Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

La RDA entre l’Est et l’Ouest : dépendances et défis

La politique occidentale de la RDA 1966-1989

Entre le renforcement international et l’offensive idéologique

Marianne Howarth et Isabelle Hausser

Texte intégral

1. Remarques introductives

1Depuis l’effondrement de la RDA, on étudie peu l’évolution de ses relations extérieures avec les pays industriels occidentaux après la reconnaissance. Cela s’explique en partie par le fait que, dans le cadre de la recherche sur la RDA, on s’est davantage intéressé à d’autres sujets. C’est notamment le cas des questions d’histoire contemporaine et des questions de politique intérieure et partisane. Par comparaison, les sujets de politique étrangère sont en général encore sous-représentés. Lorsque la politique étrangère devient un sujet d’études, l’accent est mis sur les « plus grands » sujets, comme par exemple les relations avec l’Union soviétique ou la République fédérale. Dans ces conditions, la question de la politique occidentale ne joue qu’un très petit rôle.

2L’historien trouve une situation particulière dans les archives parce que la RDA n’a pu entretenir de relations diplomatiques et bilatérales « normales » avec l’Occident qu’après la conclusion du Traité fondamental de 1972. Pour la période allant jusqu’à 1973, il ne dispose d’absolument aucun document officiel à caractère bilatéral. Il doit la plupart du temps se contenter de déclarations d’intention et d’évaluations de la situation émanant de la RDA et d’observations venant des pays occidentaux. Pour la période qui a suivi la reconnaissance, le délai de trente ans prescrit pour la consultation des documents du ministère des Affaires étrangères de la RDA (MfAA) complique le travail du chercheur. Cette difficulté est cependant en partie compensée par l’existence de documents dans les archives du parti, au siège du SED. Mais les autres sources primaires, comme par exemple les mémoires de diplomates de rang élevé, ne sont pas encore disponibles en quantité suffisante pour qu’on puisse dessiner à partir de ces sources un tableau complet et fiable de la politique occidentale de la RDA.

3Pour étudier la politique étrangère de la RDA à l’époque de Honecker, il faut prendre en compte la situation des archives qu’on a exposée, qui n’est pas non plus sans effets sur les éventuelles évaluations méthodologiques et théoriques nouvelles. Le fait que des dossiers importants du MfAA ne soient pas accessibles a indubitablement retenu les historiens de formuler de nouvelles méthodes d’approche. Ce que l’on sait de la politique étrangère de la RDA au cours de la période antérieure à 1989-1990 reste donc valable. Pendant ces années, les historiens et les politologues ont dû se contenter d’analyser les déclarations publiques du SED, les positions idéologiques et l’évolution des tendances en politique étrangère qu’on pouvait observer au fil du temps. En revanche, l’évaluation théorique a changé notamment à cause de la disparition de la RDA. Ce qu’on voyait, à l’époque de son existence, était vu en premier lieu dans la perspective d’une analyse axée sur l’avenir de l’évolution de la politique (étrangère). Aujourd’hui c’est devenu une connaissance historique, donc axée sur le passé. Alors qu’autrefois la question se posait en ces termes : Qu’envisageons-nous pour l’action et l’activité future de la RDA en matière de politique étrangère ? Désormais, elle est formulée ainsi : qu’est-ce que cette activité nous apporte pour la compréhension générale de cet État ?

4On essaiera dans cette contribution de lier évaluation méthodologique et théorique pour répondre à deux questions essentielles. La première est celle de l’objectif de politique extérieure et du contenu de la politique occidentale de la RDA après 1972-1973, c’est-à-dire après qu’elle avait atteint ce qui était jusque-là l’objectif principal, la reconnaissance proprement dite. Qu’essayait d’obtenir la RDA après la normalisation en renforçant ses relations avec les États occidentaux ? Dans quelle mesure lui était-il possible de renforcer sa diplomatie à partir des contacts existants ? Et quelles étaient les conséquences de la présence diplomatique des États occidentaux à Berlin-Est sur la conception de sa politique étrangère par la RDA ?

5La deuxième question concerne la place et la fonction de la politique occidentale de la RDA après 1972-1973 en tant que composante de sa politique étrangère en général. On partira ici de l’idée que la politique occidentale devait contribuer à la réalisation d’objectifs plus larges ; il faut évaluer son succès ou sa capacité de fonctionnement au regard de la réalisation de ces objectifs. On établira que, au fil du temps et sous la pression extérieure, il a fallu reformuler le contenu et la hiérarchie des priorités de la politique étrangère ; de nouvelles tâches et de nouveaux contenus ont été définis y compris en matière de politique occidentale. Cette analyse a pour objet d’étudier ce changement de cap et ses motifs éventuels.

2. Le concept de politique occidentale avant 1972-1973

6Pendant de longues années et notamment pendant l’époque de la non-reconnaissance, le concept de « politique occidentale » était placé au même niveau que la politique allemande de la RDA. Les deux concepts étaient souvent si interchangeables qu’aujourd’hui encore, « politique occidentale » peut être compris comme un synonyme de la politique allemande de l’époque.

7Dans cette contribution, on entendra par politique occidentale uniquement la politique de la RDA à l’égard des États industriels occidentaux. Lorsqu’on analyse la politique occidentale de la RDA, il est important de distinguer entre l’époque qui a précédé la vague de reconnaissance du début des années soixante-dix et celle qui l’a suivie. Avant 1972-1973, il ne peut pas être question d’une politique occidentale complète de la RDA étant donné qu’elle se comprenait de manière unidimensionnelle comme une politique de reconnaissance. Il faut en revanche la considérer comme un élément fonctionnel de la politique allemande de l’époque. Tous les aspects des relations bilatérales avec les États occidentaux étaient soumis au but principal de la « reconnaissance internationale » que la RDA poursuivait avec cohérence et obstination. C’était également ainsi que ces relations non-étatiques étaient constamment présentées à la population de la RDA. Plus d’apparence que d’existence, telle était la devise destinée à souligner l’impression de normalité.

  • 1 Par exemple les directives formulées par le Foreign Office britannique pour le personnel de son amb (...)

8Aujourd’hui, les efforts déployés par la RDA dans les années cinquante et soixante pour faire prendre conscience de son existence aux partenaires occidentaux de la République fédérale font parfois sourire les historiens. Une méthode typique du SED consistait à remettre aux ambassades occidentales dans les capitales des « pays frères » des prises de position officielles de la RDA sur des événements internationaux importants. Conformément aux habitudes diplomatiques, le destinataire devait confirmer la réception de ce courrier. Mais la politique occidentale de non-reconnaissance interdisait tout contact au niveau gouvernemental avec la RDA ; les gouvernements occidentaux durent donner instruction au personnel de leurs ambassades de ne pas répondre à ces courriers pour maintenir l’embargo diplomatique occidental contre la RDA.1 Même après la reconnaissance, la politique occidentale conserva une nature souvent plus tactique que stratégique.

  • 2 Cf. Friedrich Eymelt : Die Tätigkeit der DDR in den nichtkommunistischen Ländern, II Die Nordischen (...)

9Les différentes études qui ont jusqu’ici été publiées sur les aspects du mouvement de reconnaissance dans une sélection d’États occidentaux montrent que la RDA a fait usage de méthodes identiques dans ces quelques pays pour élargir, tant auprès de l’élite politique que de l’opinion publique, le soutien à ses efforts de reconnaissance.2 En faisaient partie le renforcement des contacts avec les députés, l’utilisation de l’argument du commerce pour légitimer un assouplissement des obstacles existants dans les relations bilatérales, l’activité des sociétés d’amitié et la mise à disposition de documents d’information dans les langues étrangères correspondantes. Le principal argument du SED était la réalité de son existence ; il en concluait qu’il était nécessaire de reconnaître cette réalité dans l’intérêt du maintien de la paix en Europe. En ce sens, la politique de reconnaissance doit être moins comprise comme la base de la future politique occidentale que comme l’expression d’un mécanisme de défense contre la doctrine Hallstein et une réplique en politique extérieure dans le contexte de la position privilégiée qu’occupait la République fédérale parmi ses partenaires occidentaux.

  • 3 Christian Meier : Trauma deutscher Außenpolitik : Die sowjetischen Bemühungen um die internationale (...)

10Le passage d’une politique de reconnaissance défensive à une politique de reconnaissance offensive se produisit à la fin des années soixante, mais le lien étroit entre la politique occidentale et la politique allemande demeura manifeste. Sous l’influence du ministre des Affaires étrangères Willy Brandt, on peut constater un premier changement sur la doctrine Hallstein dans la position de la Grande Coalition (1966-1969) ; il allait déjà dans le sens de sa future « nouvelle Ostpolitik » ; il se manifesta notamment par la normalisation, en 1967, des relations avec la Roumanie et la Yougoslavie. La réaction de la RDA, l’introduction de ce que l’on a appelé la doctrine Ulbricht, ne reflétait pas seulement sa détermination à revendiquer une place sur la scène internationale. Le soutien de l’Union soviétique et de la Pologne, de même que, plus tard, la déclaration finale du parti communiste à la conférence de Karlsbad à la fin avril 1967 mettent l’accent sur la conception soviétique qui proclamait que la reconnaissance de la RDA était un élément important d’un règlement pacifique en Europe.3

11À l’époque de la Grande Coalition, du point de vue de la RDA, on n’enregistra aucune mesure satisfaisante dans le règlement de la question allemande malgré quelques petites offres du Chancelier Kiesinger. La réaction officielle de la RDA fut froide ; en coulisse, elle semblait s’être rapidement aperçue qu’elle disposait des moyens d’accroître son statut international et s’y être préparée. On entreprit des mesures pour orienter les activités des sociétés d’amitié vers une campagne de reconnaissance et leur donner en même temps une dimension européenne et internationale.

12On en vint ainsi à fonder vers la fin des années soixante, dans quelques pays, un « comité national pour la reconnaissance de la RDA » afin de créer un lobby plus efficace pour la reconnaissance de la RDA au niveau national. En mai 1968, par exemple, le secrétaire de la société d’amitié germano-britannique écrivit après un voyage d’information en Grande-Bretagne :

« Il me semble prometteur et envisageable d’essayer de créer en Grande-Bretagne une sorte de comité national pour la reconnaissance de la RDA qui offrirait à des personnalités considérées des différentes classes de la société la possibilité de s’engager dans ce but. »

13Il pensait que ce serait par réalisme qu’on adhérerait à un tel comité :

  • 4 Compte rendu de voyage d’Erich Friedländer pour la société d’amitié germano-britannique, 3.7.68 ; S (...)

« On pourrait y gagner des personnalités qui pensent qu’un engagement pour l’amitié avec la RDA va trop loin, mais qui sont pour la reconnaissance de la RDA pour des raisons tenant à la Realpolitik. »4

  • 5 Sur les entretiens de Potsdam, cf. Liga für Völkerfreundschaft, Vorlage für das Sekretariat des ZK (...)

14L’exemple de la Grande-Bretagne donne en outre un aperçu intéressant sur la tentative entreprise pour donner une dimension européenne à ces activités. Depuis 1965 avaient lieu au Cecilienhof à Potsdam des entretiens annuels entre des représentants de la vie publique en Grande-Bretagne et des politiciens et des scientifiques de RDA. À partir de 1966, la liste des participants à ces entretiens fut soumise à une sélection plus sévère pour que le communiqué final puisse avoir une plus grande résonance européenne. En juin 1968, le concept des entretiens de Potsdam fut pris comme modèle pour une conférence de deux jours sur le thème « La signification de la reconnaissance de la RDA pour la sécurité européenne ». Des représentants de la RDA et de quatorze pays d’Europe occidentale participèrent à cette conférence qui eut lieu à Helsinki. Les participants à la conférence votèrent en faveur d’une conférence internationale permanente pour la reconnaissance de la RDA qui joua en février 1969, sous la présidence du député suédois le Dr. Stellan Arvidson, le rôle principal dans la coordination des activités du comité national.5

  • 6 La politique de démarcation fut énoncée pour la première fois le 13 septembre 1970 par Hermann Axen (...)
  • 7 L’entrée de la RDA dans l’OMS ne se produisit qu’après la conclusion des traités de l’Est. Mais la (...)
  • 8 Cf. Harald Ludwig : « Erfolgloses Werben um europäische Neutrale » in : DA 5 (1972) 2, p. 166.
  • 9 Cf. Ulrich Pfeil : « Der ehemalige Außenminister Maurice Schumann und die DDR – ein Nachruf » ; in  (...)

15L’arrivée aux affaires de la coalition sociale-libérale en 1969 impliquait un changement de cap dans la politique allemande de la République fédérale ; il devait finalement conduire au renforcement international de la RDA, mais ne pouvait pas satisfaire pleinement les ambitions diplomatiques du SED. En effet, la thèse élaborée par Brandt dans sa première déclaration gouvernementale selon laquelle les deux États allemands n’étaient pas « des pays étrangers l’un pour l’autre » ouvrait des possibilités d’arrangements mais ne constituait pas une garantie de l’égalité de la RDA sur la scène internationale. C’est pourquoi Walter Ulbricht déclencha une seconde phase dans l’offensive pour la reconnaissance dont l’objectif était d’accélérer le processus de reconnaissance par l’élimination de la République fédérale au moyen d’une politique de démarcation.6 On invita ainsi par exemple les partisans de la RDA au sein de l’élite politique des différents pays d’Europe occidentale à s’engager intensivement en faveur de l’entrée de la RDA dans l’Organisation Mondiale de la Santé afin d’assurer la participation de la RDA à la conférence de l’ONU à Stockholm en 1972 sur la question de l’environnement.7 Les autres mesures en ce sens consistèrent à essayer d’inciter les États neutres d’Europe occidentale à procéder à la reconnaissance internationale de la RDA avant la conclusion officielle des traités de l’Est.8 On peut trouver un autre exemple de ces initiatives dans le voyage secret, dont on connaît aujourd’hui l’existence, d’Hermann Axen à l’été 1970 à Paris au cours duquel il rencontra notamment le ministre français des affaires étrangères de l’époque, Maurice Schumann. Axen étudia alors les possibilités de creuser une brèche dans la solidarité occidentale avec la République fédérale.9

16Les préparatifs du renforcement international qui furent entamés à l’époque d’Ulbricht donnent un aperçu intéressant de ce qu’attendait la RDA de l’accroissement prévisible de son statut international. On en veut pour exemple les mesures pratiques telles que la recherche des bâtiments appropriés à l’installation d’ambassades dans les capitales d’Europe occidentale. La question du recrutement et de la formation du personnel diplomatique joua aussi un rôle. Dans ces deux domaines, la RDA mit tout en œuvre financièrement pour donner l’impression dans les capitales de « l’ennemi de classe » qu’elle était un État du même niveau que la République fédérale.

17Par cette politique, la RDA essaya de prendre en main elle-même son renforcement international pour éviter de donner l’impression que l’accroissement de son statut dépendait exclusivement de la volonté des quatre puissances occupantes et de la République fédérale. Le principal destinataire de ce message, l’Union soviétique, devait ainsi clairement comprendre qu’il ne devait pas négocier avec la République fédérale derrière le dos de la RDA et au détriment de celle-ci. Willi Stoph, le président du conseil des ministres, essaya également de donner une expression officielle à ce message lors de sa rencontre avec le Chancelier fédéral Brandt à Erfurt et Kassel au printemps 1970.

18Le fait que cette politique ait eu des effets négatifs sur les relations entre la RDA et l’Union soviétique et qu’elle ait fini par échouer à cause de l’intransigeance d’Ulbricht, ce qui l’obligea à donner sa démission en mai 1971, fut à deux points de vue d’une grande importance pour la politique occidentale de la RDA dans les années soixante-dix. Premièrement, les limites de l’autonomie de la RDA dans ses rapports avec l’Union soviétique furent clairement tracées ; il ne restait pas d’autre choix à la RDA que de mettre l’accent vis-à-vis de l’Union soviétique à l’intérieur de ce cadre sur son partenariat, sa fiabilité idéologique et politique et surtout sur sa valeur économique, ce qui fut l’une des caractéristiques de l’ère Brejnev. Il tombe sous le sens que cette politique ne pouvait qu’approfondir sa dépendance économique à l’égard de la République fédérale, ce qui dès le début compliqua la mise en œuvre de la politique de démarcation. Deuxièmement, la RDA dut accepter que les questions non résolues dans ses relations avec la République fédérale (par exemple le statut des représentations permanentes) ne soient désormais plus un problème que pour elle alors que tous les autres intéressés, y compris l’Union soviétique, étaient satisfaits de cette solution. Ces facteurs devaient déterminer le cadre politique de la politique occidentale qui fut menée sous Honecker Dès le début, la marge de manœuvre du SED en matière de politique occidentale fut limitée par les intérêts de sa puissance hégémonique, l’Union soviétique, et l’existence d’une puissance concurrente, la République fédérale.

3. La politique occidentale après la reconnaissance : définition et contenu

19Après sa reconnaissance diplomatique internationale, la RDA disposait de conditions extrêmement favorables pour élaborer une politique occidentale autonome. Les traités de l’Est impliquaient l’acceptation, réglée conventionnellement, du statu quo et par là même la confirmation de la zone d’influence soviétique en Europe. Si la République fédérale persistait à considérer la question allemande comme ouverte, il existait néanmoins un cadre international qui assurait à la RDA un statut égal en droits et lui offrait la possibilité d’élaborer une politique occidentale pluridimensionnelle sous le signe de la « coexistence pacifique ». Mais l’une des caractéristiques de la première année qui suivit la reconnaissance est qu’on fit moins usage de ces possibilités qu’on pouvait peut-être s’y attendre, comme l’a remarqué Hans-Jürgen Fink en 1979 :

  • 10 Hans-Jürgen Fink : « Die DDR im Westen (I) », in : DA 12 (1979) 3, p. 292.

« Ce n’est qu’avec la normalisation des relations inter-allemandes que la politique occidentale de Berlin-Est a perdu sa fonction centrale de politique allemande et qu’après le début des relations diplomatiques avec les pays du monde occidental qu’elle a obtenu l’occasion d’imposer la RDA comme un État sui generis […] L’expérience des dernières années montre cependant que la RDA n’a pu se servir de ces possibilités que de manière très limitée … »10

20Cette situation s’explique par une combinaison de facteurs politiques et idéologiques. Il ne peut pas être question d’une politique occidentale différente en fonction des pays. Il faut néanmoins observer que les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne avaient une importance particulière pour la RDA à cause de leur statut de puissances occupantes. La position idéologique de la « coexistence pacifique » déterminait toujours les principales orientations de la politique occidentale de la RDA ; mais il y avait une différence car, du fait de la normalisation de ses relations avec les États industriels occidentaux, les défis posés à la diplomatie en particulier et à la politique occidentale en général s’étaient considérablement accrus et complexifiés. En ce sens, on peut définir la politique occidentale après la reconnaissance comme une tentative du SED pour acquérir une marge de manœuvre à l’intérieur du triangle Moscou-Berlin-Est-Bonn qui lui permette de surmonter sa crise d’identité diplomatique et de mettre clairement en valeur la normalisation de son identité en politique étrangère. À l’intérieur de ce cadre idéologique et liée à la politique allemande, la politique occidentale avait une fonction très particulière à remplir : elle devait soutenir le renforcement international de la RDA pour, d’une part, prouver à l’Union soviétique qu’elle était fiable et indispensable et affirmer ainsi son identité d’État socialiste et, d’autre part, contourner le maintien de la nation allemande que la République fédérale continuait à poser en postulat. La politique occidentale du SED devait donner à la RDA sa propre identité, conformément à la division de la nation allemande en un État capitaliste sous la forme de la République fédérale et un État socialiste sous la forme de la RDA formulée par la constitution de 1974.

21Il ne fait pas de doute que, pour les nouveaux partenaires de la RDA dans le monde occidental, ces objectifs étaient en général sans importance. Ils considéraient toujours la RDA comme un État satellite de l’Union soviétique ; la conclusion des traités de l’Est semblait avoir repoussé la réunification dans le domaine du théorique. On avait selon eux résolu la question allemande pour le futur proche. En même temps, la République fédérale restait pour eux le premier État allemand et la RDA le second.

  • 11 Cf. « L’image de la RDA en Grande-Bretagne, octobre 1973 », in : « Ausreisende Delegationen der Lig (...)

22Ce jugement fut également renforcé par le fait qu’après la reconnaissance, la RDA eut en général à faire à de nouveaux partenaires politiques à l’Ouest. Il était symptomatique des relations de la RDA à l’époque de la non-reconnaissance qu’elle entretienne surtout des contacts avec des hommes politiques qui occupaient eux-mêmes une position marginale dans leur propre parti ou appartenaient à l’opposition politique au sein de leur pays. Avec le début des relations diplomatiques, on cessa de s’en servir pour irriter leur propre gouvernement ou son partenaire ouest-allemand ou encore comme moyen de propagande pour les médias de RDA. Lors de l’organisation des relations bilatérales, ces contacts ne jouèrent plus un rôle aussi important. En Grande-Bretagne, l’ambassadeur de RDA, Karl-Heinz Kern fit par exemple savoir en 1973 au MfAA qu’il voulait décider lui-même « avec quelles personnalités maintenir des contacts ou en nouer […]. L’ambassade de RDA gardera ouverte toutes les possibilités ».11

23La RDA dut très tôt reconnaître que le processus de détente avait des conséquences sur le plein épanouissement de sa politique occidentale. L’ironie du destin voulut que la RDA, qui devait au processus de détente sa revalorisation internationale, se retrouve à nouveau sur la défensive du fait du renforcement des contacts par-delà les frontières du système. Ce furent les manquements répétés aux droits de l’homme commis par les dirigeants de Berlin-Est qui poussèrent par la suite les alliés occidentaux de la République fédérale à ne pas placer la RDA sur le même pied que leur partenaire d’Allemagne de l’Ouest. La supériorité du « socialisme existant réellement » que proclamait le SED était en outre constamment remise en question par les courants eurocommunistes dans de nombreux pays occidentaux. Ces facteurs freinèrent le développement de la politique occidentale de la RDA dans les années soixante-dix. Dans les années quatre-vingt, l’aggravation des relations Est-Ouest entraîna des transformations dans le dialogue avec la République fédérale. Les modifications du contexte extérieur provoquèrent une réorganisation des priorités de la politique occidentale ; alors qu’autrefois, la RDA avait essayé d’insister sur sa distance par rapport à la République fédérale, l’affaire du stationnement des fusées à moyenne portée obligeait à présent à trouver des points communs avec celle-ci sans donner pour autant l’impression d’un rapprochement avec elle. Dans cette perspective, le rôle de l’information à l’étranger s’accrut en affirmant dans les États industriels occidentaux l’identité de la RDA comme État autonome et l’indépendance de ses positions politiques.

24Il semble ici nécessaire pour analyser le contenu de la politique occidentale de distinguer encore une fois les périodes 1972-1973 et 1989-1990 et de formuler différentes thèses sur la manière dont on adapta le contenu et les objectifs de la politique occidentale sous la pression des évolutions extérieures.

25La première phase comprend la période qui va de 1973, lorsque la plupart des États occidentaux établirent des relations diplomatiques avec la RDA, à la fin des années soixante-dix - début des années quatre-vingt au moment des transformations intervenues dans les relations interallemandes. Pour le SED, cette phase correspond à l’apogée de sa diplomatie et de sa politique étrangère. La vague de reconnaissance du début des années soixante-dix et l’entrée consécutive dans toutes les organisations internationales sur une base d’égalité des droits avec la République fédérale entraîna une revalorisation manifeste et rapide du statut international de la RDA. À la fin de cette période, la RDA avait établi des relations diplomatiques normales avec 132 pays et elle était membre de toutes les organisations internationales importantes ; elle semblait s’être débarrassée des stigmates du « produit artificiel de la Guerre froide ». Elle avait conclu avec presque tous ses nouveaux partenaires une série de traités et d’accords bilatéraux dans le domaine de la coopération économique et technique, de la santé, des échanges culturels et, ceci non sans controverses, de la reconnaissance de la citoyenneté. Il y eut aussi des visites des dirigeants politiques de RDA et des fonctionnaires dans les capitales occidentales. De plus, son image à l’Ouest fut associée à Honecker qui s’était posé en homme d’État à stature internationale et en socialiste « libéral ». Pendant cette période, la politique occidentale mit avant tout l’accent sur l’amélioration de l’apparence de la RDA pour ne pas en rester à son classement comme « second État allemand ». Mais tout en s’efforçant d’être placé au même niveau que son concurrent ouest-allemand, le SED ne cessa de souligner le caractère spécifique de la RDA afin de ne pas être assimilé à la République fédérale.

26La politique de la « coexistence pacifique » servit de fondement idéologique à la mise en œuvre de la politique occidentale. La RDA voulait obtenir par cette politique l’égalité des droits en matière internationale et utiliser celle-ci pour ses propres objectifs politiques. Il s’agissait, au sens de la lutte internationale des classes, de créer les conditions favorables à la construction du socialisme. À l’Ouest (à l’exception peut-être de la République fédérale), on ne comprit souvent pas bien que, fondamentalement, la « coexistence pacifique » supposait le maintien de relations antagonistes entre l’Est et l’Ouest. Pour la RDA, ses relations avec l’Ouest avaient encore pour but de combattre la menace idéologique et d’assurer la victoire mondiale du socialisme. Sa politique occidentale devait ainsi contribuer à la consolidation de son alliance avec l’Union soviétique.

4. Le processus de détente et la politique occidentale dans les années soixante-dix

  • 12 Hans-Heinrich Mahnke : « Die Konferenz über Sicherheit und Zusammenarbeit in Europe (KSZE) und die (...)

27Mais le renforcement de son statut international fut facteur de problèmes qui eurent un effet négatif sur la situation politique intérieure et jetèrent aussi une ombre sur le processus d’amélioration de son image à l’Ouest. Le premier facteur fut la signature de l’Acte final de la CSCE en 1975. L’occasion qui lui était donnée de participer à la rencontre au sommet à Helsinki fut une pierre supplémentaire sur le chemin vers la reconnaissance sociale qui avait une importance extraordinaire pour les autorités de la RDA. La RDA considérait l’Acte final d’Helsinki comme un traité de droit international qui reconnaissait les frontières existantes et le statu quo en Europe et les légitimait.12 On devait considérer le soutien apporté par la RDA au processus de la CSCE en général et à l’Acte final en particulier comme le signe de son rôle de garant de la paix. L’intégralité du texte fut imprimée dans les médias de la RDA pour en convaincre également la population. Mais ceci eut pour conséquence d’attirer l’attention des citoyens de RDA sur ce que l’on appelait la troisième corbeille ; il se révéla vite que le texte de l’Acte final n’était pas en accord avec la situation réelle des droits de l’homme en RDA. Cette discussion prit une actualité particulière lorsque le chansonnier Wolf Biermann fut privé de sa nationalité en novembre 1976. La mise en résidence surveillée de Robert Havemann et le procès engagé contre Rudolf Bahro déclenchèrent de nouvelles protestations dans le monde occidental.

  • 13 Karl-Wilhelm Fricke : « Die SED und die europäische KP-Konferenz », in : DA 9 (1976) 7, p. 673.

28Le second facteur, qui était peut-être encore plus important pour la politique occidentale, fut la conférence des partis communistes européens convoquée en juin 1976. Le choix de Berlin-Est comme lieu de la session et le déroulement de la conférence elle-même, à l’organisation sans failles, devait souligner le rôle de la RDA comme partenaire de confiance de l’Union soviétique. Conformément aux intentions de Brejnev, la conférence devait « imposer aux partis communistes d’Europe une stratégie et une tactique commune sur l’Acte final de la CSCE ».13 On n’y parvint pas ; les positions eurocommunistes des partis communistes occidentaux, notamment du PCI italien, du PCF français et du PCE espagnol s’exprimèrent clairement dans de nombreux discours. D’autres partis communistes ayant moins d’importance dans la vie politique de leurs pays, comme par exemple le parti britannique et le PC néerlandais, défendirent des positions identiques. Il ne faut pas sous-estimer l’effet déstabilisateur à long terme de ce modèle alternatif du communisme sur l’évolution politique intérieure de la RDA. Mais ce débat idéologique ne fut pas non plus sans importance pour sa politique occidentale. La participation des pays communistes occidentaux dirigeants à la politique nationale à l’intérieur de leurs pays respectifs offrait une possibilité de solidarité qui était importante notamment pour se démarquer de la République fédérale. Comme on ne pouvait plus faire totalement confiance sur le plan idéologique aux partis frères occidentaux, il devint nécessaire d’accroître les opérations de propagande pour développer dans le monde occidental la sympathie en faveur du modèle offert par la RDA du socialisme et du « progrès révolutionnaire ». Au nombre des instruments importants, il faut citer les exploits sportifs de la RDA qui firent l’objet d’une reconnaissance internationale après ses succès aux Jeux Olympiques de 1976 et ensuite le traitement très sélectif de l’Histoire allemande dans le cadre de « l’héritage culturel socialiste » destiné à souligner la tradition révolutionnaire de la RDA. Grâce à ces méthodes, La RDA entendait se distinguer et se distancer de la République fédérale et marquer ainsi son autonomie en tant qu’État socialiste.

  • 14 En outre, Honecker exigea la fermeture du « centre d’observation » de Salzgitter et un règlement du (...)

29L’évolution des relations avec la République fédérale à cette époque montre clairement qu’au début des années quatre-vingt, la politique de démarcation avait désormais une importance plus rhétorique qu’effective. On en veut pour preuve les efforts des deux États allemands pour maintenir un dialogue entre eux et le poursuivre sous la pression de l’extérieur, les tentatives réitérées pour organiser une rencontre entre Schmidt et Honecker et le fait que, malgré la double clef de l’OTAN et l’état d’exception en Pologne, les deux États allemands aient veillé à limiter les dégâts et fait en sorte d’éviter un « nouveau refroidissement » de leurs relations. Sa rhétorique s’exprima dans ce que l’on a appelé les exigences de Gera. Dans son discours de Gera du 13 octobre 1980, Erich Honecker essaya de mettre à l’ordre du jour des questions restées pendantes dans les relations inter-allemandes, notamment la reconnaissance de la citoyenneté de la RDA et la transformation des représentations permanentes en ambassades.14 Il ne faut pas seulement interpréter comme des messages à la République fédérale ces déclarations officielles et d’autres similaires non plus que la visite d’Honecker en Autriche en novembre 1980, pays qui avait développé ses relations avec la RDA sans égards pour les préférences de la République fédérale. Ils étaient également destinés à l’Union soviétique et à ses citoyens auxquels il était donné à entendre que le SED ferait le nécessaire pour éviter une déstabilisation de la situation politique intérieure et extérieure compte tenu des événements en Pologne et des négociations sur les fusées atomiques à moyenne portée.

30Quel fut l’effet de ces transformations du contexte extérieur sur la politique occidentale des années quatre-vingt ? La réponse à cette question fournit une explication à la réorganisation fondamentale des priorités au début des années quatre-vingt. L’époque entre la mort de Brejnev (1982) et l’entrée en fonction de Gorbatchev (1985) fut pour le SED une période d’incertitude dans ses relations avec l’Union soviétique et en partie aussi avec les autres États du bloc de l’Est voulant des réformes comme par exemple la Hongrie ou la Pologne. Cette incertitude mit en cause le statut international que la RDA venait d’acquérir. Comme la situation économique de la RDA était de plus en plus inquiétante, on utilisa les relations qui n’avaient jamais été interrompues avec la République fédérale pour stabiliser l’économie. En s’appuyant plus étroitement sur son voisin ouest-allemand dans les années quatre-vingt où la situation politique intérieure dans le bloc de l’Est était en train de changer et où régnait un nouveau climat entre les superpuissances, les relations inter-allemandes prirent de plus en plus d’importance dans la politique occidentale de la RDA en général.

5. Changements de cap dans la Guerre froide

31La politique occidentale de la RDA entra dans sa deuxième phase de développement dans les années quatre-vingt. Cette phase est surtout caractérisée par des changements de cap dans la Guerre froide qui commencèrent au début des années quatre-vingt et furent marqués par de nouvelles tensions dans les relations Est-Ouest. Ces évolutions eurent des conséquences importantes pour la politique occidentale de la RDA qui se révéla rigide et creuse à ce moment. Premièrement, l’aggravation du conflit Est-Ouest impliquait que sa marge de manœuvre déjà étroite soit encore limitée. Malgré tout, le SED croyait pouvoir utiliser ces quelques possibilités pour la cause commune du socialisme. Deuxièmement, après l’entrée en fonction de Gorbatchev, il n’y avait plus moyen de jouer le rôle du junior partner de l’Union soviétique. Menacée de marginalisation et d’une nouvelle crise d’identité, dans la seconde moitié des années quatre-vingt, la RDA chercha dans des conditions difficiles à maintenir telles qu’elles étaient les structures existantes, y compris celles de la politique étrangère.

  • 15 Cf. Hans-Joachim Veen/Peter R. Weilemann (éds.) : Die Westpolitik der DDR, Forschungsbericht 66, Ko (...)

32Le manque de dynamique de la politique occidentale de la fin des années quatre-vingt ne révèle pas seulement un défaut de compréhension de la réorientation de la politique soviétique sous Gorbatchev. Elle est également le reflet de l’augmentation de sa confiance en elle de la RDA lié au renforcement de sa stature internationale depuis la reconnaissance et à quelques succès diplomatiques. Il ne faut pas sous-estimer l’importance de ces succès en matière de politique intérieure. Il faut surtout citer la percée diplomatique de 1976 lorsque l’Autriche et la Grande-Bretagne se déclarèrent prêtes à reconnaître une citoyenneté de la RDA. Ce que l’on a appelé la « solution britannique », selon laquelle la position juridique de la République fédérale sur ces question continuait à être respectée, a servi de modèle à l’organisation de relations consulaires entre la RDA et d’autres États occidentaux.15

33À la fin des années soixante-dix - quatre-vingt, la RDA pouvait être totalement satisfaite de sa position internationale et de l’état de ses relations avec les États occidentaux. Les fondements des relations bilatérales avec les pays occidentaux étaient solidement établis à la suite de la diplomatie des traités du début des années soixante-dix et on pouvait envisager de manière favorable qu’elles se renforcent encore. L’état satisfaisant de la politique occidentale de même que la politique de détente des années soixante-dix au niveau des superpuissances avaient accru la notoriété de la RDA et augmenté sa confiance en elle, ce qui se traduisait aussi en politique intérieure. Lorsqu’au début des années quatre-vingts, les relations entre les États-Unis et l’Union soviétique furent mises sous pression et que le statut international élevé de la RDA s’en trouva menacé, cette confiance en soi lui permit de poursuivre le processus de détente au moyen du dialogue interallemand. La RDA montra ainsi qu’elle était prête dans certaines conditions à faire passer ses propres intérêts avant ceux de l’Union soviétique.

34Quoique sous bien des aspects, ses relations avec la République fédérale aient été exemplaires, il restait encore des questions non résolues et la RDA s’efforçait de consolider ses relations avec les autres États occidentaux comme elle aurait aimé le faire avec la République fédérale. Le modèle en était ses rapports avec l’Autriche qui avaient le caractère exemplaire que cherchait la RDA. « Nous nous prenons comme nous sommes », dit Honecker lors de sa visite en Autriche en novembre 1980.

  • 16 Harald Kleinschmid : « DDR in West-Europa aktiv », in : DA 17 (1984) 12, p. 1235.
  • 17 À titre d’exemple pour les années 1984 et 1985, les visites du président de la Chambre du peuple Ho (...)

35Sur la base de ces évolutions, au début des années quatre-vingt, la RDA avait une idée claire de ses priorités en politique occidentale : maintenir ouvert le dialogue Est-Ouest et poursuivre le développement des relations bilatérales « sur le fondement de l’égalité des droits et de la coexistence pacifique ». Pour y parvenir, la RDA « soigna son image » à l’Ouest par différents moyens. On parlait déjà de la stature de Honecker comme homme d’État international et comme « interlocuteur acceptable ».16 Dans les années quatre-vingt, Honecker reçut des ministres occidentaux de premier plan, des hommes politiques et des délégations ; lui et les cadres supérieurs du Parti furent eux-mêmes reçus dans différentes capitales occidentales. L’apogée de ces déplacements fut la visite du Premier ministre français, Laurent Fabius les 10/11 juin 1985 à Berlin Est. Le principal objectif de ces rencontres et de ces entretiens était de souligner auprès de la population l’importance internationale de la RDA et d’obtenir des alliés de la République fédérale qu’ils comprennent la politique de paix de la RDA.17

36Les autres moyens employés pour soigner son image visaient à atteindre l’opinion publique dans le monde occidental. L’activité des mouvements pacifiques dans les États européens occidentaux et l’échange d’expériences avec des groupes de même tendance en RDA avait renforcé l’intérêt pour la RDA. Dans la première moitié des années quatre-vingt, l’opinion à l’Ouest se montrait plus ouverte à l’égard de la RDA qu’elle ne l’avait été à aucun autre moment de son histoire. Se fondant sur cette base, la RDA se servit des possibilités qu’offrait la conclusion d’accords culturels avec les États occidentaux pour mettre en œuvre une politique culturelle extérieure et soigner ainsi son image chez elle. Il y eut ainsi pendant les années quatre-vingt des tournées des grands orchestres et des grandes troupes de théâtre, des expositions et une coopération culturelle et scientifique, où par exemple on invita les écrivains de RDA à lire leurs œuvres ou à participer à des manifestations culturelles. Leur grande réputation dans le monde occidental a largement contribué à la révision partielle des jugements portés jusque-là sur la RDA.

  • 18 Dans les documents de Berolina Travel Ltd, l’agence de voyage de la RDA à Londres, se trouvent plus (...)

37L’activité dans le domaine touristique fut également intensifiée pour faire mieux connaître la RDA comme destination de voyage. Il s’agissait moins de tourisme individuel pour lequel la RDA n’avait pas d’infrastructures suffisantes18 que de séjours d’information pour des groupes de syndicalistes, de membres de sociétés d’amitié, des organisations de jeunesse etc.

38Le soin apporté à son image est l’une des caractéristiques de sa politique occidentale dans les années quatre-vingt. Conçue à l’origine comme une méthode destinée à exposer la position de la RDA en matière de politique étrangère dans le contexte de sa revalorisation internationale, elle prit une importance croissante pour assurer la propagande de sa position spécifique à une époque où, en raison des tensions entre les blocs, le dialogue Est-Ouest s’était sensiblement réduit. Elle restait en définitive pratiquement le seul moyen dont disposait la RDA pour maintenir ses relations avec les États occidentaux après la reprise du processus de détente avec Ronald Reagan et Mikhaël Gorbatchev.

  • 19 Cf. les souvenirs du dernier ambassadeur de RDA en Grande-Bretagne, Joachim Mitdank, in : Birgit Ma (...)

39Dans ce nouveau processus de détente, il y avait peu de place pour la RDA, ce qui eut un effet négatif sur sa politique occidentale. Les diplomates de RDA et occidentaux décrivent l’état des relations diplomatiques pendant la seconde moitié des années quatre-vingt comme une affaire de routine.19 Elles avaient très peu de possibilités de s’accroître et se trouvaient dans un état de stagnation. En même temps, les deux parties, la RDA et les États occidentaux, s’intéressaient à la question de savoir comment gagner la guerre de propagande. Cela amena la RDA à renforcer la surveillance de sa population et à prendre en charge plus étroitement les visiteurs occidentaux, surtout les étudiants, les scientifiques et les journalistes.

  • 20 Cf. par exemple SAPMO-BArch, DY 13/3306 ; DY 13/3307 ; DY 13/3308 pour des informations sur les con (...)
  • 21 Inge Schönherr : Einige Vorschläge zur auslandsinformatorischen Nutzung von Wirtschaftsbeziehungen (...)

40Outre ces activités, on recourut davantage aux méthodes d’information étrangère pour gagner les plus larges cercles possible au point de vue de la RDA. L’une des caractéristiques en fut la mise à disposition intensive de documents sur la RDA ; celui qui ne s’y intéressait que modérément reçut des informations envoyées à profusion, qu’il le voulût ou non.20 On cherchait constamment de nouveaux intéressés et on élaborait des plans pour leur fournir, dans l’intérêt de « la coexistence pacifique », des informations ou des invitations à des voyages d’information en RDA. Les activités des sociétés d’amitié nationales furent renforcées pour élargir le cercle des militants dans le pays lui-même. En 1988 par exemple, on projeta d’encourager les contacts en Grande-Bretagne avec des « cercles économiques d’influence » pour fonder un groupe « britannique des relations d’affaires pour la paix ». L’objectif de ce projet était « ... de lier le dialogue de la raison et du réalisme à l’aboutissement de notre politique de paix et de sécurité... »21

  • 22 La Grande-Bretagne par exemple développa une politique de « l’engagement maximal » qui avait pour o (...)

41On peut affirmer en conclusion que cette offensive de propagande se développa comme alternative à la politique occidentale. Elle existait parallèlement aux activités officielles, diplomatiques et bilatérales ; son ampleur dépendait essentiellement des hauts et des bas des relations entre les blocs. Lors du durcissement des positions, il ne restait souvent que les actions offensives d’information à l’étranger pour faire passer les positions de la RDA à l’Ouest. Le parallèle avec les méthodes utilisées pour la campagne de reconnaissance des années soixante et du début des années soixante-dix est frappant. La RDA était aussi manifestement prête à dépenser des sommes d’argent considérables pour ces activités d’information à l’étranger. Par comparaison, les activités des instances occidentales en RDA dans ce domaine étaient extrêmement limitées. Du côté occidental, on noua des contacts avec les militants du mouvement de la paix et avec les autres opposants au système et ce, tant au niveau non-étatique, par exemple par les activités des groupes hostiles au nucléaire, que par des soirées de cinéma et de débats dans les ambassades.22

6. Conclusion

42Cette analyse de la politique occidentale de la RDA après la reconnaissance a clairement montré que son contenu et ses objectifs ont constamment été déterminés par d’autres facteurs dans le contexte de la politique étrangère de la RDA. Pour cette raison, la politique occidentale manquait d’un concept stratégique ; on en veut pour preuve sa nature défensive, réactive, comme le notait Johannes Kuppe en 1979 :

  • 23 Johannes Kuppe : « Die DDR im Westen (III) », in : DA 12 (1979) 12, p. 1311.

« On ne peut distinguer de concept de politique étrangère à long terme dans la politique occidentale ; on confond l’obstination dans la poursuite de mini-objectifs avec la logique et la cohérence pour faire aboutir des objectifs stratégiques à long terme. »23

43Mais on peut clairement distinguer la contribution de la politique occidentale à la réalisation d’autres objectifs stratégiques. En ce sens, elle montre nombre des qualités d’une politique d’intérêts classique. Elle s’est également révélée un instrument souple permettant de réaliser des progrès dans différents centres d’intérêt, y compris son image en politique intérieure, ses relations avec l’Union soviétique et la politique allemande. La RDA a ainsi essayé, par exemple dans la première période de sa politique occidentale d’utiliser en termes de propagande son existence normalisée pour accroître sa stature d’« État pacifiste » et améliorer ainsi son image et sa réputation à l’Ouest. C’était nécessaire pour prévenir de nouvelles critiques occidentales à propos du Mur et des limitations de voyage des citoyens de la RDA et pour montrer à sa population la signification et l’importance de leur pays dans le contexte international. Après la signature de l’Acte final d’Helsinki, il y eut à nouveau des tensions entre la poursuite de son renforcement international et ses obligations dans le domaine des droits de l’homme. Il est clair de ce point de vue que la politique occidentale avait aussi une fonction de politique intérieure et que l’on peut parler d’une rétroaction entre la politique occidentale et le renforcement de la conscience de l’État dans la population.

44Il en va de même du rôle joué par la politique occidentale dans le contexte de la politique allemande. La RDA essaya au moyen de sa diplomatie des traités de renforcer ses relations avec ses partenaires occidentaux de manière à mettre la République fédérale sous pression sur les question encore non résolues des relations interallemandes. C’est notamment le cas de la question de la reconnaissance d’une citoyenneté de la RDA et de la recherche d’un soutien occidental aux exigences de Gera. Il faut remarquer sur ce point que la RDA ne réussit ni à améliorer sa position hiérarchique chez les partenaires occidentaux de la République fédérale ni leur perception de la RDA comme second État allemand.

45Mais il faut noter que son exercice d’équilibre entre son rôle d’État socialiste et celui d’État allemand lui laissait peu de marge de manœuvre pour renforcer ainsi ses relations avec la plupart des États occidentaux. Le processus de normalisation marque les limites de cette marge de manœuvre. Il n’était guère possible de les renforcer davantage notamment à cause de sa situation économique. Dès le milieu des années quatre-vingt, une certaine stagnation était apparue au niveau étatique et la RDA avait alors accentué ses efforts en matière d’activité d’information à l’étranger, qui avait déjà caractérisé la politique occidentale à l’époque de la non-reconnaissance. L’importance de l’information à l’étranger dans la politique occidentale souligne le caractère fondamentalement offensif de la politique de coexistence pacifique et le prix que la RDA attachait à gagner la guerre de propagande contre l’Ouest.

Notes

1 Par exemple les directives formulées par le Foreign Office britannique pour le personnel de son ambassade à Bucarest. Instructions to Chancery, Bukarest, 15 janvier 1959, PRO, FO371/145745.

2 Cf. Friedrich Eymelt : Die Tätigkeit der DDR in den nichtkommunistischen Ländern, II Die Nordischen Staaten et V. Großbritannien, Bonn, Forschungsinstitut der deutschen Gesellschaft für Auswärtige Politik, 1970 ; Marianne Bell [à présent Marianne Howarth] : Britain and East Germany – The Politics of Non-Recognition, M. Phil. Dissertation, Nottingham, 1977 ; Jacco Pekkelder : « ’Erkenn de DDR nu’ ! Die Niederlande und die Kampagne zur Anerkennung der DDR 1960-1973 » in : Heiner Timmermann (éd.) : Die DDR – Erinnerung an einen untergegangenen Staat, Berlin, Duncker & Humblot, 1999, pp. 561-573 ; Ulrich Pfeil : « Die ‘anderen’ deutsch-französischen Beziehungen. Die DDR und Frankreich 1949-1969 », in : ibidem, pp. 527-559.

3 Christian Meier : Trauma deutscher Außenpolitik : Die sowjetischen Bemühungen um die internationale Anerkennung der DDR, Seewald, Stuttgart-Degerloch, 1968, pp. 65–71.

4 Compte rendu de voyage d’Erich Friedländer pour la société d’amitié germano-britannique, 3.7.68 ; SAPMO-BArch, DY 13/2095.

5 Sur les entretiens de Potsdam, cf. Liga für Völkerfreundschaft, Vorlage für das Sekretariat des ZK des SED, relatifs à la mise en œuvre annuelle des entretiens de Potsdam par la société germano-britannique, 1er juillet 1967 ; SAPMO-BArch, DY 13/2104 ; Entretiens de Potsdam 1965-68, dossier ; SAPMO-BArch DY 13/2105. Sur le rôle de la conférence internationale permanente, cf. M. Bell (note 2), p.259-260.

6 La politique de démarcation fut énoncée pour la première fois le 13 septembre 1970 par Hermann Axen qui était membre du bureau politique et fut confirmée le 6 octobre 1970 par Willi Stoph ; cf. Ernst Deuerlein : « Die Abgrenzungspolitik und die Entwicklung eines Alleinvertretungsanspruches der DDR » in : Politische Studien 23 (1972) pp. 125-132.

7 L’entrée de la RDA dans l’OMS ne se produisit qu’après la conclusion des traités de l’Est. Mais la RDA put envoyer une délégation à la conférence de Stockholm.

8 Cf. Harald Ludwig : « Erfolgloses Werben um europäische Neutrale » in : DA 5 (1972) 2, p. 166.

9 Cf. Ulrich Pfeil : « Der ehemalige Außenminister Maurice Schumann und die DDR – ein Nachruf » ; in : Dokumente 54 (1998) 6, pp. 495-500.

10 Hans-Jürgen Fink : « Die DDR im Westen (I) », in : DA 12 (1979) 3, p. 292.

11 Cf. « L’image de la RDA en Grande-Bretagne, octobre 1973 », in : « Ausreisende Delegationen der Liga für Völkerfreundschaft nach Großbritannien 1973-81 » ; SAPMO-BArch, DY 13/3124.

12 Hans-Heinrich Mahnke : « Die Konferenz über Sicherheit und Zusammenarbeit in Europe (KSZE) und die deutsche Frage », in : DA 8 (1975) 9, p. 925.

13 Karl-Wilhelm Fricke : « Die SED und die europäische KP-Konferenz », in : DA 9 (1976) 7, p. 673.

14 En outre, Honecker exigea la fermeture du « centre d’observation » de Salzgitter et un règlement du tracé de la frontière sur l’Elbe ; cf. Werner Maibaum : Geschichte der Deutschlandpolitik, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 1998, p. 91.

15 Cf. Hans-Joachim Veen/Peter R. Weilemann (éds.) : Die Westpolitik der DDR, Forschungsbericht 66, Konrad-Adenauer-Stiftung, Melle, Verlag Ernst Knoth, 1989, p. 116.

16 Harald Kleinschmid : « DDR in West-Europa aktiv », in : DA 17 (1984) 12, p. 1235.

17 À titre d’exemple pour les années 1984 et 1985, les visites du président de la Chambre du peuple Horst Sindermann en Espagne et en France, les voyages d’Erich Honecker en Finlande et en Italie, les visites du chef du gouvernement italien, Bettino Craxi, du Chancelier autrichien Fred Sinowatz et du ministre des affaires étrangères britannique sir Geoffrey Howe à Berlin-Est de même que les entretiens de travail du ministre des affaires étrangères de la RDA, Oskar Fischer et de ses homologues en Norvège, au Portugal et au Danemark. Cf. H. Kleinschmid (note 15), pp. 1233-1234 ; Peter Probst : « Werben um NATO-Staaten geht weiter » in : DA 18 (1985) 5, pp. 454-460 ; Peter Probst : « Frankreichs Premier in Ost-Berlin », in : DA 18 (1985) 7, pp. 680-683.

18 Dans les documents de Berolina Travel Ltd, l’agence de voyage de la RDA à Londres, se trouvent plusieurs réclamations de clients sur la manière de traiter les touristes individuels (logement, prix de l’essence, places de camping, etc.) qui faisaient souvent un voyage de vacances en RDA pour des raisons idéologiques ; cf. lettres de clients du 19.8.80 au secrétaire de la société d’amitié RDA-Grande-Bretagne in : Mitgliedschaft in Berolina Travel Ltd 1975-1986 ; SAPMO-BArch, DY 13/3300.

19 Cf. les souvenirs du dernier ambassadeur de RDA en Grande-Bretagne, Joachim Mitdank, in : Birgit Malchow (éd.) : Der Letzte macht das Licht aus, Berlin, Edition Ost, 1999, pp. 67-102, et les remarques de Colin Munro sur l’état des relations entre la Grande-Bretagne et la RDA dans les années quatre-vingt in Hermann Wentke : « Großbritannien und Ostdeutschland » in : DA 25 (1992) 1, p. 88.

20 Cf. par exemple SAPMO-BArch, DY 13/3306 ; DY 13/3307 ; DY 13/3308 pour des informations sur les contacts de la société d’amitié RDA-Grande-Bretagne avec les écoles et les universités en Grande-Bretagne 1987-1989, et SAPMO-BArch, DY 13/3313 pour des informations sur les contacts avec les scientifiques et les universités britanniques 1987-1990.

21 Inge Schönherr : Einige Vorschläge zur auslandsinformatorischen Nutzung von Wirtschaftsbeziehungen zwischen der DDR und Großbritannien, 17.5.88, in : Kontakte zu Wirtschaftskreisen 1988-89, Akten der Nationalen Freundschaftsgesellschaft DDR-Großbritannien ; SAPMO-BArch, DY 13/3316.

22 La Grande-Bretagne par exemple développa une politique de « l’engagement maximal » qui avait pour objet de nouer des contacts avec les plus jeunes forces d’opposition pour les renforcer dans leur critique du système ; BBC 2, The Spying Game, série télévisée en quatre épisodes, 19 septembre – 9 octobre 1999.

23 Johannes Kuppe : « Die DDR im Westen (III) », in : DA 12 (1979) 12, p. 1311.

Auteurs

Nottingham

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540