Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne 1945-1955. De la capitulation à la division

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Avant-Propos

Gilbert Krebs et Gérard Schneilin

Texte intégral

1Ce volume est issu du colloque franco-allemand organisé en Sorbonne, du 23 au 25 novembre 1995, autour du thème : L'Allemagne 1945-1955. De la capitulation à la division. Dans le contexte de la question de civilisation inscrite au programme de l'agrégation d'allemand en 1995 et 1996, « L'unité allemande aux xixe et xxe siècles », il suit le volume consacré à La naissance du Reich. En raison de l'ampleur de cette question et des nombreux problèmes qu'elle soulève, il a paru pertinent aux organisateurs du colloque, comme l'an dernier, d'en limiter le sujet et de retenir pour ce débat entre historiens et germanistes allemands et français, une période et un périmètre restreints mais déterminants, la décennie de 1945 à 1955 et la manière dont elle a changé le visage de la partie occidentale de l’Allemagne divisée, la RFA, République fédérale d’Allemagne .

2Le Reich, créé en 1870/71, avait paru annoncer la naissance en Allemagne d'un État et d'une nation solides et durables. Pourtant, après avoir traversé en quelques décennies deux Guerres mondiales et connu successivement deux changements de régime politique, la république de Weimar et la dictature hitlérienne, cet édifice s’était brutalement écroulé en 1945. Ce phénomène, cette “dissolution d’une nation” qui s’est produite au milieu du xxe siècle, en plein centre de la vieille Europe fut selon l’historien Otto Dann “un processus à peine imaginable.” Dans une lettre à Karl Jaspers, le 3 mai 1947, Hannah Arendt a fait le même constat : «L'Allemagne est la première nation qui ait péri en tant que nation.»

3C'est donc cet extraordinaire phénomène historique, la chute de l'État et de la nation allemands en 1945, qui constituera le terminus a quo du colloque et de ses actes. Le terminus ad quem était plus difficile à déterminer si l'on ne pouvait, pour des raisons évidentes, choisir l'autre événement essentiel de la seconde moitié du xxe siècle en Allemagne, l'unification du pays en 1990 et la renaissance d'un État et d'une nation. Le choix s’est donc porté sur l'année 1955, où fut proclamée la souveraineté de la République Fédérale d'Allemagne.

4Dans le cadre de la réflexion sur les notions d’unité et d'identité, d'État et de nation, et sur les circonstances et conséquences de l’effondrement, puis du relèvement partiel, les·intervenants ont éclairé des aspects majeurs de la problématique : les phénomènes politiques, socio-économiques, démographiques et juridiques, les relations avec les alliés et, en particulier, avec la France, les deux grandes personnalités de l'après 45 en R.F.A., Konrad Adenauer et Kurt Schumacher. Les contributions et débats auront aussi porté, nécessairement, en raison de 1'effondrement des valeurs, sur les positions des intellectuels allemands quant à la catastrophe nationale, aux responsabilités du peuple allemand et aux décisions pour l'avenir.

5Au moment où l’Allemagne divisée retrouvait son unité et la nation allemande son identité, il n’était pas inutile de rappeler les difficultés et les incertitudes qui marquèrent la première décennie d’après-guerre. Notre colloque apportait ainsi des éclairages nouveaux pour appréhender une question centrale de la recherche internationale de la seconde moitié du xxe siècle : l'analyse du double phénomène que fut la disparition de l'État et de la nation allemands en 1945 et leur impressionnant renaissance à partir de 1949.

6Ce colloque a été organisé conjointement par l'université de Paris III (Sorbonne Nouvelle) et l’université de Paris IV (Paris Sorbonne) que nous remercions pour leur soutien fidèle et précieux. Nos remerciements s’adressent aussi aux collègues allemands et français qui ont apporté leur contribution à ce colloque, ainsi qu’aux Presses de la Sorbonne nouvelle et à Michèle Leprettre qui ont permis la publication rapide des actes.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540