours des années 1920, le réseau des relations littéraires de Félix Bertaux comprenait quelques-uns des noms les plus illustres des littératures allemande et française contemporaines et il était également très actif dans les cercles de rencontres intellectuelles internationales, en particulier autour des Décades de Pontigny organisées par Paul Desjardin.

6Pierre Bertaux suivra tout naturellement la tradition familiale en devenant germaniste à son tour. Admis à l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm en 1926, c’est d’abord comme normalien qu’il sé­journe à Berlin. Il doit rester en contact avec l’Ecole, avec ses profes­seurs germanistes et préparer sérieusement la suite de ses examens et diplômes. Parallèlement, il acquiert une première expérience pédago­gique comme chargé de cours à l’université de Berlin, dans le sémi­naire du professeur Wechssler, assurant en quelque sorte des fonc­tions de lecteur sans en avoir le statut. Mais ses activités ne s’arrêtent pas là : à l’occasion, il donne des cours particuliers de langue ou des conférences, il participe à quelques activités de la fondation Hum­boldt dont il est boursier et surtout il fréquente assidûment les salons et les maisons d’édition où il cherche, du moins au début, à faire un véritable travail d’agent littéraire au service des auteurs français con­temporains.

7Une des grandes qualités de la correspondance de Pierre Bertaux avec ses parents réside dans la minutie avec laquelle le jeune étu­diant rend compte de ces activités si diverses. Elles lui permettent de fréquenter différents milieux et d’y côtoyer des personnalités de pre­mier plan. En effet, bien accueilli grâce aux recommandations dont il est porteur, il a su se faire apprécier et aimer par son charme et son intelligence. Il est intégré dans différents réseaux de relations tant français qu’allemands qui se recoupent et se rejoignent souvent : d’une part, dans le réseau littéraire allemand par Heinrich et Thomas Mann, Jakob Wassermann et surtout les éditions Fischer, véritable plaque tournante de la littérature allemande de ces années ; d’autre part dans un réseau littéraire français composé principalement des auteurs de la NRF amis de son père, qu’il peut accueillir et guider durant leurs séjours à Berlin, par exemple André Gide, Philippe Soupault, René Crevel, Jules Supervielle etc. Entre ces deux réseaux, les points de contact sont nombreux, notamment par les traductions, les études littéraires ou les tournées de conférences. Débordant volon­tiers du domaine littéraire proprement dit, notamment avec les Dé­cades de Pontigny, ces réseaux intellectuels franco-allemands inter­fèrent aussi avec les milieux diplomatiques officiels ou officieux. Pour plus de détails on peut se reporter aux publications de Hans Manfred Bock, un des meilleurs spécialistes dans ce domaine, et, pour com­mencer, à son étude liminaire ci-dessous.

8Pierre Bertaux se déplace dans ces milieux avec aisance et en y prenant un plaisir manifeste : il en parle à son père dans plusieurs lettres en s’émerveillant du fonctionnement de ce système des rela­tions. Sa correspondance forme une mine inépuisable d’aperçus sur sa vie à Berlin et sur ses fréquentations. Le jeune normalien n’écarte pas l’idée de participer activement à ce système d’échanges franco-allemands en train de se constituer — sans savoir encore exactement de quelle manière et à quelle place : dans le journalisme, la littérature, l’enseignement, la diplomatie ou la politique. Il en parle souvent à son père et lui rend compte avec force détails de ses projets et de ses conversations avec les uns et les autres, surtout lorsqu’il s’agit de per­sonnages que son père connaît ou avec lesquels il a eu naguère maille à partir (par exemple le romaniste Ernst Robert Curtius).

9Mais il rassure aussi son père au sujet des progrès qu’il fait en allemand et dans la connaissance des matières au programme de ses études. Il a beau être flatté des propositions qu’on lui fait, il garde la tête froide et ne perd pas de vue l’essentiel, qui reste pour lui de réussir dans ses études de germanistique. Sans doute faut-il voir là une des manifestations du lien très fort qui l’unit à son père, lien auquel nous devons aussi la correspondance reproduite dans ce vo-lume. Le sérieux avec lequel Pierre Bertaux poursuit ses études se manifeste surtout à propos de Hölderlin : nous pouvons suivre ici la naissance et le développement d’un attachement quasi passionnel à une figure de poète dont l’œuvre et le destin tragique ne finissent pas de fasciner la postérité et auquel Pierre Bertaux consacrera de nom­breux travaux universitaires ainsi que plusieurs livres.

10Le premier séjour de Pierre Bertaux à Berlin, entre octobre 1927 et mai 1928, est suivi d’un second, de novembre 1928 à avril 1929. Pen­dant ces deux périodes, il vit intensément l’agitation politique et socio-culturelle de l’époque. Mais il se consacre aussi de plus en plus à ses études, commence ses recherches sur Hölderlin en vue du Diplôme d’Etudes Supérieures et prépare le programme de l’agréga­tion d’allemand. Entre mai 1929 et janvier 1932, il est en France, passe l’agrégation (reçu second), accomplit son service militaire, effectue de nombreux voyages en Espagne et au Portugal et devient boursier à la Fondation Thiers. L’Allemagne qu’il découvrira en revenant de façon intermittente à Berlin entre février 1932 et juin 1933, notamment pour travailler à sa thèse — sur Hölderlin bien entendu — n’est plus celle qu’il a quittée au début de 1929 et on lit dans ses lettres de ces années l’inquiétude croissante que lui inspire la nouvelle situation.

11La correspondance que nous éditons ici s’étend sur l’ensemble de ces séjours. Mais elle est beaucoup plus abondante pendant le pre­mier séjour (octobre 1927 - mai 1928) que pendant le second (1928-1929) et elle devient de plus en plus sporadique et laconique dans les années 1932-1933. Cette évolution s’explique en partie par les circon­stances extérieures, notamment après l’arrivée au pouvoir du chan­celier Adolf Hitler (janvier 1933) lorsque la plus grande prudence devenait de mise. Elle est due aussi à l’évolution personnelle de l’auteur des lettres. Il mûrit, prend de l’assurance ; il a moins besoin de demander conseil à son père sur ce qu’il doit faire et il a moins besoin de rassurer ses parents sur sa capacité à se débrouiller seul à l’étranger.

12La nature et le style des lettres s’en ressentent moins qu’on pour­rait le craindre. Elles gardent leur spontanéité et leur ton direct et familier. Ce sont tantôt de brefs billets, généralement sans en-tête, avec des indications de date souvent incomplètes, tantôt de longues missives de plusieurs pages couvertes d’un bord à l’autre d’une écri­ture serrée. Certaines sont d’un seul tenant, d’autres sont rédigées par étapes successives, quand Pierre Bertaux reprend la plume à plu­sieurs moments de la journée ou quand il reprend le lendemain ou le surlendemain une lettre non expédiée au moment où elle a été écrite. Les circonstances de cette activité d’épistolier sont variables : il n’est pas toujours installé à sa table de travail, parfois il griffonne au crayon un mot entre deux rendez-vous, à une table de restaurant, dans le train ou le tramway.

13La plupart des lettres sont écrites en français, mais — surtout dans les premiers mois — il y a de nombreuses lettres en allemand, ainsi que des lettres partiellement en allemand. Le style varie en fonction des circonstances dans lesquelles il prend la plume. Nous sommes loin ici d’un art épistolaire à la manière de Madame de Sévigné. Chez Pierre Bertaux, des messages en style télégraphique, rapide, nerveux, éliptique, se trouvent à côté de véritables essais littéraires, philoso­phiques ou politiques. Le cas le plus fréquent est le mélange des styles : l’auteur écrivant au fil de la plume, sans se relire, passe d’un genre à l’autre en changeant de sujet et donne souvent l’impression que la main qui tient la plume peine à suivre la vivacité de la pensée. Les expressions familières, voire les vulgarités ne sont pas rares, le jargon « khâgneux » voisine avec des expressions appartenant de toute évidence à un usage interne familial. De même, on trouve des mots, des expressions, voire des phrases entières en allemand au mi­lieu de lettres en français. L’impression générale est celle d’un discours vivant, direct, comme si l’interlocuteur se trouvait dans la même pièce et non à mille kilomètres de distance.

14Par la fréquence des notes prises sur le vif, par le caractère direct et personnel de la plupart de ces textes, on pourrait considérer qu’ils forment une sorte de journal intime. Cela n’est vrai qu’en partie, car à la différence de ce qui se passe pour un journal ils s’adressent à un correspondant. A ce père très présent malgré l’éloignement, le jeune étudiant raconte tout ce qu’il fait et pense, ses succès et ses découra­gements, ses projets, parfois changeants, ses jugements sur les hommes et ses vues sur l’Allemagne et il sollicite en réponse des avis, des conseils, des jugements. C’est donc aussi un dialogue, dont mal­heureusement nous ne connaissons qu’une voix, les réponses du père n’ayant pas été conservées.

15Mais ces textes ont aussi une autre finalité. En notant au jour le jour, sur le vif, ses impressions, ses rencontres, ses conversations, ses pensées, l’auteur se constitue aussi une sorte d’aide-mémoire, une réserve de matériaux qu’il pourra utiliser plus tard, à tête reposée. C’est sans doute à la demande de Pierre Bertaux que ses parents ont fidèlement conservé jusqu’au plus infime de ses billets, y compris les enveloppes des lettres, les télégrammes et les cartes postales. Pierre Bertaux a d’ailleurs à plusieurs reprises utilisé ces « notes » : c’est ainsi, par exemple, que sa découverte du théâtre de Piscator, qu’il raconte à son père dans la lettre du 24 octobre 1927, sera reprise peu après dans un article de la Revue d’Allemagne, et, bien entendu, tout ce qu’il écrit dans ses lettres à propos de Hölderlin nourrira directe­ment ses travaux universitaires, diplôme et thèse. Plus récemment, il a utilisé certaines lettres pour un article de souvenirs paru pour la première fois en 1982, en prenant avec ses propres textes inédits des libertés que les éditeurs des papiers posthumes ne peuvent évidem­ment pas se permettre.

16La présente édition reproduit dans leur continuité les lettres que le jeune normalien a adressées de Berlin à ses parents, sa correspon­dance avec le ministre prussien des Cultes et de l’Education Carl Heinrich Becker, ainsi que quelques textes connexes. Les principes d’édition découlent de la nature des textes : la fidélité absolue à l’ori­ginal est la règle de base. Toutes les modifications sont signalées par des crochets : par exemple les ajouts nécessaires pour harmoniser la présentation des dates et pour expliciter des noms propres ou le sens de certaines phrases incomplètes. Les omissions concernent surtout les jugements trop abrupts que l’auteur porte sur des proches ou des amis et qui pourraient être blessants aujourd’hui encore, des nou­velles trop personnelles qu’il donne à ses parents au sujet de sa santé, de son mode de vie, de la gestion de son budget, ou les abondantes marques de tendresse qu’il prodigue à ses parents.

17Les originaux de ces lettres ont été confiés par Pierre Bertaux à Hansgerd Schulte, son « légataire littéraire », en lui donnant carte blanche. Celui-ci a décidé avec ses collègues Hans Manfred Bock et Gilbert Krebs et en accord avec la famille Bertaux de publier ces lettres à l’occasion du 30e anniversaire de l’Institut d’Allemand d’Asnières créé par Pierre Bertaux au sein de l’Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris III).

18Cette publication leur a paru s’imposer pour au moins deux raisons. D’une part, cette correspondance constitue un document ori­ginal, vivant et plein de charme sur la vie de ce jeune intellectuel français à la conquête de Berlin. On y découvre un jeune homme intelligent, sensible, curieux, avide de vivre et de comprendre, ambi­tieux et désireux de réussir dans cette société turbulente des années folles à Berlin. Dans ce sens, les Lettres franco‑allemandes viennent heureusement compléter les Mémoires interrompus de Pierre Bertaux parus récemment dans la même collection. D’autre part, il s’agit d’un document historique dont l’intérêt dépasse la personne de l’auteur. Ces lettres, à nos yeux, représentent un extraordinaire document sur les relations culturelles franco-allemandes à la fin de la République de Weimar. Dans ce sens, elles apportent une contribution authentique à une « histoire du quotidien » qui met l’accent sur l’apport des indivi­dus et l’analyse des faits socio‑culturels dans une perspective d’histo­riographie moderne. Les lettres de Pierre Bertaux à Carl Heinrich Becker, qui datent des années 1929-1933, trouvent tout naturellement leur place dans cet ensemble, tout comme les textes que Pierre Ber­taux a écrits et publiés lors de ses séjours à Berlin et qui éclairent cer­tains événements de ces années tels que le jeune normalien les a vécus et jugés.

19Comment présenter un tel ensemble de documents où se lit à la fois une histoire personnelle et le tableau d’une société instable, en mutation, si ce n’est en respectant strictement l’ordre chronologique ? C’est le parti que les éditeurs ont pris. Chacun des dix chapitres qui rythment l’ensemble reproduit les lettres écrites durant une période qui est en général d’un mois mais qui est plus longue vers la fin lorsque la correspondance se ralentit. Ces chapitres sont regroupés en trois parties : la première reproduit les lettres de 1927, la seconde celles de 1928 et la troisième celles des années 1929 à 1933. Les lettres à Carl Heinrich Becker forment une quatrième partie. Les titres donnés par les éditeurs aux parties et chapitres sont accompagnés, en contrepoint, par des citations de Hölderlin et des extraits de lettres.

20Les lettres écrites entièrement ou partiellement en allemand ont posé un problème particulier : elles introduisaient un mélange des langues gênant pour le lecteur francophone auquel s’adresse cette édition. C’est pourquoi, dans les chapitres chronologiques qui consti­tuent le corps du volume, nous avons systématiquement remplacé les textes allemands par des traductions. Elles se reconnaissent au fait qu’elles sont imprimées en caractères italiques, les textes en caractères romains étant dans leur langue d’origine. Les originaux en allemand sont reproduits à la fin du volume et un système de renvois permet de s’y reporter aisément.

21L’appareil critique doit faciliter la lecture en permettant au lecteur d’aujourd’hui d’identifier les personnages et les événements dont il est question dans les lettres. De leur côté, l’étude liminaire de Hans Manfred Bock ainsi que la bibliographie sélective fournissent les élé­ments nécessaires pour un approfondissement de la connaissance des milieux franco-allemands de Berlin et des tentatives de dialogue au temps, trop court, du « Locarno intellectuel ». Nous avons ainsi cherché à concilier l’agrément de la lecture et l’intérêt scientifique

22Cette édition est un travail collectif qui a donné lieu à bon nombre de réunions de travail consacrées à échanger, à confronter les idées et à mettre au point le volume dans sa forme définitive. Il faut signaler tout spécialement la part éminente prise dans ce processus par l’équipe de l’Université de Kassel à qui l’on doit la transcription ini­tiale des lettres manuscrites, la plus grande partie des notes, la biblio­graphie, l’étude liminaire et l’index.

23Les éditeurs adressent aussi leurs remerciements à Fabien Laurençon, un jeune collègue doctorant qui a bien voulu se charger des traductions et à Michèle Leprettre qui a assuré la relecture finale de l’ensemble, la composition du texte et la réalisation de la couverture.

24Sans le généreux soutien de la Fondation Robert Bosch, cet ouvrage n’aurait pas vu le jour. Une fois de plus cette institution, suivant la volonté de son fondateur Robert Bosch, a contribué d’une façon heureuse et efficace au rapprochement franco-allemand par une meilleure connaissance de l’autre.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540