Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Echanges culturels entre la France et la RDA

Le centre culturel de la RDA à Paris

Geneviève Cimaz

Texte intégral

  • 1 Texte des accords in : Falko Raaz : Ost-West-Kulturaustausch. Kooperation oder Konfrontation, Berli (...)
  • 2 Cf. Johannes M. Becker : « Wirtschafts- und Kulturaustausch Frankreich –DDR. Zwei Schaufenster am B (...)

1Le gouvernement de la RDA avait commencé par implanter des centres culturels dans les pays du bloc socialiste, dans le Tiers Monde, dans certains pays neutres d’Europe, comme la Suède et la Finlande, mais la France est le premier pays membre de l’OTAN où se soit ouvert un centre culturel de la RDA. L’inauguration, en décembre 1983, doit être replacée dans le contexte des relations politiques entre la France et la RDA. Elle aurait été impensable sans l’accord interallemand (21 décembre 1972), suivi de la reconnaissance officielle de la RDA par la France (9 février 1973), mais elle est plus directement le point d’aboutissement de l’accord culturel du 16 juin 1980, signé sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, et dont l’article 17 prévoit la création de deux centres à Paris et à Berlin. Le même jour, intervient la signature de l’accord sur le statut et les modalités de fonctionnement des deux établissements.1 Cet accord est placé, dans le préambule, sous le patronage de la Conférence pour la Sécurité et la Coopération en Europe, mais largement deux ans se sont écoulés entre l’entrée en vigueur de l’accord (6 octobre 1981) et l’ouverture des deux centres. Le point de blocage résidait dans le problème du libre accès pour les citoyens de RDA à la presse occidentale disponible au Centre français de Berlin-Est.2

  • 3 Johannes M. Becker : « Les relations entre la France et la RDA » in : Allemagnes d’aujourd’hui 91 ( (...)

2Le Centre Culturel de Paris s’ouvre au terme de la difficile « année des fusées », en 1983, mais par la suite son existence coïncide avec la détente entre les deux blocs. Il est le seul centre culturel qui dépende directement du Ministère des Affaires Étrangères de RDA, les autres centres sont gérés par la « Ligue pour l’amitié entre les peuples ».3 L’accord sur les centres prévoit que leur implantation relèvera du choix des deux parties (article 6). Un Centre culturel français est ouvert à Berlin, Unter den Linden (janvier 1984). À Paris, comme à Berlin-Est, la situation est prestigieuse, puisque le choix s’est porté sur l’immeuble du 117 boulevard Saint-Germain, près du métro Odéon, au cœur du quartier des étudiants et des intellectuels. Le bâtiment, qui est loué et non acheté par la RDA, est de grande qualité ; l’architecte qui l’a réalisé en 1879 n’est autre que Charles Garnier.

3L’inauguration a lieu le 12 décembre 1983, en présence d’Oskar Fischer, ministre des Affaires Étrangères de RDA, de Claude Cheysson, ministre des Affaires Étrangères français et d’hommes politiques de toutes tendances. Les soirées de gala s’étalent sur trois jours et les différentes disciplines artistiques sont représentées : la musique, les arts plastiques avec Fritz Cremer, la littérature avec une exposition sur Arnold Zweig et une lecture de Hermann Kant, président de la société des écrivains de RDA Un témoin de la lecture de Hermann Kant a rapporté qu’il se produit un incident au moment où H. Kant dialogue avec le public parisien. Un ex-citoyen de RDA, Roland Jahn, est venu porter la contradiction. On le fait sortir, sur quoi quelques personnes dans l’assistance quittent la salle en signe de protestation. Après ce début fâcheux, l’inauguration du 19 décembre n’est plus réservée aux personnalités, mais ouverte à un large public. Cette fois-ci, c’est le cinéma qui est à l’honneur avec un film qui évoque la résistance au nazisme, Die Verlobte (La Fiancée).

  • 4 J.M. Becker (note 3), p. 40.
  • 5 Cf. Frankfurter Rundschau, 15 février 1983, p. 2.

4Dans les jours qui suivent, L’Humanité consacre un long article à l’inauguration, tandis que Le Monde se contente de l’annoncer en quelques lignes. Dans la presse ouest-allemande, la nouvelle de l’ouverture va du constat, dans la Frankfurter Rundschau du 15 décembre 1983, à l’irritation, dans la FAZ du même jour. Dans ce journal, Wilfried Wiegand oppose la situation prestigieuse et la qualité architecturale du Centre Culturel de la RDA à la situation excentrée de l’Institut Goethe et à l’absence d’originalité du bâtiment qui l’abrite.4 D’emblée, la concurrence s’établit entre les instituts culturels des deux Allemagnes, même si le directeur de l’Institut Goethe dit ne pas voir poindre un nouveau Kulturkampf entre Allemands de l’Est et Allemands de l’Ouest. Il met toutefois en garde les nouveaux arrivants contre le scepticisme assuré des Français à l’égard de la propagande, tandis que du côté de la RDA s’exprime l’intention de proposer sa propre version de la vie culturelle et de laisser le public juge.5 À la différence de l’Institut Goethe, et pour toucher non seulement des étudiants mais aussi des gens engagés dans la vie active, le Centre RDA est ouvert le samedi. De plus, pour s’adresser également à des Français qui n’ont pas la maîtrise de l’allemand, il s’attache une interprète qui traduit toutes les interventions.

5Le choix du premier directeur, Egon Ehrlich, dont le statut faisait l’objet de l’article 2 de l’accord, mérite qu’on s’y arrête. Selon les critères de la RDA, sa biographie est exemplaire : il est issu d’une famille communiste et est lui-même membre du SED depuis 1947. Il a travaillé dans une mine de lignite pendant l’occupation soviétique, puis est devenu enseignant. Tout en travaillant, il a poursuivi ses études en sciences politiques. De 1946 à 1964, il a milité dans la FDJ et a été élu à son Conseil Central (1961-1964). Puis il a été appelé à de nouvelles fonctions dans le cadre de la « Ligue pour l’amitié entre les peuples » (1964-1971). Sa connaissance des affaires arabes lui a valu d’être nommé directeur du Centre Culturel de la RDA en Égypte en 1971. Rentré à Berlin en 1975, il se spécialise dans les problèmes de l’Europe occidentale au sein de la « Ligue pour l’amitié entre les peuples ». Cette double expérience de directeur de centre et d’expert pour l’Europe de l’Ouest, alliée à sa connaissance du français, le qualifie parfaitement pour occuper le poste de directeur du Centre de Paris. Il le quitte à l’automne 1986 ; un juriste, Manfred Sobczak, lui succède en tant que directeur intérimaire, il est relayé par Hans-Dieter Lehmann, originaire de Leipzig, dans l’été 1987.

  • 6 J.M. Becker (note 2), p. 333.

6Le personnel du Centre, dont le statut est réglé par l’accord (article 2), est recruté parmi les citoyens de RDA. Il comprend huit permanents, dont un sous-directeur6, et des contractuelles, des Allemandes de RDA mariées à des Français. Ils se répartissent entre bibliothécaires, responsables administratifs et culturels et, plus tard, enseignants de langue. L’ensemble du personnel est chargé de la surveillance dans le quartier chaud qu’est le Quartier Latin, car le souvenir des événements de 1968 et celui de la bombe posée à l’Institut Goethe en 1975 est encore proche. Faute d’informations vérifiables sur les liens qui pouvaient exister entre certains membres du personnel et la Stasi, cette question ne peut être abordée ici.

7Les locaux du Centre sont plus prestigieux que fonctionnels. Une très belle cage d’escalier occupe un espace démesuré. Au rez-de-chaussée se trouvent une salle de cinéma et une salle vidéo. Au sous-sol ont été aménagées plusieurs petites salles d’exposition. Au premier étage se situent la bibliothèque et la petite salle de lecture ; au second étage s’ouvrent une rotonde, une galerie et la grande salle qui peut contenir 120 personnes et où ont lieu les concerts et les manifestations importantes. Le parcours d’une exposition, qui pouvait aller du sous-sol au deuxième étage, était malaisé et le personnel déplorait les contraintes imposées par la configuration des lieux.

8Nous étudierons le programme culturel jusqu’à la chute du Mur, puis les changements intervenus par la suite et la fermeture du Centre. Notre travail se fonde sur la consultation d’une collection de programmes, sur des notes et des souvenirs personnels, ainsi que sur des entretiens avec d’anciennes collaboratrices du Centre.

1. Le programme culturel de l’inauguration à la chute du Mur

  • 7 J.M. Becker (note 3), p. 44.
  • 8 Les programmes du Centre culturel se trouvent dans les archives personnelles de l’auteur.

9Au cours d’une interview, le directeur du Centre, Egon Ehrlich, définit les objectifs de son action culturelle.7 Il s’agit de faire connaître au public français la vie culturelle en RDA et son évolution, de l’informer sur les traditions et les sources historiques de la culture de la RDA et de faire apparaître ce qu’il y a de commun dans l’histoire de la France et de l’Allemagne, surtout dans les arts et dans les sciences. Nous allons souligner les grandes tendances de la programmation des activités du Centre8 entre fin 1983 et fin 1989 et nous tenterons de dégager la conception de la culture qui sous-tend les choix opérés par le Bureau des Centres Culturels, sous le contrôle du SED. Il faut insister sur le fait que la RDA est soucieuse de faire bonne figure à Paris, de faire oublier la période noire du stalinisme, pour être reconnue en Occident, non seulement sur le plan diplomatique, mais aussi sur le plan culturel, auquel elle accorde un rôle primordial. On projette par exemple un film sur Ernst Barlach (15 mars 1988), artiste qui avait été rejeté par les autorités pendant la querelle sur le formalisme au début des années 50. Le Ministère des Affaires Étrangères envoie à Paris des intellectuels et des artistes de premier plan, de Jürgen Kuczynski à Gregor Gysi, de Christa Wolf à Heiner Müller. Pour ce faire, la RDA fournit un gros effort financier car, en dépit de la modicité des allocations de devises accordées aux intervenants, les multiples invitations et le fonctionnement du Centre grèvent lourdement le budget de la RDA qui vit au-dessus de ses moyens depuis 1973.

10Désireuse de séduire son partenaire occidental unique, la RDA s’attache à mettre en avant ce qui la rapproche de la France. Le point de convergence qui s’impose est l’antifascisme. On sait que ce terme recouvre bien des réalités différentes, mais il a déjà été rassembleur en 1935, au moment où le Komintern a changé sa stratégie et voulu fédérer les forces hostiles à l’hitlérisme. Il a de nouveau réussi à atténuer les différends à l’intérieur des mouvements de résistance, en France en particulier. Pour la RDA, l’antifascisme se confond avec la résistance communiste, l’État de RDA considère cet antifascisme comme sa valeur fondatrice, qui le distingue radicalement de la RFA. Dans la Résistance française, l’éventail des tendances antifascistes était très large. On peut donc trouver là un terrain d’entente et s’accommoder des ambiguïtés dans une détestation commune du nazisme.

  • 9 J.M. Becker (note 2), p. 333.

11De façon constante, de très nombreuses manifestations au Centre RDA tournent autour de la période qui va de 1933 à 1945 et de ses prolongements. On porte un intérêt tout particulier aux Allemands poursuivis par Hitler qui ont trouvé refuge en France et ont éventuellement participé à la Résistance française : peu de temps avant la chute du Mur a lieu, par exemple, une lecture-débat autour du livre de Gerhard Leo Un Allemand dans la Résistance française (15 septembre 1989), mais le sujet de l’antifascisme n’a jamais quitté l’affiche. Citons, peu après l’ouverture du Centre, toute une série de conférences sur les intellectuels allemands exilés à Paris après 1933 : la conférence de Dieter Schiller, de l’Académie des Sciences, sur le SDS, association d’écrivains en exil à Paris (23 février 1984), une autre conférence sur la Freiheitsbibliothek (24 février 1984), deux autres encore sur les écrivains de l’exil (14 mars 1984) et plus particulièrement sur Heinrich et Thomas Mann et Lion Feuchtwanger pendant leur émigration dans le Midi de la France (28 mars 1984). Le mois de mai de la même année 1984 est consacré à la littérature de l’exil, en collaboration avec la Deutsche Bücherei de Leipzig ; des écrivains qui ont vécu l’exil à Paris viennent apporter leur témoignage. Le peintre Max Lingner, qui a vécu en France, fait l’objet d’une exposition (mars 1984).9 Stephan Hermlin, exilé à Paris dans sa jeunesse, vient à deux reprises faire une lecture au Centre (19 janvier 1984 et 29 mai 1985). Anna Seghers, qui a représenté son séjour en France dans le roman Transit, est évoquée dans plusieurs conférences et une exposition au cours de l’année 1986.

12L’exil est étroitement lié à l’antisémitisme et, même si le gouvernement de RDA prétend avoir résolu le problème de sa responsabilité à l’égard des Juifs, les autorités du Ministère des Affaires Étrangères savent fort bien qu’un État allemand ne peut pas éluder la question à Paris. Un certain nombre de manifestations ont donc pour but d’illustrer la normalisation des relations entre la RDA et les Juifs : le 18 septembre 1984 est projeté un film sur une affaire d’antisémitisme sous la République de Weimar, Affäre Blum, qui sera reprojeté ultérieurement, en octobre 1988, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la Nuit de cristal. Les penseurs et artistes juifs mis à l’index sous le Troisième Reich, comme Moses Mendelssohn et Heinrich Heine, font l’objet de deux soirées en janvier 1986. Des acteurs du Deutsches Theater viennent réciter des poèmes de Heine (30 janvier 1986). Le 12 septembre 1985 une soirée est consacrée à la condition présente de la petite communauté juive de RDA sous le titre « Etre juif en RDA » et l’exposé est suivi d’un concert de musique de synagogue et de chansons du folklore yiddish. L’année suivante a lieu une seconde soirée de chansons yiddish (19 juin 1986). Le 26 mai 1988 Rosemarie Schuder et Rudolf Hirsch viennent présenter leur livre consacré à l’origine et aux conséquences de l’antisémitisme en Allemagne et intitulé Der gelbe Fleck (La tache jaune). Une belle édition illustrée avait paru l’année précédente chez Rütten & Loening. Quelques jours plus tard, Erich Honecker donne au Président du Conseil Central des Juifs d’Allemagne son accord de principe pour l’indemnisation des victimes juives du nazisme. La RDA tient à faire savoir qu’elle traite bien sa communauté juive et qu’elle intègre la culture juive.

13Un film sur Heine à Paris, projeté le 17 mai 1988, illustre le fait que le problème juif et l’exil en France peuvent être liés. En 1988 et 1989, le sujet des Allemands en France est repris au Centre sous différents angles : la tradition d’exil des écrivains allemands en France remontant au siècle précédent, Rainer Rosenberg fait une conférence sur Paris capitale de l’exil de la littérature allemande du xixe siècle (19 mai 1988), Gudrun Klatt, de l’Académie des Sciences, évoque l’œuvre que Walter Benjamin a consacrée aux passages de Paris (21 janvier 1988) ; une conférence de Dieter Schiller définit l’image que les écrivains se faisaient de la France dans l’entre-deux-guerres (17 mars 1988).

14Dans le passé allemand, le xviiie siècle a été une période de forte influence française : une conférence traite de ce sujet à travers les publications Reclam de Leipzig concernant le xviiie siècle français (10 octobre 1984). La présentation du château et du parc de Wörlitz met en relief l’influence de Jean-Jacques Rousseau sur le site (10 juin 1988). En 1988 une série de conférences illustre les rapports et les échanges entre le théâtre allemand et le théâtre français (juin 1988). Le poète Adelbert de Chamisso ayant été, comme Heine, mais dans l’autre sens, un trait d’union entre la France et l’Allemagne, une conférence retrace son parcours et met en lumière son rôle de médiateur entre la France et l’Allemagne (9 juin 1988). C’est le rôle qu’ont pu jouer également les romanistes dans les universités allemandes. La RDA a eu un célèbre romaniste en la personne de Werner Krauss, qui est évoqué lors d’une conférence du 25 mars 1987.

15Quelques grands anniversaires concernent à la fois la France et la RDA, ainsi en 1985, celui de la Révocation de l’Édit de Nantes, qui a poussé des Protestants français à s’installer dans le Brandebourg. L’historienne Ingrid Mittenzwei fait alors une conférence sur les Huguenots (7 novembre 1985). Une collaboratrice de l’Église française de Berlin évoque cette église, communauté et colonie (27 novembre 1985). Un autre événement de l’histoire de France, la Révolution française de 1789, a eu un impact considérable en Allemagne et le parti au pouvoir en RDA se réclame de cette tradition révolutionnaire. Une conférence-débat a lieu sur la fondation de la RDA et l’héritage de la Révolution française (11 octobre 1989). Une conférence du 20 novembre 1987 traite de Marx et de la Révolution française. En 1988 une conférence évoque l’influence de la Révolution française sur l’architecture en Allemagne (3 février 1988), une autre les voyageurs allemands et la Révolution française (16 mars 1988). 1989 enfin est marqué par l’organisation d’un colloque sur la Révolution au Centre Culturel (4/5 mars 1989).

  • 10 Fritz Raddatz : « Das denunzierte Wort », in : Die Zeit 42/14 octobre 1999, p. 19.
  • 11 Manfred Ackermann : « Phasen und Zäsuren des Erbeverständnisses in der DDR », in : Materialien der (...)
  • 12 Sur la redécouverte du Romantisme en RDA : Articles de Claus Träger, Günter Hartung, Hans Jürgen Ge (...)
  • 13 M. Ackermann (note 11), p. 795.

16Mais si la tradition révolutionnaire et antifasciste a d’abord été mise en avant dans les fondements de la vie culturelle de RDA, la « culture bourgeoise » du passé a été bientôt récupérée dans la notion d’« héritage culturel », au moins dans sa dimension humaniste, et c’est dans cet héritage que le Centre va puiser. Fritz Raddatz a souligné que très tôt le Kulturbund ne se cantonne pas à la littérature marxiste ;10 au cours des années 80 l’éventail des auteurs redécouverts et réadoptés s’est largement ouvert en RDA. La programmation du Centre reflète cette évolution. Dans son étude du concept d’« héritage culturel », tel qu’on le comprenait en RDA, Manfred Ackermann a bien montré que les leaders du parti communiste, puis du SED, avaient pour idéal esthétique le classicisme et considéraient toute avant-garde comme un péché contre le bon goût et un manquement à la discipline.11 Toutefois, depuis le début de l’ère Honecker, la pratique des artistes a beaucoup changé en RDA et le Ministère des Affaires Étrangères a pour ambition de faire preuve d’ouverture à l’égard des différentes traditions esthétiques allemandes, estimées à l’étranger. En 1988 et 1989, années où le Centre organise des conférences sur les auteurs du programme de CAPES et d’agrégation, afin d’attirer de jeunes étudiants, qui sont de futurs enseignants et d’éventuels propagateurs de la culture de la RDA, la palette d’auteurs traités dans les conférences littéraires s’élargit sensiblement. Certes, le classicisme de Weimar est en bonne place, avec une conférence sur les Années d’apprentissage de Wilhelm Meister de Goethe (2 mars 1988), une récitation du Reineke Fuchs par Eberhard Esche du Deutsches Theater (24 janvier 1985), des textes de Goethe et de Schiller dits par de jeunes acteurs (15 mai 1986), mais le Romantisme, d’abord suspecté en RDA d’être réactionnaire, a été réhabilité par de nombreux critiques et artistes dès les années 70.12 Ce Romantisme allemand, si populaire en France, n’est pas passé sous silence. Un montage de textes avec accompagnement musical est consacré à Bettina von Arnim (12 novembre 1987), une soirée littéraire et musicale permet d’évoquer Joseph von Eichendorff (27 janvier 1988). D’autres auteurs, qui ont parfois joui d’une certaine faveur à l’époque nazie ou ne se prêtent guère à une lecture marxiste, sont abordés : plusieurs adaptations cinématographiques de récits de Theodor Storm sont projetées en janvier/février 1988. Des poèmes de Rainer Maria Rilke sont récités par Vera Oelschlegel et Hans Peter Minetti avec des intermèdes de musique de Frédéric Chopin (23 janvier 1985). Le programme des concours français pousse même le Centre à traiter de deux auteurs longtemps mis à l’index en RDA : Friedrich Nietzsche et Richard Wagner (4 février 1988). Gottfried Benn fait l’objet d’une conférence (8 février 1989) au même titre que Döblin (19 février 1986). Lorsque le Centre RDA a décidé de faire concurrence à l’Institut Goethe et à la Maison Heinrich Heine sur le terrain de la préparation aux concours, il a dû tenir compte de l’ensemble de la tradition allemande. Il s’agissait de l’amplification d’un phénomène d’ouverture perceptible en RDA. Manfred Ackermann montre que cette tendance à l’ouverture vers la totalité du passé culturel a beaucoup contribué à maintenir l’unité culturelle entre les deux Allemagnes.13 À partir de 1986, année de la signature de l’accord culturel entre RFA et RDA, l’esprit d’ouverture devient réciproque ; c’est ainsi que les diplomates de RFA, en poste à Paris, sont autorisés, à partir de cette date, à assister aux manifestations du Centre RDA, ce qui n’était pas le cas auparavant.

  • 14 F. Raddatz (note 10), p. 21. Une série de manifestations est consacrée à Brecht et au Berliner Ense (...)

17Dans la rubrique de la littérature moderne, il conviendrait de faire une place particulière à Bertolt Brecht, présent du début à la fin de l’existence du Centre. Les autorités de RDA savent de quel prestige il jouit dans les milieux intellectuels français et souhaitent faire oublier, en le programmant souvent, les difficultés auxquelles il s’est heurté en RDA dans les années 50.14

  • 15 « Für die Propaganda im Ausland war mein Name als Beweis für tolerante Politik nützlich. Ich sollte (...)

18Des auteurs connus en RDA sont invités au Centre : l’écrivain sorabe Jurij Brezan, à deux reprises (15 février 1984 et 20 avril 1988), Wieland Förster (2 mai 1985), Irmtraud Morgner (13 novembre 1985), Inge von Wangenheim (20 mai 1986), Volker Braun et Karl Mickel (13 novembre 1986), Heinz Knobloch (2 avril 1987), Fritz Rudolf Fries (18 mai 1989). Günter de Bruyn est invité mais refuse de venir pour ne pas cautionner par sa présence une prétendue tolérance du gouvernement de la RDA15

  • 16 Protokoll Nr. 18/85 der Sitzung des Sekretariats des ZK der SED vom 11.2.1985 ; SAPMO-Barch, DY 30/ (...)
  • 17 Une conférence sur les frères Grimm et les débuts de la germanistique (13 mars 1986), une conférenc (...)

19L’accord culturel prévoyait que la diffusion de la langue allemande en France et du français en RDA serait encouragée (article 2). Les cours de langue, qui devaient être gratuits, ne sont pas organisés tout de suite, mais seulement à partir de 1986. Le bureau politique du SED y voit une possibilité de propagande idéologique16 et cherche à s’adresser à des personnes possédant déjà une bonne connaissance de l’allemand. Pour répondre à la demande, on met aussi en place un cours de débutants. En fin de compte, les cours sont payants, mais le prix fixé est inférieur à celui pratiqué par l’Institut Goethe. Pour concurrencer la journée des enseignants, qui a lieu tous les ans à l’Institut Goethe, le Centre Culturel organise en novembre 1988 et 1989 une journée de rencontre entre les enseignants d’allemand du secondaire. Au niveau universitaire, plusieurs conférences sont consacrées à la langue allemande ;17 l’Institut Herder de Leipzig (8 novembre 1986) et la Société des Germanistes de RDA (26 mai 1988) sont présentés aux germanistes français.

  • 18 Deux conférences sur Luther (25 et 26 avril 1984), une autre sur Frédéric II (5 mars 1986), figures (...)
  • 19 Des rétrospectives de Konrad Wolf (1985), Roland Gräf (1986), Kurt Maetzig (1986), Heiner Carow (19 (...)
  • 20 Willi Sitte,Volker Stelzmann, Fritz Cremer, Wieland Förster et de jeunes artistes de Berlin et de D (...)
  • 21 Série de conférences scientifiques en mars/avril 1987.

20Si l’on fait la part belle à la littérature et à la langue, la programmation du Centre couvre à peu près tous les domaines de la culture, l’histoire,18 le cinéma,19 dans une moindre mesure le théâtre, car les locaux ne s’y prêtent pas, les arts plastiques20 et la photographie, la musique avec de nombreux concerts. Plusieurs représentants de l’Académie des Sciences,21 des médecins de la Charité (automne 1987) viennent représenter la communauté scientifique de RDA

21Les variétés et le divertissement ont aussi leur place, afin de démentir l’image d’austérité de la RDA et de séduire un large public. On pousse même les concessions jusqu’à organiser une soirée consacrée à Romy Schneider (22 septembre 1988) qui avait bien peu de rapport avec la culture de la RDA. Quels que soient les spectacles, ils étaient très ritualisés, à l’image de la vie publique en RDA L’artiste se voyait régulièrement remettre un bouquet à la fin de sa prestation. La télévision de RDA filmait souvent les différentes manifestations du Centre Culturel.

  • 22 Leipzig en 1984, Dresde en 1985, Weimar en 1986, Berlin en 1987, l’année du 750e anniversaire de la (...)

22Comme il n’existait pas d’office du tourisme de RDA, le Centre Culturel, qui voulait être la vitrine du pays, en tenait plus ou moins lieu, car l’accord sur la coopération culturelle prévoyait, à l’article 14, l’aspect touristique des échanges. C’est pourquoi le Centre fait une présentation générale de la RDA, mal connue des Français en général, pour le 35e anniversaire en 1984. Les grandes régions et les grandes villes sont, tour à tour, mises en valeur.22 Le sport était un fleuron de la RDA, et le mois de juin 1984, année olympique, lui est consacré. À l’automne 1986 est organisée une rencontre avec des sportifs célèbres de RDA. On expose également les produits du pays : les dentelles de Plauen (30 janvier 1986), des bijoux (1er juillet 1986), des lunettes (décembre 1986) fabriqués en RDA. On fait venir un peintre sur porcelaine de Meißen (février 1984), un sculpteur sur bois spécialisé dans la fabrication des décorations de Noël (décembre 1986). Il y a parfois une dégustation de Dresdener Stollen (décembre 1984) et de bière berlinoise, quand Berlin est à l’honneur (25 février 1987). Les fidèles du Centre sont souvent invités à déjeuner ou à prendre un verre avec les artistes ou les universitaires de passage. À Noël, la direction du Centre leur offre un cadeau. En revanche, les membres du personnel ont pour consigne stricte de ne pas accepter d’invitation des Français.

  • 23 Les manifestations relatives aux institutions dont la RDA s’enorgueillit n’occupent pas une place d (...)
  • 24 Dans une perspective critique Joseph Rovan organise une journée d’études au Sénat (29 janvier 1985) (...)

23Une des dimensions de la culture est de permettre une distance, une réflexion critique d’un pays sur lui-même. Même si le Centre évite de se livrer à une propagande trop directe,23 est-il besoin de dire que la dimension critique est très peu présente au Centre Culturel de la RDA jusqu’en 1989 ? Et pourtant c’est lorsque le Centre invite des intellectuels critiques comme Christa Wolf (17 avril 1985) et Heiner Müller (23 mai 1987 et 20 mai 1989) qu’il fait salle comble et attire un public qui d’ordinaire le boude. La plupart du temps c’est à la librairie du Roi des Aulnes, à la Maison Heinrich Heine ou à l’Institut Goethe qu’on peut entendre des voix critiques à l’égard de la RDA : Wolfgang Hilbig (au Roi des Aulnes, le 15 novembre 1986), Stefan Heym (à la Maison Heinrich Heine le 22 avril 1986), et, parmi ceux qui ont quitté le pays, Sascha Anderson, Jürgen Fuchs (à l’Institut Goethe, le 26 novembre 1987), Hans Joachim Schädlich et Frank-Wolf Matthies (à l’Institut Goethe, le 27 novembre 1987).24

2. Le programme culturel après la chute du Mur et la dissolution du Centre

  • 25 Das Kaninchen bin ich de Kurt Maetzig, Denk bloß nicht ich heule de Frank Vogel, Spur der Steine de (...)

24À la surprise générale, le Mur s’ouvre le 9 novembre 1989. Cet événement va bien entendu avoir un impact considérable sur le Centre Culturel de la RDA à Paris et cela se traduit dans la programmation. Il se révèle au grand jour qu’il existait une pensée d’opposition, qui jusqu’ici ne s’exprimait que chez les dissidents et dans les discussions internes du SED, et il s’avère que se trouvaient dans les réserves de la DEFA des films qui vont enfin pouvoir être projetés.25 Comme la programmation avait été établie de longue date, certaines manifestations prévues ont lieu. Il y a donc des éléments de continuité, mais de profonds changements s’opèrent aussi.

  • 26 Films : Herr Schmidt von der Gestapo – Die Verlobte – Davids Tagebuch – Conférence d’Evemarie Badst (...)
  • 27 Hartmut Ludwig qui étudie « Le legs de la Résistance pour l’action chrétienne d’aujourd’hui » (28 a (...)
  • 28 Manfred Sack : « Deutschland im Bau », in : Die Zeit 46/11 novembre 1999, p. 54.
  • 29 Dans une conférence de Klaus Viertel, de l’Académie des Sciences (14 février 1990).

25Un souci nouveau de rentabilité se fait jour et certaines manifestations sont désormais payantes. Le Centre conserve l’objectif de convergences des intérêts entre la France et la RDA, en particulier le thème récurrent de l’antifascisme,26 mais ce sont maintenant des théologiens qui sont conviés à parler de la Résistance et de ses implications dans le présent.27 Brecht reste une valeur sûre, mais on parle aussi d’un jeune auteur dont on se méfiait auparavant, Uwe Kolbe. Le plus étonnant est l’annonce, pour la mi-mars 1990, de la lecture de Walter Janka (Schwierigkeiten mit der Wahrheit), qui avait été emprisonné en RDA en 1956 et qui se voit réhabilité. Le livre de Stefan Heym Fünf Tage im Juni, sur un sujet naguère tabou, l’insurrection du 17 juin 1953, est maintenant disponible à la bibliothèque. Le Bauhaus, condamné en 1951 pour être réactionnaire, ni allemand, ni national, a connu un regain de faveur depuis les années 7028 et le Centre le célèbre dans une exposition (février/ mars 1990). Dans une conférence sur l’économie de la RDA, la planification est mise en question.29 Après les élections de mars 1990, un mouvement comme Demokratie jetzt (Démocratie maintenant) vient présenter ses objectifs au Centre (25 avril 1990). Un débat sur les résultats est organisé avec Daniel Vernet, directeur de la rédaction du Monde (9 mai 1990), qu’on n’avait guère vu jusque-là. Des universitaires comme Henri Ménudier ou Alfred Grosser, qui ne fréquentaient pas le Centre auparavant, viennent maintenant participer aux débats (22 novembre 1989).

  • 30 En février 1990 les documentaires Leipzig im Herbst, Aufbruch’89 Dresden, Zehn Tage im Oktober.

26Le changement de cap se manifeste également dans la programmation des films et des documentaires qui portent sur l’actualité immédiate un regard critique.30 On expose des caricatures (juin 1990). Une autre forme d’expression contestataire, le cabaret, se développe. Le 15 juin 1990, Jacques Poumet, spécialiste français de la satire en RDA, débat avec un chansonnier de Dresde, Wolfgang Schaller.

27Après les élections de mars, le Centre collabore avec l’Institut Goethe en mentionnant, dans son programme d’avril/mai 1990, le colloque organisé par l’Institut Goethe sur la Résistance allemande de 1933 à 1945. On mesure avec tous ces exemples le chemin parcouru, mais Thomas Mann disait que lorsqu’on change totalement de comportement, c’est qu’on va mourir. En effet, les profondes mutations subies par le Centre annoncent sa fin prochaine.

28Dans le programme de juin/juillet 1990, la fermeture n’est pas envisagée. Le personnel du Centre Culturel, profondément déstabilisé par le changement rapide, avait espéré une fusion avec l’Institut Goethe. Puisque le Traité d’unification est signé le 31 août et que la RDA va rejoindre la RFA, deux membres du Centre auraient représenté la culture de l’ex-RDA dans la nouvelle structure, les manifestations auraient eu lieu alternativement avenue d’Iéna et boulevard Saint Germain. Dans le courant de septembre, sur décision du Ministre des Affaires Étrangères, Hans-Dietrich Genscher, si l’on en croit un ancien membre du personnel du Centre, on se prépare à fermer complètement les locaux du boulevard Saint Germain et à licencier l’ensemble du personnel, qui s’estimera mal indemnisé. Cette mesure était certainement politique, on pouvait craindre des affrontements idéologiques avec les collaborateurs de l’ancienne RDA, mais la fermeture est aussi inspirée par des motifs économiques. La réunification allait coûter très cher et le loyer du boulevard Saint Germain était élevé. Dans un souci de rentabilité, regrouper toutes les activités avenue d’Iéna s’imposait.

  • 31 Universités de Paris VIII, Paris XII, Le Mans.

29L’Institut Goethe, la Maison Heinrich Heine, l’Institut Historique Allemand reprennent une partie du fonds de la bibliothèque du Centre. Plusieurs universités françaises31 choisissent des ouvrages qui peuvent servir aux enseignants et aux étudiants. Fin septembre 1990, à l’issue de la soirée de clôture, animée par Steffen Mensching et Hans Eckart Wenzel, les amis du Centre sont invités à emporter quelques ouvrages restants. Ceux qui n’ont pas trouvé preneur vont à la décharge. Les archives partent pour Berlin et resteront au secret pendant trente ans. Si j’en crois les témoins de cette ultime période, de nombreuses pièces ont été passées au broyeur dans les derniers mois d’existence du Centre et ont disparu à jamais. Un documentaire consacré au Centre a été tourné et projeté sur Arte dans l’été 1998, mais l’histoire de cette institution éphémère reste à écrire.

Notes

1 Texte des accords in : Falko Raaz : Ost-West-Kulturaustausch. Kooperation oder Konfrontation, Berlin, Dietz, 1987, pp. 273ss. et 281ss.

2 Cf. Johannes M. Becker : « Wirtschafts- und Kulturaustausch Frankreich –DDR. Zwei Schaufenster am Boulevard St. Germain und Unter den Linden » ; in : Dokumente 40 (1984) 4, p. 232.

3 Johannes M. Becker : « Les relations entre la France et la RDA » in : Allemagnes d’aujourd’hui 91 (1985), pp. 31ss.

4 J.M. Becker (note 3), p. 40.

5 Cf. Frankfurter Rundschau, 15 février 1983, p. 2.

6 J.M. Becker (note 2), p. 333.

7 J.M. Becker (note 3), p. 44.

8 Les programmes du Centre culturel se trouvent dans les archives personnelles de l’auteur.

9 J.M. Becker (note 2), p. 333.

10 Fritz Raddatz : « Das denunzierte Wort », in : Die Zeit 42/14 octobre 1999, p. 19.

11 Manfred Ackermann : « Phasen und Zäsuren des Erbeverständnisses in der DDR », in : Materialien der Enquete-Kommission. ‘Aufarbeitung von Geschichte und Folgen der SED-Diktatur in Deutschland’ , vol. III/2, édité par le Deutscher Bundestag, Baden-Baden, Nomos, 1995, p. 769ss.

12 Sur la redécouverte du Romantisme en RDA : Articles de Claus Träger, Günter Hartung, Hans Jürgen Geerdts, Hans Dietrich Dahnke in : Weimarer Beiträge 2/1975. Colloques sur Caspar David Friedrich en 1974 et Philipp Otto Runge en 1977 à Greifswald, colloque sur le Romantisme à l’Université Humboldt en 1977. Le livre de Christa und Gerhard Wolf : Ins Ungebundene geht eine Sehnsucht, Berlin/Weimar, Aufbau-Verlag, 1986.

13 M. Ackermann (note 11), p. 795.

14 F. Raddatz (note 10), p. 21. Une série de manifestations est consacrée à Brecht et au Berliner Ensemble en avril 1984 et de nouveau en février-mars 1988.

15 « Für die Propaganda im Ausland war mein Name als Beweis für tolerante Politik nützlich. Ich sollte nach dem Willen des Außenministeriums im Pariser DDR-Kulturzentrum lesen, aber das lehnte ich ab » ; Günter De Bruyn : Vierzig Jahre, Francfort/M., Fischer, 1998, p. 252.

16 Protokoll Nr. 18/85 der Sitzung des Sekretariats des ZK der SED vom 11.2.1985 ; SAPMO-Barch, DY 30/J IV 2/3/3780, Bl.7-9 ; DY 30/J IV 2/3A/4207.

17 Une conférence sur les frères Grimm et les débuts de la germanistique (13 mars 1986), une conférence sur l’allemand contemporain (15 mars 1986).

18 Deux conférences sur Luther (25 et 26 avril 1984), une autre sur Frédéric II (5 mars 1986), figures capitales de l’histoire allemande redécouvertes en RDA.

19 Des rétrospectives de Konrad Wolf (1985), Roland Gräf (1986), Kurt Maetzig (1986), Heiner Carow (1988).

20 Willi Sitte,Volker Stelzmann, Fritz Cremer, Wieland Förster et de jeunes artistes de Berlin et de Dresde.

21 Série de conférences scientifiques en mars/avril 1987.

22 Leipzig en 1984, Dresde en 1985, Weimar en 1986, Berlin en 1987, l’année du 750e anniversaire de la ville, Rostock et sa région en 1989.

23 Les manifestations relatives aux institutions dont la RDA s’enorgueillit n’occupent pas une place démesurée : exposition sur le système éducatif (décembre 1984) conférence sur le Kulturbund (15.10.1986), une exposition sur la FDJ (septembre/ octobre 1986).

24 Dans une perspective critique Joseph Rovan organise une journée d’études au Sénat (29 janvier 1985). Le Ministère de la Culture, en liaison avec la Maison des Ecrivains, invite des écrivains de RDA à l’occasion des Belles Étrangères en juin 1987. Il s’agit d’une initiative française, mais en collaboration avec le Centre Culturel.

25 Das Kaninchen bin ich de Kurt Maetzig, Denk bloß nicht ich heule de Frank Vogel, Spur der Steine de Frank Beyer d’après le roman d’Erik Neutsch.

26 Films : Herr Schmidt von der Gestapo – Die Verlobte – Davids Tagebuch – Conférence d’Evemarie Badstübner-Peters de l’Académie des Sciences (21 mars 1990) sur « Histoire, présence et dangers de la politique antifasciste en RDA ». À la fin du programme de mars 1990 est annoncée une exposition d’art antifasciste.

27 Hartmut Ludwig qui étudie « Le legs de la Résistance pour l’action chrétienne d’aujourd’hui » (28 avril 1990) et Heinrich Fink qui évoque le mouvement « Allemagne libre » (7 juin 1990).

28 Manfred Sack : « Deutschland im Bau », in : Die Zeit 46/11 novembre 1999, p. 54.

29 Dans une conférence de Klaus Viertel, de l’Académie des Sciences (14 février 1990).

30 En février 1990 les documentaires Leipzig im Herbst, Aufbruch’89 Dresden, Zehn Tage im Oktober.

31 Universités de Paris VIII, Paris XII, Le Mans.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540