Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Les relations politiques entre la RDA et la France

Accords et désaccords : La France, l’Ostpolitik et la question allemande – 1969-1974

Andreas Wilkens

Texte intégral

1Les années entre 1969 et 1974 constituent sans aucun doute une période charnière dans les relations franco-allemandes de l’après-guerre. On pourrait également dire – et c’était déjà une impression des contemporains – qu’au début de ces années un certain après-guerre avec ses caractéristiques propres s’achevait et qu’une autre ère, qui ne devait se terminer que vingt ans plus tard avec l’unification des deux États allemands, s’ouvrait.

  • 1 Willy Brandt : Begegnungen und Einsichten. Die Jahre 1960-1975, Hambourg, Hoffmann & Campe, 1976, p (...)

2Après la démission du Général de Gaulle, dernier des « Grands » de la Deuxième Guerre mondiale, des ajustements dans la politique étrangère de la France étaient inévitables. Son successeur, Georges Pompidou, entendait prendre toute la mesure des contraintes et des limites dont la France devait tenir compte dans sa politique extérieure sans pour autant renoncer à un rôle spécifique. Dans un sens en quelque sorte inverse le gouvernement de Willy Brandt, issu des élections du 28 septembre 1969, s’apprêtait à élargir le cadre de son action extérieure en « normalisant », dans la mesure du possible, ses relations avec les pays est-européens et en premier lieu avec l’autre État allemand. Selon la conception du gouvernement Brandt, il s’agissait de tirer toutes les conséquences de l’évolution politique et territoriale survenue depuis la fin de la guerre et de créer les conditions pour atteindre ce qui devait correspondre à long terme à « un ordre de paix en Europe ». Le règlement du « conflit particulier » de l’Allemagne avec ses voisins de l’Est était censé être la contribution allemande au processus plus large de la « détente ».1

3La reconnaissance mutuelle des deux États allemands comme l’ensemble de la démarche de la « nouvelle politique à l’Est » était, dès le départ, assurée de la plus vive attention du côté français, aussi bien au niveau du gouvernement que de l’opinion publique. L’intérêt était d’autant plus grand que l’ouverture entre les deux États allemands s’effectuait en relation étroite avec un nouveau dialogue entre Bonn et Moscou. Or, les rapports germano-soviétiques constituaient à eux seuls un domaine hautement sensible, compte tenu des précédents historiques ou, au moins, de l’interprétation qu’on en faisait en France.

4Comment, dans ces conditions très rapidement brossées, les objectifs et les résultats de l’Ostpolitik allemande ont été perçus par le gouvernement français ? Avec quelle Allemagne pensait-on désormais avoir à faire : à deux États qui avaient définitivement entériné la question de l’unité nationale ou qui entendaient tout au moins en laisser la réponse à l’histoire ? Ou, bien au contraire, à deux États d’une même nation qui ne s’étaient reconnus que pour mieux se rapprocher – l’un dans un rôle actif, l’autre cédant inexorablement à une pente naturelle ? Si l’unification était encore un objectif important, quel prix l’Allemagne de l’Ouest était-elle éventuellement disposée à payer pour favoriser sa réalisation ? Et finalement, de quels moyens pensait-on disposer, du côté français, pour influencer un processus qui, de toutes les façons, était d’une importance capitale pour la stabilité au centre de l’Europe ?

5La contribution suivante se propose d’analyser en premier lieu les réactions du gouvernement français à l’égard des différents aspects de la nouvelle politique allemande et est-européenne de Bonn et les considérations que celle-ci inspirait. Il s’agira ensuite d’en tirer des conclusions pour mieux cerner l’état de la « question allemande » dans la perspective des dirigeants français à l’issue de la phase initiale de la nouvelle Ostpolitik.

1. La France et la politique des traités avec l’Est : le soutien affiché

  • 2 Pour l’ensemble : Andreas Wilkens : Der unstete Nachbar. Frankreich, die deutsche Ostpolitik und di (...)

6Si l’on regarde la longue série de prises de position officielles du gouvernement français face à la nouvelle politique à l’Est de Bonn le doute n’est guère permis : tous les commentaires s’inscrivaient dans une politique de soutien déclarée et continue qui ne laissait place à aucune ambiguïté. Cet accord de Paris comme celui des autres capitales occidentales était d’une importance vitale pour le gouvernement fédéral puisque, d’un côté, cette politique était conçue comme partie intégrante de la politique commune de détente de l’Ouest et elle ne pouvait réussir à Moscou qu’en tant que telle, et de l’autre côté toute hésitation de la part du partenaire européen le plus important aurait gonflé dangereusement les voiles de l’opposition parlementaire sur le plan de la politique intérieure allemande.2

  • 3 Entretien Pompidou-Brandt, Paris, 30 janvier 1970, 11h 45-13h 10, AN, Paris, 5 AG 2 (Fonds Georges (...)
  • 4 Entretien Brandt-Pompidou, Bonn, 3 juillet 1970, 11h 15-13h, AN, 5 AG 2, vol. 104.
  • 5 Reproduit dans : La politique étrangère de la France. Textes et documents, tome 2, 2e sem. 1970, p. (...)

7Ce qui bientôt s’apparenta à un rituel public, mais aussi interne, de soutien à l’Ostpolitik débuta lors du premier sommet bilatéral du président français et du chancelier allemand, les 30 et 31 janvier 1970 à Paris. « Je crois que vous avez raison de nouer des négociations patientes », avança Pompidou avec quelque prudence avant d’ajouter : « Vous avez raison donc de poursuivre car c’est l’intérêt de la paix et c’est notre intérêt. »3 Au début du mois de juillet 1970 et au vu des principaux résultats des négociations germano-soviétiques, Pompidou devint plus explicite et exprima à Brandt « l’appui moral et politique que nous donnons à vos négociations avec l’Est et notamment avec les Soviétiques ».4 C’était le même ton qui caractérisa, un mois plus tard, le communiqué officiel que le président français fit publier à l’occasion de la signature du traité de Moscou le 12 août 1970. La France, pouvait-on lire, « n’avait cessé d’encourager » la conclusion de ce traité qui constituait « un apport important à l’établissement d’une véritable sécurité en Europe ».5

  • 6 Entretien Brejnev-Pompidou, Moscou, 13 octobre 1970, 10h 30-11h 30, AN, 5 AG 2, vol. 1018.

8La reconnaissance par le gouvernement fédéral du statu quo territorial en Europe stipulée dans les traités de Moscou et celui de Varsovie du 7 décembre 1970 était saluée par le gouvernement français en premier lieu en tant que contribution à la diminution des tensions au centre de l’Europe. L’attitude, à cet égard, ne divergeait guère des réactions des autres gouvernements occidentaux. Le développement d’une politique à l’Est plus active, ainsi que l’amorce d’un dialogue avec l’autre État allemand étaient considéré, au fond, comme un acte de normalisation. Dans la perspective de Paris, le gouvernement allemand faisait preuve de réalisme en prenant en compte la situation telle qu’elle s’était développée depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Il acceptait l’inévitable en abandonnant des positions devenues obsolètes et illusoires tout en s’engageant dans une politique de coopération dont de Gaulle, en précurseur, n’avait cessé de vanter les mérites. La nouvelle approche de l’Ostpolitik rencontrait finalement aussi le soutien du président Pompidou soucieux de l’équilibre des forces en Europe, dans la mesure où la reconnaissance mutuelle des deux États allemands ne pouvait pas ne pas avoir, dans un premier temps, d’effet stabilisateur : « Nous ne voyons pas d’un mauvais œil l’évolution qui se prépare pour la République démocratique allemande ». C’est en ces termes que Pompidou faisait savoir au secrétaire général Brejnev, en octobre 1970, que la réalité de deux États allemands n’était pas vraiment pour déplaire au gouvernement français au moins dès lors que les Allemands eux-mêmes l’avaient officiellement acceptée.6

  • 7 « Regierungserklärung » de Brandt, in : Deutscher Bundestag, Stenographische Berichte, 6e législatu (...)
  • 8 « Note pour Monsieur le Président de la République » de Jean-Bernard Raimond, 6 novembre 1969, AN, (...)
  • 9 Entretien Pompidou-Schmid, Paris, 7 novembre 1969, AN, 5 AG 2, vol. 104.
  • 10 Entretien Pompidou-Brandt, Paris, 30 janvier 1970, 11h 45-13h 10, ibid.

9On était certes quelque peu étonné, du côté du gouvernement français, de ne pas avoir été consulté à propos du premier acte de la reconnaissance de la RDA prononcé, d’entrée de jeu, dans la déclaration gouvernementale du nouveau chancelier Willy Brandt, le 28 octobre 1969, au Bundestag.7 La fameuse formule des « deux États en Allemagne » qui « ne sont pas étrangers l’un pour l’autre » fit évoquer, par les diplomates dans l’entourage du Président, « l’ambiguïté, sinon les contradictions, des prises de position du nouveau gouvernement allemand ».8 Quelques jours plus tard, à Carlo Schmid, envoyé à Paris pour une première prise de contact, Pompidou laissait entendre que la France avait assumé certaines positions dans la politique allemande uniquement par égard pour la République fédérale d’Allemagne. De ce fait, une meilleure coordination des étapes ultérieures paraissait hautement souhaitable.9 La référence au soutien de longue date et la demande d’une information complète et en temps réel devint ainsi une formule récurrente. À Brandt aussi Pompidou déclara sans ambages qu’il ne voulait pas se retrouver dans une situation où il apprenait « par la presse » que Bonn avait définitivement reconnu la RDA de jure.10 Mais si le gouvernement français était extrêmement soucieux d’informations et de consultations, il n’y avait guère de divergences de vues quant à une politique de normalisation avec les pays de l’Est y compris la RDA.

  • 11 Cf. la note de Paul Frank, Ministerialdirektor à l’Auswärtiges Amt, 16 mai 1968, I B 1-81.10/0-571/ (...)

10Le gouvernement français s’était rendu compte que la RDA était devenue, au cours de la deuxième moitié des années soixante, un élément sur la scène internationale dont on ne pouvait plus ignorer l’existence. C’était encore sous la présidence du général de Gaulle que le gouvernement français signala à Bonn, en mai 1968, à l’occasion de la demande d’adhésion de la RDA à l’Organisation mondiale de Santé, qu’il n’entendait plus utiliser la formule commune en vigueur jusqu’alors selon laquelle la RDA ne possédait pas « la qualité d’État ».11 L’opinion largement répandue que la RDA, du temps de de Gaulle, n’était considérée que comme une « création artificielle » sans aucune chance d’obtenir une quelconque reconnaissance officielle se révèle donc être un mythe.

  • 12 Entretien Schumann-Scheel, Bonn, 3 juillet 1970, après-midi, AN, 5 AG 2, vol. 104.
  • 13 Benno Zündorf (Antonius Eitel) : Die Verträge von Moskau, Warschau, Prag, Das Berlin-Abkommen und d (...)

11Il est certain que la France entendait que le processus de reconnaissance de la RDA et des frontières existantes reste calculé et ne heurte pas certains de ses intérêts vitaux. Ainsi le ministre des Affaires étrangères, Maurice Schumann, avait souhaité, au cours des négociations germano-soviétiques, que mention directe soit faite dans le futur traité de Moscou de l’existence et du caractère inaltéré des droits quadripartites concernant l’Allemagne dans son ensemble.12 Seulement, selon l’interprétation de Bonn, une telle constatation, si elle était juste, n’avait pas sa place dans un traité bilatéral que la RFA s’apprêtait à conclure en toute souveraineté. Le problème trouva finalement sa solution par le biais d’un échange de notes entre Bonn et les trois puissances victorieuses13, mais il était évident que la France accordait à la question du traitement des droits des Alliés la plus haute signification.

  • 14 Cf. la célèbre conférence de presse de de Gaulle du 25 mars 1959, in : Charles de Gaulle : Discours (...)
  • 15 Entretien Schumann-Scheel, Bonn, 3 juillet 1970, matin, AN, 5 AG 2, vol. 104.
  • 16 Dieter Bingen : Die Polenpolitik der Bonner Republik von Adenauer bis Kohl 1949-1991, Baden-Baden, (...)

12Les gouvernements français de l’après-guerre n’avaient jamais caché le fait qu’ils considéraient la ligne Oder-Neisse comme frontière occidentale définitive de la Pologne. Dès la fin des années cinquante, de Gaulle l’avait aussi publiquement déclaré.14 Le ministre des Affaires étrangères Schumann confirmait cette attitude sans hésitation au cours du printemps 1970, c’est-à-dire parallèlement aux négociations germano-polonaises. Lors des importantes consultations franco-allemandes du début du mois de juillet 1970, il suggérait même à propos de la frontière Oder-Neisse que le gouvernement allemand s’engage par une déclaration d’intention, non seulement pour lui-même mais aussi pour un futur règlement dans le cadre d’un hypothétique traité de paix.15 Or, cette proposition allait au-delà de ce qui semblait politiquement et juridiquement possible au gouvernement allemand. Le traité germano-polonais du 7 décembre 1970 stipula « l’inviolabilité » des frontières existantes. Même si une reconnaissance définitive de la frontière était sous-entendue, le dernier mot devait revenir de jure à une Allemagne réunifiée.16

  • 17 Proposition pendant l’entretien avec Pompidou, 3.7.1970, Bonn, 11h 15-13h, AN, 5 AG 2, vol. 104 ; l (...)
  • 18 Lettre de Pompidou à Brandt, 11 août 1970, AN, 5 AG 2, vol. 103 ; Pompidou répondait en fait que l’ (...)
  • 19 Note de Bahr du 19 août 1970 après l’entretien avec Kissinger du 17 août 1970, « Betrifft : Gipfelk (...)
  • 20 Le refus de Pompidou a été aussi rapporté par la presse : Le Monde, 13 août 1970 ; The Times, 12 ao (...)

13En prenant un aspect particulier et limité, on peut démontrer que le gouvernement français n’était tout de même pas en harmonie préétablie avec tous les choix tactiques du gouvernement de Bonn et que des considérations touchant à son propre positionnement sur l’échiquier international jouaient un rôle considérable. De plus, on peut, à l’occasion, déceler des sensibilités différentes à l’intérieur de l’exécutif français, même s’il est évident que le rôle du président était tout à fait prépondérant. Un tel exemple est fourni par la discussion autour de la proposition de Willy Brandt adressée aux trois puissances occidentales à l’approche de la signature du traité de Moscou d’organiser un sommet à Quatre – avec la participation du chancelier – pour manifester ainsi la continuité de la politique étrangère de la RFA et marquer sa place à côté des Alliés.17 La réponse dilatoire du président français avait du mal à cacher sa réaction nettement hostile à ce projet.18 Ses réticences firent finalement capoter l’initiative malgré les relances répétées de Bonn et une réaction plutôt intéressée de la part de Washington.19 En effet, Pompidou n’était pas pressé de se prêter à une opération qui aurait pour but de démontrer que l’Allemagne faisait désormais partie des quatre Grands de l’Ouest, au même rang que les puissances victorieuses possédant l’arme nucléaire et siégeant au Conseil de sécurité. De plus, le président préparait son propre voyage en Union soviétique et, à son avis, on avait déjà fait suffisamment de publicité autour de l’Ostpolitik allemande pour ne pas en rajouter encore. Plus grave, lors d’un tel sommet à Quatre, la France se serait trouvée complètement intégrée dans un « bloc de l’Ouest » mettant à mal son ambition d’indépendance dans les rapports Est-Ouest.20

  • 21 « Communication urgente du ministre des Affaires étrangères à Monsieur le Président de la Républiqu (...)
  • 22 Hervé Alphand : L’étonnement d’être. Journal 1939-1973, Paris, Fayard, 1977, p. 538.

14Il n’est pas sans intérêt pour l’analyse des opinions du côté français de noter que le ministre des Affaires étrangères Maurice Schumann, dans une prise de position interne, était arrivé dans un premier temps à une tout autre recommandation. Il conseillait au Président, non seulement l’acceptation de la proposition de Brandt, mais soulignait aussi l’avantage diplomatique que pouvait présenter la tenue de cette conférence dans la capitale française.21 À propos de la même question, un diplomate de premier rang comme Hervé Alphand se montrait convaincu que Brandt avait agi à Moscou « avec courage », qu’il allait maintenant au Bundestag au-devant de grandes difficultés et qu’il fallait « l’aider ».22

15Sans attribuer à cet épisode une signification exagérée, il fournit néanmoins une illustration concrète du caractère et de la portée des divergences de vues entre Paris et Bonn. Pompidou tenait au rôle particulier de la France dans le système international, tout en se rendant compte qu’au niveau stratégique les États-Unis étaient le seul véritable partenaire de l’Union soviétique et qu’en Europe l’Ostpolitik allemande semblait redessiner la carte politique au détriment des options de la France. Le gouvernement allemand, de son côté, n’avait pas pris toute la mesure de la sensibilité de Paris peut-être par un certain manque de communication au niveau ministériel et de la haute administration. L’incident indique aussi qu’au sommet de l’élite décisionnelle française, c’était le président Pompidou qui, à l’occasion, nourrissait plus de réserves à l’égard de l’évolution de la politique allemande que d’autres acteurs.

  • 23 Entretien Pompidou-Barzel, 5 mars 1970, AN, 5 AG 2, vol. 104 ; entretien Pompidou-Barzel, 9 septemb (...)
  • 24 Entretien Pompidou-Barzel, 22 mars 1972, AN, 5 AG 2, vol. 1011 ; cf. aussi Rainer Barzel : Im Strei (...)

16Cependant, l’identification de frictions ponctuelles ne peut que nuancer le constat de base : Dans l’ensemble le gouvernement français avait bien donné son aval, voire son soutien à la politique allemande d’ouverture à l’Est. Il ne s’agissait pas, en premier lieu, d’une attitude dictée par les convenances mais du résultat d’une analyse en grande partie partagée de la situation existante au centre de l’Europe. Pompidou ne se départageait pas de son soutien politique même dans ses entretiens avec des représentants de l’opposition parlementaire allemande. Il correspondait certes aux usages diplomatiques qu’un chef d’État garde un profil bas dans ses échanges avec l’opposition d’un autre pays. Mais Rainer Barzel, Helmut Kohl ou Franz Josef Strauß ne pouvaient ramener de leurs entretiens avec Georges Pompidou ou d’autres responsables politiques le moindre signe d’une prise de distance ou de doute à l’égard de la politique du gouvernement Brandt. Au regard des comptes rendus de ces discussions, les incitations de leur part ne faisaient pourtant pas défaut.23 En revanche, Pompidou s’employait plutôt à calmer les ardeurs de l’opposition allemande en cherchant à lui faire comprendre au printemps 1972 que l’Allemagne fédérale aurait un prix politique très élevé à payer si jamais la ratification des traités avec l’Est devait échouer au Bundestag.24

2. La France et la RDA : des relations bridées

  • 25 Lettre de Brandt à Pompidou, 22 mars 1970, WBA, Bundeskanzler, vol. 51.
  • 26 Entretien Brandt-Pompidou, 3 juillet 1972, Bonn, 11h-13h 10, AN, 5 AG 2, vol. 106.

17En étudiant les nombreux entretiens entre Willy Brandt et Georges Pompidou ainsi que leur correspondance, on peut être étonné du peu de place accordée au rôle et au traitement de la RDA. Ce n’était visiblement pas à ce niveau politique qu’une stratégie commune était mise au point. Brandt rendait compte d’une manière presque neutre de ses entretiens avec le président du Conseil est-allemand Stoph au printemps 197025 comme plus tard des négociations sur le traité fondamental entre les deux États allemands. Tandis que le chancelier insista sur l’objectif premier de ce traité, à savoir de « développer les contacts entre les hommes », le président français resta largement réceptif.26 Tout se passait comme s’il allait de soi que le gouvernement français fit preuve de la plus grande réserve, voire d’« abstinence » politique face à la RDA au moins jusqu’à la signature du traité fondamental.

  • 27 Egon Bahr, « Überlegungen zur Außenpolitik einer künftigen Bundesregierung », 18 septembre 1969, Pl (...)

18La mise en échec de la stratégie est-allemande d’obtenir au plus vite la reconnaissance sur la scène internationale, indépendamment de la volonté de Bonn, constituait en effet une des bases de travail de la politique allemande du gouvernement Brandt. Il s’agissait de ménager, pour un laps de temps que l’on savait en tout état de cause limité, des conditions favorables pour les négociations interallemandes et en particulier d’obtenir de la RDA l’acceptation du théorème des « relations particulières » entre les deux États d’une seule nation. « C’est seulement aussi longtemps encore que nous sommes en mesure d’empêcher la reconnaissance internationale de la RDA, que l’abandon de cette politique constitue un gain qui peut être offert à la RDA ». C’était en ces termes que Egon Bahr concevait le sens de la non-reconnaissance de la RDA dans une note programmatique de mi-septembre 1969 avant de devenir, en tant que secrétaire d’État à la chancellerie, la cheville ouvrière de la nouvelle politique allemande et est-européenne.27 La suspension de la reconnaissance diplomatique, le temps des négociations, constituait donc un des rares moyens de pression dont le gouvernement de Bonn entendait profiter. À la vérité, la France ne possédait, en la matière, qu’une marge de manœuvre extrêmement réduite si elle ne voulait pas entrer en contradiction avec sa propre conception de la pleine validité des droits quadripartites pour l’ensemble de l’Allemagne et Berlin, et si, en plus, elle ne voulait pas risquer un conflit grave avec le gouvernement fédéral et s’isoler des deux autres alliés de l’Ouest.

  • 28 Sur la « Bonner Vierergruppe » cf. Günther Schmid : Entscheidung in Bonn. Die Entstehung der Ost- u (...)
  • 29 Note de Claude Arnaud, Directeur d’Europe au ministère des Affaires étrangères, 26 septembre 1970, (...)

19C’est au niveau opérationnel, en particulier dans le cadre du « groupe de Bonn » (Bonner Vierergruppe), que l’attitude face à la RDA et des négociations inter-allemandes fut fixée dans tous ses détails et de manière continue.28 Lors d’une séance tenue les 18 et 19 septembre 1970 à Bonn les directeurs des départements Europe des ministères des Affaires étrangères des trois puissances occidentales et de l’Auswärtiges Amt se mirent d’accord sur la ligne de conduite à suivre : « La seule arme efficace » dont disposent les trois puissances pour se faire reconnaître les droits et les responsabilités pour l’Allemagne dans son ensemble consiste à faire barrage, pour un certain temps, à l’adhésion de la RDA aux Nations Unies et donc aussi à la reconnaissance au niveau bilatéral. La levée de ce veto de fait ne devait intervenir qu’après la conclusion des négociations sur Berlin et des négociations interallemandes. Jusqu’à ce moment, les trois puissances continueraient à « seconder » les efforts de la République fédérale pour s’opposer à l’entrée de la RDA dans les organisations internationales. Cette attitude ferme ne devait pourtant « pas exclure », comme il était expressément convenu, le développement des relations économiques et culturelles avec le deuxième État allemand.29 Ce fut exactement cette conception qui allait être mise en pratique par la suite aussi bien par la France que par les États-Unis et la Grande-Bretagne.

  • 30 Discours du ministre des Affaires étrangères Schumann devant l’Assemblée nationale, 5 novembre 1970 (...)
  • 31 Note de la sous-direction d’Europe centrale, 17 octobre 1970, « a/s La France et la RDA », MAE, Par (...)

20La stratégie d’attente et de réserve face à la RDA était donc destinée à servir la politique allemande de Bonn comme elle était également fonction des intérêts français, dans la mesure où la conception d’une responsabilité particulière des Alliés pour l’Allemagne devait être maintenue.30 À cet égard, le Quai d’Orsay était sans illusion : « Toute mesure ayant pour conséquence de rehausser le statut international de la RDA » présenterait « des risques graves ».31 En d’autres termes : reconnaître la RDA avant une confirmation satisfaisante des droits quadripartites équivalait à s’employer comme fossoyeur de ladite construction quadripartite dont on savait, de toute façon, la stabilité précaire et menacée. Force est de constater que dans cette question de la persistance des droits alliés, les intérêts de la France et de la RDA étaient diamétralement opposés. Il n’y avait pas de prix politique que la RDA aurait pu éventuellement payer pour faire reculer la France dans la question des prérogatives quadripartites. En revanche, dans la perspective française, seule une stratégie commune avec les deux autres Alliés et la RFA comportait des chances d’obtenir une certaine reconnaissance des droits quadripartites de la part de l’Union soviétique et de la RDA.

  • 32 Compte rendu in : SAPMO-BArch, DY 30 IV 2/2.035/92, f. 1-17. Je remercie M. Ulrich Pfeil, Paris, de (...)
  • 33 Les compte rendus de ces entretiens du 19 mars et 21 mai 1970 ont été publiés dans Heinrich Potthof (...)

21Vu l’arrière-plan des intérêts en jeu le seul fait d’une rencontre, à une date très précoce, entre le ministre Maurice Schumann et le responsable du SED pour les Affaires extérieures, Hermann Axen, constitue un acte étonnant. Bien entendu la première rencontre du 25 juin 1970 à Paris – comme les deux rencontres suivantes – resta strictement secrète, non seulement vis-à-vis de l’opinion publique mais aussi, selon toute vraisemblance, du partenaire de Bonn.32 Concrètement, il s’agissait pour Schumann d’établir un contact direct et d’obtenir des informations supplémentaires en provenance « de l’autre côté du mur » après les récents entretiens Brandt-Stoph d’Erfurt et de Kassel.33 Quelle idée se faisait-on à Berlin-Est des futurs développements de la question allemande ? Ainsi la question principale que Schumann posa au responsable est-allemand fut : pourquoi les discussions de Kassel s’étaient-elles apparemment moins bien passées que les discussions d’Erfurt ? L’objectif d’Axen était tout aussi évident : pousser Paris à revaloriser et à officialiser ses relations avec la RDA. Les attaques aussi polémiques que peu utiles que Axen dirigeait contre la politique de Bonn devaient, en quelque sorte, rassurer le ministre français en lui donnant un aperçu de la « politique de démarcation » que Berlin-Est entendait encore renforcer. Concernant la question de la reconnaissance, Schumann n’était disposé à aucun engagement concret et réaffirmait sans ambiguïté la ligne officielle de la France : pas de reconnaissance avant l’heure, priorité au succès de l’Ostpolitik de Bonn.

  • 34 « Niederschrift aus dem Gedächtnis » concernant l’entretien du 4 février 1972 ; SAPMO-BArch, DY 30 (...)

22Les deux rencontres suivantes entre Schumann et Axen, le 4 février et le 25 octobre 1972 sont avant tout marquées par la déception grandissante du côté est-allemand à cause de la reconnaissance diplomatique qui ne se produisait pas.34 Axen s’est entendu dire par le ministre français, au début de l’année, que « le plus urgent » était maintenant de ne pas mettre en danger la ratification des traités avec l’Est au Bundestag ; à l’automne, l’argument de Schumann consistait à dire que la France ne voulait rien faire qui puisse nuire au gouvernement Brandt avant les élections législatives anticipées fixées au 19 novembre. Ce n’était certainement pas un lapsus de Schumann que de déclarer – selon le compte rendu est-allemand du mois de février – la question de « l’unité de la nation » comme relevant des affaires intérieures allemandes. Pour Paris, l’existence d’une seule nation allemande était en tout cas plus plausible que la revendication est-allemande d’avoir constitué la RDA en « une nation socialiste ».

  • 35 Le Monde, 27 octobre 1972.

23Les comptes rendus des entretiens d’Axen ne cachent guère la désillusion ressentie face à l’attitude du gouvernement français.Le fait qu’en octobre 1972 la délégation du SED composée de Hermann Axen, Kurt Hager et Günter Mittag fut reçue officiellement par un membre du gouvernement, en l’occurrence le ministre des Affaires sociales Edgar Faure, ne fut même pas un prix de consolation.35 Berlin-Est attendait plus et tout de suite. L’espoir de pouvoir contrer les calculs de la politique allemande de Bonn par une reconnaissance diplomatique précoce prononcée par Paris s’était en fin de compte révélé vain. Une telle percée aurait constitué, à n’en pas douter, le signal pour nombre d’autres pays. On peut supposer que, dans ce cas de figure, la RDA n’aurait pas admis toute une série de dispositions fixées dans le traité inter-allemand relevant du « caractère spécifique » des relations entre les deux États allemands. Comme les projets de Brandt et de Bahr l’avaient prévu dès le départ, ce fut seulement après la signature du « Grundlagenvertrag », le 21 décembre 1972, que s’ouvrit la voie pour la reconnaissance de la RDA par la France, les autres pays occidentaux, la plupart des pays non-alignés et du Tiers Monde.

  • 36 Cf. le propre bilan des animateurs des « Echanges franco-allemands » : Georges Castellan/Roland Len (...)
  • 37 Cf. par exemple l’article du député gaulliste Georges Gorse : « La RDA vaut-elle une messe ? » in : (...)

24Le gouvernement français n’avait donc pas cédé à la pression de divers groupes d’intérêts demandant, depuis les années 60, avec toujours plus d’insistance, la « normalisation » immédiate des relations avec la RDA. Ces milieux comprenaient surtout le Parti communiste et des organismes dans sa mouvance, le syndicat CGT, l’association « Echanges franco-allemands », mais aussi divers hommes politiques de tous bords, y compris des gaullistes et des centristes ainsi que quelques représentants de l’industrie.36 Le mot d’ordre avec lequel ces groupements espéraient susciter une adhésion plus large consistait à dire que la RFA ne devait pas posséder de droit de veto sur une part importante de la politique extérieure de la France.37 Les activités multiples de ces groupes qui trouvaient aussi une expression dans des jumelages de municipalités à direction communiste avec des villes est-allemandes amenaient peut-être les dirigeants de la RDA à surestimer leurs chances d’obtenir gain de cause en France. Or, la revalorisation sensible des relations avec la RDA comme moyen de pression à l’égard de l’Allemagne fédérale n’était jamais plus qu’une vue de l’esprit. Aussi longtemps que Bonn restait avec son Ostpolitik à l’intérieur du cadre d’une politique commune de détente, le gouvernement français n’avait pas intérêt, de son côté, à toucher à un tabou au fond scrupuleusement respecté, à savoir jouer la RDA contre la RFA.

  • 38 Cf. le décret de nomination : Journal Officiel, Lois et décrets, 14 mars 1974, p. 2948.
  • 39 Le Monde, 15 mars 1974 et 21 mars 1974.

25Ce fut seulement le 17 janvier 1973 que les négociations sur l’établissement de relations diplomatiques avec la RDA furent engagées. À la différence des négociations interminables entre la RDA et les États-Unis, elles aboutissaient en moins de trois semaines, le 9 février, à un accord portant sur l’échange d’ambassadeurs. Il n’empêche que plus d’une année s’écoula encore avant l’échange des lettres de créance. Le gouvernement français avait, dans un premier temps, songé à installer son ambassade en dehors de l’enceinte de la « capitale de la RDA » qui se trouvait en principe, en tout cas selon sa propre interprétation, sous responsabilité quadripartite. Abandonnant ce projet, le gouvernement français insistait néanmoins sur le fait que la nomination de son ambassadeur n’intervint pas « en » RDA mais plutôt « auprès » de la RDA.38 Ce ne devait pas être la dernière fois que des problèmes touchant au statut particulier de Berlin ponctuaient le chemin des relations « normalisées ». Malgré ces vicissitudes, les deux gouvernements français et est-allemand conféraient au choix de leur ambassadeur dans l’autre pays une valeur symbolique : Ernst Scholz, le premier représentant que la RDA envoya à Paris en mars 1974, avait fait partie de la résistance en France pendant l’Occupation ; Bernard de Chalvron, l’ambassadeur français, avait été déporté au KZ Buchenwald.39

3. La France et les négociations sur Berlin : les enjeux des droits quadripartites

26C’est à travers les négociations quadripartites sur Berlin que la France fut directement impliquée dans les rouages de l’Ostpolitik. Dans son évaluation générale de la situation à Berlin, le gouvernement français ne se distinguait guère de l’analyse du gouvernement allemand ou des deux autres alliés occidentaux. La disposition à désamorcer la crise latente créée autour de l’ancienne capitale du Reich était considérée comme un test décisif concernant la volonté de l’Union soviétique de contribuer à une détente en Europe. Comme le gouvernement de Bonn s’appuyait sur des « réalités données » en reconnaissant les frontières et l’existence du deuxième État allemand, on s’attendait à des contreparties soviétiques concernant la sécurité, la viabilité et le statut de la ville divisée. S’il était convenu que la détente était indivisible et ne pouvait donc pas exclure la ville de Berlin, Paris se montrait pourtant moins optimiste que Bonn en ce qui concernait les chances d’aboutir à un accord satisfaisant avec Moscou.

  • 40 Cf. la note de Hans Ruete, Ministerialdirektor à l’Auswärtiges Amt, 13 août 1968, II A 1-85.50/0-12 (...)

27La réalité des négociations de Berlin entamées par les ambassadeurs américain, britannique et français en RFA et l’ambassadeur soviétique en RDA dès le mois de mars 1970 devait confirmer ce qui était connu dès le départ : la France se montrait un défenseur particulièrement pointilleux des prérogatives quadripartites aussi bien face au deux États allemands que face à l’Union soviétique. La diplomatie française se trouvait ici en conformité avec sa ligne traditionnelle au moins depuis que de Gaulle avait refusé toute négociation sur le statut de la ville sous la menace de l’ultimatum de Khrouchtchev de 1958. De son côté Brandt avait certainement encore à l’esprit le fait que sa propre tentative, en 1968, en tant que ministre des Affaires étrangères, de stabiliser les liens entre Berlin et l’Allemagne de l’Ouest par une déclaration commune des trois puissances occidentales avait buté, en premier lieu, sur des résistances françaises. À l’époque, Paris se disait préoccupée des possibles réactions soviétiques.40

  • 41 Note de Bahr pour le chancelier, « Betrifft : Überlegungen zum umgekehrten Junktim », 7 octobre 197 (...)
  • 42 Entretien Schumann-Scheel, 3.7.1970, matin, AN, 5 AG 2, vol. 104.

28L’intégration, sans autre forme de procès, du problème de Berlin dans la conception d’ensemble de la nouvelle politique allemande allait, dans la perception du gouvernement français, jusqu’à la limite de ce qui était acceptable. Dès le départ, selon les calculs de Brandt et de Bahr, le traité de Moscou devait avoir la fonction d’un « levier » pour arriver à « un règlement sur Berlin le plus favorable possible ».41 À la constitution de ce lien devait répondre plus tard le « contre-junktim » soviétique : pas de mise en vigueur de l’accord sur Berlin sans ratification préalable de l’accord de Moscou. Du côté français, cette interdépendance des principales pièces de l’Ostpolitik pouvait susciter le sentiment d’être un peu trop chargée d’une co-responsabilité pour l’issue finale de toute l’entreprise unilatéralement engagée par Bonn.42

  • 43 Pour quelques indications générales cf. François Seydoux : Dans l’intimité franco-allemande. Une mi (...)
  • 44 Honoré M. Catudal : The Diplomacy of the Quadripartite Agreement on Berlin. A New Era in East-West (...)

29C’était de toute évidence à contrecœur, au moins avec beaucoup d’hésitations, que le gouvernement français acceptait l’ouverture des négociations au niveau des ambassadeurs dans l’ancien bâtiment du Conseil de contrôle allié à Berlin.43 Il convient toutefois de ne pas perdre de vue que rares étaient ceux, au printemps 1970, qui s’attendaient à des résultats pratiques positifs ou encore à une confirmation plus ou moins évidente du statut quadripartite de la ville par les Soviétiques.44 Cependant, un règlement qui ne consoliderait pas ce statut quadripartite équivalait, selon l’interprétation donnée à Paris, à son affaiblissement ultérieur.

  • 45 « Note du Président de la République », 26 mars 1970, « Négociation sur Berlin », AN, 5 AG 2, vol. (...)
  • 46 Cf. note 45.

30Comme document clé de la position initiale de la France, on peut considérer une note à usage interne établie par Pompidou le 26 mars 1970 et dans laquelle le président fait peu de mystère de ses réticences et même de son hostilité à l’égard de l’engagement des pourparlers.45 L’accord de principe donné par les Américains du temps du gouvernement Kiesinger aurait eu des motivations tactiques à la veille des élections allemandes. Une fois les négociations devenues inévitables, Pompidou annonça une ligne très ferme « sur le maintien des responsabilités quadripartites réelles et non théoriques. Ce serait le seul moyen d’empêcher la RDA de se servir de Berlin comme élément de chantage permanent dans sa politique tendant à la reconnaissance intégrale puis, sans aucun doute, à l’étouffement de Berlin-Ouest ». Ce qui frappe dans l’exposé de cette position c’est qu’elle est fondée sur une analyse partagée par le gouvernement Brandt mais néanmoins présentée comme si ses objectifs divergeaient sensiblement de ceux des autres participants et tout d’abord des visées de Bonn. Et Pompidou allait encore plus loin dans ses instructions aux diplomates : s’il apparaissait que « tout le monde » entendait se fier à la RDA, il faudrait faire comprendre aux autres que la France en tirerait des conséquences dans la conception de sa propre attitude vis-à-vis de Berlin-Est. Ce dernier point, bien entendu, devait être manié « avec tact ».46

  • 47 Cf. par exemple le discours de Brandt à propos du « Bericht über die Lage der Nation im gespaltenen (...)
  • 48 Entretien Pompidou-Brandt, Paris, 30 janvier 1970, 11h45-13h10, AN, 5 AG 2, vol. 104.
  • 49 Lettre de Brandt à Pompidou, 25 février 1970, AN, 5 AG 2, vol. 103 ; WBA, Bundeskanzler, vol. 51.

31Ce qui fait mesurer les difficultés de compréhension entre Paris et Bonn en cette matière c’est qu’il n’y avait sans doute aucune déclaration du gouvernement allemand sur Berlin qui ne soulignât l’importance des droits et des responsabilités des Alliés pour la vie de la ville. Ceci valait non seulement pour les déclarations et prises de position publiques,47 mais également pour les échanges périodiques au niveau des gouvernements et en particulier avec le côté français.48 De la même manière Brandt insistait dans ses échanges de lettres avec Pompidou sur la nécessité d’une « position concertée » entre les participants occidentaux.49 Ancien maire de Berlin-Ouest et témoin, dans cette fonction, de la construction du mur en 1961, il n’était guère nécessaire de convaincre Brandt du danger que courait la partie occidentale de la ville si on transférait tout ou partie de la responsabilité, en particulier sur les voies d’accès, aux mains de la RDA en amoindrissant d’autant l’implication directe des Quatre.

  • 50 Note, « Betr. : Unterredung Staatssekretär Bahr mit Professor Henry Kissinger im Weißen Haus am Mon (...)
  • 51 E. Bahr (note 1), p. 344 ss.

32Il est vrai cependant que l’ordre des priorités du gouvernement fédéral et des Alliés par rapport aux objectifs des négociations sur Berlin n’était pas le même. Il s’avérait en plus que les calculs tactiques pouvaient diverger considérablement, d’où la nécessité d’un processus de coordination difficile entre les Occidentaux. Tandis que les trois puissances occidentales, dans un premier temps, se fixaient comme but d’obtenir un accord sur l’affirmation ou même la restauration du statut quadripartite, cette approche directe était jugée trop « risquée » par Egon Bahr puisqu’elle était susceptible – comme il expliqua dès le mois d’août 1970 au conseiller du président américain Henry Kissinger – de s’enliser dans « une controverse sans fin » avec l’Union soviétique.50 Bonn, en revanche, favorisait des accords entre les Quatre en vertu de leurs prérogatives effectives sur l’amélioration pratique de la situation des Berlinois. Il s’agissait d’abord de faire admettre pour l’avenir les liens économiques, financiers et culturels entre Berlin-Ouest et l’Allemagne de l’Ouest et ensuite d’assurer l’accès sans difficulté des citoyens ouest-allemands à la ville. Sans demander bien entendu l’incorporation de Berlin-Ouest à la RFA, ce qui aurait été incompatible avec le statut quadripartite, Bonn souhaitait néanmoins obtenir la représentation des Berlinois à l’étranger, ce qui expliquait la demande de l’établissement de passeports ouest-allemands pour les habitants concernés. Ni les Américains, ni les Français considéraient ce point comme particulièrement urgent.51

  • 52 « Note pour Monsieur le Président de la République », 18 janvier 1971, de Jean-Bernard Raimond, AN, (...)

33Les difficultés de définir les caractéristiques d’un « règlement satisfaisant » sur Berlin ne se limitèrent pas dans le temps à une brève phase initiale. Au début de l’année 1971, le conseiller diplomatique du président français, Jean-Bernard Raimond, répétait exactement les mêmes craintes que Pompidou avait déjà formulées huit mois plus tôt : les Allemands de l’Ouest seraient susceptibles de céder « à la tentation ou à l’erreur » et d’admettre une érosion du système quadripartite au bénéfice des intérêts de la RDA.52 La recommandation suggérée au président consistait à envoyer « un avertissement clair et net » à l’attention du gouvernement de Bonn.

  • 53 E. Bahr (note 1), pp. 358-359, 371-380. Rappelons que dès le 29 octobre 1970 un émissaire est-allem (...)

34Une bonne partie de l’explication de cette mésentente doit résider dans le fait qu’indépendamment de toute action politique, on était intimement convaincu à Paris qu’à la longue les Allemands de l’Ouest et de l’Est ne résisteraient pas à la tentation de l’entente directe. Or, dans ce cas, les droits alliés constitueraient la seule garantie que rien d’essentiel ne se ferait sans la participation et l’accord des trois ou des quatre puissances victorieuses. Les velléités d’Egon Bahr de commencer dès le mois de mars 1971 à négocier avec le secrétaire d’Etat auprès du Conseil des ministres de la RDA, Michael Kohl, les dispositions particulières qui devaient compléter l’accord quadripartite ont été stoppées net par les alliés occidentaux. Son argument de vouloir gagner du temps était de peu de poids aux yeux des trois ambassadeurs. C’était seulement après la fixation définitive de l’accord cadre par les Quatre que les représentants des deux États allemands devaient être appelés à négocier les détails des modalités d’application.53

  • 54 Lettre de Brandt à Pompidou, 15 décembre 1970, WBA, Bundeskanzler, vol. 51.
  • 55 « Note pour Monsieur le Président de la République » de Jean-Bernard Raimond, « a/s Proposition de (...)

35Une autre divergence sensible entre Bonn et Paris concernait la cadence et l’intensité des négociations quadripartites. Les rencontres périodiques des ambassadeurs au cours de l’année 1970 étaient jugées nettement insuffisantes par Brandt et Bahr pour tester l’attitude soviétique et arriver à un accord dans un délai raisonnable. En conséquence, Brandt suggérait, dans des lettres à Edward Heath, Richard Nixon et Georges Pompidou au milieu du mois de décembre 1970, de conférer aux entretiens sur Berlin « le caractère d’une conférence » et de laisser les ambassadeurs et les experts siéger en permanence.54 Et, comme lors de la discussion autour du « sommet occidental » quatre mois plus tôt, ce fut le gouvernement français qui se montra le moins réceptif. La proposition de Brandt « ne semble pas raisonnable », estimait Jean-Bernard Raimond avant de poursuivre d’un ton tranché : « Il ne serait pas très normal de donner un caractère spectaculaire à une négociation dont nous avons toujours contesté le bien fondé. »55

  • 56 Lettre de Pompidou à Brandt, 21 décembre 1970, WBA, Bundeskanzler, vol. 51.
  • 57 Note de Bahr du 23 décembre 1970 sur son entretien avec Kissinger du 21 décembre 1970 à Washington, (...)

36La ratification des traités allemands avec Moscou et Varsovie dépendait, comme tout le monde savait, d’un résultat satisfaisant des négociations sur Berlin. Or à Paris on n’avait toujours pas fini de se poser des questions sur le sens même des négociations quadripartites. Une fois de plus, Brandt et Bahr misaient sur la plus grande flexibilité du gouvernement américain pour obtenir gain de cause. Lorsque Brandt et Pompidou, suivant la proposition officielle du président français,56 reprirent la question à l’occasion du sommet franco-allemand des 26 et 27 janvier 1971, Washington avait déjà donné son accord pour une intensification des négociations.57

  • 58 Cf. A. Wilkens (note 2), pp. 123–176.
  • 59 À côté des mémoires de Bahr et de Kissinger déjà citées cf. aussi Valentin Falin : Politische Erinn (...)

37Il n’est guère possible, dans le cadre de cette contribution, d’analyser les différentes étapes des négociations quadripartites. Il s’avère que la contribution du représentant français, l’ambassadeur Jean Sauvagnargues, porta plus particulièrement sur la construction juridique complexe de l’accord signé le 3 septembre 1971.58 La négociation des points matériels importants se déroulait, en revanche, entre Egon Bahr et les ambassadeurs américain et soviétique à Bonn, Kenneth Rush et Valentin Falin. Ces négociations parallèles étaient coordonnées avec le conseiller pour la sécurité Kissinger ainsi que plusieurs liaisons directes avec Moscou.59 Le gouvernement français ne fut pas au courant de ces différents « back channels » avant que les résultats qui y avaient été obtenus ne furent introduits, par les Américains ou les Soviétiques, dans le cours des négociations officielles.

  • 60 Pour une analyse française contemporaine cf. Daniel Colard : « L’accord quadripartite sur Berlin du (...)
  • 61 Voir aussi, par exemple, la discussion sur les problèmes du transit entre Bahr et les ambassadeurs (...)

38Le résultat global des négociations comprenant – selon l’interprétation occidentale – une confirmation assez nette de la responsabilité des quatre puissances était considérée, du côté français, comme un succès inespéré.60 Les compromis décisifs allaient tous au détriment des positions jusqu’alors défendues par la RDA : rien que l’existence d’un accord entre les quatre Alliés était la preuve de la validité et de la continuité de droits quadripartites et rendait la thèse de la « ville libre » de Berlin-Ouest définitivement caduque. La RDA devait aussi accepter que les quatre puissances garantissent l’accès libre à Berlin et qu’en conséquence elle ne dispose pas de la pleine souveraineté sur les différentes voies d’accès. Sur cette disposition capitale censée mettre un terme aux pressions exercées pendant les années soixante par Berlin-Est, l’accord entre les Alliés occidentaux et Bonn fut entier, tandis que l’écart entre les revendications de la RDA et l’insistance française sur les prérogatives quadripartites ne pouvait guère être plus grand.61

  • 62 Note de Hans-Eberhard Dingels, 15 février 1973, « Betr. : Bemerkungen des französischen Botschafter (...)
  • 63 Télégramme de Sauvagnargues au Quai d’Orsay, 25 septembre 1973, n° 4315/30, « Objet : Application d (...)

39Dans la première phase de l’application de l’accord sur Berlin à partir de son entrée en vigueur le 3 juin 1972, les diplomates français avaient rapidement l’impression que le gouvernement de Bonn se mettait à « tester » les possibilités offertes par le nouveau statut. En fait, l’ambassadeur français en Allemagne mettait en garde contre l’extension du droit de vote des députés berlinois au Bundestag,62 tout comme il critiquait l’installation de l’Office fédéral pour la protection de l’environnement à Berlin. On ne saurait admettre que Berlin-Ouest soit « truffé » de nouveaux organismes fédéraux, avertissait Jean Sauvagnargues.63 Paris incitait ainsi le gouvernement de Bonn à ne procéder qu’avec extrême prudence, afin de ne pas provoquer – selon l’argumentation utilisée – par un « développement ostentatoire » de la présence fédérale la pression contraire de la RDA et de l’Union soviétique.

4. La question allemande et les finalités de l’Ostpolitik

  • 64 Sondages 1/2 (1970), p. 112.

40Un regard sur des sondages effectués après les premières initiatives de l’Ostpolitik peut être éclairant : la question « Croyez-vous que les efforts pour arriver à une réunification de l’Allemagne ont des chances d’aboutir dans les dix ans à venir ? » recueillait en France, au printemps de l’année 1970, les réponses suivantes : à une réunification complète 13 %, à une certaine réunification 33 %. En d’autres termes, presque la moitié des Français interrogés – 46 % – s’attendait à voir se réaliser, dans un laps de temps relativement court, au moins une certaine forme de réunification sinon l’unité de l’Allemagne. Les circonstances et les conditions d’une telle opération ne furent pas l’objet de questions ultérieures.64

  • 65 Elisabeth Noelle/Erich Peter Neumann : Jahrbuch der öffentlichen Meinung 1968-1973, Allensbach, Bon (...)
  • 66 L’espoir de voir se réaliser la réunification était en recul sensible depuis le milieu des années 6 (...)

41Ces chiffres prennent un relief particulier quand on les confronte avec le résultat des sondages effectués en Allemagne : en juillet 1970, seulement 14 % des Allemands de l’Ouest pensaient voir « se réunifier l’Allemagne de l’Est et l’Allemagne de l’Ouest » de leur vivant. 66 % ne s’attendaient pas à vivre un tel événement, 20 % se montraient indécis.65 Même s’il est préférable de manier les sondages avec précaution, le résultat, dans le cas présent, est sans appel : la conviction que l’unification des deux parties de l’Allemagne se réalisera dans un avenir proche était beaucoup plus prononcée en France qu’en Allemagne, où il n’y avait plus qu’un interrogé sur sept qui croyait à cette éventualité.66

  • 67 H. A. Kissinger (note 50), p. 422.
  • 68 André Fontaine : Un seul lit pour deux rêves. Histoire de la détente (1962-1981), Paris, Fayard, 19 (...)
  • 69 Stéphane Rials : Les idées politiques du Président Georges Pompidou, Paris, Presses Universitaires (...)
  • 70 F. Seydoux (note 43), p. 160.

42La référence à une opinion largement partagée semble être utile pour mieux évaluer l’attitude du gouvernement. La propension à considérer un rapprochement substantiel des deux États allemands comme une possibilité réelle était un trait marquant aussi bien de l’opinion publique que de l’opinion de la classe politique en France. Il semble pourtant que cette dernière regardait cette perspective avec plus d’appréhension. Des personnages très différents remarquèrent que les discussions avec le président Georges Pompidou sur la politique étrangère aboutissaient régulièrement à des réflexions sur la « question allemande », quel que fût le sujet par lequel la conversation avait commencé. Les comptes rendus de Henry Kissinger67 ou de l’ancien rédacteur en chef du Monde, André Fontaine, en fournissent des exemples assez parlants.68 Des collaborateurs directs du Président, comme par exemple son conseiller pour les Affaires économiques et financières, Jean-René Bernard, confirmèrent l’inquiétude constante suscitée par « le problème allemand ».69 À son ambassadeur à Bonn, François Seydoux, Pompidou expliqua, dès la fin du mois de novembre 1969, qu’il fallait tout d’abord reconstruire la France en tant que puissance économique qui, hélas, ne ferait pas jeu égal avec l’Allemagne. En plus il fallait « accroître sa capacité atomique », sinon l’équilibre avec son voisin serait définitivement rompu.70

  • 71 Entretien Pompidou-Barzel, 5 mars 1970, AN, 5 AG 2, vol. 104.

43Si cette considération était significative d’un certain état d’esprit général à l’égard de l’Allemagne avant même le début des premières négociations dans le cadre de l’Ostpolitik, d’autres prises de position plus directement liées à la question allemande confirment l’antériorité de certains soupçons vis-à-vis de telle action ou de tel comportement politique concret du gouvernement Brandt. Dès le début du mois de mars 1970 Pompidou souligna dans un entretien avec Rainer Barzel, un des dirigeants de l’opposition parlementaire allemande, que – en théorie – « la logique de la position allemande serait, au fond, une Europe de l’Atlantique à l’Oural ». Ce serait « le vrai moyen pour que l’Allemagne de l’Ouest et l’Allemagne de l’Est puissent vivre ensemble ».71 Mais la célèbre formule de De Gaulle à laquelle le Président avait fait allusion n’entrait pas dans la ligne directrice de la politique pompidolienne. Aux vues des propos du Président, une telle évolution apparaissait même comme une des hypothèses politiques les plus nuisibles aux intérêts de la France.

  • 72 Marc Ullmann : « La peur de l’Allemagne », in : L’Express, 1153/13 août 1973 (avec la citation de P (...)
  • 73 L’ambassadeur Seydoux estimait : « Pour le Chancelier la réunification, fût-ce à long terme, fût-ce (...)

44L’évocation de ce scénario paraît être un autre signe que le président français avait une conviction ferme, indépendamment du cours des négociations entre les deux États allemands, et qui ne devait guère changer dans les années suivantes : les Allemands désiraient vivre ensemble et ni les 25 ans de division ni la réalité de l’opposition Est-Ouest n’avaient fondamentalement mise en cause cette aspiration. L’accueil chargé d’espoir réservé par la population est-allemande à Brandt lors de sa visite à Erfurt comme plus tard les applaudissements des spectateurs ouest-allemands pour les sportifs de l’Allemagne de l’Est lors des Jeux olympiques de Munich furent considérés par Pompidou, certains dirigeants politiques et l’opinion publique comme des signes infaillibles de l’existence d’un sentiment national partagé par l’ensemble des Allemands.72 Ces « preuves » avaient une tout autre valeur que la reconnaissance au niveau des États qui, en plus, était censée faciliter un processus de rapprochement. En fin de compte il n’existait, dans la perspective française, aucune contradiction entre la reconnaissance étatique et l’objectif à long terme de la réunification. Ce n’étaient que deux aspects d’une même évolution historique.73

  • 74 Michel Jobert : L’autre regard, Paris, Grasset, 1976, p. 165 ; voir aussi id. : Mémoires d’avenir, (...)

45Même Willy Brandt personnellement semble avoir incarné, pour Pompidou, un homme politique imprégné par des considérations d’ordre étroitement national. Michel Jobert, le plus proche collaborateur du président et, en 1973/74, ministre des Affaires étrangères, notait cette remarque de Pompidou au début de l’année 1971 : « Il faut compter avec l’extraordinaire passion nationale de Brandt, avec un chancelier qui n’est pas un Rhénan, mais un Allemand. Il faut s’en rendre compte ! »74 On serait tenté de voir dans ces propos la manifestation de l’imaginaire traditionnel polarisant les Allemands entre « bons » et « méchants », représentés ici respectivement par les Rhénans et les autres Allemands (Prussiens ?) beaucoup moins accommodants. On peut légitimement s’interroger sur la valeur explicative de telles catégories par rapport à la réalité de l’Allemagne des années soixante-dix.

  • 75 À propos des points de vue opposés sur les négociations MBFR cf. l’entretien Pompidou-Brandt, 22 ja (...)
  • 76 Entretien Pompidou-Nixon, 13 décembre 1971, Açores, 10h30-12h45, AN, 5 AG 2, vol. 1022.
  • 77 Ernst Weisenfeld : Quelle Allemagne pour la France ? Paris, Colin, 1989, pp. 125-126 ; A. Wilkens ( (...)

46La hantise du président français c’était la neutralisation progressive du centre de l’Europe qui ferait suite à un retrait militaire des États-Unis. Les négociations MBFR (« Mutual Balanced Forces Reduction ») entamées à Vienne à partir du mois d’octobre 1973 semblaient ouvrir une perspective dans cette direction. La France, logiquement, n’y participait pas.75 Selon Pompidou, il n’y avait qu’un pas de la réduction des forces militaires au centre de l’Europe à la « finlandisation » et vers une situation moins stable dans laquelle les Allemands se rappelleraient que c’était à Moscou que se trouvaient les clés de la réunification. Pompidou fut très explicite à cet égard dans son entretien avec le président américain Richard Nixon de décembre 1971 : « Il est clair qu’en fin de compte sa réunification ne peut être accordée que par l’Union soviétique et un jour peut-être l’Allemagne donnera-t-elle la priorité à cet aspect. On peut s’interroger. »76 Il est évident que cette inquiétude ne se focalisait pas sur l’actualité politique mais sur un développement éventuel à moyen et à long terme. Néanmoins, la présence d’arrière-pensées faisait que l’on croyait déjà pouvoir appréhender, ponctuellement, des signes avant-coureurs de cette évolution. La rencontre de Brandt avec Brejnev à Oréanda en Crimée en septembre 1971 en fournit sans doute l’occasion.77

  • 78 Entretien Brandt-Pompidou, 21 juin 1973, 16h30 à 19h30, AN, 5 AG 2, vol. 106. Cf. W. Brandt (note 1 (...)

47Dans leurs entretiens directs, Pompidou ne se privait pas d’interroger Brandt sur l’évolution future du problème allemand au-delà de la conclusion des traités, sur « le sens profond » de la politique inaugurée par son gouvernement. L’insistance du président français ne faiblissait pas avec le temps, bien au contraire. Quatre années d’expérience directe avec l’Ostpolitik ne lui avaient pas fourni de certitudes quant aux visées ultimes de celle-ci. Brandt, à ces occasions, soulignait l’ancrage irréversible de la République fédérale à l’Ouest et qu’il ne serait plus possible de tendre vers une solution isolée du problème allemand comme c’était encore le cas jusqu’au début des années soixante. Ce serait seulement à l’issue d’une période de détente englobant l’Europe toute entière qu’une certaine forme d’unité serait peut-être envisageable dans un futur lointain. Et Brandt d’ajouter encore un argument dans l’entretien du 21 juin 1973 : l’Europe, pour les Allemands, offrirait « une chance d’obtenir une patrie de remplacement ». Elle permettrait « de canaliser positivement les nostalgies, les espoirs et les désirs des générations futures ».78

48L’Europe comme une solution de rechange, un substitut pour l’unité nationale inaccessible dans un avenir proche ? Ainsi Brandt allait très loin dans sa tentative de détourner Pompidou de sa fixation sur la question de la réunification. Seulement, il est peu probable qu’il s’agissait là d’un argument capable de convaincre le successeur du général de Gaulle. L’idée du passage de l’État national vers une formation européenne avait peu de consistance pour Pompidou. Même la conception des « deux États dans une seule nation », idée de base de la politique allemande de Brandt, ne lui apparaissait, au fond, que comme une construction capable de rendre des services pour un temps déterminé. L’État national souverain restait, en tout cas, pour le président français la forme naturelle de l’organisation étatique et aussi longtemps que les Allemands ne l’auraient pas réalisée, ils s’emploieraient, selon lui, à l’obtenir.

  • 79 Willy Brandt : Erinnerungen, Francfort/M., Zurich, Propyläen, Ferenczy, 1989, p. 189.
  • 80 Selon l’expression de Pompidou dans son entretien avec Nixon, 13 décembre 1971, Açores, 10h30-12h45 (...)

49Oscillant entre « la compréhension aimable et les spéculations effrénées », c’est ainsi que Willy Brandt a caractérisé, dans le dernier volume de ses Mémoires, la réaction française face à la politique allemande et est-européenne de son gouvernement.79 La marge énorme ainsi décrite fait ressortir les interrogations du gouvernement français et d’un public plus large concernant les motivations, les conditions et les objectifs du dialogue à peine entamé entre les deux États allemands. Derrière le soutien public qui fut réel se profilait ainsi une réaction complexe, fonction aussi bien d’expériences historiques et d’intérêts politiques actuels, fonction surtout de l’image de l’Allemagne et de son rôle au centre de l’Europe. Dans l’optique française, la nouvelle approche de la politique allemande apparaissait en bonne partie comme une stratégie tendant à favoriser des rapports toujours plus étroits entre les deux États allemands, la réunification n’étant nullement exclue au terme d’un processus historique. Néanmoins, le gouvernement français n’a, à aucun moment, critiqué publiquement la démarche politique de Bonn ou dressé des obstacles. En fait, la marge d’action dont on disposait à Paris était limitée, même si Pompidou avait conscience que Brandt avait besoin, pour le succès de l’Ostpolitik, de la « bénédiction » française.80 Pompidou ne pouvait qu’essayer de faire en sorte que l’évolution de la situation allemande, selon son interprétation, restât sous contrôle et ne heurtât pas, à moyen terme, les intérêts vitaux de la France. Le maintien des droits et responsabilités quadripartites, le renforcement des propres relations de la France avec l’Union soviétique et le refus du concept d’une zone militaire spéciale au centre de l’Europe constituaient les éléments essentiels de cette politique. Parmi les options de cette stratégie ne se trouvait pas le facteur RDA. Malgré des efforts considérables, Berlin-Est n’avait pu obtenir ni la reconnaissance avant terme, ni, plus tard, le développement d’une relation particulière avec Paris. Les intérêts de la France et de l’Allemagne fédérale étaient finalement trop étroitement liés pour permettre toute idée d’un jeu triangulaire.

Notes

1 Willy Brandt : Begegnungen und Einsichten. Die Jahre 1960-1975, Hambourg, Hoffmann & Campe, 1976, pp. 428 ss. Egon Bahr : Zu meiner Zeit, Munich, Karl Blessing Verlag, 1996, pp. 268 ss. Pour les principes de la politique allemande et est-européenne à partir de 1969 cf. Peter Bender : Die ‘Neue Ostpolitik’ und ihre Folgen. Vom Mauerbau bis zur Vereinigung, Munich, dtv, 19964, pp. 155-205 ; Heinrich Potthoff : Im Schatten der Mauer. Deutschlandpolitik 1961 bis 1990, Berlin, Propyläen, 1999, pp. 73-120 ; Timothy Garton Ash : Im Namen Europas. Deutschland und der geteilte Kontinent, Munich, Hanser, 1993.

2 Pour l’ensemble : Andreas Wilkens : Der unstete Nachbar. Frankreich, die deutsche Ostpolitik und die Berliner Vier-Mächte-Verhandlungen 1969-1974, Munich, Oldenbourg, 1990. Cf. aussi Georges-Henri Soutou : « L’attitude de Georges Pompidou face à l’Allemagne », in : Georges Pompidou et l’Europe. Colloque 25 et 26 novembre 1993, éd. par l’Association Georges Pompidou, Bruxelles, Editions Complexe, 1995, pp. 267-334.

3 Entretien Pompidou-Brandt, Paris, 30 janvier 1970, 11h 45-13h 10, AN, Paris, 5 AG 2 (Fonds Georges Pompidou), vol. 104.

4 Entretien Brandt-Pompidou, Bonn, 3 juillet 1970, 11h 15-13h, AN, 5 AG 2, vol. 104.

5 Reproduit dans : La politique étrangère de la France. Textes et documents, tome 2, 2e sem. 1970, p. 55.

6 Entretien Brejnev-Pompidou, Moscou, 13 octobre 1970, 10h 30-11h 30, AN, 5 AG 2, vol. 1018.

7 « Regierungserklärung » de Brandt, in : Deutscher Bundestag, Stenographische Berichte, 6e législature, pp. 20-34.

8 « Note pour Monsieur le Président de la République » de Jean-Bernard Raimond, 6 novembre 1969, AN, 5 AG 2, vol. 1010. Le conseiller du président pour les Affaires diplomatiques cite en fait une note émanant des services du Quai d’Orsay, mais abonde, par la suite, dans le même sens.

9 Entretien Pompidou-Schmid, Paris, 7 novembre 1969, AN, 5 AG 2, vol. 104.

10 Entretien Pompidou-Brandt, Paris, 30 janvier 1970, 11h 45-13h 10, ibid.

11 Cf. la note de Paul Frank, Ministerialdirektor à l’Auswärtiges Amt, 16 mai 1968, I B 1-81.10/0-571/68 geheim, in : AAPD 1968, Munich, Oldenbourg, 1999, n° 164.

12 Entretien Schumann-Scheel, Bonn, 3 juillet 1970, après-midi, AN, 5 AG 2, vol. 104.

13 Benno Zündorf (Antonius Eitel) : Die Verträge von Moskau, Warschau, Prag, Das Berlin-Abkommen und die Verträge mit der DDR, Munich, Beck, 1979, pp. 27-61, ici : p. 60.

14 Cf. la célèbre conférence de presse de de Gaulle du 25 mars 1959, in : Charles de Gaulle : Discours et messages, vol. : 3: 1958-1962, Paris, Plon, 1970, p. 84 s.

15 Entretien Schumann-Scheel, Bonn, 3 juillet 1970, matin, AN, 5 AG 2, vol. 104.

16 Dieter Bingen : Die Polenpolitik der Bonner Republik von Adenauer bis Kohl 1949-1991, Baden-Baden, Nomos, 1998, pp. 113-154 ; B. Zündorf (note 13), pp. 62-91, ici : p. 67s.

17 Proposition pendant l’entretien avec Pompidou, 3.7.1970, Bonn, 11h 15-13h, AN, 5 AG 2, vol. 104 ; lettre de Brandt à Pompidou, 7 août 1970, AN, 5 AG 2, vol. 103 ; lettre de Brandt à Pompidou, sans date (14 août 1970), ibid.

18 Lettre de Pompidou à Brandt, 11 août 1970, AN, 5 AG 2, vol. 103 ; Pompidou répondait en fait que l’opportunité d’une rencontre au niveau des ministres des Affaires étrangères « ne doit pas être écartée ». Cf. aussi la lettre de Pompidou à Brandt, 21 août 1970, ibid.

19 Note de Bahr du 19 août 1970 après l’entretien avec Kissinger du 17 août 1970, « Betrifft : Gipfelkonferenz », Nur für BK und BM persönlich, Fonds Egon Bahr, AdsD, vol. 439.

20 Le refus de Pompidou a été aussi rapporté par la presse : Le Monde, 13 août 1970 ; The Times, 12 août 1970.

21 « Communication urgente du ministre des Affaires étrangères à Monsieur le Président de la République », sans date (9 août 1970), AN, 5 AG 2, vol. 1009. Voir aussi la deuxième note de Schumann du 10 août 1970, ibid. Elle permet de reconstituer, en partie, l’argumentation de Pompidou, dont il n’y a pas ici de trace directe.

22 Hervé Alphand : L’étonnement d’être. Journal 1939-1973, Paris, Fayard, 1977, p. 538.

23 Entretien Pompidou-Barzel, 5 mars 1970, AN, 5 AG 2, vol. 104 ; entretien Pompidou-Barzel, 9 septembre 1972, AN, 5 AG 2, vol. 106 ; entretien Messmer-Strauß, 19 décembre 1973, ibid.

24 Entretien Pompidou-Barzel, 22 mars 1972, AN, 5 AG 2, vol. 1011 ; cf. aussi Rainer Barzel : Im Streit und umstritten. Anmerkungen zu Konrad Adenauer, Ludwig Erhard und den Ostverträgen, Francfort/M./Berlin, Ullstein, 1986, pp. 177-183.

25 Lettre de Brandt à Pompidou, 22 mars 1970, WBA, Bundeskanzler, vol. 51.

26 Entretien Brandt-Pompidou, 3 juillet 1972, Bonn, 11h-13h 10, AN, 5 AG 2, vol. 106.

27 Egon Bahr, « Überlegungen zur Außenpolitik einer künftigen Bundesregierung », 18 septembre 1969, Pl 82.00/1-616/69 geh., 15 pages, Fonds Egon Bahr, AdsD, Bd. 396. Cf. aussi Andreas Vogtmeier : Egon Bahr und die deutsche Frage. Zur Entwicklung der sozialdemokratischen Ost- und Deutschlandpolitik vom Kriegsende bis zur Vereinigung, Bonn, Dietz, 1996, pp. 118-168.

28 Sur la « Bonner Vierergruppe » cf. Günther Schmid : Entscheidung in Bonn. Die Entstehung der Ost- und Deutschlandpolitik 1969/1970, Cologne, Verlag Wissenschaft und Politik, 19802, pp. 251ss.

29 Note de Claude Arnaud, Directeur d’Europe au ministère des Affaires étrangères, 26 septembre 1970, « a/s Perspectives d’avenir sur le problème allemand », AN, 5 AG 2, vol. 1009.

30 Discours du ministre des Affaires étrangères Schumann devant l’Assemblée nationale, 5 novembre 1970, in : Journal Officiel, Assemblée nationale, 6 novembre 1970, p. 5222.

31 Note de la sous-direction d’Europe centrale, 17 octobre 1970, « a/s La France et la RDA », MAE, Paris, EU, RDA 1961-1970, vol. 188.

32 Compte rendu in : SAPMO-BArch, DY 30 IV 2/2.035/92, f. 1-17. Je remercie M. Ulrich Pfeil, Paris, de la communication de ce document (ainsi que des deux suivants). Jusqu’alors il a été impossible de trouver trace de ces rencontres dans les archives françaises. Cf. aussi : Ulrich Pfeil : « Der ehemalige Außenminister Maurice Schumann und die DDR. Ein Nachruf », in : Dokumente 54 (1998) 6, pp. 495-500.

33 Les compte rendus de ces entretiens du 19 mars et 21 mai 1970 ont été publiés dans Heinrich Potthoff : Bonn und Ost-Berlin 1969-1982. Dialog auf höchster Ebene und vertrauliche Kanäle. Darstellung und Dokumente, Bonn, Dietz, 1997, pp. 135-188.

34 « Niederschrift aus dem Gedächtnis » concernant l’entretien du 4 février 1972 ; SAPMO-BArch, DY 30 IV 2/2.035/96, f. 21-41 ; « Gedächtnisprotokoll » concernant l’entretien du 25 octobre 1972 ; SAPMO-BArch, DY 30 IV 2/2.035/96, f. 72-79.

35 Le Monde, 27 octobre 1972.

36 Cf. le propre bilan des animateurs des « Echanges franco-allemands » : Georges Castellan/Roland Lenoir : France-République Démocratique Allemande. 30 ans de relations, Paris, Presses Universitaires de France, 1978. Voir aussi Ulrich Pfeil : « Die « anderen » deutsch-französischen Beziehungen. Die DDR und Frankreich 1949-1969 », in : Heiner Timmermann (éd.) : Die DDR – Erinnerung an einen untergegangenen Staat, Berlin, Duncker & Humblot, 1999, pp. 527-559.

37 Cf. par exemple l’article du député gaulliste Georges Gorse : « La RDA vaut-elle une messe ? » in : Le Monde, 24 février 1971. Gorse avait aussi arrangé les rencontres entre Schumann et Axen. Voir aussi Louis Perillier : « Reconnaître la RDA », in : Le Monde, 2 octobre 1971.

38 Cf. le décret de nomination : Journal Officiel, Lois et décrets, 14 mars 1974, p. 2948.

39 Le Monde, 15 mars 1974 et 21 mars 1974.

40 Cf. la note de Hans Ruete, Ministerialdirektor à l’Auswärtiges Amt, 13 août 1968, II A 1-85.50/0-1270/68 VS-Vertraulich, in : AAPD 1968, n° 253.

41 Note de Bahr pour le chancelier, « Betrifft : Überlegungen zum umgekehrten Junktim », 7 octobre 1971, personnel/confidentiel, Fonds Egon Bahr, AdsD, vol. 398 A.

42 Entretien Schumann-Scheel, 3.7.1970, matin, AN, 5 AG 2, vol. 104.

43 Pour quelques indications générales cf. François Seydoux : Dans l’intimité franco-allemande. Une mission diplomatique, Paris, Ed. Albatros, 1977, pp. 171-174.

44 Honoré M. Catudal : The Diplomacy of the Quadripartite Agreement on Berlin. A New Era in East-West Politics, Berlin, Berlin-Verlag, 1978. Pour l’arrière-plan historique cf. Alois Riklin : Das Berlin-Problem. Historisch-politische und völkerrechtliche Darstellung des Viermächte-Status, Köln, Verlag Wissenschaft und Politik, 1964.

45 « Note du Président de la République », 26 mars 1970, « Négociation sur Berlin », AN, 5 AG 2, vol. 1009.

46 Cf. note 45.

47 Cf. par exemple le discours de Brandt à propos du « Bericht über die Lage der Nation im gespaltenen Deutschland » du 14 janvier 1970, in : Deutscher Bundestag, Stenographische Berichte, 6e législature, pp. 839-847.

48 Entretien Pompidou-Brandt, Paris, 30 janvier 1970, 11h45-13h10, AN, 5 AG 2, vol. 104.

49 Lettre de Brandt à Pompidou, 25 février 1970, AN, 5 AG 2, vol. 103 ; WBA, Bundeskanzler, vol. 51.

50 Note, « Betr. : Unterredung Staatssekretär Bahr mit Professor Henry Kissinger im Weißen Haus am Montag, den 17. August 1970 », secret, Fonds Egon Bahr, AdsD, vol. 439. La proposition de Bahr qualifiée par Kissinger de « ingenious suggestion » ne datait donc pas du mois d’avril 1971, mais avait déjà été présentée à un stade bien antérieur des négociations. Cf. Henry A. Kissinger : The White House Years, London, Weidenfeld & Nicolson/Michael Joseph, 1979, p. 828.

51 E. Bahr (note 1), p. 344 ss.

52 « Note pour Monsieur le Président de la République », 18 janvier 1971, de Jean-Bernard Raimond, AN, 5 AG 2, vol. 1010.

53 E. Bahr (note 1), pp. 358-359, 371-380. Rappelons que dès le 29 octobre 1970 un émissaire est-allemand, Herbert Bertsch, avait été reçu à Bonn. Sa proposition d’entamer des entretiens sur toutes les questions d’intérêt mutuel avait été en principe accepté par Brandt. Bahr n’excluait pas, selon le compte rendu est-allemand, d’aborder aussi des questions touchant à la situation de Berlin tout en refusant des négociations sur les accès susceptibles de « déranger » les négociations quadripartites en cours. Cette prise de contact déboucha sur un premier entretien Bahr-Kohl le 27 novembre 1970 à Berlin-Est. Cf. H. Potthoff (note 33), pp. 189-193.

54 Lettre de Brandt à Pompidou, 15 décembre 1970, WBA, Bundeskanzler, vol. 51.

55 « Note pour Monsieur le Président de la République » de Jean-Bernard Raimond, « a/s Proposition de conférence sur Berlin », AN, 5 AG 2, Bd. 1009.

56 Lettre de Pompidou à Brandt, 21 décembre 1970, WBA, Bundeskanzler, vol. 51.

57 Note de Bahr du 23 décembre 1970 sur son entretien avec Kissinger du 21 décembre 1970 à Washington, strictement confidentiel, Fonds Egon Bahr, AdsD, vol. 439 ; H. A. Kissinger (note 50), p. 800ss. ; pour une présentation générale cf. Stephan Fuchs : « Dreiecksverhältnisse sind immer kompliziert ». Kissinger, Bahr und die Ostpolitik, Hambourg, Europäische Verlagsanstalt, 1999.

58 Cf. A. Wilkens (note 2), pp. 123–176.

59 À côté des mémoires de Bahr et de Kissinger déjà citées cf. aussi Valentin Falin : Politische Erinnerungen, Munich, Droemer Knaur, 1993, pp. 165-179 ; Julij A. Kwizinskij : Vor dem Sturm. Erinnerungen eines Diplomaten, Berlin, Siedler, 1993, pp. 218-254 ; Wjatscheslaw Keworkow : Der geheime Kanal. Moskau, der KGB und die Bonner Ostpolitik, Berlin, Rowohlt, 1995, pp. 73-100.

60 Pour une analyse française contemporaine cf. Daniel Colard : « L’accord quadripartite sur Berlin du 3 septembre 1971 », in : Revue générale de droit international public 76 (1972), pp. 401-444. Cf. aussi Jean Sauvagnargues : « Le statut de Berlin », in : Défense nationale 43 (1987), pp. 27-32 ; B. Zündorf (note 13), pp. 117-175.

61 Voir aussi, par exemple, la discussion sur les problèmes du transit entre Bahr et les ambassadeurs occidentaux Rush, Jackling et Sauvagnargues du 24 novembre 1971, Bundeskanzleramt, compte rendu in : Fonds Egon Bahr, AdsD, vol. 398 B.

62 Note de Hans-Eberhard Dingels, 15 février 1973, « Betr. : Bemerkungen des französischen Botschafters in der Bundesrepublik, Sauvagnargues, zu einigen Fragen im Rahmen des Berlinabkommens », Fonds Egon Bahr, AdsD, vol. 441.

63 Télégramme de Sauvagnargues au Quai d’Orsay, 25 septembre 1973, n° 4315/30, « Objet : Application de l’accord sur Berlin », AN, 5 AG 2, vol. 1009. À côté de la position de Sauvagnargues se trouve l’annotation de Pompidou : « Oui ».

64 Sondages 1/2 (1970), p. 112.

65 Elisabeth Noelle/Erich Peter Neumann : Jahrbuch der öffentlichen Meinung 1968-1973, Allensbach, Bonn 1974, p. 506.

66 L’espoir de voir se réaliser la réunification était en recul sensible depuis le milieu des années 60. Cf. Manuela Glaab : Deutschlandpolitik in der öffentlichen Meinung. Einstellungen und Regierungspolitik in der Bundesrepublik Deutschland 1949 bis 1990, Opladen, Leske & Budrich, 1999, pp. 136ss.

67 H. A. Kissinger (note 50), p. 422.

68 André Fontaine : Un seul lit pour deux rêves. Histoire de la détente (1962-1981), Paris, Fayard, 1981, p. 248 ; cf. aussi Eric Roussel : Georges Pompidou 1911-1974, Paris, Lattès, 1994, pp. 393-394.

69 Stéphane Rials : Les idées politiques du Président Georges Pompidou, Paris, Presses Universitaires de France, 1977, p. 136. Bernard, secrétaire général adjoint de l’Elysée en 1973-74, est cité en ces termes : « Je l’ai entendu dire : ‘Je ne suis pas obsédé par l’Allemagne’, cela prouve qu’il l’était un peu tout de même. Le président a toujours été préoccupé par le problème allemand. »

70 F. Seydoux (note 43), p. 160.

71 Entretien Pompidou-Barzel, 5 mars 1970, AN, 5 AG 2, vol. 104.

72 Marc Ullmann : « La peur de l’Allemagne », in : L’Express, 1153/13 août 1973 (avec la citation de Pompidou) ; Michel Debré : « Défense de l’Europe et sécurité en Europe », in : Revue de Défense nationale 28 (1972), p. 1790.

73 L’ambassadeur Seydoux estimait : « Pour le Chancelier la réunification, fût-ce à long terme, fût-ce selon des modalités imprécises, doit être l’aboutissement. L’existence de deux États que leurs régimes opposent n’y fera pas obstacle. Les barrières céderont sous la pression de l’âme populaire » ; in : F. Seydoux (note 43), p. 167.

74 Michel Jobert : L’autre regard, Paris, Grasset, 1976, p. 165 ; voir aussi id. : Mémoires d’avenir, Paris, Grasset, 1974, pp. 165-166.

75 À propos des points de vue opposés sur les négociations MBFR cf. l’entretien Pompidou-Brandt, 22 janvier 1973, Paris, 10h40-13h15, AN, 5 AG 2, vol. 106.

76 Entretien Pompidou-Nixon, 13 décembre 1971, Açores, 10h30-12h45, AN, 5 AG 2, vol. 1022.

77 Ernst Weisenfeld : Quelle Allemagne pour la France ? Paris, Colin, 1989, pp. 125-126 ; A. Wilkens (note 2), pp. 105-112.

78 Entretien Brandt-Pompidou, 21 juin 1973, 16h30 à 19h30, AN, 5 AG 2, vol. 106. Cf. W. Brandt (note 1), pp. 363-370, Brandt indique ici la date du 22 juin 1973 ; la formule que Brandt reproduit dans ses mémoires est plus vague, indiquant que l’Europe pourrait devenir pour les Allemands « zu einer Art von größerem Vaterland ».

79 Willy Brandt : Erinnerungen, Francfort/M., Zurich, Propyläen, Ferenczy, 1989, p. 189.

80 Selon l’expression de Pompidou dans son entretien avec Nixon, 13 décembre 1971, Açores, 10h30-12h45, AN, 5 AG 2, vol. 1022.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540