Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Les relations politiques entre la RDA et la France

Le rôle de la RDA dans la politique allemande de Valéry Giscard d’Estaing, 1974 - 1981

Michèle Weinachter

Note de l’éditeur

L’auteur prépare actuellement une thèse sur Valéry Giscard d’Estaing et l’Allemagne. Etant donnés la période et le sujet traités dans le présent article, ont été utilisés d’une part des documents publiés de différentes natures, d’autre part des témoignages recueillis par l’auteur auprès d’acteurs et de témoins importants de l’époque.

Texte intégral

1Le rôle de la RDA dans la politique allemande de Valéry Giscard d’Estaing a été tout à fait marginal. Dans un contexte international stabilisé et marqué, jusqu’à la fin des années soixante-dix, par la détente, la France donna la priorité absolue à ses rapports avec l’Allemagne du Chancelier Schmidt. Cela ne signifie pas pour autant que le développement des relations entre la France et l’autre Allemagne ait été inexistant ou insignifiant. Les échanges se sont progressivement développés, dans certains domaines du moins, culminant en 1979 avec la visite du Ministre des Affaires Étrangères à son homologue du gouvernement de RDA à Berlin – pour reprendre la formulation «diplomatiquement correcte» de l’époque.

2Le contexte et les conditions dans lesquels il faut replacer les relations entre la France et la RDA dans la deuxième moitié des années soixante-dix expliquent largement leur caractère et leur teneur.

3Le septennat de Valéry Giscard d’Estaing correspond à une période de «digestion» de la phase précédente, marquée par la signature des traités de l’Ostpolitik et l’aboutissement d’un processus qui conduisit à la confirmation, du moins provisoire, du statu quo en Europe, dans un contexte général de détente qui connaît son apogée avec la Conférence d’Helsinki en 1975.

  • 2 Cf. notamment les témoignages recueillis par l’auteur auprès de proches collaborateurs du Président (...)

4Cette période de stabilisation, beaucoup moins agitée que les années qui précédèrent la reconnaissance de la RDA, voit la « normalisation » des rapports France/RDA. Elle s’inscrit, pour la France, dans le cadre de la poursuite de la politique de détente initiée par De Gaulle. Mais si, pour celui-ci, la détente avait fondamentalement pour but, à terme, la recomposition de l’Europe, Valéry Giscard d’Estaing agissait dans une optique assez différente : la détente était envisagée dans le cadre du statu quo existant, quitte à « aménager » celui-ci. Réduire les dangers du face-à-face, établir et développer des relations commerciales, obtenir la « désidéologisation » donc, mais sans remettre fondamentalement en cause l’ordre mondial issu de la Seconde Guerre mondiale2.

  • 3 Cf. Georges-Henri Soutou : L’alliance incertaine. Les rapports politico-stratégiques franco-alleman (...)

5Quant à l’état d’esprit du Président français concernant l’Ostpolitik allemande durant son septennat, il apparaît quelque peu différent de celui qui prévalut dans la période précédente. Si, sous Pompidou, certains avaient pu craindre que la logique de la situation ne conduisît un jour à un rapprochement germano-soviétique, et que l’Ostpolitik ne fut utilisée par Bonn comme stratégie pour résoudre, à terme, la question allemande3, cela ne semble pas avoir été le cas de Valéry Giscard d’Estaing.

  • 4 Cf.Michael Meimeth: Frankreichs Entspannungspolitik der 70er Jahre: Zwischen Status quo und friedli (...)
  • 5 Entretien avec l’auteur. Gabriel Robin fut Conseiller technique au Secrétariat général de la Présid (...)

6Valéry Giscard d’Estaing n’avait certes pas, à l’égard de l’Allemagne, les préventions de Georges Pompidou. Il faut également établir ici une distinction entre l’attitude personnelle de Valéry Giscard d’Estaing d’une part, et celle d’autres personnalités politiques françaises de l’époque et de certains media d’autre part, qui évoquaient régulièrement les fameuses «incertitudes allemandes»4. Certains proches conseillers du Président eux-mêmes, tel Gabriel Robin, étaient beaucoup plus méfiants que Valéry Giscard d’Estaing à l’égard de l’Allemagne et de la politique allemande : pour lui, toute l’action politique de la République fédérale était à lire à l’aune de ce qui était supposé être son seul vrai but : la réunification.5

7Pourquoi Valéry Giscard d’Estaing ne craignait-il guère, pour sa part, une quelconque «dérive allemande», qui aurait pu aboutir à un rapprochement germano-soviétique dangereux ?

  • 6 Cf. Valéry Giscard D’estaing : Deux Français sur trois, Paris, Flammarion, 1984, pp. 79-80.

8Premièrement, tous les témoignages convergent pour insister sur le rôle décisif de la bonne entente personnelle et de la confiance réciproque entre Helmut Schmidt et Valéry Giscard d’Estaing. L’attitude du Chancelier allemand à la fin des années soixante-dix, au moment de l’Affaire des Euromissiles et du développement du mouvement pacifiste dans son pays, a d’ailleurs contribué à renforcer cette confiance, Schmidt apparaissant alors précisément comme le garant contre toute éventualité de dérive neutraliste.6

  • 7 Témoignages recueillis par l’auteur. Cf. aussi sur ce point Ernst Weisenfeld (note 2), p. 106.

9La confirmation toute récente du statu quo européen ne pouvait, d’autre part, que conforter Valéry Giscard d’Estaing dans son approche : Moscou avait obtenu la reconnaissance juridique des frontières de 1945 et celle des régimes établis à l’Est du Rideau de fer. Plus que jamais, l’Europe semblait donc figée dans la division. Pour le Président français, la question allemande semblait sinon réglée, du moins remise aux calendes grecques.7 Ce qui, quand on considère l’importance que Valéry Giscard d’Estaing accordait à l’idée d’équilibre dans sa conception des relations franco-allemandes, ne pouvait guère le contrarier.

10Valéry Giscard d’Estaing, enfin, se trouva conforté dans son appréciation de la situation par les propos que lui tenaient les Soviétiques. Ainsi déclara-t-il par exemple le 23 juin 1987 lors d’une interview radiodiffusée :

« Chaque fois que j’ai rencontré des dirigeants soviétiques, ils m’ont toujours dit, il y a une chose sur laquelle nous ne transigerons jamais, c’est la réunification des deux Allemagnes. »

  • 8 Propos rapportés par André Fontaine dans Le Monde, 27 juin 1984. Ces propos n’ont pas été démentis.

11Il serait d’ailleurs allé personnellement chercher à Moscou « l’assurance » que les Soviétiques ne céderaient pas. Au printemps 1979, il aurait affirmé à Leonid Brejnev qu’il « souhaitait le maintien de la division allemande et une coopération étroite entre Paris et Moscou ».8

  • 9 Entretien avec l’auteur.

12Quoi qu’il en soit, la question des relations inter-allemandes ne semble guère avoir eu d’incidence sur la qualité des relations entre la France et l’Allemagne fédérale à cette époque. Selon Helmut Schmidt lui-même, « c’était bien un sujet de discussion, mais pas de querelles ». Il affirme « n’avoir jamais senti la moindre méfiance chez Valéry Giscard d’Estaing sur ces questions ».9

13C’est dans ce contexte, et suite à la reconnaissance de la RDA par la France le 9 février 1973, que vont se développer les relations entre les deux pays, dans des proportions et sur un mode qui n’ont évidemment rien à voir avec les relations privilégiées entretenues avec la République fédérale – et, selon l’un des Ministres des Affaires Étrangères de l’époque, en étroite concertation avec celle-ci :

  • 10 Entretien de l’auteur avec Jean François-Poncet.

« Nous n’avons jamais rien fait avec l’Allemagne de l’Est qui n’ait l’accord de l’Allemagne de l’Ouest. Et nous avons toujours fait avec retard par rapport à elle des gestes en direction de Pankow ».10

14Quels furent, de part et d’autre, les motivations, les enjeux, enfin la réalité des échanges France/RDA dans les années 1970 ?

15Le développement des relations entre la France et la RDA répondait clairement à l’intérêt commun des deux pays, ainsi que de la République fédérale d’ailleurs, à la poursuite de la détente. Les deux États allemands savent à quel point ils sont directement touchés par les répercussions négatives engendrées par de graves tensions Est-Ouest. Quant à la France, sa marge de manœuvre est évidemment réduite dans ce cas, puisqu’elle laisse place alors au jeu entre les États-Unis et l’URSS. La solidarité entre Valéry Giscard d’Estaing et Helmut Schmidt, leurs efforts pour dégager une attitude commune spécifique entre l’Est et l’Ouest au moment des tensions internationales de la fin de la décennie, constitueront à cet égard une certaine nouveauté.

  • 11 Les éléments permettant de reconstituer ce calendrier et les personnes concernées se trouvent par e (...)

16Mais si la France avait pour sa part, dans le cadre de sa politique de détente dans le statu quo, intérêt à un certain développement de ses relations avec l’autre État allemand, c’est néanmoins clairement la RDA qui apparaît en position de « demandeur ». Le calendrier des visites entre les deux pays, le rang et la fonction des personnes participant aux rencontres des deux côtés, sont très révélatrices à cet égard.11 Après avoir enfin atteint le but de la reconnaissance formelle, la RDA avait en effet tout intérêt à développer avec les pays occidentaux, et notamment avec la France, des liens qui renforceraient son existence autonome, sa stabilité interne, et, éventuellement, viendraient accroître sa marge de manœuvre internationale.

  • 12 L’analyse de la position de la RDA qui suit – qui devra être complétée au vu des archives officiell (...)
  • 13 Cf. aussi Le Monde, 23 juillet 1979

17La France était considérée par la RDA comme l’un des pays prioritaires à cet égard pour plusieurs raisons.12 La RDA cherchait, tout d’abord, à devenir le véritable partenaire d’au moins l’une des trois puissances occidentales qui avaient des droits sur l’Allemagne. La France était la cible la plus facile à atteindre, et ce n’est pas un hasard si le Ministre Est-allemand des Affaires Étrangères, Oskar Fischer, a commencé ses visites en Occident par Paris en 1976.13 Ensuite, la RDA cherchait sans doute aussi à faire de Paris une sorte de contrepoids à Bonn : développer des relations économiques avec la France revenait à diminuer la dépendance économique et commerciale de la RDA à l’égard de la RFA.

18Du côté français venait s’ajouter une dimension supplémentaire : celle des relations avec Moscou. En effet, pour expliquer l’initiative, concertée avec Valéry Giscard d’Estaing, de sa visite à Berlin-Est en 1979, Jean François-Poncet évoque l’importance accordée au développement de relations commerciales avec un pays qui affichait un certain succès sur le plan économique. Mais il insiste surtout sur les points suivants :

  • 14 Entretien avec l’auteur.

« Les Allemands de l’Ouest avaient normalisé leurs relations avec les Allemands de l’Est. Par conséquent, nous avons considéré que ne pas suivre dans cette affaire-là nous aurait placés dans une espèce de position un peu attardée, qui aurait d’abord compliqué nos relations avec l’URSS ».14

19Ces propos traduisent bien toute l’importance accordée à l’époque par Paris à la qualité de ses relations avec Moscou. Un élément récurrent de la politique giscardienne, on le sait.

  • 15 Selon Jochen Dankert (note 12). Les archives devraient permettre de trancher, un jour, sur ce point

20Il convient d’ailleurs d’analyser d’un peu plus près ce triangle Paris-Pankow-Moscou. Il apparaît en effet que la RDA aurait pu, dans une certaine mesure, jouer un rôle de médiateur entre la France et l’Union soviétique. En effet, tout ce qui était dit par les Français aux responsables Est-allemands étant considéré comme ayant été dit à Moscou, la RDA aurait pu servir de courroie de transmission pour certaines informations. Il semble que ce ne fut guère le cas durant le septennat de Valéry Giscard d’Estaing, qui donnait une importance toute particulière au dialogue direct avec Moscou. En outre, si besoin de médiation il y avait, celle-ci passait alors plutôt par la Pologne, à l’époque dirigée par le très francophile Edward Gierek, comme le montre la rencontre très controversée entre Giscard d’Estaing et Brejnev à Varsovie en mai 1980. Si la RDA n’a pas joué de rôle sous Valéry Giscard d’Estaing à cet égard, il semblerait en revanche15 qu’elle se soit trouvée valorisée de ce point de vue avec l’arrivée de François Mitterrand à la présidence en 1981. Le dialogue Paris-Moscou s’engageait en effet alors dans une période beaucoup plus difficile, et Paris se serait servi de la RDA pour faire passer certains messages vers Moscou.

  • 16 Cf. Le Monde, 25 juillet 1979 ainsi que Neues Deutschland, 25 juillet 1979.

21La dépendance directe de la RDA vis-à-vis de Moscou explique également la faiblesse du dialogue sur les problèmes de désarmement entre la France et la RDA entre 1974 et 1981. Sur ce sujet réapparaissaient en effet les traditionnelles divergences entre la France et les pays de l’Est, la France ne voulant discuter que de désarmement conventionnel, tandis que pour Oskar Fischer, toute mesure de désarmement devait porter à la fois sur le nucléaire et le conventionnel.16 Les Allemands de l’Est n’avaient néanmoins aucun intérêt à se quereller avec les Français sur ce sujet, où les principaux protagonistes étaient en réalité les Soviétiques et les Américains. Les Français, pour leur part, n’avaient pas non plus intérêt à aborder ces problèmes avec la RDA, pour éviter que celle-ci n’évoque de façon trop insistante la menace des missiles Pluton sur le territoire est-allemand, avec le risque que soit exigée la comptabilisation de ceux-ci dans les négociations sur le désarmement.

  • 17 Cf. J. Dankert (note 12), p. 473

22Si les relations et les contacts restèrent limités dans certains domaines, les échanges commerciaux en revanche se développèrent de façon relativement autonome entre les deux pays. La RDA devint ainsi le deuxième partenaire de la France à l’Est, et la France devint le troisième partenaire occidental de la RDA.17

23Les premiers accords commerciaux entre les deux pays datent en fait de 1970. On affichait en RDA l’objectif de bientôt doubler, voire tripler les échanges avec la France, et les chiffres eux-mêmes ne semblent pas négligeables. Mais il faut les comparer si l’on veut pouvoir apprécier leur importance réelle : en 1977 par exemple, le volume de ces échanges ne représentait encore que 0,20 % du commerce français à l’échelle mondiale. Les échanges France/RDA sur un an correspondaient aux échanges France/RFA sur quatre jours … Et la RDA n’arrivait, pour la France, qu’après le Gabon, la Côte d’Ivoire, ou Abu Dhabi.

  • 18 G. Heidelberg (note 11), p. 202.

24L’endettement de la RDA à l’égard des pays occidentaux est l’un des facteurs d’explication de la faiblesse relative des échanges, puisqu’il incite à freiner les importations. C’est d’ailleurs ce qui amènera la RDA à développer, notamment avec la France, ce qu’on a appelé les « Kompensationsgeschäfte » : au lieu de régler « cash », les États socialistes payaient avec des marchandises fabriquées chez eux.18

25Ces échanges commerciaux, relativement faibles donc, devaient cependant être relancés par la visite de Jean François-Poncet à Berlin-Est en juillet 1979. Un déplacement qui venait en réponse, après trois ans de délai, à la visite d’Oskar Fischer en 1976 à Paris, et qui constitue le point culminant des relations entre les deux pays pour la période ici étudiée.

  • 19 A. Wilkens (note 3), p. 193.

26Un nouvel incident diplomatique, lié à une entorse est-allemande au statut de Berlin, avait pourtant provoqué un ajournement symbolique du voyage de trois semaines. Cet incident, tout comme la réaffirmation, sur place, des droits français, et de la nécessité d’un strict respect des accords quadripartites, sont caractéristiques d’une attitude française déjà constatée sous Pompidou :19 adoptant une posture particulièrement légaliste, les Français se révélaient très soucieux de leurs prérogatives à Berlin.

  • 20 Jean François-Poncet avait par exemple exigé l’absence de cérémonial militaire à son arrivée à l’aé (...)
  • 21 Editions des 24, 25 et 26 juillet 1979.

27Les concessions protocolaires accordées à Jean François-Poncet lors de sa visite20, ainsi que la très importante couverture de l’événement par le Neues Deutschland21, confirment en tout état de cause l’importance accordée par le côté est-allemand à cette première visite aux dirigeants de l’autre État allemand d’un chef de la diplomatie de l’un des États occidentaux ayant des responsabilités spéciales en Allemagne. Une visite au cours de laquelle Jean François-Poncet eut des entretiens non seulement avec son homologue, mais également avec le chef du gouvernement Willi Stoph, ainsi qu’avec le secrétaire général du SED, Erich Honecker.

  • 22 Cf. Neues Deutschland, 25 juillet 1979 ; Le Monde, 26 juillet 1979.

28Ces entretiens permirent également de progresser vers la signature d’un accord culturel entre les deux pays. Erich Honecker leva en effet l’obstacle majeur en donnant son accord de principe pour l’ouverture d’un centre culturel est-allemand à Paris, ainsi que d’un centre culturel français à Berlin-Est. La France avait fait de l’ouverture d’un tel organisme – jusqu’alors refusé à tous les Occidentaux – la condition de la mise au point d’un tel accord.22 Celui-ci put ainsi être signé l’année suivante, le 16 juin 1980. Le Centre de Paris n’ouvrit cependant que fin 1983, celui de Berlin-Est début 1984, les négociations butant longtemps sur l’exigence française d’ouverture aux citoyens d’Allemagne de l’Est d’une salle de lecture mettant à leur disposition la presse française.

  • 23 Cf. Le Monde, 23 juillet 1979.

29Le voyage du chef de la diplomatie française à Berlin-Est a-t-il donné lieu à des tensions avec Bonn ? Sur le plan diplomatique et protocolaire, rien ne fut laissé au hasard qui put prêter à la critique. Formellement, Jean François-Poncet se rendait non pas « en RDA », mais à Berlin, c’est-à-dire une ville sur laquelle ne s’exerçait pas la souveraineté est-allemande. La France s’abstint également d’entrer dans les querelles inter-allemandes, continuant à refuser de céder à la demande est-allemande d’établissement d’un accord consulaire dans lequel la RDA voulait imposer à la France la reconnaissance d’une « nationalité » est-allemande spécifique.23 Enfin, par une symétrie qui ne doit certainement rien au hasard, Valéry Giscard d’Estaing devait lui-même se rendre quelques mois plus tard en visite à Berlin-Ouest.

  • 24 Entretien avec l’auteur.
  • 25 Cela ne signifie pas…– là encore les archives permettront peut-être un jour de trancher – que, comm (...)

30Quoi qu’il en soit, selon Jean François-Poncet24, qui avait préparé son déplacement en concertation avec le Ministre ouest-allemand des Affaires Étrangères Hans-Dietrich Genscher, il n’y eut, à sa connaissance, aucune tension avec Bonn à ce sujet – son homologue ouest-allemand lui décernant même un satisfecit à l’issue du voyage25.

31Si l’on assiste donc bien, sous Valéry Giscard d’Estaing, à une certaine normalisation des rapports entre la France et la RDA, ceux-ci restèrent évidemment tout à fait secondaires comparés aux liens que le Président français a développés durant son septennat avec son partenaire ouest-allemand dans le but affiché de faire progresser la construction européenne. Mais de quelle Europe s’agissait-il ?

32Les propos que Valéry Giscard d’Estaing a tenus depuis trente ans, notamment dans la période des bouleversements de 1989-1990 et dans les années qui suivirent, montrent très clairement que son rêve n’était pas celui d’une Europe de l’Atlantique à l’Oural, mais celui d’une Europe occidentale fortement intégrée : une « Europe-puissance » retrouvant son influence dans les affaires du monde, entraînée par un couple franco-allemand équilibré. C’est-à-dire avec une Allemagne à la puissance et aux contours limités, qui laisse la France assumer le leadership politique de l’ensemble.

Alors, mais alors seulement, une fois ce grand projet réalisé, la RDA aurait pu venir rejoindre non pas un État allemand de type classique, c’est-à-dire un État national, mais, au même titre que d’autres candidats à l’adhésion, elle serait venue rejoindre cette Communauté à structure fédérale. Une structure dans laquelle le poids germanique aurait, en quelque sorte, pesé moins lourd.

33On comprend dès lors que la chute du Mur de Berlin, et les retrouvailles des deux parties de l’Allemagne – et de l’Europe – en 1989, c’est-à-dire à une date à laquelle le projet d’intégration ouest-européen n’avait pas encore totalement abouti, n’ait pas forcément constitué pour Valéry Giscard d’Estaing une excellente nouvelle.

Notes

2 Cf. notamment les témoignages recueillis par l’auteur auprès de proches collaborateurs du Président français. Voir également sur ce point Ernst Weisenfeld : Quelle Allemagne pour la France ?, Paris, Armand Colin, 1989, pp. 134ss.

3 Cf. Georges-Henri Soutou : L’alliance incertaine. Les rapports politico-stratégiques franco-allemands, 1954-1996, Paris, Fayard, 1996, pp. 314-320. Voir également Andreas Wilkens : Der unstete Nachbar. Frankreich, die deutsche Ostpolitik und die Berliner Vier-Mächte-Verhandlungen 1969-1974, Munich, Oldenbourg, 1990.

4 Cf.Michael Meimeth: Frankreichs Entspannungspolitik der 70er Jahre: Zwischen Status quo und friedlichem Wandel, Baden-Baden, Nomos, 1990, pp.74ss.

5 Entretien avec l’auteur. Gabriel Robin fut Conseiller technique au Secrétariat général de la Présidence de la République, puis Directeur des Affaires politiques au Quai d’Orsay.

6 Cf. Valéry Giscard D’estaing : Deux Français sur trois, Paris, Flammarion, 1984, pp. 79-80.

7 Témoignages recueillis par l’auteur. Cf. aussi sur ce point Ernst Weisenfeld (note 2), p. 106.

8 Propos rapportés par André Fontaine dans Le Monde, 27 juin 1984. Ces propos n’ont pas été démentis.

9 Entretien avec l’auteur.

10 Entretien de l’auteur avec Jean François-Poncet.

11 Les éléments permettant de reconstituer ce calendrier et les personnes concernées se trouvent par exemple dans : Gerhard Heidelberg : « Ein neuer Frühling ? Die Beziehungen zwischen Frankreich und der DDR », in : Dokumente 34 (1978) 2, pp. 202-204.

12 L’analyse de la position de la RDA qui suit – qui devra être complétée au vu des archives officielles – repose notamment sur un entretien de l’auteur avec le Professeur Jochen Dankert, un « observateur » tout à fait privilégié des relations France-RDA de ces dernières décennies. Il fut, de 1956 à 1990, titulaire de la chaire « Politique étrangère des États Ouest-européens », dans l’ancien Institut des Relations Internationales de Potsdam-Babelsberg. Un institut qui était en relation directe avec le Ministère des Affaires Étrangères de la RDA. Jochen Dankert y circulait fréquemment, souvent consulté en tant que spécialiste de la France et de la politique européenne de celle-ci. Cf. également l’article de Jochen Dankert : « Frankreich und der zweite deutsche Staat », in : Dokumente 46 (1990) 6, pp. 471ss.

13 Cf. aussi Le Monde, 23 juillet 1979

14 Entretien avec l’auteur.

15 Selon Jochen Dankert (note 12). Les archives devraient permettre de trancher, un jour, sur ce point.

16 Cf. Le Monde, 25 juillet 1979 ainsi que Neues Deutschland, 25 juillet 1979.

17 Cf. J. Dankert (note 12), p. 473

18 G. Heidelberg (note 11), p. 202.

19 A. Wilkens (note 3), p. 193.

20 Jean François-Poncet avait par exemple exigé l’absence de cérémonial militaire à son arrivée à l’aéroport de Schönefeld ; cf. FAZ, 25 juillet 1979.

21 Editions des 24, 25 et 26 juillet 1979.

22 Cf. Neues Deutschland, 25 juillet 1979 ; Le Monde, 26 juillet 1979.

23 Cf. Le Monde, 23 juillet 1979.

24 Entretien avec l’auteur.

25 Cela ne signifie pas…– là encore les archives permettront peut-être un jour de trancher – que, comme l’a affirmé à l’auteur Manfred Lahnstein, ministre de Helmut Schmidt à l’époque, cette visite n’ait pas provoqué à Bonn pour le moins quelques froncements de sourcils ...

Auteur

Cergy-Pontoise

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540