Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et l'Occident (1949-1990)

 | 
Ulrich Pfeil

Préface

André Fontaine

Texte intégral

  • 1 Willy Brandt, De la guerre froide à la détente, Paris, Gallimard, 1978, pp. 142‑143.
  • 2 Confidence recueillie à l'époque d'un de ses très proches collaborateurs.

1De quarante-cinq qu'ils étaient au départ en 1945, les membres de l'Organisation des Nations Unies ont plus que quadruplé leur nombre, jusqu'à accueillir des micro-États comme Monaco, le Liechtenstein ou de minuscules archipels des Antilles ou du Pacifique. Un seul les a quittés, pour cette raison simple qu'après quarante et un an d'existence, il a été purement et simplement avalé, sans qu'un coup de fusil fût tiré, par sa grande sœur et rivale fédérale : la République démocratique allemande. Au cours de son voyage à Moscou en 1966, le général de Gaulle avait certes dit à ses hôtes, qui le pressaient d'établir des relations avec elle, qu'elle n'était qu'une « création artificielle sans réalité profonde. C'est pourquoi la France ne la reconnaît pas et ne la reconnaîtra pas à l'avenir 1». Et lorsque Alekseï Kossyguine était revenu à la charge, quelques mois plus tard, au cours d'une visite à Paris, il lui avait sorti une de ces formules péremptoires dont il avait le secret : « certes, lui avait-il dit, nous ne sommes ni très ardents ni très pressés, mais il faut laisser au peuple allemand une espérance de réunification », étant entendu qu'on devrait envisager « une sorte de confédération, pas de Reich »2.

  • 3 Renata Fritsch-Bournazel, L'Union soviétique et les Allemagnes, Paris, Presses de la fondation nati (...)

2Il ne faut jamais dire jamais. Quatre ans plus tard, Willy Brandt, devenu chancelier, mettait en œuvre la politique du Wandel durch Annäherung, du « changement par le rapprochement », que Renata Fritsch-Bournazel a résumée mieux que personne en écrivant : « il fallait accepter le statu quo pour éviter de le figer de façon définitive ».3 Et bientôt la terre entière échangeait des ambassadeurs avec la RDA qui, en étant admise à l'ONU en même temps que la République de Bonn, accédait enfin à cette consécration internationale dont ses dirigeants rêvaient depuis sa création. Comment elle y est parvenue, ce qu'elle en a fait, comment elle l'a perdue, quel rôle ont joué dans l'affaire les différents gouvernements intéressés, c'est l'objet de ce livre, bourré de détails inédits, qui réunit les contributions des meilleurs spécialistes.

3Le sinistre « mur » aidant, on a souvent tendance à réduire la DDR au rôle de simple satellite de Moscou. Mais après tout, c'était aussi le cas des autres « pays frères » et cela ne les a pas empêchés de poursuivre, dans une plus ou moins large mesure, leur politique propre. Sa propre liberté d'action se trouvait beaucoup plus limitée que celle des autres dans la mesure où les alliés occidentaux tenaient l'URSS pour responsable des violations du statut quadriparti de Berlin que les dirigeants est-allemands auraient pu être tentés de commettre. Mais ce n'est pas toujours dans ce sens‑là que Berlin-Est cherchait, et parfois réussissait, à accroître sa marge d'autonomie. C'est ainsi qu'après avoir écrit à Helmut Kohl, le 5 octobre 1983, que le déploiement des Pershing II plongerait les relations interallernandes dans une ère de « glaciation » Honecker prônait, quarante‑huit heures plus tard, en dépit de la rupture des négociations est-ouest sur les euromissiles, la nécessité de « limiter autant que possible les dégâts ». Et, dans le but évident de désarmer le mécontentement d'une population qu'il laisse imprudemment contempler à satiété les émissions de TV ouest-allemandes, il ouvre de plus en plus ses frontières aux ressortissants de la République fédérale qui les franchissent chaque année par millions, les bras le plus souvent chargés de cadeaux révélateurs d'une opulence qui fait rêver. S'est-on inquiété au Kremlin de ce laxisme ? Le fait est qu'à plusieurs reprises le président de la RDA se voit fermement invité à renvoyer à des temps meilleurs une visite prévue à Bonn. Mais quand enfin Mikhaïl Gorbatchev s'installe dans le fauteuil de n°1, c'est Erich Honecker qui s'alarme de ses tendances libéralisatrices et complote ouvertement contre lui avec Deng Xiaoping, Nicolae Ceausescu, le Bulgare Todor Jivkov et le Tchécoslovaque Gustav Husak. Il ne l'emportera pas, comme on sait, au paradis.

4Si l’on ajoute à ces faits tout de même significatifs la dépendance financière grandissante à l'égard de Bonn, les uniformes copiés à la couleur près sur ceux de la Wehrmacht, le rétablissement, Unter den Linden, de la statue de Frédéric II, dit « le Grand », la célébration à grands frais du cinquième centenaire de Luther, dont Marx avait brossé dans sa Critique de la philosophie du droit de Hegel un portrait dévastateur, on ne peut que conclure à la nécessité de sérieusement retoucher l'image d'une RDA qui n'aurait été qu'une courroie de transmission des volontés soviétiques.

5Comment se fait‑il donc qu'elle ait disparu aussi facilement ? L'un des principaux idéologues du SED, Otto Reinhold, a sans doute donné la meilleure réponse en déclarant à la radio de Berlin-Est dès le 19 août 1989, soit deux mois et demi avant la chute du mur, qu'à la différence des autres États socialistes qui existaient en tant qu'États avant leur passage au socialisme, la RDA n'était « concevable que comme État antifasciste, socialiste, que comme alternative socialiste à la RFA. Quel sens y aurait‑il à l'existence d'une RDA capitaliste à côté d'une RFA capitaliste ? » Or il n'y avait pas assez de communistes en RDA ‑ comme en Pologne, en Hongrie, etc – pour que le communisme survive à la disparition imprudemment voulue par Gorbatchev de la peur du gendarme soviétique.

6Cette évidence a tout de suite été perçue, et magnifiquement exploitée par un homme, Helmut Kohl, qui a de bout en bout dominé la situation. On ne saurait en dire autant de ses homologues occidentaux dont l'attitude est analysée dans ce livre avec beaucoup de finesse. À vrai dire, ils ont quelques excuses, et l'on doit savoir gré à François Mitterrand de l'énergie avec laquelle il a subordonné l'acceptation par la France de la réunification tant à la reconnaissance par Bonn des frontières polonaises qu'à un nouveau bond en avant de la construction européenne. Jusqu'alors la division de l'Europe et de l'Allemagne était considérée pratiquement partout comme la pierre angulaire de toute vision stratégique sérieuse. Avec le mur, tous les instruments de mesure s'étaient cassés ; admettons qu'il fallait un peu de temps pour s'y retrouver, même si les occasions de se frotter les yeux ne manquaient véritablement pas. On me permettra d'en citer une. Un colloque m'avait amené à Berlin après la chute du mur, mais avant qu'on puisse passer sans papiers de l'Ouest à l'Est et réciproquement. Je bavardais avec un ami près du Reichstag quand nous vîmes une de ces Trabant qui symbolisaient si bien alors la laborieuse pauvreté de la RDA venir vers nous par Checkpoint Charlie en remorquant une BMW tombée en panne de l'autre côté. Nous éclatâmes de rire en contemplant cette scène insolite qui aurait été impensable quelques mois plus tôt. Il nous manquait malheureusement un appareil de photo.

Notes

1 Willy Brandt, De la guerre froide à la détente, Paris, Gallimard, 1978, pp. 142‑143.

2 Confidence recueillie à l'époque d'un de ses très proches collaborateurs.

3 Renata Fritsch-Bournazel, L'Union soviétique et les Allemagnes, Paris, Presses de la fondation nationale des Sciences politiques, 1979, p. 169.

Auteur

Ancien directeur du Monde, a publié de nombreux ouvrages, notamment sur l’Alliance atlantique et l’évolution des relations Est-Ouest

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540