Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Les relations politiques entre la RDA et la France

Le rôle de la RDA dans les relations entre la France et l’Allemagne fédérale de 1966 à 1969

Ulrich Pfeil
Traduction de Laurent Reguer et Myrielle Chalamet

Texte intégral

  • 1 Cf. Peter-Christian Ludz : « Maximen und Möglichkeiten der Außenpolitik der DDR in den siebziger Ja (...)

1Pendant les années qui suivirent la naissance de la RDA, le SED avait mené une politique « nationale », visant à établir une Allemagne unifiée et socialiste ; l’ancrage des deux États allemands dans leurs blocs respectifs conduisit le SED à réviser sa politique allemande (Deutschlandpolitik). Depuis la fin des années 50 et surtout après la construction du Mur (13 août 1961), le SED cherchait à obtenir la reconnaissance internationale de la RDA comme second État allemand indépendant et à imposer sa « normalité » sur la scène mondiale. Face à l’Occident, cette politique se présentait sous le signe de la « coexistence pacifique », celle-ci étant à la fois une certaine forme de la « lutte des classes » et une confrontation non-militarisée avec « l’impérialisme ».1

  • 2 Cf. Ulrich Pfeil : « Les réactions de la RDA à la création de l’OFAJ », in : Documents 52 (1997) 4, (...)

2La République fédérale avait réagi aux ambitions est-allemandes par la doctrine Hallstein, qui menaçait tout État désireux de nouer des relations diplomatiques avec « l’autre » Allemagne de rupture diplomatique. Cette doctrine fut longtemps un moyen efficace pour imposer la prétention de la RFA à l’exclusivité de la représentation nationale, et pour isoler la RDA sur la scène internationale. Les autorités françaises soutenaient la position de Bonn et persistaient à ignorer le « régime de Pankow ». Par la signature du traité de l’Élysée en 1963, Paris avait contribué à accroître la réputation internationale de son voisin en infligeant de ce fait à la RDA le spectacle de son isolement.2

  • 3 Cf. Ulrich Pfeil : « Culture et politique en RDA 1945-1990 », in : Documents 54 (1999) 1, pp. 25 ss (...)
  • 4 Cf. Ulrich Pfeil : « Die Frankreich-Politik der DDR 1949-1969 », in : Heiner Timmermann (éd.) : Die (...)

3Depuis les années cinquante, la France occupait avec l’Italie une place privilégiée dans la politique extérieure de la RDA vis-à-vis des États occidentaux. La présence d’un parti communiste fort, partenaire traditionnel et influent, et la spécificité de la politique extérieure du général de Gaulle, revendiquant une indépendance certaine au sein du camp occidental semblaient être des conditions favorables aux dirigeants est-allemands pour obtenir des premiers succès en Europe de l’Ouest. Comme la France continuait de refuser officiellement toute forme de relations avec l’autre État allemand, la RDA dut se contenter de contacts culturels et économiques3 à partir desquels elle chercha à établir des relations diplomatiques. Par cette « politique de reconnaissance », la RDA espérait créer en France un mouvement de masse, favorable à ses intérêts et sensible à l’alternative qu’elle constituait avec la RFA. L’exploitation des différends entre Paris et Bonn resta toujours une constante essentielle de la politique du SED à l’égard de la France.4

  • 5 Cf. Wilfried Loth : « Deutschland im Kalten Krieg. Strategien und Entscheidungen », in : APuZ B 39- (...)
  • 6 Cf. Heinrich Potthoff : Im Schatten der Mauer. Deutschlandpolitik 1961 bis 1990, Berlin, Propyläen, (...)

4La période 1966-1969 traitée dans cette contribution, représente une phase de transition au sein du triangle asymétrique Paris/Bonn /Berlin-Est qu’il nous faut présenter. Cela vaut pour les conditions générales des relations internationales5 comme pour l’attitude de la République fédérale et de la France face à la RDA.6 Dans ces deux pays, des voix furent toujours plus nombreuses à protester contre l’isolement croissant de la RDA et de ses citoyens. Cet article se propose d’analyser les intérêts divergents des trois pays concernés, ainsi que les imbrications et les processus de démarcation de leur politique. Par-là même seront mises en évidence l’importance et le rôle de la RDA dans les relations franco-ouest-allemandes et, plus généralement, dans la relation franco-allemande.

1. D’une « politique de l’évitement » à la « prise en compte politique »

  • 7 Cf. Werner Link : « Der lange Weg zum ‘geregelten Nebeneinander’. Die Deutschlandpolitik der Bundes (...)

5L’année 1966 marqua une modification des positions initiales dans les relations interallemandes et par voie de conséquence dans le triangle asymétrique France/Allemagne fédérale/RDA. La République fédérale se voyait contrainte de reconnaître dans les années soixante, que sa Deutschlandpolitik rigide l’avait conduite dans une impasse. Alors que les grandes puissances visaient, sur fond « d’équilibre de la terreur nucléaire », une politique de détente, les gouvernements fédéraux sous Adenauer et Erhard s’accrochaient à leur revendication de représenter à eux seuls la nation, tout en refusant toute forme de reconnaissance du statu quo en Europe. En revanche, la question allemande perdait de plus en plus de son importance aux yeux des alliés occidentaux. Certes, ils continuaient à soutenir la demande ouest-allemande de réunification, mais ils considéraient l’accomplissement de ce but dans le cadre d’un long et difficile processus impliquant une détente entre les deux blocs. En s’opposant ainsi aux courants fondamentaux de la politique internationale, le gouvernement fédéral se trouvait menacé d’isolement.7

6Ce constat fut probablement à l’origine du concept social-démocrate du « changement par le rapprochement » élaboré et présenté en 1963 à Tutzing par Egon Bahr. Ayant été le bras droit de Willy Brandt alors qu’il était maire de Berlin-Ouest, Bahr arriva à la conclusion que la RFA ne pourrait obtenir à nouveau de plus grandes marges de manœuvre dans la question allemande, que si elle acceptait le statu quo et les situations de fait, afin de les infléchir vers un rapprochement. Dans son discours au congrès du SPD de Dortmund en mars 1966, Brandt déclara, en reprenant le concept de Bahr,

  • 8 Heinrich Potthoff : Bonn und Ost-Berlin 1969-1982. Dialog auf höchster Ebene und vertrauliche Kanäl (...)

« que l’enjeu était bien une coexistence des deux territoires, une coexistence bien définie, réglementée et limitée dans le temps ».8

7La CDU de son côté devait également reconnaître qu’on ne pouvait désormais plus emprunter le chemin suivi jusque-là. On peut lire dans une note du secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Karl Carstens du 17 octobre 1966 :

  • 9 « Note du secrétaire d’État Karl Carstens du 17 octobre 1966 », in : Akten zur Auswärtigen Politik (...)

« La politique allemande que nous avons suivie jusqu’ici n’est désormais plus en accord avec l’Ostpolitik menée par les grands États occidentaux. Aucun État occidental n’est prêt à exercer une pression sur l’Union soviétique dans le sens d’une réalisation de la demande de réunification. Certains projets visant à la détente politique semblent plus importants à l’Ouest que, par exemple, le soutien systématique à la politique de non-reconnaissance. Cette constatation est compatible avec l’autre fondement de la politique extérieure américaine, à savoir que la sécurité de l’Europe et du monde libre doit rester à tout prix garantie. »9

  • 10 Cf. Gregor Schöllgen : Die Außenpolitik der Bundesrepublik Deutschland. Von den Anfängen bis zur Ge (...)

8Les constatations de Carstens rencontrèrent l’assentiment du gouvernement Erhard. Là aussi, on ne pouvait pas ignorer que la RDA était devenue entre temps une réalité incontournable. Sa reconnaissance internationale ne pouvait plus être retardée à long terme ; à court terme, il ne s’agissait plus que de repousser aussi loin que possible l’échéance de cette reconnaissance.10

9Après la formation de la Grande Coalition et la reprise du ministère des Affaires étrangères par Willy Brandt, la note rédigée par Carstens fut transmise à ce dernier. Werner Link écrit en guise de conclusion :

  • 11 Werner Link : « Westbindung und Ostverbindungen - Die außenpolitische Staatsraison der Bundesrepubl (...)

« Le nouveau concept de la Deutschlandpolitik » vise un règlement limité dans le temps de la coexistence, un modus vivendi conçu comme une première étape, afin de rendre possibles au moins dans un premier temps d’autres solutions positives. La coexistence des deux territoires bien définie et limitée dans le temps n’étant pas l’objectif final, mais bien une étape intermédiaire. »11

  • 12 Cf. Christian Hacke : Die Außenpolitik der Bundesrepublik Deutschland. Weltmacht wider Willen ?, Be (...)

10La politique extérieure et particulièrement la Deutschlandpolitik du nouveau gouvernement fédéral sous Kurt-Georg Kiesinger marqua, contrairement aux gouvernements précédents, un changement sensible dans l’ordre des priorités. Vis-à-vis de l’Union soviétique, on pouvait sentir une plus grande disposition à s’entendre ; par ailleurs, on proposait expressément aux États est-européens des déclarations de non-recours à la violence, et de bon voisinage. Contrairement aux discours stériles sur la réunification tenus par les gouvernements précédents, le nouveau gouvernement CDU/SPD fit les premiers pas sur le chemin d’une politique concrète d’améliorations tangibles. Kiesinger évita dès sa première allocution gouvernementale du 13 décembre 1966 de parler de « zone soviétique » tout comme de « droit à la représentation nationale » qu’il ne voulait certes pas abandonner, mais qu’il atténuait cependant en ne maintenant plus le caractère de tutelle face à la RDA. Berlin-Est n’était désormais plus ignorée, mais constituait bien un élément important de cette « politique de la prise en compte ».12 En parlant du « phénomène RDA », Kiesinger fit clairement comprendre qu’il n’était toujours pas prêt à reconnaître la RDA en tant qu’État, mais il ne refusait plus, comme ses prédécesseurs, les contacts entre les autorités administratives ; il voulait ainsi procéder du bas vers le haut de la pyramide hiérarchique, afin d’éviter une reconnaissance de droit. Werner Link écrit encore :

  • 13 Werner Link : « Die Deutschlandpolitik der Bundesregierungen Erhard und der Großen Koalition », in  (...)

« Le concept en était qu’on pouvait partir du principe que l’Union soviétique leur [c’est-à-dire au gouvernement est-allemand ; UP] avait cédé certains droits, à partir desquels on leur attribua une autonomie limitée, en attendant la réunification. »13

11En intensifiant les contacts humains entre les deux États allemands, on espérait renforcer le sentiment d’appartenance nationale, afin de maintenir un terreau dans l’espoir d’une réunification ultérieure, mais irréalisable pour l’instant.

« Ce fut et cela resta longtemps un difficile exercice d’équilibre entre d’une part, la nécessité de reconnaître le deuxième État allemand réellement existant, juste assez pour rendre possible des accords avec lui, et d’autre part la contrainte émanant de la Constitution et des valeurs fondamentales de lui dénier une reconnaissance entière et sur un pied d’égalité, ainsi qu’une existence étatique ».

  • 14 H. Potthoff (note 6), p. 58.

12C’est ainsi que Heinrich Potthoff posa les jalons de l’Ostpolitik du gouvernement fédéral qui seront valables pour les années suivantes.14

  • 15 Cf. Christoph Klessmann : Zwei Staaten, eine Nation. Deutsche Geschichte 1955-1970, Bonn, Bundeszen (...)
  • 16 Cf. W. Link (note 13), p. 1737.
  • 17 Jürgen Schwarz : « Die Deutschlandfrage in der französischen Politik », in : DA 2 (1969) 12, p. 125 (...)

13Ce changement sensible dans l’Ostpolitik reçut un accueil très favorable tout particulièrement dans le camp des alliés occidentaux.15 Alors que le gouvernement d’Erhard avait retardé à plusieurs reprises la politique de détente, l’initiative de Kiesinger permettait enfin de séparer la problématique de la question allemande, des efforts de détente des grandes puissances, pour lesquelles cette dernière constituait un écueil inévitable. Les puissances occidentales n’étaient plus disposées alors à se soumettre aux conceptions dépassées du gouvernement Erhard en matière de Deutschlandpolitik ; en revanche, ils attendaient davantage de souplesse du côté ouest-allemand. Après que le chancelier Erhard eut conduit l’Allemagne au bord de l’isolement politique, Kiesinger opéra une conversion dans le sens de la politique de détente internationale.16 Tout particulièrement à Paris, les efforts de Kiesinger en vue d’une intensification des contacts humains entre les deux États allemands, suscitèrent un grand soulagement. Cette politique correspondait parfaitement aux vues du général de Gaulle qui conseillait déjà depuis 1959 aux gouvernements fédéraux successifs d’élargir les contacts interallemands à un niveau inférieur à celui de la reconnaissance internationale, une fois toutes les entreprises pour le rétablissement de l’unité allemande vouées à l’échec.17

  • 18 Cf. Andreas Wilkens : Der unstete Nachbar. Frankreich, die deutsche Ostpolitik und die Berliner Vie (...)
  • 19 Cf. Maurice Vaïsse : La grandeur. Politique étrangère du général de Gaulle 1958-1969, Paris, Fayard (...)

14Les réactions positives de Paris face à ce nouveau départ dans les relations interallemandes sont également à attribuer aux efforts du ministre des Affaires étrangères Willy Brandt qui souhaitait améliorer les contacts avec le chef d’État français. Dans cette affaire, le fait qu’ils aient tous deux partagé, pendant la Seconde Guerre mondiale, le sort de l’exil et la résistance, n’est pas sans importance. Ainsi Brandt ne considérait pas le Général comme seul responsable des problèmes entre les États occidentaux. Lors de leur premier entretien après la formation de la Grande coalition, il se déclara favorable à la relance du traité de l’Élysée, ainsi qu’à une intensification des relations économiques et technologiques. Leurs objectifs politiques se rejoignaient dans leur recherche d’un modus vivendi avec les États de l’Est, et dans la recherche d’une solution pour la question de la ligne Oder-Neiße et pour la reconnaissance de la RDA. Ce faisant, le président du SPD espérait de la part du chef d’État français qu’il intervienne en Afrique en faveur de l’Allemagne fédérale, afin d’éviter le risque tant redouté que cette partie du monde reconnaisse la RDA . Une pareille valorisation de l’État est-allemand aurait immédiatement remis en question les modifications encore timides de la nouvelle Deutschlandpolitik du gouvernement fédéral et renforcé les positions de ses détracteurs. Le général de Gaulle – et c’est d’ailleurs ce que montra son voyage à Moscou en juin 1966 – continuait à jouer la carte des relations privilégiées avec l’Allemagne fédérale. Par ailleurs, il n’avait toujours pas perdu de vue son projet de construction d’une Europe occidentale forte, capable de peser de tout son poids dans l’équilibre des relations internationales et de ce fait de servir à la détente entre Est et Ouest.18 À cause de la crise permanente dans les relations franco-ouest-allemandes entre 1964 et 1966, cet aspect avait été largement occulté. L’opinion publique ouest-allemande avait souvent soupçonné le président français de vouloir aussi reconnaître la RDA dans le cadre de son Ostpolitik, alors que ce dernier assura Brandt qu’il ne se déciderait jamais à faire un pareil pas.19

  • 20 Cf. Gerhard Wettig : « Sowjetische Deutschlandpolitik vom Kriegsende bis zum Ende des Kalten Kriege (...)
  • 21 Cf. Gilbert Ziebura : Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1945. Mythen und Realitäten, Stutt (...)
  • 22 AdG, 20 janvier 1967, p. 12944.
  • 23 Cf. « M. Couve de Murville explique pourquoi la France n’a pas reconnu l’Allemagne de l’Est », in : (...)

15L’Union soviétique elle-même réagissait dans ses premières prises de position tout à fait positivement aux nouveaux accents de la Deutschlandpolitik du gouvernement fédéral. Ses médias offrirent dans un premier temps un traitement de faveur au gouvernement Kiesinger/Brandt, tout en modérant très sensiblement leur propagande anti-RFA. Au Kremlin, on avait l’espoir de voir la Grande Coalition se convertir à la politique gaulliste tout en se séparant de Washington.20 Les attentes du gouvernement soviétique furent toutefois rapidement déçues. D’une part, la RFA n’était officiellement pas disposée à abandonner la doctrine Hallstein et à reconnaître la RDA, et d’autre part aucun signe encourageant ne parvenait de Paris vers la RDA et l’Union soviétique. Fin 1966-début 1967, les signes annonciateurs d’un rapprochement franco-ouest-allemand faisant suite aux nombreuses crises entre 1964 et 1966, commençaient à se multiplier.21 Le gouvernement français soutenait ostensiblement les changements prudents de la Deutschlandpolitik de l’Allemagne fédérale et signifiait à Berlin-Est à plusieurs reprises qu’il ne fallait pas attendre que la France fasse cavalier seul dans la question de la reconnaissance de la RDA. Le Premier ministre Georges Pompidou affirma dans une interview, le 20 juin 1967, que la RDA ne remplissait pas les conditions nécessaires à la reconnaissance d’un État et que, pour cette raison, ce pays ne pouvait être reconnu par Paris.22 Le ministre des Affaires étrangères Couve de Murville confirma quelques jours plus tard la position du Premier ministre. Il déniait au gouvernement de la RDA sa légitimité, soulignait les bonnes relations avec la République fédérale et insistait sur le fait que les convergences de vue entre la France et la RFA sur l’Ostpolitik avaient contribué à relancer le traité franco-allemand.23

  • 24 « L’Allemagne de l’Est déplore ‘l’inconséquence’ de la politique française à son égard », in : Le M (...)
  • 25 Cf. lettre du Gouvernement militaire français à Berlin au MAE du 31 janvier 1967 ; MAE, EU, RDA 61- (...)

16Dans le Neues Deutschland du 26 janvier 1967, on commenta les déclarations de Couve de Murville en parlant de « pseudo-raisons » et de l’inconséquence française à l’égard de la RDA. Toujours selon ce même journal, la France avait déjà reconnu les autres États socialistes comme la Tchécoslovaquie et la Pologne, alors qu’elle faisait une exception pour la RDA. Berlin-Est se plaignait en outre du fait que le gouvernement français était disposé à faire des concessions à l’égard de la RFA, alors que celle-ci ne se montrait nullement reconnaissante. Mais finalement le SED s’efforça de conclure sur un ton conciliant et appela Paris à retrouver le sens des réalités dont la France aurait toujours fait preuve jusque-là.24 Du côté français, ce passage fut interprété comme une concession des communistes est-allemands face à Moscou, qui, à cette époque, aspirait à de meilleures relations avec la France.25

  • 26 Cf. rapport du 23 février 1967 sur les problèmes principaux de l’évolution de la politique étrangèr (...)

17Les intérêts de l’Union soviétique expliquaient pour une part ce type de commentaire. Par ailleurs, la RDA espérait toujours une amélioration de sa position internationale en misant sur la politique extérieure française indépendante des États-Unis et de ses autres partenaires de l’OTAN. Cependant, elle ne spéculait plus désormais sur la rupture totale entre De Gaulle et le bloc occidental, mais restait à l’affût de toute divergence entre la France et la RFA, relatives à « l’hégémonie politique » en Europe occidentale. C’est ainsi que s’explique la modération de la critique formulée plus haut au sujet de la position du gouvernement français face à la RDA. Le SED nourrissait toujours l’espoir que Paris puisse un jour contraindre Bonn à reconnaître la RDA de facto. Dans le cas « d’une alliance Bonn/Washington dirigée ouvertement contre la France », la direction de la RDA n’excluait pas non plus le fait que le gouvernement français puisse se décider à une normalisation des relations avec la RDA.26

2. Nouvelle démarcation à l’Est

  • 27 Cf. « Ulbricht jetzt an zwei Fronten. Die deutsch-französische Zusammenarbeit stört sein Konzept », (...)
  • 28 Cf. W. Link (note 13), pp. 1720 s.

18Mais ces espoirs s’avérèrent rapidement illusoires. Le renouveau des relations franco-ouest-allemandes, comme cette nouvelle approche de la question allemande, mirent la RDA sur la défensive. Alors que jusque-là, la doctrine Hallstein était pour la direction du SED la garantie que la RDA n’aurait pas à craindre la concurrence ouest-allemande dans son propre camp, la politique de « prise en compte » du gouvernement Kiesinger/ Brandt fit évoluer la situation. La puissance économique de la République fédérale et l’espoir d’une mise en place de relations économiques amenèrent les gouvernements des différentes capitales est-européennes à laisser de côté la « solidarité fraternelle » avec la RDA. Prague, Bucarest, Belgrade, Budapest et Sofia accueillirent toutes avec satisfaction le nouveau rapprochement franco-ouest-allemand. Elles espérèrent que l’influence de De Gaulle à Moscou pourrait permettre l’assentiment du Kremlin à l’établissement de relations diplomatiques des États communistes avec la République fédérale27. Cependant, dans une note du 28 janvier 1967 (« L’immuabilité des frontières et l’intangibilité des États socialistes »), l’Union soviétique démontra qu’elle n’était pas prête à une plus grande flexibilité sur la question allemande et revint à son attitude rigide28. Ainsi, la direction soviétique donnait la garantie au régime du SED de le protéger contre la double stratégie de Bonn : une Ostpolitik active, sans reconnaissance simultanée de la RDA.

19Malgré cette déclaration, la méfiance du SED continua de croître lorsque la République fédérale et la Roumanie décidèrent le 31 janvier 1967, l’ouverture de relations diplomatiques et que la Bulgarie et la Hongrie se déclarèrent disposées à suivre l’exemple roumain. Les communistes est-allemands se virent alors contraints d’agir, afin que la démarche du gouvernement roumain ne serve pas de précédent aux autres États. Lors d’une rencontre des ministres des Affaires étrangères du pacte de Varsovie dans la capitale polonaise (8-10 février 1967), fut entérinée la doctrine Ulbricht, comme pendant de la doctrine Hallstein ouest-allemande,. Elle prévoyait

  • 29 Cf. Jochen Staadt : Die geheime Westpolitik der SED 1960-1970. Von der gesamtdeutschen Orientierung (...)

« que le point de départ à l’ouverture de relations normalisées avec l’Allemagne de l’Ouest pour les États socialistes en question était la reconnaissance du caractère définitif des frontières existantes, de l’existence de deux États allemands souverains, de la RDA comme État ami et allié et enfin la reconnaissance d’une juridiction de la République fédérale ouest-allemande s’étendant exclusivement sur son propre territoire et en aucun cas sur Berlin-Ouest, entité politique autonome. »29

20Cette politique du tout ou rien fut approuvée lors de la conférence des partis communistes européens à Karlsbad en avril 1967.

  • 30 Cf. Klaus Hildebrand : « ’Atlantiker’ versus ‘Gaullisten’. Zur Außenpolitik der Bundesrepublik Deut (...)
  • 31 Cf. Manuela Gibas : Deutschlandpolitik in der öffentlichen Meinung, Opladen, Leske & Budrich, 1999, (...)
  • 32 Armin Mitter/Stefan Wolle : Untergang auf Raten. Unbekannte Kapitel der DDR-Geschichte, Munich, Gol (...)

21Cette nouvelle démarcation côté Est, indiquait que ni la République fédérale, ni la RDA n’étaient en situation de faire le nécessaire pour la résolution de la question allemande, au point que les positions restèrent inconciliables. L’opinion publique de la République fédérale continuait à approuver la non-reconnaissance de la RDA et elle joua un rôle décisif dans le fait que le gouvernement Kiesinger/Brandt ne poursuivit pas avec plus d’insistance l’ouverture vers l’Est et n’admit pas la RDA comme une réalité. Il n’était pas prêt à accepter des concessions comme la reconnaissance de la ligne Oder-Neisse en tant que frontière occidentale de la Pologne30, et se trouvait ainsi en accord avec la majorité des Allemands de l’Ouest.31 Le SED percevait chaque relâchement dans les alliances comme une menace pour l’existence de la RDA et pour sa propre puissance. Tant que Bonn n’associait pas la RDA à une proposition d’abandon de la force, et que Paris l’ignorait totalement dans son Ostpolitik, les communistes est-allemands étaient constamment confrontés au fait que la RDA n’était considérée par l’extérieur que comme « un produit artificiel de la guerre froide »32. La RDA souffrait d’un déficit constant de légitimité et d’une identité nationale encore confuse par rapport aux autres démocraties populaires : elle se rapprocha alors encore plus étroitement de Moscou, afin de préserver auprès de cette puissance hégémonique, les garanties indispensables à sa survie.

  • 33 Cf. Manfred Görtemaker : Geschichte der Bundesrepublik Deutschland. Von der Gründung bis zur Gegenw (...)

22Les premières semaines de la Grande coalition avaient suscité l’espoir, surtout dans les capitales occidentales, que la démarche plus souple de Bonn et son alignement sur les tendances internationales allaient avoir pour effet une détente dans la question allemande. Or le résultat fut un durcissement des fronts. Le bloc de l’Est établissait désormais un lien indissociable entre toutes les conditions d’une reprise de la détente : reconnaissance de la frontière Oder-Neisse, reconnaissance de l’existence étatique de la RDA et reconnaissance de Berlin-Ouest comme « entité politique autonome »33. En même temps, la RDA était encore plus insérée dans le réseau de traités du Pacte de Varsovie et s’élevait au rang de membre égal en droits dans la communauté des États de l’Est. Cette intégration de la RDA fit comprendre à l’Ouest qu’un arrangement avec l’Est ne pourrait être possible que sur la base du statu quo.

  • 34 Cf. G. Ziebura (note 21), p. 190.

23Cette constatation vaut également pour l’Ostpolitik de De Gaulle. Au regard de l’obstination de l’Union soviétique à maintenir le statu quo, les observateurs attentifs comprirent l’insurmontable clivage qui séparait la politique de Moscou de la politique de détente du Général à l’égard du bloc de l’Est. Les capacités de la France en matière de politique étrangère ne suffisaient pas pour surmonter cette opposition.34 Dans sa déclaration du 10 septembre 1967, Walter Ulbricht expliqua sans équivoque au président français qu’une nouvelle évolution de l’équilibre mondial ne pourrait être obtenue que par l’acceptation préalable de la situation actuelle :

  • 35 AdG, 15 septembre 1967, p. 13414.

« Maintenant que la majorité des États du Pacte de Varsovie ont établi des relations économiques plus ou moins normalisées avec la République fédérale ouest-allemande, la prochaine étape indispensable sur la voie de la détente européenne est que, de leur côté, la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, les autres pays de l’OTAN et surtout les États neutres comme la Suède et d’autres, instaurent dorénavant des relations économiques normalisées avec la RDA [...]. La France a de bonnes relations avec l’Union soviétique et d’autres États socialistes qui ont le même ordre social que la RDA. Nous ne voyons donc aucun obstacle objectif, pour ne pas mettre fin à cet état anormal des relations franco-allemandes aujourd’hui. »35

3. La France face à l’existence de la RDA

  • 36 Friedhelm B. Meyer zu Natrup : « Die Beziehungen zwischen der DDR und Frankreich », in : Hans-Joach (...)
  • 37 Walter Schütze : « Frankreich », in : Hans-Adolf Jacobsen e.a. (éds.) : Drei Jahrzehnte Außenpoliti (...)

24La stagnation des relations internationales compliqua, sur le plan intérieur, l’attitude du gouvernement français vis-à-vis de la RDA. Cette dernière et ses partenaires traditionnels essayèrent d’exploiter au service de leur propre politique extérieure, l’exigence de mettre fin à l’isolement des citoyens est-allemands et l’appel à établir des relations entre les hommes. Elle pouvait en tirer profit du fait que le mouvement en faveur de la reconnaissance de la RDA avait pris une telle ampleur entre temps en France que le gouvernement ne pouvait plus l’ignorer. La création des groupes Amitié France-RDA à l’Assemblée nationale et au Sénat en 1967 fut un véritable succès pour la RDA. Dans ces groupes, les communistes occupaient une position dominante, pourtant il n’importait pas particulièrement, ni au PCF, ni au SED de faire connaître cela au grand public. Ainsi s’explique le fait que les présidents des groupes étaient fréquemment membres d’autres partis. Côté RDA, un groupe d’amitié RDA-France avait déjà été mis en place à la Chambre du peuple, le 14 juillet 1966, jour de la fête nationale française et Hans Seigewasser en fut nommé président. Lorsque Meyer zu Natrup écrit que ces groupes d’amitié, côté français, « servent en premier lieu de couverture, officiellement non partisane, aux activités des députés et sénateurs communistes », il va un peu vite en besogne. La notoriété de la RDA avait entre temps atteint en France des proportions considérables et ne se limitait pas à des hommes politiques, « qui de toute façon s’efforçaient constamment d’encourager les relations avec la RDA »36. Le SED était parvenu à parachever l’institutionnalisation réciproque des relations et à établir des contacts à un niveau toujours plus élevé. Dans le camp gaulliste, c’était certainement aussi par réflexe vis-à-vis de l’Underdog37, que l’on éprouvait d’office de la sympathie à l’égard de la RDA et qu’on la faisait sortir graduellement de son isolement.

  • 38 Raymond Schmittlein (1904-1974), germaniste, rejoignit très tôt la France libre et se vit confier e (...)
  • 39 Cf. informations de la représentation commerciale de la RDA à Paris au sujet de l’attitude du gouve (...)
  • 40 Cf. Notre République, 15 décembre 1967.

25Soulignons le fait que petit à petit, les hommes politiques de troisième rang ne furent plus les seuls à venir en RDA, ce que les dirigeants du SED trouvèrent particulièrement encourageant. La visite de Raymond Schmittlein, membre de l’UNR et collaborateur très proche de De Gaulle38, en novembre 1967, conforta le SED dans l’idée qu’un contact avec des membres du gouvernement français était imminent. Schmittlein fit un compte rendu de ses entretiens personnels avec de Gaulle, Louis Joxe, ministre de la Justice et Couve de Murville, ministre des Affaires étrangères, au sujet des relations France-RDA : il avait acquis la conviction que de Gaulle allait s’efforcer d’amener la RFA à une reconnaissance de droit, ou au moins de fait. De Gaulle aurait escompté, grâce à une telle avancée, des progrès dans la perspective de la réunification allemande et d’un système de sécurité européen. Cependant le Général aurait clairement expliqué qu’il n’entreprendrait aucun geste spectaculaire vis-à-vis de la RDA, tant que les relations entre elle et la République fédérale ne seraient pas normalisées. Il aurait souhaité soutenir par là la nouvelle politique ouest-allemande à l’égard des pays d’Europe de l’Est39. Jacques Debu-Bridel, rédacteur en chef de Notre République, la revue officielle de l’UNR, se prononça lors de sa visite à Berlin-Est en décembre 1967 pour le maintien du statu quo en Europe et critiqua à plusieurs reprises le maintien de la doctrine Hallstein par la République fédérale. Il décrivit les évolutions économiques en RDA comme un miracle économique du niveau de celui d’Erhard et chanta les louanges du profond pacifisme en RDA, conséquence de l’éducation antifasciste et démocratique.40

  • 41 Cf. G. Ziebura (note 21), pp. 195 ss.
  • 42 Cf M. Vaïsse (note 19), p. 588.
  • 43 Cf. Willy Brandt : Erinnerungen, Berlin, Siedler, 1999, p. 220.
  • 44 Cf. G. Ziebura (note 21), pp. 199 s.
  • 45 Cf. Knut Linsel : Charles De Gaulle und Deutschland, Sigmaringen, Thorbecke, 1998, p. 248.

26Tant les voyages des proches de De Gaulle que les déclarations publiques en faveur de l’existence de la RDA ou encore les commentaires positifs sur l’évolution l’État est-allemand, tout cela montrait que, côté français, on était de moins en moins disposé à accepter la prétention de Bonn à une représentation exclusive. Et ce d’autant moins que, dans la deuxième moitié de l’année 1967, une nouvelle crise se déclencha dans les relations franco-ouest-allemandes. De Gaulle avait accordé son soutien à l’Ostpolitik et à la Deutschlandpolitik de la République fédérale, à condition que Bonn se convertît à sa propre politique anti-américaine, concrétisée, entre autres, par le retrait de la France de la structure militaire du Pacte Atlantique.41 Le sommet de la crise fut atteint lorsque, à la suite de l’écrasement du Printemps de Prague, Kiesinger et de Gaulle se brouillèrent sérieusement. Paris reprocha à Bonn une politique aventureuse vis-à-vis de l’Europe de l’Est et la tint pour responsable de l’intervention militaire.42 De Gaulle et certains membres de son gouvernement accusèrent en premier lieu la République fédérale d’avoir provoqué une démonstration de force de la part des autres États du Pacte de Varsovie en établissant des relations diplomatiques avec la Roumanie et la Yougoslavie, brebis galeuses au sein du bloc de l’Est, et par sa politique commerciale « agressive ».43 La République fédérale aurait, par cette politique de division, lancé un défi à l’Union soviétique, qui aurait répondu par une opération militaire pour consolider sa domination sur son champ de domination.44 Dans un entretien avec Kiesinger, de Gaulle fit comprendre qu’à ses yeux, la réaction de Moscou était motivée par la crainte de se voir agressée dans le dos par la RFA dans un conflit militaire imminent avec la Chine. 45

  • 46 Cf. W. Link (note 13), p. 1721.
  • 47 Cf. Internationale Rahmenbedingungen der Deutschlandpolitik 1949-1989, in : Materialien der Enquête (...)

27Les violents démêlés entre Paris et Bonn, déclenchés par la tragédie de Prague n’étaient cependant pas tellement dus à la politique de la République fédérale vis-à-vis de la Tchécoslovaquie : cette politique se distinguait, comme le souligne Werner Link46, plutôt par sa prudence, afin de ne pas être accusée ni d’ingérence ni de co-responsabilité. Ces querelles étaient en fait l’expression de profonds différends entre les deux pays dans d’autres domaines politiques. La preuve en est que les deux gouvernements tirèrent les mêmes conséquences de ces événements. Du côté français, l’entrée des troupes du Pacte de Varsovie était un « accident de parcours sur le chemin de la détente », comme le formula Michel Debré, ancien ministre des Affaires étrangères.47 De la même façon, Kiesinger ainsi que Brandt ne virent là aucune remise en cause de la politique de détente et se prononcèrent pour la mise en œuvre d’un système de paix européen. Le président du SPD écrit dans ses Mémoires :

  • 48 W. Brandt (note 43), p. 222.

« Mais existait-il alors une alternative raisonnable à la voie de la détente ? À Bonn, nous nous disions, au-delà du groupe des dirigeants de mon parti, que ni la Tchécoslovaquie ni qui que ce fût d’autre n’aurait pu tirer profit d’un retour à la confrontation directe. »48

  • 49 Cf. les entretiens entre Kurt-Georg Kiesinger, Willy Brandt, Charles De Gaulle, Maurice Couve de Mu (...)
  • 50 G. Ziebura (note 21), p. 201.
  • 51 Cf. M. Vaïsse (note 19), pp. 588s.

28Les tensions entre Paris et Bonn, consécutives à l’intervention militaire en Tchécoslovaquie49, traduisirent en premier lieu sur les inquiétudes françaises face à l’essor économique en Allemagne de l’Ouest. La crise de mai 1968 avait nettement affaibli la position de la France vis-à-vis de son voisin. Le franc montrait des signes de faiblesse, à tel point que le « Club des Dix » (Regroupement des dix pays les plus industrialisés du monde) se réunit et exigea de la Grande Coalition que le mark soit réévalué afin de soutenir le système monétaire international. La République fédérale de son côté refusa et se prononça pour une dévaluation de la monnaie française. Menée par Schiller et Strauß, cette « politique sans scrupules dictée par l’intérêt national »50 ne fit pas qu’empêcher l’assainissement du système monétaire international, elle brusqua surtout la France, d’où fusèrent immédiatement des voix nationalistes que l’on croyait pourtant éteintes. En fait, une question surtout orienta la discussion : combien de temps encore, l’Allemagne, grande puissance économique en Europe, allait se contenter du rôle de nain politique.51

  • 52 Cf. Georges-Henri Soutou : L’alliance incertaine. Les rapports politico-stratégiques franco-alleman (...)
  • 53 Cf. Raymond Poidevin/Jacques Bariéty : Les relations franco-allemandes 1815-1975, Paris, Colin, 197 (...)

29Il était à ce moment-là évident pour tout le monde que l’équilibre politique et économique entre les deux pays avait évolué. Le statut de puissance atomique de la France ne pouvait rien y changer. La République fédérale devenait la plus grande puissance économique d’Europe de l’Ouest et, pour cette raison, était en passe d’être l’interlocuteur principal de Washington et de Moscou. Georges-Henri Soutou en conclut donc que la République fédérale avait alors pris la place dont de Gaulle avait toujours rêvé pour la France.52 Ainsi, même lors des rencontres régulières entre les dirigeants politiques des deux pays, l’ambiance devint de plus en plus glaciale.53

  • 54 Cf. Wilhelm Bleek/Rainer Bovermann : « Die Deutschlandpolitik der SPD/FDP-Koalition 1969-1982 », in (...)
  • 55 Cf. estimation relative à l’évolution de la politique étrangère française après le 21 août 1968 et (...)
  • 56 Cf. U. Pfeil (note 4), p. 554 ss.

30Conformément à la vision marxiste-léniniste du monde, qui, en sus des autres formes de combat politique, enseignait la mise à profit des conflits et frictions au sein du camp ennemi54, la RDA dirigea son attention sur le potentiel de conflit inhérent aux relations franco-ouest-allemandes. Le régime du SED était de plus en plus admis comme une réalité en France, les déclarations des hommes politiques français lors de leurs voyages en Allemagne de l’Est étaient encourageantes : Berlin-Est en conclut que Paris pouvait utiliser la RDA comme « moyen de menace et de pression » contre Bonn55. Parmi tous les pays d’Europe de l’Ouest, la France paraissait pour le moment offrir les meilleures conditions pour faire avancer la politique de reconnaissance du SED. Ce dernier approfondit dès lors ses liens avec l’EFA et chercha à élargir les bases d’un « mouvement de reconnaissance », afin d’augmenter de l’intérieur, la pression sur le gouvernement français.56

  • 57 Cf. C. Klessmann (note 15), p. 456.
  • 58 Note du MAE concernant les jumelages entre des communes françaises et est-allemandes du 11 juillet (...)
  • 59 Note de la Direction Europe centrale pour M. Pagniez (Direction de la Section Europe au MAE) du 14 (...)
  • 60 Cf. note de la Direction Europe centrale pour le Cabinet du ministre des Affaires étrangères du 5 s (...)

31L’exemple du règlement du trafic touristique depuis la RDA vers les pays de l’Ouest laissait envisager que cette tactique pouvait être couronnée de succès. Afin de réglementer les voyages, les alliés occidentaux avaient organisé l’Allied Travel Board qui accordait57 des visas aux voyageurs de RDA vers les pays qui n’avaient pas reconnu le deuxième État allemand. Le ministère français des Affaires étrangères adressait donc toujours les demandes des communes françaises pour l’entrée de délégations municipales est-allemandes à l’institution alliée. Cette dernière délivrait une autorisation de séjour à durée déterminée à la délégation est-allemande, lorsque celle-ci n’avait pas de caractère politique. Cette réglementation fut appliquée de façon très stricte jusque dans les années 60, mais après la libéralisation en juin 1969, il ne resta pratiquement plus aucun moyen pour les autorités françaises, d’empêcher les voyages de délégations municipales vers la France. Certaines communes françaises firent du coup pression sur le ministère des Affaires étrangères afin de faciliter les jumelages avec des communes est-allemandes. Ne pouvant plus s’abriter derrière l’Allied Travel Board, le Quai d’Orsay dut se contenter d’indiquer qu’il déconseillait les jumelages avec des villes de pays officiellement non reconnus par la France. Il se retrouvait dans une situation embarrassante, car s’il continuait à refuser systématiquement les visas, il pouvait s’attendre à une campagne publique de la presse communiste contre cette pratique et aurait été le seul fautif sur le banc des accusés. D’un autre côté, il redoutait, en cas d’abandon d’une position ferme, la multiplication des manifestations pour la reconnaissance de la RDA, car le 20e anniversaire de sa fondation approchait à grands pas et l’EFA voulait organiser un grand programme festif. La France essayait de ne pas donner l’impression de s’écarter de la position du bloc de l’Ouest et donc de reconnaître la RDA de facto, et décida de s’entretenir avec les Britanniques, puis d’observer l’attitude des autres pays de l’OTAN.58 Pour la Grande-Bretagne, la situation ne présentait cependant aucune urgence, car la RDA ne disposait pas sur les îles britanniques d’un potentiel de soutien, comme en France. Le Foreign Office pouvait donc se permettre de reporter sa décision sur la question au lendemain des élections du Bundestag de 1969, afin de résoudre alors le problème en accord avec la position ouest-allemande. Le gouvernement français se rallia à cette position dans l’été 1969 et laissa en sommeil pour le moment, les demandes des villes françaises.59 Un mois plus tard, il se décida pourtant à consulter le ministre des Affaires étrangères ouest-allemand, Willy Brandt.60 Lors de cet entretien du 9 septembre 1969, Brandt se prononça contre un cordon sanitaire envers les Allemands de l’Est. En cela, le président du SPD faisait déjà à un niveau inférieur des concessions, qu’il étendit au niveau gouvernemental après sa conquête de la chancellerie. Il était conscient qu’un maintien de la politique en cours – atténuation des conséquences de la division pour les personnes et en même temps non-reconnaissance politique de la RDA – n’était plus admissible pour les alliés, parce qu’ils ne pouvaient plus suivre cette politique pour des raisons intérieures et extérieures, et ne le voulaient pas non plus.

4. Conclusion

  • 61 Cf . H. Potthoff (note 6), p. 59

32Bien que la Grande Coalition ait entrepris des démarches dans ce sens – elle ne niait plus l’existence de la RDA et s’était alignée avec le concept de « politique de prise en compte » sur la tendance à la détente menée par l’Ouest –, les progrès opérationnels dans la Deutschlandpolitik se faisaient attendre. En ne pouvant se résoudre à reconnaître le statu quo sur l’existence de deux États allemands, la Grande Coalition réduisait elle-même sa propre marge de manœuvre. Selon Potthoff, « les barrières et blocages à l’Est » empêchaient une avancée61; il convient néanmoins d’admettre cet avis sous réserve. La reconnaissance de droit de la RDA restait un tabou et la Grande Coalition n’avait toujours pas trouvé l’étroite marge dans laquelle une politique opérationnelle aurait été de nouveau possible, sans céder sur l’essentiel : cela provoqua donc une démarcation renforcée côté Est. L’absence de légitimité de la RDA à l’intérieur du pays et les efforts de réforme en Tchécoslovaquie firent apparaître au grand jour les points faibles de l’Est. C’est l’intervention militaire à Prague et la « doctrine Brejnev », limitant la souveraineté et la liberté d’action des pays du bloc de l’Est, qui engendrèrent au sein de la zone d’influence soviétique un niveau de stabilité permettant une nouvelle ouverture vers l’Ouest dans les années suivantes. Avec la fin de la « politique d’évitement » du gouvernement Erhard et la proclamation d’une « politique de prise en compte », Kiesinger et Brandt avaient sans aucun doute proposé une nouvelle inflexion et décidé ainsi d’importantes orientations, de sorte que la coalition sociale-libérale pût, à partir de 1969, entamer sa « nouvelle politique » de façon très dynamique. Mais l’échec de la « politique de prise en compte » avait aussi montré au gouvernement, qu’il ne pouvait plus éviter la reconnaissance de la RDA et que son propre camp devait évoluer, afin d’obtenir un nouveau champ d’action opérationnel. Cet échec fut tout de même à l’origine d’un processus de réflexion, chez les hommes politiques de la CDU également : il fallait accepter pour le moment la division de l’Europe, et donc de l’Allemagne, afin de pouvoir la surmonter plus tard.

33Pour lors, il ne pouvait encore s’agir que de freiner ou selon le cas d’empêcher une vague de reconnaissance en faveur de la RDA. Il fallait aussi pour la République fédérale reprendre elle-même l’initiative de la gestion des affaires, afin de mener sur la base d’une position renforcée, les discussions avec la RDA et l’Union soviétique lors des pourparlers internationaux en suspens. Pour ce faire, la République fédérale était à la merci de la bienveillance et du soutien de la France, ce qui rassurait toujours Paris, du fait de la sensibilité ouest-allemande en ce qui concerne la question allemande. Des gestes irréfléchis et précipités envers la RDA auraient affaibli la situation de départ de la République ouest-allemande, et auraient augmenté les chances du SED d’imposer toutes ses exigences.

  • 62 Cf. M. Vaïsse (note 19), pp. 591 s.

34De Gaulle était assez avisé pour ne pas entrer dans ce jeu-là. Il était lui-même tributaire de son partenaire ouest-allemand, après s’être marginalisé en Europe occidentale, de par sa « politique de la chaise vide ». De cet isolement croissant, il ne pouvait sortir qu’avec la République fédérale à ses côtés. Il en était de même pour sa volonté de transcender la bipolarité du monde et de renforcer la position de l’Europe (de l’Ouest). À la fin des années 60, il était de plus en plus évident pour un observateur attentif, que de Gaulle ne serait pas en mesure de combler seul le fossé qui existait entre ses prétentions en matière de politique mondiale et ses capacités réelles : il restait à la merci de la bonne coopération de ses partenaires ouest-allemands. Bien que la deuxième moitié de la présidence du Général fut plus marquée par des crises que par des convergences de vues entre Bonn et Paris, de Gaulle observa avec satisfaction peu avant son retrait des affaires, qu’un sentiment de solidarité et une communauté d’intérêts, reposant sur une entente explicite ou tacite, étaient nés petit à petit entre les deux partenaires tout au long des trente années écoulées.62

  • 63 Cf. lettre de Hermann Axen à Erich Honecker du 15 juin 1970 sur la conception de l’entretien confid (...)
  • 64 Cf. analyse annuelle pour l’année 1967 de la chambre de commerce extérieur de la RDA en France du 1 (...)

35Le SED misa en premier lieu, comme atout pour sa politique de reconnaissance vis-à-vis de la France, sur les crises répétées au sein du couple franco-allemand et spécula sur un divorce à plus ou moins long terme. Il voulait utiliser à ses propres fins les divergences récurrentes entre la politique de la République fédérale et celle de la France : il menait une politique destructrice. Dans les documents internes, on répétait rituellement que le Traité de l’Élysée n’avait pas répondu aux attentes du général de Gaulle et que l’Europe ne s’était pas élevée au rang de troisième puissance mondiale sous direction française.63 La direction du SED conservait l’espoir de pouvoir exploiter cette déception du chef d’État français au service de sa propre reconnaissance internationale. Le grand nombre de voyages de parlementaires français et leurs réactions le plus souvent positives sur leurs séjours en RDA encourageaient le SED dans cette perception des choses. En cela cependant, il méconnaissait surtout le pourquoi des déclarations élogieuses des gaullistes. Pour eux, l’existence de l’État est-allemand représentait quelque chose de positif, uniquement parce que d’une part, cela empêchait l’existence d’une Allemagne unifiée et puissante, et d’autre part parce que cela engageait, dans sa politique à l’Est et sa Deutschlandpolitik, la République fédérale vis-à-vis de la France : toutes deux étaient pour l’instant dans une grande mesure tributaires l’une de l’autre, dans la poursuite de leurs intérêts respectifs. Les diverses réactions bienveillantes de la France vis-à-vis du régime du SED devaient donc toujours être interprétées comme des moyens de brider les ambitions d’une République fédérale en plein développement économique et politique, et selon le cas, d’associer ces mêmes ambitions aux intérêts français. On comprend donc pourquoi Paris fut toujours intransigeant vis-à-vis de la RDA, lorsque d’autres questions politiques accaparaient les relations franco-ouest-allemandes. Quand les positions des deux pays à propos de l’élargissement de la CEE (entrée de la Grande-Bretagne) se heurtèrent frontalement, Paris ne voulut pas aggraver encore la situation par une mise en valeur de la RDA. Pour preuve un signe extérieur : le gouvernement français revenait à une pratique plus restrictive quant à l’exposition des symboles de la RDA dans les foires et à la question de la dénomination de la représentation est-allemande à Paris.64 Dans cette configuration des puissances, le SED surestima toujours le champ d’action de de Gaulle en matière de politique extérieure et allemande et sous-estima, à l’inverse, la disposition au compromis des pays occidentaux entre eux.

36Bien plus réaliste, le ministre-président néerlandais, Piet de Jong analysa ainsi le champ d’action du chef d’État français vis-à-vis de la République fédérale et de la RDA, à une époque où les relations entre Bonn et Paris traversaient une nouvelle crise en raison de la politique européenne de la France :

« Il [de Jong ; U.P.] se demande s’il ne serait pas possible à la politique allemande de se détacher un peu de la France et de renforcer ses liens avec les cinq. De Gaulle serait, selon lui, un réaliste qui saurait s’adapter à la nouvelle donne, si nécessaire. Qu’une politique telle qu’il l’avait esquissée aboutisse à des résultats ou pas, un étroit rapprochement allemand vis-à-vis des cinq était de toute façon nécessaire pour lui. Si de Gaulle voulait face à cette politique jouer la carte de la reconnaissance de la RDA, il se rendrait tout simplement ridicule aux yeux de tout le monde. »

Notes

1 Cf. Peter-Christian Ludz : « Maximen und Möglichkeiten der Außenpolitik der DDR in den siebziger Jahren », in : DA 4 (1971) Sonderheft, p. 3 ; Benno-Eide Siebs : Die Außenpolitik der DDR 1976-1989, Paderborn, Schöningh, 1999, pp. 43 ss. ; Ingrid Muth : Die DDR-Außenpolitik 1949-1972. Inhalte, Strukturen, Mechanismen, Berlin, Ch. Links, 2000.

2 Cf. Ulrich Pfeil : « Les réactions de la RDA à la création de l’OFAJ », in : Documents 52 (1997) 4, pp. 72-79.

3 Cf. Ulrich Pfeil : « Culture et politique en RDA 1945-1990 », in : Documents 54 (1999) 1, pp. 25 ss. ; ibid. : « La centralisation de la politique culturelle extérieure de la RDA vis-à-vis de la France », in : Documents 54 (1999) 1, pp.43-49 ; Werner Scholz : « Rahmenbedingungen und Praxis systemübergreifender Wirtschaftsbeziehungen vor der diplomatischen Anerkennung der DDR durch Frankreich (1945-1957) », in : id. (éd.) : Aspekte der deutsch-französischen Wirtschaftsbeziehungen, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1993, pp. 30-62 ; id. : « Zu den Wirtschaftsbeziehungen zwischen Frankreich und der DDR (1958-1965) », in : Revue d’Allemagne 25 (1993) 4, pp. 589-599.

4 Cf. Ulrich Pfeil : « Die Frankreich-Politik der DDR 1949-1969 », in : Heiner Timmermann (éd.) : Die DDR - Erinnerung an einen untergegangenen Staat, Berlin, Duncker & Humblot, 1999, pp. 527-560.

5 Cf. Wilfried Loth : « Deutschland im Kalten Krieg. Strategien und Entscheidungen », in : APuZ B 39-40/1999, pp. 3-11.

6 Cf. Heinrich Potthoff : Im Schatten der Mauer. Deutschlandpolitik 1961 bis 1990, Berlin, Propyläen, 1999, pp. 55 ss.

7 Cf. Werner Link : « Der lange Weg zum ‘geregelten Nebeneinander’. Die Deutschlandpolitik der Bundesrepublik Mitte der sechziger bis Mitte der siebziger Jahre », in : Christoph Klessmann e.a. (éds.) : Deutsche Vergangenheiten - eine gemeinsame Herausforderung. Der schwierige Umgang mit der doppelten Nachkriegsgeschichte, Berlin, Ch. Links, 1999, pp. 98 s. ; H. Potthoff (note 6), pp. 57 s.

8 Heinrich Potthoff : Bonn und Ost-Berlin 1969-1982. Dialog auf höchster Ebene und vertrauliche Kanäle. Darstellung und Dokumente, Bonn, Dietz, 1997, p. 20.

9 « Note du secrétaire d’État Karl Carstens du 17 octobre 1966 », in : Akten zur Auswärtigen Politik der Bundesrepublik Deutschland (AAPD), 1966 II, n° 333, p. 1380.

10 Cf. Gregor Schöllgen : Die Außenpolitik der Bundesrepublik Deutschland. Von den Anfängen bis zur Gegenwart, Munich, Beck, 1999, p. 85.

11 Werner Link : « Westbindung und Ostverbindungen - Die außenpolitische Staatsraison der Bundesrepublik Deutschland », in : Peter März (éd.) : 40 Jahre Zweistaatlichkeit in Deutschland. Eine Bilanz, Munich, Olzog, 1999, p. 100.

12 Cf. Christian Hacke : Die Außenpolitik der Bundesrepublik Deutschland. Weltmacht wider Willen ?, Berlin, Ullstein, 1997, pp. 133 s. ; G. Schöllgen (note 10), pp. 87 s.

13 Werner Link : « Die Deutschlandpolitik der Bundesregierungen Erhard und der Großen Koalition », in : Materialien der Enquete-Kommission « Aufarbeitung von Geschichte und Folgen der SED-Diktatur in Deutschland », édité par Deutscher Bundestag, Vol. V, 2, Baden-Baden, Nomos, 1995, p. 1722.

14 H. Potthoff (note 6), p. 58.

15 Cf. Christoph Klessmann : Zwei Staaten, eine Nation. Deutsche Geschichte 1955-1970, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, Vol. 342, 19972, p. 230.

16 Cf. W. Link (note 13), p. 1737.

17 Jürgen Schwarz : « Die Deutschlandfrage in der französischen Politik », in : DA 2 (1969) 12, p. 1250 ; Wilfried Loth : Helsinki, 1. August 1975. Entspannung und Abrüstung, Munich, dtv, 1998, p. 120.

18 Cf. Andreas Wilkens : Der unstete Nachbar. Frankreich, die deutsche Ostpolitik und die Berliner Vier-Mächte-Verhandlungen 1969-1974, Munich, Oldenbourg, 1990, p. 26 ; Jacques Bariéty : « Die französisch-sowjetische Annäherung. De Gaulles Reise nach Moskau im Jahre 1966 und die ‘Deutsche Frage’ », in : Peter R. Weilemann/ Hanns Jürgen Küsters/Günter Buchstab (éds.) : Macht und Zeitkritik. Festschrift für Hans-Peter Schwarz zum 65. Geburtstag, Paderborn, Schöningh, 1999, pp. 243-254.

19 Cf. Maurice Vaïsse : La grandeur. Politique étrangère du général de Gaulle 1958-1969, Paris, Fayard, 1998, pp. 583 ss.

20 Cf. Gerhard Wettig : « Sowjetische Deutschlandpolitik vom Kriegsende bis zum Ende des Kalten Krieges », in : Peter März (éd.) : 40 Jahre Zweistaatlichkeit in Deutschland. Eine Bilanz, Munich, Olzog, 1999, p. 89.

21 Cf. Gilbert Ziebura : Die deutsch-französischen Beziehungen seit 1945. Mythen und Realitäten, Stuttgart, Neske, 1997, p. 190.

22 AdG, 20 janvier 1967, p. 12944.

23 Cf. « M. Couve de Murville explique pourquoi la France n’a pas reconnu l’Allemagne de l’Est », in : Le Monde, 20 janvier 1967 ; Frank Wesemann : « Ulbricht erregt Anstoß in Paris. Ost-Berlin wird zum Störenfried in der Entspannungspolitik », in : Frankfurter Rundschau, 28 janvier 1967.

24 « L’Allemagne de l’Est déplore ‘l’inconséquence’ de la politique française à son égard », in : Le Monde, 28 janvier 1967.

25 Cf. lettre du Gouvernement militaire français à Berlin au MAE du 31 janvier 1967 ; MAE, EU, RDA 61-70, 188.

26 Cf. rapport du 23 février 1967 sur les problèmes principaux de l’évolution de la politique étrangère et des relations économique extérieures de la RDA pour l’avenir ; SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/202/407.

27 Cf. « Ulbricht jetzt an zwei Fronten. Die deutsch-französische Zusammenarbeit stört sein Konzept », in : Saarbrücker Landeszeitung, 28 janvier 1967.

28 Cf. W. Link (note 13), pp. 1720 s.

29 Cf. Jochen Staadt : Die geheime Westpolitik der SED 1960-1970. Von der gesamtdeutschen Orientierung zur sozialistischen Nation, Berlin, Akademie-Verlag, 1993, pp. 231 s.

30 Cf. Klaus Hildebrand : « ’Atlantiker’ versus ‘Gaullisten’. Zur Außenpolitik der Bundesrepublik Deutschland während der sechziger Jahre », in : Revue d’Allemagne 22 (1990) 4, p. 589.

31 Cf. Manuela Gibas : Deutschlandpolitik in der öffentlichen Meinung, Opladen, Leske & Budrich, 1999, pp. 238 ss.

32 Armin Mitter/Stefan Wolle : Untergang auf Raten. Unbekannte Kapitel der DDR-Geschichte, Munich, Goldmann, 1993, p. 162.

33 Cf. Manfred Görtemaker : Geschichte der Bundesrepublik Deutschland. Von der Gründung bis zur Gegenwart, Munich, Beck, 1999, p. 465.

34 Cf. G. Ziebura (note 21), p. 190.

35 AdG, 15 septembre 1967, p. 13414.

36 Friedhelm B. Meyer zu Natrup : « Die Beziehungen zwischen der DDR und Frankreich », in : Hans-Joachim Veen/Peter R. Weilemann (éds.) : Die Westpolitik der DDR. Beziehungen der DDR zu ausgewählten westlichen Industriestaaten in den 70er und 80er Jahren, Melle, Knoth, 1989, p. 59.

37 Walter Schütze : « Frankreich », in : Hans-Adolf Jacobsen e.a. (éds.) : Drei Jahrzehnte Außenpolitik der DDR. Bestimmungsfaktoren, Instrumente, Aktionsfelder, Munich/Vienne, Oldenbourg, 1980, p. 492.

38 Raymond Schmittlein (1904-1974), germaniste, rejoignit très tôt la France libre et se vit confier en 1945 la direction de l’Éducation du gouvernement militaire français en Allemagne. Il resta à la tête des services éducatifs et culturels français en Allemagne jusqu’en 1951, date à laquelle il fut élu député gaulliste au Parlement. Déjà au colloque des EFA en novembre 1961, Raymond Schmittlein s’était prononcé pour la reconnaissance de la RDA (Deutsche Zeitung und Wirtschafts-Zeitung, 28 novembre 1961). Il renouvela cette revendication lors d’une manifestation de l’Association France-URSS en 1962 (ADN, 18 janvier 1962).

39 Cf. informations de la représentation commerciale de la RDA à Paris au sujet de l’attitude du gouvernement français face à l’évolution des relations entre la France et la RDA, 16 novembre 1967, SAPMO-BArch, NY 4182/1315, f. 117-120.

40 Cf. Notre République, 15 décembre 1967.

41 Cf. G. Ziebura (note 21), pp. 195 ss.

42 Cf M. Vaïsse (note 19), p. 588.

43 Cf. Willy Brandt : Erinnerungen, Berlin, Siedler, 1999, p. 220.

44 Cf. G. Ziebura (note 21), pp. 199 s.

45 Cf. Knut Linsel : Charles De Gaulle und Deutschland, Sigmaringen, Thorbecke, 1998, p. 248.

46 Cf. W. Link (note 13), p. 1721.

47 Cf. Internationale Rahmenbedingungen der Deutschlandpolitik 1949-1989, in : Materialien der Enquête-Kommission « Aufarbeitung von Geschichte und Folgen der SED-Diktatur in Deutschland », édité par le Deutscher Bundestag, vol. V, 1, Baden-Baden, Nomos, 1995, p. 152.

48 W. Brandt (note 43), p. 222.

49 Cf. les entretiens entre Kurt-Georg Kiesinger, Willy Brandt, Charles De Gaulle, Maurice Couve de Murville et Michel Debré les 27 et 28 septembre 1968, AAPD 1968II, n° 312, 318, 322, pp. 1200ss.

50 G. Ziebura (note 21), p. 201.

51 Cf. M. Vaïsse (note 19), pp. 588s.

52 Cf. Georges-Henri Soutou : L’alliance incertaine. Les rapports politico-stratégiques franco-allemands, 1954-1996, Paris, Fayard, 1996, p. 309.

53 Cf. Raymond Poidevin/Jacques Bariéty : Les relations franco-allemandes 1815-1975, Paris, Colin, 1977, p. 339.

54 Cf. Wilhelm Bleek/Rainer Bovermann : « Die Deutschlandpolitik der SPD/FDP-Koalition 1969-1982 », in : Materialen der Enquete-Komission « Aufarbeitung von Geschichte und Folgen der SED-Diktatur in Deutschland », édité par le Deutscher Bundestag, vol. V, 2, Baden-Baden, Nomos, 1995, p. 1156.

55 Cf. estimation relative à l’évolution de la politique étrangère française après le 21 août 1968 et de l’état des relations et des projets pour l’évolution à long terme des relations entre la RDA et la France jusqu’en 1975, 9 avril 1969 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV A2/20/466.

56 Cf. U. Pfeil (note 4), p. 554 ss.

57 Cf. C. Klessmann (note 15), p. 456.

58 Note du MAE concernant les jumelages entre des communes françaises et est-allemandes du 11 juillet 1969 ; MAE, EU, RDA, 61-70, 195

59 Note de la Direction Europe centrale pour M. Pagniez (Direction de la Section Europe au MAE) du 14 août 1969 ; MAE, EU, RDA 61-70, 195.

60 Cf. note de la Direction Europe centrale pour le Cabinet du ministre des Affaires étrangères du 5 septembre 1969 concernant les jumelages entre des communes françaises et est-allemandes ; MAE, EU, RDA 61-70, 195.

61 Cf . H. Potthoff (note 6), p. 59

62 Cf. M. Vaïsse (note 19), pp. 591 s.

63 Cf. lettre de Hermann Axen à Erich Honecker du 15 juin 1970 sur la conception de l’entretien confidentiel avec le ministre des Affaires étrangères Schumann ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/095, f. 1-12

64 Cf. analyse annuelle pour l’année 1967 de la chambre de commerce extérieur de la RDA en France du 15 janvier 1968 ; PA/AA, Bestand MfAA, C 362/73.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540