Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

La RDA entre l’Est et l’Ouest : dépendances et défis

Le triangle Bonn — Berlin-Est — Moscou

L’influence de l’Union Soviétique sur les relations germano-allemandes (1969-1982)

Detlef Nakath
Traduction de Jean Mortier

Texte intégral

1. L’état des sources

  • 1 Detlef Nakath : « Gewaltverzicht und Gleichberechtigung. Zur Parallelität der deutsch-sowjetischen (...)

1Lorsqu’on confronte ou combine les sources, archives du SED ou de la RDA d’une part, « fonds Egon Bahr » déposé aux « archives de la démocratie sociale » de la fondation Friedrich-Ebert de l’autre, ou encore, dans cette même fondation, la partie des « archives Willy Brandt » se rapportant à cette période, on se rend compte de l’importance qu’ont eue les discussions croisées préparatoires à la rencontre d’Erfurt et de Kassel entre Willy Brandt et Willi Stoph, les échanges de vue qui se déroulèrent à Moscou, les discussions ultérieures entre les deux Allemagnes en vue de parvenir à un accord ainsi que les contacts entamés à un haut niveau, voire au plus haut niveau. Dans l’article « Renonciation à l’usage de la force et non-discrimination », nous avons essayé d’illustrer cette réalité à la lumière de l’année 1970.1

2Pour qu’une recherche bilatérale ait tout son sens, il faut impérativement, on le sait, pouvoir accéder aux sources des deux côtés. L’étude des relations entre les deux Allemagnes au cours des années soixante-dix peut, de ce point de vue, s’appuyer sur des sources relativement satisfaisantes. Pour une raison simple, c’est que les documents déposés de part et d’autre jusqu’à la fin des années soixante-dix sont consultables. Il s’agit des procès-verbaux des négociations bilatérales, des notes prises aux cours des conversations « à l’abri des regards » durant les phases de négociations ainsi que des instructions remises aux négociateurs, des relevés de conclusions et des positions arrêtées en accord avec les alliés respectifs.

  • 2 Cf. Hermann Weber : Die DDR 1945-1990, Munich, Oldenbourg, 1993, pp. 118ss. ; Christoph Klessmann : (...)
  • 3 Cf. Andreas Vogtmeier : Egon Bahr und die deutsche Frage. Zur Entwicklung der Ost- und Deutschlandp (...)

3On a déjà beaucoup écrit concernant les fonds de la Stiftung Archiv der Parteien und Massenorganisationen der DDR au sein des archives fédérales.2 À côté des orientations fixées par la direction du SED et des mémoires élaborés par le département « République fédérale » du Ministère des Affaires étrangères de RDA et directement sanctionnés par le Bureau politique, on trouve aussi tous les comptes rendus des négociateurs ainsi que les directives qu’ils recevaient pour conduire les pourparlers. Parallèlement il existe dans les archives du Conseil des ministres de RDA – dans ce qu’on appelle le « fonds Stoph » – une collection complète de dossiers concernant la préparation, le déroulement et l’analyse des discussions d’Erfurt et de Kassel ainsi que tout ce qui a trait – le négociateur est-allemand, Michael Kohl, se trouvant être secrétaire d’État auprès du président du Conseil des ministres – aux différentes phases des négociations sur l’accord de transit qui sera ratifié en décembre 1971, au traité de circulation de mai 1972 et au traité fondamental de 1972. En même temps, on dispose du pendant occidental, y compris de larges fractions du « Back Channel » dans le « fonds Egon Bahr » mentionné plus haut. L’archivage de ce fonds et son traitement, dû à Andreas Vogtmeier, a permis que soit menée à bien en 1996 une importante étude sur le rôle d’Egon Bahr dans la politique allemande.3

  • 4 Hermann Weber : « ’Asymmetrie’ bei der Erforschung des Kommunismus und der DDR-Geschichte ? Problem (...)

4Sont précieux également les documents figurant dans le « fonds Willy Brandt ». Parmi les dossiers existants on relèvera surtout ceux intitulés « Ministre fédéral des affaires étrangères et vice-chancelier du gouvernement de grande coalition 1966-1969 », « Chancelier fédéral et gouvernement fédéral 1969-1974 » ainsi que « Président du SPD/Présidium du parti/comité directeur du parti », dans lesquels on trouve, tant au plan des conceptions en matière de relations interallemandes qu’au niveau décisionnel, le maximum d’informations. Pour ces deux fonds, il existe un délai de communicabilité de 20 ans. La consultation de ces deux fonds d’archives permet d’une part de corriger, partiellement en tout cas, cette « asymétrie dans l’accès aux archives » qu’a pu, à juste titre, déplorer Hermann Weber 4, d’autre part de compenser l’impossibilité d’accéder, en vertu de la réglementation des trente ans, aux archives des deux États allemands.

2. Positions de départ et intérêts réciproques des parties en présence.

  • 5 Cf. Detlef Nakath : Erfurt und Kassel. Zu den Gesprächen zwischen BRD-Bundeskanzler Willy Brandt un (...)
  • 6 Cf. D. Nakath (note 1), pp. 196ss.

5En arrivant au pouvoir en octobre 1969, le gouvernement social-libéral donna le coup d’envoi de la « nouvelle politique à l’Est » dont les grandes lignes avaient été pour l’essentiel déjà esquissées par le gouvernement de grande coalition – au premier chef par Egon Bahr, chef du bureau de la prospective au sein du ministère des Affaires étrangères. Cette politique à l‘Est s’adressait d’abord à l’Union Soviétique mais aussi à d’autres États de l’alliance orientale et entendait expressément ne pas laisser la RDA à l’écart – à la différence de ce qui avait été la pratique encore sous le gouvernement Kiesinger. Comme le chancelier fédéral Willy Brandt et son futur négociateur Egon Bahr étaient alors parfaitement conscients que la clé de toute politique en direction de l’Est et de toute politique allemande susceptible d’aboutir se trouvait à Moscou, le gouvernement fédéral fit des négociations germano-soviétiques sur un accord de renonciation à l’usage de la force ainsi que de la reconnaissance des frontières issues de la Seconde Guerre mondiale la priorité des priorités de sa politique de dialogue. Parallèlement les deux chefs de gouvernement allemands se rencontrèrent pour la première fois au printemps 1970 à Erfurt et Kassel pour un échange de vues qui n’eut pas provisoirement de résultat tangible5. Plus tard, l’exploitation des archives tant orientales qu’occidentales permit de prouver, à l’aide de nombreux éléments, que chacun des protagonistes avait cherché à exploiter à son profit ce rapport triangulaire.6

6Voici comment, en 1990, l’ancien chancelier fédéral Helmut Schmidt, qui succéda à Willy Brandt en 1974, qualifia cette nouvelle orientation politique qu’il fut à l’époque difficile de faire admettre, non seulement et surtout à l’opposition chrétienne-démocrate, mais aussi aux propres partenaires de la coalition gouvernementale :

  • 7 Helmut Schmidt : Die Deutschen und ihre Nachbarn. Menschen und Mächte, Berlin, Siedler, 1990, pp. 3 (...)

« Toutes les initiatives prises par le SPD en matière de politique allemande ne rencontrèrent de la part de la CDU/CSU que méfiance et désapprobation, a fortiori à partir de 1969, lorsque le SPD, conduit par Willy Brandt, eut la charge du gouvernement. Cette même méfiance, on l’observa également dans de nombreux pays ouest-européens, surtout aux États-Unis où des membres de la CDU/CSU se chargèrent de l’entretenir. C’était là une vieille tradition : déjà Adenauer avait fait apposer dans tout le pays, pour discréditer la social-démocratie, des affiches électorales annonçant en grosses lettres : ‘Tous les chemins du socialisme mènent à Moscou’. Ce n’est que dans les années quatre-vingt que la CDU-CSU se ralliera à la politique allemande des deux chanceliers social-démocrates.7

  • 8 Cf. Peter Bender : Die « neue Ostpolitik » und ihre Folgen. Vom Mauerbau bis zur Vereinigung, Munic (...)

7Dans la réédition en 1995 de son ouvrage sur la La nouvelle politique à l’Est, Peter Bender fit observer qu’en 1968/69 la politique extérieure de la République fédérale avait connu une « sérieuse paralysie ».8 La grande coalition dirigée par le chancelier Kurt-Georg Kiesinger était restée pour l’essentiel sur les anciennes positions et avait continué à défendre la « doctrine Hallstein ». Lorsqu’en mai 1969 le Cambodge, l’Irak, le Soudan, la Syrie, l’Égypte et le Yemen du Sud reconnurent diplomatiquement la RDA, il y eut de graves dissensions au sein du gouvernement et devant l’immobilisme du gouvernement, Willy Brandt menaça de démissionner de son poste de ministre des Affaires étrangères. Les décisions qu’il estimait nécessaires se trouvèrent freinées par le début de campagne électorale. Alors que les principaux alliés de Bonn, les États-Unis et la France avaient déjà infléchi leur politique à l‘Est et que l’OTAN avait ajouté à l’option militaire une composante possible, celle de la négociation avec le bloc oriental, le gouvernement fédéral risquait de se retrouver isolé dans sa politique à l’Est et sa politique allemande. L’établissement de relations diplomatiques avec la Roumanie en janvier 1967 et la reprise des relations avec la Yougoslavie en janvier 1968 avaient constitué des premiers pas timides vers un changement d’attitude.

8Depuis la déclaration de Bucarest de juillet 1966 et les infléchissements qu’elle avait apportés, l’Union Soviétique marquait son intérêt pour une conférence paneuropéenne de sécurité. Cette conférence, refusée d’abord par l’occident, constitua, fin des années soixante, début des années soixante-dix, une priorité dans le calendrier de la politique extérieure de l’URSS et de sa politique allemande. Mais cet objectif ne pouvait être atteint qu’avec la participation des deux États allemands. Cela présupposait un rapprochement politique sanctionné par un accord entre la RDA et la RFA.

9En endossant la paternité d’une conférence sur la sécurité en Europe, l’URSS, super-puissance militaire incontestable depuis déjà deux décennies, visait sans nul doute à se poser durablement en grande puissance politique. Ce contexte offrait à la RDA une chance, deux décennies après sa création, d’être reconnue diplomatiquement à l’échelle mondiale, de pouvoir ouvrir des négociations politiques avec la République fédérale et de devenir de surcroît membre de l’Organisation des Nations Unies. Au début toutefois la « doctrine Ulbricht » qui se voulait le pendant de la « doctrine Hallstein » allait à l’encontre de cet objectif. Celle-ci exigeait en effet des États partenaires du bloc oriental qu’ils renoncent à établir des relations diplomatiques avec la République fédérale tant que celle-ci refuserait de reconnaître la RDA en droit international. Mais, depuis que Bonn avait procédé à un échange d’ambassadeurs avec la Roumanie et la Yougoslavie, cette « doctrine Ulbricht » avait du plomb dans l’aile. Comme ces positions maximalistes représentaient un obstacle au projet soviétique de CSCE, Walter Ulbricht fut amené, sur injonction de Moscou, à se « retirer » au début mai 1971.

10Moscou exerça de façon permanente une influence décisive sur la politique de la RDA. Trois exemples illustreront cette réalité.

  • 9 Grundgesetz für die Bundesrepublik Deutschland, Textausgabe, Bonn, Bundeszentrale für politische Bi (...)

11Premièrement : lorsqu’au matin du 21 décembre 1972, Egon Bahr, promu, peu avant, ministre sans portefeuille chargé d’attributions spécifiques au sein du ministère des Affaires étrangères et le secrétaire d’État de la RDA, Michael Kohl apposèrent, dans la grande salle de réception du Conseil des ministres de RDA dans la Klosterstrasse à Berlin leur signature sous le « traité relatif aux fondements des relations entre la République démocratique allemande et la République fédérale d’Allemagne », un collaborateur d’Egon Bahr pénétra dans le bâtiment et remit sans le moindre protocole une lettre de son supérieur hiérarchique. Il ne s’agissait de rien d’autre pourtant que de la « lettre sur l’unité allemande ». L’objectif politique évoqué dans cette lettre, celui de l’unité allemande à réaliser dans le cadre européen, le gouvernement fédéral le faisait procéder du préambule de la Loi fondamentale qui dit : « le peuple allemand tout entier demeure invité à achever, en disposant librement de lui-même, l’unité et la liberté de l’Allemagne ».9

12À la réception de cette « lettre sur l’unité allemande » qui ne faisait pourtant pas – et ce explicitement – partie intégrante du traité entre les deux États allemands, la RDA s’abstint de tout commentaire. Son non-rejet, malgré un contenu diamétralement opposé aux positions fondamentales de la RDA, constituait l’un des nombreux compromis auquel celle-ci dut se plier pour ne pas compromettre l’ensemble. Elle aurait sinon heurté de front les intérêts de l’URSS dont l’objectif politique primordial était cette conférence européenne sur la sécurité.

  • 10 Cf. D. Nakath, (note 1), pp.196ss. ; cf aussi Detlef Nakath : Der Vertrag über die Grundlagen der B (...)

13La « lettre sur l’unité allemande » n’était pas, dans la façon dont elle fut remise le 21 décembre 1972, un cas unique. Elle constituait déjà en 1970 un des éléments des négociations entre la République fédérale et l’URSS et fut remise, selon une procédure identique, au ministère soviétique des Affaires étrangères lors de la signature du traité germano-soviétique sur la renonciation à l’usage de la force. Cette méthode avait de toute évidence, aux yeux du gouvernement fédéral, l’immense avantage de le mettre à l’abri d’un arrêt négatif de la Cour constitutionnelle.10

  • 11 Cf. texte des notes prises par le vice-directeur du département des relations internationales du CC (...)
  • 12 Cf. note 11.

14Deuxièmement : Après que le chancelier fédéral Helmut Schmidt eut rencontré le président du Staatsrat de RDA, Erich Honecker, au château de Hubertusstock sur le lac de Werbellin en décembre 1981 pour des discussions politiques, une visite en retour de Honecker était dans la logique des choses, malgré le changement de gouvernement à Bonn le 1er octobre 1982. Mais ce voyage de Honecker fut à plusieurs reprises entravé par la direction soviétique, une direction pourtant partiellement paralysée du fait de la mort successive de trois secrétaires généraux du PCUS entre novembre 1982 et mars 1985. Le comble de l’ingérence et de l’humiliation fut atteint lorsque Honecker fut sommé de se rendre à Moscou le 17 août 1984 pour une rencontre secrète avec le secrétaire général du PCUS Constantin Tchernenko. Ce dernier menaça le secrétaire général du SED de représailles au cas où il contreviendrait aux ordres de Moscou et passerait outre à l’interdiction.11 Signe manifeste que cette sorte de tutelle politique était acceptée : très peu de temps après la rencontre secrète de Moscou, Honecker décommanda, comme il l’avait fait un an plus tôt déjà, son voyage en République fédérale sous un prétexte cousu de fil blanc et congédia, parce que cible des attaques de Moscou12, celui qu’il venait de faire accéder au Bureau politique et à qui il avait confié la mise en œuvre de la politique allemande, son homme de confiance : Herbert Häber.

15Cette visite en retour, à laquelle Honecker n’avait pas renoncé, n’interviendra, comme on sait, qu’en septembre 1987, lorsque Mikhaïl Gorbatchev sera à la tête du PCUS.

  • 13 Detlef Nakath/Gerd-Rüdiger Stephan : Countdown zur deutschen Einheit. Eine dokumentierte Geschichte (...)

16Troisièmement : Les responsables politiques de la République fédérale ne perdaient jamais de vue que des progrès significatifs en matière de politique allemande ne pouvaient être réalisés qu’avec l’assentiment de Moscou. Cela, le chancelier Helmut Kohl le savait comme les autres, lorsqu’il se rendit à Moscou fin octobre 1988 pour des discussions politiques avec le secrétaire général du PCUS, Mikhaïl Gorbatchev et le ministre des Affaires étrangères Edouard Chevardnadze. À en croire la relation que fit de cette rencontre, à Honecker en personne, le chef du département numéro 3 du ministère soviétique des Affaires étrangères, Anatoli Bondarenko, le 30 octobre 1988 à Berlin, Gorbatchev aurait déclaré, en réponse aux propos de Kohl sur la question allemande, que « la situation actuelle est le produit de l’histoire, que toute tentative pour remettre en cause ce que l’histoire a engendré, pourrait avoir des répercussions incalculables et lourdes de dangers ».13

3. Erfurt – Kassel –Moscou

17Le nouveau gouvernement social-libéral de l’automne 1969 savait précisément quelles étaient les données de départ. Willy Brandt l’a résumé ainsi dans ses Mémoires de 1989 :

  • 14 Willy Brandt : Erinnerungen, Berlin/Francfort/M., Ullstein, 1989, p. 185.

« Les initiatives que nous entendions prendre en direction de l’Est devaient être menées en parfaite concertation avec nos partenaires occidentaux et respecter strictement le cadre politique défini par l’alliance atlantique. Dit plus simplement encore : notre politique à l’Est devait commencer à l’Ouest ».14

  • 15 Cf. Egon Bahr : Zu meiner Zeit, Munich, Karl Blessing Verlag, 1996, pp. 284ss.
  • 16 Sur ce problème des relations triangulaires, cf. Stephan Fuchs : Dreiecksverhältnisse sind immer ko (...)
  • 17 Valentin Falin : Politische Erinnerungen, Munich, Droemer Knaur, 1993 ; Julij Kwizinskij : Vor dem (...)
  • 18 Cf. Helmut Allardt : Moskauer Tagebuch. Beobachtungen, Notizen, Erlebnisse. Francfort/M./Berlin/ Vi (...)

18Pour l’inspirateur et le maître d’œuvre de cette nouvelle politique à l’Est, Egon Bahr, appelé en octobre 1969 à remplir la fonction de secrétaire d’État dans le cabinet Brandt, il était clair que l’Union Soviétique, puissance dirigeante du bloc oriental, était un partenaire incontournable, si l’on voulait que des négociations avec la RDA aboutissent. Il en tirait la conclusion que, dans la perspective à long terme d’une politique de détente avec l’ensemble des États est-européens, RDA comprise, il fallait commencer par négocier avec l’Union Soviétique sur deux points : renonciation à l’usage de la force et reconnaissance du statu quo territorial en Europe.15 C’est cette relation triangulaire16, dans laquelle la RDA se trouvait depuis sa création, que la République fédérale mit à profit dans l’élaboration de sa politique à l’Est. Divers acteurs et témoins directs des difficiles négociations de 1969/70, de l’Est17 comme de l’Ouest18 l’ont plus d’une fois souligné dans leurs mémoires.

19Le coup d’envoi de cette politique fut donné par la déclaration gouvernementale de Willy Brandt, le 28 octobre 1969. Egon Bahr se souvient :

  • 19 E. Bahr (note 15), p. 277.

« Lors de la rédaction finale de la déclaration gouvernementale, j’exprimai des réserves concernant la reconnaissance de la RDA en tant qu’État ; cela devait, à mon sens, constituer l’aboutissement de la démarche, mais ne pas être offert d’entrée de jeu comme sur un plateau. Brandt pensait pour sa part qu’il était souhaitable de faire sauter ce verrou dès le début. Scheel décida qu’on devait faire comme le chancelier l’entendait ».19

20En matière de politique allemande, le point de départ de Bahr était celui de l’existence de deux États allemands qui n’étaient néanmoins « pas étrangers l’un à l’autre » et il déclara :

  • 20 Bulletin des Presse- und Informationsamtes der Bundesregierung, Bonn,1969, n° 132, p. 1122.

« Dans les années à venir, notre tâche sera de conduire une politique visant à décrisper les relations entre les deux parties de l’Allemagne, afin de préserver l’unité de la nation ».20

21Sur quoi Ulbricht adressa un télégramme à Brejnev demandant qu’il y ait concertation entre eux. On y lit :

  • 21 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/2A/1399.

« Le Bureau politique propose que le camarade Ulbricht se rende à Moscou le 18 novembre et s’entretienne avec toi et des membres du Bureau politique du PCUS […] sur la conduite à tenir vis-à-vis du gouvernement de Bonn et du Sénat de Berlin-Ouest ».21

22L’idée avancée par Ulbricht de contacts avec le SPD, donc au niveau des partis, fut rejetée par Moscou qui lui préféra des discussions au plus haut niveau entre Bonn et Berlin-Est.

  • 22 Prirent part, du côté soviétique, au premier entretien qui eut lieu au ministère soviétique des aff (...)

23Le 8 décembre 1969, l’ambassadeur ouest-allemand, Helmut Allardt, entama des discussions avec le ministre des Affaires étrangères soviétique, Andreï Gromyko.22 On commença par circonscrire les sujets que les deux parties souhaitaient voir abordés. Gromyko critiqua tout de suite l’emploi par Allardt, à diverses occasions, de l’expression de « négociations germano-soviétiques » et tint à faire la mise au point suivante :

  • 23 Cf. note 22.

« L’Union soviétique a affaire à deux États allemands et entretient des relations distinctes avec chacun d’entre eux ».23

  • 24 Cf. note 22.

24Allardt répliqua que le gouvernement fédéral partait du principe que, dans les négociations avec l’Union Soviétique, seuls les problèmes bilatéraux entre les deux États seraient abordés. Les problèmes d’États tiers devaient rester en dehors des discussions. Il évoque néanmoins l’offre faite par le gouvernement fédéral d’entrer en contact avec la RDA « comme cela est envisagé avec les autres pays d’Europe de l’Est ». L’ambassadeur caractérisa les relations avec la RDA de « relations interallemandes, entretenues par deux États allemands au sein de la nation allemande ». Comment se traduirait le caractère particulier des relations entre la RDA et la RFA au sein d’un accord bilatéral ? C’est des discussions entre les deux États allemands qu’il fallait attendre la réponse à cette question.24 Les deux hommes politiques poursuivirent leur échange de vues en décembre 1969.

  • 25 Cf. E. Bahr (note 15), pp. 285ss. Egalement D. Nakath (note 1), pp. 198ss.

25En même temps que ces discussions menées à Moscou, la direction soviétique déployait aussi une grande activité à Bonn. Un jour avant que Walter Ulbricht ne fît remettre, le 17 décembre 1969, sa lettre à la présidence fédérale par les mains de son secrétaire d’État Michael Kohl, le journaliste soviétique Valeri Lednev, rédacteur à la Sovjetskaja Kultura25 sollicita du porte-parole du gouvernement fédéral, Conrad Ahlers, un entretien avec Brandt. C’est en définitive Egon Bahr qui le reçut. Ce dernier nota à l’issue de sa première rencontre avec Lednev, le 24 décembre 1969, que son interlocuteur avait évoqué la lettre adressée par le chancelier fédéral au Premier ministre soviétique, Alexis Kossyguine du 19 novembre 1969 comme preuve qu’il était bien habilité à parler au nom du pouvoir soviétique.

  • 26 AdSD, fonds Egon Bahr, 434. La lettre du chancelier fédéral au Premier ministre soviétique avait ét (...)

« Il s’est dit chargé du message suivant : la direction soviétique serait prête à un échange de vues confidentiel dont ni le fait même ni la teneur, il s’en porte garant, ne seront jamais rendu publics, quelles que soient les circonstances ».26

26Les propos que Egon Bahr tint, à l’occasion de cet entretien, au sujet des rapports entre les deux États allemands et qu’il consigna par écrit, ne sont pas dénués d’intérêt :

  • 27 AdsD, fonds Egon Bahr, 434 ; cf. aussi le compte-rendu de cette conversation rapportée, semble-t-il (...)

« Je l’ai prié de bien vouloir transmettre ceci, à savoir qu’il était pour nous hors de question de procéder à la reconnaissance de la RDA en droit international, que nous serions prêt à normaliser nos relations entre les deux États, en offrant les mêmes garanties qu’aux autres, mais dans la perspective d’une autodétermination du peuple allemand, laquelle, on le sait, dépend de la façon dont l’histoire évoluera. En tout cas, si Ulbricht croit pouvoir monopoliser les relations avec les États est-européens, c’est peine perdue. L. répliqua qu’une telle reconnaissance n’avait jamais été en débat. L’unique question a toujours été que ces relations devaient être garanties internationalement. Au demeurant, un différent a opposé Gomulka et Ulbricht. Gomulka a reproché à Ulbricht de vouloir décider quel type de relations les États socialistes devaient entretenir avec la République fédérale. L’URSS estime que la République fédérale est et restera le pays le plus important et économiquement le puissant d’Europe à côté de l’URSS et que l’attitude qu’elle entend adopter à cet égard est une attitude réaliste ».27

27Bahr obtint de Lednev la confirmation qu’il était bien mandaté par Brejnev et lui fit savoir que Willy Brandt serait tout à fait favorable à l’installation d’un liaison téléphonique confidentielle entre lui et le secrétaire général du PCUS.

  • 28 Cf. W. Keworkow (note 17), pp. 61ss.

28Lednev et Viatcheslav Kevorkov, général du KGB, avaient immédiatement transmis le message au chef du KGB Youri Andropov qui, en leur présence, téléphona à Brejnev pour lui dire que c’était chose faite.28 La « ligne » entra alors en fonction et à l’occasion de ces échanges, seront fréquemment évoqués et réglés certains problèmes germano-allemands.

29En janvier et février, les consultations entre les trois partenaires furent d’une grande intensité. Dans une lettre datée du 11 février, le Premier ministre Stoph proposa au chancelier fédéral, avec l’assentiment de Moscou, de le rencontrer personnellement à Berlin. Fin janvier, Egon Bahr avait commencé ses consultations à Moscou.

30Évoquant la situation avant son premier déplacement à Moscou, Bahr écrit :

« Je n’avais pas pour mission de négocier, mais d’explorer les chances d’une éventuelle négociation. Il n’était dans l’intention ni de Brandt ni de Scheel de me donner des instructions. »

31Bahr s’était fixé pour objectif à long terme

  • 29 E. Bahr (note 15), pp. 283ss.

« d’aller au-delà de ce qu’Adenauer avait obtenu en établissant des relations diplomatiques et d’arriver, en plaçant l’ensemble dans un contexte européen, à faire peut-être bouger les choses en direction de la RDA, de la Pologne et des autres États ».29

32L’avenir allait lui donner raison. Même si rien de concret ne sortit des rencontres au sommet d’Erfurt et de Kassel, le seul fait que ces rencontres aient eu lieu revêtait une importance politique considérable.

33Au terme de laborieuses négociations, les deux chefs de gouvernements Willy Brandt et Alexis Kossyguine, accompagnés de leurs ministres des Affaires étrangères respectifs, furent en mesure de signer le 12 août le traité entre l’URSS et la République fédérale. Celui-ci fut ratifié par le Bundestag le 17 mai 1972 à l’issue de longs et âpres débats ; il entra en vigueur, après échange des documents officiels, le 3 juin 1972, en même temps que le traité de Varsovie et l’accord quadripartite sur Berlin.

34Dans son texte, dit « document Bahr », qui déclencha à Bonn à l’été 1970 une tempête politique, le secrétaire d’État de Brandt, encore sous l’effet de cet échange de vues réussi avec l’Union soviétique et des deux rencontres interallemandes d’Erfurt et de Kassel, avait consigné quelques réflexions concernant la poursuite de la politique à l’Est et s’était également exprimé à trois reprises sur les relations entre la République fédérale et la RDA. D’abord ledit document prévoyait dans son troisième point la reconnaissance des frontières en Europe,

« y compris de la frontière Oder-Neisse, qui constitue la frontière occidentale de la Pologne ainsi que celle entre la RFA et la RDA ».

35Mis à part les abréviations utilisées dans ce papier, la formulation est au mot près celle qui sera adoptée dans l’article 3 du traité d’unification. Dans le sixième point du papier en question, le gouvernement fédéral se déclarait expressément disposé, vis-à-vis de la RDA, à

  • 30 Die Ostverträge, édités par le Gesamtdeutsches Institut, Bonn, Octobre 1985, p. 6.

« conclure un accord qui aura strictement la même valeur d’engagement que les autres accords passés par la République fédérale et la République démocratique avec des pays tiers ».30

36Cela signifiait que la République fédérale renonçait officiellement à prétendre représenter seule toute l’Allemagne. Dans le septième point de son document, Bahr envisageait un développement au terme duquel les deux États allemands pourraient devenir membres des Nations unies.

37Les dix points du « document Bahr » ne visaient par conséquent pas seulement le dialogue germano-soviétique, mais envisageaient bel et bien déjà – malgré le « temps de réflexion » intervenu après Kassel – la poursuite du dialogue interallemand. Celui-ci débuta le 27 novembre 1970 à Berlin-Est entre Egon Bahr et Michael Kohl, chargés de conduire les négociations, et il déboucha deux ans plus tard, le 21 décembre 1972, sur la signature du traité fondamental entre les deux États allemands.

38Le parallélisme des négociations de Moscou et des rencontres au sommet entre les deux Allemagnes illustre bien les pressions qu’exerça la direction soviétique sur son allié pour parvenir au traité souhaité avec la République fédérale.

  • 31 Cf. à ce sujet : Karl-Heinz Schmidt : Dialog über Deutschland. Studien zur Deutschlandpolitik von K (...)

39Une troisième rencontre entre les deux chefs de gouvernement avait d’abord été bloquée par Moscou. Brejnev ne la souhaitait pas31 : priorité devait être donnée aux négociations sur Berlin entre les quatre grandes puissances.

40Du côté occidental, on ne voyait pas les choses de façon sensiblement différente. S’exprimant au nom du gouvernement fédéral, Willy Brandt souligna à nouveau, dans une lettre au président américain, le vif intérêt qu’il voyait dans un règlement de la question de Berlin. Le 14 octobre 1970 il écrivit à Richard Nixon :

  • 32 WBA, Bundeskanzler, 59-60. Dans cette lettre, Willy Brandt utilisait le terme de « liens » pour car (...)

« La question de Berlin sera un test de l’intérêt, auquel je veux bien croire, que porte l’URSS à une détente réelle au cœur de l’Europe. Le gouvernement fédéral reste fidèle à sa position : le traité soviéto-allemand, signé le 12 août 1970, ne peut entrer en vigueur que si la situation à Berlin et autour de Berlin s’améliore de façon radicale, grâce à un accord non limité dans le temps. Ce qui importe d’abord au gouvernement fédéral qui tient compte des droits qui sont ceux des quatre grandes puissances, c’est que l’Union soviétique respecte la réalité existante, c’est-à-dire les liens étroits de Berlin-Ouest avec la République fédérale ».32

41Brandt souligna la nécessité pour les puissances occidentales et la République fédérale d’adopter une position commune. Il écrivit au président des États-Unis :

  • 33 WBA, Bundeskanzler, 59-60. Dès le début c’est le secrétaire d’État Egon Bahr que le chancelier fédé (...)

« Les difficultés et les reculs, dont la tactique de négociation des Soviétiques nous a donné l’habitude, ne devrait pas nous décourager et nous empêcher de défendre nos positions avec la plus grande fermeté. Après les entretiens qu’a eus le président français à Moscou et les futures rencontres du secrétaire [d’État] Rogers et de Sir Alec [Douglas-Home] avec Monsieur Gromyko, il sera important que les quatre gouvernements occidentaux se consultent de façon approfondie, début novembre, pour préparer les futures négociations sur Berlin. Mon gouvernement est disposé à apporter sa contribution à ce débat à tout instant et en tout lieu. »33

42Il convenait d’autre part de ne pas perturber les pourparlers entre la Pologne et la République fédérale, auxquels la direction soviétique, à cause de la reconnaissance de la frontière Oder-Neisse comme frontière occidentale de la Pologne, attribuait encore davantage d’importance qu’au dialogue entre les deux Allemagnes.

43Pour ses objectifs politiques en direction de l’Est, ces pourparlers revêtaient pour Brandt la même importance. Dans une lettre à Richard Nixon du 15 décembre 1970, il replaça ce traité conclu entre la Pologne et la République fédérale dans l’ensemble de la politique de détente Est-Ouest :

  • 34 WBA, Bundeskanzler, 59-60

« Le traité que nous avons signé, il y a une semaine, le Premier ministre polonais et moi-même, en même temps que les ministres des Affaires étrangères, est destiné – sans qu’en soient affectées les prérogatives des quatre grands en ce qui concerne l’Allemagne dans son ensemble – à faire en sorte que le problème de la ligne Oder-Neisse cesse de peser sur les rapports entre la République fédérale et la Pologne et ne soit plus un obstacle à la détente entre l’Est et l’Ouest. »34

4. La phase dite des « petits pas » dans la politique allemande et l’attitude de l’Union soviétique de 1975 à 1982

44À la phase de conclusion des accords succéda une seconde phase, celle des rapports interallemands, qui va de 1975 à 1982. Elle est caractérisée par la mise en œuvre, à plusieurs niveaux, du traité fondamental, par certaines avancées à « petits pas », mais aussi des reculs.

45Après la démission de Willy Brandt le 6 mai 1974, la mise en œuvre des relations entre les deux Allemagnes incombait désormais à Helmut Schmidt. Quelle position adopta-t-il alors ? Voici comment, en 1990, Schmidt se remémora les choses :

  • 35 Helmut Schmidt : Die Deutschen und ihre Nachbarn, Berlin, Siedler,1990, p. 29

« Respecter le désir de la RDA d’être reconnue internationalement – cela se serait fait de toute façon malgré nous à plus ou moins long terme – lui accorder des moyens financiers substantiels, rien de tout cela ne m’a jamais posé de problèmes de conscience. Les crédits permettaient d’élever la productivité de son économie et au bout du compte aussi le niveau de vie des citoyens de l’autre partie de l’Allemagne. C’était à eux, aux habitants de la RDA qu’était destinée réellement notre aide. Dans le cas de figure idéal, ces crédits servaient à créer des infrastructures communes, à financer par exemple des liaisons autoroutières manquantes, à construire une autoroute reliant Berlin à Hambourg. Évidemment j’ai eu parallèlement des contacts avec des forces non-communistes, des forces d’opposition. Ces contacts empruntaient des voies que je n’évoquerai pas ici davantage, ils se faisaient souvent par le biais de membres de l’une et l’autre Église. Honecker ne l’a certainement pas ignoré, mais nous n’en avons jamais soufflé mot entre nous ».35

  • 36 Cf. les notes prises au cours des entretiens de Wolfgang Vogel avec Helmut Schmidt et Herbert Wehne (...)

46Après que les représentations permanentes de Bonn et de Berlin-Est aient été installées et associées aux négociations officielles, les contacts informels entre commissaires des gouvernement se développèrent, grâce à l’amélioration rapide du climat politique. Pour la RDA ces missions exploratoires touchant les questions politiques aussi bien qu’économiques, furent conduites, à partir du milieu des années soixante-dix, par le chef de la coordination commerciale (KoKo) au sein du Ministère du commerce extérieur, le secrétaire d’État Alexander Schalck-Golodkowski qui avait pour cela reçut mandat de Honecker, de Mittag et de Mielke. Il avait pour interlocuteurs Günter Gaus, représentant permanent de Bonn à Berlin-Est, ainsi que les membres de la CDU/CSU Franz-Josef Strauß, Wolfgang Schäuble et Lothar Späth. L’avocat Wolfgang Vogel avait été chargé par Honecker de traiter des questions humanitaires avec Herbert Wehner et Helmut Schmidt, mais aussi avec des fonctionnaires d’un ministère dont la RDA refusait par ailleurs de reconnaître l’existence, le ministère pour les relations interallemandes.36 Parmi les sujets abordés, le rachat par la République fédérale de citoyens de RDA, internés le plus souvent pour raisons politiques.

47Au nombre des activités inofficielles du SED dans la « seconde phase de la politique allemande », il convient de mentionner les discussions et les missions d’information de Herbert Häber, responsable d’un département au sein du CC (et qui siègera plus tard, mais brièvement, en 1984/85, au Bureau politique). Häber établit essentiellement des contacts avec des membres du SPD et de la CDU, notamment avec Walther Leisler Kiep, membre de la direction de la CDU et trésorier de son parti, avec lequel il eut fréquemment l’occasion de s’entretenir de façon approfondie.

48Malgré la violence des affrontements sur les questions de politique allemande durant les campagnes pour les élections au Bundestag de 1976 et 1980, les membres de la CDU donnaient à entendre à leurs interlocuteurs du SED qu’en cas de changement de majorité, ils poursuivraient pour l’essentiel la politique menée par la coalition social-libérale. L’adage « pacta sunt servanda » valait aussi pour les relations avec la RDA et avec les États est-européens.

  • 37 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/10.02/19 ; cf également Walther Leisler Kiep : Was bleibt ist grosse Zuve (...)
  • 38 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/10.02/19.

49Walther Leisler Kiep fut le premier membre du parti chrétien-démocrate à s’exprimer dans ce sens face aux dirigeants est-allemands ainsi que peu après vis-à-vis des responsables soviétiques. Lors d’un entretien avec Kiep, le 15 janvier 1975, Häber apprit de sa bouche que la direction de la CDU donnait à « l’amélioration des relations avec l’Union soviétique et la RDA la priorité absolue sur les relations avec Pékin ».37 Il allait de soi, ajoutait-il, que les traités conclus ne sauraient être remis en question et qu’un gouvernement CDU/CSU en ferait également la base du développement des relations mutuelles ».38 Walther Leisler Kiep s’était rendu dans la capitale de la RDA mandaté par le président de la CDU, Helmut Kohl, et le secrétaire général du parti, Kurt Biedenkopf. Peu après il se rendit à Moscou avec le même mandat et s’entretint là-bas avec le chef de la direction des relations internationales du CC, Vadim Sagladin. Lors de cet entretien, qui se déroula le 6 février 1975, Kiep exposa devant le représentant soviétique les conceptions de l’Union chrétienne démocrate en matière de politique à l’Est :

« Si elle arrivait au pouvoir, la CDU/CSU poursuivrait les relations avec l’URSS et ses alliés sur les bases existantes, mais simplement elle ferait les choses mieux, plus efficacement que les sociaux-démocrates, en particulier dans le domaine des relations économiques. La CDU/ CSU reconnaîtra les accords conclus et n’a pas l’intention de les remettre en question ».

50Walther Leisler Kiep poursuivit ainsi, selon les notes soviétiques prises au cours de l’entretien :

  • 39 BAB, DA 5/2310.

« Si la CDU/CSU avait gagné les élections de 1969, c’est elle qui aurait été l’inspiratrice et le moteur de cette détente, elle aurait conclu ces traités avec l’Union soviétique et les autres pays socialistes. Mais … nous aurions fait les choses mieux que les sociaux-démocrates ».39

51Kiep attira également l’attention de Sagladin sur les problèmes idéologiques que la RDA essentiellement ne manquerait pas de rencontrer si elle avait pour partenaire le SPD et il s’efforça de convaincre son interlocuteur « que la CDU/CSU ne serait pas un mauvais partenaire pour la RDA ». Il ajouta :

  • 40 Cf. note 39.

« Les sociaux-démocrates sont, disons-le franchement, embarrassants pour la RDA à maints égards. Ils sont dangereux idéologiquement. La CDU/CSU en revanche servira à la RDA d’« épouvantail » idéologique pour sa propagande, mais constituera dans les affaires pratiques un partenaire fiable. Toujours est-il qu’il a eu le sentiment au cours de ses discussions à Berlin que les dirigeants est-allemands n’étaient pas gênés d’avoir affaire à la CDU/CSU. »40

52Durant la phase des petits pas eurent lieu également les trois premières rencontres au sommet entre le chef du SED Erich Honecker et le chancelier fédéral Helmut Schmidt : en 1975 à Helsinki, en 1980 à Belgrade et en décembre 1981 au château de Hubertusstock sur le lac de Werbellin. Aucun résultat politique important ne sortit de ces rencontres. La visite de Schmidt en RDA fut de surcroît assombrie par la proclamation de la loi martiale en Pologne. Pourtant les deux dirigeants étaient d’accord pour penser que les États allemands avaient une grande responsabilité dans la préservation de la paix, étant donné la menace que représentait le déploiement des fusées en Europe. « Jamais plus l’Allemagne ne doit être à l’origine de la guerre, elle devra toujours l’être de la paix », telle fut la formule minimale commune adoptée à Werbellin.

  • 41 Detlef Nakath/Gerd-Rüdiger Stephan : Von Hubertusstock nach Bonn. Eine dokumentierte Geschichte der (...)

53Les documents majeurs de la rencontre Honecker-Schmidt ainsi que les notes prises au cours des entretiens ont été publiées.41 Les chercheurs disposent donc de toute l’information voulue quant au déroulement des discussions officielles et des entretiens privés. Mais les résultats tangibles furent maigres. Étant donné la situation internationale (Loi martiale en Pologne, invasion de l’Afghanistan par l’URSS, boycott des jeux olympiques), le fait que la rencontre n’ait pas été repoussée une nouvelle fois doit déjà être considéré comme positif.

54La « deuxième phase de la politique allemande » du gouvernement Helmut Schmidt est encore relativement peu étudiée. Il est vrai, que les rencontres au sommet mises à part, elle ne fut marquée par aucun événement spectaculaire. Néanmoins, dans la seconde moitié des années soixante-dix, des progrès furent réalisés dans le quotidien des relations, grâce essentiellement au travail des deux représentations permanentes, mais aussi grâce aux discussions informelles entre les deux parties.

  • 42 Cf. Fred Oldenburg : Das Dreieck Moskau- Ost- Berlin - Bonn 1975-1989. Aus den Akten des SED-Archiv (...)
  • 43 Cf. les contributions de Siegfried Bock, Werner Hänisch, Bernhard Neugebauer et Hans Voss, in : Dan (...)

55Le côté spectaculaire – la négociation des traités – cela datait d’avant. À partir de 1975 il s’est agi « d’enfoncer avec persévérance et tenacité des clous dans du bois dur ». Le moindre progrès, si minime fût-il, était célébré comme un succès. Mais on ne pouvait à cette date-là espérer plus, étant donné que les deux États étaient strictement amarrés à leur système d’alliance respectif et que la RDA dépendait étroitement de l’Union soviétique en matière de politique allemande.42 Toutefois, la RDA déploya en cette période une grande activité en matière de politique extérieure. Dans le cadre de la politique étrangère, arrêtée prétendument en commun, des pays du bloc oriental, elle joua un rôle important tant à l’ONU qu’au cours des Conférences sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE).43

5. Conclusion

56L’Union soviétique exerça en permanence une grande influence sur le devenir des relations interallemandes. Sans l’assentiment de Moscou, la RDA n’avait, en politique étrangère comme en politique allemande, y compris dans les années soixante-dix, aucune liberté de manœuvre. Cela, Bonn le savait et sut l’exploiter.

57Le parallélisme entre les négociations de Moscou et les premières rencontres au sommet interallemandes montre de façon nette quelle pression la direction soviétique exerça sur son partenaire et allié pour faire aboutir l’accord souhaité avec la République fédérale. La RDA devait à cette époque et plus tard encore faire passer au second plan ses propres objectifs au nom des intérêts supérieurs de l’Union soviétique ou des soi-disant intérêts du bloc oriental. Ce n’est qu’après la ratification des accords de Moscou et de Varsovie que la RDA put faire valoir ses intérêts, en matière de relations avec l’autre Allemagne, d’autant qu’ils coïncidaient avec le calendrier soviétique dans les négociations sur le désarmement et la sécurité en Europe.

  • 44 Cf. Benno-Eide Siebs : Die Außenpolitik der DDR 1976-1989. Strategien und Grenzen, Paderborn, Schön (...)

58L’accord de transit, le traité sur la circulation et surtout le traité fondamental entre les deux Allemagnes furent utiles aussi bien à la République fédérale qu’à la RDA et à l’Union soviétique pour faire aboutir une conférence européenne sur la sécurité. Les deux États allemands devinrent membres de l’ONU et la voie vers Helsinki se trouva dégagée. Les compromis passés entre Moscou, Bonn et Berlin-Est n’étaient pourtant en définitive qu’une façon tardive de prendre en compte la situation créée en Europe 25 ans après la seconde guerre mondiale, les frontières et la réalité géopolitique. Des deux côtés, les principes politiques anciens tels que la doctrine Hallstein ou la doctrine Ulbricht s’effritèrent avant d’être abandonnés. À la place de la confrontation on rechercha une politique de coopération.44

59Les traités avec l’Est, accord quadripartite et traité fondamental compris, étaient nécessaires pour ouvrir la voie aux accords d’Helsinki. Ce fut là d’abord le résultat de cette diplomatie triangulaire dont le gouvernement fédéral sut jouer avec maestria, une diplomatie qui profita de tous les contacts que Bahr pouvait avoir par le biais du « Back Channel ». Ceux-ci furent poursuivis durant le mandat de Helmut Schmidt pour le plus grand bénéfice des relations politiques.

Notes

1 Detlef Nakath : « Gewaltverzicht und Gleichberechtigung. Zur Parallelität der deutsch-sowjetischen Gespräche und der deutsch-deutschen Gipfeltreffen in Erfurt und Kassel im Frühjahr 1970 », in : DA 31 (1998) 2, pp. 196ss.

2 Cf. Hermann Weber : Die DDR 1945-1990, Munich, Oldenbourg, 1993, pp. 118ss. ; Christoph Klessmann : Zeitgeschichte in Deutschland nach dem Ende des Ost-West-Konflikts, Essen, Klartext, 1998.

3 Cf. Andreas Vogtmeier : Egon Bahr und die deutsche Frage. Zur Entwicklung der Ost- und Deutschlandpolitik vom Kriegsende bis zur Vereinigung, Bonn, J.H.W. Dietz, 1996.

4 Hermann Weber : « ’Asymmetrie’ bei der Erforschung des Kommunismus und der DDR-Geschichte ? Probleme mit Archivalien, dem Forschungsstand und bei den Wertungen », in : APuZ B 26/1997, pp. 3-14.

5 Cf. Detlef Nakath : Erfurt und Kassel. Zu den Gesprächen zwischen BRD-Bundeskanzler Willy Brandt und dem DDR-Ministerratsvorsitzenden Willi Stoph im Frühjahr 1970, (hefte zur ddr-geschichte, 24) Berlin, Helle Panke, 1995.

6 Cf. D. Nakath (note 1), pp. 196ss.

7 Helmut Schmidt : Die Deutschen und ihre Nachbarn. Menschen und Mächte, Berlin, Siedler, 1990, pp. 30ss.

8 Cf. Peter Bender : Die « neue Ostpolitik » und ihre Folgen. Vom Mauerbau bis zur Vereinigung, Munich, dtv, 1995, pp. 146ss.

9 Grundgesetz für die Bundesrepublik Deutschland, Textausgabe, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 1989, p. 21.

10 Cf. D. Nakath, (note 1), pp.196ss. ; cf aussi Detlef Nakath : Der Vertrag über die Grundlagen der Beziehungen zwischen beiden deutschen Staaten, in : Jürgen Hofmann/ Detlev Nakath (éds.) : Konflikt – Konfrontation – Kooperation. Deutsch-deutsche Beziehungen in vierzig Jahren Zweistaatlichkeit, Schkeuditz, GNN Verlag, 1998, pp. 11ss.

11 Cf. texte des notes prises par le vice-directeur du département des relations internationales du CC, Bruno Mahlow, au cours de la rencontre secrète Honecker-Konstantin Tchernenko, le 17 août 1984 à Moscou, in : Detlef Nakath /Gerd-Rüdiger Stephan (éds.) : Die Häber-Protokolle. Schlaglichter der SED-Westpolitik 1973-1985, Berlin, Dietz, 1999, pp. 398ss.

12 Cf. note 11.

13 Detlef Nakath/Gerd-Rüdiger Stephan : Countdown zur deutschen Einheit. Eine dokumentierte Geschichte der deutsch-deutschen Beziehungen 1987-1990, Berlin, Dietz, 1996, p. 131.

14 Willy Brandt : Erinnerungen, Berlin/Francfort/M., Ullstein, 1989, p. 185.

15 Cf. Egon Bahr : Zu meiner Zeit, Munich, Karl Blessing Verlag, 1996, pp. 284ss.

16 Sur ce problème des relations triangulaires, cf. Stephan Fuchs : Dreiecksverhältnisse sind immer kompliziert. Kissinger, Bahr und die Ostpolitik, Hambourg, Europäische Verlagsanstalt, 1999.

17 Valentin Falin : Politische Erinnerungen, Munich, Droemer Knaur, 1993 ; Julij Kwizinskij : Vor dem Sturm. Erinnerungen eines Diplomaten, Berlin, Siedler, 1993 ; Wjatscheslaw Keworkow : Der geheime Kanal. Moskau, der KGB und die Bonner Ostpolitik, Berlin, Rowohlt, 1995 ; Karl Seidel : « Erste Schritte auf dem Weg zu normalen Beziehungen zwischen der DDR und der BRD », in : Detlef Nakath (éd.) : Deutschlandpolitiker der DDR erinnern sich, Berlin, Fides Verlag, 1995.

18 Cf. Helmut Allardt : Moskauer Tagebuch. Beobachtungen, Notizen, Erlebnisse. Francfort/M./Berlin/ Vienne, Ullstein, 1980 ; E. Bahr (note 15) ; Paul Frank : Entschlüsselte Botschaft. Ein Diplomat macht Inventur, Munich, dtv, 1985.

19 E. Bahr (note 15), p. 277.

20 Bulletin des Presse- und Informationsamtes der Bundesregierung, Bonn,1969, n° 132, p. 1122.

21 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/2A/1399.

22 Prirent part, du côté soviétique, au premier entretien qui eut lieu au ministère soviétique des affaires étrangères, Valentin Falin et son adjoint Avreli Tokovinin. L’ambassadeur Allardt n’était accompagné que du conseiller d’ambassade Wolff et d’un interprète ; cf. AdsD, fonds Egon Bahr, 392.

23 Cf. note 22.

24 Cf. note 22.

25 Cf. E. Bahr (note 15), pp. 285ss. Egalement D. Nakath (note 1), pp. 198ss.

26 AdSD, fonds Egon Bahr, 434. La lettre du chancelier fédéral au Premier ministre soviétique avait été tenue soigneusement secrète à Moscou et à Bonn. Selon les dires de Bahr, seuls en avaient connaissance à Bonn Brandt, Scheel, sa secrétaire et lui-même. À Moscou, à en croire Lednev, seules « cinq personnes du groupe dirigeant » étaient au courant des entretiens qu’il avait eus à Bonn. L’ambassade soviétique à Bonn en ignorait tout. Par conséquent, toujours selon Bahr, Lednev ne pouvait avoir reçu mandat que « de très haut » ; W. Keworkow (note 17), p. 282. La lettre du chancelier, qui servit pratiquement à Lednev de « carte de visite » a été publiée in extenso par Keworkow ; cf. W. Keworkow (note 17),pp. 50ss.

27 AdsD, fonds Egon Bahr, 434 ; cf. aussi le compte-rendu de cette conversation rapportée, semble-t-il, très fidèlement par Keworkow sur la base des archives soviétiques auxquelles il a eu accès ; W. Keworkow (note 17), pp. 54ss.

28 Cf. W. Keworkow (note 17), pp. 61ss.

29 E. Bahr (note 15), pp. 283ss.

30 Die Ostverträge, édités par le Gesamtdeutsches Institut, Bonn, Octobre 1985, p. 6.

31 Cf. à ce sujet : Karl-Heinz Schmidt : Dialog über Deutschland. Studien zur Deutschlandpolitik von KPdSU und SED (1960-1979), Baden-Baden, Nomos, 1998, p. 257

32 WBA, Bundeskanzler, 59-60. Dans cette lettre, Willy Brandt utilisait le terme de « liens » pour caractériser le rapport entre Berlin-Ouest et la République fédérale. Après la signature du traité quadripartite, ce terme donna lieu à une querelle d’interprétation entre les deux États allemands, car la version est-allemande de la traduction – le texte allemand n’ayant de toute façon aucune validité – utilisait le terme de « liaisons » ; cf. aussi : Gerhard Kunze : Grenzerfahrungen, Kontakte und Verhandlungen zwischen dem Land Berlin und der DDR 1949-1989, Berlin, Akademie Verlag, 1999, pp. 243ss ; Joachim Mitdank : « Das Berlin-Problem, der kalte Krieg und das deutsch-deutsche Verhältnis », in : D. Nakath (note 17), pp. 168ss. ; Gerhard Wettig : Das Vier-Mächte-Abkommen in der Bewährungsprobe. Berlin im Spannungsfeld von Ost und West, Berlin, Metropol, 1981, p. 137.

33 WBA, Bundeskanzler, 59-60. Dès le début c’est le secrétaire d’État Egon Bahr que le chancelier fédéral avait chargé de mener cette concertation avec les ambassadeurs ; cf E. Bahr (note 15), pp. 355ss. Dans ses mémoires, Brandt nous apprend que c’est à un « groupe de trois personnes », composé d’Egon Bahr, de l’ambassadeur américain Kenneth Rush et de l’ambassadeur Valentin Falin qu’il revint pour l’essentiel de « mettre sur pied l’accord sur Berlin » ; cf. W. Brandt (note 14), p. 230 ; également V. Falin (note 17), pp. 128ss.

34 WBA, Bundeskanzler, 59-60

35 Helmut Schmidt : Die Deutschen und ihre Nachbarn, Berlin, Siedler,1990, p. 29

36 Cf. les notes prises au cours des entretiens de Wolfgang Vogel avec Helmut Schmidt et Herbert Wehner in : Heinrich Potthoff : Bonn und Ost-Berlin 1969-1982. Dialog auf höchster Ebene und vertrauliche Kanäle. Darstellung und Dokumente, Bonn, J.H.W Dietz, 1997, pp. 368ss. ; cf. également Heinrich Potthoff : Im Schatten der Mauer. Deutschlandpolitik 1961 bis 1990, Berlin, Propyläen, 1999, pp. 178ss.

37 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/10.02/19 ; cf également Walther Leisler Kiep : Was bleibt ist grosse Zuversicht. Erfahrungen eines Unabhängigen. Ein politisches Tagebuch, Berlin/Vienne, Philo Verlag, 1999, pp. 98ss.

38 SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/10.02/19.

39 BAB, DA 5/2310.

40 Cf. note 39.

41 Detlef Nakath/Gerd-Rüdiger Stephan : Von Hubertusstock nach Bonn. Eine dokumentierte Geschichte der deutsch-deutschen Beziehungen auf höchster Ebene 1980-1987, Berlin, Dietz, 1997, pp. 57ss. ; H. Potthoff (note 36/1998), pp. 652ss.

42 Cf. Fred Oldenburg : Das Dreieck Moskau- Ost- Berlin - Bonn 1975-1989. Aus den Akten des SED-Archivs, Cologne, Bundesinstitut für Ostwissenschaftliche und Internationale Studien, 1994, pp. 13ss. Egalement Detlef Nakath /Gerd-Rüdiger Stephan : Das Dreiecksverhältnis Bonn - Moskau - Ost-Berlin. Aspekte der sowjetischen Einflussnahme auf die deutsch-deutschen Beziehungen in den siebziger und achtziger Jahren, (hefte zur ddr-geschichte, 56) Berlin, Helle Panke, 1999, pp. 29ss.

43 Cf. les contributions de Siegfried Bock, Werner Hänisch, Bernhard Neugebauer et Hans Voss, in : Daniel Küchenmeister/Detlef Nakath/Gerd-Rüdiger Stephan (éds.) : Abgegrenzte Weltoffenheit. Zur Außen-und Deutschlandpolitik der DDR, Schkeuditz, GNN Verlag, 1999, pp. 39ss.

44 Cf. Benno-Eide Siebs : Die Außenpolitik der DDR 1976-1989. Strategien und Grenzen, Paderborn, Schöningh, 1999, pp. 35ss.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540