Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne 1945-1955. De la capitulation à la division

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Bilan d’une décennie

Gilbert Krebs

Texte intégral

1Dix ans, presque jour pour jour, après la capitulation de l’Allemagne, une brève cérémonie se déroule le 5 mai 1955 à Mehlen près de Bonn, au siège du Haut-Commissaire américain en Allemagne. Cette 109e séance de la Haute Commission sera aussi la dernière, car ce jour-là les représentants des trois puissances occidentales vont parapher le document qui met fin au statut d’occupation, c’est-à-dire à leurs propres fonctions, et rendre à la République fédérale d’Allemagne une souveraineté dont l’Allemagne avait été privée pendant dix ans. Certes cette souveraineté n’est pas totale et elle ne s’applique qu’à une partie de l’Allemagne (la partie orientale se verra cependant octroyer par l’occupant soviétique un statut comparable quatre mois plus tard), mais lorsqu’on mesure le chemin parcouru, on ne peut que s’émerveiller.

2Nombreux ont été sans doute les Allemands à qui ce printemps 1955 aura donné l’occasion d’un retour en arrière : c’est le propre même des anniversaires importants que d’inciter à ce type de rétrospective. Dix années dans la vie d’un peuple, c’est peu de choses en général. Mais il y a des moments où l’histoire semble s’accélérer, surtout au lendemain de grandes catastrophes, qui libèrent dans une nation des ressources d’énergie insoupçonnées pour panser ses plaies, réparer ses pertes, retrouver une place dans la communauté internationale.

3C’est l’histoire de cette décennie de 1945 à 1955 en Allemagne que les contributions réunies ci-dessous éclairent dans ses principales dimensions politiques, économiques, sociales et culturelles, sans oublier le rôle essentiel joué pendant cette période en Allemagne par les Alliés, vainqueurs et occupants d’un pays qui a perdu en 1945 toute souveraineté. C’est également le bilan de cette décennie que, dans un premier temps, nous allons essayer de dresser en comparant la situation de 1955 à celle de l’immédiat après-guerre.

L’Allemagne du chaos

4Lorsque les derniers représentants de l’Allemagne hitlérienne, c’est-à-dire ses généraux, ont dû se résoudre à l’inévitable et signer le 7 mai 1945 à Reims, puis de nouveau dans la nuit du 8 au 9 à Karlshorst près de Berlin, cette capitulation sans conditions que les Alliés exigeaient au moins depuis la conférence de Casablanca en janvier 1943, l’Allemagne se trouvait dans une situation qu’aucun grand pays n’a connue dans les temps modernes. Elle subissait

  • 1 Joseph Rovan, Histoire de l’Allemagne. Des origines à nos jours, Paris, Seuil 1994, p. 67.

[le sort] que les Romains appelaient la debellatio, la destruction par la guerre qui fait disparaître le peuple et l’État: «Carthaginem esse delendam». ... 1

  • 2 Du nom de son auteur, Henry Morgenthau jr., ministre des finances de F.D. Roosevelt de 1934 à 1945.

5Certes les Alliés n’ont pas cherché à rayer l’Allemagne de la carte, ni à réduire les Allemands en esclavage, malgré ce qu’on a pu lire çà et là après la guerre. Même le plan Morgenthau2 de 1944, adopté dans un premier temps par Churchill et Roosevelt, puis abandonné rapidement, n’allait pas jusque là et se “contentait” de préconiser le démembrement de l’Allemagne, le démantèlement de son potentiel industriel et sa transformation en un pays agraire. Mais en exigeant la capitulation sans conditions, en répétant qu’ils ne négocieraient pas les conditions d’un armistice avec l’Allemagne hitlérienne et qu’ils ne le feraient pas davantage avec un autre gouvernement allemand qui aurait pu succéder au régime hitlérien, les Alliés ont montré que, pour eux, l’Allemagne n’existait plus comme acteur de la politique internationale, qu’elle serait désormais considérée comme simple objet de la politique des vainqueurs.

  • 3 Das Gebot der Stunde : Kämpfen und Sterben !”

6L’Allemagne pourra-t-elle survivre à cette catastrophe qu’elle a elle-même déclenchée et conduite au paroxysme de la folie meurtrière et dévastatrice, proclamant la “guerre totale” en 1942, déclarant encore le 1er janvier 1945 par la voix du Führer dans son allocution de Nouvel An que “jamais l’Allemagne ne capitulera” et annonçant dans le Völkischer Beobachter du 28 mars 1945, alors que tout était perdu, que le mot d’ordre était de mourir les armes à la main.3 Si cette année 1945 a été souvent appelée “l’année zéro”, c’est parce que l’Allemagne avait alors atteint le point le plus bas où puisse descendre un pays, un point à partir duquel il n’y avait que deux issues possibles : la disparition totale ou un nouveau départ, sombrer ou rebondir.

7Mais, malgré les apparences, cette reconstruction ne partait pas de zéro. Il n’y a eu ni “Stunde Null”, ni “Jahr Null” si l’on entend par là que l’Allemagne était devenue une page blanche, sur laquelle les Allemands auraient pu écrire un nouveau chapitre de leur histoire. Non seulement il subsistait bien plus que des vestiges de l’ancienne Allemagne, de ses villes, de ses monuments, de ses installations industrielles, mais surtout les hommes qui allaient avoir la tâche de reconstruire la nouvelle Allemagne portaient en eux tout l’héritage du passé, de leur éducation, de leurs espoirs, de leurs expériences et de leurs responsabilités dans un passé récent ou plus éloigné. Tous ou presque (la seule exception étant constituée par les exilés rentrant au pays) ont connu le Troisième Reich, tous ont eu également une expérience personnelle de la République de Weimar et beaucoup d’entre eux ont fait leurs premiers pas d’hommes publics sous l’empire de Guillaume II. Ce n’est donc certainement pas sur une tabula rasa, mais sur tous les décombres de l’ancienne Allemagne que s’édifiera la nouvelle.

8Les armes se sont tues, le silence s’est appesanti sur l’Allemagne. Mais, dans un premier temps, ce n’est pas la question de l’avenir de l’Allemagne en tant qu’Etat qui a été au premier plan des préoccupations des Allemands : ils n’avaient guère le loisir de se poser cette question et, d’ailleurs, elle ne les concernait pas directement puisque les Alliés avaient pris en charge leur avenir. En revanche, les Allemands étaient confrontés à tous les niveaux à une situation de désordre telle, touchant à tous les aspects essentiels de la vie sociale et individuelle, que toute leur énergie était mobilisée pour la simple survie et pour rétablir un minimum d’ordre dans l’administration, les transports, les approvisionnements de toute sorte, pour empêcher la généralisation de l’anarchie et assurer un minimum de justice dans la répartition des maigres ressources disponibles.

  • 4 La décision d’expulser les populations allemandes des territoires annexés par la Pologne, mais égal (...)
  • 5 On lira, ci-dessous, deux études consacrées respectivement au problème des réfugiés (Bernard Poloni (...)

9Ce qui dominait alors en Allemagne c’était le chaos. Au fur et à mesure de l’avance des troupes russes, d’immenses foules se trouvèrent jetées sur les routes, parfois par peur de l’occupant, parfois par décision de ce dernier, en particulier dans les territoires situés à l’Est de l’Oder et de la Neisse que le gouvernement provisoire polonais entreprit d’annexer et de “nettoyer” de sa population allemande dès le mois de février 1945.4 A ces réfugiés s’ajoutaient les populations urbaines chassées des villes par les bombardements alliés de plus en plus intensifs, de plus en plus meurtriers (à lui seul, le bombardement de Dresde en février 1945 a fait 35.000 victimes civiles, parmi lesquelles beaucoup étaient des réfugiés qui avaient fui devant l’avance des troupes soviétiques). Entre janvier et avril 1945, sept millions d’Allemands ont perdu leur toit sous les bombes et ont dû chercher un refuge ailleurs, en particulier dans les régions rurales relativement épargnées. A la population civile se mêlèrent, après l’effondrement du front, les soldats allemands cherchant à éviter la captivité, les dignitaires du parti désireux de plonger dans la clandestinité et des millions de prisonniers de guerre ou travailleurs civils étrangers, libérés par l’avance des troupes et dans l’attente de leur rapatriement.5

  • 6 Sur le rôle et l’évolution de la politique d’occupation des alliés, voir ci-dessous les articles de (...)

10La destruction des voies de communication, des ponts et des installations ferroviaires, la désorganisation des postes et du téléphone, des circuits de distribution, notamment ceux concernant les denrées alimentaires, et l’arrêt, du moins momentané, de la production industrielle par manque de main d’œuvre ou de matières premières, tout se conjuguait pour créer une situation de chaos total. Ce constat global ne doit cependant pas faire perdre de vue que les situations particulières pouvaient être très diverses suivant le lieu et le moment : la situation était différente selon les régions, elle était généralement meilleure dans les zones rurales que dans les grandes villes, surtout lorsque celles-ci ont subi des destructions importantes, et elle n’a cessé d’évoluer. En effet la population allemande s’est mise tout de suite au travail pour déblayer les décombres de la guerre et commencer une reconstruction qui sera certes longue et difficile, mais qui, tout compte fait, progressera plus vite et mieux qu’on ne pouvait l’espérer en ces temps-là. Dans ce processus les Alliés joueront un rôle parfois ambivalent mais généralement positif.6 En effet, un facteur déterminant pour le présent et l’avenir de l’Allemagne sera, à partir d’avril-mai 1945, l’occupation de l’ensemble du territoire par les puissances alliées dans la guerre. Leurs politiques seront différentes dans les quatre zones d’occupation (la France, absente de la plupart des conférences qui prépareront l’après-guerre en Allemagne, sera cependant admise au rang des vainqueurs et occupants en 1945 et se verra attribuer une zone constituée d’éléments des zones américaine et anglaise) et elles ont varié dans le temps.

11Mais il y avait au départ, malgré tout, un consensus sur quelques points. L’idée du démembrement de l’Allemagne, caressée pendant un temps, avait finalement été abandonnée. La division en zones d’occupation, confiées respectivement aux quatre vainqueurs, correspondait à une nécessité pratique et facilitait l’exercice de la tutelle alliée sur l’Allemagne. Mais cette décision montrait aussi qu’on considérait d’emblée qu’une véritable gestion à quatre de l’Allemagne vaincue ne serait pas viable. L’affirmation sans cesse répétée que l’Allemagne restait un tout et que les Alliés étaient solidairement responsables de ce tout, apparut donc dès le début comme une fiction qui n’était certainement pas dénuée d’arrière-pensées et d’intentions secrètes. L’instauration d’un Conseil de contrôle interallié (Alliierter Kontrollrat) responsable de l’Allemagne dans son ensemble et chargé de veiller à l’application cohérente des mesures destinées à éviter que l’Allemagne ne redevienne une menace – comme la démilitarisation, la dénazification, le châtiment des coupables, le démantèlement du potentiel industriel pouvant servir à l’armement, la fourniture de réparations par les démontages et par des prélèvements sur la production courante – ne fut qu’un pis-aller qui montrera rapidement ses limites. Les conceptions et les ambitions des Alliés se révéleront bientôt inconciliables.

12Cela apparut dès le mois de juillet 1945 lors de la conférence de Potsdam qui devait préciser les décisions prises à Yalta. L’étendue des divergences entre les conceptions respectives des Alliés et la difficulté pour les occidentaux de mettre un frein aux appétits des Soviétiques furent encore cachées aux yeux de l’opinion publique par le souvenir des solidarités nées de la guerre. Mais le diplomate américain George F. Kennan fut un des premiers à en prendre conscience et déclara publiquement dès 1945 que “l’idée de vouloir gouverner l’Allemagne conjointement avec les Russes est une illusion”, préconisant d’amener la partie de l’Allemagne placée sous la responsabilité des alliés occidentaux à “une forme d’indépendance qui correspondrait à l’intérêt de l’Occident et pourrait en faire un rempart contre le totalitarisme.”

13En réalité, on peut considérer que si la division de l’Allemagne, qui sera chose faite à partir de 1948-1949 et qui durera plus de quarante ans, n’était certes pas prévue dans les plans alliés avant la victoire, elle a découlé logiquement du fait qu’aucun des deux camps, ni le camp occidental ni l’Union soviétique, n’a réussi à réaliser son ambition secrète : attirer dans son orbite l’ensemble de l’Allemagne. Le consensus allié sur le point de l’unité était un faux consensus, fondé sur des restrictions mentales et des intentions opposées.

14Le second point d’accord entre les Alliés concernant l’Allemagne ne fut pas davantage respecté dans les faits. Il s’agissait de la question des limites de l’Allemagne. En principe, celle-ci devait être ramenée dans ses frontières de 1937 après l’annulation de toutes les annexions et conquêtes allemandes intervenues depuis cette date, (y compris de l’Anschluß de l’Autriche). Mais en réalité, le territoire allemand qui sera occupé par les quatre alliés, administré par eux et considéré par eux, du moins en théorie, comme “l’Allemagne dans son ensemble” sera une Allemagne amputée de tous les territoires situés à l’Est de l’Oder et de la Neisse. En créant des faits accomplis, puis en jouant habilement sur la faiblesse, les hésitations, les ambiguïtés et aussi le désintérêt des alliées occidentaux (surtout des Américains), Staline a réussi à étendre les limites de l’Empire soviétique vers l’Ouest, repoussant du même coup jusqu’à l’Oder la Pologne, reconstituée et placée, elle aussi, sous tutelle soviétique.

15Sur un troisième point, les Alliés étaient tombés d’accord au cours des différentes conférences dans lesquelles ils confrontaient leurs vues et leurs réflexions sur “le sort réservé à l’Allemagne” après la fin de la guerre : du point de vue politique, ils étaient unanimes pour estimer que l’Allemagne devait être mise sous tutelle et sous surveillance si l’on voulait éviter qu’elle puisse un jour devenir une menace pour la paix du monde et déchaîner de nouveaux malheurs. C’est pourquoi il ne fallait confier à nouveau des responsabilités politiques à des Allemands que dans la mesure où cela était indispensable et toujours sous le contrôle étroit des vainqueurs : ce seront des exécutants, non des décideurs. Cette doctrine élaborée au cours des conférences successives (notamment à Téhéran en 1943) a été rappelée par la “déclaration de Berlin” du Conseil de contrôle le 5 juin 1945.Les Alliés devaient exercer ainsi toute la souveraineté dans l’Allemagne vaincue, d’une part chacun pour soi dans sa zone d’occupation, d’autre part en commun, au sein du Conseil de contrôle de Berlin conçu comme une instance de concertation et d’harmonisation des politiques d’occupation conduites dans les quatre zones.

16Aux deux niveaux, il était entendu que l’Allemagne ne serait pas considérée comme un territoire libéré, mais un pays vaincu après avoir déclenché la plus meurtrière des guerres (qui aura coûté au total la vie à 19 millions de soldats et à 15 millions de victimes civiles) et après s’être rendue coupable des crimes les plus abominables, notamment le génocide systématique de plus de six millions de juifs européens. Le sentiment dominant des vainqueurs à l’égard de l’Allemagne était caractérisé par l’animosité et la méfiance, sentiments encore exacerbés par la découverte des horreurs des camps d’extermination que les troupes alliées libéraient au fur et à mesure de leur avance sur le territoire allemand. Donc, il était clair qu’on n’aurait aucune indulgence pour les vaincus et que les coupables seraient impitoyablement recherchés et punis. Restait à déterminer l’étendue de cette culpabilité : ne devait-on pas l’étendre à tout le peuple allemand, complice actif ou passif de ces crimes ? La thèse de la culpabilité collective, même si elle n’a pas été formulée officiellement, était quand même souvent présente à l’arrière-plan dans les comportements et les décisions des occupants, du moins au début.

17Cela explique aussi pourquoi, dans les premiers temps de l’occupation, les Alliés ont répugné au contact avec la population allemande (interdiction de “fraterniser”), pourquoi l’approvisionnement des Allemands n’était pas le souci majeur des occupants, qui estimaient que leurs propres besoins étaient prioritaires et que l’Allemagne devait d’abord participer au relèvement des pays qu’elle avait dévastés. Certes cette attitude initiale ne tardera pas à évoluer. La dénazification s’est poursuivie de façon plus nuancée, parfois aussi plus incohérente. Les rapports des occupants avec les occupés se sont détendus et, avec la coopération, la situation matérielle de la population s’est améliorée aussi. Au contact direct des Allemands, les occupants durent se rendre compte que la question de la culpabilité était moins simple qu’ils ne l’avaient cru d’abord, qu’il ne fallait pas tout juger en noir et blanc mais que de nombreuses nuances devaient compléter le tableau. Puis, avec l’évolution de la situation internationale, un deuxième motif est venu s’ajouter : la nécessaire solidarité des occupants avec les Allemands pour s’en faire des alliés dans les affrontements entre blocs idéologiques et militaires rivaux dans le cadre de la guerre froide.

18Les Allemands ont vécu ces premières semaines et ces premiers mois après la capitulation dans un état de choc. La fin du cauchemar ne signifiait pas la fin des difficultés, l’arrêt des combats n’était pas une garantie de survie, les conditions de vie restaient précaires. La lutte quotidienne pour assurer la survie, trouver un toit, un travail, la nourriture nécessaire occupait l’essentiel des énergies. Une économie de troc et de marché noir se mit en place, la cigarette américaine jouant souvent le rôle d’unité monétaire de substitution. Il faudra beaucoup de temps et beaucoup d’efforts avant qu’une certaine normalisation intervienne. Ce sera en partie l’œuvre des Alliés, dont l’attitude à l’égard de la population se modifie progressivement, mais aussi et surtout des Allemands eux-mêmes, associés peu à peu à l’administration et à la gestion de leurs communautés. Malgré le maintien d’une étroite tutelle de la part des occupants, graduellement une vie collective se développait selon les nouveaux principes, une vie politique démocratique, d’abord sur le plan local, puis par des paliers successifs à tous les niveaux.

19Tous les éléments fondamentaux qui détermineront les évolutions ultérieures étaient présents dès cette année 1945. Mais, à l’époque, peu de gens avaient une vision précise de ce que pourrait être cet avenir, et personne ne pouvait se risquer à un pronostic quant au temps qu’il faudrait à l’Allemagne pour reconstruire un Etat, une société et une économie et pour retrouver sa place en Europe et dans le monde. De toute manière, le chemin serait long. Tout était à relever. À l’instar des Trümmerfrauen, de ces femmes allemandes réquisitionnées dans toutes les grandes villes pour déblayer les décombres et récupérer tout ce qui pouvait être réutilisé, en particulier les matériaux de construction, la société allemande toute entière s’est mise à se dégager de ses ruines, à faire le tri de ce qui pouvait être récupéré, et à reconstruire.

1955 : L’année de la reconnaissance

20Que de chemin parcouru en dix ans !

21Dans leurs vœux de Nouvel An pour 1955, les deux chefs d’Etat allemands, Theodor Heuß pour la République fédérale, Wilhelm Pieck pour la République démocratique ne manquèrent pas de relever les progrès faits dans tous les domaines au cours de l’année passée : cela fait partie des lois du genre. Il est plus intéressant de comparer la manière dont ils évoquent l’un et l’autre ce qui sera le sujet le plus brûlant de l’année qui commence : la ratification des traités négociés en 1954 entre la République fédérale et les Alliés occidentaux. Theodor Heuß y fait une allusion très discrète, en rappelant qu’il faut avoir le courage de choisir entre la liberté et la servitude. Mais Wilhelm Pieck part en guerre, de façon directe, insistante, voire brutale contre ces traités dont il faut, dit-il, empêcher à tout prix la ratification.

22Il s’agit bien du sujet central dans le débat politique de cette année-là, surtout en Allemagne de l’Ouest. Le sujet n’est pas nouveau car les négociations ont duré plusieurs années et l’opinion publique, tout comme la classe politique, a déjà eu amplement l’occasion de s’exprimer, mais à l’approche de l’échéance décisive, la polémique connaît un regain de vivacité : elle suscite des campagnes de presse, des manifestations, avant de se terminer par un débat marathon de plus de 40 heures au Bundestag, du 24 au 27 février. L’opposition à ces traités s’est exprimée en particulier, fin janvier, au cours d’une grande manifestation qui s’est tenue dans un lieu hautement symbolique pour l’unité allemande, la Paulskirche de Francfort. Les adversaires du réarmement allemand et de son intégration dans l’Alliance Atlantique ont adopté une protestation solennelle (Deutsches Manifest du 29 janvier 1955) mettant le gouvernement en garde contre le danger de ces traités, qui risquent de sceller définitivement la division du peuple allemand.

23Lorsque le débat s’ouvre au Bundestag, il n’y a, à vrai dire, pas beaucoup de doute sur l’issue du scrutin : les positions des grands partis sont arrêtées depuis longtemps et le “oui” est assuré d’une large majorité. Cela n’empêchera pas tous les ténors de la politique ouest-allemande de s’affronter en de vives joutes oratoires, en présence d’une armée de journalistes, devant les microphones de la radio et les caméras de la télévision. C’est que la démocratie de Bonn fonctionne bien, et il n’est sans doute pas inutile de se rappeler que dix ans auparavant, au sortir de douze années de dictature totalitaire, il aurait été bien téméraire de miser sur une reprise aussi rapide d’une vie politique démocratique en Allemagne. L’Allemand de 1945, habitant d’un pays occupé, mis sous tutelle et sous haute surveillance, était privé de la totalité de ses droits civiques. A présent, sur le sol allemand, il existe depuis 6 ans deux Etats distincts, qui accéderont à la souveraineté au cours de cette même année 1955. Dans l’un comme dans l’autre, les Allemands ont retrouvé et exercent leurs droits de citoyens, même si c’est dans des formes fondamentalement différentes.

24C’est en zone d’occupation soviétique que les partis politiques ont été reconstitués en premier. Au début du mois de juin 1945, la SMAD (administration militaire soviétique en Allemagne) autorisa la reconstitution de partis politiques “antifascistes-démocratiques” dans la zone placée sous son pouvoir. Dès le lendemain, le 11 juin, le KPD se reconstitua, suivi du syndicat FDGB le 13, du SPD le 17 juin, de la CDU le 26 juin et du LDPD le 5 juillet. Mais aussitôt les autorités soviétiques poussèrent au rassemblement des forces politiques pour les placer sous le contrôle du SED, parti ouvrier et paysan né en 1946 de la fusion forcée du KPD et du SED.

  • 7 Les étapes de la “reconstruction constitutionnelle” de l’Allemagne sont décrites ci-dessous en déta (...)

25Dans les zones occidentales, la reconstitution des partis politiques sera plus lente et plus progressive. Elle aura lieu d’abord au niveau des arrondissements avant d’être autorisée au niveau du Land, puis de la zone d’occupation. C’est en zone américaine que les initiatives ont été les plus précoces, la zone française traînant les pieds de toute évidence et étant en général la dernière à permettre le redémarrage d’une vie politique allemande. La même chose s’observera en ce qui concerne la reconstitution des unités administratives des Länder. Cependant, deux ans après la fin de la guerre, en mai 1947, la constitution des Länder dans les différentes zones est achevée et les élections des parlements régionaux ont eu lieu partout.7

  • 8 Le parallélisme entre, d’une part, la décomposition des structures de concertation et de contrôle d (...)

26Mais le fédéralisme, même s’il est considéré par les puissances d’occupation comme une nécessité et même s’il est tout à fait conforme aux souhaits des Allemands eux-mêmes et à la tradition politique allemande, n’est pas une fin en soi ni la dernière étape dans la reconstitution d’une structure étatique allemande. L’antagonisme Est-Ouest creusant un fossé de plus en plus large entre les occupants occidentaux et les Soviétiques, la reconstitution d’un Etat allemand unique apparaît de plus en plus improbable et, tandis qu’à l’Est l’Union soviétique continue à réclamer cette unification, à l’Ouest la tendance va dans le sens d’une réunion des zones occidentales en un Etat à part.8 La première étape sera la réunion des zones britannique et américaine et la mise en place des structures administratives communes. Appelé Vereinigtes Wirtschaftsgebiet ou plus communément bizone, cet ensemble a vocation à englober aussi la zone française, mais celle-ci n’entrera dans ce qui sera alors la “trizone” que peu de temps avant la naissance de la République fédérale. La bizone, par son poids économique écrasant, l’existence du plan Marshall et son extension à l’Allemagne n’ont pas permis à la France de rester longtemps à l’écart.

27D’autant plus qu’à partir de juillet 1948 la phase suivante était en cours : la constitution d’un État ouest-allemand conforme aux vues des puissances occidentales. Les Frankfurter Dokumente du 1er juillet 48 lancent un processus qui conduira à l’élaboration d’une constitution dont le caractère provisoire sera marqué par son nom Grundgesetz et non Verfassung et qui sera discuté à partir du 1er septembre 1948 au sein d’un Conseil parlementaire présidé par Konrad Adenauer, un vétéran de la politique allemande qui a commencé sa carrière sous Guillaume II. Adopté le 23 mai 1949 après avoir été ratifié par les Parlements de 10 Länder, le Grundgesetz est encore aujourd’hui la constitution de l’Allemagne (ré)unifiée. Le premier chancelier sera Konrad Adenauer, le premier président Theodor Heuß ; les deux sont encore en fonction en 1955. La République fédérale d’Allemagne ainsi constituée aura bientôt son double sous la forme d’une République démocratique allemande créée en octobre 1949 dans l’ancienne zone d’occupation soviétique.

28Dans la discussion politique allemande au cours de cette première décennie de l’après-guerre, la question de savoir si la nouvelle Allemagne serait ou non démocratique n’a pas tenu une grande place : la cause semblait entendue et pas seulement parce que telle était la volonté des vainqueurs. En revanche, il est apparu rapidement dans la pratique que la notion de démocratie pouvait recouvrir des réalités bien différentes à l’Est et à l’Ouest. Et ces différences, venant s’ajouter aux affrontements planétaires des systèmes capitaliste et socialiste et à la course aux armements et aux alliances à laquelle se livraient les deux camps, accentuaient la dérive qui entraînait les deux parties de l’Allemagne de plus en plus loin l’une de l’autre. Ainsi en construisant, avec l’aide des Occidentaux, une Allemagne occidentale placée sous le signe de la démocratie libérale, en cherchant à lui donner une place à égalité de droits dans le camp du “monde libre” et en acceptant d’entrer dans les systèmes d’alliance occidentaux, les Allemands de l’Ouest pouvaient se poser légitimement la question si, ce faisant, ils ne ruinaient pas définitivement toute chance de voir les deux parties de l’Allemagne réunies à nouveau.

29La liberté pouvait-elle être acquise à ce prix ? Une fois de plus, comme dans la première partie du XIXe siècle, le débat politique tournait autour des notions de liberté et d’unité et de leurs rapports réciproques. Mais dans ces débats et dans ces choix, les Allemands n’étaient pas seuls à décider. On peut même dire que leur avis comptait moins que les intérêts et les visées des deux grandes puissances qui s’affrontaient sur le sol allemand comme dans d’autres parties du globe. D’un côté, il y avait les Alliés occidentaux qui poussaient à la création d’un État démocratique selon le modèle occidental, intégré dans le système d’alliance économique, politique et militaire occidental, mais qui étaient incapables d’étendre ce système et cette intégration à la quatrième zone d’occupation, la soviétique. De l’autre côté, il y avait l’Union soviétique qui tentera sans relâche de faire miroiter aux Allemands la possibilité d’une reconstitution de l’unité allemande (du moins des quatre zones d’occupation) mais sous la forme d’un État conforme aux vues soviétiques. Le sort qu’ont subi les démocraties en Europe orientale au lendemain de la guerre (Hongrie, Pologne, Tchécoslovaquie etc.), leur vassalisation rapide et leur intégration comme États satellites dans l’orbite soviétique pouvaient certes donner à réfléchir aux Allemands comme à leurs Alliés occidentaux.

  • 9 Voir ci-après l’article de Joseph Rovan consacré à Konrad Adenauer et celui de Henri Ménudier sur K (...)

30Fallait-il acheter l’unité à ce prix, au prix de la perte de la liberté ? Fallait-il, au contraire acheter la liberté au prix du renoncement à l’unité ? Y avait-il d’autres alternatives ? C’étaient les principaux thèmes d’un débat politique d’une extrême violence qui se cristallisait en particulier dans l’opposition SPD/CDU et de leurs leaders Konrad Adenauer et Kurt Schumacher.9 Tous les arguments étaient bons dans ce débat. En traitant Adenauer de “Chancelier des Alliés” l’opposition social-démocrate lui reprochait de trahir les intérêts vitaux de l’Allemagne pour épouser les vues des vainqueurs (occidentaux, en l’espèce). En utilisant le slogan “Wo Ollenhauer sät, erntet Moskau” (Ollenhauer étant le successeur de Schumacher à la tête du SPD) la majorité accusait la social-démocratie au mieux de naïveté et de stupidité politique, au pire de complicité avec l’Union soviétique et de trahison des intérêts allemands.

31Pour Adenauer, il n’y avait pas d’alternative. Il fallait rechercher tous les moyens, saisir toutes les occasions qui s’offraient à l’Allemagne (en l’occurrence à l’Allemagne de l’Ouest) pour retrouver une certaine liberté d’action, pour redevenir un État souverain et fort, un État dont la parole aurait un poids propre dans le concert international, et c’est ainsi que, le moment venu, l’Allemagne pourrait se réunifier. En acceptant donc provisoirement de donner la priorité à la recherche de l’unité, il estimait donner le plus de chances à l’Allemagne de retrouver un jour son unité dans la liberté. On peut se demander, cependant, dans quelle mesure le Rhénan catholique Adenauer n’était pas secrètement enclin à préférer une Allemagne s’arrêtant à l’Elbe et fortement ancrée à l’Ouest à la reconstitution d’une Allemagne qui ressemblerait à celle qu’il avait connue au début du siècle, lorsque la Rhénanie n’était qu’une province prussienne dépendant des ordres venus de Berlin. Dans son entreprise, Adenauer sera puissamment aidé par deux processus qui dépassent le cadre de l’Allemagne : 1) le mouvement d’unification européenne ; 2) l’aggravation du conflit est-ouest avec la guerre de Corée en juin 1950 qui fera paraître de plus en plus nécessaire l’intégration de l’Allemagne occidentale dans le camp dit « de la liberté ».

32C’est en fonction de ses intérêts politiques et stratégiques mondiaux que l’Union soviétique cherchera par tous les moyens à empêcher qu’une partie de l’Allemagne (la partie la plus riche et la plus puissante de surcroît) bascule dans le camp adverse. Chaque pas nouveau fait par la République fédérale en direction de son intégration dans les systèmes d’alliances occidentaux, en particulier militaires, suscitera des notes, des propositions, des projets en vue de la restauration de l’unité allemande, relayés par une partie de l’opinion publique en Allemagne fédérale mais repoussés avec une détermination constante par les Alliés occidentaux et par la majorité au pouvoir à Bonn.

33Dans l’ensemble des traités discutés en février 1955, c’est la perspective d’un réarmement et de l’entrée de la République fédérale dans l’alliance militaire occidentale qui suscitera la réaction la plus vive à l’Est et le débat le plus passionné en Allemagne de l’Ouest. Aux craintes de fermer définitivement la porte à toute chance de réunification allemande s’ajoutait dans ce cas une attitude antimilitariste largement répandue dans la population et vigoureusement propagée par les médias et les intellectuels. Le souvenir encore proche des horreurs de la dernière guerre mondiale s’ajoute au désir d’unité. Mais sur ce point, Konrad Adenauer n’a jamais dévié de la ligne qu’il a tracée dès les premiers jours de son mandat de chancelier en évoquant dès 1949 la possibilité pour l’Allemagne d’entrer dans l’alliance militaire occidentale. Il a poursuivi contre vents et marées son objectif qu’il a atteint au prix de nombreux sacrifices et qu’il a réussi à faire accepter à l’opinion publique et au Bundestag allemand par un mélange de ruse, de mensonge et de persuasion.

34Le réarmement de l’Allemagne ne fut pas simplement le prix à payer pour obtenir la souveraineté. C’est aussi la reconquête d’une prérogative essentielle d’un Etat souverain. Le véritable marché, “donnant-donnant”, ce n’était pas “réarmement contre souveraineté”, c’était “réarmement contre intégration” dans des structures supranationales de contrôle et de coordination. La contribution allemande au dispositif de défense occidental était certes important pour les Alliés et en particulier pour les Américains. Mais, et cela Konrad Adenauer le savait fort bien aussi, le désir de l’Allemagne d’accéder à la souveraineté, y compris en disposant de nouveau d’une armée, n’était acceptable pour les vainqueurs de 1945, en particulier pour le voisin français, que dans la mesure où il parvenait à dissiper toute crainte devant la renaissance de la menace allemande. En ce sens, la marche de l’Allemagne occidentale vers la souveraineté et son intégration étroite (Einbindung) dans des systèmes d’alliance sont indissolublement liées et se conditionnent mutuellement.

35Ces systèmes sont de deux ordres : le premier est à la fois économique, politique et militaire : c’est le système de l’Alliance atlantique ; le second, d’abord économique, puis politique, ne deviendra militaire que plus tard : c’est le système européen. Le premier implique un alignement sur les positions américaines, le second un rapprochement étroit avec la France. Dans la période qui nous intéresse ici, ce double mouvement d’intégration ne pose pas encore de problèmes dans la mesure où la France est un partenaire discipliné de l’Alliance atlantique. Les problèmes et les conflits n’apparaîtront qu’après 1958, lorsque le général de Gaulle sera revenu au pouvoir en France. L’intégration européenne fut d’abord économique. Dès 1950 le plan Schuman de création d’une Communauté du Charbon et de l’acier (CECA, EGKS ou plus couramment Montanunion) est lancé et réalisé malgré les réticences françaises. C’est un premier pas vers la création d’une communauté économique européenne (CEE) qui, en 1955, se profile déjà à l’horizon, et dont l’idée et la mise en place feront un pas décisif au mois de juin 1955 à l’occasion de la conférence de Messine. L’Allemagne y sera représentée par son nouveau ministre des Affaires étrangères, von Brentano.

  • 10 Hermann Graml étudie ci-dessous les aspects nationaux et internationaux du réarmement allemand.

36La participation de l’Allemagne fédérale à la défense de l’Occident est préparée à partir du mois d’octobre 1950, lorsque Adenauer met en place, sous la direction de Theodor Blank, un service chargé d’étudier “les questions liées à l’augmentation des troupes alliées en Allemagne”. Belle périphrase pour ne pas dire que ce service est chargé d’étudier les conditions et les moyens de reconstituer une armée allemande. Les négociations diplomatico-militaires qui se déroulent pendant toute l’année 1951 portent sur deux projets étroitement liés : la création d’une armée allemande ou du moins d’un contingent allemand intégré dans une communauté européenne de défense (Europäische Verteidigungsgemeinschaft, EVG) et la renégociation du statut général de l’Allemagne occidentale, le remplacement du statut d’occupation par un nouveau statut (Deutschlandvertrag).10 Ces deux négociations, étroitement liées, aboutissent fin 1951. Mais les Alliés occidentaux, notamment la France engluée dans ses conflits coloniaux, ne mettent guère d’empressement à entériner les traités. Puis ce sera, le 30 août 1954 la catastrophe (“le jour noir de l’Europe”, dira Adenauer) : l’Assemblée nationale française rejette le traité de la CED.

  • 11 Qui est étudiée de manière détaillée ci-dessous par Jean-Paul Cahn.
  • 12 L’article de H. Miard-Delacroix qu’on lira ci-dessous traite précisément cet aspect de la politique (...)

37Pourtant, le processus d’intégration de l’Allemagne occidentale, de son accession à la souveraineté et de son réarmement est irréversible. Au cours de la deuxième moitié de cette même année 1954, un certain nombre de médiations, de consultations et de conférences internationales débloqueront la situation. Les traités de Paris d’octobre 1954 règlent toutes les questions qui semblaient encore voici peu insolubles : le nouveau statut de l’Allemagne après la fin du statut d’occupation, le réarmement allemand (non plus au sein de la CED mais avec une armée propre intégrée dans l’OTAN et l’Union de l’Europe Occidentale) et par la même occasion quelques autres problèmes pendants : les garanties occidentales quant au maintien du statut de Berlin, le règlement de la question sarroise11 et la reconnaissance par les Alliés de la RFA comme seule Allemagne légitime (Alleinvertretungsanspruch)12. Ce sont ces traités qui, en janvier 1955, sont discutés par le Bundestag et adoptés au terme de débats passionnés, par une large majorité des deux tiers des voix. Seul l’accord sur la Sarre recueillera une majorité plus réduite.

38Ce sont ces traités qui entrent en vigueur au mois de mai de cette même année. Cette même année les premiers soldats de la nouvelle Bundeswehr recevront leur brevet (il s’agit encore d’engagés, la conscription ne sera introduite que plus tard). Cette même année aussi, Moscou, s’inclinant devant le fait accompli, invite le chancelier Adenauer pour une visite officielle qui aura lieu en septembre. En dehors de la reconnaissance officielle de la République fédérale par l’Union soviétique, cette visite aura une autre suite : Moscou libère les derniers 10.000 prisonniers de guerre allemands encore retenus en Union soviétique. Ce “retour des dix mille” sera ressenti par la population allemande comme le signe visible de la fin d’une époque, de la liquidation des séquelles de la guerre. A la fin de la même année, le plébiscite sarrois prépare le retour de ce territoire au sein de l’ensemble allemand (ce sera fait après une période de transition le 1er janvier 1957). Il faudra encore attendre 33 ans de plus pour que les autres Länder viennent adhérer au Grundgesetz et rejoindre cette Allemagne née sur les bords du Rhin.

39Pourtant, une première constatation s’impose lorsqu’on regarde les journaux et les revues de cette année : l’événement de l’accession à la souveraineté est certes largement commenté, mais on est passé rapidement à d’autres sujets. Par exemple, préparer les prochaines vacances. Les Allemands de 1955 ont bien d’autres préoccupations (les Allemands de l’Ouest en tout cas). Ils ont redécouvert la joie de vivre et de consommer. Consommer semble même être leur principale occupation selon le principe “Wer kauft hat mehr vom Leben”.

40Les Allemands sont devenus un peuple de consommateurs sans complexes, ni états d’âme. L’immense accumulation de privations et de frustrations provoquée par des années de guerre et les difficultés de l’immédiat après-guerre se traduit par une soif de consommation apparemment inextinguible. Celle-ci est encore exacerbée à l’Ouest par le “modèle américain” qui s’impose partout, même en dehors de la zone américaine. La pénurie des premières années n’est plus qu’un souvenir, ainsi qu’un thème largement utilisé par la jeune littérature allemande, cette Trümmerliteratur qui s’attache à garder vivant le souvenir d’un passé récent que la grande majorité préférerait oublier.

  • 13 Volker Hentschel analyse ci-dessous en détail cette question du redressement économique de l’Allema (...)

41Le redémarrage et la croissance de l’économie allemande n’ont pas été sans problèmes.13 Il n’y a pas de miracle en économie, c’est simplement une erreur de perspective dont on est victime lorsqu’on compare deux situations extrêmes et qu’on oublie ce qui s’est passé entre deux. Entre l’Allemand de 1945, qui même lorsqu’il avait un toit n’avait pas de chauffage, qui devait se contenter des maigres rations de ses tickets d’alimentation (alors qu’on estime que 2000 calories par jour sont nécessaires, la moyenne des rations allouées aux Allemands était généralement de 1500, voire de 900 calories par jour), et l’Allemand de 1955, qui a repris un confortable embonpoint et qui ne s’étonne plus de voir les vitrines des magasins débordant de victuailles, il y a un monde.

42Vers 1955, la République fédérale connaît des taux de croissance économique de l’ordre de 10 % par an, son appareil productif tourne à plein régime et commence même à manquer de main d’œuvre, les exportations allemandes connaissent un succès grandissant dans le monde entier. Alors qu’en 1950 la balance commerciale allemande était encore déficitaire de près de 3 milliards des DM, en 1955 elle enregistrait un excédent de 1 milliard, et la tendance allait en augmentant. Quoi d’étonnant si l’étranger commence à s’interroger sur les raisons de ce redressement économique et si le slogan de “miracle économique” a connu tant de succès puisqu’il dispense d’explications rationnelles. Rien d’étonnant non plus si les hommes politiques qui savent exploiter cette vague de succès économique et promettent la “prospérité pour tous” (Wohlstand für alle sera le titre d’un ouvrage reprenant les discours de Ludwig Erhard) sont parmi les plus populaires dans l’opinion publique.

43Les journalistes ont décrit cette soif de consommation allemande comme un mouvement de vagues successives. A la Freßwelle du début des années 50 a succédé la Möbelwelle, la ruée sur l’équipement mobilier et ménager qui va de pair avec la reconstruction des logements (les biens d’équipement les plus prisés étant le réfrigérateur et la Musiktruhe, en attendant le téléviseur, et le meuble typique de l’époque, le fameux Nierentisch). Mais déjà se profile en 1955 la vague suivante : la Reisewelle. Les hordes de touristes allemands commencent à envahir l’Europe, en attendant les autres continents : « Wer reist hat mehr vom Leben » est un autre slogan de ces années. Le camping se développe et le parc automobile s’agrandit. Les grands constructeurs comme Mercedes ne peuvent satisfaire la demande et imposent des délais de livraison de plus en plus longs ; les usines Volkswagen sortent en cette année 1955 le millionième exemplaire du Käfer qui devient la véritable voiture du peuple, la Volkswagen rêvée par les dirigeants de Kraft durch Freude. Plus significative encore de ces années est l’apparition de mini-voitures comme la Goggomobil ou l’Isetta.

44Pour atteindre ce stade de la société de consommation l’Allemand a dû travailler dur, épargner, se priver. Le « miracle » aurait-il été possible sans l’aide extérieure, notamment ce plan Marshall pour le relèvement économique de l’Europe lancé en 1946, auquel les zones d’occupation occidentales ont été associées en 1948 ? Aurait-il pu se produire sans l’existence d’une main d’œuvre surabondante, qualifiée, hautement motivée et désireuse d’entreprendre, de réussir, de prendre une revanche sur le destin ? Quel a été l’impact de la réforme monétaire des 18-20 juin 1948, qui, accompagnée d’un ensemble législatif approprié, « Gesetz über Leitsätze für die Bewirtschaftung und Preispolitik nach der Geldreform » (24.6.1948), placera l’économie de la partie occidentale de l’Allemagne sous le signe de l’économie de marché ? Il est difficile de faire la part de chacun de ces éléments. Il suffit de constater qu’à partir de là la croissance économique de l’Allemagne occidentale a pris un essor irrésistible. Il n’en a pas été de même dans la partie orientale qui, malgré des efforts considérables et des promesses sans cesse renouvelées, malgré aussi d’indéniables progrès, aura toujours un retard important sur l’Ouest. Ce décalage sera une des causes, mais non la seule, de la fuite de la population est-allemande, qui ne cessera qu’après la construction du Mur, et aussi du soulèvement de juin 1953.

45L’accession de la République fédérale à la souveraineté, le 5 mai 1955 n’a pas donné lieu à de grandes manifestations de joie, ni à des cérémonies éclatantes : un bref échange de vues au Bundestag et une modeste cérémonie dans les jardins du palais Schaumburg. Quelle différence avec l’enthousiasme, à la fois de la population et de la classe politique unanime, qui accueillera dix jours plus tard, le 15 mai, la signature du Traité d’État qui rend sa souveraineté à l’Autriche ! Il est vrai que la souveraineté autrichienne n’est pas acquise au prix d’une division du pays. En République fédérale, les débats et controverses politiques qui ont précédé la ratification avaient été trop rudes et avaient laissé des cicatrices trop douloureuses, les réticences de l’opposition social-démocrate à l’égard d’une souveraineté qui ne concernait qu’une partie de l’Allemagne étaient trop profondes.

46C’est ainsi qu’Erich Ollenhauer déclare ce jour-là devant le Bundestag : « Il ne saurait être question de souveraineté que le jour où l’Allemagne sera réunifiée dans la liberté. » À cela font écho les paroles d’Adenauer : « Nous sommes un État libre et indépendant ... un véritable partenaire pour les puissances d’occupation ... Notre place est aux côtés des peuples libres ». Et de répéter aux Allemands de l’Est « contraints de vivre séparés de nous », privés de liberté et de droits : « Votre place est à nos côtés ».

47Il n’en reste pas moins que 1955 est une date importante, l’aboutissement d’un processus aux formes et aux protagonistes multiples qui a conduit à la réintégration de l’Allemagne dans la communauté internationale, même si c’est au prix de la division. L’Allemand de 1955 a retrouvé son Selbstgefühl, sa confiance en soi et la conscience de sa valeur. S’il lui arrive de s’arrêter de travailler et de gagner de l’argent, c’est pour mesurer le chemin parcouru depuis dix ans et pour se réjouir du résultat obtenu, non pour se poser des questions désagréables. Les motifs de satisfaction ne manquent pas. L’équipe de football allemande de Fritz Walter n’a-t-elle pas gagné la Coupe du monde en 1954 ? Les couleurs de l’Allemagne sont de nouveau présentes dans le ciel : la Lufthansa reprend son activité cette année-là.

  • 14 Lire à ce sujet, ci-dessous, les études de Hansgerd Schulte sur les intellectuels allemands, et cel (...)

48L’unité toujours réaffirmée et sans doute sincèrement souhaitée était certes renvoyée dans un avenir lointain que personne, cette année-là ne pouvait raisonnablement espérer voir de ses propres yeux. Mais l’Allemand de 1955 n’a pas le temps de douter, de se poser des questions, il a trop à faire par ailleurs. Il n’a pas non plus le temps de se souvenir, de faire un examen de conscience, de faire un travail de deuil, ce qu’on appelle la Vergangenheitbewältigung.14 Tout cela, la société allemande devra le payer à la fin des années 60.

Repères chronologiques 1945-1955

1945

4-11 février

Conférence de Yalta (Crimée) : Churchill, Roosevelt et Staline décident de diviser l’Allemagne en zones d’occupation tout en maintenant le principe de l’administration commune de l’Allemagne par les Quatre (la France étant invitée à rejoindre les autres Alliés).

7 et 8 mai

Capitulation allemande à Reims et à Berlin-Karlshorst.

5 juin

Première rencontre des Commandants en chef alliés à Berlin. Par la “Déclaration de Berlin” les quatre puissances déclarent assumer l’autorité suprême à l’égard de l’Allemagne ; installation, à Berlin, du Conseil de contrôle allié pour l’Allemagne.

17 juillet

au 2 août

Conférence de Potsdam des “Trois Grands” représentés par Truman (USA), Churchill puis Attlee (GB) et Staline (URSS). Définition des principes politiques et économiques appliqués à l’Allemagne occupée (démilitarisation, dénazification, démocratisation, décentralisation, réparations et démontages), l’Allemagne devant être traitée comme une unité économique. Les territoires à l’Est de la ligne Oder-Neisse sont placés sous administration polonaise ou soviétique ; la délimitation finale de la frontière germano-polonaise est renvoyée au Traité de paix ; Transfert vers l’Ouest des minorités allemandes de Pologne, Tchécoslovaquie, Yougoslavie et Hongrie ; le Conseil des Ministres des Affaires Etrangères des 5 (les 4 + la Chine) doit préparer les Traités de paix avec l’Allemagne et ses anciens Alliés, s’occuper de l’administration et du gouvernement de l’Allemagne ainsi que de la question des réparations. La France, non invitée à Potsdam, accepte les décisions des Trois le 4 août, elle émet des réserves sur la création des partis politiques et sur la mise en place d’institutions centrales en Allemagne.

6 août

La première bombe atomique américaine est lancée sur Hiroshima.

10 août

Le Japon capitule.

10 sept. au 2 octobre

Première réunion, à Londres, du Conseil des cinq ministres des Affaires étrangères. La France demande le détachement du territoire Rhin-Ruhr, l’URSS un gouvernement central allemand et un contrôle quadripartite de la Ruhr.

19 septem­bre

Création des Länder de Bavière, Hesse et Wurtemberg-Bade par proclamation du gouvernement militaire américain.

19 octobre

À Stuttgart, déclaration de culpabilité (Schuldbekenntnis) de l’EKD.

20 novembre

Début du procès de Nuremberg (Tribunal Militaire International) contre les 24 principaux criminels de guerre allemands. Fin du procès : le 1er octobre 1946.

1946

20 janvier

Premières élections libres en Allemagne depuis 1933 (élections municipales en zone américaine).

21 et 22 avril

Fusion du KPD et du SPD en zone d’occupation soviétique ; création du SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands)

25 avril au 16 mai et

15 juin au 12 juillet

À Paris, seconde Conférence du Conseil des quatre ministres des Affaires étrangères. Les Etats-Unis proposent une fusion des zones, seule la Grande-Bretagne accepte (le 29.7).

30 juin

Élections aux assemblées constituantes dans les Länder de la zone américaine.

23 août

En zone britannique, formation des Länder Nordrhein-Westfalen, Schleswig-Holstein et Hanovre (devenu le 1.11.1946 la Basse-Saxe par la fusion entre Braunschweig, Oldenburg et Schaumburg-Lippe).

1er-15 sept.

Élections municipales en zone soviétique.

6 septembre

À Stuttgart, discours du Ministre américain des Affaires Etrangères Byrnes, qui annonce la nouvelle politique américaine à l’égard de l’Allemagne

10 septembre

Adoption de 5 accords pour la formation d’administrations allemandes communes aux zones américaine et anglaise, pour le ravitaillement, le transport, l’économie, les finances, et les postes.

15 sept.

Élections municipales dans les zones anglaise et française.

20 octobre

Dernières élections municipales pour l’ensemble de Berlin.

4 nov. au 12  déc.

3e Conférence du Conseil des 4 ministres des Affaires étrangères, à New-York.

24 novembre

Élections au Landtage de Wurtemberg-Bade, Bavière et Hesse ; référendum sur les constitutions.

3 au 12 décembre

Formation des gouvernements des Länder et des provinces de la zone d’occupation soviétique. Entre décembre 1949 et février 1947, entrée en vigueur des constitutions des Länder de cette zone.

22 déc.

Intégration de la Sarre dans l’espace douanier et économique français.

1947

1er janvier

Début officiel de la bizone (Fusion des zones américaine et britannique en un “territoire économique unifié”).

25 février

La loi N° 46 du Conseil de contrôle proclame l’abolition de l’État prussien.

10 mars au 24 avril

4e conférence du conseil des 4 ministres des Affaires étrangères (Bevin, Bidault, Marshall et Molotov) à Moscou : sans résultat.

12 mars

Discours du Président Truman au Congrès américain sur l’endiguement (containment) du danger communiste. Annonce l’aide économique américaine contre la menace totalitaire à l’intérieur et à l’extérieur.

20 avril

Élections des Landtage en zone britannique (Basse-Saxe, Rhénanie du Nord-Westphalie et Schleswig-Holstein).

18 mai

Élections régionales dans la zone française (Bade, Wurtemberg-Hohenzollern et Rhénanie-Palatinat) et référendum sur les constitutions de ces Länder.

29 mai

Réorganisation de la bizone. Centralisation de l’administration à Francfort. Création d’un organe parlementaire, le Conseil économique (Wirtschaftsrat), avec des compétences législatives. 52 membres élus par les 8 Landtage. Création d’un Conseil exécutif (Exekutivrat), avec un représentant par gouvernement régional. L’administration allemande comprend 5 administrations spécialisées, dirigées chacune par un Direktor. L’organe de contrôle des occupants s’appelle le Bipartite Board. Entrée en vigueur le 10. 6. 1947.

5 juin

Le ministre américain des Affaires Etrangères, le général Marshall, annonce dans un discours à l’université de Harvard un programme de reconstruction pour l’Europe, Allemagne comprise (= European Recovery Program, ERP, appelé aussi Plan Marshall.)

6 au 8 juin

À Munich, échec de la conférence des Ministres-Présidents des quatre zones. Ceux de la zone soviétique se retirent, en désaccord sur l’ordre du jour : outre les questions économiques, l’alimentation et les réfugiés, ils voulaient traiter de questions politiques.

27 juin au 2 juillet

Réunion des ministres des Affaires Etrangères (France, GB et URSS) à Paris pour débattre du programme d’aide américaine. L’URSS refuse sa participation ainsi que celle des pays de sa zone d’influence.

25 nov. au 15 déc.

La 5e Conférence des quatre Ministres des Affaires Étrangères à Londres, (“Conférence de la dernière chance”) se termine prématurément à cause du désaccord sur la question allemande.

6 au 7 déc.

Réunion du 1er “Congrès du peuple allemand” (Volkskongreß)

1948

9 février

Entrée en vigueur de la “Charte de Francfort” : réorganisation du gouvernement de la bizone par élargissement des conseils et accroissement de leurs compétences.

23 février au 6 mars

Première phase de la conférence des Six à Londres (les 3 alliés occidentaux et les 3 pays du BENELUX) recommandent la création d’un État fédéral ouest-allemand, son entrée dans le plan Marshall et sa participation au contrôle de la Ruhr.

1er mars

Fondation de la Bank deutscher Länder à Francfort/M par les gouverneurs militaires des trois zones occcidentales (= future Bundesbank).

9 mars

En zone soviétique, la direction centrale de l’économie est confiée à la “Commission économique allemande” (Deutsche Wirtschaftskommission, DWK).

17 mars

Fondation de l’Union occidentale à Bruxelles (France, Grande-Bretagne et Etats du BENELUX). Pour une coopération économique, sociale et culturelle, pour une défense collective.

17-18 mars

Le 2e “Congrès du peuple” à Berlin décide un plébiscite (non autorisé dans les zones occidentales) sur l’unité allemande et convoque un “Conseil du peuple allemand” (Deutscher Volksrat) comme représentation de l’ensemble du peuple allemand.

20 mars

Le Maréchal Sokolowski (gouverneur militaire soviétique) quitte le Conseil de contrôle pour protester contre les recommandations de la Conférence de Londres et la fondation de l’Union occidentale. Fin de l’administration quadripartite de l’Allemagne.

1er avril

Union douanière entre la Sarre et la France.

16 avril

Fondation de l’Organisation Européenne de Coopération Economique, OECE, par 16 États, pour coordonner l’aide du Plan Marshall. L’Allemagne de l’Ouest est représentée par les gouverneurs militaires.

29-30 mai

Réunion à Berlin-Est du 3e “Congrès du peuple allemand”, qui approuve un projet de constitution. Élection du second “Conseil du peuple allemand”.

20 avril au 2 juin

Seconde session de la conférence des Six : les “recommandations de Londres” préconisent la fondation d’un État en Allemagne de l’Ouest. Les Ministres-Présidents des Länder seront chargés de convoquer une assemblée constituante. Création d’une Autorité internationale de la Ruhr (exploitation par l’Allemagne de la Ruhr, mais sous contrôle des Six). Intégration économique et monétaire des zones d’occupation.

18 au 20 juin

Réformes monétaires dans les zones occidentales et à Berlin.

Début du blocus de Berlin, qui ne prendra fin que le 12 mai 1949.

26 juin

Début du pont aérien anglo-américain pour ravitailler Berlin.

24‑28 juin

Réforme monétaire en zone soviétique et à Berlin-Est.

1er juillet

Remise des 3 “Documents de Francfort”. 1) Convocation d’une assemblée constituante pour créer un État fédéral. 2) invitation à réviser les frontières des Länder. 3) nouveau statut d’occupation allié qui définira les rapports entre les puissances occupantes et le nouvel État allemand. (Les Ministres-présidents donneront leur accord, après diverses réunions de concertation, le 26.7.)

10 au 23 août

À Herrenchiemsee (Bavière), un groupe d’experts prépare un projet de Loi fondamentale.

1er septembre

Réunion du Conseil Parlementaire à Bonn pour élaborer la Loi fondamentale. (65 membres, élus par les 11 Landtage et 5 représentants de Berlin, sans droit de vote. Président : Konrad Adenauer ; président de la commission principale : Carlo Schmid, SPD)

1949

25 janvier

Création à Varsovie du Conseil d’assistance économique mutuelle (Rat für Gegenseitige Wirtschaftshilfe, RGW ou Comecon) par les pays d’Europe de l’Est.

2 mars

Les gouverneurs militaires occidentaux font connaître leur désaccord sur certains points du projet de constitution. Un compromis sera trouvé en avril.

4 au 8 avril

À Washington, signature du Pacte de l’Atlantique Nord. Puis conférence des ministres des Affaires étrangères des trois pays occidentaux – Adoption du nouveau statut d’occupation. Mise en place d’une Haute-Commission alliée en remplacement des trois gouvernements militaires. Les trois gouvernements alliés conservent l’autorité suprême et le droit de veto. Domaines réservés : réparations, décartellisation, Affaires étrangères, contrôle du commerce extérieur et des échanges. La Haute-Commission siégera à Petersberg.

8 avril

La zone française rejoint la bizone (= trizone).

22 avril

Entrée en vigueur du statut de la Ruhr.

5 mai

Signature des statuts du Conseil de l’Europe par 10 États européens.

8 mai

En 3e lecture, adoption de la Loi fondamentale de la République fédérale d’Allemagne par le Conseil parlementaire.

10 mai

Le Conseil Parlementaire choisit Bonn comme capitale fédérale provisoire de la nouvelle République (contre Francfort).

12 mai.

Fin du blocus de Berlin.

12 mai

Les gouverneurs militaires alliés approuvent le texte de la Loi fondamentale, mais sans reconnaître Berlin-Ouest comme 12eLand.

18-21 mai

Ratification de la Loi fondamentale par 10 Landtage des zones occidentales (sauf Bavière).

23 mai

Proclamation de la Loi fondamentale à Bonn par le Conseil parlementaire et entrée en vigueur.

23 mai au 20 juin

6e Conférence des 4 ministres des Affaires étrangères à Paris. L’URSS propose le retour aux accords de Potsdam et la réactivation du Conseil de contrôle. Les Occidentaux proposent leur statut d’occupation et le rattachement de la zone soviétique à la République fédérale.

14 août

Elections du 1erBundestag. CDU-CSU : 31 % des voix, SPD : 29,2 %, FDP :11,9 %, autres : 27,9 %. Participation : 78,5 %.

12 sept.

Theodor Heuss, FDP, élu Président de la République fédérale.

15 sept.

Konrad Adenauer est élu Chancelier de la République fédérale d’Allemagne.

20 sept.

1er gouvernement fédéral : 8 CDU/CSU, 3 FDP et 2 DP.

21 sept.

Entrée en vigueur du statut d’occupation. Les 3 Hauts-Commissaires remplacent les gouverneurs militaires.

7 octobre

Fondation de la R.D.A. Le Conseil du peuple allemand devient Chambre du peuple (Volkskammer) et proclame la République. La Commission de contrôle soviétique remplace la SMAD. Président de la République : Wilhelm Pieck, SED (le 11.10). Chef du Gouvernement : Otto Grotewohl (le 12.10).

31 octobre

La République fédérale devient membre de l’OECE.

22 novembre

Signature de l’Accord du Petersberg. Fin des réparations. Entrée de l’Allemagne fédérale dans l’Autorité internationale de la Ruhr. Participation aux organismes internationaux. La RFA maintiendra la démilitarisation de son territoire. La République fédérale est autorisée à devenir membre du Conseil de l’Europe et à établir des relations consulaires.

15 décembre

Accord République fédérale d’Allemagne/États-Unis sur l’aide dans le cadre du Plan Marshall.

1950

9 mai

Annonce du Plan Schuman à Paris et à Bonn.

11 au 13 mai

Conférence de Londres des troix Alliés occidentaux sur la question allemande.

20 juin

Début des négociations à Paris sur la création d’une communauté du charbon et de l’acier.

25 juin

Début de la guerre de Corée.

8 juillet

La République fédérale devient membre associé du Conseil de l’Europe (membre de plein droit le 2. 5. 1951).

12 au 18 septembre

La conférence des ministres des Affaires Etrangères occidentaux à Washington décide entre autres une contribution ouest-allemande à la défense de l’Europe.

29 sept.

La RDA devient membre du Comecon.

9 octobre

Démission de Gustav Heinemann pour protester contre les projets de réarmement (Himmeroder Denkschrift).

26 octobre

Le chancelier nomme Theodor Blank délégué pour les questions concernant le réarmement.

30 novembre

Dans une lettre adressée à K. Adenauer, O. Grotewohl propose la convocation d’un Conseil constituant pour toute l’Allemagne chargé de préparer des élections dans l’ensemble de l’Allemagne.

1951

1er janvier

Début des conversations germano-alliées au Petersberg. Problèmes du réarmement allemand et du futur statut de la RFA.

15 février

Ouverture à Paris de la conférence pour l’organisation d’une « Communauté Européenne de Défense » (plan Pleven).

15 mars

Reconstitution d’un ministère des Affaires étrangères allemand, Konrad Adenauer cumule les fonctions de chancelier et de ministre des Affaires étrangères.

18 avril

Signature du traité instituant la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier entre la France, l’Italie, la RFA et le Benelux (= CECA, EGKS, Europäische Gemeinschaft für Kohle und Stahl ou Montanunion). Première étape de l’intégration européenne.

15 septembre

La « Chambre du Peuple » propose au Bundestag des consultations en vue de procéder à des élections dans toute l’Allemagne (élection d’une « Assemblée nationale »).

24 septembre

Début des négociations entre Adenauer et les Hauts-Commissaires pour un statut de remplacement du statut d’ocupation.

22 novembre.

Les trois puissances occidentales approuvent le projet de traité (Deutschlandvertrag) qui doit remplacer le statut d’occupation.

1952

11 janvier

Le traité créant la CECA est ratifié par le Bundestag.

28 février

Début de la conférence de Londres sur le règlement des dettes allemandes.

25 mars

Réponse des Puissances occidentales à la « note » de Staline : elles demandent des élections libres dans toute l’Allemagne comme préalable aux négociations sur un traité de paix.

9 avril

Deuxième note de l’Union soviétique acceptant des élections libres dans toute l’Allemagne, mais sous contrôle des Quatre puissances, non sous contrôle de l’ONU. Les Occidentaux refusent la neutralisation de l’Allemagne.

26 mai

Signature à Bonn du Deutschlandvertrag sur les relations entre la RFA et les Trois puissances (avec des traités additionnels concernant entre autres le stationnement des troupes alliées).

27 mai

Signature, à Paris, du traité instituant la « Communauté Européenne de Défense » (CED)

1953

17 juin

Soulèvement populaire à Berlin-Est

6 septembre

Election du 2eBundestag selon la nouvelle loi électorale du 8. 7. 1953.

20 octobre

Formation du second gouvernement Adenauer (CDU/CSU, FDP, DP et BHE).

1954

25 janv. au 18 février

Conférence de Berlin des Ministres des Affaires étrangères des Quatre sur l’Allemagne.

17 juillet

Theodor Heuss réélu comme Président fédéral.

30 août

L’Assemblée nationale française refuse de ratifier le traité sur la CED.

19 au 23 octobre

Les Traités de Paris règlent le statut futur de la République fédérale, entre autres fin du régime d’occupation, garanties des Ocidentaux pour la sécurité de Berlin, reconnaissance du Alleinvertretungsanspruch, admission de la RFA dans l’OTAN et statut de la Sarre.

27 au 30 décembre

L’assemblée nationale française approuve l’entrée de la RFA dans l’OTAN et l’UEO.

1954

27 février

Le Bundestag ratifie les traités de Paris.

5 mai

Proclamation de la souveraineté de la République fédérale. Entrée en vigueur du Deutschlandvertrag et fin du statut d’occupation. La RFA adhère à l’Union de l’Europe occidentale le 7 et à l’OTAN le 9 mai.

15 mai

Signature, à Vienne, par les ministres des Affaires étrangères des quatre puissances et par l’Autriche, du Traité d’Etat (Staatsvertrag)

6-7 juin

Heinrich von Brentano (CDU) devient ministre des Affaires étrangères et Theodor Blank (CDU) ministre de la Défense.

17 au 23 juillet

Conférence au sommet des quatre puissances à Genève.

9 au 13 septembre

À l’invitation de l’Union soviétique (du 7 juin 55), Adenauer se rend à Moscou. Etablissement de relations diplomatiques entre l’URSS et la RFA. Libération des derniers prisonniers de guerre allemands.

20 septembre

L’URSS déclare la souveraineté de la RDA et réaffirme la « théorie des deux nations ».

23 octobre

Par 67,7 % des suffrages exprimés, la population sarroise rejette le « statut de la Sarre ». Démission du gouvernement Hoffmann.

L’Allemagne après la seconde guerre mondiale (RFA-RDA)

L’Allemagne après la seconde guerre mondiale (RFA-RDA)

Carte extraite de : Michel Hubert, L’Allemagne en mutation. Histoire de la population allemande depuis 1815, Paris, Presses de Science Po 1995, p. 366.
Cartographie : Emmanuel Le Noc et Michel Hubert

Notes

1 Joseph Rovan, Histoire de l’Allemagne. Des origines à nos jours, Paris, Seuil 1994, p. 67.

2 Du nom de son auteur, Henry Morgenthau jr., ministre des finances de F.D. Roosevelt de 1934 à 1945.

3 Das Gebot der Stunde : Kämpfen und Sterben !”

4 La décision d’expulser les populations allemandes des territoires annexés par la Pologne, mais également les minorités allemandes en Tchécoslovaquie etc., sera entérinée par la conférence de Potsdam en juillet 1945. Au total, dix millions de personnes seront touchées par ces mesures d’expulsion.

5 On lira, ci-dessous, deux études consacrées respectivement au problème des réfugiés (Bernard Poloni) ou, plus généralement, à l’évolution démographique en Allemagne (Michel Hubert).

6 Sur le rôle et l’évolution de la politique d’occupation des alliés, voir ci-dessous les articles de H. Möller et de R. Hudemann, ce dernier insistant surtout sur l’ambivalence de la politique française à l’égard de l’Allemagne.

7 Les étapes de la “reconstruction constitutionnelle” de l’Allemagne sont décrites ci-dessous en détail par Christoph Gusy, juriste à l’université de Bielefeld.

8 Le parallélisme entre, d’une part, la décomposition des structures de concertation et de contrôle destinées à assurer une certaine unité dans le traitement de l’Allemagne et, d’autre part, la mise en place des nouvelles structures propres à l’Allemagne de l’Ouest est frappant. Il n’est cependant pas toujours facile de dire ce qui dans cette évolution parallèle appartient au domaine des causes et ce qui relève des conséquences. La simple comparaison des dates n’est pas toujours suffisante.

9 Voir ci-après l’article de Joseph Rovan consacré à Konrad Adenauer et celui de Henri Ménudier sur Kurt Schumacher.

10 Hermann Graml étudie ci-dessous les aspects nationaux et internationaux du réarmement allemand.

11 Qui est étudiée de manière détaillée ci-dessous par Jean-Paul Cahn.

12 L’article de H. Miard-Delacroix qu’on lira ci-dessous traite précisément cet aspect de la politique allemande d’après-guerre, tandis que l’étude d’Otto Dann traite, plus généralement, du destin de la nation allemande.

13 Volker Hentschel analyse ci-dessous en détail cette question du redressement économique de l’Allemagne.

14 Lire à ce sujet, ci-dessous, les études de Hansgerd Schulte sur les intellectuels allemands, et celui de Gérard Schneilin consacré à Karl Jaspers et ses prises de position durant les années d’après-guerre.

Table des illustrations

Titre L’Allemagne après la seconde guerre mondiale (RFA-RDA)
Crédits Carte extraite de : Michel Hubert, L’Allemagne en mutation. Histoire de la population allemande depuis 1815, Paris, Presses de Science Po 1995, p. 366.Cartographie : Emmanuel Le Noc et Michel Hubert
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540