Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Echanges culturels entre la France et la RDA

L’image de la France dans la littérature de RDA

Marc Thuret

Texte intégral

1La RDA était séparée de la France par deux frontières, dont une entre deux blocs antagonistes. La bureaucratie et l’économie freinaient les échanges ; la censure et la propagande rognaient l’information et la rendaient suspecte. Les voyageurs étaient rares, solidement encadrés, et, dans un sens comme dans l’autre, presque toujours équipés d’une bonne paire d’œillères idéologiques. Toutes les conditions étaient réunies pour transformer la France en zone blanche, comparable à la figuration que les plans de Berlin imprimés à l’Est donnaient de la partie de la ville cernée par le mur : un trou dans l’information, la page vierge remplaçant, à l’endroit interdit, le relevé du réseau urbain.

2On aurait donc pu imaginer que les représentations de ce pays difficile à atteindre n’occupent, dans une littérature dévouée aux causes du réalisme et du socialisme, qu’une place marginale. L’établissement d’un corpus d’œuvres susceptibles de transmettre aux lecteurs est-allemands une certaine image de ce voisin si lointain amène au contraire le chercheur à dresser une liste d’une longueur inattendue et à constater que la France était bien plus présente dans les souvenirs, les œuvres de fiction et les récits de voyage publiés en RDA que ne l’étaient les deux Allemagne dans la littérature écrite en France après la guerre. L’attention portée à la France montre qu’elle occupait dans l’imagination des citoyens de l’Allemagne socialiste une place privilégiée, dont les Français ont généralement mal mesuré l’importance. L’étude du contenu de ces œuvres fait d’autre part entrevoir une image de la France plus complexe, plus contradictoire, moins conventionnelle que celle qu’on aurait pu s’attendre à trouver dans un pays où les lacunes de l’information faisaient la part belle aux clichés dictés par l’idéologie.

3La relative diversité de l’image de la France émanant de la littérature écrite en RDA reflète en partie l’hétérogénéité des expériences vécues par les générations qui se sont relayées en Allemagne de l’Est à partir de 1945. Les plus âgés, ceux qui vinrent s’établir après la guerre en zone d’occupation soviétique et participèrent de près ou de loin à la fondation du deuxième État allemand, avaient connu la France comme lieu d’exil. Ils y avaient mené une existence instable, compliquée par les soucis d’argent, les chicanes bureaucratiques, l’indifférence d’une population de moins en moins accueillante et la malveillance d’autorités de plus en plus xénophobes. À partir de la déclaration de guerre, la plupart avaient fait l’expérience des camps de regroupement, puis d’internement, réservés aux étrangers « indésirables ». Ils avaient ressenti comme une vile trahison la politique attentiste de la France engagée dans la « drôle de guerre » et l’espèce de passivité complaisante avec laquelle elle s’offrait à la défaite, tout en faisant subir sa vindicte aux victimes du nazisme et aux militants anti-hitlériens réfugiés sur son sol. Avec l’invasion du printemps 1940, ils avaient été précipités dans l’errance et la clandestinité, contraints de se livrer à la course d’obstacles imposée à quiconque cherchait à quitter le pays : autorisation de sortie, visa de transit, visa du pays d’accueil, affidavit, billet de bateau etc.

  • 1 Transit parut pour la première fois dans une traduction espagnole en 1944 à Mexico, en allemand en (...)
  • 2 Hans Marchwitza : In Frankreich, Potsdam, Rütten & Loening, 1949.

4Les écrivains de la première génération de RDA, celle des hommes et des femmes nés, comme Friedrich Wolf (1890-1953), Rudolf Leonhard (1889-1953), Hans Marchwitza (1890-1963), Anna Seghers (1900-1983), à la fin ou au tournant du siècle, ont raconté ce parcours dans des textes ébauchés ou écrits avant leur retour en Allemagne, puis diffusés en allemand à partir de la SBZ ou de la RDA, et intégrés au canon de la littérature antifasciste défini par les autorités culturelles de l’Allemagne socialiste. C’est en particulier le cas du célèbre roman Transit d’Anna Seghers, publié en 1951 par le Aufbau-Verlag et sans cesse réédité depuis.1 Ce récit largement autobiographique décrit les démarches à l’issue imprévisible, le piétinement et les tribulations absurdes imposés aux réfugiés qui cherchaient à quitter Marseille avant l’invasion de la zone Sud par l’armée allemande en 1942. Hans Marchwitza, écrivain autodidacte issu de la classe ouvrière, guidé par le Parti dès ses premiers pas en littérature, célébré en RDA comme un nouveau Gorki, fait part d’expériences analogues, plus douloureuses peut-être encore, dans le récit autobiographique intitulé En France2 (1949). L’auteur, qui s’était battu dans les Brigades internationales, y rend compte des mesures dont il fut victime à son retour d’Espagne en décembre 1938 : arrestation, assignation à résidence, internements dans différents camps du centre, puis du midi de la France. Après l’armistice de juin 1940, il s’évade, se cache, erre le long de la côte méditerranéenne, à la recherche d’un bateau partant pour l’Amérique …

  • 3 Stephan Hermlin : « Die Zeit der Einsamkeit », « Arkadien », in : Entscheidungen. Sämtliche Erzählu (...)
  • 4 La France de Vichy sert encore de cadre à trois autres nouvelles de Stephan Hermlin : « Hölderlin 4 (...)

5Stephan Hermlin, autre figure de proue de la littérature est-allemande, a lui aussi raconté dans deux nouvelles, Le temps de la solitude (1948) et Arkadien (1949)3, reprises dans tous les recueils de ses textes en prose, des épisodes de son exil français, assombri non seulement par les menaces pesant sur son sort de Juif apatride, mais aussi par la perte, dans des conditions tragiques, de sa jeune femme, violée et engrossée par un fonctionnaire de Vichy, morte des suites d’une tentative d’avortement.4

6Ces souvenirs personnels, écrits à chaud, pendant ou peu après la guerre, puis publiés en RDA comme témoignage du calvaire enduré par l’élite antifasciste, présentent la France comme un univers difficile, globalement hostile, où nulle place n’était faite au réfugié étranger, où vivait une population mal informée, indifférente, pétrie de préjugés. La litanie des questions obtuses et désarmantes notées par Marchwitza donne le ton des entretiens entre réfugiés étrangers et Français nostalgiques des accords de Munich :

  • 5 H. Marchwitza (note 2), p. 42, 50, 75, 76.

« Pardon, Monsieur, pourquoi n’êtes-vous pas resté là-bas en Espagne, puisque vous y étiez déjà ?[…] Pourquoi ne pas être resté en Allemagne ? […] Qu’importent à la France les disputes des autres ? […] Qui veut la guerre ? La France doit d’abord se débarrasser de tous ces étrangers qui l’envahissent. »5

7La motivation politique de l’émigrant est à peine mentionnée. Son engagement militant est inhibé par ses difficultés de survie. Il se débat dans un monde incompréhensible où il n’est plus acteur, mais victime. Sauver sa vie est la seule ambition qui lui reste, et, pour la réaliser, il n’a d’autre allié que la chance, qui se manifeste à lui quelquefois sous les traits de Français sortant de l’ordinaire : voisin compatissant, gendarme négligent, paysan anarchiste, employé de sous-préfecture secrètement satisfait de pouvoir jouer un tour à son supérieur hiérarchique … Ces exceptions sont souvent sa dernière planche de salut. L’écrivain rend hommage à ces cas isolés, sans pouvoir, à partir de ceux-ci, réviser l’impression globale que lui laisse la France de la « drôle de guerre » et du régime de Vichy, pays dangereux et imprévisible, où l’émigrant a vu basculer tous ses repères.

  • 6 Traduction française de The Scum of the Earth, par Jeanne Terracini, Paris, Charlot, 1947.
  • 7 Hermann Axen, Alfred Neumann, Paul Merker, Heinrich Rau, Franz Dahlem (les deux derniers livrés à l (...)
  • 8 Voir Gilbert Badia (note 7) ; Michael Grunewald/Jean-Marie Valentin (éds.) : Les exilés allemands e (...)

8La littérature écrite ou publiée en SBZ et RDA s’est, d’autre part, une des premières efforcée, à l’instar d’Arthur Kœstler dans un témoignage obstinément boudé par le public français : La lie de la terre6, de dénoncer le scandale des camps d’internement édifiés à la hâte en 1939 pour les réfugiés venant d’Espagne d’abord, puis pour tous les étrangers « indésirables », allemands et autrichiens en particulier, qui croyaient, en demandant asile à la France, s’être placés sous la protection d’un pays allié, solidaire de leur combat pour la démocratie et les droits de l’homme. Les camps des Milles, Saint-Cyprien, Argelès, Gurs, Rieucros et surtout Le Vernet, ancien lieu d’internement et de souffrance d’une partie de l’équipe dirigeante de la jeune RDA7, acquirent en SBZ puis en RDA une célébrité qu’ils n’ont sans doute encore eue nulle part dans le monde, et qu’ils n’ont toujours pas en France, malgré les travaux de quelques germanistes et historiens8.

  • 9 Début 1941, Staline fit attribuer à Friedrich Wolf la nationalité soviétique, ce qui obligeait les (...)
  • 10 Friedrich Wolf : Lucie und der Angler von Paris. Novellen, Berlin, Aufbau Verlag, 1946.
  • 11 Friedrich Wolf: « Der Lupenschreiber von Vernet » in: Ausgewählte Werke, vol. VII, Berlin (RDA), Au (...)

9Friedrich Wolf, médecin, écrivain, pionnier de l’agit-prop et du théâtre politique, placé en RDA sur le même plan de notoriété que Bertolt Brecht, fut sans doute le premier à populariser en Allemagne socialiste ce chapitre d’histoire. Retenu en France en 1938 alors qu’il s’apprêtait à rejoindre en Espagne les Brigades internationales, Friedrich Wolf fut, peu après la déclaration de guerre, interné au Vernet, le plus dur, le plus répressif des camps français. Le gouvernement s’était efforcé d’y regrouper les réfugiés politiques, dans leur majorité socialistes et communistes. Des mois passés au Vernet9, Friedrich Wolf retint quelques épisodes à partir desquels il rédigea des récits à caractère populaire : Jules et Kiki, publiés dès 1946 dans un recueil de nouvelles intitulé Lucie et le pêcheur de Paris10, toutes situées dans la France des années 1939 et 1940. Les récits du Vernet – au nombre desquels il faut compter Le greffier à la loupe11 qui ne parut qu’en 1952 dans un volume d’œuvres choisies – ont été souvent repris dans des anthologies pour le grand public et pour la jeunesse, Kiki surtout, histoire sentimentale et édifiante d’un chien errant adopté par des détenus. L’auteur manifeste toutefois, dans un avertissement placé en tête de chacune des rééditions de ces textes, le souci de ne pas nuire à la réputation du peuple français :

  • 12 F. Wolf (note 10), p. 146 et Kiki und Cora Buntauge, zwei Hundegeschichten, Berlin (RDA), Büchergil (...)

« Je n’ai pas besoin de rappeler que j’aime et vénère le peuple français et la France des droits de l’homme, comme de nombreux textes que j’ai écrits en témoignent. Vis-à-vis de nous autres, prisonniers politiques surtout, le simple citoyen et le soldat français ont toujours eu, en dépit des menaces émises par les hommes de Pétain, un comportement loyal et humain. Plus encore, c’est un des officiers placés à la tête du camp, un de ceux qui ne faisaient pas partie de la Garde mobile, qui, après l’invasion de l’armée allemande, a pris sur lui, à ses risques et périls, de sauver le manuscrit de mon Beaumarchais et de le faire passer en Suisse. Pouvoir souligner ce fait aujourd’hui me réjouit d’autant plus qu’une authentique camaraderie m’unit à de nombreux patriotes français. »12

  • 13 Bruno Frei : Die Männer von Vernet. Ein Tatsachenbericht, réédité au Deutscher Militärverlag de Ber (...)

10Dans les nouvelles de Wolf se dessine une tendance qui ne fera que s’affirmer dans les œuvres écrites en RDA sur l’émigration et la résistance allemandes en France : la tendance à taire les plaintes et les souffrances, à souligner au contraire la volonté de vaincre et de combattre. Aux victimes désorientées de Transit et In Frankreich se substituent, dans les témoignages écrits et publiés en SBZ et RDA, des héros meurtris, mais sûrs du triomphe ultime de leur cause et confiants dans la loyauté intrinsèque du peuple français, nettement distinct à leurs yeux de la clique réactionnaire, corrompue et cynique qui, en 1940, a trahi la France et perverti quelques-uns de ses fils. Tel est par exemple le message des Hommes du Vernet13, témoignage d’un autre ancien détenu, le journaliste communiste autrichien Bruno Frei (1897-1988), qui vécut et publia en RDA pendant les années cinquante. Il est intéressant de remarquer que Friedrich Wolf et Bruno Frei, tout en signalant l’extrême saleté du camp, l’insuffisance et l’abomination de la nourriture, l’insensibilité ou le sadisme du personnel de garde, s’attachent à célébrer l’esprit de résistance et la solidarité des détenus communistes, ainsi que la permanence de leurs sentiments internationalistes, manifestée au cours des cérémonies organisées à la barbe de la direction du camp le 1er mai et le 14 juillet 1940.

  • 14 Maximilian Scheer : So war es in Paris, Berlin (RDA), Verlag der Nation, 1964.

11Le camp du Vernet fut encore popularisé en RDA par la publication des poèmes qu’y avait écrits Rudolf Leonhard, un des leaders de la gauche allemande émigrée à Paris, interné au Vernet de 1939 à 1944. Recopiés par le fameux « greffier à la loupe », ces poèmes purent être passés hors du camp. Conservés et retrouvés dans des circonstances racontées par Maximilian Scheer dans son livre de souvenirs14, certains d’entre eux furent publiés au premier volume des Œuvres choisies de Rudolf Leonhard. Maximilian Scheer (1896-1978), camarade d’émigration de Rudolf Leonhard et éditeur de ses Œuvres choisies, opéra son choix en s’attachant à faire ressortir cet esprit de résistance et de solidarité qui faisait dire à Rudolf Leonhard à propos d’années de détention qui ruinèrent sa santé et entraînèrent sa mort prématurée :

  • 15 Cité par Maximilian Scheer dans sa préface au cycle posthume Le Vernet, vol. 1, p. 12, des Ausgewäh (...)

« Ce fut le meilleur moment de ma vie. J’ai rencontré au Vernet l’élite de l’humanité. Je n’ai jamais vécu dans une telle harmonie avec les autres. Ce fut comme une récompense pour tous mes combats. »15

12Maximilian Scheer ne parvient toutefois qu’imparfaitement, à travers sa présentation et son choix, à transformer la victime en héros. Les vers de Leonhard exhalent un désespoir et une amertume que rien ne peut estomper. Dans de nombreux poèmes perce aussi le mépris que lui inspire l’attitude amorphe, et par conséquent complice, d’un personnel de garde plus représentatif du petit peuple français que l’auteur lui-même n’aurait voulu l’admettre. L’accusation et la plainte demeurent presque partout plus perceptibles que la volonté de combattre, et les poèmes du Vernet apparaissent au bout du compte, ainsi que les autres témoignages cités plus haut, comme une des pièces à verser au dossier d’accusation d’une France qui a trahi sa mission, pactisé avec les pires ennemis des droits de l’homme et persécuté ignominieusement ceux qui lui avaient fait confiance.

  • 16 Lion Feuchtwanger : Der Teufel in Frankreich. Erlebnisse, Rudolstadt, Greifenverlag, 1954. Paru d’a (...)
  • 17 Entre autres Walter Hasenclever, Alfred Kantorowicz (Exil in Frankreich, Bremen, Schünemann, 1971) (...)

13Telle est encore l’accusation qui ressort d’un texte publié pour la première fois en Allemagne par une édition de RDA : Le diable est-il français ? de Lion Feuchtwanger16. L’auteur avait été, comme une partie de l’intelligentsia réfugiée en France17, interné aux camps des Milles, puis de Nîmes, au printemps et une partie de l’été 1940. Il avait, aussitôt après son arrivée aux Etats-Unis, consigné ses souvenirs d’exil et de captivité dans un témoignage restituant sans fard les impressions de tous ceux qui s’étaient sentis pris dans la « souricière française » et ne s’en étaient échappés que par miracle. Les épreuves de la guerre avaient révélé aux yeux des intellectuels francophiles réfugiés en France un pays décevant, entraîné dans la trahison par la médiocrité de l’ensemble de la nation plus encore que par le cynisme de ses chefs ; des défauts tolérables, relativement aimables même en temps de paix, contribuaient à créer dans le contexte de la guerre et de la défaite un enfer presque aussi inhumain que s’il avait été l’expression d’une volonté diabolique :

  • 18 L. Feuchtwanger (note 16), p. 41.

« Quand, en Europe, quelqu’un avait la vie belle, on avait coutume de dire à son propos qu’il vivait ‘comme Dieu en France’ – une expression venant du fait que Dieu se portait bien dans ce pays, que l’on y vivait et que l’on vous y laissait vivre tranquillement, coulant des jours insouciants et agréables. Mais si Dieu se portait bien en France, le diable ne s’y portait pas mal non plus, pour les mêmes raisons précisément, porté et encouragé par le ‘’je-m’en-foutisme’ avec lequel les Français conçoivent l’existence. Aussi je ne crois pas que nos malheurs aient été la conséquence de mauvaises intentions. Je ne crois pas que le diable auquel nous avons été confrontés dans la France de 1940 ait été particulièrement retors, prenant plaisir à des tours sadiques. Je crois plutôt qu’il se confondait avec le démon de la négligence, de l’irresponsabilité, de l’indifférence, du conformisme, de la routine, le démon du ‘’je-m’en-foutisme’. »18

  • 19 Dieter Schiller/Karlheinz Pech/Regine Herrmann/Manfred Hahn (éds.) : Exil in Frankreich, Kunst und (...)

14Ce passage, cité trente ans plus tard encore, dans un recueil d’études rédigées par des experts est-allemands de l’histoire de l’antifascisme sur L’Exil en France19, résumait une opinion assez répandue en RDA sur les Français et sur le rôle peu glorieux joué par leur pays au cours de la Seconde Guerre mondiale.

  • 20 « Comité Allemagne libre pour l’Ouest », filiale du « Nationalkomitee Freies Deutschland » pour la (...)

15La France, paradis et enfer du laisser-aller, de l’imprévoyance, de la tolérance fondée sur l’indifférence et une certaine lâcheté, cette image était en Allemagne de l’Est d’autant plus forte qu’elle s’appuyait à la fois sur la mémoire de la minorité appelée à témoigner et sur celle de la majorité invitée à se taire, c’est-à-dire aussi bien sur les souvenirs du cénacle antifasciste émigré en France que sur ceux de la légion des anciens soldats de la Wehrmacht, autrefois stationnés dans le même pays. Dans les confidences échangées en famille ou entre anciens compagnons d’armes, ces derniers dépeignaient la France autrement certes que les émigrants antifascistes, mais leurs conclusions étaient en partie identiques : ils avaient vécu dans un pays aimablement arriéré, où les forces d’occupation avaient eu la vie belle, avec la complicité au moins passive de la plus grande partie de la population. Cette vision de la France, inofficielle mais majoritaire, n'a été consignée dans aucun texte publié en RDA. Les Allemands séjournant en France sous l’uniforme de la Wehrmacht n’apparaissent dans la littérature de RDA que sous les traits de déserteurs ou de combattants antifascistes potentiels, sensibles à la détresse du peuple occupé et aux efforts de propagande tentés par la résistance antifasciste, puis par le CALPO 20.

16Cette substitution du point de vue de la minorité à celui de la majorité correspond du reste à une stratégie et à une vision du monde largement admises parmi les dirigeants allemands de la SBZ, puis de la RDA, qui trouvaient là une légitimation de leur pouvoir : la véritable Allemagne ne se trouvait pas, pendant les « sombres années » du pouvoir nazi et de la guerre, sur le territoire du Reich, mais hors de ses frontières, en émigration, dans les rangs des Allemands prêts à lutter contre l’Allemagne fasciste avec les puissances coalisées contre elle.

  • 21 Johannes R. Becher : Gedichte, Berlin (RDA), Aufbau Verlag, 1971, pp. 290ss.

« Combien sont-ils dont les noms sont allemands
Et allemande la langue … Un jour pourtant surgira la question :
Où donc était l’Allemagne en ces temps difficiles ?
Où donc était l’Allemagne en ces sinistres jours ?
Où battait le vrai cœur, le cœur pur de l’Allemagne
Pour lui donner tout son authentique pouvoir ? »21

  • 22 H. Hauser (note 20), réédité en 1952 et 1959, puis, sous le titre : Botschafter ohne Agrément en 19 (...)

17Cette première strophe d’un poème de Johannes R. Becher a fourni le titre et la citation placée en exergue du roman Là où était l’Allemagne 22 de Harald Hauser (1912-1994), émigrant, résistant et premier secrétaire du CALPO en 1943 et 1944, propagandiste actif et efficace, écrivain « affirmatif », honoré par le régime et bien connu du public de RDA, pour lequel il écrivit dans les années cinquante et soixante des pièces et des scénarios illustrant les thèses officielles de l’Etat est-allemand sur certains grands sujets de l’actualité mondiale : recherche nucléaire, présence chinoise au Tibet, militarisme ouest-allemand etc. Son roman Wo Deutschland lag ..., raconte la vie quotidienne et les luttes d’un militant communiste allemand passé en France à la veille de la déclaration de guerre et participant au combat clandestin de ses camarades français et allemands jusqu’à la libération. L’œuvre de Hauser prend clairement le parti de souligner le courage plutôt que les souffrances en insistant sur la solidarité entre combattants antifascistes français et allemands. Elle a certainement contribué à populariser en SBZ, puis en RDA, l’image de l’émigration allemande que l’idéologie officielle souhaitait privilégier : on voulait des héros plutôt que des victimes ; l’évocation des années d’exil devait servir à montrer la solidarité plutôt que les rivalités des groupements opposés à l’Allemagne nazie. Un camp socialiste tendant après la guerre à l’expansion préférait estomper les frontières entre nations, partis et individus quand ils avaient eu en commun leur opposition à Hitler – un parti pris qui invitait à la confusion entre émigration et Résistance. Aucun des émigrants qui ont publié leurs souvenirs en RDA ne confesse par exemple clairement qu’il a aussi quitté l’Allemagne nazie pour fuir les persécutions antisémites. L’antifascisme légitimait le régime de la SBZ et servait de socle idéologique à la République créée dans ses limites. Le roman de Harald Hauser allait dans le bon sens puisqu’il s’employait à montrer à l’œuvre la conscience internationaliste de militants communistes français et allemands luttant clandestinement contre l’occupant nazi. Il contribuait à faire connaître leur fraternité d’armes comme un prélude à celle des deux nations attelées à la réalisation d’idéaux pacifistes et anti-impérialistes.

  • 23 Florimont Bonte : Les Antifascistes allemands dans la Résistance française, Paris, Editions sociale (...)
  • 24 D. Schaul (note 7) ; ouvrage consulté : 3e édition, nouvelle et augmentée, 1985.
  • 25 « Erinnerungsbuch », terme employé par Dora Schaul dans sa correspondance avec Edith Zorn.
  • 26 Ernst Scholz : « Als ich Alfred Alinger hieß », in : D. Schaul (note 7), pp. 166-175. Le fonds réun (...)

18Élever un monument au combat commun des communistes français et allemands, tel était également l’objectif d’une recherche entreprise en 1956 dans le cadre de l’IML (Institut für Marxismus-Leninismus) par la première femme de Harald Hauser, Edith Zorn (1913-1967), elle aussi militante communiste émigrée en France, résistante et propagandiste du CALPO, qui entreprit de questionner tous les témoins dont elle put retrouver la trace dans les deux Allemagne. Elle put réunir en une dizaine d’années quelque deux cents dossiers, qui furent exploités après sa mort par ses collaborateurs et successeurs, au nombre desquels il faut compter Florimont Bonte, membre du Comité central du PCF, ancien député, auteur d’une étude hagiographique sur Les Antifascistes allemands dans la Résistance française publiée en 1969.23 Le travail réalisé à l’IML ne donna lieu en RDA que quatre ans plus tard à une publication intitulée Résistance24, qui rassemblait les textes de trente-quatre témoins. Ce « livre du souvenir »25 édité et préfacé par un de ses auteurs, l’ancienne résistante Dora Schaul (1913-1999), camarade, amie et collaboratrice d’Edith Zorn à l’IML, parut à point nommé, en 1973, l’année où France et RDA échangeaient leurs premiers ambassadeurs, Ernst Scholz pour la RDA, ancien brigadiste, incorporé en 1944 aux FTPF combattant dans le maquis de la Maurienne, et auteur d’un des chapitres de Résistance.26

  • 27 Franz Dahlem: Am Vorabend des Zweiten Weltkrieges. Erinnerungen 1938 – August 1939, 2 vol., Berlin (...)

19On assiste du reste, à partir de la publication de Résistance à une spectaculaire résurgence du souvenir chez quelques-uns des principaux acteurs de la vie politique est-allemande autrefois émigrés en France : Franz Dahlem (1892-1981), membre du Comité central du SED, publie en 1977 un panorama des grandes heures de la lutte antifasciste À la veille de la Deuxième Guerre mondiale, Alexander Abusch (1902-1982), ancien ministre de la culture et idéologue influent, fait paraître ses souvenirs d’émigration en 1981, comme Albert Norden (1904-1982) , membre du Politbüro du SED. Gerhard Leo (né en 1923), correspondant de Neues Deutschland pour la France, raconte dans Un train pour Toulouse, paru en 1988, les spectaculaires aventures de sa jeunesse en France, où il fut dès sa vingtième année membre du PCF, agent secret travaillant pour le compte de la Résistance, puis combattant dans le maquis d’Aurillac. Harald Hauser ne publie ses souvenirs, largement consacrés à l’évocation des années passées en France, qu’en 1989.27

20Qu’une partie de l’élite officielle est-allemande n’ait entrepris de transmettre au public sa mémoire du passé récent que si peu de temps avant l’effondrement de l’Etat avec lequel elle s’identifiait est un des paradoxes les plus curieux de l’histoire de la RDA. Comment expliquer en effet que ces responsables politiques n’aient publié que si tard des souvenirs faisant incontestablement partie de leurs titres de gloire, propres de surcroît à accréditer la légitimation antifasciste de la RDA, et, par là même à renforcer sa position internationale ? La discrétion des fondateurs de l’Etat est-allemand autrefois émigrés en France doit sans doute être mise en relation avec les luttes d’influence menées sous le gouvernement Ulbricht et avec des pratiques totalitaires qui ne furent jamais dénoncées ni sérieusement révisées dans une RDA où l’on n’entreprit de déstaliniser que tardivement, à contrecœur et du bout des lèvres. Les hommes politiques autrefois émigrés à l’Ouest, jugés trop proches de leurs camarades sociaux-démocrates, avaient été réduits au silence, dépossédés de leur passé et, pour une partie, mis sur la touche au cours de la campagne de dénonciation et d’intimidation consécutive au déclenchement de l’affaire Field.

  • 28 Voir les témoignages de H. Priess (note 7) et de W. Kiessling (note 7).

21Noel Field (1904-1974), ancien représentant des USA auprès du Secrétariat de la Société des Nations, était venu en France à la fin de l’année 1940 pour y gérer l’aide aux réfugiés de l’Unitarian Service Commitee, une organisation caritative de l’Église unitarienne américaine. Chrétien, humaniste, homme de gauche, Noel Field s’était montré particulièrement sensible à la détresse des réfugiés politiques d’Europe centrale. Pour les aider, il avait tissé des réseaux d’entraide, organisé des filières de passage, rassemblé et distribué l’argent et les papiers nécessaires à la fuite hors de France. De très nombreux réfugiés antifascistes allemands, autrichiens, tchèques et polonais détenus en France, y vivant clandestinement ou cherchant à en sortir, avaient eu affaire à son organisation, la seule bien souvent dont ils aient pu attendre quelque secours. Pour tous ceux qui avaient eu recours à elle, cette aide allait devenir en RDA une tare rédhibitoire après que Noel Field eut été, en 1949, arrêté à Prague, où il était allé rendre visite à d’anciens protégés, accusé d’espionnage et jeté en prison. Quiconque avait rencontré Noel Field dut alors répondre de son passé devant une formation spéciale de la Commission de Contrôle du SED (ZPKK : Zentrale Parteikontrollkommission), sans réussir le plus souvent à se laver de l’accusation d’intelligence avec l’ennemi, de duplicité ou de coupable naïveté. L’affaire Field créait un climat de suspicion dont les citoyens autrefois exilés dans un pays occidental parvinrent mal à s’affranchir, même après la réhabilitation (jamais rendue publique en RDA) du principal accusé, en 1956. Elle faisait peser sur la biographie de quiconque avait vécu en France pendant la guerre une hypothèque qui n’allait être levée que grâce aux progrès de la détente et à la reconnaissance internationale de la RDA.28

22Non seulement la vision de la France, mais aussi la gestion du souvenir de ceux qui y avaient vécu dépendaient en RDA des fluctuations de la politique étrangère et des stratégies développées par le bureau politique. L’affaire Field, prélude au durcissement de l’année 1952, signale la volonté d’alignement sur le cours stalinien de l’URSS : élimination de toute concurrence ou dissidence potentielle dans la direction du Parti, à commencer par la composante social-démocrate du SED, la plus durement touchée par les purges dont l’affaire Field fournissait le prétexte, étouffement de toute tendance particulariste et intimidation de tous ceux qui, dans leur exil occidental, auraient pu développer une autre conception de la discipline prolétarienne que celle qui avait cours à Moscou.

23L’effacement du souvenir français fut une des conséquences du durcissement des fronts qui s’opposaient dans la guerre froide. Crise yougoslave, constitution du pacte de Varsovie et proclamation de la doctrine Hallstein – la consolidation des blocs antagonistes qui se partageaient le monde réduisait considérablement la valeur stratégique de l’argument antifasciste proféré après la guerre comme un appel au rassemblement. La France, devenue membre de l’OTAN, reconquise par la droite et empêtrée dans des guerres coloniales, avait trop ouvertement trahi les idéaux de la Résistance pour servir de modèle, et trop évidemment opté pour le camp adverse pour représenter un partenaire acceptable. Elle était de surcroît de plus en plus difficile à atteindre. Les obstacles économiques, politiques et bureaucratiques, la coupure radicale du mur en 1961 enfin, faisaient d’elle un espace virtuel qu’il était difficile d’aimer pour autre chose que pour son passé. Dans le présent, c’était un adversaire certes, mais un adversaire abstrait, qu’il était difficile de haïr radicalement, auquel on ne pouvait au contraire s’empêcher de trouver de bons côtés, liés à son histoire, à sa tradition hédoniste, au dynamisme de sa classe ouvrière, encadrée par le plus puissant des partis communistes occidentaux.

  • 29 Alfred Kantorowicz : Die Verbündeten, Schauspiel in drei Akten, Berlin (RDA), Aufbau-Bühnen-Vertrie (...)

24La littérature produite entre le début des années cinquante et la détente du début des années soixante-dix reflète ces hésitations. La France bourgeoise, soulagée de devoir son salut aux Américains et prête à pactiser avec eux comme peu de temps auparavant avec les nazis, est mise en scène par Alfred Kantorowicz (1899-1979) dans une pièce d’agitation intitulée Partenaires alliés, créée en 1950, dénonçant l’alliance d’intérêts responsable, selon l’auteur, d’accord sur ce point avec les analyses du Parti, du déclenchement de la guerre froide.29

  • 30 Paul Herbert Freyer : Der Pfad der Irrenden, Schauspiel in drei Akten, Berlin (RDA), Bruno Henschel (...)
  • 31 Jean Villain : Brennender Maghreb. Reportagen aus Nordafrika, Berlin (RDA), Aufbau Verlag, 1960.
  • 32 Paul Wiens : Die Haut von Paris, Berlin (RDA), Aufbau Verlag, 1960.

25La France colonialiste fait l’objet des attaques contenues dans deux mélodrames de l’écrivain politique Paul Herbert Freyer (1920-1983) : Le sentier des égarés, une pièce montrant l’incertitude des positions françaises du Sahara pendant la Deuxième Guerre mondiale, et Voué à la défaite, qui dénonce la présence allemande dans la Légion étrangère et montre la vanité du combat mené par les hommes engagés au Vietnam contre le Vietminh.30 Les luttes coloniales de la France sont encore évoquées dans les reportages de Jean Villain, journaliste suisse travaillant pour la RDA, auteur d’un recueil d’articles publié en 1960 sous le titre Maghreb en flammes31, ainsi que dans la nouvelle de Paul Wiens (1922-1982) La peau de Paris, récit des amours d’une jeune Parisienne et d’un étudiant algérien, idylle bientôt brisée par la mort du jeune homme, victime d’une des « ratonnades » lancées par des commandos d’extrême droite contre les Maghrébins vivant en France.32

  • 33 Jean Villain : Meine Freundin Marianne, Berlin (RDA), Kongreß-Verlag, 1956 ; id. : Wiedersehen mit (...)
  • 34 Cf. Jean Villain : Momentaufnahmen, Reportagen aus einem Vierteljahrhundert, Berlin (RDA), Verlag d (...)

26Les reportages sur la France contemporaine, inaccessible au citoyen de RDA, sont confiés jusqu’à la formation de la coalition social-libérale de 1969, prélude à l’abandon de la doctrine Hallstein et à la reconnaissance internationale, à deux étrangers ayant choisi de vivre et d’écrire en RDA, depuis 1949 pour le Suisse Jean Villain (né en 1928), depuis 1958 pour l’Autrichien Fred Wander (né en 1917). Jean Villain publiait régulièrement dans la Weltbühne des articles rendant compte de ses voyages dans des pays non socialistes. Il écrivit pour cette revue de nombreux reportages sur la France, ultérieurement réunis dans deux recueils, l’un de 1956 : Mon amie Marianne, l’autre de 1968 : Retrouvailles avec Marianne33. Jean Villain inaugure dans ces textes le savant dosage de critiques et de manifestations de sympathie, de francophilie et d’anticapitalisme que l’on retrouvera dans des proportions variables dans tous les comptes rendus de voyage et dans tous les livres de photos ultérieurement publiés en RDA sur ce voisin indirect. Jean Villain, le premier, esquisse, ou plutôt réactualise, dans ses reportages des années cinquante la thèse des deux France, l’une populaire et sympathique, à la fois proche de ses racines et ouverte au progrès quand elle lit L’Humanité et adhère à la CGT, l’autre bourgeoise, réactionnaire, affairiste, technocratique, livrée à l’influence américaine et, à travers celle-ci, à un processus d’aliénation et de concentration du capital aggravant toujours plus irrémédiablement la crise sociale. L’auteur nuance à peine cette opposition dans ses reportages des années soixante-dix, qui suggèrent l’idée, surtout lorsqu’il parle du Midi méditerranéen, que le salut ne peut venir que des succès d’un Parti communiste toujours plus solidement implanté dans le pays.34

  • 35 Fred Wander : Doppeltes Antlitz. Pariser Impressionen, Berlin (RDA), Volk und Welt, 1966. Fred Wand (...)

27Le dualisme de la France contemporaine est encore souligné par Fred Wander dans un reportage illustré paru en 1966 : Les deux visages. Impressions de Paris, où l’auteur se montre sensible non seulement aux oppositions sociales, mais aussi au contraste entre le neuf et l’ancien, à la destruction rapide, sous les coups du modernisme technocratique, du Paris pittoresque et romantique où il avait vécu avant la guerre. Comme Villain avant lui, et comme les visiteurs est-allemands qui, après lui, décriront Paris, il se montre choqué par le chaos de la circulation automobile et l’encombrement d’une ville enfermée dans un corset trop étroit.35

28La fin de la doctrine Hallstein, les changements de personnes à la tête du parti et de l’État, le climat de détente internationale, suscitèrent en RDA, dix ans après la construction du mur, le sentiment que la fin de l’ostracisme était proche, que le pays devait s’adapter au standard international, sortir du provincialisme dans lequel il s’était emmuré, apprendre à se montrer au monde, mais aussi montrer le monde à ses propres citoyens, en textes et en images du moins, car on craignait toujours ces départs sans retour qui avaient motivé la construction du mur. C’est l’époque où Hermann Kant est envoyé en Suède pour un reportage sur Stockholm (In Stockholm, 1971), Fred Wander aux Pays-Bas (Holland auf den ersten Blick, 1972), Jean Villain à Venise (In Venedig, 1974) et dans son pays natal (Die Schweiz, Paradies und Sündenfall, 1975), Günter Kunert aux Etats-Unis (Der andere Planet, 1974) et en Angleterre (Ein englisches Tagebuch, 1978). Paris attire d’autant plus les regards que la RDA tient à célébrer dignement le centième anniversaire de la Commune. Jean Villain lui rend hommage dans un volume illustré de gravures d’époque (Die großen 72 Tage, 1971) ; Kurt (1907-1989) et Jeanne (1908-1998) Stern, couple franco-allemand d’écrivains et journalistes, compagnons d’exil d’Anna Seghers à Paris et à Mexico, se rendent à Paris sur les pas de quelques grandes figures de la Commune : Charles Delescluze, Eugène Varlin, Jules Vallès, Elisabeth Dimitrieff, Louise Michel, ainsi que sur ceux des grands ancêtres du mouvement ouvrier : Karl Marx, sa fille Jenny, son gendre Charles Longuet (aux descendants desquels les auteurs rendent visite).

  • 36 Kurt Stern/Jeanne Stern : Schauplatz Paris, Berlin (RDA), Neues Leben, 1972.

29De ce pèlerinage aux sources du socialisme, Kurt et Jeanne Stern ramènent un livre qu’ils intitulent Paris, théâtre des événements, publié en 197236. Le lecteur y trouvait moins le compte rendu d’un voyage qu’une collection de souvenirs pieux liés aux sites d’un Paris visité comme une sorte de Mecque de l’esprit révolutionnaire et du socialisme. Commune, Résistance, Front populaire, agitation CGTiste et révolte estudiantine de Mai 68 y sont présentés comme l’expression d’une conscience nationale modelée par la tradition révolutionnaire de la Commune :

  • 37 Voir note 36, p. 375.

« L’esprit d’innombrables Français est si profondément et si indélébilement marqué par la première révolution prolétarienne que celle-ci resurgit toujours dans la conscience collective dès que la lutte des masses populaires prend une dimension historique »37,

30expliquent Kurt et Jeanne Stern à propos de Mai 68.

  • 38 38 000 exemplaires au total. L’éloge d’Auguste Blanqui contenu dans le chapitre « Ein ‚kleinbürgerl (...)

31Le livre des Stern reflète le sentiment francophile dont la RDA, depuis ses origines, entretenait la tradition : une francophilie sélective, réservée à quelques pages choisies de l’histoire de France. C’était un livre de circonstance, écrit pour un anniversaire, une heureuse initiative susceptible de préparer et légitimer un rapprochement diplomatique que la nouvelle conjoncture internationale rendait possible, souhaitable et pour ainsi dire inévitable dans la mesure où la France était traditionnellement l’alliée du premier voisin oriental de l’Allemagne, et où la RDA devait, quant à elle, pour se développer, diversifier ses relations diplomatiques et commerciales. Ce récit d’un retour sur des lieux de mémoire fut bien accueilli par la critique et réédité cinq fois.38 Etait-il cependant le livre qu’attendait le lecteur de RDA, coupé depuis dix ans d’un pays à la fois sacré et interdit, qui excitait sa curiosité, dont il ne recevait pourtant que des images défraîchies, partiales et partielles ?

  • 39 Rolf Schneider : Von Paris nach Frankreich. Reisenotizen, Rostock, Hinstorff, 1972.

32Le succès du livre des Stern peut être interprété comme un signe que l’attachement à la tradition révolutionnaire et prolétarienne était un sentiment largement répandu dans le public de RDA. Mais il traduit aussi la curiosité du lecteur est-allemand pour les sites, les monuments et la vie présente d’une ville pour laquelle il éprouvait une sorte de nostalgie et dont il se sentait coupé depuis trop longtemps. Il ne demandait pas seulement à être instruit sur le passé. Il attendait de l’écrivain autorisé à se rendre en France une occasion de voyager par procuration. Il voulait voir et sentir plutôt qu’apprendre, une attente à laquelle l’écrivain Rolf Schneider (né en 1933), qui s’était rendu pour la première fois en France en 1972 et y était retourné l’année suivante, sut habilement répondre dans un récit combinant les impressions de ses deux voyages : De Paris jusqu’en France, publié en 197539. Rolf Schneider y décrit avec intensité les sensations du voyageur venu de l’Est, il a le point de vue de celui qui découvre et s’étonne, et non, comme ses prédécesseurs, de celui qui sait et instruit. Le lecteur fait à ses côtés du tourisme et non un pèlerinage. Le livre veut susciter des désirs et de la curiosité, provoquer une frustration que l’auteur concevait comme sa part d’opposition aux limitations imposées par la RDA à la liberté de circulation. Rolf Schneider ne rompt cependant ni avec les thèmes ni avec la manière de ses prédécesseurs. Il visite lui aussi des lieux de mémoire et révise à cette occasion quelques inévitables chapitres d’histoire, il observe sans enthousiasme et juge en fin de compte assez sévèrement le chaos, les inégalités et les disparités du monde capitaliste. Il concède pour finir aux autorités de son pays les conclusions qu’elles veulent entendre en établissant dans son reportage une distinction entre l’expérience grisante du voyage et le désenchantement suscité par la réalité. La « ville lumière » est sale et bruyante, ses rues sont engorgées d’une circulation étourdissante, le fleuve qui la traverse est un cloaque. En province, le voyageur trouve une campagne pauvre et déserte, des bourgs léthargiques, des notables obtus et réactionnaires … Schneider invite au voyage et met en garde contre la déception ; il mine le mur et conforte les thèses officielles en manifestant au bout du compte la « loyauté partisane » (Parteilichkeit) que l’État est-allemand attendait de ses écrivains, un mérite que le lecteur chargé d’émettre son avis sur l’opportunité d’un imprimatur souligne dans son rapport :

  • 40 Extrait du rapport (Außengutachten) rédigé par Henryk Keisch en 1974, document communiqué par les é (...)

« Son sens critique l’amène à remettre en question certains clichés, sa foncière loyauté vis-à-vis du Parti l’amène à envisager les problèmes sous l’angle de la lutte des classes et à prononcer ses jugements dans la même perspective. […] Il faut enfin souligner la manière qu’a l’auteur de rappeler discrètement chaque fois que les événements de son voyage lui en donnent l’occasion, par certaines remarques, certaines comparaisons ou confrontations, qu’il est un citoyen de RDA, qu’il est tout naturellement attaché à elle, que ses critères d’évaluation sont définis par le fait que l’intérêt que lui inspire la France n’enlève rien à l’attachement qu’il éprouve pour sa patrie socialiste. »40

  • 41 Irmtraud Morgner : Leben und Abenteuer der Trobadora Beatriz nach Zeugnissen ihrer Spielfrau Laura, (...)
  • 42 Fred Wander : Ein Zimmer in Paris, Erzählung, Berlin (RDA)/Weimar, Aufbau Verlag, 1975.

33La formule définie par Rolf Schneider, un savant mélange d’exaltation et de désenchantement, de conformisme et de sédition, se retrouve dans la plupart des livres, récits de fiction ou reportages, écrits par des témoins autorisés à voyager en France : Trobadora Beatriz (1974) d’Irmtraud Morgner (1933-1990)41 montre une Provence parfumée et dangereuse, ainsi qu’un pays secoué par les événements de Mai 1968 ; Une Chambre à Paris (1975), de Fred Wander42, raconte les retrouvailles de quatre amis dont la rencontre, trente ans plus tôt, remonte à l’expérience commune de l’émigration. Leurs sentiments, nostalgie, ivresse, consternation, sont, comme ceux des autres auteurs parlant de la France, à la fois invitation et mise en garde :

  • 43 Voir note 42, p. 32.

« L’air de Paris, léger et frémissant ? Le sourire d’une inconnue, la magie d’un ciel mauve au coucher du soleil sur la rive gauche, les façades gris-violet des vieux immeubles … Tout cela n’est qu’opium pour gens crédules. Tu as vu des hommes mourir sur le pavé, sans que personne ne se retourne. Et toutes ces filles, enfants perdues, anonymes inconnues … Mieux vaut se taire. »43

  • 44 Fred Wander /Maxie Wander : Provenzalische Reise, Leipzig, VEB F. A. Brockhaus, 1978.

34Fred et Maxie (1933-1977) Wander publient encore en 1978 le compte rendu d’un voyage en Provence décrivant des expériences de vie communautaire et de retour à la nature tentées par une jeunesse qui refuse l’aliénation, la lutte pour l’argent et le succès que la société capitaliste veut imposer à ses ressortissants.44

  • 45 Heinz Czechowski : Von Paris nach Montmartre, Erlebnisse einer Stadt, Halle-Leipzig, Mitteldeutsche (...)
  • 46 Voir note 45, p. 85.

35La même année, Heinz Czechowski (né en 1937) publie un petit livre de notes et de photos dont le titre De Paris à Montmartre45 et la démarche sont inspirés par Rolf Schneider : subjectivisme et sensualisme corrigent et infléchissent l’image dictée par l’idéologie officielle, sans toutefois la contredire. Il accomplira lui aussi l’inévitable pèlerinage au Père Lachaise, mais en laissant entendre un soupir de lassitude : « Ils nous faut bien, nous aussi, payer au souvenir notre tribut »46.Il se recueillera à son tour devant le Mur des Fédérés, cette Kaaba du pèlerin socialiste, mais en se remémorant un mot d’un des acteurs de la Commune, Olivier Lissagaray, dont le lecteur est-allemand appréciera en silence l’amère vérité :

  • 47 Voir note 45, p.90. Prosper Olivier Lissagaray (1839-1901) écrivain et journaliste d’opposition sou (...)

« Celui qui fait au peuple de fausses légendes révolutionnaires, celui qui l’amuse d’histoires chantantes est aussi criminel que le géographe qui dresserait des cartes menteuses pour le navigateur. »47

36Le voyage en France sert, chez Czechowski comme chez Schneider, à formuler de discrets reproches à l’égard du régime est-allemand : la RDA s’égare en falsifiant l’histoire ; elle désinforme et infantilise ses citoyens en les retenant derrière le mur. Rien ne remplace l’impression vécue, le jugement tiré de l’expérience, l’intelligence passée par les sens. Tel est le message que délivrent les reportages qui, comme ceux que je viens de citer, insistent sur les perceptions sensorielles du voyageur.

  • 48 Ralf Klingsieck : Rendezvous mit Paris, Leipzig, VEB F. A. Brockhaus, 1985.

37Tous les reportages sur la France, qu’ils soient axés sur le passé ou sur le présent, furent en fin de compte entendus – c’était inévitable – non comme une leçon de géographie et d’histoire politiques, mais comme une invitation au voyage. Le dilemme ressenti par le voyageur chargé de raconter sa mission à un lecteur privé de visa est perceptible jusque dans le reportage du journaliste Ralf Klingsieck, correspondant de l’agence ADN, auteur d’un livre intitulé Rendezvous mit Paris48, paru en 1985, aussitôt épuisé, réédité en 1989 dans une version actualisée. Comment parler de façon aimable d’un pays avec lequel on entretient des relations diplomatiques et commerciales – sans susciter chez le lecteur le désir de le voir de ses propres yeux ? Comment flatter et dissuader en même temps ? Comment manifester son aspiration à entrer dans la ronde des partenaires adultes des relations internationales et garder obstinément ses ressortissants à l’écart de la moitié du monde ? Le reportage sur la France écrit en RDA après son accession à la reconnaissance internationale reflète cette contradiction fondamentale, injustifiable, source d’une amertume grandissante chez les citoyens de cet État dont la chute fut aussi provoquée par son incapacité à résoudre le problème que lui posait le principe de la libre circulation des hommes et des idées.

38La solution de compromis recherchée à travers la littérature – le récit de voyage proposé en ersatz de voyage, la visite guidée couchée sur le papier à la place de l’expérience touristique – était désespérément anachronique. Pouvait-on réellement combler l’attente d’hommes et de femmes du xxe siècle en recourant à ce genre hérité du Biedermeier ? Les autorités culturelles le crurent sans doute un moment, elles tentèrent du moins la formule, sans jamais trouver le moyen de guérir les citoyens de RDA d’une « envie d’ailleurs » qu’on ne pouvait que relancer en tentant de la satisfaire.

  • 49 Quelques exemples tirés d’une série comptant 42 titres parus entre 1960 et 1992 : Theodor Fontane : (...)

39Sous la pression des impératifs créés par la reconnaissance internationale et par la demande de ses intellectuels, la RDA finit, dans les années quatre-vingts, par libéraliser quelque peu sa politique des échanges – pour la minorité du moins dont la profession s’accommodait mal de l’enfermement. Assez rares sont au bout du compte les universitaires, les artistes, les journalistes ou les écrivains qui n’eurent pas l’occasion, avant la chute du mur déjà, de passer quelques jours au moins dans un des pays d’Europe occidentale. Mais cette situation elle-même créait des injustices, des jalousies, et une très fâcheuse émulation. Voyager dans le pays de son choix restait impossible au plus grand nombre, compliqué, onéreux et difficile pour quiconque n’appartenait pas à la nomenklatura jalousée, souvent même détestée, qui pouvait évoluer entre Est et Ouest sans devoir vaincre à chaque passage l’hydre de la bureaucratie. À l’envie suscitée par la représentation du voyage s’ajoutait bien souvent un certain ressentiment. Le voyage par procuration n’était une solution pour personne. On imagina donc de rééditer des descriptions de voyages du xixe siècle. Rütten & Loening, succursale du Aufbau-Verlag, lança avec un succès qui dépassa les espérances une série de textes anciens racontant des périples à travers les îles Britanniques, la France, l’Italie ou l’Espagne, sans assouvir bien sûr la faim de découvertes révélée par le succès même de ces livres.49

  • 50 Willi Bredel : « Der Generalintendant des Königs », « Marcel, der junge Sansculotte », « Die Feinde (...)
  • 51 Willi Bredel : Der Freund der Sansculotten. Roman um Jean-Paul Marat, Berlin (RDA), Neues Leben, 19 (...)

40Mais si la géographie de la France, ses curiosités touristiques et son art de vivre n’étaient accessibles qu’à un petit nombre, son histoire appartenait à tout le monde. Quelques-uns de ses chapitres avaient même été annexés à la mythologie nationale de la RDA. Des biographies romancées statufient les héros révolutionnaires. Saint-Just, Robespierre, Moreau, Marat et Babeuf rejoignent les grands ancêtres au Panthéon socialiste. Aufbau réédite les nouvelles de Willi Bredel (1901-1964) évoquant des scènes de la Révolution française.50 La vie de Marat est contée aux enfants dans un volume intitulé L’ami des sans-culottes (1965)51 où les auteurs, Ferdinand (1896-1977) et Käte May, écrivains «affirmatifs» et grand public, ne retiennent du chef de file des « enragés » que les traits attendrissants présentés par le médecin et avocat des pauvres qu’il fut aussi. Les vies de quelques grandes figures de la Commune et de la Résistance, Louise Michel, Jean-Pierre Timbaud, Danielle Casanova, Jacques Duclos, sont elles aussi popularisées et montrées en exemple à la jeunesse de RDA.

  • 52 Christophe Hein : Einladung zum Lever Bourgeois, Prosa, Berlin (RDA), Aufbau Verlag, 1980.
  • 53 Rolf Schneider : Octavius und Kleopatra; Die Heiligung Johannas, zwei Komödien, Berlin (RDA), Hensc (...)
  • 54 Joachim Knauth : « Bellebelle oder der Ritter Fortuné » in : Theatermärchen und Essays, Berlin (RDA (...)

41Mais au-delà de ces sujets de prédilection, on note également un certain intérêt pour d’autres périodes de l’histoire de France : Moyen-Âge et Absolutisme servent à mettre en scène de petites paraboles satiriques où le lecteur de RDA, habile au maniement des clés et des symboles, reconnaissait sans peine la réalité de son pays. La nouvelle de Christoph Hein (né en 1944) Invitation au lever bourgeois, parue en 198052, montre par exemple, à travers le portrait d’un Racine vieillissant, les tourments d’un intellectuel asservi au pouvoir dans une France louisquatorzienne à peine plus absolutiste que la RDA de Honecker. Jeanne d’Arc est l’héroïne burlesque d’une pièce de Rolf Schneider, La canonisation de Jeanne53, de 1972, et d’une autre de Joachim Knauth (né en 1931), Bellebelle ou le chevalier Fortuné54, de 1981, toutes deux proches du théâtre absurde, dénonçant à leur manière la sclérose du pouvoir, le refus du réel et les superstitions auxquels mène le dogmatisme.

  • 55 Hans Jürgen Geerts : Rheinische Ouvertüre. Ein Georg-Forster-Roman, Weimar, Thüringer Volks-Verlag, (...)
  • 56 La pièce de Rolf Schneider est créée en 1980 et des extraits en sont publiés dans Sinn und Form 5 ( (...)

42Aucun épisode de l’histoire de France cependant ne se prêtait aussi bien aux allusions critiques et aux comparaisons avec la RDA que l’histoire de l’occupation et de l’annexion de Mayence à la demande des jacobins locaux et de leur chef Georg Forster, en 1793. On retrouve ces événements transposés dans deux romans historiques sur la personne de Georg Forster, Rheinische Ouvertüre (1954) de Hans Jürgen Geerts (né en 1922) et Forster in Mainz (1956) d’un certain Friedrich Döppe, ainsi que dans un récit d’Erik Neutsch (né en 1931) : Forster in Paris (1981)55 et dans deux pièces parues en 1981, Die Mainzer Republik de Rolf Schneider et Die Mainzer Freiheit de Joachim Knauth56, deux textes montrant la dérive impérialiste du pouvoir issu de la révolution et l’absurdité des idéologies importées.

43Ces utilisations de l’histoire ont en commun avec les autres représentations de la France dans la littérature de RDA une certaine fixation sur le passé. Récits de voyage et reportages eux aussi évoquent volontiers l’histoire, plus volontiers même, semble-t-il, que la réalité présente, et ils le font souvent avec plus d’éloquence. Cette caractéristique reflète chez certains auteurs l’embarras né de l’ingratitude de leur tâche : montrer un pays où l’on a soi-même eu le privilège de voyager, tout en cherchant à dissuader ses concitoyens de vouloir s’y rendre à leur tour. Mais l’importance accordée au passé reflète aussi la dimension mythique de certains chapitres de l’histoire de France dans la conscience collective des Allemands de l’Est. La RDA a repris à son compte, sans vraiment l’actualiser, la tradition francophile de la gauche allemande d’avant-guerre, passant sous silence, après leur avoir prêté un certain retentissement, les mauvais souvenirs des anciens émigrants, préférant, somme toute, aux remises en cause justifiées par l’histoire récente et par l’actualité la francophilie de principe d’un Heinrich Mann, référence suprême des institutions culturelles de RDA.

  • 57 Heinrich Mann : Ein Zeitalter wird besichtigt, Berlin (RDA)/Weimar, Aufbau Verlag, 1973.

44La France éternelle, à laquelle Heinrich Mann tresse dans son dernier livre En visitant mon siècle, paru au Aufbau-Verlag en 194757, des guirlandes d’hommages sentimentaux, semble être la représentation à laquelle se sont le plus souvent référés les écrivains est-allemands :

  • 58 Voir note 57, p. 352.

« Nous sommes originaires d’ici ou d’ailleurs, nous sommes tous nés en France […]. Que ce soit de première ou de seconde main, nous avons tous été nourris des paroles de la France… »58

45Mais l’image de la France véhiculée par la littérature de RDA avait aussi une fonction politique, qui se reconnaît assez bien à ses variations conjoncturelles, toujours assez étroitement liées aux événements de la scène internationale. La France qui mène des guerres coloniales et adhère à l’OTAN est celle de la bourgeoisie qui a collaboré et trahi, et qui se maintient au pouvoir malgré les aspirations démocratiques d’un peuple français bien distinct de cette oligarchie. L’opposition manichéenne entre ces deux France se tempère et se nuance quand la RDA entrevoit l’établissement de rapports diplomatiques. Le reporter est-allemand se montre alors réceptif aux beautés du paysage, aux curiosités touristiques et aux particularités de la vie quotidienne de ce nouveau partenaire politique et commercial. L’image de la France a toujours été, partiellement au moins, utilisée à des fins politiques, diplomatiques ou idéologiques, mais elle véhicule aussi, souvent même dans un seul et même livre, une certaine forme d’opposition à la politique restrictive de voyages et d’échanges pratiquée par la RDA. La France présentait donc bien, vue de RDA, toutes les caractéristiques du mythe : elle occupait une place considérable dans l’imaginaire, dérisoire dans la réalité, et elle se prêtait à toutes les utilisations.

Notes

1 Transit parut pour la première fois dans une traduction espagnole en 1944 à Mexico, en allemand en 1948 à Constance. Les droits étaient détenus depuis 1951 par le Aufbau-Verlag.

2 Hans Marchwitza : In Frankreich, Potsdam, Rütten & Loening, 1949.

3 Stephan Hermlin : « Die Zeit der Einsamkeit », « Arkadien », in : Entscheidungen. Sämtliche Erzählungen, Berlin, Wagenbach, 1995.

4 La France de Vichy sert encore de cadre à trois autres nouvelles de Stephan Hermlin : « Hölderlin 44 » (1982), dont le héros est un résistant, caché par un paysan dans une ferme du Massif Central, « Docteur Dubois » (1985), une évocation romanesque de l’affaire Petiot, « Ein berühmter Schriftsteller » (1985), portrait de L. F. Céline et réflexion sur les rapports entre littérature et morale. Ibid.

5 H. Marchwitza (note 2), p. 42, 50, 75, 76.

6 Traduction française de The Scum of the Earth, par Jeanne Terracini, Paris, Charlot, 1947.

7 Hermann Axen, Alfred Neumann, Paul Merker, Heinrich Rau, Franz Dahlem (les deux derniers livrés à l’Allemagne en 1942), ainsi qu’une partie de l’élite intellectuelle : les écrivains Friedrich Wolf, Rudolf Leonhard et Bruno Frei, l’économiste Lorenz Schmidt (pseudonyme de Lászlo Radványi, mari d’Anna Seghers), l’acteur et chanteur Ernst Busch. Voir les témoignages réunis par Dora Schaul : Résistance : Erinnerungen deutscher Antifaschisten, édité par l’Institut für Marxismus-Leninismus beim ZK der SED, Berlin (RDA), Dietz, 1973 ; Gilbert Badia (éd.) : Les barbelés de l’exil. Études sur l’émigration allemande et autrichienne 1938-1940, Presses universitaires de Grenoble, 1979 ; id. : Exilés en France, Paris, Maspéro, 1982 ; id. : Les bannis de Hitler. Accueil et luttes des exilés allemands, 1933-1939, Presses universitaires de Vincennes, 1984 ; Heinz Priess : Spaniens Himmel und keine Sterne. Ein deutsches Geschichtsbuch. Erinnerungen an ein Leben und ein Jahrhundert, Berlin, Edition Ost, 1996, Wolfgang Kiessling : Partner im Narrenparadies. Der Freundeskreis um Noel Field und Paul Merker, Berlin, Dietz, 1994.

8 Voir Gilbert Badia (note 7) ; Michael Grunewald/Jean-Marie Valentin (éds.) : Les exilés allemands en France (1933-1945), colloque franco-allemand, Nancy, janvier 1986, in : Revue d’Allemagne 2 (1986), Monique-Lise Cohen/Eric Malo (éds.), Les camps du Sud-Ouest de la France. Exclusion, internement et déportation, 1939-1944, Toulouse, Editions Privat, 1994, Anne Saint Sauveur-Henn (éd.) : Zweimal verjagt. Die deutschsprachige Emigration und der Fluchtweg Frankreich-Lateinamerika, 1933-1945, Berlin, Metropol Verlag, 1998.

9 Début 1941, Staline fit attribuer à Friedrich Wolf la nationalité soviétique, ce qui obligeait les Allemands, encore liés par le pacte d’août 1939, à demander sa libération et à autoriser son passage en URSS.

10 Friedrich Wolf : Lucie und der Angler von Paris. Novellen, Berlin, Aufbau Verlag, 1946.

11 Friedrich Wolf: « Der Lupenschreiber von Vernet » in: Ausgewählte Werke, vol. VII, Berlin (RDA), Aufbau Verlag, 1952.

12 F. Wolf (note 10), p. 146 et Kiki und Cora Buntauge, zwei Hundegeschichten, Berlin (RDA), Büchergilde Gutenberg, 1950, Einleitung. La nouvelle Kiki reparaît dans les années cinquante dans quatre autres recueils d’histoires pour enfants, en particulier dans Friedrich Wolf : Märchen für große und kleine Kinder, Berlin (RDA), Aufbau Verlag, (19 éditions entre 1946 et 1969). Beaumarchais oder Die Geburt des ‚Figaro‘, pièce en onze tableaux, Aufbau Verlag, 1946, écrite au Vernet en 1940, recopiée par ce « greffier à la loupe » mis en scène dans la nouvelle du même nom, un camarade de détention spécialisé dans la miniaturisation des textes à faire parvenir à l’extérieur du camp.

13 Bruno Frei : Die Männer von Vernet. Ein Tatsachenbericht, réédité au Deutscher Militärverlag de Berlin (RDA) en 1961.

14 Maximilian Scheer : So war es in Paris, Berlin (RDA), Verlag der Nation, 1964.

15 Cité par Maximilian Scheer dans sa préface au cycle posthume Le Vernet, vol. 1, p. 12, des Ausgewählte Werke, Berlin (RDA), Verlag der Nation, 1961-1964.

16 Lion Feuchtwanger : Der Teufel in Frankreich. Erlebnisse, Rudolstadt, Greifenverlag, 1954. Paru d’abord aux Etats-Unis sous le titre The devil in France et à Mexico sous le titre Unholdes Frankreich, éditions El Libro libre, 1942.

17 Entre autres Walter Hasenclever, Alfred Kantorowicz (Exil in Frankreich, Bremen, Schünemann, 1971) Golo Mann, Leonhard Frank (Links, wo das Herz ist, in : Gesammelte Werke, vol. 5, Berlin (RDA), Aufbau Verlag, 1957) et trois futures célébrités de RDA : Hans Marchwitza/Max Schroeder (Max Schroeder zum Gedenken, Berlin (RDA), Aufbau Verlag, 1958), et le peintre Max Lingner. Voir le catalogue de l’exposition Les camps en Provence. Déportation 1933-1942, Aix-en-Provence, Alinéa, 1984 ; André Fontaine : « Le camp des Milles, septembre 1939– mars 1943. Historique provisoire », in : Cahiers d’Études Germaniques 5 (1981), et le recueil Sanary-sur-Mer. Deutsche Literatur im Exil, édité par le Heinrich-Heine-Institut de Düsseldorf, Stuttgart /Weimar, J. B. Metzler, 1996.

18 L. Feuchtwanger (note 16), p. 41.

19 Dieter Schiller/Karlheinz Pech/Regine Herrmann/Manfred Hahn (éds.) : Exil in Frankreich, Kunst und Literatur im antifaschistischen Exil 1933-1945, Leipzig, Reclam, 1981.

20 « Comité Allemagne libre pour l’Ouest », filiale du « Nationalkomitee Freies Deutschland » pour la France et la Belgique, fondé clandestinement en septembre 1943 à Paris. On trouve des personnages de déserteurs dans la nouvelle de Eduard Claudius Haß, (Berlin, Volk und Welt, 1947) ou dans le roman de Rolf Schneider Glück (Rostock, Hinstorff, 1976). Le dilemme du soldat allemand confronté aux arguments de la résistance antifasciste apparaît dans le roman de Harald Hauser (Wo Deutschland lag... Roman, Berlin, Dietz, 1947) et dans quelques-uns des témoignages consignés dans le volume de Dora Schaul (note 7).

21 Johannes R. Becher : Gedichte, Berlin (RDA), Aufbau Verlag, 1971, pp. 290ss.

22 H. Hauser (note 20), réédité en 1952 et 1959, puis, sous le titre : Botschafter ohne Agrément en 1975, 1979, 1985. L’auteur détourne au profit de la thèse soutenue dans son roman le message énoncé par le poème de Becher cité en exergue, un hommage aux victimes du fascisme dans les camps de concentration et dans les rangs de la Wehrmacht. Les souvenirs romancés des années d’émigration et de résistance ont encore fourni à Hauser le sujet de quelques-unes des nouvelles rassemblées dans le recueil Der illegale Casanova publié au Militärverlag en 1967. La nouvelle qui donne son nom au recueil, une histoire d’aventures et d’amour dans la Résistance française, enrichie de certains épisodes de Wo Deutschland lag …, sert de trame au scénario d’une série télévisée en treize parties diffusée en 1971 sous le titre Salut Germain.

23 Florimont Bonte : Les Antifascistes allemands dans la Résistance française, Paris, Editions sociales, 1969.

24 D. Schaul (note 7) ; ouvrage consulté : 3e édition, nouvelle et augmentée, 1985.

25 « Erinnerungsbuch », terme employé par Dora Schaul dans sa correspondance avec Edith Zorn.

26 Ernst Scholz : « Als ich Alfred Alinger hieß », in : D. Schaul (note 7), pp. 166-175. Le fonds réuni à l’IML donna lieu à deux autres publications : Karlheinz Pech : An der Seite der Résistance, Berlin (RDA), Militärverlag der DDR, 1974, sur l’histoire du CALPO, et Dieter Schiller (note 19). Six des trente-trois témoins vivants cités par Dora Schaul faisaient partie du comité directeur de la Deutsch-Französische-Gesellschaft (Deufra) devenue en 1973 «Freundschaftsgesellschaft DDR-Frankreich» : le vice-ministre Max Friedmann, Harald Hauser, Dora Schaul, Ernst Scholz, le diplomate et homme politique Walter Vesper et le directeur de Radio Berlin Roman Rubinstein.

27 Franz Dahlem: Am Vorabend des Zweiten Weltkrieges. Erinnerungen 1938 – August 1939, 2 vol., Berlin (RDA), Dietz, 1977; Alexander Abusch : Der Deckname. Memoiren, Berlin (RDA), Dietz, 1981; Albert Norden : Ereignisse und Erlebtes, Berlin (RDA), Dietz, 1981; Gerhard Leo : Frühzug nach Toulouse, Berlin (RDA), Verlag der Nation, 1988; Harald Hauser : Gesichter im Rückspiegel, Berlin (RDA), Der Morgen, 1989. Heinz Priess, ancien brigadiste d’Espagne, ancien détenu du Vernet, puis membre de la Résistance en France, journaliste de radio à la carrière passablement bridée en RDA, ne publie ses souvenirs Spaniens Himmel... qu’en 1996 (note 7).

28 Voir les témoignages de H. Priess (note 7) et de W. Kiessling (note 7).

29 Alfred Kantorowicz : Die Verbündeten, Schauspiel in drei Akten, Berlin (RDA), Aufbau-Bühnen-Vertrieb GmbH, 1950.

30 Paul Herbert Freyer : Der Pfad der Irrenden, Schauspiel in drei Akten, Berlin (RDA), Bruno Henschel & Sohn, 1951 ; id. : Auf verlorenem Posten, Schauspiel in drei Akten, Halle, Mitteldeutscher Verlag, 1953.

31 Jean Villain : Brennender Maghreb. Reportagen aus Nordafrika, Berlin (RDA), Aufbau Verlag, 1960.

32 Paul Wiens : Die Haut von Paris, Berlin (RDA), Aufbau Verlag, 1960.

33 Jean Villain : Meine Freundin Marianne, Berlin (RDA), Kongreß-Verlag, 1956 ; id. : Wiedersehen mit Marianne, Frankreich Reportagen, Leipzig, Brockhaus, 1968.

34 Cf. Jean Villain : Momentaufnahmen, Reportagen aus einem Vierteljahrhundert, Berlin (RDA), Verlag der Nation, 1981.

35 Fred Wander : Doppeltes Antlitz. Pariser Impressionen, Berlin (RDA), Volk und Welt, 1966. Fred Wander s’était d’abord fait connaître en RDA par le reportage illustré Korsika noch nicht entdeckt (Berlin (RDA), Neues Leben, 1958), compte rendu critique d’un voyage de juillet 1956 et évocation de l’histoire de l’île, dont le peuple sut le premier se libérer de la domination fasciste en 1943 – un chapitre d’histoire repris sous forme de roman d’aventures et d’action pour la jeunesse dans Bandidos, Berlin (RDA), Neues Leben, 1963.

36 Kurt Stern/Jeanne Stern : Schauplatz Paris, Berlin (RDA), Neues Leben, 1972.

37 Voir note 36, p. 375.

38 38 000 exemplaires au total. L’éloge d’Auguste Blanqui contenu dans le chapitre « Ein ‚kleinbürgerlicher Utopist‘? » suscita néanmoins, comme les rapports conservés au Bundesarchiv Berlin (BAB, DR 1, 3545, 1972) permettent de le constater, certaines réserves, et Roland Lenoir, secrétaire général des Echanges franco-allemands, protesta vivement auprès des auteurs contre leur présentation de mai 1968 (compte rendu et fonds K. & J. Stern de Mme Nadine Steinitz).

39 Rolf Schneider : Von Paris nach Frankreich. Reisenotizen, Rostock, Hinstorff, 1972.

40 Extrait du rapport (Außengutachten) rédigé par Henryk Keisch en 1974, document communiqué par les éditions Hinstorff de Rostock.

41 Irmtraud Morgner : Leben und Abenteuer der Trobadora Beatriz nach Zeugnissen ihrer Spielfrau Laura, Berlin (RDA)/Weimar, Aufbau Verlag, 1974.

42 Fred Wander : Ein Zimmer in Paris, Erzählung, Berlin (RDA)/Weimar, Aufbau Verlag, 1975.

43 Voir note 42, p. 32.

44 Fred Wander /Maxie Wander : Provenzalische Reise, Leipzig, VEB F. A. Brockhaus, 1978.

45 Heinz Czechowski : Von Paris nach Montmartre, Erlebnisse einer Stadt, Halle-Leipzig, Mitteldeutscher Verlag, 19812.

46 Voir note 45, p. 85.

47 Voir note 45, p.90. Prosper Olivier Lissagaray (1839-1901) écrivain et journaliste d’opposition sous le Second Empire, rallié à la Commune en 1871, auteur d’une Histoire de la Commune de Paris, 1876. La citation est extraite de la préface à la première édition.

48 Ralf Klingsieck : Rendezvous mit Paris, Leipzig, VEB F. A. Brockhaus, 1985.

49 Quelques exemples tirés d’une série comptant 42 titres parus entre 1960 et 1992 : Theodor Fontane : Jenseits des Tweed, 1974 ; Hermann von Pückler-Muskau : Reisebriefe aus Irland, 1979 ; Moritz Hartmann : Tagebuch aus Languedoc und Provence, 1980 ; Georg-Friedrich Rebmann : Holland und Frankreich in Briefen, 1981 ; Johanna Schopenhauer : Reise nach England, 1982 ; Fanny Lewald : Italienisches Bilderbuch, 1983 ; Jakob Venedey : Reise und Rasttage in der Normandie, 1986 ; Hermann von Pückler-Muskau : Briefe eines Verstorbenen, 1987.

50 Willi Bredel : « Der Generalintendant des Königs », « Marcel, der junge Sansculotte », « Die Feinde des Berges », « Der Kommissar am Rhein », « Der Tod des Generals Moreau », textes de 1939 dans le recueil : Der Generalintendant des Königs und andere Erzählungen, Berlin (RDA), Aufbau Verlag, 1974.

51 Willi Bredel : Der Freund der Sansculotten. Roman um Jean-Paul Marat, Berlin (RDA), Neues Leben, 1965. Ferdinand May est aussi l’auteur d’une pièce et d’un roman historiques sur Babeuf : Der Aufstand des Babeuf, Schauspiel in acht Bildern, Berlin (RDA), Henschel, 1953 ; id. : Die Verschwörung des Gracchus Babeuf, Berlin (RDA), Neues Leben, 1957.

52 Christophe Hein : Einladung zum Lever Bourgeois, Prosa, Berlin (RDA), Aufbau Verlag, 1980.

53 Rolf Schneider : Octavius und Kleopatra; Die Heiligung Johannas, zwei Komödien, Berlin (RDA), Henschel, 1972.

54 Joachim Knauth : « Bellebelle oder der Ritter Fortuné » in : Theatermärchen und Essays, Berlin (RDA), Henschel, 1981.

55 Hans Jürgen Geerts : Rheinische Ouvertüre. Ein Georg-Forster-Roman, Weimar, Thüringer Volks-Verlag, 1954 ; Friedrich Döppe : Forster in Mainz, Roman, Berlin (RDA), Aufbau ; Erik Neutsch : Forster in Paris. Erzählung, Halle-Leipzig, Mitteldeutscher Verlag, 1981.

56 La pièce de Rolf Schneider est créée en 1980 et des extraits en sont publiés dans Sinn und Form 5 (1981). Les pièces de Knauth, que leur auteur définit comme des « Theatermärchen », sont faites pour être lues et non jouées. Die Mainzer Freiheit paraît dans le même volume que Aretino oder ein Abend in Mantua, Berlin (RDA), Henschel, 1989.

57 Heinrich Mann : Ein Zeitalter wird besichtigt, Berlin (RDA)/Weimar, Aufbau Verlag, 1973.

58 Voir note 57, p. 352.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540