Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

La RDA entre l’Est et l’Ouest : dépendances et défis

La politique allemande du SED, les relations interallemandes et l’influence soviétique à l’ombre de la Glasnost et de la Perestroïka (1982-1990)

Gerd-Rüdiger Stephan
Traduction de Jean-François Simonin

Texte intégral

1Après le « tournant » intervenu à Bonn au cours de l’automne 1982, la politique du SED à propos de la question allemande se développa essentiellement sur trois plans :

21) Dans la continuité des relations politiques et économiques officielles avec l’Allemagne fédérale, les négociations furent poursuivies et en partie intensifiées au niveau des ministres ou de leurs représentants. S’y s’ajoutèrent les contacts entre membres du Bureau politique et hommes politiques d’Allemagne fédérale au niveau fédéral et au niveau des Länder. Différents dirigeants politiques de premier plan du SED se rendirent en RFA dans les années 80. En outre, les représentations permanentes à Bonn et Berlin-Est poursuivirent leur mission. Un élément supplémentaire fut constitué par des jumelages entre villes conclus à partir de 1986. De ce fait, les relations interallemandes commencèrent à se régionaliser.

3La RDA continuait à considérer que Berlin-Ouest ne faisait pas partie de la RFA. On se fondait, pour cela, sur les accords conclus entre les quatre puissances et sur la politique allemande de l’URSS. Des négociations particulières avaient lieu avec le Sénat et avec les Maires de Berlin-Ouest. Honecker reçut Richard von Weizsäcker, Eberhard Diepgen et Walter Momper.

  • 1 Des contacts entre des représentants des deux Allemagnes avaient déjà eu lieu dans les années 50 et (...)

42) Par l’intermédiaire d’Alexander Schalck-Golodkowski, mais aussi par le biais de l’avocat Wolfgang Vogel, des contacts informels avec des hommes politiques et des représentants économiques de la RFA furent établis et développés. Parmi les plus importants, il faut mentionner en particulier les contacts de Schalck avec Franz-Josef Strauß, Wolfgang Schäuble, Lothar Späth et avec les chefs d’entreprises bavarois, Josef März et Alexander Moksel.1 Ces contacts étaient souhaités des deux côtés. Par ces voies détournées, on pouvait discrètement et sans battage médiatique communiquer ses points de vue et ses projets à ceux d’en face et discuter des possibilités de solutions sur les points délicats .

  • 2 Cf. Harald Neubert : « Wie kam es zum Gemeinsamen Dokument von SED und SPD ‘Der Streit der Ideologi (...)
  • 3 Cf. Manfred Uschner : Die Ostpolitik der SPD. Sieg und Niederlage einer Strategie, Berlin, Dietz, 1 (...)

53) À côté de sa politique étrangère officielle, la direction du SED entretenait des relations de parti à parti avec le SPD, maintenant dans l’opposition, avec ses dirigeants, son groupe parlementaire au Bundestag et avec les organisations de la social-démocratie ouest-allemande au niveau des Länder. Dans la seconde moitié des années 80, des représentants des deux partis – d’un côté, l’Académie des sciences sociales auprès du Comité central du SED et de l’autre la commission doctrinale du SPD – se sont mis d’accord sur un texte intitulé « la querelle idéologique et la sécurité commune »2 et ont poursuivi leurs discussions sur la création d’une zone dénucléarisée en Europe centrale, ainsi que sur la mise hors-la-loi des armes chimiques.3

6Les activités du SPD sur un sujet négligé par le gouvernement de Bonn dans ses négociations avec la RDA, à savoir la politique de sécurité, ont provoqué beaucoup d’animation et de discussions politiques au sein d’un SED que l’on croyait monolithique. En particulier la base du SED commença à discuter avec plus d’assurance sur des questions qui auparavant étaient déclarées par le Bureau politique comme relevant exclusivement de la direction du parti. En ce sens, ces négociations ont eu un effet secondaire manifestement souhaité par le SPD. L’érosion politique à l’intérieur du SED progressait.

7Pendant son exil au Chili en 1994, Erich Honecker a décrit le changement de la situation politique allemande dans ces termes :

  • 4 Erich Honecker : Moabiter Notizen, Berlin, Edition Ost, 1994, pp. 44 S.

« Le départ de Helmut Schmidt comme chancelier et l’arrivée de Kohl a créé une situation nouvelle dans les relations interallemandes. Car enfin, c’est la CDU sous la direction de Kohl qui voulait empêcher toute initiative destinée à conduire à une normalisation des relations entre la RFA et la RDA […]. Et maintenant Kohl était chancelier. Personne parmi nous ne savait comment allaient évoluer les relations entre la RFA et la RDA ».4

8Mais cette affirmation ne correspond sans doute pas à la réalité. La direction de la RDA a été informée à temps, notamment par Walther Leisler Kiep, que Kohl ne voyait pas d’alternative à la poursuite de la politique suivie jusque là au sujet de la question allemande.

1. Moscou, Berlin-Est et le « tournant » à Bonn

  • 5 Voir la transcription de l’entretien téléphonique entre Kohl et Honecker du 24 janvier 1983 in : De (...)

9Après le changement de gouvernement à Bonn, le chef du SED, Erich Honecker, devait compter tout particulièrement sur les hommes de son parti qui disposaient de bons contacts avec des hommes politiques influents de la CDU. Alors que le responsable de la coordination commerciale (Kommerzielle Koordinierung alias Koko) au ministère de commerce extérieur, Alexander Schalck-Golodkowski, ne développera ses contacts avec la Bavière et avec Franz-Josef Strauß qu’au printemps de l’année 1983, le chef du département occidental du Comité central du SED, Herbert Häber, disposait déjà de tels moyens de communication. Après que Helmut Kohl eut donné l’assurance par lettre et, le 24 janvier 1983, par un coup de téléphone à Honecker, que la politique allemande de la RFA ne serait pas modifiée, et qu’il eut maintenu l’invitation lancée encore par son prédécesseur, conviant le chef du SED à une visite en RFA, dès lors des conversations bilatérales pouvaient commencer.5 C’est ainsi que Häber se rendit à Hambourg en février 1983 pour un entretien avec Walther Leisler Kiep, un interlocuteur de très longue date.

10Certes, une crise provoquée par la mort, le 10 avril 1983 au poste frontière de RDA à Drewitz, d’un voyageur en transit, conduisit le ministre-président Franz-Josef Strauß à proférer contre la RDA des attaques verbales – qu’il retira plus tard. Le chancelier Kohl annulera un entretien avec Günter Mittag, membre du Bureau politique. Honecker de son côté annonça le 28 avril 1983 qu’il n’avait pas, pour le moment, l’intention de se rendre à Bonn.

  • 6 Voir le compte rendu de l’entretien entre Honecker et Strauß in : D. Nakath/G.-R. Stephan (note 5), (...)

11L’issue de cette situation bloquée fut justement trouvée par l’homme dont on l’attendait le moins : Franz-Josef Strauß négocia avec Alexander Schalck-Golodkowski un accord pour un crédit d’un milliard de Mark en faveur de la RDA, qui fut signé le 30 juin 1983. Quelques semaines plus tard, le 24 juillet 1983, il rencontra Erich Honecker au château de Hubertusstock pour un entretien.6

  • 7 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/10.02/16.
  • 8 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/10.04/31.

12Les rencontres de Honecker durant l’été 1983 avec le président du groupe parlementaire SPD au Bundestag, Hans-Jochen Vogel, avec le ministre-président bavarois Strauß, avec Egon Bahr le spécialiste du SPD en matière de désarmement et avec l’ancien chancelier Helmut Schmidt suscitèrent manifestement une très vive méfiance à Moscou. Herbert Häber fut convié les 4 et 5 octobre 1983 à des entretiens avec Vadim Sagladin au département international du Comité central du PCUS. Sagladin fit valoir qu’il était nécessaire de se concerter à propos des réactions politiques sur le stationnement des fusées.7 À cette occasion, il apparut clairement une fois de plus, que la direction soviétique n’avait aucune solution politique pour le cas où les négociations de Genève échoueraient et où des fusées à moyenne portée seraient déployées en Europe de l’Ouest. Face à Sagladin, Häber ne se sentait ni autorisé ni compétent pour donner des conseils.8 Il sentit dès ce moment à Moscou ce climat général dont Leisler Kiep lui parla dans une conversation à Berlin le 3 juillet 1984 en rappelant qu’en février 1984 à Moscou Falin lui avait donné « l’impression accablante d’une sorte d’attitude nihiliste […] Comme si une guerre imminente était inévitable. »

13Au moment de cet entretien avec Leisler Kiep, Häber avait déjà été promu membre du Bureau politique et secrétaire du Comité central. Il rendit compte de son entretien dans une note à Honecker, dont celui-ci prit connaissance mais qu’il ne transmit pas aux autres membres du Bureau politique.

14Honecker et Häber tentèrent de préparer à nouveau une visite du Secrétaire général du SED en RFA. Le refus de 1983 avait été explicitement limité dans le temps et permettait une nouvelle tentative dans la situation politique nouvelle.

  • 9 Le journal Neues Deutschland publia en avant-première deux articles provenant de Moscou qui s'attaq (...)
  • 10 Voir les informations de Werner Krolikowski sur la visite de Günter Mittag à Bonn en 1980 in : D. N (...)
  • 11 Voir le document « Nunmehr zu den Beziehungen der DDR zur BRD » in : D. Nakath/G.-R. Stephan (note (...)

15Les préparatifs de la visite allèrent bon train lorsque Honecker et d’autres membres du Bureau politique furent « convoqués » à Moscou pour une rencontre au sommet bilatérale et secrète qui eut lieu le 17 août 1984. Le Secrétaire général du SED pressentait qu’à Moscou on voulait juger sa « politique allemande ».9 Déjà en juin 1984, lors de la rencontre au sommet des pays du COMECON à Moscou, le Secrétaire général du PCUS Konstantin Tchernenko avait soupçonné Honecker de vouloir suivre une voie particulière, de conserve avec l’autre Allemagne. Le 25 juillet 1984, le gouvernement fédéral avait donné sa caution à un deuxième crédit d’un milliard de marks consenti à la RDA. Les médias occidentaux avaient vu un lien entre cet accord de crédit et les nouvelles facilités concernant les visites et la circulation des voyageurs. Les transactions financières entre les deux États allemands s’étaient déroulées sans le feu vert de Moscou. Au Kremlin, on flairait la « trahison » d’autant plus qu’au sein du Bureau politique du SED, le « parti de Moscou » autour de Werner Krolikowski, Erich Mielke, Alfred Neumann et Willi Stoph combattait depuis longtemps ce « flirt » germano-allemand qu’il redoutait.10 Pour préparer la visite à Moscou du chef du SED, Häber prépara à son intention un mémorandum sur les relations entre la RDA et la République fédérale .11

16Honecker fit le voyage de Moscou en compagnie des membres du Bureau politique Hermann Axen, Kurt Hager, Erich Mielke, ainsi que de Günter Sieber, chef de département au Comité central. La délégation y rencontra Tchernenko ainsi que les membres du Bureau politique du PCUS, Mikhaïl Gorbatchev, Dimitri Ustinov, Viktor Tchebrikov et Konstantin Roussakov.

  • 12 Voir les extraits du compte rendu de la rencontre secrète entre Erich Honecker et Konstantin Tchern (...)

17Les reproches des dirigeants moscovites furent extrêmement violents. Le 17 août 1984, Tchernenko menaça Honecker de conséquences sérieuses dans le cas où les relations avec la RFA s’intensifieraient encore.12 S’adressant directement à Honecker, le chef du PCUS déclara :

« Au cours de l’entretien du mois de juin, vous n’avez exprimé aucune réserve et vous avez dit que sur toutes les questions internationales la RDA, partageait entièrement les positions de l’Union soviétique. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’après notre entretien, la situation ne s’est pas améliorée. Au lieu de cela, il y a eu des déclarations sur de nouvelles mesures pour faciliter les contacts, pour accroître les possibilités de visites de citoyens et d’enfants venant de RFA. Du point de vue de la sécurité intérieure de la RDA, ces mesures sont problématiques et elles représentent des concessions unilatérales vis-à-vis de Bonn. Vous recevez pour cela des avantages financiers, mais en réalité ce sont des avantages apparents. Il s’agit d’un accroissement de la dépendance financière de la RDA vis-à-vis de la RFA. »

18À propos de la visite prévue de Honecker à Bonn, le compte rendu de l’entretien rapporte les propos de Tchernenko en ces termes :

  • 13 Cf. note 12.

« En ce qui concerne la visite en RFA, il s’agit bien sûr d’une affaire où la décision appartient au SED. Nous croyons que vous allez réfléchir à nouveau à cette question de manière collective, sous tous ses aspects et en tenant compte des réflexions que nous vous avons communiquées. Nous souhaitons vous dire cependant que les communistes soviétiques verraient d’un bon œil si, compte tenu de la situation créée, vous renonciez à cette visite. »13

19Le Secrétaire général du PCUS avait également remis en question la position personnelle de Honecker dans le cas d’une déviation par rapport à la ligne soviétique .

20De retour en RDA, on chercha un coupable qu’on pourrait rendre responsable de la situation. On le trouva en la personne de Häber. En novembre 1985, lors du 11e congrès du Comité central du SED, il fut démis de toutes ses fonctions.

21Honecker annula le 4 septembre 1984 sa visite en RFA. Le motif invoqué fut une déclaration du député Alfred Dregger, chef du groupe parlementaire CDU/CSU. Dans une interview, celui-ci avait déclaré le 23 août 1984 :

  • 14 Die Welt, 23 août 1984.

« Notre avenir ne dépend pas du fait de savoir si Monsieur Honecker nous fait l’honneur de sa visite. »14

2. Le SED et la « nouvelle pensée » de Mikhaïl Gorbatchev

22Les 10 et 11 novembre 1986, les salles de conférences du Kremlin étaient brillamment illuminées. Les chefs de parti et chefs d’État du bloc de l’Est s’étaient réunis à Moscou pour se concerter sur les perspectives de leur coopération. Les dix membres du COMECON, les représentants européens étant également réunis au sein du Pacte de Varsovie, étaient tous présents. Le discours du Secrétaire général du PCUS, Mikhaïl Gorbatchev, exposa une nouvelle stratégie du bloc de l’Est, résultant des nouveaux principes de politique étrangère formulés au cours des mois précédents et placée sous le signe de la « nouvelle pensée ».

23Gorbatchev était devenu chef suprême du Kremlin le 11 mars 1985. Il succédait aux Secrétaires généraux Léonid Brejnev, Youri Andropov et Konstantin Tchernenko, tous décédés dans un court laps de temps. D’abord, le nouveau chef du PCUS chercha activement à édifier sa « maison commune européenne », et ses initiatives de politique étrangère en vue de la reprise des négociations entre l’URSS et les USA sur le contrôle des armements, gelées depuis 1983, lui valurent estime et encouragements. Avant la rencontre au sommet du COMECON à Moscou, Gorbatchev avait déjà rencontré à deux reprises le président américain Ronald Reagan (à Genève en novembre 1985 et à Reykjavik en octobre 1986) et avait su se gagner les médias. Le monde notait la position rigide et défensive des USA et espérait que l’URSS prendrait des initiatives constructives pour aboutir à des accords négociés sur le contrôle des armements.

  • 15 Voir le compte rendu interne du SED sur la concertation à Moscou des 10 et 11 novembre 1986 in : SA (...)

24C’est dans cette situation que Gorbatchev s’adressa aux chefs d’État et de parti des pays socialistes et annonça l’avènement d’une nouvelle phase de coopération. Jusque là, c’était la doctrine Brejnev qui prévalait ; c’est-à-dire une souveraineté limitée et un droit à l’autodétermination restreint des membres du Pacte de Varsovie sous l’hégémonie de l’Union soviétique. Comme l’avait montré l’exemple de la Tchécoslovaquie en 1968, même une intervention militaire pouvait être ainsi justifiée lorsque la stabilité politique semblait menacée. Gorbatchev annonça qu’après d’intenses discussions, le Bureau politique du PCUS en était arrivé à la conclusion qu’il fallait « transformer les relations au sein de la communauté socialiste de telle manière qu’elles correspondent davantage à l’esprit du temps présent et d’éliminer ainsi tout ce qui empêche la communauté de résoudre ses problèmes intérieurs et les problèmes internationaux. »15 Les relations entre les pays socialistes doivent être développées sur la base de l’égalité des droits et de l’intérêt réciproque. à l’avenir, les principes suivants seront en vigueur :

  • 16 Cf. note 15.

« Chaque parti est indépendant et a le droit de décider souverainement des problèmes de développement de son pays ; chaque parti est responsable vis-à-vis de son propre peuple. »16

  • 17 Cf. SAPMO–BArch, DY 30/J IV 2/2A/2956.

25Dès le 18 novembre 1986, le bureau politique du SED approuva formellement le rapport d’Erich Honecker sur la rencontre de Moscou. Il prit connaissance du compte rendu de la réunion et décida que celui-ci devait servir de base pour des conclusions ultérieures des différents départements du Comité central et du Conseil des ministres de RDA ainsi que de matériel d’information pour les secrétaires régionaux du SED, les chefs de départements du Comité central et d’autres cadres du parti.17 Manifestement, Honecker était tout à fait satisfait de la décision de Moscou d’élargir les marges de manœuvre des différents partis du bloc de l’Est en matière de politique intérieure et extérieure. C’est pourquoi le Bureau politique recommanda aux cadres dirigeants du SED la lecture du compte rendu de la conférence.

  • 18 Timothy Garton Ash : Im Namen Europas. Deutschland und der geteilte Kontinent, Munich/Vienne, Hanse (...)

26Mais au-delà de cette satisfaction, le chef du SED a dû voir clairement aussi les dangers sérieux inhérents à la nouvelle stratégie soviétique, aussi bien pour les fondements politiques et idéologiques du système socialiste mondial que pour l’existence de la RDA elle-même, indissociable de la confrontation entre les blocs. Honecker déclara en 1992 que les sens du discours de Gorbatchev en 1986 à Moscou avait été que « l’Union soviétique n’avait pas le monopole de la vérité » et que de surcroît Gorbatchev avait proposé aux autres États et partis « une nouvelle relation de partenariat ».18

27Mais ce n’était là sans doute qu’une demi vérité. Au cours des semaines qui suivirent, le sentiment d’inquiétude se renforça parmi les dirigeants du SED quant aux effets pratiques des déclarations de Gorbatchev. Alors que le bureau politique du PCUS espérait, sans doute dans son propre intérêt, pouvoir donner aux États socialistes une orientation nouvelle et à long terme, Honecker comprit intuitivement quelles conséquences un tel changement de stratégie signifiait pour le SED.

28Dans l’entourage de Honecker les ressentiments diversement justifiés et plus ou moins marqués à l’égard du Secrétaire général du PCUS se renforcèrent. Finalement les réactions des membres du Bureau politique et celles du Secrétaire général du SED lui-même à l’égard de la politique de Gorbatchev, de la Glasnost et de la Perestroïka se précisèrent et furent communiquées d’abord à l’appareil du parti puis à un large public en RDA.

  • 19 SAPMO–BArch, DY 24 (fonds du Conseil central de la Freie Deutsche Jugend)/AA 277.

29Le 21 janvier 1987, Honecker déclara devant le secrétariat du Comité central : « Il y a des principes fondamentaux du marxisme-léninisme, nous leur restons fidèles, en tenant compte, bien entendu, des conditions nationales concrètes et historiques. » Ce qui se passe en URSS, c’est son affaire, mais tous doivent se rappeler que « Nous avons soutenu l’URSS lorsque là-bas on marchait encore en espadrilles. »19

30Depuis longtemps, Honecker ne pouvait plus être aussi sûr de la loyauté du « grand frère » que le suggérait le slogan de propagande de « l’amitié indéfectible » de l’Union soviétique. Lorsque les « transformations » introduites par Gorbatchev en matière de politique de la société et de politique étrangère devinrent de plus en plus concrètes, Honecker eut le tort de ne pas réfléchir aux modifications qu’elles entraîneraient dans les relations internationales et aux conséquences qu’elles auraient sur le développement intérieur du socialisme en RDA.

31Après l’élection de Gorbatchev comme Secrétaire général du PCUS le 11 mars 1985, les structures traditionnelles des relations entre le SED et le PCUS n’avaient d’abord guère changé en apparence. La RDA restait inconditionnellement assujettie à la politique de sécurité et à la politique étrangère soviétique, à l’échelle européenne comme à l’échelle globale, même si la direction du SED essayait de s’émanciper à petits pas pour sa politique allemande. En ce qui concernait l’idéologie politique, on continuait à invoquer « l’internationalisme prolétarien » et le « patriotisme socialiste », ainsi que les « vérités éternelles » du marxisme-léninisme. Économiquement, la RDA avait toujours échangé les deux tiers de son commerce extérieur avec les États du bloc de l’Est, la RDA et l’URSS étant l’une pour l’autre le principal partenaire commercial. Dans de nombreux autres domaines, par exemple la politique militaire et de sécurité, la politique culturelle et de l’éducation, le droit et la politique des médias, le SED avait suivi le modèle soviétique.

  • 20 Cf. Monika Nakath : « SED und Perestroika. Reflexion osteuropäischer Reformversuche in den 80er Jah (...)

32On connaît à présent l’aversion que Honecker éprouvait pour les réformes introduites en Union soviétique et l’on possède divers documents sur ce sujet.20 Dès 1986, Honecker adopta un discours qui dévalorisait l’exemple de l’Union soviétique comme modèle à suivre pour l’usage interne et affirmait que seule la ligne nationale du SED était porteuse d’avenir. La « nouvelle pensée », la Glasnost et la Perestroïka pratiquées au PCUS et en URSS n’étaient pas valables pour le SED et la RDA.

33C’est ainsi que Hager, secrétaire du Comité central, dit très clairement aux rédacteurs du magazine hambourgeois Stern ce qu’il pensait des transformations sociales mises en œuvre par Gorbatchev en URSS :

  • 21 ND, 10.4.1987.

« Soit dit en passant, si votre voisin retapisse son appartement vous sentiriez-vous tenu de retapisser également le vôtre ? »21

  • 22 Cf. D. Küchenmeister (note 20), pp. 14 ss.

34Les points de vue d’Erich Honecker et de Gorbatchev sur les perspectives des relations interallemandes divergèrent progressivement. En marge du 11e congrès du SED en avril 1986, Gorbatchev refusa purement et simplement à Honecker le droit de se rendre à Bonn, ce qui ne fit que renforcer l’animosité du chef du SED à l’égard de son homologue plus jeune du Kremlin.22

35Malgré cela, les relations interallemandes se développèrent nettement au cours de cette phase sur les plans politiques et économiques, même sans l’approbation soviétique. Dans ce domaine, la direction du SED profita de la marge de manœuvre qui s’élargissait peu à peu.

36Le point culminant de la politique allemande de Honecker fut sans aucun doute sa visite officielle à Bonn et dans différents Länder du 7 au 11 septembre 1987. En marge de cette visite furent signés trois traités (la science et la technique, la protection de l’environnement, la protection contre le rayonnement nucléaire et la sécurité des réacteurs). L’année précédente déjà, les deux États avaient conclu le 6 mai 1986 un accord culturel. Cela rendit possible aussi les jumelages entre les villes. Après ce voyage, Honecker se voyait au sommet de son influence politique. Il refusait de voir que ses succès dans le domaine de la politique étrangère étaient en totale contradiction avec les problèmes économiques et sociaux de la RDA.

  • 23 Cf. H. Neubert (note 2).

37Dans le contexte de la visite de Honecker, deux autres événements avaient retenu l’attention. Après de laborieuses négociations, le SPD et le SED publièrent à Bonn et à Berlin-Est le 27 août 1987 le texte définissant leur stratégie commune : « La querelle des idéologies et la sécurité commune ».23 D’autre part, le gouvernement fédéral augmenta le 26 août 1987 le pécule de bienvenue versé aux visiteurs de l’Est, qui passa de 30 à 100 marks par an.

  • 24 D. Nakath/G.-R. Stephan (note 5), pp. 340 ss.

38La population de RDA avait surtout espéré que les résultats de la visite de Honecker à l’Ouest amélioreraient la circulation entre les deux États. Selon un rapport du « Groupe central d’évaluation et d’information » du ministère pour la sécurité de l’État, la Stasi, à propos des réactions de la population à la visite de Honecker en RFA, daté du 16 septembre 1987, il apparut que les attentes des citoyens de RDA se focalisaient absolument sur la problématique de la circulation entre les deux États. Les « candidats à l’émigration » s’attendaient, selon l’enquête, à une « vague de départs » imminente.24

  • 25 Cf. Hermann Axen : Ich war ein Diener der Partei. Autobiographische Gespräche mit Harald Neubert, B (...)

39Sur le plan conceptuel, la politique allemande de la RDA n’évolua plus guère après la visite de Honecker. De même les niveaux où se déroulaient les entretiens et les négociations changèrent peu. Honecker restait l’homme décisif dans la politique à l’égard de la RFA. Il conduisait personnellement les entretiens officiels les plus importants à Berlin, au pavillon de chasse de Hubertusstock sur les bords du lac de Werbellin et à l’occasion des foires de printemps et d’automne à Leipzig. Sur un plan officieux, il laissa agir le secrétaire d’État Alexander Schalck-Golodkowski et l’avocat Wolfgang Vogel. De son côté, Hermann Axen, responsable de la politique étrangère au Bureau politique du SED, eut l’exclusivité des négociations avec le SPD dans le domaine des relations entre les partis.25 Toutefois, on peut se rendre compte de la valeur qu’Axen accordait aux entretiens avec le SPD par une remarque d’une franchise brutale qu’il fit devant les membres de sa délégation. Après une rencontre dans une auberge de la Bastei, une région rocheuse près de Dresde, Axen prévint ses collaborateurs :

  • 26 Karl-Heinz Wagner : « Nebenaußenpolitik. Zu den Verhandlungen zwischen SED und SPD aus der Sicht ei (...)

« N’oubliez jamais que les sociaux-démocrates sont et restent nos ennemis ! N’oubliez jamais cela ! »26

  • 27 Michail Gorbatschow : Umgestaltung und neues Denken für unser Land und für die ganze Welt, Berlin ( (...)

40Dans l’intervalle, Gorbatchev présenta à l’automne 1987 son livre Restructuration et nouvelle pensée pour notre pays et pour le monde27 qui parut parallèlement à l’Est et à l’Ouest. Il y proclamait que chaque peuple pouvait « choisir » de manière « souveraine » soit le capitalisme soit le socialisme. Sur la question allemande l’histoire déciderait – peut-être dans cent ans. Son conseil :

  • 28 M. Gorbatschow (note 27), p. 259.

« Des relations stables entre la RFA et l’URSS modifieront cependant dans le sens d’une nette amélioration la situation en Europe. »28

41Le livre de Gorbatchev fut diffusé en RDA à 160.000 exemplaires. Son idée de vouloir réformer la politique de société du « socialisme réel » rencontra l’approbation de nombreux lecteurs ; toutefois on nota aussi les déficits en matière de politique économique et sociale.

  • 29 Cf. SAPMO–BArch, DY 30/IV 2/1/696.

42Cependant le SED omit de procéder à une analyse approfondie du concept et de la politique qui en découlait, pas plus qu’il ne chercha à évaluer les conséquences du processus de négociations en cours avec les USA et l’Europe de l’Ouest. Le Bureau politique ne discuta pas une seule fois des problèmes de fond concernant les relations entre le PCUS et le SED. L’appareil du Comité central à Berlin louait inlassablement la politique intelligente conduite par Honecker depuis le VIIIe congrès en 1971 et éluda les questions concernant la Glasnost et la Perestroïka. Les instituts de sciences sociales du pays faisaient des recherches sur les questions les plus insolites. Sur des douzaines d’études commandées aux instituts de sciences sociales de RDA, on n’en trouvait pas une seule qui eût porté sur les conséquences de « la nouvelle pensée » en ce qui concerne les relations internationales.29

43Les importantes divergences qui existaient entre Honecker et Gorbatchev se montrèrent au grand jour en automne 1988 à travers les réactions suscitées par l’interdiction de la revue mensuelle soviétique en langue allemande Sputnik. Le 19 novembre 1988, on put lire dans les quotidiens de RDA que cette revue soviétique très lue était rayée de la liste des organes de presse diffusés par la poste. La décision fut justifiée entre autres par l’affirmation que Sputnik « ne publiait aucune contribution susceptible de servir au renforcement de l’amitié entre la RDA et l’URSS, qu’au lieu de cela on y trouvait des articles falsifiant l’histoire ». Quelques jours plus tard, l’organe central du SED dut fournir des explications plus détaillées en reproduisant un commentaire paru dans le journal communiste de Düsseldorf Unsere Zeit. Le 25 novembre, enfin, un éditorial du Neues Deutschland s’en prit ouvertement à la « déformation de la vérité historique ».

44L’interdiction de Sputnik marqua une césure importante. Le Ministère pour la Sécurité de l’État estima que, pour la première fois, l’opinion de la population de RDA et de la base du SED (presque 2,3 millions de personnes) rejetait unanimement la position de la direction du parti. On constatait dans tout le pays une opposition ouverte et claire contre la manière d’agir du pouvoir politique. Mais le Bureau politique ignora obstinément tous les avertissements, celui-ci comme d’autres.

  • 30 Mit dem Blick auf den XII. Parteitag die Aufgaben der Gegenwart lösen. Aus dem Bericht des Politbür (...)
  • 31 Cf. note 30, p. 9.
  • 32 Cf. note 30, p. 9 et 91.

45Adoptant tantôt la politique de l’autruche et se comportant à d’autres moments tel Gros Jean qui en remontre à son curé, Honecker révéla à la base du parti médusée, lors du 7e congrès du Comité central en décembre 1988, que le SED savait depuis belle lurette, « qu’il n’y avait aucun modèle valable pour tous les pays socialistes. »30 ; que le parti et le peuple de RDA soutenaient sans réserves les orientations du PCUS, mais que « pour juger en la matière, personne ne doit se laisser impressionner par les jacasseries de ces petits-bourgeois excités qui voudraient récrire l’histoire du PCUS et de l’Union Soviétique dans un sens bourgeois. »31 Pour conclure, Honecker annonça, en une formulation contradictoire, que la direction du SED avait désormais comme axiome principal « qu’aujourd’hui on peut dire que le visage du socialisme allait être façonné aux couleurs de la RDA. »32

3. Le SED en route vers l’abîme

  • 33 Cf. SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/2A/3229.

46Début juillet 1989, alors que des milliers de citoyens de RDA désireux d’émigrer attendaient en Hongrie que s’ouvre une brèche permettant de passer à l’ouest, les représentants des pays du Pacte de Varsovie se réunissaient pour une rencontre au sommet à Bucarest. Gorbatchev profita de l’occasion pour enterrer définitivement la doctrine de Brejnev.33 La Hongrie se trouvait déjà sur la voie du multipartisme. En Pologne, les représentants du parti ouvrier polonais uni (PVAP) et les opposants de Solidarnosc étaient assis face à face autour d’une table ronde. Après le premier jour du congrès, Honecker fut pris dans la nuit de coliques néphrétiques et rentra à Berlin à bord de son avion particulier, accompagné d’Egon Krenz qui faisait lui aussi partie de la délégation.

47Resté à Bucarest et devenu nouveau chef de la délégation, Willi Stoph président du conseil des ministres de RDA s’abstint de prendre la parole lors du deuxième jour du congrès. Visiblement Honecker ne lui avait laissé ni manuscrit de discours ni instruction.

  • 34 Entre le 31 janvier et le 19 juin 1989, Björn Engholm (SPD), Lothar Späth (CDU), Henning Voscherau (...)
  • 35 Le président du SPD Hans-Jochen Vogel était allé le 28 mai 1983 à Berlin-Est pour une première conv (...)
  • 36 Comparer le compte rendu de cet entretien rédigé par le chef du ‘département RFA’ au ministère des (...)

48Durant le premier semestre 1989, les habituels voyages et conversations diplomatiques entre les deux Allemagnes continuèrent comme avant. Cinq chefs de gouvernements de Länder ouest-allemands se rendirent en RDA.34 En outre, le président du SPD Hans-Jochen Vogel eut le 25 mai 1989 son huitième entretien avec Honecker, poursuivant ainsi ce qui était devenu une tradition.35 Le dernier homme politique ouest-allemand de haut rang qui put parler avec le Secrétaire général du SED fut, le 4 Juillet 1989, le Ministre délégué à la chancellerie Rudolf Seiters.36

  • 37 Cf. G.-R. Stephan (note 20) pp. 95 s.
  • 38 Detlef Nakath/Gero Neugebauer/Gerd-Rüdiger Stephan (éds.) : « Im Kreml brennt noch Licht ». Die Spi (...)

49Dans l’intervalle, la situation en RDA s’était encore aggravée. La falsification du résultat des élections communales du 7 mai 1989 constitua pour de nombreux citoyens l’ultime motif pour quitter la RDA. Les citoyens de RDA tentaient de fuir le pays en passant par la Hongrie ou par les ambassades de la République fédérale à Prague et à Varsovie ainsi que par la représentation permanente de la RFA à Berlin-Est. Le nombre de ceux qui voulaient, par ce moyen, émigrer en République fédérale, ne cessa d’augmenter au cours de l’été. Quand la situation dans les ambassades risqua de devenir incontrôlable, le Chancelier Helmut Kohl adressa le 14 août 1989 une lettre au Secrétaire général du SED et exhorta la RDA à « participer à la recherche de solutions constructives. » Kohl invita Honecker à remédier aux causes qui faisaient que de nombreux jeunes gens en RDA n’y trouvaient plus aucune perspective d’avenir.37 Il y eut ensuite une visite sans résultat du ministre de la Chancellerie Rudolf Seiters le 18 août 1989 au ministère des Affaires étrangères de RDA.38 Les dirigeants de la RDA n’étaient pas prêts à changer de politique. Honecker était hospitalisé après une opération de la vésicule biliaire et Egon Krenz fut envoyé en congé par décision du Bureau politique. Le chef par intérim du Parti, Günter Mittag, suivit en l’absence de Honecker la tactique du « continuons ainsi ».

  • 39 Cf. G.-R. Stephan (note 20) p. 108.
  • 40 Cf. D. Nakath/G.-R. Stephan (note 20) p. 34.

50Honecker fit répondre à la lettre de Kohl du 14 août 1989. Une fois de plus, il affirma que les causes de la vague de départs étaient extérieures à la RDA.39 Dans les semaines qui suivirent, durant la phase de mutisme complet de la direction du SED – avec un Honecker malade et un remplaçant, Günter Mittag, qui répugnait à prendre des décisions – la position soviétique face à la crise en RDA resta ambiguë. Par les canaux diplomatiques, les instances de Moscou promirent certes verbalement aide et soutien.40 Cependant les ministres des affaires étrangères du Pacte de Varsovie ne se réunirent pas en cellule de crise à propos de l’attitude hongroise devant le problème des réfugiés, et l’URSS n’intervint pas sérieusement à propos de la prétendue ingérence de Bonn dans les « affaires intérieures » de la RDA. Honecker et Mittag présumaient encore qu’ils pourraient compter entièrement dans cette affaire sur le gouvernement soviétique, d’autant plus que le ministre des Affaires Etrangères Edouard Chevardnadze, dans une lettre à son homologue en RDA Fischer le 1er Septembre 1989, avait qualifié les événements en Hongrie de « débordements »

« provoqués par des tentatives d’un nombre non négligeable de citoyens de RDA d’atteindre illégalement la RFA »

51Le ministre russe avait ajouté :

  • 41 G.-R. Stephan (note 20), p. 113.

« Notre appréciation des causes de ces phénomènes concordent avec ce qu’on dit et écrit en RDA à ce propos. »41

52Durant cette période, il n’y eut plus de rencontres interallemandes au plus haut niveau. Ce fut le temps des intermédiaires. L’avocat est-allemand Wolfgang Vogel faisait de fréquents allers et retours entre Bonn et Berlin-Est, et Alexander Schalck-Golodkowski s’affairait, lui aussi, pour mettre à profit ses contacts actifs avec des interlocuteurs en République fédérale.

53Dans la période qui précéda immédiatement le tournant, la RDA n’avait plus de possibilité d’action dans le domaine de la politique allemande. Le pouvoir politique entra en agonie. Le Bureau politique du SED voulait que le problème des candidats à l’émigration soit réglé avant le 40e anniversaire de la RDA. Des trains spéciaux transportant les candidats réfugiés à l’ambassade ouest-allemande de Prague durent passer par le territoire de RDA pour que des tampons puissent être apposés sur les passeports des citoyens de RDA. Cela donna lieu à des manifestations et finalement à des affrontements à la gare centrale de Dresde, ainsi qu’à des tentatives, notamment de jeunes gens, pour monter encore dans ces trains. C’est dans cette atmosphère que la direction du SED fêta le 40e anniversaire de la création de la RDA. Ce devait être sa dernière grande manifestation publique.

  • 42 Cf. Gerd-Rüdiger Stephan : « Die letzten Tagungen des Zentralkomitees der SED 1988/89. Abläufe und (...)

54Les manifestations d’opposants qui eurent lieu en marge des festivités rituelles ainsi que la première grande « manifestation du lundi » obligèrent la direction du SED à réagir. Le 18 Octobre 1989 le Bureau politique releva de leurs fonctions Honecker ainsi que les secrétaires du Comité central Günter Mittag et Joachim Hermann. Egon Krenz fut le successeur de Honecker pendant 49 jours, jusqu’au 3 décembre 1989 quand le Bureau politique du SED et le Comité central démissionnèrent en bloc.42

  • 43 Konrad H. Jarausch : Die unverhoffte Einheit. 1989–1990, Francfort/M., Suhrkamp, 1995, p. 88.
  • 44 Cf. D. Nakath (note 20/1993), pp. 39 ss.

55« L’effondrement de la vieille garde »43 des dirigeants du SED ne fut nullement une surprise à ce moment-là. Depuis le début, la direction du SED avait opposé à la Glasnost et la Perestroïka un refus de principe et prôné, face aux transformations sociales en Union Soviétique son concept figé de « socialisme aux couleurs de la RDA ».44 À l’automne 1989, la population d’Allemagne de l’Est commença à prendre définitivement son destin en main – d’une façon ou d’une autre. Pour le SED débuta un combat désespéré pour garder le pouvoir et, par là même préserver l’existence de la RDA en tant qu’Etat..

56Pour le 40e anniversaire de la RDA, Gorbatchev prononça la phrase célèbre « Celui qui arrive trop tard est puni par la vie ». Il faut cependant se rappeler que la direction du SED, comme les membres du parti et la majorité de la population de RDA, restaient malgré tout fermement convaincus que jamais Moscou ne laisserait tomber son avant-poste « le plus important », la RDA.

  • 45 Cf. Egon Krenz : Wenn Mauern fallen. Die friedliche Revolution : Vorgeschichte – Ablauf – Auswirkun (...)

57En succédant à Honecker dans ses différentes fonctions, Krenz n’avait pratiquement aucune idée de ce qu’il allait faire.45 Il échoua en essayant naïvement de copier en RDA la politique soviétique de la Perestroïka. En même temps s’accomplit l’effondrement d’un système politique mondial vieux de plus de soixante-dix ans. Cela ne pouvait manquer d’avoir des conséquences existentielles pour la RDA et la relation entre les deux États allemands.

  • 46 Voir le compte rendu complet de l’entretien in : G.-R. Stephan (note 20), pp. 199 ss.

58À peine deux semaines après son élection comme nouveau Premier secrétaire général du SED, Egon Krenz s’était rendu dans la capitale soviétique pour rencontrer, le 1er novembre Michaïl Gorbatchev. Les résultats les plus importants de cette visite de Krenz à Moscou sont connus.46

59La situation explosive qui régnait en RDA ne fut nullement apaisée par un nouveau projet de loi sur la liberté de circulation, dévoilé le 6 novembre 1989. Le projet ne répondait pas aux attentes et aviva au contraire la contestation. Ce que l’on pouvait pressentir lors de la manifestation du 4 novembre 1989 sur l’Alexanderplatz à Berlin se confirma quelques jours plus tard : la direction du SED avait perdu le contrôle des événements.

60Le chef du gouvernement de Rhénanie-Westphalie du Nord, Johannes Rau, eut encore dans l’après-midi du 9 Novembre un entretien avec Krenz. De nombreuses questions d’actualité y furent évoquées – mais on ne révéla pas à Rau que la réglementation concernant les voyages allait être modifiée. Cependant à Bonn on en avait entendu parler de façon allusive par la voie diplomatique ; mais là aussi on resta calme et on attendit de voir. À Moscou, les responsables interrogés préalablement sur la nouvelle réglementation, fêtaient l’anniversaire de la révolution d’Octobre. Au Kremlin on ne put joindre aucun dirigeant habilité à prendre une décision. Finalement ce furent des diplomates de second rang qui firent savoir que la RDA devait décider elle-même de façon souveraine.

61C’est ce que l’on fit. Consulté par écrit et bien que déjà démissionnaire, le Conseil des Ministres présidé par Willi Stoph approuva formellement une nouvelle réglementation des voyages et des sorties du territoire. En fait, c’est l’équipe dirigeante conduite par Krenz, qui avait décidé et préparé ces nouvelles règles. Le Ministère de l’Intérieur et celui de la Sécurité d’état étaient chargés de leur mise en œuvre. Ces dispositions « révolutionnaires » ont été visées par toutes les instances. Krenz consulta le Bureau politique croupion au cours du déjeuner ; du 8 au 10 novembre 1989, le Comité central siégea en permanence et on s’y disputa durant des heures à propos la répartition des sièges dans les instances de direction.. Le texte fut lu devant le Comité central dans l’après-midi du 9 novembre vers 16 heures et approuvé sans restrictions. Désemparés, les membres du Comité central devaient affronter le bilan de l’ère Honecker. On parlait d’environ 40 milliards de dette extérieure. Que la nouvelle réglementation des voyages allait rendre de facto le mur superflu, pratiquement personne ne le comprit – et d’ailleurs ce n’était pas l'objectif. On voulait pouvoir contrôler et réguler les entrées et les sorties du territoire – mais, comme allaient le prouver les heures qui suivirent, cette conception n’était plus réalisable en pratique.

  • 47 Voir surtout Hans-Hermann Hertle : « Der 9. November 1989 in Berlin », in : Materialien der Enquête (...)

62Vers 23 heures, la ruée vers les postes frontière entre Berlin-Est et Berlin-Ouest ne pouvait plus être contenue. C’est sur la Bornholmer Straße que les premières barrières s’ouvrirent après être restées fermées pendant près de 30 ans. Trois heures auparavant, peu avant la fin d’une conférence de presse internationale, le Secrétaire du Comité central chargé des contacts avec les médias, Günter Schabowski, avait rendu compte du déroulement de la réunion plénière du Comité central et révélé le nouveau règlement concernant la liberté de voyager en lisant un papier froissé que lui avait glissé Krenz. Ignorant tout des délais, il en fixa le début en disant « immédiatement, sans délais ».47

63Deux jours auparavant, après une séance du Comité central, Oskar Fischer, Ministre des affaires étrangères de RDA avait encore informé l’ambassadeur soviétique Viatcheslav Kotchemassov sur l’avancement des travaux d’élaboration de la loi sur les voyages, ainsi que sur les problèmes que posaient en Tchécoslovaquie les citoyens de RDA désireux d’émigrer. Fischer conclut par ces mots : 

« Le camarade Krenz attache une grande importance à l’avis du camarade Gorbatchev aussi bien sur le problème dans son ensemble que sur nos intentions quant à la nouvelle réglementation des voyages. La RDA vous saurait gré pour un soutien »

  • 48 Cf. D. Nakath /G.-R. Stephan (note 20), p. 226.

64Kotchemassov assura que la demande serait aussitôt transmise à Moscou et qu’il y aurait une réponse.48

65Selon les souvenirs de Valentin Falin, la position de Moscou s’élabora de la manière suivante : 

  • 49 Valentin Falin : Politische Erinnerungen, Munich, Droemer Knaur, 1993, pp. 488 s.

« Le premier vice-ministre des affaires étrangères Anatoli Kovolev donna par téléphone à l’ambassadeur l’instruction de faire savoir que notre réponse à la question posée était : le régime concernant les frontières était l’affaire de la RDA. Kotchemassov ne trouva pas l’instruction orale suffisante et exigea, compte tenu de la gravité du problème, une instruction par écrit. Moscou garda le silence deux ou trois jours. Ensuite arriva un télégramme. Il confirmait : La réglementation des frontières est une affaire interne à la RDA. »49

66Falin confirma qu’à l’époque en URSS il y avait déjà auprès de Gorbatchev une cellule de crise créée à son initiative. La conception de Gorbatchev était : 

  • 50 V. Falin (note 49), p. 489.

« Toutes les modalités peuvent être envisagées et discutées sauf l’envoi de troupes. » 50

  • 51 Cf. G.-R. Stephan (note 20), pp. 240 s.
  • 52 Pour les détails sur l’ouverture de la frontière le 9 novembre 1989, cf. Hans-Hermann Hertle : Chro (...)

67Moscou n’a pas décidé l’ouverture du mur à Berlin. Gorbatchev n’apprit le fait accompli que le 10 novembre au matin par un télégramme du chef du SED Krenz.51 La façon dont l’ouverture des frontières s’était produite le soir du 9 novembre52 influença durablement la relation du SED et du PCUS. Les relations entre partis à la manière ancienne, que l’équipe de Krenz pensait poursuivre, étaient devenues obsolètes.

68La nuit du 9 au 10 novembre modifia radicalement les conditions de vie pas seulement en RDA. Le rideau de fer à la frontière entre les deux États allemands au milieu de l’Europe était tombé. La frontière la mieux surveillée au monde à Berlin avait cessé de servir. Les hommes politiques de l’Est et de l’Ouest n’étaient pas préparés à cela. Ils devaient absolument faire preuve, d’un côté comme de l’autre, de flexibilité pour affronter les conséquences de façon positive.

  • 53 Cf. G.-R. Stephan (note 20), pp. 243 ss.
  • 54 Cf. G.-R. Stephan (note 20), pp. 242 s.

69Après l’élection de Hans Modrow comme nouveau chef du gouvernement de la RDA le 13 novembre, on eut surtout en vue la mise en place de contacts directs entre les deux gouvernements allemands. Le 11 novembre Krenz avait encore téléphoné, en tant que chef du SED, à Kohl pour lui demander d’agir avec circonspection étant donné la situation.53 Le chef d’Etat et de parti soviétique, Gorbatchev, surpris par la nouvelle situation, lança à la demande de Krenz le 10 novembre un appel aux alliés occidentaux, leur demandant de veiller à ce que l’ordre soit maintenu.54 Les forces de la direction du SED s’épuisaient à vue d’œil.

70Après avoir observé les différents courants qui se cristallisaient en RDA, le chancelier Kohl annonça le 28 novembre 1989 devant le Bundestag un plan en dix points pour le développement de structures confédérales destinées à conduire ultérieurement à un Etat allemand de type fédéral. Berlin-Est ne marqua guère d’intérêt pour ce projet. Débordée par la base du parti et mise en difficulté par l'agitation politique intérieure, par des révélations concernant les abus de pouvoir, le népotisme et la corruption, la direction du SED ne réussit plus à remettre la barque à flot. Le 1er décembre 1989, la Chambre du peuple décida de rayer de l’article 1 de la constitution de la RDA le passage affirmant le rôle directeur de la « classe prolétarienne et de son parti marxiste-léniniste. » Deux jours plus tard, le Comité central, le Bureau politique, le Secrétariat du Comité central ainsi que le Secrétaire général capitulèrent. La disparition de l’ancienne équipe dirigeante du SED accéléra la mort de la RDA.

71La nouvelle équipe dirigeante arrivée à la tête du SED/PDS en décembre n’avait pas été impliquée dans les différends anciens avec le PCUS, sa confiance vis-à-vis des instances dirigeantes soviétique était encore intacte dans un premier temps. Elle croyait en un renouveau du socialisme et s’accrochait en même temps à l’espoir que Moscou s’opposerait vigoureusement aux tentatives pour réunir les deux Allemagnes en un ensemble capitaliste, c’est-à-dire dominé par la République fédérale. Que bientôt le Kremlin sous Gorbatchev, en raison d’une situation intérieure tendue et de ses propres intérêts économiques et militaires vitaux, se désintéresserait complètement et définitivement de la question de savoir si la RDA survivrait on non, cela Gregor Gysi et compagnie ne s’en doutaient pas.

72À ce moment-là à Moscou, comme Falin l’écrivit plus tard, les conseillers du Secrétaire général préconisaient déjà ,

  • 55 V. Falin (note 49), p. 489.

« d’abandonner la RDA à son sort et de se résigner à ce que l’Allemagne unifiée rejoignît l’OTAN. »55

  • 56 Cf. Michail Gorbatschow : Erinnerungen, Berlin, Siedler, 1995, S. 714.

73Gorbatchev rapporte qu’au cours d’une réunion qui eut lieu le 26 janvier 1990 il avait entrepris, avec des responsables au plus haut niveau, Nikolaï Rijkov, Edouard Chevardnadze, Alexandre Iakovlev, Vladimir Krijtchkov, Valentin Falin, Serguï Achromeiev, Georgui Chakhnasarov, Anatoli Tchernaïev, d’analyser « l’évolution prévisible des événements dans la période à venir » et qu’ils étaient arrivés à la conclusion que « la réunification de l’Allemagne était inévitable ». Le conseiller militaire de Gorbatchev, le maréchal Achromeiev, fut chargé d’étudier la question du retrait des troupes soviétiques stationnées en RDA.56 Avec ces décisions des dirigeants de Moscou, l’évaluation stratégique de la question allemande s’était complètement modifiée au Kremlin.

74Cinq semaines auparavant, le chef du gouvernement de RDA, Hans Modrow, avait déjà dû avaler des pilules amères à Dresde, son fief de longue date. Les acclamations qui saluèrent Kohl dans les rues et sur les places d’Allemagne de l’Est dépassèrent tout ce que l’on peut s’imaginer le soir du 19 décembre 1989. À Dresde, le futur « chancelier de l’unité » fut fêté – et son gouvernement était maintenant sûr d’être sur la bonne voie en accélérant le processus de l’unification allemande. La seule inconnue qui restait était la position de l’URSS.

4. Conclusion

75Le tableau de l’évolution en 1989/90 présente de multiples facettes. Au moment du tournant et pendant les événements de l’automne 1989, la direction du SED était placée dans les conditions les plus défavorables qui soient pour agir, ses conditions de fonctionnement et sa composition étaient minimales. Elle n’avait ni programme ni idées sur ce qu’il fallait faire, alors qu’elle en avait un besoin urgent. L’absence de réflexion, au niveau de la direction du parti, sur les symptômes et les processus de crise révélait la sclérose des structures du pouvoir et en même temps l’incapacité structurelle de la société de RDA à se réformer.

  • 57 Cf. Dokumente zur Deutschlandpolitik. Deutsche Einheit. Sonderedition aus den Akten des Bundeskanzl (...)
  • 58 Hans Modrow : Ich wollte ein neues Deutschland. Mit Hans-Dieter Schütt, Berlin, Dietz, 1998, p. 462

76Le voyage du chef du gouvernement Modrow fin janvier 1990 à Moscou et les conversations qu’eurent trois jours plus tard le président du SED/PDS, Gregor Gysi, et le Secrétaire général du PCUS Gorbatchev marquèrent le début d’une nouvelle étape. Entre le 26 janvier 1990, date de la concertation décisive au Kremlin à propos de la question allemande et le 13/14 février 1990, date de la visite d’une délégation gouvernementale de RDA sous la direction de Modrow à Bonn, les dés sont tombés du côté d’une unification allemande sous la domination du gouvernement fédéral.57 La tentative du PDS pour essayer, avec l’aide de Moscou, d’arrêter le processus de l’unification allemande ou tout au moins d’influencer sa mise en place sur le plan de la politique intérieure et extérieure, échoua. Hans Modrow dit de manière sarcastique que ceux qui commencèrent en Union Soviétique avec la Perestroïka et la Glasnost terminèrent « par la liquidation du fond de commerce »58 L’unification de l’Allemagne fut finalement accomplie le 3 octobre 1990.

Notes

1 Des contacts entre des représentants des deux Allemagnes avaient déjà eu lieu dans les années 50 et 60 ; cf. Detlef Nakath : « ‘Zur Politik des Dialogs gibt’s keine sinnvolle Alternative‘. Die deutsch-deutsche ‚Geheimdiplomatie‘ ist älter als Wahlkampf-Enthüllungen suggerieren, in : ND, 19/20 février 1994 ; id. : « ‚Eigentlich darf ich das nicht sagen ...‘. Als Franz Josef Strauß und Alexander Schalck-Golodkowski über Wirtschafts- und Sicherheitsfragen konferierten », in : ND, 9/10 avril 1994.

2 Cf. Harald Neubert : « Wie kam es zum Gemeinsamen Dokument von SED und SPD ‘Der Streit der Ideologien und die gemeinsame Sicherheit’ im Jahre 1987 und welche Bedeutung kommt ihm zu ? » (hefte zur ddr-geschichte, 18), Berlin, Helle Panke e.V., 1994.

3 Cf. Manfred Uschner : Die Ostpolitik der SPD. Sieg und Niederlage einer Strategie, Berlin, Dietz, 1991, pp. 121 ss.

4 Erich Honecker : Moabiter Notizen, Berlin, Edition Ost, 1994, pp. 44 S.

5 Voir la transcription de l’entretien téléphonique entre Kohl et Honecker du 24 janvier 1983 in : Detlef Nakath/ Gerd-Rüdiger Stephan : Von Hubertusstock nach Bonn. Eine dokumentierte Geschichte der deutsch-deutschen Beziehungen auf höchster Ebene 1980–1987, Berlin, Dietz, 1997, pp. 114 ss.; Heinrich Potthoff : Die ‘Koalition der Vernunft’. Deutschlandpolitik in den 80er Jahren, Munich, dtv, 1995, pp. 101 ss.

6 Voir le compte rendu de l’entretien entre Honecker et Strauß in : D. Nakath/G.-R. Stephan (note 5), pp. 132 ss ; H. Potthoff (note 5), pp. 145 ss.

7 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/10.02/16.

8 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/10.04/31.

9 Le journal Neues Deutschland publia en avant-première deux articles provenant de Moscou qui s'attaquaient au « système revanchard » en RFA ainsi qu'aux conséquences à long terme de la double décision de l'OTAN ; cf. ND, 2/3 juillet et 28/29 juillet 1984.

10 Voir les informations de Werner Krolikowski sur la visite de Günter Mittag à Bonn en 1980 in : D. Nakath /G.-R. Stephan (note 5), pp. 43 ss.

11 Voir le document « Nunmehr zu den Beziehungen der DDR zur BRD » in : D. Nakath/G.-R. Stephan (note 5), pp. 194 ss.

12 Voir les extraits du compte rendu de la rencontre secrète entre Erich Honecker et Konstantin Tchernenko le 17 août 1984 à Moscou in : Andreas Herbst u.a. (éds) : Die SED. Geschichte – Organisation – Politik. Ein Handbuch, Berlin, Dietz, 1997, p. 769.

13 Cf. note 12.

14 Die Welt, 23 août 1984.

15 Voir le compte rendu interne du SED sur la concertation à Moscou des 10 et 11 novembre 1986 in : SAPMO–BArch, DY 30/IV 2/1/658 ; extraits in : ZfG 44 (1994) 8, pp. 713 ss.

16 Cf. note 15.

17 Cf. SAPMO–BArch, DY 30/J IV 2/2A/2956.

18 Timothy Garton Ash : Im Namen Europas. Deutschland und der geteilte Kontinent, Munich/Vienne, Hanser, 1993, p. 680.

19 SAPMO–BArch, DY 24 (fonds du Conseil central de la Freie Deutsche Jugend)/AA 277.

20 Cf. Monika Nakath : « SED und Perestroika. Reflexion osteuropäischer Reformversuche in den 80er Jahren », (hefte zur ddr-geschichte, 9), Berlin, Helle Panke e. V., 1993 ; id. : « Ein neuer ‚Sputnik‘-Schock ? Die SED im Spannungsfeld zwischen Glasnost und Perestroika », in : Siegfried Prokop (éd.) : Die kurze Zeit der Utopie. Die „zweite DDR“ im vergessenen Jahr 1989/1990, Berlin, Elefanten Press, 1994 ; Fred Oldenburg : « Das entgleiste Bündnis. Zum Verhältnis DDR–Sowjetunion im Zeichen von Perestrojka und ‚neuem Denken‘ », in : Eberhard Kuhrt (éd.) : Am Ende des realen Sozialismus, Bd. 1, Opladen, Leske & Budrich, 1996, pp. 199 ss. ; Daniel Küchenmeister (éd.) : Honecker–Gorbatschow. Vieraugengespräche, Berlin, Dietz, 1993 ; Gerd-Rüdiger Stephan (éd.) : « Vorwärts immer, rückwärts nimmer! Interne Dokumente zum Zerfall von SED und DDR 1988/89 », Berlin, Dietz, 1994 ; Detlef Nakath /Gerd-Rüdiger Stephan : Countdown zur deutschen Einheit. Eine dokumentierte Geschichte der deutsch-deutschen Beziehungen 1987–1990, Berlin, Dietz, 1996.

21 ND, 10.4.1987.

22 Cf. D. Küchenmeister (note 20), pp. 14 ss.

23 Cf. H. Neubert (note 2).

24 D. Nakath/G.-R. Stephan (note 5), pp. 340 ss.

25 Cf. Hermann Axen : Ich war ein Diener der Partei. Autobiographische Gespräche mit Harald Neubert, Berlin, Edition Ost, 1996, pp. 406ss.

26 Karl-Heinz Wagner : « Nebenaußenpolitik. Zu den Verhandlungen zwischen SED und SPD aus der Sicht eines Teilnehmers an den Gesprächen », in : Detlef Nakath (éd.) Deutschlandpolitiker der DDR erinnern sich, Berlin, Fides Verlag, 1995, p 267.

27 Michail Gorbatschow : Umgestaltung und neues Denken für unser Land und für die ganze Welt, Berlin (DDR), Dietz, 1987, p. 182. (L’édition ouest-allemande portait le titre : Perestroika. Die zweite russische Revolution.

28 M. Gorbatschow (note 27), p. 259.

29 Cf. SAPMO–BArch, DY 30/IV 2/1/696.

30 Mit dem Blick auf den XII. Parteitag die Aufgaben der Gegenwart lösen. Aus dem Bericht des Politbüros an die 7. Tagung des ZK der SED, Berlin (DDR), Dietz, 1988, p. 10 s.

31 Cf. note 30, p. 9.

32 Cf. note 30, p. 9 et 91.

33 Cf. SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/2A/3229.

34 Entre le 31 janvier et le 19 juin 1989, Björn Engholm (SPD), Lothar Späth (CDU), Henning Voscherau (SPD), Johannes Rau (SPD), Ernst Albrecht (CDU) et Walter Momper (SPD) rencontrèrent Honecker.

35 Le président du SPD Hans-Jochen Vogel était allé le 28 mai 1983 à Berlin-Est pour une première conversation avec Honecker. Depuis cet entretien, Vogel rencontrait une fois par an, généralement au mois de mai, le chef du SED.

36 Comparer le compte rendu de cet entretien rédigé par le chef du ‘département RFA’ au ministère des affaires étrangères de RDA, Karl Seidel : H. Potthof (note 5), pp. 957 ss.

37 Cf. G.-R. Stephan (note 20) pp. 95 s.

38 Detlef Nakath/Gero Neugebauer/Gerd-Rüdiger Stephan (éds.) : « Im Kreml brennt noch Licht ». Die Spitzenkontakte zwischen SED/PDS und KPdSU 1989–1991, Berlin, Dietz, 1998, pp. 235 ss.

39 Cf. G.-R. Stephan (note 20) p. 108.

40 Cf. D. Nakath/G.-R. Stephan (note 20) p. 34.

41 G.-R. Stephan (note 20), p. 113.

42 Cf. Gerd-Rüdiger Stephan : « Die letzten Tagungen des Zentralkomitees der SED 1988/89. Abläufe und Hintergründe », in : DA 26 (1993) 3, pp. 296 ss.

43 Konrad H. Jarausch : Die unverhoffte Einheit. 1989–1990, Francfort/M., Suhrkamp, 1995, p. 88.

44 Cf. D. Nakath (note 20/1993), pp. 39 ss.

45 Cf. Egon Krenz : Wenn Mauern fallen. Die friedliche Revolution : Vorgeschichte – Ablauf – Auswirkungen, Vienne, Paul Neff-Verlag, 1990, pp. 146 ss.

46 Voir le compte rendu complet de l’entretien in : G.-R. Stephan (note 20), pp. 199 ss.

47 Voir surtout Hans-Hermann Hertle : « Der 9. November 1989 in Berlin », in : Materialien der Enquête-Kommission « Aufarbeitung von Folgen der SED-Diktatur in Deutschland », édité par le Deutscher Bundestag, vol. VII/1, Baden-Baden, Nomos, 1995, pp. 787 ss.

48 Cf. D. Nakath /G.-R. Stephan (note 20), p. 226.

49 Valentin Falin : Politische Erinnerungen, Munich, Droemer Knaur, 1993, pp. 488 s.

50 V. Falin (note 49), p. 489.

51 Cf. G.-R. Stephan (note 20), pp. 240 s.

52 Pour les détails sur l’ouverture de la frontière le 9 novembre 1989, cf. Hans-Hermann Hertle : Chronik des Mauerfalls. Die dramatischen Ereignisse um den 9. November 1989, Berlin, Ch. Links, 1996 ; id. : Der Fall der Mauer. Die unbeabsichtigte Selbstauflösung des SED-Staates, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1996, pp. 163 ss.

53 Cf. G.-R. Stephan (note 20), pp. 243 ss.

54 Cf. G.-R. Stephan (note 20), pp. 242 s.

55 V. Falin (note 49), p. 489.

56 Cf. Michail Gorbatschow : Erinnerungen, Berlin, Siedler, 1995, S. 714.

57 Cf. Dokumente zur Deutschlandpolitik. Deutsche Einheit. Sonderedition aus den Akten des Bundeskanzleramtes 1989/90, bearbeitet von Hanns Jürgen Küsters und Daniel Hofmann, Munich, Oldenbourg, 1998 ; Wolfgang Jäger : Die Überwindung der Teilung. Der innerdeutsche Prozess der Vereinigung 1989/90 (Geschichte der deutschen Einheit, Bd. 3), Stuttgart, DVA, 1999 ; Werner Weidenfeld : Außenpolitik für die deutsche Einheit. Die Entscheidungsjahre 1989/90 (Geschichte der deutschen Einheit, Bd. 4), Stuttgart, DVA, 1999 ; D. Nakath (note 38).

58 Hans Modrow : Ich wollte ein neues Deutschland. Mit Hans-Dieter Schütt, Berlin, Dietz, 1998, p. 462.

Auteur

Jean-François Simonin (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540