Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Echanges culturels entre la France et la RDA

L’image de la RDA dans L’Humanité et dans Le Monde de 1969 à 1989

Jean-François Tournadre

Texte intégral

1Les convenances académiques et l’honnêteté scientifique commandent d’abord de justifier la limitation du corpus. Il aurait été possible d’élargir le champ de l’investigation à la radio et à la télévision françaises, mais, outre que cela n’aurait pas considérablement ouvert l’éventail des représentations proposées, le risque aurait été de se limiter à la constatation de l’itération de poncifs au demeurant facilement interprétables, comme par exemple les images de militaires de la RDA défilant au pas de l’oie, qui constituaient un passage presque obligé de toute évocation de la RDA à la télévision. Il aurait été également possible, à l’intérieur de la presse écrite française, de sélectionner deux quotidiens clairement opposés dans leurs présupposés – comme par exemple L’Humanité et Le Figaro –, mais ce parti pris aurait encouru le reproche d’être peu révélateur, dans la mesure où la confrontation n’aurait sans doute pas appris autre chose que ce que l’on sait déjà du positionnement politique respectif de ces deux publications.

2Cette première remarque liminaire en forme d’autojustification est en même temps une réflexion critique sur un assez grand nombre de travaux scientifiques consacrés au traitement de tel ou tel thème dans la presse, qui, à partir d’une sélection limitée soit à deux références, soit même à une seule, débouchent au sortir d’un nombre académiquement fort respectable de pages sur ce constat au demeurant sans surprise qu’un journal de droite se situe dans une perspective de droite et/ou qu’un journal de gauche se situe dans une perspective de gauche. Au regard de la recherche scientifique, la documentation et le commentaire éventuellement critique ne sont certes pas sans intérêt, mais l’analyse politologique n’y trouve souvent guère son compte.

3Notre démarche a été différente – mais elle est évidemment susceptible de critiques également sévères, puisqu’elle procède elle aussi d’un tri dont on peut contester le bien-fondé. Elle consiste à confronter un journal d’opposition et un journal d’information, ou plus exactement un quotidien qui revendique son appartenance politique (« organe » du PCF) et un quotidien qui se réclame d’une démarche d’investigation et de communication autonome. Quant aux dates de référence, elles sont justifiables à un double titre : d’une part, l’année 1969 correspond à l’arrivée au pouvoir en RFA de la « petite coalition » SPD-FDP qui va engager le processus de reconnaissance de facto de la RDA, et l’année 1989 est celle du début des mouvements de protestation en RDA qui aboutiront objectivement à l’unification allemande ; d’autre part, cette période comprise entre 1969 et 1989 est aussi celle où les deux quotidiens considérés semblent s’intéresser plus à la RDA en termes de quantité d’articles et de régularité des informations ou des analyses. En revanche, ce choix des références temporelles n’est pas une manière (artificielle) de ménager la chèvre RFA et le chou RDA, ni un hommage rendu à la tranche chronologique symboliquement commode de la vingtaine d’années.

4Il reste qu’une fois prises ces quelques précautions de présentation, il serait encore possible de régler rapidement le sort du thème de la présente communication en anticipant à peine sur une conclusion possible en deux temps. Premièrement, les articles consacrés directement ou indirectement à la RDA dans les deux quotidiens représentent au total un volume minime, ainsi qu’en témoigne la modeste épaisseur du dossier exhaustif rassemblé. Deuxièmement, la tonalité de ces articles témoigne soit d’un intérêt de principe dans le cas de L’Humanité, dont l’engagement intègre proximité idéologique ou solidarité politique, soit d’un désintérêt de fait ou d’une molle hostilité de convenance dans le cas du Monde, partagé entre la conviction que le sort de l’univers ne se joue pas – ou ne se joue plus – ici, et son obligation déontologique de rendre compte de ce qui peut se passer dans un tout petit pays, dont l’intérêt principal est de se situer au-delà du rideau de fer. Ainsi pourrait se terminer cette communication, qui aurait peut-être ainsi le mérite d’épargner à chacun l’accumulation des références illustratives, mais qui, je le crains, ne satisferait guère les organisateurs de ce colloque et qui pourrait être versée au compte et au mécompte des analyses de presse que j’ai eu l’imprudence de critiquer auparavant.

5Je m’efforcerai donc d’adopter une autre attitude, dont je ne sais si elle est plus scientifique, mais dont j’espère qu’elle soit plus productive de débat, et qui consiste à proposer à partir d’une collecte exhaustive de ce qui a été publié sur la RDA dans les deux quotidiens, et d’une mise en regard de ce qui se passe en RDA dans la période considérée et de ce qu’en retiennent L’Humanité et Le Monde, une série de thèses interprétatives qui sont autant de grilles de lecture forcément subjectives du corpus étudié. Au « politiquement correct » de la réinterprétation de l’histoire de la RDA à partir de ce que l’on sait aujourd’hui qu’il en est advenu – et, partant, du jugement que l’on pourrait porter rétrospectivement sur la capacité d’anticipation ou de divination de la presse – nous préférons le modeste cheminement d’une analyse qui ne se pare pas d’une perspicacité a posteriori et qui reconnaît ce qu’elle doit à ses propres principes d’interprétation – vrais ou faux.

1. Étude quantitative et premières propositions d’analyse

6Nul n’en sera surpris : sur la période considérée, la RDA est globalement quatre à cinq fois plus évoquée dans L’Humanité que dans Le Monde. Mais ce constat mérite d’être nuancé : en effet, l’écart se réduit à partir des années 80. Dans L’Humanité, la part de la défense et illustration de la légitimité de la RDA commence à se réduire à partir de ce moment, comme en témoigne la fin des dossiers globaux magnifiant les succès de la RDA dans tel ou tel domaine. En 1975 encore, le quotidien communiste publie (13 et 14 mai 1975) une « enquête » intitulée « RDA : une Allemagne qui refuse d’effacer le 8 mai », dont les intertitres sont aussi révélateurs que le titre. Parmi les intertitres, on peut relever « Le vrai miracle allemand » (qui reprend la thèse – ou le mythe – du « miracle économique rouge » diffusée à l’époque à partir de la RDA), « la Prusse n’existe plus » (à une époque où RFA et RDA se rejettent encore cet héritage réputé encombrant aux yeux de l'étranger), « la frontière de la paix » (on aura reconnu là la question de la frontière Oder/Neisse) et « une conscience RDA » (traduction atténuée de la modification constitutionnelle de 1974 en RDA affirmant l’existence d’une nation – et non seulement d’un État – socialiste allemand).

7À l’inverse, Le Monde va consacrer plus de dossiers globaux à la RDA à partir du début des années 80. À cette différence essentielle près, que ces dossiers ne sont pas centrés sur la RDA, mais sur son rôle dans le bloc de l’Est et/ou en relation avec la RFA. En témoigne en 1981 la série d’articles sur « l’Allemagne de l’Est à l’épreuve de la tension » (10 au 12 février 1981).

8Au-delà de ces bilans quantitatifs, et indépendamment des jugements émis de part et d’autre (sur lesquels nous reviendrons ultérieurement), l’essentiel est peut-être la différence de mise en perspective : de la part de L’Humanité, la situation de la RDA est examinée systématiquement en relation avec l’Allemagne nationale-socialiste, sous l’angle de la rupture (quitte à s’inscrire dans l’image franco-française mythique d’une Prusse répulsive – cf. « la Prusse n’existe plus ») ; de la part du Monde, la situation de la RDA est constamment corrélée aux rapports entre les deux blocs. En clair : dans L’Humanité, la RDA est d’abord antinazie ; dans Le Monde, elle est d’abord prosoviétique. Dans les deux cas, elle est instrumentalisée, soit comme la démonstration de l’antifascisme allemand (ce qui correspond à sa première auto-définition attestée par sa première Constitution de 1949), soit comme l’exemple de l’alignement socialiste totalitaire (en référence à la deuxième Constitution de la RDA et au principe d’amitié intangible entre la RDA et l’URSS).

2. La sélection des sujets d’évocation de la RDA

9S’il n’existe aucun « suivi » de l’évolution en RDA – et cela est parfaitement compréhensible – dans aucun des deux quotidiens, les occasions d’évocation et les références utilisées diffèrent entre elles au point de produire des décalages complets, à la fois du point de vue thématique et dans la disposition chronologique. Ainsi, le 12 janvier 1970, dans sa rubrique intitulée « Grands entretiens », L’Humanité publie une interview de Walter Ulbricht, et récidive le 31 mai 1972 avec une interview d’Erich Honecker, alors que l’on ne trouve rien d’équivalent dans Le Monde. À l’inverse, celui-ci évoque le 14 janvier 1981 l’hypothèse d’un attentat contre E. Honecker (« Tout en démentant la thèse de l’attentat contre M. Honecker, les autorités reconnaissent que l’incident rapporté par le Stern a bien eu lieu »), alors que L’Humanité est totalement muette sur cette question.

10Le même écart peut être constaté à propos des « dates anniversaires ». Une tradition journalistique commode veut que l’on se saisisse de la commémoration de tel ou tel événement pour établir une sorte de bilan au moins provisoire. Le plus souvent, les dates de référence étant communes, la presse consacre des articles au même sujet au même moment. Rien de tel en l’occurrence – ce qui nous paraît particulièrement révélateur. L’Humanité célèbre ainsi le 25e anniversaire de la fondation de la RDA dans une série d’articles publiés entre le 4 et le 7 octobre 1974, sous le titre « une république adulte », alors que Le Monde ne s’intéresse pas à la RDA à cette date, et utilise des occasions qui sont soit en relation avec l’histoire de la RFA, soit reliées à la révolte de 1953 ou à la construction du mur de Berlin. Les intentions sont transparentes : d’un côté, il s’agit d’affirmer la légitimité d’un État confirmée par sa longévité ; de l’autre, il s’agit au contraire de mettre l’accent sur son caractère artificiel et antidémocratique.

11Par-delà cette observation, qui a au moins le mérite de donner à voir que le choix même de dates réputées historiques est aussi affaire d’idéologie, il faut souligner aussi la différence de cadrage de référence. Dans Le Monde, la présentation occasionnelle de la RDA s’inscrit dans un cadre international, comme en témoigne par exemple la série d’articles (entre le 13 et le 15 décembre 1971) intitulée « l’Allemagne de l’Est sort du ghetto ». Dans L’Humanité au contraire, et en relation avec le développement d’une campagne en 1972 pour la reconnaissance de la RDA par la France, l’optique est plus réduite et favorise un centrage sur l’action sociale (cf. le 29 avril 1972 : « Nouvelle série de mesures sociales en RDA »). Au demeurant, cela ne signifie pas nécessairement un intérêt particulier pour la RDA, mais plutôt une démarche liée à une occasion politique s’inscrivant dans un principe idéologique plus général.

12À cela s’ajoute, bien évidemment, une sélection par domaines qui marque plus encore que ce qui précède l’écart entre les deux quotidiens. Comme nous venons de le voir, L’Humanité met systématiquement en exergue tout ce qui relève du champ social ou sociétal (en particulier la famille et les droits des femmes), alors que Le Monde s’intéresse principalement aux libertés individuelles et à leur violation. Il faut toutefois se garder de toute simplification caricaturale : l’un et l’autre évoquent ces deux questions, mais leur pondération relative est révélatrice, le premier consacrant au domaine social une part prépondérante et proche de celle que le second accorde au non-respect des libertés (notamment à propos des affaires Biermann et Havemann. Dans le cas de L’Humanité, cette différence de traitement peut être rapprochée de la formule utilisée par Georges Marchais évoquant le « bilan globalement positif » des pays socialistes, abondamment interprétée à l’époque comme une manière de minimiser, voire de passer par pertes et profits les atteintes aux droits individuels au regard des avancées (plus ou moins vérifiables) en matière de garanties collectives.

13S’il est un domaine où L’Humanité donne libre cours à son enthousiasme apologétique, c’est bien celui du sport. Du 11 au 14 janvier 1971, soit pendant quatre jours consécutifs – ce qui constitue un record absolu dans ce journal à propos de la RDA – une série de longs articles est consacrée à ce thème sous le titre « RDA : chez les héros sportifs de l’été 70 ». Si l’appellation « héros » doit peut-être quelque chose à l’emphase habituelle du vocabulaire de la presse sportive, elle est en même temps trop proche de la terminologie auto-glorificatrice des pays de l’Est pour que l’interprétation laisse place ici à l’équivoque. Bien sûr, on ne trouve rien d’équivalent dans Le Monde, où le compte rendu des mêmes événements fait preuve d’une sobriété que l’on ne peut pas entièrement attribuer à la réticence d’un quotidien réputé intellectuel à l’égard d’un domaine réputé non-intellectuel. Quelle que soit par ailleurs la profondeur du fossé qui sépare sur ce point les deux quotidiens, il convient néanmoins de nuancer le jugement que l’on peut en déduire en tenant compte du fait qu’à l’époque, on ignorait encore l’essentiel de ce que l’on sait aujourd’hui sur les méthodes d’entraînement et le dopage des sportifs et sportives en RDA, même si ici ou là des doutes avaient déjà été émis sur la validité de leurs performances. Notons en outre que le problème n’était certainement pas circonscrit à la RDA, ni même aux pays de l’Est, même s’il y était sans doute d’une ampleur supérieure … et que les entraîneurs de l’ex-RDA, au lendemain de l’unification allemande, n’ont souvent guère rencontré de difficultés à se faire recruter à l’Ouest (en RFA, en France ou aux États-Unis, par exemple) à des postes équivalant à ceux qu’ils occupaient antérieurement.

3. Les modes de présentation

14Au moins autant que les éléments d’analyse quantitative précédemment évoqués, ce sont les procédés stylistiques utilisés de part et d’autre qui soulignent l’écart entre les deux quotidiens. Dans les années soixante-dix, ceux-ci empruntent respectivement à la rhétorique de l’assimilation et à celle de la distanciation. Le troisième volet de l’enquête-bilan antérieurement évoquée et consacrée par L’Humanité à la commémoration du 25e anniversaire de la RDA (7 octobre 1974) porte ainsi ce titre spécifique : « Nous sommes sur le bon chemin ». L’absence de guillemets dans le journal peut porter à croire qu’il ne s’agit pas d’une citation, mais que l’emploi du « nous » relèverait plutôt d’une conglobation qui serait la forme extrême de la solidarité et de l’identification entre communistes français et citoyens de la RDA. Cette interprétation est au demeurant en partie confirmée par un intertitre (« On cherche un Balzac »), où le pronom indéfini laisse planer la même incertitude. À l’opposé, on pourrait s’attarder à l’exégèse d’un titre du Monde du 26 mars 1976 (« M. Honecker réaffirme son attachement à la notion de dictature du prolétariat »), où est distillée une triple ironie, faite à la fois de distance faussement respectueuse (« Monsieur », et non pas « Erich »), d’allusion à l’obstination d’un régime incapable d’évoluer (« réaffirme ») et de référence implicite mais transparente à l’abandon par le PCF peu de temps auparavant du principe de la dictature du prolétariat.

15Ainsi, au parti pris idéologico-politique s’oppose l’a priori informativo-hostile. Le 28 juin 1976, L’Humanité titre : « Modification de la loi électorale pour une meilleure participation ». Tout dépend évidemment de ce que l’on entend par « participation », le problème n’étant pas au vu des scores de participation électorale de tenter de les augmenter encore, mais de permettre une meilleure et une plus juste représentation de la diversité des opinions. La culture de l’ambiguïté tient ici à l’utilisation de l’adjectif « meilleure », qui autorise un glissement de sens entre participation et représentation. Rien n’est faux, tout est dans la présentation … De son côté, Le Monde du 3 novembre 1976 consacre à la RDA un article intitulé : « Changement de politique économique à Berlin-Est ? », et complété ainsi : « Le nouveau gouvernement de M. Stoph s’est engagé à améliorer le ravitaillement ». Ici, c’est le recours au terme « ravitaillement » renvoyant à l’existence d’une économie de pénurie et/ou de guerre, qui donne sa coloration à la nouvelle ; en outre, l’emploi affirmatif de ce mot, de préférence à « distribution » ou à « production de biens de consommation », renforce le caractère douteux de cette orientation, antérieurement à peine suggéré par le point d’interrogation et par la formulation « s’est engagé ». En eux-mêmes, ces deux éléments pourraient être interprétés autrement, mais éclairés rétrospectivement par la connotation du terme « ravitaillement », ils cessent d’être équivoques. Là encore, rien n’est faux, tout est dans la présentation …

16Il serait facile de multiplier les exemples de ces jeux rhétoriques plus ou moins conscients, mais, outre que cela n’apporterait rien de neuf à l’analyse, cela nous exposerait à nous faire reprocher de tomber dans les travers que nous condamnions dans l’introduction à la présente communication, et qui sont induits par le principe même de la confrontation entre deux quotidiens politiquement éloignés l’un de l’autre, entre la perspective de la RFA et celle de la RDA, entre les deux blocs de la guerre froide. Par-delà les oppositions d’images et de mises en perspective, qui sont l’écume visible de la vaguelette informative, il existe aussi des formes de communauté qui renvoient à d’autres origines de référence.

4. Les communautés de vision

17Le premier principe commun – mais qui est encore une manière de marquer la différence – est, quitte à se répéter, l’instrumentalisation de la RDA au bénéfice de l’inscription de ses représentations respectives dans un ensemble qui la dépasse et qui est réputé la déterminer. Pour L’Humanité, la RDA est d’abord l’Allemagne antifasciste, l’Allemagne de Marx et Engels, l’Allemagne du progrès social et de la solidarité communiste internationale. Sans doute, c’est aussi l’image que les dirigeants de la RDA souhaitent propager, mais le redoublement de cette mise en scène finit, du point de vue français, par s’apparenter à une opération de camouflage, où la réalité imaginable et peut-être descriptible de la RDA n’a plus guère d’importance. Pour Le Monde, la RDA est d’abord membre du pacte de Varsovie, bastion à l’Ouest de l’empire soviétique et illustration répulsive en Europe du totalitarisme. Dans ce concert de mises en perspective, il est clair que la RDA, petit pays placé par le mouvement de l’Histoire au-devant de la scène géopolitique, ne présente guère d’intérêt en elle-même.

18Au demeurant, cette ironie d’une époque n’a rien qui puisse surprendre, tant la logique de la guerre froide était susceptible de focaliser l’attention internationale sur des foyers de confrontation proches ou lointains, potentiels ou actifs. S’il est vrai – comme nous le pensons – que la construction du mur de Berlin en 1961 est à la fois le point culminant de la guerre froide en Europe et le point de départ de son déplacement vers d’autres lieux où l’affrontement armé (et meurtrier) entre blocs n’engage plus directement l’Europe, il doit être également vrai que le regard porté en France sur la RDA est fortement détourné par la prise de conscience objectivement commune que ce n’est plus en Allemagne, ou à Berlin, que se joue le sort du monde bipolaire. Dès lors, les joutes à distance des journaux français à propos de la RDA perdent beaucoup de leur intérêt, parce que fondamentalement le cas de la RDA n’intéresse plus grand monde en France. S’il est besoin d’un indice de ce désintérêt commun vis-à-vis de la RDA en tant que telle, on le trouvera peut-être dans le fait que, ni dans nos deux quotidiens, ni dans la presse française en général, elle ne fait l’objet de débat simultané, ni même de controverse par référence à l’autre. Chacun des médias écrits, à l’occasion qui lui convient, selon le rythme qui correspond à ses présupposés et en conformité avec son style idéologique, se saisit à son tour de l’exemple de la RDA pour tenter d’illustrer un débat où celle-ci n’est jamais analysée pour elle-même.

19On nous objectera sans doute que c’est là une règle non écrite de la pratique journalistique, mais il nous semble néanmoins que dans ce cas, elle va au-delà de la pratique usuelle. Dès lors, l’intérêt manifesté par L’Humanité pour l’organisation sociale de la RDA, alors que d’autres pays de l’Est pourraient faire l’objet d’enquêtes similaires, et l’attention portée par Le Monde aux atteintes aux libertés individuelles en RDA, alors que d’autres exemples à l’Est – outre celui de l’URSS, couramment attesté – pourraient être évoqués, nous semble beaucoup moins témoigner d’une initiative d’information sur la RDA que de la commodité d’instrumentalisation de l’État le plus proche géographiquement de la France dans le cadre d’un affrontement qui se situe désormais ailleurs. Ce paradoxe décalé pourrait contribuer à expliquer à la fois pourquoi on continue de part et d’autre à évoquer la RDA, pourquoi on le fait si peu et pourquoi on le fait de manière aussi intégrée à un autre propos.

20Mais l’essentiel à nos yeux est ailleurs, c’est-à-dire dans l’hostilité plus ou moins déclarée dans la période qui nous intéresse ici, à l’unification allemande, et qui constitue peut-être le fond commun de journaux français par ailleurs fort différents. Ici commence l’analyse du non-dit, qui a la réputation peut-être méritée de faire la part belle à la subjectivité de celui qui la mène, mais qui a aussi le mérite de tenter de compenser ce que l’examen quantitatif de ce qui est dit a parfois le tort de considérer comme des vérités objectives. Dans l’incertitude avouée des quelques propositions qui vont suivre, un îlot submerge : la RDA est constamment dénommée de la même manière dans les deux quotidiens français, soit comme RDA, sans guillemets où que ce soit, soit comme Allemagne de l’Est, et cela dès les années 60. Ce qui marque une distance commune par rapport aux appellations en vigueur en RFA jusqu’au début des années 70 « sogenannte DDR », « DDR », ou D « D » R).

21Au fond, par-delà les différences d’images et de jugements, n’y a-t-il pas là, y compris de la part du Monde, plus que de l’accommodement avec l’existence de la RDA ? On retrouverait dans cette convergence tacite ce qui peut être décrit comme une position commune de la France à l’égard de l’Allemagne : sa division et l’accentuation de l’écart entre RFA et RDA sont d’autant mieux acceptées qu’elles confortent à la fois le statu quo du partage entre blocs, qu’elles sont un point de faiblesse pour l’Allemagne et qu’elles semblent permettre à la France de revendiquer une forme de leadership politique en Europe. À cela près qu’il convient, dans l’essentiel de la presse française, de ne pas déclarer cela tout haut, amitié franco-allemande oblige …

22La crainte française d’une Allemagne unifiée, attestée après 1989-1990 par l’avalanche d’articles et de dossiers invariablement intitulés « Faut-il avoir peur de l’Allemagne ? », se révélerait ainsi, dans la période qui nous occupe, par l’absence du mot ou de l’évocation de la perspective de l’unification dans L’Humanité et dans Le Monde. Le seul correctif à apporter à ce constat serait que, dans la presse communiste hebdomadaire ou mensuelle, cette perspective figure en revanche, et est décrite soit comme une impossibilité, soit comme un épouvantail.

23On nous permettra d’inclure ici une double réflexion méthodologique et déontologique. D’une part, les analyses quantitatives de la presse ne peuvent pas suffire à rendre compte de la réalité de leur objet, puisqu’elles s’attachent à ce qui est dit et négligent par nature le non-dit. D’autre part, l’imagologie devrait se résoudre à se limiter à ce qui est son véritable champ : non pas la réalité de l’autre (ici, la RDA), ni même la photographie des rapports entre sujet et objet (les relations entre la France et la RDA ou entre la France et l’Allemagne), mais la désignation d’un espace où les phantasmes du sujet (la France) se combinent avec ce que l’on peut ou croit savoir de l’objet (la RDA) pour produire un mode de représentation acceptable par le public visé. En clair : au terme de la présente communication, on n’aura rien appris sur la RDA, fort peu sur les relations entre la France et la RDA (ou l’Allemagne), mais peut-être un peu plus sur la France elle-même.

5. En guise de conclusion

24Dans L’Humanité comme dans Le Monde, nous croyons pouvoir relever une méconnaissance de la RDA, soit par intérêt partisan, soit par désintérêt de principe, soit par sympathie idéologique méprisante des analyses, soit par antipathie larvée ignorante des faits, mais surtout en raison de l’instrumentalisation commune du petit objet politique RDA.

25À cela s’ajouterait une inscription des images de la RDA dans le paysage français commun (et souvent inavoué directement) de la crainte de l’unification : que l’on fût résolument favorable ou mollement hostile à la RDA, l’essentiel n’était-il pas qu’il y eût plusieurs Allemagnes ? D’où la dernière instrumentalisation de la RDA – qui est encore une forme de méconnaissance –, c’est-à-dire la présentation de l’unification, dans une grande partie de la presse française (et allemande, en l’occurrence), comme le produit

26d’une Europe unie qui aurait eu une part essentielle dans ce processus, au mépris des réticences de François Mitterrand et de l’opposition déclarée de Margaret Thatcher, mais aussi et surtout au mépris du rôle joué par la population de la RDA elle-même. Nous en voulons pour preuve qu’il est aujourd’hui beaucoup plus question de la RDA en France depuis qu’elle n’existe plus qu’à l’époque où elle existait, et que l’on utilise de plus en plus fréquemment la formulation « ex-RDA » pour désigner la RDA entre 1949 et 1989, comme si elle avait toujours été un État mort-né, auquel seule sa disparition confèrerait un sens a posteriori.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540