Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Echanges culturels entre la France et la RDA

Une France du cœur

Médiateurs entre la France et « l’autre Allemagne »

Dorothee Röseberg

Texte intégral

1La recherche sur l’histoire des relations entre la France et l’autre Allemagne a plusieurs facettes. En tant que spécialiste d’histoire culturelle, je m’intéresse surtout à la perception réciproque, aux mécanismes de transfert et d’interaction, ce qui conduit à poser la question du rôle des médiateurs entre les États et les cultures.

2Travailler sur ce groupe spécifique que sont les médiateurs oblige également à dépasser le cadre des relations diplomatiques entre les États, pour se pencher sur les phénomènes sociaux sous-jacents à l’action officielle des gouvernements. Ce niveau d’analyse a encore moins requis l’attention que les relations diplomatiques elles-mêmes, ce dont témoignent très clairement les contributions qui ont été présentées au cours de ce colloque.

  • 1 Je reprends ici une partie d’une communication faite à Sarrebruck à l’occasion d’un colloque sur Le (...)

3Dans l’autre Allemagne, les médiateurs de la France étaient soumis à un certain nombre de contraintes dont leur travail porte la marque1 : ces médiateurs n’agissaient pas dans le cadre d’un espace public démocratique permettant la critique, la formation d’une opinion publique pluraliste et la libre prise de décision. Ce type d’espace public n’existant pas en RDA, il n’y avait pas non plus de société civile indépendante des positions officielles du Parti et du gouvernement, dans laquelle les médiateurs auraient pu déployer leur action. Ce qui a certaines conséquences structurelles sur leur action :

  1. Cette action se déployait essentiellement au sein d’institutions. Ces institutions étaient caractérisées par leur proximité plus ou moins grande avec le Parti ou l’État et offraient à l’action individuelle des marges de manœuvre variées. Il faut donc s’interroger sur la portée de l’action des médiateurs, sur les formes de prise de décision et sur l’espace offert à la critique.

  2. La structure de la société implique que ces acteurs ne se trouvaient pas en position de dissidence par rapport aux principes fondamentaux du socialisme.

4De ces données fondamentales découle la spécificité de l’action des médiateurs entre la France et la RDA par rapport à celle des médiateurs entre la France et la RFA : l’essentiel des images de la France apparues dans ce contexte sont des images officielles ou officialisées. Mais on trouve aussi des images de la France semi-officielles ou même dissidentes, qui étaient marginalisées ou interdites. Mon analyse porte sur la première catégorie, celle des images et des médiateurs officiels, agissant à l’intérieur d’institutions liées à l’État. Se pose enfin la question de savoir dans quelle mesure ces médiateurs ont contribué à modifier la structure des relations bilatérales entre la France et la RDA.

  • 2 Hans Manfred Bock : « Vom Beruf des kulturellen Übersetzens zwischen Deutschland und Frankreich, od (...)

5Outre les conditions institutionnelles de l’action des médiateurs, il faut s’interroger aussi sur leur biographie. Cette recherche biographique est indispensable pour reconstruire leurs motivations, leurs intentions et les principes de leur action. Leurs conditions de travail ont été influencées par le dirigisme du parti. Hans Manfred Bock voit dans une telle proximité avec la politique du Parti et du gouvernement un danger pour l’activité des médiateurs. Leur crédibilité serait sujette à caution.2 Il faut donc s’interroger sur la crédibilité et l’authenticité de leur action.

  • 3 Dorothee Röseberg (éd.) : Frankreich und « Das andere Deutschland ». Analysen und Zeitzeugnisse.(...)

6Un groupe de chercheurs et de témoins français et allemands de l’Est et de l’Ouest a travaillé au cours des six dernières années sur ces questions, dont certains se sont d’ailleurs exprimés au cours de ce colloque. Un volume collectif intitulé Frankreich und « das andere Deutschland ». Analysen und Zeitzeugnisse est paru récemment.3

Qui étaient donc ces médiateurs de la France dans l’autre Allemagne et quelles images de la France ont-ils répandues ?

7Pendant les quarante années d’existence de la RDA, deux générations de médiateurs se sont succédées, l’influence de la première génération restant décisive jusqu’en 89. Les membres de la première génération sont unis par l’expérience de la Seconde Guerre mondiale : ils ont été, directement ou indirectement, liés à la Résistance, ont été poursuivis et internés en raison de leur origine juive ou de leur engagement politique. Ils connaissaient la France parce qu’eux-mêmes ou des membres de leurs familles y avaient vécu en exil ou avaient participé à la Résistance. Leurs partenaires du côté français avaient des biographies semblables : membres d’associations d’anciens combattants, membres de la CGT ou du Parti communiste. Après la guerre, l’action de ces médiateurs a rencontré un écho mitigé et contradictoire dans la jeune RDA et ce phénomène ne s’est pas démenti pendant les quarante années d’existence du deuxième État allemand. Leur statut de victimes du régime nazi et de résistants faisait d’eux des alliés des gens au pouvoir dans la Zone d’occupation soviétique, future RDA. Les dirigeants de la RDA avaient, eux aussi, fait leurs classes en exil, mais plutôt à l’Est, en Union soviétique et avaient, en accord avec les forces d’occupation soviétique, fait de l’antifascisme une doctrine officielle.

8Mais ces émigrants venus de l’Ouest qu’étaient les médiateurs étaient de plus en plus suspectés d’entretenir des contacts avec l’ennemi de classe et exposés à des mesures de répression, à mesure que la confrontation Est-Ouest devenait la Guerre Froide. C’est la raison pour laquelle ils sont restés exclus du cercle étroit de la direction politique de la RDA et relégués au second plan. Leur influence a été cependant importante dans le domaine de la culture et de la littérature. Les dirigeants hésitaient à les considérer comme des amis ou des ennemis. Cette hésitation sera une des conditions caractéristiques de leur action jusqu’à la fin du régime.

9Pour notre sujet, il est décisif que ces émigrants aient cru que la RDA allait constituer un champ approprié à la réalisation de leurs utopies sociales et politiques. C’est le cas de Gerhard Leo, le correspondant à Paris de Neues Deutschland, de Franz Dahlem, le président de la société France-RDA, des fondateurs des partenariats entre villes, comme, par exemple, Günter Kluge, ainsi que de toute une série d’écrivains comme Anna Seghers, Stephan Hermlin et autres.

10Deux autres éléments sont nécessaires à la compréhension de cette génération fondatrice et de la marge de manœuvre dont elle disposait : le fait que la politique française du SED n’obéissait pas à un principe d’ensemble et que des personnalités isolées, choisies précisément parmi ces émigrés de l’Ouest, étaient sollicitées et entendues en fonction de l’actualité, mais de manière sporadique seulement et sans grande régularité.

11On remarque encore deux constantes structurelles dans les images de la France transmises par ces médiateurs : le choix des périodes de l’histoire de France et les raisons qui motivent ce choix. La Résistance, les grandes traditions révolutionnaires – dans l’art et dans la littérature également –, un Parti Communiste fort qui allait guider la France sur le chemin du progrès et du changement politique constituaient l’essentiel de leur perception de la France. On insistait sur les traditions et les buts communs du mouvement ouvrier français et allemand.

12Les fonctions de ces images de la France sont claires : elles prennent le contre-pied de l’histoire allemande telle que l’ont vécue les médiateurs et font de la France une alternative à la manière dont on présentait la République Fédérale. Ces images – cette remarque vaut aussi pour les images de la RDA de la première génération des médiateurs français – sont l’expression de leur engagement politique. Elles sont toujours plus ou moins partisanes et ont donc un caractère sélectif. Il faut aussi signaler la part de l’idéalisation et du refoulement de certaines expériences réelles de ces anciens exilés, l’expérience des camps d’internement notamment. Le souci fréquemment attesté de « faire aimer la France » est le reflet de ces images du cœur. Gerhard Leo dit dans une interview de 1997 :

  • 4 Stefanie Neubert : « Gerhard Leo, Frankreichberichterstatter für Neues Deutschland », in : D. Röseb (...)

« Mais mon cœur appartient à l’autre France, celle des traditions républicaines et des Lumières. C’est cette France qui a joué un grand rôle pendant des siècles pour les Allemands. Les révolutions ont toujours commencé là. »4

13La France, matrice des utopies politiques et sociales – cette idée est constitutive de l’espace de résonance dans lequel s’est effectué un transfert culturel. La politique française de la RDA dont ces représentations sont le corollaire partait du principe que la France, pour des raisons de sécurité, avait un intérêt à la partition de l’Allemagne. La direction de la RDA espérait que ses efforts pour être reconnue politiquement seraient récompensés. Considérée comme le « bon pays impérialiste », la France était beaucoup moins la cible de la critique officielle que les USA, la Grande-Bretagne ou la République Fédérale. Ce traitement privilégié est aussi une conséquence des modifications structurelles induites par l’action des médiateurs de la première génération.

14Le premier manuel de français publié en RDA est exemplaire de l’influence personnelle des médiateurs et des espaces de liberté dont ils disposaient encore dans les années 40 et 50. Ce livre a été écrit entre 1946 et 1951, donc, au début, encore sous contrôle de la Kommandantur militaire soviétique.

  • 5 Deutsche Zentralverwaltung für Volksbildung in der Sowjetischen Besatzungszone : Gesetz zur Demokra (...)

15Dans la loi sur la démocratisation de l’école allemande, promulguée le 1er septembre 1946 par l’administration centrale pour l’éducation populaire en Zone d’occupation soviétique, l’école, considérée comme dispensatrice de la culture, avait pour mission « d’éduquer la jeunesse dans le refus des préjugés nazis et militaristes et dans l’esprit de la coexistence pacifique et amicale des peuples, pour leur permettre d’accéder à l’humanité véritable ».5 Cette loi de 1946, préparée dans ses grandes lignes par le KPD et le SPD en 1945, prévoyait aussi que le russe, l’anglais et le français pourraient indifféremment être choisis comme première langue à partir de la 5e classe et comme seconde langue à partir de la 7e ou de la 8e classe. La dénazification et la démocratisation prévoyaient également que 75 % des enseignants, ceux qui avaient été membres du NSDAP, seraient remplacés par des gens politiquement sûrs, mais dont la formation pédagogique avait été très rapide. L’embauche de ces nouveaux maîtres (Neulehrer) fut citée pendant toutes ces années comme un succès de la politique scolaire. Il n’est donc pas surprenant que, dans ces années, ceux qui occupaient des postes de premier plan aient des biographies semblables. Sous le contrôle de la Kommandantur, les membres du KPD, qui avaient été soit internés dans les prisons ou les camps de concentrations allemands, soit en exil à Moscou, s’emparèrent des postes clefs : c’est le cas de tous les ministres de l’éducation populaire Paul Wandel (1949-1952), Else Zaisser (1952-1953) et Fritz Lange (1954-1958).

16Le choix des auteurs du manuel de français, en la personne de Madelaine Wintgen-Belland et de Georg Wintgen, obéissait à ces critères. Ils associaient la compétence à un engagement antifasciste et communiste. Madelaine Wintgen-Belland, institutrice, formée à l’École Normale d’instituteurs de Paris, élevée dans l’esprit laïque, membre de l’organisation de jeunesse Jeunes filles de France, liée à la résistance au travers de sa famille, s’installa en Allemagne après la guerre avec son mari. En raison de ses origines juives, Georg Wintgen avait été poursuivi sous le IIIe Reich. Après avoir fait des études de mathématiques, de physique et de romanistique à Leipzig, il n’avait pas pu devenir enseignant. Il était depuis 1945 membre du parti communiste allemand et membre actif du mouvement contre la guerre et l’arme atomique. Pour l’un et l’autre, la décision de s’installer en SBZ était une forme d’engagement politique qui leur tenait à cœur : ils étaient à la recherche d’une alternative à ce qu’ils avaient vécu et pensaient pouvoir la réaliser en RDA.

  • 6 Madelaine Wintgen-Belland et Georg Wintgen avaient accordé à l’auteur de ce texte une interview en (...)

17En dépit de leur compétence pédagogique et linguistique, les Wintgen-Belland étaient confrontés, avec la rédaction du manuel, à une tâche entièrement nouvelle dont ils n’avaient l’expérience ni l’un, ni l’autre. Les auteurs concevaient la collaboration avec l’officier responsable du conseil culturel de la Kommandantur soviétique, qui eut tout d’abord la responsabilité de l’ouvrage, dans la perspective de l’apprenant. Encore aujourd’hui, ils insistent sur ce point.6 Ils parlent encore de l’importance qu’accordait Madame Krashimskaia au fait que le texte devait contribuer à l’éducation politique.

18Georg Wintgen se souvient comment à un texte d’Alain Duhamel, jugé trop peu critique sur la situation dans les colonies françaises, fut substitué un texte de Victor Hugo, écrivain qui s’est engagé pour l’émancipation des misérables, à la demande d’un officier culturel soviétique. Cette exigence s’appliquait aussi aux passages rédigés par les auteurs eux-mêmes : Simone, la fille de la famille Lagrange, se devait d’être non pas jolie, mais travailleuse.

19Dans le choix et l’intention des textes, on reconnaît l’influence des officiers russes, mais surtout les idées personnelles des auteurs, qui ont gardé de bons souvenirs de ce travail : « Nous prenions ce que nous connaissions et ce qui nous plaisait ». C’est ainsi que Georg Wintgen décrit en 1993 les critères qui présidaient au choix des textes il y a à peu près 50 ans.

20Dans les conversations avec les auteurs, c’est le souvenir des plages de liberté dont ils ont joui dans la conception de l’ouvrage qui domine, même si l’adoption des principes pédagogiques soviétiques ne s’est pas toujours fait sans conflits. Ici la France, paru en même temps que les programmes scolaires de 1951, marque surtout l’abandon de la Kulturkunde et de la Wesenskunde (de la civilisation telle qu’elle était pratiquée sous la République de Weimar), une mutation qui n’était pas encore intervenue en République fédérale à cette époque. Cette mutation précoce s’explique par les ruptures dans la vie des responsables politiques et éducatifs de l’époque, au nombre desquels il faut compter les Neulehrer, mais aussi des pédagogues réformateurs des années 20 et 30. L’effet de cette rupture fut renforcé par le renvoi pour raisons politiques d’un grand nombre d’enseignants pédagogiquement qualifiés, soumis de plus en plus à des restrictions dans l’exercice de leur métier. Pour les auteurs d’Ici la France, la Kultur- et la Wesenskunde n’étaient manifestement pas à l’ordre du jour. Sans formation et sans expérience méthodologique, ils se laissaient surtout guider par leurs affinités personnelles et leur engagement politique, ce qui les rendait réceptifs aux modèles pédagogiques soviétiques.

  • 7 Madelaine Wintgen-Belland/Georg Wintgen : Ici la France. Lehrbuch der französischen Sprache, tome 1 (...)

21Ici la France se caractérise par une image politisée de la France qui s’explique par les convictions personnelles et l’expérience vécue des auteurs, sur la toile de fond de l’actualité politique de l’après-guerre. Dans ce contexte, l’engagement contre la guerre et pour la paix est une préoccupation pédagogique importante. On peut lire dans la préface à Ici la France : « Nous remettons ce livre entre les mains des enseignants et des élèves avec la conviction de contribuer à ce qu’il y a de plus important pour eux, la paix. »7

22L’image de la France que véhicule le manuel est politisée : on y présente une France républicaine et à gauche ; dans le choix des thèmes, l’histoire et la politique sont dominantes, tant sur le plan qualitatif que quantitatif.

23Dans le domaine de la politique, trois séries de problèmes jouent un rôle central 

  • le mouvement pacifiste

  • la critique de la politique d’armement du gouvernement français

  • la critique de la politique coloniale française et américaine.

24Les personnalités qui s’expriment dans Ici la France sont des intellectuels engagés comme Frédéric Joliot-Curie, physicien français et parmi les premiers signataires de l’appel de Stockholm. Il est dans ce manuel le représentant de l’engagement par excellence. L’accent mis sur sa personne, ainsi que sur le mouvement pacifiste, reflète l’engagement personnel de Georg Wintgen après la guerre. Il raconte encore avec fierté en 1993 qu’il portait la colombe de la paix de Pablo Picasso au revers de sa veste et fut pour cela sanctionné au lycée français de Berlin.

25Les objectifs du mouvement de la paix, le combat contre l’armement et la condamnation des armes nucléaires se prolongent dans Ici la France en une critique de la politique coloniale de la France, considérée comme une trahison de la « mission civilisatrice de la France », idéologie que ne reniaient pas les auteurs à l’époque.

26L’histoire de France « commence » dans Ici la France avec la Révolution française, connaît un nouveau temps fort avec la Commune de Paris, puis la Seconde Guerre mondiale et la Résistance, pour arriver jusqu’au présent.

27Certains acteurs de la Révolution ne sont pas nommés. Le manuel fait une place plus importante à l’année 1792 qu’à l’année 1789. Dans l’évocation de 1792, ce sont les guerres de la Révolution qui dominent, avec un accent mis sur le conflit entre la Prusse et la France et sur les réactions suscitées par la Révolution à l’étranger, à Saint-Pétersbourg notamment (réactions illustrées par un texte de la Comtesse de Ségur). 1792 est aussi l’année de la Marseillaise, et Rouget de L’Isle fait partie des rares acteurs de la Révolution mentionnés dans le manuel. De même, ne sont pris en compte ni les Jacobins, ni Robespierre, qui sera pourtant plus tard le représentant officiel de la Révolution dans l’historiographie officielle de la RDA.

28C’est au contraire le peuple qui est célébré comme acteur de la Révolution. Les vers de Victor Hugo pour la Célébration du 14 juillet sont cités comme un message révolutionnaire à la fin du tome 1 :

  • 8 M. Wintgen-Belland/G. Wintgen (note 7), p. 49.

C’est le quatorze juillet !
À pareil jour, sur la terre
La liberté s’éveillait
Et riait dans le tonnerre.
Peuple, à pareil jour roulait
Le passé, ce noir pirate ;
Paris prenait au collet
La Bastille scélérate.
À pareil jour, un décret
Chassait la nuit de la France,
Et l’infini s’éclairait
Du côté de l’espérance.
V. Hugo8

  • 9 Cf. Jürgen Krauskopf : Das Deutschland- und Frankreichbild in Schulbüchern: deutsche Französischbüc (...)

29Les auteurs ne reculent pas devant l’évocation des guerres et conflits franco-allemands. Alors que les manuels ouest-allemands de l’époque se plient à la devise : ne pas raviver les vieilles blessures,9 l’objectif poursuivi, l’entente entre les peuples, n’est pas du tout incompatible aux yeux des auteurs avec l’évocation des antagonismes d’hier et des vieilles images chargées d’inimitié qui étaient peut-être encore d’actualité.

  • 1 0 M. Wintgen-Belland/G. Wintgen (note 7), tome 2, p. 51.

30Cette attitude est manifeste dans le traitement de la Commune de Paris, à laquelle est accordée une place relativement importante. Le tome 2 reproduit l’appel au peuple du 3 avril 1871 : « Vous êtes la grande famille de la terre ; vous êtes nombreux comme les épis de blé, vous êtes larges, solides comme les chênes »10. Ce texte peut être compris comme un encouragement au peuple allemand de l’après-guerre.

31Le jugement porté sur les guerres franco-allemandes contient des éléments de la future historiographie officielle de la RDA : le gouvernement de la défense nationale, la capitulation sont condamnés comme des manifestations de lâcheté. On voit bien ici comment le paradigme de la collaboration de classe est utilisé pour expliquer les conflits franco-français mais aussi les conflits franco-prussiens. Dans cette perspective, il n’est pas difficile de critiquer l’annexion de l’Alsace-Lorraine. On fait ainsi des dirigeants prussiens et du gouvernement français, mais aussi du capital avec lequel ils sont liés, les ennemis non seulement des Communards, mais aussi de tous les patriotes français, et, au bout du compte, les ennemis de tous ceux qui s’opposent à une politique annexionniste. Ils sont donc aussi les ennemis de ceux qui, dans l’immédiate après-guerre, luttent pour leur indépendance nationale. Par le grand nombre de personnalités citées, le traitement de la Commune contraste avec celui de la Révolution : au premier chef, Eugène Pottier, l’auteur de l’Internationale, dont quatre strophes – qu’il fallait apprendre par cœur – sont reproduites dans le manuel ; Victor Hugo, ensuite, le poète français le plus connu en RDA.

32D’un point de vue strictement quantitatif, c’est la Seconde Guerre mondiale qui est la plus représentée, ce qui constitue un des traits caractéristiques de la représentation de la France dans le manuel et distingue celui-ci des publications ouest-allemandes de l’époque. La description de cette période est intéressante à plus d’un titre. Alors que les manuels ultérieurs en traitent sous les seuls aspects de l’Occupation et de la Résistance, il est remarquable qu’Ici la France évoque de multiples facettes de cette période : l’occupation par l’Allemagne nazie, la collaboration, Pétain et la Révolution nationale, la déportation, les camps et l’exil, et enfin, faisant l’objet d’un accent particulier, la Résistance. Les « héros » en sont surtout des intellectuels engagés, ce qui reflète bien les convictions des auteurs. Joliot-Curie a la vedette. Est mentionné aussi le physicien communiste Paul Langevin. Le manuel n’explique d’ailleurs nullement l’appartenance de ces intellectuels au Parti Communiste par un quelconque internationalisme, mais par leur patriotisme. Dans l’évocation de la Résistance, Front National pour la Libération, De Gaulle n’est jamais mentionné. Est ainsi esquissé le topos du rôle moteur du PCF dans la Résistance, topos très répandu en RDA.

33Le traitement de la déportation est intéressant. La question est abordée à partir d’un texte qui raconte la vie de Danielle Casanova. Elle était la fondatrice du mouvement Jeunes filles de France. Sa biographie présente des similitudes avec celle de Madelaine Belland.

  • 1 1 M. Wintgen-Belland/G. Wintgen (note 10), p. 46.

34Le manuel fait d’elle « le symbole des milliers et des milliers de jeunes gens et de jeunes filles de la Résistance qui ont été déportés et ne sont pas revenus ».11 Par ce biais inattendu, le manuel devait donc avoir transmis une image différenciée de la France.

35On peut dire pour résumer qu’Ici la France présente une France des révolutions populaires et de la résistance contre l’ennemi intérieur et extérieur. Les acteurs de l’histoire qui acquièrent une certaine présence dans le manuel sont des intellectuels, des artistes ou des scientifiques engagés. À côté de la France révolutionnaire, conçue comme le berceau de la Révolution d’Octobre, on présente surtout une France des performances scientifiques. C’est le pays de Louis Pasteur, de Pierre et Marie Curie, des Joliot-Curie et de Paul Langevin. On reconnaît là la patte du mathématicien et physicien Georg Wintgen. La France des performances scientifiques sera conservée dans les manuels pédagogiques des décennies ultérieures, ce qui correspond tant à une évolution pragmatique qu’à une légitimation idéologique.

36On peut considérer l’année 1958 comme le début d’une ouverture diplomatique progressive au moins dans les relations entre la France et la RDA. Pour l’activité de médiation, cette date marque au contraire le début d’une fermeture, d’une limitation et d’un processus de disciplinarisation.

37Au milieu des années 50, il y avait eu dans un certain nombre de secteurs de la société, parmi lesquels l’éducation, place pour des discussions et des réformes, en raison des incertitudes qui régnaient au sein de la direction du SED après le 17 juin, la mort de Staline et la révélation de ses crimes par le XXIIe congrès du PC d’Union soviétique et, enfin, le soulèvement hongrois. Un petit cercle de la direction du SED mit fin à ces phénomènes « incontrôlables » : sous la houlette de Werner Neugebauer un petit cercle fut créé à l’intérieur du comité central. Il élabora en 1958 des thèses sur l’école qui inaugurent la mise au pas du secteur pédagogique : un extrait du projet fondamental pour le français, sur la base duquel devaient être élaborés les nouveaux manuels, témoignera de ce qui devint le discours officiel dominant. L’enseignement avait désormais pour mission d’éduquer à l’internationalisme prolétarien et au patriotisme socialiste, mais aussi à la haine de l’ennemi de classe :

  • 1 2 Cité d’après DIPFA, Archiv der ehemaligen Akademie der Pädagogischen Wissenschaften der DDR und d (...)

« Les élèves doivent être éduqués à la haine contre les impérialistes français qui exploitent sans ménagement les travailleurs dans leur propre pays et dans les pays qui leur sont soumis et qui ont, pour cette raison, porté le fasciste de Gaulle au pouvoir. »12

  • 1 3 Cf. Françoise Bertrand : « Bonjour les amis und Bonjour, chers amis. Frankreich in den Lehrwerken (...)

38C’est ainsi que la représentation de la RDA devient paradoxalement prépondérante dans les manuels de français, ce qui est caractéristique de la série Bonjour, les amis.13

39À ce moment-là, les auteurs d’Ici la France n’étaient plus disponibles pour ce genre de travail. De plus en plus déçus par l’évolution politique de leur pays d’élection, ils se consacrent à d’autres tâches. Ils sont remplacés par des pédagogues formés en RDA. Le même changement se produit au sommet de la hiérarchie du ministère et dans les sciences de l’éducation où on embauche de jeunes enseignants, dont beaucoup resteront en place jusqu’à la fin de la RDA. C’est le cas de Margot Honecker, qui devient ministre (adjoint) de l’éducation populaire en 1959. Des gens dont les motivations premières étaient la loyauté à l’égard du SED et la conservation de leur poste, ont éliminé les conceptions éducatives divergentes. Ces gens ont décidé de la politique éducative de la RDA pendant les trente années suivantes.

40La construction du Mur approfondit le caractère hermétique du deuxième État allemand, dont la grande majorité des ressortissants ont fait l’expérience au cours de leur vie. L’année 1973, année de la reconnaissance diplomatique de la RDA par la France, n’y change rien. Ce n’est que dans les années 80 que les conséquences de cette reconnaissance se font sentir. La pression diplomatique, s’ajoutant aux effets de la faillite économique et des attaques contre le système politique, provoque une certaine ouverture, qui facilite l’action des médiateurs (relations universitaires, échanges d’enseignants, ouverture de centres culturels, etc.).

41Entre temps est apparue une nouvelle génération de médiateurs. Le plus souvent, cette génération, née après la guerre, ne connaît pas directement la France, mais elle a été confrontée, au cours de sa formation, aux images de la France forgées par la première génération. On peut légitimement se demander ce qui a poussé les médiateurs de la seconde génération dans le choix de cette activité, car les manuels Bonjour les amis ne sont pas susceptibles d’avoir éveillé un grand intérêt pour la France.

42On a émis l’hypothèse que, même au cours de ces années de fermeture, une image subversive de la France a pu conduire certains à nourrir l’espoir que des études de romanistique offriraient l’occasion de connaître un pays de l’Ouest. Était-ce l’attrait de l’Ouest ou de la France ? La question n’est pas tranchée. Par contre, nos recherches mettent en évidence une nouvelle fonction des images de la France : elles prennent le contre-pied de la réalité vécue de la RDA.

43Sur ce point, il y a manifestement un consensus entre les militants des droits civiques, opposants déclarés au régime, les « compagnons de route » du SED et même une partie de ses membres. Ils puisent tous leurs références dans une France républicaine et de gauche. Mais les uns considèrent les Lumières et la Résistance comme un programme moral, qu’il s’agit d’appliquer en RDA, alors que pour les autres ce sont des épisodes figés de l’histoire de France qu’il s’agit seulement de révérer. Pour les uns, il s’agit de dénoncer les atteintes à la liberté, pour les autres d’accorder des libertés comme concession en cas de nécessité politique.

44En outre, nos recherches mettent en évidence une facette caractéristique de l’image de la France chez les intellectuels loyaux au SED : celle d’un PCF fort tout en ayant, depuis son congrès de 1974, une conception du socialisme différente de celle du SED, « un socialisme aux couleurs de la France », qui promettait plus de démocratie et d’autogestion.

45Tous les médiateurs des années 80 ont ceci de commun qu’ils ne comprennent pas la tactique des dirigeants dans leur politique française, tactique qui accordait une absolue priorité au développement des relations économiques. Depuis longtemps déjà, il n’y avait plus de place pour l’utopie dans cette politique.

Notes

1 Je reprends ici une partie d’une communication faite à Sarrebruck à l’occasion d’un colloque sur Les relations franco-allemandes dix ans après la chute du Mur de Berlin organisé par la Friedrich-Ebert-Stiftung, l’Institut d’Etudes Francaises et le Frankreichzentrum de l’Université de la Sarre du 4 au 6 novembre 1999. Une publication des actes de ce colloque est en préparation aux Editions Desjonquères, Paris et aux Editions Gollenstein, Blieskastel pour la version allemande.

2 Hans Manfred Bock : « Vom Beruf des kulturellen Übersetzens zwischen Deutschland und Frankreich, oder: Verzagen die Mittler ? « , in : Lendemains 86/87 (1997), p. 10.

3 Dorothee Röseberg (éd.) : Frankreich und « Das andere Deutschland ». Analysen und Zeitzeugnisse. Tübingen, Stauffenburg Verlag, 1999.

4 Stefanie Neubert : « Gerhard Leo, Frankreichberichterstatter für Neues Deutschland », in : D. Röseberg (note 2), p. 47.

5 Deutsche Zentralverwaltung für Volksbildung in der Sowjetischen Besatzungszone : Gesetz zur Demokratisierung der deutschen Schule, Berlin, 1946, S. 7.

6 Madelaine Wintgen-Belland et Georg Wintgen avaient accordé à l’auteur de ce texte une interview en 1993.

7 Madelaine Wintgen-Belland/Georg Wintgen : Ici la France. Lehrbuch der französischen Sprache, tome 1, Berlin (RDA), Verlag Volk und Wissen, 1951, p. 4.

8 M. Wintgen-Belland/G. Wintgen (note 7), p. 49.

9 Cf. Jürgen Krauskopf : Das Deutschland- und Frankreichbild in Schulbüchern: deutsche Französischbücher und französische Deutschbücher von 1950-1980, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 1985.

1 0 M. Wintgen-Belland/G. Wintgen (note 7), tome 2, p. 51.

1 1 M. Wintgen-Belland/G. Wintgen (note 10), p. 46.

1 2 Cité d’après DIPFA, Archiv der ehemaligen Akademie der Pädagogischen Wissenschaften der DDR und des DPZI, Akte 1834, Berlin 1955.

1 3 Cf. Françoise Bertrand : « Bonjour les amis und Bonjour, chers amis. Frankreich in den Lehrwerken für den Französischunterricht der DDR », in : D. Röseberg (note 2), pp. 135-172.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540