Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

La RDA entre l’Est et l’Ouest : dépendances et défis

L’occupant soviétique et la marge de manœuvre politique en zone d’occupation soviétique 1945-1949

Gerhard Wettig
Traduction de Corine Defrance

Texte intégral

1. Les bases de la politique d’occupation soviétique

1Le régime d’occupation mis en place par l’URSS en Allemagne au lendemain de la Seconde Guerre mondiale présentait deux particularités : il n’y avait ni autonomie de la société par rapport au pouvoir de l’État ni démarcation précise entre le domaine d’action des Soviétiques et celui des Allemands.

2Selon la doctrine léniniste-stalinienne, l’État – en l’occurrence la puissance d’occupation qui disposait de l’autorité suprême – par principe, n’était pas tenu de respecter le droit à l’épanouissement autonome des forces sociales. Aussi les responsables allemands de la zone d’occupation soviétique n’étaient-ils même pas responsables de l’application des ordres et directives édictés. Quel que soit le domaine d’action considéré, toute initiative nécessitait l’aval des autorités d’occupation dans chaque cas ou même, le plus souvent, une instruction donnant l’impulsion. Selon la formulation percutante de Norman Naimark, les collaborateurs de l’Administration militaire soviétique en Allemagne (SMAD) considéraient

« chaque détail de la vie politique et sociale allemande comme une affaire relevant de la puissance d’occupation. Les officiers soviétiques étaient curieux, importuns, ergoteurs, et insistaient sur le fait qu’ils avaient pratiquement réponse à toutes sortes de problèmes, qu’il s’agisse de l’arrangement des fleurs, de la fixation des structures agraires et des quotas de production jusqu’à l’organisation des manifestations théâtrales, notamment des œuvres des classiques allemands ».

  • 1 Norman N. Naimark : « Die Sowjetische Militäradministration in Deutschland und die Frage des Stalin (...)

3Ils se comportaient comme les « prêtres de la vraie religion », dont les actions reposaient sur « la conviction profonde de la suprématie de la voie bolchevique ».1

  • 2 Pour plus de renseignements, voir Peter Erler : « ’Moskau-Kader’ der KPD in der SBZ », in : Manfred (...)
  • 3 C’est ce que montra p. ex. le conflit avec la CDU en SBZ ; cf. Gerhard Wettig : « Der Konflikt der (...)
  • 4 John Lewis Gaddis : We Now Know. Rethinking Cold War History, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 31.

4Afin d’imposer sa volonté, la puissance d’occupation soviétique ne mit pas seulement en place la SMAD, mais aussi des cadres communistes de nationalité allemande. Un noyau de « dirigeants » – d’une petite centaine de personnes – formés au moule soviétique et fidèles à l’URSS fut ramené pendant la guerre de Moscou en Allemagne (les cadres de Moscou – Moskau-Kader2). Le reste de l’appareil du parti fut constitué par cooptation, sous contrôle soviétique, et toutes les tendances à l’autonomie communiste furent soigneusement éliminées. Les communistes est-allemands recevaient des instructions strictes de la SMAD. Ainsi, Lénine avait formulé une conception de la « démocratie », celle-ci n’étant pas l’expression même du peuple, mais le devoir d’appliquer une politique au service du peuple, telle que l’enseignement marxiste-léniniste l’avait définie une fois pour toutes. étant donné que la direction soviétique agissait en fonction de ce principe, il en résulta que la seule garantie d’un comportement démocratique était l’obéissance au Kremlin. Au nom de la « démocratie », il était opportun de rappeler sans cesse sa soumission absolue à la volonté soviétique ; toute insubordination était considérée comme un geste hostile à la démocratie.3 D’un point de vue général, l’obéissance inconditionnelle paraissait indispensable.4 Pour Staline, les services des cadres allemands étaient importants avant tout parce qu’il pouvait prétendre, dans les discussions avec les occupants occidentaux, que les Allemands étaient manifestement de son côté contre l’Occident.

  • 5 Cf. Peter Erler/Horst Laude/Manfred Wilke (éds.) : ’Nach Hitler kommen wir’. Dokumente zur Programm (...)

5Il fallait donner l’impression qu’il ne s’agissait pas du pouvoir ni des intérêts idéologiques de l’URSS. C’est pourquoi, selon la version officielle, les mesures de transformation politique et sociale en zone soviétique ne visaient qu’à « parachever la révolution bourgeoise démocratique ». On ne devait pas parler de « dictature du prolétariat ». À l’occasion de la refondation du parti en juin 1945, Staline donna ordre au KPD d’expliquer publiquement « qu’il serait erroné de vouloir imposer le système soviétique en Allemagne, car cette voie ne correspondait pas aux conditions actuelles de développement en Allemagne ».5

  • 6 T.V. Volokitina : « Stalin i smena strategitcheskogo kursa Kremlja v konce 40-ch godov : ot komprom (...)
  • 7 Note de Pieck sur l’entretien de Staline avec les dirigeants du KPD le 4.6.1945, in : R. Badstübner(...)
  • 8 Voir, comme exemples, les notes de Pieck sur la préparation du deuxième congrès du SED au début de (...)
  • 9 Cf., entre autres, R.C. Raack : « Stalin Plans his Post-War Germany », in : Journal of Contemporary (...)
  • 10 G.R. Kynin/J. Laufer : Vvedenie, in SSSR i germanskij vopros, 1941-1949. Dokumenty iz Archiva vnech (...)
  • 11 Par exemple avant la proclamation de la RDA : voir les projets et notes du fonds Pieck relatifs au (...)
  • 12 Cf., par exemple, la conférence de Tjulpanov du 8 mai 1948, in : R. Badstübner /W. Loth (note 5), p (...)
  • 13 Cf., par exemple, la communication de Serov sur la situation intérieure en SBZ, 7 août 1946, in : R (...)
  • 14 Cf., par exemple, l’entretien chez le maréchal Bokov, 23 janvier 1946, in : R. Badstübner/ W. Loth (...)

6C’est très intentionnellement que l’URSS fit porter son renoncement à la soviétisation aussi bien sur les conditions d’alors que sur le « chemin » choisi : la transposition du modèle soviétique en Allemagne était prévue pour plus tard par les instances dirigeantes.6 Comment appliquer un tel programme dans une Allemagne occupée par quatre puissances ? À cet égard, les « cadres de Moscou » revêtaient pour Moscou une importance décisive : ils devaient être les « courroies de transmission » (comme on disait à l’époque de Staline) entre la puissance d’occupation et les Allemands. La volonté soviétique que les « cadres de Moscou », et l’appareil du parti qu’ils dominaient, avaient fait leur s’exprimait d’une part par les « organisations sociales » (telles que les syndicats, les associations de jeunesse et de femmes), qui, tout en ayant l’air indépendantes, étaient en fait dans la main des communistes, d’autre part par les partis du « bloc antifasciste démocratique » (excluant toute opposition fondamentale), au sein duquel le KPD/ SED assurait le rôle directeur. Le rôle central, assigné au parti communiste, fut assorti d’un contrôle particulièrement intensif et strict. Certes, il peut paraître paradoxal que l’URSS tînt la bride particulièrement courte à ceux qui, précisément, partageaient son idéologie, mais ceci était dans la logique des choses quand on pense qu’eux seuls devaient présider à l’évolution politique du pays. C’est pourquoi, plus que tout autre, ils furent l’objet de l’attention vigilante des Soviétiques. Le 4 juin 1945, au cours d’un entretien avec les responsables de l’émigration à Moscou, Staline fixa les lignes directrices de la structure du parti, de leur programme politique et de la répartition des postes. Sur la base de ces directives, ces dirigeants allemands précisèrent les détails avec des représentants du PCUS.7 Aucune des mesures concernant les questions de personnel, de structures et d’orientation ne fut prise sans l’assentiment de la puissance occupante, et même, le plus souvent, elles furent prises à son initiative. Les représentants de la SMAD assistaient à toutes les réunions et manifestations. Tous les documents leur furent soumis : ils les restituaient avec, en règle générale, suggestions, commentaires et/ou corrections détaillés.8 Dans les cas les plus importants, Tjulpanov et ses collaborateurs demandèrent des directives à Moscou. Souvent les affaires furent présentées à Staline pour décision, et il n’est pas rare que ce dernier s’occupât aussi de régler des questions de détail.9 Les décisions fondamentales furent toujours prises par le chef du Kremlin, qui ne laissait aux autres hauts dirigeants aucune liberté de manœuvre.10 Aux points cruciaux de l’évolution, les représentants du KPD/ SED furent convoqués à Moscou pour recevoir de lui personnellement ses instructions.11 Il n’y eut pratiquement aucune affaire du parti qui ne fût décidée par l’occupant. Il en prit souvent l’initiative sous forme de conférence à huis clos,12 de simple communication – en apparence -13 ou d’entretien personnel.14

  • 15 Exposé du commandant Nazarov (un des représentants de Tjulpanov), protocole verbal de la séance de (...)
  • 16 Jochen Laufer : « Die UdSSR und die Einleitung der Bodenreform in der Sowjetischen Besatzungszone » (...)
  • 17 Cf., entre autres, les notes de Pieck se rapportant à ce sujet, in : R. Badstübner /W. Loth (note 5 (...)

7Un rapport interne des services de Tjulpanov décrit la façon dont les officiers d’occupation soviétiques donnèrent leurs directives. Chaque responsable de la SMAD se tournait vers son partenaire est-allemand compétent en lui signalant « que nous avons un avis » et en rajoutant « qu’il serait bon » que la partie est-allemande exposât son point de vue sur le problème considéré. Après l’assentiment de son interlocuteur et sa demande d’explications pratiques, l’officier soviétique insistait sur le fait qu’il ne s’agissait que de simples remarques et absolument pas d’un ordre. Ensuite, il sortait un texte déjà préparé, qu’il mettait à la disposition de son interlocuteur. Après avoir reçu de nouveaux éclaircissements oraux, ce dernier demandait à ses collaborateurs de préparer un projet sur la base du document qui lui avait été remis. Lors du rendez-vous suivant dont ils étaient convenus, l’officier soviétique prenait connaissance du résultat, le soumettait à un examen approfondi et le corrigeait. Comme le soulignait explicitement le rapport soviétique, les services de Tjulpanov avaient retravaillé pratiquement tous les documents est-allemands : toutes les décisions et prises de position préparées par l’appareil du KPD/SED avaient été vérifiées. Toutes les remarques qui avaient été faites furent acceptées. Aussi n’y avait-il « aucun de ces documents qui n’ait été rédigé et approuvé par nous dans son entier. »15 Au vu des archives accessibles, il s’avère que les mesures du KPD/ SED furent réellement et constamment prises à l’instigation des Soviétiques. La réforme agraire en fut la première illustration : Staline en imposa l’application peu après la fin de la guerre, à la surprise des « cadres de Moscou » et à l’encontre de projets antérieurs.16 Et il est avéré que c’est Moscou qui ordonna aussi le tournant décisif de 1947/48, par lequel le SED se transforma en un « parti d’un type nouveau ».17

  • 18 Stefan Creuzberger : Die sowjetische Besatzungsmacht und das politische System der SBZ, Weimar, Böh (...)

8La dépendance à l’égard de l’URSS était un thème dont il était interdit de parler même dans les hautes sphères du parti. Elle ne put pourtant être totalement occultée. Le devoir imposé aux communistes allemands de justifier ou tout au moins d’enjoliver toutes les méthodes soviétiques – jusques et y compris les démontages catastrophiques, les procédés arbitraires de l’appareil de sécurité et les exactions de l’Armée rouge – n’en constitue pas le moindre témoignage. En tant que « parti russe » (Russenpartei), les communistes allemands se discréditèrent toujours plus aux yeux de la population, comme la SMAD en fit l’amer constat, et perdirent ainsi une bonne part de l’intérêt politique qu’ils représentaient pour l’occupant. La tentative soviétique de mettre un terme à cette évolution, en concédant aux cadres allemands un certain droit à la différence, calculé et presque insignifiant, resta sans effet et fut bientôt interrompue par la radicalisation générale du cours de la politique.18

  • 19 Cf. Michael Lemke : « Die deutschlandpolitischen Handlungsspielräume der SED innerhalb der sowjetis (...)
  • 20 Zapis’ besedy I.V. Stalina s rukovoditeljami SEPG [compte rendu de l’entretien du 31 janvier 1947], (...)

9Pour les dirigeants et les cadres du parti est-allemand, la stricte soumission à l’URSS était moins frustrante qu’elle n’en a l’air avec le recul. D’une part, malgré la souveraineté non partagée, il s’agissait d’une relation dont chacun des deux protagonistes tirait profit19 : pendant que l’occupant, par le biais de ses représentants allemands, pouvait agir sur la vie du pays, ces derniers étaient redevables à leurs protecteurs soviétiques de leur position de pouvoir et de leur conscience de vainqueurs. D’autre part, la direction communiste est-allemande n’était pas complètement écartée des décisions politiques. Elle contribuait à l’élaboration des décrets soviétiques par des rapports d’experts, par des recommandations sur le personnel et des évaluations de la situation, qu’ils établissaient sur ordre de l’occupant. Ces procédés reflétaient aussi les rapports de domination : les dirigeants du KPD/ SED allaient régulièrement chercher à la SMAD des informations précises sur les attentes de Moscou avant que de se prononcer. C’est seulement quand le Kremlin plaçait le parti est-allemand dans une situation qui était ressentie comme une menace pour son existence que ses plus hauts responsables osaient émettre ouvertement un avis divergent : quand, au cours d’un entretien avec la troïka dirigeante du SED, le 31 janvier 1947, Staline se prononça en faveur de la ré-autorisation du SPD en zone soviétique afin d’obtenir l’autorisation du SED dans les zones occidentales – ce qu’il estimait être d’une importance décisive – il se heurta à une opposition. Aux yeux d’Ulbricht, Pieck et Grotewohl, la renaissance du SPD suscitait la crainte d’un ébranlement des bases de leur régime, tandis que Staline estimait qu’investis de leur autorité, les communistes de la zone devaient être tout simplement capables d’avoir la haute main sur les sociaux-démocrates. Il est bien évident qu’après une telle répartie, les responsables de la SED renoncèrent à exprimer à nouveau leur désaccord.20

10Dans un seul cas, les dirigeants communistes de zone soviétique dévièrent du cours que la SMAD les incitait à suivre : en décidant, en mai 1947, de répondre à l’invitation de participer à la conférence de Munich des ministres-présidents. Cette marque d’autonomie très inhabituelle se comprend dans le contexte de l’époque, caractérisé par les trois éléments suivants :

  1. La direction du SED était sous la pression extrêmement forte de la population, des autres partis du bloc et même de ses propres membres en faveur de la participation, car cette conférence était perçue comme celle de la dernière chance – manifestement – pour sauver l’unité nationale ;

  2. La direction communiste ne sembla se rallier à ce courant de pensée qu’en apparence, car, dans ses instructions aux ministres-présidents de la zone, elle tenait pour sûr qu’il y aurait un violent éclat à Munich, avant même que ne commence la discussion prévue par la partie invitante sur les problèmes de l’unité allemande ;

    • 21 Jochen Laufer : « Auf dem Wege zur staatlichen Verselbständigung der SBZ. Neue Quellen zur Münchene (...)

    Dans ce cas précis, les consignes données par les autorités d’occupation n’avaient pas l’appui du Kremlin. Ce dernier n’avait pas initialement formulé de recommandation. C’est sur son instruction, selon toute vraisemblance, que la SMAD finit par accepter le point de vue du SED.21

11En tout cas, il ne s’agissait de rien d’autre que d’une variante tactique, imposée par une considérable pression en politique intérieure.

  • 22 Réponse de la direction du SED aux questions de Moscou pour la préparation d’un entretien avec Stal (...)
  • 23 Siegfried Suckut : « Zur Vorgeschichte der DDR-Gründung », in : Die Deutschlandfrage von Jalta und (...)
  • 24 Jan Foitzik : « Die Sowjetische Militäradministration in Deutschland [Introduction] », in : Institu (...)

12Les relations entre l’URSS et le KPD/SED furent essentiellement déterminées par deux facteurs correspondant à des orientations différentes : d’une part, les communistes est-allemands appartenaient à une nation soumise à un régime d’occupation, d’autre part, en tant que membres d’un front international des partis basé à Moscou, ils avaient le droit à la solidarité « internationale ». L’attitude soviétique face aux « camarades » de la zone fut bien davantage marquée par le droit d’occupation que par la communauté de pensée communiste. Cela sauta tout particulièrement aux yeux lors de la fondation du bureau du Kominform en septembre 1947 : en tant que représentant d’un pays occupé, le SED ne reçut ni invitation ni même communiqué d’information ; ce n’est que par un communiqué de presse officiel qu’il apprit que le PCUS avait rassemblé les autres partis pour former avec eux un front anti-occidental. Quand, plus d’un an après, les dirigeants communistes est-allemands demandèrent à Moscou d’en être membres,22 Staline repoussa leur requête en la jugeant « prématurée ».23 Déjà fin 1946, Ulbricht avait échoué auprès de Moscou quand il tenta – vœu exprimé de manière indirecte – d’obtenir que l’occupant confie aux cadres est-allemands les décisions économiques, en raison des bons résultats auxquels ils étaient parvenus en matière de transformation sociale, et de se limiter, dans ce secteur, à l’exercice d’un contrôle.24

2. La puissance d’occupation et les partis non-communistes

13Etant donné que les partis non-communistes devaient être indirectement guidés par le KPD/SED, des instructions directes paraissaient inutiles. Afin d’éviter de donner au dehors l’impression d’une tutelle trop importante, la SMAD cherchait autant que possible à se limiter à des mesures de contrôle, de censure a posteriori et à des mises en garde. Elle n’entendait intervenir directement sur la conception de leur politique et la prise de décision que lorsqu’elle ne voyait pas d’autres moyens d’éviter des troubles graves pour sa propre politique. Aussi le SPD, la CDU et le LDP(D), à la différence du KPD, ne discutaient-ils pas au préalable, avec la SMAD, de leurs communiqués et résolutions ; les officiers d’occupation se contentaient d’assister aux sessions et aux manifestations pour observer et exercer une action préventive. Il ne s’agissait pas de créer par là même un espace de liberté relative : d’après un document interne, les services de Tjulpanov se tenaient sans cesse informés

  • 25 M.I. Semirjaga (note 17), p. 53.

« des évolutions au sein des partis politiques autorisés, tout en cherchant à les influencer de manière active en suivant les conceptions définies par le Comité central du PCUS, dont ils recevaient toutes les instructions nécessaires. »25

14À l’été 1945, afin de faciliter et de renforcer cette influence, l’URSS avait conditionné l’autorisation du SPD, de la CDU et du LDP(D) à l’implantation du siège de leurs directions nationales dans le secteur Est de Berlin.

  • 26 G. Wettig (note 3), pp. 114-119.

15La puissance d’occupation orientale semble avoir escompté que les mesures de sécurité qu’elle avait prises allaient suffire à maintenir les sociaux-démocrates et les autres partis bourgeois dans la ligne politique prévue, afin d’éviter d’intervenir directement au niveau central. Mais, malgré l’aide soviétique massive, les cadres du KPD n’arrivaient souvent pas à bout des autres forces politiques ; on ne parvenait pas au consensus sur la ligne fixée par Moscou. Les partis démocratiques se refusaient à reconnaître a priori le rôle directeur des communistes et leur droit à poser les termes du consensus. Même lorsque la pression et la contrainte exercées par la SMAD ne pouvaient être ignorées, ces partis ne comprirent pas que ce procédé résultait de la conception selon laquelle le KPD devait jouer le rôle d’un acteur délégué agissant au nom de l’occupant. C’est pourquoi les opposants nourrissaient l’illusion que leur plein engagement devait permettre de réussir ou tout au moins de limiter les erreurs. Malgré tous les efforts préventifs de la SMAD, les crises graves se succédèrent et ne purent rester cachées aux yeux de l’opinion publique. L’un des premiers temps forts du conflit fut atteint en décembre 1945 avec la révocation des présidents de la CDU, Andreas Hermes et Walther Schreiber, que Tjulpanov se vit finalement obligé d’imposer arbitrairement – après de nombreux et vains efforts pour maintenir un semblant de légalité.26

  • 27 Rapport de Tjulpanov d’après le protocole de la séance de la commission du Comité central chargée d (...)

16L’occupant soviétique considérait comme particulièrement dangereuse l’évolution au sein du SPD. En zone orientale, les sociaux-démocrates devançaient les communistes auprès d’une large partie de la population et tout particulièrement auprès de la classe ouvrière, sur laquelle misait pourtant le KPD. Cela contrevenait aux plans du Kremlin. C’est pourquoi le KPD devait d’abord parvenir à la prééminence politique, puis devenir un parti de type marxiste-léniniste et enfin constituer une union avec le SPD. Au sein de cette union qui devait être dominée et marquée au sceau des communistes, le SPD devait être l’élément mineur. Mais, comme le colonel Tjulpanov l’exposa dans une lettre à Moscou, les élections qu’il fallait organiser en vertu des accords interalliés risquaient d’être perdues : ce serait une défaite pour le KPD aux yeux du monde entier et cela saperait toutes ses prétentions à assurer le leadership politique. Seule une fusion rapide avec les sociaux-démocrates pourrait épargner cet affront aux communistes. En raison de cette situation impérieuse, les responsables de la SMAD estimaient qu’il fallait renoncer aux conditions préalables qui avaient été posées. Conformément à ce point de vue, le Conseil des ministres soviétique, dirigé par Staline, prit la décision de procéder immédiatement à la « fusion des deux partis de la classe ouvrière ». Pendant les six mois qui suivirent, les services de Tjulpanov concentrèrent leurs efforts à obtenir l’aval du SPD par tous les moyens : persuasion, pression et surtout contrainte.27

  • 28 Lettre de L. Baranov à M.A. Suslov, 25 octobre 1947, RCChIDNI, 17, 128, 1097, f. 1 ; rapport de S. (...)

17Après le début de la confrontation Est-Ouest, à la mi 1947, le Kremlin n’eut plus aucun égard pour les puissances occidentales. L’espace de liberté déjà étroit des « partis bourgeois » se restreignit encore. Prenant prétexte de leur refus de participer au « Congrès populaire pour l’unité [nationale] et la paix », organisé par le SED à l’instigation – secrète – de l’Union soviétique, le colonel Tjulpanov voulut régler son compte à la CDU, ce qu’il attendait depuis longtemps. Le congrès n’avait pas seulement été organisé en vue du combat politique contre l’Occident. Conformément aux intentions confidentielles des Soviétiques et du SED, il devait servir à marginaliser complètement les forces non-communistes en instaurant, à côté des partis, des « organisations sociales » dirigées par des communistes fiables, ce qui assurait ainsi au SED une énorme majorité au sein du bloc. Le remplacement des dirigeants Jakob Kaiser et Ernst Lemmer par une direction soumise n’était qu’un début. Suivirent une campagne initiée par l’URSS en faveur d’un nouveau cours politique, un renouvellement du personnel du sommet vers la base et une épuration menée par les services de sécurité soviétiques. Seul l’emploi de la contrainte directe permit à l’occupant d’imposer sa volonté en la matière. Ce n’est que plus d’un an après que les services de Tjulpanov se sentirent assez sûrs d’eux pour oser organiser la tenue d’un congrès de la CDU. Mais même alors, les responsables soviétiques ne parvinrent à faire voter, et donc légitimer, les transformations en cours qu’au prix d’efforts considérables et d’une intervention directe. Par là même, ils scellaient la soumission de la CDU au SED. La mise au pas ne put être parachevée qu’au début des années cinquante. Pas même le LDP(D), qui avait pourtant adhéré au mouvement du congrès populaire de l’automne 1947, ne put échapper à la satellisation. Comme sa résistance fut moins vive, cela se passa de façon moins dramatique.28

  • 29 Lettre de S. Tjulpanov à L. Baranov, 7 mai 1948, RCChIDNI, 17, 128, 568, f. 103-105 ; lettre de S. (...)

18Même après avoir perdu tout espace d’autonomie, la CDU et le LDP(D) restaient mal vus par l’occupant. Certes, ils paraissaient utiles comme courroies de transmission de l’influence de l’Est vers les zones occidentales à caractère « bourgeois », mais ils constituaient une source potentielle de danger en zone orientale en raison du soutien dont ils jouissaient auprès de la population en tant que seules alternatives au SED. Aussi le Kremlin chercha-t-il à réduire leur potentiel électoral et à placer la plus grande part possible de ce potentiel sous contrôle communiste. Sur instruction de Moscou, Tjulpanov préparait la constitution de partis pseudo-bourgeois, dont l’organisation devait être placée entre les mains de cadres fiables, formés à Moscou à la demande même du Kremlin. C’est ainsi que naquirent, en avril et mai 1948, le Parti démocratique des paysans (Demokratische Bauernpartei Deutschlands/DBD) d’une part et le Parti national-démocratique allemand (National-Demokratische Partei Deutschlands/ NDPD) d’autre part. Le premier avait été créé à l’intention de la population rurale ; le second devait servir de réceptacle pour les cercles de tendance nationaliste et pour les anciens membres de la NSDAP et de la Wehrmacht.29

3. Développement des structures internes de l’État

  • 30 Fondamental sur ce sujet, V.I. Lénine : Polnoe sobranie sotchinenij, vol. 33, Moscou, Gos. izd. pol (...)
  • 31 Cela avait déjà été envisagé, dans le contexte des plans élaborés à Moscou pour l’Allemagne d’après (...)
  • 32 Cf. Wolfgang Leonhard : Die Revolution entläßt ihre Kinder, Cologne/Berlin, Kiepenheuer & Witsch, 1 (...)

19Du point de vue de Moscou, il allait de soi que les autorités d’occupation devaient modeler, par leur propre action, le noyau des futures structures internes du pouvoir, les administrations et les services de sécurité, et qu’elles ne devaient pas se contenter d’appliquer des recommandations et des ordres précis. Trois principes, essentiellement, devaient servir de règle : la destruction totale de l’ancien État bourgeois et son remplacement par des structures fondamentalement neuves ;30 la concentration plutôt que la séparation des pouvoirs ;31 et, ce n’était pas le moins important, le placement de cadres communistes fiables dans les positions clés (ceci à cacher autant que possible à l’opinion publique).32

  • 33 D.N. Fillippovych : Sovetskaja Voennaja Administracija v Germanii : voenno-polititcheskij aspekt de (...)
  • 34 Cf. les propos de Staline devant les dirigeants du SED le 31 janvier 1947, in : cf. note 20, p. 36.
  • 35 Cf., entre autres, les notes de la DVdI au sujet de l’ordre n° 0212 de la SMAD du 30 juillet 1946 [ (...)

20Contrairement au système en vigueur en URSS, Moscou s’était prononcé à la fin de la guerre, en accord avec les vues occidentales, pour une Allemagne décentralisée. Même si l’idée de décentralisation était restée très théorique en zone orientale, elle causa un dysfonctionnement des structures administratives qui, par ailleurs, fonctionnaient sur le modèle fixé par les Soviétiques. Une politique reposant sur des consignes données au niveau central, et visant à l’établissement de conditions homogènes dans la zone, devait, en toute logique, être établie et appliquée par une instance unique. Quand une même initiative était annoncée en plusieurs lieux, la SMAD et le KPD/SED n’arrivaient pas à la coordonner efficacement, d’autant plus que celle-là n’était pas structurée d’un seul tenant. Selon le principe cher à Staline, « diviser pour mieux régner », il y avait eu de terribles luttes d’influence et des rivalités au sein de la SMAD, si bien que les Allemands avaient reçu des instructions différentes venues de divers côtés.33 Moscou considéra que le danger qui en résultait était beaucoup trop grand et se décida à uniformiser la vie politique en zone par la centralisation des principales administrations.34 En 1946/47, deux administrations centrales très importantes furent fondées successivement en zone soviétique : l’Administration allemande de l’Intérieur (Deutsche Verwaltung des Innern/ DVdI) et la Commission économique allemande (Deutsche Wirtschaftskommission/ DWK). Elles constituèrent l’embryon de l’appareil d’État est-allemand.35

  • 36 Zapis’ besedy I.V. Stalina s rukovoditeljami SEPG [compte rendu de l’entretien du 31 janvier 1947], (...)
  • 37 I. Serov (vice-ministre de l’Intérieur de l’URSS) à S.N. Kruglov (ministre de l’Intérieur de l’URSS (...)
  • 38 Cf. note 37 ; cf. N.M. Naimark (note 18), pp. 360-361 ; cf. S. Creuzberger (note 18), pp. 31-32 ; c (...)

21Alors que les autorités d’occupation intervinrent de manière indirecte dans la mise en place des administrations – par le biais des « cadres » qu’ils guidaient et contrôlaient –, elles s’occupèrent directement de la constitution des services de sécurité. Tout d’abord, cela ne concerna que la police, car Staline, avant la confrontation avec les Occidentaux à la mi 1947, ne voulut établir ni services secrets, ni unités militaires.36 Les polices régionales naquirent après la fin de la guerre et furent placées sous le contrôle direct des bureaux de l’Intérieur de la SMAD. Les cadres communistes nommaient le personnel sur la base de recommandations. En décembre 1946, près de 90 % des policiers étaient membres du SED. Comme dans les administrations, les vagues d’épuration se succédèrent, ce qui permettait de s’assurer d’une part de la fiabilité politique, d’autre part du caractère prolétarien de la police.37 Pendant les deux premières années, les services soviétiques se réservèrent les missions de sécurité les plus importantes d’un point de vue politique, s’adjoignant bien sûr des informateurs et complices allemands et, en cas de besoin, attribuant aux forces de police des tâches étroitement délimitées. Les « commissariats 5 » et plus précisément les sections K5 qui en étaient l’émanation, avaient été conçus spécialement pour ce type de fonction d’assistance : officiellement, ils constituaient une police criminelle, mais en fait il s’agissait d’une organisation spéciale effectuant des missions de surveillance et directement placée sous le contrôle des services de sécurité soviétiques.38

  • 39 Vremennoe polotchenie o nemeckom upravlenii Vnutrennich del v Sovetskoj zone okkupacii Germanii, pu (...)
  • 40 Vremennoe polotchenie o kriminal’noj policii Sovetskoj zony okkupacii Germanii, confirmé par S. Gor (...)
  • 41 Lettre du colonel Dollada à K. Fischer (en russe), 1er octobre 1949, BAB, MdI 7/47, f. 84-98.
  • 42 Lettre de K. Fischer au colonel Dollada (en russe), 12 août 1948, BAB, MdI 7/42, f. 34s. ; lettre d (...)

22Après l’éclatement de la guerre froide, à la mi 1947, l’Union soviétique déclara l’intensification du combat contre les ennemis de classe, intérieurs et extérieurs, dans la zone d’occupation. Peu auparavant, les dirigeants du SED reçurent l’instruction de procéder à une « transformation de l’Allemagne » sur le modèle soviétique.39 Cette tendance se radicalisa par la suite jusqu’au printemps 1949 où fut établi le principe de la « justice populaire ». À partir de ce moment-là, la jurisprudence n’eut plus qu’à se conformer expressément aux instructions politiques. Peu après, la SMAD décréta que les tribunaux et la police devaient tout particulièrement concentrer leurs efforts à la lutte contre les « crimes politiques ». Les jugements prononcés dans les procès politiques étaient l’objet d’une attention systématique. Un catalogue des sanctions à prendre selon les situations fut établi. Si le tribunal se prononçait pour une peine plus modérée, la décision devait être révisée.40 À l’automne 1949, toutes les associations privées furent dissoutes sur ordre de la puissance d’occupation, de telle sorte que, même en dehors de la sphère politique, seules les organisations dirigées par le SED continuaient d’exister.41 En 1948, la SMAD donna aux administrations est-allemandes des consignes précises concernant leur organisation, les règles de confidentialité, la structure hiérarchique, le règlement disciplinaire et l’établissement des statistiques. Ainsi les autorités de la zone ne disposaient-elles d’aucune liberté d’action : leur tâche consistait, en coordonnant le travail, à faciliter le contrôle exercé par l’occupant.42

  • 43 Cf. les notes de Pieck sur une discussion entre les dirigeants du SED et Tjulpanov et Nazarov le 14 (...)
  • 44 Cf., par exemple, la lettre de S. Gorochov à K. Fischer, 14 juillet 1949, BAB, MdI 7/45., f. 240.
  • 45 Dans les dossiers est-allemands se trouvent deux versions de cette directive : celle du 19 juillet (...)
  • 46 Heribert Schwan : Erich Mielke. Der Mann, der die Stasi war, Munich, Droemer Knaur, 1997, pp. 82, 8 (...)
  • 47 Ordre n° 201 du chef de la SMAD : instructions pour l’application des directives n° 24 et n° 38 du (...)
  • 48 N.M. Naimark (note 18), p. 361 ; Alexandr Haritonow : Sowjetische Hochschulpolitik in Sachsen 1945- (...)
  • 49 Rapport sur un entretien avec Mielke, sans date [novembre 1947], BAB, MdI 7/421, f. 65 ; ordre de l (...)
  • 50 P. Erler (note 47), p. 87.
  • 51 Réponses du SED aux questions de Staline en vue de l’entretien prévu le 18 décembre 1948, in : R. B (...)
  • 52 R. Badstübner/W. Loth (note 5), p. 252 ; Monika Tantzscher : « ‘In der Ostzone wird ein neuer Appar (...)
  • 53 Walter Süss : Das Verhältnis von SED und Staatssicherheit. Eine Skizze seiner Entwicklung, BF infor (...)
  • 54 Walter Süss : « ‘Schild und Schwert’ – Das Ministerium für Staatssicherheit und die SED », in : Kla (...)

23La police resta sous la coupe étroite des Soviétiques43 et fut dotée d’une organisation et d’un armement plus efficaces.44 Dans toutes les organisations armées travaillant au titre de la police, un système de commissaires du parti, sur le modèle des commissaires politiques de l’Armée rouge, fut introduit en juillet 1948 conformément aux instructions soviétiques.45 Erich Mielke, l’homme de confiance d’Ulbricht pour les contacts avec la SMAD en matière de sécurité, fut chargé de sa mise en place.46 Par ordre n° 201 du 16 août 1947, de larges compétences furent attribuées à la section K5 de la DVdI, dirigée par Mielke sur le plan administratif, mais qui dépendait directement des services de sécurité soviétiques pour la direction des opérations : décider qui, des anciens membres de la NSDAP, serait sanctionné ou, au contraire, gracié ; « lutter contre les activités criminelles des ennemis du nouvel ordre démocratique »; étouffer les déclarations anticommunistes ; empêcher toute action visant à contrecarrer les mesures soviétiques. Les sections K5 agissaient en tant qu’organisations allemandes d’obédience soviétique.47 Elles devinrent un instrument de « pénétration et d’inspection » de toutes les autres administrations. Les instructeurs soviétiques les y « aidaient » : ils introduisaient les pratiques soviétiques, en particulier les méthodes d’observation « discrète » et les techniques d’usure lors des interrogatoires. Selon le modèle soviétique, on recruta le nouveau personnel dans la classe ouvrière.48 Au cours des six premiers mois de 1948, les sections K5 reçurent de la SMAD l’autorisation de donner des directives à la justice et de procéder à des arrestations sous contrôle soviétique.49 À la même époque environ, furent créés des « comités de protection des biens publics » (Komitees zum Schutz des Volkseigentums). Il s’agissait en fait d’une police secrète à caractère politique, dépendant expressément des services de sécurité soviétiques.50 Un an plus tard, ces derniers décidèrent de remplacer les sections K5 par les comités et de leur accorder le statut de « section principale ».51 Au printemps 1949, les sections K5 avaient été intégrées. L’Union soviétique envoya plus de cent experts du ministère de la Sécurité pour transformer cette organisation en un appareil de sécurité parfaitement équipé ;52 ils furent les « vrais fondateurs » de la future Stasi en RDA.53 Par la suite, les instructeurs soviétiques restèrent omniprésents et fixèrent sans aucune restriction les missions des « Tchékistes » est-allemands.54

  • 55 Erich W. Gniffke : Jahre mit Ulbricht, Cologne, Verlag Wissenschaft und Politik, 1966, pp. 262s.
  • 56 Souvenirs de Heinz Hoffmann, reproduits in : Ich schwöre. Eine Bilddokumentation über die Nationale (...)
  • 57 Note du capitaine Ljulka pour M. Gribanow, 15 juillet 1948, AVPRF, 0457a, 5, 33, 27, f. 162-168 ; n (...)
  • 58 Ministerstvo inostrannych del SSSR, Istoritchesko-diplomatitcheskoe upravlenie : Germanskij vopros (...)
  • 59 Lettre de K. Fischer au général Gorochov, 11 mars 1949, BAB, MdI 7/48, f. 164s. D’après l’avis d’un (...)
  • 60 Voir les mémoires de G. Kaekow, ibid., p. 1.
  • 61 Cf. G. Glaser (note 43), p. 60 ; Dokumentation, ibid., pp. 254-258.

24La mise sur pied d’unités armées visait à équiper le régime du SED en instruments de pouvoir, indispensables aux yeux de Staline en raison des tensions toujours accrues sur l’Allemagne. Au printemps 1947, dans une discussion interne, Ulbricht dit que la SMAD avait commencé les préparatifs en vue d’établir un corps de police centralisé et armé.55 Le secrétaire général du SED et quelques militaires politiquement fiables furent impliqués dans la planification des détails militaires.56 Mi 1948, afin de renforcer ses forces de contrôle sur la ligne de démarcation interallemande, l’occupant annonça la création d’unités encasernées de police des frontières.57 C’est le 2 juillet 1948 que Staline ordonna la mise en place des unités encasernées, qui devaient porter les armes de l’ancienne Wehrmacht et recevoir une instruction militaire régulière. Pour préparer ces unités à leur tâche, 5000 hommes de troupe, 100 officiers et 10 généraux devaient être choisis parmi les prisonniers de guerre encore en URSS.58 Parmi les soldats de métier enrôlés, on trouvait notamment des spécialistes des blindés, de la défense anti-char, de l’artillerie, des transmissions et du génie ainsi qu’un certain nombre de marins et d’aviateurs.59 Ces unités étaient placées sous le contrôle direct des forces d’occupation. Depuis leur création, les officiers soviétiques contrôlaient la vie quotidienne et les activités de ces formations militaires.60 À plusieurs reprises, les autorités d’occupation intervinrent en donnant des instructions embarrassantes, notamment un ordre qui exclut du service plusieurs catégories de personnes (par exemple tous les hommes qui avaient des parents dans les zones occidentales).61

  • 62 Ordre n° 175 du Commandant en chef de la SMAD du 26 avril 1949, mentionné in : ordre n° 0036 du com (...)
  • 63 Décision du Conseil des ministres soviétique [présidé par Staline du 18 juin 1949, No. 2625-1044 ss (...)
  • 64 Ordre n° 0035 du commandant en chef de la SMAD, 8 août 1949, AVPRF, 0458, 264 ss, 314, 0036, f. 6-1 (...)
  • 65 Décision du Conseil des ministres de l’URSS, n° 1708-665 ss, signée par J.W. Staline et contresigné (...)
  • 66 Décision du Conseil des ministres de l’URSS, n° 4594-2025 ss, 15 novembre 1951, reproduite dans la (...)
  • 67 Cf. R. Wenzke (note 65), pp. 253s. ; Thomas M. Forster : NVA. Die Armee der Sowjetzone, Cologne, Ma (...)
  • 68 Ordres du commandant en chef de la SMAD n° 0035 et 0036, tous deux du 8 août 1949, AVPRF, 0458, 264 (...)
  • 69 Voir à ce sujet Torsten Diedrich : « Aufrüstungsvorbereitung und -finanzierung in der SBZ/DDR 1948- (...)

25Ce fut la SMAD, souvent sur ordre de Staline comme on peut le constater, qui dirigea toutes les autres étapes de l’évolution des affaires militaires. Ce fut notamment le cas pour la mise sur pied des « écoles de la police populaire » en avril 1949,62 pour leur développement et pour l’instruction militaire de communistes fiables qui devaient occuper par la suite les postes de direction dans la future armée,63 pour la réorganisation des unités et leur accroissement,64 pour l’installation de forces de marine,65 la formation de cadres de l’aviation66 et la restructuration de l’armée de terre.67 Toutes les instructions que nous connaissons jusqu’à ce jour témoignent du souci des Soviétiques de régler dans le détail toutes les questions en suspens avec les chefs militaires est-allemands et de contrôler au plus près le respect des instructions données et la gestion du quotidien au sein de la troupe. Aussi mandat fut-il donné aux conseillers soviétiques omniprésents de formuler des consignes militaires précises et de contrôler tout ce qu’ils voyaient et apprenaient. L’étroite coordination de leurs activités était assurée par une organisation hiérarchisée.68 Le régime du SED n’avait qu’à s’occuper de l’administration et de l’approvisionnement.69

4. La proclamation de la RDA

  • 70 Obzor Kynina, section III, Archivno-operativnaja biblioteka, 11z, 71, 20, f. 608-610 ; G.N. Gorosch (...)
  • 71 Voir en particulier la lettre de V. Molotov à J.W. Staline, 21 octobre 1948, AVPRF, 06, 10, 36, 488 (...)
  • 72 Réponse [de la direction du SED] aux questions en vue de l’entretien [prévu avec Staline] du 18 déc (...)

26Dans la zone d’occupation soviétique, les principaux fondements d’un État communiste étaient en place depuis la mi-1948 au plus tard. Quand les puissances d’occupation occidentales procédèrent à la consolidation politique et étatique de leurs zones, le Kremlin estima opportun de contrer ouvertement cette évolution. Il laissa le SED déclarer que les Allemands allaient répondre à cette politique de division en déployant leurs propres efforts pour restaurer l’unité du pays. Ces propos furent la ligne directrice du deuxième Congrès populaire allemand qui se tint à Berlin-Est les 17 et 18 mars 1948.70 Concrètement, les initiateurs est-allemands mirent sur pied un Conseil populaire (Volksrat) allemand permanent, devant agir au nom du peuple allemand dans son entier. Ils fondèrent aussi des comités, chargés de préparer une constitution et des documents politiques pour un prochain État unitaire. Mais ces textes n’étaient pas rédigés par ces instances : c’est le Kremlin qui décidait de tout dans le détail. Tous les projets et prises de position que les services du Conseil populaire avaient d’abord rédigés selon le modèle soviétique étaient ensuite présentés à la SMAD puis envoyés à Moscou pour examen et correction. Là-bas, des services très haut placés dans la hiérarchie, parfois même Staline en personne, les soumettaient à une révision fondamentale et précise entraînant des modifications capitales.71 En outre, les dirigeants du SED ne cessèrent de demander conseil aux Soviétiques aussi bien pour les grandes lignes de la politique que pour les questions de détail.72

  • 73 Lettre de la direction du SED à Staline, 19 septembre 1949 ; ibid., pp. 294-297.
  • 74 Lettre de J. Dieckmann à V. Tschujkov, 8 octobre 1949, AVPRF, 082, 36, 183, 12, f. 4.
  • 75 Lettre de A. Gromyko à J.W. Staline, 6 octobre 1949, AVPRF, 07, 22a, 12, 138, f. 4-9 ; V. Lettre de (...)
  • 76 Notes de A. Sergeev, 12 novembre 1949, AVPRF, 082, 36, 183, 12, f. 18-24 ; Lettre de I. Ilitchëv à (...)
  • 77 Lettre de A. Gromyko à J.W. Staline, 10 octobre 1949, AVPRF, 07, 22a, 12, 138, f. 10‑12.

27Après des entretiens préalables avec la SMAD, les plus hauts dirigeants du parti demandèrent à Staline, au début de l’automne 1949, l’autorisation de transformer le « Conseil populaire allemand » en un Parlement en vue de la création du futur État. Cette assemblée devait ratifier la constitution, constituer un gouvernement, pourvoir aux postes de direction, recevoir le discours d’investiture du gouvernement, ajourner les élections, introduire le plan économique de cinq ans. étant donné que le SED avait coopté quelques Allemands de l’Ouest pour siéger au Conseil parlementaire – sans les citer nommément –, il prétendait ainsi avoir donné au nouvel État, qui devait s’appeler République démocratique allemande, une légitimité pour représenter l’Allemagne dans son ensemble.73 Globalement, le Kremlin était d’accord. Sur la base de propositions préparées de concert par la SMAD et le SED, puis modifiées par le ministère soviétique des Affaires étrangères, Staline donna son aval à un grand nombre de lois74 ainsi qu’à la nomination du président du Conseil des ministres, des membres du gouvernement et du président.75 Il fallait aussi l’autorisation de Moscou pour le choix du personnel dirigeant des différents ministères.76 Le règlement du gouvernement ne fut accepté par le Kremlin qu’après de nombreuses modifications.77

  • 78 Plan de la déclaration gouvernementale, 8 septembre 1949, reproduite in : S. Suckut (note 23), pp. (...)
  • 79 Déclaration du général V.I. Tschujkov, 10 octobre 1949, in : Dokumente zur Deutschlandpolitik der S (...)
  • 80 Cf. note 79 ; lettre de V. Semënov à V.M. Molotov [considérations rétrospectives], 4 juin 1953, AVP (...)
  • 81 Cf. note 5 ; Michael Lemke : « Die DDR und die deutsche Frage 1949-1955 », in : Wilfried Loth (éd.) (...)

28La direction du SED espérait que l’occupant allait désormais transférer les compétences en matière d’administration et de décision au nouveau gouvernement et se limiter au « contrôle global ». Pour prouver qu’ils étaient dignes de confiance, les communistes est-allemands confessèrent ouvertement la « culpabilité » et la « responsabilité » du peuple allemand dans la « politique de guerre agressive » et approuvèrent les « réparations », ce qui signifiait concrètement qu’ils s’engageaient à honorer toutes les exigences soviétiques en la matière. Cela devait être compris à Moscou comme l’expression de leur volonté de participer à la « lutte contre le fascisme et le militarisme » et « d’exécuter les accords de Potsdam » ; Moscou fut expressément assuré de la poursuite de la politique de soviétisation et de son extension à toutes les zones.78 Malgré tout cela, les dirigeants soviétiques n’étaient pas prêts à se contenter d’une mission de contrôle. Certes, ils prirent bonne note de ce que la direction [est]-allemande entendait travailler sur la base des accords de Potsdam et respecter les engagements résultants des accords interalliés quadripartites, mais elle ne lui confia que des fonctions d’administration,79 c’est-à-dire seulement des compétences dans le domaine de l’exécutif.80 La Commission de Contrôle soviétique (Sowjetische Kontrollkommission/SKK), qui remplaça la SMAD, devait vérifier que la volonté de l’URSS était partout exécutée. Elle fut également habilitée à exiger des fonctionnaires est-allemands toutes sortes d’informations, de les soumettre à des enquêtes et des contrôles et, sur procuration de Moscou, d’abroger leurs décisions et de leur donner des directives.81

  • 82 Grotewohl lors de la 23e (37e) réunion élargie du comité directeur du SED, le 9 octobre 1949, repro (...)

29Les dirigeants est-allemands étaient conscients qu’ils étaient exclusivement redevables de leur pouvoir à Moscou et, qu’en raison du manque d’appui de la population, ils étaient totalement dépendants du soutien soviétique. Leur processus de formation politique et idéologique les liait aussi à l’URSS et à Staline. Aussi multipliaient-ils leurs efforts pour s’attirer la bienveillance du Kremlin. Grotewohl expliqua aux dirigeants du parti que le « degré d’autonomie des Est-Allemands » devait désormais dépendre de la « confiance que l’Union Soviétique accorderait à notre gouvernement et aux représentants de notre gouvernement pris individuellement ». La « fiabilité politique » du SED et la qualité de son travail devaient être décisives pour savoir dans quelle mesure on allait pouvoir « reconquérir » l’autonomie en Allemagne, car, bien sûr, l’URSS devait s’assurer, lors du transfert de compétences, que ce processus « ne donnerait pas lieu à des expérimentations hasardeuses ».82

5. Conclusion

30Souvent, et pas seulement dans le cas ci-dessus mentionné, la direction du SED s’est imaginé que les décisions soviétiques étaient l’expression de sa propre volonté. Généralement, Berlin-Est a agi de manière à faire croire que la politique soviétique exprimait la vraie volonté des Allemands. C’était un procédé d’une valeur inestimable pour l’URSS. Le régime du SED soutenait sans réserve des mesures impopulaires et entreprenait, de son plein gré, de les légitimer, de les appliquer pleinement et même de les faire siennes. Il faisait comme si les mesures prises à Moscou étaient le fruit de décisions « autochtones » et offrait ainsi au Kremlin une marge d’action en politique intérieure allemande dont les puissances occidentales ne disposaient pas dans leurs zones. Ce rôle de « courroie de transmission » de la politique soviétique permit à Staline et à son équipe de s’immiscer directement dans les affaires et décisions de politique intérieure allemande sans avoir à assumer la paternité de leurs agissements ni à mettre en lumière le caractère interventionniste du procédé. Ils pouvaient justifier et poursuivre leur politique en prétextant le prétendu intérêt allemand. Ils impliquèrent sans réserve la partie allemande dans la poursuite de leurs objectifs, et se dérobèrent à toute critique gênante en prétextant qu’ils n’étaient pas les concepteurs de cette politique.

  • 83 En raison de remarques parfois trop ouvertement formulées, Pieck fut plusieurs fois réprimandé par (...)
  • 84 Comme nous l’avons déjà indiqué, les communistes passaient pour le « parti des Russes » en SBZ en r (...)

31Inversement, les membres du parti communiste est-allemand étaient redevables à l’occupant, dans le cadre de la politique intérieure, de leurs postes, de leurs pouvoirs et du soutien permanent dans les querelles avec leurs rivaux. Moins ils avaient de soutien en zone, plus leur dépendance s’accroissait. Les services que le SED rendait à l’URSS donnent l’impression que cette relation n’était pas à sens unique : Moscou avait besoin des services est-allemands tout autant que Berlin-Est avait besoin des Soviétiques. C’est pourquoi, malgré la très forte dépendance du côté est-allemand, on peut parler d’une relation dans les deux sens : si le régime de Berlin-Est avait été mis en place par l’occupant et devait tout son pouvoir au soutien permanent de l’URSS, le Kremlin n’en était pas moins dépendant du soutien que lui apportaient les communistes est-allemands. Cette relation reposait donc sur une dépendance réciproque, caractérisée toutefois par la particularité suivante : tout le pouvoir se concentrait d’un seul côté. Toutes les décisions fondamentales concernant la zone d’occupation soviétique puis la RDA furent toujours prises à Moscou ; la politique est-allemande fut déterminée par l’étranger dans une mesure très exceptionnelle. Ni le SED, ni ses protecteurs ne souhaitaient que cela fut publiquement connu. L’occupant estimait que, si l’on avait su dans quelle mesure il influençait les décisions du SED, l’efficacité et la force de persuasion de sa propre politique en aurait pâti.83 Parallèlement, il était de l’intérêt bien compris de Berlin-Est de ne pas apparaître publiquement comme la marionnette de l’Union soviétique.84

  • 85 Cf. M. Lemke (note 19), p. 308.
  • 86 Cela joua bien plus tard encore un rôle important, alors que la RDA s’était déjà libérée d’une bonn (...)

32Il en résulta une situation peu banale : le fait que chacune des parties en présence avait besoin de l’autre pour réaliser ses propres objectifs n’entraîna pas une dépendance réciproque dans l’exercice du pouvoir, si bien qu’on a dit de cette dépendance qu’elle était « asymétrique, mais pas unilatérale ».85 Cette asymétrie reposait sur le fait que, de 1945 à la fin de la RDA, l’existence du régime est-allemand fut tributaire de la disposition soviétique à soutenir le pouvoir communiste face à tous les défis de politique intérieure.86 De surcroît, l’Union soviétique utilisa aussi son statut de puissance d’occupation et le droit d’exercer l’autorité suprême qui en résultait contre les « camarades » communistes allemands. En même temps, les aspects politiques de la dépendance de Moscou à l’égard du SED étaient neutralisés par deux faits : premièrement, Moscou n’avait pas besoin de ses services pour se maintenir au pouvoir dans son propre pays, mais « seulement » pour parvenir à ses fins dans les affaires allemandes ; deuxièmement, contrairement au régime de Berlin-Est, les Soviétiques ne subissaient aucune pression pour satisfaire les attentes de l’autre partie. Alors que les dirigeants du SED devaient se conformer aux directives du Kremlin s’ils ne voulaient pas mettre en péril leurs intérêts vitaux, les responsables politiques soviétiques n’avaient aucun intérêt immédiat à favoriser l’autonomie est-allemande sans même parler d’indépendance.

Notes

1 Norman N. Naimark : « Die Sowjetische Militäradministration in Deutschland und die Frage des Stalinismus », in : ZfG 45 (1995) 4, p. 306.

2 Pour plus de renseignements, voir Peter Erler : « ’Moskau-Kader’ der KPD in der SBZ », in : Manfred Wilke (éd.) : Die Anatomie der Parteizentrale. Die KPD/SED auf dem Weg zur Macht, Berlin, Akademie Verlag, 1998, pp. 229-291 ; Michael Kubina : « Der Aufbau des zentralen Parteiapparats der KPD 1945-1946 », in : ibid., pp. 49-117.

3 C’est ce que montra p. ex. le conflit avec la CDU en SBZ ; cf. Gerhard Wettig : « Der Konflikt der Ost-CDU mit der Besatzungsmacht 1945-1948 im Spiegel sowjetischer Akten », in : Historisch-Politische Mitteilungen 6 (1999), pp. 109-137.

4 John Lewis Gaddis : We Now Know. Rethinking Cold War History, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 31.

5 Cf. Peter Erler/Horst Laude/Manfred Wilke (éds.) : ’Nach Hitler kommen wir’. Dokumente zur Programmatik der Moskauer KPD-Führung 1944/45 für Nachkriegsdeutschland, Berlin, Akademie Verlag, 1994, pp. 390-397 et, pour le travail préparatoire de la direction du KPD à Moscou de 1941 à 1945, pp. 120-123 ; note de Pieck sur son entretien avec Staline du 4 juin 1945, in : Rolf Badstübner/ Wilfried Loth (éds.) : Wilhelm Pieck – Aufzeichnungen zur Deutschlandpolitik 1945-1952, Berlin, Akademie Verlag, 1994, pp. 50s.

6 T.V. Volokitina : « Stalin i smena strategitcheskogo kursa Kremlja v konce 40-ch godov : ot kompromissov do konfrontacii », in : Institut vseobchtchej istorii Ran (éd.) : Stalinskoe desjatiletie cholodnoj vojny. Fakty i gipotezy, Moscou, Nauka, 1999, pp. 13-15.

7 Note de Pieck sur l’entretien de Staline avec les dirigeants du KPD le 4.6.1945, in : R. Badstübner/W. Loth (note 5), p. 51 ; P. Erler (note 5), pp. 120-123.

8 Voir, comme exemples, les notes de Pieck sur la préparation du deuxième congrès du SED au début de l’automne 1947, in : R. Badstübner /W. Loth (note 5), pp. 131-134, 137-143, 147 ; lettre de S. Tjulpanov à M. Suslov [extrait], 27 septembre 1947, in : Bernd Bonwetsch/ Gennadij Bordjugov/Norman Naimark : SVAG. Upravlenie propagandy (informacii) i S. Tjulpanov 1945-1949. Sbornik dokumentov, Moscou, Rossija molodaja, 1994, pp. 87-95.

9 Cf., entre autres, R.C. Raack : « Stalin Plans his Post-War Germany », in : Journal of Contemporary History 28 (1993) 1, p. 64 ; contribution à la discussion de Günter Wagenlehner in : Gerhard Wettig (éd.) : Die sowjetische Deutschland-Politik in der Ära Adenauer, Bonn, Bouvier 1997, p. 78.

10 G.R. Kynin/J. Laufer : Vvedenie, in SSSR i germanskij vopros, 1941-1949. Dokumenty iz Archiva vnechnej politiki Rossijskoj Federacii, vol. 2 : 1945/46, Moscou, Mechdunarodnye otnochenija, 1999, pp. 14s.

11 Par exemple avant la proclamation de la RDA : voir les projets et notes du fonds Pieck relatifs au voyage à Moscou du 16 au 28 septembre 1949, in : R. Badstübner/ W. Loth (note 5), pp. 302-309. Comme d’usage en pareil cas, l’entretien avait été intensivement préparé aux niveaux inférieurs de la hiérarchie : aux questions de Moscou, la direction du SED formula une réponse écrite (ibid., pp. 293-297 ; cf. document 1 : « Wir bitten um ihre Meinung », lettre de la direction du SED à J.W. Staline, in : APuZ B 5/1991, pp. 10-12), y était joint un exposé des questions pour lesquelles on demandait « l’avis du camarade Staline » ; R. Badstübner /W. Loth (note 5), pp. 297-302.

12 Cf., par exemple, la conférence de Tjulpanov du 8 mai 1948, in : R. Badstübner /W. Loth (note 5), pp. 216-226.

13 Cf., par exemple, la communication de Serov sur la situation intérieure en SBZ, 7 août 1946, in : R. Badstübner /W. Loth (note 5), pp. 77-79 ; note d’information de Russkich sur les principes d’organisation et les méthodes de travail du PCUS, 3 novembre 1948 ; ibid., pp. 242 s. ; note d’information de Suslov sur le même sujet, 28 janvier 1949, ibid., pp. 274 s.

14 Cf., par exemple, l’entretien chez le maréchal Bokov, 23 janvier 1946, in : R. Badstübner/ W. Loth (note 5), pp. 63-65.

15 Exposé du commandant Nazarov (un des représentants de Tjulpanov), protocole verbal de la séance de la commission du Comité central du PCUS chargée d’examiner la section de propagande de la SMAD [extrait], 19 septembre 1946, in : B. Bonwetsch (note 8), pp. 182s.

16 Jochen Laufer : « Die UdSSR und die Einleitung der Bodenreform in der Sowjetischen Besatzungszone », in : Arnd Bauerkämper (éd.) : « Junkerland in Bauernhand » ? Durchführung, Auswirkungen und Stellenwert der Bodenreform in der Sowjetischen Besatzungszone, Beiheft 20 zu den Historischen Mitteilungen der Ranke-Gesellschaft, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1996, pp. 22 s. ; Monika Kaiser : « Sowjetischer Einfluß auf die ostdeutsche Politik und Verwaltung 1945-1970 », in : Konrad Jarausch/Hannes Siegrist (éds.) : Amerikanisierung und Sowjetisierung in Deutschland 1945-1970, Francfort/M., Campus, 1997, pp. 116 s ; G.R. Kynin/J. Laufer (note 10), pp. 35-38.

17 Cf., entre autres, les notes de Pieck se rapportant à ce sujet, in : R. Badstübner /W. Loth (note 5), pp. 130, 131-134, 137-143, 147-149, 149-151, 161-172, 173-174 ; lettre de S. Tjulpanov à V. Semënov, du 1er août 1947, AVPRF, 0457a, 6, 32 225, pp. 49-57 ; Michail I. Semirjaga : Kak my upravljali Germaniej, Moscou, Rossijskaja polititcheskaja enciklopedija, 1995, pp. 59s.

18 Stefan Creuzberger : Die sowjetische Besatzungsmacht und das politische System der SBZ, Weimar, Böhlau, 1996, pp. 44-116 ; Norman M. Naimark : The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation, 1945-1949, Cambridge/MA, Harvard University Press, 1995, pp. 69-140 ; Harold Hurwitz : Die Stalinisierung der SED. Zum Verlust von Freiräumen und sozialdemokratischer Identität in den Vorständen 1946-1949, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1997, p. 90 ; Alexei Filitov : « The Soviet Administrators and Their German ‘Friends’ », in : Norman Naimark/ Leonid Gibianski (éds.) : The Establishment of Communist Regimes in Eastern Europe, 1944-1949, Boulder/ CO, Westview, 1997, pp. 412-416.

19 Cf. Michael Lemke : « Die deutschlandpolitischen Handlungsspielräume der SED innerhalb der sowjetischen Deutschlandpolitik der Jahre 1949-1955 », in : Gustav Schmidt (éd.) : Ost-West-Beziehungen. Konfrontation und Détente 1945-1989, Bochum, Brockmeyer, 1993, p. 308.

20 Zapis’ besedy I.V. Stalina s rukovoditeljami SEPG [compte rendu de l’entretien du 31 janvier 1947], in : Istoritcheskij archiv 4 (1994), p. 38 s. Le fait qu’il n’y eut pas de ré-autorisation du SPD résulte vraisemblablement de ce que, premièrement, le « donnant-donnant » envisagé avec les occupants occidentaux n’eut pas lieu, deuxièmement, au milieu de l’année, on s’orienta vers un anti-occidentalisme radical qui excluait d’entrée de jeu une telle concession.

21 Jochen Laufer : « Auf dem Wege zur staatlichen Verselbständigung der SBZ. Neue Quellen zur Münchener Konferenz der Ministerpräsidenten », in : Jürgen Kocka (éd.) : Historische DDR-Forschung, Berlin, Akademie-Verlag, 1993, pp. 27-55 ; lettre de S. Tjulpanov à M. Souslov, 11 juin 1947, in : Bernd Bonwetsch/Gennadij Bordjugow/Norman M. Naimark (éds.) : Sowjetische Politik in der SBZ 1945-1949. Dokumente, Bonn, Dietz, 1997, pp. 102-108.

22 Réponse de la direction du SED aux questions de Moscou pour la préparation d’un entretien avec Staline, décembre 1948, in : R. Badstübner/W. Loth (note 5), p. 253.

23 Siegfried Suckut : « Zur Vorgeschichte der DDR-Gründung », in : Die Deutschlandfrage von Jalta und Potsdam bis zur staatlichen Teilung Deutschlands 1949 (Studien zur Deutschlandfrage vol. 12), Berlin, Duncker & Humblot, 1993, p. 123.

24 Jan Foitzik : « Die Sowjetische Militäradministration in Deutschland [Introduction] », in : Institut für Zeitgeschichte (éd.) : Inventar der Befehle des Obersten Chefs der Sowjetischen Militäradministration in Deutschland (SMAD) 1945-1949, Munich, Saur, 1995, pp. 48 s.

25 M.I. Semirjaga (note 17), p. 53.

26 G. Wettig (note 3), pp. 114-119.

27 Rapport de Tjulpanov d’après le protocole de la séance de la commission du Comité central chargée d’examiner la section de propagande de la SMAD [extrait], 16 septembre 1946, in : B. Bonwetsch (note 8), p. 158 ; rapport de Tjulpanov [extrait], 25 février 1946, ibid., pp. 41-43 ; lettre de la section de propagande de la SMAD à L. Baranov, 14.3.1946, in : ibid., pp. 43-46 ; G.R. Kynin/J. Laufer (note 10), pp. 26-28.

28 Lettre de L. Baranov à M.A. Suslov, 25 octobre 1947, RCChIDNI, 17, 128, 1097, f. 1 ; rapport de S. Tjulpanov pour le comité central du PCUS (M. Suslov), 15 novembre 1947, RCChIDNI, 17, 128, 329, f. 207-217 ; lettre de S. Tjulpanov à I. Schikin [extrait], 9 décembre 1947, in : B. Bonwetsch (note 8), pp. 98-100 ; rapport de S. Tjulpanov pour le comité central du PCUS (M. Suslov), 9 décembre 1947, RCChIDNI, 17, 128, 331, f. 95 ; lettre de L. Baranov à M. Suslov, 30 janvier 1948, RCChIDNI, 17, 128, 1166, f. 68 ; Obzor Kynina, AVPRF, AOB, 112, 71, 30, f. 606-612 ; lettre de A. Smirnov à V. Semënov, 26 janvier 1948, AVPRF, 0457a, 5, 28, 8, f. 26-33 ; lettre de S. Tjulpanov à la 3e direction d’Europe du ministère des Affaires étrangères, 19 mars 1948, ibid., f. 61s. ; Polochenie v ChDS, 19 mars 1948, ibid., f. 63-70 ; note de Tjulpanov sur la situation de la CDU en SBZ et à Berlin, 3 mai 1948, RCChIDNI, 17, 128, 568, f. 74-93 ; lettre de S. Tjulpanov à V. Semënov, 28 février 1949, AVPRF, 0457a, 7, 39, 11, f. 11-42 ; lettre de la section de l’Information de la SMAD à L. Baranov [extrait], 16 avril 1948, in : B. Bonwetsch (note 8), pp. 102s. ; note de la section d’Information de la SMAD [extrait], s. d. [16 avril 1948], in : ibid., pp. 103-105 ; note de Tjulpanov sur la situation du LDPD pour le comité central du PCUS (L. Baranov), 19 avril 1948, RCChIDNI, 17, 128, 569, f. 3-9 ; lettre de M. Gribanov à A. Smirnov, 14 février 1948, AVPRF, 0457a, 5, 28, 8, f. 36s. ; lettre de S. Tjulpanov à V. Semënov, 2 novembre 1948, ibid., f. 214-231 ; Voir aussi G. Wettig (note 3), pp. 124-133.

29 Lettre de S. Tjulpanov à L. Baranov, 7 mai 1948, RCChIDNI, 17, 128, 568, f. 103-105 ; lettre de S. Tjulpanov à V. Semënov, 7 mai 1948, AVPRF, 0457a, 5, 28, 8, f. 99-102 ; Burtchuaznye partii sovetskoj zony okkupacii Germanii (po materialam PV GSOV v Germanii), 14 mai 1948, RCChIDNI, 17, 128, 568, f. 136-138 ; lettre de S. Tjulpanov à V. Semënov, 25 mai 1948, AVPRF, 0457a, 5, 28, 8, f. 113 ; lettre de S. Tjulpanov à L. Baranov, 28 mai 1948, RCChIDNI, 17, 128, 568, f. 136-138 ; note de S. Tjulpanov pour L. Baranov, s. d. [fin mai 1948], ibid., f. 140-145 ; lettre du commandant Mamontov à V. Semënov, 6 septembre 1948, AVPRF, 0457a, 5, 28, 8, f. 183s. ; lettre de S. Tjulpanov à V. Semënov, 16 septembre 1948, ibid., f. 185-189 ; lettre de S. Tjulpanov à V. Semënov, 29 septembre 1948, ibid., f. 190-195 ; lettre de S. Tjulpanov à V. Semënov, 9 février 1949, AVPRF, 0457a, 7, 38, 7, f. 71-80 ; lettre de S. Tjulpanov à V. Semënov, 13 avril 1949, AVPRF, 0457a, 7, 39, 13, f. 53-61.

30 Fondamental sur ce sujet, V.I. Lénine : Polnoe sobranie sotchinenij, vol. 33, Moscou, Gos. izd. pol. lit., 19625, pp. 1-120 (Gosudarstvo i revoljucija). Tout particulièrement orienté sur la SBZ, le compte rendu de Tjulpanov devant la commission du comité central du PCUS chargée d’examiner la section de la SMAD qu’il dirigeait [extrait], 16 septembre 1949, in : B. Bonwetsch (note 8), p. 157 ; réponse [de la direction du SED] aux questions [posées par Staline] en vue de l’entretien [prévu] le 18 décembre 1948, in : R. Badstübner/W. Loth (note 5), p. 249.

31 Cela avait déjà été envisagé, dans le contexte des plans élaborés à Moscou pour l’Allemagne d’après-guerre, sous une forme encore très générale ; cf. les documents et prises de position relatifs à cette question in : Gerhard Keiderling (éd.) : « Gruppe Ulbricht » in Berlin April bis Juni 1945. Von den Vorbereitungen im Sommer 1944 bis zur Wiedergründung der KPD im Juni 1945. Eine Dokumentation, Berlin, Berlin Verlag, 1994, pp. 130s., 262, 362s. ; P. Erler (note 5), pp. 266, 303. Pour l’évolution en SBZ, voir les notes de Pieck au sujet des événements : R. Badstübner/W. Loth (note 5), pp. 63-65, 68s., 82s., 85-93, 148s., 149-158, 248, 249-251, 260s., 263-274.

32 Cf. Wolfgang Leonhard : Die Revolution entläßt ihre Kinder, Cologne/Berlin, Kiepenheuer & Witsch, 1955, p. 356 ; G. Keiderling (note 31), pp. 312-317, 327, 329-331, 348-355, 357-358, 417-419. Au cours des premières années, le manque de cadres obligea à adopter de nombreux règlements qui restaient bien en deçà de ce qui avait été envisagé.

33 D.N. Fillippovych : Sovetskaja Voennaja Administracija v Germanii : voenno-polititcheskij aspekt dejatel’nosti (1945-1949gg.), Moscou [manuscrit] 1995, pp. 35-37 ; J. Foitzik (note 24), pp. 35-37 ; Bernd Bonwetsch /Gennadij Bordjugov: « Die Affäre Tjulpanov », in : Deutsche Studien 123/124 (décembre 1994), pp. 247-272 ; Stein Bjornstad : Soviet German policy and the Stalin note of 10 March 1952, Hovedoppgrave, University of Oslo, Department of History [manuscrit], automne 1996, p. 8. La pratique de domination de Staline, consistant à faire jouer les unes contre les autres les personnes et les institutions qui lui étaient subordonnées, n’est pas atypique pour un régime totalitaire : Wolfgang-Uwe Friedrich : « Formen des Totalitarismus », in : Eckhard Jesse/Steffen Kailitz (éds.) : Prägekräfte des 20. Jahrhunderts. Demokratie, Extremismus, Totalitarismus, Munich, Schriftenreihe der Bayerischen Landeszentrale für politische Bildungsarbeit, 1997, p. 254.

34 Cf. les propos de Staline devant les dirigeants du SED le 31 janvier 1947, in : cf. note 20, p. 36.

35 Cf., entre autres, les notes de la DVdI au sujet de l’ordre n° 0212 de la SMAD du 30 juillet 1946 [y compris la version originale, en russe, de cet ordre], 9 janvier 1948, BAB, MdI 7/1, f. 16-18 ; Lettre de la 3e direction d’Europe du ministère des Affaires étrangères à S. Smirnov et V. Semënov, 5 janvier 1947, AVPRF, 0457a, 5, 32, 25, I.Bl. 4 ; lettre de P. Morenov à M. Gribanov, 10 janvier 1947, ibid., f. 25-28 ; Obzor Kynina, AVPRF, AOB, 11z, 71, 20, f. 597 ; S. Serov, Vremennoe polotchenie o nemeckom upravlenii Vnutrennich del v Sovetskoj zone okkupacii Germanii, 13 janvier 1947, AVPRF, 0457a, 4, 19, 48, f. 40-47 ; décret sur la DVdI, confirmé par le général Kurotchkin, s.d. [mai 1947], BAB, MdI 7/1, f. 19-28 ; lettre de A. Smirnov à V.M. Molotov, 19 juin 1947, AVPRF, 06, 9, 43, 632, f. 15 ; décret sur la DVdI [versions allemande et russe], s.d. [juillet 1947], BAB, MdI 7/1, f. 29-33 ; général Dratvin, Polochenie. O nemeckom Upravlenii Vnutrennich Del v Sovetskoj zone Germanii, s.d. [juillet 1947], AVPRF, 0457a, 4, 19, 48, f. 48-56 ; S. Creuzberger (note 18), pp. 155-163.

36 Zapis’ besedy I.V. Stalina s rukovoditeljami SEPG [compte rendu de l’entretien du 31 janvier 1947], in : Cf. note 34, p. 40.

37 I. Serov (vice-ministre de l’Intérieur de l’URSS) à S.N. Kruglov (ministre de l’Intérieur de l’URSS), 26 juin 1946, GARF [archives d’État de la Fédération russe], 9401, 2, 138, pp. 49-58 ; lettre du général Mal’kov à M. Gribanov, 19 août 1947, AVPRF, 0457a, 4, 19, 48, pp. 24-35.

38 Cf. note 37 ; cf. N.M. Naimark (note 18), pp. 360-361 ; cf. S. Creuzberger (note 18), pp. 31-32 ; cf. M. Kubina (note 2), p. 45.

39 Vremennoe polotchenie o nemeckom upravlenii Vnutrennich del v Sovetskoj zone okkupacii Germanii, publié par le général I.S. Serov, 13 janvier 1947, AVPRF, 0457a, 4, 19, 48, f. 40-47.

40 Vremennoe polotchenie o kriminal’noj policii Sovetskoj zony okkupacii Germanii, confirmé par S. Gorochov, 17 mai 1949, BAB, MdI 7/1, f. 154 ; lettre de S. Gorochov à K. Fischer, 24 juin 1949, BAB, 7/45, f. 262-263 ; lettre de S. Gorochov à K. Fischer, 24 juin 1949, ibid., f. 240-241.

41 Lettre du colonel Dollada à K. Fischer (en russe), 1er octobre 1949, BAB, MdI 7/47, f. 84-98.

42 Lettre de K. Fischer au colonel Dollada (en russe), 12 août 1948, BAB, MdI 7/42, f. 34s. ; lettre de K. Fischer au général Gorochov (en russe), 29 septembre 1948, ibid., f. 61 ; lettre de S. Gorochov à K. Fischer, traduction allemande du 16 décembre 1948, ibid., f. 88-90 ; lettre du colonel Dollada à K. Fischer, 11 octobre 1949, ibid., f. 100-104 ; lettre de S. Gorochov à K. Fischer (traduction allemande), 24 juin 1949, BAB, MdI 7/45, f. 262 ; lettre de S. Gorochov à K. Fischer (avec annexe), 11 juillet 1949, ibid., f. 182-197 ; lettre de S. Gorochov à K. Fischer (traduction allemande), 12 août 1949, ibid., f. 271.

43 Cf. les notes de Pieck sur une discussion entre les dirigeants du SED et Tjulpanov et Nazarov le 14 mai 1948, in : R. Badstübner /W. Loth (note 5), S. 228 s., voir aussi les documents relatifs à cette question in : Günther Glaser (éd.) : « Reorganisation der Polizei » oder getarnte Bewaffnung der SBZ im Kalten Krieg ? Dokumente und Materialien zur sicherheitspolitischen Weichenstellung in Ostdeutschland 1948/49, Francfort/M., édition à titre privé, 1995, pp. 276-279 ; lettre de S. Gorochov à K. Fischer, 16 décembre 1948 (date de la traduction allemande), BAB, MdI 7/42, f. 88-90 ; lettre de S. Gorochov à K. Fischer (traduction allemande), 11 juillet 1949, BAB, MdI 7/45, f. 182-197 ; lettre de S. Gorochov à K. Fischer (traduction allemande), 24 juin 1949, ibid., f. 262 ; lettre de S. Gorochov à K. Fischer (traduction allemande), 14 juillet 1949, ibid., f. 240 ; lettre de S. Gorochov à K. Fischer (traduction allemande), 12 août 1949, ibid., f. 271 ; lettre du colonel Dollada à K. Fischer, 11 octobre 1949, BAB, MdI 7/42, f. 100-104.

44 Cf., par exemple, la lettre de S. Gorochov à K. Fischer, 14 juillet 1949, BAB, MdI 7/45., f. 240.

45 Dans les dossiers est-allemands se trouvent deux versions de cette directive : celle du 19 juillet 1948 émanant du Bureau politique du SED et une autre version différant de la première d’un point de vue linguistique, rédigée en mauvais allemand et vraisemblablement traduite du russe ; cf. G. Glaser (note 43), p. 35.

46 Heribert Schwan : Erich Mielke. Der Mann, der die Stasi war, Munich, Droemer Knaur, 1997, pp. 82, 86.

47 Ordre n° 201 du chef de la SMAD : instructions pour l’application des directives n° 24 et n° 38 du Conseil de Contrôle relatives à la dénazification (traduction allemande), 16 août 1947, BAB, MdI 7/421, f. 14-18 ; George Bailey/Sergej A. Kondraschow/David E. Murphy : Die unsichtbare Front. Der Krieg der Geheimdienste im geteilten Berlin, Berlin, Propyläen Verlag, 1997, p. 173 ; Peter Erler : « Zur Sicherheitspolitik der KPD/SED 1945-1949 », in : Siegfried Suckut/Walter Süss (éds.) : Staatspartei und Staatssicherheit. Zum Verhältnis von SED und MfS, Berlin, Ch. Links, 1997, pp. 85s. ; H. Schwan (note 46), pp. 80s. ; rapport sur un entretien avec le vice-président de la DVdI, Mielke [novembre 1947], BAB, MdI 7/421, f. 65. Cf. note de l’office régional de Saxe de la police criminelle, service n° 5, complément et correction des dispositions d’application de l’ordre 201 du gouvernement de Land, 24 novembre 1947, BAB, MdI, 7/421, f. 53-55.

48 N.M. Naimark (note 18), p. 361 ; Alexandr Haritonow : Sowjetische Hochschulpolitik in Sachsen 1945-1949, Cologne, Böhlau, 1995, p. 155 ; Jochen Laufer : « Ursprünge des Überwachungsstaates in Ostdeutschland », in : Bernd Florath/ Armin Mitter /Stefan Wolle (éds.) : Die Ohnmacht der Allmächtigen, Berlin, Ch. Links, 1992, pp. 161-164. Les comptes rendus très détaillés, établis régulièrement par la section K 5 et adressés à la SMAD de 1947 à 1949, se trouvent dans la série MdI 7/436 du BAB.

49 Rapport sur un entretien avec Mielke, sans date [novembre 1947], BAB, MdI 7/421, f. 65 ; ordre de la section K-5 de Saxe complétant et corrigeant les dispositions d’application de l’ordre 201 du gouvernement de Land, 25 novembre 1947, BAB, MdI, 7/421, f. 80-83 ; cf. N.M. Naimark (note 18), pp. 361-363.

50 P. Erler (note 47), p. 87.

51 Réponses du SED aux questions de Staline en vue de l’entretien prévu le 18 décembre 1948, in : R. Badstübner/W. Loth (note 5), p. 252.

52 R. Badstübner/W. Loth (note 5), p. 252 ; Monika Tantzscher : « ‘In der Ostzone wird ein neuer Apparat aufgebaut’. Die Gründung des DDR-Staatssicherheitsdienstes », in : DA 31 (1998) 1, pp. 50-51 ; Jens Gieseke : « Das Ministerium für Staatssicherheit (1950-1990) », in : Torsten Diedrich/Hans Ehlert/Rüdiger Wenzke (éds.) : Im Dienste der Partei. Handbuch der bewaffneten Organe der DDR, Berlin, Ch. Links, 1998, pp. 374-375.

53 Walter Süss : Das Verhältnis von SED und Staatssicherheit. Eine Skizze seiner Entwicklung, BF informiert n° 17, édité par la mission fédérale pour les documents des services de sécurité d’État de l’ancienne RDA [Bundesbeauftragten für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen DDR], Berlin, Ch. Links 1997, p. 18.

54 Walter Süss : « ‘Schild und Schwert’ – Das Ministerium für Staatssicherheit und die SED », in : Klaus-Dietmar Henke/Roger Engelmann (éds.) : Aktenlage. Die Bedeutung der Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes für die Zeitgeschichtsforschung, Berlin, Ch. Links, 1995, p. 89 ; Roger Engelmann : « Diener zweier Herren. Das Verhältnis der Staatssicherheit zur SED und den sowjetischen Beratern 1950-1959 », in : S. Suckut/W. Süss (note 47), p. 51.

55 Erich W. Gniffke : Jahre mit Ulbricht, Cologne, Verlag Wissenschaft und Politik, 1966, pp. 262s.

56 Souvenirs de Heinz Hoffmann, reproduits in : Ich schwöre. Eine Bilddokumentation über die Nationale Volksarmee, Berlin (RDA), Militärverlag der DDR, 1969, p. 251.

57 Note du capitaine Ljulka pour M. Gribanow, 15 juillet 1948, AVPRF, 0457a, 5, 33, 27, f. 162-168 ; note de Pieck sur un entretien avec Tjulpanov et Nazarov, 14 mai 1948, in : R. Badstübner/W. Loth (note 5), p. 228. Voir aussi l’instruction du colonel Dollada au président de la DVdI au sujet de la réorganisation du périphérique de Berlin, 8 septembre 1949, in : G. Glaser (note 43), p. 323.

58 Ministerstvo inostrannych del SSSR, Istoritchesko-diplomatitcheskoe upravlenie : Germanskij vopros vo vzaimootnoschenijach SSSR, SSchA, Anglii i Francii v period ot Berlinskoj konferencii do obrazovanija dvuch germanskich gosudarstv (1945-1949 gg.). Obzor podgotovil G.P. Kynin. Redaktor : A.M. Aleksandrov. TSast’ III (1963), AVPRF, Archivno-operativnaja biblioteka, 11z, 71, 20 [Obzor Kynina], f. 602s.

59 Lettre de K. Fischer au général Gorochov, 11 mars 1949, BAB, MdI 7/48, f. 164s. D’après l’avis d’un officier supérieur de la future NVA, il faut considérer cela comme le signe de la planification à long terme, par les Soviétiques, de la politique militaire en matière de personnel : mémoires du général en congé Günter Kaekow sur ses années de service en SBZ/RDA de 1948 à 1956. Manuscrit du groupe de travail enquête/souvenirs, Institut d’histoire militaire de la RDA, Potsdam, juillet 1990, dépôt au Militärgeschichtliches Forschungsamt de Potsdam, p. 2.

60 Voir les mémoires de G. Kaekow, ibid., p. 1.

61 Cf. G. Glaser (note 43), p. 60 ; Dokumentation, ibid., pp. 254-258.

62 Ordre n° 175 du Commandant en chef de la SMAD du 26 avril 1949, mentionné in : ordre n° 0036 du commandant en chef de la SMAD, 8 août 1949, AVPRF, 0458, 264 ss, 314, 0036, f. 11 ; ordre n° 175 du commandant en chef de la SMAD du 26 avril 1949 (Extrait de la traduction allemande et de la version originale en russe), in : G. Glaser (note 43), pp. 282-284.

63 Décision du Conseil des ministres soviétique [présidé par Staline du 18 juin 1949, No. 2625-1044 ss, AVPRF, 0458, 264 ss, 314, 0036, f. 1-5 ; entretien entre Pieck et Dahlem d’une part et Kabanov et Gorochov d’autre part, 1er juillet 1949, in : G. Glaser (note 43), pp. 56s.

64 Ordre n° 0035 du commandant en chef de la SMAD, 8 août 1949, AVPRF, 0458, 264 ss, 314, 0036, f. 6-13 ; ordre [sans numéro] des généraux Tchujkov et Lukjantchenko, 9 août 1949, ibid., f. 17-19.

65 Décision du Conseil des ministres de l’URSS, n° 1708-665 ss, signée par J.W. Staline et contresignée par M. Pomaznëv, 25 avril 1950, AVPRF, 0458, 264 ss, 314, 0036, f. 24-38. Cf. Rüdiger Wenzke : « Auf dem Wege zur Kaderarmee », in : Bruno Thoss (éd.) : Volksarmee schaffen – ohne Geschrei ! Studien zur « verdeckten » Aufrüstung in der SBZ/DDR 1947-1952, Munich, Oldenbourg, 1994, p. 249.

66 Décision du Conseil des ministres de l’URSS, n° 4594-2025 ss, 15 novembre 1951, reproduite dans la lettre du général Maladin au général de l’aviation Schigarev et au général Beloskokov, transmis pour information au commandant en chef de la SMAD, 21 novembre 1951, AVPRF, 0458, 264 ss, 314, 0036, f. 40 s. ; Décision du Conseil des ministres d’URSS, n° 4594-2055 ss, 15 novembre 1951, transmis au général Schigarev, et pour information au commandant en chef de la SMAD, d’après la note du général Schtemenko, 21 novembre 1951, ibid., f. 42. Cf. R. Wenzke (note 65), p. 250.

67 Cf. R. Wenzke (note 65), pp. 253s. ; Thomas M. Forster : NVA. Die Armee der Sowjetzone, Cologne, Markus Verlag, 1966/673, pp. 22-25.

68 Ordres du commandant en chef de la SMAD n° 0035 et 0036, tous deux du 8 août 1949, AVPRF, 0458, 264ss, 318, 0036, f. 8, 13 ; directive au sujet des conseillers auprès des organismes de police allemands, signée par le directeur des services de l’Intérieur de la SMAD, 9 août 1949, ibid., f. 22 ; ordre du commandant en chef de la SMAD, 11 août 1949, ibid., f. 20.

69 Voir à ce sujet Torsten Diedrich : « Aufrüstungsvorbereitung und -finanzierung in der SBZ/DDR 1948-1953 », in : B. Thoss (note 65), pp. 278-305.

70 Obzor Kynina, section III, Archivno-operativnaja biblioteka, 11z, 71, 20, f. 608-610 ; G.N. Goroschkova : Dvischenie nemeckogo narodnogo kongressa za edinstvo i mirnyj dogovor, Moscou, Izd. IMO, 1959, pp. 73-80.

71 Voir en particulier la lettre de V. Molotov à J.W. Staline, 21 octobre 1948, AVPRF, 06, 10, 36, 488, f. 73-80 ; lettre de M. Gribanov à A. Smirnov, 25 janvier 1949, AVPRF, 082, 36, 187, 40, f. 1-12 ; lettre de M. Gribanov à Vychinski, s.d. [août 1949], AVPRF ; ibid., f. 82.

72 Réponse [de la direction du SED] aux questions en vue de l’entretien [prévu avec Staline] du 18 décembre 1948 ; in : R. Badstübner /W. Loth (note 5), pp. 247-253.

73 Lettre de la direction du SED à Staline, 19 septembre 1949 ; ibid., pp. 294-297.

74 Lettre de J. Dieckmann à V. Tschujkov, 8 octobre 1949, AVPRF, 082, 36, 183, 12, f. 4.

75 Lettre de A. Gromyko à J.W. Staline, 6 octobre 1949, AVPRF, 07, 22a, 12, 138, f. 4-9 ; V. Lettre de Molotov à J.W. Staline, s.d. [8 ou 9 novembre 1949] ; ibid., f. 1-3.

76 Notes de A. Sergeev, 12 novembre 1949, AVPRF, 082, 36, 183, 12, f. 18-24 ; Lettre de I. Ilitchëv à M. Gribanov, 18 novembre 1949, AVPRF ; ibid., f. 14-17.

77 Lettre de A. Gromyko à J.W. Staline, 10 octobre 1949, AVPRF, 07, 22a, 12, 138, f. 10‑12.

78 Plan de la déclaration gouvernementale, 8 septembre 1949, reproduite in : S. Suckut (note 23), pp. 183-186 ; exposé de W. Pieck lors de la 22e (36e) réunion du comité directeur du SED, 4 octobre 1949, reproduit in : Siegfried Suckut : « Die Entscheidung zur Gründung der DDR. Protokolle der Beratungen des SED-Parteivorstandes am 4. und 9. Oktober 1949 », in : VfZ 39 (1991) 1, pp. 157s.

79 Déclaration du général V.I. Tschujkov, 10 octobre 1949, in : Dokumente zur Deutschlandpolitik der Sowjetunion, vol. I, Berlin (RDA), Rütten & Loening, 1957, pp. 236‑238.

80 Cf. note 79 ; lettre de V. Semënov à V.M. Molotov [considérations rétrospectives], 4 juin 1953, AVPRF, 0612, 288, 18, f. 4s. ; entretien de Tschujkov et Ilitchëv avec Pieck, Grotewohl et Ulbricht le 11 novembre 1949, in : R. Badstübner/W. Loth (note 5), pp. 315-317. En russe non plus, le terme d’« administration » (upravlenie) ne signifie pas une action fondée sur les décisions premières.

81 Cf. note 5 ; Michael Lemke : « Die DDR und die deutsche Frage 1949-1955 », in : Wilfried Loth (éd.) : Die deutsche Frage in der Nachkriegszeit, Berlin, Akademie Verlag, 1994, p. 142.

82 Grotewohl lors de la 23e (37e) réunion élargie du comité directeur du SED, le 9 octobre 1949, reproduit in : W. Loth (note 81), p. 139.

83 En raison de remarques parfois trop ouvertement formulées, Pieck fut plusieurs fois réprimandé par la SMAD : Peter Erler : « Zur Sicherheitspolitik der KPD/SED 1945-1949 », in : S. Suckut/W. Süss (note 47), p. 80 ; Alexandr Haritonow : « Unter Aufsicht. SMAD und SED in Berlin 1946 », in : DA 29 (1996) 6, p. 902.

84 Comme nous l’avons déjà indiqué, les communistes passaient pour le « parti des Russes » en SBZ en raison de leur disposition à protéger sans réserve l’URSS de toute critique émanant de l’opinion publique. Dans ce contexte, si l’on avait connu l’ampleur de sa dépendance à l’égard des ordres soviétiques, cela aurait été désastreux pour le SED.

85 Cf. M. Lemke (note 19), p. 308.

86 Cela joua bien plus tard encore un rôle important, alors que la RDA s’était déjà libérée d’une bonne partie de la tutelle pesante de l’URSS. Lors de la première rencontre entre Brejnev et Honecker, après l’arrivée au pouvoir de ce dernier, le chef du Kremlin dit à son interlocuteur qu’il ne devait jamais oublier que l’existence de la RDA dépendait de l’Union soviétique (Hans-Hermann Hertle : Der Fall der Mauer. Die unbeabsichtigte Selbstauflösung des SED-Staates, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1996, p. 25). Quand la RDA eut perdu la protection de Moscou contre les revendications à l’intérieur du pays, en 1989, elle s’effondra naturellement.

Auteur

Cologne

Corine Defrance (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540