Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Les relations bilatérales de la RDA avec l’Europe occidentale

De « l’Allemagne soviétique » à « la Prusse Rouge »

Images de la RDA aux Pays-Bas

Jacco Pekelder
Traduction de Florence Ango

Texte intégral

1Au milieu de l’année 1967, Han Lammers, journaliste et homme politique social-démocrate des Pays-Bas, visita la RDA, en compagnie de trois autres journalistes et collègues. À son retour, il publia un article dans le journal d’extrême gauche De Groene Amsterdammer où il fit part des impressions qu’il avait recueillies au cours de son voyage dans l’autre État allemand. Lammers se disait choqué par le contraste existant entre l’image de la RDA qui avait cours aux Pays-Bas et la réalité bien plus réjouissante de l’Allemagne de l’Est. À sa grande surprise, il était apparu que la RDA était en passe de devenir un pays prospère, « qui serait en mesure de démontrer prochainement que les expériences socialistes peuvent être couronnées de succès ». Lammers disait même qu’il fallait en effet s’attendre là-bas à un « deuxième miracle économique ». Les propos que tenait Lammers sur le système politique est-allemand étaient frappants. Le journaliste expliquait dans son article que l’on se méprenait « lourdement », en niant « l’existence d’une démocratie en RDA ». Le processus législatif est-allemand, au cours duquel les projets de loi seraient soumis à un débat aussi large que possible dans la presse, au sein des partis et dans les entreprises avant d’atterrir au parlement, se trouvait légitimé par Lammers qui y voyait le signe que « le processus démocratique [...] commence à un stade antérieur, plus proche de la base que dans nos sociétés ». Le commentaire de Lammers sur le Mur de Berlin, qui selon ses dires, « semblait moins menaçant vu de là-bas que ce qu’on pouvait penser » était carrément choquant. Le journaliste de Groene reprenait largement dans son article l’argumentation habituelle en Allemagne de l’Est, à savoir l’image du « rempart contre le fascisme ». Lammers ne prenait pas du tout en considération les victimes que le Mur avait déjà faites en 1967 et, quant à la surveillance du Mur assurée par les gardes-frontières, il renchérissait :

  • 1 Han Lammers : « Geschrokken terug uit de DDR », in : De Groene Amsterdammer, 16 juin 1967.

« C’est la frontière de l’État et c’est pour cette raison qu’il fait l’objet d’une surveillance accrue. Sans cette surveillance, personne n’y croirait vraiment. Voilà pourquoi on tire également sur les fuyards. »1

  • 2 Cf. Jacco Pekelder : Nederland en de DDR. Beeldvorming en betrekkingen 1949-1989, Amsterdam, Boom, (...)

2Le regard stupéfiant que porte Lammers sur la RDA livre une image extrêmement positive de la RDA. Dans notre étude sur la relation Pays-Bas-RDA, nous partons de l’hypothèse selon laquelle, au cours des presque quarante et une années d’histoire de l’État est-allemand, on peut constater tout d’abord une nette évolution dans la représentation que les Pays-Bas ont pu se faire de la RDA.2 Il n’y a non pas eu une image déterminante pour toute la durée, mais plusieurs perceptions de la RDA, qui ont chacune mené leur existence propre. Les facteurs fondamentaux qui ont façonné ces perceptions sont davantage la guerre froide que la politique intérieure des Pays-Bas ou les événements en Allemagne. Ces derniers incluent les évolutions internes à la RDA et à l’Allemagne de l’Ouest ainsi que la question allemande d’une manière générale. Sur la base d’une étude fouillée des documents des archives néerlandaises – du ministère des Affaires étrangères, du conseil des Ministres, du Parlement, de divers partis politiques, ainsi que d’organisations privées et religieuses –, de publications contemporaines sur la RDA et en incluant des informations tirées des Archives de la SED et de l’ancien ministère est-allemand pour la sécurité intérieure (Stasi), il est possible, en procédant à quelques généralisations, de répartir les perceptions néerlandaises de la RDA en cinq catégories. Ces catégories ne se dissocient pas complètement les unes des autres – il y a toujours des recoupements –, mais chacune met en avant un aspect particulier de la RDA. Ces catégories sont les suivantes :

  1. L’image de la RDA comme une sorte d’Allemagne soviétique, une version est-allemande de l’Union soviétique ;

  2. La perception de la RDA comme un État socialiste modèle, par beaucoup d’aspects un exemple pour les Pays-Bas et l’Occident ;

  3. L’image de la RDA comme « l’autre Allemagne » qui a donné son titre à cet article : l’Allemagne antifasciste qui a tiré les leçons du national-socialisme ;

  4. La vision fonctionnelle de la RDA comme d’un État qui, moins par sa nature que par son existence même, garantit que la paix en Europe ne sera pas de nouveau menacée par l’Allemagne, qui, amputée de la RDA est devenue trop petite pour dominer l’Europe ;

  5. La RDA perçue comme « la Prusse Rouge », image dans laquelle on n’ignore pas le système communiste, mais où on perçoit en premier lieu les traits germano-prussiens caractéristiques de la RDA.

3Ces cinq représentations seront traitées, dans la mesure du possible, dans l’ordre chronologique, puis seront brièvement abordées les relations Pays-Bas - RDA.

1. L’image de « l’Allemagne soviétique »

  • 3 Aux Pays-Bas, il y avait (et il y a toujours) un nombre relativement important de quotidiens et d’h (...)
  • 4 De Volkskrant, 8 octobre 1949.
  • 5 NRC, 12 octobre 1949.
  • 6 Trouw, 8 octobre 1949.

4Dans les premiers commentaires de la presse néerlandaise qui suivirent la création de la RDA, c’est le rejet qui domine, en raison des origines non démocratiques du nouvel État.3 Le quotidien catholique De Volkskrant ne tergiversa pas, puisqu’il n’hésita pas à qualifier la RDA de « neuvième État policier d’Europe ».4 Le caractère antidémocratique de l’Allemagne de l’Est fut aussi l’occasion de taxer le gouvernement de Berlin-Est de gouvernement illégal, plus précisément d’illégitime. Le correspondant étranger du journal libéral Nieuwe Rotterdamse Courant fut frappé par la différence dans la composition des deux gouvernements allemands. Tandis que les hommes politiques ouest-allemands sont élus de manière démocratique, ceux de l’Est sont « choisis par l’occupant ». Ce seraient des « communistes ou des sympathisants fiables, testés soigneusement durant les années d’occupation ».5 Pour le quotidien protestant Trouw, la RDA ne serait rien d’autre qu’une « Allemagne soviétique »6.

5Cette image de la RDA comme « Allemagne soviétique » a dominé dans la représentation néerlandaise dans les années cinquante et au tout début des années soixante, non seulement dans la presse mais aussi en politique, au ministère des Affaires étrangères et chez les diplomates en Allemagne. Du fait de la surpuissance écrasante de l’Union Soviétique en Europe de l’Est au cours de la première phase de la guerre froide, les particularités allemandes de RDA passaient quasiment inaperçues. Etant donné la manière dont étaient prises les décisions en RDA, cette perception de « l’Allemagne soviétique » se trouvait également en grande partie légitimée puisque l’Union Soviétique gardait toujours le dernier mot.

  • 7 Voir par exemple le rapport préoccupant sur la popularité de l’organisation officielle de la jeunes (...)
  • 8 Hermann Von Der Dunk : « Tussen welvaart en onrust : Nederland van 1955 tot 1973 », in : Hermann Vo (...)

6Les articles sur la RDA et les autres États d’Europe de l’Est donnent l’impression que nombre d’observateurs néerlandais craignaient un déclin culturel en Europe de l’Est, comme si les pays derrière le rideau de fer allaient dégénérer en l’espace de quelques années en un désert du communisme. Il régnait par exemple un grand pessimisme quant aux possibilités pour la population et, en particulier pour la jeunesse, de résister à long terme à l’endoctrinement communiste.7 Dans ces opinions, on reconnaît l’image du pessimisme que l’historien d’Utrecht, Hermann von der Dunk, a décrit à propos des Pays-Bas des années cinquante. Les chercheurs et les journalistes avaient observé à l’époque, selon von der Dunk, une « crise de la société occidentale » ainsi qu’une « crise de démocratie libérale face à un communisme mondial, monolithique et inhumain, piloté à partir d’une centrale avec un cynisme diabolique ».8

7Autre élément caractéristique de la présentation dans la presse – mais aussi dans plusieurs interventions de députés de la Seconde Chambre du parlement – : la mise en exergue, voire l’identification des analogies entre la RDA et le « Troisième Reich ». Aucun journal, en effet, ne manquait de signaler que la séance du parlement est-allemand, au cours de laquelle la RDA fut fondée, avait eu lieu dans la grande salle de l’ancien ministère de l’aviation du Reich de Hermann Göring. Par ailleurs, les festivités qui suivirent l’entrée en fonction du premier président Wilhelm Pieck à Berlin, furent dépeintes dans la NRC de la manière suivante :

  • 9 NRCt, 12 octobre 1949 ; cf. Winfried Ranke : « Linke Unschuld ? Unbefangener oder unbedachter Umgan (...)

« L’image, qui fut offerte ce soir, ressuscite les souvenirs du 30 janvier 1933, le jour où Hitler a pris les rênes du pouvoir en main. À l’époque, c’étaient les SA qui avaient organisé une longue retraite aux flambeaux dans la Wilhelmstraße, aujourd’hui ce sont la police populaire et les jeunesses du parti qui ont défilé, au pas de l’oie, le long de l’allée Unter den Linden. À l’époque, Goebbels clamait dans son micro à la vue de ce spectacle : « Des flambeaux, des flambeaux, rien que des flambeaux » et hier soir, le journaliste de la radio communiste de Berlin a prononcé les mêmes paroles. »9

  • 10 Cf. De Volkskrant, 4 octobre 1949.
  • 11 Cité d’après : Jaap Burger, chef du groupe parlementaire du parti Partij van de Arbeid (PvdA), in : (...)
  • 12 Het Parool, 18/20/23 juin 1953.

8Dans ces deux exemples, la comparaison avec le national-socialisme semble encore quelque peu construite, car en fin de compte, il ne s’agissait là que d’apparences purement extérieures. La comparaison avec la période nazie apparaît, en revanche, beaucoup plus substantielle dans la présentation de la création d’une armée est-allemande. Au premier plan, on trouvait le fait que la nouvelle NVA comptait effectivement d’anciens nazis et officiers de la Wehrmacht dans ses rangs.10 Pourtant, ce sont justement les analogies tirées de très loin qui sont caractéristiques de ces commentaires. La mise sur un pied d’égalité du communisme et du national-socialisme sous cette forme correspond aux théories sur les totalitarismes qui dominaient, à cette époque, le débat à l’Ouest sur le communisme. Cela ressortit particulièrement dans les commentaires sur le soulèvement du 17 juin 1953. Selon les députés sociaux-démocrates Frans Goedhart et Jaap Burger, les dirigeants du SED se seraient démasqués lors de la répression de la révolte. Il serait devenu manifeste que leur attitude correspondait à celle des nazis hollandais durant l’occupation de la Hollande pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils étaient qualifiés de « traîtres du peuple », « d’hommes de main et d’espions au service des meurtriers de masse ».11 Dans plusieurs articles et dans une caricature publiés dans le journal social-démocrate Het Parool, la révolte est-allemande, qui s’était développée à partir de mouvement de grève, fut comparée avec la grève de février 1941 à Amsterdam et dans d’autres villes néerlandaises, lorsque les Néerlandais avaient protesté contre les mesures prises à l’encontre des Juifs hollandais par la puissance d’occupation allemande.12

  • 13 L’émergence de la politique de la non-reconnaissance est bien décrite dans la thèse de doctorat de (...)

9Au cours de la période étudiée, la politique extérieure des Pays-Bas était placée sous le signe d’un jugement négatif sur la RDA et se trouvait ainsi en accord avec les autres pays occidentaux qui avaient décidé, à l’unisson, de ne pas reconnaître, dans un premier temps, le nouvel État est-allemand comme un État souverain, mais d’ignorer la RDA autant que possible. Dans la formulation de cette politique, les Pays-Bas jouèrent un rôle secondaire et s’orientèrent en fonction de la politique de l’Allemagne fédérale et des trois alliés occidentaux. La politique occidentale de la non-reconnaissance impliquait qu’aucun représentant diplomatique ne ferait l’objet d’un échange avec la RDA et qu’aucun traité ne serait conclu avec cet État.13 Cette politique fut maintenue jusqu’à la fin de l’année 1972, c’est-à-dire lorsque la voie fut ouverte pour nouer des relations diplomatiques avec la reconnaissance réciproque des deux États allemands.

  • 14 Handelingen der Staten Generaal : Tweede kamer, 1961/1962, p. 48.

10Puisque tous ou presque partageaient cette perception de la RDA comme « l’Allemagne soviétique », la politique de la non-reconnaissance n’était jamais remise en cause sérieusement au parlement néerlandais à cette époque. À la fin des années cinquante, seuls le Communistische Partij van Nederland (CPN) et le Pacifistisch-Socialistische Partij (PSP), créé peu de temps avant, s’opposaient à cette politique. On pouvait entendre, de temps en temps, issus d’autres partis représentés à la Seconde Chambre, des plaidoyers similaires en faveur de – comme on disait – la « reconnaissance des réalités en Europe ». À l’occasion de la construction du Mur de Berlin, le chef du groupe parlementaire du parti protestant de la droite modérée Anti-Revolutionaire Partij (ARP), J.A.H.J.S Bruins Slot, préconisa, fin 1961, d’adopter une attitude réaliste et d’accepter « une certaine régulation sur la base du statu quo ».14 Mais il s’agissait là de voix isolées.

2. L’image de l’État socialiste modèle

11Dès le début, la RDA n’a pas seulement suscité une vision d’épouvante. Au contraire, nombre de Néerlandais la percevaient comme un modèle. Ce fut tout d’abord le cas pour les seuls communistes néerlandais, même si, pour eux, l’Union Soviétique était l’unique modèle véritable ; mais au cours des années cinquante et surtout durant la première moité des années soixante, des socialistes de gauche et des groupes protestants commencèrent à se rallier au « modèle de la RDA ». L’explication habituelle en était que la RDA, malgré toutes les insuffisances, aurait poursuivi son développement dans une meilleure direction que les États tels les Pays-Bas ou l’Allemagne de l’Ouest, parce que les rapports de propriété en RDA auraient irrévocablement changé : la propriété privée des moyens de production serait pratiquement abolie et la voie pour une société socialiste serait donc libre.

  • 15 Anne Jacobus Van Den Berg : De Nederlandse Christen-Studenten Vereniging, 1886-1985, Den Haag, Boek (...)
  • 16 Il ressort du livre paroissial de la paroisse néerlandaise, que le premier office religieux néerlan (...)

12Dans de petits cercles protestants et chrétiens de gauche, une évolution remarquable, partant de la solidarité avec les Chrétiens opprimés de RDA, en passant par un dialogue entre le christianisme et le socialisme jusqu’à l’adhésion au socialisme, plus précisément au communisme, se produisit. Peu de temps après la guerre déjà, les Eglises protestantes néerlandaises avaient repris contact avec les Eglises allemandes. Lorsque la partition de l’Allemagne revêtit des formes de plus en plus concrètes, les relations avec les frères dans la foi d’Allemagne de l’Est furent maintenues. Des représentants du mouvement pacifiste protestant Kerk en Wereld ainsi que de la confédération néerlandaise des étudiants chrétiens (NCSV) se rendaient chaque année à des rencontres à Berlin et en RDA. Le NCSV entretint d’étroits contacts avec la communauté d’étudiants protestants est-allemands. Au sein du NCSV en particulier, ainsi que, dans une moindre mesure au sein du Kerk en Wereld et d’organisations proches, le communisme suscita un très fort intérêt. Dans les groupes du NCSV de diverses villes universitaires, les années cinquante voient naître des cercles politiques, dans lesquels on discutait sur l’idéologie marxiste-léniniste et, à partir de la fin de la décennie, des membres du NCSV participèrent à des festivals pour la jeunesse communistes ainsi qu’à des forums de jeunes pour entamer un dialogue direct avec le monde communiste.15 Lors de ces contacts, la RDA se trouvait en premier plan. Les raisons en sont diverses : l’Eglise protestante de RDA était la plus grande d’Europe orientale ; par ailleurs, Berlin possédait une force d’attraction particulière ; la langue allemande ne posait pas de problèmes aux Néerlandais et la RDA n’était, géographiquement parlant, pas si éloignée. Autre facteur important : l’existence d’une communauté religieuse néerlandaise à Berlin-Ouest, qui, depuis 1961, avait aussi son homologue dans la partie orientale de la ville. Cette paroisse berlinoise était dirigée (et l’est toujours) par la femme pasteur néerlandaise Bé Ruys.16 Presque toutes les délégations NCSV rendaient visite à cette paroisse berlinoise avant d’aller à Berlin-Est ou en RDA et y recevaient oralement une première présentation de l’État est-allemand.

  • 17 Koster fut au milieu des années soixante vicaire auprès de la paroisse néerlandaise à Berlin. Plus (...)
  • 18 Le titre DDR-kenningen constitue un jeu de mot : un rapprochement des mots DDR, erkenning (Reconnai (...)

13Pour l’évolution des représentations néerlandaises de la RDA et du mouvement qui s’engagea aux Pays-Bas en faveur de la reconnaissance de la RDA, ces contacts furent importants, ne serait-ce que pour les échanges multiples avec des habitants d’Allemagne de l’Est. En outre, le NCSV, et la Paroisse Néerlandaise publièrent, à partir de 1965, à Berlin, une série d’ouvrages en néerlandais, qui avaient pour objectif d’influencer l’opinion publique néerlandaise en faveur de la RDA. Le premier de ces livres était encore assez a-politique. Il s’agissait d’un recueil de contributions écrites en grande partie par des théologiens est-allemands, édité par Bé Ruys, et qui parut en 1965 sous le titre Nieuwe oriëntatie. Stemmen uit de kerk in de DDR. Le livre publié en 1970 Het stiefkind van Europa. De niet erkende staat allait un peu plus loin et constituait en fait un plaidoyer passionné pour la reconnaissance de la RDA. Il avait été rédigé par Koos Koster17, un ancien collaborateur de la paroisse néerlandaise à Berlin, et édité en coopération avec le NCSV. Le NCSV dirigeait aussi le secrétariat du comité de reconnaissance néerlandais, créé en 1970, et éditait la revue DDR-kenningen18. Par son contenu, Het stiefkind van Europa peut être considéré comme caractéristique pour la perception de la RDA dans ces cercles de gauche protestants chrétiens. Sous couvert d’une information la plus objective possible sur la RDA, y est dépeinte une image très positive et, là où c’est moins opportun, du moins optimiste de l’Allemagne de l’Est. Le point de départ de beaucoup d’auteurs est formulé, de manière pertinente, dans la préface de Koos Koster :

  • 19 Koos Koster, « Een staat die er mag zijn », dans Koos Koster (éd.) : Het stiefkind van Europa : De (...)

« Presque chaque Néerlandais associe la RDA avec le Mur qui traverse Berlin, tandis que peu de gens savent que, derrière ce mur, se crée une société vraiment différente de la nôtre, et qui mérite d’être connue. »19

  • 20 Koos Koster : « Oost-Duitsland — één grote kleuterschool », in : Hervormd Nederland, 20 mars 1976.

14En fait, cette partie de la population néerlandaise cherchait dans cette RDA une alternative au système social et politique des Pays-Bas, qui, à leurs yeux, n’était démocratique qu’en apparence et favorisait l’injustice sociale. Jusqu’au bout, quelques membres issus de ces cercles de chrétiens de gauche ont diffusé cette image de la RDA comme alternative socialiste dans des clubs tel celui des Christenen voor het Socialisme. Beaucoup d’autres par contre s’en détournèrent de nouveau, souvent déçus par les procédures expéditives employées par la RDA contre des critiques de gauche du régime, tels Robert Havemann, Wolf Biermann et Rudolf Bahro, par le non-respect des droits de l’homme d’une manière générale, souvent aussi par mécontentement à l’égard de la politique sociale et économique choisie par la RDA sous Honecker sous le leitmotiv « l’unité des politiques sociale et économique ». Cela vaut également pour Koos Koster. En 1976, il publia dans le Hervormd Nederland un article intitulé Oost-Duitland - één grote Kleuterschool (L’Allemagne de l’Est – un jardin d’enfants grandeur nature), formule qu’il avait empruntée à un chauffeur de taxi de Berlin-Est. Désillusionné, ce journaliste de gauche écrit que la RDA aurait dégénéré, depuis sa reconnaissance, en une « société de consommation » rassasiée. En RDA, il existerait une « forme prussienne de la dictature avec un parti infaillible », que le régime du SED ne laisserait plus apparaître comme alternative acceptable. Dans le même article, Koster poursuivait en attaquant violemment ses anciens amis militants du NCSV et du Christenen voor het Socialisme, parce qu’ils « s’exprimeraient de façon trop peu critique, trop naïve et trop romantique » sur la RDA et les autres pays d’Europe de l’Est. Selon Koster, ils devraient, justement au nom du socialisme, garder leurs distances à l’égard des régimes d’Europe de l’Est. « On n’est pas anti-communiste », concluait Koster, « lorsqu’on rejette la société embourgeoisée et le capitalisme d’État en Europe de l’Est ».20 Parmi les adhérents de la Nouvelle Gauche, un groupe d’opposition actif entre 1966 et 1973 au sein du parti social-démocrate Partij van de Arbeid (PvdA), on trouve sporadiquement l’avis que la RDA s’est révélée être une alternative aux sociétés occidentales. Les remarques de Han Lammers, le porte-parole en politique extérieure le plus important de la Nouvelle Gauche, concernant la substance démocratique de la RDA ont déjà été mentionnées au début de cette contribution. Plusieurs adhérents de la Nouvelle Gauche furent vraiment fascinés du fort degré de participation de la population à la politique est-allemande. Que cette participation était souvent forcée, beaucoup en prirent conscience seulement après maintes visites en RDA, comme ce fut le cas de Han Lammers, d’autres pas du tout.

3. L’image de l’Allemagne antifasciste

  • 21 Voir Manfred Overesch : Buchenwald und die DDR : Oder die Suche nach Selbstlegitimation, Göttingen, (...)

15La perception de la RDA comme l’« autre » Allemagne, l’Allemagne antifasciste, se rattachait à l’antifascisme officiel proclamé par la RDA qui avait pour but de soutenir l’État du SED aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, et, de légitimer la forme de société communiste. Les dirigeants de la RDA s’approprièrent le souvenir de la Résistance contre les nationaux-socialistes et accaparèrent le rôle de l’« autre » Allemagne.21 Dans de nombreuses perceptions néerlandaises, cette autoreprésentation de la RDA fut très nettement reprise. L’ouvrage paru en 1980, intitulé Het andere Duitsland. Introduktie tot de DDR, en est une illustration parfaite. Les éditeurs Pieter Boot, Lisette Dekkers et Hans Groenewegen expliquent dans la préface du livre que

« l’on peut apprendre en RDA combien la nécessité de la paix en Europe et dans le monde entier y est soulignée. Toute propagande fasciste est proscrite par la constitution. Une partie importante de l’enseignement scolaire porte sur ‘l’éducation à la paix et à la démocratie’ ».

  • 22 Pieter Boot/Lisette Dekkers/Hans Groenewegen : Het andere Duitsland : Introduktie tot de DDR, Odijk (...)

16Il est frappant de voir qu’ils commencent leur ouvrage par une présentation détaillée de la période précédant la création de la RDA, dans laquelle ils mettent surtout en avant le combat des communistes durant la République de Weimar et pendant le nazisme.22 Il est important de noter cet aspect parce que les auteurs inscrivent, de cette manière, la RDA automatiquement dans la tradition de l’antifascisme, exactement comme cela se produisit dans les manuels officiels d’histoire de la RDA.

  • 23 Cf. Antonia Grunenberg : Antifaschismus - ein deutscher Mythos, Reinbek, Rowohlt, 1993, et François (...)

17Dès lors se pose la question de savoir si les éditeurs, issus des cercles de la gauche protestante se sont interrogés sur le contenu démocratique de l’antifascisme officiel est-allemand, plus précisément sur son caractère prétendûment pacifiste. Dans l’idéologie d’État du SED, communisme et antifascisme étaient pratiquement synonymes. Conformément à l’idéologie communiste, le SED partait du principe que le fascisme était un produit du capitalisme. Cela signifiait que seul pouvait réellement être antifasciste celui qui était en même temps communiste. Il en découle cependant en même temps que l’antifascisme officiel de la RDA était essentiellement dirigé contre une société pluraliste.23

18Il est difficile d’évaluer le nombre de Néerlandais qui ont réellement cru à l’antifascisme de la RDA. Beaucoup l’ont sans doute considéré comme avéré, puisque finalement, en RDA, les communistes, les ennemis jurés du fascisme, étaient au pouvoir. Dans une comparaison avec les dirigeants politiques occidentaux, Han Lammers dit par exemple, en considérant rétrospectivement la direction du SED :

  • 24 Tels furent les propos de Han Lammers lors d’un entretien avec l’auteur de ces lignes, le 7 décembr (...)

« Du point de vue politique, on leur faisait plus confiance. On avait le sentiment de parler au moins avec un antifasciste. C’était toujours ça. ».24

  • 25 Article rédigé en langue allemande sur le voyage d’une délégation de députés néerlandais sous la di (...)

19Cette confiance en la RDA semble avoir crû : des articles sur d’anciens nazis affectés à des postes de responsabilité en RDA, qui alimentaient les colonnes des journaux dans les années cinquante, suscitaient peu d’intérêt dans les années soixante. Lorsque dans les années soixante et soixante-dix, des Néerlandais visitèrent en grand nombre la RDA, la confrontation directe avec la forme martiale du communisme est-allemand et le caractère militariste de la RDA entachèrent cependant considérablement l’image antifasciste et le pacifisme qui s’y rattachait. Cela se révéla, par exemple, au cours de la visite d’une délégation parlementaire au lycée Anne Frank à Tessin/ Mecklembourg en novembre 1982. Les députés écoutèrent avec indignation les discours du directeur de l’école et du secrétaire local du parti, qui ne parlaient que de discipline et d’ordre et ne s’attardaient pas un seul instant sur l’éducation des élèves orientée vers un épanouissement personnel et autonome. Les Néerlandais établirent immédiatement un parallèle avec l’obéissance jusqu’à la mort de la jeunesse hitlérienne. La place prépondérante accordée à la défense militaire de la RDA dans les programmes d’enseignement suscita également une certaine stupeur. Les députés furent choqués de voir tout ce qui était fait au nom d’Anne Frank, en particulier lorsqu’ils durent encore constater que les élèves ne savaient quasiment rien sur Anne Frank et que son journal ne figurait même pas dans les rayons de la bibliothèque.25 Les parlementaires néerlandais ont sans doute dû garder en mémoire cet antifascisme essentiellement comme une fine couche de vernis. Pourtant, l’antifascisme fut en général associé davantage avec la RDA qu’avec l’Allemagne de l’Ouest ; la RDA en tira profit pour s’assurer un avantage dans la concurrence que se livraient les deux États allemands pour obtenir les faveurs de l’étranger.

4. L’image des deux États allemands

  • 26 Cf. Jacco Pekelder : « ’Erken de DDR nu!’ – Die Niederlande und die Kampagne zur Anerkennung der DD (...)
  • 27 Pour une présentation plus détaillée des relations entre le CPN et le SED : Jacco Pekelder : « Nied (...)
  • 28 Ger Verrips : Dwars, duivels en dromend : De Geschiedenis van de CPN 1938-1991, Amsterdam, Balans, (...)
  • 29 Projet de la requête de la direction du parti lors de la séance du 20.3.1967 (IISG, Archiv CPN, Box (...)

20La perception plus positive, la détente internationale et les troubles politiques intérieurs aux Pays-Bas créèrent un climat favorable, dans la seconde moitié des années soixante, pour l’émergence d’un véritable mouvement en faveur de la reconnaissance de la RDA.26 Ce mouvement néerlandais s’inscrivait dans le cadre d’une campagne internationale qui avait été en grande partie initiée et pilotée par la RDA elle-même. Etonnamment, le CPN n’adhérait pas à ce mouvement puisqu’il avait eu, au début des années soixante, un débat houleux avec son parti frère en Allemagne de l’Est.27 Bien que le conflit avec le SED semblât être aplani au milieu des années soixante, les relations ne se rétablirent pas. Au cours des années soixante, le CPN adopta une position de plus en plus indépendante à l’égard du PCUS et des autres partis frères.28 Cette politique déboucha même, en 1967, sur une décision de la direction du parti intimant de ne plus envoyer d’adhérents en vacances dans les pays communistes d’Europe de l’Est, étant donné qu’ils pourraient être retournés pour infiltrer le CPN.29

  • 30 Vivian Voss : Beeld van een partij : De documentaire geschiedenis van D’66, Haarlem, De Haan, 1981, (...)
  • 31 Le député PSP, A.J. Bruggeman, visita la RDA après invitation du conseil pour la paix est-allemand (...)

21C’est la raison pour laquelle les partisans de la RDA les plus importants figuraient dans les rangs du PSP et du PvdA. Cependant, les nouveaux libéraux de gauche, Democraten’ 66 avaient également repris, dès le départ, dans leur programme le thème de la reconnaissance.30 Le premier parti non communiste à prendre des contacts avec la RDA fut le PSP31, et c’est lui également qui présenta à cinq reprises, mais sans succès une requête de reconnaissance de la RDA entre 1967 et 1971 à la Seconde Chambre. Le rôle des groupes de protestants de gauche dans le mouvement de reconnaissance, en particulier celui de la NCSV déjà mentionnée, présente également un aspect intéressant.

22Les motifs des partisans d’une reconnaissance étaient très divers ; ils présentent certains points communs avec les différentes catégories de la perception de la RDA. Tantôt, c’est l’admiration pour la société est-allemande qui ressortait de leurs arguments ; tantôt, on faisait l’éloge de l’antifascisme de façade. Parmi tous les « partisans de la reconnaissance », on peut noter un élan de sympathie important pour la RDA, somme toute, difficile à comprendre avec du recul. Apparemment, il trouvait ses origines dans la vision de la RDA comme underdog en face de la République fédérale, économiquement puissante et dotée d’un potentiel militaire plus fort, ressentie par certains comme une menace pour l’Europe. Beaucoup de Néerlandais se plaisaient à voir dans la relation de la RDA avec l’Allemagne fédérale une analogie dans la position de leur propre pays par rapport à l’Allemagne de l’Ouest. Les partisans de la reconnaissance, tout en faisant assaut de sympathie à l’égard de la RDA, ne portaient pas l’apparatschik Ulbricht dans leur cœur, mais ils considéraient comme tout à fait possible une réforme du système de l’intérieur grâce à des fonctionnaires ouverts à la modernité (ils évoquaient une convergence des systèmes communiste et capitaliste) et admiraient les citoyens de la RDA qui avaient réussi, malgré l’oppression communiste et la pression exercée par l’Allemagne fédérale, à faire de leur État le pays le plus prospère du bloc de l’Est.

  • 32 Hans Van Den Doel (e.a.) : Tien over rood : Uitdaging van Nieuw Links aan de PvdA, Amsterdam, Polak (...)
  • 33 Du 22 au 30 janvier 1966, un groupe de la Nouvelle Gauche séjourna pour la première fois en RDA, gr (...)
  • 34 Dans une résolution portant sur les relations Est-Ouest, le congrès du parti PvdA se prononça pour (...)
  • 35 Les sources sont les commentaires publiés à l’époque de Nouveaux Gauchistes tels Jan Nagel et Han L (...)
  • 36 Repris in : De Volkskrant, 27 septembre 1975.
  • 37 Télegramme de Jan Nagels daté du 23 mai 1967 adressé aux NrdNF (Archives fédérales Berlin DY 6/vorl (...)
  • 38 On reprocha souvent à la Nouvelle Gauche d’avoir mis en avant la reconnaissance de la RDA pour repo (...)
  • 39 Han Lammers lors d’un entretien avec l’auteur le 7 décembre 1995 prenant position sur le fait qu’un (...)

23La vision fonctionnelle de cet État comme condition pour la stabilité en Europe revêtait davantage de pertinence que les perceptions positives de la RDA comme « État socialiste modèle » ou bien comme l’« autre Allemagne » et la sympathie pour la RDA. Cette perspective s’illustre le mieux au moyen du débat sur la reconnaissance au sein du PvdA. À partir de 1966, la reconnaissance de la RDA fit l’objet de violentes querelles intestines : la Nouvelle Gauche utilisa cette question pour se hisser aux plus hauts rangs du parti. Dans sa première brochure, Tien over rood, elle se prononça pour la reconnaissance de la RDA.32 Un bon nombre de Nouveaux Gauchistes se rendirent en visite en RDA.33 Contre la volonté de la direction du parti, ils réussirent en 1969 à faire adopter une résolution à l’occasion du congrès du parti en faveur de la reconnaissance de la RDA.34 Cependant, la majorité du groupe parlementaire du PvdA continuait, quant à lui, à se prononcer contre une reconnaissance de la RDA et ce, tant que l’Allemagne fédérale ne l’aurait pas fait ; il soutenait ainsi la position du gouvernement néerlandais. Si l’on observe la discussion au sein du PvdA,35 on peut constater que celle-ci ne fut pas tant conditionnée par ses propres représentations de la RDA. Les perceptions de la RDA des deux camps étaient au début assez proches. La plupart des Nouveaux Gauchistes n’étaient absolument pas des cryptocommunistes ou des fellow-travelers et ils ne se faisaient aucune illusion sur les régimes en Europe de l’Est, même s’ils étaient peut-être quelque peu optimistes quant à la possibilité d’engager de véritables négociations. Certes, Jan Nagel, issu des rangs de la Nouvelle Gauche, défendait l’idée, à son retour en 1975 d’une visite en RDA en tant que membre d’une délégation de la direction du PvdA, selon laquelle le Mur de Berlin était nécessaire et historiquement légitime36. Cela lui est reproché encore de nos jours. Le même Nagel avait néanmoins expliqué au cours de son premier voyage en RDA avec quatre journalistes néerlandais, neuf ans plus tôt, en présence de ses hôtes d’Allemagne de l’Est, que le Mur devrait être ouvert sur l’Ouest. Un an plus tard, en 1967, Nagel annulait une seconde visite en RDA avec le même groupe parce que les autorités est-allemandes avaient refusé l’entrée sur le territoire est-allemand à l’un des membres, le journaliste Dick Verkijk. Lors de sa première visite, Verkijk s’était fait négativement remarquer pour avoir posé des questions critiques et bien documentées sur le passé nazi de nombreux hauts responsables de RDA.37 En outre, le débat sur la reconnaissance au sein du PvdA trouvait davantage ses origines dans la lutte intestine pour le pouvoir et les avis divergents sur la guerre froide plus précisément, sur les formes et le rythme de la Détente entre l’Est et l’Ouest. En fin de compte, il s’agissait moins d’un choc entre diverses images de la RDA que d’une confrontation politique dans le cadre d’un conflit des générations et de la guerre froide.38 Par ailleurs, la vision de la question allemande jouait un rôle décisif pour beaucoup de Nouvelle Gauche. Tout à fait dans le sens du mot d’esprit de François Mauriac, qui avait dit qu’il aimait tellement l’Allemagne, qu’il était content qu’il y en ait deux, l’existence de la RDA constituait pour nombre de Nouveaux Gauchistes tout simplement la meilleure garantie pour la paix en Europe, parce qu’elle maintenait une Allemagne amoindrie. Cette façon de voir fonctionnelle, quelque peu cynique voire, comme Han Lammers le formula, « terre-à-terre »39, ne fut pas exprimée de manière explicite dans des publications. On parlait plutôt de la reconnaissance des réalités. De telles tonalités se laissèrent également percevoir très tôt dans les rangs du PSP. En octobre 1961, le député PSP, N.Van der Veen expliqua que

  • 40 Handelingen der Staten Generaal : Tweede kamer, 1961/1962, p. 40.

« la partition de l’Allemagne est, pour l’heure, non seulement la seule solution, mais aussi en même temps, si son armement reste limité, bien plus sûre qu’une grande Allemagne ‘du miracle économique’ ».40

  • 41 Au sujet de cette rupture au sein de la société néerlandaise : Ernest Zahn : Das Unbekannte Holland (...)
  • 42 Ministère des Affaires étrangères, Code 9, Inv. n° 1966, Memorandum du département OTAN et Coopérat (...)
  • 43 C’est surtout depuis 1978 que le nombre de jumelages de paroisses commença à augmenter fortement, p (...)

24Les sentiments anti-allemands n’étaient pas seuls à jouer un rôle ici, sentiments qui avaient été nourris par l’intérêt grandissant au cours des années soixante pour la Seconde Guerre mondiale, mais aussi par la mauvaise presse qu’avait l’Allemagne fédérale à cette époque aux Pays-Bas. En résumé, on peut dire que le débat sur la reconnaissance reposait moins sur la perception plus positive de la RDA que sur trois courants protestataires qui, convergèrent au cours de la dite révolution culturelle, déterminante pour le climat politique aux Pays-Bas, à partir de 1966, jusque dans les années soixante-dix41 : les courants anti-establishment, anti-guerre froide, et anti-Allemagne fédérale. En fait, la politique extérieure des Pays-Bas ne fut pas influencée par le débat interne sur la reconnaissance de la RDA. Le gouvernement néerlandais ne remit pas en question la politique occidentale de la non-reconnaissance. Il salua l’Ostpolitik de Willy Brandt et poursuivit attentivement les petits pas du rapprochement entrepris par la coalition sociale-libérale. Lorsque le gouvernement d’Allemagne fédérale abandonna en 1969 le qualificatif « dite » ainsi que les guillemets dans le sigle « RDA », éléments qui avaient jusqu’à présent été censés souligner le caractère non naturel et illégitime de l’État est-allemand, les Pays-Bas leur emboitèrent le pas peu de temps après ; une décision qui allait par ailleurs susciter un débat au sein du ministère des Affaires étrangères.42 La reconnaissance réciproque de l’Allemagne fédérale et de la RDA qui eut lieu le 21 décembre 1972, libéra la voie en vue d’une ouverture des Pays-Bas vers l’Allemagne de l’Est. Le 5 janvier 1973 suivit la reconnaissance diplomatique réciproque des Pays-Bas et de la RDA. Au cours de l’année, les deux États procédèrent pour la première fois à des échanges d’ambassadeurs. Les contacts entre les Pays-Bas et la RDA s’intensifièrent rapidement ; ainsi de nombreuses paroisses religieuses protestantes signèrent un partenariat en jumelage avec une paroisse évangélique de RDA43 et cela modifia petit à petit la perception de la RDA dans l’esprit de beaucoup de personnes.

5. L’image de la « Prusse rouge »

  • 44 Pour plus d’informations voir Jan Herman Brinks : Die DDR-Geschichtswissenschaft auf dem Weg zur de (...)

25Au cœur de ce dernier chapitre se trouve une image de la RDA dans laquelle les traits spécifiquement allemands, plus précisément prussiens, de la RDA sont davantage accentués qu’à l’accoutumée. Cette image se développa à la fin des années soixante en lien étroit avec le succès économique remarquable de la RDA (un petit « miracle économique » après la construction du Mur) ; celle-ci fut largement répandue jusqu’aux derniers jours de la RDA. À la différence du bloc de l’Est en général, le communisme semblait pouvoir apporter une certaine prospérité aux citoyens d’Allemagne de l’Est grâce aux vertus « prussiennes » que sont l’adaptation, la discipline et l’administration efficace. Il apparaissait donc également logique que la répression perpétrée par la Stasi fût organisée en RDA de manière plus parfaite que dans la plupart des autres États communistes. Le gouvernement de la RDA contribuait de manière consciente à entretenir cette image. À partir du milieu des années soixante-dix, il essaya de créer une conscience nationale au sein de la population, dans le but de se démarquer davantage de l’Allemagne fédérale. De « grands hommes » de l’histoire allemande et prussienne tels Martin Luther et Otto von Bismarck furent remis à l’honneur et des monuments historiques furent restaurés. L’érection de la statue équestre de Frédéric II de Prusse sur l’avenue Unter den Linden en 1981 constitua le paroxysme de cette nouvelle attention officielle apportée à la nation en RDA. La restauration du quartier hollandais à Potsdam s’inscrit également dans cette politique.44

26Avec la reconnaissance de la RDA en 1973, le rideau se leva d’une certaine manière pour l’Ouest. Le visiteur venu des Pays-Bas gagnait par la rive est de l’Elbe un pays qui se distinguait, par de nombreux aspects, de l’image qu’il avait pu s’en faire à partir d’articles parus dans la presse et de préjugés généraux. Il ne s’agissait pas d’une Union Soviétique à échelle réduite, mais d’un pays qui était resté peu affecté par les bouleversements du temps et marqué par une culture régionale et de vieilles traditions. Voici ce qu’on peut lire, entre autres, dans le rapport du premier Ambassadeur des Pays-Bas en RDA, Kaspar Reinink, à son retour de son premier voyage à travers l’Allemagne de l’Est :

  • 45 Ministère des Affaires étrangères, Code 9, Inv. n° 388, lettre de l’Ambassadeur K.W. Reininks datée (...)

« Un voyage à travers la RDA est d’une certaine manière un voyage à travers l’histoire. C’est comme si le temps avait suspendu son vol ici, il y a quelques décennies […]. De nombreuses fermes qui appartiennent désormais aux coopératives de productions agricoles (LPG), ont certainement déjà été construites à l’époque de Bismarck et repeintes pour la dernière fois sous Hitler. Tout est démodé, même le paysage. »45

27Il décrit la population de la manière suivante :

  • 46 Ibid.

« Les gens sont pauvres et leur habillement démodé. Une casquette, éventuellement celle d’un uniforme, couvre le chef de l’homme. La femme s’habille souvent sans aucune recherche. Ce n’est pas une population joviale, mais une population qui s’en est remise à la patience. Le caractère prussien tendant à l’uniformité et à la collectivité ne contribue pas non plus à distinguer l’individu. »46

28À son départ en 1977, Reinink fit part des impressions qu’il avait recueillies au cours de son séjour de quatre ans en RDA. Il écrit entre autres dans ce rapport :

« La Prusse n’existe certes plus en tant qu’entité étatique, mais est conservée comme état d’esprit. En RDA, la Prusse continue à vivre comme le pays classique des écoles et des casernes ».

29L’autorité est oppressante. La bureaucratie est organisée avec rigueur et réglemente elle-même avec sévérité. Les concepts d’Obrigkeitsstaat et de Untertan s’imposent ici d’emblée … L’appareil militaire se caractérise par la discipline. Le soldat marche et défile selon la musique militaire « tambour battant » et rappelle au spectateur les lignes que l’inspecteur supérieur de garnison Neumann écrivit aux environs de l’année 1884 avec emphase :

  • 47 Ministère des Affaires étrangères, Code 9, Inv. n° 177, Rapport de l’Ambassadeur K.W. Reininks de B (...)

« Soyez salués Prussiens, Hommes sans faille, vous peuple en armes, vous armée de spartiates ».47

  • 48 Max Van Weezel : « `Het rustigste en veiligste plekje ter wereld. Maar je mag er niet tegenspreken. (...)
  • 49 K. Koster (note 20). Koster l’avait également déjà fait avec quelque distance dans Het stiefkind (n (...)

30Dans ces observations, toutes sortes de préjugés sur la Prusse et sur la mentalité prussienne jouent un rôle. On peut bien sûr se demander s’ils correspondent à la réalité et s’ils sont vraiment la cause des phénomènes observés. En fin de compte, ni Ulbricht, ni Honecker n’étaient prussiens : le premier était originaire de Saxe, comme on pouvait l’entendre à son accent, et le second venait de la Sarre. Néanmoins, ces stéréotypes jouèrent un rôle considérable dans la formation de l’image de la RDA. Un jugement similaire sur l’État du SED dans lequel est utilisé non pas le qualificatif « prussien », mais « allemand » se trouve par exemple dans le cahier hors-série publié par l’hebdomadaire de gauche modérée Vrij Nederland en 1979 à l’occasion du trentième anniversaire de la RDA. Le titre de ce cahier indique déjà la tendance de l’article : « Oost west Duits best » (de manière approximative, on peut traduire : Que ce soit l’Est ou l’Ouest, c’est l’Allemagne avant tout). Dans son éditorial, le journaliste Max van Weezel cite, entre autres, une série d’exemples soulignant le côté petit bourgeois très prononcé, le conformisme et l’autoritarisme du régime de la RDA. Selon van Weezel, on peut voir à cette manie de la règle et du contrôle, à l’apparence militaire, à la discipline qui s’impose à tout un chacun dans les magasins et au sentiment de supériorité à l’égard des autres Européens de l’Est « que la RDA se trouve indéniablement sur le sol allemand ». Van Weezel poursuit avec l’énonciation du déploiement militaire devant le monument à la mémoire des victimes du militarisme et du fascisme sur l’avenue Unter den Linden comme preuve du caractère irréfutablement allemand de la RDA.48 Koos Koster montra également avec force le caractère prussien de la RDA.49

6. Conclusion

31La Prusse et l’Allemagne sont en réalité deux phénomènes à distinguer très clairement, mais nous pouvons partir du principe que la plupart des Néerlandais ne faisaient pas la distinction entre « prussien » et « allemand ». À partir des remarques citées plus haut de van Weezel, il ressort alors la même image que celle des rapports de Reinink, et nombre d’exemples pour cette perception de la RDA tirés d’autres sources seraient à citer. L’impression se confirme selon laquelle l’image de la « Prusse rouge » est devenue petit à petit de plus en plus déterminante dans l’évolution de la perception néerlandaise de la RDA. Au cours des années cinquante et au début des années soixante dominèrent des perceptions de la RDA comme « une Allemagne soviétique », comme partie du bloc soviétique monolithique dans lequel les traits culturels et mentaux spécifiquement allemands étaient menacés d’être écrasés sous le poids du communisme russe. Au début des années soixante, cette image de la RDA commença à se modifier, dans un cercle restreint tout d’abord, puis, au milieu des années soixante, débuta une phase au cours de laquelle la RDA fut considérée de différentes manières. L’image de l’« Allemagne soviétisée » fut tout d’abord maintenue, mais perdit de plus en plus de terrain par rapport à d’autres façons de voir. Place fut faite petit à petit à la perception orchestrée par la propagande est-allemande de la RDA comme État antifasciste, et certains virent même dans la RDA un pays modèle du socialisme. À côté existait la vision fonctionnelle de la RDA, modelée par la guerre froide, la question allemande et les querelles de politique intérieure, comme garantie pour le maintien de l’Allemagne dans un corset. Au cours des années soixante-dix et quatre-vingt, ces deux perspectives différentes fusionnèrent en quelque sorte, quand bien même l’uniformité des années cinquante ne se rétablit plus et différentes perceptions de la RDA cohabitèrent. Avec la reconnaissance de la RDA en 1973, les connaissances sur le pays s’amplifièrent, les contacts réciproques s’intensifièrent (à un rythme effréné dans certains milieux), et, grâce à cela, les Néerlandais ouvrirent les yeux, toutes tendances politiques confondues, sur le caractère propre de la RDA et de ses habitants. Il en ressortit que les gens de l’autre côté du rideau de fer, dans l’« autre Allemagne » étaient malgré tout des Allemands.

  • 50 Cité dans : De Volkskrant, 15 janvier 1990.

32Avec l’attention croissante portée sur les traits prussiens et allemands de la RDA et de ses habitants, apparurent de nouveau les expressions qualificatives stéréotypées telles « fidèle au devoir », « conformiste », « efficace », « agressif », « assujetti » et « autoritaire » dans le vocabulaire des journalistes et autres Néerlandais lorsqu’ils décrivaient la RDA. La RDA et ses citoyens eurent ainsi le plaisir douteux de devoir partager avec leurs compatriotes ouest-allemands les sentiments germanophobes de nombre de Néerlandais. Même Frans Uijen, qui fut membre de la Première Chambre du Parlement pour la PvdA et, des années durant, président adjoint de la Verenigung Nederland-DDR (l’association Pays-Bas-RDA) n’échappa pas à cette vision. Au début de l’année 1990, lors d’un grand débat public au centre culturel De Balie à Amsterdam sur la fin du communisme en Europe de l’Est, Uijen expliqua qu’il voulait tout faire pour éviter une réunification des deux États allemands, car : « En fin de compte, il s’agit de Prussiens ».50

Notes

1 Han Lammers : « Geschrokken terug uit de DDR », in : De Groene Amsterdammer, 16 juin 1967.

2 Cf. Jacco Pekelder : Nederland en de DDR. Beeldvorming en betrekkingen 1949-1989, Amsterdam, Boom, 1998. Un résumé en langue allemande de la thèse fut publié dans DA 31 (1998) 4, pp. 599-604.

3 Aux Pays-Bas, il y avait (et il y a toujours) un nombre relativement important de quotidiens et d’hebdomadaires nationaux, qui représentent tous un certain point de vue. Dans notre étude sur l’image de la RDA aux Pays-Bas, nous avons analysé quatre quotidiens, réputés pour leur qualité et affiliés aux différents courants politiques : le journal libéral Nieuwe Rotterdamse Courant (ultérieurement NRC/ Handelsblad), le Volkskrant, à l’origine un journal catholique destiné aux ouvriers, plus tard de gauche modérée, le journal protestant démocrate Trouw et le journal social-démocrate Het Parool.

4 De Volkskrant, 8 octobre 1949.

5 NRC, 12 octobre 1949.

6 Trouw, 8 octobre 1949.

7 Voir par exemple le rapport préoccupant sur la popularité de l’organisation officielle de la jeunesse FDJ dans une lettre d’un collaborateur de la mission militaire des Pays-Bas à Berlin (NMM) datée du 9 mars 1950 adressée au ministère des Affaires étrangères, in : Archives du ministère des Affaires étrangères, archives postales NMM, Code 911.

8 Hermann Von Der Dunk : « Tussen welvaart en onrust : Nederland van 1955 tot 1973 », in : Hermann Von Der Dunk et al. : Wederopbouw, welvaart en onrust: Nederland in de jaren vijftig en zestig, Houten, De Haan, 1986, pp. 9-35, ici pp. 17.

9 NRCt, 12 octobre 1949 ; cf. Winfried Ranke : « Linke Unschuld ? Unbefangener oder unbedachter Umgang mit fragwürdiger Vergangenheit », in : Dieter Vorsteher (éd.) : Parteiauftrag ein neues Deutschland. Bilder, Rituale und Symbole der frühen DDR, Berlin, DHM, 1996, pp. 94-112.

10 Cf. De Volkskrant, 4 octobre 1949.

11 Cité d’après : Jaap Burger, chef du groupe parlementaire du parti Partij van de Arbeid (PvdA), in : Handelingen der Staten Generaal : Tweede Kamer, 1953/54, p. 113. L’expression « meutrier de masse » se rapporte ici à Staline.

12 Het Parool, 18/20/23 juin 1953.

13 L’émergence de la politique de la non-reconnaissance est bien décrite dans la thèse de doctorat de Bert Becker : Die DDR und Großbritannien 1945/49 bis 1973 : Politische, wirtschaftliche und kulturelle Kontakte im Zeichen der Nichtanerkennungspolitik, Bochum, Brockmeyer, 1991.

14 Handelingen der Staten Generaal : Tweede kamer, 1961/1962, p. 48.

15 Anne Jacobus Van Den Berg : De Nederlandse Christen-Studenten Vereniging, 1886-1985, Den Haag, Boekencentrum, 1991 ; Een rode draad : 75 jaar N.C.S.V., série de brochures Eltheto 34/35, o.O., NCSV, 1971.

16 Il ressort du livre paroissial de la paroisse néerlandaise, que le premier office religieux néerlandais à Berlin depuis la Seconde Guerre mondiale eut lieu le 30 octobre 1949 et plus précisément sous la direction de Bé Ruys. La paroisse œcuménique néerlandaise fut officiellement créée le 21 mars 1954 à Berlin et en RDA avec la confirmation du conseil de l’Eglise et de la femme pasteur dans ses fonctions. En 1959, la maison du pasteur de la paroisse située au 26 de la Limonenstraße prit le nom de Maison Hendrik-Kraemer d’après le théologien néerlandais du même nom. En 1961, la paroisse se divisa en une paroisse œcuménique néerlandaise de Berlin-Ouest et en une paroisse œcuménique néerlandaise en RDA, qui fut enregistrée officiellement auprès du secrétariat d’État est-allemand en charge des Eglises (selon les documents contenus dans les Archives de la paroisse néerlandaise dans les archives centrales protestantes de Berlin).

17 Koster fut au milieu des années soixante vicaire auprès de la paroisse néerlandaise à Berlin. Plus tard il travailla comme journaliste pour la revue protestante Interkerkelijke Omroep Nederland (IKON). Il fut assassiné dans les années 80 lors d’un voyage au Salvador avec trois de ses collègues par des membres des escadrons de la mort.

18 Le titre DDR-kenningen constitue un jeu de mot : un rapprochement des mots DDR, erkenning (Reconnaissance) und verkenningen (Renseignements). Ce magazine est toujours publié et paraît sous le titre Oost Europa Verkenningen.

19 Koos Koster, « Een staat die er mag zijn », dans Koos Koster (éd.) : Het stiefkind van Europa : De niet-erkende staat, Baarn, Bosch en Keuning, 1970, pp. 5-7, ici p. 6.

20 Koos Koster : « Oost-Duitsland — één grote kleuterschool », in : Hervormd Nederland, 20 mars 1976.

21 Voir Manfred Overesch : Buchenwald und die DDR : Oder die Suche nach Selbstlegitimation, Göttingen, VR, 1995.

22 Pieter Boot/Lisette Dekkers/Hans Groenewegen : Het andere Duitsland : Introduktie tot de DDR, Odijk, Sjaloom, 1980, pp. 8-11.

23 Cf. Antonia Grunenberg : Antifaschismus - ein deutscher Mythos, Reinbek, Rowohlt, 1993, et François Furet : Le passé d’une illusion : Essai sur l’idée communiste au XXe siècle, Paris, Laffont, 1995.

24 Tels furent les propos de Han Lammers lors d’un entretien avec l’auteur de ces lignes, le 7 décembre 1995.

25 Article rédigé en langue allemande sur le voyage d’une délégation de députés néerlandais sous la direction de Dick Tommels (Député der Democraten’ 66 et membre de la direction du parti Ver.Ned.-DDR) en RDA du 21 au 27 novembre 1982 (Internationaal Instituut voor Sociale Geschiedenis te Amsterdam (IISG), Archiv Vereniging Nederland-DDR, dossier 62).

26 Cf. Jacco Pekelder : « ’Erken de DDR nu!’ – Die Niederlande und die Kampagne zur Anerkennung der DDR 1966-1973 », in : Heiner Timmermann (éd.) : Die DDR – Erinnerung an einen untergegangenen Staat, Berlin, Duncker & Humblot, 1999, pp. 561-573.

27 Pour une présentation plus détaillée des relations entre le CPN et le SED : Jacco Pekelder : « Niederländische Wahrnehmungen des ‘anderen Deutschlands’ », in : Heiner Timmermann (éd.) : Die DDR – Politik und Ideologie als Instrument, Berlin, Duncker & Humblot, 1999, pp. 189-210, ici pp. 202-203.

28 Ger Verrips : Dwars, duivels en dromend : De Geschiedenis van de CPN 1938-1991, Amsterdam, Balans, 1995, pp. 384-404.

29 Projet de la requête de la direction du parti lors de la séance du 20.3.1967 (IISG, Archiv CPN, Box 287). Déjà à partir de 1963/64, la direction du CPN n’envoyait quasiment plus de délégations à des congrès, à des conférences ou en vacances dans les pays d’Europe de l’Est (IISG, Archives CPN, Box 1329 et dossier 1433). En 1976, le CPN renoua les contacts avec Moscou et Berlin-Est (IISG, Archives CPN, Box 292 et dossier 1461).

30 Vivian Voss : Beeld van een partij : De documentaire geschiedenis van D’66, Haarlem, De Haan, 1981, p. 24.

31 Le député PSP, A.J. Bruggeman, visita la RDA après invitation du conseil pour la paix est-allemand en juillet et en août 1964 ; une délégation offcielle en compagnie du secrétaire aux affaires internationales, Fries de Vries, suivit en novembre 1966 ; voir le rapport du Nationalrats der Nationalen Front (NRdNF) sur le travail avec Bruggeman d’août 1964 et le rapport du NrdNF daté du 5 novembre 1966 sur le séjour de la délégation PSP en RDA ; SAPMO-BArch, DY 6/vorl. 979.

32 Hans Van Den Doel (e.a.) : Tien over rood : Uitdaging van Nieuw Links aan de PvdA, Amsterdam, Polak & Van Gennep, 1966, p. 66.

33 Du 22 au 30 janvier 1966, un groupe de la Nouvelle Gauche séjourna pour la première fois en RDA, groupe composé par les journalistes Jan Nagel, André van der Louw, Dick Verkijk et Wim Bloemendaal ; voir appréciation de la visite d’une délégation officieuse du PvdA sous la direction de Jan Nagels datée du 8 février 1966, rédigée par le département Europe, Groupe de travail Benelux, du ministère des Affaires étrangères de la RDA (SAPMO-BArch, DY 30/IV A2/20/493).

34 Dans une résolution portant sur les relations Est-Ouest, le congrès du parti PvdA se prononça pour une politique de l’Occident à l’égard de l’Europe de l’Est, qui devait s’orienter selon cinq objectifs ; l’un d’eux constituait la reconnaissance sans condition de la RDA. Voir Verslagen 1967-1969 van de Partij van de Arbeid, Amsterdam, s.d.

35 Les sources sont les commentaires publiés à l’époque de Nouveaux Gauchistes tels Jan Nagel et Han Lammers ainsi que de leurs adversaires, par exemple Max van der Stoel et Piet Dankert, ainsi que des entretiens avec ces quatre témoins. Nagel occupait surtout des fonctions journalistiques et rédactionnelles dans le cadre de la radio VARA. Lammers fut plus tard conseiller municipal à Amsterdam puis commissaire de la Reine dans la nouvelle province des polder Flevoland. Dankert était à l’époque secrétaire aux affaires internationales au sein du parti et devait devenir par la suite secrétaire d’État au ministère des Affaires étrangères. Van der Stoel était le prédecesseur de Dankert au poste de secrétaire aux affaires internationales, en 1965 et 1966, il fut provisoirement secrétaire d’État au ministère des Affaires étrangères et devint plus tard Ministre des Affaires étrangères dans deux gouvernements.

36 Repris in : De Volkskrant, 27 septembre 1975.

37 Télegramme de Jan Nagels daté du 23 mai 1967 adressé aux NrdNF (Archives fédérales Berlin DY 6/vorl. 979) ; communication orale de Nagel à l’auteur datée du 12 décembre 1995.

38 On reprocha souvent à la Nouvelle Gauche d’avoir mis en avant la reconnaissance de la RDA pour repousser la vieille garde de la PvdA de ses positions au pouvoir. À notre avis, il faudrait voir cela de manière plus différenciée. L’utilité politique de la question de la reconnaissance n’a certainement pas échappé à la Nouvelle Gauche, mais à côté de cela, le souci authentique pour la paix en Europe et l’impatience après presque vingt ans de politique de confrontation contre le bloc de l’Est jouèrent également un rôle. La politique de la guerre froide s’était vue, en outre, discréditée par la diabolisation des Communistes et de leurs sympathisants à l’Ouest au cours de la première phase de la guerre froide, du fait de la guerre que les Américains menaient au Viet-Nam et des initiatives communistes en vue d’une conférence pour la paix européenne. Autant les partisans que les adversaires de la reconnaissance avec qui nous avons eu l’occasion de parler témoignent de ces divergences d’opinion.

39 Han Lammers lors d’un entretien avec l’auteur le 7 décembre 1995 prenant position sur le fait qu’une Allemagne réunifiée ne serait pas souhaitable pour l’Allemagne : « Nous considérions la réunification comme étant quelque chose de tout simplement impossible. 1871, 1914 et 1939. trois fois au cours d’un siècle, c’était tout simplement trop. C’est de cette manière si terre à terre que nous percevions la chose. »

40 Handelingen der Staten Generaal : Tweede kamer, 1961/1962, p. 40.

41 Au sujet de cette rupture au sein de la société néerlandaise : Ernest Zahn : Das Unbekannte Holland : Regenten, Rebellen und Reformatoren, München, Goldmann, 1993, et James C. Kennedy : Nieuw Babylon in aanbouw : Nederland in de jaren zestig, Amsterdam, Boom, 1995.

42 Ministère des Affaires étrangères, Code 9, Inv. n° 1966, Memorandum du département OTAN et Coopération occidentale (DNW) pour le directeur général des affaires politiques (DGPZ) du 21.1.1970 et lettre du Ministre Joseph Luns adressée au président de la Seconde Chambre du 9.2.1970. À l’occasion d’une requête du député PvdA Vredeling, le conseiller juridique du ministère des Affaires étrangères recommanda tout d’abord de continuer à utiliser les guillemets. Le DNW n’était pas d’accord, ne fût-ce que pour ne pas être plus allemand que les Allemands. Le DGPZ approuva et Vredeling reçut comme réponse que le gouvernement, bien qu’il ne considérât et ne reconnût pas la RDA comme un État, n’utiliserait plus à l’avenir « l’adjectif ‘dite’... employé jusqu’à présent devant les initiales RDA, et renoncerait aux guillemets. »

43 C’est surtout depuis 1978 que le nombre de jumelages de paroisses commença à augmenter fortement, pour atteindre son maximum avec un nombre de 380 ; cf. Robbert Roodsant : Geen Muur te hoog : de gemeentekontakten tussen Nederland en Oost-Duitsland voor en na de Wende, travail d’examen non publié, Kerkelijke Opleiding - Université d’Amsterdam 1994 ; Gemeentekontakten Nederland / Oost-Duitsland. Hoe verder na ‘die Wende’???, Driebergen, Landelijke werkgroep Gemeentekontakten Nederland / Oost-Duitsland van de Europacommissie van de gezamenlijke werelddiakonaten, 1991.

44 Pour plus d’informations voir Jan Herman Brinks : Die DDR-Geschichtswissenschaft auf dem Weg zur deutschen Einheit : Luther, Friedrich II. und Bismarck als Paradigmen des politischen Wandels, Francfort/M., Campus, 1992.

45 Ministère des Affaires étrangères, Code 9, Inv. n° 388, lettre de l’Ambassadeur K.W. Reininks datée du 30 octobre 1973 de Berlin adressée au ministère des Affaires étrangères.

46 Ibid.

47 Ministère des Affaires étrangères, Code 9, Inv. n° 177, Rapport de l’Ambassadeur K.W. Reininks de Berlin daté du 28 juillet 1977, adressé au ministère des Affaires étrangères. Le rapport est introduit par une citation, que l’on attribue à Otto von Bismarck : « Prussiens nous sommes, Prussiens nous voulons rester ».

48 Max Van Weezel : « `Het rustigste en veiligste plekje ter wereld. Maar je mag er niet tegenspreken.’ Dertig jaar DDR », in : Vrij Nederland, 29 septembre 1979. Le cahier sur la RDA contenait encore un article sur l’histoire de la RDA, un reportage photographique et un portrait de l’organe du parti Neues Deutschland de M. van Amerongen.

49 K. Koster (note 20). Koster l’avait également déjà fait avec quelque distance dans Het stiefkind (note 19).

50 Cité dans : De Volkskrant, 15 janvier 1990.

Auteur

Nijmegen

Florence Ango (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540