Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Les relations politiques entre la RDA et la France

François Mitterrand, la RDA et l’unité allemande

Henri Ménudier

Texte intégral

  • 1 Voir Pierre Haski : « Mitterrand et la réunification de l’Allemagne », in : Samy Cohen (éd.) : Mitt (...)
  • 2 Hubert Védrine : Les mondes de François Mitterrand (À l’Elysée 1981 - 1995), Paris, Fayard, 1996, 7 (...)

1Par son histoire personnelle, son entourage et ses responsabilités politiques, principalement comme président de la République, et surtout lors de l’unification de l’Allemagne en 1989-1990, François Mitterrand s’est intéressé à la RDA, même si cet état ne revêtait pas à ses yeux une importance primordiale.1 Dans son ample chronique politique et diplomatique, intitulée Les mondes de François Mitterrand, Hubert Védrine,2 qui fut le proche collaborateur, le conseiller diplomatique, le porte-parole puis le secrétaire général de l’élysée, se réfère très peu aux dirigeants de Berlin-Est. Erich Honecker n’est brièvement mentionné que trois fois, Walter Ulbricht une fois et Hans Modrow, chef du gouvernement de la RDA, de novembre 1989 à avril 1990, une fois.

  • 3 Voir également Rudolf von Thadden : « Das Deutschlandbild Mitterrands im Spiegel seiner Memoiren », (...)

2Prisonnier de guerre près de Weimar, au cours de l’automne 1940 et de l’hiver suivant, François Mitterrand a découvert la Thuringe et son commando pave les routes autour de Iéna. En passant en train près d’Eisenach, Erfurt et Gotha, il se souvient de l’histoire du mouvement ouvrier allemand et de la social-démocratie. Il s’enfuit en compagnie d’un abbé en mars 1941 ; en trois semaines ils parcourent à pied la Thuringe, la Bavière, le Wurtemberg et le Bade, mais sont arrêtés à proximité de la frontière suisse. François Mitterrand réussit sa troisième évasion le 10 décembre 1941 (il travaille ensuite à Vichy et s’engage dans la Résistance), mais son séjour forcé en Thuringe et les Allemands qu’il y rencontre le marquent durablement, comme il le rappelle dans plusieurs de ses livres. Principal responsable du Mouvement national des prisonniers de guerre et déportés, il s’appuie sur ce milieu à la fin de la guerre pour commencer sa carrière politique.3

  • 4 Cf. Michel Cullin : « Die französischen Sozialisten und die DDR » in : Dorothee Röseberg (éd.) : Fr (...)

3Député et ministre sous la IVe République, il s’occupe peu de la RDA. Il dispose d’un parti politique avec la création de la Convention des Institutions Républicaines (CIR), née en juin 1964, de la fusion de plusieurs clubs de gauche. Certains de ses amis et collaborateurs de la CIR comme Claude Estier et Guy Penne appartiennent aux Echanges franco-allemand (EFA), ils informent François Mitterrand sur les activités des EFA et sur l’évolution de la RDA. En juin 1971, l’ancienne SFIO et la CIR fusionnent pour donner naissance au nouveau Parti socialiste (PS), dont François Mitterrand devient le premier secrétaire. Le correspondant pour l’Allemagne de l’organe du PS, L’Unité, est le jeune germaniste Jérôme Vaillant, qui collabore également à la revue Allemagnes d’Aujourd’hui, refondée en 1966 par Félix Lusset, lui-même membre de la CIR. Cette revue s’intéresse beaucoup à la RDA. Félix Lusset et certains collaborateurs comme les professeurs Jean-Pierre Hammer et Rita Thalmann, s’engagent en faveur des contestataires les plus connus de RDA comme Robert Havemann, Rudolf Bahro et Wolf Biermann. À partir de 1976-77, le PS suit de près les événements de RDA et le développement de la contestation.4

4Président de la République entre 1981 et 1995, François Mitterrand privilégie la coopération franco-allemande et la construction européenne, surtout avec Helmut Kohl (CDU) chancelier fédéral depuis le 1er octobre 1982, mais il ne peut ignorer la RDA, avec laquelle les contacts se multiplient. Le Centre culturel de la RDA à Paris est ouvert en décembre 1983, celui de la France à Berlin-Est est inauguré en janvier 1984 par Claude Cheysson, ministre des Relations extérieures. Le chef du gouvernement, Laurent Fabius se rend à Berlin-Est en juin 1985. Erich Honecker, chef de l’État est-allemand et secrétaire général du parti communiste dominant, le SED, est reçu en visite d’état en France, en janvier 1988. L’effondrement du système au cours de l’automne 1989, le voyage très discuté de François Mitterrand en RDA fin décembre 1989, puis le processus de l’unité allemande au cours de l’année 1990 obligent le président de la République française à se préoccuper plus qu’auparavant des problèmes de la RDA.

  • 5 Cf. François Mitterrand : De l’Allemagne, de la France, Paris, éditions Odile Jacob, 1996, 256 p.

5François Mitterrand a souvent été accusé, surtout en Allemagne, d’avoir voulu empêcher, voire de freiner l’unité allemande. En France, on lui reprochait d’avoir « manqué » le train de la réunification. Il s’est justifié et a expliqué sa politique dans son livre posthume De l’Allemagne, de la France.5 En s’appuyant sur ce livre, trois thèmes seront développés dans cette contribution :

  1. L’image de la Prusse et de la RDA chez François Mitterrand.

  2. La façon dont il percevait l’unité allemande.

  3. Sa vision des rapports entre la France et la RDA.

  • 6 Cf. Helmut Kohl : Je voulais l’unité de l’Allemagne. Présenté par Kai Diekmann et Ralf Georg Reuth, (...)
  • 7 Cf. Horst Teltschik : 329 Tage. Innenansichten der Einigung, Berlin, Siedler, 1991, 382 p.
  • 8 Cf. Jacques Attali : Chronique des années 1988-1991, t. 3, Paris, Fayard, 1995, 790 p.
  • 9 H. Kohl (note 6), p. 248.

6Ces informations seront complétées sur certains aspects par les points de vue du chancelier Helmut Kohl6 et de son principal collaborateur pour la politique extérieure, Horst Teltschik.7 Par manque de place, il ne sera pas possible de confronter systématiquement le récit de François Mitterrand avec le Verbatim de Jacques Attali8 d’autant que des doutes existent sur la crédibilité des propos rapportés. Le chancelier Kohl appréciait peu les « indiscrétions » du conseiller spécial à l’Élysée « qui se révélèrent ensuite pour partie peu fiables, voire complètement fausses ».9 Hubert Védrine donne une explication plus subtile :

  • 10 H. Védrine (note 2), p. 445.

« Malheur pourtant à qui prendrait au pied de la lettre ces ‘confidences’ et qui y verrait l’expression de sa pensée profonde, alors qu’il ne s’agit que de tests, de phrases prononcées dans l’intimité, par exorcisme ou défoulement, de dialogues socratiques comme en ont au même moment les autres grands acteurs de la pièce. La pensée profonde d’un homme d’état, ce sont ses actes ! François Mitterrand triomphe de chacune de ces interrogations par des gestes porteurs d’avenir ».10

1. De la Prusse à la RDA

L’âme de la Prusse

7François Mitterrand est attiré par l’Allemagne de l’Est, car il considère un peu celle-ci comme l’héritière de la Prusse, dont le rôle n’aurait pas, à son grand regret, été apprécié à son juste mesure. Une intense propagande aurait imposé l’idée que le militarisme prussien et le nazisme seraient « un seul et même phénomène » (p. 21). François Mitterrand y voit une façon assez simpliste d’en terminer « avec les démons allemands issus du même enfer et renvoyés au même néant » (p. 21) ; il rappelle que Hitler n’aimait pas la Prusse et la Prusse n’aimait pas Hitler, le Führer cherchait même à broyer l’identité prussienne. Les Soviétiques n’étaient pas les seuls détracteurs de la Prusse ; en 1943, Winston Churchill affirmait que la Prusse « est à l’origine du mal ». Les Alliés occidentaux laissent l’URSS donner à la Pologne la Poméranie et la Silésie, les deux pays se partageant la « vieille Prusse orientale ». En détruisant la Prusse, les Alliés frappent la nation allemande à la tête. Les Quatre abolissent, le 25 février 1947, l’État de Prusse, considéré depuis longtemps comme « le berceau du militarisme et de la réaction en Allemagne ». François Mitterrand ajoute ce commentaire :

« Tel fut le grand malheur de ce pays auquel il ne fut pas pardonné de s’être fait craindre sur les champs de bataille » (p. 22).

8Sans contester que la Prusse aimait guerroyer, François Mitterrand ne cache pas son admiration pour cet État fortement structuré autour du projet de son armée, qui a réduit l’une après l’autre les Allemagnes multiples des siècles précédents, pour se hisser au rang de grande puissance européenne (p. 20). Il se souvient qu’au temps de sa grandeur, Berlin avait été « la capitale de la liberté », Frédéric II faisant même de la Prusse « un des premiers États constitutionnels du monde » avec l’éducation pour tous et l’égalité des citoyens devant la loi (p. 23). Cette Prusse, qui ne peut se confondre avec le fanatisme hitlérien, a « une forme de civilisation à défendre ». Le résistant François Mitterrand se dit sensible au combat des fils de la vieille noblesse prussienne qui n’hésitèrent pas à sacrifier leur vie pour combattre Hitler. Il cite en exemple le jeune général Henning von Tresckow, « figure de proue trop ignorée en Occident » (p. 5), membre de la conjuration du 20 juillet 1944, et qui laissa avant de mourir la phrase suivante : « La valeur d’un homme ne se mesure qu’à sa capacité de sacrifier sa vie pour ses idéaux » (p. 25). François Mitterrand regrette que Staline ait étouffé « l’âme de la Prusse » et il précise : « Cette considération ne fut pas étrangère à mon adhésion à l’unité allemande » (p. 26). Ces remarques ne sont malheureusement accompagnées par aucune réflexion critique sur le système politique et sur la politique de la Prusse aux xixe et xxe siècles.

Le 17 juin 1953

  • 11 Cf. Ilko-Sascha Kowalczuk (éd.) : Der Tag X – 17. Juni 1953 : die « innere Staatsgründung » der DDR (...)

9François Mitterrand dénonce l’imposture de Joseph Staline qui, en 1945, avait occupé la plupart des pays d’Europe centrale et orientale « sous prétexte de les libérer » (p. 12). Formée à la conférence de Yalta, en février 1945, la promesse d’élections libres fut vite oubliée. Le président de la République ne nourrit aucune sympathie pour le régime politique de la RDA, dont l’histoire retient peu son attention. Il s’arrête surtout au soulèvement du 17 juin 1953, un conflit salarial transformé en crise de régime et qui va sceller la division de l’Allemagne. Les ouvriers demandent la démission de « leurs nouveaux maîtres » et des élections libres. La sortie des chars russes et la proclamation de l’état de siège sauvèrent le régime qui dut renforcer sa police et sa bureaucratie pour survivre.11 François Mitterrand cite le célèbre poème de Bertolt Brecht : « Ne serait-ce pas plus simple que le gouvernement décide de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ? » (p. 27). Il reproduit aussi quelques extraits du « Discours inaugural du chanteur » Wolf Biermann :

« Ceux qui jadis ont tenu tête aux mitraillettes ont peur de la guitare ... » « ... nos pères sont les enfants de la révolte et de la liberté, soyons vraiment les fils de nos pères » (p. 27).

« Tout a commencé à Moscou »

10État autoritaire et fragile, fondé et maintenu en vie par l’URSS, la RDA ne s’est pas effondrée d’elle-même, mais a été emportée par les soubresauts de l’empire soviétique dont elle était une des pièces maîtresses – aussi François Mitterrand considère-t-il que « tout a commencé à Moscou » (p. 11). Il s’explique ainsi sur cette affirmation :

« Une dictature ne survit pas au doute. Or la perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev exprimait un doute fondamental sur le système soviétique ».

11C’est elle qui donne le signal et l’alarme. En une phrase, il résume le double mouvement qui, en quelques années, va de Moscou aux capitales des pays du camp socialiste, et de celles-ci à Moscou.

« Partie de Moscou, la nouvelle révolution, irrésistible cette fois, devait y revenir après un tour d’Europe des capitales communistes ».

12Ce processus, qui bouleverse l’équilibre européen, provoque la libération des peuples d’Europe centrale et orientale. Pour François Mitterrand, les régimes communistes des pays satellites basculent en 1987, année où Gorbatchev décide de ne plus les soutenir par la force (p. 16). Et il se demande : par réalisme ? Parce que la décomposition du système était trop avancée ?

13François Mitterrand reconnaît qu’en dehors de Gorbatchev et de la perestroïka d’autres éléments ont favorisé l’effondrement du régime communiste. Il mentionne les intellectuels, les artistes et les syndicalistes qui ont entraîné les peuples vers le refus et la révolte (p. 17). Jean-Paul II et les Églises ont également exprimé l’âme de la résistance des peuples opprimés. François Mitterrand soutient une opinion qui méritait un développement plus différencié : « En Allemagne de l’Est, l’Église luthérienne assure la même héroïque fonction » (p. 17). Le rôle historique de Gorbatchev est « d’avoir légitimé la formidable insoumission qui allait ruiner l’ordre établi » (p. 18).

L’effondrement de la RDA

  • 12 Cf. Charles S. Maier : Dissolution. The Crisis of Communism and the End of East Germany, Princeton/ (...)

14Comme Erich Honecker était incapable d’engager la moindre réforme, les contradictions entre la RDA et l’URSS n’ont fait que s’accroître. Lors des manifestations du 40e anniversaire de la fondation de la RDA, les 6 et 7 octobre 1989 à Berlin-Est, Mikhaïl Gorbatchev prononce le désaveu qui vise Erich Honecker et le régime tout entier : « Celui qui arrive trop tard est puni par les forces de la vie ». La RDA est condamnée également par le fait que le maître de Moscou décide de ne pas faire intervenir les 400 000 soldats soviétiques stationnés sur son territoire. François Mitterrand ne commente pas le départ d’Erich Honecker, le 18 octobre 1989, et son remplacement par son dauphin Egon Krenz. Ebranlée par l’onde de choc de la perestroïka, la RDA est emportée par la fuite massive de ses ressortissants vers la République fédérale d’Allemagne, en passant par la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Hongrie et l’Autriche.12 La ville de Leipzig devient le porte-drapeau de la liberté. François Mitterrand est lyrique quand il évoque ce vaste mouvement :

« Les autres grandes villes s’embrasèrent à la lueur des bougies que des foules silencieuses posaient à terre sur les places, dans les églises, à tous les carrefours, comme pour tracer le cercle enchanté à l’intérieur duquel l’espérance reprenait vie » (p. 36).

15Féru d’histoire, François Mitterrand établit un parallèle entre 1789 et 1989. Ce qui se passe à Berlin-Est, comme à Varsovie, Prague et Budapest est pour lui « la vivante réplique » de la Révolution française. Quelques phrases particulièrement dures résument sa pensée sur le régime communiste est-allemand :

« Le peuple avait brisé le pouvoir de ses maîtres et de leur appareil, il avait vaincu ses peurs, échappé aux chiens de garde de toutes sortes, police, armée, bureaucratie, presse, littérature officielle, école, université, miradors postés aux quatre coins d’un horizon fermé » (p. 37).

16Un miracle se produit cependant à propos de ce peuple :

« Aucune organisation, aucun parti, aucun véritable leader ne l’avait mobilisé. Il avait puisé ses forces en lui-même, perçu l’affaiblissement du pouvoir et la corruption du système, discerné un trait de lumière au travers des portes et des fenêtres closes, senti l’approche irrépressible de la liberté » (p. 37).

17Sans l’attendre aussi vite, François Mitterrand n’a pas été complètement surpris par l’effondrement de la RDA. Jacques Attali loue la perspicacité du ministre des Affaires étrangères de la République fédérale, Hans-Dietrich Genscher, FDP, qui, depuis 1988, ne cessait de répéter que

  • 13 J. Attali (note 8), p. 341.

« la RDA allait bouger, que la vieille garde menée par Honecker allait être balayée et qu’une évolution à la polonaise avait des chances de s’y produire.”13

2. Les perspectives de l’unité allemande

18La probabilité de changements profonds en RDA pose sous un jour nouveau la question allemande et la possibilité d’une unification. Quelles sont les dispositions de François Mitterrand en la matière ? Comment réagit-il au processus de l’unité quand celui-ci se concrétise ?

Une aspiration légitime

  • 14 Cf. Klaus Ziemer : « Die Beziehungen zwischen der DDR und der Volksrepublik Polen in den 80er Jahre (...)

19Connaissant l’histoire de la Prusse et de l’Allemagne, ainsi que les conditions de la division intervenue en 1945, François Mitterrand était parvenu à la conclusion que « l’unité d’un peuple qui, dans sa diversité, se sentait, se voulait d’abord allemand, était irréversible » (p. 20), la ligne de séparation imposée par les vainqueurs du IIIe Reich « ne signifiait rien de plus qu’un simple constat des lieux au lendemain d’une défaite » (p. 20). Les craquements dans le camp socialiste au cours de la seconde moitié des années 1980 et l’évasion des ressortissants de la RDA à partir du printemps 1989 lui prouvent que d’importantes mutations se préparent. Le syndicat polonais SOLIDARNOSC, interdit depuis le 8 octobre 1982, est autorisé le 17 avril 1989 et son conseiller Tadeusz Mazowiecki devient le chef du gouvernement à Varsovie, le 24 août. En janvier 1989, le Parlement hongrois se prononce pour le multipartisme et à partir du 2 mai la Hongrie commence à démonter le rideau de fer qui la sépare de l’Autriche – une décision qui va attirer de nombreux « touristes » de RDA désireux de partir à l’Ouest.14

20À la date du 3 mai 1989, Jacques Attali rapporte ce propos de François Mitterrand : « Que les Allemands veuillent la réunification, c’est parfaitement logique et normal. » Le 19 mai, le Président français rencontre George Bush près de Boston aux États-Unis. Ce dernier l’interroge sur la réunification allemande. François Mitterrand répond :

  • 15 J. Attali (note 8), pp. 231/241.

« Je ne suis pas contre, en raison des changements intervenus à l’Est. Si le peuple allemand veut l’unité, nous ne nous y opposerons pas. Mais les conditions n’ont pas changé au point que cela soit possible ... Je n’y crois pas avant dix ans.”15

21François Mitterrand estime que la guerre est possible en Europe si la République fédérale se dote de l’arme nucléaire et si un mouvement populaire pousse à la réunification des deux Allemagnes.

22Début juillet, le président de l’URSS, Gorbatchev, est reçu à l’Élysée. Les Allemands de l’Est fuient vers la Hongrie. Au cours de la conférence de presse du 5 juillet, François Mitterrand répond à un journaliste du Berliner Tageszeitung : « L’aspiration à l’unification est une aspiration légitime » (p. 32). Ses propos sont plus explicites le 27 juillet lors d’un entretien avec cinq journaux européens, dont le Nouvel Observateur et la Süddeutsche Zeitung : « Réunifier l’Allemagne est la préoccupation de tous les Allemands. C’est assez compréhensible ». Cette aspiration « légitime » ne peut se réaliser que « pacifiquement » et « démocratiquement » (p. 32). Ces deux termes seront souvent utilisés au cours des mois suivants. Il explique aux journalistes que l’unité ne peut se faire sans l’accord des deux gouvernements. « Aucun des deux pays allemands ne peut imposer ses vues à l’autre. Cet aspect interallemand est fondamental » (p. 199). Jacques Attali fait un commentaire assez acerbe sur cette interview :

  • 16 J. Attali (note 8), p. 289.

« Rien de nouveau. C’est le discours classique depuis quarante ans. La réunification allemande suppose l’accord de l’Union soviétique ; l’URSS n’y est pas prête, et cet accord ne viendra donc pas. Le Président confirme ainsi que, pour lui, la question n’est pas du tout d’actualité, mais qu’il ne s’y opposera pas lorsqu’elle le deviendra.”16

23François Mitterrand, après avoir évoqué cet entretien avec les journalistes, énumère les cinq difficultés majeures qu’il faut régler (p. 33).

  • la République fédérale et ensuite l’Allemagne unie doivent reconnaître définitivement la ligne Oder-Neisse, actuelle frontière entre la RDA et la Pologne ;

  • un dialogue est nécessaire entre l’Allemagne et les quatre Grands « sur la dévolution de leurs droits à l’Allemagne unifiée » ;

  • l’Allemagne doit renoncer aux armes A,B,C ;

  • l’Allemagne unie doit rester dans l’alliance atlantique ;

  • l’Allemagne doit confirmer son engagement dans la Communauté européenne.

24François Mitterrand accorde tout de suite une grande importance à la question des frontières en Europe, sources de guerres, de tensions et d’injustices, mais qui, depuis la signature de l’Acte final de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe, le 1er août 1975 à Helsinki, sont considérées comme intangibles. Et il rappelle que la RDA jouit d’un statut semblable à celui des autres pays souverains en Europe. Mais François Mitterrand n’ignore pas le principe de l’autodétermination des peuples et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Il se demande ouvertement : « Comment sortir de cette contradiction ? » (p. 34)

25Devant le Parlement européen, le 25 octobre 1989, François Mitterrand se déclare convaincu qu’au nom de la liberté une révolution va balayer le communisme en Europe de l’Est, son idéologie, son système politique et son « impitoyable organisation répressive ». Le problème de l’identité nationale apparaît partout, aussi pose-t-il avec force la question suivante : « Au nom de quoi accusera-t-on le peuple allemand de désirer se retrouver ? » (p. 52). Il annonce la fin de la division née à Yalta en février 1945, sans pouvoir préciser les dates : « Rien n’est écrit d’avance à quelques mois ou à quelques années près ». « Avez-vous peur d’une éventuelle réunification allemande ? » lui demande un journaliste allemand lors de la conférence de presse, à la fin du sommet franco-allemand des 2 et 3 novembre 1989 à Bonn. François Mitterrand, qui se trouve à côté d’Helmut Kohl, répond :

  • 17 H. Kohl (note 6), pp. 53/201.

« ... ce qui compte, c’est la volonté et la détermination du peuple ... Non je n’ai pas peur de la réunification. L’histoire est là, je la prends comme elle est. »17

26À un autre journaliste, le Président français précise que des « transformations radicales » se produiront dans les structures de l’Europe « dans les dix ans à venir ».

27La peur de la réunification n’apparaît pas dans De l’Allemagne, de la France, mais dans des propos que rapporte Verbatim. François Mitterrand aurait évoqué lors du conseil des Ministres du 6 septembre 1989 « la profonde aspiration à l’unité allemande » et la demande d’adhésion de l’Autriche à la CEE qui

« pourrait favoriser la constitution d’un bloc allemand puissant sur les plans économique et démographique, au centre de l’Europe. Et il faut l’éviter ».

28Le Président répète que, pendant longtemps encore, l’URSS refusera la réunification (p. 301). À la date du 5 novembre, Jacques Attali reproduit un autre propos que le Président lui aurait tenu le même jour :

  • 18 J. Attali (note 8), p. 33.

« Une Allemagne réunifiée représenterait un double danger pour l’Europe. Par sa puissance. Et parce qu’elle pousserait à l’alliance Grande-Bretagne-France-Union soviétique. Ce serait la guerre assurée au xxie siècle. Il faut faire très vite l’Europe pour désamorcer la réunification allemande ».18

  • 19 H. Kohl (note 6), p. 119.

29Quand le Mur de Berlin s’ouvre dans la soirée du jeudi 9 novembre, Helmut Kohl se trouve à Varsovie et François Mitterrand au Danemark. Le 11, le chancelier téléphone au Président français qui l’assure de son amitié « en ces heures émouvantes ». Helmut Kohl répond que « pour faire de la politique, il fallait être dur à cuire, mais qu’en fait, il y avait des événements qu’on ne pouvait pas oublier de toute sa vie ». Le chancelier poursuit l’entretien en exprimant ses craintes d’une détérioration de la situation en RDA si les revendications de ses habitants ne sont pas satisfaites.19

30Ce que François Mitterrand explique à Londres, le 20 janvier 1990, à Margaret Thatcher résume bien sa position sur l’unité allemande, qui doit, selon lui, se réaliser de façon démocratique et pacifique :

« Je ne dis pas non à la réunification. Ce serait stupide et irréaliste. Je ne vois pas quelle force en Europe pourrait l’empêcher. Je ne suis pas sûr que l’Union soviétique soit en mesure de le faire aujourd’hui. Mieux vaut l’accepter les yeux grands ouverts et lier l’unité de l’Allemagne à la construction de l’Europe et à la garantie des frontières » (p. 43).

Réactions des autres responsables politiques

31Parmi les personnalités politiques françaises qui réagissent à l’ouverture du Mur de Berlin et aux perspectives de réunification, François Mitterrand se sent assez en accord avec François Léotard et Jacques Chirac (pp. 54s.). Il se gausse des changements de position de Valéry Giscard d’Estaing. Dans Le Figaro Magazine du 11 novembre, son prédécesseur à l’élysée expliquait qu’il souhaitait la mise en place d’une fédération de l’Europe de l’Ouest dont la RDA se rapprocherait progressivement. Il trouvait que François Mitterrand allait « trop vite et trop loin », car il serait dangereux pour l’Europe de laisser se réaliser un État national allemand. Seule une Europe fédérale pourrait contrebalancer la domination d’une Allemagne de 80 millions d’habitants. Valéry Giscard d’Estaing réaffirme ce point de vue quelques jours plus tard :

« Ma vision est que je souhaite que ce soit l’Europe fédérale qui accueille le moment venu l’Allemagne de l’Est et que ce ne soit pas l’Allemagne fédérale toute seule qui l’accueille. Quand ? À mon avis d’ici la fin du siècle » (p. 57).

32François Mitterrand reproduit ces propos pour montrer que lui établissait une autre « hiérarchie des urgences ». Il n’ignore pas qu’une Allemagne réunifiée sera un redoutable concurrent en Europe, mais il pense que la France doit relever ce défi en se montrant exigeante sur l’objectif de la construction européenne.

33Des personnalités socialistes proches du Président de la République redoutent la domination d’une Allemagne unie. Jacques Attali note à la date du 12 juin 1990 que la RDA autorise l’entrée des capitaux étrangers ; il rapporte cette réaction de Pierre Bérégovoy, ministre de l’Economie et des Finances entre 1988 et 1992 :

  • 20 J. Attali (note 8), p. 395.

« Avec ça, c’est fini, la RDA n’existe plus. Et la Communauté européenne est morte. En France, on va s’accrocher, mais notre rêve est mort. L’Allemagne va tout dominer. Il ne voit pas ça lui ? »20

  • 21 J. Attali (note 8), pp. 589/760.

34Le ‘lui’ désigne ici François Mitterrand. Edith Cresson, ministre des Affaires européennes entre 1988 et 1990 craint « la nouvelle puissance allemande » comme le relève Jacques Attali le 12 septembre ; dans l’épilogue de Verbatim il souligne à propos d’Edith Cresson que François Mitterrand « ne partage pas sa haine de l’Allemagne ».21

35Helmut Kohl s’amuse de constater que François Mitterrand se prononce pour l’unité de l’Allemagne au nom de la France, « il ne disait jamais ‘Je’, mais toujours ‘la France’ », ajoute-t-il. Le chancelier considère que les dirigeants politiques français sont hostiles à l’unité allemande :

  • 22 H. Kohl (note 6), p. 129.

« ... je ne me faisais aucune illusion sur l’opinion de la classe politique à Paris ».22

Le froid et le chaud soviétiques

  • 23 Cf. Philip Zelikow/Condoleezza Rice : Sternstunden der Diplomatie. Die deutsche Einheit und das End (...)

36Selon François Mitterrand, George Bush, président des États-Unis entre 1989 et 1993, et lui-même étaient favorables à l’unité allemande (pour les Américains l’essentiel était que l’Allemagne unie reste dans l’Alliance atlantique) ; Margaret Thatcher, premier Ministre de Grande-Bretagne (mai 1979 - 28 novembre 1990) et Mikhaïl Gorbatchev, secrétaire général du PCUS en 1985, président du Présidium du soviet suprême/Chef de l’État de 1988 à 1990 et président élu de l’URSS de mars 1990 à décembre 1991, étaient plutôt contre.23 La position de Gorbatchev est intéressante ici, car c’est elle qui tient le plus compte de l’existence de la RDA.

37François Mitterrand cite un discours devant les Jeunesses communistes, le 15 novembre, dans lequel le Président soviétique explique que l’existence de deux États allemands découle d’une situation historique (la dernière guerre et la victoire de l’URSS en 1945) acceptée par la communauté internationale. La question de la réunification ne se pose pas, car cela reviendrait à s’ingérer dans les affaires des États allemands :

« Ce qui se passe en République démocratique s’inscrit dans le processus de renouveau qui s’est développé dans les États socialistes » (p. 46).

38Le Président soviétique considère que les Allemands de l’Est influencés par la perestroïka aspirent eux aussi aux réformes et à la liberté, mais sans quitter la société communiste. Il refuse d’envisager l’unité allemande.

  • 24 H. Teltschik (note 7), p. 37.

39Au second semestre 1989, la France préside le Conseil européen (la réunion des chefs d’État et de gouvernement) de la Communauté européenne dont la dernière session est prévue à Strasbourg les 8 et 9 décembre. Pour répondre aux interrogations sur l’avenir de l’intégration européenne et des rapports avec les pays de l’Est, après l’ouverture du Mur de Berlin, le 9 novembre, François Mitterrand convie les onze autres membres du Conseil européen à un dîner à l’élysée, le 18 novembre. Horst Teltschik se plaint que cette date ait été fixée sans concertation avec l’Allemagne et les autres partenaires ; il constate que François Mitterrand veut jouer un rôle important dans le dépassement de la division de Yalta et qu’une rivalité apparaît avec d’autres chefs d’État et de gouvernement.24 Auparavant Mikhaïl Gorbatchev a accentué sa pression pour qu’aucune décision ne soit prise à l’égard de la RDA. Il communique à François Mitterrand le contenu du message verbal qu’il a fait tenir à Helmut Kohl et dans lequel il le prie de « prendre de toute urgence les dispositions indispensables afin d’éviter que la situation ne s’aggrave et ne soit déstabilisée ». Il faut « empêcher que les événements ne prennent une tournure indésirable ». Il s’inquiète tout particulièrement des tentatives en provenance de l’Allemagne de l’Ouest qui visent à « saper le processus de démocratisation et de renouveau » en RDA (p. 74). Il coupe court ainsi aux intentions du chancelier qui voulait utiliser le dîner du 18 pour voir la Communauté réaffirmer

« le droit des habitants de la RDA à voyager librement, à obtenir la liberté d’expression, la liberté syndicale, la construction de partis indépendants, l’organisation d’élections libres, équitables et secrètes ... ». (p. 73)

40Au dîner des Douze, le 18 novembre, Helmut Kohl insiste sur le parallélisme entre unité allemande et unité européenne, mais il fait preuve de prudence en raison des réticences que rencontre hors d’Allemagne le processus de la réunification et des nombreuses incertitudes qui l’accompagnent à ce moment. François Mitterrand reproduit en ces termes la position du chancelier :

« Que feraient les dirigeants de la République démocratique ? Etaient-ils prêts à franchir le pas vers un statut démocratique ? Accepteraient-ils la fusion en un seul État ou s’accrocheraient-ils au schéma officiel de deux entités de droit international seulement liées par des accords particuliers, limite extrême de ce que pouvait accepter Moscou ? Devait-on attendre une effervescence populaire qui bousculerait les échéances ? » (p. 75).

  • 25 H. Teltschik (note 7), p. 18.

41Horst Teltschik explique, de son côté, que le chancelier parle des événements à Berlin-Est et en RDA mais pas de l’unité allemande pour ne pas donner aux pays autres que les Quatre un droit de regard sur le processus de la réunification.25

  • 26 Cf. Daniel Vernet : « Mitterrand, l’URSS et la Russie », in : Samy Cohen (éd.) : Mitterrand et la s (...)

42François Mitterrand s’amuse des variations de la position soviétique. Le 6 décembre, il rencontre à Kiev Mikhaïl Gorbatchev et son ministre des Affaires étrangères édouard Chevardnadze, qui se montrent très hostiles à l’unité allemande.26 Le 18 décembre, devant la Commission politique du Parlement européen, le ministre soviétique avertit que l’URSS ne laisserait pas offenser la RDA, « notre alliée stratégique, membre du pacte de Varsovie » (p. 47). Puis, selon François Mitterrand, il énumère « paisiblement les conditions nécessaires et suffisantes de l’unité allemande ... » Les Soviétiques soufflent le chaud et le froid. Pour le Président français, l’URSS est contrainte d’accepter la réunification allemande trois mois plus tard, car elle se trouve en position de faiblesse à cause de sa crise interne. Une URSS forte n’aurait jamais consenti à l’unité de l’Allemagne. Le rapport de force entre l’URSS et l’Allemagne s’est profondément modifié :

« L’Empire russe se décomposait à l’heure où la puissance économique de la République fédérale exerçait sur l’ensemble du continent, et plus encore sur la population de l’Allemagne de l’Est, une attraction irrésistible » (p. 48).

43La force armée soviétique n’intimidait plus personne et l’URSS ne pouvait, dans ce débat se servir de son formidable arsenal nucléaire.

Les dix points d’Helmut Kohl27

  • 27 Cf. Werner Weidenfeld : Außenpolitik für die deutsche Einheit : die Entscheidungsjahre 1989/90, Stu (...)

44Pour François Mitterrand il y a deux États allemands mais un seul peuple, aussi ne conteste-t-il pas à Helmut Kohl le droit à l’initiative et il ne voit « rien d’inquiétant » dans les dix points exposés devant le Bundestag le 28 novembre 1989. Le chancelier explique qu’après la mise en œuvre d’une large coopération entre les deux États, des structures confédérales puis fédérales pourraient être créées. Comme pour rassurer le public allemand et étranger, il ajoute aussitôt que nul ne sait aujourd’hui quel sera finalement l’aspect d’une Allemagne réunifiée.

45François Mitterrand retient surtout l’idée de mettre en place une communauté contractuelle entre les deux États (aide immédiate, coopération, aide à long terme, contrats, réformes), « mais l’hypothèse de la disparition d’un État allemand n’était pas explicite » (p. 67). Le Président français relève toutefois que trois sujets importants n’apparaissent pas dans la déclaration du 28 novembre : la question des frontières, celle des alliances et le rappel des droits des quatre puissances.

46Le Président Mitterrand a-t-il réagi de façon aussi compréhensive à l’initiative du chancelier ? Verbatim donne une toute autre impression, que la chronologie explique. La veille, le lundi 27 novembre, Helmut Kohl a écrit à François Mitterrand pour lui proposer un calendrier de mise en place de l’Union européenne. Il ne souffle pas un mot de l’initiative qu’il va lancer le lendemain et que le Président français apprend par les dépêches d’agence. « Incroyable ! » note Jacques Attali à la date du mardi 28 novembre. « Personne à Paris n’en a été prévenu ! » Le conseiller de l’élysée décrit en ces termes la réaction de François Mitterrand :

« Mais il ne m’a rien dit ! Rien dit ! Je ne l’oublierai jamais ! Gorbatchev sera furieux ; il ne laissera pas faire, c’est impossible ! Je n’ai pas besoin de m’y opposer, les Soviétiques le feront pour moi. Pensez, jamais ils n’accepteront cette grande Allemagne face à eux ! En fait, Kohl est d’accord avec la RDA : il ne veut pas que des commissions gèrent les intérêts communs des deux Allemagnes. Mais il ne parle pas de modification du statut politique des Allemagnes. Il n’obtiendra rien de moi là-dessus avant que l’unité de l’Europe n’ait beaucoup progressé. Et en plus la RDA n’en voudra pas. Ce sont des Prussiens. Ils ne voudront pas être sous contrôle bavarois ».

47Cette idée de François Mitterrand que les Prussiens de RDA ne voudront pas se laisser gouverner par des Bavarois est curieusement reprise plusieurs fois. Jacques Attali raconte que Lothar de Maizière, nouveau chef de gouvernement en RDA, vient déjeuner à l’Élysée le 25 juin 1990 où il parle de l’inéluctable réunification :

  • 28 J. Attali (note 8), pp. 350/520.

« Il confie à François Mitterrand que jamais la RDA n’acceptera la mainmise des Bavarois sur la Prusse ».28

La rencontre de Kiev

48Lors de leur rencontre à Kiev, le 6 décembre, Mikhaïl Gorbatchev explique d’emblée, selon le récit de François Mitterrand, que le plan en dix points est totalement inacceptable ; il considère même comme un « Diktat » le troisième point qui fait dépendre l’aide occidentale à la RDA de l’ampleur des réformes (élections libres, multipartisme, économie de marché, ouverture aux investissements occidentaux. Le Président soviétique et son ministre des Affaires étrangères considèrent ce plan comme dangereux pour la paix, d’autant qu’ils redoutent les visées territoriales de l’Allemagne unie sur la Silésie, la Poméranie et l’ancienne Prusse orientale (Königsberg/ Kaliningrad). Mikhaïl Gorbatchev plaide pour le maintien de deux États allemands souverains et membres de l’ONU, dont le statut ne relève pas d’un discours du chancelier, les changements à l’intérieur des sociétés ne modifient en rien les principes d’Helsinki.

49François Mitterrand partage en partie cette analyse :

« La souveraineté de deux États allemands et les droits qui en découlent étaient en effet garantis par les accords de la CSCE dont nous étions signataires. Le gouvernement de la République démocratique pouvait s’en prévaloir au même titre que la République fédérale. Et son protecteur soviétique tout autant » (p. 94).

50Mais, pour le Président français, il faut établir une distinction entre les frontières européennes traditionnelles et la frontière interallemande, entre l’histoire et le droit. Certes, les accords d’Helsinki s’imposent aux deux Allemagnes, mais François Mitterrand ajoute la considération suivante :

« On ne peut fondre le respect du droit sur les seuls décrets du hasard, sur le va-et-vient des occupations militaires. La réalité s’impose en fin de compte, aux aléas de l’Histoire. Le peuple allemand de la République démocratique le démontrait sous nos yeux » (p. 95).

51Mikhaïl Gorbatchev ne voulait pas à ce moment accepter une telle explication, mais il la comprenait.

« Il n’excluait pas l’unification du champ du possible. Cela suffisait à la rendre probable » (p. 95).

52Selon François Mitterrand, le problème de Mikhaïl Gorbatchev est de gagner du temps, de permettre aux dirigeants de la RDA de faire des réformes, de rallier la population à l’idée d’un État indépendant et de convaincre les Occidentaux de maintenir l’ancien équilibre. Les soviétiques s’inquiètent, car si la RDA disparaît comme identité étatique, et si les pays baltes font sécession, que restera-t-il du pouvoir de l’URSS ? Le Président français explique la raideur de Mikhaïl Gorbatchev en une phrase : « Il avait autant besoin de l’Allemagne que l’Allemagne de lui, ce qui laissait présager le compromis final » (p. 93). Son souci était de ne pas se découvrir avant l’heure et d’utiliser avec parcimonie ses fragiles atouts. L’URSS était conduite à « verrouiller le changement », là où la France avait choisi la réconciliation puis l’amitié avec l’Allemagne. Malgré les approches très différentes de Paris et de Moscou, François Mitterrand a considéré ce dialogue comme « un impératif de la politique extérieure française ».

53Jacques Attali donne une version beaucoup plus vive des entretiens de Kiev. Il présente en ces termes l’importance et le rôle de la RDA pour l’URSS :

« Mais la RDA est en Europe le partenaire privilégié de Moscou, le seul pour lequel les Soviétiques ont nourri et continuent de nourrir estime et crainte mêlées. Aux yeux de Gorbatchev, les Soviétiques ont des droits sur l’Allemagne ; les Allemands ne peuvent être admis à intervenir dans le débat que dans certaines limites ».

54Il voit ainsi la fonction d’Egon Krenz (le successeur d’Erich Honecker et les relations RFA-RDA :

« Egon Krenz est l’homme de Gorbatchev. Il a reçu mission de fournir, en RDA, une démonstration de la pertinence de la perestroïka et il doit imposer aux Allemands de l’Est comme de l’Ouest cette patience dont parle aussi Genscher lui-même. Le gouvernement soviétique souhaite donc qu’une coopération fructueuse puisse s’instaurer entre les deux Allemagnes, mais qu’elle reste circonscrite ».

55À la fin de l’entretien avec François Mitterrand, Mikhaïl Gorbatchev aurait dit :

  • 29 J. Attali (note 8), pp. 359/360/366.

« Aidez-moi à éviter la réunification allemande, sinon je serai remplacé par un militaire ; si vous ne le faites pas, vous porterez la responsabilité de la guerre. Est-ce bien l’intérêt de l’Occident ? »29

56Hubert Védrine cite aussi ces deux phrases, en précisant que le diplomate français, Stéphane Denis, qui avait révélé cette supplique de Gorbatchev s’était attiré un moment l’ire du Président Mitterrand. Hubert Védrine ajoute :

  • 30 H. Védrine (note 2), p. 442.

« Incontestablement, pendant quelques semaines, entre novembre et janvier, l’alarmisme de Gorbatchev déteint sur François Mitterrand qui ne souhaite pas du tout que le dirigeant soviétique soit déstabilisé ».30

57Le samedi 9 décembre, à l’occasion du Conseil Européen de Strasbourg, François Mitterrand et Helmut Kohl prennent leur petit déjeuner ensemble, à la Préfecture. Le Président français rend compte de son voyage à Kiev. Le chancelier se réfère à ce récit et ajoute le point de vue suivant :

  • 31 H. Kohl (note 6), pp. 166s.

« La RDA constituait un point critique pour Gorbatchev. Une partie de l’armée soviétique y était stationnée, la RDA était la pierre angulaire du pacte de Varsovie. Mitterrand ne savait pas comment Gorbatchev réagirait si les choses évoluaient très rapidement vers l’unité ».31

58Helmut Kohl convient qu’il ne faut pas mettre le Président soviétique en difficulté, mais il regrette que celui-ci n’ait suivi plus tôt ses conseils à propos de la RDA :

« Il y a un an déjà, je lui avais dit que, si la RDA n’entreprenait pas rapidement des réformes, elle risquait une explosion » (p.167).

  • 32 J. Attali (note 8), p. 377.

59Quand François Mitterrand rencontre George Bush, sur l’île de Saint-Martin (Antilles), le 16 décembre, il reproche à Helmut Kohl de vouloir presser le rythme de l’unité allemande et de mettre Gorbatchev en difficulté. Attali reproduit ce propos du Président français : « Il crée trop d’attente en RDA. La RDA n’est pas prête à la réunification ». De nouveau, il s’inquiète de l’avenir des anciennes provinces allemandes prises par la Pologne et l’URSS. Parmi ‘les partisans de la sagesse’, il cite les noms de Willy Brandt, Hans-Dietrich Genscher et Richard von Weizsäcker ; il ne mentionne pas celui d’Helmut Kohl.32

3. La France et la RDA

60Les contacts gouvernementaux et les échanges se multiplient entre la France et la RDA après 1981. Erich Honecker est reçu à Paris en janvier 1988 et François Mitterrand se rend dans la RDA agonisante à la fin décembre 1989. Plus que du sort de la RDA, scellé en janvier/mars 1990, il se soucie surtout du problème de la ligne Oder-Neisse qu’il fait régler comme il l’entendait dans le cadre des négociations « 2 + 4 ».

Erich Honecker à Paris

  • 33 Cf. Friedhelm B. Meyer zu Natrup : « Frankreich und die DDR », in : Europa Archiv 11 (1988), pp. 31 (...)

61François Mitterrand évoque les relations France-RDA à partir de l’établissement des relations diplomatiques, le 9 février 1973, sous la présidence de Georges Pompidou ; à l’époque, les échanges commerciaux avec la RDA représentaient 0,2 % seulement du commerce extérieur français. En 1976, le ministre des Affaires étrangères de RDA, Oskar Fischer, fait sa première visite à Paris à Jean Sauvagnargues ; le 23 juillet 1979, son homologue français, Jean François-Poncet se déplace pour la première fois à Berlin-Est – aucun ministre des Affaires étrangères des trois Grands ne s’y était encore rendu.33

  • 34 Cf. Peter-Jochen Winters : « Erstes westliches Kulturinstitut in der DDR. Frankreich und die DDR in (...)
  • 35 Cf. Peter Probst : « Frankreichs Premier in Ost-Berlin. Erster Besuch eines westalliierten Regierun (...)

62Ces relations prennent de l’ampleur après 1981. Oskar Fischer est reçu par François Mitterrand en 1983, lors de l’ouverture du Centre culturel de la RDA à Paris (voir l’article de Geneviève Cimaz dans cet ouvrage). En janvier 1984, le ministre français des Relations extérieures, Claude Cheysson, inaugure le Centre culturel français, situé Unter den Linden (c’est le seul Centre du monde occidental à Berlin-Est).34 En juin 1985, le Premier Ministre Laurent Fabius fait une visite officielle très remarquée à Berlin-Est ;35 une fois encore la France est le premier des trois Grands occidentaux à faire un tel geste. Depuis 1985, Erich Honecker se rend dans les pays occidentaux. Du 7 au 11 septembre 1987, il est officiellement reçu en visite d’État en République fédérale d’Allemagne. Qui n’a pas cru alors que la division allemande durerait longtemps encore ? La petite phrase d’Erich Honecker sur les frontières entre les deux États allemands « qui pourraient un jour unir au lieu de séparer » avait intrigué.

  • 36 Cf. Karl-Rudolf Korte : Deutschlandpolitik in Helmut Kohls Kanzlerschaft. Regierungsstil und Entsch (...)
  • 37 Cf. Gerhard Kiersch : « Glanz und Problematik einer Staatsvisite. Bedeutung des Honecker-Besuchs fü (...)

63Le voyage à Bonn ouvre les portes de Paris à Erich Honecker,36 du 7 au 9 janvier 1988 ; la France est des trois pays occidentaux le premier à accueillir l’homme fort de Berlin-Est qui s’est déjà rendu six fois à l’Ouest.37 Dans une déclaration à la télévision de la RDA, diffusée le 6 janvier, François Mitterrand souligne la volonté de rester fidèle à la République fédérale tout en manifestant sa volonté d’ouverture : « Je veux qu’on ouvre les portes, et non pas qu’on les ferme » (p. 104). Lors du dîner d’État, il insiste sur la notion de liberté : « Comment imaginer que les Européens s’accordent sur la paix s’ils se divisent sur la liberté ? » (p. 104). Lors du déjeuner qu’il donne au ministère des Affaires étrangères, Jacques Chirac pose plus brutalement la question des droits de l’Homme en RDA. Plusieurs conversations d’un « réel intérêt, marquées par la franchise plus que par la chaleur » se déroulent entre François Mitterrand et Erich Honecker, et le premier ne reste pas indifférent.

« Ce Sarrois, sec et froid, qui incarnait l’intransigeance du communisme militant de l’Allemagne soviétisée, devait jusqu’au bout se réclamer du système qui s’écroulait autour de lui, et tenir tête à Gorbatchev quand l’heure serait venue de constater l’irrémédiable. Mais il avait de la finesse, une vraie culture historique en même temps qu’un ton juste lorsqu’il évoquait les combats de sa jeunesse contre le nazisme. On pouvait oublier un moment qu’il était devenu, lui aussi, le maître d’un autre régime totalitaire » (p. 104s.).

64Erich Honecker invite François Mitterrand en RDA ; le Président français laisse passer l’occasion du 40e anniversaire de la RDA. Erich Honecker est contraint de quitter ses fonctions le 18 octobre 1989. Son successeur, Egon Krenz, renouvelle l’invitation et disparaît à son tour le 6 décembre, après seulement 44 jours de pouvoir. L’intérim du chef de l’État est assumé par Manfred Gerlach, du 6 décembre 1989 à mars 1990 ; responsable du parti libéral de RDA (LDPD), il est vice-président de la République depuis 1960 – il n’incarne certainement pas le renouveau !

François Mitterrand en RDA

  • 38 Cf. Ulrich Pfeil : « La portée du voyage de François Mitterrand en RDA (20-22 décembre 1989). Eclai (...)

65L’unique voyage de François Mitterrand en RDA se déroule du 20 au 22 décembre 1989.38 Son opportunité est très discutée car la RDA s’effondre ; le Président est attaqué dans la presse qui lui fait des procès d’intention. Un voyage pour freiner l’unité allemande ? Pour préparer une alliance de revers avec Moscou ? Jacques Attali se fait l’écho d’une réaction irritée du Président français :

  • 39 J. Attali (note 8), p. 374.

« Ceux qui m’accusent de jouer contre la réunification en me rendant en RDA sont des imbéciles. La réunification n’est pas à l’ordre du jour. Kohl ne m’a pas demandé de ne pas y aller. Il suffit qu’on veuille m’interdire de faire quelque chose pour que j’aie très envie de le faire ».39

66Le Président sait que les dirigeants de RDA attendent de lui « une caution officielle au statut d’État souverain de la République démocratique » (p. 110) ; le ministre du Commerce extérieur, Gerhard Beil, lui fait même savoir avant son départ qu’il faudrait insister sur la souveraineté de la RDA. François Mitterrand s’exprime publiquement à plusieurs reprises : dîner officiel à Berlin-Est, débat avec des journalistes de la télévision de RDA, entretien avec des étudiants, intellectuels et artistes à l’université Karl Marx à Leipzig, allocution devant la communauté française à Berlin-Est et conférence de presse dans cette même ville.

67À l’université de Leipzig, François Mitterrand répond à des questions sur son histoire personnelle et il définit la position française sur l’unité de l’Allemagne, la question des frontières et le rôle de la Communauté européenne. Il explique que « l’unité des Allemands regarde avant tout les Allemands », aussi se prononce-t-il pour des « élections libres, ouvertes, démocratiques ». C’est aux Allemands de choisir la forme et la rapidité de leur unité : « Je ne suis pas de ceux qui freinent. Je dis que la volonté du peuple allemand s’exprime et qu’elle s’accomplisse ! » Il rappelle que les accords d’Helsinki de 1975 consacrent « l’immutabilité des frontières », qu’il ne faut pas jouer avec elles et que celle entre les deux États allemands est d’une nature particulière (pp. 113s.).

68Touché par « la foule considérable d’étudiants » à l’université, le 21 décembre, François Mitterrand comprend à quel point, « la jeunesse de cette Allemagne isolée jusqu’alors était avide d’approcher quiconque provenait de cet Ouest à la fois redouté et fabuleux » (p. 112). À Leipzig, il rencontre aussi des figures de proue de la contestation comme Kurt Masur, le chef d’orchestre du Gewandhaus, qui, le 9 octobre 1989, a été à l’origine de la plus grande « manifestation du lundi » à Leipzig, destinée à empêcher une intervention armée du pouvoir. François Mitterrand apprécie sa vision, son courage tranquille, sa sûreté de jugement, sa disponibilité d’esprit, « un des hommes autour desquels les Allemands pourraient se rassembler » (p. 119). Mais il s’éloigna plus tard de la politique pour se consacrer à la musique. Le pasteur Friedrich Magirius, chargé de l’église Saint-Nicolas et « superintendant » de Leipzig-Est est « animé par la certitude que la force d’âme ferait reculer la menace des balles » (p. 120). La visite de cette église et de Saint-Thomas font comprendre au Président français le rôle de l’Église réformée et l’importance de la prière de la paix et des célèbres manifestations du lundi, à partir de 18 heures, avec des dizaines de milliers de participants. Kurt Masur ajoute avec un sourire : « Ils ont fait la révolution une fois par semaine tous les lundis soir, après le bureau » (p. 121). De ses entretiens à Leipzig, François Mitterrand tire la conclusion que ses hôtes sont peu pressés de faire l’unité allemande.

  • 40 Ibrahim Böhme, éphémère président du SPD de RDA, fondé le 7 octobre 1989 à Schwante ; il démissionn (...)
  • 41 Wolfgang Schnur, un des cofondateurs et président du Demokratischer Aufbruch/ Essor démocratique, c (...)
  • 42 Bärbel Bohley a fondé en septembre 1989 Neues Forum (Nouveau Forum) pour rassembler les réformateur (...)
  • 43 Jens Reich a participé aussi au lancement de Neues Forum et sera député à la Chambre du Peuple d’oc (...)
  • 44 Manfred Stolpe (SPD), alors président du Consistoire de l’Église évangélique, il dirige le gouverne (...)
  • 45 H. Kohl (note), p. 198.

69Lors du petit déjeuner à l’Hôtel Palast, à Berlin-Est, le 22 décembre, François Mitterrand rencontre Ibrahim Böhme40 et Wolfgang Schnur41. Il parle aussi avec l’artiste Bärbel Bohley42 et avec le biologiste Jens Reich.43 François Mitterrand a apprécié ses échanges avec Manfred Stolpe.44 Tous expriment leur réticence à l’égard de l’unité allemande, si celle-ci se produit, ils souhaitent que ce soit dans le cadre européen. Bärbel Bohley s’oppose à des élections trop rapides pour ne pas faire disparaître les valeurs propres à la RDA ; Jens Reich plaide pour la patience et Manfred Stolpe souligne l’importance des défis économiques. Dans son livre, François Mitterrand ne parle pas de son entrevue avec l’avocat Gregor Gysi, président du SED-PDS depuis le 9 décembre 1989, puis du seul PDS. À Latché, le 4 janvier 1990, le Président français aurait confié à Helmut Kohl : « C’était un intellectuel cynique. »45

70Au cours de l’entretien de l’Hôtel Palast, François Mitterrand affirme que

« les Allemands n’avaient pas à être punis dans les siècles des siècles pour un moment terrible de leur histoire » (p. 124).

71Il trouve même que

« les Allemands de l’Est avaient été très mal traités en 1945, qu’ils avaient été séparés, opprimés, rejetés dans un monde qui n’était pas le leur et que nous, Occidentaux, avions quelque chose à réparer ».

72Il dit avec force son attachement à la Prusse :

« La Prusse, foyer de civilisation et de culture, inséparable de la civilisation et de la culture, dont nous Français, nous réclamons, n’avait pas à douter d’elle-même » (p. 125).

73Dans un aparté, il confie à Manfred Stolpe que la Prusse réapparaîtra bientôt dans sa vraie dimension,

« l’un des plus riches réservoirs d’hommes et de moyens de l’Allemagne de l’Est » (p. 125).

  • 46 H. Védrine (note 2), p. 453.

74Malgré les commentaires hostiles contre son voyage, François Mitterrand s’estime heureux d’avoir pu s’informer sur place sur la situation en RDA et d’y avoir vécu des moments intenses. Avant de quitter Berlin-Est pour Paris, il aurait pu participer avec les chefs des deux gouvernements allemands et les maires de Berlin-Est et de Berlin-Ouest à l’ouverture symbolique de la Porte du Brandebourg, murée depuis 1961, et qui vers l’Est donne sur la Pariser Platz. Helmut Kohl l’aurait invité, mais le Président français refuse. Hubert Védrine conteste qu’il y ait eu une invitation, « sauf par la rumeur et les médias ».46 Jacques Attali présente en ces termes la réaction de François Mitterrand :

  • 47 J. Attali (note 8), p. 381.

« C’est une affaire entre Allemands. Je n’ai pas à y participer. Kohl ne m’a pas prévenu de son plan en dix points ; il refuse de reconnaître la frontière Oder-Neisse. Et il veut que j’aille légitimer sa mainmise sur la RDA ? C’est trop gros ! Il ne peut pas espérer que je tombe dans ce piège. Et la presse française qui dit que je ne comprends rien ... Les journalistes sont toujours prêts à se coucher aux pieds du vainqueur, comme en 1940 ! »47

  • 48 H. Teltschik (note 7), pp. 71/94s.

75Horst Teltschik explique que la date du voyage de François Mitterrand en RDA, arrêtée sans concertation avec la chancellerie, a mis Helmut Kohl dans l’embarras, car il voulait se rendre à Dresde avant Noël et il devait tenir compte de différents engagements internationaux. Le chancelier et ses collaborateurs « n’étaient pas heureux » des dates décidées par Paris. La question est même évoquée lors du déjeuner de Strasbourg, le 9 décembre. François Mitterrand reconnaît que la date n’est pas idéale mais qu’il ne peut plus l’annuler, d’autant qu’il s’est déjà rendu dans d’autres pays d’Europe de l’Est. Le projet a bien sûr « quelque chose de surréaliste » en raison des changements de responsables à Berlin-Est, mais il n’y a pas de rivalité avec Helmut Kohl, comme le suggère la presse. Horst Teltschik traite en 17 lignes du voyage de François Mitterrand en RDA, dont six lignes peu flatteuses sur Manfred Gerlach « Ein Wendehals par excellence » (un oiseau grimpeur à cou très souple). Le collaborateur du chancelier trouve que la visite de François Mitterrand à cette date a un effet anachronique. « À quoi doit-elle servir ? »48

76Toujours selon Horst Teltschik, le 22 décembre, le secrétaire général de l’Élysée, Jean-Louis Bianco, lui téléphone pour rendre compte du voyage en RDA. Le Président aurait été frappé par la perplexité des propos de ses hôtes et interlocuteurs à Berlin-Est et à Leipzig. Il ne faut pas qu’Helmut Kohl aille trop vite et on ne sait pas encore si la majorité de la population de la RDA veut la réunification, aucun des dirigeants ne se prononce pour une unité rapide. Horst Teltschik résume la position de François Mitterrand de façon laconique : élections libres et nécessité d’un dialogue entre les quatre Grands et les deux Allemagnes. Puis il ajoute le commentaire suivant :

  • 49 H. Teltschik (note 7), p. 96.

« Il est évident que deux âmes luttent dans la poitrine de Mitterrand. D’un côté, il ne veut pas empêcher le processus de l’unité allemande. Comme il l’a dit lui-même à plusieurs reprises, il ne redoute pas l’unité allemande. D’un autre côté, il attire toujours l’attention sur les grands obstacles qu’il faut franchir. Nos amis français ont des difficultés avec l’Allemagne".49

  • 50 H. Kohl (note 6), pp. 167/188.

77Helmut Kohl raconte que lors du déjeuner de Strasbourg, il avait expliqué à François Mitterrand que Gerlach n’était pas quelqu’un de respectable et que la population méprisait cet ancien compagnon de route d’Erich Honecker. Le chancelier concède toutefois : « Personne ne pouvait se douter que tout irait si vite tout à coup ». Helmut Kohl ne consacre que six lignes au voyage de François Mitterrand en RDA, avec une appréciation lapidaire : « La visite d’État de Mitterrand en RDA passa presque inaperçue ».50 La déclaration de solidarité du Président français n’a pas empêché en 1990 « la disparition pure et simple de la RDA ». Cette brièveté et les remarques acides contrastent naturellement avec les longs récits enthousiastes que Horst Teltschik et Helmut Kohl font de la visite du chancelier à Dresde, le mardi 19 décembre (après le voyage en Hongrie), qui aurait donné une impulsion décisive à l’unité allemande.

La rencontre de Latché

  • 51 H. Kohl (note 6), p. 193.

78Après le déplacement de François Mitterrand en RDA, les bonnes relations avec Helmut Kohl sont mises à l’épreuve, les journaux allemands parlent de crise et montent l’opinion contre le Président français ; la presse française accuse Helmut Kohl de mener un double jeu. François Mitterrand invite Helmut Kohl à Latché, dans les Landes, le 4 janvier 1990, pour essayer de dissiper les malentendus et les irritations des dernières semaines. Helmut Kohl raconte : « François Mitterrand me parut un peu gêné. Je ne l’avais encore jamais vu ainsi pendant une conversation personnelle ».51 Ils s’entretiennent de la ligne Oder-Neisse et de l’attitude de l’URSS ; selon François Mitterrand, le destin de Gorbatchev dépend plus de Helmut Kohl que de ses adversaires à Moscou. Le Président évoque le spectre d’une Allemagne neutraliste avec une influence soviétique qui s’étendrait jusqu’au Rhin.

  • 52 H. Kohl (note 6), p. 195.

79Helmut Kohl insiste sur le fait que la situation en RDA est beaucoup plus grave que ne le disent les dirigeants à Berlin-Est. Près de 2000 personnes, indispensables au bon fonctionnement du pays, quittent chaque jour la RDA. Après 40 ans de communisme, il ne sert plus à rien de leur dire de rester chez elles pour aider les autres, elles n’ont « plus envie d’attendre des temps meilleurs ».52 Jacques Attali prête le propos suivant au chancelier :

  • 53 J. Attali (note 8), p. 390.

« Je dois obtenir que les gens ne quittent plus la RDA ; c’est cela le point crucial. On n’arrivera pas à tenir, ni là-bas, ni chez nous, si de trente à quarante mille personnes partent tous les mois. »53

80François Mitterrand répond aussitôt : « Ce n’est pas moi qui fermerai le bout du tunnel », puis il insiste sur la nécessité de faire progresser en même temps unité allemande et unité européenne et de respecter la frontière germano-polonaise. Peu après, il dit à Jacques Attali :

« Kohl voudra organiser la réunification au plus vite en nous faisant croire qu’il n’y peut rien, qu’il est débordé par la foule. Tout le monde criera … »

81Quelques jours plus tard des manifestations massives en faveur de la réunification se déroulent en RDA. Le 8 janvier, François Mitterrand aurait dit à Jacques Attali :

  • 54 J. Attali (note 8), p. 390/392.

« La CDU organise. Kohl est derrière tout cela. Il me dit qu’il n’a rien fait, mais derrière mon dos, il accélère. Et il croit que je ne m’en rends pas compte ! »54

82Le 5 février, Helmut Kohl téléphone à François Mitterrand pour l’informer de l’aggravation de la situation en RDA et des mesures que le gouvernement de Bonn doit prendre.

  • 55 H. Kohl (note 6), p. 219.

« L’État et les structures étatiques sont en train de disparaître, l’autorité du gouvernement est proche de zéro, les instances locales font ce qui leur passe par la tête ».55

83Le chancelier ajoute que Gorbatchev ne peut plus rien faire pour Hans Modrow et il a demandé à lui, Helmut Kohl, de contribuer à stabiliser la RDA.

84Hans Modrow essaie de survivre en proposant le 1er février 1990 un timide projet de « patrie unie avec tous les citoyens de nation allemande » ; liés par des structures confédérales, les deux États choisiraient la neutralité en matière de sécurité. Helmut Kohl accepte la perspective de la confédération, mais récuse le concept de neutralité. Les 10 et 11 février, il se rend à Moscou, où Mikhaïl Gorbatchev accepte pour la première fois que les Allemands préparent leur unité mais le désaccord persiste sur la question des alliances. Curieusement Jacques Attali et François Mitterrand ne réagissent pas à ce coup d’accélérateur qui va sacrifier la RDA. Pendant plusieurs semaines, Verbatim ne contient plus de mentions importantes sur l’Allemagne.

Controverses à propos de l’Oder-Neisse

85C’est moins le sort de la RDA que l’avenir de la frontière de cet État avec la Pologne qui préoccupe François Mitterrand ; de décembre 1989 à mai 1990, elle prend même « une place majeure » dans les échanges avec Helmut Kohl (p. 127), car elle commande toutes les autres. Les deux dernières guerres mondiales ont provoqué trop de changements frontaliers pour ajouter de nouvelles injustices à celles-ci. L’Allemagne l’inquiète, car elle hésite entre ses vocations, « soit nation arrimée à l’union de l’Europe, soit héritière, sans le dire, d’ambitions impériales, celles des Hohenzollern et celles des Habsburg » (p. 129). Comme d’autres pays en Europe, l’Allemagne a souffert des transferts de population (après avoir fait souffrir d’autres peuples), sans perdre « le souvenir des belles provinces perdues » (p. 130).

86François Mitterrand est exaspéré par l’attitude du chancelier qui reconnaît certes le bien fondé des résolutions d’Helsinki sur l’intangibilité des frontières en Europe, mais retarde le moment où il faudra consentir à la fixation définitive. Le Président se plaint d’entendre toujours le même argument :

« La RFA ne peut se prononcer sur une question qui relève de la compétence de l’Allemagne unifiée » (p. 141).

87Pour des raisons de politique intérieure, le chancelier voulait éviter cette discussion et le chancelier écrit même :

  • 56 H. Kohl (note 6), p. 76.

« Les interventions françaises nous semblaient peu utiles et elles indiquent que la France veut freiner l’évolution. »56

  • 57 H. Kohl (note 6), p. 161.

88Le conseiller du chancelier croit surtout déceler l’influence nocive du ministre des Affaires étrangères, Roland Dumas. Helmut Kohl reproche à François Mitterrand de ne pas avoir « au départ de stratégie claire sur la question allemande » et d’être sous l’influence de Roland Dumas.57 Il y voit la confirmation de sa thèse selon laquelle la classe politique française manifeste son hostilité à l’unité allemande.

89Roland Dumas fait le 1er mars 1990 à Berlin une déclaration très forte qui vise l’attitude de Bonn à propos de la frontière germano-polonaise :

  • 58 Cité par H. Teltschik (note 7), pp. 164s.

« De simples déclarations, si solennelles fussent-elles ne sauraient suffire. Des questions aussi essentielles relèvent nécessairement d’arrangements contractuels soumis à ratification. »58

90Helmut Kohl est froissé, mais Paris insiste pour qu’en plus de la déclaration solennelle des deux Parlements allemands, il y ait un acte juridique international (un traité) pour garantir la pérennité de la frontière germano-polonaise. Le côté français se montre d’autant plus ferme que les Polonais soupçonnent Bonn de vouloir exiger des réparations pour les dommages subis depuis 1945 et un statut particulier pour les Polonais de souche allemande.

91Le problème devient d’autant plus pressant que le 13 février 1990, à Ottawa, les quatre Grands et les deux Allemagnes ont décidé d’ouvrir des négociations pour régler les aspects extérieurs du problème allemand, dont celui des frontières. François Mitterrand reçoit à Paris les dirigeants polonais, le général Jaruzelski (chef de l’État) et Tadeusz Mazowiecki (Premier Ministre), le 9 mars, et se fait l’avocat des intérêts polonais. Le 14, il téléphone à Helmut Kohl pour l’informer des trois points de l’accord franco-polonais :

  • un traité doit être négocié entre les deux Allemagnes et la Pologne avant la réalisation de l’unité allemande,

  • le traité sera ratifié par le Parlement de l’Allemagne unie,

  • les Polonais participeront aux négociations « 2 + 4 » quand il sera question des frontières.

  • 59 H. Kohl (note 6), p. 270.
  • 60 H. Teltschik (note 7), p. 175.

92Helmut Kohl admet le principe d’une participation polonaise lors des négociations sur les frontières, mais il rappelle que le Bundestag vient d’adopter une motion sur la ligne Oder-Neisse. Il se plaint amèrement de l’attitude de Paris qui lui donne l’impression de vouloir ressusciter le système des alliances des années 1920 et de vivre sur une autre planète. « Mais sur la planète où je vis étaient arrivés 140 000 réfugiés depuis le 1er janvier ».59 Le chancelier s’insurge que l’on prenne en compte les sentiments polonais et ceux des autres peuples sans tenir compte de ceux des Allemands. Helmut Kohl et Horst Teltschik parlent dans leurs livres de l’« orage purificateur » (« ein reinigendes Gewitter »). Le lendemain, 15 mars, Horst Teltschik fait une visite confidentielle à l’Élysée où Jean-Louis Bianco lui fait comprendre qu’il ne faut pas surévaluer la conférence de presse de François Mitterrand avec les dirigeants polonais. Après ces explications un peu rudes, le couple franco-allemand se concentre sur les questions européennes et sur les négociations « 2 + 4 ». À l’issue du Conseil européen de Dublin, le 28 avril 1990, où la France et l’Allemagne ont lancé une initiative commune, Helmut Kohl confie à Horst Teltschik que « Mitterrand s’est comporté de façon formidable. »60

Les négociations « 2 + 4 »

93Dans quel cadre discuter du traité de paix avec l’Allemagne prévu depuis la conférence de Potsdam en 1945, des aspects extérieurs du problème allemand (Berlin, frontières, armes nucléaires, alliances) et des droits réservés des quatre Grands en Allemagne ? L’idée d’une conférence de la paix entre les deux Allemagnes et les pays en guerre contre le IIIe Reich en 1945 est écartée au profit d’une négociation entre les 2 Allemagnes et les 4 Grands (2 + 4). Le principe en est acquis à Ottawa/ Canada, le 13 février 1990, en marge de la conférence des ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN et du pacte de Varsovie, réunis pour discuter du projet « Ciel ouvert » (désarmement conventionnel et liberté de la circulation aérienne) dans le cadre de la C.S.C.E. Les Six doivent régler deux questions épineuses qui touchent directement la RDA : la ligne Oder-Neisse et le statut militaire du territoire est-allemand. Quatre réunions des ministres des Affaires étrangères suffiront : le 5 mai à Bonn, le 22 juin à Berlin-Est, le 17 juillet à Paris (avec la participation des Polonais) et le 12 septembre à Moscou où est signé le traité « 2 + 4 ».

94Après l’accord entre Helmut Kohl et Mikhaïl Gorbatchev à Moscou et celui des Six à Ottawa, suivis des premières élections libres pour la Chambre du peuple de RDA, le 18 mars, le processus de l’unité s’accélère, les aspects intérieurs et extérieurs de l’unité devant être réglés parallèlement. Aux élections du 18 mars, les partis les plus favorables à l’unité, regroupés dans l’« Alliance pour l’Allemagne » dominée par la CDU, ont obtenu 47,7 % des voix, contre 21,8 % seulement au SPD. Lothar de Maizière (CDU), chef du gouvernement à Berlin-Est à partir 12 avril, négocie promptement avec Bonn les deux traités qui vont créer l’unité intérieure ; le traité sur l’unité monétaire, économique et sociale entre en vigueur dès le 1er juillet 1990 et le traité relatif à l’unité étatique le 3 octobre.

95Dans les négociations « 2 + 4 » (que les Français appellent plus volontiers « 4 + 2 », pour souligner la prééminence des Quatre) la question de la ligne Oder-Neisse est évacuée assez rapidement dans la mesure où le chancelier Kohl accepte finalement les exigences françaises ; les Polonais participent à la réunion des ministres des Affaires étrangères à Paris le 17 juillet. Le traité germano-polonais, élaboré avant le 3 octobre, sera signé à Varsovie le 14 novembre.

96Les Occidentaux exigeaient que l’Allemagne unie reste dans l’alliance atlantique, les Soviétiques ne voulaient pas en entendre parler, puis ils proposèrent la neutralité ou l’appartenance aux deux systèmes d’alliance (OTAN et pacte de Varsovie) pour finalement céder à la pression des Occidentaux. Quel statut militaire donner au territoire de l’ancienne RDA ? Cette question posait celle de l’avenir des troupes soviétiques dans cette partie de l’Allemagne, du retrait du pacte de Varsovie et de l’éventuelle non-participation de l’ancienne RDA dans les structures de l’OTAN.

97Une nouvelle rencontre décisive entre Helmut Kohl et le Président Gorbatchev, dans le Caucase, le 16 juillet, va lever les dernières difficultés, car les Soviétiques acceptent la souveraineté pleine et entière de l’Allemagne unie et son libre choix en matière d’alliance. Le retrait des troupes soviétiques stationnées dans l’ancienne RDA, prévu au plus tard à la fin de l’année 1994, fera l’objet d’un traité germano-soviétique. Les structures de l’OTAN ne seront pas étendues au territoire de l’ancienne RDA tant que les troupes soviétiques y seront stationnées. L’armée de l’Allemagne unie réduira l’ensemble de ses effectifs à 370 000 hommes et confirme son renoncement aux armes ABC.

98Selon Attali, François Mitterrand aurait dit en lisant la dépêche de l’accord du Caucase :

« Et voilà ! Gorbatchev, qui nous a tant supplié de ne rien céder à Kohl, lui abandonne tout, sans doute pour quelques marks de plus. Avec ça, nous ne pourrons plus résister longtemps à la réunification ».

  • 61 J. Attali (note 8), p. 541.

99Et Jacques Attali ajoute : « De fait, le « 4 + 2 » n’est plus qu’une fiction. »61

100Effectivement, le lendemain, 17 juillet, la troisième session des « 2 + 4 » à Paris avec la participation des Polonais, règle la question de la frontière germano-polonaise. Et le « traité portant règlement définitif concernant l’Allemagne » est signé par les Six lors de la réunion suivante à Moscou, le 12 septembre. L’Allemagne unie comprend le territoire des deux Allemagnes et de l’ensemble de Berlin ; elle n’a plus aucune revendication territoriale. Les questions de sécurité ont été arrêtées dans le sens déjà indiqué. Les Quatre mettent fin à leurs droits et responsabilités relatifs à Berlin et à l’Allemagne dans son ensemble. La phrase la plus importante pour les Allemands est sans doute celle-ci :

  • 62 Cf. Documents. Revue des questions allemandes (numéro spécial) 1990, p. 72 (avec les traités et les (...)

« L’Allemagne unie jouira, en conséquence de la pleine souveraineté sur ses affaires intérieures et extérieures » (art. 7, alinéa 2)62.

101Dans une interview donnée le 14 février 1990 à huit quotidiens régionaux, François Mitterrand indique, les principes qui allaient guider la diplomatie française au cours de la négociation « 2 + 4 » :

« Mais l’unification, – quelle que soit la forme qu’elle prendra, entraînera des conséquences auxquelles la France est directement intéressée : le contenu du règlement de paix, la fixation des frontières, l’intégration dans la Communauté, le stationnement des forces armées, l’état des alliances. Mon devoir est de veiller à la sécurité et aux intérêts fondamentaux de la France » (p. 148).

  • 63 J. Attali (note 8), pp. 575/590.

102À partir du 2 août, les problèmes de la RDA et de l’unité allemande passent à l’arrière-plan dans la politique française en raison de l’envahissement du Koweit par les troupes de l’Irak. Jacques Attali note le 23 août : « La dynamique de la réunification allemande s’achève dans l’indifférence générale. La Volkskammer décide l’adhésion de la RDA à la RFA à partir du 3 octobre 1990 » L’Allemagne n’est militairement pas présente dans le conflit du Moyen-Orient. Le même auteur trouve aussi que le traité « 2 + 4 » est conclu « dans l’indifférence générale ». Lors du Sommet franco-allemand de Munich, le 17 septembre, Jacques Attali note : « Le Président a l’esprit ailleurs. Il ne pense qu’au Golfe. »63

Le 3 octobre 1990

103Le Conseil des Ministres se tient à Paris le jour de l’unité allemande, le 3 octobre, un mercredi. Jacques Attali rapporte le commentaire suivant du Président de la République devant le gouvernement :

« C’est évidemment une bonne chose. C’est une Allemagne sans doute nouvelle qui apparaît. C’est une vaste nation démocratique dont les ailes sont encore limitées. Les Allemands ont le sentiment de rejoindre la profondeur de leur pays ; cela doit être célébré. On jugera l’Allemagne sur ses actes. Il faut considérer l’Europe dans sa réalité, la réalité allemande en fait partie. Je souhaite que le gouvernement exprime avec moi ses vœux à l’Allemagne d’aujourd’hui. »

104Le même jour, François Mitterrand part pour une visite rapide aux Emirats arabes et en Arabie séoudite. Il rentre le 4 à Paris où l’attend une lettre du chancelier Kohl qui remercie ceux qui ont facilité la marche des Allemands vers l’unité ; il y expose aussi les principes très rassurants de la politique extérieure de l’Allemagne unie. Le Président commente ainsi ces promesses :

« Le Chancelier est sincère. Et il fera tout cela, s’il en a le temps. C’est un homme de très grande valeur. Mais après lui ? Il faut arrimer l’Allemagne, la dissoudre dans l’Union politique de l’Europe avant que Kohl ne passe la main. Sinon, l’arrogance allemande – cette fois bavaroise, et non plus prussienne – menacera de nouveau la paix en Europe. »

  • 64 J. Attali (note 8), pp. 602/606/642.

105La Charte pour une nouvelle Europe est signée à Paris par les 35 pays de la C.S.C.E., le 21 novembre 1990. « Yalta, c’est terminé » déclare François Mitterrand64. Plusieurs acteurs de l’unité allemande quittent la scène politique. Margaret Thatcher démissionne le lendemain, 22 novembre, comme chef du gouvernement britannique ; elle est remplacée par John Major. Le 3 février 1991, Horst Teltschik annonce à Jacques Attali qu’il quittera la chancellerie à Bonn en fin d’année pour rejoindre le secteur privé. Mikhaïl Gorbatchev abandonne le pouvoir le 25 décembre 1991. Avec la réalisation de l’unité allemande, un nouveau chapitre s’ouvre pour l’Allemagne et l’Europe.

  • 65 H. Védrine (note 2), pp. 423et 457.

106Hubert Védrine consacre une trentaine de pages à l’attitude du Président face à l’unité allemande. Il souligne que celui-ci s’est exprimé très tôt et sans ambiguïté sur le droit des Allemands à la réunification.65

  • 66 H. Védrine (note 2), p. 427.

« Mais, à certains moments, il va se montrer plutôt sombre dans ses commentaires et pronostics, surtout privés, comme s’il était ressaisi par l’Histoire, toujours, chez lui, source mêlée de fascination, d’immobilité et de prémonitions. Dans ses actes, en revanche, il se montrera constamment soucieux de l’avenir et constructif. »66

107Sa politique consistera, selon Hubert Védrine,

« à accompagner le mouvement tout en cherchant à en maîtriser au mieux les aspects éventuellement déstabilisants pour la France, pour la relation franco-allemande, pour la paix en Europe, pour la construction européenne et pour la situation en URSS ... »

108Aussi va-t-il se concentrer sur la relance européenne et sur la confirmation de la frontière germano-polonaise.

109L’objet de cette contribution n’était pas de traiter du rapport entre unité allemande et unité européenne. Il faut toutefois se souvenir que pendant les mois difficiles des pourparlers sur l’unité allemande, François Mitterrand a obtenu des engagements précis, à réaliser dans des délais assez brefs, à propos de la monnaie européenne (le traité de Maastricht est signé le 7 février 1992, il entre en vigueur le 1er novembre 1993) et de l’Union politique. Les tiraillements entre Paris et Bonn ne doivent faire oublier cet acquis fondamental :

« Grâce à l’exceptionnelle relation entre le Président et le Chancelier, la réunification sert d’accélérateur à une politique d’avenir entamée de longue date. »

110Le souci de François Mitterrand a toujours été de veiller aux intérêts de la France et à la poursuite de la construction européenne.

« Sa hantise de l’automne-hiver 1989-90 est qu’une réunification mal gérée les compromette et laisse subsister derrière elle des abcès mal vidés. »

111Le même auteur explique qu’il faut juger un homme d’État, non pas sur ses « confidences » mais sur ses « actes » ; selon lui, ceux-ci auraient été ordonnés autour d’une idée simple :

  • 67 H. Védrine (note 2), pp. 427/439/445/457.

« accompagner la réunification allemande afin que l’Europe entière en sorte plus forte et non pas moins forte, et qu’il ne subsiste ultérieurement aucune ‘bombe à retardement’. »67

112Remplacée par les cinq nouveaux Länder, la RDA disparaît, mais, ironie de l’histoire, François Mitterrand prononce son dernier discours, très émouvant, à Berlin-Est, le 8 mai 1995, lors du 50e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. La manifestation se déroule au Schauspielhaus, construit en 1821 par le grand architecte Karl Friedrich Schinkel, écrasé par les bombes de la dernière guerre, reconstruit dans les années 1980 par la RDA. Sur le même Marché des gendarmes, François Mitterrand revoit les monuments magnifiquement restaurés de la culture prussienne qu’il admire. En cette occasion et en ce lieu, Ici et Maintenant (pour citer le titre de l’un de ses livres), il retrouve cette « Allemagne de toujours que l’histoire, la géographie, la culture ont indissolublement liée à la France » (p. 241). À Berlin, il se souvient que, prisonnier de guerre en Allemagne, en Thuringe, il souffrait de la solitude et de la perte de son identité. Il confie à son auditoire qu’il a néanmoins repris espoir car là-bas il a connu des Allemands qui étaient des honnêtes gens. L’Europe se fait, il peut « l’esprit en paix, passer le témoin à ceux qui vont nous suivre » (p. 247).

Repères chronologiques

1989

20 janvier

George Bush, Président des USA, succède à Ronald Reagan.

15 février

Retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan.

17 avril

Le syndicat SOLIDARNOSC est autorisé en Pologne.

2 mai

La Hongrie commence à démonter le rideau de fer avec l’Autriche

19 mai

Rencontre Bush/Mitterrand aux USA.

25 mai

Gorbatchev devient chef de l’État.

30-31 mai

Bush en Allemagne, discours sur le leadership in partnership (Mayence).

4 juin

Massacre des étudiants contestataires à Pékin, la Chambre du peuple de RDA approuve le 8.

12-15 juin

Gorbatchev en Allemagne fédérale.

1er juillet

La France préside le Conseil européen jusqu’en décembre.

5 juillet

Gorbatchev à Paris

7 juillet

Les États du pacte de Varsovie mettent fin à la doctrine Brejnev.

14 juillet

Bicentenaire de la Révolution française.

27 juillet

F. Mitterrand s’entretient avec 5 journaux européens.

19 août

Tadeusz Mazowiecki (Solidarnosc), Premier Ministre en Pologne

10 septembre

Bärbel Bohley et Jens Reich fondent Neues Forum

11 septembre

La Hongrie ouvre sa frontière avec l’Autriche pour les réfugiés de RDA

7 octobre

40e anniversaire de la RDA. Gorbatchev à Berlin-Est.

18 octobre

Erich Honecker renonce à ses fonctions, il est remplacé par Egon Krenz

25 octobre

F. Mitterrand au Parlement européen à Strasbourg.

2-3 novembre

Sommet franco-allemand à Bonn. F.Mitterrand : « Non, je n’ai pas peur de la réunification »

9 novembre

Ouverture du Mur de Berlin.

13 novembre

Hans Modrow, chef du gouvernement de RDA.

15 novembre

Discours de Gorbatchev devant les Komosols.

18 novembre

Dîner exceptionnel des Douze à l’Élysée.

23 novembre

F. Mitterrand au Parlement européen, Strasbourg.

27 novembre

Lettre de Kohl à Mitterrand (calendrier européen).

28 novembre

Les 10 points de Kohl pour l’unité allemande.

2-3 décembre

Bush et Gorbatchev se rencontrent au large de l’île de Malte.

4 décembre

Conseil de l’OTAN à Bruxelles avec Bush.

5 décembre

Accord Mitterrand/Kohl, bases du traité de Maastricht.

6 décembre

Mitterrand à Kiev, rencontre avec Gorbatchev.

Krenz démissionne, remplacé à la tête de l’État par Manfred Gerlach, LDPD et par Gregor Gysi pour le SED-PDS.

7 décembre

lère Table Ronde à Berlin-Est.

8-9 décembre

Conseil européen à Strasbourg.

11 décembre

Rencontre des quatre Ambassadeurs à Berlin.

16 décembre

Mitterrand et Bush sur l’île St-Martin, Antilles.

19 décembre

H. Kohl à Dresde.

20-22 décembre

F. Mitterrand en RDA (Berlin-Est et Leipzig).

22. décembre

Kohl et Modrow ouvrent la Porte du Brandebourg à Berlin.

29. décembre

Vaclav Havel élu Président de la République en Tchécoslovaquie.

30. décembre

Voeux de F.Mitterrand, projet d’une confédération européenne pour associer les 12 et l’Europe de l’Est.

1990

4 janvier

Mitterrand reçoit Kohl à Latché/ Landes.

17 janvier

Discours de Kohl à Paris.

20 janvier

Mitterrand à Londres.

10-11 février

Kohl et Genscher à Moscou, Gorbatchev accepte l’idée de l’unité allemande.

13 février

À Ottawa, accord pour des négociations « 2 + 4 ».

14 février

Interview de Mitterrand avec 8 journaux régionaux.

24-25 février

Bush reçoit Kohl à Camp David.

1er mars

Discours de R. Dumas à Berlin.

8 mars

Déclaration du Bundestag sur les frontières.

9 mars

Mitterrand reçoit les dirigeants polonais. Pour un acte juridique international qui reconnaît la frontière germano-polonaise.

14 mars

Entretien téléphonique « orageux » Mitterrand/Kohl.

18 mars

Élections libres en RDA.

12 avril

L. de Maizière, CDU, chef du gouvernement en RDA.

25 avril

Sommet franco-allemand à Paris.

28 avril

Conseil européen à Dublin, initiative franco-allemande.

6 mai

Elections municipales en RDA.

Négociations « 2 + 4 », Ministres des Affaires étrangères

5 mai

Bonn

22 juin

Berlin-Est

17 juillet

Paris (participation des Polonais).

12 septembre

Moscou. Signature du traité portant règlement définitif concernant l’Allemagne.

21 juin

Résolution du Bundestag sur la frontière avec la Pologne.

25 juin

L. de Maizière reçu à l’Élysée.

1er juillet

Union monétaire, économique et sociale.

16 juillet

Rencontre Gorbatchev/ Kohl dans le Caucase.

2 août

L’Irak envahit le Koweit. Début de la guerre du Golfe.

13 septembre

Signature du traité germano-soviétique.

17-18 septembre

Sommet franco-allemand à Munich.

3 octobre

Unité allemande. Entrée en vigueur du traité entre la RFA et la RDA relatif à l’établissement de l’unité allemande.

Lettre de remerciement d’H. Kohl.

12 octobre

Signature à Bonn du traité sur les conditions du séjour limité dans le temps et les modalités du retrait planifié des troupes soviétiques.

9 novembre

Signature à Bonn du traité sur les relations de bon voisinage, le partenariat et la coopération entre la RFA et l’URSS.

14 novembre

Signature à Varsovie du traité germano-polonais sur la frontière commune, confirmation de la ligne Oder-Neisse.

19-21 novembre

Réunion de la C.S.C.E. à Paris. Signature le 21 de la Charte de Paris pour une nouvelle Europe. « Yalta, c’est terminé » déclare F. Mitterrand

22 novembre

Margaret Thatcher, Premier Ministre britannique démissionne, elle est remplacée par John Major.

2 décembre

Elections fédérales pour le 12eBundestag dans l’ensemble de l’Allemagne unie.

Notes

1 Voir Pierre Haski : « Mitterrand et la réunification de l’Allemagne », in : Samy Cohen (éd.) : Mitterrand et la sortie de la guerre froide, Paris, puf, 1998, pp. 9-22.

2 Hubert Védrine : Les mondes de François Mitterrand (À l’Elysée 1981 - 1995), Paris, Fayard, 1996, 788 p.

3 Voir également Rudolf von Thadden : « Das Deutschlandbild Mitterrands im Spiegel seiner Memoiren », in : Brigitte Sauzay/Rudolf von Thadden (éds.) : Mitterrand und die Deutschen, Göttingen, Wallstein-Verlag, 1998, pp. 13-16.

4 Cf. Michel Cullin : « Die französischen Sozialisten und die DDR » in : Dorothee Röseberg (éd.) : Frankreich und « Das andere Deutschland » – Analysen und Zeitzeugnisse, Tübingen, Stauffenburg Verlag, 1999, p. 35-38.

5 Cf. François Mitterrand : De l’Allemagne, de la France, Paris, éditions Odile Jacob, 1996, 256 p.

6 Cf. Helmut Kohl : Je voulais l’unité de l’Allemagne. Présenté par Kai Diekmann et Ralf Georg Reuth, Paris, éditions de Fallois, 1997, 416 p.

7 Cf. Horst Teltschik : 329 Tage. Innenansichten der Einigung, Berlin, Siedler, 1991, 382 p.

8 Cf. Jacques Attali : Chronique des années 1988-1991, t. 3, Paris, Fayard, 1995, 790 p.

9 H. Kohl (note 6), p. 248.

10 H. Védrine (note 2), p. 445.

11 Cf. Ilko-Sascha Kowalczuk (éd.) : Der Tag X – 17. Juni 1953 : die « innere Staatsgründung » der DDR als Ergebnis der Krise 1952/54, Berlin, Ch. Links, 19962 ; András B. Hegedüs/Manfred Wilke (éds.) : Satelliten nach Stalins Tod : der « neue Kurs ». 17. Juni 1953 in der DDR, ungarische Revolution, Berlin, Akademie Verlag, 2000.

12 Cf. Charles S. Maier : Dissolution. The Crisis of Communism and the End of East Germany, Princeton/New Jersey, Princeton University Press, 1997.

13 J. Attali (note 8), p. 341.

14 Cf. Klaus Ziemer : « Die Beziehungen zwischen der DDR und der Volksrepublik Polen in den 80er Jahren », in : Heiner Timmermann (éd.) : Diktaturen in Europa im 20. Jahrhundert – der Fall der DDR, Berlin, Duncker & Humblot, 1999, pp. 653-664 ; Konrad H. Jarausch : Die unverhoffte Einheit, 1989-1990, Francfort/M., Suhrkamp, 1995, pp. 29ss.

15 J. Attali (note 8), pp. 231/241.

16 J. Attali (note 8), p. 289.

17 H. Kohl (note 6), pp. 53/201.

18 J. Attali (note 8), p. 33.

19 H. Kohl (note 6), p. 119.

20 J. Attali (note 8), p. 395.

21 J. Attali (note 8), pp. 589/760.

22 H. Kohl (note 6), p. 129.

23 Cf. Philip Zelikow/Condoleezza Rice : Sternstunden der Diplomatie. Die deutsche Einheit und das Ende der Spaltung Europas, Berlin, Propyläen, 1997 ; Anne Saint-Sauveur-Henn : « Les alliés face à l’unification : intérêts stratégiques et évolution de la position initiale jusqu’en février 1990 », in : Anne Saint-Sauveur-Henn/Gérard Schneilin (éds.) : La mise en œuvre de l’unification allemande 1989-1990, Asnières, PIA, 1998, pp. 295-324.

24 H. Teltschik (note 7), p. 37.

25 H. Teltschik (note 7), p. 18.

26 Cf. Daniel Vernet : « Mitterrand, l’URSS et la Russie », in : Samy Cohen (éd.) : Mitterrand et la sortie de la guerre froide, Paris, puf, 1998, pp. 23-46.

27 Cf. Werner Weidenfeld : Außenpolitik für die deutsche Einheit : die Entscheidungsjahre 1989/90, Stuttgart, DVA, 1990.

28 J. Attali (note 8), pp. 350/520.

29 J. Attali (note 8), pp. 359/360/366.

30 H. Védrine (note 2), p. 442.

31 H. Kohl (note 6), pp. 166s.

32 J. Attali (note 8), p. 377.

33 Cf. Friedhelm B. Meyer zu Natrup : « Frankreich und die DDR », in : Europa Archiv 11 (1988), pp. 311-320 ; id. : « Die Beziehungen zwischen der DDR und Frankreich », in : Hans-Joachim Veen/Peter R. Weilemann (éds) : Die Westpolitik der DDR. Beziehungen der DDR zu ausgewählten westlichen Industriestaaten in den 70er und 80er Jahren, Melle, Knoth, 1989, pp. 13-67.

34 Cf. Peter-Jochen Winters : « Erstes westliches Kulturinstitut in der DDR. Frankreich und die DDR intensivieren Kulturaustausch », in : DA 17 (1984) 4, pp. 383-388 ; Johannes M. Becker : « Wirtschafts- und Kulturaustausch Frankreich - DDR. Zwei Schaufenster am Boulevard Saint-Germain und Unter den Linden » in : Dokumente 40 (1984) 4, pp. 329-335.

35 Cf. Peter Probst : « Frankreichs Premier in Ost-Berlin. Erster Besuch eines westalliierten Regierungschefs », in : DA 18 (1985) 7, pp. 680.

36 Cf. Karl-Rudolf Korte : Deutschlandpolitik in Helmut Kohls Kanzlerschaft. Regierungsstil und Entscheidungen 1982-1989, Stuttgart, DVA, 1998.

37 Cf. Gerhard Kiersch : « Glanz und Problematik einer Staatsvisite. Bedeutung des Honecker-Besuchs für Frankreich und die DDR », in : Dokumente 44 (1988) 2, pp. 142-147.

38 Cf. Ulrich Pfeil : « La portée du voyage de François Mitterrand en RDA (20-22 décembre 1989). Eclairages multiples », in : Anne Saint-Sauveur-Henn/Gérard Schneilin (éd.) : La mise en œuvre de l’unification allemande 1989-1990, Asnières, PIA, 1998, pp. 325-340.

39 J. Attali (note 8), p. 374.

40 Ibrahim Böhme, éphémère président du SPD de RDA, fondé le 7 octobre 1989 à Schwante ; il démissionne quand sera révélée sa collaboration avec la Stasi, la police politique.

41 Wolfgang Schnur, un des cofondateurs et président du Demokratischer Aufbruch/ Essor démocratique, créé le 29 octobre 1989, contraint de démissionner en mars 1990 pour collaboration avec la Stasi.

42 Bärbel Bohley a fondé en septembre 1989 Neues Forum (Nouveau Forum) pour rassembler les réformateurs.

43 Jens Reich a participé aussi au lancement de Neues Forum et sera député à la Chambre du Peuple d’octobre à décembre 1990 pour Neues Forum, mais inscrit au groupe Bündnis 90/Die Grünen (Alliance 90/ Les Verts) et même candidat à la présidence de la République en 1994.

44 Manfred Stolpe (SPD), alors président du Consistoire de l’Église évangélique, il dirige le gouvernement de Brandebourg depuis le 1er novembre 1990.

45 H. Kohl (note), p. 198.

46 H. Védrine (note 2), p. 453.

47 J. Attali (note 8), p. 381.

48 H. Teltschik (note 7), pp. 71/94s.

49 H. Teltschik (note 7), p. 96.

50 H. Kohl (note 6), pp. 167/188.

51 H. Kohl (note 6), p. 193.

52 H. Kohl (note 6), p. 195.

53 J. Attali (note 8), p. 390.

54 J. Attali (note 8), p. 390/392.

55 H. Kohl (note 6), p. 219.

56 H. Kohl (note 6), p. 76.

57 H. Kohl (note 6), p. 161.

58 Cité par H. Teltschik (note 7), pp. 164s.

59 H. Kohl (note 6), p. 270.

60 H. Teltschik (note 7), p. 175.

61 J. Attali (note 8), p. 541.

62 Cf. Documents. Revue des questions allemandes (numéro spécial) 1990, p. 72 (avec les traités et les chronologies de l’unité allemande).

63 J. Attali (note 8), pp. 575/590.

64 J. Attali (note 8), pp. 602/606/642.

65 H. Védrine (note 2), pp. 423et 457.

66 H. Védrine (note 2), p. 427.

67 H. Védrine (note 2), pp. 427/439/445/457.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540