Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Les relations bilatérales de la RDA avec l’Europe occidentale

« ... Largely The Prisonersof Dr. Adenauer’s Policy »

La Grande-Bretagne et la RDA 1949-1973

Henning Hoff
Traduction de Florence Ango

Note de l’éditeur

Cette contribution s’appuie sur les recheches effectuées dans le cadre de notre thèse de doctorat intitulée « La Grande-Bretagne et la RDA, 1955-1973 » qui devrait être achevée d’ici l’été de l’année 2001.

Texte intégral

  • 2 La tentative ouest-allemande de parler de la « Middle Germany » (« Mitteldeutschland ») dans les do (...)
  • 3 Cf. Anne Deighton : The impossible Peace. Britain and the Division of Germany, Oxford, Claredon Pre (...)

1La Grande-Bretagne procéda à la reconnaissance de la RDA le même jour que la France, le 10 février 1973. Jusqu’à cette date, la politique extérieure britannique officielle n’avait pas admis l’existence d’un deuxième État allemand. Le pays situé à l’Est de l’Elbe était nommé tantôt la Soviet Zone of Germany, tantôt East Germany, Pankow ou encore the so-called D.D.R.. Le sigle GDR (German Democratic Republic) dont l’usage était pourtant revendiqué par Berlin-Est dans les pays anglophones n’était utilisé que très rarement.2 La politique de non-reconnaissance poursuivie par la Grande-Bretagne ainsi que par les autres États membres de l’OTAN et, jusqu’à la fin des années soixante, également par les États non alignés, doit être analysée en regard de la politique allemande de la Grande-Bretagne menée après la Seconde Guerre mondiale. Après la création de l’État ouest-allemand, impulsé entre autres par la Grande-Bretagne alors gouvernée par les travaillistes sous la houlette de Clement Attlee (1945-1951), il s’agissait de stabiliser la République fédérale et de contester toute légitimité, voire même l’existence du deuxième État allemand concurrent qui existait depuis octobre 1949.3 Lorsque la République fédérale fut devenue un allié en mai 1955 et un acteur de plus en plus autonome sur la scène politique internationale, la Grande-Bretagne continua certes à apporter son soutien à la politique de non-reconnaissance et à la doctrine Hallstein édictée en Allemagne de l’Ouest fin 1955. Mais la Grande-Bretagne ne fut bientôt plus aveuglément convaincue de la justesse de cette politique ; cette attitude devait surtout fournir la preuve de la fidélité de la Grande-Bretagne à l’alliance conclue avec l’OTAN, ainsi que témoigner de la solidarité et du soutien accordé à l’allié ouest-allemand.

  • 4 Il existe deux travaux de recherches préliminaires sur ce sujet qui, que ce soit du côté britanniqu (...)

2Indépendamment de la politique de non-reconnaissance, il y avait néanmoins entre la Grande-Bretagne et la RDA des relations à plusieurs niveaux, impliquant différents acteurs : politiques, syndicalistes, hommes d’affaires, journalistes ou artistes. Après que l’Union soviétique eut concédé à la RDA en septembre 1955 une marge de manœuvre plus importante au niveau international, la Grande-Bretagne et la RDA intensifièrent les contacts politiques, économiques et culturels, formant ainsi un authentique réseau. C’est précisément ce tissu de relations qui constitue, en parallèle de la politique officielle de non-reconnaissance, l’objet des considérations suivantes.4

  • 5 Par souci de concision, nous nous concentrons sur les aspects politiques des relations (et donc éga (...)
  • 6 Il existe cependant beaucoup de similitudes entre les relations entre la Grande-Bretagne et la RDA (...)

3Cependant, avant de retracer dans la troisième partie trois grandes phases de ces relations bilatérales – en ne se focalisant que sur l’aspect politique5 –, il convient d’esquisser, dans un premier temps, les fondements de la politique allemande de la Grande-Bretagne pendant la guerre froide dans ses dimensions bilatérales, européennes et mondiales. Puis, dans une deuxième partie, on se penchera sur les acteurs ainsi que sur les fondements des rapports entre la Grande-Bretagne et la RDA. Ces rapports, en raison de la politique de non reconnaissance et du fait qu’ils existèrent par-delà la frontière entre les deux blocs, présentèrent de nombreuses particularités, et façonnèrent de façon durable la mise en œuvre des relations.6

1. Les fondements de la politique britannique à l’égard de l’Allemagne

  • 7 David Reynolds offre la meilleure vue d’ensemble dans son ouvrage : Britannia Overruled. British Po (...)
  • 8 Cela valait dans une moindre mesure pour la politique extérieure de la RDA, qui était certes assuje (...)
  • 9 Parmi les événements extraordinaires de cette politique, on pourra citer, entre autres, la visite d (...)
  • 10 Voir à ce sujet Brian White : Britain, Détente and Changing East-West Relations, Londres/ New York, (...)

4Si la partition de l’Allemagne en 1949 constitua, d’un côté, le résultat du conflit Est-Ouest, elle fut par ailleurs une composante essentielle dans l’antagonisme mondial qui opposait les États-Unis et l’Union Soviétique. La guerre froide constitua l’arrière-plan des relations entre la Grande-Bretagne et la RDA et orienta les deux États, même si de manière différente, dans leurs relations extérieures. Pour la Grande-Bretagne vinrent s’ajouter de plus la dissolution de son empire colonial, sa déchéance au rang de puissance européenne et une récession économique dans les années soixante, autant d’éléments qui caractérisèrent la période qui suivit la Seconde Guerre mondiale.7 Tandis que la RDA sous la régie de Walter Ulbricht avait adopté très largement l’idéologie soviétique8, la Grande-Bretagne présentait, quant à elle, quelques caractéristiques qui la distinguait des autres États dans le camp occidental : par rapport aux États-Unis et à l’Allemagne fédérale, l’anticommunisme y était en effet largement moins marqué. Par ailleurs, l’idée de pouvoir jouer le rôle d’un intermédiaire entre les grandes puissances dans le conflit Est-Ouest, ainsi que la tentative sous-jacente de mettre en œuvre des relations particulières avec l’Union Soviétique9 ont toujours constitué un leitmotiv dans la politique extérieure britannique. Ceci fut aussi bien valable pour les gouvernements conservateurs de Winston Churchill (1951-1955), de Sir Anthony Eden (1955-1957), de Harold Macmillan (1957-1963) et de Sir Alec Douglas-Home (1963-1964), que pour le gouvernement travailliste mené par Harold Wilson (1964-1970) et – dans une moindre mesure – pour le gouvernement de nouveau dirigé par un premier ministre conservateur, Edward Heath (1970-1974).10 En outre, les relations entre la Grande-Bretagne et la RDA évoluaient au sein de trois contextes qui ne peuvent faire l’objet ici que d’une brève présentation : un contexte bilatéral plus précisément trilatéral, un contexte européen et un contexte mondial.

  • 11 Papier du 5e département européen en charge de la Grande-Bretagne (5. EA) du ministère des Affaires (...)
  • 12 Sabine Lee : The Uneasy Partnership. British-German Relations between 1955 and 1961, Bochum, Brockm (...)
  • 13 Ainsi le Ministre des Affaires Etrangères britanniques Selwyn Lloyd (1955-1961) de même que le trav (...)
  • 14 Cf. John Peet : The Long Engagement. Memoirs of a Cold War Legend, Londres, Forth Estate, 1989.
  • 15 Le Foreign Office fit référence à cet aspect dans une appréciation du secrétaire d’État d’Adenauer, (...)

5Dans le contexte bilatéral, les relations étaient inscrites dans une relation triangulaire germano-germano-britannique. Un mémorandum du ministère des Affaires Etrangères de la RDA constata en 1962 à juste titre : « D’une manière générale, les relations entre la RDA et la Grande-Bretagne sont influencées par la relation anglo-ouest-allemande. »11 La RDA cherchait à tirer profit des mésententes – alors nombreuses dans les années cinquante – dans la relation britannico-ouest-allemande. À l’inverse, l’attitude de la Grande-Bretagne à l’égard de la RDA était souvent la source des difficultés qui émaillaient la relation entre Bonn et Londres. Ainsi, les efforts du gouvernement Macmillan pendant la crise de Berlin de 1958-1962, visant à amener les alliés à adopter une politique plus flexible à l’égard de la RDA conduisirent à un refroidissement des relations avec la République fédérale et suscitèrent chez le chancelier Konrad Adenauer une grande défiance. Dans ce cadre, la perception de la politique joua presque un rôle aussi important que la politique elle-même. Côté britannique, l’expérience de la Seconde Guerre mondiale et la connaissance des atrocités de l’Holocauste expliquaient en grande partie cet « uneasy partnership »12 entre la Grande-Bretagne et la République fédérale.13 Des évolutions, réelles et supposées, en République fédérale donnèrent toujours lieu à des craintes : le rejet par l’Allemagne de l’Ouest de la ligne Oder-Neiße (inscrite dans le traité de Görlitz conclu entre la RDA et la Pologne le 6 juillet 1950), la dénazification seulement superficielle, la vague d’antisémitisme au début de l’année 1960, ainsi que le réarmement et les aspirations ouest-allemandes à un armement nucléaire de l’armée ranimèrent en Grande-Bretagne un certain malaise quant aux orientations futures de l’« Allemagne ». Cela offrit à la RDA la possibilité de présenter à l’opinion publique britannique l’image d’une République fédérale « militariste », « revancharde » et « expansionniste » et il ne fait aucun doute que la propagande est-allemande à l’étranger était fort efficace. L’ancien correspondant pour l’agence Reuter, John Peet14, endossa à cet effet un rôle tout particulier ; il était passé en 1950 de Berlin-Ouest à Berlin-Est et publiait depuis 1952 le Democratic German Report en langue anglaise, un magazine qui traitait principalement de la prétendue renazification de la République fédérale. Les accusations selon lesquelles beaucoup d’anciens dignitaires nazis occuperaient de nouveau de hauts postes en République fédérale apparaissaient aux yeux de l’opinion publique britannique d’autant plus crédibles qu’elles contenaient un fond de vérité dans de nombreux cas.15 La RDA se présentait, quant à elle, comme un État « antifasciste », « pacifiste », débarrassé de l’héritage national-socialiste et ayant tiré les leçons de l’histoire allemande.

  • 16 Les TTDs étaient indispensables à tous les citoyens de RDA, qui voulaient se rendre dans des États (...)
  • 17 La Grande-Bretagne fut à plusieurs reprises le partenaire commercial occidental le plus important d (...)
  • 18 Les hommes d’affaires britanniques considéraient l’argument ouest-allemand du commerce « intra-alle (...)

6La politique en matière de circulation des personnes dans laquelle la Grande-Bretagne plaidait, à contre-courant des souhaits ouest-allemands, en faveur d’une plus grande souplesse dans la délivrance de visas et de Temporary Travel Documents (TTDs)16, mais aussi les relations commerciales, instrumentalisées par la RDA souvent pour intensifier les contacts, et qui atteignirent un volume considérable, constituèrent également des éléments importants dans le contexte bi- ou plutôt trilatéral.17 Une nouvelle fois, la RDA put profiter dans ce domaine des rivalités entre la Grande-Bretagne et l’Allemagne de l’Ouest.18 Les contacts commerciaux servaient par ailleurs de moyen de communication avec le gouvernement britannique, plus précisément avec son appareil bureaucratique.

  • 19 Adenauer à Eden, 24 octobre 1955 ; PRO Prime Ministers’ Files (PREM) 11/1857.
  • 20 Pour une synthèse contemporaine des différents plans, qui furent également partiellement présentés (...)

7Dans le contexte européen, tous les gouvernements britanniques cherchaient depuis le début des années cinquante à instaurer un mouvement de détente en Europe. Mais aux yeux des Britanniques, le lien affirmé par Bonn – pas de détente sans réunification – bloquait de plus en plus les solutions envisageables. Puisqu’il apparaît clairement, à partir de 1955, qu’une politique de détente avec l’Union Soviétique ne serait concevable que sur la base du statu quo en Europe, les gouvernements britanniques plaidèrent, quoique de manière fort prudente, en faveur d’une politique « réaliste ». Les plans prévoyant une déconcentration militaire ou une confrontation graduelle [Disengagement], plus précisément les réflexions visant à la création d’une « ceinture neutre » en Europe centrale incluant les deux États allemands trouvaient de nombreux partisans, que ce soit au sein du gouvernement, de l’opposition ou de l’opinion publique. Les différentes versions des plans Eden en vue de l’établissement d’une zone démilitarisée le long de la frontière germano-allemande se heurtaient à la résistance farouche du gouvernement Adenauer, et ce, entre autres parce que, comme le chancelier l’écrivit à Eden à l’automne 1955, un tel plan « ne pourrait être réalisé qu’au travers d’un accord auquel participeraient aussi bien la République fédérale que la RDA. Par ce biais, les puissances occidentales et la République fédérale franchiraient un grand pas en direction de la reconnaissance de ce qu’on appelle la ‘RDA’ ».19 Les idées développées depuis 1956 par les travaillistes Hugh Gaitskell, Denis Healey et Patrick Gordon-Walker qui prévoyaient une zone faiblement militarisée, voire neutre (comprenant les deux États allemands, la Pologne et la Tchécoslovaquie et plus tard la Hongrie), ou bien, comme dans les plans du Ministre des Affaires Étrangères polonais Rapacki, une zone dénucléarisée, recueillirent un écho similaire.20 De telles idées étaient très populaires dans l’opinion publique britannique et elles furent soigneusement examinées par le Foreign Office. Parallèlement, le gouvernement britannique commençait à se lasser du légalisme de la politique extérieure de l’Allemagne de l’Ouest. Mais la résistance ouest-allemande et américaine le dissuada de s’engager davantage dans une telle politique de Disengagement. Néanmoins, les intérêts britanniques et est-allemands convergeaient sur ce point et les plans de détente rejoignaient l’idée du « Système Européen de Sécurité Collective » (incluant la participation des deux États allemands) que réclamaient les États du Pacte de Varsovie.

  • 21 Cf. FO Minute de W.B.J. Ledwidge, 24 janvier 1963 ; PRO FO 371/169195 CG 1051/32.

8En regard de la relation qu’entretenait la Grande-Bretagne avec la Communauté Economique Européenne (CEE), la politique à l’égard de la RDA joua également un rôle. Cette fois, c’est la Grande-Bretagne qui chercha à tirer profit de la crainte de l’Allemagne de l’Ouest de voir la « non-politique » à l’égard de la RDA être abandonnée, en insinuant un chantage dans le cas d’une attitude ouest-allemande négative devant le souhait d’intégration de Grande-Bretagne en 1963 : Le directeur du Western Department, Bernard Ledwige, proposa de répandre le bruit que, si la Grande-Bretagne n’était pas intégrée, elle se verrait contrainte d’intensifier ses contacts avec la RDA pour augmenter le volume des échanges commerciaux, tant et si bien qu’à long terme une reconnaissance de la RDA ne pourrait plus être exclue.21

  • 22 Voir à ce sujet PRO FO 371/169212-169214.

9Dans le contexte global, la Grande-Bretagne contribua à imposer la politique de la non-reconnaissance dans le monde entier, en particulier dans les pays du Commonwealth et dans les anciennes colonies britanniques. De plus, la Grande-Bretagne cherchait par tous les moyens à exclure la RDA des traités internationaux. Mais dans ce contexte, la politique étrangère britannique se vit confrontée à des problèmes de plus en plus nombreux dans les années soixante. L’exemple le plus significatif à cet égard fut l’accord sur l’arrêt limité des essais atomiques (Limited Test Ban Treaty) de l’automne 1963 qui constituait le tout premier accord de désarmement depuis 1945. Les Ministres des Affaires Etrangères des États-Unis, de l’Union Soviétique et de la Grande-Bretagne avaient signé à Moscou le traité d’interdiction des tests atomiques en plein air et avaient appelé tous les États à leur emboîter le pas. Le Ministre des Affaires Etrangères est-allemand, Otto Winzer, se rendit aussitôt à Moscou pour annoncer l’adhésion de la RDA au traité. La République fédérale, quant à elle, se refusa à signer l’accord – la Grande-Bretagne et les États-Unis n’avaient pas prévu ce problème et ils essayaient désormais, après coup, de convaincre l’allié occidental de prendre le train en marche.22 Il apparut ici que la Grande-Bretagne accordait davantage d’importance à l’accord de désarmement avec l’Union Soviétique qu’à la poursuite de la politique de non-reconnaissance.

2. Acteurs et fondements de la relation entre la Grande-Bretagne et l’Allemagne de l’Est

10Les relations entre la Grande-Bretagne et la RDA impliquaient de part et d’autre de nombreuses institutions et organisations. Même si la politique de non-reconnaissance privait le gouvernement de la RDA d’un interlocuteur, le gouvernement britannique et son appareil bureaucratique jouaient néanmoins un rôle important dans la relation bilatérale.

  • 23 À la date d’achèvement de ce texte, seuls les dossiers gouvernementaux britanniques allant jusqu’en (...)
  • 24 Cf. à ce sujet Tony Geraghty : Brixmis. The Untold Exploits of Britain’s most daring Cold War Spy M (...)
  • 25 Les dossiers du SIS (également connu sous le nom de MI6) ne sont pas accessibles. On sait seulement (...)

11Le Foreign Office était chargé en première ligne de dicter, de coordonner et d’imposer la politique britannique à l’égard de la RDA. La RDA n’était pas du ressort du Northern Department – ce dernier était en charge des relations avec l’Union Soviétique et les autres États du Bloc de l’Est ; elle entrait dans le champ de compétences du Western Department – sous la rubrique générale « Germany ». Il fallut par ailleurs attendre l’année 1963 pour que la RDA soit prise en considération de manière régulière dans les documents stratégiques relatifs aux évolutions au sein du bloc de l’Est.23 L’External Department situé à Berlin, département politique du British Military Government, faisait office de bureau de représentation de l’Ambassade de Grande-Bretagne à Bonn. Le poste du Political Advisor (qui était en même temps le représentant du commandant de la ville de Berlin) était fort prisé des services diplomatiques de la Grande-Bretagne. Les collaborateurs de l’External Department, logés près du stade olympique de Berlin, étaient également compétents pour la délivrance de TTDs par le biais de l’Allied Travel Office et jouissaient en tant que membres du British Military Government d’une liberté de mouvement dans tout Berlin, et, théoriquement dans toute la RDA, privilège dont ils firent finalement peu usage. Les opérations menées sur le sol de la RDA relevaient du domaine de la British Commander-in-Chief’ Mission to the Soviet Forces in Germany (BRIXMIS). Cette dernière existait sur la base d’un accord de 1945 et avait pour mission officielle de maintenir le lien avec les troupes soviétiques. Cependant, la BRIXMIS, stationnée à Berlin-Ouest et à Potsdam, pratiquait en fait l’espionnage militaire, en particulier en ce qui concerne l’armement et les déplacements des unités soviétiques et est-allemandes. Elle se livrait souvent à des chasses-poursuites avec la Stasi.24 Par ailleurs, le Secret Intelligence Service (SIS), les services secrets britanniques à l’étranger, était en action depuis Berlin-Ouest.25

  • 26 À propos de l’IRD, longtemps entouré de mystères, voir désormais le livre de Paul Lashmar/James Oli (...)
  • 27 L’exemple le plus important qu’on peut citer à ce sujet est fourni par Geoffrey McDermott, pour un (...)

12L’Information and Research Department (IRD), autre section importante du Foreign Office, surveillait les activités de la RDA et essayait de contrecarrer la propagande est-allemande. De façon générale, il avait pour mission d’entretenir l’anti-communisme de la Grande-Bretagne.26 L’échange constant de personnes entre Bonn, Berlin et Londres avait des conséquences à double tranchant pour l’attitude des experts britanniques de l’Allemagne : d’un côté, ils étaient bien familiarisés avec les positions et les craintes de l’Allemagne de l’Ouest, témoignaient de la compréhension à l’égard de l’attitude de l’allié et considéraient précisément à Berlin la RDA, qui essayait de miner le statut quadripartite, comme un adversaire. D’un autre côté, la confrontation avec ce deuxième État allemand, existant bel et bien, alimentait le souhait d’une politique extérieure « plus réaliste ».27

  • 28 Voir la correspondance entre le Foreign Office et le Home Office ; PRO FO 371/124667.

13Le Foreign Office surveillait aussi à l’intérieur le respect de la politique de non-reconnaissance et rappelait à d’autres ministères les directives de l’OTAN, ainsi que leurs obligations à l’égard de la République fédérale. En particulier le ministère de l’Intérieur (Home Office), compétent pour la délivrance de visas, ainsi que le ministère du Commerce (Board of Trade) n’étaient pas toujours disposés à suivre les recommandations du Foreign Office. Ainsi, une controverse avec le Home Office concernant la délivrance de visas pour une représentation du Berliner Ensemble (BE) en 1956 à Londres atteignit presque le niveau gouvernemental. Tandis que le Foreign Office, prévenu par l’ambassade ouest-allemande à Londres d’une « offensive culturelle » de la RDA, refusait d’accorder au théâtre de Bertolt Brecht une plate-forme pour la « propagande socialiste », le Home Office, quant à lui, ne voyait rien de mal dans la visite du BE et finit par imposer ses vues lorsqu’il fut notoire que la troupe théâtrale est-allemande avait donné, encore peu de temps auparavant, des représentations largement ovationnées à Munich.28

14Les divergences de vues avec le Board of Trade, qui souhaitait voir une application moins rigoureuse de la politique de non-reconnaissance afin de développer davantage encore les échanges commerciaux entre la Grande-Bretagne et la RDA, étaient devenues un phénomène récurrent dans les années cinquante et soixante. Le ministère du Commerce put finalement en 1959 convaincre la fédération industrielle Federation (plus tard : Confederation) of British Industry (FBI puis CBI) de se tenir à disposition de la chambre de commerce extérieur de la RDA (Kammer für Außenhandel-KfA), en qualité de partenaire britannique, pour conclure un accord commercial annuel. Néanmoins, le contenu du « Trade Agreement » était défini par le Board of Trade, même si le Foreign Office se réservait un droit de contrôle suprême.

  • 29 « Rapport sur le voyage du responsable pour la Grande-Bretagne, le collègue Waschewski, à Londres d (...)
  • 30 À titre d’exemple voir Krüger (MfAA) : « Gedanken zur britischen Grußadresse an Willi Stoph » [à l’ (...)

15En face de cet appareil en charge de la politique extérieure, on trouvait en RDA la direction du SED, en particulier le Politbureau qui définissait la politique extérieure et donnait la ligne directrice à suivre en matière de politique extérieure de la RDA, ainsi que le département des « relations internationales » du comité central du SED. Le ministère des Affaires Etrangères, plus précisément le cinquième département européen en charge des affaires concernant la Grande-Bretagne, était par contre chargé des tâches de coordination et de conception. Etant donné que le service diplomatique, à l’inverse de la République fédérale, avait été créé pratiquement ex nihilo, la plupart des collaborateurs du ministère des Affaires Etrangères étaient jeunes, peu rompus aux pratiques diplomatiques, fidèles à l’État et au parti, et leurs connaissances étaient rarement de première main. Le voyage à Londres en novembre 1957 du responsable du cinquième département européen, Gerhard Waschewski, servit, certes, en premier lieu, à entretenir les contacts, mais avait également pour objectif de se faire une idée « sur place ». Waschewski constata dans son rapport : « À présent, j’ai une certaine idée des conditions de vie à Londres ainsi que des représentations plus concrètes de certaines situations politiques. ».29 De rares contacts avec l’Ouest et l’« internationalisme prolétaire » – très peu suivi dans la réalité – comme modèle théorique de la politique internationale conduisirent parfois les responsables à surestimer les possibilités d’exercer une pression en matière de politique intérieure sur la politique extérieure britannique ; de même la solidarité supposée avec les « masses laborieuses » de la Grande-Bretagne avec celles de la RDA était sans nul doute irréaliste.30

  • 31 On peut citer deux exemples : Robert Wolter (Groupe Interparlementaire de la Chambre du Peuple) : « (...)

16Du fait de l’absence de contacts au niveau étatique, des organisations non gouvernementales ou bien organisations non partisanes furent invitées de manière ostentatoire à nouer des relations avec la Grande-Bretagne. C’est le cas par exemple du Conseil pour la Paix de RDA ou encore de la Ligue pour l’Amitié entre les Peuples, où fut logée la Deutsch-Britische Gesellschaft in der DDR (Debrig) en 1963. Cette dernière, de même que le Groupe Interparlementaire (IPG) de la Chambre du Peuple faisaient office d’hôte pour les délégations qui venaient en visite. Ce vaste éventail des activités conduisit souvent à des problèmes de coordination, aussi bien à l’intérieur des appareils de l’État et du parti de la RDA qu’en Grande-Bretagne.31

  • 32 Voir au sujet de KfA Ltd. Marianne Howarth : « KfA Ltd und Berolina Travel Ltd. Die DDR-Präsenz in (...)

17La chambre de commerce extérieur (KfA) concluait à la place du ministère du Commerce Extérieur et Intérieur (MAI) les traités commerciaux avec la FBI (puis CBI). Par rapport à d’autres États ouest-européens, l’accord commercial britannico-est-allemand n’intervint que tardivement. Cela s’explique par le fait que le partenaire britannique, sollicité par le Board of Trade, la FBI, s’y opposa farouchement pendant longtemps pour les raisons suivantes : d’une part, Peter Tennant, l’Overseas Director compétent, Commandant britannique adjoint de la ville de Berlin entre 1950 et 1952, soutenait depuis lors, corps et âme, la politique de non-reconnaissance ; d’autre part, la FBI n’était pas totalement convaincue que les possibilités de commerce, peintes en rose par la RDA, existaient véritablement. Le premier accord signé en 1959 permit l’ouverture d’une représentation commerciale, qui fut créée comme société de droit privé sous le nom de KfA Ltd. et ouvrit ses portes dans le quartier huppé de Mayfair.32 Les collaborateurs de la représentation commerciale, dans un premier temps menée par les « agents commerciaux » Kurt Wolf et Jost Prescher, venaient du MAI ; plus tard, on y envoya également des collaborateurs du MfAA. Certes, la représentation n’avait dans les faits qu’une vocation commerciale, mais au fil du temps, elle endossa de plus en plus de fonctions d’une vraie ambassade, comme en témoigne le déménagement au Belgrave Square, situé à proximité de l’ambassade de la RFA. Après la reconnaissance diplomatique de la RDA, la représentation commerciale se transforma effectivement en ambassade de la RDA et le directeur de la KfA Ltd., le diplomate est-allemand Karl-Heinz Kern devint le premier Ambassadeur de la RDA à Londres. La représentation commerciale entretenait des contacts avec des hommes politiques et des entreprises britanniques, ainsi qu’avec les ambassades du bloc de l’Est, organisait des voyages, rédigeait des rapports et coordonnait d’autres succursales de la RDA à Londres comme la Leipzig Fair Agency du marchand communiste Wiliam Hayes, ou bien les sociétés de relations publiques Notley et Lex Hornsby. En outre, elle créa d’autres sociétés, entre autres, le bureau de voyage et de publicité Berolina Ltd., de loin la plus importante.

  • 33 Voir Walter Ulbricht à Harry Pollitt (Secrétaire général du CPGB), 29 mai 1953 ; SAPMO-BArch, DY 30 (...)

18Puisque les États n’avaient que des contacts indirects entre eux, les relations entre partis revêtaient une importance toute particulière. En tant que partenaire « naturel » du SED, le Communist Party of Great Britain (CPGB) jouait cependant un rôle plutôt limité dans la vie politique britannique. Les « partis frères », le CPGB et le SED, pouvaient renouer avec les traditions des années vingt et de la période de l’exil en Grande-Bretagne : ainsi « l’idéologue en chef » du SED, Kurt Hager, put-il échapper aux persécutions de l’Allemagne nazie en s’exilant en Grande-Bretagne. La relation fut néanmoins émaillée, dans les années cinquante et soixante, de nombreux conflits. Au cœur des différends : la ligne suivie par le CPGB, pas toujours fidèle à Moscou, ou encore la condamnation sans appel par la majorité des communistes britanniques de l’invasion de la Tchécoslovaquie par les États du Pacte de Varsovie en 1968. Cependant, le SED soutenait le CPGB financièrement – par exemple, le SED mit à disposition, sur décision du Politbureau de 1953, des fonds pour le tombeau de Karl Marx dans le cimetière londonien de Highgate33 – et organisait des vacances en RDA pour les membres du CPGB.

  • 34 Ceux-ci avaient lieu au niveau régional, par l’intermédiaire des Trades Council, qui étaient en rel (...)

19Jusqu’en 1973, il n’y eut pas de prise de contact officielle avec le Labour Party, le parti conservateur ou encore avec les libéraux. Cependant, il y avait notamment sur l’aile gauche du Labour Party de nombreux hommes politiques qui considéraient la RDA avec intérêt et la soutenaient, par exemple en réclamant constamment dans la Chambre Basse la reconnaissance de la RDA, par le biais de publications ou par l’établissement de contacts. Depuis 1955, la RDA misa davantage sur les visites de délégations d’hommes politiques britanniques qui prirent jusqu’en 1961 une telle ampleur qu’il y eut des conflits entre le SPD et le Labour Party. À partir de 1966, la Chambre Basse compta une commission réunissant tous les partis, dénommée Britain-GDR, dirigée par les députés travaillistes William Owen et Renée Short. De même, au niveau des syndicats, étroitement liés au Labour Party sur le plan organisationnel, et traditionnellement détenteurs des majorités lors des congrès annuels du parti, les contacts étaient nombreux, même si la confédération Trade Union Congress (TUC) n’entretenait pas de relations officielles avec le FDGB de la RDA.34 L’association britannique British-Democratic Germany Exchange (BRIDGE), dirigée tout d’abord par Hilda Forman, membre du CPGB, agissait en faveur de la RDA. La BRIDGE travaillait depuis la fin des années cinquante de manière informelle et fut créée officiellement en 1965. Il lui incomba également en 1971 d’organiser le British Comittee for the Recognition of the GDR qui défendait la cause de la reconnaissance de la RDA en tant que pressure group, composé de personnalités de renom.

20À travers ce réseau complexe de relations, la RDA ne parvint finalement pas à imposer son objectif ultime, à savoir sa reconnaissance diplomatique ; les relations britannico-est-allemandes agirent néanmoins sur le gouvernement britannique du fait de leur caractère multidimensionnel et aboutirent à une certaine acceptation de la RDA.

3. Les relations entre la Grande-Bretagne et l’Allemagne de l’Est

21Dans les relations entre la RDA et la Grande-Bretagne, trois grandes phases peuvent être identifiées : une première phase va de la création de la RDA en 1949 jusqu’au début de la deuxième crise de Berlin en automne 1958 ; une deuxième phase s’étend jusqu’à la réorientation de la politique extérieure britannique à l’égard de l’Allemagne de l’Ouest ; enfin, la troisième va jusqu’à la reconnaissance diplomatique de la RDA par la Grande-Bretagne en février 1973.

22La première phase correspond à la mise en place progressive des relations entre la Grande-Bretagne et la RDA. Lorsque le second État fut créé en octobre 1949 par le SED et la puissance d’occupation soviétique, la politique britannique refusa tout d’abord d’en prendre acte. Certes, le quotidien britannique, The Times, mit en garde dans son éditorial, en écrivant que

  • 35 The Times, 15 octobre 1949.

« it would be a mistake to believe that the new regime has no substance [...]. Instead of pretending that it does not exist it is wiser to recognise it for what it is - one more ‘People’s Democracy’ »35,

23pourtant, la politique extérieure britannique considéra, au moins jusqu’en 1955, la question allemande comme une question ouverte. En même temps, la politique soutenue par la Grande-Bretagne de l’ancrage à l’Ouest de la République fédérale, rendait une réunification de moins en moins vraisemblable. De plus, depuis l’été 1950, la Grande-Bretagne était persuadée de la nécessité de ne pas pouvoir se passer de la levée de troupes ouest-allemandes pour défendre l’Europe occidentale et, de ce fait, elle se prononça en faveur du réarmement de la République fédérale – qui aboutit finalement en 1954/55 grâce aux efforts diplomatiques déployés par le Ministre des Affaires Etrangères, Sir Anthony Eden, dans le cadre de l’OTAN. Au réarmement et à la souveraineté de la République fédérale en mai 1955 vint s’associer la garantie des trois alliés occidentaux d’œuvrer en vue de la réunification de l’Allemagne, de reconnaître le gouvernement fédéral comme étant le seul gouvernement issu d’élections libres et donc légitime, capable de représenter l’Allemagne au niveau international, ainsi que de ne pas reconnaître l’existence de la RDA.

24En adhérant en 1955 au Pacte de Varsovie, créé en réaction à l’intégration de la République fédérale à l’OTAN, et en signant le 20 septembre 1955 le « traité de souveraineté » avec l’Union Soviétique, la RDA apparut davantage sur la scène politique internationale et occupa de plus en plus le champ de vision de la politique extérieure britannique. Lorsque les trois puissances occidentales durent réaffirmer, à la demande de l’Allemagne de l’Ouest, leur position à l’égard de la RDA suite au traité soviético-est-allemand, l’ambassade de la Grande-Bretagne à Bonn répondit en suggérant de ne pas se laisser lier les mains en matière de non-reconnaissance :

  • 36 Télégramme de Bonn au Foreign Office (N° 537), Secret, 27 septembre 1955 ; PRO FO 1008/ 343. Les Mi (...)

« Not only we, but also the Federal Government, may well be obliged in our own respective interets to have increasing relations with D.D.R. authorities on a de facto basis. »36

  • 37 Voir à ce sujet les discussions sur un papier du Research Department plus précisément du German Inf (...)

25À cela vinrent s’ajouter début 1956 des débats animés entre le External Department, l’ambassade de Grande-Bretagne à Bonn et le Foreign Office sur le caractère et l’avenir de la RDA. À la fin, on avait abouti à la conclusion selon laquelle la RDA n’était plus perçue depuis 1955 par l’Union Soviétique comme un État auquel elle pourrait renoncer. Il faudrait prendre ses distances par rapport à l’idée que Moscou « échangerait » la RDA contre une Allemagne réunifiée, mais neutre.37 Cette position n’eut cependant pas de conséquences directes : la Grande-Bretagne suivit la politique allemande de la République fédérale. Néanmoins, le Premier Ministre Harold Macmillan s’étonna de son caractère formel, lorsqu’il s’informa le 17 décembre 1957 auprès de son Ministre des Affaires Etrangères, Selwyn Lloyd :

« It seems to me that our main problem at present [...] is the german question. [...] I think that our own view is by no means clear. Of course we have always said that our aim is a reunified Germany, with free elections ; in other words, we have always said that we are prepared to take the risk that the result of free elections would be a Communist united Germany. What is the real view ? »

26La réponse du Foreign Office reprit la ligne générale de la politique extérieure britannique et tira la conclusion suivante :

« [...] we ought to aim at reunification on our terms. [...] Meanwhile the continued division of Germany is preferable to reunification on terms other than our optimum ones [c’est-à-dire une Allemagne réunifiée intégrée à l’Ouest, H.H.]. »

27De ce fait, il conviendrait de soutenir Adenauer. Lloyd conclut dans le dernier paragraphe par une phrase remarquable :

  • 38 Macmillan à Selwyn Lloyd, 17 décembre 1957, et Annexe à Donald Logan (Foreign Office) à Philip de Z (...)

« Personally do not see why our insistence on the non-recognition of the East German régime need necessarily be regarded as sacrosanct. I would not be unwilling to see the two Germanys meeting together, provided that we could be reasonably satisfied as to the eventual outcome. But in this matter we are for the time being largely the prisoners of Dr. Adenauer’s Policy. ».38

28Ce souhait exprimé d’une plus grande flexibilité dans les relations avec la RDA correspondait à une plus grande intensité des échanges au niveau non-gouvernemental.

29Avant 1955, les contacts politiques de la RDA avec la Grande-Bretagne se limitaient presque exclusivement au CPGB. Déjà peu de temps après la fusion forcée du SPD et du KPD pour former le SED, le secrétaire général du CPGB, Harry Pollitt écrivit au président du SED Wilhelm Pieck :

  • 39 Harry Pollitt à Wilhelm Pieck, 24 mai 1946 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/20/237.

« I am so glad to read of the continued progress that your united Socialist Party is making and am confident it has a great future. »39

30Les visites de représentants du SED lors des congrès du CPGB furent cependant rendues difficiles par l’octroi tardif, voire le refus de délivrer des TTD’s ou bien des visas. Il y avait également entre les « partis frères » les premiers différends qui furent formulés en bloc dans une critique du SED concernant le nouveau programme du CPGB de 1958 :

  • 40 Département des relations internationales du Comité Central : « Remarques au sujet du nouveau progr (...)

« Le caractère opportuniste du nouveau programme du parti communiste anglais se manifeste tout particulièrement dans la négation du rôle et de l’importance de l’Union Soviétique et du camp socialiste ... ».40

31À partir de 1955, la RDA redoubla alors d’efforts auprès de forces politiques britanniques autres que le CPGB : le rapport du MfAA fit ressortir toute la déception de ses auteurs en constatant à propos des relations avec la Grande-Bretagne au printemps 1956 :

« [...] il n’y a eu aucune prise de contact officielle du côté des représentants du gouvernement anglais avec les représentants du gouvernement de la RDA. »

  • 41 5e département européen du ministère des Affaires Etrangères (MfAA) (Herbert Plaschke) : « Rapport (...)
  • 42 Lorsqu’un gouvernement conservateur était au pouvoir, le Foreign Office pouvait exercer par le biai (...)

32« Globalement », on pourrait cependant constater « un certain changement dans l’attitude des cercles politiques et économiques à l’égard de la RDA. » Des prises de position « sur l’aile gauche des travaillistes, ainsi que de députés conservateurs « selon lesquelles il fallait compter sur la réalité de l’Allemagne de l’Est et de la RDA » l’attestaient.41 Un programme de grande envergure qui prévoyait l’invitation de nombreuses délégations d’hommes politiques en RDA débuta en 1956. Il y eut bientôt des dissensions au sujet des nombreux voyages, particulièrement au sujet de ceux des députés du parti travailliste, voyages organisés du côté britannique par des députés proches de la RDA comme Arthur Lewis, William Owen (tous deux membres du parti travailliste) ainsi que par Burnaby Drayson (parti conservateur). L’Allemagne de l’Ouest ainsi que le Foreign Office observaient avec inquiétude les visites et rencontres avec des ministres de RDA, instrumentalisées également à des fins propagandistes du côté de la RDA.42 Le chef du groupe parlementaire (Chief Whip) du parti travailliste, Herbert Bowden, sermona au milieu de l’année 1957 le groupe parlementaire de la Chambre Basse :

  • 43 Note de Herbert W. Bowdon, Chief Whip, Parliamentary Labour Party, 28 juin 1957 ; SAPMO-BArch, DY 3 (...)

« It would be as well if any Members [of Parliament, H.H.] contemplating visiting Eastern Germany in future would get some advice before they actually enter Communist territory. »43

  • 44 Renneisen/Prescher/Blankenburger :« Rapport sur le voyage en Angleterre d’une délégation dans le bu (...)

33Inversement, les voyages vers la Grande-Bretagne se multipliaient. Par exemple au milieu de l’année 1957, une délégation commerciale fit le voyage en Grande-Bretagne, avec parmi eux le futur directeur du KfA Ltd., collaborateur du MAI, Jost Prescher, afin de sonder les possibilités d’un accord commercial. Elle ne rencontra pas seulement la FBI et la chambre de commerce de Londres ; mais également 23 députés travaillistes et conservateurs, entre autres Ian Mikardo et Richard Crossman, tous deux membres de la direction du parti travailliste (National Executive Committee - NEC).44

34À travers ces contacts, la RDA parvenait à attirer de plus en plus l’attention sur elle, même si tous les hommes politiques britanniques ne soutenaient pas la politique de la RDA sans réserve. Pourtant, la politique officielle de non-reconnaissance était de plus en plus soumise à des pressions, car il était de plus en plus difficile de la justifier du fait de la stabilisation de la RDA.

35La seconde phase des relations débuta avec la nouvelle crise internationale au sujet de Berlin. Lorsque Khrouchtchev déclara le 10 novembre 1958 que l’Union Soviétique souhaitait mettre un terme au statut quadripartite auquel était soumise la ville de Berlin, le gouvernement britannique n’entendait pas se laisser chasser hors de Berlin, mais il était également clair qu’il n’irait pas risquer une guerre atomique sur la question de savoir si les passeports devaient être contrôlés par des officiels soviétiques ou est-allemands. C’est alors que furent évoquées de nouveau toutes les possibilités déjà envisagées d’une reconnaissance de quelque nature qu’elle soit. Dans un télégramme daté du 15 novembre et adressé à l’ambassade de la Grande-Bretagne à Washington, le Ministre des Affaires Etrangères, Lloyd, résuma la position britannique en ces termes :

  • 45 Télégramme du Foreign Office à Washington (N° 8113), Secret, 15 novembre 1958 ; PRO FO 371/137336 W (...)

« [...] it looks as though we may be faced with having to choose between (a) abandonning Berlin (b) resorting to force (c) staying in Berlin but dealing with, and, if necessary, ultimately recognising the D.D.R. ... [i]t is plain that course (a) is out of the question and that course (c) is greatly to be preferred to course (b). »45

36Dans le même contexte, Lloyd maintint :

  • 46 Télégramme du Foreign Office à Washington (N° 8112), Secret, 15 novembre 1958 ; (note 45).

« I agree that from a British point of view dealing on a de facto basis with the East German authorities is a reasonable course and I would not much mind if it ended up with the recognition of the DDR Government. »46

  • 47 Voir le Télégramme de Sir Christopher Steel (Ambassade de Grande-Bretagne à Bonn) au Foreign Office(...)
  • 48 Secret Annex à The Prime Minister’s Visit to Moscow ; PRO PREM 11/2690. Tout d’abord dans : Richard (...)

37Les efforts déployés par le gouvernement britannique pour mobiliser les alliés de l’OTAN en vue d’une reconnaissance du gouvernement de la RDA échouèrent devant la résistance des États-Unis et de l’Allemagne de l’Ouest. Le Ministre fédéral des Affaires Etrangères, Heinrich von Brentano, fit une mise en garde en disant qu’une reconnaissance de la RDA, quelle que soit sa nature, serait fatale et pourrait remettre en cause l’ancrage à l’Ouest.47 L’ultimatum du 27 novembre 1958 de Khrouchtchev envenima la crise, et Macmillan se décida en février 1959 à faire un voyage de médiation à Moscou. Là, il parvint à lever l’ultimatum après des négociations longues et laborieuses. Le succès de ce voyage fut en fin de compte assuré par le fait que le Ministre britannique des Affaires Etrangères Lloyd insinua devant Wassilij Kouznetsov, le Ministre adjoint des Affaires Etrangères soviétique, une possible reconnaissance de la RDA sous certaines conditions.48 Cependant, cette vue ne s’imposa pas au sein de l’OTAN et l’attitude britannique affecta dès lors de façon durable la relation britannico-ouest-allemande. Adenauer se plaignit auprès de Macmillan de l’Ambassadeur de Grande-Bretagne, Sir Christopher Steel, qui aurait dit que « l’existence de la RDA serait un fait » et mit en garde :

  • 49 Adenauer à Macmillan, 11 février 1959 ; PRO FO 371/145773 WG 1051/13. L’ambassadeur Steel contredit (...)

« Dès que les alliés occidentaux abordent la question d’une forme de reconnaissance éventuelle de la RDA, toute la situation internationale se trouve bouleversée, quand l’Europe ou bien nous-mêmes sommes en jeu. »49

  • 50 Cf. Donald C. Watt : Britain Looks to Germany. British Opinion and Policy towards Germany Since 194 (...)
  • 51 Cf. PRO FO 371/145792 WG1071/10.

38Néanmoins, l’idée d’une « reconnaissance de facto » devint populaire, pas seulement à Downing Street et à Whitehall, mais aussi dans l’opinion publique britannique. L’historien britannique Alan John Percivale Taylor exigea par exemple un marché entre l’Union Soviétique et les puissances occidentales : contre une garantie soviétique du maintien de leur présence à Berlin-Ouest, les alliés devaient accepter le fait que l’Allemagne ne soit jamais réunifiée ou armée.50 Le 2 février 1959, 41 députés travaillistes signèrent une requête parlementaire ayant pour objet « la reconnaissance de facto » de la RDA.51 Cette requête fut certes rejetée par la majorité du groupe parlementaire, cependant, deux ans et demi après la construction du Mur, cette attitude devint la politique officielle du parti travailliste : lors du congrès du parti à l’automne 1961, les délégués acceptèrent une résolution qui réclamait une de facto recognition pour règler le problème berlinois.

  • 52 Cf. à ce sujet PRO FO FO 371/145784 WG1054/6.

39Au cours de cette période qui dura jusqu’au début de l’année 1963, les activités de la RDA gagnèrent une nouvelle qualité. En janvier 1959, la FBI et le KfA conclurent le premier accord commercial qui rendit possible l’ouverture de la représentation commerciale de la RDA. Les deux directeurs de la représentation appelée KfA Ltd., Kurt Wolf et Jost Prescher, purent renouveler rapidement les anciens contacts et en nouer de nouveaux. KfA Ltd. participa en outre à des mesures de propagande dirigées contre la visite d’État d’Adenauer en novembre 1959, et la tentative du Foreign Office d’empêcher la parution d’annonces dans la presse concernant l’exposition 10 Years GDR au Royal Hotel dans le quartier Bloomsbury se solda par un échec.52 De même, les films est-allemands dirigés contre la République fédérale comme par exemple Teutonic Sword portant sur le passé nazi du Général de l’armée fédérale et de l’OTAN, Hans Speidel, furent projetés à Londres.

  • 53 Message de Macmillan à Kennedy, 27 novembre 1961, cité d’après : Harold MacMillan : Pointing the Wa (...)

40Dans un premier temps, la construction du Mur le 13 août 1961 entacha considérablement l’image de la RDA en Grande-Bretagne. Mais elle reconforta ceux qui étaient convaincus de l’existence pérenne du deuxième État allemand et plaidaient pour une politique plus réaliste à l’égard de la RDA. Le Premier Ministre Macmillan qui traitait la crise de la construction du Mur de manière fort dilatoire, dit en novembre 1961 dans un message adressé au Président des États-Unis John F. Kennedy que de nouvelles négociations avec l’Union Soviétique n’apporteraient rien si l’Occident n’était pas disposé « to go rather further on both Oder-Neiße and a formula covering pratical dealings with the D.D.R. »53

41Désormais, l’opposition britannique se fit également à l’idée de devoir reconnaître tôt ou tard la RDA. Le travailliste Richard Crossman qui avait des contacts avec la RDA de longue date, déclara le 11 août 1961, à Berlin-Est, lors d’un entretien avec le membre du Politbureau Albert Norden que le mieux serait :

  • 54 Norden à Ulbricht : Note sur l’entretien avec Crossman le 11 août 1961, 14 heures ; SAPMO-BArch, NY (...)

« d’opter une fois pour toutes pour une solution, en droit c’est-à-dire définitive en regard du réglement des frontières entre les deux États allemands ... Actuellement, le projet de réunification lui semble [Crossman H.H.] être inadapté ; en d’autres termes, le maintien de la partition de l’Allemagne est la solution la plus adéquate. »54

  • 55 Représentation commerciale en Grande-Bretagne : « Note sur une discussion avec M. Harold Wilson et (...)
  • 56 Robert Wolter : « Rapport sur une discussion avec le porte-parole des affaires étrangères du groupe (...)

42Le futur chef du parti travailliste Harold Wilson se montrait également intéressé tout au moins par des contacts avec la RDA. Lorsqu’il rencontra le 5 décembre 1961 les deux directeurs du « KfA » Wolf et Prescher, accompagné de Ian Mikardo, il dit que « le lunch avec la représentation de RDA avait été son premier acte » en tant que « porte-parole de l’opposition pour la politique étrangère ». Certes, la note sur l’entretien fait apparaître que Wilson aurait été très modéré et prudent dans ses propos, mais qu’il avait fait allusion à la position défendue par le groupe parlementaire le 22 octobre 1961 à la Chambre Basse pour résoudre la question berlinoise par la négociation et pour concéder la reconnaissance « de facto » à la RDA.55 Lorsque Wilson accepta l’invitation du SPD de visiter Berlin-Ouest en 1962 en qualité de chef d’une délégation travailliste, le SED dut néanmoins procéder à des manœuvres rocambolesques pour entrer en contact avec l’homme politique britannique. Un représentant de l’IPG, Robert Wolter, fut envoyé à l’hôtel Hilton de Berlin-Ouest pour remettre à Wilson une invitation pour rencontrer le maire de Berlin-Est Friedrich Ebert. L’entretien entre Wolter et Wilson se déroula certes dans une atmosphère amicale (d’après le rapport de Wolter, Wilson fit la promesse de bien vouloir débattre « d’un voyage en RDA avec quelques amis » ; il aurait « toujours salué et soutenu les voyages des membres de son groupe parlementaire en RDA »), mais le futur Premier Ministre déclina une visite surprise à Berlin-Est, justifiant sa réaction en disant que l’hôte, le SPD, « aurait interprété une visite en RDA comme un grand affront » et que lui-même ne serait « pas entièrement libre de ses mouvements » en tant que Ministre des Affaires Etrangères du shadow government de l’opposition travailliste.56

  • 57 « Anglo-German Relations », Secret FO Brief for Cabinet Meeting (E.E. Tomkins), 13 février 1963 ; P (...)

43La troisième phase commença peu de temps après le veto opposé par le Président français Charles de Gaulle à l’adhésion de la Grande-Bretagne à la CEE. En février 1963, le gouvernement britannique modifia sa politique à l’égard de la République fédérale et développa un programme de grande envergure pour améliorer les relations avec l’Allemagne de l’Ouest, entre autres par le biais de « discouraging contacts with the D.D.R. »57 Cette politique fut poursuivie après la démission de Macmillan à l’automne de l’année 1963. Lorsque le Ministre du Commerce, Edward Heath essaya d’imposer l’octroi de garanties gouvernementales à long terme pour les transactions avec la RDA, il se heurta à la résistance du Premier Ministre Sir Alec Douglas-Home qui, certes, affirma que les exportations britanniques devaient être favorisées autant que possible en direction de tous les pays, cependant :

  • 58 Minute Douglas-Home zu Lord Carrington (FO) à Douglas-Home : « Financial Guarantees to East Germany (...)

« We do not recognise East Germany and that, I think, puts them in a different category to any other country in Eastern Europe. »58

  • 59 Prescher : « Note sur une conversation avec le Ministre des Affaires Etrangères du shadow cabinet d (...)
  • 60 Wilson alla même jusqu’à faire sienne de manière explicite l’attitude ouest-allemande très controve (...)

44La victoire électorale du parti travailliste et l’arrivée au pouvoir de Harold Wilson en octobre 1964, n’y changea rien dans un premier temps. Patrick Gordon-Walker, Ministre des Affaires Etrangères d’octobre 1964 à mars 1965, avait déjà mis en garde auparavant le directeur de la représentation extérieure Jost Prescher devant de trop grands espoirs : « La RDA devrait être consciente du fait que la reconnaissance viendra un jour, mais que cela va prendre encore un certain temps », écrivit Prescher dans un rapport qu’il envoya à Berlin-Est.59 Au printemps de l’année 1965, Wilson se rendit à Bonn et à Berlin-Ouest, assura la politique ouest-allemande de son soutien et fit tout son possible pour détruire l’impression selon laquelle il serait une « personne peu fiable » dans la question de la reconnaissance de la RDA.60 Wilson, Michael Stewart, le Ministre des Affaires Etrangères, ainsi que le Foreign Office, cherchaient surtout à éviter une relation exclusive entre la République fédérale et les États-Unis. Richard Crossman, tout d’abord Ministre du Logement dans le gouvernement de Wilson, critiqua au cours de l’été 1965 le soutien apporté à la politique allemande de Bonn :

  • 61 Crossman à Wilson 11 août 1965 ; PRO PREM 13/343, 4-7 (6-7).

« One of the main weaknesses of West German policy flows from the glaring contradiction between the ostensible aim of achieving reunification and the cold war waged against the Ulbricht regime. […] the Ulbricht regime is strengthened by West German attempts to overthrow it, and can only be « killed with kindness ». In an atmosphere of cold war, Ulbricht and Ulbrichtism flourish. In an atmosphere of détente, conditions are created for an easing of the tyranny under which the east Germans suffer […] »61

  • 62 Cf. « Policy vis-à-vis Germany », Juin-Août 1965 ; FO 371/183044 RG1051/49/G.

45Le Foreign Office atténua cette critique, et Crossman renonça à poursuivre la polémique.62 Pourtant, l’attitude à l’égard de la RDA commençait à se détendre de plus en plus, parallèlement à la nouvelle orientation de l’Ostpolitik de l’Allemagne de l’Ouest sous le chancelier Kiesinger, même si le gouvernement britannique s’efforçait de rester dans sa politique à l’égard de la RDA « un pas en retrait derrière Bonn ».

  • 63 5e département européen : « Conception pour le développement ultérieur des relations entre la RDA e (...)

46Dans ses « objectifs de politique extérieure à l’égard de la Grande-Bretagne » de l’année 1964 qui prenaient en compte les six années suivantes, le ministère des Affaires Etrangères de la RDA ne partait pas du principe de la reconnaissance diplomatique mais espérait, entre autres, une amélioration progressive du statut de la KfA Ltd., la « normalisation de la circulation de personnes et éventuellement des représentations consulaires réciproques ».63 C’est précisément ce dernier espoir qui ne se réalisa pas. Néanmoins, les contacts entre la Grande-Bretagne et la RDA s’intensifièrent à partir de 1966, le Britain-GDR Committee jusqu’alors inofficiel, fut créé dans la Chambre Basse et la BRIDGE fut constituée en tant qu’association d’amitié officielle. Avec la nouvelle Ostpolitik de la République fédérale sous Willy Brandt, la campagne en faveur de la reconnaissance de la RDA connut un nouvel élan. La BRIDGE fut à l’origine, en 1971, de la création du British Committee for the recognition of the GDR, qui comptait parmi ses membres Richard Crossman, Burnaby Drayson et l’ancien représentant du commandant de la ville de Berlin, Geoffrey McDermott. Mais ce n’est qu’après l’accord quadripartite sur Berlin et le Traité Fondamental entre les deux États allemands dans le contexte de la reconnaissance générale et internationale de la RDA en février 1973 que les relations diplomatiques furent établies.

4. Conclusion

  • 64 Quant au rôle des États-Unis dans les relations britannico-ouest-allemandes, voir Gustav Schmidt : (...)

47Les relations entre la Grande-Bretagne et la RDA furent largement marquées entre 1949 et 1973 par les obligations britanniques à l’égard de la République fédérale. La Grande-Bretagne aurait préféré dès 1955 une politique plus réaliste à l’égard de la RDA, car du point de vue des Britanniques, c’était avant tout la non-reconnaissance du statu quo en Europe par l’Allemagne de l’Ouest qui entravait les chances d’une politique de détente avec l’Union Soviétique et le Pacte de Varsovie. Mais lorsque le gouvernement Macmillan échoua, au moment de la seconde crise de Berlin, avec sa tentative d’évoquer simplement une reconnaissance de la RDA, tentative qui entraînait une détérioration des relations avec la République fédérale, le gouvernement britannique prit des distances par rapport à de telles idées. La volonté d’entretenir de bonnes relations avec la République fédérale, d’une part, afin d’éviter une relation américano-ouest-allemande exclusive64, et d’autre part, parce que la Grande-Bretagne avait besoin de l’aide de Bonn pour pouvoir adhérer à la CEE, était finalement plus forte que le souhait d’une reconnaissance de la RDA ne serait-ce que « de facto ».

48Les efforts de la RDA, quant à eux, souffraient souvent de la mauvaise coordination des différentes initiatives. Les relations au niveau non-gouvernemental, à l’exception de celles avec le CPGB ne purent être stabilisées que partiellement. Les partisans de la RDA en Grande-Bretagne restèrent toujours un groupe hétérogène et insuffisamment organisé qui couvrait un large éventail des forces politiques britanniques, allant des communistes en passant par les hommes politiques de l’aile gauche du parti travailliste jusqu’aux conservateurs ; ces derniers étaient davantage intéressés par une amélioration des relations commerciales. La RDA put tirer profit de l’image britannique de l’Allemagne qu’elle influença en grande partie ; en d’autres termes, elle put – curieusement – profiter également du ressentiment antigermanique.

49Les réflexions britanniques quant à une reconnaissance de la RDA sous quelque forme que ce soit eurent cependant un caractère précurseur. L’idée selon laquelle on ne parviendrait à une détente que par le biais d’une reconnaissance du statu quo en Europe (et donc de la RDA) anticipa sur l’Ostpolitik de la République fédérale que la Grande-Bretagne a constamment soutenue dans les années soixante. Si l’on considère l’effondrement de la RDA, on peut se poser la question de savoir si la conception de Richard Crossman de Killing with Kindness n’aurait pas pu avoir, du point de vue occidental, davantage

Notes

2 La tentative ouest-allemande de parler de la « Middle Germany » (« Mitteldeutschland ») dans les documents officiels fut également rejetée en 1958 du côté britannique. Cf. à ce sujet : Clive M. Rose (Foreign Office) à R.F. Stretton (Ambassade de Grande-Bretagne à Bonn), 11/11/1958 : « We entirely agree that we should not use the term ‘Middle Germany’. This would be quite inappropriate. We will also try to avoid using the description ‘East Germany’, since, besides conflicting with German terminology, this tends to imply the existence of two Germanys. But we cannot promise never to use the expression ‘East German authorities’, which is a useful abreviation for ‘the Communist authorities in the Eastern Zone of Germany’ », Public Record Office (PRO), Foreign Office files (FO) 371/127411 WG1074/13.

3 Cf. Anne Deighton : The impossible Peace. Britain and the Division of Germany, Oxford, Claredon Press, 1990 ; Gottfried Niethard : « Die Bundesrepublik Deutschland in der britischen Politik der fünfziger Jahre : ‘Rearmed but once again a healthy Member of the Western Family’ », in : Historische Mitteilungen der Ranke-Gesellschaft (HRMG) 3 (1990) 1, pp. 181-192 ; Daniel Gossel : Briten, Deutsche und Europa. Die deutsche Frage in der britischen Außenpolitik 1945-1962, Stuttgart, Steiner, 1999, en particulier pp. 32-46.

4 Il existe deux travaux de recherches préliminaires sur ce sujet qui, que ce soit du côté britannique ou du côté est-allemand, ne purent cependant pas s’appuyer dans une large mesure sur un travail d’archive ; Marianne Howarth (née Bell) : Britain and East Germany. The Policies of Non-Recognition, thèse de doctorat non publiée, Nottingham University 1977 ; Marianne Howarth : « Großbritannien und die DDR. Beziehungen und Nicht-Beziehungen », in : Heiner Timmermann (éd.) : Die DDR – Erinnerungen an einen untergegangenen Staat, Berlin, Duncker & Humblot, 1999, pp. 509-526 ; Bert Becker : Die DDR und Großbritannien 1945/49 bis 1973. Politische, wirtschaftliche und kulturelle Kontakte im Zeichen der Nichtanerkennungspolitik, Bochum, Brockmeyer, 1991 ; Friedrich Eymelt : Die Tätigkeit der DDR in den nichtkommunistischen Ländern, tome V : Großbritannien, Bonn (Brochure de l’institut de recherche de la Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik) 1970 ; David Childs : « British Labour and Ulbricht’s State. The Fight for Recognition », in : Adolf M. Birke/Günther Heydemann (éds.) : Großbritannien und Ostdeutschland seit 1918/Britain and East Germany since 1918, Munich, Oldenbourg, 1992, pp. 95-106.

5 Par souci de concision, nous nous concentrons sur les aspects politiques des relations (et donc également sur les « acteurs » c’est-à-dire gouvernements, appareil bureaucratique du gouvernement et partis politiques). Les aspects économiques et culturels (y compris propagandistes) des relations entre la Grande-Bretagne et la RDA jouèrent un rôle éminent, mais ils doivent être également laissés de côté ici, de même que le rôle des associations d’amitié ainsi que les jumelages (comme par exemple le jumelage de Coventry et de Dresde, de loin le plus important).

6 Il existe cependant beaucoup de similitudes entre les relations entre la Grande-Bretagne et la RDA et celles de la RDA avec les autres États de l’OTAN. Voir les différentes contributions contenues dans cet ouvrage.

7 David Reynolds offre la meilleure vue d’ensemble dans son ouvrage : Britannia Overruled. British Policy and World Power in the Twentieth Century, Londres/New York, Longmans, 1991.

8 Cela valait dans une moindre mesure pour la politique extérieure de la RDA, qui était certes assujettie à la théorie de l’« internationalisme prolétaire », comme en témoignent par exemple les rapports d’évaluation du ministère des Affaires Etrangères de la RDA. Dans la pratique, la RDA recherchait cependant des contacts avec les décideurs de Grande-Bretagne et trouvait des arrangements sur le plan de la politique extérieure avec l’« ennemi de classe ». Des personnalités britanniques célèbres comme le baron de la presse Lord Thompson of Fleet ou encore Sir Paul Chambers, président du directoire de l’entreprise chimique britannique ICI, furent accueillies en grande pompe en 1965 et en 1967 en RDA, de même que des délégations syndicales.

9 Parmi les événements extraordinaires de cette politique, on pourra citer, entre autres, la visite de Bulganine et de Khrouchtchev en 1956 en Grande-Bretagne, ainsi que le voyage à Moscou de Macmillan en 1959. De même, l’homme politique travailliste, plus tard premier ministre, Harold Wilson fut souvent invité à Moscou, comme en 1956, 1963 et 1964.

10 Voir à ce sujet Brian White : Britain, Détente and Changing East-West Relations, Londres/ New York, Routledge, 1992.

11 Papier du 5e département européen en charge de la Grande-Bretagne (5. EA) du ministère des Affaires Etrangères : « Stand der Beziehungen zu Großbritannien sowie Maßnahmen zur weiteren Entwicklung der Beziehungen », 2 novembre 1962 ; PA/AA, Bestand MfAA, A 13081, Bl. 1-10 (2).

12 Sabine Lee : The Uneasy Partnership. British-German Relations between 1955 and 1961, Bochum, Brockmeyer, 1996 (= Publications du groupe de travail de recherche sur l’Angleterre en Allemagne, volume 34).

13 Ainsi le Ministre des Affaires Etrangères britanniques Selwyn Lloyd (1955-1961) de même que le travailliste Patrick Gordon-Walker, spécialiste de politique étrangère et pendant une courte période Ministre des Affaires Etrangères (1964-1965) au début du gouvernement Wilson, avaient participé à la libération du camp de concentration de Bergen-Belsen. Sur la question générale de la « politique du passé » voir Ulrich Brochhagen : Nach Nürnberg. Vergangenheitsbewältigung und Westintegration in der Ära Adenauer, Hambourg, Junius, 1994.

14 Cf. John Peet : The Long Engagement. Memoirs of a Cold War Legend, Londres, Forth Estate, 1989.

15 Le Foreign Office fit référence à cet aspect dans une appréciation du secrétaire d’État d’Adenauer, Hans Globke, qui avait rédigé le commentaire juridique des lois racistes de Nuremberg. Cf. Tim Marten (Ambassade de Grande-Bretagne à Bonn) à John Killick (Western Department), 9 juin 1961 : « [...] Our general verdict on the evidence available to us is that, although Globke’s past is probably not so black as his opponents make out and although his inner convictions and intentions may have been sound, his career under the Nazis unfits him for his present job. [...] his tenure of the post of right hand man to the Chancellor has done harm to the Federal Republic both at home and abroad. Since it contains a grain of truth, communist propaganda against Globke is made that much more effective. How effective it has been abroad it is difficult for us to assess but we are sure that the reputation of the Federal Republic in some countries would stand higher than it does today if he had not been appointed. » ; PRO FO 371/160515 CG 10114/6.

16 Les TTDs étaient indispensables à tous les citoyens de RDA, qui voulaient se rendre dans des États de l’OTAN (à l’exception de la République fédérale), puisque la politique de non-reconnaissance s’étendait également au passeport est-allemand. Ils étaient délivrés à Berlin-Ouest par le Allied Travel Office (ATO), dirigé par les trois puissances d’occupation occidentales.

17 La Grande-Bretagne fut à plusieurs reprises le partenaire commercial occidental le plus important de la RDA après la République fédérale. Il est également intéressant de constater que le volume des échanges commerciaux augmenta de manière considérable à la suite de césures politiques, par exemple en 1960 à la suite du premier traité commercial pour atteindre une valeur de 14,7 millions de livres sterling (1958 : 5,0 ; 1959 : 8,8) ou après la reconnaissance diplomatique en 1974 atteignant 83,7 millions de livres sterling (1973 : 40,0). Annual Statement of the Trade of the UK (Customs and Excise Department, Londres 1950-1966), Overseas Trade Accounts of UK (Board of Trade, Londres 1967-1969), Overseas Trade Statistics of UK (Department of Trade, Londres 1970-1976), cité d’après M. Howarth (note 4), p. 335.

18 Les hommes d’affaires britanniques considéraient l’argument ouest-allemand du commerce « intra-allemand » comme un prétexte et se sentaient défavorisés par la concurrence ouest-allemande.

19 Adenauer à Eden, 24 octobre 1955 ; PRO Prime Ministers’ Files (PREM) 11/1857.

20 Pour une synthèse contemporaine des différents plans, qui furent également partiellement présentés par l’Allemagne de l’Ouest, cf. Eugène Hinterhoff : Disengagement, Londres, Stevens & Sons, 1959.

21 Cf. FO Minute de W.B.J. Ledwidge, 24 janvier 1963 ; PRO FO 371/169195 CG 1051/32.

22 Voir à ce sujet PRO FO 371/169212-169214.

23 À la date d’achèvement de ce texte, seuls les dossiers gouvernementaux britanniques allant jusqu’en 1968 purent être consultés du fait du délai de trente ans à respecter avant l’ouverture des archives. La RDA resta au moins jusqu’à cette période dans le domaine de compétence du Western Department.

24 Cf. à ce sujet Tony Geraghty : Brixmis. The Untold Exploits of Britain’s most daring Cold War Spy Mission, Londres, Harper/Collins, 1996. Des missions militaires similaires des trois autres puissances opérèrent également en Allemagne bien qu’elles constituassent politiquement plus ou moins un anachronisme. Etant donné que les archives de la BRIXMIS ne sont accessibles que jusqu’à l’année 1953 – la présentation de Gerathy repose sur un accès exclusif ainsi que sur des entretiens avec des témoins –, BRIXMIS ne sera pas abordée par la suite.

25 Les dossiers du SIS (également connu sous le nom de MI6) ne sont pas accessibles. On sait seulement par exemple que l’agent du KGB soviétique en poste, le Britannique George Blake, travailla en 1955 dans la station berlinoise du SIS et qu’il informait les services secrets soviétiques, entre autres, sur la mise en place du tunnel d’espionnage, « découvert » en 1956 par l’Est. Cf. à ce sujet David E. Murphy/ Sergei A. Kondrashw/George Bailey : Battleground Berlin. CIA vs. KGB in the Cold War, New Haven/Londres, Yale University Press, 1997, en particulier pp. 205-238 et Christopher Andrew/Vasili Mitrokhin : The Mitrokhin Archive. The KGB in Europe and the West, Londres, Allen Lane/Penguin Press, 1999, pp. 520-522. Beaucoup d’autres dossiers du Foreign Office sont également gardés secrets et peuvent être retenus sans qu’une raison doive être invoquée, et ce en vertu de la section 3(4) du Public Record Act, parce qu’ils contiennent en règle générale des éléments qui sont en lien étroit avec les services secrets britanniques. Nombre de dossiers relatifs à la RDA du Foreign Office sont pour cette raison souvent « élagués ». Grâce à une erreur dans la procédure, l’auteur de ces lignes a eu des preuves attestant que le SIS était fort bien informé des discussions internes à la direction de la RDA. Cf. « Secret Brief No. XVII prepared for visit of Dr Adenauer to U.K. », 11 november 1959 ; PRO FO 371/145784 WG 1054/8 : « We have learnt from secret sources [barré mais pas dans l’esquisse qui n’a apparemment pas été vue lors de la procédure d’« élagage »] that the D.D.R. intend to stage whatever manifestation they can in London to draw attention to themselves during Dr. Adenauer’s visit.»

26 À propos de l’IRD, longtemps entouré de mystères, voir désormais le livre de Paul Lashmar/James Oliver : Britain’s Secret Propaganda War 1948-1977, Thrupp (Gloucestershire), Sutton Publishing, 1998. Etant donné que jusqu’à présent, seuls les Reports de l’IRD ont été rendus accessibles, les dossiers de l’IRD sur la RDA n’ont pas pu être pris en considération. Il ressort cependant des Reports, que l’IRD considérait la RDA comme son deuxième adversaire le plus important après l’Union Soviétique. Voir par exemple les rapports intitulés East Berlin Lie Factory ou encore GDR attempts to Gain Recognition ; PRO FO 975/139 et 975/142.

27 L’exemple le plus important qu’on peut citer à ce sujet est fourni par Geoffrey McDermott, pour un certain temps Political Advisor. Celui-ci dut se retirer des services diplomatiques après s’être prononcé ouvertement pour la reconnaissance de la RDA.

28 Voir la correspondance entre le Foreign Office et le Home Office ; PRO FO 371/124667.

29 « Rapport sur le voyage du responsable pour la Grande-Bretagne, le collègue Waschewski, à Londres dans la période du 2 au 10 novembre 1957 », 19 novembre 1957 ; SAPMO-Barch, DY 30/IV 2/20/243.

30 À titre d’exemple voir Krüger (MfAA) : « Gedanken zur britischen Grußadresse an Willi Stoph » [à l’occasion du 15e anniversaire de la RDA], 10 octobre 1964 ; PA/AA, Bestand MfAA, A 13094.

31 On peut citer deux exemples : Robert Wolter (Groupe Interparlementaire de la Chambre du Peuple) : « Prise de position en vue de la préparation de la visite des députés travaillistes britanniques du 8 au 15 juin 1960 ». Wolter se plaignait du fait que, pour les hommes politiques du parti travailliste, il n’y avait aucun interlocuteur de haut rang à disposition : « Le fait que nous n’avons que rarement à disposition des parlementaires adéquats du groupe parlementaire du SED pour la réception de députés étrangers ainsi que pour des entretiens avec eux, ne peut plus durer […]. Une nouvelle fois, lors des discussions sur la démocratie socialiste, les invités étrangers ont réclamé en vain à voir des représentants du groupe parlementaire du SED comme force politique dominante » ; in : SAPMO-BArch, legs Ulbricht, NY 4182/1317, f. 61-65 (64). Pour les difficultés en Grande-Bretagne elle-même, voir Diana Löser : « Rapport sur un voyage en Angleterre en juillet/août 1967 » ; SAPMO-BArch, DY 30/IV A2/20/472. Diana Löser, Britannique de naissance et donc non concernée par les restrictions dans la délivrance de TTDs, raconte entre autres (dans un allemand propre à elle) : « Es gibt eine Reihe Probleme, […] die teilweise mit Kaderfragen zusammenhängen, teilweise mit der Anarchie die auf dem Gebiet der Entwicklung der Beziehungen mit verschidene [sic !] Organisationen in die [sic !] DDR. »

32 Voir au sujet de KfA Ltd. Marianne Howarth : « KfA Ltd und Berolina Travel Ltd. Die DDR-Präsenz in Großbritannien vor und nach der diplomatischen Anerkennung », in : DA 32 (1999) 4, pp. 591-600.

33 Voir Walter Ulbricht à Harry Pollitt (Secrétaire général du CPGB), 29 mai 1953 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/20/238.

34 Ceux-ci avaient lieu au niveau régional, par l’intermédiaire des Trades Council, qui étaient en relation avec la RDA, ou bien avec des syndicats, qui se réclamaient pour la plupart du socialisme de gauche. Il y eut des désaccords entre le DGB ouest-allemand et le TUC, comme par exemple en 1960, lorsque le responsable du FDGB, Willi Albrecht, fut nommé membre d’honneur par la Public Employee’s. Le président du DGB, Willi Richter, se plaignit auprès du président du TUC, Sir Vincent Tewson : « Je sais combien il est difficile au TUC d’expliquer à certains collègues récalcitrants le caractère dangereux du point de vue politique et syndical de leur comportement. Visiblement, ces collègues ne peuvent pas imaginer dans quelle mesure ils poignardent dans le dos le DGB et surtout les gens de la zone soviétique de l’Allemagne et en outre, à long terme, nuisent à la démocratie et par là même à eux-mêmes. » Richter à Tewson, 11 avril 1960 ; Modern Records Centre, University of Warwick, TUC Files, MSS.292/943/29.

35 The Times, 15 octobre 1949.

36 Télégramme de Bonn au Foreign Office (N° 537), Secret, 27 septembre 1955 ; PRO FO 1008/ 343. Les Ministres des Affaires Etrangères des États-Unis, de Grande-Bretagne et de France déclarèrent le 28 septembre 1955 à New York : « [T]he three Foreign Ministers reaffirm that their Governments regard the Federal Republic of Germany as the only German Government freely and legitimately constituted and therefore entitled to speak for Germany as the representative of the German people in international affairs. Their three Governments do not recognise the East German regime nor the existence of a State in the Soviet Zone. » ibid.

37 Voir à ce sujet les discussions sur un papier du Research Department plus précisément du German Information Department d’octobre 1955 jusqu’à début 1956 (les deux départements fusionnèrent apparemment dans l’IRD) ; PRO FO 953/1575 ainsi que le débat sur le rapport annuel de l’External Department Berlin sur l’évolution en RDA 1955 ; PRO FO 371/124543 et 371/124544.

38 Macmillan à Selwyn Lloyd, 17 décembre 1957, et Annexe à Donald Logan (Foreign Office) à Philip de Zulueta (10 Downing Street), 10 janvier 1958 ; PRO PREM 11/2347. L’esquisse de la réponse fut rédigée seulement après la discussion entre le Premier Ministre et le Ministre des Affaires Etrangères. Mais il ne fait pas de doute que l’esquisse résumait exactement la pensée qui régnait au sein du Foreign Office.

39 Harry Pollitt à Wilhelm Pieck, 24 mai 1946 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/20/237.

40 Département des relations internationales du Comité Central : « Remarques au sujet du nouveau programme du parti communiste de Grande-Bretagne (publié le 8 mars 1958) », o.D. [Mars/avril 1958] ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/20/241. Le fait que le CPGB – probablement par erreur – ait rendu une version erronnée du plan des États du Pacte de Varsovie sur la mise en place d’un système de sécurité collective en regard de la question allemande fournit une autre occasion de critique : Dans un projet de lettre de Ulbricht, on pouvait lire que la formulation contenue dans le programme du CPGB selon laquelle le système de sécurité européen soit « lié » à la réunification allemande reprendrait la position de ces forces réactionnaires en Allemagne de l’Ouest, qui veulent torpiller à l’aide de la question de la réunification de l’Allemagne les mesures indispensables à la garantie de la paix en Europe. » Projet de lettre de Ulbricht à Gollan, 3 avril 1958 ; ibid.

41 5e département européen du ministère des Affaires Etrangères (MfAA) (Herbert Plaschke) : « Rapport sur les relations de la RDA avec la Grande-Bretagne au cours du quatrième trimestre de 1955 et du premier trimestre de 1956 », 24 avril 1956 ; PA/AA, Bestand MfAA, A 00690, f. 9-11 (9).

42 Lorsqu’un gouvernement conservateur était au pouvoir, le Foreign Office pouvait exercer par le biais des secrétaires d’État parlementaires une certaine influence sur les députés conservateurs de la Chambre Basse. Voir par exemple les efforts déployés en 1957 par le Western Department pour empêcher le voyage du député Robert Gresham-Cooke et pour essayer de rassembler un groupe de députés travaillistes avec le SPD ; PRO FO 371/130839 WG1632/11, /13, /14, /15.

43 Note de Herbert W. Bowdon, Chief Whip, Parliamentary Labour Party, 28 juin 1957 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/20/244.

44 Renneisen/Prescher/Blankenburger :« Rapport sur le voyage en Angleterre d’une délégation dans le but d’étudier la possibilité de conclure un accord commercial avec l’Angleterre », 11-15 juillet 1957 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/20/245.

45 Télégramme du Foreign Office à Washington (N° 8113), Secret, 15 novembre 1958 ; PRO FO 371/137336 WG 10713/110.

46 Télégramme du Foreign Office à Washington (N° 8112), Secret, 15 novembre 1958 ; (note 45).

47 Voir le Télégramme de Sir Christopher Steel (Ambassade de Grande-Bretagne à Bonn) au Foreign Office (N° 1099), Secret, 20 novembre 1958 ; PRO FO 371/137336 WG10713/114.

48 Secret Annex à The Prime Minister’s Visit to Moscow ; PRO PREM 11/2690. Tout d’abord dans : Richard Aldous : Harold Macmillan and the Search for a Summit, 1958-1960, thèse non publiée Ph.D., Cambridge University 1993. Cf. aussi Sabine Lee : « Perception and Reality : Anglo-German Relations during the Berlin Crisis 1958-1959 », in : German History 13 (1995) 1, pp. 47-69, en particulier pp. 65-69; Victor Mauer : « Macmillan et la crise de Berlin 1958/59 », in : VfZ 44 (1996) 2, S. 229-256 ; John P.S. Gearson : Harold Macmillan and the Berlin Wall Crisis, 1958-62. The Limit of Interest and Force, Basingstoke/Londres, Macmillan, 1998, notamment pp. 56-78.

49 Adenauer à Macmillan, 11 février 1959 ; PRO FO 371/145773 WG 1051/13. L’ambassadeur Steel contredit la version du Chancelier, même si l’attitude effective de la politique étrangère britannique ressortait clairement. «À dessein », il n’aurait pas parlé devant le Chancelier de reconnaissance (« recognition »), mais de contacts/ négociations (« dealings »). Cf. Secret Brief N °2 : « Misunderstanding about Sir Christopher Steel’s Remark to the Federal Chancellor on Dealings with East Germany », n.d. [Mars 1959] ; PRO FO 371/145792 WG1071/12.

50 Cf. Donald C. Watt : Britain Looks to Germany. British Opinion and Policy towards Germany Since 1945, Londres, Oswald Wolff, 1964, p. 148.

51 Cf. PRO FO 371/145792 WG1071/10.

52 Cf. à ce sujet PRO FO FO 371/145784 WG1054/6.

53 Message de Macmillan à Kennedy, 27 novembre 1961, cité d’après : Harold MacMillan : Pointing the Way 1959-1961, Londres, Macmillan, 1972, pp. 422-425 (425).

54 Norden à Ulbricht : Note sur l’entretien avec Crossman le 11 août 1961, 14 heures ; SAPMO-BArch, NY 4182/1317 (legs Ulbricht), f. 105-117 (114). Il subsiste un doute quant à savoir si Crossman avait vraiment prévu dans toute son ampleur la construction du Mur et l’avait encouragée. Dans une conversation un an plus tard, le 8 août 1962, avec le secrétaire d’État du MfAA et représentant du Ministre, Otto Winzer (à partir de 1965 Ministre des Affaires Etrangères de la RDA) Crossman critiqua les arguments du SED pour justifier la construction du Mur (« Rempart antifasciste ») ; PA/AA, Bestand MfAA, C 722/75.

55 Représentation commerciale en Grande-Bretagne : « Note sur une discussion avec M. Harold Wilson et M. Mikardo le 5 décembre 1961 », 7 décembre 1961 ; PA/AA, Bestand MfAA, A 13065.

56 Robert Wolter : « Rapport sur une discussion avec le porte-parole des affaires étrangères du groupe parlementaire du parti travailliste …, Harold Wilson, le 25 juin 1962 » ; SAPMO-BArch, DY 30/IV A2/20/481. La visite en RDA que Wilson avait l’intention de faire n’eut cependant pas lieu.

57 « Anglo-German Relations », Secret FO Brief for Cabinet Meeting (E.E. Tomkins), 13 février 1963 ; PRO FO 371/169194 CG 1051/11.

58 Minute Douglas-Home zu Lord Carrington (FO) à Douglas-Home : « Financial Guarantees to East Germany », 13 mai 1964 ; PRO FO 371/177963 RG 1154/15.

59 Prescher : « Note sur une conversation avec le Ministre des Affaires Etrangères du shadow cabinet du parti travailliste, Gordon Walker », 2 mai 1964, pièce jointe à Prescher (Représentation commerciale à Londres) à Beil (MAI), 2 mai 1964 ; PA/AA, Bestand MfAA, C 50, f. 245-248 (246).

60 Wilson alla même jusqu’à faire sienne de manière explicite l’attitude ouest-allemande très controversée au sein du parti travailliste selon laquelle le règlement définitif des frontières (c’est-à-dire la frontière Oder-Neiße) doit rester en suspens jusqu’à la conclusion d’un traité de paix avec l’Allemagne dans son ensemble. Voir les déclarations de Wilson à l’égard du Chancelier Ludwig Erhard le 7 mars 1965, dans : The Prime Minister’s Visit to Germany …, Record of a Meeting between the Prime Minister and the Federal Chancellor at the Palais Schaumburg ; PRO PREM 13/329. Erhard fit savoir à Wilson pendant sa visite, qu’il songeait à une révision de la doctrine Hallstein, tout au moins pour ce qui concerne les pays d’Europe de l’Est ; voir : Top Secret, Annex A au Record of Conversation, 8 mars 1965 ; PRO FO 371/183046 RG 1052/19.

61 Crossman à Wilson 11 août 1965 ; PRO PREM 13/343, 4-7 (6-7).

62 Cf. « Policy vis-à-vis Germany », Juin-Août 1965 ; FO 371/183044 RG1051/49/G.

63 5e département européen : « Conception pour le développement ultérieur des relations entre la RDA et la Grande-Bretagne », 12 novembre 1964 ; PA/AA, Bestand MfAA, A 13081, f. 51-69 (57-58).

64 Quant au rôle des États-Unis dans les relations britannico-ouest-allemandes, voir Gustav Schmidt : « Die sichtbare Hand des ‚Dritten’ : Die USA und die deutsch-britischen Beziehungen 1950-1966 », in : Gerhard A. Ritter/Peter Wende (éds.) : Rivalität und Partnerschaft. Studien zu den deutsch-britischen Beziehungen im 19. und 20. Jahrhundert. Festschrift für Anthony J. Nicholls, Paderborn, Schöningh, 1999, pp. 337-362.

Auteur

Cologne

Florence Ango (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540