Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Echanges culturels entre la France et la RDA

L’association France-RDA

Gilbert Badia

Texte intégral

1Avant de présenter l’Association France-RDA, fondée le 29 mai 1973, et son rôle dans les relations franco-est-allemandes, il est nécessaire de rappeler brièvement les activités de l’association qui la précéda, « Échanges Franco-Allemands » (EFA), dont elle reprit les objectifs. En effet, France-RDA a repris à un mot près le texte figurant dans l’acte de fondation des EFA enregistré à Paris le 22 avril 1958, et sur lequel figure d’ailleurs ma signature, ce que j’avais totalement oublié.

2Voici le texte de 1973 :

« L’Association a pour objet : encourager, développer et coordonner les échanges culturels entre la France et la RDA, par ses propres moyens et en liaison avec les organismes officiels. À cet effet, organiser et aider à organiser toutes conférences, réceptions, manifestations théâtrales, musicales, projections de films et de diapofilms, émissions de radio et de télévisions, voyages, expositions, édition de bulletins, brochures, livres et plus généralement toutes manifestations culturelles et artistiques. »

3La seule différence, c’est que les EFA, en 1958, se proposaient de développer les échanges « entre la France et l’Allemagne ». Un seul ajout en 1973 : France-RDA,

  • 1 Photocopies des textes enregistrés à la Préfecture de police, Article 3 et Article 3,2.

« s’assigne également de défendre le patrimoine intellectuel, moral et historique que représente le titre ‘ Échanges Franco-Allemands ‘ sous lequel elle a développé son activité pendant ses premières années »1.

  • 2 Cf. Rencontres 1 (1959), bulletin de l’Association France-RDA, dans lequel figure une première list (...)

4La création des EFA semblait répondre à une attente, combler un vide, si l’on en juge par le nombre et la qualité des adhérents : députés, anciens ministres, ecclésiastiques, universitaires, etc. qui donnèrent quasi immédiatement leur adhésion2.

  • 3 Cf. Georges Castellan/Roland Lenoir : France. République démocratique allemande. 30 ans de relation (...)

5Dès sa première assemblée générale (15 mai 1960) les EFA précisaient qu’ils s’efforceraient de développer les échanges avec la RDA dans tous les domaines, – faire connaître la RDA à un public toujours plus large. Dès cette date, il était question d’obtenir la reconnaissance diplomatique de la RDA par la France.3

6Cependant l’association se proposait aussi d’organiser des débats sur des « problèmes allemands ». C’est ainsi qu’eut lieu à Paris, les 25-26 novembre 1961, au lendemain de la construction du Mur, un colloque sur le problème de Berlin, auquel participèrent 260 personnalités de toutes tendances politiques. En conclusion, les participants décidèrent de soumettre les résolutions adoptées « à l’examen d’un colloque international qui contribuera à ouvrir le chemin de la négociation ». Ce colloque international se tint effectivement à Bruxelles les 10-12 mai 1963. À Bruxelles parce que Paris avait refusé d’accueillir les délégués de RDA ... qui d’ailleurs ne purent pas non plus venir en Belgique ... le « Bureau de circulation interallié de Berlin-Ouest » ayant refusé de leur délivrer les « documents provisoires nécessaires ».

  • 4 Cf. G. Castellan /R. Lenoir (note 3), p. 58, 67, 68.

7Le rapprochement entre la France et la République fédérale, marqué par les nombreuses rencontres de Gaulle-Adenauer, et scellé par le Traité de l’Élysée du 22 janvier 1963, eut pour conséquence que le gouvernement français s’employa à entraver les relations avec la RDA, refusant par exemple d’autoriser les professeurs des universités à participer aux cérémonies prévues pour commémorer le 150e anniversaire de la fondation de l’Université Humboldt et déconseillant aux municipalités de se jumeler avec des villes de RDA.4

8Cependant une partie importante de l’opinion publique – y compris dans les milieux gaullistes – acceptait mal

  • 5 Article d’Henri Laugier, ex-secrétaire général adjoint de l’ONU et président des EFA, paru dans le (...)

« cette forme particulière et prioritaire de rapprochement franco-allemand qui se manifeste par des défilés militaires de troupes allemandes et de troupes françaises sous l’autorité de chefs militaires allemands et français »5.

9C’est sans doute ce qui explique que l’attitude du gouvernement français, qui freinait les relations entre la France et la RDA, n’ait pas empêché le développement des activités des EFA.

  • 6 Chiffres dans G. Castellan /R. Lenoir (note 3), p. 85-86.

10En particulier eurent lieu, grâce à elle, de nombreux séjours de jeunes et d’adultes en RDA, ainsi que des voyages d’études de parlementaires, auxquels participèrent des députés ou des sénateurs de tous les partis, gaullistes inclus. Selon les chiffres publiés par les EFA, en 1972, l’Association avait envoyé en RDA 2 037 enfants, 1 906 jeunes, organisé 311 délégations comprenant 2 554 participants et réalisé 935 voyages touristiques. En 1970, trois délégations de parlementaires (6 sénateurs, 5 députés) représentant tous les partis avaient visité la RDA6.

  • 7 Débats et exposés ont fait l’objet d’une publication aux PUF sous le titre Allemagne actualité et p (...)

11D’où, par exemple, la décision, prise en 1966, d’organiser deux journées d’études sur le thème « Allemagne, actualité et perspectives ». Plus de 600 personnalités (de très nombreux professeurs d’allemand, mais aussi beaucoup d’hommes politiques, anciens ministres, députés, sénateurs, maires, etc.) soutinrent cette manifestation, qui s’ouvrit par deux rapports, l’un d’Alfred Grosser sur la RFA, l’autre de Georges Castellan sur la RDA, suivis de débats animés (29 et 30 octobre 1966.7

12Par un curieux hasard, ces journées coïncidaient avec la crise qui vit succéder au cabinet Erhard une coalition CDU-SPD, dans laquelle Willy Brandt occupait le poste de ministre des Affaires étrangères. Au cours des années suivantes, le travail des EFA allait se trouver facilité par la détente et la « coexistence pacifique », qui s’instaura entre les « deux blocs ».

13Au demeurant, les EFA disposaient, depuis février 1962, d’un partenaire à Berlin-Est, l’association « Allemagne-France en RDA » qui sera, un peu plus tard, présidée par Franz Dahlem, né en Lorraine, parlant parfaitement le français, émigré en France et livré par Vichy à la Gestapo. Sa présence à ce poste facilitait à l’évidence les discussions avec le partenaire français.

14Tandis que les échanges commerciaux se développaient entre les deux pays, un comité s’était créé à l’initiative d’un député suédois – auquel les EFA participèrent – qui proposait la reconnaissance internationale de la RDA (1967).

15Dès lors c’est la campagne pour l’établissement de relations diplomatiques normales entre Paris et Berlin-Est qui va être au centre des activités des EFA. En janvier 1970, ils lancèrent une pétition nationale dans ce sens, parrainée par quarante personnalités, qui recueillera 250 000 signatures en deux ans.

16Les efforts des EFA pour la reconnaissance de la RDA étaient relayés et amplifiés par les initiatives des milieux économiques, des milieux sportifs (la RDA accumulait les médailles dans les compétitions internationales) et par les groupes d’études France-RDA qui s’étaient créés à la Chambre et au Sénat. On sait qu’ils aboutirent à l’établissement de relations diplomatiques avec la RDA le 9 février 1973.

  • 8 G. Castellan /R. Lenoir (note 3), p. 176.

17Le 13 mai 1973, les EFA réunirent à Paris un Congrès extraordinaire qui décidait de modifier son appellation. « France-RDA. Association française pour le développement des échanges et de la coopération entre la France et la RDA » était née. En conclusion du Congrès, le président, Louis Périllier, ancien député radical, reprit la phrase d’un des intervenants, qui fixait à l’Association l’objectif suivant : « passer de la reconnaissance à la connaissance […] faire connaître aux Français la RDA sous tous ses aspects »8.

18France-RDA décida de convoquer sans tarder des « Assises nationales » qui se tinrent à Paris, à l’Hôtel Lutetia, les 17 et 18 novembre 1973. Y participa une délégation présidée par Albert Norden, membre du bureau politique du SED et comprenant, entre autres, Heinz Neukrantz, secrétaire du FDGB, et Konrad Wolf, cinéaste, président de l’Académie des Beaux-Arts.

19Du côté français, tous les partis politiques, des communistes aux gaullistes (UDR) étaient représentés, et c’est Edgar Faure, ancien président du Conseil des ministres et pour l’heure président de l’Assemblée nationale, qui se félicita de voir « le droit mis en harmonie avec les réalités ». Albert Norden évoqua le temps où, émigré en France, il avait pris part, dans ce même Hôtel Lutetia, à la tentative de créer, en 1936-1937, un Front populaire allemand sous la présidence de Heinrich Mann. Il constata « qu’un grand pas en avant [avait] été réalisé vers une Europe de paix et de coopération constructive » et souligna le nombre d’auteurs français traduits en RDA au cours des cinq dernières années. Se félicitant de l’accord à long terme qui venait d’être conclu entre la France et la RDA sur la coopération économique, industrielle et technique, il suggéra de signer des conventions portant sur les relations consulaires, les transports, la culture.

  • 9 G. Castellan /R. Lenoir (note 3), p. 192. Pour le déroulement des Assises, pp. 176-194.

20Désireuse de n’en pas rester à des salutations et des vœux pieux, la direction de France-RDA avait créé, au cours des Assises, sept commissions (Education, Beaux-Arts, Sports, Santé, Économie, Jumelages, Syndicats). Résumant les propositions concrètes formulées dans chaque domaine par les rapporteurs des commissions, le président de France-RDA, Louis Périllier, regretta publiquement « que les habitants de la RDA ne disposent pas de toutes les facilités de circulation pour se rendre chez nous » et demanda aux autorités est-allemandes « de faire un effort » en vue d’améliorer les « possibilités de voyage » des citoyens de la RDA9.

21La reconnaissance de la RDA par la France avait fait naître l’espoir que la coopération allait, dans plusieurs domaines, se développer rapidement. Il n’en fut rien. L’échange d’ambassadeurs n’eut lieu qu’un an plus tard. De part et d’autre le choix était heureux. L’ambassadeur de France, Bernard de Chalvron, était un résistant, déporté à Buchenwald, qui deviendra membre de la présidence de France-RDA lorsqu’il prendra sa retraite, tandis que Ernst Scholz, résistant lui aussi, émigré en France jusqu’en 1945, quand il quitta l’ambassade de la RDA à Paris, accepta la vice-présidence de l’association partenaire en RDA.

22En dépit de ces nominations, on constate vite que reconnaissance n’était pas synonyme de normalisation. Le gouvernement français se refusa en effet à signer une convention consulaire qui aurait reconnu la « citoyenneté RDA ». (En décembre 1974, Erich Honecker avait ainsi défini les qualités des habitants de la République démocratique : Nationalité : allemande. Citoyenneté : RDA).

  • 10 Rencontres 105 (1979), p. 4 (Le tirage de Rencontres oscille entre 9 500 et 10 000 numéros).

23Inutile de relater en détail les démarches de la direction de France-RDA auprès du ministre français des Affaires étrangères pour le convaincre de reconnaître, comme l’avait pourtant fait la Grande-Bretagne, cette « citoyenneté RDA ». Dans une lettre à l’Association, le ministre des Affaires étrangères, Jean François-Poncet, en expliquant que la France n’est pas disposée à signer une « convention consulaire », affirme cependant « qu’il n’y a pas refus [de sa part] de reconnaître la nationalité RDA ».10

  • 11 Article paru dans Le Monde, 7 janvier 1976.

24On aurait pu penser que la signature de l’accord d’Helsinki en août 1975, qui prévoyait expressément la coopération entre États signataires, hâterait le développement des relations entre la France et la RDA. Certes, pour la première fois, le ministre des Affaires étrangères de RDA, Oskar Fischer, fut invité à Paris par son collègue français en janvier 1976. Le journal Le Monde accusait, à ce propos, le gouvernement français d’être « en retard sur l’histoire », puisqu’il avait fallu attendre trois ans après la reconnaissance pour que les deux ministres des Affaires étrangères se rencontrent, alors que Fischer avait été reçu officiellement dans les trois États scandinaves. Et l’auteur de l’article se demandant « si Paris ne poussait pas à l’excès le souci de ménager Bonn ».11

25Force est de constater que les efforts de France-RDA pour développer entre la France et l’Allemagne de l’Est la coopération n’avaient pas obtenu les résultats escomptés, même si Jean François-Poncet affirmait dans sa lettre à France-RDA « que les échanges commerciaux, les relations culturelles, scientifiques et techniques avaient sensiblement progressé ». De fait, les contacts entre Universités et universitaires, les thèses, maîtrises, ouvrages sur la RDA s’étaient entre temps accrus, tandis que le groupe d’amitié France-RDA de l’Assemblée nationale, présidé par Roger Fossé, député UDR (gaulliste) de Seine-Maritime, et regroupant une soixantaine de députés appartenant aux différentes familles politiques, entretenait et développait les contacts avec ses homologues de la Chambre du peuple.

  • 12 (note 11).

26Le 7e congrès de France-RDA, qui se tint à Amiens les 26 et 27 avril 1975, constatait implicitement le retard pris par la France dans ses relations avec la RDA, puisqu’on pouvait lire dans la résolution finale que l’Association allait « tout mettre en œuvre pour que la France établisse avec la RDA des rapports analogues à ceux qu’elle entretient avec les autres pays socialistes ». Au début janvier de 1976, Le Monde constatait à son tour ce décalage, en notant la maigreur des accords avec la RDA, « alors que la France a joué un rôle de pionnier dans le rapprochement entre l’Occident et les démocraties populaires avec lesquelles elle entretient des relations ‘exemplaires’ ».12

27Si les difficultés principales venaient de la France, en particulier de son refus de signer une convention consulaire, sur quelques points, l’attitude de la RDA ne facilitait pas le développement des relations entre les deux pays.

28Ainsi France-RDA proposa-t-elle à ses partenaires une rencontre à Berlin, réplique, en un sens, des Assises organisées à Paris en 1973. Il s’agissait de faire le bilan des relations existantes et d’esquisser les moyens de les améliorer. Trente-six personnalités françaises acceptèrent en juin 1977 d’aller à Berlin confronter leurs points de vue avec ceux de leurs partenaires. Étaient présents ou représentés entre autres Edgar Faure, le général Jacques Binoche, le vice-amiral Antoine Sanguinetti, Pierre-Luc Séguillon, rédacteur en chef de Témoignage chrétien, André Allamy, secrétaire de la CGT. Dans deux des groupes constitués, les participants constatèrent quelques divergences. Par exemple sur la question de la limitation des armements, la RDA soutenait le point de vue de l’URSS qui proposait de s’engager à ne pas être les premiers à utiliser l’arme nucléaire, tandis que les Français, dans l’esprit d’Helsinki, proposaient que chacun des deux camps s’engage à ne pas employer le premier tout type d’armement, nucléaire ou conventionnel. Débat amical mais vif au sein du troisième groupe où les Français regrettaient que les citoyens de la RDA ne bénéficient pas de la liberté d’expression et ne puissent se rendre à l’étranger. L’accord fut plus facile dans le troisième groupe qui discutait de la coopération économique.

Spécificité de l'Association France-RDA

29Dans les premières années de l’après-guerre avaient vu le jour en France toute une série d’associations dont la raison d’être était d’établir des relations d’amitié avec les démocraties populaires : Pologne, Tchécoslovaquie, Hongrie, Roumanie, Bulgarie. C’était le parti communiste français, alors au sommet de sa popularité (28 % des votants aux premières consultations nationales d’après 1945) qui avait pris l’initiative de les fonder ; cependant y avaient adhéré des personnalités qui, pour des raisons diverses, s’intéressaient au devenir de ces pays, à leur langue, à leur culture. Avaient également accepté de voir leurs noms figurer dans les directions de ces associations quelques représentants de partis politiques non communistes.

30Le nombre d’adhérents et les activités de ces organismes étaient et sont restés relativement modestes, exception faite, peut-être, de France-Pologne, ce qui s’expliquait par la présence de nombreux Polonais en France et, plus encore, par les liens politiques et culturels existant de longue date entre nos deux pays.

31Fondée tardivement – treize ans après la défaite du IIIe Reich – l’ancêtre de France-RDA qui s’était fixé des objectifs relativement modestes et limités (développer les échanges culturels entre la France et l’Allemagne) (aucune mention d’échanges économiques, ni de relations politiques) a connu une expansion et eu une influence nettement plus importante que celle de la plupart des associations analogues.

32Plusieurs raisons à ce succès. D’abord l’importance pour les citoyens français de l’Allemagne et de son devenir, la méfiance persistante que suscitait chez nombre de Français une Allemagne occidentale qui avait retrouvé rapidement sa puissance économique et militaire.

33On connaît la phrase prêtée à François Mauriac : « Nous aimons tellement l’Allemagne que nous préférons qu’il y en ait deux. » Si le parti communiste avait une raison particulière de n’avoir pas de sympathie pour un État qui venait d’interdire le KPD, de nombreux députés des partis « nationaux » avaient joint leurs voix à celles des communistes en août 1954 pour tenter d’empêcher la création d’une armée allemande en Allemagne occidentale.

34Beaucoup de Français, se situant politiquement à gauche, étaient favorables au développement des relations avec l’autre Allemagne parce que celle-ci faisait l’expérience d’un régime socialiste (en 1945, le socialisme avait le vent en poupe), d’autres, votant à droite, voyaient en la RDA un État qui affirmait haut et fort sa volonté de paix et qui était susceptible, à leurs yeux, de faire contrepoids à la République fédérale.

35C’est ce qui explique qu’une association, fondée par des communistes, se soit dotée d’une direction qui regroupait des représentants de toutes les mouvances politiques. Si le secrétariat de l’association a toujours été assuré par des communistes, les présidents-délégués, Chatelet, Laugier, Hauriou, Périllier, Castellan, etc. ont toujours été des personnalités non-communistes. Et leur rôle n’a jamais été de façade. Aucune décision importante n’a été prise sans leur aval.

36Faut-il rappeler « la profonde émotion » suscitée par la participation de la RDA à « l’intervention militaire en Tchécoslovaquie ». Dans le communiqué rédigé par « la Présidence des EFA unanimes » et transmis immédiatement à la presse qui le publia aussitôt, on pouvait lire :

« la présidence réprouve et déplore une action qui risque d’avoir des répercussions sur le courant d’intérêt et le crédit croissant dont la RDA bénéficie dans l’opinion de notre pays. »

37La condamnation des mesures prises contre Wolf Biermann fut plus nette encore. Dans un communiqué de la présidence de France-RDA du 24 novembre 1976, celle-ci se faisait

  • 13 G. Castellan /R. Lenoir (note 3), p. 108 et p. 202.

« l’interprète de l’émotion exprimée par de nombreux adhérents pour déplorer la décision de déchéance de la citoyenneté de la RDA qui frappe le poète-chansonnier Wolf Biermann. Elle souhaite que soit levée une mesure qui risque de ternir l’image de la RDA dans notre pays ».13

38Parce que l’association regroupait des personnalités de sensibilités politiques différentes et parce qu’elle représentait l’opinion de larges fractions de la population française, elle a pu intervenir auprès des gouvernements successifs. Il est frappant que tout au long de son existence, la présidence de France-RDA ait été reçue dans les ministères qui avaient en charge les relations entre la France et la RDA et que ses propositions aient été non seulement écoutées mais aussi, assez souvent, suivies d’effet. Ces résultats s’expliquent aussi par l’importance et le poids du groupe d’amitié constitué à la Chambre et au Sénat. Le second avait pour président, à partir de 1972, le sénateur socialiste Jean Péridier, vice-président de la Commission des Affaires étrangères du Sénat.

Succès et échecs de l’Association France-RDA

39Sans conteste les EFA, puis France-RDA ont contribué à établir des liens entre la France et la RDA et à faire mieux connaître les réalités de ce pays, alors que la presse (les journaux communistes et quelques revues, comme Allemagne d’aujourd’hui exceptés) et surtout la radio et plus encore la télévision ignoraient largement son existence.

40Ce résultat a été possible par la création, dans toute la France, de comités d’amitié qui relayaient, en province, France-RDA. Dès 1968, l’association comptait environ 10 000 adhérents et les comités locaux, dans certains départements, en particulier le Nord, le Pas-de-Calais, la Seine-Maritime, le Rhône, les départements lorrains, étaient assez puissants pour organiser des congrès régionaux qui rassemblaient de 100 à 200 délégués et dont les médias locaux (presse et radio) rendaient compte. Ces comités invitaient volontiers des orateurs – des professeurs d’allemand souvent – à des conférences sur la RDA.

41Souvent sous l’impulsion de ces comités locaux, nombre de municipalités se jumelèrent avec des villes de RDA. Certes la vitalité de ces jumelages variait beaucoup d’une ville à l’autre, en fonction du dynamisme ou de l’esprit de routine des conseillers municipaux responsables de ce secteur. Cependant c’est grâce à ces jumelages que beaucoup de jeunes et de moins jeunes eurent l’occasion de se rendre en RDA, que des équipes sportives furent invitées, etc. Ces municipalités françaises ont souvent déploré que la RDA ne facilitât pas réciproquement la venue en France de jeunes Allemands.

42La reconnaissance officielle de la RDA par la France se traduisit dans un premier temps par l’augmentation du nombre de jumelages, ainsi que du nombre de comités locaux et de celui de leurs adhérents. De 12 600 en 1971 il était passé à 16 000 en 1978, ce qui faisait de France-RDA une des plus grandes associations de ce type en France.

43Pour faire mieux connaître en France la RDA, l’Association a édité de bonne heure un bulletin, Rencontres, qui paraissait quatre fois par an et dont le volume a augmenté pour atteindre vingt à trente pages à partir des années soixante-dix. On y trouvait des reportages sur divers aspects de la vie en RDA, des comptes rendus de voyages, des présentations d’auteurs est-allemands : Volker Braun, Christa Wolf, Christoph Hein, Bertolt Brecht, Anna Seghers pour n’en citer que quelques-uns, des rappels de faits historiques intéressant l’Allemagne et la France.

  • 14 Rencontres 108 (1980), p. 8.

44Rencontres n’hésitait pas à donner la parole à des Français qui, au terme d’un voyage en RDA, exprimaient des critiques. Ainsi quatorze enseignants français, s’ils notent des aspects positifs de l’enseignement est-allemand, regrettent « la pauvreté des recueils de textes littéraires résolument orientés », « l’embrigadement de la jeunesse » et que « les cours de philosophie soient réduits à l’étude du marxisme-léninisme »14.

45Un autre moyen d’accroître la connaissance de la RDA c’étaient les expositions : elles étaient très variées : dessins d’enfants, photographies, œuvres de peintres et de graphistes est-allemands, expositions sur divers aspects de la vie en RDA. Les plus intéressantes circulaient dans toute la France. L’exposition présentée à Montreuil pour le trentième anniversaire de la RDA comptabilisa 22 000 visiteurs, dont beaucoup d’élèves. Très appréciés aussi les tableaux de Max Lingner, émigré en France et qui, avant la guerre, avait publié ses dessins dans plusieurs journaux dont l’Humanité. L’exposition fut montrée dans toute la France. Enfin des groupes folkloriques (chanteurs, danseurs, musiciens) furent invités fréquemment par les comités locaux de l’Association.

46Le secteur dans lequel France-RDA a obtenu des résultats remarquables fut celui de l’enseignement, pour une part grâce à la mobilisation des professeurs d’allemand qui acceptaient mal que l’un des deux États allemands fût ignoré et longtemps pratiquement exclu des programmes et que les ministères français, loin de les faciliter, aient entravé des années durant les relations avec leurs collègues est-allemands.

  • 15 Cf. Rencontres 77 (1973), p. 6-7.

47Au Congrès annuel de l’Association des germanistes de l’Enseignement supérieur, qui s’était tenu à Metz en 1973, j’étais moi-même intervenu pour compléter les informations du représentant de l’Office des Écoles et Universités françaises à l’étranger, qui avait parlé des assistants et lecteurs français envoyés dans les pays de langue allemande : en citant la RFA, l’Autriche, la Suisse et en ignorant la RDA. Or, les EFA étaient intervenus auprès du Ministère des Affaires étrangères et venaient d’obtenir que les Universités françaises aient la possibilité, dès l’année suivante, de demander qu’un lecteur originaire de RDA leur soit affecté (5 ou 6 au total étaient prévus), tandis que des germanistes français (4 ou 5) pourraient bénéficier d’ordres de mission pour se rendre en RDA.15

48Très tôt France-RDA négocia avec les ministères de la RDA et obtint qu’une trentaine de bourses soient offertes à des étudiants français qui pouvaient séjourner un an en RDA pour perfectionner leur connaissance de l’allemand. S’y ajoutèrent par la suite des bourses de 15 jours ou d’un mois offertes à des chercheurs (pas seulement germanistes). Les Universités françaises étaient priées d’établir des listes de candidats et une commission de germanistes de France-RDA était chargée de sélectionner les bénéficiaires. Ce système – avec quelques variations sur la durée des séjours et le nombre de bourses offertes – a fonctionné jusqu’à la chute du mur, grâce à la générosité de la RDA et sans que le ministère français prenne le relais.

  • 16 Archives de France-RDA : 3, rue de la Condamine, 75017 Paris.

49Le système avait été inauguré en 1969. Cette année-là, trente étudiants français bénéficièrent de bourses de dix mois. En 1977, furent octroyées quinze bourses de dix mois et dix de cinq mois. Le nombre de bourses offertes va se réduire dans les années 1980 : 18 en 1981-1982, 14 en 1987-1988 et 10 (toutes de dix mois) en 1988-198916.

50Avec l’intensification des relations culturelles, à partir de 1984, des accords furent passés entre universités, Lille-Halle, Lyon II-Leipzig, Besançon-Greifswald, Paris VIII-Université Humboldt à Berlin, et des échanges d’étudiants et de professeurs se sont développés.

51Dans les années quatre-vingt, on constate en France une réduction sensible des activités de France-RDA. D’une part, entre nos deux pays, existent désormais des relations officielles qui se substituent, en partie au moins, aux rapports « privés » que l’Association entretenait jusqu’alors avec sa partenaire est-allemande ainsi qu’avec divers ministères de RDA. Le Centre culturel ouvert boulevard Saint-Germain organise désormais des expositions, invite des écrivains, projette des films, installe une bibliothèque qui met à la disposition des Français intéressés les publications de la République démocratique. Certaines de ces expositions circulent en province, des conférenciers ne s’adressent pas seulement au public parisien, mais sont invités par des Universités à Lille, Lyon, Nantes ou Bordeaux.

52A joué sans doute aussi le recul du parti communiste. Le nombre de ses députés à l’Assemblée nationale s’est réduit sensiblement, tandis qu’a diminué aussi le nombre de municipalités qu’il dirigeait. Or la majorité des comités locaux de France-RDA s’étaient créés dans des villes gérées par les communistes, et les animateurs de ces comités étaient souvent des communistes ou des sympathisants. Souvent ces municipalités avaient été à l’origine de jumelages avec des villes de RDA. Il est arrivé que les successeurs des communistes à la tête du conseil municipal ne ressentent pas le besoin de poursuivre en la matière l’œuvre de leurs prédécesseurs. D’autant qu’avec la reconnaissance officielle de la RDA par la France, le but poursuivi par des politiques du centre ou de droite leur semblait atteint. Lors de la querelle des missiles (SS20 contre Pershing) par exemple, beaucoup de ces députés se sentaient plus proches de la RFA que de la RDA.

  • 17 Cf. Rencontres 135 (1986), p. 20 ; 138 (1986) ; p. 3, 145 (1988), p. 3 ; 144 (1987), p. 3.

53Le fait est qu’à partir du milieu des années soixante-dix France-RDA accuse un tassement de ses effectifs. Dans plusieurs numéros de Rencontres on tire la sonnette d’alarme. Un secrétaire du Comité du Rhône signale au début de 1986 que près du tiers des adhérents n’ont pas renouvelé leurs cartes ; à la fin de l’année, l’éditorial appelle à « ne pas baisser les bras, même si l’activité de notre association connaît des difficultés », en 1988 on apprend que le nombre des adhérents est tombé à 14 000. Des comités, parfois très anciens, régressent parce qu’ils « se replient sur une période dépassée ». La direction insiste pour qu’on essaie d’intéresser les jeunes, qu’on renouvelle (rajeunisse) les présidences des comités et les présidences départementales en faisant appel « à des forces politiques encore absentes » de ces présidences17.

  • 18 Rencontres 147 (1988) p. 21.

54Du côté de la RDA, au cours de ces années quatre-vingt, ce sont les relations avec l’autre Allemagne qui deviennent « privilégiées », même si le correspondant de Neues Deutschland à Paris, Gerhard Leo, assure que cela « ne suppose nullement un désintérêt de la RDA pour assurer de bonnes relations [...] avec la France »18.

55Si l’on voulait tenter d’établir un bilan global des activités de France-RDA on constaterait sans doute que l’Association a contribué efficacement à la reconnaissance de la RDA par la France, – même si elle n’est pas parvenue à la hâter – et au développement des échanges entre nos deux pays, culturels notamment.

  • 19 Gilbert Badia (éd) : Histoire de l’Allemagne contemporaine, Paris, Ed. Messidor, 1987, tome II, p.  (...)

56Cependant elle n’a pas réussi à compléter comme elle l’avait souhaité en 1973 « la reconnaissance par la connaissance » de la République démocratique. Certes les rencontres de professeurs, d’intellectuels, d’artistes sont devenues plus nombreuses, comme a augmenté le nombre des ouvrages traduits, et les articles consacrés à la RDA dans la grande presse. Mais le moyen d’information, de loin désormais le plus important – la télévision – a ignoré la République démocratique. Du coup, on pouvait en 1987 écrire que pour la grande majorité des Français, la RDA « reste une terra incognita dont on sait surtout et parfois seulement qu’elle a construit un mur au cœur de Berlin ».19

57La situation s’est brusquement modifiée avec la chute du Mur de Berlin. L’historien ouest-allemand Christoph Klessmann constate que « la RDA a suscité en Allemagne et à l’étranger plus d’intérêt après sa fin que pendant son existence ». Pour les Français, cet intérêt si grand au moment de la chute du Mur a rapidement beaucoup baissé.

  • 20 Christa Wolf : Adieu aux fantômes, trad. Alain Lance, Paris, Fayard, 1996, p. 233. Le discours de W (...)

58Aujourd’hui, en France, les médias ont tendance à aligner leurs jugements sur la RDA et les Neue Bundesländer sur ceux de l’Allemagne occidentale. La RDA est réduite à la Stasi, comparée voire assimilée au national-socialisme puisque l’expression die zweite Diktatur s’est imposée pour la qualifier. Personne n’ose rappeler qu’il n’y avait pas de chômeurs en RDA, que la situation des femmes y était meilleure (avortement, divorces, nombre de crèches et de jardins d’enfants) qu’en RFA. Le président du Bundestag, Wolfgang Thierse s’est cru obligé de rappeler en mai 1999 dans son discours de Berlin qu’on ne pouvait réduire les quarante années de DDR « uniquement à des erreurs, des échecs, des crimes ». Cinq ans plus tôt à Dresde, Christa Wolf s’était indignée « contre la vaste campagne visant à réduire la RDA à un ‘État de non-droit‘ »20.

  • 21 Le Monde, 9 novembre 1999, p. 3.

59Je suppose que beaucoup de lecteurs français n’ont pas lu sans surprise ces déclarations de Reinhard Höppner, ministre-président du Land de Saxe-Anhalt, qui est né et a vécu en RDA, « nous avons mené ici une vie normale et heureuse », « contrairement à ce que l’on croit aujourd’hui la Stasi n’était pas un élément omniprésent de la vie quotidienne », « l’erreur a été de croire qu’aucune expérience de l’Est n’était utilisable pour la RFA ce qui était complètement faux ». Et Höppner d’ajouter avec une amère ironie « nous devons convaincre les 25 % de chômeurs [de l’Est] que tout est mieux aujourd’hui »21.

60Certes France-RDA n’a pas mis l’accent sur tout ce qui n’allait pas en RDA et en particulier sur la répression. Mais pour avoir relu Rencontres à l’occasion de cet exposé, j’en ai conclu que l’image de la RDA proposée aux Français par France-RDA était tout compte fait beaucoup plus proche de la réalité que celle diffusée aujourd’hui par la majorité des médias.

Épilogue

61La chute du Mur suivie, l’année suivante, de la disparition de la RDA, porta un rude coup aux activités de l’Association comme on l’imagine. Son président Georges Castellan résilia ses fonctions, nombre d’adhérents ne renouvelèrent pas leur carte. Réunis à Paris, les représentants des comités décidèrent au terme d’une journée de discussion, de ne pas se saborder et de reprendre l’ancienne dénomination « Échanges franco-allemands ».

62Rencontres continua à paraître, mais à intervalles de plus en plus espacés : un numéro en 1990, deux les années suivantes. Aucune parution en 1996, un seul numéro en 1997. Toutefois un certain nombre de jumelages avec des municipalités des Neue Bundesländer continuèrent à fonctionner cahin-caha. La direction de l’Association fut totalement renouvelée, des contacts furent pris avec l’Ambassade d’Allemagne et les ministères français concernés. Les Échanges franco-allemands ont retrouvé leur vocation initiale formulée en 1958 :

63« encourager, développer et coordonner les échanges culturels entre la France et l’Allemagne par ses propres moyens et en liaison avec les organismes officiels ».

64Ein weites Feld, pour reprendre le titre de l’ouvrage de Günter Grass, à qui les EFA ont rendu hommage récemment. Un numéro de Rencontres devrait reparaître en l’an 2000.

Notes

1 Photocopies des textes enregistrés à la Préfecture de police, Article 3 et Article 3,2.

2 Cf. Rencontres 1 (1959), bulletin de l’Association France-RDA, dans lequel figure une première liste d’adhérents.

3 Cf. Georges Castellan/Roland Lenoir : France. République démocratique allemande. 30 ans de relations, Paris, PUF, 1978, p. 37.

4 Cf. G. Castellan /R. Lenoir (note 3), p. 58, 67, 68.

5 Article d’Henri Laugier, ex-secrétaire général adjoint de l’ONU et président des EFA, paru dans le journal Combat, 9.1.1963.

6 Chiffres dans G. Castellan /R. Lenoir (note 3), p. 85-86.

7 Débats et exposés ont fait l’objet d’une publication aux PUF sous le titre Allemagne actualité et perspectives, 1967. Préface d’André Hauriou. L’ouvrage donne la liste des personnalités qui ont approuvé la tenue de ces journées.

8 G. Castellan /R. Lenoir (note 3), p. 176.

9 G. Castellan /R. Lenoir (note 3), p. 192. Pour le déroulement des Assises, pp. 176-194.

10 Rencontres 105 (1979), p. 4 (Le tirage de Rencontres oscille entre 9 500 et 10 000 numéros).

11 Article paru dans Le Monde, 7 janvier 1976.

12 (note 11).

13 G. Castellan /R. Lenoir (note 3), p. 108 et p. 202.

14 Rencontres 108 (1980), p. 8.

15 Cf. Rencontres 77 (1973), p. 6-7.

16 Archives de France-RDA : 3, rue de la Condamine, 75017 Paris.

17 Cf. Rencontres 135 (1986), p. 20 ; 138 (1986) ; p. 3, 145 (1988), p. 3 ; 144 (1987), p. 3.

18 Rencontres 147 (1988) p. 21.

19 Gilbert Badia (éd) : Histoire de l’Allemagne contemporaine, Paris, Ed. Messidor, 1987, tome II, p. 601.

20 Christa Wolf : Adieu aux fantômes, trad. Alain Lance, Paris, Fayard, 1996, p. 233. Le discours de W. Thierse est paru en version française dans Allemagne aujourd’hui, 150, (2000).

21 Le Monde, 9 novembre 1999, p. 3.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540