Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Les relations politiques entre la RDA et la France

La place de la France dans la stratégie diplomatique de la RDA (1949-1961)

Pierre Jardin

Texte intégral

  • 1 Pierre Guillen : La question allemande - 1945 à nos jours, Paris, Imprimerie nationale, 1996, p. 40

1Les divergences apparemment insurmontables apparues entre les puissances occidentales d’un côté et l’URSS de l’autre aboutissent en 1949, on le sait, à la naissance de deux entités allemandes, la République fédérale d’un côté, la République démocratique de l’autre, « deux États, ou plutôt deux pseudo-États, car chacun d’eux ne dispose que d’une souveraineté très limitée. »1 La République démocratique allemande (RDA), proclamée le 7 octobre 1949, est rapidement reconnue par les « pays socialistes » et peut ainsi commencer à établir un système de relations avec l’extérieur qui s’appuie en priorité sur le bloc des satellites de l’URSS. Cela n’exclut évidemment pas, bien au contraire, des tentatives en direction des « pays non-socialistes », c’est-à-dire faisant partie du système regroupé autour des États-Unis. C’est un des aspects de cette démarche, la question des relations avec la France, et la signification qu’on peut lui attribuer, qui nous intéresse ici. L’analyse portera sur les années qui vont de la fondation de la RDA au début des années soixante.

  • 2 Télégrammes N° 790 - 793 à l’attention de l’ensemble des postes diplomatiques ; MAE, EU 44-60, ALL, (...)
  • 3 Direction générale politique. Europe, dépêche N° 487/EU pour le ministère des Finances, 3.7.1958 ; (...)
  • 4 Direction générale politique. Europe, dépêche pour Moscou, Bucarest, Budapest, Varsovie, Sofia et T (...)
  • 5 Mais les documents montrent qu’il y eut des tentatives de contact avec les communistes américains, (...)

2On relèvera d’abord que les tentatives faites par la RDA pour nouer des liens avec les pays « non-socialistes » se heurtent à des fins de non-recevoir systématiques. L’attitude des pays occidentaux a en effet été définie presque immédiatement, dès le début de 1949, comme celle du refus pur et simple de la reconnaissance.2 Cette attitude de non-reconnaissance reste pendant toute la période considérée « un des principes fondamentaux de la position occidentale sur la question allemande. »3 Pour éviter toute faille dans le système, les représentants des trois grandes puissances occidentales à Bonn maintiennent entre eux une concertation étroite et le Quai d’Orsay rappelle régulièrement aux postes diplomatiques situés dans les pays de l’Est l’attitude qui doit être adoptée au cas où une communication en provenance de l’Allemagne de l’Est leur serait transmise, soit directement, soit par la poste, soit par l’entremise du ministère des Affaires étrangères du pays de leur résidence.4 Le régime allemand de l’Est multiplie néanmoins avec constance les tentatives d’ouverture, privilégiant à l’évidence les trois vainqueurs occidentaux de l’Allemagne, comme le montre un simple coup d’œil sur les répertoires des archives du SED – qui a exercé un pouvoir sans partage sur la SBZ/RDA de sa naissance à sa fin – archives déposées à la Stiftung Archiv der Parteien und Massenorganisationen der DDR im Bundesarchiv (SAPMO-BArch). Encore faut-il établir une nuance. Les États-Unis, où les communistes sont très marginalisés, sont assez nettement négligés5. La Grande-Bretagne au contraire, et surtout la France, sont l’objet d’une attention soutenue de la part des responsables de la politique extérieure de la RDA.

3Sans doute faudrait-il se livrer à une étude comparative de l’attitude adoptée à l’égard de ces deux pays. À défaut, on peut se limiter à hasarder l’idée que la place qui leur est reconnue ne doit rien au hasard. Toutes deux font partie des puissances qui, après la capitulation du IIIe Reich, sont détentrices de droits sur l’Allemagne dans son ensemble et sur Berlin, toutes deux aussi peuvent vouloir définir une politique allemande qui ne s’alignera pas forcément sur la politique des États-Unis. La France, plus particulièrement, est, de toutes, celle qui a le plus intérêt à voir s’établir un ordre de paix fondé sur un traité signé avec une Allemagne régénérée, parce qu’elle a été trois fois en moins d’un siècle victime d’une agression de la part de son voisin allemand. Ce fait la désigne pour être l’objet d’une attention spécifique de la part d’une Allemagne démocratique (au sens où le terme est entendu à l’Est), qui se présente comme l’antinomie absolue de l’Allemagne impérialiste et militariste du passé.

1. Stratégie et marges de manœuvre dans la politique extérieure de la RDA

4Cela dit, aborder le sujet de la diplomatie de la RDA au tout début de son existence pose au moins trois questions.

5La première est de savoir si le régime né dans la zone d’occupation soviétique dispose d’une autonomie, si faible soit-elle, vis-à-vis de son protecteur. On ne peut exclure – mais ceci reste évidemment du domaine des hypothèses, tant que des études plus précises n’auront pas été menées – que la RDA ait pu conquérir progressivement une véritable capacité à définir une politique extérieure propre et une réelle latitude dans le choix des moyens. Quoi qu’il en soit, il paraît difficile de ne pas admettre que, dans les premières années de son existence, la RDA n’a pu être autre chose que l’exécutant d’une politique dont les orientations sont décidées ailleurs et dont les consignes d’exécution lui sont transmises par les représentants sur place de l’URSS. Si donc il y a diplomatie, il y a diplomatie déléguée (voir l’article de Gerhard Wettig dans cet ouvrage).

6La deuxième question est celle des buts de cette diplomatie. La reconnaissance du régime et de l’État est-allemand est sans doute un de ces buts. Rien ne dit que ce soit le seul, ni le principal et que la question de la RDA en tant qu’entité particulière n’ait pas été plus ou moins secondaire par rapport au problème de l’Allemagne dans son ensemble qui reste le vrai problème (voir l’article de Michael Lemke dans cet ouvrage). C’est un point sur lequel l’étude des archives peut apporter des éléments intéressants, même si – malgré l’ampleur d’une documentation trop souvent encombrée d’une phraséologie quelque peu indigeste – elles sont parfois décevantes quant au contenu. Ne livrant guère d’éléments sur les intentions du régime est-allemand, et encore moins sur ce qui revient aux Soviétiques dans ses démarches, elles ne permettent trop souvent que de rester sur des hypothèses.

  • 6 Sans entrer dans les détails, on rappellera la proposition d’Adenauer de mars 1950 visant à la tenu (...)
  • 7 Vues de l’Est, les étapes en sont les Accords de Paris de 1954, la création de la CECA, puis du Mar (...)

7Un point est toutefois certainement fondamental. Pendant toute la période qui va de la naissance des deux Allemagnes à la construction du mur de Berlin, on est devant une situation qui n’est pas encore figée. L’idée d’une coupure définitive est loin d’être admise, les propositions de réunification et de traité de paix concernant l’ensemble de l’Allemagne se succèdent, chaque partie essayant d’imposer à l’autre sa conception particulière de ce que doit être l’Allemagne nouvelle.6 Ce n’est que progressivement, prenant acte de l’intégration de plus en plus forte de la RFA dans le système occidental7 que le comité central du SED réagit en affirmant la coupure de l’Allemagne en deux États séparés. À partir de 1958/1959, non sans avoir connu de difficiles débats internes, il décide une orientation nouvelle, celle de l’« Abgrenzung », c’est-à-dire de l’acceptation de l’idée de l’existence parallèle de deux Allemagnes clairement séparées l’une de l’autre. Cette constatation ne doit pas être perdue de vue lorsqu’on analyse les démarches de la RDA en direction de la France pendant la décennie qui va de la fondation de la RDA au début des années 60.

8Après la question des buts de la diplomatie, il convient de se poser la question de ses moyens. N’étant pas reconnue officiellement, la RDA ne pouvait disposer des canaux par lesquels passent habituellement les relations d’État à État. Il lui fallait donc, si elle voulait tenter d’établir des contacts officieux avec la France, allant jusqu'à tisser de véritables liens, recourir à des méthodes nouvelles, dont l’ensemble forme une diplomatie indirecte. On en citera des exemples ci-dessous à partir des archives du ministère des Affaires étrangères français dont les représentants en Allemagne enregistrent soigneusement l’ensemble des manifestations de cette diplomatie.

  • 8 La dépêche circulaire citée plus haut note 4, dans laquelle sont reprises et précisées l’ensemble d (...)

9Les instructions du Quai d’Orsay que l’on a citées plus haut montrent que pour les diplomates français – comme pour leurs collègues américains et anglais – l’objectif fondamental que poursuivait la RDA était celui de la reconnaissance. Les efforts qu’elle déployait (ou plutôt ceux de l’Union soviétique à travers elle) visaient apparemment à obtenir un changement de l’attitude des Occidentaux sur ce point.8 Si l’on admet toutefois, comme on en a avancé l’hypothèse plus haut, que le vrai problème reste celui de l’Allemagne dans son ensemble, la France prend à cet égard une position spécifique qui peut expliquer l’intérêt que lui portent les stratèges diplomatiques de la RDA, et derrière eux sans doute les Soviétiques. Alors que les États-Unis font renaître à l’Ouest une Allemagne perçue comme « revancharde » et « impérialiste », bastion avancé d’une coalition, elle même perçue comme agressive, la France peut être intéressée à la constitution d’un système de sécurité européen différent dont la solution du problème allemand constituerait une pièce essentielle. Il faudrait donc tenter de l’amener à accepter d’entrer dans le jeu d’une politique allemande différente, celle que définissent précisément la RDA et l’URSS.

2. La France : le maillon faible en Occident ?

10Ainsi qu’on l’a noté plus haut, la France occupe une place particulière non seulement parce qu’elle a, et doit avoir, une politique allemande que lui impose son passé et que lui autorise son statut de puissance victorieuse, mais aussi parce qu’elle présente des caractères liés à une situation qui lui est propre. Le paysage politique y est en effet marqué par deux traits sur l’importance desquels il faut insister : la présence d’un parti communiste fort, l’importance du souvenir de la Résistance. Liés en apparence, dans la mesure où le parti communiste se réclame volontiers de sa participation à la Résistance, ils doivent être considérés de façon séparée, parce que l’héritage de la Résistance dépasse largement les limites du communisme français.

  • 9 Déclarations à l’auteur de Son Exc. Ferdinand Thun, ancien ambassadeur de RDA auprès de l’UNESCO, e (...)
  • 10 Ernst Scholz, ancien de la guerre d’Espagne, avait combattu dans les rangs des FFI dans le Dauphiné (...)

11De ces deux traits, il serait difficile de dire lequel pèse en définitive le plus pour le régime est-allemand. L’existence d’un parti communiste, qui recueille après la guerre entre 1/3 et 1/4 des voix aux élections, crée évidemment une solidarité de fond, mais les liens entre le PCF et le SED ne semblent avoir été ni immédiats, ni particulièrement étroits, ni spécialement confiants. Par contre, à suivre des témoignages oraux que l’on a pu recueillir, la participation d’opposants au nazisme à la Résistance française a créé des liens humains très profonds, des amitiés qui ont résisté à toutes les oppositions politiques possibles et ont permis de dépasser le cadre classique des affinités naturelles entre seuls communistes,9 même si ces réseaux ont pu tout naturellement être mobilisés pour le plus grand bénéfice du régime communiste allemand. Il faudrait ici faire une place particulière aux anciens d’Espagne que l’on retrouve ensuite dans les FFI : on sait que ce fut le cas d’Ernst Scholz, le premier ambassadeur que la RDA envoya à Paris en 1974 après avoir été reconnue par la République française.10

12La RDA dispose ainsi d’un capital qui est loin d’être négligeable si elle souhaite s’adresser par des canaux indirects à l’opinion française, à défaut de pouvoir utiliser les canaux de la diplomatie classique. Et ses thèses sont définies très tôt. Répondant au message du 20 octobre 1949 par lequel le parti communiste français salue la naissance de la RDA, le comité central du SED développe en effet dans un texte rendu public le thème de la bonne Allemagne, opposée à la mauvaise Allemagne qui naît à l’Ouest, et déclare souhaiter la création d’une Allemagne réunie sur des bases nouvelles : 

  • 11 Anlage Nr. 3 zum Protokoll Nr. 53/49 der Sitzung des Politbüros des ZK der SED vom 25.10.1949, « Ei (...)

« La classe ouvrière allemande et avec elle toutes les forces progressistes et démocratiques mènent une lutte constante pour créer une Allemagne démocratique, pour éliminer les causes de la réaction et de l’impérialisme en Allemagne de l’Ouest et pour empêcher de nouvelles guerres en Europe. »11 

  • 12 Ibid.

13La même déclaration souligne l’intérêt particulier que la France a à voir naître une telle Allemagne. On y trouve en effet exprimée l’idée que la création d’une nouvelle Allemagne constituerait un changement dans les relations qu’elle entretiendrait avec ses voisins « y compris la France » et répondrait aux intérêts aussi bien du peuple allemand que du peuple français, qui « compte tenu de ses expériences historiques avec l’impérialisme allemand, veut être protégé contre de nouvelles agressions ».12

3. Le SED et les relations franco-ouest-allemandes

14Cette idée de « nouvelle agression » mène à accuser les forces d’occupation occidentales en Allemagne de se préparer à une guerre contre l’URSS et les peuples démocratiques de l’Est avec l’appui des réactionnaires ouest-allemands. On trouve ici un thème qui va être abondamment repris par la suite contre la politique d’Adenauer et en particulier, avec une virulence particulière, au moment du débat sur la Communauté européenne de Défense (CED) et le réarmement allemand.

  • 13 Gouvernement militaire français de Berlin, télégramme N° 119 pour Paris, 9 février 1952 ; MAE, EU 4 (...)

15C’est ainsi que le ministre des Affaires étrangères de RDA, Georg Dertinger, s’en prend vivement à Adenauer au cours d’une manifestation organisée à Berlin-Est par le Front national dont rend compte un télégramme de Berlin pour Paris. Accusant Adenauer d’avoir « menacé ouvertement la France »13 dans un discours récent tenu devant le Bundestag, il oppose à cette attitude celle des « forces pacifiques » de la RDA, prêtes à

  • 14 Ibid.

« entretenir une politique de rapports amicaux à l’égard de la France et des autres pays de l’Europe occidentale, à condition que le peuple français les aide à empêcher la renaissance de l’impérialisme de l’Allemagne occidentale ».14

  • 15 Gouvernement militaire français de Berlin, télégramme N° b111 pour Paris, 7 octobre 1952 ; MAE, EU (...)
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid.

16Le même Dertinger publie en octobre 1952 dans la Tägliche Rundschau un article traitant des conditions auxquelles pourraient s’instaurer un ordre de paix en Europe. S’adressant en particulier à la France, il affirme que la sécurité du peuple français, « attaqué trois fois par le militarisme allemand » au cours de deux générations « serait véritablement garantie si les puissances occidentales donnaient au peuple allemand la possibilité de devenir un État unifié, pacifique et démocratique ».15 « Cette sécurité », ajoute-t-il, « serait plus durable que tous les pactes et toutes les conventions élaborés avec les raffinements de la diplomatie et les subtilités des juristes parce que les peuples eux-mêmes répondront de la sécurité et de la paix »16. Et il conclut que c’est sur cette base que pourra s’établir une « véritable amitié entre les peuples français et allemand »,17 ce qui est une façon de dénoncer la fausse amitié de la RFA pour la France.

  • 18 Gouvernement militaire français de Berlin, télégramme N° 651 pour Paris [non daté]; MAE, EU 44-60, (...)

17Walter Ulbricht, dans un discours prononcé le 25 novembre 1953, affirme de son côté que les craintes de la France devant la renaissance du militarisme allemand sont justifiées et déclare : « Si l’Allemagne était réunifiée dans l’esprit qui anime la DDR, la France n’aurait plus rien à redouter. »18 « D’ailleurs », ajoute-t-il,

  • 19 Ibid.

« le gouvernement de la DDR n’attend même pas la réunification du pays pour établir des relations amicales avec le peuple français et fait tout son possible pour que ces relations soient basées sur le respect et la confiance mutuelle. »19

18Il est donc bien toujours question d’attendre la réunification, mais il est aussi question d’engager un dialogue avec le peuple français pour établir des relations confiantes qui ne feront pas apparaître la réunification comme une menace. En fait, la meilleure garantie sur ce point, c’est tout simplement l’application des accords de Potsdam dont la RDA se réclame et qu’elle accuse les puissances occidentales d’avoir reniés. La référence apparaît dans la réponse au message du parti communiste français citée plus haut : 

  • 20 Anlage Nr. 3 zum Protokoll Nr. 53/49 der Sitzung des Politbüros des ZK der SED vom 25.10.1949, « Ei (...)

« C’est l’application conséquente des décisions de Potsdam par le gouvernement de la grande Union soviétique qui a permis au peuple allemand de constituer la République démocratique allemande. »20 [...]

19Mais cette création n’est qu’une étape sur la voie de la réunification : 

  • 21 Ibid.

« Avec la nouvelle République démocratique allemande, les travailleurs et toutes les forces progressistes d’Allemagne se voient offrir des possibilités plus grandes dans leur combat pour la création d’une Allemagne unie et démocratique. »21

20Les accords de Potsdam sont également invoqués à l’appui de la demande de voir enfin établi un traité de paix. C’est ainsi que le 14 février 1952, le ministre des Affaires étrangères d’Allemagne de l’Est fait remettre au représentant du Haut-Commissaire français à Berlin une note dans laquelle il écrit : 

  • 22 Gouvernement militaire français de Berlin, télégramme N° 14 pour le Haut-Commissaire à Bonn, 14 fév (...)

« Bien que plus de sept ans se soient écoulés depuis la capitulation de l’Allemagne hitlérienne, l’Allemagne n’a, jusqu’à présent, encore aucun traité de paix auquel elle a droit. L’Allemagne est scindée et le peuple allemand n’a pas actuellement la possibilité de reconstituer son propre État unifié, indépendant, pacifique et démocratique. »22

21Cet état de chose est en contradiction avec les décisions prises au cours de la conférence de Potsdam puisque

  • 23 Ibid.

« les puissances alliées ont garanti au peuple allemand un traité de paix ainsi que la reconstruction de l’unité de l’Allemagne. »23

22Enfin, la synthèse entre les deux idées que l’on vient de mentionner – sécurité de la France, réunification sur la base des accords de Potsdam – est réalisée dans un article de Dertinger paru le 27 février 1952 dans la Tägliche Rundschau où il « affirme », selon le compte rendu qu’en donne le Haut-Commissaire de la République en Allemagne, 

  • 24 Haut-Commissaire de la République française en Allemagne, télégramme N° 52/EU pour Paris, 27 févrie (...)

« qu’une Allemagne pacifique et démocratique, édifiée sur la base des accords de Potsdam, offrirait à sa voisine, de par sa structure même, des garanties de sécurité. La France serait délivrée ainsi des craintes ‘parfaitement justifiées’ qu’elle éprouve en face d’une Allemagne réarmée. »24

23Renvoyer aux accords de Potsdam comme on le fait en RDA, c’est rappeler que le régime de l’Allemagne est un régime transitoire à défaut d’un traité de paix qui permettrait la réunification. En exiger l’application, c’est demander aux puissances anglo-saxonnes le respect de principes auxquels elles ont adhéré en ce qui concerne l’Allemagne, et que la RDA prétend avoir appliqués chez elles. En ce qui concerne la France, la difficulté réside dans le fait qu’elle n’a accepté les accords de Potsdam qu’avec d’importantes réserves. Il faut donc tenter de la persuader que la véritable garantie de sécurité réside pour elle dans leur application, parce qu’elle rendra possible la naissance d’une Allemagne démocratique dont il n’y aura plus rien à craindre. L’argument devrait donc l’amener à accepter pleinement les accords et à jouer un rôle moteur dans l’établissement d’un traité de paix avec l’Allemagne auquel elle est particulièrement intéressée. En fait, on va progressivement s’apercevoir en RDA que la France n’est pas intéressée par une réunification de l’Allemagne, fût-elle démocratique.

4. Le SED et ses partenaires en France

24Pour tenter de faire passer ses thèses, la RDA dispose, dans les premières années de son existence essentiellement, des moyens que lui offre son affinité idéologique avec certaines organisations ou des personnalités agissant à titre personnel. Ces moyens peuvent paraître limités, d’une certaine façon, mais ils peuvent aussi lui permettre de trouver une large audience dans la mesure où ils concernent du côté français des organisations puissantes ou des personnalités qui jouissent à titre personnel d’une bonne image dans l’opinion. C’est le cas tout d’abord des organisations communistes ou proches du parti, comme les syndicats ou les organisations d’anciens résistants, avec lesquels se multiplient les contacts. C’est le cas aussi de « compagnons de route » qui font le déplacement de Berlin pour venir attester des sentiments pacifiques de la RDA.

  • 25 Voir pour les accords entre la CGT et le FDGB : Frieden – Sozialer Fortschritt – Solidarität. 35 Ja (...)
  • 26 Haut-Commissariat de la République française en Allemagne. Gouvernement militaire français de Berli (...)
  • 27 Haut-Commissaire de la République en Allemagne, dépêche N° 1140 pour Paris ; MAE, EU 44-60, ALL, 68 (...)
  • 28 Gouvernement militaire français de Berlin, télégramme N° 84 pour Paris, 30 janvier 1951 ; MAE, EU 4 (...)

25Ce sont d’abord les syndicats qui s’emploient à nouer des liens entre organisations des deux pays pour la promotion et la défense de buts communs. C’est ainsi qu’au cours d’une conférence tenue à Berlin les 14 et 15 juin 1950, un accord de collaboration est signé entre une délégation de la CGT et le FDGB,25 qui prévoit entre autres une action ouvrière pour la défense de la paix, une participation concrète aux campagnes de signature de la pétition contre la bombe atomique, la lutte contre la concentration de l’industrie minière et de celle de l’acier en France et en Allemagne occidentale, la lutte contre le plan Marshall et le pacte de l’Atlantique.26 La même année, des accords sont signés entre les fédérations françaises et allemandes dans deux branches, les cheminots et les industries chimiques,27 puis une « alliance de combat » entre fédérations de postiers.28

  • 29 Gouvernement militaire français de Berlin, télégramme N°235/CAB pour le Haut-Commissaire de la Répu (...)
  • 30 Haut-Commissariat de la République française en Allemagne. Gouvernement militaire français de Berli (...)

26En ce qui concerne le parti communiste français, on peut relever le rite, attesté dès 1950, de la présence d’une délégation au congrès du parti SED.29 Mais il faut attendre le 27 janvier 1953 pour que les deux partis signent un accord qui prévoit entre autres une lutte commune pour la paix, pour un traité de paix avec l’Allemagne, pour une Allemagne pacifique, démocratique et réunifiée.30

  • 31 Schreiben des 1. Sekretärs der SED an das ZK der KPF, 13.4.1957 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/20/234.

27Et il faut en fait attendre 1957 pour voir s’instaurer un échange institutionnel entre les deux partis. Le 13 avril 1957 en effet, le premier secrétaire du comité central du SED invite le comité central du parti communiste français à envoyer à Berlin une délégation pour des « échanges de vues »,31 qui lui paraissent être rendus nécessaires par la situation politique en Europe, en particulier en Allemagne occidentale, et l’attitude provocatrice des impérialistes d’Allemagne occidentale envers leurs voisins, en particulier l’Allemagne orientale, qui constitue un danger pour la coexistence pacifique entre les peuples.

  • 32 « Aufzeichnung über die Verhandlungen zwischen der Delegationen des ZK der SED und der Delegation d (...)
  • 33 Ibid.

28La délégation française se rend effectivement à Berlin du 23 au 29 mai 1957. Les conversations, du moins d’après les protocoles qu’en conservent les archives, se réduisent à des monologues parallèles où chacun présente à l’autre la situation dans son pays. Ulbricht, qui préside du côté allemand, ne demande à aucun moment un appui en faveur d’une reconnaissance de son pays. Il se contente de renvoyer, en ce qui concerne « les conditions nécessaires pour une réunification de l’Allemagne »,32 aux résolutions antérieures du plénum du parti. Il rappelle que la politique du SED vise à « maintenir le socialisme dans l’Allemagne entière, ce qui signifie que l’Allemagne démocratique et pacifique est la première étape. »33 La position reste donc la même que celle qui était déjà exposée dans le discours du 25 novembre 1953 cité plus haut. La délégation française termine sa visite le 29 mai par un grand meeting dont Neues Deutschland rend compte dans des termes presque lyriques :

  • 34 Ministre plénipotentiaire conseiller politique à Berlin, télégramme N° 192/EU pour Paris, 29 mai 19 (...)

« Berlin a vécu hier soir une des plus grandes et des plus enthousiasmantes réunions d’amitié franco-allemande de son histoire. »34

  • 35 Gouvernement militaire français à Berlin, télégramme N° 616 pour Paris, 16 août 1950 ; MAE, EU 44-6 (...)
  • 36 Voir sa dépêche au Haut-Commissaire de France en Allemagne du 11 septembre 1950 ; MAE, EU 44-60, AL (...)

29À côté de ces contacts entre les partis et les syndicats d’obédience communiste, il faut faire une place particulière aux relations entre organisations d’anciens déportés que la RDA s’efforce visiblement d’instrumentaliser avec l’accord au moins tacite de certains de leurs interlocuteurs du côté français. C’est ainsi que le 13 août 1950 est signé à Buchenwald un « pacte d’alliance » entre anciens combattants de la Résistance française et allemande, représentés d’un côté par la Fédération internationale des anciens prisonniers politiques et de l’autre par l’Union allemande des victimes du nazisme.35 Dans leurs interventions, les orateurs s’en prennent particulièrement au plan Schuman qui aurait l’objectif de transformer l’Allemagne fédérale en arsenal de guerre et invitent à une grande mobilisation pour la paix. De telles manifestations se succèdent au fil des années, mais finissent par entraîner des difficultés avec le général Jean Ganeval, commandant français à Berlin et lui-même ancien déporté de Buchenwald, qui se plaint de l’ostracisme dont sont victimes les organisations insuffisamment marquées politiquement avec lesquelles les autorités est-allemandes refusent tout contact.36

30L’action des autorités de la RDA s’articule donc autour d’un certain nombre d’idées qui forment un tout. La lutte pour la paix, contre le réarmement allemand et l’impérialisme américain vont de pair avec l’exigence d’un traité de paix sur la base des accords de Potsdam et la réunification d’une Allemagne pacifique et démocratique. Le problème se pose cependant de savoir si l’appui apporté à ces thèses par le parti communiste français et les organisations qui gravitent dans son orbite est suffisant pour amener le gouvernement français à considérer le problème allemand du point de vue que les dirigeants de RDA souhaitent lui voir adopter. Or il leur faut bien admettre que la position de Paris sur le problème allemand n’évolue guère avec le temps, comme le montrent les analyses qui en sont faites entre 1956 et 1958.

  • 37 « Die französische Haltung zur Deutschlandfrage », 5 mai 1956 ; PA/AA, Bestand MfAA, A 630.

31Une première analyse, en mai 1956, présente une vue d’ensemble plutôt négative, même s’il est suggéré de façon elliptique en conclusion que l’évolution de la conjoncture pourrait être plutôt favorable aux thèses de la RDA. Mais la note relève que tous les gouvernements français successifs ont mené une même politique, caractérisée par deux données fondamentales : le refus de la réunification allemande, l’intérêt marqué pour une séparation durable de l’Allemagne.37

  • 38 « Bericht über die Beziehungen der deutschen demokratischen Republik zur Republik Frankreich vom 1. (...)
  • 39 Beziehungsbericht für das I. Quartal über die Beziehungen des DDR zu den Westeuropäischen Ländern » (...)

32La même année, un rapport sur les relations entre la RDA et la France pendant la période d’avril à juillet, souligne que le gouvernement français, qui aurait manifesté quelques velléités d’adopter un cours différent, est revenu à la position française traditionnelle face à la RDA sous la pression des puissances de l’OTAN et principalement des États-Unis38. En 1957, un nouveau rapport note que le gouvernement français s’en tient à la même ligne politique, même s’il est vrai qu’un changement d’attitude est « visible » sur le plan culturel dans ses relations avec la RDA.39

5. La recherche de la reconnaissance diplomatique

  • 40 « Beziehungen der DDR zu Frankreich », 4 novembre 1958 ; PA/AA, Bestand MfAA, A 12 048.
  • 41 Ibid.

33À la fin de 1958, un nouveau bilan semble annoncer une inflexion, non pas en France, dont la position semble toujours figée, mais en RDA, où la priorité passe maintenant au problème des relations d’État à État, prélude à une action en faveur de la reconnaissance. Dans un rapport du 4 novembre 1958, la position française est définie comme marquée par des contradictions fondamentales dont la RDA doit tenir compte pour développer ses relations avec la France. D’un côté, la France appartient à l’OTAN et est soumise à la pression de Bonn, qui veille à freiner le développement de relations avec l’Allemagne de l’Est. De l’autre, il y a la volonté du général de Gaulle de ne pas se laisser dicter sa conduite par Bonn, la confrontation économique entre la France et la RFA, la méfiance de l’opinion française face au militarisme allemand. En conséquence la RDA, si elle sait « utiliser ces contradictions avec intelligence »40, peut « très bien améliorer et élargir [ses] relations avec la France ».41 Ce qui est proposé est en conséquence de gagner l’opinion française en insistant sur la différence de développement entre les deux Allemagnes. On peut noter que cette démarche s’inscrit dans la droite ligne de la politique suivie jusque-là, qui visait à présenter la RDA comme la pierre d’attente d’une Allemagne réunifiée sur une base démocratique et socialiste. Toutefois l’accent est mis sur la spécificité de la RDA et sur le développement de ses relations, en tant qu’État, avec la République française. La priorité passe donc à la reconnaissance, même si l’objectif de la réunification n’est toujours pas abandonné, comme le montrent des textes postérieurs.

34Sous réserve bien entendu d’analyses plus complètes, on retiendra donc l’idée d’une césure qui se situerait vers 1958/1959. De fait, à partir de cette date, la RDA cherche à multiplier les contacts avec la France en leur donnant une ampleur et un contenu nouveaux. Il s’agit de faire passer un nouveau message différent et c’est de reconnaissance qu’il est maintenant question. Dans cette optique, la multiplication des démarches doit permettre de familiariser le monde politique et l’opinion publique française avec l’idée que la RDA constitue bien un autre État allemand foncièrement différent de la RFA et que le gouvernement français doit prendre acte de cette réalité en acceptant de la reconnaître en tant que tel.

  • 42 Dépêche N° 487/EU, 3 juillet 1958 ; MAE, EU 44-60, ALL, RDA, 33.
  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid.
  • 45 Ibid.
  • 46 Ibid.

35Parmi ces démarches, on peut relever d’abord les tentatives faites pour contourner le dispositif officiel qui veut que les relations entre administrations publiques passent par l’intermédiaire des Soviétiques, à l’exception de relations techniques de niveau inférieur. La RDA cherche à multiplier les contacts entre fonctionnaires de tous niveaux, afin sans doute de créer progressivement des habitudes et aboutir ainsi à une reconnaissance de facto. C’est ainsi que la Direction générale politique du ministère des Affaires étrangères français doit rappeler en juillet 1958 à l’ensemble des ministères qu’elle souhaite être tenue au courant de tout projet de voyage ou de visite de fonctionnaire en Allemagne orientale. Le général Ganeval, chef du gouvernement militaire français de Berlin, a en effet eu connaissance de telles visites auprès de services administratifs de la « soi-disant République démocratique allemande »42 sans que le département des Affaires étrangères en ait été informé au préalable. La non-reconnaissance du « gouvernement de Pankow » demeurant un des « principes fondamentaux »43 de la position occidentale sur la question allemande, de tels contacts « risquent d’être exploités par la propagande communiste pour affaiblir cette position »44 et exposent en outre la France « à des difficultés avec le gouvernement de la République fédérale. »45 Il convient donc de réduire ces contacts au minimum et de leur conserver une forme « aussi officieuse que possible. »46

  • 47 Ambassade de France à Bonn, télégramme N° 2835/37 pour Paris, 10 octobre 1959. Ce télégramme repren (...)

36Un autre type de contacts se développe à peu près au même moment, ceux que permettent le « tourisme parlementaire », par le biais d’invitations lancées à des membres des assemblées à se rendre en RDA pour des voyages d’étude. Trois délégations sénatoriales se succèdent ainsi à l’automne 1959, et la presse peut en particulier enregistrer avec satisfaction les déclarations faites par l’un des participants en faveur du développement des relations entre la France et la RDA et même de la reconnaissance de cette dernière47.

  • 48 Le ministre délégué, tel. N°131/EU pour Paris, 7 mars 1960 ; MAE, EU 44-60, ALL, RDA, 33.
  • 49 « Bericht über den Besuch der 4. Französischen Senatorendelegation in der DDR vom 28.2. bis 9.3.196 (...)

37Au printemps 1960, le ministre délégué auprès du gouvernement militaire français à Berlin signale à nouveau à Paris l’arrivée de deux délégations, l’une appartenant à la Commission des Affaires économiques du Sénat, invitée à se rendre à la foire de Leipzig par la Chambre du commerce extérieur de Pankow, l’autre invitée à visiter l’ensemble du pays par la Volkskammer48. Cette dernière satisfait particulièrement ses hôtes parce qu’elle est, par sa composition, la « plus à droite »49 des délégations qui se sont rendues jusqu’alors en RDA : elle ne comporte en effet qu’un seul communiste, ses autres membres appartenant au MRP, à la SFIO et à la Gauche démocratique.

38Un autre phénomène doit être signalé, dont le développement marque une intention politique évidente, celui du jumelage entre villes. Les municipalités de RDA peuvent évidemment compter ici sur l’appui des municipalités communistes françaises et le mouvement a des débuts déjà anciens, mais il semble bien trouver une plus grande vigueur à l’automne 1958.

  • 50 Le ministre de l’Intérieur, lettre N° 103 G ; MAE, EU 44-60, ALL, RDA, 33.
  • 51 Ibid.

39Le 19 novembre, le ministre de l’Intérieur français interroge son collègue des Affaires étrangères sur l’attitude qu’il doit adopter devant la demande dont il est saisi d’un visa de court séjour pour six représentants d’Allemagne de l’Est. Cette délégation a été invitée par le sénateur Marran, président de l’Association nationale des élus républicains, municipaux et cantonaux, de tendance communiste. Officiellement, elle doit « procéder à l’étude des questions municipales »50, mais il est probable qu’elle « profitera de son séjour pour examiner les projets de jumelages envisagés. »51 La réponse du ministère des Affaires étrangères est claire : la lettre est annotée d’un « Refuser » péremptoire.

  • 52 Direction générale politique. Service d’Europe centrale, lettre N° 99/EU ; MAE, EU 44-60, ALL, RDA, (...)
  • 53 Le ministre délégué près le gouvernement militaire français à Berlin, dépêche N° 418/EU pour Paris, (...)

40À la fin de 1959, le jumelage devient très clairement une arme politique, qui doit être mise en œuvre pour peser en faveur de la reconnaissance. Le 3 novembre, c’est le ministre des Affaires étrangères qui s’adresse à son tour à son collègue de l’Intérieur pour lui faire part de l’intention qu’auraient des maires et conseillers municipaux français de répondre à une invitation du Congrès des villes et communes allemandes et de préparer un certain nombre de jumelages. « Ces manifestations », écrit-il, « en dépit de leur caractère local, visent en fait à alimenter une campagne contre la position diplomatique de la France sur un point essentiel. »52. La France n’est d’ailleurs pas la seule visée, la Grande-Bretagne semble devenir une cible privilégiée, comme en témoigne un décompte des demandes de titres de voyage accordés aux ressortissants de RDA opéré par les services du gouvernement militaire de Berlin.53

  • 54 Direction générale politique. Service d’Europe centrale, Note pour le cabinet du ministre, 16 septe (...)
  • 55 Gouvernement militaire français de Berlin. Le ministre délégué, dépêche N° 437 pour Paris, 14 octob (...)

41La vague de projets de jumelages ne faiblit pas en 1960. Le Quai d’Orsay réagit en préconisant le refus d’octroi de visas à des représentants de municipalités de RDA.54 Mais le phénomène ne s’arrête pas pour autant, comme le montre une dépêche d’octobre 1960 du ministre délégué auprès du gouvernement militaire français de Berlin dans laquelle il revient sur ces projets et émet le souhait que certains d’entre eux puissent être découragés.55

  • 56 Bureau allié de circulation. Élément français, Note à l’attention de M. le conseiller politique adj (...)
  • 57 Ibid.
  • 58 Ibid.

42Parallèlement à ces projets de jumelages, il faut noter à la fin de 1959 et au début de 1960 une nette augmentation de demandes de visas pour la France émanant de délégations culturelles et sportives. En février 1960, l’élément français du Bureau allié de circulation de Berlin est ainsi confronté à de nombreuses demandes de ce type. Avec l’augmentation d’autorisations à se rendre en France qui en résulte, celle-ci se trouve maintenant en tête des nations que des ressortissants de la RDA souhaitent visiter. Dans une note de février 1960 destinée au conseiller politique adjoint au ministre délégué auprès du commandement militaire français de Berlin, le responsable du Bureau écrit qu’il lui « semble que les autorités de Pankow aient décidé de lancer une offensive d’un nouveau genre sur la France » et qu’il est « enclin à penser que cette nouvelle offensive peut avoir pour but de multiplier des contacts qui sont refusés sur le plan politique. »56 L’expérience a en effet montré que les groupes culturels et sportifs de la RDA sont accompagnés de « ‘responsables’ dont les activités en France ne sont pas toujours celles qu’ils invoquent initialement sur leur demande de visa. »57 D’autre part, l’attitude de certaines équipes sportives venues en France « en octobre dernier » reflète, « s’il en était besoin, le désir du gouvernement de Pankow d’arriver par tous les moyens et artifices à se faire reconnaître. »58

6. Conclusion

43La multiplication des tentatives faites pour développer les relations à tous les niveaux entre la France et la RDA est ainsi indéniable à partir de 1958. Pour les autorités françaises, ces démarches ne font que valider la thèse qui a toujours été la leur : la RDA cherche à se faire reconnaître par tous les moyens. Mais on a vu que les choses sont moins simples. La diplomatie de la RDA a en fait d’abord cherché, sans doute en accord profond avec la diplomatie soviétique, la réunification sur la base des principes posés par les accords de Potsdam tels qu’ils sont interprétés à l’Est. Vis-à-vis de la France, le problème était donc moins d’obtenir une reconnaissance de la RDA en tant qu’État que d’obtenir un engagement de sa part en faveur d’une réunification de l’Allemagne sur ces bases.

44Pour diverses raisons, les stratèges diplomatiques de la RDA, et derrière eux sans doute les Soviétiques, pensent que la France peut être un maillon faible de la coalition adverse, celle de l’« impérialisme américain », et peut accepter d’entrer dans le jeu d’une politique différente concernant l’Allemagne. L’argument de la sécurité est de ce point de vue abondamment utilisé dans un premier temps. Ce n’est que dans un second temps que le problème de la reconnaissance devient prioritaire. Mais les objectifs fixés au début de la période considérée ne sont pas pour autant abandonnés, comme le montre une analyse de la Direction d’Europe du ministère des Affaires étrangères de RDA datée du 25 décembre 1961.

  • 59 3. Europäische Abteilung. Sektion Frankreich, « Die Haltung Frankreichs zur Deutschlandfrage », 25 (...)
  • 60 Voir, pour la période 1961-1966, Ulrich Pfeil : « Die ‚anderen’ deutsch-französischen Beziehungen. (...)

45Consacrée à la position française sur la question allemande, cette analyse relève que le gouvernement français persiste dans son attitude de règlement de la question sur la base des décisions de Potsdam et de refus de la proposition soviétique d’un traité de paix. Il reste opposé à une réunification sur une base démocratique et soutient les positions de Bonn sur les points les plus importants. Il continue à vouloir le maintien de la séparation de l’Allemagne en deux et à refuser une réunification, même d’ailleurs si celle-ci devait se faire sous l’égide de Bonn car celle-ci aboutirait à un tel renforcement économique de l’Allemagne que l’hégémonie française en Europe serait remise en question.59 L’analyse de la position française ne manque pas de pertinence. A contrario et implicitement elle permet de lire les objectifs que s’assigne toujours la RDA et la difficulté qu’il y a à amener la France sur ces positions. Cette dernière est trop bien installée sur les siennes pour pouvoir évoluer dans un délai prévisible, ce qui reste pourtant l’objectif. À défaut, la RDA se contenterait dans un premier temps de la reconnaissance, mais sans exclure que son acharnement diplomatique puisse un jour porter d’autres fruits.60

Notes

1 Pierre Guillen : La question allemande - 1945 à nos jours, Paris, Imprimerie nationale, 1996, p. 40.

2 Télégrammes N° 790 - 793 à l’attention de l’ensemble des postes diplomatiques ; MAE, EU 44-60, ALL, 679, « Les cinq gouvernements [i. e. les gouvernements du Bénélux, de la France et de la Grande-Bretagne] et le gouvernement des États-Unis sont opposés, dans les circonstances actuelles, à la reconnaissance de jure ou de facto de la République allemande démocratique. » [souligné dans l’original] On remarquera que la formule « dans les circonstances actuelles » n’exclut pas une éventuelle reconnaissance dans d’autres circonstances. Cette position de principe est reprise dans un document de la Commission permanente du traité de Bruxelles classifié Top secret ; Document N° A/561 [non daté], « Attitude vis-à-vis de la zone soviétique en Allemagne » ; MAE, EU 44-60, ALL, 679.

3 Direction générale politique. Europe, dépêche N° 487/EU pour le ministère des Finances, 3.7.1958 ; MAE, EU 44-60, ALL, RDA, 33.

4 Direction générale politique. Europe, dépêche pour Moscou, Bucarest, Budapest, Varsovie, Sofia et Tirana, 19 novembre 1958 ; MAE, EU 44 - 60, ALL, RDA, 33.

5 Mais les documents montrent qu’il y eut des tentatives de contact avec les communistes américains, qui passaient en partie par l’Angleterre ; cf. lettre de Franz Dahlem au comité central du parti communiste d’Angleterre, 15 janvier 1948 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/20/ 237.

6 Sans entrer dans les détails, on rappellera la proposition d’Adenauer de mars 1950 visant à la tenue d’élections libres dans toute l’Allemagne, à laquelle Grotewohl répond en décembre 1950 par la proposition de réunion d’un conseil constitutionnel paritaire ; la note de Staline de mars 1952 proposant une Allemagne neutre et réunifiée ; la conférence de Berlin de janvier-février 1954, au cours de laquelle Molotov propose une neutralisation de l’Allemagne et la constitution d’un gouvernement provisoire pan-allemand ; la proposition d’une confédération allemande lancée par Ulbricht en décembre 1956 ; la conférence de Genève de mai-juillet 1959 au cours de laquelle les Occidentaux proposent une réunification par la tenue d’élections libres ; cf. Ludolf Herbst : Option für den Westen. Vom Marshallplan bis zum deutsch-französischen Vertrag, Munich, dtv, 1989, pp. 105ss.; Jürgen Wendler : « Zur Deutschlandpolitik der SED in den Jahren 1952 bis 1958 », in : Gustav Schmidt (éd.) : Ost-West-Beziehungen : Konfrontation und Détente, 1945-1989, vol. 2, Bochum, Brockmeyer, 1993, pp.349-365.

7 Vues de l’Est, les étapes en sont les Accords de Paris de 1954, la création de la CECA, puis du Marché commun interprétées comme des démarches voulues par l’OTAN pour renforcer l’Alliance.

8 La dépêche circulaire citée plus haut note 4, dans laquelle sont reprises et précisées l’ensemble des « règles qui doivent être observées à l’égard des communications émanant directement ou indirectement des autorités de Pankow », invoque en effet « les efforts déployés par l’Union soviétique pour nous amener à modifier notre attitude de non reconnaissance de la DDR ».

9 Déclarations à l’auteur de Son Exc. Ferdinand Thun, ancien ambassadeur de RDA auprès de l’UNESCO, et de Gerhard Leo, ancien correspondant à Paris de Neues Deutschland.

10 Ernst Scholz, ancien de la guerre d’Espagne, avait combattu dans les rangs des FFI dans le Dauphiné. En recevant ses lettres de créance, Georges Pompidou déclara : « Lorsque votre gouvernement vous a nommé, il a fait un choix qui nous touche profondément. Il nous honore que vous ayez jadis choisi la France comme terre d’accueil. Nous connaissons l’attachement que vous avez témoigné à la cause de notre patrie dans les heures particulièrement sombres, ainsi que le courage qui fut le vôtre aux côtés des résistants français » (cité par Gerhard Leo, « Les Allemands dans la Résistance française », in : DRAFD - Information, décembre 1999).

11 Anlage Nr. 3 zum Protokoll Nr. 53/49 der Sitzung des Politbüros des ZK der SED vom 25.10.1949, « Eine Botschaft an die kommunistische Partei Frankreichs » ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2/53.

12 Ibid.

13 Gouvernement militaire français de Berlin, télégramme N° 119 pour Paris, 9 février 1952 ; MAE, EU 44-60, ALL, 685.

14 Ibid.

15 Gouvernement militaire français de Berlin, télégramme N° b111 pour Paris, 7 octobre 1952 ; MAE, EU 44-60, ALL, 685.

16 Ibid.

17 Ibid.

18 Gouvernement militaire français de Berlin, télégramme N° 651 pour Paris [non daté]; MAE, EU 44-60, ALL, 685. Ce discours d’Ulbricht, alors vice-président du Conseil, est publié en éditorial par Neues Deutschland sous le titre « Amitié avec la France ».

19 Ibid.

20 Anlage Nr. 3 zum Protokoll Nr. 53/49 der Sitzung des Politbüros des ZK der SED vom 25.10.1949, « Eine Botschaft an die kommunistische Partei Frankreichs »; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2/53.

21 Ibid.

22 Gouvernement militaire français de Berlin, télégramme N° 14 pour le Haut-Commissaire à Bonn, 14 février 1952 ; MAE, EU 44-60, ALL, 685. Cette note a été remise également aux représentants des États-Unis et de Grande-Bretagne. Il est curieux qu’elle ait été acceptée, ce qui est en contradiction avec les instructions officielles. On relèvera également qu’elle est antérieure à la note de Staline du 10 mars proposant un traité de paix avec une Allemagne réunifiée et neutralisée.

23 Ibid.

24 Haut-Commissaire de la République française en Allemagne, télégramme N° 52/EU pour Paris, 27 février 1952 ; MAE, EU 44-60, ALL, 685.

25 Voir pour les accords entre la CGT et le FDGB : Frieden – Sozialer Fortschritt – Solidarität. 35 Jahre Kampfbündnis FDGB – CGT. Dokumente, Berlin (RDA), Verlag Tribüne, Berlin, 1985.

26 Haut-Commissariat de la République française en Allemagne. Gouvernement militaire français de Berlin. Service du conseiller politique. Documentation, N° 9606, « La République démocratique d’Allemagne [sic!] et la France », 2 janvier 1954 ; MAE, EU 44 - 1960, ALL, 685.

27 Haut-Commissaire de la République en Allemagne, dépêche N° 1140 pour Paris ; MAE, EU 44-60, ALL, 685.

28 Gouvernement militaire français de Berlin, télégramme N° 84 pour Paris, 30 janvier 1951 ; MAE, EU 44-60, ALL, 685.

29 Gouvernement militaire français de Berlin, télégramme N°235/CAB pour le Haut-Commissaire de la République française à Bonn, 12 août 1950 ; MAE, EU 44-60, ALL, 685.

30 Haut-Commissariat de la République française en Allemagne. Gouvernement militaire français de Berlin. Service du conseiller politique. Documentation, N° 9606, « La République démocratique d’Allemagne [sic !] et la France », 2 janvier 1954 ; MAE, EU 44-60, ALL, 685.

31 Schreiben des 1. Sekretärs der SED an das ZK der KPF, 13.4.1957 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/20/234.

32 « Aufzeichnung über die Verhandlungen zwischen der Delegationen des ZK der SED und der Delegation des ZK der KPF » ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/20/234.

33 Ibid.

34 Ministre plénipotentiaire conseiller politique à Berlin, télégramme N° 192/EU pour Paris, 29 mai 1957 ; MAE, EU 44-60, ALL, RDA, 33.

35 Gouvernement militaire français à Berlin, télégramme N° 616 pour Paris, 16 août 1950 ; MAE, EU 44-60, ALL, 685.

36 Voir sa dépêche au Haut-Commissaire de France en Allemagne du 11 septembre 1950 ; MAE, EU 44-60, ALL, 685.

37 « Die französische Haltung zur Deutschlandfrage », 5 mai 1956 ; PA/AA, Bestand MfAA, A 630.

38 « Bericht über die Beziehungen der deutschen demokratischen Republik zur Republik Frankreich vom 1. 4. bis 31. 7. 1956 » [non daté ] ; PA/AA, Bestand MfAA, A 630.

39 Beziehungsbericht für das I. Quartal über die Beziehungen des DDR zu den Westeuropäischen Ländern », 6 avril 1957 ; PA/AA , Bestand MfAA, A 630 ; Voir également Ulrich Pfeil : « La centralisation de la politique culturelle extérieure de la RDA vis-à-vis de la France », in : Documents 54 (1999) 1, pp. 43-48.

40 « Beziehungen der DDR zu Frankreich », 4 novembre 1958 ; PA/AA, Bestand MfAA, A 12 048.

41 Ibid.

42 Dépêche N° 487/EU, 3 juillet 1958 ; MAE, EU 44-60, ALL, RDA, 33.

43 Ibid.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Ibid.

47 Ambassade de France à Bonn, télégramme N° 2835/37 pour Paris, 10 octobre 1959. Ce télégramme reprend un article paru dans la Neue Zeit du 20 septembre 1959 ; MAE, EU 44-60, ALL, RDA, 33.

48 Le ministre délégué, tel. N°131/EU pour Paris, 7 mars 1960 ; MAE, EU 44-60, ALL, RDA, 33.

49 « Bericht über den Besuch der 4. Französischen Senatorendelegation in der DDR vom 28.2. bis 9.3.1960 » [non daté ] ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/20/236.

50 Le ministre de l’Intérieur, lettre N° 103 G ; MAE, EU 44-60, ALL, RDA, 33.

51 Ibid.

52 Direction générale politique. Service d’Europe centrale, lettre N° 99/EU ; MAE, EU 44-60, ALL, RDA, 33.

53 Le ministre délégué près le gouvernement militaire français à Berlin, dépêche N° 418/EU pour Paris, 29 septembre 1959 ; MAE, EU 44-60, ALL, RDA, 33. Ce décompte, qui concerne la 1ére quinzaine de septembre fait apparaître « une énorme augmentation » des voyages vers la Grande-Bretagne : 315 contre 196 pour la France.

54 Direction générale politique. Service d’Europe centrale, Note pour le cabinet du ministre, 16 septembre 1960 ; MAE, EU 44-60, ALL, RDA, 32.

55 Gouvernement militaire français de Berlin. Le ministre délégué, dépêche N° 437 pour Paris, 14 octobre 1960. Le volume contient tout un dossier sur ces projets de jumelages ; MAE, EU 44-60, ALL, RDA, 33,.

56 Bureau allié de circulation. Élément français, Note à l’attention de M. le conseiller politique adjoint au ministre délégué, 18 février 1960 ; MAE, EU 44-60, ALL, RDA, 33.

57 Ibid.

58 Ibid.

59 3. Europäische Abteilung. Sektion Frankreich, « Die Haltung Frankreichs zur Deutschlandfrage », 25 décembre 1961 ; PA/AA, Bestand MfAA, A 12086.

60 Voir, pour la période 1961-1966, Ulrich Pfeil : « Die ‚anderen’ deutsch-französischen Beziehungen. Die DDR und Frankreich 1949-1969 », in : Heiner Timmermann (éd.) : Die DDR – Erinnerung an einen untergegangenen Staat, Berlin, Duncker & Humblot, 1999, pp. 540ss.

Auteur

Paris/Berlin

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540