Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

La RDA et l’Occident 1949-1989/90

Ulrich Pfeil

Texte intégral

1Non sans ironie, l’écrivain de Berlin-Est, Friedrich Dieckmann, commente :

  • 1 Friedrich Dieckmann : « Geschichte als Drama. Die Temperatur der Revolution », in: Merkur 54 (2000) (...)

« Avec trop de légèreté, on a ignoré que la République Démocratique Allemande n’a pas seulement été un pays où la production dramatique était considérable, mais qu’elle était elle-même une pièce de théâtre obéissant aux règles classiques de la tragédie. On y trouve toutes les caractéristiques dégagés par Gustav Freytag : la progression de l’action, croissante puis décroissante, l’acmé et l’instant tragique, et il ne serait pas difficile d’en faire un vrai drame en cinq actes, respectant toutes les règles de l’art ».1

2Mais lors du dénouement, les prescriptions du metteur en scène n’ont pas été respectées, et celui-ci n’a pas pu résister à la pression des acteurs et a finalement abandonné son œuvre après que la direction du théâtre eut refusé de s’immiscer dans le conflit en le laissant seul responsable.

  • 2 Christoph Klessmann : Zeitgeschichte in Deutschland nach dem Ende des Ost-West-Konflikts, Essen, Kl (...)
  • 3 Cf. Charles S. Maier : « Geschichtswissenschaft und ‘Ansteckungsstaat’ », in : GG 20 (1994) 4, pp. (...)

3Cette « chute » inattendue, dans les deux sens du terme, amena les critiques, en grand nombre, à occuper le devant de la scène, si bien que l’historien de Potsdam, Christoph Kleßmann, en 1998 déjà, en vint à affirmer que la RDA était en passe de devenir l’un des champs les mieux connus de l’histoire contemporaine.2 Son échec appelait à rechercher les erreurs du scénario et incitait à des prises de position définitives. Ainsi, immédiatement après sa chute, le processus d’historicisation de la RDA s’enclencha, mais connut un développement plus long et conflictuel qu’on ne l’avait initialement pensé ou espéré. D’une part des facteurs politiques déterminèrent l’arraisonnement du passé, d’autre part l’appréhension historique du second Etat allemand est tributaire de la question des « droits d’auteurs » (qui peut légitimement écrire l’histoire de la RDA ?).3

  • 4 Peter Bender : « Ansätze zu einer deutschen Nachkriegsgeschichte », in : Merkur 47 (1993) 3, pp. 19 (...)

4Alors que la pièce se déroulait encore, des écoles de pensée très diverses en RFA et des prises de position politiques façonnèrent le regard sur la RDA. Et par-là même, on oublia souvent à quel acte en était le « drame ». Nombre de critiques se virent reprocher, après la fin brutale de la pièce, de s’être arrangés avec la division de l’Allemagne et d’avoir perdu de vue les structures globales et les évolutions.4 Peter Bender estime que ces erreurs d’interprétations seraient la conséquence de phénomènes d’autolimitation des parties en présence : ils ne seraient pas tant le produit de deux philosophies de l’histoire antagonistes et d’appréciations divergentes sur les fonctions de la discipline historique, mais bien plutôt le fruit de cette phobie de la promiscuité éprouvée de part et d’autre du rideau de fer et de l’absence de contacts réguliers qui en a résulté. Aussi reproche-t-il à la corporation historienne ouest-allemande de suivre de manière irréfléchie le modèle d’interprétation global de Bonn :

  • 5 Peter Bender : « Terra incognita gemeinsam erkunden », in : Neues Deutschland, 17./18.4.1999, p. 11 (...)

« En RFA, qui a travaillé sur l’Allemagne s’est en général limité à la République fédérale, sans prendre en compte la RDA, parce que c’était ‘l’Est’. Qui a travaillé sur l’Est s’est limité aux pays par-delà l’Oder, sans prendre en compte la RDA, parce que c’était l’Allemagne. Et qui à travaillé sur la RDA s’est limité à la RDA, parce qu’elle n’était ni l’Est ni l’Allemagne ».5

  • 6 Cf. Hermann Weber/Ulrich Mählert : « Quellenlage zur DDR-Geschichte - Ein Überblick », in : Gesis ( (...)

5Cet ouvrage collectif rassemble les actes d’un colloque organisé du 18 au 20 novembre 1999 par l’Institut d’Allemand d’Asnières (Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle) dans les locaux de la Maison Heinrich Heine (Paris). En l’An 10 après la chute du Mur, cette manifestation et ce présent ouvrage portent témoignage de ce que les conditions de base pour la recherche sur la RDA se sont fondamentalement transformées. Les archives des partis et des organisations de masse comme celles de tous les ministères de l’ancienne RDA – à l’exception des archives du ministère des Affaires étrangères pour lesquelles il faut compter avec le délais habituel des trente ans – sont aujourd’hui à la disposition de l’historien et ont considérablement enrichi ses connaissances.6

  • 7 Cf. Hermann Weber : Die DDR 1945-1990, Munich, Oldenbourg, 20003, p. 212.
  • 8 Cf. Michael Lemke : « Fremdbestimmung und Handlungsspielräume : Perioden und Zäsuren der SED-Deutsc (...)
  • 9 Voir pour les relations entre la RDA et les pays occidentaux : Hans-Jürgen Fink : « Die DDR und der (...)

6Mais ce constat ne vaut que très partiellement pour les relations extérieures de la RDA, car même avant 1989, leurs orientations, leurs structures et leurs mécanismes n’avaient pas été au cœur de la recherche sur la RDA, et ceci ne changea pratiquement pas après les événements de 1989/907 malgré les progrès8, si bien que ce domaine reste encore aujourd’hui un des parents pauvres de l’historiographie de la RDA. Les questions d’organisation de la politique étrangère sous la dictature du SED, de liberté de manœuvre de la RDA face à l’hégémonie de l’URSS et des conséquences de l’antagonisme des systèmes allemands sur ses relations extérieures étaient traités par les précédentes études. Les contacts entre le Second Etat allemand et les autres Etats occidentaux restaient dans l’ombre de ce système complexe de relations entre Berlin-Est, Bonn et Moscou aussi bien avant qu’après 1989.9 Par la publication de cet ouvrage collectif, les initiateurs de ce projet souhaitent donner une nouvelle impulsion aux recherches relatives à cet aspect de la politique étrangère est-allemande et esquisser un bilan provisoire de l’état de la recherche. Afin de replacer les résultats historiographiques dans un cadre plus général, les auteurs rappellent dans une première partie quels étaient les fondements, les objectifs et les principes de la politique étrangère est-allemande, ainsi que la situation particulière de la RDA, prise en tenaille entre la dépendance orientale et le défi occidental. Puis sont examinées, dans un deuxième temps, les spécificités des relations de la RDA avec un choix de pays occidentaux : occidental signifiant ici les pays de type « capitaliste » (démocraties libérales), membres de l’Alliance atlantique à l’exception de la Suisse et du Vatican. La place prépondérante de la France dans ce recueil ne s’explique pas seulement par le fait que le colloque s’est déroulé à Paris, mais résulte surtout du rôle particulier de cet Etat en Occident. Son statut de vainqueur après 1945, sa position d’allié plus indépendant au sein du bloc occidental et l’important soutien qu’un PCF fort accorda au régime de la RDA et à son parti dominant le SED placèrent la France au cœur des réflexions stratégiques de la politique étrangère est-allemande, ce qui se traduisit dans les relations politiques (troisième partie) et dans les échanges culturels (quatrième partie). Les éditeurs ont estimé qu’il n’était pas de leur devoir « d’unifier » le contenu des différentes communications. Celles-ci sont l’expression des choix méthodologiques et des interprétations des auteurs, chacun restant responsable de ses propres thèses.

La RDA : un pays du bloc de l’Est

  • 10 Lutz Niethammer : « Methodische Überlegungen zur deutschen Nachkriegsgeschichte. Doppelgeschichte, (...)
  • 11 P. Bender (note 4), p. 198.

7Après les bouleversements en RDA, il fallut abandonner ou réviser les anciennes conceptions historiographiques, entraînant ainsi un débat méthodologique et la prise en considération de nouveaux objets. Le « nombrilisme historique » caractérisant les travaux sur l’après-guerre allemand cède aujourd’hui toujours plus le pas, en Allemagne, à une perspective comparative qui considère la division de l’Allemagne comme l’un des aspects de l’histoire européenne.10 Signalons toutefois qu’il est inutile de présenter le contexte européen aussi précisément qu’il serait nécessaire pour comprendre l’histoire allemande, mais qu’il faut rappeler les grands traits de l’évolution européenne afin de saisir la place de l’Allemagne dans ce processus.11

  • 12 Wolfgang J. Mommsen : « Der Ort der DDR in der deutschen Geschichte », in : Jürgen Kocka/Martin Sab (...)
  • 13 François Fejtö : Histoire des démocraties populaires, 2 vol., Paris, Seuil, 1992 (première édition (...)
  • 14 Cf. Etienne François : « Révolution archivistique et réécriture de l’histoire : l’Allemagne de l’Es (...)
  • 15 Dans son introduction, Henry Rousso a le mérite d’entreprendre l’analyse et « l’historicisation » d (...)
  • 16 Stéphane Courtois/Nicolas Werth/Jean-Louis Panné e. a. (éds.) : Le livre noir du communisme. Crimes (...)

8Wolfgang J. Mommsen a rappelé à juste titre aux historiens que la RDA « devait d’abord être comprise dans le cadre de l’histoire de la domination soviétique sur toute l’Europe centrale et orientale ».12 Bien que cette mise au point s’adressât en premier lieu aux historiens allemands, cette répartition entre les camps ne semble pas être allée de soi dans d’autres pays européens. Ainsi François Fejtö, dans l’introduction de son ouvrage magistral de 1952 sur l’histoire des démocraties populaires, écrivait-il qu’il ne prendrait pas en considération le cas de la RDA, d’une part parce qu’elle était trop liée au destin de l’Allemagne de l’Ouest et qu’elle était un pays en devenir, d’autre part parce qu’elle n’était pas une démocratie populaire, stricto sensu, et qu’elle-même se disait « démocratique ». Mais, dans une nouvelle édition réactualisée de 1969, la RDA trouve sa place aux côtés de ses voisins orientaux.13 De même, dans l’ouvrage collectif paru en 1999 sous la direction de Henry Rousso, Stalinisme et nazisme – Histoire et mémoire comparée, les auteurs s’interrogent sur les conséquences de la double expérience de la dictature dans les Etats de l’Europe de l’Est, et la RDA14 est traitée dans une perspective comparative avec la Pologne, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie.15 En revanche, il est très étonnant que les éditeurs du Livre noir du communisme, dans l’édition française originale, aient renoncé sans plus d’explication à toute contribution sur la RDA pour leur étude des crimes et de la terreur du communisme. C’est seulement dans l’édition allemande que la RDA est prise en considération.16

  • 17 Cf. Günther Heydemann : « Integraler und sektoraler Vergleich - Zur Methodologie der empirischen Di (...)
  • 18 Cf. Michael Lemke (éd.) : Sowjetisierung und Eigenständigkeit in der SBZ/DDR (1945-1953), Cologne/W (...)

9La comparaison des structures internes du système des satellites de l’Union Soviétique insiste sur l’essence du pouvoir dictatorial, sa mise en place, sa stabilisation, ses caractéristiques – variables à l’intérieur du système – et sa liquidation d’une part, ses répercussions sur les populations concernées et les réactions de ces dernières d’autre part.17 L’ouvrage collectif dirigé par Michael Lemke Soviétisation et autonomie en SBZ/DDR (1945-1953) met l’accent sur les conséquences de l’emprise de l’URSS sur la RDA en voie de constitution, pour procéder ensuite à une comparaison avec les voisins est-européens et avec les conditions générales historiques et structurelles régnant au sein du système des satellites soviétiques.18 Il en ressort que la souveraineté de la RDA fut bien plus limitée que celle des pays frères en raison de la forte présence soviétique et de l’immixtion incessante de Moscou dans la politique intérieure et extérieure de Berlin-Est.

  • 19 Cf. Pierre Renouvin/Jean-Baptiste Duroselle : Introduction à l’histoire des relations international (...)

10Pourtant, au cours des premières années d’existence de la RDA, il n’y eut pas de conflit majeur entre communistes soviétiques et est-allemands : en effet, ceux-ci devaient leur propre position dominante à l’hégémonie de l’Union Soviétique et reprenaient à leur compte les décisions du Kremlin tout en se considérant eux-mêmes comme les courroies de transmission de la volonté soviétique. Cependant, peu à peu, la direction du SED chercha à acquérir une certaine liberté de manœuvre face à la puissance dominante pour s’affranchir de l’image de la marionnette. Des dépendances réciproques se sont formées, parce que Moscou, de son côté, avait lui aussi besoin du soutien du SED pour mener à bien sa politique allemande. Même si les relations entre la RDA et l’URSS furent tributaires d’une dynamique interne changeante, il ne faut pas perdre de vue qu’aucun autre pays de la sphère soviétique fut autant que la RDA dans une telle dépendance de l’étranger. La particularité du statut de la République Démocratique Allemande confirme la thèse avancée par l’historien et politologue français Jean-Baptiste Duroselle, il y a bien des années déjà, selon laquelle les facteurs déterminants de la politique étrangère d’un pays doivent être recherchés dans sa politique intérieure.19

La RDA entre dépendance orientale et défi occidental

  • 20 Reimund Seidelmann : « Außenpolitik », in : Wichard Woyke (éd.) : Handwörterbuch Internationale Pol (...)
  • 21 Cf. Ludolf Herbst : Option für den Westen. Vom Marshall-Plan zum deutsch-französischen Vertrag, Mun (...)
  • 22 Wilfried Loth : « Die Sowjetunion und das Ende der DDR », in : Konrad H. Jarausch/Martin Sabrow (éd (...)

11Ce n’est qu’en second lieu, poursuit Wolfgang J. Mommsen dans la suite de la citation précédemment mentionnée, que la RDA doit être comprise en tant qu’élément de l’histoire nationale allemande. En fixant cet ordre de priorité, d’une part il se prémunit contre la tentation d’une interprétation historique idéologiquement connotée – dans le sens de l’Etat national unique, d’autre part il met l’accent sur ce qui fondamentalement distingue la RDA et la RFA de leurs voisins orientaux et occidentaux respectivement, ces différences étant le produit de la situation particulière de l’Allemagne dans l’après-guerre et de la question allemande toujours pendante. Lorsque Reimund Seidelmann écrit que la politique étrangère d’un Etat national souverain traduit les intérêts politiques, économiques, militaires et socio-culturels d’une société donnée dans son contexte international, celui-ci défend une thèse qui n’est valable ni pour les dirigeants de Berlin-Est ni pour ceux de Bonn,20 car aucun d’eux ne put librement décider du destin de son Etat partiel (Etat-croupion) ni lors de la fondation des deux Etats allemands ni de l’évolution ultérieure : les dirigeants allemands des deux Etats se virent confrontés à la souveraineté des quatre vainqueurs pour les questions afférant à l’Allemagne dans son ensemble et à Berlin. Alors que la République fédérale, grâce à sa politique d’intégration occidentale et aux circonstances spécifiques de la guerre froide, parvint assez rapidement à obtenir une relative égalité des droits et un rôle correspondant à l’Ouest,21 la RDA resta étroitement tenue en laisse par la puissance dominante jusqu’au milieu des années 1980,22 et elle ne put guère s’affranchir de l’image d’une création artificielle résultant de la guerre froide.

  • 23 Voir pour la politique allemande de la RDA : Jochen Staadt : Die geheime Westpolitik der SED 1960-1 (...)

12Sous l’égide de l’Union Soviétique, les dirigeants du SED essayèrent de réagir à cette situation en élaborant en 1955 la théorie des deux Etats allemands et en inscrivant dans la constitution de 1974 la théorie des deux nations allemandes.23 Pourtant, cette politique ne leur permit pas d’atteindre vraiment leur objectif, à savoir la stabilisation du second Etat allemand et de sa société socialiste. La prétention de la RFA à être le seul Etat allemand à pouvoir parler au nom de l’Allemagne (Alleinvertretungsanspruch) et la doctrine Hallstein qui en résultait conduisirent très vite à l’isolement de la RDA. Celle-ci ne put en sortir progressivement qu’avec la détente entre les blocs. Quand Willy Brandt, lors de sa première déclaration gouvernementale de 1969, procéda à une redéfinition de la relation entre la RFA et la RDA et parla de deux États allemands qui n’étaient pas l’Étranger l’un pour l’autre, le SED réagit par une politique de distanciation, qui ne put jamais s’imposer comme en témoigne sa politique étrangère.

  • 24 La stabilité de l’Autriche après la Seconde Guerre mondiale et la maturité de sa politique étrangèr (...)
  • 25 Cf. Arnd Bauerkämper/Martin Sabrow/Bernd Stöver (éds.) : Doppelte Zeitgeschichte. Deutsch-deutsche (...)
  • 26 Michael Lemke : « Die Deutschlandpolitik der DDR zwischen Moskauer Oktroi und Bonner Sogwirkung », (...)

13Même si l’on ne peut parler non plus de pleine souveraineté pour les autres pays satellites de l’URSS, la RDA, pendant toute son existence, dut de surcroît traîner derrière elle le fardeau de son déficit de légitimité nationale ; elle ne put résoudre ce problème, ce qui eut des répercussions significatives sur sa légitimité idéologique et par conséquent sur son existence.24 C’est seulement en apportant la preuve de la supériorité du socialisme, qu’elle aurait été en mesure de s’auto-affirmer, de justifier son existence à côté de la République fédérale « bourgeoise ». La situation de concurrence inter-allemande devint de plus en plus déséquilibrée.25 Alors que nombre de décisions ouest-allemandes, dans les années cinquante encore, avaient été prises en tenant compte du « frère » de l’Est, cette tendance s’infléchit avec l’ouverture croissante de la République fédérale à l’Occident et le soutien de cette politique par les citoyens ouest-allemands. C’est pourquoi l’influence de la RDA sur la République fédérale fut toujours plus indirecte et eut même des effets rétroactifs, comme l’a montré Michael Lemke, la RFA restant un défi permanent pour les dirigeants du SED.26

14Pour la plupart des citoyens est-allemands, la RFA constitua l’objet de leurs rêves, si bien que malgré sa volonté de prise de distance, le SED resta sans cesse obnubilé par la concurrence ouest-allemande, comme le souligne le propos de Ulbricht de « dépasser sans rattraper ». La plupart des décisions du Bureau politique et du gouvernement était prise en fonction de Bonn et devait être acceptée par Moscou. Pourtant la RDA ne parvint ni à rattraper l’avance économique de la RFA, ni à répondre aux attentes sociales et politiques de sa propre population, ce qui limita toujours sa marge de manœuvre intérieure et extérieure, comme l’ont démontré Günther Heydemann et Christopher Beckmann dans leur comparaison des dictatures, inscrite dans une perspective empirique :

  • 27 Günther Heydemann/Christopher Beckmann : « Zwei Diktaturen in Deutschland. Möglichkeiten und Grenze (...)

« Alors que le IIIe Reich était un Etat national auquel s’identifiait la population, la RDA ne constitua finalement qu’un Etat partiel sans cesse obnubilé par l’autre partie de la nation et en concurrence permanente avec cette dernière ».27

15Malgré les espoirs des dirigeants du SED, surtout après la signature du Traité fondamental avec la RFA en 1972 et la vague de reconnaissance qui s’ensuivit en 1973/74, la situation ne changea guère. L’amélioration de la situation internationale de la RDA dans les années 1980 aussi bien auprès des pays du camp oriental qu’occidental, son image de première puissance économique du COMECON après l’URSS, les succès internationaux des sportifs est-allemands lors des jeux olympiques et des championnats du monde, la formation chez les citoyens d’une conscience est-allemande par identification concomitante avec l’Etat, tout cela renforça les dirigeants du SED dans leur conviction que la RDA devenait un acteur comme les autres sur la scène internationale, et remplissait ainsi avec succès le rôle qui lui avait été attribué au sein du bloc Est. Par sa position de poste occidental avancé du pacte de Varsovie, la RDA, plus que tous les autres membres de cette Alliance militaire, devenait une « vitrine » d’exposition de la loi marxiste du passage du capitalisme au socialisme. Ce statut particulier explique pourquoi la RDA et le SED ont toujours voulu passer, d’un point de vue idéologique, pour des « enfants modèles » aussi bien auprès des Etats frères est-européens et que des partis communistes ouest-européens. C’est aussi la raison pour laquelle la RDA représenta jusqu’à la fin l’orthodoxie marxiste-léniniste. Et c’est précisément la perspective extérieure qui permet de comprendre que la politique étrangère du SED dans ce contexte, quelles que furent ses nuances et ses étapes, demeura toujours une politique allemande.

16Rétrospectivement, on a aujourd’hui le sentiment que le SED, dans les années 1980, a surestimé cette impression de stabilité intérieure et extérieure qui lui était suggérée de l’étranger, et a ainsi perdu de vue le fondement de son existence qui restait toujours l’Union Soviétique. Après que le nouveau Secrétaire général du PCUS, Mikaïl Gorbatchev se fut engagé sur la voie de la Glasnost et de la Perestroïka à partir de 1985, Berlin-Est ne crut plus nécessaire de suivre l’exemple de son tuteur et refusa la politique réformatrice de son ancien modèle (« apprendre de l’Union Soviétique signifie apprendre à vaincre »). En se laissant aveugler par une apparente stabilité, Erich Honecker et les gérontes du Bureau politique ne furent plus en mesure de percevoir la décomposition intérieure progressive, ce qui conduisit à la soudaine implosion de l’automne 1989. C’est à juste titre que Martin Sabrow écrit :

  • 28 Martin Sabrow : « Der Konkurs der Konsensdiktatur. Überlegungen zum inneren Zerfall der DDR aus kul (...)

« Il faut peut-être rechercher les raisons déterminantes de la paralysie du pouvoir dans le fait paradoxal que l’érosion ne se produisit qu’après une période étonnamment longue, et qu’elle revêtit le masque de la consolidation, la déstabilisation d’un ordre apparent, mais tributaire de Moscou, étant perçue à l’intérieur et à l’extérieur comme une stabilisation du système socialiste par le biais de l’intégration internationale ».28

Les relations de la RDA avec les pays de l’Ouest

17Les études comparatives et diplomatiques des relations entre la RDA et les pays du monde occidental ne peuvent ni négliger les facteurs précédemment mentionnées, ni perdre de vue leurs caractéristiques particulières. Elles doivent être comprises dans le cadre de la guerre froide, tenir compte de ses différentes phases, de sa diversité d’intensité comme de ses conséquences sur la « question allemande » ; elles enrichissent la perception de la RDA par la prise en considération des points de vue extérieurs et étrangers.

18Il apparaît alors que celle-ci dépend de différentes variables rapidement mentionnées ici. Le statut des trois vainqueurs occidentaux et leur responsabilité particulière pour l’Allemagne dans son ensemble, l’existence d’une frontière maritime commune avec le Danemark, la présence de partis communistes forts en Italie et en France, l’image très dégradée de l’Allemagne aux Pays-Bas et le très vif ressentiment à l’égard de l’Allemagne de l’Ouest qui en est indissociable, la faiblesse de l’anticommunisme en Belgique, la neutralité de la Suisse et le rôle particulier du Vatican, où le pape est le chef de l’Eglise catholique, ont déterminé les relations de ces pays avec la RDA. Le SED chercha à utiliser les caractéristiques particulières de ces Etats dans sa politique à l’égard de l’Occident pour en tirer profit en se présentant de manière souveraine.

  • 29 Cf. Bernhard Escherich : « Das Bild der DDR in Frankreich bis 1989 », in : Dokumente 56 (2000) 1, p (...)

19Quelles que soient les différences observées dans l’attitude et la politique des pays occidentaux à l’égard de l’Allemagne de l’Est, celles-ci s’inscrivent toujours dans le cadre de la question allemande à résoudre.29 Ces Etats ont toujours coordonné leur politique est-allemande avec leur partenaire ouest-allemand et ont voulu éviter de jeter des bâtons dans les roues de la politique allemande de la RFA. Mais ils ont aussi vu dans la RDA une garantie pour l’équilibre européen et contre la résurgence de la puissance allemande et ont su utiliser la carte est-allemande au mieux de leurs intérêts. La phrase si célèbre de François Mauriac, affirmant qu’il aimait tellement l’Allemagne qu’il se réjouissait qu’il y en ait deux, ne reflète pas seulement l’état d’esprit d’un large cercle de l’opinion publique française, mais témoigne d’un point de vue très répandu dans les autres pays occidentaux.

  • 30 Cf. Ch. Klessmann (note 2), p. 21.

20Le Général de Gaulle, qui pensait en terme d’Etat-Nation, ne fut pas seul à estimer que la division de l’Allemagne et l’existence de la RDA étaient des produits artificiels de la guerre froide – c’est pourquoi, d’ailleurs, parlant des Allemands de l’Est, il évoquait, les Saxons et les Prussiens – qui disparaîtraient un jour. Alors que nombre d’Allemands de l’Ouest s’étaient faits à l’idée de deux Etats allemands et croyaient être parvenus au stade de l’Etat post-national, que le SED, tel un moulin à prières, répétait que la division avait séparé une nation allemande socialiste d’une nation allemande capitaliste, et que la disposition à traiter de la question allemande, si souvent réitérée dans les « discours du dimanche » des hommes politiques ouest-allemands devenait toujours plus un rituel vide de sens, les voisins de l’Allemagne, eux, n’oublièrent pas que le concept de nation restait encore une catégorie politique déterminante pour l’Allemagne.30 Malgré les frontières étatiques et le rideau de fer, ils percevaient toujours l’espace germanique – ou germanophone – comme une entité culturelle, avec toutes les implications que cela pouvait avoir sur l’évolution politique.

21La RDA étant partie intégrante de la politique allemande des Etats occidentaux, la direction du SED se vit davantage encore confrontée au double déficit de légitimité dans cette situation de lutte des classes internationale, ce que le Bureau politique camoufla partiellement derrière sa foi inébranlable en la victoire du communisme. Les responsables du SED, persuadés qu’un succès décisif, telle la mise à mal de la doctrine Hallstein défendue par Bonn dans les années 50 et 60, renforcerait leur propre autorité sur le plan intérieur, luttèrent contre la position d’éternel second – derrière la RFA – qui était la leur dans les pays occidentaux, hors des milieux communistes. Dans les années 50 et 60, Berlin-Est fit des efforts considérables pour briser ce cercle infernal et être accepté non seulement comme une réalité, mais comme le fruit d’une normalité géostratégique. Il s’efforça de nouer des contacts à tous les échelons pour parvenir enfin à la reconnaissance internationale, panacée qui, selon lui, devait permettre de développer sa notoriété intérieure et extérieure.

  • 31 Voir pour les interdépendances entre politique extérieure et intérieure : Pierre Milza : « Politiqu (...)
  • 32 Cf. Karl Rohe : Politik : Begriffe und Wirklichkeiten, Stuttgart, Kohlhammer, 19942, p. 114.

22Pour établir des relations avec les pays occidentaux, le SED devait se conformer aux règles classiques de la négociation internationale31 et se voyait ainsi contraint de faire bien plus de compromis qu’en politique intérieure où il imposait ses prétentions totalitaires.32 En effet, sur la scène internationale, la RDA avait pour interlocuteurs des pays plus ou moins souverains, défendant leurs propres intérêts. Aussi l’idéologie passait-elle à l’arrière-plan au profit de la « Realpolitik », distinguant objectifs à court et à long termes. Et ce sont les objectifs à long terme, la victoire des communistes et de leur idéologie, qui justifiaient l’établissement de contacts avec les politiciens bourgeois et de relations avec les ennemis de classe, si bien que toute cette politique finissait par retrouver une cohérence apparente.

23Mais le SED n’eut pas conscience qu’en pratiquant cette politique, il démontait sa propre propagande orchestrée contre « l’ennemi » et contrevenait aux efforts d’immunisation de la population est-allemande contre les tentations occidentales, si bien qu’il se retrouva empêtré dans des contradictions dont il n’arrivait pas à s’extraire. La fréquentation permanente de l’Occident et le très large écho que les médias est-allemandes donnèrent aux séjours de personnalités occidentales en visite à l’Est nourrirent l’intérêt grandissant des Allemands de l’Est pour l’Occident. Stefan Wolle commenta :

  • 33 Stefan Wolle : Die heile Welt der Diktatur. Alltag und Herrschaft in der DDR 1971-1989, Berlin, Ch. (...)

« Quand on considère les noms donnés [aux enfants en RDA ; UP], on s’aperçoit qu’ils ont suivi surtout les modes et hit-parades occidentaux plutôt que les modèles russes. De manière bien plus flagrante qu’en RFA, les prénoms internationaux furent en vogue, inspirés de noms marquants d’acteurs et de sportifs très populaires. Ainsi bien plus qu’à l’Ouest de l’Allemagne, on trouve des noms anglais, comme Mandy, Peggy, Ronnie, et Mike ou Maik, français, comme René ou Marcel, et italiens, comme Silvio et Mario. Peut-être s’est ainsi exprimée, de manière inconsciente, une nostalgie de l’inaccessible étranger. »33

24Cette politique de rapprochement avec l’Occident, s’accompagnant en même temps d’une volonté agressive de se démarquer du camp impérialiste en Europe de l’Ouest et aux Etats-Unis, ne fut pas considérée, même par la population est-allemande, comme une dialectique, mais comme une incohérence interne et un défaut structurel. Cette stratégie paraît avoir incité toujours plus les Allemands de l’Est à laisser la RFA entrer chez eux par le biais de la télévision ; dans le Grand Berlin, par la radio, c’était aussi les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France qui pénétraient dans les foyers.

  • 34 Cf. Erwin Häckel : « Ideologie und Außenpolitik », in : Wichard Woyke (éd.) : Handwörterbuch Intern (...)

25Sans vouloir appréhender l’histoire de la RDA à partir de la chute du Mur et de la réunification, on doit quand même constater que le SED, en ne parvenant pas à préserver complètement la population est-allemande des influences occidentales, malgré le Mur et les entraves aux déplacements, a réveillé des démons qu’il ne put durablement dompter. Les succès incontestables que remporta la RDA sur le plan international ne produisirent aucune stabilisation intérieure, parce que le SED ne prit précisément pas en compte les différents intérêts de la société (cf. supra la définition de Seidelmann) et parce que le déficit social de légitimité perdura jusqu’à la fin de la RDA. Ce fut bien plutôt l’attractivité du mode de vie occidental qui mit le SED sous pression et précipita la fin du régime. Ainsi, même en politique étrangère, le SED dut-il payer le prix de ses mensonges : le SED comme parti d’Etat et représentant de l’ordre dominant aurait représenté les intérêts du peuple et aurait incarné l’avant-garde de la classe ouvrière chargée d’une prestigieuse mission historique.34 Jamais le SED ne put accomplir les tâches qu’il s’était fixées, ce qui fit de la RDA le sujet d’un drame toujours plus absurde.

26Pour finir, nous voudrions remercier les auteurs pour leur coopération, les traducteurs pour leur travail soigné et rapide ainsi que les institutions qui nous ont apporté leur généreux soutien. Je voudrais exprimer ma reconnaissance particulière à Joachim Umlauf, directeur de la Maison Heinrich Heine, et au professeur Gilbert Krebs de l’Institut d’Allemand d’Asnières (Université de Paris III), qui, sans ménager leurs efforts, ont tous deux soutenu le projet depuis sa conception, en l’accompagnant de leurs conseils précieux et de leurs encouragements constants. Sans eux, cet ouvrage collectif n’aurait pas vu le jour. Je voudrais enfin remercier vivement Sylvie Lefèbre, qui a réalisé l’index, ainsi que Michèle Leprettre, de l’Institut d’Allemand d’Asnières, qui a bien voulu se charger du travail de composition, de la relecture des épreuves, et à la patience de laquelle la réussite de cette entreprise doit beaucoup.

Notes

1 Friedrich Dieckmann : « Geschichte als Drama. Die Temperatur der Revolution », in: Merkur 54 (2000) 1, pp. 1-10, ici : p. 1.

2 Christoph Klessmann : Zeitgeschichte in Deutschland nach dem Ende des Ost-West-Konflikts, Essen, Klartext, 1998, p. 38 ; voir également Hermann Weber : « Zum Stand der Forschung über die DDR-Geschichte », in : DA 31 (1998) 2, pp. 249-257; ibid. : « L‘état de recherche sur l‘histoire de la RDA », in : Anne Saint-Sauveur/ Gérard Schneilin (éds.) : La mise en œuvre de l‘unification allemande 1989-1990, Asnières, PIA, 1998, pp. 13-28 ; Alf Lüdtke : « La République Démocratique Allemande comme histoire. Réflexions historiographiques », in : Annales HSS 53 (1998) 1, pp. 3-39 ; Arnd Bauerkämper : « Das Erbe des Kommunismus im vereinten Deutschland. Die Zeitgeschichtsschreibung und die DDR », in : Revue d’Allemagne 31 (1999) 1, pp. 169-184.

3 Cf. Charles S. Maier : « Geschichtswissenschaft und ‘Ansteckungsstaat’ », in : GG 20 (1994) 4, pp. 616-624 ; Jürgen Danyel : « Die Historiker und die Moral », in : GG 21 (1995) 2, pp. 290-303; Mitchell G. Ash : « Geschichtswissenschaft, Geschichtskultur und der ostdeutsche Historikerstreit », in : GG 24 (1998) 2, pp. 283-304; voir également les contributions de Christoph Klessmann, Manfred Wilke et Hermann Weber sur les objectifs de la recherche sur la RDA in : Heiner Timmermann (éd.) : Die DDR - Politik und Ideologie als Instrument, Berlin, Duncker & Humblot, 1999.

4 Peter Bender : « Ansätze zu einer deutschen Nachkriegsgeschichte », in : Merkur 47 (1993) 3, pp. 197-206.

5 Peter Bender : « Terra incognita gemeinsam erkunden », in : Neues Deutschland, 17./18.4.1999, p. 11, publié in : Daniel Küchenmeister e.a. (éds.) : ...abgegrenzte Weltoffenheit ... Zur Außen- und Deutschlandpolitik der DDR, Schkeuditz, GNN Sachsen, 1999, pp. 9-14.

6 Cf. Hermann Weber/Ulrich Mählert : « Quellenlage zur DDR-Geschichte - Ein Überblick », in : Gesis (éd.) : Materialien zur Erforschung der DDR-Gesellschaft. Quellen - Daten - Instrumente, Opladen, Leske & Budrich, 1998, pp. 165-182; Ulrich Mählert (éd.) : Vademekum DDR-Forschung. Ein Leitfaden zu Archiven, Forschungseinrichtungen, Bibliotheken, Einrichtungen der politischen Bildung, Vereinen, Museen und Gedenkstätten, Opladen, Leske & Budrich, 19992.

7 Cf. Hermann Weber : Die DDR 1945-1990, Munich, Oldenbourg, 20003, p. 212.

8 Cf. Michael Lemke : « Fremdbestimmung und Handlungsspielräume : Perioden und Zäsuren der SED-Deutschland- und Außenpolitik 1949-1972 », in : Wolfgang Küttler/Walter Schmidt (éds.) : Der Ost-West-Konflikt und sein Ende, Berlin, trafo verlag, 1998, pp. 49-85 ; Benno-Eide Siebs : Die Außenpolitik der DDR 1976-1989, Paderborn, Schöningh, 1999 ; Ingrid Muth : Die DDR-Außenpolitik 1949-1972. Inhalte, Strukturen, Mechanismen, Berlin, Ch. Links, 2000.

9 Voir pour les relations entre la RDA et les pays occidentaux : Hans-Jürgen Fink : « Die DDR und der Westen (I). Probleme und Interessen », in : DA 12 (1979) 3, pp. 290-302; ibid. : « Die DDR und der Westen (II). Bilaterale Beziehungen », in : DA 12 (1979) 5, pp. 495-508 ; Johannes Kuppe : « Die DDR und der Westen (III). Die Beziehungen zu den drei Westmächten », in : DA 12 (1979) 12, pp. 1299-1311 ; Hans-Adolf Jacobsen e.a. (éds.) : Drei Jahrzehnte Außenpolitik der DDR. Bestimmungsfaktoren, Instrumente, Aktionsfelder, Munich/Vienne, Oldenbourg, 1980; Hans-Joachim Veen/Peter Weilemann (éds.) : Die Westpolitik der DDR. Beziehungen der DDR zu ausgewählten westlichen Industriestaaten in den 70er und 80er Jahren, Melle, Knoth, 1989.

10 Lutz Niethammer : « Methodische Überlegungen zur deutschen Nachkriegsgeschichte. Doppelgeschichte, Nationalgeschichte oder asymmetrisch verflochtene Parallelgeschichte? », in : Christoph Klessmann e. a. (éds.) : Deutsche Vergangenheiten - eine gemeinsame Herausforderung. Der schwierige Umgang mit der doppelten Nachkriegsgeschichte, Berlin, Ch. Links, 1999, pp. 307-327, ici : pp. 325s.

11 P. Bender (note 4), p. 198.

12 Wolfgang J. Mommsen : « Der Ort der DDR in der deutschen Geschichte », in : Jürgen Kocka/Martin Sabrow (éds.) : Die DDR als Geschichte. Fragen - Hypothesen - Perspektiven, Berlin, Akademie-Verlag, 1994, p. 28.

13 François Fejtö : Histoire des démocraties populaires, 2 vol., Paris, Seuil, 1992 (première édition de 1952), p. 15.

14 Cf. Etienne François : « Révolution archivistique et réécriture de l’histoire : l’Allemagne de l’Est », in : Henry Rousso (éd.) : Stalinisme et nazisme. Histoire et mémoire comparée, Bruxelles, Editions Complexe, 1999, p. 348.

15 Dans son introduction, Henry Rousso a le mérite d’entreprendre l’analyse et « l’historicisation » des possibilités et les limites de la théorie du totalitarisme ; cf. Henry Rousso : « La légitimité d’une comparaison empirique », in : ibid. (note 14).

16 Stéphane Courtois/Nicolas Werth/Jean-Louis Panné e. a. (éds.) : Le livre noir du communisme. Crimes, terreur, répression, Paris, Laffont, 1997 ; Joachim Gauck/ Ehrhart Neubart : Die Aufarbeitung des Sozialismus in der DDR, in : Stéphane Courtois (éd.) : Das Schwarzbuch des Kommunismus : Unterdrückung, Verbrechen und Terror, Munich, Piper, 1998, pp. 829-894.

17 Cf. Günther Heydemann : « Integraler und sektoraler Vergleich - Zur Methodologie der empirischen Diktaturforschung », in : id./Eckhard Jesse (éds.) : Diktaturvergleich als Herausforderung. Theorie und Praxis, Berlin, Duncker & Humblot, 1998, p. 229.

18 Cf. Michael Lemke (éd.) : Sowjetisierung und Eigenständigkeit in der SBZ/DDR (1945-1953), Cologne/Weimar, Böhlau, 1999 ; Christoph Klessmann/Bernd Stöver (éds.) : 1953 - Krisenjahr des Kalten Kriegs in Europa, Cologne/Weimar, Böhlau, 1999.

19 Cf. Pierre Renouvin/Jean-Baptiste Duroselle : Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, Armand Colin, 19914, pp. 445ss.

20 Reimund Seidelmann : « Außenpolitik », in : Wichard Woyke (éd.) : Handwörterbuch Internationale Politik, Opladen, Leske & Budrich, 1998, p. 1.

21 Cf. Ludolf Herbst : Option für den Westen. Vom Marshall-Plan zum deutsch-französischen Vertrag, Munich, dtv, 1989.

22 Wilfried Loth : « Die Sowjetunion und das Ende der DDR », in : Konrad H. Jarausch/Martin Sabrow (éds.) : Weg in den Untergang. Der innere Zerfall der DDR, Göttingen, VR, 1999, pp. 119-152.

23 Voir pour la politique allemande de la RDA : Jochen Staadt : Die geheime Westpolitik der SED 1960-1970. Von der gesamtdeutschen Orientierung zur sozialistischen Nation, Berlin, Akademie Verlag, 1993 ; Karl-Heinz Schmidt : « Die Deutschlandpolitik der SED », in : Materialien der Enquete-Kommission « Aufarbeitung der SED-Diktatur in Deutschland », édité par le Deutscher Bundestag, vol. V, 3, Baden-Baden, Nomos, 1995, pp. 2114-2293 ; Heike Amos : Die Westpolitik der SED 1948/49-1961, Berlin, Akademie Verlag, 1999 ; Heinrich Potthoff : Im Schatten der Mauer. Deutschlandpolitik 1961 bis 1990, Berlin, Propyläen, 1999.

24 La stabilité de l’Autriche après la Seconde Guerre mondiale et la maturité de sa politique étrangère témoignent de ce que la non-résolution de la question nationale (tout au moins initialement) n’a pas nécessairement des répercussions sur la liberté de manoeuvre intérieure et extérieure.

25 Cf. Arnd Bauerkämper/Martin Sabrow/Bernd Stöver (éds.) : Doppelte Zeitgeschichte. Deutsch-deutsche Beziehungen 1945-1990, Bonn, Dietz, 1998, pp. 9-16.

26 Michael Lemke : « Die Deutschlandpolitik der DDR zwischen Moskauer Oktroi und Bonner Sogwirkung », in : J. Kocka /M. Sabrow (note 12), pp. 181-185, ici : p. 184.

27 Günther Heydemann/Christopher Beckmann : « Zwei Diktaturen in Deutschland. Möglichkeiten und Grenzen des historischen Diktaturenvergleichs », in : DA 30 (1997) 1, p. 24.

28 Martin Sabrow : « Der Konkurs der Konsensdiktatur. Überlegungen zum inneren Zerfall der DDR aus kulturgeschichtlicher Perspektive », in : K. H. Jarausch /M. Sabrow (note 22), p. 104.

29 Cf. Bernhard Escherich : « Das Bild der DDR in Frankreich bis 1989 », in : Dokumente 56 (2000) 1, pp. 25-32.

30 Cf. Ch. Klessmann (note 2), p. 21.

31 Voir pour les interdépendances entre politique extérieure et intérieure : Pierre Milza : « Politique intérieure et politique étrangère », in : René Remond (éd.) : Pour une histoire politique, Paris, Seuil, 1996, pp. 315-344.

32 Cf. Karl Rohe : Politik : Begriffe und Wirklichkeiten, Stuttgart, Kohlhammer, 19942, p. 114.

33 Stefan Wolle : Die heile Welt der Diktatur. Alltag und Herrschaft in der DDR 1971-1989, Berlin, Ch. Links, 1998, p. 180.

34 Cf. Erwin Häckel : « Ideologie und Außenpolitik », in : Wichard Woyke (éd.) : Handwörterbuch Internationale Politik, Opladen, Leske & Budrich, 1998, pp. 122-128.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540