Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

La RDA entre l’Est et l’Ouest : dépendances et défis

La RFA : un défi social et politique pour la RDA

Arnold Sywottek
Traduction de Isabelle Vodoz

Texte intégral

  • 1 Norbert Kaiser : Das objektive Ziel der Produktion in der kommunistischen Gesellschaftsformation un (...)

1Suite à son autolégitimation, la RDA s’est trouvée prise dans l’antagonisme mondial opposant un socialisme orienté vers l’avenir, sous le leadership et marqué du sceau de l’Union soviétique, à un capitalisme, un impérialisme, sous le leadership des États-Unis d’Amérique. En ce sens, ces deux systèmes étaient certes des formations politico-étatiques, mais plus fondamentalement ils ont représenté, aux yeux des dirigeants de RDA, des systèmes de société, l’expression de « formations sociales », ainsi que le font apparaître des analyses théoriques des années 80.1 Cette constatation incite à se pencher sur les relations que la RDA entretient par les canaux politiques et diplomatiques, mais amène également à se demander quelles conséquences cet antagonisme a eues sur la politique étrangère de la RDA. C’est tout particulièrement intéressant dans le cas des rapports de la RDA avec la RFA, à qui elle était liée par leur naissance commune sur « sol allemand ».

  • 2 Dierk Hoffmann/Herrmann Wentker (éds.) : Das letzte Jahr der SBZ. Politische Weichenstellungen und (...)
  • 3 Andreas Malycha : Die SED. Geschichte ihrer Stalinisierung 1946-1953, Paderborn, Schöningh, 2000, p (...)
  • 4 Elke Scherstjanoi : Die sowjetische Deutschlandpolitik nach Stalins Tod 1953. Neue Dokumente aus de (...)

2On sait que la fondation de la RDA s’explique d’une part par les conflits politiques entres les puissances qui occupèrent l’Allemagne après la Deuxième Guerre mondiale, et qu’elle s’est effectuée, d’autre part, sous la pression des communistes allemands de la zone soviétique, qui voulaient ainsi donner un cadre plus solide à leur travail politique effectif.2 Dans un premier temps, ceux-ci ont envisagé leur activité, dans le seul cadre de la politique intérieure, comme la construction, dans le territoire à l’administration duquel ils participaient, d’une société « démocratique », et également, dès 1948, d’une société socialiste.3 Ils fondèrent la RDA en 1949 comme le modèle des rapports qu’il faudrait ultérieurement mettre sur pied dans l’Allemagne entière, et c’est également le but visé par la politique soviétique (jusqu’en 1955), tant vis-à-vis de la RDA que de l’Allemagne dans son entier. La RDA devait jouer le rôle d’« aimant » ; c’est là ce que ne cessaient de rappeler aux dirigeants est-allemands leurs contrôleurs soviétiques, lesquels les engageaient à se réclamer en permanence d’un patriotisme pangermanique, à mener campagne pour l’unification étatique de l’Allemagne suivant les directives soviétiques, et à entreprendre sans précipitation les transformations devant conduire au socialisme.4

  • 5 Otto Schröder : Der Kampf der SED in der Vorbereitung und Durchführung des Volksentscheids in Sachs (...)
  • 6 Rainer Karlsch : Allein bezahlt ? Die Reparationsleistungen der SBZ/DDR 1945-1953, Berlin, Ch. Link (...)
  • 7 Kurt Klotzbach : Der Weg zur Staatspartei. Programmatik, praktische Politik und Organisation der de (...)

3Comme on le sait, le gouvernement est-allemand a totalement échoué dans cette tâche. Il n’a pas plus réussi à imposer en RFA son image d’avocat de l’unité allemande, qu’à rendre la situation économique de la RDA attrayante pour la RFA. Bien au contraire : les campagnes cherchant à promouvoir la « construction du socialisme » eurent pour effet de monter la population ouest-allemande contre le « socialisme » de RDA, et même de discréditer le « socialisme » en tant qu’aspiration traditionnelle du mouvement ouvrier. Cela valait moins pour l’expropriation des grands propriétaires terriens et pour le vaste mouvement de déprivatisation de l’industrie et des banques auxquels on procéda dans les premières années de l’après-guerre, ils furent effectués sous la responsabilité soviétique et rencontrèrent dans l’ensemble une large approbation.5 Mais la politique économique effective, en particulier la tutelle du SED, parti-État léniniste selon le modèle soviétique, sur l’économie nationalisée se heurta à une grande hostilité. À cela s’ajoutent l’ampleur des démontages pratiqués dans les usines, qui affaiblirent les capacités industrielles et portèrent atteinte aux infrastructures, ainsi que « la mainmise soviétique sur l’économie allemande », c’est-à-dire la production en vue des réparations de guerre conduite dans les entreprises qui étaient considérées comme propriété soviétique.6 Les sociaux-démocrates allemands, à qui, déjà en 1946, la fusion obligée avec les communistes puis, dès 1948, la presque totale perte de pouvoir de leurs adhérents au sein du SED avaient donné l’occasion de développer un anticommunisme a posteriori, s’écartèrent rapidement du modèle socialiste traditionnel et ce, principalement en raison de ces deux séries de mesures.7

  • 8 Heidi Roth : Der 17. Juni 1953 in Sachsen. Mit einem einleitenden Kapitel von Karl-Wilhelm Fricke, (...)
  • 9 Patrick Major : The death of the KPD. Communism and anti-communism in West Germany 1945-1956, Oxfor (...)

4Dans la zone soviétique, puis dans la RDA, la terreur ainsi que le militantisme qui allait en se renforçant, confortèrent également des gens qui n’étaient pas des sociaux-démocrates dans leur attitude anticommuniste et antisoviétique. En 1952/53 les paysans qui cherchaient à échapper à la « collectivisation », promulguée par la résolution de 1952 du SED sur la « construction des fondements du socialisme », furent les premiers à dénoncer le pouvoir dictatorial des communistes, puis, en juin 1953, la répression, avec l’appui des chars soviétiques, de la révolte des travailleurs ou du peuple mit bientôt fin aux espoirs nés après la mort de Staline de voir s’établir un communisme en quelque sorte purifié.8 Il était manifeste que désormais le but principal et premier des communistes allemands et soviétiques de RDA était de conserver le pouvoir, et, par la suite, la seule chose qui compta pour eux fut d’avoir recours à des méthodes de gouvernement telles que ne puisse plus se faire entendre l’exigence née du soulèvement d’en arriver à des « élections libres », c’est-à-dire à la suppression de la dictature de la SED. On ne pouvait guère espérer de soutien de la part des communistes ouest-allemands qui travaillaient comme agents de la RDA, dans la mesure où ils étaient menacés depuis 1951 par l’interdiction juridique de leurs organisations, interdiction qui fut prononcée en 1956.9

  • 10 Michael Klein : Antifaschistische Demokratie und nationaler Befreiungskampf. Die nationale Politik (...)
  • 11 Gloria Müller : Strukturwandel und Arbeitnehmerrechte. Die wirtschaftliche Mitbestimmung in der Eis (...)
  • 12 Arnold Sywottek : « Wirtschafts- und sozialpolitische Entwicklungen als Legitimationsbasis im deuts (...)

5Dès 1948 le parti communiste ouest-allemand qui obéissait aux directives du SED avait été écarté, à tous les niveaux du système politique en train de se mettre en place en RFA, des positions de pouvoir ; il avait accompagné la fondation de la République fédérale pour ainsi dire en tant que figure fondamentale de l’opposition et, en 1951, avait concentré ses efforts sur des campagnes contre la politique de « remilitarisation » du chancelier Adenauer.10 Des étapes importantes pour l’établissement de l’État, de la société et de l’économie ouest-allemands, comme par exemple, en 1950/51, les lois réglant la participation des ouvriers dans les entreprises, étaient restées pratiquement étrangères à ses préoccupations. Il en alla de même pour d’autres mesures, qui ne faisaient pas partie du domaine socio-politique, mais dont, à l’époque, il ne fallait pas sous-estimer l’importance pour la stabilité de la République fédérale, comme, par exemple, la législation touchant l’article 131 de la loi fondamentale, qui reconnaissait aux anciens employés de l’État, démis de leurs fonctions après 1945 pour raisons politiques, des droits à un travail et à une couverture sociale.11 Enfin, la croissance économique ininterrompue de l’Allemagne fédérale, qui se vit bientôt qualifiée de « miracle économique » ne fut tout d’abord pas prise au sérieux par le KPD et par le SED, qui, au contraire, l’interprétèrent, conformément à la théorie des cycles, comme une aggravation de la crise.12

6Tout cela montre bien que, dans un premier temps, le développement ouest-allemand, si l’on en excepte la tendance à la « remilitarisation », ne fut pas perçu dans les sphères dirigeantes de la RDA comme un défi. Même le fait que l’Allemagne de l’Ouest exerçait son attraction sur de vastes sphères de la population est-allemande — les émigrants se comptaient par centaine de milliers —, ne semblait pas les impressionner durablement ; on peut même émettre l’hypothèse que, en raison de la pauvreté manifeste qui régnait encore en RDA, ces départs furent ressentis comme un soulagement. Ce n’est qu’à partir de 1955/56 que l’émigration devint un problème de plus en plus explosif. Désormais la supériorité ouest-allemande sur le plan économique était enregistrée de manière interne — aussi bien en matière de puissance d’investissement et de productivité que de consommation. Enfin, en 1958, le premier secrétaire du Comité central du SED, Walter Ulbricht, se vit amené à faire à la population de RDA la promesse de temps meilleurs lorsque il proclama que « la tâche économique principale » était

  • 13 Cit. dans : André Steiner : Die DDR-Wirtschaftsreform der sechziger Jahre : Konflikt zwischen Effiz (...)

7« de faire que, dans la population active, la consommation par habitant atteigne et dépasse, à partir de 1961, en ce qui concerne les produits alimentaires et les biens de consommation principaux, la consommation par habitant de toute la population de la RFA. »13

8On sait que cet objectif ne fut pas atteint. Il est cependant remarquable qu’il ait été formulé à cette époque-là et sous cette forme. Il reflète de triple manière le diagnostic politique né à l’époque de la vision soviéto-communiste. Premièrement : l’accent est mis sur la concurrence économique en tant que forme principale de l’affrontement dans le cadre de la « coexistence pacifique » prônée depuis 1956 par l’Union soviétique. Ce n’est plus uniquement dans les manifestations politiques et dans la polémique contre « l’ennemi de classe » que doit s’affirmer la supériorité du socialisme, elle doit se manifester par des performances économiques perceptibles pour la population. Deuxièmement : ce genre d’optimisme est principalement alimenté par l’avancée technologique réalisée par les savants soviétiques en matière d’astronautique, avec la mise sur orbite, en 1957, du satellite « spoutnik ». Troisièmement : fixer ce type d’objectif signale qu’on s’appuie désormais sur des analyses et des méthodes économiques différenciées, ce que manifeste par exemple le fait qu’on oppose à la « population active » de la RDA l’« ensemble de la population » de l’Allemagne de l’Ouest. C’était ouvrir le champ à bien des polémiques sur la base de statistiques ; il faut cependant noter qu’ici les objectifs sont fixés à partir de la consommation et non plus, comme c’était le cas jusqu’alors et comme ce sera le cas plus tard, à partir de la production.

  • 14 Olaf Zinke : Die Transformation der DDR-Agrarverfassung in der Zeit von 1945 bis 1960/61. Die agrar (...)
  • 15 Horst Barthel : Probleme der wirtschaftlichen Entwicklung der Deutschen Demokratischen Republik in (...)

9Combien une telle pensée et la politique qui y correspond étaient peu familières aux dirigeants de la RDA, la campagne pour « l’achèvement de la mise en œuvre du socialisme à la campagne » de 1960, qui avait pris la forme de la collectivisation totale, en est la preuve. En effet, cela entraîna, du moins provisoirement, une baisse de la production agricole et accrut les problèmes d’approvisionnement de la population, car il était presque impossible à la RDA de compenser par des importations les manques de sa propre production.14 Conjointement avec l’idée que, dans les autres domaines économiques également, il fallait d’abord compter sur ses propres forces, s’imposa peu à peu l’idée que la RDA avait affaire à des « conditions de départ » plus difficiles que la République fédérale.15 Plus tard les responsables politiques éprouvèrent une fierté justifiée devant le haut degré d’autosuffisance atteint par la RDA en matière de biens d’alimentation. En arriver à une ouverture du marché avec des liens économiques tissés en direction de l’extérieur, tels qu’ils ont pu, en ce qui concerne l’alimentation, se développer en République fédérale dans le sillage de la Communauté européenne à partir de la fin des années 50, était chose impossible pour l’économie étatique de la RDA, dans la mesure où tant les présupposés matériels et financiers que les bases théoriques lui faisaient défaut. L’objectif principal resta celui de répondre aux besoins grâce à une production strictement nationale.

  • 16 Ina Dietzsch : « Deutsch-deutscher Gabentausch », in : Wunderwirtschaft. DDR-Konsumkultur in den 60 (...)
  • 17 Cit. dans : Gerlinde Irmscher : « ‘Arbeitsfrei mit Küsschen drauf’. Zeit und Leben in den 60ern », (...)
  • 18 Ernst-Wolfgang Böckenförde e. a. : Lebensqualität ? Von der Hoffnung, Mensch zu sein, Cologne, Verl (...)

10Sur de telles bases, les objectifs fixés en 1958 ne pouvaient guère contenir plus que la promesse de garantir à la population de RDA l’approvisionnement de base. Que la République fédérale ait pu se trouver déjà à cette époque à un stade de son développement où l’approvisionnement de base était assuré et où l’objectif n’était plus une amélioration quantitative mais bien une diversification qualitative, est un fait qui échappa manifestement aux politiciens de RDA, bien que les contrôles sur les fameux « petits paquets » envoyés par les Allemands de l’Ouest à leurs concitoyens de l’Est exercés tant par les services postaux que par les douanes fussent en mesure de fournir quotidiennement des renseignements sur ce point.16 Néanmoins ils se virent bientôt confrontés à des revendications portant sur les conditions de vie, qui entretemps avaient amené, en République fédérale, à parler de société de « consommation » et de loisirs. « Qu’on nous accorde comme en Allemagne de l’Ouest un minimum de 18 jours de vacances, la semaine de 5 jours, des retraites plus élevées, et nous voterons pour les candidats du Front national » — cette petite phrase trouvée en 1965 sur la carte d’un restaurant fut considérée comme oppositionnelle et parvint à ce titre jusque dans les plus hautes sphères officielles de RDA.17 Elle indique que, pour la population de RDA, ce qui compte n’est plus tant la satisfaction des besoins mais bien ce que, dix ans plus tard, on appellera, en République fédérale, la « qualité de vie ».18

  • 19 Hans-Günter Hockerts : Sozialpolitische Entscheidungen im Nachkriegsdeutschland – Alliierte und deu (...)

11Cette tendance avait pris naissance dès les années 50. Dès cette époque, des accords avaient été conclus entre patrons et ouvriers sur l’allongement des vacances et les samedis libres, et, en même temps qu’elles subissaient une nette augmentation, le Parlement décida en 1957 de dynamiser les retraites : elles devaient être indexées chaque année sur le montant du salaire brut et au début c’est bien ce qui se passa.19 Ces décisions furent prises aux divers niveaux du système économique dans le cadre d’un processus très complexe avec participation des intéressés ou des représentants légitimes de leurs intérêts. En raison du maintien de la semaine de 48 heures, l’introduction de la semaine de 5 jours, donna naissance à des modèles très différenciés d’organisation du travail, qui avaient été négociés de manière décentralisée.

  • 20 G. Irmscher (note 17), pp. 41s.

12Dans le cadre d’une économie centralisée comme celle de RDA, la revendication de la semaine de 5 jours souleva de graves problèmes qui furent réglés finalement en 1966 par un compromis selon lequel, la semaine de travail étant ramenée à 43 heures, on ne travaillerait qu’un samedi sur deux.20 Le temps de travail perdu fut compensé par la suppression d’un certain nombre de congés pour fêtes religieuses — différence nette avec le développement en Allemagne de l’Ouest, mais qui semble symptomatique du socialisme bureaucratique de ces années-là. Jusqu’en 1961 bien des travailleurs avaient quitté la RDA uniquement parce que souvent le travail y était organisé de manière irrationnelle, dans la mesure, par exemple, où les arrivages de matériel s’interrompaient fréquemment.

  • 21 Ulrich Mählert/Gerd-Rüdiger Stephan : Blaue Hemden – Rote Fahnen. Die Geschichte der Freien Deutsch (...)
  • 22 Herbert Stallmann : Hochschulzugang in der SBZ/DDR 1945-1959, St. Augustin, Richarz, 1980.

13Cet ensemble de choses montre bien que l’insatisfaction provoquée le fut sans doute moins par la politique en tant que telle, à savoir les formes non démocratiques de conscience politique, de décision et d’exécution, que par l’organisation de la vie quotidienne, dans le travail comme dans les loisirs résultant de cette politique dictatoriale et souvent arbitraire. Dans les premières années de construction du pays, jusqu’en 1955 environ, cette problématique avait pu être masquée par la mobilisation et l’enthousiasme, manifestés en particulier par les jeunes, pour de grands projets. Mais cet enthousiasme retomba rapidement pour faire place dans la population à un sentiment d’infériorité qu’à la longue vint peut-être compenser la fierté née des progrès accomplis malgré des conditions difficiles.21 Si, au début, le SED avait pu encore s’attacher des travailleurs en leur offrant des postes de direction politique ou administrative et s’il avait en outre réussi, par des propositions culturelles adaptées, à favoriser l’ascension sociale des enfants de travailleurs, le potentiel concerné fut bientôt épuisé.22 Ce n’est qu’en 1961, après la fermeture des frontières, que des offres de qualification professionnelle en nombre accru rencontrèrent de l’intérêt dans la population, qui y voyait la possibilité de s’assurer une place de choix au sein de la société fermée de RDA.

  • 23 Thekla Kluttig : Parteischulung und Kaderauslese in der Sozialistischen Einheitspartei Deutschlands (...)
  • 24 Dirk Arne Walckhoff : Der 13. August 1961 in der Traditionsarbeit der Grenztruppen der DDR, Münster (...)
  • 25 Uwe Koch : Das Ministerium für Staatssicherheit, die Wehrdienstverweigerer der DDR und die Bausolda (...)

14Dans ce contexte, il faut également replacer la question de la disponibilité pour l’engagement politique. Ce sont probablement moins les conceptions marxistes et les programmes, que les perspectives de réussite dans la vie privée ou professionnelle qui ont permis au SED de fidéliser ses membres.23 L’étroitesse politique du diagnostic historico-philosophique porté dans les sphères officielles sur le présent a également joué un rôle non négligeable dans ce phénomène. Le fait que le « socialisme » régnait en RDA, n’était pratiquement l’objet d’aucune contestation. En se caractérisant elles-mêmes comme « églises du socialisme », même des églises protestantes se sont inscrites dans le cadre de la définition politique qui était celle du SED. Jusqu’à quel point on accordait crédit à la propagande défensive du gouvernement selon laquelle il s’agissait de défendre le socialisme contre la « contre-révolution » et donc, entre autres, de maintenir à cet effet « le rempart antifasciste », c’est-à-dire le mur de Berlin, les éléments nous manquent encore pour en juger.24 Une chose est sûre, c’est que les mesures fondées sur cette argumentation, comme par exemple l’introduction du service militaire obligatoire en 1962, ont été parfaitement acceptées. On peut considérer comme une manière de réagir aux dispositions prises en République fédérale par rapport aux objecteurs de conscience la mise sur pied, unique dans tout le « camp socialiste », de bataillons du bâtiment, où l’on regroupait les jeunes gens qui, pour des raisons de conscience, refusaient d’être mis à la disposition du service armé.25

  • 26 Bernd Pröll : Sozialistische Wehrerziehung in der DDR im Zeichen der Entspannung. Anachronismus ode (...)
  • 27 Hubertus Knabe : Die unterwanderte Republik. Stasi im Westen, Berlin, Propyläen, 1999, pp. 234ss.

15Il ne faudrait pas oublier les conséquences que l’élaboration défensive de la propagande politique vers l’extérieur a eues sur la politique intérieure, c’est-à-dire sur la constitution d’un potentiel politique qui ne se sentait pas lié au SED. Lorsque, après 1973, la RDA entreprit, dans la foulée de « sa politique pour la paix » militante, d’introduire dès l’école une éducation militaire offensive, elle se heurta, tout particulièrement dans les cercles religieux, qui avaient donné leur accord aux objectifs « pour la paix », à une résistance qui revêtit bientôt la forme d’une opposition indépendante.26 Si, dans le même temps, il n’y avait pas eu, encouragé par les dirigeants de RDA, renforcement des mouvements pacifistes en RFA, le mouvement pacifiste autonome de RDA, qui se développait principalement sous la protection des églises, aurait sans doute rencontré moins d’écho.27

  • 28 Wolfgang Buschfort : Das Ostbüro der SPD. Von der Gründung bis zur Berlinkrise, Munich, Oldenbourg, (...)
  • 29 Heinrich Potthoff : Im Schatten der Mauer. Deutschlandpolitik 1961-1990, Berlin, Propyläen, 1999.
  • 30 Eberhard Kuhrt/Henning von Löwis : Griff nach der deutschen Geschichte. Erbeaneignung und Tradition (...)

16Les mouvements pacifistes, de même que le mouvement écologique qui est né dans sa mouvance, peuvent être considérés comme une illustration de la manière dont des développements et des contextes ouest-allemands ont pu jouer, par rapport à la RDA, comme des défis. Les dirigeants de RDA pouvaient en effet craindre de voir reproduire dans leur propre société des comportements culturels et politiques « occidentaux », ce qui risquerait de saper leur monopole politique. Jusqu’en 1961 ce « travail de sape » avait été soutenu par l’action des « bureaux pour les affaires de l’Est » des divers partis politiques ouest-allemands.28 En revanche, à partir du moment où, dans la foulée de la politique de traités avec la République fédérale comme de la Conférence pour la Sécurité et la Collaboration en Europe se dessina la possibilité de rencontres plus fréquentes avec des Allemands de l’Ouest, le gouvernement est-allemand s’efforça de maintenir la majorité de la population à l’écart de ces contacts avec des visiteurs ouest-allemands et de renforcer la surveillance de la Stasi. Avec la visite du chancelier fédéral Willy Brandt à Erfurt en 1970, il devint de plus en plus manifeste que des hommes politiques ouest-allemands jouissaient comme auparavant d’une grande sympathie au sein de la population de RDA. Sa politique de reconnaissance de la RDA comme État, qui visait à multiplier les rencontres entre Allemands de l’Est et de l’Ouest et à encourager le sentiment d’appartenance à une même nation, peut sans doute être considéré comme l’un des plus importants défis auxquels la RDA ait eu à faire face.29 Il en résulta la tentative crispée de fonder théoriquement une nation est-allemande autonome, entreprise qui fut discrètement abandonnée au milieu des années soixante-dix.30

17Dans l’ensemble, les développements politiques et culturels et l’évolution culturelle au sens large ont représenté pour la RDA un défi plus redoutable que le système politique et l’avance économique de la République fédérale, qui s’accentuait de jour en jour.

  • 31 Gerda Haufe : Dialektik und Kybernetik in der DDR. Zum Problem von Theoriediskussion und politisch- (...)
  • 32 Silvia Müller (éd.) : Die Entlassung Robert Havemanns und die Akademie der Wissenschaften 1965/66. (...)

18Sur le plan de la politique culturelle, la RDA, avec sa doctrine tendanciellement moniste et sa vision marxiste du monde (léninisme, stalinisme), était en état d’infériorité vis-à-vis du pluralisme philosophique et scientifique qui, en Allemagne de l’Ouest, avait évolué dans le cours des années 60 de manière dynamique et productive, et qui, de plus en plus, tolérait en son sein les tendances marxistes. Certes la RDA avait accueilli, dans son noyau mathématique, la cybernétique issue des sciences de la nature, qui jouissait à l’époque d’une grande popularité à l’Ouest, et s’en était servie pour procéder à une réorganisation administrative de l’économie ; cependant, une pensée visant à l’autogestion d’institutions et de domaines de la société jouissant d’une autonomie partielle ne pouvait réussir à pénétrer une philosophie politique censée légitimer la domination de la classe ouvrière et de son parti, et — à travers la pratique du « centralisme démocratique » — la domination de la direction du parti.31 Bien au contraire, les interprétations de la doctrine marxiste qui allaient dans ce sens furent proscrites, ainsi qu’en témoigne l’interdiction d’enseigner et de publier qui frappa le communiste Robert Havemann.32

  • 33 Rüdiger Wenzke : Die NVA und der Prager Frühling 1968. Die Rolle Ulbrichts und der DDR- Streitkräft (...)
  • 34 Horst G. Linke : Kontinuität und Wandel in der sowjetischen Außenpolitik. Friedliche Koexistenz und (...)

19Ainsi, avec l’accord de Walter Ulbricht, fut élaboré un « nouveau système économique de planification et de direction de l’économie », qui faisait aux décisions prises au niveau des entreprises plus de place que ne l’avaient permis les pratiques de direction centralisée qui avaient cours du temps de la dictature de Staline, et on précisa même pourquoi ce « type de système économique socialiste », où subsistaient encore des traces de l’économie de marché (capitaliste), serait amené à durer encore un certain temps. Cependant lorsque, en Tchécoslovaquie, sur la base des mêmes conceptions, on laissa non seulement se déployer des tendances à l’économie de marché, mais que le parti communiste tchèque engagea par des élections libres la direction de l’État, de l’économie et de la société, les dirigeants de RDA s’associèrent aux critiques émanant du Bureau politique du Parti communiste soviétique.33 Certes la RDA ne participa pas à l’envoi de troupes en Tchécoslovaquie en août 1968 ; en revanche, elle apporta son soutien à l’action militaire commune des États du pacte de Varsovie (moins la Roumanie). La doctrine dite « doctrine Brejnev » de 1969 vint a posteriori légitimer cette action, à travers la théorie de la restriction de souveraineté des « États socialistes » bénéficiant de la protection soviétique.34

  • 35 Die entwickelte sozialistische Gesellschaft. Wesen und Kriterien. Kritik revisionistischer Konzepti (...)

20Désigner la RDA par la nouvelle expression inspirée par l’Union soviétique de « société socialiste développée » (1972) revenait à penser celle-ci à partir des structures de domination considérées à la longue comme solides ; la formule souvent citée de « l’unité de l’économie et de la politique sociale » conférait au concept traditionnel du socialisme et du communisme, ainsi qu’à l’action du parti et de l’État qui en découlait, à la fois une tâche et une définition.35 L’articulation de conceptions qui s’écartaient d’une vision du monde restée marxiste dans son principe mais qui, dans la pratique, devenait de plus en plus parcellaire exigeait des gouvernants une tolérance accrue et une confiance dans la loyauté politique des porteurs de ces opinions divergentes.

  • 36 Manfred Wilke (éd.) : Die Gründung des Bundes der evangelischen Kirchen in der DDR. Materialien aus (...)

21Cela se manifesta en RDA principalement dans les contacts des dirigeants de l’État et du parti avec les Églises protestantes qui, à partir des années 70, devinrent, dans une autonomie calculée, un facteur loyal de critique sociale et politique des rapports existants. Cette constellation avait commencé à se dessiner depuis que ces Églises avaient pris leur indépendance vis-à-vis de l’Union allemande des Églises évangéliques, échappant ainsi aux accusations d’agir sur ordre de l’Allemagne de l’Ouest.36 La RDA y gagna sur le moment une légitimité politique accrue dans ses rapports avec l’extérieur, en revanche elle se retrouva, par rapport aux années antérieures, limitée dans le choix des moyens de répression vis-à-vis de l’opposition toujours latente des églises.

  • 37 Josef Schmid : Kirchen, Staat und Politik in Dresden zwischen 1975 und 1989, Cologne/ Weimar/ Vienn (...)

22Ce fut particulièrement le cas lorsque les églises cessèrent d’être de simples refuges pour des opinions certes indépendantes de l’État et du SED mais néanmoins compatibles avec une politique de paix, et que commença à se former en RDA un mouvement de protestation écologique, qui, avec la fin des années 60, trouva, en RFA de plus en plus à s’exprimer à travers le mouvement des Verts, mais qui eut peu d’influence directe en RDA. En RDA, cette sensibilisation fit d’une part des adeptes dans quelques communautés religieuses décentralisées, et ce, spécialement parmi des groupes de jeunes ou de travailleurs, et, au niveau mondial, le combat œcuménique et conciliaire pour « la paix, la justice et la protection de la création », dans le cadre duquel des communautés de RDA s’engagèrent tout particulièrement, lui servit d’autre part de paravent et de justification.37

  • 38 Armin Volze : « Zur Devisenverschuldung der DDR – Entstehung, Bewältigung und Folgen », in : Eberha (...)

23Même si, dans ce cadre également, on assiste à des cristallisations politiques et culturelles, qui eurent des effets spectaculaires au cours de la « révolution pacifique » de 1989, on ne saurait considérer ces mouvements concentrant une opposition latente et loyale comme des défis de base pour la RDA. Il est probable que le développement économico-culturel en Allemagne de l’Ouest a joué un rôle plus important. Que l’avance économique de la République fédérale soit impossible à combler est une constatation qui doit s’être imposée au plus tard au début des années 80, lorsque la RDA, en contradiction avec sa politique depuis les années 50, accepta à plusieurs reprises des milliards de marks de la part de la République fédérale, afin de parer à l’effondrement économique du pays.38 La raison en fut la sensible élévation du niveau de vie dans les années 70, qui était un objectif politique et une politique pratique grâce à quoi Erich Honecker s’était attiré des sympathies dans la population. Dans quelle mesure, il ne faisait que répondre à ses revendications massives, par exemple ses demandes de logements adaptés aux standards de l’époque, la question mériterait d’être étudiée de plus près. Ce qui est certain, c’est que les importations « occidentales » de biens de consommation ont été, jusqu’en 1989, très prisées par la population, y compris la fameuse banane, symbole du manque structurel de fruits exotiques, auquel il ne put être porté remède qu’à partir de 1989.

  • 39 Lutz Niethammer/Alexander von Plato/Dorothee Wierling : Die volkseigene Erfahrung. Eine Archäologie (...)
  • 40 Regine Halter (éd.) : Vom Bauhaus bis Bitterfeld : 41 Jahre DDR-Design, Gießen, Anabas, 1991.

24Etant donné la capacité des médias à franchir les frontières, surtout en l’absence de barrières linguistiques, on peut être certain que les différences de niveau de vie entre les deux Allemagnes étaient connues. On sait également de source sûre que la demande de beaucoup d’Allemands de l’Est portait avant tout sur des biens de consommation symbolisant le mode de vie d’Allemagne de l’Ouest. Un groupe d’historiens qui avaient obtenu, dans les années 80, la permission de faire en RDA des enquêtes portant sur la vie privée ont par exemple constaté avec étonnement que la forme et la couleur des emballages des produits de beauté qu’on trouvait dans les salles de bains de RDA trahissaient la plupart du temps leur origine ouest-allemande.39 Dans cette mesure la RDA était elle aussi partie prenante du processus de « modernisation » occidentale. Le développement professionnel du design suivit d’ailleurs les mêmes voies, même si cette économie de pénurie ne permettait pas de maintenir constamment la liaison entre dynamique du développement et production de masse.40

  • 41 Gabriele Ahlefeld/Astrid Rolder/Rudolf Werner : Plaste und Elaste aus Schkopau. 60 Jahre Buna-Werke(...)

25La mode « de l’Ouest », le design « de l’Ouest », les symboles de la culture populaire « de l’Ouest », disques et magnétophones en particulier, ont de tout temps été l’objet des désirs des jeunes de RDA, qu’on peut dans l’ensemble considérer comme des agents de la « modernisation ». L’exemple des jeans dans les années 60, puis des fibres artificielles qui ont suivi immédiatement (nylon, perlon) et qui étaient utilisées non seulement pour la lingerie, mais par exemple pour la fabrication d’imperméables très légers (Nato-Plane), montre bien comment la politique économique de la RDA a réagi devant les défis de l’« américanisation ». En effet, on fit fabriquer des jeans sur place et les textiles en fibre artificielle produits par l’industrie des « plastiques » étaient encore considérés par la population de RDA comme des produits de base, alors que les Allemands de l’Ouest s’étaient déjà tournés vers les fibres naturelles, laine, coton et lin.41 Dans d’autres domaines de la consommation culturelle, en particulier dans la musique de danse et la pop-music, les autorités de RDA s’efforcèrent de limiter la diffusion des produits « de l’Ouest », en tout cas lors de manifestations publiques. Cependant la tentative de répandre des formes d’expression culturelles propres, par exemple la « Lipsi-Tanz », échouèrent la plupart du temps. Ce n’est que dans les années 80 que l’on a pu reconnaître dans la culture populaire des jeunes un style propre à la RDA, et susceptible de trouver une audience.

  • 42 Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung, 8 vol., Berlin (DDR), Dietz, 1966.
  • 43 Joachim Walter : Sicherheitsbereich Literatur. Schriftsteller und Staatssicherheit in der Deutschen (...)
  • 44 Bernd Wittek : Der Literaturstreit im sich vereinigenden Deutschland. Eine Analyse des Streits um C (...)

26Le gouvernement de RDA a pu considérer que le défi culturel principal se situait dans les domaines de la culture de haut niveau, qu’il s’agisse d’œuvres littéraires, d’essais, de philosophie, et surtout des ouvrages d’histoire consacrés à l’Allemagne de l’Ouest. Certes, en ce qui concerne spécifiquement l’histoire du mouvement ouvrier,42 on peut constater que des historiens de RDA ont joué un rôle de guide, par moments provocateur, même en Allemagne de l’Ouest, mais, dans l’ensemble, la censure, la souveraineté exercée par les fonctionnaires politiques dans les médias et leur rôle dominant dans les nombreuses interdictions de contact qui avaient cours dans ces sphères empêchèrent les savants, les intellectuels et les artistes de participer activement à la réception et à la discussion publique.43 C’est précisément à travers la pratique de la censure qu’on peut mesurer l’importance du défi auquel les responsables politiques ont été confrontés dans ce domaine ouvert aux idées subversives. Le réseau complexe d’informateurs et d’agences de presse que le ministère pour la sûreté de l’État entreprit de mettre sur pied dans les cercles intellectuels témoigne de la peur panique de la « subversion » qui règne au sein des instances politiques dirigeantes et il semble bien que cette protection culturelle de la RDA ait obtenu des succès et contribué par moments à l’expression d’une autonomie culturelle. Dans le cadre de la production littéraire, c’est principalement Christa Wolf qui, à travers des œuvres traitant du souvenir et de la réflexion sur soi, a réussi à se faire reconnaître au-delà des frontières.44

  • 45 Marianne Beatrice von Weizsäcker : Deutsch-deutsche Städtepartnerschaften 1986-Januar 1990. Bestand (...)

27Bien entendu, que ses représentants culturels soient reconnus et appréciés au-delà des frontières représentait également un défi pour les dirigeants politiques, car si la RDA aspirait à la réputation de société culturellement productive, cela supposait une ouverture internationale, à laquelle elle n’a satisfait qu’avec hésitation et embarras. Les rencontres interallemandes qui se multiplièrent vers la fin des années 80, par exemple dans le cadre des jumelages de villes, n’ont que très modestement contribué à cette ouverture, parce que le phénomène restait limité à des cercles choisis.45 De même, le tourisme familial, qui était encouragé par la République fédérale et très souvent freiné par la RDA, ne produisit d’ouverture qu’a posteriori : les liens familiaux actifs s’étaient nettement relâchés au cours des décennies ou ne pouvaient pas, en raison des interdictions de contacts, être pleinement développés.

  • 46 Frank Kempe : Die DDR und die Ausreiseproblematik in den achtziger Jahren, Berlin, Institut für Pol (...)
  • 47 Revolution oder Implosion ? Der Streit um die Bewertung der Wende im Herbst 1989, Friedrich- Ebert- (...)

28Ce genre de tutelle, de même que la conscience grandissante de l’absence de perspectives économiques et professionnelles, a probablement contribué à l’attrait de « l’Ouest », malgré le chômage structurel bien connu qui y régnait. En tout cas, vers la fin des années 80 les demandes de visas d’« émigration », donc d’abandon définitif de la RDA, se multiplièrent, émanant surtout de la partie plutôt jeune et qualifiée de la population. En été 1989 la vague d’« émigration » illégale par la Hongrie revêtit des formes menaçantes pour la RDA.46 Or, celle-ci était incapable de faire face à la pression sociale — née spontanément ou provenant de diverses sources, y compris d’organisations politiques dominantes — qui s’exerça alors sur la direction politique. Et comme l’Union soviétique, protecteur militaire de la RDA, ne prenait aucune mesure pour stabiliser la situation — cela n’aurait sans doute pu se faire que sous la forme traditionnelle d’une intervention militaire — la RDA s’effondra inopinément à compter du 9 novembre 1989. Certes ce processus a été justement qualifié d’« implosion ».47 Cependant les formes, pratiquement non violentes qu’il a prises, mais surtout les raisons qui l’ont fait naître et le déplacement des perspectives (de « démocratie » vers « unité ») qui s’opéra chez les citoyens de RDA assoiffés de changement, sont presque impensables sans le voisinage de l’Allemagne de l’Ouest. Il suffit pour s’en apercevoir de jeter un coup d’œil sur la Pologne, où un processus d’implosion comparable a duré dix ans à travers même un conflit violent entre le pouvoir communiste et les catholiques de Solidarnosc, ou de penser à la Tchécoslovaquie, où la « révolution de velours » s’est effectuée dans le sillage de celle de l’Allemagne de l’Est, une fois que la politique de tolérance de l’Union soviétique a été suffisamment avérée. L’acte symbolique décisif avait certes été accompli au cours de l’été 1989 par le ministre des Affaires étrangères hongrois, Guyla Horn, lorsqu’il abolit les frontières entre son pays et l’Autriche, ouvrant ainsi à de nombreux Allemands de RDA la voie vers l’Ouest.

29Traduction : Isabelle Vodoz

Notes

1 Norbert Kaiser : Das objektive Ziel der Produktion in der kommunistischen Gesellschaftsformation und seine Verwirklichung in der DDR unter den Bedingungen der Gestaltung der entwickelten sozialistischen Gesellschaft, Phil. Diss., Humboldt Universität, Berlin (DDR), 1977.

2 Dierk Hoffmann/Herrmann Wentker (éds.) : Das letzte Jahr der SBZ. Politische Weichenstellungen und Kontinuitäten im Prozess der Gründung der DDR, Munich, Oldenbourg, 2000.

3 Andreas Malycha : Die SED. Geschichte ihrer Stalinisierung 1946-1953, Paderborn, Schöningh, 2000, pp. 283-291 ; Bernd Bonwetsch (éd.) : Sowjetische Politik in der SBZ 1945-1949. Dokumente zur Tätigkeit der Propagandaverwaltung SMAD unter Sergej Tjul´panov, Bonn, Dietz, 1998.

4 Elke Scherstjanoi : Die sowjetische Deutschlandpolitik nach Stalins Tod 1953. Neue Dokumente aus dem Archiv des Moskauer Außenministeriums, in : VfZ 46 (1998) 3, pp. 497-549.

5 Otto Schröder : Der Kampf der SED in der Vorbereitung und Durchführung des Volksentscheids in Sachsen, Berlin (DDR), Dietz, 1961, pp. 169s.

6 Rainer Karlsch : Allein bezahlt ? Die Reparationsleistungen der SBZ/DDR 1945-1953, Berlin, Ch. Links, 1993 ; Die sowjetische Hand in der deutschen Wirtschaft. Organisation und Geschäftsgebaren der sowjetischen Unternehmen, édité par Bundesministerium für gesamtdeutsche Fragen, Bonn, Deutscher Bundesverlag, 1952.

7 Kurt Klotzbach : Der Weg zur Staatspartei. Programmatik, praktische Politik und Organisation der deutschen Sozialdemokratie 1945-1965, Berlin, Dietz, 1982.

8 Heidi Roth : Der 17. Juni 1953 in Sachsen. Mit einem einleitenden Kapitel von Karl-Wilhelm Fricke, Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau, 1999.

9 Patrick Major : The death of the KPD. Communism and anti-communism in West Germany 1945-1956, Oxford, Clarendon Press, 1997.

10 Michael Klein : Antifaschistische Demokratie und nationaler Befreiungskampf. Die nationale Politik der KPD 1945-1953, Berlin, Körner, 1984.

11 Gloria Müller : Strukturwandel und Arbeitnehmerrechte. Die wirtschaftliche Mitbestimmung in der Eisen- und Stahlindustrie 1945-1975, Essen, Klartext, 1991 ; Curt Garner : « Der öffentliche Dienst in den 50er Jahren. Politische Weichenstellungen und ihre sozialgeschichtlichen Folgen », in : Axel Schildt/ Arnold Sywottek (éds.) : Modernisierung im Wiederaufbau. Die westdeutsche Gesellschaft der 50er Jahre, Bonn, Dietz, 19982, pp. 759-790.

12 Arnold Sywottek : « Wirtschafts- und sozialpolitische Entwicklungen als Legitimationsbasis im deutsch-deutschen Systemgegensatz », in : Christoph Klessmann e. a. (éds.) : Deutsche Vergangenheiten – eine gemeinsame Herausforderung. Der schwierige Umgang mit der doppelten Nachkriegsgeschichte, Berlin, Ch. Links, 1999, p. 161-175.

13 Cit. dans : André Steiner : Die DDR-Wirtschaftsreform der sechziger Jahre : Konflikt zwischen Effizienz- und Machtkalkül, Berlin, Akademie Verlag, 1999, p. 39.

14 Olaf Zinke : Die Transformation der DDR-Agrarverfassung in der Zeit von 1945 bis 1960/61. Die agrarpolitische Konzeption der SED sowie die ordnungspolitisch-institutionellen und sozialökonomischen Auswirkungen der SED-Agrarpolitik, Berlin, Verlag für Wissenschaft und Forschung, 1999 ; Arnd Bauerkämper : « Zwangsmodernisierung und Krisenzyklen. Die Bodenreform und Kollektivierung in Brandenburg 1945-1960/61 », in : GG 25 (1999) 4, p. 556-588.

15 Horst Barthel : Probleme der wirtschaftlichen Entwicklung der Deutschen Demokratischen Republik in der Nachkriegsperiode 1945 bis 1949/50, Habil.-Schrift, Humboldt Universität, Berlin (DDR), 1968 ; id. : Die wirtschaftlichen Ausgangsbedingungen der DDR. Zur Wirtschaftsentwicklung auf dem Gebiet der DDR 1945-1949/50, Berlin (DDR), Akademie Verlag, 1979.

16 Ina Dietzsch : « Deutsch-deutscher Gabentausch », in : Wunderwirtschaft. DDR-Konsumkultur in den 60er Jahren, édité par Neue Gesellschaft für Bildende Kunst, Cologne, 1996, pp. 204-213.

17 Cit. dans : Gerlinde Irmscher : « ‘Arbeitsfrei mit Küsschen drauf’. Zeit und Leben in den 60ern », in : ibid. : pp. 37-47/41.

18 Ernst-Wolfgang Böckenförde e. a. : Lebensqualität ? Von der Hoffnung, Mensch zu sein, Cologne, Verlag Wissenschaft und Politik, 1974.

19 Hans-Günter Hockerts : Sozialpolitische Entscheidungen im Nachkriegsdeutschland – Alliierte und deutsche Sozialversicherungspolitik 1945-1957, Stuttgart, Klett-Cotta, 1980 ; pour la RDA cf. Hans-Günter Hockerts : « Grundlinien und soziale Folgen der Sozialpolitik in der DDR », in : Hartmut Kaelble/Jürgen Kocka/Hartmut Zwahr (éds.) : Sozialgeschichte der DDR, Stuttgart, Klett-Cotta, 1994, pp. 519-544.

20 G. Irmscher (note 17), pp. 41s.

21 Ulrich Mählert/Gerd-Rüdiger Stephan : Blaue Hemden – Rote Fahnen. Die Geschichte der Freien Deutschen Jugend, Opladen, Leske & Budrich, 1996.

22 Herbert Stallmann : Hochschulzugang in der SBZ/DDR 1945-1959, St. Augustin, Richarz, 1980.

23 Thekla Kluttig : Parteischulung und Kaderauslese in der Sozialistischen Einheitspartei Deutschlands 1946-1961, Berlin, Berlin Verlag Spitz, 1997

24 Dirk Arne Walckhoff : Der 13. August 1961 in der Traditionsarbeit der Grenztruppen der DDR, Münster, Lit, 1996.

25 Uwe Koch : Das Ministerium für Staatssicherheit, die Wehrdienstverweigerer der DDR und die Bausoldaten der Nationalen Volksarmee. Eine Übersicht über den Forschungsstand, Magdeburg, Landesbeauftragter für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen DDR Sachsen-Anhalt, 1997.

26 Bernd Pröll : Sozialistische Wehrerziehung in der DDR im Zeichen der Entspannung. Anachronismus oder unabdingbare Reaktion ?, Hamburg, IFSH, 1985.

27 Hubertus Knabe : Die unterwanderte Republik. Stasi im Westen, Berlin, Propyläen, 1999, pp. 234ss.

28 Wolfgang Buschfort : Das Ostbüro der SPD. Von der Gründung bis zur Berlinkrise, Munich, Oldenbourg, 1991 ; Kai-Uwe Merz : Kalter Krieg als antikommunistischer Widerstand. Die Kampfgruppe gegen Unmenschlichkeit 1948-1959, Munich, Oldenbourg, 1987.

29 Heinrich Potthoff : Im Schatten der Mauer. Deutschlandpolitik 1961-1990, Berlin, Propyläen, 1999.

30 Eberhard Kuhrt/Henning von Löwis : Griff nach der deutschen Geschichte. Erbeaneignung und Traditionspflege in der DDR, Paderborn, Schöningh, 1988.

31 Gerda Haufe : Dialektik und Kybernetik in der DDR. Zum Problem von Theoriediskussion und politisch-gesellschaftlicher Entwicklung im Übergang von der sozialistischen zur wissenschaftlich-technischen Realisation, Berlin, Duncker & Humblot, 1980.

32 Silvia Müller (éd.) : Die Entlassung Robert Havemanns und die Akademie der Wissenschaften 1965/66. Eine Dokumentation, Berlin, Robert-Havemann-Gesellschaft, 1996.

33 Rüdiger Wenzke : Die NVA und der Prager Frühling 1968. Die Rolle Ulbrichts und der DDR- Streitkräfte bei der Niederschlagung der tschechoslowakischen Reformbewegung, Berlin, Ch. Links, 1995.

34 Horst G. Linke : Kontinuität und Wandel in der sowjetischen Außenpolitik. Friedliche Koexistenz und Breschnew-Doktrin, Waldbröl, Akademie der Bundeswehr für psychologische Verteidigung, 1989.

35 Die entwickelte sozialistische Gesellschaft. Wesen und Kriterien. Kritik revisionistischer Konzeptionen, Berlin (DDR), Dietz, 1973 ; Helmut Jenkis : « Die Einheit von Wissenschafts- und Sozialpolitik. Das Scheitern von Erich Honecker », in : Heiner Timmermann (éd.) : Die DDR – Erinnerung an einen untergegangenen Staat, Berlin, Duncker & Humblot, 1999, pp. 63-88.

36 Manfred Wilke (éd.) : Die Gründung des Bundes der evangelischen Kirchen in der DDR. Materialien aus dem zentralen Parteibüro der SED und dem Archiv der Ost-CDU, Berlin, Forschungsverbund SED-Staat, 1994.

37 Josef Schmid : Kirchen, Staat und Politik in Dresden zwischen 1975 und 1989, Cologne/ Weimar/ Vienne, Böhlau, 1998.

38 Armin Volze : « Zur Devisenverschuldung der DDR – Entstehung, Bewältigung und Folgen », in : Eberhard Kuhrt e. a. (éds.) : Am Ende des realen Sozialismus (vol. 4) : Die Endzeit der DDR-Wirtschaft. Analysen zur Wirtschafts-, Sozial- und Umweltpolitik, Opladen, Leske & Budrich, 1999, pp. 151-188.

39 Lutz Niethammer/Alexander von Plato/Dorothee Wierling : Die volkseigene Erfahrung. Eine Archäologie des Lebens in der Industrieprovinz der DDR. 30 biographische Eröffnungen, Berlin, Rowohlt, 1991.

40 Regine Halter (éd.) : Vom Bauhaus bis Bitterfeld : 41 Jahre DDR-Design, Gießen, Anabas, 1991.

41 Gabriele Ahlefeld/Astrid Rolder/Rudolf Werner : Plaste und Elaste aus Schkopau. 60 Jahre Buna-Werke, Pinneberg, Runkel, 1996.

42 Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung, 8 vol., Berlin (DDR), Dietz, 1966.

43 Joachim Walter : Sicherheitsbereich Literatur. Schriftsteller und Staatssicherheit in der Deutschen Demokratischen Republik, Berlin, Ullstein, 1999.

44 Bernd Wittek : Der Literaturstreit im sich vereinigenden Deutschland. Eine Analyse des Streits um Christa Wolf und die deutsch-deutsche Gegenwartsliteratur in Zeitungen und Zeitschriften, Marburg, Tectum, 1997.

45 Marianne Beatrice von Weizsäcker : Deutsch-deutsche Städtepartnerschaften 1986-Januar 1990. Bestandsaufnahme und rechtliche Würdigung, Diss., Göttingen, 1990 ; Gabriel Lisiecki : Deutsch-deutsche Städtepartnerschaften. Ihre historische Entwicklung und Bedeutung, dargestellt unter besonderer Berücksichtigung der Städtepartnerschaft Erlangen-Jena, Diss., Jena, 1994.

46 Frank Kempe : Die DDR und die Ausreiseproblematik in den achtziger Jahren, Berlin, Institut für Politik und Regionalstudien, 1998.

47 Revolution oder Implosion ? Der Streit um die Bewertung der Wende im Herbst 1989, Friedrich- Ebert-Stiftung, Berlin, 1999.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540