Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Les relations bilatérales de la RDA avec l’Europe occidentale

La politique de reconnaissance de la RDA en Belgique jusqu’en 1972

Carel Horstmeier
Traduction de Jean-Léon Muller

Texte intégral

1Tel était le constat dressé fin 1964 par le département européen du ministère des Affaires étrangères de RDA (MfAA). À Berlin-Est, les stratèges de la politique de reconnaissance se montraient alors des plus optimistes quant à leur marge de manœuvre en Belgique. Mais, comme l’avenir allait le prouver, cette assurance était sans fondement car, à l’inverse de leurs attentes, les Belges allaient se conformer aux dispositions de l’OTAN sur la non-reconnaissance de la RDA jusqu’à leur abrogation en décembre 1972. Cette contribution se propose de présenter l’essentiel des relations entre Bruxelles et Berlin-Est et de répondre à la question de savoir sur quoi reposaient les espoirs est-allemands pour briser en Belgique la doctrine Hallstein de la RFA. Pour la partie belge, l’accent a donc été mis sur les motivations des partisans de la reconnaissance, autrement dit sur l’attitude des élites politiques et avant tout sur celle du Parti Communiste de Belgique (PCB).

  • 2 Georgi Verbeeck : « Gelaten nabuurschap. België en Duitsland sinds 1945 ”, in : Friso Wielenga (éd. (...)
  • 3 Karl-Heinz Woitzik : Die Auslandsaktivität der sowjetischen Besatzungszone Deutschlands. Organisati (...)
  • 4 K.-H. Woitzik (note 3), pp. 70 et 154, voir note 1.
  • 5 Jacco Pekelder : Nederland en de ddr. Beeldvorming en betrekkingen 1949-1989, Amsterdam, Boom, 1998 (...)

2Jusqu’à présent les recherches ont accordé fort peu d’attention aux relations belgo-est-allemandes,2 et c’est encore le tableau brossé par Karl-Heinz Woitzik, dans son étude précoce sur la propagande extérieure de la RDA, qui reste le plus complet.3 Le fait est d’autant plus surprenant que, comme le constate Woitzik en 1966, la Belgique fut très tôt désignée comme cible privilégiée des efforts de Berlin-Est pour obtenir sa reconnaissance diplomatique.4 L’état des recherches sur les rapports entre la Belgique et la RDA restant peu satisfaisant, cette étude ne saurait en donner qu’un premier aperçu. L’analyse complète et équilibrée de ces rapports est encore à faire. Voilà pourquoi, en guise d’entrée en matière, nous nous appuierons sur une comparaison entre la Belgique et les Pays-Bas voisins. En effet, grâce au travail de Jacco Pekelder, la situation est là plus favorable. L’auteur définit trois grandes motivations chez les partisans néerlandais de la reconnaissance de la RDA : tout d’abord une attitude anti-ouest-allemande, en second lieu l’existence aux Pays-Bas d’un mouvement hostile aux élites en place, enfin, la volonté de promouvoir la détente et de mettre fin à la guerre froide.5

1. La promotion de la Détente, motivation des partisans de la reconnaissance.

  • 6 G. Verbeeck (note 2), pp. 113ss.
  • 7 Rapport du Front National – section du district de Magdeburg – au département des relations interna (...)

3À la différence des trois motifs établis par Pekelder pour les Pays-Bas, les mobiles des partisans belges de la reconnaissance n’impliquaient ni ressentiment anti-allemand, ni stratégie contre les élites, dans la perspective du conflit de génération des années 60.6 Au cours de sa visite, à l’invitation du comité des combattants antifascistes de RDA, le sénateur social-démocrate Hubert Rassart affirma avec force qu’il considérait comme « une erreur pédagogique » d’inculquer aux Allemands un sentiment de culpabilité envers les peuples d’Europe « opprimés par le fascisme » Et de poursuivre en soulignant qu’il avait exprimé au chef du Parti Walter Ulbricht, comme au ministre des Affaires étrangères, sa désapprobation face à « cet accent insistant […] mis sur la responsabilité du peuple Allemand dans les événements passés […] puisque ce passé était d’ores et déjà surmonté ».7 À contrario, le terme « allemand » restait aux Pays-Bas synonyme de « nazi militariste », non seulement pour une grande partie de la population, mais aussi pour certains politiciens de premier plan, situation toujours exploitable par la RDA.

  • 8 Cf. Michael Lemke : « Instrumentalisierter Antifaschismus und SED-Kampagnenpolitik im deutschen Son (...)

4Ces différences d’attitudes privaient cependant la RDA d’une méthode dont elle faisait par ailleurs volontiers usage pour créer une base de discussion commune : l’instrumentalisation de l’antifascisme8. Qui plus est, certaines des personnes avec lesquelles Berlin-Est coopérait avaient fait preuve d’une attitude plutôt portée à la collaboration avec l’Allemagne nazie, à l’image de Paul Struye ou de Maurice Lambilliotte, sur lesquels nous reviendrons plus loin. Dans le cas de Lambilliotte, les camarades belges mirent même le SED expressément en garde contre l’utilisation de la propagande antifasciste dès les premiers contacts :

  • 9 Note du département des relations internationales du SED au Bureau politique, le 12 février 1964 : (...)

« Dans les conversations avec L. [Lambilliotte, CH] il ne faut en aucun cas aborder la question de la résistance pendant l’occupation fasciste, puisque l’intéressé a manifesté à l’époque des tendances à la collaboration avec les Fascistes. »9

  • 10 Rapport du 16 février 1966 à propos du voyage en Belgique du camarade Ernst Walkowski, collaborateu (...)

5De fait, quand Lambilliotte publia, en collaboration avec la RDA, un numéro spécial de son journal Synthèses, il n’y intégra pas l’article fournit par les Allemands de l’Est au sujet des résistants allemands en Belgique. Il motiva sa décision en prétendant que cette contribution « ne serait pas comprise par tous les lecteurs ».10 La partie est-allemande n’émit aucune protestation.

  • 11 André Mommen : « Van antibolsjewisme tot diplomatieke erkenning. De moeilijke relatie van de Belgis (...)
  • 12 La doctrine Hallstein stipulait que la République fédérale d’Allemagne romprait ses relations diplo (...)

6Une autre différence tenait à l’exploitation par de jeunes Néerlandais de la querelle sur la reconnaissance de la RDA comme d’un levier dans leurs assauts contre les élites en place. À l’inverse, les partisans belges de la reconnaissance appartenaient eux-mêmes à ces dernières et étaient souvent d’anciens membres des partis gouvernementaux. On voit bien là une continuité avec la reconnaissance de l’URSS par la Belgique le 12 juillet 1935. Certains hommes politiques militant dans les années 60 en faveur de la reconnaissance de la RDA s’étaient déjà rendus en URSS en 1935 et avaient plaidé pour sa reconnaissance, à l’image entre autres, du président du Sénat Paul Struye (Parti social chrétien) et des sociaux-démocrates Paul-Henri Spaak et Camille Huysmans, ministre d’Etat.11 Il est vrai que jusqu’en décembre 1972, ces tenants d’une initiative immédiate et indépendante en faveur de la reconnaissance restèrent en minorité au sein de leur propre parti et ne furent pas en mesure d’imposer leurs vues au gouvernement. La raison d’Etat dictait la prise en compte de la doctrine Hallstein de la RFA.12

  • 13 R. Coolsaet (note 9), p. 415.
  • 14 Article de Paul Struye « Deutsche Besorgnis » du 12 août 1963 ; in : La libre Belgique, journal de (...)
  • 15 Déclaration du représentant Paul Struye le 2 mai 1957 à l’assemblée consultative du Conseil de l’Eu (...)
  • 16 Paul-Henri Spaak, Combats inachevés. T. 2 : De l’espoir aux déceptions, Paris, Éditions Arthème Fay (...)

7Quant à la promotion de la détente, autre mobile avancé par Pekelder pour les Pays-Bas, elle valait aussi pour la Belgique et y semblait même plus marquée que chez son voisin du nord. À partir du début des années 60, nombre de politiciens belges plaidèrent en faveur de négociations est-ouest comme seule voie réaliste vers la détente, la guerre étant pour eux l’unique et inacceptable terme de l’alternative Ils appliquèrent la même approche à la réunification de l’Allemagne. En 1963, Struye, politicien évoqué plus haut et membre de l’aile droite « gaulliste » du Parti Social Chrétien (PSC)13, n’envisageait que deux façons de parvenir à l’unification : la reconquête des territoires perdus par les armes, ou par la négociation.14 Ce faisant, il ajoutait sans détour que « les Allemands de l’Est [… étaient] très probablement dans leur grande majorité contre le pouvoir communiste et [aspiraient] à s’unir à leurs frères de l’ouest ». Il avait d’ailleurs tenu des propos analogues dès 1957.15 En l’occurrence, Struye n’était pas isolé puisque Paul-Henri Spaak appelait de ses vœux des négociations entre Allemands.16

  • 17 R. Coolsaet, (note 9) p. 250.
  • 18 R. Coolsaet, (note 9), pp. 278, 385, 417.
  • 19 Question posée au Sénat belge par Henri Rolin le 21 mai 1963 au ministre des Affaires étrangères Sp (...)

8Tout en intervenant en faveur de sa reconnaissance internationale, Struye ne perdait donc pas de vue le caractère dictatorial de l’Etat est-allemand. Il en allait de même pour d’autres partisans de cette option comme Henri Rolin, président du groupe du Parti socialiste belge (PSB) au Sénat. Lui aussi appartenait à l’ancienne élite. En 1925, Emile Vandervelde, premier ministre des Affaires étrangères social-démocrate l’avait nommé chef de cabinet.17 Appartenant à l’aile gauche du PSB, Rolin était donc de fait le grand rival de Spaak, plutôt proche de l’aile droite et lui-même ministre des Affaires étrangères pendant de longue années.18 Rolin s’en prit entre autres à son collègue du parti Spaak au sujet de la question du Travelboard (TDD).19

  • 20 Lettre de Herbert Plaschke au cabinet de Paul Wandel du 15 août 1963 ; PA/AA, Bestand MfAA, A 11698 (...)

9Herbert Plaschke, chef du département Europe occidentale au MfAA se montra fort intéressé et proposa immédiatement d’« exploiter plus encore [la carte] Rolin dans la lutte contre les discriminations en terme de déplacement [des personnes] ».20 La méthode proposée était d’inviter Rolin à un entretien en RDA, même si celui-ci avait déjà refusé tout net une telle invitation :

  • 21 Copie d’une lettre de Henri Rolin du 11 juillet 1962 à la secrétaire générale du comité culturel Be (...)

« Je ne crois pas en conscience pouvoir actuellement donner l’impression que j’ignore le caractère oppressif du gouvernement actuel d’Allemagne orientale et j’éprouve la même répugnance à bénéficier de l’hospitalité de ces autorités que je ressentirais à l’égard du gouvernement de Franco ou de celui de Salazar. »21

  • 22 Note interne du département des relations internationales à Hermann Axen du 22 octobre 1964 ; SAPMO (...)
  • 23 Cf. note 19.

10Mais la persévérance de Berlin-Est finit par sembler payante. Après plusieurs refus, Rolin se rendit pour la première fois en RDA du 29 octobre au 1er novembre 1964. Il serait cependant exagéré d’affirmer que ce séjour représentait le couronnement de quatre années d’efforts est-allemands. De fait, au cours d’un entretien avec Hermann Axen, Rolin n’hésita pas à critiquer sans détour la RDA et à relever certains abus.22 Rolin se plaignit « des sanctions prises à l’égard d’un certain professeur Havemann pour la sincérité de ses prises de position » et plaida en faveur de la liberté de déplacement pour tous les citoyens de RDA. Dans les démarches contre le Travelboard, il suggéra un recours auprès de la Cour internationale des droits de l’homme, où lui-même siégeait comme juge. Y voyant une tentative pour attirer la RDA dans un « débat sur les droits de l’homme »23, Axen refusa toutefois de prendre la proposition en considération. Il crut dès lors avoir percé à jour le mobile « des manœuvres d’approche et d’apaisement » du sénateur :

  • 24 Ainsi toute opposition à l’ordre en vigueur en RDA était à nouveau interprétée comme une action sub (...)

« Il était évident que Rolin était spécialement mandaté par le gouvernement belge pour […] s’informer des chances de faire plier la RDA ».24

  • 25 Voir Alfons Malik (Neue Zeit) au sujet de sa démarche auprès de Paul Struje [CH : Struye], Présiden (...)
  • 26 Cf. note 19.

11Il apparaît donc que dans ses déclarations publiques en faveur de la normalisation des relations avec la RDA, Rolin s’efforçait, tout comme Struye, de marquer sa distance avec le caractère répressif du régime de Berlin-Est. Struye n’accorda ainsi qu’une simple interview au journal Neue Zeit de la CDU est-allemande, refusant une proposition d’article, car « à l’inverse de la publication d’une interview, la démarche d’un rédacteur s’identifiait plus étroitement à l’orientation politique d’un organe de presse ».25 Quant à Rolin, son souci de ménager une telle distance formelle apparut en 1962 dans la justification écrite (citée plus haut) de son refus de se rendre en RDA « malgré la qualification lénifiante de ‘voyage d’étude’ qui est donnée à la visite projetée ».26

12En définitive, on peut affirmer que pour les politiciens belges la promotion de la détente resta le principal mobile des efforts de normalisation des relations entre Bruxelles et Berlin-Est. Par le biais de la stabilisation du contexte international, la RDA devait être confortée sur le plan extérieur sans perdre de vue le caractère répressif de sa politique intérieure.

2. Pragmatisme belge dans les rapports avec la RDA

  • 27 Voir entre autres le rapport du MfAA de février 1961 : « Au sujet des travaux des représentations p (...)
  • 28 Voir la résolution de la commission des Affaires étrangères au Bureau politique, le 22 mai 1964, «  (...)
  • 29 Note du département des relations internationales au Bureau politique du SED, le 12 février 1964 : (...)
  • 30 Plan pour le développement des relations avec les partis sociaux-démocrates des pays capitalistes d (...)

13Une autre spécificité des relations entre la Belgique et la RDA tenait au comportement pragmatique de nombreux responsables politiques et hommes d’affaires envers le second Etat allemand. Alors qu’en République fédérale, comme aux Pays-Bas, un anticommunisme viscéral limitait d’emblée les contacts avec la RDA, cette attitude hostile constituait en Belgique un obstacle bien plus limité.27 Les politiciens belges montraient moins de répulsion envers le communisme comme envers sa variante est-allemande. Les parlementaires eux-mêmes étaient disposés dès le début des années 60 à participer à des déplacements collectifs en RDA. De 1960 à 1964, cinq délégations, mais aussi plusieurs parlementaires belges isolés, se rendirent ainsi en Allemagne de l’Est. La plupart d’entre eux appartenaient au PSB, mais des membres du Parti de la Liberté et du Progrès (PLP), de tendance libérale, et des chrétiens-sociaux du PSC firent aussi le déplacement.28 Enfin, le 4 février 1964, 16 parlementaires de tous les grands partis du Sénat et de la Chambre fondèrent la commission parlementaire du comité Belgique-RDA. Son président était Hubert Rassart (PSB) et son vice-président Norbert Hougardy (PLP) ; parmi ses principaux membres on comptait le chrétien-démocrate Jean Debuquoy et le communiste Willy Frère.29 Berlin-Est était ainsi parvenue à établir des contacts avec les partis gouvernementaux. En 1963, le Bureau politique du SED considérait les rapports avec les parlementaires du PSB comme un des cinq contacts « politiquement les plus précieux » noués avec la social-démocratie européenne. Mais au sein du petit cercle des sympathisants, le PSB se distinguait aussi par le caractère « spécifique » des personnalités auxquelles le SED avait à faire. Cette dernière considérait ainsi comme une « lacune de taille » le fait que ses contacts restaient pour l’essentiel des politiciens de second rang.30

  • 31 Rapport du Dr. Fechter relatif aux relations entre la Belgique et la zone d’occupation soviétique ; (...)

14Au-delà de personnalités isolées, le gouvernement belge réagit lui aussi à l’existence de la RDA de façon plus flexible et pragmatique que ses partenaires de l’OTAN. À l’occasion d’une affaire de pilotes égarés, Bruxelles avait ainsi dès 1958 « adopté [selon Bonn] une attitude quelque peu discutable »31, en engageant de facto des négociations d’Etat à Etat avec le gouvernement est-allemand, afin d’assurer le rapatriement des pilotes égarés et de leurs avions, contraints d’atterrir en RDA par des appareils militaires soviétiques.

  • 32 Compte rendu de l’entretien avec Kuhn, [collaborateur de la section consulaire ; CH] du MfAA, le 15 (...)
  • 33 Note du MfAA du 31 août 1962 « au sujet d’une visite du Consul général de Belgique Jacobs et de son (...)
  • 34 Cf. note 33.
  • 35 Note interne du chef de la section consulaire du MfAA au secrétaire d’Etat Otto Winzer, 6 septembre (...)

15Le ministère est-allemand des Affaires étrangères se souvint de ces événements quelques années plus tard à l’occasion de l’arrestation en RDA d’un nouveau ressortissant belge.32 Il s’agissait cette fois du père Joseph Vloeberghs, arrêté en 1962 à Leipzig car « fortement soupçonné de participer au détournement organisé de citoyens de la RDA ».33 Là aussi, Bruxelles voulut se montrer accommodant et promit que la libération de Vloeberghs aurait un « effet positif » sur la représentation commerciale à Bruxelles.34 Mais en raison du manque de coordination de la bureaucratie est-allemande, le prix à payer par la Belgique fut plus limité que prévu. Moins d’un an après la condamnation de Vloeberghs à quatre années de détention, le Conseil d’Etat de la RDA prononça sa libération anticipée. Quand un membre de la représentation belge à Berlin-Ouest voulut remercier le MfAA pour ses efforts, il s’avéra que ce dernier ignorait encore la décision de libération. Ce manque de concertation fit capoter le plan du ministère des Affaires étrangères, qui souhaitait exploiter la libération de Vloeberghs afin d’améliorer les contacts existants avec la représentation belge à Berlin-Ouest.35

  • 36 La non-reconnaissance de la RDA impliquait en toute logique une mesure identique pour les passeport (...)
  • 37 Note de Joachim Peck (docteur habilitatus en droit des peuples), Berlin-Friedrichshagen, à destinat (...)

16Le plus grand pragmatisme des Belges envers la RDA se manifesta aussi dans les relations commerciales. Le gouvernement de Bruxelles comme les entreprises concernées était prêt à des concessions plus importantes en faveur de la reconnaissance que ses voisins du nord. À titre d’exemple, on peut ici mentionner plusieurs démarches visant à la promotion des contacts commerciaux entre les deux pays. C’est ainsi qu’au printemps 1964, Dahlmann, directeur des achats du consortium électrique ACEC, un des plus actifs hommes d’affaire belge en rapport avec la RDA, engagea une action contre l’Allied Travel Office de l’OTAN à Berlin-Ouest Cette administration, appelée plus simplement Travelboard, était chargée de délivrer des autorisations de déplacement temporaires, ou Temporary Travel Documents (TTD), aux ressortissants de la RDA.36 Dahlmann adressa une protestation au gouvernement belge, exigeant le démantèlement du bureau de l’OTAN.37 Herbert Plaschke, chef du département Europe de l’Ouest du MfAA jugea l’initiative « fort intéressante ».

  • 38 Note de Günter Mauersberger de la représentation commerciale en Belgique du 28 août 1965 au sujet d (...)
  • 39 Rapport du département DB Europa I du MAI du 4 novembre 1964 : « Analyse succincte en terme de poli (...)
  • 40 Note du 25 janvier 1966 sur le voyage du camarade Ernst Walkowski en Belgique, du 17 au 20 janvier (...)
  • 41 Quant aux services secrets néerlandais (BVD), du moins savaient-ils quel collaborateur de la représ (...)
  • 42 Proposition II du département Europe n°5 [EA], section II-Benelux, émise le 27 octobre 1965 par See (...)

17Le ministère est-allemand réagit à l’attitude plus flexible des Belges par des plans d’actions qui atteignirent leur point culminant avec la « directive Belgique » du 22 mai 1964. Ces travaux dressaient un bilan des actions antérieures et des moyens disponibles. Partant de ces acquis, le MfAA formula ses objectifs, se concentrant sur la représentation commerciale de la RDA à Bruxelles, assurée en 1964 par sept collaborateurs au commerce extérieur, à l’exclusion de tout autre représentant. À l’été 1964, quand Bruxelles fut le premier des membres de l’OTAN à accorder à la RDA l’autorisation écrite de disposer de deux postes supplémentaires par rapport au maximum prévu, Berlin-Est dépêcha sur place un collaborateur politique du MfAA. À partir du second semestre 1965, la présence à Bruxelles du fonctionnaire du ministère Günter Mauersberger fut elle aussi avérée,38 portant ainsi à neuf le nombre des collaborateurs, accompagnés en outre par leurs familles.39 Hormis la France et l’Italie, la Belgique était le seul pays de l’OTAN où un fonctionnaire du ministère est-allemand des Affaires étrangères travaillait au sein de la représentation commerciale.40 Le gouvernement belge donna très probablement son aval à cet élargissement politique des attributions de la représentation est-allemande par la mise en place de collaborateurs diplomates.41 Ce faisant, il augmentait indirectement la pression qui s’exerçait sur lui, puisque le nouveau collaborateur était mandaté par son ministère de tutelle pour accroître l’influence de Berlin-Est sur les parlementaires belges.42

  • 43 Rapport du ministre des Affaires étrangères Julius Balkow du 19 décembre 1964 : « Information au su (...)
  • 44 Rapport du département DB Europa I du MAI du 4 novembre 1964 : « Analyse succincte en terme de poli (...)

18En décembre 1964, le voyage de quatre jours à Bruxelles du ministre du Commerce extérieur Julius Balkow fut une autre manifestation du renforcement des efforts de la RDA en Belgique. L’accueil sans TTD du ministre est-allemand et de ses six collaborateurs marquait une rupture avec les accords de l’OTAN, prévoyant de ne pas autoriser le déplacement de citoyens est-allemands dans des pays de l’alliance sans le contrôle exprès du Travelboard. Maurice Brasseur, ministre du commerce extérieur et membre du Parti social chrétien (PSC), eut même un entretien à ce sujet avec son collègue Balkow, le susnommé Dahlmann mettant pour l’occasion sa maison à disposition. Au cours de cette rencontre, Balkow formula d’emblée de nouvelles demandes plus ambitieuses, suggérant à la partie belge la levée du statut strictement non-étatique de la représentation commerciale de RDA à Bruxelles. Le SED avait en effet choisi la Belgique comme premier pays de l’OTAN avec lequel il souhaitait échanger des missions commerciales inter-étatiques43, censées aboutir à l’ouverture d’une représentation officielle à Berlin-Est. Ce voyage marquait l’aboutissement du rôle essentiel d’intermédiaire attribué au ministère pour le commerce extérieur et inter-allemand (MAI) par la « directive Belgique ».44 Ce succès « au profit de la normalisation des relations » suscita à Berlin-Est l’espoir d’une percée décisive. À la suite de son voyage en Belgique, Balkow tint à faire réaliser « une analyse approfondie des possibilités d’exploitation des contradictions au sein de l’OTAN » afin de trouver des idées pour de nouvelles initiatives dans d’autres pays de l’Alliance.

  • 45 Ministerie van Economische Zaken en Middenstand - Nationaal Instituut voor de Statistiek : Statisti (...)
  • 46 Hans-Jürgen Fink : « Beziehungen zu anderen Staaten in Europa : Die BENELUX-Länder », in : Hans-Ado (...)
  • 47 J. Pekelder (note 5), pp. 500ss. La Belgique n’enregistra un léger excédent qu’en 1966.

19Mais en dépit de ces rencontres avec les instances officielles belges, jusqu’à la reconnaissance mutuelle, les échanges avec la RDA représentèrent à peine 0,4 % de l’ensemble du commerce extérieur belge.45 Ce pourcentage resta inférieur à celui enregistré aux Pays-Bas, un des principaux partenaires commerciaux de la RDA, même si en valeur absolue les chiffres demeuraient là aussi plutôt faibles. Jusqu’à présent, dans l’analyse des relations économiques de la RDA avec ces deux pays, c’est le raisonnement de Hans-Jürgen Fink qui prévalait : les différences dans le domaine politique entre les partenaires commerciaux belges et néerlandais de la RDA s’expliquaient par le décalage dans le bilan des échanges. Dans les années 50 et 60, les Pays-Bas avaient obtenu un fort excédent à l’exportation alors que les exportations est-allemandes vers la Belgique restaient supérieures à celles des Belges. Les Néerlandais n’auraient dès lors eu aucune raison de se montrer plus complaisants.46 Cette présentation doit toutefois être nuancée. À partir de 1959, la Belgique comme les Pays-Bas enregistrèrent un solde débiteur dans leurs échanges avec la RDA.47 De plus, ce solde négatif n’expliquait pas les efforts plus soutenus des entrepreneurs belges puisque le bilan concernait les intérêts publics.

  • 48 Nationaal Instituut voor de Statistiek, Jahre 1960-72 (note 45).

20En fait, les différences tenaient plutôt à l’attitude anticommuniste moins marquée des Belges, de sorte qu’il leur en coûtait moins de faire des concessions à la RDA. Les deux parties, belges comme est-allemandes, étaient de plus persuadées que le développement des échanges et le rapprochement politique étaient nécessairement liés L’évolution des liens économiques allait cependant démontrer l’évolution relativement indépendante du commerce et de la politique. Ainsi, en dépit de l’amélioration des relations bilatérale, la proportion des échanges entre la Belgique et la RDA resta faible. Bien plus, à dater du début du rapprochement politique en 1960, la part est-allemande dans le commerce extérieur belge eut même tendance à diminuer.48

3. Le SED et le Parti Communiste de Belgique

  • 49 Cf. SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/20/219, 1952-1960, passim.

21La seconde spécificité de la politique de reconnaissance est-allemande en Belgique tenait au large soutien apporté sur place par le Parti Communiste de Belgique Sa mise en place ne fut cependant pas exempte de tensions, les camarades est-allemands se contentant d’abord pendant plusieurs années d’aider matériellement le PCB. Au cours de la première décennie, le SED envoya régulièrement des dons en nature pour un montant total de 80.000 marks-est. Ils comprenaient entre autres une rotative et une Wartburg équipée d’un autoradio.49 À partir de 1957, le SED critiqua l’attitude du parti frère belge à l’égard de la RDA. Dans une lettre adressée au Bureau politique du PCB, Walter Ulbricht réprouva ainsi l’absence de toute propagande en faveur de la RDA dans l’avant-projet d’action belge :

  • 50 Lettre de Walter Ulbricht, premier secrétaire du SED, au comité central du PCB, le 13 mars 1957 ; S (...)

« Dans l’intérêt de la Belgique et de sa population, nous estimons nécessaire de dire aux travailleurs belges qu’ils ont en la République Démocratique Allemande et en sa classe ouvrière des alliés déterminés contre l’impérialisme ouest-allemand. La promotion de la reconnaissance de la RDA par le gouvernement belge et l’instauration de relations commerciales et culturelles étroites entre nos deux pays répondent pleinement aux intérêts de la classe ouvrière belge. »50

  • 51 Lettre de E. Burnelle, Secrétaire National du Parti Communiste de Belgique : « Au Camarade Wilhelm (...)
  • 52 Lettre de Hermann Axen au Bureau politique du SED, à l’attention du premier secrétaire, le camarade (...)
  • 53 Discours du membre du comité central du SED, Hermann Axen au XIIe Congrès du Parti Communiste de Be (...)
  • 54 Cf. note 25. Ulbricht a-t-il interprété la présentation de Axen comme la critique indirecte d’un po (...)

22La PCB remercia « vivement [le premier secrétaire] pour [ses] critiques justifiées » et promit une amélioration dans sa réponse au « Cher Camarade Wilhelm [sic ! CH] Ulbricht ».51 Mais, au grand dam de Hermann Axen, le plan d’action présenté un mois plus tard au XIIe Congrès du Parti ne mentionnait pas une seule fois la RDA. Premier des représentants du SED à se rendre à un Congrès du PCB, Axen se vanta dans son rapport à Ulbricht et au Bureau politique d’être seul à l’origine de l’acceptation par le PCB de l’idée de soutenir l’établissement de relations diplomatiques avec la RDA.52 Il en avait critiqué l’absence auprès de la direction du PCB et avait même personnellement demandé un temps de parole au Congrès de façon à défendre publiquement cette option.53 Il avait de plus insisté auprès du rédacteur en chef de l’organe du Parti, le « Drapeau Rouge », pour que l’article au sujet de son discours fît clairement mention du soutien à l’établissement de relations diplomatiques entre la Belgique et la RDA. Après avoir ainsi imposé ses vues aux camarades belges, Axen considéra la participation de la délégation du SED comme un « plein succès ». Celle-ci avait « initié un début d’évolution de la direction du parti belge à propos de la RDA », succédant à l’absence d’effet des critiques adressées par Walter Ulbricht un mois auparavant au Bureau politique du PCB pour ses « thèses usées et erronées sur la République démocratique ».54

  • 55 Rapport de Wolfgang Bergold, instructeur au département politique étrangère et relations internatio (...)

23Mais, dès le nouveau Congrès de mai 1960, le SED constata que la position des camarades belges envers la RDA continuait à pâtir des mêmes faiblesses. Par la voix de son Secrétaire National Jean Blume, le PCB promit néanmoins à la nouvelle délégation est-allemande sur le départ que la direction du parti se montrerait dorénavant plus active en faveur de la RDA.55

  • 56 Lettre d’Albert Norden au Bureau politique, le 25 mai 1964 : « Compte rendu sur l’état actuel de la (...)
  • 57 Voir note 36.
  • 58 Rapport du département Europe n° 5 du MfAA du 14 juillet 1961, section Benelux : « Analyse de l’évo (...)
  • 59 Rapport annuel 1962 de la société pour les relations culturelles avec l’étranger, en date du 18 jan (...)

24Même si jusqu’en 1960, le SED se montra continuellement insatisfait de l’aide des camarades belges, dont l’insuffisance fut toujours admise avec humilité par le PCB, force est de constater que ce dernier avait commencé dès la fin des années 50 à soutenir concrètement et de façon sans cesse plus efficace la politique de reconnaissance de la RDA. En 1958, les communistes belges proposèrent au parti frère est-allemand d’organiser et de rassembler les contacts demeurés isolés au sein d’un comité culturel, de façon à donner une forme plus efficiente à la propagande de Berlin-Est en Belgique. Dans la droite ligne de la formule d’Ulbricht « tout doit sembler démocratique mais nous devons garder le contrôle sur tout », on nomma comme président le social-démocrate et germaniste Willem Pée, en laissant aux autres partis la majorité au comité, à raison de six membres du PCB, contre huit du PSB, trois du parti libéral et sept indépendants. Toutefois, la position clef de secrétaire générale était occupée par la communiste Christiane Braet-Delrue, qui remplissait sa fonction depuis sa maison de Bruges. Qui plus est, les communistes du comité furent organisés en groupe politique leur assurant une position dominante sur leurs collègues isolés des autres partis.56 Le comité culturel organisait des expositions, des projections de films de la DEFA, des conférences sur la République démocratique et des voyages en RDA pour les parlementaires et les journalistes.57 À la satisfaction de Berlin-Est58, l’année 1962 vit ainsi la tenue de 70 manifestations pour un total d’environ 6 675 visiteurs.59 Ces succès étaient le fruit d’un travail initié en 1958, si bien que le mécontentement des collaborateurs du SED tiendrait plus à un manque de patience pour en recueillir les fruits.

  • 60 Cf. note 9.
  • 61 Rapport de Mauersberger du département Europe n° 5 du MfAA, section II, du 15 mars 1963 : « Notes a (...)
  • 62 Cf. note 9.

25Cependant, l’absence d’enregistrement officiel du comité comme le fait que sa secrétaire générale remplissait ses fonctions depuis son domicile provincial de Bruges entravaient son développement.60 Au début de 1963, l’organisation fit ainsi l’objet d’une professionnalisation. Elle fut d’abord transformée par sa direction en Association Belgique-République Démocratique Allemande, centre Culturel et d’Information, dont la réunion inaugurale eut lieu le 23 février 1963.61 Puis en mai de la même année, on transféra le siège de cette association nationale de Bruges à Bruxelles.62

  • 63 Berlin-Est assurait avant tout le traitement de la secrétaire générale, son loyer et autres frais f (...)
  • 64 « Réflexions sur l’activité de l’association Belgique-RDA » en date du 8 janvier 1971 ; SAPMO-BArch (...)
  • 65 K-H. Woitzik (note 3) p. 282 ; cf. note 61.
  • 66 Voir note précédente.

26Jusqu’en 1963 le comité avait reçu de Berlin-Est 241 000 FB (20 400 valutamarks) par an. Sa professionnalisation fit augmenter le budget. En 1963, l’enveloppe atteignit ainsi 357 800 FB (30 300 valutamarks). La RDA finança également le déménagement à hauteur de 30 000 FB.63 En 1970, la subvention annuelle s’étaient accrue à raison de 779 000 FB (environ 66 000 valutamarks) ; l’association recevait de plus des livres, des disques et des timbres de RDA pour une valeur de 5 500 marks-est.64 La secrétaire générale Braet-Delrue parvint à dissimuler cette aide financière de la RDA aux autres membres de l’association, car elle occupait aussi les fonctions de trésorière.65 Tous les trois mois elle retirait l’argent à Berlin-Est pour le rapporter en Belgique dans ses bagages.66

  • 67 Le Flamand Albert De Coninck, né en 1915 et membre du PCB depuis 1932, combattit pendant la guerre (...)
  • 68 Cf. note 9.
  • 69 « Information sur le Parti Communiste de Belgique » début mai 1964 ; SAPMO-BArch, NY 4182/1273.
  • 70 Si l’examen d’ensemble de la collaboration entre le PCB et le SED laisse supposer sa nomination com (...)
  • 71 Note de Paul Markowski du département des relations internationales du Comité central du SED, du 17 (...)

27En 1964, les relations entre camarades belges et est-allemands reçurent une nouvelle impulsion. Les contacts entre le PCB et le SED en faveur de la politique de reconnaissance se déroulaient jusqu’alors par l’entremise de Christiane Braet-Delrue et la « société pour les relations culturelles avec l’étranger » de Berlin-Est. Dès lors, les deux partis s’impliquèrent plus directement dans ces relations. Pour ce qui est du PCB, il convient de mentionner ici son Secrétaire National Albert De Coninck. Depuis 1957 secrétaire des relations internationales du PCB67, il se chargea au nom du Bureau politique de coordonner les relations entre le SED et le PCB et de diriger l’Association Belgique-RDA par l’entremise de sa secrétaire générale, communiste, Christiane Braet-Delrue.68 La date exacte de la nomination de De Coninck comme expert des affaires est-allemandes69 entre 1958 et 1964, tout comme la nature exacte de ses attributions ne sont pas élucidées.70 À dater de 1964, De Coninck a des entretiens réguliers avec Hermann Axen et organise les premiers contacts entre le journaliste Maurice Lambilliotte et le SED. Le billet d’avion du premier voyage en RDA de Lambilliotte fut payé par le parti est-allemand qui l’envoya à De Coninck pour garder l’opération secrète.71

  • 72 Rapport de Hermann Axen à Walter Ulbricht du 10 octobre 1965 au sujet de son voyage en Belgique ; S (...)
  • 73 Voir note 33. Lambilliotte n’est toutefois pas mentionné dans les mémoires de Spaak : P.-H. SPAAK ( (...)
  • 74 Rapport de Hermann Axen du 3 décembre 1965 au sujet de son entretien avec le ministre belge des Aff (...)

28Les relations entretenues avec Maurice Lambilliotte qui eut pendant des années ses entrées dans les plus hautes sphères du pouvoir constituent la troisième spécificité des rapports entre la RDA et la Belgique. À partir du début 1964, le journaliste fut un conseiller personnel du ministre des Affaires étrangères Spaak avec le rang de conseiller général. Dès lors, Spaak le chargea du rôle d’intermédiaire pour l’organisation de contacts confidentiels avec Berlin-Est.72 Les deux hommes étaient de toute évidence étroitement liés, de sorte que l’ambassadeur soviétique à Bruxelles qualifia officieusement Lambilliotte de « coursier de Spaak ».73 Les efforts intensifs de médiateur déployés par le journaliste furent couronnés par la visite confidentielle rendue par Axen au ministre belge des Affaires étrangères, le 1er décembre 1965.74

  • 75 Maurice Lambilliotte : « De veiligheid in Europa en de erkenning van de ddr”, in : Nils Brädefors ( (...)
  • 76 Note de synthèse de Oppler, ambassadeur de la République fédérale à Bruxelles, le 12 décembre 1963, (...)

29La question des motifs de l’engagement si résolu de Lambilliotte au bénéfice de la RDA en Belgique n’a pu être entièrement résolue. Celui-ci avait tout d’abord l’aval de Spaak, intéressé par des contacts secrets avec Berlin-Est. Mais ses activités dépassaient le seul cadre des contacts entre Axen et le ministre belge. Il s’efforçait de rendre la RDA présentable à Bruxelles, sa seconde motivation étant très certainement de contribuer à la détente et à la fin de la guerre froide. Il avait ainsi publié plusieurs articles sur « la sécurité en Europe ».75 Spaak lui-même considérait le renforcement des contacts avec le bloc de l’Est comme un devoir urgent.76

  • 77 Lettre de Maurice Lambilliotte à Hermann Axen du 28 avril 1964 ; SAPMO-BArch DY 30/IV 2/2.035/75 ; (...)
  • 78 Note interne du SED adressée par Hermann Axen à Walter Ulbricht, le 6 juin 1968 ; SAPMO-BArch, NY 4 (...)
  • 79 Lettre de Hermann Axen à Maurice Lambilliotte du 3 février 1965 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/75.
  • 80 Le tirage de la revue Synthèses oscilla entre 7 000 exemplaires en 1966 et 3 000 en 1968. Note inte (...)

30Reste la raison de l’application mise par Lambilliotte à entretenir des rapports amicaux avec Axen même si pour lui (à la différence de Rolin ou de Struye) les motivations de politique étrangère ne les rendaient pas absolument nécessaires. Après ses visites en RDA, le journaliste écrivait à chaque fois une lettre à l’homme politique du SED, le remerciant de l’accueil reçu. On a beau tenir compte de la politesse toute diplomatique (et belge) des lettres où Lambilliotte louait la RDA – « pays pilote » sur la voie du socialisme qui lui avait laissé « une impression vraiment admirable » – avant d’assurer une nouvelle fois Axen de sa « sincère amitié »,77 force est de constater que l’auteur ne se contentait pas de mots. Il fut ainsi l’hôte d’Axen au nom du ministre Spaak et proposa au chargé des affaires étrangères du SED de consacrer à la RDA un numéro spécial de la revue Synthèses. Lambilliotte était responsable de cette publication officieuse du ministère belge des Affaires étrangères dont il obtenait des subsides.78 Paru en 1966 à l’initiative du journaliste, le numéro spécial dédié à la RDA pouvait être qualifié de pure propagande est-allemande. Les auteurs des articles étaient tous de célèbres représentants de la République démocratique. Axen fut enthousiasmé par la publication (« je suis ravi »), 79 si bien que le SED acheta une partie substantielle (soit 1 000 exemplaires) du tirage afin de distribuer le numéro dans les pays de langue francophone.80

  • 81 Rapport du 1er mai 1968 : « Du 24 avril au 1er mai, Monsieur Lambilliotte et son épouse ont fait un (...)
  • 82 Procès-verbal de Hummel du 28 février 1969 au sujet d’une conversation téléphonique avec Monsieur L (...)

31Ces faits apportent un nouvel élément d’explication au sujet de l’investissement de Lambilliotte en faveur de la RDA. Il agissait en homme d’affaire chargé d’une mission politique. Particulièrement habile, il savait combiner ses activités commerciales et politiques, ambitionnant entre autres de faire de Synthèses l’organe de promotion de la conférence pour la coopération et la sécurité en Europe (CSCE).81 Il accepta ainsi non seulement l’aide matérielle indirecte de la RDA mais demanda à plusieurs reprises son soutien financier.82

4. Conclusion

  • 83 « Information sur un entretien du camarade Hermann Axen avec le camarade Albert De Coninck membre d (...)

32Cette contribution se proposait, à travers une esquisse des relations entre la Belgique et la RDA, de définir les facteurs justifiant la politique de reconnaissance de Berlin-Est. Dans la citation introductive, datée de 1964, les stratèges est-allemands se montraient optimistes. Par leur attitude plus conciliante, les interlocuteurs belges acquirent, aux yeux de Berlin-Est, la réputation de tenants peu fiables de la doctrine Hallstein, si bien que la Belgique devînt le principal « pays cible » de l’offensive de la RDA contre cette dernière. Mais en dépit de cet optimisme est-allemand, Bruxelles respecta le Travelboard jusqu’à la suppression de cette administration en 1970. La RDA échoua aussi à modifier le statut non-étatique de ses représentations commerciales, alors que dès 1964 elle avait inscrit au nombre de ses objectifs les plus urgents leur transformation par l’échange de missions commerciales d’État entre Berlin-Est et Bruxelles.83 C’est précisément cette surestimation de ses propres capacités qui conduisit la RDA à considérer que

  • 84 Cf. note 21.

« au sein de l’OTAN, la Belgique [était] le pays offrant les possibilités à la fois économiques et politiques pour servir d’exemple dans une percée progressive et conséquente contre la doctrine Hallstein au bénéfice de la RDA. »84

  • 85 Résolution de la commission des Affaires étrangères au Bureau politique du 22 mai 1964, « Conceptio (...)

33C’est sur cette argumentation que fut conçue la « directive Belgique » de 1964 déterminant l’attitude de Berlin-Est envers Bruxelles pour les années suivantes.85 Les bonnes dispositions de Bruxelles encouragèrent continuellement la RDA à développer ses activités qui se soldèrent par de modestes succès, mettant à plusieurs reprises Bruxelles dans une fâcheuse posture envers ses voisins occidentaux.

  • 86 Information du début mai 1964 sur le PCB ; SAPMO-BArch, NY 4182/1273.

34Si dans les premières années, les relations entre le SED et le PCB ne furent pas exemptes de tensions, les camarades belges devinrent peu à peu des auxiliaires précieux de la politique de reconnaissance du parti est-allemand. À partir de la fin des années 50, ces efforts conjoints permirent l’élargissement continuel de la marge de manœuvre du second Etat allemand en Belgique, résultat dont le SED sut parfaitement prendre la mesure.86 Cette aide du PCB était favorisée par un climat belge moins marqué par l’anticommunisme que chez les voisins de l’Ouest ou du Nord du pays. Loin d’être isolé, le PCB put établir le contact entre la RDA et des hommes politiques influents, dont Maurice Lambilliotte.

  • 87 Pour les années 60, point culminant de la politique de reconnaissance, la plupart des données provi (...)

35Mais en dépit d’incontestables succès initiaux, Berlin-Est dut reconnaître que le but initial de briser la doctrine Hallstein ne pouvait être atteint à court terme et, après plusieurs années de tentatives infructueuses, se limita à partir de 1967 à des efforts plus mesurés.87 La raison principale devait sans doute beaucoup au remplacement du ministre des Affaires étrangères Paul-Henri Spaak dû à l’alternance et à l’arrivée d’une coalition conservatrice, le 19 mars 1966. Environ un an plus tard, Lambilliotte perdit son poste de conseiller au ministère. Spaak avait esquissé en coulisse un rapprochement avec la RDA, alors que son successeur se montrait moins ouvert aux tentatives de séduction de Berlin-Est. Toutefois, le changement de gouvernement ne changea rien au caractère plus conciliant de la Belgique par rapport aux autres pays de l’OTAN.

  • 88 Rapport du collaborateur du MfAA, Ingo Oeser, le 20 décembre 1972 au sujet des négociations engagée (...)

36Ainsi, si la France attendit la conclusion du traité fondamental (21 décembre 1972) entre la RDA et la RFA, la Belgique engagea les négociations pour l’établissement de relations diplomatiques entre le moment où le texte fut paraphé (8 novembre 1972) et sa signature officielle.88 Pourtant, les pays de l’OTAN avaient pris la résolution d’attendre la signature avant d’établir des contacts officiels, de façon à ne pas affaiblir la position de Bonn au cours des négociations. La Belgique n’attendit la signature que pour la reconnaissance formelle du 27 décembre. Ces précédents permirent au royaume belge de reconnaître la RDA dès la signature du traité fondamental, devenant ainsi le seul membre de l’Alliance Atlantique à reconnaître l’Allemagne de l’Est dès 1972. Ses partenaires utilisèrent les derniers jours ouvrables de décembre pour engager les négociations avec Berlin-Est. C’est ainsi que les Pays-Bas et le Luxembourg, seconds dans la vague des reconnaissances, n’emboîtèrent le pas que le 5 janvier 1973. Ainsi, le souhait exprimé par la RDA en 1964 de voir, de tous les membres de l’OTAN, le royaume belge la reconnaître en premier n’avait mis que neuf ans à aboutir Mais le désir secret de parvenir à briser la doctrine Hallstein en Belgique ne s’était pas réalisé.

Notes

2 Georgi Verbeeck : « Gelaten nabuurschap. België en Duitsland sinds 1945 ”, in : Friso Wielenga (éd.) : De Duitse buur. Visies uit Nederland, België en Denemarken 1945-1995, Den Haag, Clingendael, 1996, p. 121, note 50.

3 Karl-Heinz Woitzik : Die Auslandsaktivität der sowjetischen Besatzungszone Deutschlands. Organisationen – Wege – Ziele, Mainz, v Hase und Koehler Verlag, 1967, pp. 228-236 et 244-252.

4 K.-H. Woitzik (note 3), pp. 70 et 154, voir note 1.

5 Jacco Pekelder : Nederland en de ddr. Beeldvorming en betrekkingen 1949-1989, Amsterdam, Boom, 1998, en particulier pp. 414-416. On peut discuter sur le fait de savoir si le qualificatif « anti-allemand » ne serait pas plus approprié qu’« anti-ouest allemand ». Quoi qu’il en soit, le SED critiqua « l’absence de conception de classe » de nombreux Communistes néerlandais qui incluaient la RDA dans leur jugement anti-allemand ; cf. Carel Horstmeier : « Die Beziehungen der niederländischen kommunistischen Partei (CPN) zur SED ”, in : Jahrbuch für Historische Kommunismusforschung, Berlin, Akademie Verlag, 1998, p. 171.

6 G. Verbeeck (note 2), pp. 113ss.

7 Rapport du Front National – section du district de Magdeburg – au département des relations internationales du Comité central du SED, en date du 24 août 1964, au sujet de l’entretien à Magdeburg avec le sénateur belge Hubert Rassart, le 13 août 1964 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV A2/20/448.

8 Cf. Michael Lemke : « Instrumentalisierter Antifaschismus und SED-Kampagnenpolitik im deutschen Sonderkonflikt 1960-68 », in : Jürgen Danyel (éd.) : Die geteilte Vergangenheit. Zum Umgang mit Nationalsozialismus und Widerstand in beiden deutschen Staaten, Berlin, Akademie Verlag, 1995, pp. 61-86.

9 Note du département des relations internationales du SED au Bureau politique, le 12 février 1964 : « Information sur un entretien du camarade Hermann Axen avec le camarade Albert De Coninck, membre du Bureau politique du Parti Communiste de Belgique le 8 février 1964 » ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/75 ; Rik Coolsaet : België en zijn buitenlandse politiek 1830-1990, Leuven, Van Halewyck, 1998, p. 269 ; Avant la Seconde Guerre mondiale, Struye avait adopté une attitude plutôt « versatile » à l’égard de l’Allemagne nazie.

10 Rapport du 16 février 1966 à propos du voyage en Belgique du camarade Ernst Walkowski, collaborateur du département des relations internationales, du 7 au 11 février 1966 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/75.

11 André Mommen : « Van antibolsjewisme tot diplomatieke erkenning. De moeilijke relatie van de Belgische Werkliedenpartij tot de USSR tijdens het interbellum », in : M.L. Roholl/ E. Waegemans/C. Willemsen (éds.) : De lage landen en de Sovjetunie. Beeldvorming en betrekkingen, Amsterdam, Jan Mets, 1989, pp. 75-93 ; E. Waegemans : « August Vermeylen in de Sovjetunie tijdens het eerste vijfjarenplan », in : ibid., pp. 108-121.

12 La doctrine Hallstein stipulait que la République fédérale d’Allemagne romprait ses relations diplomatiques avec tout Etat tiers reconnaissant la RDA.

13 R. Coolsaet (note 9), p. 415.

14 Article de Paul Struye « Deutsche Besorgnis » du 12 août 1963 ; in : La libre Belgique, journal de l’aile droite du PSC ; PA/AA, Bestand MfAA, A 15783 ; voir R. Coolsaet (note 9), p. 384.

15 Déclaration du représentant Paul Struye le 2 mai 1957 à l’assemblée consultative du Conseil de l’Europe, in : Bundesministerium für gesamtdeutsche Fragen (éd.) : Dokumente zur Deutschlandpolitik, III. Reihe, Bd.3: 1. Januar bis 31. Dezember 1957, Francfort/M., Metzner, 1967, pp. 713-717.

16 Paul-Henri Spaak, Combats inachevés. T. 2 : De l’espoir aux déceptions, Paris, Éditions Arthème Fayard, 1969, pp. 122-135.

17 R. Coolsaet, (note 9) p. 250.

18 R. Coolsaet, (note 9), pp. 278, 385, 417.

19 Question posée au Sénat belge par Henri Rolin le 21 mai 1963 au ministre des Affaires étrangères Spaak au sujet du Travelboard ; PA/AA, Bestand MfAA, A 11698.

20 Lettre de Herbert Plaschke au cabinet de Paul Wandel du 15 août 1963 ; PA/AA, Bestand MfAA, A 11698. Evoquant les étrangers, les responsables est-allemands de la politique extérieure manifestaient de plus en plus souvent l’intention, selon leur propres termes, « de les utiliser au profit de notre lutte ». La formulation reflète l’idée selon laquelle, dans les pays capitalistes, seuls les Communistes étaient capables d’adopter l’attitude qui convenait à l’égard de la RDA. Quant aux membres des partis bourgeois, s’ils avaient un point de vue erroné, ils pouvaient néanmoins être manipulés dans l’intérêt du pays. Le fort serviable Lambilliotte était lui-même rangé au nombre des tenants d’une position erronée.

21 Copie d’une lettre de Henri Rolin du 11 juillet 1962 à la secrétaire générale du comité culturel Belgique-RDA, Christiane Braet-Delrue ; PA/AA, Bestand MfAA, A 11692.

22 Note interne du département des relations internationales à Hermann Axen du 22 octobre 1964 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV A2/20/448 ; note de Hermann Axen du 31 octobre 1964 sur un entretien du camarade Hermann Axen avec le président de la fraction socialiste du Sénat belge, Henri Rolin, le 29 octobre 1964 ; SAPMO-BArch, NY 4182/1304.

23 Cf. note 19.

24 Ainsi toute opposition à l’ordre en vigueur en RDA était à nouveau interprétée comme une action subversive menée par un Etat impérialiste. Dans le premier jet de cette note du 30 octobre 1964, la formule plus nuancée « il semblait » remplaçait toutefois l’affirmation « il était évident » ; SAPMO-BArch, DY 30/IV A2/20/448.

25 Voir Alfons Malik (Neue Zeit) au sujet de sa démarche auprès de Paul Struje [CH : Struye], Président du Sénat du Royaume de Belgique, à Bruxelles, rue de la Loi, le 2 avril 1959, SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/20/219, f. 349-351.

26 Cf. note 19.

27 Voir entre autres le rapport du MfAA de février 1961 : « Au sujet des travaux des représentations parlementaires à Bruxelles et Amsterdam » ; PA/AA, Bestand MfAA, A 11681.

28 Voir la résolution de la commission des Affaires étrangères au Bureau politique, le 22 mai 1964, « Conception du développement des relations entre la RDA et la Belgique » (en abrégé : « directive Belgique ») ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.115/5.

29 Note du département des relations internationales au Bureau politique du SED, le 12 février 1964 : « Information au sujet d’un entretien du camarade Hermann Axen avec le camarade Albert De Coninck, membre du Bureau politique du PC de Belgique, le 8 février 1964 » ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/75. Ici aussi, la RDA se montrait disposée à collaborer avec tous pour sa reconnaissance. Deux ans auparavant, le MfAA avait encore, dans une note interne, qualifié Hougardy d’« homme d’affaire sans scrupule » : Rapport du département Europe n° 5 du MfAA du 23 février 1962, section Benelux : « Mesures pour la foire de printemps de Leipzig 1962 » ; PA/AA, Bestand MfAA, A 11684.

30 Plan pour le développement des relations avec les partis sociaux-démocrates des pays capitalistes du 10 décembre 1963 ; SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/2 A/1002.

31 Rapport du Dr. Fechter relatif aux relations entre la Belgique et la zone d’occupation soviétique ; PA/AA 700/85, 23.6.58, AA Ref. 700, VLR I ; pour la partie est-allemande, en 1958, voir « Violation de l’espace aérien de la RDA par des pilotes belges et négociations entre la RDA et la Belgique en vue du rapatriement des pilotes et de leurs appareils » (échanges de notes et photos inclus) ; PA/AA, Bestand MfAA, A 8938.

32 Compte rendu de l’entretien avec Kuhn, [collaborateur de la section consulaire ; CH] du MfAA, le 15 mai 1962 ; PA/AA, Bestand MfAA, A 11685.

33 Note du MfAA du 31 août 1962 « au sujet d’une visite du Consul général de Belgique Jacobs et de son collaborateur Schröders, à la section consulaire du MfAA ». Le « détournement organisé de citoyens de la RDA » était l’expression est-allemande pour désigner l’aide à la fuite hors du pays ; PA/AA, Bestand MfAA, A 11685

34 Cf. note 33.

35 Note interne du chef de la section consulaire du MfAA au secrétaire d’Etat Otto Winzer, 6 septembre 1963 ; PA/AA, Bestand MfAA, A 11685.

36 La non-reconnaissance de la RDA impliquait en toute logique une mesure identique pour les passeports des ressortissants est-allemands. L’OTAN avait ainsi créé à Berlin-Ouest l’Allied Travel Office, chargé de fournir des papiers non-étatiques aux ressortissants est-allemands voyageant dans les Etats membres de l’alliance. L’objet du voyage était à chaque fois examiné et le dossier pouvait être rejeté si on soupçonnait l’envoyé de la RDA d’être en charge d’une mission de propagande dans le pays d’accueil.

37 Note de Joachim Peck (docteur habilitatus en droit des peuples), Berlin-Friedrichshagen, à destination du MfAA, le 9 mars 1964 (le prénom de Dahlmann n’est jamais mentionné) ; Bestand MfAA, A 11715.

38 Note de Günter Mauersberger de la représentation commerciale en Belgique du 28 août 1965 au sujet des entretiens du collègue Möckel avec l’ambassadeur de Roumanie Oancea, et du collègue Mauersberger avec le conseiller d’ambassade soviétique Andrianov ; PA/AA, Bestand MfAA, C 282/73.

39 Rapport du département DB Europa I du MAI du 4 novembre 1964 : « Analyse succincte en terme de politique commerciale des relations économiques entre la RDA et la Belgique » ; SAPMO-BArch, DY 30/IV A2/20/448. Pour souligner le caractère non-étatique de l’institution, aucun accord écrit ne fixait le statut de la représentation commerciale (cf. « directive Belgique », note 28). Pour la mise en place de deux postes supplémentaires, la Belgique avait cependant donné son accord par écrit ; cf. note 1.

40 Note du 25 janvier 1966 sur le voyage du camarade Ernst Walkowski en Belgique, du 17 au 20 janvier 1966 ; SAPMO-BArch, NY 4182/1304.

41 Quant aux services secrets néerlandais (BVD), du moins savaient-ils quel collaborateur de la représentation commerciale était issu du MfAA ; cf. Dirk Engelen : Geschiedenis van de Binnenlandse Veiligheidsdienst, Den Haag, Sdu Uitgeverij Koninginnegracht, 1995, p. 340. Qui plus est, la partie est-allemande ne fit en rien mystère (face à Lambilliotte) de la mission politique de Mauersberger ; cf. note 40, p. 79.

42 Proposition II du département Europe n°5 [EA], section II-Benelux, émise le 27 octobre 1965 par Seelmann du MfAA, en vue de nouvelles initiatives et démarches en faveur de la normalisation des relations entre la RDA et la Belgique ; SAPMO-BArch, DY 30/IV A2/20/448.

43 Rapport du ministre des Affaires étrangères Julius Balkow du 19 décembre 1964 : « Information au sujet du voyage du camarade ministre Balkow en Belgique » ; SAPMO-BArch, NY 4182/1304.

44 Rapport du département DB Europa I du MAI du 4 novembre 1964 : « Analyse succincte en terme de politique commerciale des relations économiques entre la RDA et la Belgique » ; SAPMO-BArch, DY 30/IV A2/20/448. Du 18 au 28 mai 1960, Julius Balkow avait déjà rencontré une délégation gouvernementale comprenant des collaborateurs des instances du commerce extérieur belge ainsi que le ministre du commerce extérieur de l’époque, Jacques van Offelen (libéral), le tout il est vrai, avant le durcissement des dispositions du TTD en 1960/61 ; Evaluation et synthèse de Dietmar Heyne, département n°5 du MfAA, service de la presse, section intérieure, en date du 28 novembre 1960, au sujet des principaux événements et dispositions de la politique étrangère de la RDA pendant l’année 1960 en Belgique et aux Pays-Bas ; PA/AA, Bestand MfAA, A 11708.

45 Ministerie van Economische Zaken en Middenstand - Nationaal Instituut voor de Statistiek : Statistisch jaarboek voor België, Brussel : Nationaal Instituut voor de Statistiek, [1952-72], Nummer 73-92 : Tabelle « Buitenlandse handel volgens landen”.

46 Hans-Jürgen Fink : « Beziehungen zu anderen Staaten in Europa : Die BENELUX-Länder », in : Hans-Adolf Jacobsen e.a. (éds.) : Drei Jahrzehnte Außenpolitik der ddr. Bestimmungsfaktoren, Instrumente, Aktionsfelder, Munich/Vienne, Oldenbourg, 1980, p. 519.

47 J. Pekelder (note 5), pp. 500ss. La Belgique n’enregistra un léger excédent qu’en 1966.

48 Nationaal Instituut voor de Statistiek, Jahre 1960-72 (note 45).

49 Cf. SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/20/219, 1952-1960, passim.

50 Lettre de Walter Ulbricht, premier secrétaire du SED, au comité central du PCB, le 13 mars 1957 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/20/219, Bl. 277-279.

51 Lettre de E. Burnelle, Secrétaire National du Parti Communiste de Belgique : « Au Camarade Wilhelm [Sic!! CH] Ulbricht, Premier Secrétaire du Comité Central du Parti Socialiste Unifié d’Allemagne », le 29 mars 1957, SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/20/219, f. 282. Difficile de savoir si cette erreur, en contradiction avec le contenu amical de la réponse, doit être considérée comme une gaffe, un lapsus freudien ou un coup bas, évocation de l’arrogant empereur Guillaume II.

52 Lettre de Hermann Axen au Bureau politique du SED, à l’attention du premier secrétaire, le camarade Walter Ulbricht, le 25 avril 1957 : « Rapport de la délégation du Comité Central du SED au sujet du XIIe Congrès du Parti Communiste de Belgique (du 19 au 22 avril 1957) » ; SAPMO-BArch, NY 4182/1273.

53 Discours du membre du comité central du SED, Hermann Axen au XIIe Congrès du Parti Communiste de Belgique à Gand le 20 avril 1957 ; SAPMO-BArch, NY 4182/1273.

54 Cf. note 25. Ulbricht a-t-il interprété la présentation de Axen comme la critique indirecte d’un pouvoir de persuasion insuffisant ? Les documents ne permettent pas de conclure.

55 Rapport de Wolfgang Bergold, instructeur au département politique étrangère et relations internationales du Comité central, en date du 20 mai 1960 : « Rapport au sujet de la délégation du Comité central du SED au XIIIe Congrès du PCB », SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/20/219, f. 403-410.

56 Lettre d’Albert Norden au Bureau politique, le 25 mai 1964 : « Compte rendu sur l’état actuel de la collaboration entre le SED et le PCB dans le domaine de l’information à l’étranger de la RDA » ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/75.

57 Voir note 36.

58 Rapport du département Europe n° 5 du MfAA du 14 juillet 1961, section Benelux : « Analyse de l’évolution de la politique intérieure et extérieure de la Belgique », PA/AA, Bestand MfAA, A 11708.

59 Rapport annuel 1962 de la société pour les relations culturelles avec l’étranger, en date du 18 janvier 1963, Pittermann ; LR Belgien (201/204) ; PA/AA, Bestand MfAA, A 11696.

60 Cf. note 9.

61 Rapport de Mauersberger du département Europe n° 5 du MfAA, section II, du 15 mars 1963 : « Notes au sujet d’une entretien avec le dirigeant de la représentation commerciale, le camarade Schramm, le 28 février 1963 » ; PA/AA MfAA A 11695. K-H. Woitzik (note 3), p. 245, donne le 30 mars 1963 comme date de fondation en se référant à la publication au journal officiel belge.

62 Cf. note 9.

63 Berlin-Est assurait avant tout le traitement de la secrétaire générale, son loyer et autres frais fixes. Les manifestations étaient pour l’essentiel financées par l’association elle-même, la RDA contribuant il est vrai aux projets les plus coûteux. Voir le programme de la société pour les relations culturelles avec l’étranger à l’attention du secrétariat du SED : transfert du siège du comité culturel Belgique/RDA de Bruges à Bruxelles (de l’avril ( ?) 1963) ; SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/3A/955.

64 « Réflexions sur l’activité de l’association Belgique-RDA » en date du 8 janvier 1971 ; SAPMO-BArch, dy 13/1950. L’association obtenait de plus gratuitement chaque année des livres des éditions « Zeit im Bild », des expositions et des films.

65 K-H. Woitzik (note 3) p. 282 ; cf. note 61.

66 Voir note précédente.

67 Le Flamand Albert De Coninck, né en 1915 et membre du PCB depuis 1932, combattit pendant la guerre d’Espagne et pendant la Seconde Guerre mondiale comme dirigeant dans la résistance belge. Membre du Bureau politique depuis 1951, il fut nommé secrétaire pour les relations internationales du PCB en 1957. Albert De Coninck, España. Belgen in de internationale brigaden, Bruxelles, Frans Masereel Fonds, 1972 (texte de jaquette).

68 Cf. note 9.

69 « Information sur le Parti Communiste de Belgique » début mai 1964 ; SAPMO-BArch, NY 4182/1273.

70 Si l’examen d’ensemble de la collaboration entre le PCB et le SED laisse supposer sa nomination comme responsable de la RDA au Bureau politique dès 1958, il faut attendre 1964 pour le voir mentionné dans cette fonction ; cf. note 39.

71 Note de Paul Markowski du département des relations internationales du Comité central du SED, du 17 janvier 1964 au sujet d’un entretien entre Hermann Axen et le camarade De Coninck, membre du Bureau politique du PCB au siège de la rédaction de Neues Deutschland, le 17 janvier 1964 ; SAPMO-BArch, NY 4182/1273. Lettre du département des relations internationales du Comité central du SED au Bureau politique, le 12 février 1964 : « Information sur un entretien entre le camarade Hermann Axen et le camarade Albert De Coninck, membre du Bureau politique du PCB, le 8 février 1964 » ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/75. Lettre du Secrétaire national Albert De Coninck à Walkowski du Comité central du SED, le 8 février 1964 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV A2/20/448.

72 Rapport de Hermann Axen à Walter Ulbricht du 10 octobre 1965 au sujet de son voyage en Belgique ; SAPMO-BArch, NY 4182/1304. Lettre du département des relations internationales du Comité central du SED au Bureau politique du 12 février 1964 : « Information sur un entretien du camarade Hermann Axen avec le camarade Albert De Coninck, membre du Bureau politique du PCB, le 8 février 1964 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/75. Rapport de Hermann Axen du 3 décembre 1965 au sujet de son entretien avec le ministre des Affaires étrangères belge, Paul-Henri Spaak ; SAPMO-BArch, NY 4182/1304.

73 Voir note 33. Lambilliotte n’est toutefois pas mentionné dans les mémoires de Spaak : P.-H. SPAAK (note 16), p. 441 (index des noms de personnes).

74 Rapport de Hermann Axen du 3 décembre 1965 au sujet de son entretien avec le ministre belge des Affaires étrangères Spaak ; SAPMO-BArch, NY 4182/1304. Document reproduit in : Materialien der Enquete-Kommission zur Aufarbeitung von Geschichte und Folgen der SED-Diktatur in Deutschland, édité par le Deutscher Bundestag, vol. V/3, Baden-Baden, Nomos, 1995, pp. 2249-2257.

75 Maurice Lambilliotte : « De veiligheid in Europa en de erkenning van de ddr”, in : Nils Brädefors (éd.) : ddr-Erkenning nu! Argumenten en documenten, Stockholm, Permanent Internationaal Comité voor de Erkenning van de ddr, 1971, pp.12-17 ; ibid. : « De voorwaarde van psychologische ontspanning », in : Euros, Europees tijdschrift ten dienste van de mens en zijn cultuur, Hilversum, Paul Brand, 2/1964-65 (Survival ethics) pp. 11-19.

76 Note de synthèse de Oppler, ambassadeur de la République fédérale à Bruxelles, le 12 décembre 1963, pour la période de juillet 1959 à novembre 1963, pp. 201-238 ; PA/AA B24-94.02/482.

77 Lettre de Maurice Lambilliotte à Hermann Axen du 28 avril 1964 ; SAPMO-BArch DY 30/IV 2/2.035/75 ; lettre de Maurice Lambilliotte à Hermann Axen du 6 mai 1968 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV A2/20/448.

78 Note interne du SED adressée par Hermann Axen à Walter Ulbricht, le 6 juin 1968 ; SAPMO-BArch, NY 4182/1304.

79 Lettre de Hermann Axen à Maurice Lambilliotte du 3 février 1965 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/75.

80 Le tirage de la revue Synthèses oscilla entre 7 000 exemplaires en 1966 et 3 000 en 1968. Note interne de la commission d’information sur l’étranger du Comité central du SED à Walter Ulbricht, le 17 mars 1966 ; SAPMO-BArch, NY 4182/1304. Rapport du 1er mai 1968 : « Du 24 avril au 1er mai, Monsieur Lambilliotte et son épouse ont fait un séjour… » ; SAPMO-BArch, DY 30/IV A2/20/448. Note interne du SED adressée par Albrecht Nolden à Walter Ulbricht, le 17 août 1966 ; SAPMO-BArch, NY 4182/1304 ; Synthèses : Revue Internationale, Bruxelles, Éditions « Synthèses », n°241 (juin 1966).

81 Rapport du 1er mai 1968 : « Du 24 avril au 1er mai, Monsieur Lambilliotte et son épouse ont fait un séjour… » ; SAPMO-BArch, DY 30/IV A2/20/448.

82 Procès-verbal de Hummel du 28 février 1969 au sujet d’une conversation téléphonique avec Monsieur Lambilliotte ; SAPMO-BArch, DY 30/IV A2/20/448.

83 « Information sur un entretien du camarade Hermann Axen avec le camarade Albert De Coninck membre du Bureau politique du PCB, le 12 février 1964 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/75. Note de Herbert Plaschke du département Europe n°5 du MfAA du 22 mai 1964 sur la directive « relations entre la RDA et la Belgique » ; PA/AA, Bestand MfAA, A 11717.

84 Cf. note 21.

85 Résolution de la commission des Affaires étrangères au Bureau politique du 22 mai 1964, « Conception du développement des relations entre la RDA et la Belgique », p. 236 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.115/5. Si les consignes quant au pays cibles firent l’objet de quelques changement, elles concernaient le plus souvent la France et l’Italie pour les pays de l’OTAN, ainsi que la Finlande et la Suède pour les pays neutres ; cf. note 1.

86 Information du début mai 1964 sur le PCB ; SAPMO-BArch, NY 4182/1273.

87 Pour les années 60, point culminant de la politique de reconnaissance, la plupart des données proviennent pour la Belgique du département de politique étrangère du Comité central du SED (relations internationales) de 1964 à 1966 inclus, bien que la période d’archivage englobât les années 1963 à 1971. Voir les relations de la RDA avec les institutions et les ressortissants belges 1964-68 ainsi que les délégations belges en RDA de 1963 à 1967 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV A2/20/448 et DY 30/IV A2/20/449.

88 Rapport du collaborateur du MfAA, Ingo Oeser, le 20 décembre 1972 au sujet des négociations engagées du 11 au 18 décembre 1972 pour l’établissement de relations diplomatiques entre la RDA et le Royaume de Belgique et l’échange de vue des deux délégations sur l’organisation de ces rapports, une fois les relations établies ; SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/2A/1656.

Auteur

Groningen

Jean-Léon Muller (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540