Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

La RDA entre l’Est et l’Ouest : dépendances et défis

Grille d’interprétation pour l’analyse des relations internationales au xxe siècle

Suzanne Nies
Traduction de Stéphane Gödicke

Texte intégral

1Cette étude est consacrée aux grilles d’interprétation des relations internationales au xxe siècle (1), ainsi qu’aux implications de ces concepts pour l’analyse des relations extérieures de la RDA (2). Ces considérations paraissent d’autant plus nécessaires que les relations internationales sont souvent ramenées aux relations diplomatiques entre États, courant ainsi le risque de négliger d’autres acteurs (non étatiques), mais également les médias, les individus, ou la question fondamentale de la nature de l’État en question.

1. À propos des théories des relations internationales, des États et de la souveraineté

2Les « relations internationales » sont apparues en tant que discipline universitaire après la Première Guerre mondiale dans le monde anglo-saxon, puis, avec un retard considérable, en Europe continentale et dans d’autres pays. Dans l’esprit de ses fondateurs, l’objet de la matière était contenu dans son appellation : relations internationales, c’est-à-dire relations entre des nations, ou plutôt entre des États, l’identité entre État et nation étant présupposée.

  • 1 Ces acteurs « dérivés » de l’État sont les Organisations intergouvernementales créées par un accord (...)

3Les relations internationales sont ainsi le prolongement de ce que l’on connaissait au xixe siècle sous le nom de diplomatie. C’est pourquoi jusqu’à nos jours le droit public ne reconnaît que les États et leurs dérivés1 comme acteurs légitimes des relations internationales. Bien que leur nombre ait considérablement augmenté depuis le début du siècle, les acteurs non étatiques sont rarement pris en compte jusqu’à aujourd’hui, et relèvent du droit privé.

4Développement du nombre des acteurs dans les relations internationales au xxe siècle

  • 2 Robert Jackson/ Georg Sorensen : Introduction to International Relations, Oxford, University Press, (...)

États (membres des Nations-Unies)2

Organisations intergouvernementales

Organisations transnationales (ONG)

Multinationales

5Trois débats de fond ont eu lieu dans le champ universitaire des « relations internationales » depuis le début du siècle :

  • 3 Hans J. Morgenthau : Politics among Nations : The Struggle for Power and Peace, New York, Knoopf, 1 (...)

6• celui qui opposa les réalistes aux utopistes/libéraux, principalement séparés par leur anthropologie : les réalistes, représentés par Edward H. Carr et Hans J. Morgenthau, avaient une conception de l’homme pessimiste, « Hobbesienne», tandis que chez les libéraux prévalait une conception plus optimiste, inspirée du Projet de paix perpétuelle de Kant et du « liberal faith » de Wilson. Tandis que chez les premiers, l’idée de base était l’intérêt national, la « lutte de chacun contre tous », chez les seconds, il s’agissait plutôt de la coopération internationale3. Si la création de la Société des Nations fut à mettre au crédit de l’héritage intellectuel libéral, son échec dans l’entre-deux-guerres donna raison aux réalistes, et ceux-ci dominèrent les débats en Occident jusqu’à la fin de l’ère bipolaire, trouvant une légitimité dans chaque crise de la Guerre Froide.

  • 4 Cf. James E. Dougherty/ Robert L. Pfaltzgraff : Contending Theories of International Relations, New (...)

7• Le second débat eut la méthode pour enjeu, et opposa les behavioristes aux traditionalistes. Ce débat s’explique par un changement de génération ; aux historiens et spécialistes de droit public, qui dominèrent d’abord largement la scène, succédèrent les spécialistes des sciences sociales. La « révolution » behavioriste permit d’introduire de nouvelles méthodes, comme l'approche du « rational choice », les modèles d’acteurs, mais également des méthodes statistiques ; ces nouveautés méthodologiques furent introduites simultanément dans les autres disciplines des sciences humaines.4

  • 5 Les causes de ce phénomène sont nombreuses, et ne peuvent être énumérées que succinctement ici : de (...)

8• Le changement le plus important dans les relations internationales est sans aucun doute le rapport de forces différent qui existe entre l’État (ou l’ordre politique) et les marchés, changement déjà annoncé par l'échec des accords de Bretton Woods, et aujourd’hui largement confirmé.5

  • 6 Harold Lasswell : Politics : Who gets What, When, How, New York, World Publishing, 1958.

9Le troisième débat opposait et oppose toujours les théories classiques – réalistes, libérales/utopiques – d’une part, et les approches de l’International Political Economy (IPE) – marxisme, libéralisme, mercantilisme – d’autre part. La question centrale de l’IPE a été posée par Harold Lasswell : « Who gets what, when and how ? »6, et le débat qui s’y rattache concerne le rapport entre le marché et l’État.

10• La question du rôle de l’État aujourd’hui, en politique intérieure aussi bien qu’extérieure, est en relation étroite avec le troisième débat.

  • 7 Robert Jackson : « Surrogate Sovereignity ? Great Power Responsability and ‘ Failed States’ », in : (...)

11Ainsi les thèmes des « États défectueux » (failed states), des États nominaux ou quasi-États sont-il devenus actuels depuis la fin de l’ère bipolaire. On appelle ainsi les constructions politiques, qui présentent sur le plan formel toutes les caractéristiques d’un État, mais dans lesquels le gouvernement nominal n’est pas en mesure de contrôler le pays (mots-clé : good governance, bad governance). Des systèmes claniques, ou d’autres structures extra-étatiques essaient de contrôler l’État, s’ils ne le font déjà.7

12Les États possèdent plus ou moins de pouvoir, selon leur importance politique, militaire et économique. Le pouvoir étatique connaît aujourd’hui un triple glissement : des petits vers les grands États (glissement vertical), des États vers les acteurs non-étatiques, plus proches du marché, et enfin vaporisation du pouvoir, quand personne ne l’exerce.

13Qu’il soit bien ou mal gouverné, il est aujourd’hui évident que l’État est un acteur remis en cause au sein des relations internationales.

  • 8 « L’humanité » est devenue une nouvelle catégorie des relations internationales. La question des dr (...)
  • 9 Pour une bibliographie détaillée, voir : Problèmes économiques 4 (1999) ; Gouvernance mondiale, Par (...)

14Au niveau international, défis et problématiques connaissent également des mutations : ainsi, les problèmes d’économie parallèle, de terrorisme international (tous deux impensables sans les nouveaux supports médiatiques), de l’ordre financier international, mais aussi des questions concernant l’humanité8, comme le patrimoine commun de l’humanité, la protection de l’environnement, les droits de l’homme (notion de crime contre l’humanité), le droit maritime, etc… n’ont pas remplacé les traditionnels problèmes de guerre et de paix, mais sont venus s’y ajouter. Il semble que l’État ne soit pas en mesure d’apporter une réponse à ces problèmes dans leur forme actuelle, et le désir d’une « global governance » n’en est qu’une conséquence.9

15À côté de ces débats, une série d’ouvrages a été publiée dans la dernière décennie, dont l’ambition commune est de présenter une exégèse d’une réalité politique devenue quelque peu chaotique depuis 1990.

  • 10 Samuel P. Huntington : The Clash of Civilizations and the Remaking of the New World Order, New York (...)
  • 11 Henry Kissinger : Diplomatie, Paris, Fayard, 1996.
  • 12 Francis Fukuyama : Das Ende der Geschichte, Munich, 1992.
  • 13 Jean-Christophe Rufin : L’Empire et les nouveaux barbares, Paris, Lattès, 1991.
  • 14 Zbigniew Brzezinski : The Grand Chessboard. America and the Rest of the World, New York, Basic Book (...)
  • 15 Susan Strange : Casino Capitalism, Manchester University Press, 1996/97 ; ibid : The Retreat of the (...)

16Samuel Huntington insiste sur les différences entre les civilisations comme futur facteur de conflit dans les relations internationales10 ; avec son ouvrage Diplomacy, Kissinger remet au goût du jour la théorie classique de la diplomatie des relations internationales11 ; Fukuyama postule la fin de l’histoire, suite au triomphe d’une démocratie superficielle12 ; Rufin prend position dans le troisième débat des relations internationales avec son ouvrage sur l’opposition entre le Nord et le Sud, les riches et les pauvres, et établit une analogie entre la chute de l’empire romain et le possible déclin du monde occidental et de ses valeurs13 ; Brzezinski, dans la tradition du réalisme, trace des constellations géopolitiques dans l’Eurasie riche en matières premières, et y voit l’origine des conflits du xxie siècle14 ; Strange et Soros enfin analysent le glissement du pouvoir d’État organisé en faveur des puissances de marché moins structurées, le tout sous le signe de la globalisation.15

17Deux questions fondamentales se posent pour l’analyse de notre sujet (les relations extérieures de la RDA) :

  1. Une approche exclusivement centrée sur l’État est-elle judicieuse pour rendre compte du problème des relations extérieures de la RDA ?

  2. Comment se présente, dans les faits, l’égalité des États postulée juridiquement ; où se situe alors la RDA (et la RFA) ? Comment doit-on apprécier la souveraineté de la RDA ?

18Ad 1. La plupart des théories des relations internationales répondent par la négative à la première question. Une analyse de la diplomatie ne suffit pas à évaluer les relations internationales, ni les relations extérieures d’un État. La critique formulée à l’encontre de la théorie classique va jusqu’à vouloir remplacer la notion de « relations internationales » par celle de « politique mondiale » (world politics, global politics).

19Mais depuis quand doit-on considérer que l’analyse de l’État en tant qu’acteur est insuffisante : depuis 1990, depuis l’ordre bipolaire ou éventuellement même avant ? Il reste bien sûr évident que le monde est divisé en États – à l’exception des territoires comme l’Antarctique, administré par un consortium d’États –, et que l’identification des humains s’effectue par rapport à leur État et leur passeport.

  • 16 Sur le thème du « retour du monde pré-westphalien », voir : Thomas Huegelin, « le fédéralisme d’Alt (...)
  • 17 Cf. R. Jackson/ G. Sorensen, (note 2), p. 21 : The Global Expansion of the State System. xviie sièc (...)

20Même si l’État est devenu aujourd’hui le point de repère naturel, il convient de ne pas oublier qu’il n’en a pas toujours été ainsi, et que l’État n’est devenu l’ordre politique dominant que depuis la paix de Westphalie en 1648. Certes la Grèce antique (500-10 av. J-C) a vu naître les Cités-états se rapprochant de notre conception actuelle de l’État, mais le moyen âge, à l’époque « pré-westphalienne », comme on l’appelle aussi aujourd’hui, était caractérisé par un ordre politique diffus, dans lequel n’existait pas de frontières nettes, pas d’indépendance politique et pas de souveraineté, et dans lequel l’ordre politique et l’ordre religieux coexistaient. 16 Après la séparation du pouvoir politique et religieux en 1648, l’État-nation souverain a commencé sa marche triomphale, d’abord en Europe, puis dans le reste du monde.17 Le nombre d’États a augmenté à mesure que la décolonisation faisait son œuvre et que des ethnies se constituaient en États.

21Ad 2. La caractéristique principale de l’État-nation – en dehors des questions du territoire, du peuple, du gouvernement et de la reconnaissance internationale – est la souveraineté : cette notion, inventée par Jean Bodin (1530-1596) pour désigner le pouvoir des princes sur leur royaumes, a été transformée par Hans Kelsen en « compétence de la compétence », c’est-à-dire la capacité de l’État d’établir les règles en vigueur sur son territoire, et auxquelles, par conséquent, le gouvernement est censé se plier.

  • 18 Un exemple est la délégation de compétences de la République fédérale d’Allemagne à l’Union Europée (...)

22L’une des conséquences logiques du postulat de souveraineté est la non-ingérence dans les affaires intérieures d’autres pays, comme il est par exemple stipulé dans l’article 2 de la charte des Nations-Unies. Un État peut déléguer son droit de souveraineté (ses « compétences ») à des structures supérieures ou subalternes.18

23La souveraineté est indivisible : on est souverain ou on ne l’est pas. La souveraineté partielle (notion que l’on retrouve dans certains textes) est inconciliable avec la définition même de la souveraineté. En droit, les États qui présentent un territoire, un peuple, un gouvernement, une reconnaissance, une souveraineté, sont égaux.

24Mais comment s ‘est développé dans les faits le système des États au xxe siècle ?

25Une kyrielle de nouveaux États est apparue après le démantèlement des empires à la fin de la Première Guerre mondiale, et après la décolonisation à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce qui a fait apparaître des différences croissantes entre les États : face à l’égalité proclamée en droit subsiste une « société des États » à plusieurs vitesses factuelles, des relations de dépendance, des appartenances à des blocs, etc…

2. Implications pour l’analyse des relations extérieures de la RDA

26La fin de l’ordre bipolaire représente un tournant historique comparable à la chute de l’empire napoléonien en 1815, au traité de Versailles en 1918 et à la défaite de l’Allemagne en 1945. Mais les tournants historiques entraînent toujours une réorientation dans l’analyse de l’ère qui vient de s’achever, et le danger existe de ne considérer que les ruptures, et pas les continuités.

27La RDA, objet de notre étude, était partie intégrante de l’ordre bipolaire (au même titre que « l’ancienne RFA »); elle est née et a disparu avec cet ordre. C’est pourquoi les relations extérieures de la RDA étaient conditionnées d’une part par le cadre spécifique de l’ordre bipolaire, et d’autre part par les mutations de la réalité internationale qui ont précédé le déclin de l’URSS, et qui ont été exposées en introduction.

28L’ordre bipolaire avait deux puissances dominantes avec leurs alliés ou leurs États satellites, et présente différentes phases : des phases de conflits (« guerre froide », avec des « guerres chaudes » en périphérie), ainsi que des phases de détente, caractérisées par un effort d’équilibre de la terreur, et de modération des acteurs.

  • 19 Cf. Siegfried Bock : « Vier Jahrzehnte Auenpolitik - Abläufe, Inhalte, Wirkungen », in : « Daniel (...)

29La question centrale dans les relations extérieures d’un allié ou d’un État satellite dans une pareille constellation est celle de la marge de manœuvre par rapport à la puissance suzeraine. Cela vaut particulièrement pour la RDA, qui ne devait son existence qu’à l’URSS19, que l’on ne peut considérer comme souveraine à aucun moment de son histoire, et qui dans la « société des États » à plusieurs vitesses faisait partie des faibles, bien que pas des très faibles. D’un point de vue géopolitique, la RDA fait partie – tout comme la RFA et la Yougoslavie – des potentiels champs de bataille entre l’est et l’ouest.

30C’est cette proximité géopolitique immédiate du bloc ennemi qui d’une part exposait particulièrement la RDA aux mutations de la réalité internationale, et d’autre part la contraignait à se protéger particulièrement des déstabilisations qui en émanaient potentiellement. Les mots-clés sont : les médias, mais aussi l’intégration économique à l’Europe de l’ouest, ainsi que « la participation occulte » de la RDA à l'Europe, via la RFA.

31La méthode suivante est par conséquent indiquée pour l’étude des relations extérieures de la RDA :

    • 20 Cf. S. Bock (note 19), pp. 42 ss.
    • 21 On peut citer à titre d’exemple l’opposition entre Zaisser et Herrnstadt dans le Politburo des anné (...)

    Analyse de l’action de l’État avec ses différents preneurs de décisions20, ainsi que ses concepts alternatifs de politique extérieure.21 Cette analyse doit être replacée dans le contexte de la politique de la puissance hégémonique. Il conviendra par exemple de s’interroger sur les conséquences des phases de puissance ou de faiblesse de l’Union Soviétique sur la marge de manœuvre de la RDA.

    • 22 D’un point de vue confessionnel, la RDA appartenait au même titre que la Grande-Bretagne et les pay (...)

    Analyse d’autres acteurs, comme l’Eglise22, mais aussi des groupes d’opposition apparus ici et là après les accords d’Helsinki en 1975, principalement autour de thèmes comme l’écologie, le tiers-monde et le pacifisme. Ce phénomène a commencé à prendre de l’ampleur après l’accession au pouvoir de Gorbatchev en URSS, au printemps 1985.

  1. Le facteur d’ouverture d’une « fenêtre vers l’ouest », assumé par les médias, l’émigration, les offices religieux.

    • 23 Cf. Timothy Garton Ash : Im Namen Europas. Deutschland und der geteilte Kontinent, Munich, Hanser, (...)
    • 24 Cf. Gerhard Schürer/Gerhard Beil/Alexander Schalck/Ernst Höfner/Arno Donda : « Vorlage für das Poli (...)
    • 25 Cf. Arnim Volze : « Ein großer Bluff ? Die Westverschuldung der DDR », in : DA 29 (1996) 5, pp. 701 (...)
    • 26 André Steiner : « Zwischen Konsumversprechen und Innovationszwang. Zum wirtschaftlichen Niedergang (...)

    Le facteur économique et les acteurs économiques des relations extérieures de la RDA : dans les années 70, le bloc de l’Est a commencé à s’endetter massivement, et tandis que la productivité baissait, le niveau de vie et la couverture sociale augmentaient dans les mêmes proportions que dans le monde occidental. Ceci n’a pu être financé qu’en contractant des crédits à l’Ouest, à hauteur d’un milliard de dollars seulement en 1970. Après une courte diminution dans la première moitié des années 80, la dette extérieure de la RDA a de nouveau considérablement augmenté dans la seconde moitié. Encore aujourd’hui, les estimations sur le montant exact de la dette extérieure diffèrent,23 ce qui s’explique notamment par le fait que la direction du SED elle-même l’ignorait, à l’automne 1989. Dans son bilan d’octobre 1989, Gerhard Schürer, président de la commission d’État au plan, arrive à la somme de 26,5 milliards de dollars,24 qui tenait cependant compte des dettes non secrètes et des réserves de devises à hauteur d’environ 6 milliards de dollars.25 De nouveaux calculs qui tentent de reconstruire la balance des paiements de la RDA au moment de la chute du mur, tablent sur un déficit de 13 à 14 milliards de dollars vis-à-vis de l’Ouest.26

  • 27 Cité d’après T.G. Ash (note 23), p. 232.

32L’endettement et la nécessité de contracter de nouveaux crédits durent avoir une influence grandissante sur la politique extérieure de la RDA à partir de la fin des années 1970. Il est difficile de vérifier la thèse de Günter Mittag, selon laquelle la RDA aurait sombré dans la crise bien avant, sans ces crédits.27 Il convient ici de considérer le bloc de l’Est dans son ensemble et de se demander si les crédits de l’Ouest ont exercé une influence stabilisatrice ou déstabilisatrice sur le bloc.

33Il s’agit en tout cas de ne pas sous-estimer l’effet déstabilisant à long terme des produits de l’Ouest, et l’attractivité croissante du modèle social concurrent qui allait de pair.

Notes

1 Ces acteurs « dérivés » de l’État sont les Organisations intergouvernementales créées par un accord entre États.

2 Robert Jackson/ Georg Sorensen : Introduction to International Relations, Oxford, University Press, 1999, p. 262

3 Hans J. Morgenthau : Politics among Nations : The Struggle for Power and Peace, New York, Knoopf, 1960 ; Edward Hallet Carr : The Twenty Years’ Crisis, New York, Harper and Row, 1964 ; Thomas Hobbes : Leviathan, Oxford, Blackwell, 1946.

4 Cf. James E. Dougherty/ Robert L. Pfaltzgraff : Contending Theories of International Relations, New York, Lippincott, 1990.

5 Les causes de ce phénomène sont nombreuses, et ne peuvent être énumérées que succinctement ici : destruction du système de Bretton-Woods, augmentation drastique du capital en circulation qui s’ensuivit (Eurodollars etc…), dérèglement des marchés financiers qui commence dans les pays anglo-saxons fin des années 1970, début 80, nouvelles technologies, nouveaux médias, et enfin : uniformisation du monde suite à l’effondrement de l’ordre bipolaire.

6 Harold Lasswell : Politics : Who gets What, When, How, New York, World Publishing, 1958.

7 Robert Jackson : « Surrogate Sovereignity ? Great Power Responsability and ‘ Failed States’ », in : Working Papers 25 (1998), Institute of International Relations, The University of British Columbia. Les exemples les plus frappants sont les pays dominés par les mafias de la drogue, comme la Colombie, ou les étapes dont le centre n’assume guère le contrôle, comme la Russie. La notion de « Rogue States », ou « États voyous », créée par le State Department est plus sujette à polémique ; elle désigne les États gouvernés par des « bandits », comme l’Irak. Cf. aussi l’article « The US should tailor its policies towards each rogue state », in : Herald Tribune, 26/27.2.2000

8 « L’humanité » est devenue une nouvelle catégorie des relations internationales. La question des droits de l’homme qui s’y rattache pourrait faire perdre de son crédit au principe de non-ingérence, comme cela s’est déjà montré lors de la guerre du Kosovo.

9 Pour une bibliographie détaillée, voir : Problèmes économiques 4 (1999) ; Gouvernance mondiale, Paris, La Documentation française, 1999.

10 Samuel P. Huntington : The Clash of Civilizations and the Remaking of the New World Order, New York, Simon and Schuster, 1996.

11 Henry Kissinger : Diplomatie, Paris, Fayard, 1996.

12 Francis Fukuyama : Das Ende der Geschichte, Munich, 1992.

13 Jean-Christophe Rufin : L’Empire et les nouveaux barbares, Paris, Lattès, 1991.

14 Zbigniew Brzezinski : The Grand Chessboard. America and the Rest of the World, New York, Basic Books, 1997.

15 Susan Strange : Casino Capitalism, Manchester University Press, 1996/97 ; ibid : The Retreat of the State. The Diffusion of Power in the World Economy, Cambridge University Press, 1996 ; George Soros : Die Krise des globalen Kapitalismus. Die offene Gesellschaft in Gefahr, Berlin, Alexander Fest Verlag, 1999.

16 Sur le thème du « retour du monde pré-westphalien », voir : Thomas Huegelin, « le fédéralisme d’Althusius dans un monde postwestphalien », in : Europe en formation 212 (1999), pp. 27-55.

17 Cf. R. Jackson/ G. Sorensen, (note 2), p. 21 : The Global Expansion of the State System. xviie siècle : Europe (système européen), au xviiie siècle également en Amérique (système occidental), au xixe siècle également en Amérique du sud et au Japon (système en voie de globalisation), et au xxe siècle aussi en Asie, en Afrique, dans les Caraïbes, le Pacifique (système global).

18 Un exemple est la délégation de compétences de la République fédérale d’Allemagne à l’Union Européenne (article 23 de la loi fondamentale, version du 3. 11. 1995), ou à d’autres organisations inter-étatiques (article 24 de la loi fondamentale), ou la répartition des compétences entre la fédération et les Länder (articles 30 et 31 de la loi fondamentale).

19 Cf. Siegfried Bock : « Vier Jahrzehnte Auenpolitik - Abläufe, Inhalte, Wirkungen », in : « Daniel Küchenmeister/Detlef Nakath/Gerd-Rüdiger Stephan (éds.) : … abgegrenzte Weltoffenheit … Zur Außen- und Deutschlandpolitik der DDR, Potsdam, Brandenburger Verein für politische Bildung « Rosa Luxemburg », 1999, p. 48 ; D. Nakath : « Grundzüge und Entwicklungsetappen der DDR-Auenpolitik », in : ibid., p. 23 : « Entre 1949 et 1955 la politique extérieure de la RDA reste sous le contrôle direct de l’URSS et est intégrée dans leur politique internationale, en particulier vis-à-vis de l’Allemagne. »

20 Cf. S. Bock (note 19), pp. 42 ss.

21 On peut citer à titre d’exemple l’opposition entre Zaisser et Herrnstadt dans le Politburo des années 50, l’opposition contre Honecker dans les années 80, et aussi le rôle de la Stasi comme « État dans l’État ».

22 D’un point de vue confessionnel, la RDA appartenait au même titre que la Grande-Bretagne et les pays scandinaves, aux rares pays presque exclusivement protestants. On a remarqué auprès des adolescents et des jeunes adultes un mouvement de retour vers l’Eglise dans les années 70 et 80, alors que les décennies précédentes étaient caractérisées par une défection massive. Comme en France, il s’était créé en RDA en raison de la sécularisation massive un milieu religieux résistant ; cf. Detlef Pollack : « Von der Volkskirche zur Minderheitskirche. Zur Entwicklung von Religiosität und Kirchlichkeit in der DDR », in : Hartmut Kaelble (éd.) : Sozialgeschichte der DDR, Stuttgart, Klett-Cotta, 1994, pp. 271-294.

23 Cf. Timothy Garton Ash : Im Namen Europas. Deutschland und der geteilte Kontinent, Munich, Hanser, 1993, p. 233.

24 Cf. Gerhard Schürer/Gerhard Beil/Alexander Schalck/Ernst Höfner/Arno Donda : « Vorlage für das Politbüro des ZK der SED : Analyse der ökonomischen Lage der DDR mit Schlufolgerungen vom 30. 10. 1989 », publié in : DA 25 (1992) 10, pp. 1112-1120.

25 Cf. Arnim Volze : « Ein großer Bluff ? Die Westverschuldung der DDR », in : DA 29 (1996) 5, pp. 701-713.

26 André Steiner : « Zwischen Konsumversprechen und Innovationszwang. Zum wirtschaftlichen Niedergang der DDR », in : Konrad H. Jarausch/Martin Sabrow (éds.) : Weg in den Untergang. Der innere Zerfall der DDR, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1999, pp.153-192.

27 Cité d’après T.G. Ash (note 23), p. 232.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540