Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Les relations bilatérales de la RDA avec l’Europe occidentale

Voisinage et Non‑Reconnaissance

Problèmes des relations entre le Danemark et la RDA de 1949 à 1973

Karl-Christian Lammers
Traduction de Hélène Breysse et Aurélie Genthon

Texte intégral

1. Les données de base de la position danoise face à la RDA

  • 1 Voir pour la politique allemande du Danemark après 1945, cf. Karl Christian Lammers : « Danmark og (...)
  • 2 Cette partie se base essentiellement sur les archives du ministère danois des affaires étrangères j (...)

1Lorsque le nouveau gouvernement est‑allemand demanda, à la fin du mois d’octobre 1949, que la RDA, qui venait juste d’être proclamée, soit reconnue diplomatiquement et en droit international, le gouvernement danois comme ceux des autres États de l’Europe occidentale ignora purement et simplement cette demande. D’ailleurs, à ce moment‑là, le Danemark n’avait pas encore reconnu non plus officiellement la République fédérale, ce qu’il ne fit qu’en 1951.1 La question de la position et de la politique du Danemark à l’égard de la RDA se posait essentiellement en fonction de la question allemande, c’est-à-dire de la politique danoise à l’égard de l’Allemagne et du problème de la reconnaissance de la division de l’Allemagne.2

  • 3 Le gouvernement fédéral fit comprendre à plusieurs reprises au gouvernement danois « qu’il considèr (...)
  • 4 Cf. la note du département politico‑juridique (P.J.1) : « Pour ne pas préjuger la décision quant à (...)

2Depuis le début, la position du Danemark par rapport à cette question était sans ambiguïté : elle se traduisit en particulier par la reconnaissance danoise de la République fédérale en tant que seul État allemand légitime en mars 1951 et par l’établissement de relations diplomatiques avec elle en juin 1951, ainsi que par l’adhésion aux décisions de l’OTAN de 1950 et 1954. Celles-ci rejetaient toute tentative de reconnaissance de l’État est‑allemand. La position officielle danoise prenait également en considération les intérêts de la République fédérale et sa position à l’égard de la RDA.3 En vertu de quoi, le Danemark – comme d’ailleurs la Norvège et la Suède aussi – refusa de reconnaître la RDA comme deuxième État allemand indépendant et souverain ; pour le Danemark, la RDA n’existait pas formellement et en droit international ; il n’était donc pas prêt à établir des relations diplomatiques, consulaires ou interétatiques avec la RDA. Le gouvernement danois considérait le territoire de la RDA comme la partie est-allemande de l’Allemagne ou comme l’Allemagne de l’Est, le définissant ainsi géographiquement et non politiquement : une attitude qui se prolongera tard dans les années soixante.4

3Même si le gouvernement danois ne reconnaissait pas la RDA officiellement, le fait que le Danemark, à la différence des autres États alliés de l’OTAN, avait une frontière commune avec le territoire est‑allemand, le contraignait à chercher des solutions pragmatiques. Aussi, la partie danoise concluait -elle

  • 5 Selon le ministre danois des affaires étrangères Gustav Rasmussen à l’occasion d’une rencontre avec (...)

« qu’on ne pouvait pas négliger à la longue les intérêts légitimes que les pays nordiques trouveraient dans l’établissement de relations avec l’Allemagne de l’Est uniquement parce que les Européens de l’Ouest voulaient ignorer la création de l’État est-allemand ».5

4Du côté danois, on semblait ainsi vouloir se réserver, au moins théoriquement, la possibilité de ne pas devoir renoncer à des relations pratiques. Ou, en d’autres termes, les Danois se trouvaient – ou du moins se sentaient – régulièrement placés dans une situation de contrainte qui faisait que leur position de principe ne pouvait être maintenue dans la politique pratique. En septembre 1950, le gouvernement danois argumentait de la façon suivante :

  • 6 ØP III, 24 septembre 1950. Exposé. Evt. fordhandlinger med den østtyske regering. Anerkendelsesspor (...)

« Les difficultés qui existent en ce qui concerne les relations avec l’Allemagne de l’Est ne peuvent pas être dissociées de la question de la reconnaissance et doivent être résolues en rapport avec celle‑ci. Il ne faut pas préjuger de la question de la reconnaissance ; par principe, chaque pas qui pourrait être interprété comme une reconnaissance de facto par les autorités est‑allemandes devrait être évité.6 »

  • 7 Ce discours figure dans l’aide‑mémoire britannique du 22 décembre 1949 qui déterminait la position (...)

5D’un autre côté, on faisait à nouveau observer que la manière de procéder rigoureuse suggérée par les Britanniques7, qui considéraient les autorités est‑allemandes comme de simples « agents » de l’Union Soviétique,

  • 8 Cf. note 5.

« n’était pas tenable à long terme, si bien qu’il fallait s’acheminer progressivement vers des relations qui devaient ou qui pouvaient être comprises comme une reconnaissance de facto ».8

6Cette décision ne semble pas avoir de justification théorique ni de motif idéologique ; ne pas reconnaître la RDA était une décision politique, une question de d’opportunité politique et non d’opportunité pratique.

  • 9 À ma connaissance, cette idée apparemment séduisante ne se retrouve pas dans les dossiers, mais plu (...)

7La position du Danemark vis‑à‑vis de la RDA était un problème vaste et complexe – pas seulement par la quantité de dossiers qui en traitent – car elle fut en permanence conçue comme une composante de la politique à l’égard de l’Allemagne ou de la question allemande. Pour la partie danoise, il s’agissait dans ce contexte politique toujours implicitement de la question de la réunification, et les relations avec l’Allemagne de l’Est étaient comprises comme un aspect partiel de cette question. Reconnaître la RDA et par conséquent accepter la division de l’Allemagne en deux États ne fut cependant jamais considéré par le Danemark comme la solution adéquate au problème.9

8La perspective de la réunification fut mise en relief dans un mémorandum interne de 1960 au sujet des rapports du Danemark avec l’Allemagne et dans lequel le département politico‑juridique du ministère des Affaires étrangères remarquait quant à la question de la réunification :

  • 10 Mémorandum « Nogle bemærkninger fra PJ I om vort forhold til Tyskland », 8 mars 1960 ; RA UM 5.D.29 (...)

« D’une manière générale, le Danemark a adopté sur cette question une position en conformité avec celle des autres pays occidentaux. Notre position était dans une large mesure influencée par le désir de conserver de bons rapports avec la République Fédérale. Un aspect de la question de la réunification, en l’occurrence la relation entre le Danemark et l’Allemagne de l’Est, comporte toutefois des points de friction. Alors que nous [le Danemark ; KCL] observons strictement notre obligation de non‑reconnaissance du régime allemand à l’Est, la nécessité d’avoir certains contacts avec le territoire est‑allemand situé dans notre voisinage implique de temps à autre une pratique qui va plus loin qu’on ne le souhaite dans la partie ouest‑allemande. Mais si la question continue à être traitée par le côté danois avec précaution et en ménageant pour l’essentiel les intérêts et les opinions de l’Allemagne de l’Ouest, cela ne devrait pas être un problème sérieux pour les relations entre le Danemark et la République Fédérale ».10

9Cela formulait à la fois les difficultés et les sources de conflit potentiels de la politique danoise avec l’Allemagne qui résultaient de la proximité géographique de la RDA. Le Danemark était depuis 1949 le seul pays de l’OTAN qui avait une frontière commune – la mer Baltique – avec le territoire est-allemand. Depuis toujours, il existait des liens historiques et des voies de circulation traditionnelles vers le territoire de la RDA, qui furent rétablies après la fin de la guerre : par exemple la ligne maritime Gedser-Warnemünde, vieille de plus de cinquante ans, et la plus ancienne liaison ferroviaire danoise avec le continent entre Copenhague et Prague, via Berlin, avaient été réouvertes en 1948. Ainsi, le voisinage de l’Allemagne de l’Est ou plutôt de la RDA signifiait des rapports très concrets et pratiques qui devaient se dérouler presque quotidiennement. Jusqu’à la reconnaissance officielle de la RDA, le Danemark devait par conséquent concilier en permanence les positions théoriques et politiques avec les décisions pratiques et administratives.

  • 11 Cf note 2.

10Nous allons donc essayer de répondre aux questions suivantes : pouvait-on concilier la politique officielle de non‑reconnaissance avec les contacts concrets qui étaient une conséquence du voisinage ? Que signifiaient pour la politique danoise de non‑reconnaissance les relations pratiques avec le territoire est‑allemand, si importantes pour le Danemark ? Etaient‑elles compatibles ? Et si cela ne l’était pas, le Danemark pouvait‑il ou voulait‑il en tenir compte et mener une politique autonome à l’égard de la RDA ? L’important n’est pas de savoir si la RDA pouvait obtenir quelque chose dans cette constellation ni ce qu’elle pouvait en attendre ; l’important est de savoir de quelles marges de manœuvre disposait, face à la RDA, un petit État européen membre de l’OTAN comme le Danemark, à partir du moment où le principe de la reconnaissance était posé avec la théorie des deux États proclamée par le SED/la RDA et l’Union Soviétique en 1955. Existait‑il pour le Danemark la possibilité de mener une politique indépendante de ses alliés ? Nous allons montrer ici comment cela fut perçu par le Danemark officiel.11

2. La Scandinavie comme maillon faible de la politique occidentale de non-reconnaissance ?

  • 12 Cela se rapportait à la question de la délivrance de visas, notamment pour les membres de la missio (...)

11Au début des années cinquante, le voisinage n’engendrait aucune difficulté, parce que l’occupant soviétique était l’interlocuteur responsable des questions touchant aux intérêts du Danemark. Il était responsable de la délivrance de visas et des problèmes concrets sur le territoire de la RDA. Mais depuis 1954/55, après que l’Union Soviétique eut transféré une partie de ses prérogatives aux autorités de la RDA,12 la question se posait autrement pour le Danemark. La partie est-allemande essayait parallèlement de retirer le plus de bénéfices politiques des contacts pratiques afin de parvenir à une reconnaissance de facto.

12Par ailleurs, dès le début des années cinquante, la proximité géographique posait sans cesse de nouveaux problèmes au Danemark au sujet de la reconnaissance, contraignant la partie danoise à faire preuve de plus de souplesse à l’égard de la RDA. Dans les années cinquante, le Danemark souhaitait déjà assouplir la politique de non-reconnaissance, mais ce faisant, il se vit sans cesse obligé de se poser la question de savoir de quelles possibilités il disposait et comment il pouvait s’y prendre sans dévier de la ligne commune de l’alliance occidentale.

  • 13 Note du 22 mars 1963 ; RA UM 141.D.1b.5. Jusqu’à la fin de l’année 1962, la P.J.I avait plaidé pour (...)
  • 14 Cf. l’argumentation identique chez S.G.Holtsmark (note 4), p. 38.
  • 15 Cf. M.F. Scholz (note 4), p. 411.

13Il faut d’abord d’étudier rapidement les efforts que la RDA a déployés pour obtenir la reconnaissance de facto. Par la suite, je présenterai plus en détail les modifications de la position danoise dans les années cinquante et soixante. Tandis que le gouvernement danois, au début, traitait de ces problèmes sous un angle théorique, il se vit contraint en 1961/1962 à mettre au point des directives concrètes pour sa politique pratique afin de pouvoir sortir de l’impasse dans laquelle il s’était enfoncé avec sa politique face à la RDA. Par la suite, le Danemark pratiqua une politique en demi-teinte oscillant entre deux pôles, d’une part la reconnaissance de jure ou de facto et d’autre part la non‑reconnaissance et essaya de redéfinir sa position face à la RDA – ce nom était en tout cas d’usage interne depuis 196313 – en définissant lui-même les bases juridiques d’une non‑reconnaissance et en essayant aussi de la mettre en pratique. Cette façon de procéder fit l’objet de débats approfondis au sein du gouvernement14, tout comme ce fut le cas, en Suède, à propos de la question de la délivrance des visas.15

  • 16 Pour les “principales idées directrices” de la politique de l’Europe du Nord avec la RDA, cf. Alexa (...)
  • 17 Cf. S.G. Holtsmark (note 4), p.29, qui évoque l’étude non publiée de Michael F. Scholz : „Die Ostse (...)
  • 18 Cf. Poul Villaume : Allieret med forbehold, Danmark, Nato og den kolde krig 1949-1961, Copenhague, (...)

14Depuis le milieu des années cinquante, la SED/RDA estimait que les trois États scandinaves riverains de la mer Baltique, la Finlande, la Suède et le Danemark, offraient les meilleures conditions pour pouvoir la sortir de l’isolement international dans lequel elle s’était enfoncée du fait de la politique de non‑reconnaissance pratiquée par les États occidentaux. La Finlande, pays neutre, bien disposé à l’égard des Soviétiques, était même considérée comme passerelle vers l’Occident.16 Les Semaines Baltiques qui se déroulaient depuis 1958 à Rostock servaient cet objectif. Elles devaient avoir un effet de propagande sur les participants scandinaves afin qu’ils s’engagent dans leur pays d’origine pour améliorer l’image de la RDA en tant qu’État « pacifique ».17 Les efforts est‑allemands en Europe du Nord s’orientaient surtout vers les deux États neutres, la Finlande et la Suède, alors que le Danemark et la Norvège étaient contraints en tant que membres de l’OTAN de suivre la ligne imposée. On ne sait pas si la RDA était au courant que le Danemark passait au sein de l’OTAN pour « un allié peu fiable ».18

  • 19 Situation des relations entre le Danemark et la RDA, 30 mai 1959 ; SAPMO‑ BArch, DY 30/IV 2/20/38, (...)
  • 20 Les relations avec les pays scandinaves, 19 juin 1958, SAPMO‑ BArch, DY 30/I 2/20/47.

15Bien entendu, la RDA avait aussi des défenseurs dans les pays scandinaves, surtout au sein des partis communistes et de plus en plus parmi les syndicats ; cela était aussi valable pour le Danemark. Alors que le rôle de ces avocats était encore pratiquement insignifiant dans les années cinquante, cela changea dans les années soixante avec la fondation de l’Association d’amitié Selskabet Danmark‑DDR qui marquait en quelque sorte l’institutionnalisation du soutien à la politique de reconnaissance de la RDA. Elle restait cependant trop faible à ses débuts pour exercer une pression sur le gouvernement danois ou tout au moins pour susciter un mouvement de masse, comme le constatait, résignée, la commission des affaires étrangères du comité central du SED dans son rapport du mois de mai 1959 : « Entre la RDA et le Danemark, il n’existe pas de relations politiques », les relations culturelles sont « développées de façon encore tout à fait insuffisante », les échanges sportifs étant en revanche très répandus, « mais encore trop peu utilisés à des fins politiques » (c’est‑à‑dire la valorisation, si ce n’est la reconnaissance de la RDA ; KCL).19 D’autres encore constataient aussi que les relations ne possédaient « aucun caractère étatique ».20

  • 21 Comme on le sait, il n’y avait aucune voie de transit vers le Nord, c’est pourquoi les membres des (...)
  • 22 Selon le ministère des affaires étrangères en avril 1954 s’adressant à l’ambassadeur de Suède; cita (...)

16Mais si les petits États scandinaves étaient considérés comme des pays sur lesquels il fallait concentrer les efforts, ce n’était pas seulement pour des raisons politiques ; ils étaient, comme dans le cas de la Suède et du Danemark, en même temps des pays frontaliers dont la circulation des voyageurs, tout comme les liaisons traditionnelles et historiques avec le continent et avec l’Allemagne (Berlin), passaient par la RDA.21 La Suède et le Danemark étaient les seuls États occidentaux à être les voisins directs de la RDA et le Danemark, comme nous l’avons déjà dit, le seul pays de l’OTAN qui se trouvait dans une telle situation. Dans les années cinquante, les deux pays, à cause de la circulation des marchandises et des personnes passant par les ports de la mer Baltique Sassnitz et Warnemünde et à cause de leur position de débouché géopolitique, étaient amenés à pratiquer à l’égard de l’Allemagne une politique plus complexe et compliquée que celle de la plupart des autres États d’Europe de l’Ouest et à se retrouver fréquemment , comme on l’admettait aussi du côté de l’Allemagne occidentale, « pratiquement sans possibilité de choisir »,22

  • 23 P.J.I Refrat : Osttyskland, 21 avril 1954 ; RA UM 141. D.1a.IV. Il n’est pas inintéressant de savoi (...)
  • 24 A.II, exposé 15 juin 1954 ; RA UM 141.D.1a.

17La question à ce propos était bien sûr toujours de savoir quelles latitudes cette constellation leur laissait. Du côté danois, on argumentait toujours « que le Danemark, pratiquement voisin de l’Allemagne de l’Est, pouvait difficilement à long terme faire abstraction totalement du fait qu’un Etat est‑allemand s’était constitué ».23 C’est pourquoi il faisait valoir qu’on ne pouvait pas éviter totalement la présence de représentants officiels de l’Allemagne de l’Est au Danemark et que du côté ouest‑allemand on devait en tenir compte. Du côté suédois, on assouplit dès 1954 la position relative à la question des visas, ce qui posait toutefois des problèmes aux Danois parce que « prendre contact avec les autorités est‑allemandes dans la question des visas et accepter le passeport est-allemand pourrait être compris comme une reconnaissance de facto de la RDA ».24

  • 25 Il fut cependant souligné par les parties danoise et suédoise en 1955 « qu’aucune d’entre elles n’e (...)
  • 26 Cf. K.C. Lammers (note 1+2), pp. 708s. ; M.F. Scholz (note 4), p. 411.

18Mais d’un autre côté, il était évident que ni chez les Suédois, ni chez les Danois, on n’était prêt à reconnaître officiellement la RDA, ni même à en débattre.25 Les deux États se tenaient fermement à la position occidentale de non‑reconnaissance. En adoptant la résolution de l’OTAN de 1954, le Danemark s’était engagé à cet égard vis‑à‑vis de la République fédérale. Au même moment, les trois ministres scandinaves des Affaires Étrangères avaient confirmé cette position lors d’une conférence à Copenhague.26

  • 27 Cf. K.C. Lammers (note 1+2) ; M.F. Scholz (note 4), p. 411.
  • 28 Voir mes contributions à ce sujet (note 1+2) ; Karl Christian Lammers : « Denmark’s Relations with (...)

19Il s’agit à présent d’analyser les relations du Danemark avec la RDA dans le contexte politique marqué par deux facteurs antagonistes : d’une part le voisinage pratique, d’autre part la question politique de la non-reconnaissance (ou de la reconnaissance).27 Alors qu’au début le Danemark pouvait, dans ses rapports avec la RDA – ou plutôt avec l’Allemagne de l’Est, selon la terminologie officielle en vigueur jusque dans les années soixante – se limiter encore à des considérations théoriques, il devait dans les années soixante mettre en place des stratégies pour la mise en pratique effective de sa politique vis-à-vis de la RDA. Ces stratégies étaient constamment tributaires des relations du Danemark avec la République Fédérale. C’est par égard pour Bonn, que le Danemark continuait à se tenir à la ligne de conduite fixée par l’Ouest.28

20Il en résultait que le gouvernement danois ne reconnaissait pas formellement la RDA comme un État mais tenait compte, en même temps, qu’au sud du Danemark existait un territoire qui, depuis l’accord de la RDA avec l’Union Soviétique sur la souveraineté étatique en mars 1954, avait de plus en plus la prétention d’avoir les prérogatives d’un Etat. On semblait donc avoir reconnu à Copenhague qu’il y avait de facto une organisation de type étatique sur le territoire est-allemand ; mais la question centrale était si on pouvait reconnaître ce territoire comme un Etat. C’est pourquoi, jusqu’au début des années soixante‑dix, les rapports du Danemark avec la RDA étaient déterminés par une double constante : d’une part, il fallait éviter une reconnaissance formelle de l’État est‑allemand ; d’autre part, les rapports presque quotidiens avec un territoire important pour le Danemark, provoquaient constamment des situations telles que le côté danois ne pouvait ignorer entièrement le caractère étatique de la RDA.

3. Le Danemark et la voie étroite de la non‑reconnaissance de la RDA

  • 29 Cf. K.C. Lammers (note 1).
  • 30 K.C. Lammers (note 2), p. 707.

21La politique allemande du Danemark se conformait, nous l’avons déjà dit, à la doctrine Hallstein de la République fédérale et à la position du gouvernement fédéral, qui avait dénié et refusé dès le début sa légitimité à la RDA, et qui s’efforçait de l’isoler sur le plan international. Le Danemark soutenait la prétention ouest-allemande de représenter seule toute l’Allemagne et se montrait prêt, à partir de 1954/55 – à ce moment, les rapports entre le Danemark et la République fédérale s’étaient considérablement améliorés, car la question des minorités de part et d’autre de la frontière avait été réglée29 – à ne rien entreprendre concernant les relations avec la RDA et les États d’Europe de l’Est qui pourrait irriter les Allemands de l’Ouest et gêner les relations avec la République fédérale. La partie danoise avait fini par prendre cette décision bien qu’elle fût le seul pays au sein de l’OTAN à disposer d’une frontière commune avec la RDA et que ses rapports avec l’État SED concernaient toujours ses intérêts nationaux. Le gouvernement danois réaffirma la déclaration déjà prononcée en 1950 qui reconnaissait la République fédérale comme seul État légal et légitimé démocratiquement et soutenait ainsi la prétention du gouvernement fédéral à représenter seul la nation allemande. 30

  • 31 Exemples de 1957 et 1958 dans RA UM 141.D.1.a. Les notifications d’autres gouvernements à propos de (...)
  • 32 Cf. K.C. Lammers (note 1), p. 755.

22Cela excluait toute relation officielle ainsi que toute prise de contact non gouvernementale avec la RDA. On ne maintint ou n’établit que des relations qui étaient inévitables pour des raisons pratiques. Les autorités gouvernementales danoises s’appliquaient à éviter toute initiative, toute action et tout contact que l’on puisse interpréter, aussi peu que ce soit, comme une ébauche ou même comme un pas vers une reconnaissance de facto de la RDA. Ainsi par exemple, dans les années cinquante, on ignora tous les courriers que la RDA avait envoyés aux autorités danoises et on ne leur donna jamais de réponse. Le ministère des Affaires étrangères danois veilla scrupuleusement à ce que ce règlement soit appliqué à la lettre et il fut à maintes reprises prévenu par l’ambassade ouest‑allemande à Copenhague lorsque des administrations danoises tentaient de passer outre à la doctrine Hallstein.31 Le ministère des Affaires étrangères repoussa énergiquement toutes les tentatives de la RDA cherchant à résoudre les problèmes bilatéraux – concernant par exemple la circulation, les échanges commerciaux ou les visas – par des négociations directes et officielles d’Etat à Etat.32 Pour le Danemark, il n’y avait qu’une Allemagne, si bien qu’on ignorait officiellement la RDA. Le Danemark ne voulait pas contribuer à la légitimation de son existence par une reconnaissance en droit international. C’était d’ailleurs une position bien plus restrictive que celle prise par exemple par les Suédois.

  • 33 Il y a pour cela beaucoup d’exemples. Lorsque le directeur des chemins de fer est‑allemands assista (...)
  • 34 P.J.I. 27 juillet 1957 ; RA UM 141.D. la.

23Il semblait cependant qu’il y avait dans ce règlement une échappatoire : la nécessité de définir ce qui était considéré comme « officiel », « non officiel », « technique » et même « privé » introduisait une marge d’interprétation. Ce faisant, les Danois revendiquaient le droit de définir quand et si quelque chose pouvait être interprété comme une reconnaissance de facto.33 On souligna ainsi, par exemple, en 1957 que le Danemark avait certes reconnu la prétention du gouvernement fédéral à parler au nom de toute l’Allemagne dans les affaires internationales, « mais que cela n’excluait pas forcément une certaine coopération avec les autorités est-allemandes au niveau purement technique ».34 Cette problématique n’était certainement pas seulement limitée au Danemark. Mais elle était accentuée par la situation géographique qui entraînait une telle collaboration « technique » dans de nombreux domaines.

  • 35 P.J.I « Forholdet mellem Danmark og Østtyskland », 18 mars 1960 ; RA UM 141.D.1B, IV.

24Il n’était pas toujours simple, dans cette constellation, pour le gouvernement danois de définir et de suivre une ligne précise. La manière dont il analysait la situation et dont il essayait d’y répondre ressort d’un long mémorandum interne de mars 1960 sur les « relations entre le Danemark et l’Allemagne de l’Est ».35 Il fut rédigé à une époque où le climat international était de plus en plus déterminé par la politique de la « coexistence pacifique » et de la détente et où l’on percevait la RDA de plus en plus comme une réalité. Dans ce document, le Danemark se posa la question de savoir

« comment on pouvait établir sur une grande échelle des relations officielles entre le Danemark et l’Allemagne de l’Est, sans qu’on puisse interpréter cela comme une reconnaissance par le Danemark d’un État est-allemand autonome – que ce soit une reconnaissance définitive (de jure) ou simplement provisoire (de facto) ».

25Ce qui est intéressant dans ce papier, ce sont les réflexions sur la nature de ces relations entre le Danemark et l’Allemagne de l’Est. Comment peut-on concilier des relations officielles avec la non‑reconnaissance ? La question se pose, disait-on, parce que d’un côté le gouvernement danois n’estime pas souhaitable, pour des raisons de principe, de reconnaître l’Allemagne de l’Est pour l’instant, et parce que d’un autre côté

« pour résoudre de façon satisfaisante d’une série de problèmes pratiques, il faut une collaboration et certains échanges entre les autorités danoises et est‑allemandes. Ces deux types de considérations – de principe politique et de pratique administrative – peuvent entrer en conflit parce que la reconnaissance d’un État par un autre État ou un autre gouvernement peut résulter non seulement d’une déclaration mais aussi, implicitement, de certaines actions officielles qui, par leur caractère, supposent des relations entre deux États autonomes. »

26La principale difficulté à résoudre ce problème vient de ce

  • 36 Cf. note 35 ; mise en relief par l’auteur.

« qu’il n’y a, dans la pratique des relations entre Etats, pas de frontière claire et certaine entre les actions qui impliquent nécessairement une telle reconnaissance implicite et celles qui ne le font pas ».36

27Le gouvernement danois conclut qu’il s’agit d’une question de politique et d’opportunité politique.

28On discuta de différents aspects – par exemple sur le plan bilatéral ou multilatéral – pour voir comment la question se posait concrètement. Les Danois étaient d’avis que les directives de l’OTAN

  • 37 Cf. note 35.

« sont allées sur certains points plus loin qu’il n’était strictement nécessaire pour maintenir le point de vue que les États membres ne reconnaissent pas la RDA en tant qu’État autonome ».37

29C’est pourquoi le Danemark définit pour sa propre action politique une théorie sur les contacts qui pouvaient être maintenus avec un État qu’on ne reconnaissait pas et qu’on ne voulait pas aider à obtenir une existence conforme au droit international. Par exemple l’établissement de relations consulaires et d’autres relations publiques entraînerait implicitement une reconnaissance de facto. Il semblait de même incontestable qu’on accorderait une reconnaissance implicite en votant pour l’admission d’un État comme membre d’une organisation internationale. On objecta cependant que certains organes multilatéraux seraient d’une nature technique telle

« qu’un représentant officiel danois pourrait voter pour l’admission de représentants est‑allemands sans qu’on puisse y voir une reconnaissance. »

30Les Danois se voyaient confrontés à des problèmes insolubles, notamment aussi parce que les Allemands de l’Est essayaient de

  • 38 Cf note 35.

« politiser tout accord et tout arrangement pratique pour arriver par cette voie à une reconnaissance de facto ».38

31Comme on peut le voir dans les dossiers, les experts du ministère des Affaires étrangères danois – il y avait pour ces questions un groupe interne spécial – avaient suffisamment de problèmes pour arriver à combiner le point de vue politique de principe avec les exigences pratiques qu’apportait le voisinage avec le territoire est‑allemand et avec la coopération qui en résulta nécessairement avec les autorités est‑allemandes.

32Même la question du nom du territoire était importante, comme il apparut à la fin des années cinquante lorsque devait être publié un manuel officiel sur les conventions internationales conclues par le Danemark. Il fallait dans tous les cas éviter d’employer la dénomination « RDA » pour éviter, autant que possible, que celle‑ci soit interprétée comme une reconnaissance de l’État est‑allemand :

  • 39 Notice du P.J.I, 22 juillet 1958 ; RA UM 141.D.1a. Déjà en 1955, on avait mentionné la difficulté d (...)

« Les dénominations que les régimes emploient eux‑mêmes (pour l’Allemagne de l’Est, la République Démocratique Allemande) ne devraient pas apparaître dans une publication danoise parce que nous ne reconnaissons pas ces États. Si nous employions les dénominations ‘officielles’, cela voudrait dire que les trois entités étatiques – hormis l’Allemagne de l’Est, le Vietnam du Nord et la Corée du Nord – existent au sens du droit international, mais qu’elles ne sont simplement pas reconnues par le Danemark ».39

33Par conséquent, on n’autorisa pas le bureau est‑allemand des chemins de fer de Copenhague en 1960 à se présenter comme office du tourisme de la RDA et à faire de la publicité.

  • 40 Article du journal Dagens Nyheder, 10 octobre 1960 ; exposé de F. Schramm‑Nielsen sur un entretien (...)

34Les mêmes problèmes se posèrent avec la représentation commerciale est-allemande à Copenhague, qui, selon certains rapports essaya de s’approprier de plus en plus de prérogatives diplomatiques. Gustav Pedersen, le président du Folketings, du Parlement danois, participa en octobre 1960 à une réception pour le 11e anniversaire de la création de la RDA ; la République fédérale redouta tout de suite que cela soit perçu comme une forme de « quasi‑reconnaissance de l’Allemagne de l’Est ». Le gouvernement danois cependant ne partageait pas cette crainte, disant qu’il ne convenait en aucun cas de donner à la représentation commerciale un statut diplomatique quelconque.40 Mais, malgré ces déclarations, la présence du deuxième personnage officiel du Danemark signifiait quand même une revalorisation de la représentation commerciale est-allemande.

  • 41 La réaction du Premier ministre Jens-Otto Krag à la requête de l’Association pour l’amitié Danemark (...)

35Bien que les Danois aient montré une certaine souplesse et que la RDA ait considéré le Danemark comme un endroit plus perméable que les autres États capitalistes de l’OTAN, la position de principe concernant la question de la reconnaissance a été maintenue fermement : pour le Danemark, l’Allemagne de l’Est n’existait pas en tant qu’État au sens du droit international et elle n’a pas été reconnue comme telle ; jusqu’en 1972 les relations avec la RDA n’avaient aucun caractère étatique et officiel. De véritables relations n’avaient lieu que sur le plan privé, bien que les limites n’aient jamais été bien définies.41 Cela se vit clairement dans les contacts et les rencontres sur le plan syndical et dans le domaine du sport et du commerce.

4. Premiers signes de changement dans l’attitude des Danois

36L’évolution de la guerre froide avec le lent passage à la « coexistence pacifique » entre les blocs depuis la fin des années cinquante devait modifier la situation. Même les voisins occidentaux de la République fédérale considéraient comme dépassé le maintien de la doctrine Hallstein et l’insistance de la RFA à n’envisager une détente qu’après une réunification, si bien que le gouvernement fédéral risquait de se trouver isolé avec sa politique allemande rigide. Certes, les États d’Europe occidentale ne jouaient toujours pas avec l’idée d’une reconnaissance internationale de la RDA, mais une évolution nette, apparemment nécessaire et inévitable, vers une reconnaissance de facto de l’État est‑allemand était inéluctable. C’était aussi l’opinion du Danemark.

  • 42 Ainsi, pour les Danois, le représentant de commerce est‑allemand était une personne qui représentai (...)
  • 43 Notits T. Oldenburg « Flyvningen til Leipzigmessen 1963 », 25 janvier 1963, RA UM 141.D.1a RA UM 14 (...)

37Mais les Danois se réservaient dans certains domaines des marges de manœuvre et des latitudes qu’ils définissaient de leur propre chef : c’est pourquoi il y eut toujours des frictions et des désaccords dans le camp occidental.42 Le manque de souplesse des Allemands de l’Ouest et leur insistance bornée à maintenir des positions dépassées provoquèrent plus d’une fois l’irritation du gouvernement danois. C’est ainsi que Troels Oldenburg, responsable du bureau Allemagne au ministère des Affaires étrangères danois, fit savoir en janvier 1963 à l’ambassadeur ouest‑allemand qu’un accord entre la compagnie aérienne scandinave SAS et Interflug ne contreviendrait pas aux décisions de l’OTAN. Il souligna que le gouvernement danois partageait entièrement la position du gouvernement de l’Allemagne fédérale quant à la ligne générale qui devait être suivie pour l’Allemagne de l’Est. Mais les Allemands de l’Ouest devaient comprendre aussi que des divergences de vue qui se manifestaient du côté danois sur des questions de détail ne devaient être considérées que comme des nuances sans importance, qui ne signifiaient pas une révision de l’attitude occidentale à l’égard de la RDA.43

38Le directeur du ministère des Affaires étrangères, Nils Svenningsen, avait déjà souligné la même chose en 1956 à propos d’une foire à Copenhague et de l’invitation d’une délégation de la RDA :

  • 44 Exposé P.J.I, 13 juin 1955 ; RA UM 141.D.1b.

« Il y a donc eu différentes raisons pour inviter les autorités officielles à la prudence et à la réserve. La raison déterminante pour le ministère des Affaires étrangères découlait de considérations relatives à notre position sur la question allemande. Depuis la proclamation de la ‘République Démocratique Populaire’, le Danemark a veillé soigneusement à éviter tout geste qui aurait pu être interprété comme un pas vers la reconnaissance de ‘cette entité étatique’. Le gouvernement fédéral à Bonn n’a pas été avare d’avertissements demandant au Danemark et aux autres États de battre froid à la ‘République Démocratique Populaire’ ; des invitations qui d’ailleurs étaient superflues étant donné que nous sommes tenus, par suite de la résolution de l’OTAN, de nous abstenir de tout contact officiel avec l’Allemagne de l’Est. »44

  • 45 Exposé sur l’entretien avec l’ambassadeur ouest‑allemand von Steckow du 26 juin 1956 ; RA UM 141.D. (...)

39Les irritations mentionnées ici devaient grandir avec le temps du côté danois, en particulier parce qu’on considérait les Allemands de l’Ouest comme des partenaires peu souples ayant tendance à jouer aux « maîtres d’école ».45 Les désaccords entre Bonn et Copenhague dans les années soixante étaient provoqués à plusieurs reprises par l’attitude danoise vis‑à-vis de la ligne Oder‑Neisse et de la doctrine Hallstein, doctrine qui devint la cible de la critique danoise

  • 46 Orientering om Hallstein Doktrinen, P.J.I, 28 mai 1965 , RA UM 5.G. l2a.

« parce que la théorie de l’État unique qu’elle doit défendre donne lieu à de nombreuses crises en relation avec la question de l’entrée de citoyens est-allemands au Danemark. »46

  • 47 Notice pour Krag 18 avril 1967 ; RA UM 5.G.12a.

40Le gouvernement et le public danois avaient en particulier du mal à comprendre qu’on continuât à interpréter de la manière la plus stricte la politique de non-reconnaissance vis‑à‑vis de la RDA, à un moment où la situation internationale était déjà placée sous le signe de la détente. Cette critique fut exposée en 1967 au ministre fédéral des Affaires étrangères, Willy Brandt.47

  • 48 P.J.I : Fodboldkampen Danmark‑Osttyskland, 12 avril 1961 ; RA UM 141.D.1b.5. Le Premier ministre da (...)

41Il y avait cependant des signes clairs d’un début de changement, lent il est vrai, de l’opinion danoise. Le sport était un point faible. On peut se demander s’il faut en chercher la raison dans le fait que les Allemands de l’Est savent à présent tirer un plus grand profit politique du sport. Il semble bien plus probable que les autorités danoises et le ministère des Affaires étrangères aient simplement négligé ce domaine jusqu’à ce que la Fédération danoise de football ait manifesté en 1961, comme si cela allait de soi, l’intention de hisser le drapeau de la RDA et de jouer l’hymne national lors d’une rencontre internationale de football à Copenhague. Il apparut à cette occasion que la Fédération danoise de handball avait organisé pendant des années des rencontres internationales officielles avec la RDA, y compris au Danemark où la RDA pouvait se présenter avec tous les symboles et insignes officiels : drapeaux, hymne et nom.48

42Une avance norvégienne formulée prudemment mit le Danemark dans l’embarras au début de l’année 1962. L’incident fut déclenché par une déclaration de l’ambassadeur norvégien auprès de l’OTAN, en février 1962, à propos d’une « prudente reconnaissance de l’Allemagne de l’Est, vraisemblablement une reconnaissance de facto». Le ministère des Affaires étrangères danois s’empressa de souligner que ces propos « n’avaient pas l’aval du Danemark ». On ajouta cependant dans la note confidentielle du ministère des Affaires étrangères :

« Il y a en soi peu de doute que l’attitude du Danemark soit très proche des points de vue norvégiens, en tout cas il n’y a pas de doute que nous serions prêts à accepter telle ou telle forme de reconnaissance de l’Allemagne de l’Est au cas où devrait apparaître une nécessité urgente afin d’éviter une sérieuse aggravation de la situation en Allemagne. Nous avons ici cependant à faire à un des problèmes les plus importants et les plus sensibles du conflit est‑ouest et cela semble ne pas servir à grand chose dans la conjoncture actuelle de lancer un débat théorique au conseil de l’OTAN sur un problème de ce genre. Il est clair qu’il y a des nuances à l’intérieur de l’OTAN en ce qui concerne le statut à accorder le cas échéant à l’Allemagne de l’Est. »

  • 49 Notice Otto Borch P.J.I, 15 février 1962 ; RA UM 141.D.1b.

43Mais si le Danemark avait voulu se mettre en avant à ce moment là, cela ne lui aurait apporté que de grosses difficultés dans les relations avec la République fédérale et peut‑être avec la France.49

44En réalité, à cette époque, le Danemark ne semblait pas être très loin d’une reconnaissance de facto de la RDA, même si on prétendait le contraire officiellement. On avait du moins l’espoir qu’elle serait à l’ordre du jour politique dans un futur assez proche. C’est ce que semble laisser entendre la déclaration suivante du ministère des Affaires étrangères danois d’avril 1962 :

« Même si le Danemark ne reconnaît pas la RDA, il y a tout de même une certaine collaboration sur le plan pratique et administratif ».

  • 50 Exposé P.J.I, 13 avril 1962 ; RA UM 141.D.1b.

45Cette déclaration concernait l’office est‑allemand du tourisme et de l’information, la chambre de commerce et la délivrance de visas au Danemark.50 Il n’y a pas de doute qu’une coopération administrative avec des autorités officielles est‑allemandes doive être considérée comme une reconnaissance de facto.

46La discussion à propos d’une reconnaissance de facto de la RDA avait débuté, malgré toutes les déclarations officielles affirmant le contraire. Elle ne pouvait naturellement pas avoir lieu officiellement : cela apporta cependant une réelle revalorisation de la RDA. En 1963, le ministère des Affaires étrangères semble avoir renoncé à s’opposer au fait que des représentations est‑allemandes se désignent en tant que représentations de la RDA.

« Par son interprétation unilatérale et restrictive de la décision (de l’OTAN), le Danemark rompt, selon l’opinion allemande, la solidarité de l’OTAN à propos de l’Allemagne de l’Est, une question fondamentale pour la République fédérale. »,

  • 51 Ø.P. III, 24 février 1967 ; RA UM 141.D.1b.

47écrivit en 1964 la République fédérale à propos de l’autorisation d’entrée accordée par le gouvernement danois à la compagnie aérienne de la RDA Interflug.51

  • 52 Cf. K.C. Lammers (note 2), pp. 713s.
  • 53 Coupure de presse du ministère des Affaires étrangères ; RA UM 141.D.1b.

48L’attitude officielle danoise fut beaucoup critiquée sur le plan de la politique intérieure dans les années soixante. De nombreuses organisations, comme par exemple l’Association d’amitié Danemark‑RDA, créée peu de temps auparavant, exigèrent une reconnaissance officielle,52 et même des hommes politiques s’exprimèrent en ce sens. Le Premier ministre danois, Viggo Kampmann, par exemple, se serait prononcé, d’après des déclarations non confirmées, pour une reconnaissance de la RDA en automne 1961 en Islande.53 La problématique danoise apparut publiquement dans toute sa complexité lorsqu’en 1964 Madame Bodil Koch, alors ministre social-démocrate des affaires religieuses, ainsi que d’autres sociaux-démocrates plaidèrent pour une reconnaissance (de facto) de la RDA. Madame Koch avait écrit peu de temps auparavant sur du papier à lettres officiel à son homologue est‑allemand, ce qui provoqua un tollé notamment dans la presse ouest‑allemande. Certainement pas à tort, comme le fit remarquer l’important quotidien danois Politiken, puisque l’affaire pouvait aussi

  • 54 Politiken, 31 juillet 1964, coupure de presse ; RA UM 141.D.1b.

« être interprétée comme manifestant de facto un changement de la politique danoise, ce que les puissances occidentales ne manqueraient pas de faire savoir au gouvernement par leurs démarches diplomatiques ».54

49Début 1967, la même femme politique prit officiellement position, aussi bien au Danemark que lors d’un congrès ecclésiastique à Düsseldorf, en faveur d’une reconnaissance de facto :

« Je crois qu’une reconnaissance de facto de l’Allemagne de l’Est serait un pas en avant. Dans l’état actuel des choses nous pouvons acheter des clous et des produits chimiques en Allemagne de l’Est, mais nous ne pouvons pas recevoir la visite de l’ensemble Brecht »,

  • 55 Cité d’après Demokraten, 3 février 1965, coupure de presse dans RA UM 141.D.1b.5, réactions dans ib (...)

50ce sur quoi le ministère des Affaires étrangères danois devait calmer la République fédérale inquiète.55

  • 56 D’après le quotidien Kristligt Dagblad, 30 mai 1965, coupure de presse dans RA UM 141.D.1b.5.
  • 57 D’après le Premier ministre J.O. Krag dans une déclaration officielle du 31 juillet 1964 qu’on a pr (...)
  • 58 Son initiative était connue des dirigeants de la RDA comme le prouve la copie de la lettre qui se t (...)

51Bodil Koch avait formulé le dilemme danois à propos de la RDA et avait caractérisé la problématique comme une « anomalie diplomatique ». À cause de son actualité grandissante et de son urgence croissante, elle se prononçait pour une reconnaissance de facto et présentait cette mesure comme un signe de « politique réaliste ».56 Les prises de position provocatrices de la politicienne danoise, qu’on qualifiait de « personnelles et non officielles »57 étaient naturellement très explosives, car elle était et restait membre d’un gouvernement qui officiellement n’avait pas l’intention de reconnaître la RDA et qui fut sévèrement critiqué par les Allemands de l’Ouest. La ministre fut tout de suite rappelée officiellement à l’ordre par Jens‑Otto Krag très désireux de maintenir de bonnes relations avec la RFA et par son ministre des Affaires étrangères Per Haekkerup. On peut toutefois se poser la question de savoir si Bodil Koch n’avait pas quand même l’appui de certains membres du cabinet ou peut-être même du Premier ministre Krag. Mais on ne peut pas cataloguer clairement les motivations de son offensive ; on ne peut pas écarter pour le moins l’hypothèse qu’il s’est ici agi d’un « ballon d’essai » officieux de la part du gouvernement danois.58

5. Conclusion

52L’attitude danoise en ce qui concerne la question de la reconnaissance, telle qu’on la présentait officiellement et publiquement, était claire et sans équivoque au moins jusqu’à la fin des années soixante : il n’y avait pas de relations officielles, diplomatiques ou gouvernementales avec la RDA parce que, politiquement et en droit international l’État est-allemand n’existait simplement pas en tant que tel pour le Danemark – en particulier aussi par égard pour la République fédérale d’Allemagne.

53Et en ce qui le concernait, le Danemark ne voulait pas faire le premier pas dans cette direction – malgré des doutes qui ont probablement considérablement grandi avec le temps ; il voulait attendre de voir l’évolution sur le plan international pour prendre de son côté des initiatives dans cette affaire. Cela se produisit début 1973 après que la République fédérale et la RDA eurent signé le traité fondamental en 1972.

54Cependant, l’attitude du Danemark vis‑à‑vis de la RDA, et particulièrement la politique concrète danoise, semble bien plus complexe, voire même de temps en temps bien plus incohérente. Car sous une façade officiellement sans équivoque, même à l’intérieur du Ministère des Affaires étrangères danois, l’attitude était bien plus flexible et bien plus pragmatique. Les Danois semblaient être prêts à un modus vivendi durable avec l’État est‑allemand sans toutefois le reconnaître formellement. Et parce que les Danois insistèrent pour définir eux‑mêmes les critères d’une reconnaissance de jure ou bien d’une reconnaissance de facto, ils ont poursuivi une ligne politique qui peut être qualifiée de « non-reconnaissance » en droit international. Une telle politique qui selon l’opinion danoise n’équivalait à aucune reconnaissance laissait à Copenhague les libertés d’action nécessaires pour d’un côté poursuivre la politique officielle de non-reconnaissance vis‑à‑vis de la RDA et de laisser cependant d’un autre côté suffisamment de libertés pour régler les questions pratiques avec le voisin austral. Cela ne correspondait certainement pas à une interprétation stricte du principe de reconnaissance conforme au droit international, la proximité de la RDA et les problèmes qui y sont liés exigeaient cependant une telle flexibilité qui était aussi particulièrement utile pour le Danemark lui‑même. Une telle politique correspondait du reste à la tendance de l’époque.

Notes

1 Voir pour la politique allemande du Danemark après 1945, cf. Karl Christian Lammers : « Danmark og Tysklandsspørgmålet. Hovedlinier i dansk Tyskland fra 1945 til ca. 1973 », in : Henrik Dethlefsen/Henrik Lundbak (éds.) : Fra mellemkrigstid til efterkrigstid, Copenhague, Museum Tusculanums Forlag, 1998, pp. 743‑763 ; id. « Die neueste Geschichte aus skandinavischer Sicht. Das Deutschlandbild in Skandinavien und die skandinavische Deutschland-Forschung », in : GG 26 (2000) 2, pp. 347-366.

2 Cette partie se base essentiellement sur les archives du ministère danois des affaires étrangères jusqu’en 1973. Rigsarkivet Kopenhagen [RA UM]5.D.29 et 141.D. Sur la question de la RDA, cf. Karl Christian Lammers : « Die Beziehungen der skandinavischen Staaten zur DDR bis zur Normalisierung in den siebziger Jahren », in : Heiner Timmermann (éd.) : Die DDR ‑ Politik und Ideologie als Instrument, Berlin, Duncker & Humblot, 1998, pp. 703-718.

3 Le gouvernement fédéral fit comprendre à plusieurs reprises au gouvernement danois « qu’il considèrerait une reconnaissance de l’Allemagne de l’Est comme une action inamicale à son égard »; Rapport : Ikke‑Anerkendelse af « den tyske demokratiske Republik », 23 janvier 1956 ; RA UM 141.D.1a.

4 Cf. la note du département politico‑juridique (P.J.1) : « Pour ne pas préjuger la décision quant à la question de la reconnaissance, le ministère des affaires étrangères devrait éviter dans tous les cas d’utiliser le titre officiel que les autorités est‑allemandes utilisent pour désigner l’entité étatique est‑allemande : République Démocratique Allemande [...]. Parmi toutes les désignations, c’est la dernière [Allemagne de l’Est ; K.C.L.] qu’il faut utiliser comme expression adéquate pour la ‘situation’ reconnue par le Danemark en Allemagne de l’Est », 3.1.1951, RA UM 141.D.1a. Les Suédois considérèrent les choses de la même façon ; cf. Michael F. Scholz : « Östen Undén und die DDR. Schwedische Deutschlandpolitik in den Fünfzigern », in : VfZ 41 (1993) 3, pp. 391‑417 ; cf., pour approfondir la question, la nouvelle étude sur la politique de la Norvège à l’égard de la RDA de Sven G. Holtsmark : Avmaktens diplomati. DDR i Norge 1949‑1973, Oslo, HIFO, 1999.

5 Selon le ministre danois des affaires étrangères Gustav Rasmussen à l’occasion d’une rencontre avec les ministres nordiques des affaires étrangères le 10 mars 1950, Exposé ; RA UM 141.D.1a.

6 ØP III, 24 septembre 1950. Exposé. Evt. fordhandlinger med den østtyske regering. Anerkendelsessporgsmålet, RA UM 141.1).1 a.

7 Ce discours figure dans l’aide‑mémoire britannique du 22 décembre 1949 qui déterminait la position des pays de l’OTAN envers la RDA, RA UM 141.D.1 a.

8 Cf. note 5.

9 À ma connaissance, cette idée apparemment séduisante ne se retrouve pas dans les dossiers, mais plutôt dans certaines parties de l’opinion publique danoise.

10 Mémorandum « Nogle bemærkninger fra PJ I om vort forhold til Tyskland », 8 mars 1960 ; RA UM 5.D.29.a.

11 Cf note 2.

12 Cela se rapportait à la question de la délivrance de visas, notamment pour les membres de la mission militaire scandinave auprès du Conseil de Contrôle allié à Berlin qui devaient passer par la RDA parce qu’il n’y avait pas d’autres voies de transit à l’exception des deux ports routiers et ferroviaires de Warnemünde et de Sassnitz.

13 Note du 22 mars 1963 ; RA UM 141.D.1b.5. Jusqu’à la fin de l’année 1962, la P.J.I avait plaidé pour conserver le terme d’« Allemagne de l’Est » : « Ce territoire n’est pas reconnu par le Danemark comme un État autonome et par conséquent, le terme de ‘République Démocratique Allemande’ n’est pas à employer », 19 novembre 1962 ; RA UM 141.D. 1 b.4.

14 Cf. l’argumentation identique chez S.G.Holtsmark (note 4), p. 38.

15 Cf. M.F. Scholz (note 4), p. 411.

16 Pour les “principales idées directrices” de la politique de l’Europe du Nord avec la RDA, cf. Alexander Fischer : « Außenpolitische Aktivität bei ungewisser Deutschland-Politik », in : Hans-Adolf Jacobsen (éd.) : Drei Jahrzehnte Außenpolitik der DDR, Munich, Oldenbourg, 1980, p. 80.

17 Cf. S.G. Holtsmark (note 4), p.29, qui évoque l’étude non publiée de Michael F. Scholz : „Die Ostsee muss ein Meer des Friedens sein” ‑ Die Rostocker Ostseewochen in der Außenpolitik der DDR (1958‑1975), Ernst‑Moritz-Arndt‑Universität, Greifswald, 1990.

18 Cf. Poul Villaume : Allieret med forbehold, Danmark, Nato og den kolde krig 1949-1961, Copenhague, Vandkunsten, 1995.

19 Situation des relations entre le Danemark et la RDA, 30 mai 1959 ; SAPMO‑ BArch, DY 30/IV 2/20/38, cf. aussi l’estimation de leurs efforts en Norvège chez S. G. Holtsmark (note 4), pp. 37f,

20 Les relations avec les pays scandinaves, 19 juin 1958, SAPMO‑ BArch, DY 30/I 2/20/47.

21 Comme on le sait, il n’y avait aucune voie de transit vers le Nord, c’est pourquoi les membres des missions militaires danoise et suédoise à Berlin devaient voyager à travers la RDA.

22 Selon le ministère des affaires étrangères en avril 1954 s’adressant à l’ambassadeur de Suède; citation d’après M. F. Scholz (note 3), p. 411.

23 P.J.I Refrat : Osttyskland, 21 avril 1954 ; RA UM 141. D.1a.IV. Il n’est pas inintéressant de savoir que le Danemark aurait retardé l’application d’une résolution de l’OTAN de 1954 parce que le gouvernement danois la trouvait trop catégorique. Le ministre d’État et des affaires étrangères H. C. Hansen écrivit à l’ambassadeur danois auprès de l’OTAN, “que le gouvernement n’avait pas le projet de changer sa position dans la question de la reconnaissance de l’Allemagne de l’Est ; de l’autre côté, il me semble cependant difficile d’arrêter une fois pour toutes une position, étant donné que la situation en ce qui concerne l’entité étatique est‑allemande et l’ensemble de la question allemande n’est pas encore claire dans toutes ses implications pour le moment.”

24 A.II, exposé 15 juin 1954 ; RA UM 141.D.1a.

25 Il fut cependant souligné par les parties danoise et suédoise en 1955 « qu’aucune d’entre elles n’envisageait pour le moment de reconnaître l’Allemagne de l’Est comme Etat souverain. » Il semble toutefois que le Danemark se soit rallié aussi au point de vue de la Suède estimant « qu’elle ne pouvait pas s’engager pour l’avenir ». cf. la déclaration du ministre danois des Affaires étrangères devant le Folketing le 26 mai 1954, RA UM 141.D.1a.

26 Cf. K.C. Lammers (note 1+2), pp. 708s. ; M.F. Scholz (note 4), p. 411.

27 Cf. K.C. Lammers (note 1+2) ; M.F. Scholz (note 4), p. 411.

28 Voir mes contributions à ce sujet (note 1+2) ; Karl Christian Lammers : « Denmark’s Relations with Germany Since 1945 », in : Morten Kelstrup/Hans Branner (éds.) : Denmark and Europe, Londres, Macmillan, 2000. L’auteur est en train de terminer une monographie sur le Danemark et la question allemande qui va sortir courant 2000.

29 Cf. K.C. Lammers (note 1).

30 K.C. Lammers (note 2), p. 707.

31 Exemples de 1957 et 1958 dans RA UM 141.D.1.a. Les notifications d’autres gouvernements à propos de la réutilisation de conventions sur le territoire de la RDA représentaient un problème de nature particulière parce que cela touchait indirectement à la question de la reconnaissance ; cf. Oldenburg 11 juin 1958 ; RA UM 141.D.1a. Cf. aussi P.J.I, qui estimait que « les Danois devaient insister lors d’une notification sur le fait que le Danemark ne reconnaît pas l’Allemagne de l’Est », ibidem.

32 Cf. K.C. Lammers (note 1), p. 755.

33 Il y a pour cela beaucoup d’exemples. Lorsque le directeur des chemins de fer est‑allemands assista au lancement d’un bac à Helsingør, on souligna qu’il ne participait que « techniquement » ; cf. RA UM 141.D.1 a.

34 P.J.I. 27 juillet 1957 ; RA UM 141.D. la.

35 P.J.I « Forholdet mellem Danmark og Østtyskland », 18 mars 1960 ; RA UM 141.D.1B, IV.

36 Cf. note 35 ; mise en relief par l’auteur.

37 Cf. note 35.

38 Cf note 35.

39 Notice du P.J.I, 22 juillet 1958 ; RA UM 141.D.1a. Déjà en 1955, on avait mentionné la difficulté de trouver « une appellation pour ‘la République Démocratique Allemande’ qui ne donne pas à penser qu’on la reconnaît », on proposa « la zone soviétique en Allemagne » ou « territoire est-allemand », ibid., 21 novembre 1955.

40 Article du journal Dagens Nyheder, 10 octobre 1960 ; exposé de F. Schramm‑Nielsen sur un entretien avec l’ambassadeur ouest-allemand le 11 octobre 1960 ; RA UM 141.D.1b.

41 La réaction du Premier ministre Jens-Otto Krag à la requête de l’Association pour l’amitié Danemark-RDA, qui lui demanda en mars 1961 d’inciter les États nordiques à reconnaître la RDA, ne manque pas d’intérêt. Note manuscrite de Krag : « Il est maintenant sans doute possible d’envoyer une réponse. Mais peut‑être qu’il vaut mieux rester silencieux. La pratique donnera la réponse », 24 mars 1961, RA UM 141.D.1b. Dans sa réponse, il ne voyait aucune raison pour agir dans le sens demandé, parce que il n’y avait pas de circonstances particulières justifiant un changement d’attitude des États nordiques. Dans la première version, on peut lire que le gouvernement pense « qu’une reconnaissance de la dénommée République Démocratique Allemande ne serait pas un acte adapté pour atteindre la paix et la sécurité », ibidem.

42 Ainsi, pour les Danois, le représentant de commerce est‑allemand était une personne qui représentait « la chambre de commerce est‑allemande », 3 juin 1961 ; RA UM 141.D.1a.

43 Notits T. Oldenburg « Flyvningen til Leipzigmessen 1963 », 25 janvier 1963, RA UM 141.D.1a RA UM 141.D.1a. Auparavant déjà on avait argumenté : « Bonn ne peut pas exiger que nous [les Danois/ K.C.L.] nous le disions à chaque occasion. Des répétitions constantes après chaque petite affaire affaibliraient notre position plutôt qu’elles ne la renforceraient. » ; RA UM 141.D.1b.

44 Exposé P.J.I, 13 juin 1955 ; RA UM 141.D.1b.

45 Exposé sur l’entretien avec l’ambassadeur ouest‑allemand von Steckow du 26 juin 1956 ; RA UM 141.D.1b.

46 Orientering om Hallstein Doktrinen, P.J.I, 28 mai 1965 , RA UM 5.G. l2a.

47 Notice pour Krag 18 avril 1967 ; RA UM 5.G.12a.

48 P.J.I : Fodboldkampen Danmark‑Osttyskland, 12 avril 1961 ; RA UM 141.D.1b.5. Le Premier ministre danois Viggo Kampmann aurait même été présent lors d’une rencontre internationale de handball en 1960 à Copenhague, au cours de laquelle on joua l’hymne national est-allemand « ressuscité des ruines » ; PA/AA, Bestand MfAA, A 13176.

49 Notice Otto Borch P.J.I, 15 février 1962 ; RA UM 141.D.1b.

50 Exposé P.J.I, 13 avril 1962 ; RA UM 141.D.1b.

51 Ø.P. III, 24 février 1967 ; RA UM 141.D.1b.

52 Cf. K.C. Lammers (note 2), pp. 713s.

53 Coupure de presse du ministère des Affaires étrangères ; RA UM 141.D.1b.

54 Politiken, 31 juillet 1964, coupure de presse ; RA UM 141.D.1b.

55 Cité d’après Demokraten, 3 février 1965, coupure de presse dans RA UM 141.D.1b.5, réactions dans ibidem.

56 D’après le quotidien Kristligt Dagblad, 30 mai 1965, coupure de presse dans RA UM 141.D.1b.5.

57 D’après le Premier ministre J.O. Krag dans une déclaration officielle du 31 juillet 1964 qu’on a pris comme un blâme officiel ; RA UM 141.D.1b.5.

58 Son initiative était connue des dirigeants de la RDA comme le prouve la copie de la lettre qui se trouve dans le MfAA, cf. PA/AA, Bestand MfAA, A 14553, cf. aussi PA UM 141.D.1b.5.

Auteur

Hélène Breysse (Traducteur)
Aurélie Genthon (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540