Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Les relations politiques entre la RDA et la France

L’Ostpolitik de la France 1981-1988

La France et la rencontre des deux Allemagnes

Stephan Martens

Texte intégral

  • 1 L’équilibre stratégique entre l’Est et l’Ouest est remis en cause à partir de 1977 avec le déploiem (...)

1Toute analyse des relations franco-allemandes, même fondée sur l’actualité politique et les perspectives historiques, doit tenir compte de l’histoire des deux peuples. Les dessous de l’histoire franco-allemande se manifestent ouvertement lors d’occasions particulières ; ils font partie de la mémoire collective et déterminent des réflexes et des actes dans le débat politique conscient. Avec la mise en route de la nouvelle Ostpolitik allemande à la fin des années 1960 et en faveur des événements qui ont lieu au début des années 19801, la classe politique française revient sur les analogies historiques, évoquées par les notions clés comme Tauroggen, Rapallo, Drang nach Osten, Sonderweg ou Mitteleuropa. Si la France et la République fédérale d’Allemagne (RFA) sont parvenues à tisser des liens étroits dans le cadre du processus d’intégration européenne et surtout dans le cadre du traité de l’Élysée du 22 janvier 1963, il s’agit tout de même d’une relation particulière, conditionnée par une charge historique émotionnelle, qui se traduit en France par une angoisse et une fascination souvent contradictoires par rapport à cette Allemagne « à deux façades ».

  • 2 Hubert Védrine : Les mondes de François Mitterrand. À l’Élysée 1981-1995, Paris, Fayard, 1997, p. 1 (...)

2À travers et à l’occasion de la « bataille des euromissiles » qui domine les rapports Est-Ouest durant la première moitié des années 1980, François Mitterrand, élu président de la République française en mai 1981, « imprime d’emblée à la politique étrangère de la France une marque nouvelle : la sienne. Cette politique n’est ni celle de ses prédécesseurs, ni celle des sociaux-démocrates ni, sans doute, celle qu’aurait choisie le PS sans lui », comme l’explique l’un de ses anciens conseillers, Hubert Védrine2. La politique de la France vis-à-vis de l’Allemagne s’articule en revanche autour d’un phénomène de fond qui perdure dans la culture de tous les dirigeants français. En effet, comme le souligne le politologue Ingo Kolboom,

  • 3 Ingo Kolboom : « La France face à l’Allemagne unifiée : rappels, problèmes et perspectives », in : (...)

« il faut reconnaître l’existence d’un sentiment de méfiance de ‘longue durée’, d’un héritage irrationnel qui continue à influer sur les relations politiques franco-allemandes et qui crée un potentiel ambigu de tension et de fascination toujours prêt à se manifester »3.

1. L’acception mitterrandienne de l’« Allemagne » ou la vision d’une « communauté de destin » franco-(ouest-)allemande

3La terminologie, que l’on rencontre dans les ouvrages et les discours, avant comme après l’élection à la présidence de la République, suppose que Mitterrand a une acception de la Deutschlandpolitik (politique vis-à-vis de l’ensemble de l’Allemagne) comparable à celle des chanceliers ouest-allemands. La RFA est désignée par les expressions « Allemagne », « Allemagne de l’Ouest », ou encore « Allemagne fédérale ». Il désigne la République démocratique allemande (RDA) par l’expression « RDA », alors qu’il ne parle jamais de « RFA ». Après la reconnaissance de la RDA par la RFA, il parle de l’« autre Allemagne » et, en parlant des deux États allemands, des « deux Allemagnes ».

  • 4 François Mitterrand : Ma part de vérité, Paris, Fayard, 1969, p. 75.
  • 5 François Mitterrand : La Paille et le Grain, Paris, Flammarion, 1975, p. 242.

4Mitterrand n’hésite pas à percevoir la RFA, selon l’époque, comme « expansionniste » et « revancharde »4. Il considère que la zone des Six devient, au début des années 1970, une « zone d’influence allemande », pendant que la France voit sa puissance diminuer5 et s’inquiète du gain de puissance de l’Allemagne :

  • 6 François Mitterrand (note 5), pp. 181-182.

« Revenue au rang des Empires, comment s’empêchera-t-elle d’employer leur langage et de nourrir leurs rêves ? L’Allemagne grandit à mesure que notre Europe rétrécit. »6

  • 7 François Mitterrand : L’Abeille et l’Architecte, Paris, Flammarion, 1978, pp. 147-155.

5Il ressent l’Ostpolitik du chancelier Willy Brandt comme un moyen d’ouvrir de nouvelles perspectives quant à l’équilibre européen, en étant conscient que la situation de l’Allemagne en Europe est complexe du point de vue politique et militaire7.

  • 8 François Mitterrand : Politique 1, Paris, Fayard, 1977, p. 448.
  • 9 François Mitterrand : Politique 2, Paris, Fayard, 1981, p. 279.
  • 10 François Mitterrand : Réflexions sur la politique extérieure de la France. Introduction à vingt-cin (...)
  • 11 Discours prononcé par François Mitterrand à l’occasion du 25e anniversaire du traité de l’Élysée, a (...)
  • 12 Discours prononcé par François Mitterrand à l’occasion du dîner offert par le président de la RFA, (...)

6Une constante caractérise la pensée de Mitterrand : le rejet d’une alliance franco-allemande particulière, c’est-à-dire d’un axe Paris-Bonn. Ce refus s’explique pour des raisons de politique intérieure, mais résulte aussi de son orientation européenne. Quatre ans avant son élection, il qualifie même le traité de l’Élysée de « discutable »8, en raison des différences d’approche qui existent entre la France et la RFA en matière de politique de défense et de politique à l’Est. Arrivé au pouvoir, s’il renoue avec la politique de ses prédécesseurs c’est pour que la coopération franco-allemande devienne un moteur de la construction européenne. Mitterrand souhaite que la « bonne entente »9 entre les deux pays se situe dans le cadre d’une Europe unie et ne soit pas, sous la forme d’une hégémonie franco-allemande, opposée aux autres pays de l’Europe occidentale. Il fait l’éloge de cette entente, fruit d’une grande amitié avec le chancelier Helmut Kohl, qu’il juge décisive dans chaque étape vers plus d’union de l’Europe (de l’Ouest), au point de juger que l’Allemagne est liée à la France par une « communauté de destin ».10 Le 22 janvier 1988, à l’occasion des cérémonies marquant le 25e anniversaire de la signature du traité de l’Élysée, il présente ce traité comme la « charte des relations franco-allemandes et l’instrument d’une même volonté »11. Du 19 au 22 octobre 1987, à l’occasion d’une visite officielle en RFA, Mitterrand loue « l’entente franco-allemande irréversible » ainsi que le développement de la coopération militaire. En effet, lors du 50e sommet franco-allemand des 12 et 13 novembre 1987 à Karlsruhe, sont décidées la mise sur pied de la brigade franco-allemande et la mise en place du conseil franco-allemande de défense et de sécurité. Le président français souhaite, cependant, aller plus loin. Selon lui, si on voulait vraiment aborder une nouvelle phase dans les relations franco-allemandes, il fallait dépasser le cadre du traité de l’Élysée. Il propose de nouveaux objectifs politiques : en premier lieu une monnaie européenne commune, mais aussi la mise en place d’un pilier européen au sein de l’Alliance atlantique. Mitterrand dresse une liste de propositions qui, cinq ans plus tard, seront à la base du traité de Maastricht. La formule « Europe des citoyens » implique une extension de la (nouvelle) coopération franco-allemande à d’autres pays de la Communauté européenne pour parvenir à l’Union politique européenne.12 Fidèle à sa pensée originaire, il s’agit de proclamer un objectif (ouest-) européen pour la coopération franco-allemande. Mais la coopération franco-allemande, si prolifique durant les années 1980, s’explique, aussi, par les évolutions et les contraintes internationales.

2. Le discours du 20 janvier 1983 au Bundestag : acte fondateur d’une politique de pérennisation de la division de l’Allemagne ?

7La plus grave épreuve de force à laquelle le gouvernement Kohl, en place depuis octobre 1982, est confronté en 1983 est le déploiement des missiles américains à portée intermédiaire. Pour apporter son soutien au chancelier, Mitterrand, qui approuve entièrement la « double décision » de l’OTAN de décembre 1979, prononce le 20 janvier 1983 devant le Bundestag un discours capital, dans lequel il plaide en faveur de l’installation des euromissiles sur le territoire ouest-allemand et d’une stratégie de dissuasion nucléaire :

  • 13 F. Mitterrand (note 10), pp. 186-188.

« Une idée simple gouverne la pensée de la France : il faut que la guerre demeure impossible et que ceux qui y songeraient en soient dissuadés. Notre analyse et notre conviction, celle de la France, sont que l’arme nucléaire, instrument de cette dissuasion, qu’on le souhaite ou qu’on le déplore, demeure la garantie de la paix, dès lors qu’il existe l’équilibre des forces […]. Le maintien de cet équilibre implique à mes yeux que des régions entières de l’Europe ne soient pas dépourvues de parade face à des armes nucléaires spécifiquement dirigées contre elles. Quiconque ferait le pari sur le découplage entre le continent européen et le continent américain mettrait, selon nous, en cause l’équilibre des forces et donc le maintien de la paix. »13

8Seul l’équilibre des forces préserve la paix. C’est le sens des propos développés par Mitterrand au Bundestag. C’est aussi le sens de la réponse du ministre des Affaires étrangères, Roland Dumas, le 2 novembre 1988 à une question d’actualité à l’Assemblée nationale, à propos de la brigade franco-allemande :

  • 14 Réponse de Roland Dumas à une question d’actualité, 2 novembre 1988, Assemblée Nationale, La politi (...)

« La France et la RFA agissent de concert dans les négociations internationales sur le désarmement auxquelles elles sont parties pour rendre possible une sécurité égale en Europe à un niveau plus bas […] C’est bien dans ce contexte général, celui de la recherche des équilibres, condition essentielle du maintien de la paix, qu’il faut replacer la création de la brigade franco-allemande. »14

  • 15 Déclaration commune, 25 février 1982, Documents d’Actualité Internationale, n°7, 1.4.1982, p. 9.

9Dans le cadre du refroidissement de la détente Est-Ouest, Mitterrand joue-t-il la carte de la solidarité militaire en mettant en application la clause du traité de l’Élysée de 1963 prévoyant un effort de rapprochement en matière militaire ? Ou ne s’agit-il pas plutôt de réactiver cette clause en raison des manifestations pacifistes et neutralistes de l’opinion publique allemande ? La déclaration commune de Mitterrand et du chancelier Helmut Schmidt du 25 février 1982, à l’issue du 39e sommet franco-allemand à Paris, prévoit que la France et la RFA « resserreraient la concertation de leurs politiques étrangères » et que des « échanges de vues approfondies seraient menés entre les deux gouvernements sur les problèmes de sécurité ».15 Si l’on prend acte du fait que dans son projet de déclaration, la partie française avait proposé un texte où l’on parlait de « politique à l’Est » à la place de « politiques étrangères », on voit que les mécanismes de consultations régulières, mis en place à cette période, sur l’Ostpolitik et la politique de sécurité donnent à la France l’occasion de mieux suivre l’évolution de la réflexion allemande dans ces deux domaines.

10Le soutien des dirigeants français à la nouvelle épreuve de force avec le bloc communiste signifiait, entre autres choses, leur attachement à la division de l’Allemagne, dans la mesure où ils se trompaient dans l’interprétation des massives manifestations pacifistes contre les euromissiles :

  • 16 Édouard Husson : « Allemagne : une névrose française », in : Notes de la Fondation Marc-Bloch 3 (19 (...)

« La majorité des commentaires de l’époque parlait de finlandisation de l’Allemagne et d’un nouveau nationalisme. Or le phénomène le plus frappant n’était pas qu’en Allemagne de l’Ouest, on manifestât contre les Pershing mais qu’on le fît aussi en Allemagne de l’Est contre les SS20. La célèbre formule de François Mitterrand, selon laquelle les pacifistes étaient à l’Ouest et les missiles à l’Est, ne décrivait pas la réalité : à l’Est et à l’Ouest, il y avait des missiles et des opposants à ces missiles. Et c’est des mouvements écologistes et pacifistes d’Allemagne de l’Est que devait sortir l’opposition victorieuse de l’année 1989 au régime de la RDA. »16

  • 17 Rudolf von Thadden : « Thesen zum Geschichtsverständnis und seiner Rolle in den Gesellschaftsordnun (...)

11À l’occasion de la crise des euromissiles, dans les « deux Allemagnes », aussi bien dans l’opinion publique que dans les sphères politiques, on craint de devenir un champ de bataille potentiel pour les deux superpuissances et la mobilisation pour la paix, de part et d’autre de l’Elbe, contribue à (re)constituer, psychologiquement, cette Verantwortungsgemeinschaft (communauté de responsabilité) entre la RFA et la RDA, selon la terminologie employée en 1981 par l’historien Rudolf von Thadden.17 Si pour répondre à la décision du Bundestag du 22 novembre 1983 d’autoriser l’installation des euromissiles sur le sol de la RFA, Moscou s’oppose à la visite prévue en 1984 du chef de l’État est-allemand, Erich Honecker, en RFA, de fait, malgré la crise de la détente, les relations germano-allemandes se poursuivent et, paradoxalement, connaissent une dynamique particulière. Ainsi, en 1983, comme en 1984, un accord portant sur l’octroi à la RDA d’un crédit d’un milliard de deutschemark est signé à Munich, grâce à l’entremise du chef de la CSU, Franz Josef Strauß, anticommuniste viscéral.

12Aussi déterminé que Mitterrand à accepter toutes les conséquences relatives à la « double décision » de l’OTAN, Kohl n’en poursuit pas moins l’Ostpolitik de ses prédécesseurs. En effet, la politique étrangère de la RFA est surdéterminée par une donnée morale :

  • 18 Joseph Joffe : « German Defense policy : novel institutions and enduring dilemnas », in : Gregory F (...)

« La raison d’État de la RFA exige une alliance militaire crédible et efficace, alors que sa raison de nation requiert le plus bas niveau possible d’hostilité entre l’Est et l’Ouest. »18

  • 19 Cf. les réflexions pertinentes d’Anne-Marie Le Gloannec : La Nation orpheline. Les Allemagnes en Eu (...)

13Cette volonté de part et d’autre de l’Elbe, au niveau même des gouvernements, de ne pas couper les liens mis en place depuis, et avant, le traité fondamental du 21 décembre 1972, donc de sauvegarder les acquis de l’Ostpolitik19, crée des inquiétudes auprès des partenaires occidentaux de la RFA, allant jusqu’à provoquer un incident diplomatique avec l’Italie. Au cours d’un débat public, le ministre italien des Affaires étrangères, Giulio Andreotti, déclare :

« Nous sommes tous d’accord [...] que les deux Allemagnes doivent entretenir de bons rapports entre elles, cet état de choses favorisant aussi la détente. Il est clair cependant qu’il ne faut pas aller trop loin dans cette voie, qu’il faut reconnaître que le pangermanisme est quelque chose qui doit être dépassé ».

  • 20 Ezio Mauro : « Le Germanie restino due. E Bonn si irrita con Andreotti », in : La Stampa, 15.9.1984

14Et il conclut : « Les Allemagnes sont deux et deux elles doivent rester. »20 Cet épisode diplomatique est de choix, non par l’emploi ridicule du mot « pangermanisme » pour définir la volonté, en dépit de la résignation à la division étatique de la nation allemande, de ne pas renoncer à l’intensification des contacts avec les habitants de l’autre État, mais parce que Andreotti avait finalement dit ouvertement ce que les alliés de la RFA pensaient vraiment de la « question allemande ».

3. Les craintes endémiques d’une dérive de la RFA vers l’Est et l’impossible Ostpolitik franco-allemande commune

  • 21 Karl J. Brandstetter : « Willy Brandts Ostpolitik und die Detente. Zur Historie einer fortdauernden (...)

15Le politologue Karl J. Brandstetter a écrit qu’à l’évidence, à l’étranger, le mot clé « Ostpolitik » rappelle celui de « Rapallo »21. La fameuse visite de Brandt, accompagné d’Egon Bahr – père spirituel de l’Ostpolitik en raison de sa formule de 1963 du Wandel durch Annäherung (changement par le rapprochement), à Brejnev dans sa résidence d’été d’Orenda en Crimée, à quelques kilomètres de Yalta, le 16 septembre 1971, devait prouver que pour les responsables français, dont le président Georges Pompidou, le mythe de Rapallo était toujours vivant :

  • 22 Ernst Weisenfeld : Welches Deutschland soll es sein ? Frankreich und die deutsche Einheit seit 1945(...)

« L’émoi causé par cette visite aurait été vécu comme un moment d’horreur historique. C’était comme si Bonn et Moscou avaient brusquement relancé ensemble le mot Mitteleuropa et que le Rideau de fer s’était levé sur un spectacle où se retrouvent tous les fantômes du passé tragique des relations franco-allemandes. »22

16La conscience collective des Français intègre le

  • 23 Renata Fritsch-Bournazel : « Rapallo et son image en France », in : Documents 37 (1982) 2, p. 4.

« danger d’une collusion germano-soviétique qui semble appartenir à ces croyances qui subsistent en permanence ou réapparaissent constamment sous des formes nouvelles, après des éclipses passagères »23.

  • 24 Cf. les inquiétudes et les incertitudes (disproportionnées par rapport aux réalités) dont se fait l (...)
  • 25 Jean François-Poncet : « Certitudes et incertitudes allemandes », in : Le Monde, 10 novembre 1983. (...)

17Les sentiments diffus d’incertitudes sur une Allemagne succombant à la tentation neutraliste, prenant ses distances à l’égard de l’allié américain et cédant à des prétendues intimidations soviétiques, sont permanents.24 Jean François-Poncet, ancien ministre des Affaires étrangères de Valéry Giscard d’Estaing, met en évidence un lien direct entre pacifisme social-démocrate et national-neutralisme.25 L’ancien ministre de la Défense de Mitterrand, Charles Hernu, déclare même que si la RFA

« est attachée à conserver des relations économiques et diplomatiques avec les pays de l’Est, du fait de sa volonté d’une réunification politique des deux Allemagnes »,

18c’est un

  • 26 « Un propos de M. Hernu sur la réunification de l’Allemagne », in : Le Monde, 18 mars 1987.

« pays à sa façon otage des Soviétiques, et, dans ces conditions, pourquoi le national-neutralisme qui en résulte serait-il mieux que le national-socialisme ? »26

19Étant donné qu’il s’agissait de tout faire pour que le nouveau chancelier ait l’autorité suffisante pour braver une opinion publique hostile et imposer l’installation en RFA des premiers euromissiles américains, il n’est pas étonnant qu’à Paris la chute du gouvernement social-libéral a été accueilli avec soulagement.

  • 27 Cf. Stephan Martens : La politique à l’Est de la République fédérale d’Allemagne depuis 1949. Entre (...)

20Dans ces conditions, peut-on concilier les concepts respectifs de la France et de la RFA en matière de politique à l’Est ? Dans le cadre des liens politiques étroits réunissant les deux pays, la concertation en matière de politique européenne a toujours revêtu une grande importance. De toute manière, une Ostpolitik indépendante de Bonn, n’aurait pas été concevable, la RFA étant soumise aux droits de réserve des Alliés occidentaux et imbriquée dans les entrelacs de la politique antérieure d’intégration à l’Ouest. Mais l’Ostpolitik allemande est une politique complexe à l’égard de la RDA, de l’Europe de l’Est et de l’Union Soviétique qui s’efforce de les combiner en une stratégie intégrée et qui s’inscrit dans la volonté de dépasser la division de l’Allemagne en prônant un ordre de paix européen.27

21Pour la France et l’Allemagne, l’Ostpolitik signifie sur des modes différents, « politique allemande ». Pour les Allemands de l’Ouest, l’Ostpolitik est

« en elle-même une politique allemande, car elle concerne pour l’essentiel la question suivante : que faire pour maintenir la nation allemande, ou encore pour résoudre la ‘question allemande’ dans le contexte d’une politique de détente globale et européenne, une fois que l’intégration unilatérale à l’Ouest dans les conditions de la guerre froide a atteint ses limites avec la construction du Mur de Berlin ? »

22Pour la France, l’Ostpolitik, comme l’ensemble de la politique extérieure et de la politique de sécurité, est une

  • 28 Ingo Kolboom : « L’histoire et l’avenir des politiques respectives à l’égard des pays de l’Est », i (...)

« politique allemande dans la mesure où sa crainte de l’Allemagne dans un premier temps, puis après la partition définitive, son souci pour l’Allemagne, sont devenus des facteurs constitutifs de sa politique de sécurité (européenne) »28.

  • 29 Une telle politique de défense pose un «problème moral». En effet, «faire de l’atome militaire une (...)

23Les vues française et allemande concernant l’acception même de la notion de « sécurité » sont difficilement conciliables. Dans la mesure où la France a fait de la force de dissuasion l’élément central de sa politique de défense, elle ne cesse de susciter en RFA une interrogation sur la nature de son engagement dans l’Alliance. Ainsi, les prises de position de Mitterrand sur la question du déploiement des euromissiles en Allemagne, jointes au refus d’accepter la prise en compte des fusées françaises face aux SS20, fait naître en RFA l’idée d’une France égoïstement repliée sur son hexagone, derrière sa force de dissuasion, et considérant l’Allemagne comme une sorte de glacis protecteur29.

  • 30 Ingo Kolboom (note 28), p. 123.

24L’Ostpolitik de la France fait plus partie d’une politique de défense, d’une politique économique et culturelle orientées vers l’Europe de l’Ouest, que d’une ouverture sur l’Europe de l’Est. Les deux pays ont des intérêts de politique à l’Est divergents, étant donné qu’ils s’intéressent de manière différente et avec des priorités diverses à une solution de la « question allemande ». Pour la RFA, cette question est une « raison d’être », pour la France « il importe de ne pas oublier que la division allemande fut en réalité la condition préalable à une réconciliation avec son voisin de l’Ouest »30. De ce point de vue, la France peut ne pas avoir d’intérêt à la modification de cette situation. Dans cette logique, le « dépassement de Yalta » signifie avant tout pour la RFA de dépasser la division européenne et, par là, la division allemande, alors que pour la France cette formule revient, en premier lieu, à reconquérir son propre espace d’action pour sa politique extérieure aux côtés des autres grandes puissances victorieuses.

  • 31 Pour une perspective historique, cf. Antoine Marès : « La vision française de l’Europe centrale, d’ (...)
  • 32 Milan Kundera : « Un Occident kidnappé ou la tragédie de l’Europe centrale », in : Le débat 27 (198 (...)

25La France, en raison d’intérêts géostratégiques évidents, a d’ailleurs toujours joué un rôle particulier dans la conceptualisation de la notion d’« Europe centrale » – (re)lancée par les dissidents hongrois et tchécoslovaques dès les années 1960 pour affirmer d’abord une identité culturelle et historique distincte de celle imposée par l’Union Soviétique –, car depuis le xixe siècle, le milieu politico-économique français avait en vue la concurrence de l’Autriche-Hongrie, de l’Allemagne et de la Russie. La France a été une terre d’asile pour les nombreuses vagues d’émigrés d’Europe centrale.31 De manière pionnière, c’est la revue française Le débat qui, en 1984, publie l’article de Milan Kundera intitulé « Un Occident kidnappé ou la tragédie de l’Europe centrale »32.

26Une coordination franco-allemande dans l’Ostpolitik est réelle, mais l’élaboration d’une stratégie commune envers l’Est se heurte à de multiples oppositions d’interprétations et ce n’est qu’à l’occasion du 52e sommet franco-allemand, les 3 et 4 novembre 1988 à Bonn, que l’on insiste véritablement sur la nécessité d’une approche commune en matière d’Ostpolitik.

4. La politique du statu quo par la recherche de l’équilibre européen

  • 33 François Mitterrand : De l’Allemagne, de la France, Paris, Odile Jacob, 1996, p. 168.

27La position adoptée par la France dans la « bataille des euromissiles » renvoie à un traditionalisme : celui qui appréhende le monde en termes d’équilibres, mot clé du vocabulaire stratégique mitterrandien. De fait, le président français apporte son approbation à l’installation des fusées américaines sur le territoire ouest-allemand parce qu’il estime qu’« il s’agissait là d’une question majeure » et que la France, « quel que fût son statut, n’avait pas à se tenir à l’écart des conditions nécessaires à l’équilibre européen »33.

  • 34 Conférence de presse de Claude Cheysson, 17 février 1983, Ministère des Affaires étrangères, Servic (...)
  • 35 Cf. Jacques Attali : Verbatim 1, Paris, Fayard, 1993, pp. 420-421.

28Lorsque l’équilibre du système est « menacé » par un excès de puissance de l’une ou de l’autre des deux superpuissances, la France pèse en faveur de son rétablissement. Depuis le début des années 1950, la construction européenne, pour Paris, doit contrôler et lier l’Allemagne. Mitterrand considère aussi, dans la droite ligne de ses prédécesseurs, que l’interlocuteur privilégié européen de Moscou doit être Paris. Ce qui explique la rencontre entre le ministre des Affaires étrangères Claude Cheysson et son homologue soviétique, Andrei Gromyko, le 17 février 1983 à Moscou, à peine un mois après le discours de Mitterrand au Bundestag. Lors de la conférence de presse, le ministre français déclare que « ni la France, ni l’Union Soviétique ne permettront à qui que ce soit d’entraver le développement de [nos] relations » et la « paix dépend de l’équilibre des forces en Europe et dans le monde »34. Selon Jacques Attali, longtemps proche conseiller à l’Élysée, Mitterrand a expliqué le 6 avril 1983, durant le conseil des ministres, que son discours au Bundestag n’était pas antisoviétique et que les Soviétiques l’avaient compris.35

29La situation de départ dans le continent européen pour la France et la RFA est différente :

  • 36 François Mitterrand : Ici et maintenant, Paris, Fayard, 1980, p. 299.

« Si les intérêts de l’Allemagne recoupent, le plus souvent, les nôtres, notre point d’équilibre ne peut être le sien ».36

30Vu de France, l’ensemble du système de sécurité repose sur la division de l’Allemagne. En tant que secrétaire général du PS, Mitterrand, juste avant les élections européennes de 1979, se prononce contre la réunification :

  • 37 Cité in : E. Weisenfeld (note 22), p. 156.

« Sans taire ce que l’unification peut présenter politiquement et moralement pour les Allemands, si je m’en tiens aux données rigoureuses qui sont l’équilibre européen, la sécurité de la France et le maintien de la paix, je ne la crois ni souhaitable, ni possible. »37

31Depuis 1945, l’équilibre européen se base sur des fondements et des institutions clairement déterminés par le face à face des alliances. Pour la France, la scission de l’Allemagne est, en effet, l’une des bases du bon fonctionnement des rapports franco-(ouest-)allemands, qui reposent implicitement sur la taille réduite et le statut international spécifique de la RFA et sur le rang de la France en tant que puissance protectrice, garante de l’Allemagne.

  • 38 Timothy Garton Ash : Au nom de l’Europe. L’Allemagne dans un continent divisé, Paris, Gallimard, 19 (...)
  • 39 Valérie Guerin-Sendelbach : Ein Tandem für Europa ? Die deutsch-französische Zusammenarbeit der ach (...)
  • 40 Hans-Georg Ehrhart : Die «deutsche Frage» aus französischer Sicht (1981-1987). Frankreich zwischen (...)

32Si l’Ostpolitik allemande suppose la reconnaissance du statu quo territorial, en revanche, cela ne signifie pas que la RFA a renoncé à revendiquer l’unité. Ainsi, l’historien Timothy Garton Ash affirme que toute la Deutschlandpolitik peut se résumer à un « effort pour assurer la cohésion du peuple et de la nation, dans l’attente de circonstances extérieures plus propices ». Quant à l’Ostpolitik, ce fut, alors, essentiellement un « effort pour créer des circonstances extérieures plus favorables »38. Ces circonstances extérieures plus favorables ont pour nom la perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev. À l’inverse, jusqu’en 1989, voire 1990, le discours français sur la nécessité du dépassement de Yalta vise à « élargir [son] espace de manœuvre et non à mettre un terme à la division de l’Allemagne » ; le gouvernement français continue à pratiquer une politique du statu quo.39 L’objectif est l’approfondissement de l’intégration occidentale de la RFA, ou autrement dit : la « stabilisation du statu quo ».40 L’Ostpolitik française est une politique réactive par rapport à l’Ostpolitik allemande. S’il existe une volonté de coordination (déclarée) avec la RFA, il existe aussi une complémentarité (non-dite) des intérêts avec la RDA.

5. Existe-t-il une politique française vis-à-vis de la RDA ?

33À partir de 1949, ce ne sont que le PCF et le syndicat de la CGT qui militent en faveur d’une reconnaissance de la souveraineté de la RDA. Il est vrai que des membres influents du SED et le premier ambassadeur de la RDA en France, Ernst Scholz, ont milité pendant la Seconde guerre mondiale dans la résistance au sein du PCF. La ligne de la diplomatie française est en revanche claire : la RDA est considérée comme un État contre-nature. Certes, un groupe d’amitié France-RDA est créé en 1967 à l’Assemblée nationale et au Sénat, mais ce n’est qu’après l’inauguration de la nouvelle Ostpolitik allemande, en 1969, que la France se rapproche de la RDA. Le gouvernement français subordonnait les rapports officiels avec celui de la RDA à l’évolution des relations entre les deux États allemands. Ce n’est qu’après la signature du traité fondamental entre la RFA et la RDA et surtout après l’accréditation de leurs représentants permanents que s’effectue l’échange d’ambassadeurs entre la France et la RDA en mars 1974, alors que l’établissement de relations diplomatiques remonte à février 1973. Il faut attendre six ans, pour qu’un ministre du gouvernement français, Jean François-Poncet, se rende à Berlin-Est, accueilli par son homologue est-allemand Oskar Fischer. Ce dernier se rend à Paris en 1983, puis en 1987, porteur de messages de Honecker sur le désarmement et la sécurité. Le Premier ministre Laurent Fabius se rend en visite officielle à Berlin-Est en 1985.

34La visite officielle de Honecker du 7 au 9 janvier 1988 à Paris a lieu après celle du 7 au 11 septembre 1987 à Bonn. Si la France n’est, au début de l’année 1988, que le septième pays occidental à accueillir le chef de l’État est-allemand, c’est la première fois qu’il s’agit de l’une des trois puissances occidentales exerçant des droits et des responsabilités sur Berlin et pour l’Allemagne dans son ensemble. À la veille de l’arrivée de Honecker à Paris, Mitterrand trace à la télévision est-allemande les grandes lignes de ce qu’il attend de cette visite :

  • 41 Interview à la télévision est-allemande, Palais de l’Elysée, 6 janvier 1988, in : F. Mitterrand (no (...)

« L’Europe, telle qu’elle se dessine aujourd’hui, c’est l’Europe héritée de la dernière guerre mondiale et des rapports de forces qui se sont créés. C’est une séparation au fond artificielle qui ne correspond à rien, ni à la géographie, ni à l’histoire, ni à la culture. Mais c’est un rapport de forces établi à un moment donné et qui dure encore. Personnellement, j’ai souvent dit qu’il serait très heureux pour l’Europe qu’elle se dégageât un jour de ce que j’appelle l’Europe de Yalta (...) Je suis clair, nous avons nos amis, nous avons nos alliés, nous avons ceux qui appartiennent à la même communauté que nous, en particulier la RFA, mais je veux qu’on ouvre les portes et non pas qu’on les ferme. »41

  • 42 «Botschafter Maurice Deshors : Offener politischer Dialog in unserer Zeit bedeutsam», in : ND, 2 et (...)

35D’ailleurs, dans un entretien accordé à Neues Deutschland, quelques jours avant l’arrivée de Honecker, l’ancien ambassadeur français à Berlin-Est de 1981 à 1986, Maurice Deshors, se réjouit de constater que les contacts entre les deux pays sont menés à un niveau toujours plus élevé, prenant pour exemple les discussions entre Fabius et Honecker en 1985, auxquelles il avait assisté. Cette rencontre, il la qualifie d’« expression de la volonté de nouer plus étroitement les relations entre les deux pays dans tous les domaines »42.

  • 43 Cf. Walter Schütze: «La République démocratique allemande : un partenaire pas comme les autres», in (...)

36Traite-t-on la RDA comme un pouvoir de droit, ayant autant vocation à représenter légitimement le peuple allemand ou veut-on développer les relations en vue d’un accroissement des échanges commerciaux et dans le domaine de la coopération industrielle ?43 Le 1er décembre 1988, alors que l’Assemblée nationale et le Bundestag ratifient simultanément le protocole du 22 janvier 1988 portant création du conseil de défense et de sécurité, une délégation d’entrepreneurs et de banquiers français, emmenée par le président du comité pour la promotion des échanges commerciaux avec la RDA au sein du CNPF, Raymond Ravenel, est accueillie à Berlin-Est, par le secrétaire du comité central du SED, Günter Mittag, par le ministre est-allemand du Commerce extérieur, Gerhard Beil, et par l’ambassadrice française à Berlin-Est, Joëlle Timsitt, dans le but de développer davantage les relations économiques.

  • 44 «Studiendelegation aus Frankreich empfangen », in : ND, 21 janvier 1983.

37La relation avec la RDA constitue en fait l’acceptation d’un modus vivendi dans la ligne tracée par la RFA, mais le souci de Paris de conforter la position internationale de la RDA est évident. Il est facilité par le désir d’ouverture de la RDA, qui a besoin du soutien financier et économique de l’Occident, et par sa politique à l’égard de l’Ouest. Pendant la crise des euromissiles, non seulement Honecker s’emploie à sauver l’acquis de l’Ostpolitik, mais son gouvernement ne participe aucunement à la campagne soviétique contre les États-Unis et les pays de l’Alliance. D’ailleurs, dans Neues Deutschland du 21 janvier 1983 le discours de Mitterrand au Bundestag n’est pas évoqué. La seule information, dans ce numéro, concernant la France est l’accueil à Berlin-Est, le jour même du discours à Bonn, d’une délégation de fonctionnaires du ministère de la Santé par leurs homologues est-allemands dans le but de préparer une rencontre entre les ministres de la Santé Ludwig Mecklinger et Jack Ralite.44

  • 45 « Sprecherin des französischen Präsidenten : DDR besitzt ein besonderes Gewicht für Europa. Interna (...)

38À la veille de l’arrivée de Honecker à Paris en janvier 1988, la porte-parole de la présidence, Michèle Gendreau-Massalou, explique à Neues Deutschland que la visite est importante non seulement du point de vue des relations bilatérales en soi, mais aussi en raison de la « vision que Honecker a de l’Europe », en ajoutant que la France sait que la RDA « possède un poids particulier en Europe, d’une part par sa position géographique (…) d’autre part par sa puissance économique ».45

  • 46 Auparavant, les Allemands s’étaient tellement opposés qu’ils dérangeaient la paix en Europe, alors (...)

39Si Paris a pu s’inquiéter des « retrouvailles » germano-allemandes de septembre 1987 à Bonn46, c’est pour une raison essentielle : on craint que Berlin-Est ne soit chargé de formuler au nom de Moscou des propositions tentatrices.

6. La politique à l’Est de la France : une démarche ambiguë en direction de l’Union Soviétique

40Il existe, entre la France et la RFA, des différences de réaction face aux événements à l’Est, et notamment ceux de Pologne. Suite à l’état de guerre proclamé le 13 décembre 1981, l’émotion a été plus forte en France, ne serait-ce qu’à cause du lien affectif traditionnel avec la Pologne, mais l’aide privée aux Polonais a été plus forte en RFA. En revanche, l’action gouvernementale a été prudente dans les deux pays, également fondée sur le refus de toute sanction économique à l’égard de l’Union Soviétique comme du gouvernement du général Jaruzelski, car l’on considère que c’est une affaire interne polonaise. Le souci majeur est la menace d’intervention extérieure.

  • 47 Georges-Henri Soutou : L’alliance incertaine. Les rapports politico-stratégiques franco-allemands. (...)

41Dès 1955, à l’occasion de la conférence des Quatre à Genève, les dirigeants français n’ont pas « déploré » la position de l’Union Soviétique qui s’en tient à la thèse de l’existence de deux États allemands. On peut même parler de « satisfaction » par rapport à ce qui a constitué, comme l’écrit l’historien Georges-Henri Soutou, la « grande arrière-pensée de Paris pendant toute la guerre froide », celle de la « double sécurité », c’est-à-dire que la division de l’Allemagne assurait la supériorité de la France sur la RFA grâce à l’Union Soviétique ; en même temps, l’intégration occidentale de la RFA dans la construction européenne et dans l’OTAN contribuait à assurer la sécurité de la France face à l’Union Soviétique.47

  • 48 H. Védrine (note 2), p. 374.
  • 49 G.-H. Soutou (note 47), p. 388.

42Ces arrière-pensées existent toujours dans les années 1980. Du point de vue français, il faut permettre à l’Europe, dont la construction serait relancée à l’initiative de la France, d’affirmer dans tous les domaines sa personnalité face à l’Union Soviétique, mais aussi face aux États-Unis. Des relations correctes avec les États-Unis contribueraient à freiner l’expansionnisme soviétique dans un premier temps et dès que l’équilibre serait rétabli, un rapprochement franco-soviétique deviendrait possible, pour freiner désormais à son tour la prépotence américaine, aggravée, aux yeux de Paris, par les options reaganiennes et pour veiller à ce que l’évolution du triangle Paris-Bonn-Moscou reste bien conforme aux intérêts français. À partir du milieu des années 1980, il faut se dégager de l’emprise américaine et tendre à ce que l’Union Soviétique, affaiblie mais toujours puissante, accepte une transformation démocratique de l’Europe de l’Est, afin de réconcilier les deux Europe. Mais il faut se prémunir contre toute dérive de la RFA vers le neutralisme : la France doit conserver un moyen d’influence sur elle et desserrer les liens de sécurité privilégiés entre Bonn et Washington au nom de l’identité européenne, de façon à permettre l’apparition d’une Europe de la sécurité alliée aux États-Unis, mais dégagée de l’atlantisme. Il ne faut pas oublier, en effet, que « l’hégémonisme américain » est une raison de souhaiter retrouver, à l’Est de l’Europe, un contrepoids, un partenaire équilibrant. Dans les années 1980, face à l’offensive américaine dans les domaines militaire et économique (IDS, GATT, commerce Est-Ouest) Paris recherche à Moscou un « point d’appui »48. C’est bien ce « climat mental » qui règne à l’Élysée à l’époque, y compris quant à la « surévaluation des moyens qu’avait la France d’influencer l’évolution des choses dans ce sens »49.

  • 50 Cf. Jacques Attali (note 35), pp. 856-858.

43Lors de son premier entretien avec Gorbatchev le 2 octobre 1985 à Paris, Mitterrand explique que le grand dessein de la France est l’Europe occidentale, mais que celui-ci n’est pas dirigé contre l’Union Soviétique, tout en laissant entendre qu’il est pour le maintien de la division de l’Allemagne.50 Selon Védrine, Mitterrand est pétri d’une tradition russophile française qui remonte aux tsars et à la Troisième République, qui veut qu’aux deux extrémités du continent européen la France et la Russie ne se menacent pas et ne peuvent qu’avoir intérêt à s’entendre face aux menaces potentielles de l’Europe centrale germanique ou austro-hongroise. Ainsi,

  • 51 H. Védrine (note 2), p. 373.

« l’alliance de revers franco-russe survit, sous-jacente, chez Mitterrand, comme chez de Gaulle, à l’instauration du communisme soviétique en Russie, à la réconciliation franco-allemande et à la construction européenne. C’est dire sa force ! Certes, il ne s’agit pas d’une préoccupation centrale, ce n’est pas une priorité de la diplomatie mitterrandienne, c’est même quelque peu contradictoire avec ses priorités affichées, et cela mérite une certaine prudence. Il n’empêche : c’est une commodité et une assurance complémentaires ».51

44Concernant les relations franco-soviétiques, Mitterrand n’hésite pas à écrire en 1986 :

  • 52 F. Mitterrand (note 10), p. 47.

« Nos intérêts, plus souvent qu’on ne le croit, nous rapprochent. La Russie a toujours représenté dans notre histoire et peut encore représenter un contrepoids utile, soit à l’échelle de l’Europe, soit à l’échelle de la planète. »52

45Henri Froment-Meurice, ancien ambassadeur à Bonn, a fait une expertise pertinente de la politique française des années 1980 à l’égard du problème allemand. Selon lui, si en France

« on comprend généralement que les Allemands puissent souffrir de leur situation de pays divisé, beaucoup prient le ciel qu’ils ne s’en préoccupent pas trop et que les choses restent en l’état ».

46Puisque les

« meilleures cartes [sont] en fin de compte dans les mains de l’Union Soviétique, il faut espérer qu’elle ne les jouera pas et continuera, elle aussi, de préférer le maintien de la division ».

47Pour une politique du statu quo, l’Union Soviétique trouvera la France toujours prête à y coopérer discrètement, dans le sens d’une

  • 53 Henri Froment-Meurice : « L’Allemagne entre l’Est et l’Ouest », in : Géopolitique 6 (1984), p. 77.

« ‘politique à la Richelieu’ doublée d’une bonne ‘réassurance’ du côté soviétique ».53

7. Le projet d’ancrage des deux Allemagnes dans leur camp respectif et son échec annoncé

48Alors président du RPR, Jacques Chirac déclare en 1983 que ceux, en France, qui pensent que la division allemande est bénéfique pour la France ont tort :

  • 54 « Keine Freiheit für Frankreich ohne Freiheit für Deutschland. Ein Gespräch mit Jacques Chirac », i (...)

« Si une nation a été divisée, et personne ne peut contester que les deux parties de l’Allemagne forment une seule nation, alors c’est tout à fait naturel et humainement indispensable que cette nation retrouve son unité. »54

  • 55 Dans l’article 7, les États signataires conviennent que la fixation définitive des frontières de l’ (...)
  • 56 Conférence de presse du général Charles de Gaulle, 25 mars 1958, cité in : Jean Lacouture : De Gaul (...)
  • 57 Cf. Werner Rouget : Schwierige Nachbarschaft am Rhein. Frankreich-Deutschland, Bonn, Bouvier, 1998, (...)

49Les dirigeants français sont tenus, par l’obligation contractuelle inscrite dans l’article 7 de la convention sur les relations entre les trois puissances occidentales et la RFA du 23 octobre 195455, de soutenir officiellement la politique ouest-allemande d’une Allemagne à réunifier. L’idée de la réunification reste néanmoins une conception impressionniste et limitée au champ spéculatif. Si de Gaulle est le seul président français depuis la fin de la Seconde guerre mondiale à être allé aussi loin dans la reconnaissance de la légitimité de l’aspiration des Allemands à se réunifier en définissant, lors de sa conférence de presse du 25 mars 1958, une existence nationale pour l’Allemagne, il a ajouté tout de même, lors de ce discours, que la réunification est un « idéal », ce qui montre que ses bonnes intentions étaient des projets à très long terme.56 Il existe une ligne fondamentale de De Gaulle à Mitterrand : pour que l’Allemagne intègre l’Occident, des concessions sont nécessaires, mais jamais, en vertu du « droit de regard » conféré après la Seconde guerre mondiale aux quatre puissances victorieuses, il ne faudrait que la RFA soit en situation de déterminer par elle-même le destin des peuples européens et notamment celui de la RDA.57

  • 58 Raymond Poidevin : L’Allemagne et le monde au XXe siècle, Paris, Masson, 1983, p. 273.

50Il n’est pas surprenant que l’idée centrale de la politique allemande et européenne de Mitterrand est la communauté de destin franco-allemande comme moteur de l’Europe. Le joint leadership franco-allemand, qui se dessine progressivement en Europe (de l’Ouest) s’avère très opératoire. Dans un sens, même la politique à l’Est de la France est conçue comme un moyen de lier l’Allemagne en Europe occidentale, car la peur du « révisionnisme » allemand est réelle surtout au regard d’un éventuel non-respect par les Allemands (de l’Ouest) du statu quo qui, seul, paraît devoir garantir la paix du vieux continent. L’historien Raymond Poidevin termine son ouvrage L’Allemagne et le monde au xxe siècle en annonçant qu’il est « évident » qu’une Allemagne réunifiée « placée dans un cadre européen, le ferait craquer ».58

  • 59 F. Mitterrand (note 10), p. 185.
  • 60 F. Mitterrand (note 10), p. 207.
  • 61 F. Mitterrand (note 10), p. 95.

51En s’inspirant expressément de Victor Hugo, Mitterrand invoque des « connexions intimes », de « consanguinité » des peuples allemand et français. Il veut s’inspirer de la prophétie de l’écrivain : « L’union de la France et de l’Allemagne et ce serait la paix du monde. »59 Comme De Gaulle, Mitterrand n’hésite pas à qualifier le peuple allemand de « grand peuple noble et courageux »60. Dans ses réflexions, Mitterrand lie le thème de la grandeur de l’Allemagne à la construction de la Communauté européenne. Pour lui, l’Allemagne est un élément indispensable de l’Europe : « L’Allemagne est d’Europe, sans l’Allemagne, il n’y a pas d’Europe. » Inversement, l’appartenance à une Europe unie est la condition de la grandeur de l’Allemagne : « Sans l’Europe, il n’y aura pas, il n’y aura plus de grandeur allemande. »61 Comme le constate l’historien Karl-Heinz Bender, dans la perspective positive d’une interdépendance franco-allemande, Mitterrand entend par « Allemagne » exclusivement la « RFA » et par « Europe » exclusivement la « Communauté européenne », c’est-à-dire l’Europe de l’Ouest :

  • 62 Karl-Heinz Bender : Mitterrand und die Deutschen. Die Wiedervereinigung der Karolinger, Bonn, Bouvi (...)

« La RDA et la réunification ne jouent guère de rôle dans les réflexions allemandes de Mitterrand. Pour lui, l’union européenne est la condition pour la grandeur de l’Allemagne ; mais non la réunification allemande. Si tant est qu’il parle de réunifier, il pense alors à l’empire carolingien et aux peuples qui ont été séparés par les partages carolingiens. »62

52La visite de Honecker à Bonn, en septembre 1987, consacre la thèse de la coexistence pacifique, mais aussi, selon la terminologie officielle dans les deux capitales allemandes, de leur « co-responsabilité » pour le maintien de la paix et de la sécurité en Europe. Certes, le chef de l’État est-allemand n’a pas manqué lors de sa visite à Paris, en janvier 1988, de souligner le rôle de la RDA en tant que garant de l’ordre établi, mais comme pour conjurer toute naissance de communauté réelle entre la RFA et la RDA, Mitterrand veut intensifier la coopération franco-(ouest-) allemande. Le 24 septembre 1987, deux semaines après la rencontre Kohl-Honecker à Bonn, le président français et le chancelier fédéral assistent aux manœuvres militaires franco-allemandes « Moineau hardi » en Basse-Bavière. Dans l’esprit annoncé du renforcement de la coopération franco-allemande, l’espace d’action montre un net déplacement vers l’Est des frontières géographiques défensives admises jusque-là par l’establishment stratégique français.

  • 63 Cf. Michel Meimeth : « Frankreichs Sicherheitspolitik unter den Bedingungen des Ost-West-Konflikts  (...)

53Avec la politique « d’ouverture à l’Ouest » de Gorbatchev, Paris craint que Moscou souhaite avant tout parvenir à concrétiser, avec son idée de « Maison commune européenne », son vieil objectif d’un découplage de l’Europe de l’Ouest des États-Unis63. La diplomatie française ne perçoit pas un tournant, du moins l’apparition d’une réelle volonté de négociation chez les dirigeants soviétiques qui, eux, semblent admettre que la guerre froide a perdu ses avantages et que la RDA a perdu la compétition par rapport à la RFA. Les réflexions d’Egon Krenz rejoignent cette idée :

  • 64 Cité in : Ekkehard Kuhn : Gorbatschow und die deutsche Einheit. Aussagen der wichtigsten russischen (...)

« De Moscou le monde était toujours perçu autrement que de Berlin. Nous avons perçu les relations germano-allemandes dans l’intérêt des Allemands et bien sûr aussi leur répercussion sur la politique internationale, alors que l’Union Soviétique avait toujours un intérêt à régler ses relations avec les États-Unis et, dans ce contexte, le problème allemand était soit à soutenir soit à détruire. »64

  • 65 Cf. Jean-Bernard Raimond : « Le fait et le mot », in : Politique internationale, printemps 1987, pp (...)

54La France des années 1980 ne voit pas comme l’opinion publique de la RFA est complexe et enchevêtrée et les commentateurs français regardent comme un phénomène bizarre la Gorbymania ouest-allemande. Les responsables français se méfient de l’attitude du ministre des Affaires étrangères, Hans-Dietrich Genscher, lorsqu’il plaide, le 1er février 1987, à l’occasion de son discours devant le Forum économique de Davos, en faveur des initiatives de la perestroïka. Le discours fut à l’origine d’une querelle d’interprétation : à la formule de Genscher « prendre Gorbatchev au mot », c’est-à-dire le mettre au défi de faire ce qu’il disait, Jean-Bernard Raimond, son homologue français, rétorque qu’il faut le « prendre au fait », c’est-à-dire rester sur ses gardes.65 Lorsque Gorbatchev se rend à Paris, en octobre 1985, dans l’espoir que la France joue un rôle majeur dans la nouvelle détente qui s’annonçait, les responsables français ont refusé la publication d’une déclaration commune.

55La France a « tendance » à mener une politique hostile à l’Union Soviétique lorsque elle est disposée à s’« ouvrir » à l’Ouest. Lorsque (ré)apparaissent les « incertitudes allemandes », la France cherche des réassurances du côté de l’Union Soviétique. La doctrine française officielle stipule que, d’un côté, il faut chercher à créer autant d’irréversible que possible à l’Ouest (plus d’union), de l’autre, il faut lutter contre l’irréversible à l’Est (moins de division), mais le problème est, qu’à terme, cela signifie aussi moins de division allemande, puisque la ligne de partage de l’Europe passe à travers le territoire allemand.

8. Conclusion

  • 66 H.-G. Ehrhart (note 40), p. 126.

56Dans l’ensemble, les priorités et les préoccupations françaises concernant la « question allemande » n’ont fondamentalement pas varié depuis les années 1950. Mitterrand a toujours souligné la force qui conditionne les structures de Yalta et le rôle de la France dans la (ré)organisation de l’Europe tout en utilisant la rhétorique sur le droit des Allemands à recouvrer leur unité. Au cours des années 1980, il subsiste de façon implicite ou explicite un sentiment d’insécurité face à une conscience nationale allemande. C’est pourquoi, la politique vis-à-vis de l’Allemagne a toujours été pour la France « fondamentalement une politique de sécurité ».66 Il s’agissait d’aménager le statu quo européen, mais non de le modifier. En 1989/90, Mitterrand s’accroche à la chimère de l’équilibre en Europe, basé sur la division de l’Allemagne. En vérité, la politique française des années 1980 était immobiliste parce qu’elle n’avait toujours pas intégré la « question allemande » dans sa problématique.

Notes

1 L’équilibre stratégique entre l’Est et l’Ouest est remis en cause à partir de 1977 avec le déploiement par l’Union Soviétique des missiles SS 20. Le 12. 12. 1979, l’OTAN adopte la « double décision » : le premier volet consiste à déployer des missiles américains Pershing II sur le sol allemand d’ici l’année 1983, le second volet est une offre de négociation sur les euromissiles. Les négociations s’engagent à partir de novembre 1981 à Genève, mais alors que Washington propose «l’option zéro», Moscou opte pour une limitation des SS20 pour tenir compte des vecteurs nucléaires français et britanniques, position inacceptable pour Paris et Londres, absents des négociations.

2 Hubert Védrine : Les mondes de François Mitterrand. À l’Élysée 1981-1995, Paris, Fayard, 1997, p. 130.

3 Ingo Kolboom : « La France face à l’Allemagne unifiée : rappels, problèmes et perspectives », in : Dieter Gutzen (éd.) : Les conséquences de l’unification allemande, Paris, PUF, 1997, p. 4.

4 François Mitterrand : Ma part de vérité, Paris, Fayard, 1969, p. 75.

5 François Mitterrand : La Paille et le Grain, Paris, Flammarion, 1975, p. 242.

6 François Mitterrand (note 5), pp. 181-182.

7 François Mitterrand : L’Abeille et l’Architecte, Paris, Flammarion, 1978, pp. 147-155.

8 François Mitterrand : Politique 1, Paris, Fayard, 1977, p. 448.

9 François Mitterrand : Politique 2, Paris, Fayard, 1981, p. 279.

10 François Mitterrand : Réflexions sur la politique extérieure de la France. Introduction à vingt-cinq discours (1981-1985), Paris, Fayard, 1986, pp. 72/105.

11 Discours prononcé par François Mitterrand à l’occasion du 25e anniversaire du traité de l’Élysée, au Palais de l’Élysée, 22 janvier 1988, Présidence de la République, Service de presse.

12 Discours prononcé par François Mitterrand à l’occasion du dîner offert par le président de la RFA, Richard von Weizsäcker, au château d’Augustusburg, 19 octobre 1987, Présidence de la République, Service de presse.

13 F. Mitterrand (note 10), pp. 186-188.

14 Réponse de Roland Dumas à une question d’actualité, 2 novembre 1988, Assemblée Nationale, La politique étrangère de la France, textes et documents, 1988, p. 9.

15 Déclaration commune, 25 février 1982, Documents d’Actualité Internationale, n°7, 1.4.1982, p. 9.

16 Édouard Husson : « Allemagne : une névrose française », in : Notes de la Fondation Marc-Bloch 3 (1999), p. 56.

17 Rudolf von Thadden : « Thesen zum Geschichtsverständnis und seiner Rolle in den Gesellschaftsordnungen der Bundesrepublik Deutschland und der Deutschen Demokratischen Republik », in : Deutscher Bundestag : Deutsche Geschichte und politische Bildung. Öffentliche Anhörung des Ausschusses für innerdeutsche Beziehungen des Deutschen Bundestages, Bonn, 1981, p. 19.

18 Joseph Joffe : « German Defense policy : novel institutions and enduring dilemnas », in : Gregory Flinn, The international fabric of Western Security, New York, Totowa, 1981, pp. 63-96.

19 Cf. les réflexions pertinentes d’Anne-Marie Le Gloannec : La Nation orpheline. Les Allemagnes en Europe, Paris, Calmann-Lévy, 1989.

20 Ezio Mauro : « Le Germanie restino due. E Bonn si irrita con Andreotti », in : La Stampa, 15.9.1984.

21 Karl J. Brandstetter : « Willy Brandts Ostpolitik und die Detente. Zur Historie einer fortdauernden Begriffsverwirrung », in : Blätter für deutsche und internationale Politik 3 (1994), p. 300.

22 Ernst Weisenfeld : Welches Deutschland soll es sein ? Frankreich und die deutsche Einheit seit 1945, Munich, Beck, 1986, p. 117.

23 Renata Fritsch-Bournazel : « Rapallo et son image en France », in : Documents 37 (1982) 2, p. 4.

24 Cf. les inquiétudes et les incertitudes (disproportionnées par rapport aux réalités) dont se fait l’écho François-Georges Dreyfus : Les Allemands entre l’Est et l’Ouest, Paris, Albatros, 1987.

25 Jean François-Poncet : « Certitudes et incertitudes allemandes », in : Le Monde, 10 novembre 1983. Ce débat concerne aussi la politique étrangère «parallèle» que mène le SPD avec le SED de 1983 à 1988, dans le but de redonner un nouveau souffle à l’Ostpolitik. Le PS français accuse le SPD d’aveuglement idéologique ; cf. Jean-Pierre Chevènement : « Übereinstimmungen und Differenzen », in : Die Neue Gesellschaft/ Frankfurter Hefte 6 (1987), pp. 525-528.

26 « Un propos de M. Hernu sur la réunification de l’Allemagne », in : Le Monde, 18 mars 1987.

27 Cf. Stephan Martens : La politique à l’Est de la République fédérale d’Allemagne depuis 1949. Entre mythe et réalité, Paris, PUF, 1998.

28 Ingo Kolboom : « L’histoire et l’avenir des politiques respectives à l’égard des pays de l’Est », in : André Brigot, Peter Schmidt, Walter Schütze (éds.), Défense, désarmement et politiques à l’Est. Perspectives franco-allemandes, Paris, Fondation pour les Etudes de Défense Nationale, 1989, p. 122. Cf. aussi Eberhard Schulz : « Deutsche und französische Ostpolitik. Zehn Thesen », in : Klaus Manfrass (éd.) : Paris-Bonn. Eine dauerhafte Bindung schwieriger Partner, Sigmaringen, Thorbecke, 1984, pp. 266-269.

29 Une telle politique de défense pose un «problème moral». En effet, «faire de l’atome militaire une panacée en se retranchant derrière une « ligne Maginot » ne conduit-il pas à mettre le doigt dans l’engrenage du neutralisme politique, autrement dit du repli égoïste sur l’hexagone ?» ; cf. Daniel Colard : « Les mouvements pacifistes européens », in : Documents 38 (1983) 2, p. 11. En 1983, le secrétaire général de l’UDF dénonce « l’illusion du sanctuaire national » ; cf. Michel Pinton : « La force nucléaire française, une nouvelle ligne Maginot ? », in : Le Monde, 16.06.1983.

30 Ingo Kolboom (note 28), p. 123.

31 Pour une perspective historique, cf. Antoine Marès : « La vision française de l’Europe centrale, d’un prisme à l’autre, du xixe au xxe siècle », in : Les Cahiers de Varsovie 22 (1991), pp. 377-390.

32 Milan Kundera : « Un Occident kidnappé ou la tragédie de l’Europe centrale », in : Le débat 27 (1984), pp. 3-22.

33 François Mitterrand : De l’Allemagne, de la France, Paris, Odile Jacob, 1996, p. 168.

34 Conférence de presse de Claude Cheysson, 17 février 1983, Ministère des Affaires étrangères, Service de presse.

35 Cf. Jacques Attali : Verbatim 1, Paris, Fayard, 1993, pp. 420-421.

36 François Mitterrand : Ici et maintenant, Paris, Fayard, 1980, p. 299.

37 Cité in : E. Weisenfeld (note 22), p. 156.

38 Timothy Garton Ash : Au nom de l’Europe. L’Allemagne dans un continent divisé, Paris, Gallimard, 1995, p. 337.

39 Valérie Guerin-Sendelbach : Ein Tandem für Europa ? Die deutsch-französische Zusammenarbeit der achtziger Jahre, Arbeitspapiere zur Internationalen Politik, n°77, DGAP, septembre 1993, p. 69.

40 Hans-Georg Ehrhart : Die «deutsche Frage» aus französischer Sicht (1981-1987). Frankreich zwischen deutschlandpolitischen Befürchtungen, sicherheitspolitischen Nöten und europäischen Hoffnungen, Munich, Tuduv-Verlagsgesellschaft, 1988, p. 172.

41 Interview à la télévision est-allemande, Palais de l’Elysée, 6 janvier 1988, in : F. Mitterrand (note 34), p. 187.

42 «Botschafter Maurice Deshors : Offener politischer Dialog in unserer Zeit bedeutsam», in : ND, 2 et 3 janvier 1988.

43 Cf. Walter Schütze: «La République démocratique allemande : un partenaire pas comme les autres», in : Documents 34 (1979) 4, pp. 39-52.

44 «Studiendelegation aus Frankreich empfangen », in : ND, 21 janvier 1983.

45 « Sprecherin des französischen Präsidenten : DDR besitzt ein besonderes Gewicht für Europa. Internationale Pressekonferenz im Elysée-Palast », in : ND, 7 janvier 1988.

46 Auparavant, les Allemands s’étaient tellement opposés qu’ils dérangeaient la paix en Europe, alors que dans les années 1980 ils semblaient tellement s’approcher au point d’inquiéter ! Cf. Jean-Jacques Guinchard : « L’inéluctable développement des relations entre les deux Allemagnes. Symbolisé par la visite de Monsieur Honecker à Bonn », in : Le Monde diplomatique, septembre 1987, pp. 16-17.

47 Georges-Henri Soutou : L’alliance incertaine. Les rapports politico-stratégiques franco-allemands. 1954-1996, Paris, Fayard, 1996, p. 50.

48 H. Védrine (note 2), p. 374.

49 G.-H. Soutou (note 47), p. 388.

50 Cf. Jacques Attali (note 35), pp. 856-858.

51 H. Védrine (note 2), p. 373.

52 F. Mitterrand (note 10), p. 47.

53 Henri Froment-Meurice : « L’Allemagne entre l’Est et l’Ouest », in : Géopolitique 6 (1984), p. 77.

54 « Keine Freiheit für Frankreich ohne Freiheit für Deutschland. Ein Gespräch mit Jacques Chirac », in : Die Welt, 11 octobre 1983.

55 Dans l’article 7, les États signataires conviennent que la fixation définitive des frontières de l’Allemagne doit attendre un règlement de paix librement négocié et que leur objectif est la création d’une Allemagne réunifiée, dotée d’une Constitution libérale et démocratique, semblable à celle de la RFA et intégrée dans la Communauté européenne.

56 Conférence de presse du général Charles de Gaulle, 25 mars 1958, cité in : Jean Lacouture : De Gaulle. le souverain, Tome III, Paris, Seuil, 1986, p. 311.

57 Cf. Werner Rouget : Schwierige Nachbarschaft am Rhein. Frankreich-Deutschland, Bonn, Bouvier, 1998, pp. 57-63.

58 Raymond Poidevin : L’Allemagne et le monde au XXe siècle, Paris, Masson, 1983, p. 273.

59 F. Mitterrand (note 10), p. 185.

60 F. Mitterrand (note 10), p. 207.

61 F. Mitterrand (note 10), p. 95.

62 Karl-Heinz Bender : Mitterrand und die Deutschen. Die Wiedervereinigung der Karolinger, Bonn, Bouvier, 1995, p. 71.

63 Cf. Michel Meimeth : « Frankreichs Sicherheitspolitik unter den Bedingungen des Ost-West-Konflikts – Interessen und Handlungsspielräume », in : Hanns W. Maull/ Michael Meimeth / Christoph Nesshöver (éds.) : Die verhinderte Großmacht. Frankreichs Sicherheitspolitik nach dem Ende des Ost-West-Konflikts, Opladen, Leske & Budrich, 1997, pp. 37-52.

64 Cité in : Ekkehard Kuhn : Gorbatschow und die deutsche Einheit. Aussagen der wichtigsten russischen und deutschen Beteiligten, Bonn, Bouvier, 1993, p. 99.

65 Cf. Jean-Bernard Raimond : « Le fait et le mot », in : Politique internationale, printemps 1987, pp. 21-39.

66 H.-G. Ehrhart (note 40), p. 126.

Auteur

Bordeaux

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540