Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Les relations bilatérales de la RDA avec l’Europe occidentale

La place du Vatican dans la politique extérieure de la RDA

Bernd Schäfer
Traduction de Nelly Berneron et Corine Defrance

Texte intégral

1. L’Ostpolitik du Vatican et la RDA de 1962 à 1971

  • 1 Voir sur le contexte de la politique ecclésiastique en RDA ainsi que les dispositifs internes à l’É (...)
  • 2 Cf. Elisa A. Carrillo : « The Italian Catholic Church and Communism 1943-1963 », in : The Catholic (...)

1Le Vatican a longtemps été considéré, dans le cadre de la politique extérieure est-allemande, comme une puissance réactionnaire « liée à l’impérialisme », guide des citoyens catholiques de RDA, et inspiratrice du « cléricalisme politique » du gouvernement CSU/CDU en Allemagne de l’Ouest.1 Ce n’est qu’en novembre 1958, après la mort de Pie XII et la désignation de son successeur, Angelo Giuseppe Roncalli, âgé de 77 ans, qu’un changement progressif se profila. Dans un premier temps, Jean XXIII resta entouré d’hommes d’Église engagés dans la politique intérieure italienne — partisans de la Démocrazia Christiana — qui proclamaient que les catholiques ne pouvaient voter ni pour le parti communiste, ni pour le parti socialiste. Le nouveau pape commença par suivre prudemment une ligne pastorale moins partisane visant à la coopération avec « tous les hommes de bonne volonté ».2 Alors qu’il venait de mettre en garde contre la menace d’une guerre, Khrouchtchev, sur recommandation du parti communiste italien, lui envoya en novembre 1961 un télégramme de félicitation à l’occasion de son quatre-vingtième anniversaire. À la stupeur de bon nombre de membres de la curie romaine, Jean XXIII lui adressa un message de remerciement. En octobre 1962, au moment où le stationnement de fusées soviétiques à Cuba et la menace d’une riposte américaine risquaient de provoquer une guerre atomique, le pape, suite à des contacts avec des intermédiaires et vraisemblablement à la demande de Khrouchtchev, intervint comme médiateur auprès du président américain John F. Kennedy. Ces activités semblent avoir conduit à un rapprochement personnel, si bien que Jean XXIII et Khrouchtchev s’adressèrent mutuellement des vœux de Noël en décembre 1962, et le 7 mars 1963, le pape reçut Alexis Adschubej, le gendre de Khrouchtchev. Cette rencontre fut la première audience officielle accordée par le pape à un communiste de premier plan.

  • 3 Voir le texte dans Heinrich Denzinger/Adolf Schönmetzer (éds.) : Enchiridion Symbolorum Definitionu (...)

2L’encyclique Pacem in Terris du 11 avril 1963, prônant la coexistence pacifique par l’arrêt de la course aux armements et par des négociations internationales sur le désarmement, eut un retentissement mondial. Tout en continuant à exiger le maintien des droits de l’homme et de la liberté de religion, le pape encouragea la collaboration avec « tous les hommes de bonne volonté » et découvrit aussi des « éléments positifs » dans les mouvements passés en faveur d’une réforme sociale. Bien que condamnant « l’erreur », il plaida en faveur du dialogue et d’une collaboration partielle avec les « brebis égarées ».3

  • 4 Pour une vue d’ensemble sur l’Ostpolitik du Vatican depuis 1917, voir Hansjakob Stehle : Geheimdipl (...)

3Par ses contacts avec Khrouchtchev et son Encyclique Pacem in Terris, Jean XXIII avait rouvert le champ traditionnel de l’Ostpolitik à la diplomatie du Vatican.4 Depuis avril 1963 déjà, le futur responsable de l’Ostpolitik du Vatican, le cardinal viennois Franz König, et surtout l’ancien responsable de la secrétairerie d’État à Rome, l’archevêque Agostino Casaroli, étudiaient le terrain en Hongrie, en Pologne et bientôt aussi en Tchécoslovaquie et en Yougoslavie pour nouer d’éventuels accords avec les gouvernements socialistes. Cette nouvelle politique de rapprochement avec l’Est pratiquée par le Vatican suscita sans cesse débat et inquiétude lors des congrès réguliers des ecclésiastiques dans les États socialistes.

4Pour les pays d’Europe de l’Est comme pour l’Union Soviétique, cette politique du Vatican fut d’abord perçue comme une tentative « d’ingérence », et par conséquent comme un facteur potentiel de trouble sur le plan intérieur. Inversement, le Vatican représentait un partenaire diplomatique potentiel pour la RDA, à la recherche de reconnaissance internationale en tant qu’Etat allemand souverain. Jusqu’en 1972, il n’y eut néanmoins aucun contact direct entre les diplomates du Vatican et les représentants du gouvernement est-allemand ou les dirigeants du SED, malgré les avances de la RDA en ce sens. Le 15 février 1968, Walter Ulbricht, lors d’une réunion du parti au Friedrichstadtpalast de Berlin, déclara : 

  • 5 Mise au point sur la « Religionspolitik der Regierung der DDR » du 14 février 1969 ; Archive du dio (...)

« D’ailleurs, chers camarades et amis, si le Saint-Siège souhaite un jour établir des relations et nouer des accords avec le gouvernement est-allemand, qu’il n’hésite pas, nous y sommes prêts. »5

  • 6 Responsable fédéral des dossiers de la Stasi (BStU), Archive centrale (ZA), AIM 2716/75, Partie II, (...)

5Encore au cours de ce mois, Paul Verner, membre du bureau politique et chargé notamment des questions ecclésiastiques en son sein, essaya en vain, par le biais du parti communiste italien, de s’entretenir avec Casaroli à l’occasion d’un séjour en Italie. Une autre manœuvre, le 16 décembre 1969, échoua également à établir des contacts directs : une lettre du ministre des Affaires étrangères, Otto Winzer, adressée à Casaroli, fut transmise par l’ambassade de RDA en Yougoslavie au représentant pontifical à Belgrade, mais Casaroli répondit au gouvernement est-allemand par une missive diplomatique anodine, transmise par le cardinal berlinois Alfred Bengsch.6

6Toutefois, parmi toutes les perspectives ouvertes par l’Ostpolitik des Occidentaux, la RDA, soucieuse de reconnaissance, considéra longtemps encore que le Vatican risquait d’ouvrir la voie de la « diversion idéologique » et du « sabotage du socialisme ». Cette analyse fut sans cesse avancée, principalement par le ministère pour la sécurité de l’État (MfS) — la Stasi. En témoigne par exemple une liste de 61 pages datée d’octobre 1967 présentant des consignes contre

« l’exploitation par le Vatican, à des fins de prise de contacts et d’informations, du tourisme vers l’Union Soviétique transitant par la République Démocratique Allemande ».

7Le document contenait des informations précises sur les catholiques d’Allemagne de l’Est, émanant de rapports de la Stasi (Zentrale Operativvorgänge /ZOV), et aussi des curriculum vitae, avec photographies, des responsables du Vatican chargés de la politique étrangères. Il fut transmis par la section principale (Hauptabteilung/HA) XX/4 à

  • 7 BStU, ZA, HA XX/4, 1525, f. 1-61.

« nos camarades soviétiques, dans la fidèle fraternité de classes et d’armes, en l’honneur du cinquantième anniversaire de la Grande Révolution Socialiste d’octobre ».7

  • 8 BStU, ZA, HA XX/4, 463, f. 48-54.
  • 9 À cela s’ajouta en 1973 une thèse de 364 pages soutenue par Gernot Preuß à la faculté de sciences s (...)

8D’après la Stasi, selon un document du 26 octobre 19718, la stratégie du Vatican contrevenait « résolument à l’idéologie socialiste et par conséquent au fondement de l’État socialiste » : elle visait à renforcer l’Église catholique et à saper l’harmonie du camp socialiste « en créant un réseau de contacts et de points d’appui »; par le biais du dialogue entre chrétiens et marxistes, tout particulièrement préconisé par le Vatican, des « attaques pernicieuses » étaient portées « contre l’idéologie socialiste ».9

  • 10 BStU, ZA, AIM 2716/75, Partie II, Tome I, f. 247-250.
  • 11 Voir les informations principalement concordantes et traduites du russe par les organes de sécurité (...)

9À la suite du changement de gouvernement en RFA, en novembre 1969, on assista aussi à des transformations dans la politique de Bonn à l’égard du Vatican. Elle permit au Saint-Siège de disposer d’une plus grande liberté de manœuvre dans ses relations avec les États socialistes d’Europe de l’Est. Déjà les 18 et 19 novembre 1969, Herbert Wehner et Georg Leber, deux des principaux responsables du SPD, s’étaient entretenus à Rome avec Agostino Casaroli. Depuis 1967, ce dernier était secrétaire du conseil chargé des affaires étrangères à la Curie romaine, et occupait ainsi en quelque sorte la fonction de « Ministre des relations extérieures » du Vatican. Leur intention d’amener le Saint-Siège à reconnaître dans le droit canon la frontière occidentale de la Pologne se heurta pourtant au point de vue du Vatican qui voulait encore attendre la ratification du traité par la RFA.10 En effet, le nouveau gouvernement fédéral, pour faciliter la conclusion du traité prévu entre Bonn et Varsovie, comptait sur cette étape pour désamorcer la résistance de l’opposition chrétienne-démocrate. Le chancelier Willy Brandt devait encore essayer de poursuivre dans cette direction lors de ses entretiens au Vatican en juillet 1970. Ses efforts restèrent vains malgré des signaux encourageants de la Curie romaine.11 Le Vatican ne devait accepter d’avancer en ce sens qu’une fois les traités entre Bonn, Moscou et Varsovie entrés en vigueur le 3 juin 1972.

2. Le rapprochement entre la RDA et le Vatican de 1972 à 1978

  • 12 BAB, DO-4, 1302.
  • 13 Voir sur les sources de la Hauptverwaltung Aufklärung (HV A) de la Stasi, P. Eugen Brammertz OSB (« (...)
  • 14 Voir les documents du BND laissés par Heinrich Krone qui fut pendant plusieurs années président du (...)

10Après la ratification des Ostverträge par le Bundestag ouest-allemand, la RDA envisagea sans tarder une initiative diplomatique à l’attention du Vatican afin d’engager des négociations directes. Le premier projet de mémorandum pour le Vatican, rédigé par le secrétariat d’État chargé des questions religieuses et daté du 8 juin 1972, s’intitulait dans un premier temps Adaptation du champ d’action et de la structure administrative de l’Église catholique sur le territoire de l’ancien Reich allemand à la réalité constitutionnelle de la RDA considérée comme un des deux États successeurs.12 L’exigence de faire coïncider les frontières ecclésiastiques et étatiques marqua le début d’un processus dont la dynamique ne fut interrompue qu’à la mort du pape Paul VI, le 6 août 1978. Grâce aux agents des différents services secrets des pays socialistes à Rome et à Bonn, la RDA était alors particulièrement bien informée des principales évolutions du Vatican.13 La qualité de ces informations n’égala cependant pas celles dont disposa le service fédéral de renseignement (Bundesnachrichtendienst/BND) jusqu’au changement de gouvernement de 1969, grâce à des clercs qui servaient d’agents au Vatican.14

  • 15 Les services secrets des pays socialistes, en particulier en Hongrie et en Pologne, de même que la (...)
  • 16 Les origines italiennes et françaises du pape, du secrétaire d’État et de beaucoup de secrétaires (...)

11Selon la ligne définie par Agostino Casaroli qui, malgré les luttes d’influence,15 avait toujours le soutien du pape Paul VI et du secrétaire d’État, le cardinal Jean Villot,16 le Vatican affirma son autonomie en matière diplomatique et insista auprès des évêques allemands de l’Est et de l’Ouest sur la question de la situation générale de l’Église en Europe de l’Est.

12Ainsi, d’une part, la question allemande, toujours non tranchée sur le plan du droit ecclésiastique, s’en trouvait relativisée, d’autre part il fallait tenter de tirer parti du statut tout à fait privilégié de l’Église catholique en RDA, en comparaison de la situation dans les autres pays du camp socialiste. Dans l’intérêt même des catholiques des autres pays socialistes, dont la situation était beaucoup plus difficile, il fallait entretenir des rapports constructifs avec Berlin-Est et, dans la mesure du possible, établir des relations diplomatiques entre la RDA et le Vatican.

  • 17 La Stasi était bien informée sur de telles positions grâce aux notes et aux dossiers des agents de (...)

13Les représentants du Vatican, en contact direct avec les responsables du SED et les diplomates est-allemands depuis 1973, estimaient que leur politique serait efficace sur le long terme. Ils prirent en compte les réserves émises par l’Église est-allemande au sujet de l’autonomie des juridictions ecclésiastiques et réagirent toujours plus vivement aux griefs formulés avec insistance par la partie ouest-allemande. Au grand dam de l’épiscopat ouest-allemand, le pape et des responsables de la Curie romaine soutinrent le principe de l’Ostpolitik de la coalition gouvernementale SPD/FDP à Bonn et souhaitèrent la conclusion des Ostverträge, afin, dans leur sillage, de faire avancer la politique religieuse en Europe de l’Est par des modifications du droit ecclésiastique en Pologne et en RDA. Selon la conférence des évêques allemands et le « comité central des catholiques allemands » (ZdK), à Bonn, l’Ostpolitik menée par le Vatican risquait surtout, en premier lieu, de compromettre les chances de victoire électorale de la CDU/CSU, considérée comme la représentante politique sui generis des intérêts du catholicisme allemand.17

  • 18 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/2/1402 (Anlage Nr. 13).
  • 19 Voir la lettre de l’ambassade est-allemande à Belgrade du 11 octobre 1972 au MfAA ; SAPMO-BArch, DY (...)

14Sur le plan diplomatique, la RDA fit un pas en direction du Vatican en adoptant un mémorandum lors de la session du bureau politique du 18 juillet 1972. Y figurait une résolution sur « les mesures à prendre pour régler la question des limites diocésaines de l’Église catholique » en conformité avec les frontières étatiques, suite à la ratification du traité entre l’Union soviétique et la RFA. Ce paragraphe exigeait notamment « la création de diocèses entièrement situés sur le territoire » de la RDA.18 Le mémorandum fut transmis par l’ambassade de RDA à Belgrade à Mario Cagna, représentant pontifical dans la place. Le 9 novembre 1972 fut célébré dans la capitale yougoslave le premier contact diplomatique direct entre le Vatican et la RDA.19

15Le 24 janvier 1973, Agostino Casaroli reçut une délégation est-allemande conduite par Werner Lamberz, membre du bureau politique. D’après les notes de Lamberz sur le déroulement de l’entretien, Casaroli insista sur la nécessité de tenir compte « des répercussions psychologiques du concordat » de 1933 en RFA et indiqua néanmoins qu’il :

  • 20 Disposition N° 5 du Protocole N° 5/73 de la session du bureau politique du CC du SED du 6 février 1 (...)

« voulait penser à voix haute. Dans les quatre régions concernées, où résident des fidèles catholiques, pourraient être tout d’abord nommés des administrateurs apostoliques […]. Ce ne serait qu’un premier pas en attendant d’aller plus loin, mais l’essentiel serait de montrer la voie […]. Les rapports entre l’État et l’Église en RDA sont positifs, et même plus que positifs. Le Vatican souhaite maintenir cet état de chose et même l’améliorer encore. Casaroli demanda explicitement si le gouvernement de RDA avait l’intention de préserver cette situation dans l’avenir. Le camarade Lamberz répondit que le gouvernement est-allemand n’avait nullement l’intention de modifier ses relations avec l’Église catholique en RDA. »20

  • 21 SAPMO-BArch, DY 30/IV B 2/14/46.

16Au cours de leur entretien, Lamberz et Casaroli convinrent que les prochains contacts devraient passer par l’ambassade est-allemande à Rome. Le 30 avril 1973 eut lieu une première entrevue entre Casaroli et Eckhard Bibow,21 membre de l’ambassade, qui devait être suivie de bien d’autres entretiens jusqu’en 1978, notamment avec l’ambassadeur Klaus Gysi.

  • 22 Voir ibid. le dossier du CC du 3 mai 1973 portant la remarque suivante écrite à la main « à bien co (...)
  • 23 Voir l’information du ministère de la Sécurité hongrois du 29 juin 1973 ; BStU, ZA, HA XX/4, 127, f (...)

17À la stupeur des dirigeants catholiques de RDA, le Vatican entendait établir des liens diplomatiques avec Berlin-Est et donc accréditer un nonce dans « la capitale est-allemande ». La RDA manifestait aussi un grand intérêt pour de telles relations. Mais le 3 mai 1973, il résulta d’une étude du groupe de travail chargé des questions religieuses au comité central du SED, que ces relations n’étaient alors pas envisageables; à l’initiative de l’URSS, au congrès des responsables socialistes chargés des questions ecclésiastiques d’octobre 1972 à Sofia, il avait été interdit aux pays du Pacte de Varsovie de nouer des contacts diplomatiques avec le Saint-Siège.22 En fait, ces derniers ne pouvaient établir de telles relations qu’après avoir eu l’assentiment de l’Union soviétique, aussi la question d’un nonce à Berlin-Est restait-elle très hypothétique. Le Vatican et le comité central du SED ne perdirent jamais espoir. Hans-Joachim Seidowsky (agent de la Stasi à la télévision est-allemande) fut même pressenti pour le poste d’ambassadeur.23

  • 24 Voir une « information » de la HA XX/4 du 7 janvier 1974 sur « Gespräche zur Normalisierung der Bez (...)
  • 25 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/2/1513.
  • 26 H. Stehle (note 9), p. 396.

18Après la ratification du Traité fondamental par le Bundestag, le 18 mai 1973, Paul VI nomma le 14 juillet les évêques d’Erfurt, Magdebourg et Schwerin administrateurs apostoliques. Ils furent placés directement sous l’autorité du Vatican et donc sous la juridiction formelle des évêchés ouest-allemands de Fulda, Paderborn et Osnabrück. Comparées aux vastes exigences du mémorandum de l’été 1972, cela ne représentait pour la RDA qu’une bien maigre contrepartie. C’est alors que s’ouvrirent de nouvelles négociations au cours desquelles la RDA s’efforça d’obtenir l’adéquation totale des frontières de l’Église et de l’État. En retour, le Vatican voulait obtenir des garanties pour que soit maintenu le statut relativement favorable de l’Église catholique en RDA. Les contacts suivants eurent lieu désormais en marge de la CSCE — cf. les entretiens entre Casaroli et le ministre des Affaires étrangères Otto Winzer — et à l’ambassade à Rome.24 Le 25 juin 1974, le bureau politique du SED rédigea une nouvelle directive très détaillée « pour la poursuite des discussions entre la RDA et le Vatican ». En contrepartie de concessions du Vatican, elle proposait un accord pour garantir à l’Église catholique la liberté dont elle avait jusqu’alors pu profiter en RDA. Elle ne jouait pas non plus avec la menace d’une restriction de cette liberté.25 Le 10 juillet 1974, Klaus Gysi se présenta chez Agostino Casaroli, à Rome, et lui transmit la proposition de son gouvernement d’entamer des négociations officielles à Berlin au niveau des ministres des Affaires étrangères. Les protestations soulevées au sein de l’Église, que les évêques des deux États allemands consultés firent parvenir à Rome, retardèrent tout d’abord la visite. Le Vatican se décida pourtant à envoyer Casaroli en RDA. Le message confidentiel adressé le 17 avril 1975 à Casaroli par Lamberz, en tant que membre du bureau politique, et l’enjoignant de répondre dans les cinq jours, de peur qu’un accord ne fût sinon plus possible entre le Vatican et la RDA,26 n’avait été qu’une manœuvre destinée à accélérer les négociations.

  • 27 Cf. SAPMO-BArch, DY 30/IV B 2/14/166 ; BStU, ZA, HA XX/4, 1199.

19Non seulement Casaroli était prêt à s’entretenir directement avec le gouvernement, mais il acceptait aussi de participer à certaines manifestations officielles et de loger deux jours durant dans une résidence du gouvernement est-allemand à Berlin. Au cours de son séjour en RDA, du 9 au 14 juin 1975, il rencontra à deux reprises le ministre des Affaires étrangères Oskar Fischer, et eut un entretien avec le secrétaire d’État délégué aux questions religieuses, Hans Seigewasser. Pour le gouvernement est-allemand, le bilan fut cependant médiocre en raison du manque de résultats concrets.27

  • 28 La Stasi et le bureau politique du SED étaient la plupart du temps informés précocement sur ces rel (...)
  • 29 Disposition N° 5 du protocole N° 24/76 de la session du bureau politique du ZK du SED du 9 novembre (...)

20Mais après un certain laps de temps bien calculé, le Vatican organisa le 25 septembre 1976 une conférence des évêques en RDA. La nouvelle « conférence des évêques de Berlin » fut formellement détachée de la conférence des évêques allemands. Ce décret ne fut publié, à la demande pressante des Allemands de l’Ouest, qu’après les élections au Bundestag du 3 octobre 1976, afin ne pas diminuer les chances de la CDU/CSU.28 Le bureau politique du SED exprima sa satisfaction sur le cours positif des événements dans une résolution datée du 9 novembre 1976, intitulée « Poursuite de la politique de la RDA à l’égard du Vatican », bien que « la question essentielle, celle du règlement des frontières diocésaines en fonction des frontières d’Etat de la RDA », n’ait pas été tranchée. Aussi fallut-il assurer le Vatican que, « sous réserve d’un règlement de la question des frontières », accord serait donné à « l’établissement d’une nonciature dans la capitale est-allemande et à la nomination d’un ambassadeur de RDA au Vatican ». Le bureau politique indiqua alors très précisément, qu’étant donné la situation à Cuba, en Yougoslavie et en Pologne, il n’était pas question de créer un précédent dans le camp socialiste. Pour aller au-devant du Vatican, l’Église catholique est-allemande devait se voir accorder une plus grande liberté dans divers secteurs.29

  • 30 Voir une « Information » de la Stasi du 5 juin 1978 ; BStU, ZA, ZAIG, Z 2826.
  • 31 BAB, DO-4, 465.

21Finalement, au cours de la première moitié de l’année 1978, le Vatican prépara la création d’administrations apostoliques qui devaient précéder l’établissement de diocèses autonomes en RDA. Le décret ecclésiastique était déjà prêt et les gouvernements de Bonn et de Berlin-Est déjà informés, lorsque Paul VI mourut le 6 août 1978. 30 Le 22 août, Klaus Gysi envoya de Rome un télégramme à Berlin-Est au sujet de deux entretiens qu’il eut avec Agostino Casaroli juste avant et juste après la mort du pape. Le cardinal romain lui aurait dit que l’avenir de l’Ostpolitik « était assuré pour l’essentiel », mais que cependant, « certains points pouvaient toujours être profondément modifiés ». Gysi signala que, d’après son attitude, Casaroli « ne pensait pas rester à son poste ».31 Mais Berlin-Est releva bientôt Klaus Gysi de ses fonctions dans la capitale italienne, en raison d’un comportement personnel peu diplomatique. Agostino Casaroli fut finalement promu secrétaire d’État en 1979, mais il perdit une grande partie de ses responsabilités en matière d’Ostpolitik, étant donné que le pape nouvellement élu était lui-même originaire d’Europe de l’Est.

3. Interactions entre la RDA et le Vatican de 1978 à 1990

  • 32 Voir « l’information » de la Stasi du 25 octobre 1978 relative au Vatican, « über Meinungen kirchli (...)
  • 33 Voir une information de la Stasi du 7 décembre 1979 ; BStU, ZA, ZAIG, Z 3006, f. 1‑4.

22À peine quelques jours après l’élection du pape Jean-Paul II, le 25 octobre 1978 la Stasi constata que le « rapport de force » au Vatican évoluait au détriment des intérêts de la RDA.32 Le ministre des Affaires étrangères, Oskar Fischer, eut certes le 28 octobre 1978, une entrevue, prévue de longue date, avec le nouveau pape, mais il n’en résulta aucun accord concret. Le décret élaboré pendant le pontificat de Paul VI, qui prévoyait la création d’administrations et de futurs diocèses, ne devait jamais être signé.33 La RDA ne possédait aucun moyen de pression diplomatique face au Vatican lui permettant d’obtenir la totale adéquation des frontières ecclésiastiques et étatiques. De toute façon, la dégradation du statut de l’Église catholique en RDA aurait été contre-productive, aussi bien en politique intérieure qu’extérieure. Bien que le Vatican ne fît pas les concessions espérées, le SED améliora quand même le statut religieux en RDA.

  • 34 Voir par exemple BAB, DO-4, 1251, 638, 407.
  • 35 Voir les « informations » de la Stasi du 16 novembre 1978 traduites du polonais ; BStU, ZA, HA XX/4 (...)
  • 36 BStU, ZA, ZAIG, Z 2932, F. 5. Voir aussi les données biographiques détaillées du rapport de la Stas (...)

23Depuis 1979 déjà, l’appareil d’État de la RDA avait sans cesse rédigé des rapports et exprimé son inquiétude à l’égard de l’ancien cardinal de « la Pologne socialiste », devenu pape.34 Après les incertitudes initiales, les analyses furent toujours plus négatives, surtout au regard des répercussions sur la politique intérieure en Pologne. Sur la base des renseignements du service de sécurité polonais le présentant comme « l’anticommuniste le plus acharné de l’épiscopat polonais » et un évêque « antisocialiste »,35 complétés par des informations venues de Rome, la Stasi remit le 12 avril 1979 un premier rapport très détaillé sur « quelques questions essentielles de la politique du Vatican après l’élection de Wojtyla à la papauté ». Selon ce document, il ne fallait pas « s’attendre à brève échéance à des décisions politiques d’importance au sujet des évêchés est-allemands ». Par ailleurs, le pape ne devait sans doute pas manifester de bonne volonté à l’égard « des particularités de la question allemande ». « Certes, il était anticommuniste mais avant tout polonais ».36

  • 37 Cette problématique, au demeurant très intéressante, ne sera cependant pas approfondie ici. Le pape (...)
  • 38 « Information » de la Stasi du 14 août 1981 « über einige Erkenntnisse zur Politik des Vatikans geg (...)

24Les autorités est-allemandes jugèrent sa politique particulièrement dangereuse entre août 1980 et décembre 1981, à l’époque de la « contre-révolution » menée par Solidarnosc; elles lui prêtèrent un double rôle officiel et secret dans « l’élimination » du socialisme en Pologne, de concert avec l’Occident, se fondant sur l’exploitation de la puissance de l’Église polonaise.37 En revanche, la Stasi ne reprocha pas au pape polonais d’exercer une influence « négative » sur l’Église catholique.38 Etant donné sa connaissance de la situation dans les États socialistes, le pape noua de nombreux contacts directs avec les autorités religieuses de ces pays, si bien qu’il prit lui même en main les rênes de l’Ostpolitik à Rome tandis qu’auparavant un diplomate, tel Casaroli, en avait eu la responsabilité.

25En même temps, les dirigeants est-allemands nuancèrent leur point de vue quand Jean-Paul II, par ses voyages, acquit toujours plus la stature d’un chef d’État. Ils firent alors la différence entre le pape polonais et le plus haut responsable du Vatican.

  • 39 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/2/2179.
  • 40 Cf. les dossiers établis entre le 24 juillet et le 12 novembre 1986. Extraits tirés des rapports ét (...)
  • 41 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/2/2290.

26Erich Honecker, qui cherchait alors à s’affirmer comme un « artisan de la paix » sur la scène internationale, avait en vue les retombées mondiales d’une rencontre et surtout de la visite de retour qui aurait lieu à « Berlin, capitale de la RDA », quand, par le biais de l’ambassade est-allemande à Rome, il obtint une audience avec le pape pour le 24 avril 1985, dans le cadre de sa visite d’Etat en Italie. Suite à cette audience et à son écho international, le bureau politique du SED, le 12 août 1986, donna son accord de principe à une visite du pape en RDA.39 Cependant, le grand rassemblement des catholiques de RDA, à Dresde du 10 au 12 juillet 1987, permit au pape et au cardinal Meisner, évêque de Berlin, d’envisager de rendre la visite en évitant « la capitale Berlin ». Ce projet échoua suite à de violentes interventions de l’État et à des intrigues ecclésiastiques.40 Finalement, au début 1988, la RDA et le Vatican se mirent d’accord pour envisager une visite du pape en 1991 et pour la préparer dès lors sur le plan étatique comme sur le plan ecclésiastique. Les négociations avec les représentants de l’Église menées aussi bien par la Stasi que par le bureau du secrétaire d’État délégué aux questions religieuses. Le bureau politique décida, le 23 août 1988, que Kurt Löffler en sa qualité de nouveau secrétaire d’État délégué aux questions religieuses devait transmettre « l’accord de principe » de la RDA à une visite du pape, à la direction de l’Église catholique est-allemande.41

27Pour l’opinion publique est-allemande sous contrôle, le pape devint « l’affaire principale » d’Erich Honecker. Comme le constata Klaus Gysi, alors secrétaire d’État, le 22 décembre 1986, en conseil avec les responsables des questions religieuses de toutes les régions de RDA :

  • 42 Note du service Etat et Droit de la direction régionale du SED à Dresde, datée du 22 décembre 1986 (...)

« Il est impératif de nous référer davantage à l’autorité du pape lors de nos discussions. Nous devons différencier, mais en aucun cas nous quereller avec lui. »42

  • 43 « Information » de la Stasi du 5 octobre 1988, signée par Erich Honecker le 6 octobre 1988, « über (...)
  • 44 SAPMO-BArch, DY 30/IV B 2/14/9.
  • 45 Bernd Schäfer : « Verzweifelte SED-Planspiele kurz vor dem Untergang. Die DDR-Behörden versuchten v (...)

28En pratique, seule la volonté de l’Église d’inclure Berlin-Ouest au programme de la visite, ce que refusait énergiquement le gouvernement est-allemand, faisait encore obstacle à la visite du pape prévue pour 1991.43 En raison de la situation intérieure tendue en RDA et du mécontentement de l’État à l’égard des Églises, les négociations s’interrompirent presque totalement en 1989. Au cours d’une séance du Comité central du SED, le 16 janvier 1989, consacrée à la politique religieuse, la formule suivante fut inscrite au protocole : « Nous, nous n’allons pas parler de la visite du pape ; c’est à eux de nous faire des avances. »44 Pourtant, dix mois plus tard, pour le SED aux abois, la venue anticipée du pape dès 1990, sans aucune condition préalable, représentait un apport significatif à la nécessaire et urgente stabilisation interne de la RDA. Aussi fut-elle expressément souhaitée. Ces plans, dont les derniers remontent à février 1990, furent pourtant complètement dépassés par la réalité.45

Notes

1 Voir sur le contexte de la politique ecclésiastique en RDA ainsi que les dispositifs internes à l’Église Bernd Schäfer : Staat und katholische Kirche in der DDR, Weimar/Cologne, Böhlau, 1992.

2 Cf. Elisa A. Carrillo : « The Italian Catholic Church and Communism 1943-1963 », in : The Catholic Historical Review 77 (1991), pp. 644-657 ; Karl-Joseph Hummel (éd.) : Vatikanische Ostpolitik unter Johannes XXIII. und Paul VI. 1958-1978, Paderborn, Schöningh, 1999.

3 Voir le texte dans Heinrich Denzinger/Adolf Schönmetzer (éds.) : Enchiridion Symbolorum Definitionum et Declarationum de Rebus Fidei et Morum, Fribourg, Herder, 1973, pp. 801-819.

4 Pour une vue d’ensemble sur l’Ostpolitik du Vatican depuis 1917, voir Hansjakob Stehle : Geheimdiplomatie im Vatikan. Die Päpste und die Kommunisten, Zurich, Benziger, 1993.

5 Mise au point sur la « Religionspolitik der Regierung der DDR » du 14 février 1969 ; Archive du diocèse, Berlin (DAB), V/5-7-1.

6 Responsable fédéral des dossiers de la Stasi (BStU), Archive centrale (ZA), AIM 2716/75, Partie II, Tome II, f. 70ss.

7 BStU, ZA, HA XX/4, 1525, f. 1-61.

8 BStU, ZA, HA XX/4, 463, f. 48-54.

9 À cela s’ajouta en 1973 une thèse de 364 pages soutenue par Gernot Preuß à la faculté de sciences sociales de l’Université Humboldt à Berlin portant le titre : « Zur Strategie und Taktik des Vatikans in der internationalen Klassenauseinandersetzung zwischen Imperialismus und Sozialismus in der dritten Etappe der allgemeinen Krise des Kapitalismus » (BStU, ZA, HA XX/4, 2215 et 2287, 2 volumes).

10 BStU, ZA, AIM 2716/75, Partie II, Tome I, f. 247-250.

11 Voir les informations principalement concordantes et traduites du russe par les organes de sécurité polonais datées du 14 septembre 1970 ; BStU, ZA, HA XX/4, 127, f. 227-230.

12 BAB, DO-4, 1302.

13 Voir sur les sources de la Hauptverwaltung Aufklärung (HV A) de la Stasi, P. Eugen Brammertz OSB (« Lichtblick ») et Alfons Waschbüsch (« Antonius », journaliste de l’agence de presse des catholiques allemands, KNA) ; cf. B. SCHÄFER (note 1), pp. 212s.

14 Voir les documents du BND laissés par Heinrich Krone qui fut pendant plusieurs années président du groupe CDU/CSU au Bundestag et ministre fédéral in : Archiv für Christlich-Demokratische Politik à Saint Augustin/Bonn.

15 Les services secrets des pays socialistes, en particulier en Hongrie et en Pologne, de même que la HV A de la Stasi étaient assez bien informés à ce sujet. Voir à titre d’exemple concernant le changement de poste d’un étroit collaborateur de Casaroli, le prélat Giovanni Cheli, la note des organes de sécurité hongrois du 23 juillet 1973 (BStU, ZA, HA XX/4, 123, f. 424s.) ainsi que celle des services secrets polonais du 2 août 1973. (ibid, 127, f. 146).

16 Les origines italiennes et françaises du pape, du secrétaire d’État et de beaucoup de secrétaires des services de la curie se répercutaient ici. Il n’était pas rare qu’on se défende contre le style et le contenu d’interventions allemandes insistantes au Vatican, aussi bien de la part des évêques allemands que des hommes politiques catholiques de la CDU/CSU.

17 La Stasi était bien informée sur de telles positions grâce aux notes et aux dossiers des agents de la HV A, travaillant au Comité central des catholiques allemands à Bonn (« Ingrid Dötsch »), et au KNA (« Dieter Hansche ») ainsi qu’aux centrales de la CDU. Voir par exemple BStU, ZA, HA XX/4, 1262, f. 142-146, 192-197, 283-292.

18 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/2/1402 (Anlage Nr. 13).

19 Voir la lettre de l’ambassade est-allemande à Belgrade du 11 octobre 1972 au MfAA ; SAPMO-BArch, DY 30/IV B 2/14/46.

20 Disposition N° 5 du Protocole N° 5/73 de la session du bureau politique du CC du SED du 6 février 1973 ; SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/2/1433.

21 SAPMO-BArch, DY 30/IV B 2/14/46.

22 Voir ibid. le dossier du CC du 3 mai 1973 portant la remarque suivante écrite à la main « à bien conserver » et ayant pour titre « Zu Fragen der Änderung der Diözesangrenzen der Katholischen Kirche in der DDR und der Aufnahme diplomatischer Beziehungen zwischen der DDR und dem Vatikan ».

23 Voir l’information du ministère de la Sécurité hongrois du 29 juin 1973 ; BStU, ZA, HA XX/4, 127, f. 153. Voir sur Seidowsky : B. Schäfer (note 1).

24 Voir une « information » de la HA XX/4 du 7 janvier 1974 sur « Gespräche zur Normalisierung der Beziehungen zwischen der DDR und dem Vatikan » ; BStU, ZA, HA XX/4, 1262, f. 680ss.

25 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/2/1513.

26 H. Stehle (note 9), p. 396.

27 Cf. SAPMO-BArch, DY 30/IV B 2/14/166 ; BStU, ZA, HA XX/4, 1199.

28 La Stasi et le bureau politique du SED étaient la plupart du temps informés précocement sur ces relations ; voir par exemple BStU, ZA, HA XX/4, 273, F. 78-81 ; ibid., ZAIG, Z 2502; ibid., ZAIG, Z 2586.

29 Disposition N° 5 du protocole N° 24/76 de la session du bureau politique du ZK du SED du 9 novembre 1976 ; SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/2/1643.

30 Voir une « Information » de la Stasi du 5 juin 1978 ; BStU, ZA, ZAIG, Z 2826.

31 BAB, DO-4, 465.

32 Voir « l’information » de la Stasi du 25 octobre 1978 relative au Vatican, « über Meinungen kirchlicher Würdenträger des Vatikans zu den Beziehungen Vatikan - DDR sowie zu einigen weiteren internen Problemen » ; BStU, ZA, ZAIG, Z 2880, f. 1‑6.

33 Voir une information de la Stasi du 7 décembre 1979 ; BStU, ZA, ZAIG, Z 3006, f. 1‑4.

34 Voir par exemple BAB, DO-4, 1251, 638, 407.

35 Voir les « informations » de la Stasi du 16 novembre 1978 traduites du polonais ; BStU, ZA, HA XX/4, 127, f. 18-29. La « camarade Jozefa Siemasskiewicz, représentante du service administratif du CC du PVAP » s’était déjà le 9 janvier 1974 exprimée sur Karol Wojtyla face à un collaborateur de l’ambassade est-allemande à Varsovie, stipulant qu’il serait préférable « qu’il ait 30 ans de moins ». Il était, d’après elle, « extrêmement agressif et réactionnaire ». « Ce cardinal de Cracovie ne nous a pas réussi ». (ibid., f. 97).

36 BStU, ZA, ZAIG, Z 2932, F. 5. Voir aussi les données biographiques détaillées du rapport de la Stasi du 20 avril 1979 sur Karol Wojtyla avec la mention « personnelle Rudi » pour le représentant de Erich Mielke, Général Rudi Mittig ; BStU, ZA, HA XX/4, 1719, f. 1-15.

37 Cette problématique, au demeurant très intéressante, ne sera cependant pas approfondie ici. Le pape avait eu une influence « déstabilisante » sur la situation intérieure en Pologne, surtout dans la phase prônant la proclamation de la loi martiale en décembre 1981, notamment par ses voyages en Pologne en 1983 et plus encore en 1987. Cf. avec avis réservé Carl Bernstein/Marco Politi : His Holiness. John Paul II and the Hidden History of Our Time, New York, Doubleday, 1996 ; Robert M. Gates : From the Shadows. The Ultimate Insider’s Story of Five Presidents and How They Won the Cold War, New York, Touchstone, 1997.

38 « Information » de la Stasi du 14 août 1981 « über einige Erkenntnisse zur Politik des Vatikans gegenüber der DDR » ; BStU, ZA, ZAIG, Z 3151, f. 1-11.

39 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/2/2179.

40 Cf. les dossiers établis entre le 24 juillet et le 12 novembre 1986. Extraits tirés des rapports étatiques et ecclésiastiques dans le livre de Dieter Grande/Bernd Schäfer : Zur Kirchenpolitik der SED. Auseinandersetzungen um das Katholikentreffen 1983-1987, Leipzig, benno, 1994, pp. 55-92.

41 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/2/2290.

42 Note du service Etat et Droit de la direction régionale du SED à Dresde, datée du 22 décembre 1986 (HStA Dresden, SED-BL, 12012).

43 « Information » de la Stasi du 5 octobre 1988, signée par Erich Honecker le 6 octobre 1988, « über Aktivitäten des Vorsitzenden der Berliner Bischofskonferenz (BBK), Joachim Kardinal Meisner, im Zusammenhang mit einem geplanten Besuch des Papstes in der DDR » : BStU, ZA, ZAIG, Z 3701. Voir les conceptions des années 1988-1990 sur l’éventuelle visite du pape ; BAB, DO-4, 1107 et 1251 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV B 2/14/167.

44 SAPMO-BArch, DY 30/IV B 2/14/9.

45 Bernd Schäfer : « Verzweifelte SED-Planspiele kurz vor dem Untergang. Die DDR-Behörden versuchten vier Monate nach dem Fall der Mauer, den für 1991 geplanten Papstbesuch vorzuverlegen. Am Ende war der Papst Honeckers ‘Chefsache’ », in : Der Tagesspiegel, 21.6.1996, p. 6.

Auteur

Nelly Berneron (Traducteur)
Corine Defrance (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540