Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Les relations bilatérales de la RDA avec l’Europe occidentale

Les États-Unis et la RDA, 1949-1989

Christian M. Ostermann
Traduction de Jean-Léon Muller

Texte intégral

1Les relations États-Unis/RDA au cours de la guerre froide comptent parmi les aspects les moins connus de la politique internationale, vue sous l’angle de la confrontation est-ouest. Certes, le fait de savoir s’il est possible de parler ici de « relations » au sens de « rapports internationaux » y est pour beaucoup. Au regard du droit international, les États-Unis et la RDA se sont en effet ignorés pendant des années et, une fois les relations diplomatiques établies en 1974, celles-ci sont entièrement demeurées dans l’ombre des rapports entretenus avec l’Union Soviétique et la RFA. Pour l’opinion américaine, la RDA est restée subordonnée à l’« Allemagne », sinon à la République fédérale elle-même. Toutefois, la consultation des documents américains et allemands montre que la RDA fut dès sa création la cible des analyses et de la politique des États-Unis, la réciproque valant aussi, dans une moindre mesure, pour la République Démocratique. Libre des contraintes liées à l’affirmation de sa puissance, la politique américaine envers la RDA s’est montrée sous un jour idéologique et la réciproque s’est là aussi révélée vraie.

1. La politique américaine de non-reconnaissance après la fondation de la RDA

  • 1 Cf. Hermann-Josef Rupieper : « Die Reaktion der USA auf die Gründung der DDR », in : Elke Scherstja (...)

2En octobre 1949, la fondation de la RDA ne surprit pas le gouvernement américain du président Harry S. Truman. L’échec de la mise en place des organes administratifs allemands centralisés prévus par les accords de Potsdam, l’institution, à l’été 1947, de la Deutsche Wirtschaftskommission (DWK/Commission économique allemande) dans la zone d’occupation soviétique – dotée dans bien des domaines d’attributs quasi-gouvernementaux –, puis la décision des Occidentaux à la conférence des ministres des Affaires étrangères de Londres (1948) de créer un État allemand à l’Ouest avaient préparé le gouvernement américain à la constitution d’un État oriental. Toutefois, les incertitudes demeuraient quant à savoir si, conformément aux craintes de certains observateurs, la fondation de la RDA devait être interprétée comme le début d’une transformation radicale de la zone d’occupation soviétique en « République populaire allemande » ou si Staline nourrissait toujours des aspirations à l’unité allemande, la RDA étant appelée à lui servir de gage dans de futures négociations sur cette unité. Au sein du gouvernement américain, on craignait au début des années 50 que Moscou ne parvienne à étendre son influence à toute l’Allemagne, par le biais d’un gouvernement se voulant représentatif et dirigé par une personnalité non-communiste, mais bien disposée à l’égard des Soviétiques.1

3En raison de la constitution non-démocratique et de l’orientation communiste du gouvernement d’Otto Grotewohl (SED), comme de l’ajournement des élections à la Chambre du peuple, le gouvernement américain ne fut pas en peine pour dénier toute légitimité internationale au régime de la RDA et contester ses prétentions sur l’ensemble de l’Allemagne. Peu de temps après la constitution de la RDA, la Haute-Commission Alliée fit connaître son opinion :

  • 2 Departement of State (éd.) : Foreign Relations of the United States 1949 (FRUS), 1949, III, Washing (...)

« The so-called government of the German Democratic Republic is the artificial creation of a « popular assembly » which has no mandate for this purpose... [It is] devoid of any legal basis and has determined to evade an appeal to the electorate, [it] has no title to present Eastern Germany. It has an even smaller claim to speak in the name of Germany as a whole »2

4Le gouvernement américain refusa de reconnaître tout droit international à l’État est-allemand. Au cours de leurs entretiens parisiens de novembre 1949, les ministres des Affaires étrangères de Grande-Bretagne, de France et des États-Unis tombèrent d’accord pour éviter toute démarche impliquant une reconnaissance de facto. Pour toute question concernant la « zone est » les puissances occidentales continueraient de s’adresser à la Commission de Contrôle soviétique. Les échanges commerciaux devaient être réglés au plus bas niveau, de façon purement pratique, ou par l’intermédiaire d’institutions civiles comme les chambres de commerce. Cette politique intransigeante de non-reconnaissance fut imposée avec une insistance exceptionnelle par les États-Unis à leurs alliés comme aux autres pays du camp occidental. En dépit de la résistance considérable des États scandinaves, que leurs intérêts traditionnels portaient au commerce avec l’Allemagne de l’Est (voir dans ce volume l’article de Karl-Christian Lammers, Washington parvint à faire adopter son principe de non-reconnaissance par les pays d’Amérique latine, les membres du Commonwealth et les États neutres d’Europe. Sur le plan diplomatique, la RDA resta de fait très largement isolée jusqu’au début des années 70.

5Toutefois, après la création des deux États allemands, l’accentuation de la division du pays fit craindre aux Américains qu’un « gouvernement de front national », avec la participation des « partis du bloc », ne réussisse à éveiller l’aspiration à l’unité de nombre d’Allemands. Avec Berlin comme capitale et le commerce avec l’Est comme perspective, la RDA disposait d’attraits susceptibles d’inverser l’effet d’attraction qu’une RFA prospère et démocratique était censée exercer. C’est pourquoi, dès février 1950, au sein du Haut-commissariat américain (HICOG) fut institué le Political and Economic Project Committee (PEPCO), chargé de concevoir et de coordonner des actions politiques et de propagande contre la RDA et la politique allemande de l’Union soviétique. Le PEPCO devait de plus superviser la « Eastern Affair Division », une section de la représentation berlinoise du HICOG qui rendait compte de l’évolution de la RDA.

  • 3 Wallace Carroll/Hans Speier : « Psychological Warfare in Germany. » A Report to the United States H (...)
  • 4 Voir note 3.
  • 5 « Paper presented by the PSB, PSB D-21 », 9.10.1952 ; Department of State (éd. : FRUS 1952-1954, VI (...)

6À la fin février 1950, par le biais de ses appels à la tenue d’élections libres dans toute l’Allemagne, le haut-commissaire américain John Kay McCloy trouva une formule politique fort populaire en RDA mais inacceptable pour le régime du SED, à la fois conforme aux intérêts de sécurité des Occidentaux et efficace du point de vue de la propagande. Dès lors, le gouvernement américain s’efforça d’intensifier et de renforcer le cadre conceptuel de ses activités contre la RDA et la politique allemande de l’URSS. En avril 1950, le HICOG élabora un « programme pour le PEPCO ». Pour ce qui était de la RDA, la politique du gouvernement américain devait viser à maintenir la résistance passive contre l’idéologie communiste, la propagande soviétique et la consolidation du pouvoir totalitaire, tout en contribuant au déclin de la position de force des Soviétiques en Allemagne et en retardant la soviétisation de l’Allemagne de l’Est. De nouvelles réflexions menées au Département d’État et au Haut-commissariat aboutirent en décembre 1950 au rapport rédigé par deux conseillers du HICOG, le sociologue Hans Speier et le journaliste Wallace Carroll, sous le titre « Psychological Warfare in Germany ». Ils y recommandaient une « guerre psychologique agressive »3 avec pour objectif la « destruction du pouvoir soviétique en Allemagne ». Selon le rapport Carroll-Speier, il fallait user de tous les moyens de la guerre politique et économique, de la restriction des échanges commerciaux au débauchage d’une main-d’œuvre essentielle économiquement comme techniquement, en passant par les démonstrations de force occidentales. Qui plus est, les auteurs préconisaient la mise en place en RDA d’un puissant mouvement de résistance centralisé, soutenu par les instances gouvernementales américaines, dont le programme irait des activités de propagande et d’information à l’« infiltration de certaines organisations de la zone soviétique » (telles la police populaire et les forces d’intervention/Bereitschaftspolizei) en vue de sabotages, d’enlèvements ou selon les termes du rapport de « direct actions against highly placed officials ».4 Dans le contexte créé par l’accentuation du conflit au sujet de l’ancrage à l’ouest de la République fédérale et de la « note Staline », le Psychological Strategy Board (PSB), comité interministériel subordonné au Conseil national de sécurité, élabora une note stratégique, ou directive PSB D-21, sous le titre : « A National Strategy with respect to Germany ». Outre des mesures pour accroître l’intégration à l’Ouest, cette directive donnait son aval à un programme d’actions subversives dont le but s’énonçait ainsi : « reduction of Soviet potential in Eastern Germany ». L’objectif de la politique américaine était résumé par la formule : « controlled preparation for more active resistance ».5 Dans les réflexions américaines, une importance toute particulière fut accordée à la station de radio américaine RIAS de Berlin qui, grâce à la position géographique de la ville, pouvait être captée dans toute la RDA.

  • 6 Cité d’après Manfred Hagen : DDR - Juni ’53: die erste Volkserhebung im Stalinismus, Stuttgart, Ste (...)

7À l’opposé de l’administration Truman et de sa « politique de libération » annoncée pendant la campagne électorale de 1952, début 1953, au sein du nouveau gouvernement républicain du président Dwight D. Eisenhower, le pessimisme était plutôt de mise quant aux perspectives de déstabilisation de la RDA. En dépit du mécontentement croissant de la population, on s’attendait très largement à voir le régime du SED et la puissance occupante soviétique garder le contrôle de la crise. Simultanément, le gouvernement américain considérait tout soulèvement de masse contre le régime du SED comme impensable. Ce fut particulièrement évident dans les événements qui accompagnèrent le soulèvement des 16 et 17 juin 1953. À Berlin-Est, dès le début des manifestations du 16 juin, les manifestants mirent leurs espoirs dans le soutien de la station RIAS qui, depuis le printemps 1953, avait précisément fait campagne contre l’accroissement des normes de production en RDA. En cours de journée la direction de la station reçut la consigne suivante : « to do nothing that could provoke the Soviets »,6 les rédacteurs devant s’en tenir à du « factual reporting ». Mais, malgré ses restrictions, RIAS se solidarisa avec les manifestants par ses bulletins et ses commentaires et, aux premières heures du 17 juin, appela la population est-allemande à soutenir les manifestants de Berlin-Est. De fait, les émissions de la station contribuèrent beaucoup à l’extension rapide de la grève et des manifestations berlinoises à l’ensemble de la RDA.

  • 7 State Department an HICOG Bonn, 17 juin 1953, NA, RG 59, 762B.00/6-1753.

8Si à Washington on prit très vite conscience de « l’excellente occasion de propagande »7 offerte par le soulèvement, on pensa d’abord avoir à faire à des manifestations téléguidées par le régime du SED. À la séance du Conseil national de sécurité du lendemain, Eisenhower et ses conseillers envisagèrent l’option d’une intervention militaire en faveur des insurgés pour finalement l’écarter. Les plans imaginés au sein du gouvernement américain aboutirent enfin le 24 juin 1953 à l’élaboration par le Psychological Strategy Board de l’« Interim U.S. Psychological Strategy Plan for Exploitation of Unrest in Satellite Europe » (PSB D-45), adopté le 29 juin par le Conseil national de sécurité sous la forme de la directive NSC 158 : « United States Objectives and Actions to Exploit the Unrest in the Satellite States ». Selon les termes du PSB D-45, le soulèvement en RDA était considéré comme

  • 8 « Interim U.S. Psychological Strategy Plan for Exploitation of Unrest in Satellite Europe (PSB D-45 (...)

« the greatest opportunity for initiating effective policies to help roll back Soviet power that has yet come to light »8.

9Outre les efforts pour reconstituer l’unité allemande sur la base d’élections libres et pour engager des négociations à quatre, le plan PSB D-45 autorisait quantité de mesures de propagande et de subversion dans un but clairement annoncé :

„to nourish resistance to communist oppression throughout satellite Europe, short of mass rebellion in areas under Soviet military control, and without compromising its spontaneous nature ”.

  • 9 Christian F. Ostermann : « Keeping the Pot Simmering. The United States and the East German Uprisin (...)

10Parmi les mesures alors envisagées, on comptait la mise en place de stations de radio subversives, des opérations systématiques de propagande par lâchers de ballon mais aussi le soutien apporté à l’élimination de politiciens est-allemands fidèles à Moscou. Mais la pièce maîtresse de la réaction américaine aux troubles restait cet important programme d’aide pour la population de RDA qui devait traduire les sympathies américaines pour la population du pays en acculant les Soviétiques à la défensive et en accentuant très fortement l’antagonisme entre le régime et la population. De fin juillet à début octobre, l’opération des colis de nourriture qui vit la distribution, à partir de centres de répartition ouest-allemands, de plus de 5,5 millions de tels colis à la population est-allemande, entraîna de fait une déstabilisation temporaire de la situation en RDA. Qui plus est, l’opération contribua grandement à la victoire électorale d’Adenauer en septembre 1953.9

11Au sein du gouvernement américain, le débat au sujet du 17 juin 1953 aboutit en décembre de la même année à l’adoption par le Conseil national de sécurité de la directive NSC 174 sous l’intitulé « United States Policy toward the Soviet Satellites in Eastern Europe ». Il est significatif que la RDA y était pour la première fois considérée comme un État satellite de l’URSS et traitée dès lors dans le contexte de la politique est-européenne des États-Unis, même si on soulignait son « caractère spécifique [qui], sous bien des aspects importants, la distinguait des autres États satellites. » La directive relevait aussi les problèmes spécifiques et complexes posés à l’URSS par le contrôle de la RDA par rapport à celui des autres États de l’Est européen. La majeure partie de la nation allemande ayant enregistré des progrès continus en termes de liberté comme de prospérité économique et Berlin-Ouest représentant une possibilité de contact avec le monde libre, l’espoir d’une libération de la domination soviétique était alors supposé se maintenir. Toutefois, le Conseil national de sécurité se rangea à l’avis suivant

  • 10 « A Report to the National Security Council by the NSC Planning Board on United States Policy towar (...)

« the detachment of any major European satellite from the Soviet bloc ... not .... feasible, except by Soviet acquiescence or by war. »10

  • 11 Voir note 10.

12Il prescrivait de plus l’adoption de dispositions décrites comme des « feasible political, economic, propaganda and covert measures » et censées éviter tout « incitement to premature revolt ».11

  • 12 « Paper Prepared by the Operations Coordinating Board Working Group on NSC 174 », 30 décembre 1954, (...)
  • 13 Voir les déclarations du représentant du Département d’État dans le compte rendu de la séance du «  (...)

13Cette définition de principe de la politique est-européenne et est-allemande n’empêcha cependant pas l’expression de conceptions divergentes au sein de l’administration Eisenhower. Qualifiée de « soft approach », la méthode fit alors en particulier l’objet de critiques à la Central Intelligence Agency (CIA), dont le directeur Allen Dulles mit le gouvernement en garde contre les errements d’une « do nothing policy ». Une ligne plus agressive fut aussi poursuivie par l’Operation Coordinating Board (OCB), organisme successeur du PSB, décrivant en décembre 1954 la RDA comme « the only satellite which now lends itself to possible detachment » et plaidant pour une : « concentration of political, economic and psychological measures ... with East Germany as a target »12 L’initiative de l’OCB fut immédiatement contrecarrée par le Secrétaire d’État, considérant cette étude comme une immixtion inacceptable dans cette « politique au sommet » dont il avait la charge.13 On pouvait craindre que des provocations à l’égard de la RDA n’aient des conséquences négatives sur la politique allemande des États-Unis. Après que la répression militaire soviétique du soulèvement hongrois de novembre 1956 eut mis en évidence les contradictions de la « politique de libération », l’administration Eisenhower prit progressivement son parti de la « réalité » des forces politiques en présence, malgré toute la compassion éprouvée pour le sort de « captive people ». La reconnaissance de cette « réalité » comme des intérêts de sécurité de l’URSS dans la région fut de plus en plus considérée comme une clé de l’assouplissement du joug soviétique sur les États est-européens, y compris la RDA. À travers le cas est-allemand, il apparaissait clairement que l’évolution de la stratégie est-européenne de l’administration américaine allait de pair avec une plus grande flexibilité de sa politique allemande. Dès lors, les progrès de la politique de contrôle des armements ne devaient plus être subordonnés à ceux attendus dans la question de la réunification.

14Les changements de priorité de cet ordre dans la politique allemande des États-Unis étaient enregistrés avec la plus grande attention par la direction est-allemande. Malgré une présentation toujours très idéologique, une analyse interne plus différenciée de la politique américaine par les autorités de RDA nuança peu à peu l’image stéréotypée et déformée des États-Unis comme première puissance du « capitalisme monopoliste ». Depuis 1949, selon des intérêts « nationaux » dictés par la ligne du moment, ou pour se distinguer du gouvernement ouest-allemand, la propagande est-allemande mettait en avant, soit « la politique d’oppression et d’exploitation de l’impérialisme américano-anglo-français », soit le rôle du régime « réactionnaire » de Konrad Adenauer. Les déformations idéologiques se manifestaient également à travers l’accent mis sur les « contradictions » entre alliés occidentaux et gouvernement fédéral, dans les analyses internes du SED et dans sa propagande officielle, ou encore dans ses espoirs de voir « les conditions de vie des diverses couches de la société s’aggraver à la suite du plan Marshall ». Mais, dès juin 1950, le ministre des Affaires étrangères est-allemand Georg Dertinger informait Otto Grotewohl en ces termes :

  • 14 Lettre de Georg Dertinger à Otto Grotewohl du 2 juin 1950 ; SAPMO-BArch, NY 90/463.

« L’étincelle initialement attendue de l’aide Marshall a fait long feu. L’effet social du plan Marshall ne s’est pas produit. [Les puissances occidentales] se sont efforcées de maintenir une fausse prospérité en s’appuyant sur une industrie d’armement renforcée. »14

15Aux yeux du ministère des Affaires étrangères est-allemand, par la décision occidentale d’intégrer militairement l’Allemagne de l’ouest, les États-Unis avaient, dans le cadre d’une

  • 15 Voir note 13.

« mobilisation générale [conduit au] viol des statuts de Potsdam pour inciter activement la République fédérale à collaborer et à mettre en œuvre les préparatifs agressifs des puissances occidentales contre l’URSS »15

16Le soulèvement du 17 juin confirma le SED dans sa vision de centrales d’influence occidentales s’efforçant de saper la RDA. On est dès lors à peine surpris de voir un peu plus tard le Bureau politique du SED adopter comme ligne directrice de sa politique à l’égard des Etats-Unis une attitude offensive menant à la confrontation, en soulignant les

« relations criminelles [de la République fédérale] avec les fauteurs de guerre des cercles gouvernementaux américains »,

17afin de contribuer à

  • 16 Projet pour la réunion du Bureau politique du SED du 22 mai 1954 en vue de l’amélioration de l’acti (...)

« éduquer des masses dans la haine des impérialistes américains qui restent les ennemis les plus abominables du peuple allemand ».16

  • 17 FRUS 1955-1957, XXVI, Washington D.C., 1992, p. 377.
  • 18 Les négociations ont été consignées ; SAPMO-BArch, NY 4182/1323.

18À dater du milieu des années cinquante, la RDA acquit aux yeux des Américains une importance accrue, non seulement comme élément d’un statu quo européen à l’évidence de plus en plus rigide, mais aussi en raison de leur présence à Berlin. Le traité de souveraineté conclu en 1955 entre la RDA et l’Union Soviétique ainsi que l’échange de lettres entre Lothar Bolz et Valerian Zorin en septembre 1955 de la même année, engendrèrent de nouvelles tensions au sujet du contrôle allié des voies d’accès à Berlin. En cherchant à valoriser la RDA, Moscou avait officiellement désigné le régime du SED comme le « master of the roads » (maître des routes)17, menaçant de confier le contrôle des voies de transit ouest-allemandes et occidentales à la Police populaire. Bien qu’on assistât de façon répétée à des confrontations entre alliés au sujet du droit de passage vers Berlin, les Soviétiques évitèrent jusqu’en 1958 d’en arriver à la mise en cause du statut quadripartite de Berlin et de la responsabilité partagée des forces occupantes sur l’ensemble de l’Allemagne. Les efforts du gouvernement est-allemand d’arracher une reconnaissance diplomatique par le biais d’un visa obligatoire pour les diplomates américains ou par des mesures visant à supprimer le travelboardpass (indispensable aux habitants de RDA désireux de se rendre à l’Ouest) n’avaient donc qu’une marge de manœuvre très limitée. Ainsi, à l’occasion de la chute d’un hélicoptère de l’armée américaine début juin 1958, le gouvernement de RDA ne parvint pas à ouvrir des négociations entre ministres des Affaires étrangères au sujet du transfert des militaires américains internés. Au lieu de forcer ainsi une reconnaissance diplomatique, la direction du SED dut se contenter d’un protocole de représentants de la Croix rouge.18

19L’ambivalence de la position américaine dans la question de la reconnaissance devint manifeste au moment de la crise de Berlin (1958-1962). Le Secrétaire d’État John Foster Dulles s’en remit d’abord à la « théorie des agents ». Celle-ci s’appuyait sur des réflexions des alliés occidentaux datant du mois d’août 1954 et prévoyant, en cas d’établissement de contrôles frontaliers par l’Allemagne de l’Est sur les voies d’accès à Berlin, de considérer les garde-frontières est-allemands comme des « agents » agissant pour le compte de la force d’occupation soviétique. Dulles fit part de ses doutes au sujet de

  • 19 Cité par William Burr : « Avoiding the Slippery Slope: the Eisenhower Administration and the Berlin (...)

« the practicability of total non-recognition of the existence of something which is a fact ... even if we don’t like it ».19

20La « théorie des agents » perdit de fait tout fondement quand, dans une note adressée le 27 novembre 1958 aux Occidentaux, les Soviétiques dénoncèrent le statut quadripartite de Berlin en proposant la transformation de sa moitié ouest en une « ville libre » démilitarisée et menaçant à titre d’ultimatum de confier sous six mois à la RDA le contrôle total de leur zone, en cas de refus occidental. Après les protestations d’Adenauer, Washington durcit sa politique à l’égard des contrôles frontaliers est-allemands. Mais en définitive, à l’été 1959, grâce à sa participation (avec les délégués de la République fédérale) à la conférence de Genève réunie pour dénouer la crise, la RDA enregistra un succès de taille dans ses efforts pour asseoir sa position internationale.

2. De la détente à la reconnaissance

  • 20 Thomas A. Schwartz : « Victories and Defeats in the Long Twilight Struggle : The United States and (...)

21Sous la présidence de John F. Kennedy, le nouveau cours de la politique américaine se révéla dans la conception restreinte et défensive des intérêts berlinois des États-Unis, opposée par l’administration américaine au nouvel ultimatum sur Berlin énoncé par Khrouchtchev en janvier 1961 (et renouvelé au sommet de Vienne en juin de la même année). Pour l’administration Kennedy, garantir la liberté des habitants de Berlin-Est ne comptait pas au nombre de ses obligations. Les scénarios élaborés pour répondre à l’exécution de la menace de transfert du droit de contrôle soviétique aux fonctionnaires est-allemands reflétaient à l’évidence les efforts de Kennedy pour éviter la logique d’affrontement avec l’URSS et parer le cas échéant aux efforts soviétiques pour renforcer et stabiliser la RDA. Dès la fin de juillet 1961, dans l’esprit de la « théorie des agents » de John Foster Dulles, le président donna ainsi son accord à l’apposition de tampons sur les documents militaires américains par les autorités frontalières de la RDA. C’est avec une retenue comparable que l’administration Kennedy réagit en août 1961 à l’isolement du secteur ouest de Berlin du reste de la ville et du pays, afin de mettre un terme au flux des réfugiés fuyant la RDA. Malgré la « crise du mur » d’août 1961 et la reprise, début septembre, des essais nucléaires soviétiques, les relations entre les États-Unis et l’URSS se détendirent à l’automne. Quelques semaines à peine après l’édification du mur, des projets internes de négociations avec l’Union Soviétique au sujet de Berlin traduisirent les dispositions américaines à une reconnaissance de facto de la RDA et à des négociations entre Allemands au sein d’une « Commission allemande mixte ».20 On envisagea même des traités de paix séparés avec la République fédérale et la RDA. Enfin, formulée en avril 1962, la proposition d’une « autorité de contrôle internationale » en vue de régler l’accès des alliés à Berlin impliquait une certaine amélioration du statut de la RDA.

22L’attitude plus conciliante de l’administration Kennedy fut d’emblée relevée par Berlin-Est. Une analyse autorisée du Ministère des Affaires étrangères pour la direction du SED avait cependant pris note de la victoire électorale de Kennedy comme d’une conséquence du

« pourrissement du capitalisme dans le premier pays de l’impérialisme moderne, les États-Unis. »

23On pouvait néanmoins s’attendre de la part du nouveau président à

« un jugement plus réaliste et à une politique active […] plus souple et plus habile dans la poursuite de ses objectifs impérialistes. »

24Mais, dans l’ensemble,

« les positions fondamentales des cercles dirigeants américains à l’égard de la RDA […] ne devraient dans un premier temps guère évoluer. »

25C’est pourquoi la RDA, conformément aux projets du Ministère des Affaires étrangères (MfAA), devait s’en tenir

« à sa ligne de principe pour la conclusion d’un traité de paix et la résolution du problème de Berlin-Ouest, […] sans pour autant prendre à court terme de mesures pouvant servir de prétexte aux États-Unis et à la République fédérale pour accroître les tensions, et risquant de compromettre l’amorce d’une volonté de compréhension. ”.

26Le MfAA, conseillait ainsi

« de se tourner vers les forces libérales, de façon à affaiblir les tenants américains de la doctrine Hallstein. »

27Enfin, dans le cadre d’une vaste offensive de propagande, il convenait

  • 21 Lettre du ministre des Affaires étrangères de RDA Otto Winzer à Walter Ulbricht, le 10 janvier 1961 (...)

« d’élaborer un plan afin de ne rien négliger pour faire connaître la RDA et ses réalisations en intervenant directement aux Etats-Unis. »21

28Mais face à la construction du mur comme aux autres atteintes contre les droits de l’homme, de telles opérations de propagande n’avaient presque aucune chance d’aboutir. Dans la seconde moitié des années soixante, Berlin-Est misa tout sur l’intensification des relations économiques avec les États-Unis. À partir de 1965, les entreprises américaines prirent une part plus active à la foire de printemps de Leipzig et, du 31 mars au 15 avril 1966, une délégation au commerce extérieur de la RDA visita les États-Unis et rencontra d’éminents entrepreneurs américains. Berlin-Est espérait de plus tirer parti des difficultés dans les relations entre les USA et la République fédérale. En avril 1966, surestimant de beaucoup le rôle du pays, une note interne du SED destinée à Walter Ulbricht constatait :

  • 22 Lettre de Werner Jarowinsky à Walter Ulbricht du 29 avril 1966 ; SAPMO-BArch, NY 4182/1323.

« Le gouvernement américain […] témoigne à l’évidence d’une volonté de se servir de la RDA comme d’un facteur économique et politique important pour imposer sa politique européenne, tout comme d’un moyen de gagner en influence auprès du gouvernement ouest-allemand. »22

29Mais tant aux États-Unis qu’en RDA il n’existait aucune latitude pour des relations bilatérales plus étroites. Entre indépendance et subordination à Moscou, la raison d’être de la RDA définissait un cadre des plus restreints. Comme on le constata bien vite à Berlin-Est, la politique différenciée inaugurée en Europe de l’Est par Lyndon B. Johnson n’était pas sans risque pour la RDA. En jouant des tendances nationalistes dans les divers pays européens et de la levée différenciée des barrières commerciales, Washington s’efforçait

  • 23 « Analyse » [1964] ; SAPMO-BArch, NY 4182/1323.

« de provoquer dans certains États un changement par le rapprochement, autrement dit un assouplissement de l’ordre socialiste pour saper l’étroite collaboration avec les autres États socialistes et en particulier avec l’URSS. »23

30Des arrestations de ressortissants américains à Berlin-Est et dans le reste du pays venaient à l’appui de l’image négative que la RDA gardait aux yeux de nombreux Américains, alors qu’en termes économiques elle n’avait presque rien à proposer aux États-Unis.

31La politique américaine elle-même se déployait dans des limites étroites. Au milieu des années 60, la RDA était le seul des États du Pacte de Varsovie à ne pas donner des signes de libéralisation interne. Début 1964, une mission américaine décrivait en ces termes le régime Ulbricht :

  • 24 US-Mission Berlin au Department of State, 30 janvier 1964, NARA, Central Foreign Policy Files, 1964 (...)

« …continues unprogressive, even Stalinist, and remains subservient to Moscow to a very high degree. »24

32Comme le préconisaient les policy assessments ou rapports internes, y compris dans les années suivantes, la RDA devait rester exclue de la politique dite de « Peaceful Engagement » pratiquée par Washington à l’égard de l’Europe de l’Est. Mais en définitive, les priorités de la politique allemande des Etats-Unis – à moyen terme le renforcement de l’alliance avec Bonn et à long terme la réunification – impliquaient un champ d’action limité. Comme on le confirmait encore en 1968 au sein de l’administration Johnson, la politique vis-à-vis de la RDA était vue comme

« a function of our relations with the FRG, which is at least as interested as the US in preventing any further institutionalization of the division of Germany ».

  • 25 US-Mission Berlin au Department of State, 30 janvier 1968, NA, RG 59, Central Files, 1967-1969, Box (...)
  • 26 Gerald Livingston : « Ganz im Schatten der Bundesrepublik », in : Die Zeit, 30 octobre 1988.

33Dans tout ce qui relevait de l’intérêt des États-Unis pour une libéralisation de la RDA et une meilleure information de la population est-allemande à leur sujet, même par la voie d’un renforcement des échanges culturels, Washington était disposé à adopter l’attitude suivante : « [to] concede the primacy of Bonn’s responsibility in this area. »25 Tant pour le gouvernement que pour l’opinion américaine, du point de vue politique comme économique et culturel, la RDA restait donc toujours dans « l’ombre de la République fédérale. »26

  • 27 Selon les minutes de l’entretien entre Egon Bahr et Erich Honecker du 7 octobre 1972, les États-Uni (...)
  • 28 Pour le rôle joué par la question des réparations voir Stefan Meining : « Im Schatten der Vergangen (...)
  • 29 Au sujet des entretiens préparatoires entre l’observateur permanent de la RDA auprès de l’ONU Horst (...)
  • 30 Au sujet du rôle de la situation des droits de l’homme en RDA sur la politique américaine, voir Dav (...)

34L’accord quadripartite sur Berlin, le traité fondamental et l’admission des deux États allemands aux Nations Unies ouvrirent la voie à la reconnaissance diplomatique de la RDA par les États-Unis.27 Les États-Unis firent en définitive partie, en septembre 1974, des derniers membres de l’OTAN à établir des relations diplomatiques avec Berlin-Est. Les premiers contacts étaient restés informels, à l’image de la rencontre entre le diplomate de la mission américaine à Berlin, Richard Barkley, et Herbert Häber en 1972, ou celle entre l’ambassadeur américain à l’ONU, George Bush, et l’« observateur » de la RDA, Horst Grunert, à New York en janvier 1973. En raison des entraves mises par la RDA au trafic de transit et de son refus insistant à reconnaître les revendications de réparation des organisations juives et les « demandes (claims) de compensation » pour les biens américains nationalisés, les négociations ultérieures d’août et décembre 1973, puis de mars 1974 à Berlin-Est n’aboutirent qu’en septembre 1974 à l’établissement de relations diplomatiques.28 Mais l’accord du 4 septembre 1974 en vue de l’échange réciproque d’ambassadeurs resta en grande partie un acte formel. Dans un communiqué, les deux parties s’engageaient « à négocier sur la question des ‘demandes’ et sur les autres questions financières ».29 Une conception divergente de la politique allemande, l’antagonisme en terme d’idéologie et de droits de l’homme, l’étroitesse des liens entre les États-Unis et la RFA comme l’alignement sans faille de la RDA sur l’Union Soviétique empêchèrent la « normalisation » des relations bilatérales. S’ajoutait en outre l’intransigeance de Berlin-Est dans la question des compensations pour les biens confisqués à des ressortissants américains et dans celle des réparations pour les victimes du national-socialisme vivant aux États-Unis. Pour ne pas laisser subsister de doutes sur la remise en question du statut quadripartite de Berlin ou la reconnaissance de Berlin comme capitale de la RDA qu’aurait pu impliquer l’établissement de relations diplomatiques, l’ambassade américaine à Berlin-Est fut qualifiée d’« ambassade auprès de la République Démocratique Allemande ». Enfin, dans l’opinion publique américaine, la RDA – si tant est qu’elle fût prise en compte – continuait à pâtir d’une image négative, dont le symbole restait depuis 1961 la construction du mur.30

3. La stagnation après la reconnaissance

35Au cours des années suivantes, les relations bilatérales stagnèrent. Alors que Washington faisait remarquer à plusieurs reprises au gouvernement est-allemand

  • 31 Cité par S. Meining (note 28), p. 704.

« qu’aucunes concessions ne [pouvaient] être accordées avant le règlement des questions matérielles »31,

36Berlin-Est soutenait avec obstination avoir rempli toutes les obligations des accords de Potsdam, si bien que

« la RDA n’[était] tenue ni juridiquement ni moralement à la moindre forme de réparation ».

37La direction du SED elle-même semblait attacher peu de prix à une extension des relations, même sur un plan symbolique. Comme l’avait décidé le Conseil des Ministres de RDA en mars 1975 :

  • 32 Résolution de la présidence du Conseil des Ministres de RDA du 6 mars 1975 sur le cadre des négocia (...)

« Les demandes de réparations ou d’un geste en faveur de réparations pour les personnes de nationalité étrangères victimes de persécutions raciales sont à rejeter. »32

38Non seulement pour ces raisons, mais aussi à cause des efforts intransigeants de Berlin-Est pour la

« reconnaissance de la citoyenneté est-allemande selon les termes du droit de la RDA par les Etats-Unis »,

  • 33 Rapport du MfAA pour le bureau politique du SED du 31 janvier 1975, SAPMO-BArch, DY 30/J IV2/2A/185 (...)

39les négociations sur les relations consulaires se prolongèrent jusqu’en 1979.33

  • 34 John Cooper fut en poste à Berlin-Est de décembre 1974 à septembre 1976.
  • 35 Note sur l’entretien entre Erich Honecker et Gerald Ford du 30 juillet 1975 à Helsinki, SAPMO-BArch (...)
  • 36 Note sur l’entretien entre Oskar Fischer et Henry Kissinger le 1er août 1975, SAPMO-BArch, DY 30, I (...)
  • 37 D. Hamilton/F. Sterne (note 30), p. 265 ; Axel Bachmann : « Die Beziehungen der DDR zu den angelsäc (...)

40Le rôle des plus secondaires que chacune des parties accordait à l’autre apparaît alors dans le nombre limité des rencontres entre hauts responsables politiques des deux États. Jusqu’au début des années 80 on en resta à des contacts sporadiques où les interlocuteurs américains critiquaient le plus souvent les atteintes aux droits de l’homme tout en pointant les questions bilatérales en suspens. Après son accréditation en décembre 1974, l’ambassadeur américain John S. Cooper34 ne fut reçu pour un échange de vues par le Secrétaire Général du Parti Erich Honecker qu’en février 1975, soit près de six mois après la conclusion du traité de reconnaissance. Lors de la signature de l’acte final de la Conférence pour la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE) à Helsinki en juillet 1975, on assista à de brefs entretiens entre Erich Honecker et le Président des États-Unis Gerald Ford, ainsi qu’entre Hermann Axen ou le Ministre des Affaires étrangères est-allemand Oskar Fischer et Henry Kissinger.35 Axen put entendre de la bouche du Secrétaire d’État que Ford et Kissinger désiraient « un développement normal des relations », même si on ne pouvait pas « précipiter les choses par égard pour la RFA ». Quant à Fischer, il affirma à Kissinger « qu’entre la RDA et les États-Unis, les intérêts nationaux ne [faisaient] l’objet d’aucun conflit. »36 Mais de tels contacts au sommet restèrent rares. Après une première rencontre en 1977, Fischer rencontra à nouveau son homologue américain Cyrus Vance en juin 1978, mais il devait s’agir de la dernière rencontre entre ministres des Affaires étrangères jusqu’en 1984. Enfin, en octobre 1978, en mars et en mai 1979, puis en octobre 1981, le secrétaire général du Ministère des Affaires étrangères de RDA Kurt Nier eut l’occasion de rencontrer ses collègues américains.37

  • 38 H. Potthoff (note 27), p. 508.

41Le durcissement des relations est-ouest après l’invasion de l’Afghanistan en décembre 1979, l’ajournement de la ratification du traité SALT II par le président James E. Carter en janvier 1980 et le boycott des jeux olympiques de Moscou pendant la même année aboutirent à une nouvelle dégradation des relations entre Washington et Berlin-Est. Au sein de la direction du SED, les représentations menaçantes de la première puissance occidentale prirent le dessus. Selon les propos tenus par Günter Mittag, membre du Bureau politique, au cours d’un entretien confidentiel, Carter était pour le gouvernement est-allemand « totalement imprévisible »38 Dans les mois qui suivirent, les responsables de la RDA ne cessèrent dans leurs entretiens avec les représentants de la RFA de souligner que

  • 39 H. Potthoff (note 27), p. 600.

« les États-Unis s’[étaient] écartés de la politique de détente pour lui préférer la mise en œuvre d’une supériorité militaire. »39

  • 40 Arthur James Mc Adams : East Germany and Détente : Building Authority after the Wall, Cambridge, Ca (...)

42Toutefois, l’administration du nouveau président Ronald Reagan constata assez vite que les dirigeants de RDA semblaient bien moins tenir à une nouvelle confrontation que l’Union Soviétique, et que Berlin-Est n’était pas disposé à suivre la ligne de Moscou dans toutes ses implications. Dans le contexte de l’échec de la conférence de Genève sur le désarmement entre les États-Unis et l’URSS (1983), du stationnement des nouveaux missiles SS-21 et SS-23 en Tchécoslovaquie et en RDA et d’un début de renforcement des capacités de l’OTAN, la RDA perdit pour Washington une partie de son intérêt. De fait, avec ses appels à « la limitation des dommages » et à une « coalition de la raison », la direction du SED semblait au moins vouloir préserver la politique de détente dans ses rapports avec la RFA, autrement dit poursuivait, dans des limites étroites, des intérêts de sécurité particuliers, indépendants de ceux de l’URSS. Le démontage des dispositifs de tir automatique le long de la frontière avec la RFA en 1983/84, des dispositions plus libérales en terme de voyages ainsi qu’une détente contrôlée des rapports avec l’Eglise (année Luther en 1983) témoignaient, semblait-il, d’une certaine libéralisation de la politique intérieure est-allemande.40

  • 41 Compte rendu d’un entretien entre Hermann Axen et Richard Burt, sous-secrétaire d’État des États-Un (...)

43Conformément à la logique de la politique de différenciation, l’administration Reagan honora la direction du SED en multipliant les contacts politiques ostentatoires et s’efforça d’améliorer le climat entre les deux États. Dès l’automne 1983, une délégation du Congrès américain se rendit en visite à Berlin-Est. Mais en février 1984 la sensation vint surtout de la visite du Sous-secrétaire d’État Richard Burt, pendant laquelle celui-ci rencontra Hermann Axen, membre du Bureau politique du SED chargé des Affaires étrangères, le Ministre des Affaires étrangères Oskar Fischer et son secrétaire général Kurt Nier.41 Les interlocuteurs est-allemands de Burt soulignèrent que

« la RDA [était] disposée à apporter une contribution constructive à l’assainissement du climat international, y compris par le développement de ses relations avec les États-Unis. »

44Selon eux,

« le degré réciproque [de relation] ne [répondait] ni aux capacités ni aux exigences des deux parties. ».

45Burt mentionna les points problématiques qui grevaient les relations bilatérales – question des droits de l’homme en RDA et problème des « contacts » – tout en notant les progrès enregistrés dans d’autres domaines et en rappelant que la partie américaine restait toujours ouverte à la négociation :

  • 42 Note à propos d’un entretien entre le camarade Kurt Nier, suppléant du Ministre des Affaires étrang (...)

« Dans l’ensemble, les États-Unis sont disposés à une relation bilatérale plus active. »42

  • 43 A. Bachmann (note 37), p. 76.

46À l’occasion d’une session de l’ONU à New York, un entretien entre le Secrétaire d’État George Shultz et Oskar Fischer eut lieu en octobre de la même année. En avril 1985, Nier put à nouveau rencontrer son homologue américain Michael Armacost et le chef de département au Secrétariat d’État Thomas Nile. Dans un geste politique inattendu, l’administration Reagan envoya en 1981 et 1985 des représentants des organismes américains de désarmement à Berlin-Est de façon à informer directement la direction du SED de l’avancement des négociations. Les entretiens entre experts d’armement des deux pays en janvier et mars 1985 montrèrent que, pour un temps, le gouvernement américain considérait Berlin-Est comme un facteur à prendre en considération dans les relations Est-Ouest.43

  • 44 Rozanne L. Ridgway fut ambassadeur de septembre 1982 à juillet 1985.
  • 45 Heinrich Bortfeldt : Washington, Bonn, Berlin: die USA und die deutsche Einheit, Bonn, Bouvier, 199 (...)

47À ce stade, c’est avant tout l’ambassadeur des États-Unis à Berlin-Est et future Assistant Secretary of State Rozanne L. Ridgway qui joua les premiers rôles.44 Elle plaida pour une prise en compte accrue de la RDA dans les relations Est-Ouest, afin de ménager une plus grande marge de manœuvre au gouvernement SED.45 À cette période, Ridgway réussit à s’affirmer face aux courants hostiles à l’intensification des rapports avec la RDA au sein de l’administration Reagan. Ainsi, en dépit « de fortes oppositions au Département d’État même », elle parvint au printemps 1986 à imposer la participation de la RDA aux consultations sur les problèmes du terrorisme. Par ailleurs, elle confrontait constamment les officiels est-allemands à la question de savoir si

  • 46 Note de Gerhard Herder (Ambassadeur de RDA aux États-Unis) au sujet d’un entretien avec l‘Assistant (...)

« en approfondissant encore [leurs] liens avec l’Union Soviétique, [ils conserveraient] encore la moindre marge de manœuvre pour le développement de [leurs] relations avec les pays occidentaux »46

  • 47 H. Bortfeldt (note 45), p. 28.

48Ces tentatives diplomatiques de l’administration Reagan, reflétant un rapprochement dans les relations entre Washington et Berlin-Est, atteignirent leur apogée avec les déplacements en RDA du représentant du Secrétariat d’État John C. Whitehead en novembre 1987 comme en juin et octobre 1988. Qui plus est, le voyage de Honecker en République fédérale en septembre 1987 – première visite d’État officielle en RFA d’un chef de gouvernement est-allemand – semblait ouvrir la voie pour l’invitation à la Maison blanche des dirigeants de Berlin-Est. Le voyage aux États-Unis du membre du Bureau politique et Secrétaire du Comité central chargé des questions internationales Hermann Axen, accueilli à New York et à Washington en mai 1988, fut dès lors en grande partie interprété comme une préparation d’une visite d’État d’Erich Honecker aux États-Unis.47 Pendant son séjour, Axen fut reçu par le Secrétaire d’État George P. Shultz, Whitehead, Ridgway, le Président de la Banque mondiale Robert McNamara, le Ministre du Commerce William Verity et d’éminents membres du Congrès. Non seulement le programme de la visite marquait la bonne volonté et l’intérêt américain mais dans ses entretiens avec Shultz, Whitehead et Verity, Axen reçut de plus une réponse favorable à la solution globale visée cette fois par la RDA. Cette proposition s’efforçait de lier les exigences américaines en matière de propriétés et de réparations à l’amélioration des relations commerciales par l’obtention de la clause de la nation la plus favorisée. Ainsi qu’Axen en rendit compte au Bureau politique,

  • 48 Rapport de Hermann Axen au Bureau politique du SED du 9 mai 1988, SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/114

« on [avait] établi le principe selon lequel le paiement de sommes restant à définir se ferait grâce aux gains à l’exportation de la RDA découlant de la normalisation des relations économiques. Le lien dont l’essentiel [tenait] jusqu’à présent à la satisfaction préalable des exigences en terme de paiements de compensations et de réparations [pouvait] ainsi être assoupli »48

  • 49 Dépêche de Hermann Axen à Erich Honecker du 4 mai 1988, SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/114. Voir le (...)
  • 50 H. Bortfeldt (note 45), p. 26.

49Selon Axen, Shultz avait « fermement » appuyé le « paquet » imaginé avec Whitehead.49 Après des entretiens avec Honecker, même le président de l’influent Congrès Juif mondial, l’Américain Edgar M. Bronfman fit savoir que la question des réparations ne devait pas entraver la visite de Honecker et l’obtention de la clause de la nation la plus favorisée.50

  • 51 H. Bortfeldt (note 45), p. 25.

50Pourtant, à ce même moment, suite aux changements de la situation politique internationale, les signes de l’appréciation portée par les États-Unis sur la RDA s’inversèrent à nouveau. Après l’entrée en fonction de Gorbatchev et de sa politique de réforme caractérisée par les mots d’ordre de perestroïka et de glasnost, les critères d’appréciation américains des pays est-européens, RDA y compris, se retournèrent. Dès lors, la pierre de touche du jugement devint l’ampleur du soutien apporté en Europe de l’Est à la ligne Gorbatchev et les dispositions à mettre soi-même en œuvre la perestroïka et la glasnost. Le changement devint évident quand, au printemps 1988, à l’occasion d’une apparition publique à Potsdam à la Conférence pour les études de sécurité Est-Ouest, Whitehead en appela à des réformes politiques et à l’ouverture à l’économie de marché.51

51L’attitude de plus en plus critique et sceptique de Honecker envers la politique de réforme soviétique aboutit à la fin des années 80 à donner le dessus aux aspects négatifs dans l’appréciation américaine de la RDA, et se traduisit par un rapide refroidissement des relations. Les derniers incidents du « Mur » comme d’autres atteintes aux droits de l’homme, ainsi que les nouvelles répressions politiques internes après le retour de Honecker de son voyage à Bonn, sans oublier la question des réparations toujours en suspens et l’image anachronique et rigide de la direction du SED ne furent pas pour rien dans cette évolution.

  • 52 Francis Meehan avait été nommé ambassadeur des États-Unis à Berlin-Est le 1er août 1985.

52Celle-ci devint manifeste à l’automne 1988 quand l’administration Bush se prononça contre le « paquet » négocié au cours de la visite d’Axen à Washington et que Ridgway dut informer l’ambassadeur Francis Meehan52 que les États-Unis

  • 53 Cité par Meining S. (note 28), p. 714.

« [retiraient] leur proposition de solution globale et n’[étaient] pas disposés à négocier de questions commerciales qu’une fois réglée la question des compensations et desdites demandes juives. »53

  • 54 Note du 22 octobre 1988 sur un entretien entre le camarade Hermann Axen et l’ambassadeur des États- (...)

53« Mécontent de l’évolution de cette question », Meehan aurait, d’après un compte rendu interne du SED, parlé à Axen d’un « échec » dans les relations entre les deux pays. Tout comme Meehan qui – selon le compte rendu d’Axen – voyait dans « la solution globale attendue une voie réellement praticable », à Washington, « Madame Ridgway n’[était] pas dans une position confortable », si l’on en croit le même Axen en septembre 1988. Dans le « Policy Review Group » compétent du Conseil national de sécurité, le « Ministère des Affaires étrangères s’[était] retrouvé isolé » et n’avait pas pu s’imposer face à l’opposition de Michael Smith, conseiller présidentiel pour les questions commerciales. Meehan ne voyait « aucune chance »54 pour une reprise de la solution du « paquet ». Axen résuma la situation à Honecker en dressant le constat suivant :

  • 55 Lettre de Hermann Axen à Erich Honecker du 22 octobre 1988 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/113.

« En raison de difficultés dans plusieurs pays socialistes […] l’administration des États-Unis [a jugé] tactiquement plus opportun d’exploiter la situation et d’accroître la pression sur la RDA. »55

  • 56 Voir la note sur la visite de George Bush en Pologne, SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/115.

54Dans le même esprit, la visite en Pologne du Président Bush en juillet 1989 fut interprétée au sein du SED comme une « attaque frontale massive de l’impérialisme contre le socialisme »56

  • 57 Voir note 36.

55Comme on le fit savoir avant tout à Whitehead au cours de sa visite à Berlin-Est en octobre 1988, la RDA continuait à accorder de l’importance à la normalisation des relations avec les États-Unis. Cependant, dans les relations bilatérales, la situation en resta là. En juillet 1989 Axen se plaignit auprès du nouvel ambassadeur américain Richard Barkley de « la faible activité » dont témoignaient les relations bilatérales. Il souligna cependant son intérêt pour un « nouvel élan et la recherche d’un modus vivendi » et plaida pour la mise en œuvre « d’une balance équilibrée des intérêts politiques et économiques », et Axen de rappeler à l’ambassadeur américain que la RDA « restait une réalité que personne ne saurait ignorer. »57 Moins d’une année plus tard cette réalité avait totalement disparu.

Notes

1 Cf. Hermann-Josef Rupieper : « Die Reaktion der USA auf die Gründung der DDR », in : Elke Scherstjanoi (éd.) : Provisorium für längstens ein Jahr: Die Gründung der DDR, Berlin, Akademie Verlag, 1993, pp. 59-66.

2 Departement of State (éd.) : Foreign Relations of the United States 1949 (FRUS), 1949, III, Washington D.C., 1974, p. 532.

3 Wallace Carroll/Hans Speier : « Psychological Warfare in Germany. » A Report to the United States High Commissioner for Germany and the Department of State, 1er décembre 1950, National Records Center (NRC) Suitland, Record Group (RG) 466.

4 Voir note 3.

5 « Paper presented by the PSB, PSB D-21 », 9.10.1952 ; Department of State (éd. : FRUS 1952-1954, VII, Part 1, Washington, D.C., 1986, pp. 370-380 ; Boerner an Kellermann, 20 février 1953, National Archives [NA], RG 59, 511.62a/2-2053 ; HICOG Bonn an Department of State, 3 juin 1953, NA, RG 59, 511.62A/6-353.

6 Cité d’après Manfred Hagen : DDR - Juni ’53: die erste Volkserhebung im Stalinismus, Stuttgart, Steiner, 1992, p. 97.

7 State Department an HICOG Bonn, 17 juin 1953, NA, RG 59, 762B.00/6-1753.

8 « Interim U.S. Psychological Strategy Plan for Exploitation of Unrest in Satellite Europe (PSB D-45) », 1er juillet 1953, NA, RG 273, NSC 158 Series.

9 Christian F. Ostermann : « Keeping the Pot Simmering. The United States and the East German Uprising of 1953 », in : German Studies Review 19 (1996) 1, pp. 61-89 ; Valur Ingimundarson : « The Eisenhower Administration, the Adenauer Government, and the Political Uses of the East German Uprising in 1953 », in : Diplomatic History 20 (1996) 3, pp. 381-401 ; James G. Hershberg/James B. Conant : Harvard to Hiroshima and the making of the nuclear Age, New York, Knopf, 1993, pp. 659-665.

10 « A Report to the National Security Council by the NSC Planning Board on United States Policy toward the Soviet Satellites in Eastern Europe », 11 décembre 1953, édité in : Christian F. Ostermann (éd.) : The Post-Stalin Succession Struggle and the 17 June 1953 Uprising in East Germany : The Hidden History, Washington D.C., Woodrow Wilson International Center for Scholars, 1996.

11 Voir note 10.

12 « Paper Prepared by the Operations Coordinating Board Working Group on NSC 174 », 30 décembre 1954, Department of State (éd.) : FRUS 1952-1954, VIII, Washington, D.C., 1988, p. 143.

13 Voir les déclarations du représentant du Département d’État dans le compte rendu de la séance du « Operations Coordinating Board » du 5 janvier 1955, FRUS 1952-1954, VIII, Washington, D.C., 1992, p. 158.

14 Lettre de Georg Dertinger à Otto Grotewohl du 2 juin 1950 ; SAPMO-BArch, NY 90/463.

15 Voir note 13.

16 Projet pour la réunion du Bureau politique du SED du 22 mai 1954 en vue de l’amélioration de l’action du ministère des Affaires étrangères de la RDA, SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/2A/353.

17 FRUS 1955-1957, XXVI, Washington D.C., 1992, p. 377.

18 Les négociations ont été consignées ; SAPMO-BArch, NY 4182/1323.

19 Cité par William Burr : « Avoiding the Slippery Slope: the Eisenhower Administration and the Berlin Crisis, November 1958 - January 1959 », in : Diplomatic History 18 (1994) 2, p. 186.

20 Thomas A. Schwartz : « Victories and Defeats in the Long Twilight Struggle : The United States and Western Europe in the 1960s », in : Diane B. Kunz (éd.) : The Diplomacy of the Crucial Decade, New York, Colombia University Press, 1994, p. 125.

21 Lettre du ministre des Affaires étrangères de RDA Otto Winzer à Walter Ulbricht, le 10 janvier 1961, afin d‘évaluer la future politique de l’administration Kennedy ; SAPMO-BArch, NY 4182/1323.

22 Lettre de Werner Jarowinsky à Walter Ulbricht du 29 avril 1966 ; SAPMO-BArch, NY 4182/1323.

23 « Analyse » [1964] ; SAPMO-BArch, NY 4182/1323.

24 US-Mission Berlin au Department of State, 30 janvier 1964, NARA, Central Foreign Policy Files, 1964-1968, Box 2201.

25 US-Mission Berlin au Department of State, 30 janvier 1968, NA, RG 59, Central Files, 1967-1969, Box 2098.

26 Gerald Livingston : « Ganz im Schatten der Bundesrepublik », in : Die Zeit, 30 octobre 1988.

27 Selon les minutes de l’entretien entre Egon Bahr et Erich Honecker du 7 octobre 1972, les États-Unis s’étaient encore opposés en 1972 à l’admission de la RDA à l’ONU. Comme Bahr l‘expliquait, parmi les membres de l’OTAN, les États-Unis auraient été les plus intransigeants sur ce point ; cf. Heinrich Potthoff : Bonn und Ost-Berlin 1969-1982. Dialog auf höchster Ebene und vertrauliche Kanäle. Darstellung und Dokumente, Bonn, Dietz, 1997, p. 239.

28 Pour le rôle joué par la question des réparations voir Stefan Meining : « Im Schatten der Vergangenheit. Ostdeutsch-jüdisch-amerikanische Beziehungen (1974-1989) », in : Heiner Timmermann (éd.) Diktaturen in Europa im 20. Jahrhundert - der Fall DDR, Berlin, Duncker & Humblot, 1996, pp. 695-720.

29 Au sujet des entretiens préparatoires entre l’observateur permanent de la RDA auprès de l’ONU Horst Grunert et l‘ambassadeur américain à l’ONU, George Bush, voir Horst Grunert : Für Honecker auf glattem Parkett, Berlin, Edition Ost, 1995, pp. 16-26 ; au sujet des négociations, voir Burton Gaida : USA - DDR, Bochum, Brockmeyer, 1989, pp. 35-47.

30 Au sujet du rôle de la situation des droits de l’homme en RDA sur la politique américaine, voir David Hamilton/Ferne Sterne : « Die Beziehungen der USA zur DDR 1974-1990 », in : Wolfgang-Uwe Friedrich (éd.) : Die USA und die deutsche Frage 1945-1990, Francfort/M., Campus, 1991, pp. 261-264.

31 Cité par S. Meining (note 28), p. 704.

32 Résolution de la présidence du Conseil des Ministres de RDA du 6 mars 1975 sur le cadre des négociations entre la RDA et les États-Unis d’Amérique en vue du règlement de la question des droits de propriétés en suspens, BAB, DC 20 I/4/3277. Cité par S. Meining (note 28), p. 705. Fin 1976, la RDA finit par proposer « d’accorder en guise de soutien pour les citoyens américains de confession juive persécutés par le régime nazi une participation unique à hauteur de 1 million de dollars. » La proposition fut refusée par la « Jewish Claims Conference » et tournée en dérision en RFA comme le « record mondial de la pingrerie » ; voir S. Meining (note 28), pp. 708s.

33 Rapport du MfAA pour le bureau politique du SED du 31 janvier 1975, SAPMO-BArch, DY 30/J IV2/2A/1856, cité par Jürgen Grosse : Amerikabild und Amerikapolitik der DDR 1974-1989, Bonn, Bouvier, 1999, p. 37.

34 John Cooper fut en poste à Berlin-Est de décembre 1974 à septembre 1976.

35 Note sur l’entretien entre Erich Honecker et Gerald Ford du 30 juillet 1975 à Helsinki, SAPMO-BArch, DY 30 IV 2/1/503 ; mémoire sur l’entretien entre Hermann Axen et Henry Kissinger du 30 juillet 1975, SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/149.

36 Note sur l’entretien entre Oskar Fischer et Henry Kissinger le 1er août 1975, SAPMO-BArch, DY 30, IV 2/1/503, cité par J. Grosse (note 33), p. 40.

37 D. Hamilton/F. Sterne (note 30), p. 265 ; Axel Bachmann : « Die Beziehungen der DDR zu den angelsächsischen Ländern », in : Hans-Joachim Veen/Peter R. Weilemann (éds.) Die Westpolitik der DDR, Melle, Knoth, 1989, p. 74.

38 H. Potthoff (note 27), p. 508.

39 H. Potthoff (note 27), p. 600.

40 Arthur James Mc Adams : East Germany and Détente : Building Authority after the Wall, Cambridge, Cambridge University Press, 1985 ; A. Bachmann (note 37), pp. 75-76.

41 Compte rendu d’un entretien entre Hermann Axen et Richard Burt, sous-secrétaire d’État des États-Unis, le 21 février 1984 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/113.

42 Note à propos d’un entretien entre le camarade Kurt Nier, suppléant du Ministre des Affaires étrangères avec le Sous-secrétaire d’État des États-Unis Richard R. Burt, le 21 février 1984 au Ministère des Affaires Etrangères, SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/113.

43 A. Bachmann (note 37), p. 76.

44 Rozanne L. Ridgway fut ambassadeur de septembre 1982 à juillet 1985.

45 Heinrich Bortfeldt : Washington, Bonn, Berlin: die USA und die deutsche Einheit, Bonn, Bouvier, 1993, p. 24.

46 Note de Gerhard Herder (Ambassadeur de RDA aux États-Unis) au sujet d’un entretien avec l‘Assistant Secretary of state Ridgway le 23 mai 1986 au State Department, 10 juin 1986 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/113.

47 H. Bortfeldt (note 45), p. 28.

48 Rapport de Hermann Axen au Bureau politique du SED du 9 mai 1988, SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/114.

49 Dépêche de Hermann Axen à Erich Honecker du 4 mai 1988, SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/114. Voir le compte rendu de l’entretien de Hermann Axen avec le Secrétaire d’État américain, George P. Shultz, le 3 mai 1988, au ministère des Affaires étrangères à Washington (16h. à 16h.45) ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/114.

50 H. Bortfeldt (note 45), p. 26.

51 H. Bortfeldt (note 45), p. 25.

52 Francis Meehan avait été nommé ambassadeur des États-Unis à Berlin-Est le 1er août 1985.

53 Cité par Meining S. (note 28), p. 714.

54 Note du 22 octobre 1988 sur un entretien entre le camarade Hermann Axen et l’ambassadeur des États-Unis en RDA, Francis Meehan, le 21 octobre 1988 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/113. Voir aussi Hermann Axen : Ich war ein Diener der Partei, Berlin, Edition Ost, 1996, p. 404.

55 Lettre de Hermann Axen à Erich Honecker du 22 octobre 1988 ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/113.

56 Voir la note sur la visite de George Bush en Pologne, SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/2.035/115.

57 Voir note 36.

Auteur

Washington D.C.

Jean-Léon Muller (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540