Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

La RDA entre l’Est et l’Ouest : dépendances et défis

La RDA dans l’histoire de l’Allemagne

Martin Sabrow
Traduction de Marc Thuret

Texte intégral

  • 1 Erich Honecker : « Großes vollbracht für Sozialismus und Frieden » in : Neues Deutschland, 9 octobr (...)
  • 2 « Es wird keine DDR mehr geben. Sie wird nichts sein als eine Fußnote in der Weltgeschichte. » Cit. (...)

1La RDA « franchira le seuil de l’an 2000 avec la certitude que l’avenir appartient au socialisme. […] Son existence donne, non seulement à notre peuple, mais à toute l’humanité, un nouvel espoir. »1 Ces paroles, reproduites par l’organe central du Parti Neues Deutschland le 9 octobre 1989, auraient pu servir à son secrétaire général, Erich Honecker, de formule de vœux pour l’entrée dans le nouveau millénaire – si les manifestants du lundi à Leipzig n’avaient pas, le même jour, contraint l’appareil d’État à un premier repli, si Honecker lui-même n’avait pas été quelques jours, quelques semaines plus tard, démis de ses fonctions, si le mur n’était pas tombé, entraînant dans sa chute toute la dictature du « Parti socialiste unifié d’Allemagne ». L’antithèse de la thèse soutenue par Honecker fut formulée six mois plus tard par Stefan Heym lorsqu’il déclara, à la veille des élections pour la formation de la dernière assemblée nationale (Volkskammer), que la RDA ne serait bientôt « qu’une note de bas de page » dans le grand livre de l’histoire du monde.2 Peu après, le deuxième État allemand est tombé dans l’histoire, et cela dans les deux sens du terme : il n’était plus d’une part qu’un épisode achevé et daté du passé ; il était d’autre part devenu, pour les historiens, ces « prophètes au regard tourné en arrière », selon la définition de Friedrich Schlegel, un inépuisable sujet de discussion sur la place qu’il convient désormais de lui attribuer. Les remarques qui vont suivre cherchent à le situer, entre Honecker et Heym, entre tête de chapitre et note de bas de page, et à définir quelques grands traits du débat suscité par cette question.

1. Histoire contemporaine, source de controverses

  • 3 « Eine monumentalische, eine antiquarische und eine kritische », in : Friedrich Nietzsche : Considé (...)

2La chouette de Minerve, peut-on lire chez Hegel, ne prend son envol qu’à la tombée de la nuit, et Karl Lamprecht Nestor de l’histoire des sociétés écrite en Allemagne, disait de même que l’historien traverse des champs d’ossements, mais en suscitant derrière lui le bruissement d’une nouvelle vie. En accédant au statut de discipline scientifique, l’histoire contemporaine a mis fin à ces certitudes. Au moment où la RDA était en train de sombrer, la chouette de Minerve s’est élevée dans le ciel en plein après-midi, et l’on vit des squelettes se relever et marcher en sautillant, exposant objections et explications, aux côtés des historiens qui traversaient le champ de ruines laissé par ces prétendus défunts. Pour la commémoration du 10e anniversaire de la chute du mur, les protagonistes d’autrefois sont, comme si cela allait de soi, remontés sur la scène de l’histoire pour exposer, à côté des trois conceptions de l’histoire distinguées par Frédéric Nietzsche : la « monumentale », la « traditionaliste » et la « critique »3, une quatrième, la « répétitive », leur préférée comme tout porte à croire, celle où les acteurs, avec le soutien des moyens modernes de communication, rejouent, en l’expliquant, la pièce dans laquelle ils se sont déjà produits. Après avoir perdu le concours de séduction des systèmes politiques, la RDA a gagné, dix ans après sa chute, la course au souvenir historique. Exception faite de quelques formules dans les discours, il ne fut guère question, le 9 novembre 1999, de la révolution du 9 novembre 1918, pas plus que de la « Nuit de Cristal » du 9 novembre 1938 ou du 60e anniversaire de l’attentat de Georg Elser contre Hitler et de la répression qui s’ensuivit. Le 9 novembre est entièrement réservé, dans le calendrier du souvenir des Allemands d’aujourd’hui, au 10e anniversaire de la chute du mur.

  • 4 Cf. Horst Möller: « Das Institut für Zeitgeschichte und die Entwicklung der Zeitgeschichtsschreibun (...)

3Quel contraste avec les deux grandes césures antérieures dans l’histoire récente de l’Allemagne : 1918 et 1945 ! Dans l’Allemagne vaincue du premier après-guerre, l’histoire contemporaine n’avait pas les moyens de s’exprimer dans le débat public avec l’autorité d’une discipline compétente et indépendante. Elle s’était au contraire entièrement mise au service d’une politique qui entendait bien, en polémiquant contre la « honte de Versailles » et en contestant la responsabilité de l’Allemagne dans le déclenchement de la guerre (« Kriegsschuldlüge »), utiliser le passé pour gagner la paix du moins, après avoir perdu la guerre. À l’inverse, l’histoire contemporaine ne put, dans l’Allemagne divisée du deuxième après-guerre, s’exprimer qu’avec une certaine réserve, et essentiellement pour le cercle de ceux qui la pratiquaient. L’impact matériel et moral des événements dont elle traitait ainsi que le besoin très largement répandu de les « passer sous silence », comme le dit Hermann Lübbe, bridaient en effet son développement. Le fait d’institutionnaliser la recherche en histoire contemporaine, à l’Institut d’histoire contemporaine de Munich par exemple (Institut für Zeitgeschichte),4 a fréquemment soulevé l’objection qu’il était de toute façon impossible de porter un jugement sérieux et scientifiquement fondé sur une période à peine révolue du passé. Au naufrage de la deuxième dictature allemande succéda par contre non pas un silence gêné, mais, d’emblée, l’interrogation insistante des individus opprimés, à l’Est, des témoins pris de court, à l’Ouest, les uns et les autres cherchant à comprendre ce qui s’était passé. Dans une société unifiée, on se mit ensuite à discuter publiquement de ce qui, dans leur histoire, unissait et séparait les Allemands de l’Est et de l’Ouest.

  • 5 Voir sur le débat Martin Sabrow : « DDR-Bild im Perspektivenwandel », in : ders./ Jürgen Kocka (Hrs (...)

4C’est la raison pour laquelle rechercher la place de la RDA dans l’histoire de l’Allemagne est devenu, à partir du jour de sa disparition, un sujet brouillé par la différence des points de vue historiques et politiques. La césure de 1989/1990 contraste de façon frappante avec le reste de l’histoire allemande de l’après-guerre avant 1989, époque pendant laquelle on ne pouvait s’intéresser à la RDA que dans le cadre d’une discipline spéciale baptisée « recherches sur la RDA » (DDR-Forschung).5 L’extraordinaire intérêt suscité par le Troisième Reich repoussait dans l’ombre l’histoire des deux États allemands, objet de recherches généralement développées à l’abri de toute controverse dans l’opinion publique. À la question de savoir quelle place réserver à la RDA dans l’histoire de l’Allemagne, il faut d’abord répondre en faisant remarquer que c’est de sa disparition que date le début d’une nouvelle forme d’histoire contemporaine, désormais conçue comme un sujet de disputes.

  • 6 Armin Mitter/Stefan Wolle : Untergang auf Raten. Unbekannte Kapitel der DDR-Geschichte, Munich, Han (...)

5Dans la mêlée des discussions tournant autour du caractère de l’État est-allemand et de sa société, on a vu se constituer après 1989/1990 deux camps séparés par une ligne de démarcation ne correspondant pas exactement à l’ancienne frontière entre RFA et RDA, mais montrant clairement combien les points de départ des raisonnements tenus à l’Est et à l’Ouest étaient différents. Le discours est-allemand sur la RDA se caractérise aujourd’hui encore par l’opposition entre ceux qui, peu ou prou, tendent à instruire l’acte d’accusation de leur ancien État et ceux qui cherchent à le disculper, voire à en faire l’apologie. Dans ce débat, la question essentielle consiste à se demander si la RDA, dans son principe, doit être pensée à partir de sa fin, de façon téléologique, autrement dit si elle était un État de non-droit condamné dès son origine à l’échec, voué « au naufrage par étapes »,6 ou s’il fallait au contraire la considérer à partir de ses origines, de façon génétique, autrement dit voir en elle, quelles que soient les réserves que l’on puisse émettre, une expérience socialiste légitime, historiquement plausible du moins, représentant dans le contexte de la guerre froide la chance historique d’un nouveau départ sur une base antifasciste, expérience qui, pour finir, fit long feu, la RDA se heurtant à un adversaire trop fort selon les uns, se montrant elle-même trop faible selon les autres.

  • 7 Cf. entre autres Klaus Schroeder : Der SED-Staat. Geschichte und Strukturen der DDR, Munich, Bayeri (...)
  • 8 Cf. Dietmar Keller/Hans Modrow/Herbert Wolf (éds.) : Ansichten zur Geschichte der DDR, 5 volumes, B (...)

6Le témoin à charge tendra plutôt à développer ses arguments en partant de la fin, en manifestant une certaine prédilection pour des schémas inspirés de théories centrées sur l’idée de totalitarisme, liée aux notions de violence et de séduction, de soumission et de résistance.7 Son interprétation privilégiera le point de vue de celui qui voit les choses d’en haut, en concentrant son attention sur la domination soviétique, sur le caractère brutal de la dictature et coercitif du régime. La société de RDA, dans cette représentation, n’agit pas, elle ne fait que réagir ; les actes de ceux qui la composent sont généralement classés selon une échelle allant de la mention « collaboration » à celle de « refus absolu ». Le témoin à décharge verra au contraire l’histoire de la RDA comme celle d’un État qui prenait un nouveau départ et dont rien n’obstruait les perspectives d’avenir. Il insistera sur le caractère relativement normal de la vie menée en RDA, une vie qui ne se résumait pas aux contraintes de la dictature et gardait sa valeur propre. Les arguments de la défense appellent généralement à considérer le contexte dans lequel la RDA s’est construite. Ils soulignent d’une part la dépendance politique et économique et les divers handicaps entre lesquels elle dut tracer sa voie. Ils rappellent volontiers d’autre part le parallélisme de certains phénomènes : l’humeur va-t-en guerre des années cinquante et soixante, les déficits de la mémoire et l’intolérance vis-à-vis des minorités dans l’un comme dans l’autre État.8

  • 9 Cf. Eckhard Jesse (éd.) : Totalitarismus im 20. Jahrhundert. Eine Bilanz der internationalen Forsch (...)

7Dans le camp ouest-allemand, la discussion opposant tendance normative et tendance pragmatique n’est, depuis 1989, pas moins vive dès qu’il s’agit d’interpréter l’histoire de la RDA. Dans les rangs des contempteurs il y a ceux qui ne s’étaient jamais lassés de rappeler la valeur des principes, de souligner tout ce qui sépare une démocratie d’une dictature, et qui avaient toujours reproché à la recherche sur la RDA, telle qu’elle se pratiquait avant 1989, d’avoir, pour des raisons d’opportunité probablement, estompé cette différence, afin de mieux servir la détente et d’éviter toute remise en cause du statu quo. Au centre du débat se trouvait la question embarrassante de la fidélité à la cause de l’unité allemande. Qui l’avait défendue avec constance ? Qui l’avait trahie d’un cœur léger ? L’issue surprenante qu’avait trouvée l’histoire de la partition de l’Allemagne apportait de l’eau au moulin de ceux qui n’avaient jamais cherché le rapprochement avec la RDA ni cru aux théories prédisant sa modernisation ou même la convergence des deux systèmes ; cette fin inattendue a promu une spectaculaire renaissance de la théorie du totalitarisme, théorie remisée, avant la chute du mur, dans l’arsenal de la guerre froide, ressortie périodiquement depuis, comme si elle était la seule formule permettant d’expliquer l’ensemble des phénomènes.9

  • 10 Voir à ce propos par exemple le discours du président du Bundestag Wolfgang Thierse lors du Forum h (...)

8Ces débats appartiennent eux-mêmes à bien des égards à l’histoire. Les écoles de pensée pragmatiques, tablant sur l’évolution d’une RDA appelée à devenir peu à peu un État industriel comme les autres, ont sans doute été durablement mises hors jeu. Mais la cote des différentes thèses s’inspirant de la théorie du totalitarisme s’est elle-même bien affaissée depuis que ses déficits analytiques sont apparus toujours plus nettement dans l’étude du détail des événements. De la même façon, l’opposition entre dé- et re-légitimation de la RDA, entre accusation et défense, est passée à l’arrière plan, dans la discussion des historiens du moins, quand a été mise en place la réforme des institutions encadrant la recherche en histoire contemporaine, bien que le débat politique et moral sur la part revenant à la RDA dans l’Allemagne unifiée et sur sa part de responsabilité dans l’état actuel de la République de Berlin continue à agiter les esprits.10 Au lieu de cela, les efforts pour situer la RDA dans l’histoire en sont aujourd’hui arrivés à un stade qui n’est, pour reprendre les termes employés par Nietzsche, ni « monumental » ni « traditionaliste ». On n’évoque plus « l’empire du mal », on ne cultive plus non plus la nostalgie, mais on cherche à comprendre et à expliquer en faisant preuve de sens critique.

9On distingue actuellement, me semble-t-il, trois manières principales de participer à la recherche du site historique de la RDA. Les Argonautes lancés dans cette exploration ont constitué des équipes rivales, privilégiant leurs propres méthodes d’orientation, ne faisant confiance qu’à leurs propres cartes, suivant surtout, pour approcher l’objet de leur étude, des routes différentes, parties de points opposés. Pour plus de clarté, donnons leur un nom : il y a le modèle de l’histoire nationale, celui de l’histoire des blocs et celui de l’histoire des systèmes.

2. La RDA, partie intégrante de l’histoire nationale

  • 11 Cf. Hans-Peter Schwarz : Die Zentralmacht Europas. Deutschlands Rückkehr auf die Weltbühne, Berlin, (...)
  • 12 Voir à ce sujet : Anselm Doering-Manteuffel : Wie westlich sind die Deutschen ? Amerikanisierung un (...)

10L’intégration dans l’histoire nationale de l’Allemagne offre, surtout vue de l’étranger, le cadre logique le plus familier et, pour la période 1989-1990, le plus pertinent où situer la RDA. En RFA, Günter Grass avait voulu que soit admise une fois pour toutes l’idée que la division de l’Allemagne devait être le châtiment permanent des crimes irréparables du national-socialisme, le prix à payer pour la rupture de l’Allemagne avec le monde civilisé. En opposition directe avec cette attitude, de nombreux historiens, emboîtant le pas du gouvernement, ont, depuis 1990, choisi de concevoir l’unification allemande comme une réunification, comme la restauration d’une normalité détruite en 1945 et comme un retour à l’innocence dans le cercle des global players. Les années de division apparaissent ainsi comme une époque d’exception, au cours de laquelle les deux États allemands furent maintenus dans un provincialisme à la fois sympathique et insupportable, à l’ombre de deux grandes puissances les dispensant l’un et l’autre de s’exposer aux dilemmes de la politique mondiale. Vue sous cet angle, la césure de l’année 1989 ne fait que relativiser celle de 1945, et la RDA apparaît comme un obstacle, inévitable sans doute, mais franchi avec succès, sur la voie du retour à la tradition nationale d’une part, de l’accès à une redéfinition des intérêts nationaux pour l’avenir d’autre part.11 Indépendamment des ses implications politiques, un tel regard soulève des questions intéressantes, pour lesquelles la recherche historique ne possède pas de solutions toutes faites, la question de la survie des traditions historiques dans chacun des deux États allemands par exemple. Lorsque Lothar de Maizière, dernier ministre-président de la RDA, prenant la parole dans le contexte de l’union monétaire de l’été 1990, déclarait que la République fédérale allait, avec la prochaine unification, devenir plus protestante et plus orientale, il sous-entendait que la culture et l’identité allemandes avaient été mieux préservées en RDA qu’en RFA : La RDA n’était-elle pas, nonobstant les slogans flétrissant la continuité de la réaction depuis Bismarck jusqu’à Adenauer, une sorte de « Prusse rouge », prolongeant à sa manière, par son opposition à l’Occident et par la militarisation de sa société, cette exception allemande abandonnée par une RFA cherchant à tout prix à « s’ancrer à l’Ouest » ?12

  • 13 Christoph Klessmann : « Nationalstaat in festen Grenzen. Schlußstrich einer langen Geschichte », in (...)
  • 14 Dans une étude stimulante, Peter Bender a tenté de trouver dans les similitudes de cette double évo (...)

11Situer la RDA dans l’histoire nationale n’implique pas forcément l’adhésion à un projet national. Christoph Kleßmann a défini l’Allemagne augmentée des nouveaux Länder comme un « État national dans des frontières sûres et reconnues », tout en insistant sur le fait que leur adhésion représentait une nouvelle unification et non une réunification.13 C’est la comparaison entre le regard des Allemands de l’Est et celui des Allemands de l’Ouest, et non leur point de vue commun justement, qui fait ressortir le parallélisme de leur histoire pendant l’époque de la division, parallélisme n’impliquant toutefois nulle communauté. Les deux États puisaient leur origine dans la défaite et dans le régime d’occupation : ils furent l’un et l’autre les héritiers du Reich hitlérien, et sur l’un comme sur l’autre pesaient à la fois l’hypothèque du crime contre l’humanité perpétré par le national-socialisme et la nécessité d’en « venir à bout ». Ils connurent l’un comme l’autre un essor économique inimaginable dans l’immédiat après-guerre et se comportèrent au cours du conflit est-ouest en partenaires loyaux de chacune des superpuissances, en élèves modèles même, prêts à adopter, non sans conflits il est vrai, les valeurs, y compris culturelles, de chacun des blocs. Les deux États ont prudemment cherché au fil des ans à s’affranchir de leur dépendance respective et à gagner certaines marges de manœuvre. Ils ont été l’un et l’autre, aussi longtemps qu’ils ont existé, confrontés à la question de leur appartenance nationale et se sont tous deux accrochés deux décennies durant à l’idée d’une nation allemande unique, puis s’en sont détachés au cours des années soixante-dix et quatre-vingts, sans que les partenaires de leurs blocs respectifs accordent beaucoup de crédit à ce revirement.14 Les manifestants est-allemands de décembre 1989 n’ont-ils pas eux-mêmes justifié a posteriori cette méfiance persistante des voisins de l’Allemagne quand ils se sont mis à scander non plus « Nous somme le peuple », mais « Nous sommes un peuple » ?

  • 15 Karl-Dietrich Erdmann : « Drei Staaten – zwei Nationen – ein Volk ? Überlegungen zu einer deutschen (...)
  • 16 Peter Bender : « Ansätze zu einer deutschen Nachkriegsgeschichte », in : Merkur. Deutsche Zeitschri (...)
  • 17 Arnold Sywottek : « Nach zwei deutschen Diktaturen ? Über Perspektiven deutscher Gesellschaftsgesch (...)
  • 18 Un exemple particulièrement cocasse en est donné par la course acharnée à laquelle s’est livrée la (...)

12La division est-ouest n’avait donc pas effacé le sentiment d’appartenance commune, et dans ce contexte, il paraît bien secondaire de se demander si l’histoire des Allemagnes fut, après 1945, conçue comme une « unité dialectique », selon Karl-Dietrich Erdmann15 ou, selon Peter Bender16, comme l’évolution parallèle de deux États allemands séparés. Mais surtout, la RDA est toujours restée si indéfectiblement fixée sur la RFA et si étroitement liée à elle que la véritable raison d’être du deuxième État allemand semble avoir résidé dans sa volonté de se démarquer du premier et de le concurrencer tout en prenant par rapport à lui ses points de repère. En sens inverse, la remarque est beaucoup moins valable. Certes, le miracle économique allemand a aussi trouvé sa source dans l’afflux permanent d’une main d’œuvre qualifiée et bien formée venue de RDA17 , et le concept même d’« économie sociale de marché » n’aurait pas vu le jour sans l’existence d’une alternative socialiste en Allemagne. L’anticommunisme servant en RFA de plate-forme idéologique à l’intégration, cela aussi ne pouvait se concevoir qu’en référence à la partie stalinienne de l’Allemagne, et même les victoires électorales d’Adenauer en 1949 et 1953 ne sont compréhensibles que si l’on tient compte de l’évolution de la société est-allemande à cette époque. Mais c’est en RDA seulement que l’autre État allemand est devenu ce système occulte de référence que l’on prétendit d’abord, avec la foi utopique des premières années en la supériorité de la doctrine, battre dans tous les domaines18, que l’on se contenta ensuite de vouloir « dépasser sans le rattraper », dont on ne voulut plus enfin que canaliser l’influence, menaçante pour la stabilité du régime.

  • 19 Detlef Pollack: Die Kirche in der Organisationsgesellschaft. Zum Wandel der gesellschaftlichen Lage (...)
  • 20 Rainer M. Lepsius: « Die Institutionenordnung als Rahmenbedingung der Sozialgeschichte der DDR », i (...)
  • 21 Cf. Hans Günter Hockerts (éd.) : Drei Wege deutscher Sozialstaatlichkeit. NS-Diktatur, Bundesrepubl (...)

13Afin de tenir compte de l’inégalité structurelle des relations interallemandes, on a fini par adopter un schéma d’interprétation où l’évolution des deux États allemands est conçue comme l’histoire d’une imbrication asymétrique de ressemblances et de différences. Il y a dans ce modèle, à côté des questions de comparaison au sens propre, de la place pour l’étude des évolutions parallèles et opposées des deux États allemands aussi bien que pour l’analyse de leurs relations de coopération et de concurrence et naturellement aussi de l’influence des transferts d’Ouest en Est et d’Est en Ouest. C’est une base sur laquelle on peut également discuter les raisons pour lesquelles la phase de modernisation que connut chacun des deux États après sa fondation a donné des résultats si différents. Alors que la RDA saisissait la première, avec une certaine emphase, la chance qui lui était offerte de se moderniser en se démarquant de l’État national-socialiste, la RFA choisissait la voie d’une modernisation modérée, fondée sur un certain retour aux valeurs culturelles détruites par le Troisième Reich. Ce fut pour finir la République fédérale qui sut le mieux, en 1967-1968, s’adapter aux mutations de la société civile, puis à la révolution des techniques d’information et de communication à la fin des années quatre-vingts, s’engageant ainsi dans la voie de la modernisation de type occidental bien plus résolument que l’État SED, dont le naufrage vient aussi de son incapacité à se mettre à la page. La RDA resta dans bien des domaines le moins moderne des deux États, choisissant pour finir le chemin d’une « société mixte semi-moderne »19 où les critères de rationalité que sont l’efficacité économique et la fiabilité juridique étaient sous-représentés et où les institutions politiques, juridiques, économiques, médiatiques, indépendantes les unes des autres dans toute société moderne, avaient, pour ainsi dire, fusionné.20 Un tel déficit, associé au refoulement d’instances médiatrices telles que les syndicats indépendants, a de surcroît favorisé l’apparition et le développement d’un système paternaliste visant, dans le domaine administratif, à substituer l’intervention politique décidée en fonction des circonstances à la prise rationnelle de décision, et, dans le domaine juridique, l’impératif égalitaire au respect du droit formel.21

3. La RDA, partie intégrante du bloc socialiste

  • 22 «’Wir wechselten zum Du’. Moskaus früherer Botschafter Pjotr Abrassimow über Erich Honecker », in : (...)
  • 23 Cf. Bernd Rabehl/Mechthild Günther : « Wissenschaft und Universität als Ideologie : Zur Umwandlung (...)

14À cette manière de présenter l’histoire de la RDA dans la perspective de l’histoire nationale, en insistant sur ce qui la rapproche de la RFA, on préfère généralement, surtout en République fédérale, la démarche interprétative consistant à insister sur la distance séparant la RDA du monde occidental et sur son ancrage dans la constellation des États satellites de l’Union soviétique. La soviétisation de l’Allemagne de l’Est n’a épargné aucune de ses réalités sociales, faisant de cet État, comme l’a dit Pjotr Abrassimov, une sorte d’homunculus sovieticus.22 Dans l’État SED, ce n’étaient pas seulement la politique et l’économie qui se pliaient à l’exemple soviétique, mais toutes les nouveautés de la vie culturelle et universitaire.23 La restructuration radicale du paysage scientifique de la RDA a conduit à substituer aux sociétés savantes héritées de la tradition et au principe humboldien prônant l’unité de l’enseignement et de la recherche de grands centres socialistes de recherche. On peut se demander jusqu’où est allée la transformation de la RDA en république populaire, mais il faut bien constater que la fixation sur l’exemple soviétique, imité avec zèle, fut une constante de son histoire et qu’elle ne fut remise que deux fois en question : à la fin des années soixante par un Walter Ulbricht toujours enclin à se surestimer, puis à la fin des années quatre-vingts par la gérontocratie installée au bureau politique. La première tentative se solda par la chute de Walter Ulbricht, la seconde par l’effondrement de la RDA.

  • 24 « Erich, ich sage dir offen, vergiss das nie : Die DDR kann ohne uns, ohne die SU, ihre Macht und S (...)
  • 25 Vgl. Bernd Bonwetsch/Alexej Filitov : « Die sowjetische Politik und die SED – Handlungs- und Verant (...)

15Il y a peu d’aspects de l’histoire est-allemande que l’on puisse traiter sans tenir compte du pouvoir hégémonique de l’Union soviétique et des efforts consentis par le deuxième État allemand pour s’intégrer dans le bloc communiste. Ceci vaut pour les transformations menées pendant les années quarante dans la zone d’occupation soviétique comme pour son alignement sur le cours stalinien après 1948 ou pour le changement de cap adopté au début de l’été 1953. L’Union soviétique a toujours été le garant du pouvoir SED ; le monde fut bien forcé de s’en rendre compte au moment du soulèvement de juin 1953, et Brejnev le fit encore savoir à Honecker en 1970, à l’heure où ce dernier s’apprêtait à prendre la place de Walter Ulbricht : « Erich, il faut que je te le dise franchement : n’oublie jamais que sans nous, sans le pouvoir et la force de l’Union soviétique, la RDA ne peut pas exister. Sans nous, pas de RDA. »24 Politique étrangère et relations bilatérales avec la RFA étaient entièrement entre les mains de Moscou, comme Ulbricht aussi bien que Honecker furent bien forcés de le constater, le premier par exemple avec la publication des « notes de Staline » en 1952, puis avec la construction du mur en 1961 ; le second quand il fallut obtenir l’aval soviétique pour pouvoir se rendre à Bonn.25

  • 26 Sur les circonstances qui amenèrent la chute du mur, voir : Hans-Hermann Hertle : Der Fall der Maue (...)

16La première décision importante prise de son propre chef par l’équipe dirigeante du SED sur une question de politique interallemande fut aussi la dernière : l’adoption pour la RDA et Berlin de formalités de voyage plus libérales, publiée sans consultations préalables par Günter Schabowski le 9 novembre 1989.26 C’est à Moscou que se trouvait en 1990 la clé de l’unité allemande, et c’est sur le modèle soviétique que se sont déroulées les campagnes et les crises de l’État SED, depuis l’assaut donné à la forteresse des Sciences (Sturm auf die Festung Wissenschaften) jusqu’aux phases de détente et de durcissement de la fin des années soixante-dix en passant par l’ère du dégel. Mais, de tous les satellites de l’URSS, la RDA était le seul à ne pas disposer d’une légitimation nationale, et c’est ce déficit surtout qui la prédestinait à devenir « la plus impersonnelle des baraques du camp socialiste » (die nüchternste Baracke im sozialistischen Lager). Mais qu’on la compare aux autres dictatures du glacis occidental de l’Union soviétique, ou qu’on étudie ses relations internationales en dehors du bloc socialiste, sujet de cet ouvrage, la RDA présente, à côté de grandes ressemblances avec les voisins de son camp, un petit nombre de différences et de traits originaux sans lesquels sa représentation perd tout relief, et qui jouent, pour la recherche historique, un rôle toujours plus important.

4. La RDA dans le débat entre dictature et démocratie au xxe siècle

  • 27 Eric Hobsbawm : Das Zeitalter der Extreme. Weltgeschichte des 20. Jahrhunderts, Munich/Vienne, Hans (...)
  • 28 Cit. in : Der Tagesspiegel, 9 novembre 1999.

17La perspective nationale situe la RDA dans une histoire allemande commune, et ce jusque dans ce qui a opposé les deux États à l’époque de la division ; la perspective supra-nationale, axée sur la confrontation des blocs, la détache pour ainsi dire de son contexte national. Le troisième mode d’approche se fonde au contraire sur l’opposition entre dictature et démocratie d’une part, entre socialisme de type soviétique et capitalisme libéral d’autre part, opposition qui domine l’histoire de ce siècle et qui, selon Eric Hobsbawn est la marque propre aux décennies situées entre 1917 et 1990.27 Pour cette façon de voir, les sources historiques de la RDA remontent aux orientations staliniennes du jeune parti communiste de la République de Weimar ainsi qu’au triomphe de la dictature hitlérienne, régime dont la fureur destructrice et autodestructrice allait préparer le terrain d’une deuxième dictature allemande, sous la houlette d’Ulbricht, puis de Honecker. Vue sous cet angle, la chute du mur de Berlin prend alors la valeur d’événement clé de l’histoire récente et marque, pour reprendre le mot du président Clinton, l’un « des jours les plus heureux de ce siècle »28. Le naufrage de la RDA et de l’ensemble du camp socialiste apparaît ainsi comme une victoire historique du droit sur la force, et s’insère dans un système de pensée propre aux temps modernes, système fondé sur la foi dans le progrès, et, en dépit de bien des démentis, dans l’aptitude de l’homme à se civiliser.

  • 29 C’est là l’argument défendu avec de bonnes raisons par Horst Möller pour mieux comprendre et juger (...)

18Un tel fondement théorique conduira l’historien à concentrer son regard sur le caractère dictatorial de la RDA. Le débat sur la légitimité des comparaisons, voire même des analogies entre national-socialisme et socialisme réel, a soulevé, au cours des années qui ont suivi l’unification, bien des vagues. Aujourd’hui encore, la seule idée de comparer globalement les deux systèmes est ressentie, par les anciens citoyens de RDA surtout, comme une brutale stratégie de délégitimation, imaginée par un vainqueur n’ayant, à des fins politiques évidentes, nul scrupule à mettre dans le même panier, au mépris de la conscience antifasciste de la direction du Parti et de l’élite dirigeante, le fascisme et ses adversaires les plus déterminés – protestations auxquelles on pourrait objecter que l’affirmation que national-socialisme et communisme sont incomparables est elle-même, à y regarder de près, le produit d’une comparaison, et que comparer ne veut pas nécessairement dire : mettre sur le même plan.29

  • 30 Jürgen Kocka : « Eine durchherrschte Gesellschaft », in : H. Kaelble (note 20), pp. 547-553.
  • 31 Cf. Sigrid Meuschel : « Überlegungen zu einer Herrschafts- und Gesellschaftsgeschichte der DDR », i (...)
  • 32 Sur ces notions voir : Klaus-Michael Mallmann/Gerhard Paul : « Resistenz oder loyale Widerwilligkei (...)

19Des études comparatives des deux types de régime ont effectivement fait ressortir une série de correspondances ainsi que certaines continuités allant du parallélisme entre les volontés d’élimination, ici d’une « race », là d’une classe, à certaines ressemblances structurelles dans l’éducation des enfants, la mobilisation des masses et même dans la réglementation du langage. On a pu voir d’autre part qu’une comparaison globalisante des deux dictatures ne permettait pas de constater beaucoup plus que leur refus commun des principes de l’État de droit, des valeurs libérales et civiques. La question de savoir laquelle des deux dictatures fut la plus totalitaire a un caractère scolastique. Fut-ce la national-socialiste, incomparablement plus brutale et radicale dans sa manière d’exercer le pouvoir et dans sa volonté de détruire ? Fut-ce la marxiste-léniniste, qui aspirait à s’emparer du contrôle de la société tout entière, à lui dicter son ordre économique, à abolir et à effacer systématiquement toute séparation entre vie publique et vie privée ? Quiconque s’aventure sur un tel terrain tend, en se concentrant exagérément sur les prétentions du pouvoir, à accorder à ces dernières trop d’importance et à négliger le fait que les sociétés placées sous l’autorité des deux dictatures allemandes ne furent jamais ni totalement « mises au pas » (gleichgeschaltet), ni « entièrement contrôlées » (durchherrscht),30 et moins encore « mises sur la touche » (stillgelegt).31 Les premières études s’attachant à montrer comment l’ambition du pouvoir se traduisait dans les réalités de la vie quotidienne font aujourd’hui apparaître l’existence de comportements aussi répandus que la « loyauté récalcitrante » (loyale Widerwilligkeit) en Allemagne national-socialiste ou la « réinterprétation indocile » (eigensinnige Umdeutung) des ordres abusifs venus d’en haut en RDA.32

  • 33 Cf. Martin Sabrow : « Herrschaftsstrukturen und Erfahrungsdimension. Der Beitrag des Potsdamer Zent (...)
  • 34 Cf. Eckhard Jesse : « War die DDR totalitär ? », in : APuZ, B 40/1994, pp. 12-23.
  • 35 Cf. Jürgen Kocka : « The GDR : A Special Kind of Modern Dictatorship », in : Konrad H. Jarausch (éd (...)
  • 36 Vgl. zum Diskussionsstand jetzt auch Sigrid Meuschel : « Totalitarismustheorie und moderne Diktatur (...)
  • 37 Martin Malia emploie la formule « pouvoir idéocratique » (ideokratische Herrschaft), in : Vollstrec (...)
  • 38 Sur le concept de « Aushandlungsgesellschaft » voir : Wolfgang Engler : Die zivilisatorische Lücke. (...)
  • 39 Martin Sabrow : « Der Konkurs der Konsensdiktatur. Überlegungen zum inneren Zerfall der DDR aus kul (...)

20Comment désigner la forme de dictature exercée en RDA de façon à tenir compte à la fois de ses structures autoritaires et de la réalité vécue par ses citoyens ? C’est une des questions qui suscitent les plus vives discussions chez les chercheurs s’intéressant à la RDA.33 Les propositions vont de dictature « totalitaire » ou « autoritaire »34 à « dictature moderne » (moderne Diktatur),35 ou encore de « dictature didactique » (Erziehungsdiktatur) à « dictature idéologique » (Weltanschauungsdiktatur).36 On emploie pour désigner le régime instauré par le SED les notions de « partocratie » ou encore d’« idéocratie »37, on parle de « société de négociation ou d’organisation » (Aushandlungs- oder Organisationsgesellschaft).38 Des essais d’interprétation plus élaborés proposent de voir dans la dictature instaurée en RDA, comme dans celle de l’Italie et de l’Allemagne fascistes, des « dictatures modernes » se démarquant de formes plus anciennes de despotisme. On échange alors des arguments en se référant à certaines formules de mises en scène et de légitimation pratiquées par les deux régimes coercitifs qui se succédèrent en Allemagne et y exercèrent une « dictature du consensus » (Konsens-Diktatur)39 en se drapant l’un et l’autre dans leur prétention à incarner la volonté du peuple.

21On touche ici à un problème invitant de nouveau à pratiquer la comparaison avec les pays occidentaux : Quel était l’ancrage de chacun des deux systèmes concurrents, dictature et démocratie, dans l’esprit des Allemands ? Est-ce l’irrésistible appel de la liberté qui a fini par abattre la dictature de RDA ? N’a-t-elle pas plutôt échoué, comme le veut une théorie inspirée des lois du magnétisme, à cause de son trop faible pouvoir d’attraction, des insuffisances de son économie et de l’absence, toujours plus patente, de perspectives d’avenir ? Aucun des modèles décrits par Max Weber ne permet vraiment de comprendre ce que fut la RDA. Elle n’était légitimée ni par la tradition ni par la loi et les institutions, et son régime ne pouvait pas non plus, à la différence de celui du Troisième Reich, se prévaloir du moindre charisme, si l’on exclut ce « charisme de la raison » (Charisma der Vernunft, formule de Stephan Breuer) qui fut, dit-on, quarante ans durant, le ciment invisible du socialisme d’État. L’État SED, érigé grâce aux chars soviétiques, disposait-il dans sa population d’une légitimité digne de ce nom ? Formait-il une entité autonome disposant de ses propres façons de voir, de valeurs et de modes de perception capables de maintenir en place un pouvoir au fragile équilibre ? Cette « dictature didactique » qui se prenait pour un régime d’avant-garde resta-t-elle au contraire, quarante ans durant, une création artificielle, incapable de survivre au retrait des garanties consenties par le Kremlin ?

5. La RDA, chant du cygne de la grande histoire ?

22Aucune des trois formes d’exploration dont je viens de parler ne répond, bien sûr, de façon exhaustive aux interrogations suscitées par l’histoire de la RDA. Toutes les réponses montrent bien que plus on progresse dans la connaissance d’un sujet, plus il pose de problèmes, et que les questions se multiplient au fur et à mesure que l’on croit trouver des réponses. Quoi qu’il en soit, le très grand intérêt du public, joint à la chance qu’a représentée la soudaine ouverture des archives et l’accès aux trésors qu’elles contiennent, a permis à l’histoire contemporaine de restaurer en un temps record après 1989 une confiance en soi un moment ébranlée par l’effondrement silencieux du communisme en Europe. Après un bref moment d’hésitation, les grandes fresques au moyen desquelles on tente, aujourd’hui encore, de faire parler l’histoire, ont été remises à l’honneur. On peut néanmoins continuer à douter que les trois missions d’exploration lancées à la recherche du lieu historique de la RDA rentrent au bercail aussi confiantes en elles-mêmes et sûres de leur succès qu’elles l’étaient au départ. Car, pour tout dire, une quatrième mission, partie elle aussi à la recherche de l’histoire est-allemande entre 1945 et 1990 est toujours en route. Assez mal organisée et sans grande cohérence interne, elle semble tantôt devancer les autres équipes de recherche, tantôt traîner derrière elles, croisant çà et là leurs pistes et s’intéressant plus, selon toute apparence, aux tempêtes de neige qui bouchent la vue et freinent l’avance qu’à l’établissement aussi rapide que possible d’un atlas général de l’État disparu. Cette quatrième version de l’histoire ne paye guère de mine et ne se laisse pas saisir en une formule, mais ses caractéristiques sont discontinuité et relativisme.

  • 40 François Lyotard : « Memorandum über die Legitimität », in : Peter Engelmann (éd.) : Postmoderne un (...)

23C’est François Lyotard qui, le premier, a annoncé la fin de la « métahistoire », prenant ainsi congé des deux grandes façons de légitimer la représentation du passé, dont l’une remonte à Kant, l’autre à Hegel.40 L’histoire de la RDA pose en effet, quand on y regarde de plus près, des questions qui ne trouvent des réponses satisfaisantes ni dans la perspective de l’histoire de la nation allemande, ni dans celle de la confrontation des blocs et des systèmes, et ce sont peut-être ces questions-là précisément qui font d’un pays qui fut jadis le plus ennuyeux du monde un des sujets les plus intéressants de l’histoire contemporaine. Je voudrais évoquer brièvement trois de ces questions inclassables.

  • 41 Charles S. Maier : « Geschichtswissenschaft und ‘Ansteckungsstaat’ », in : Geschichte und Gesellsch (...)
  • 42 C’est ce point qui rend si épineux le problème posé par les ‘collaborateurs inofficiels’ de la Stas (...)
  • 43 Hans Rothfels : « Zeitgeschichte als Aufgabe », in : VfZ 1 (1953), p. 1-8.
  • 44 Stefan Wolle : Die heile Welt der Diktatur. Alltag und Herrschaft in der DDR 1971-1989, Bonn, Ch. L (...)
  • 45 Konrad Jarausch : « Realer Sozialismus als Fürsorgediktatur. Zur begrifflichen Einordnung der DDR » (...)

24Il y a premièrement celle de l’irréductible pluralité des perspectives. La RDA ne se résume pas à son caractère dictatorial, et la vie qu’on y menait n’oscillait pas seulement entre conformisme et résistance. Après dix ans de discussions, qu’elles aient été acharnées ou pleines de prévenances, on ne peut toujours pas dire si condamner le système revient ou non à déprécier l’existence de ceux qui y ont vécu, et si les individus ont pu, par conséquent, vivre juste dans un contexte erroné – question insoluble, ne pouvant recevoir que des réponses ambivalentes, insistant d’une part sur le caractère inéluctablement contagieux de « l’État-épidémie » (Ansteckungsstaat) dont parle Charles Maier,41 d’autre part sur l’imprescriptibilité de la dignité humaine, même foulée aux pieds.42 Le décalage entre réalité vécue et analyse historique est d’une certaine manière inhérent à toute histoire du passé récent dans la mesure où celle-ci raconte l’existence de gens que nous côtoyons, comme le remarquait Hans Rothfels au moment où l’histoire contemporaine recevait le statut de discipline autonome.43 Mais, contrainte depuis la fin de la RDA de tenir compte des perspectives opposées de ceux qui ont vécu les événements de l’intérieur et de ceux qui les ont vécus de l’extérieur, de ceux qui les ont vus d’en haut, et de ceux qui les ont vus d’en bas, l’historiographie contemporaine se trouve confrontée à une contradiction insoluble qu’elle n’a pas connue après les césures de 1918 et 1945 – contradiction que n’ont pu résoudre ni Stefan Wolle, quand il qualifie ironiquement la RDA de « dictature de l’amour » (Diktatur der Liebe)44, ni Konrad Jarausch quand il propose le terme de « dictature-providence » (Fürsorgediktatur)45. Nous devrons sans doute nous résigner à l’impossibilité de trouver un terme recouvrant tous les aspects de la RDA, nous habituer à la voir résister à tous les efforts d’analyse et changer de visage chaque fois qu’on la considère sous un angle nouveau.

  • 46 Sigrid Meuschel : Legitimation und Parteiherrschaft in der DDR. Zum Paradox von Stabilität und Revo (...)

25Le deuxième champ d’interrogation concerne la vitesse stupéfiante avec laquelle la RDA passa de la stabilité à l’insurrection générale, processus allant de pair avec un incroyable changement d’éclairage : voilà qu’apparaissait soudain comme décadent ce que l’on avait peu auparavant encore considéré comme une forme de progrès.46 La RDA n’avait-elle pas, en passant des mains d’Ulbricht en 1971, dictateur comique, affublé d’un fort accent saxon, à celles de Honecker, ce bon technicien du pouvoir, ouvert aux solutions de compromis, franchi le seuil de l’âge ingrat et dépassé le stade du communisme pubertaire ? N’était-elle pas devenue, en se faisant reconnaître par un nombre croissant d’États dans le monde, un partenaire respectable de la communauté internationale, capable de simplifier notablement les formalités de voyage, de normaliser la division, d’abandonner le rigorisme de son antiaméricanisme culturel et de négocier pour finir, dans les années quatre-vingts, avec l’autre État allemand les dispositions assurant sa sécurité ? La visite de Honecker à son homologue ouest-allemand, Helmut Kohl, en 1987, n’avait-elle pas largement ouvert l’accès à une maison européenne dont RFA et RDA allaient devoir être l’une et l’autre des piliers ?

  • 47 Cf. Monika Kaiser : Machtwechsel von Ulbricht zu Honecker. Funktionsmechanismen der SED-Diktatur in (...)
  • 48 Pour plus de détails voir: Martin Sabrow : « DDR-Bild im Perspektivenwandel », in : J. Kocka/M. Sab (...)

26La disparition inespérée de la RDA a changé tous les critères d’estimation. Personne ne l’avait prévue, mais les façons de voir se sont vite mises au diapason. Voilà que Honecker était soudain l’architecte de l’immobilisme (Architekt des Stillstands) dans une équipe de vieillards incapables de réformer quoi que ce soit ; voilà que même l’abominable Ulbricht retrouvait de bonnes couleurs et prenait l’apparence d’un réformateur infatigable, dévoué à la réalisation d’une certaine utopie politique.47 Voilà qu’il s’avérait que la reconnaissance internationale, loin de renforcer le régime, comme l’avait cru le SED, l’avait contaminé et affaibli ; voilà que l’on pouvait constater que la politique d’« évolution par le rapprochement » (Wandel durch Annäherung) avait été à l’origine du naufrage. Les querelles suscitées par la question de savoir pourquoi on n’avait pas su interpréter les signes avant-coureurs de l’effondrement ni le prévoir ont porté le coup de grâce à la recherche sur la RDA d’autrefois.48 Mais y a-t-il seulement eu de tels signes ? Nous avons trop vite pris l’habitude de reconstruire ex post la route menant la RDA à sa perte, comme on l’avait fait ex ante pour celle de son avenir d’État respectable. Crise économique et perte du soutien soviétique ne peuvent pas vraiment à elles seules expliquer de manière satisfaisante la brutalité d’un changement qui fit passer la RDA de la stabilité à l’effondrement en un laps de temps mesuré d’abord en années, puis en jours, et même en heures finalement. Aucune de nos théories d’ensemble ne réussit à expliquer de manière plausible pourquoi la fin de la RDA fut entraînée par une succession de mesures prises à la seule fin de sauver le régime, par des acteurs qui tous croyaient à la pérennité du deuxième État allemand : ceux qui, à l’automne 1989, se sont battus pour obtenir la possibilité de quitter la RDA ne doutaient pas de sa stabilité ; ceux qui, dans l’opposition, revendiquaient le changement n’imaginaient pas sa dissolution – et ne la souhaitaient généralement pas non plus ; ceux qui, dans le Parti, se liguaient contre la gérontocratie, espéraient le renouveau et non le naufrage. De quelque manière que l’on tente de situer la RDA, sa disparition reste un des exemples les plus spectaculaires de politique contre-productive dans l’histoire allemande.

  • 49 Vaclav Havel : Versuch in der Wahrheit zu leben, Reinbek bei Hamburg, Rororo, 1989.
  • 50 Hannah Arendt : Wahrheit und Lüge in der Politik, Munich, Piper, 1972, pp. 32 p.

27À propos de telles incertitudes et de telles discontinuités, une dernière remarque au sujet du rapport entre vérité et mensonge. Vaclav Havel a appelé « tentative de vie dans la vérité » ses efforts pour opposer au pouvoir abusif des gouvernants une certitude inébranlable, à laquelle le dissident puisse se raccrocher.49 Cette foi lui a donné du courage. Mais elle reposait sur une illusion. La plus troublante peut-être des leçons que l’histoire de la RDA nous ait transmises, c’est de nous avoir montré à quel point nos convictions intimes et nos critères de jugement dépendent de l’influence de la société et même de la nature de l’État dans lequel nous vivons. Dans une pensée « totalement détachée de la réalité », il ne peut pas y avoir de conflit entre celle-ci et les illusions qu’entretient l’individu, remarquait Hannah Arendt 50 pour expliquer la faculté des dictatures idéologiques de créer de nouvelles règles du réel, des règles dont la cohérence peut être telle qu’elles finissent par porter en elles-mêmes leurs propres critères de vraisemblance et de vérité. Ce n’est peut-être ni dans l’attrait de l’idéologie communiste ni dans la structure du Parti que réside la force secrète de la dictature exercée par le SED, mais dans le pouvoir fédérateur d’une réalité alternative, par laquelle gouvernants et gouvernés se sentaient également liés, réalité dont la lente érosion finit par entraîner, à la fin des années quatre-vingts, l’autoparalysie des gouvernants, tout en libérant la force de contestation de gouvernés au mécontentement longtemps contenu.

  • 51 Voir à ce sujet les plaidoyers contradictoires et également crédibles de Wolfgang Templin et Uwe We (...)
  • 52 Un commentaire de Die Zeit résume en quelques mots le fond du dilemme : « Egon Krenz est condamné, (...)

28Les césures historiques ont le pouvoir de faire apparaître un bref moment la relativité des valeurs. En 1918, l’élite conservatrice, qui avait jusque là détenu le pouvoir, eut bien du mal à s’adapter à des institutions démocratiques qui la poursuivaient pour haute trahison, alors que ces institutions démocratiques étaient elles-mêmes issues d’un putsch que le pouvoir impérial n’aurait pas hésité lui aussi à qualifier de « haute trahison ». Nous devons aujourd’hui tirer les leçons de l’histoire d’une dictature qui, dans le contexte de son temps, avait sa légitimité, et l’instruction de ce dossier nous oblige à nous référer aux valeurs universelles des droits de l’homme, considérées dans l’État gouverné par le SED comme un reliquat de l’idéologie bourgeoise. C’est pourquoi le traitement juridique de la dictature du SED laisse un sentiment ambigu. Il ne peut ni rendre justice aux victimes, qui comprennent mal que la mort d’hommes abattus au pied du mur ne coûte aux tireurs que quelques années de prison, ni aux responsables qui doivent aujourd’hui répondre de décisions prises par un régime qui, avant le Tournant de 1989, jouissait d’un prestige international grandissant et dont la libéralisation avait peut-être même été voulue par eux.51 La veille du 9 novembre 1999, au moment même où les Berlinois acclamaient Mikhaïl Gorbatchev, ancien secrétaire général du PC de l’Union soviétique et citoyen d’honneur de leur ville, venu, avec d’autres architectes de l’unité allemande, saluer la foule depuis le balcon de l’hôtel de ville en briques rouges, la cour fédérale condamnait les artisans du naufrage Krenz et Schabowski, qui, dix ans plus tôt, avaient, sans avoir consulté Moscou, pris la décision d’ouvrir le mur.52 La RDA n’a survécu que de quelques semaines à la prophétie optimiste prononcée en octobre 1989 par Erich Honecker. Il se peut qu’elle ait ainsi été ramenée aux dimensions d’une simple note de bas de page dans l’histoire, mais elle aura longtemps encore son rôle à jouer comme défi à l’histoire.

Notes

1 Erich Honecker : « Großes vollbracht für Sozialismus und Frieden » in : Neues Deutschland, 9 octobre 1989.

2 « Es wird keine DDR mehr geben. Sie wird nichts sein als eine Fußnote in der Weltgeschichte. » Cit. in : Hannes Bahrmann/Christoph Links : Chronik der Wende. Die Ereignisse in der DDR zwischen 7. Oktober 1989 und 18. Dezember 1989, Berlin, Ch. Links, 1999, p. 282.

3 « Eine monumentalische, eine antiquarische und eine kritische », in : Friedrich Nietzsche : Considérations inactuelles (Unzeitgemäße Betrachtungen) I et II, traduit par Geneviève Bianquis, Paris, Aubier, 1964, pp. 222-223.

4 Cf. Horst Möller: « Das Institut für Zeitgeschichte und die Entwicklung der Zeitgeschichtsschreibung in Deutschland», in : ibid./Udo Wengst (éds.) : 50 Jahre Institut für Zeitgeschichte. Eine Bilanz, Munich, Oldenbourg, 1999, pp. 1-68.

5 Voir sur le débat Martin Sabrow : « DDR-Bild im Perspektivenwandel », in : ders./ Jürgen Kocka (Hrsg.) : Die DDR als Geschichte. Fragen – Hypothesen – Perspektiven, Berlin, Akademie Verlag, 1994, pp. 239-251 ; Klaus Schroeder/Jürgen Staadt : « Zeitgeschichte vor und nach 1989 », in : APuZ B 26/1997, pp. 15-29 ; Eckhard Jesse : « Die DDR-Forschung vor und nach der „Wende“ 1989/90 », in : Materialien der Enquete-Kommission „Überwindung der Folgen der SED-Diktatur im Prozess der deutschen Einheit“, édité par le Deutscher Bundestag, vol. IV, 2, Baden-Baden, Nomos, 1999, pp. 1191-1221.

6 Armin Mitter/Stefan Wolle : Untergang auf Raten. Unbekannte Kapitel der DDR-Geschichte, Munich, Hanser, 1993.

7 Cf. entre autres Klaus Schroeder : Der SED-Staat. Geschichte und Strukturen der DDR, Munich, Bayerische Landeszentrale für politische Bildung, 1998.

8 Cf. Dietmar Keller/Hans Modrow/Herbert Wolf (éds.) : Ansichten zur Geschichte der DDR, 5 volumes, Berlin, PDS/Linke Liste im Deutschen Bundestag, 1994 ; Eberhard Fromm/Hans-Jürgen Mende (éds.) : Vom Beitritt zur Vereinigung. Schwierigkeiten beim Umgang mit deutsch-deutscher Geschichte, Berlin, Edition Luisenstadt, 1993 ; Rolf Badstübner : « Zur Entstehung von BRD und DDR », in : Utopie kreativ 103/104 (1999), pp. 92-101.

9 Cf. Eckhard Jesse (éd.) : Totalitarismus im 20. Jahrhundert. Eine Bilanz der internationalen Forschung, Baden-Baden, Nomos, 1996.

10 Voir à ce propos par exemple le discours du président du Bundestag Wolfgang Thierse lors du Forum historique « 1949-1989-1999 » à la chambre des députés de Berlin en mai 1999 ; Wolfgang Thierse : « Eröffnungsvortrag auf dem Berliner Geschichtsforum », in : DA 32 (1999) 4, pp. 633-643.

11 Cf. Hans-Peter Schwarz : Die Zentralmacht Europas. Deutschlands Rückkehr auf die Weltbühne, Berlin, Siedler, 1994. Sur les implications méthodologiques de cette façon de voir, cf. Horst Möller : « Die Relativität historischer Epochen : Das Jahr 1945 in der Perspektive des Jahres 1989 » in : APuZ, B 18-19/1995, pp. 3-9 ; Gregor Schöllgen : « Nach dem Ende der drei Weltkriege. Welche neuen Aufgaben und Herausforderungen stellen sich einer künftigen Zeitgeschichte ? » in : Süddeutsche Zeitung, 6 et 7 novembre 1999.

12 Voir à ce sujet : Anselm Doering-Manteuffel : Wie westlich sind die Deutschen ? Amerikanisierung und Westernisierung im 20. Jahrhundert, Göttingen, VR, 1999, pp. 5ss.

13 Christoph Klessmann : « Nationalstaat in festen Grenzen. Schlußstrich einer langen Geschichte », in : Funkkolleg Deutschland im Umbruch, Tübingen, TC-Druck, 1997, Studieneinheit 5, pp. 4-38.

14 Dans une étude stimulante, Peter Bender a tenté de trouver dans les similitudes de cette double évolution la justification d’une histoire parallèle respectant l’identité particulière de chacun des deux États tout en les considérant comme l’expression d’une seule et même nation. Peter Bender : Episode oder Epoche. Zur Geschichte des geteilten Deutschland, Munich, dtv, 1996.

15 Karl-Dietrich Erdmann : « Drei Staaten – zwei Nationen – ein Volk ? Überlegungen zu einer deutschen Geschichte nach der Teilung », in : Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, 36 (1985) 10, pp. 671-683, citation extraite de la page 679.

16 Peter Bender : « Ansätze zu einer deutschen Nachkriegsgeschichte », in : Merkur. Deutsche Zeitschrift für europäisches Denken, 47 (1993) 3, pp. 197-206.

17 Arnold Sywottek : « Nach zwei deutschen Diktaturen ? Über Perspektiven deutscher Gesellschaftsgeschichte im 20. Jahrhundert », in : Arnd Bauerkämper/ Martin Sabrow/ Bernd Stöver : (éds) : Doppelte Zeitgeschichte. Deutsch-deutsche Beziehungen 1945-1990, Bonn, J. H. W. Dietz, 1998, pp. 353-363, citation extraite de la page 361.

18 Un exemple particulièrement cocasse en est donné par la course acharnée à laquelle s’est livrée la télévision de RDA pour devancer la diffusion d’un « Marchand de sable » (le « Bonne nuit les petits » de la télévision allemande), programmé par Berlin-Ouest. C’est finalement la chaîne est-allemande qui remporta la course avec dix jours d’avance. Siegfried STADLER : « Schlafes Bruder, zur Sonne, zum Planet Gugel. Ein Wendegewinner : Warum Walter Ulbricht unsere Kinder auch heute noch zu Bett bringt », in : FAZ, 9 novembre 1999.

19 Detlef Pollack: Die Kirche in der Organisationsgesellschaft. Zum Wandel der gesellschaftlichen Lage der evangelischen Kirche in der DDR, Stuttgart/Berlin/Cologne, Kohlhammer, 1994, p. 76.

20 Rainer M. Lepsius: « Die Institutionenordnung als Rahmenbedingung der Sozialgeschichte der DDR », in : Hartmut Kaelble/Jürgen Kocka/Hartmut Zwahr (éds.) : Sozialgeschichte der DDR, Stuttgart, Klett-Cotta, 1994, pp. 17-30.

21 Cf. Hans Günter Hockerts (éd.) : Drei Wege deutscher Sozialstaatlichkeit. NS-Diktatur, Bundesrepublik und DDR im Vergleich, Munich, Oldenbourg, 1998.

22 «’Wir wechselten zum Du’. Moskaus früherer Botschafter Pjotr Abrassimow über Erich Honecker », in : Der Spiegel 34/17.8.1992, p. 20.

23 Cf. Bernd Rabehl/Mechthild Günther : « Wissenschaft und Universität als Ideologie : Zur Umwandlung und Funktionsweise der Humboldt-Universität als sozialistische Hochschule », in : Klaus Schroeder (éd.) : Geschichte und Transformation des SED-Staates: Beiträge und Analysen, Berlin, Akademie Verlag, 1994, pp. 180-210 ; Ralph Jessen : Akademische Elite und kommunistische Diktatur. Die ostdeutsche Hochschullehrerschaft in der Ulbricht-Ära, Göttingen, VR, 1999.

24 « Erich, ich sage dir offen, vergiss das nie : Die DDR kann ohne uns, ohne die SU, ihre Macht und Stärke, nicht existieren. Ohne uns gibt es keine DDR. » Minute d’un entretien entre Leonid Brejnev et Erich Honecker, le 28 juillet 1970, cit. in : Peter Przybylski: Tatort Politbüro, Berlin, Rowohlt, 1991, p. 281.

25 Vgl. Bernd Bonwetsch/Alexej Filitov : « Die sowjetische Politik und die SED – Handlungs- und Verantwortungsspielräume der KPD/SED/DDR 1945-1963 », in : Materialien der Enquete-Kommission „Überwindung der Folgen der SED-Diktatur im Prozess der deutschen Einheit“, édité par le Deutsche Bundestag, vol. VIII, 1, Baden-Baden, Nomos, 1999, pp. 831-888 ; Wilfried Loth : « Die Sowjetunion und das Ende der DDR », in : Konrad H. Jarausch/Martin Sabrow (éds.) : Weg in den Untergang. Der innere Zerfall der DDR, Göttingen, VR, 1999, pp. 119-152.

26 Sur les circonstances qui amenèrent la chute du mur, voir : Hans-Hermann Hertle : Der Fall der Mauer. Die unbeabsichtigte Selbstauflösung des SED-Staates, Opladen/ Wiesbaden, Westdeutscher Verlag, 19992.

27 Eric Hobsbawm : Das Zeitalter der Extreme. Weltgeschichte des 20. Jahrhunderts, Munich/Vienne, Hanser, 1994, pp. 20ss.

28 Cit. in : Der Tagesspiegel, 9 novembre 1999.

29 C’est là l’argument défendu avec de bonnes raisons par Horst Möller pour mieux comprendre et juger la dictature du SED ; Horst Möller : « Nationalsozialismus und SED-Dikatatur in vergleichender Perspektive », in : Materialien der Enquete-Kommission „Aufarbeitung der Geschichte und Folgen der SED-Diktatur in Deutschland“ édité par le Deutscher Bundestag, vol. IX, Baden-Baden, Nomos, 1995, pp. 576-588.

30 Jürgen Kocka : « Eine durchherrschte Gesellschaft », in : H. Kaelble (note 20), pp. 547-553.

31 Cf. Sigrid Meuschel : « Überlegungen zu einer Herrschafts- und Gesellschaftsgeschichte der DDR », in : Geschichte und Gesellschaft 19 (1993) 1, S. 5-14 ; Ralph Jessen : « Die Gesellschaft im Staatssozialismus. Probleme einer Sozialgeschichte der DDR », in : Geschichte und Gesellschaft 21 (1995) 1, pp. 96-110.

32 Sur ces notions voir : Klaus-Michael Mallmann/Gerhard Paul : « Resistenz oder loyale Widerwilligkeit. Anmerkungen zu einem umstrittenen Begriff », in : ZfG 41 (1993) 2, pp. 99-116 ; Alf Lüdtke : Eigen-Sinn. Fabrikalltag, Arbeitererfahrungen und Politik vom Kaiserreich bis in den Faschismus, Hamburg, Ergebnisse-Verlag, 1993 ; Thomas Lindenberger : (éd.) : Herrschaft und Eigen-Sinn in der Diktatur. Studien zur Gesellschaftsgeschichte der DDR, Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau, 1999.

33 Cf. Martin Sabrow : « Herrschaftsstrukturen und Erfahrungsdimension. Der Beitrag des Potsdamer Zentrums für Zeithistorische Forschung zu einer reflektierten Historisierung der DDR », in : Heiner Timmermann (éd.) : Die DDR – Politik und Ideologie als Instrument, Berlin, Duncker & Humblot, 1999, pp. 109-123

34 Cf. Eckhard Jesse : « War die DDR totalitär ? », in : APuZ, B 40/1994, pp. 12-23.

35 Cf. Jürgen Kocka : « The GDR : A Special Kind of Modern Dictatorship », in : Konrad H. Jarausch (éd.) Dictatorship as Experience. Towards a Socio-Cultural History of the GDR, New York/Oxford, Berghahn Books, 1999, pp. 17-26.

36 Vgl. zum Diskussionsstand jetzt auch Sigrid Meuschel : « Totalitarismustheorie und moderne Diktatur. Versuch einer Annäherung », in : Klaus-Dietmar Henke (éd.) : Totalitarismus. Sechs Vorträge über Gehalt und Reichweite eines klassischen Konzepts der Diktaturforschung, Dresden, HAIT, 1999, pp. 61-77.

37 Martin Malia emploie la formule « pouvoir idéocratique » (ideokratische Herrschaft), in : Vollstreckter Wahn. Rußland 1917-1991, Stuttgart, Klett-Cotta, 1994, pp. 579ss.

38 Sur le concept de « Aushandlungsgesellschaft » voir : Wolfgang Engler : Die zivilisatorische Lücke. Versuch über den Staatssozialismus, Francfort/M., Suhrkamp, 1992. La notion de « société d’organisation » a été forgée par Detlef Pollack (note 19), pp. 38ss. surtout.

39 Martin Sabrow : « Der Konkurs der Konsensdiktatur. Überlegungen zum inneren Zerfall der DDR aus kulturgeschichtlicher Perspektive », in : K.-H. Jarausch/M. Sabrow (note 25), pp. 83-118.

40 François Lyotard : « Memorandum über die Legitimität », in : Peter Engelmann (éd.) : Postmoderne und Dekonstruktion. Texte französischer Philosophen der Gegenwart, Stuttgart, Reclam, 1990, pp. 54‑75.

41 Charles S. Maier : « Geschichtswissenschaft und ‘Ansteckungsstaat’ », in : Geschichte und Gesellschaft 20 (1994) 6, pp. 616-624.

42 C’est ce point qui rend si épineux le problème posé par les ‘collaborateurs inofficiels’ de la Stasi et lui confère une importance si persistante. Les contacts officiels que la Stasi entretenait avec ses cadres moyens et subalternes dans toutes les sphères de la société de RDA étaient incomparablement plus intenses, plus efficaces et plus nocifs, mais le caractère clandestin du travail fourni par le collaborateur inofficiel implique déjà l’aveu de sa déloyauté et facilite rétrospectivement la mise au ban de la société d’un individu démasqué comme traître.

43 Hans Rothfels : « Zeitgeschichte als Aufgabe », in : VfZ 1 (1953), p. 1-8.

44 Stefan Wolle : Die heile Welt der Diktatur. Alltag und Herrschaft in der DDR 1971-1989, Bonn, Ch. Links, 1998, p. 125.

45 Konrad Jarausch : « Realer Sozialismus als Fürsorgediktatur. Zur begrifflichen Einordnung der DDR », in : APuZ, B 20/1998, pp. 33-46.

46 Sigrid Meuschel : Legitimation und Parteiherrschaft in der DDR. Zum Paradox von Stabilität und Revolution in der DDR 1945-1989, Francfort/M., Suhrkamp, p. 305.

47 Cf. Monika Kaiser : Machtwechsel von Ulbricht zu Honecker. Funktionsmechanismen der SED-Diktatur in Konfliktsituationen 1962 bis 1972, Berlin, Akademie Verlag, 1997.

48 Pour plus de détails voir: Martin Sabrow : « DDR-Bild im Perspektivenwandel », in : J. Kocka/M. Sabrow (note 5), pp. 239-251.

49 Vaclav Havel : Versuch in der Wahrheit zu leben, Reinbek bei Hamburg, Rororo, 1989.

50 Hannah Arendt : Wahrheit und Lüge in der Politik, Munich, Piper, 1972, pp. 32 p.

51 Voir à ce sujet les plaidoyers contradictoires et également crédibles de Wolfgang Templin et Uwe Wessel au sujet du jugement de la Cour fédérale à l’encontre du bureau politique. Wolfgang Templin : « Ein selbst ernannter Stellvertreter. Die Verurteilung von Egon Krenz ist ein klarer Sieg des Rechtsstaates », in : Der Tagesspiegel, 10 novembre 1999 ; Uwe Wessel : « Eine abenteuerliche juristische Konstruktion. Das Urteil gegen Egon Krenz und andere ähnelt verblüffend der Rechtsprechung durch die DDR-Justiz », ibid., 11 novembre 1999.

52 Un commentaire de Die Zeit résume en quelques mots le fond du dilemme : « Egon Krenz est condamné, et les commentaires sont unanimes : une sentence équitable, une victoire de la justice et non pas une justice de vainqueur […] Bien sûr, la RDA était un État de non-droit, bien sûr, l’ordre de tirer sur les transfuges est criminel. Bien sûr, cette sentence est juridiquement correcte, de même qu’il est juste, chaque fois qu’on peut les y forcer, que les dictateurs payent pour leurs méfaits – ne serait-ce que pour mettre en garde tous ceux qui seraient tentés de les imiter. Bien sûr, les victimes de la RDA ont le droit d’obtenir satisfaction. Et pourtant: on ne peut s’empêcher de se dire qu’il y a une certaine contradiction à élever ce 9 novembre au Bundestag Mikhaïl Gorbatchev, ce classique représentant de l’appareil communiste, à la dignité de citoyen d’honneur de la ville de Berlin, alors qu’est envoyé en prison celui sous la responsabilité duquel le mur fut ouvert. Krenz n’est vraisemblablement même pas le quart d’un héros battant en retraite, mais c’est lui qui, au moment décisif, a retenu l’ordre de tirer. C’est ce qui prête à sa condamnation – pour laquelle il n’y avait pas d’alternative – quelque chose de tragique. » P.G., « Unbehagen », in : Die Zeit, 11 novembre 1999, p. 2.

Auteur

Directeur de recherche au Zentrum für Zeithistorische Forschung, Potsdam

Marc Thuret (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540